Archive for the ‘Au fil des jours’ Category

« Inquiétant scrutin électoral » écrit Maxime, au lendemain du deuxième tour !

29 juin 2020

Inquiétant scrutin municipal

illustration originale de l’article de Maxime Tandonnet le lundi 29 juin 2020 dont vous trouverez le lien ci-dessous :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/06/29/inquietant-scrutin-municipal/

Le texte :

Gigantesque taux d’abstention (60%) pour une élection municipale, poussée de l’alliance gauchisante vert-socialistes dans les centre-villes boboïsés…

Le vote d’hier donne de bonnes raisons de s’inquiéter pour l’avenir. Le pays est blasé, indifférent, assommé par les échecs, les scandales, la dérive mégalomaniaque du régime, son impuissance viscérale, son naufrage dans le chaos. Même l’élection des maires ne l’intéresse plus. Il s’en fout.

Et dans ce contexte, une petite minorité d’activistes bien-pensants profite de la situation. C’est toujours la même histoire, de petites minorités fanatisées qui gagnent à la faveur de l’apathie générale. A Bordeaux, les commentateurs jubilaient, dans un contentement hystérique. Oui, la gauche revenait au pouvoir, un maire de gauche, enfin, après 75 ans! Le dernier, il faut dire, Adrien Marquet, n’avait pas laissé que de bons souvenirs… 

Mais l’ignorance crasse des perroquets de la télévision faisait peine à voir. Quant au duo magique des sondages, le Pen/Macron, il était bien à la peine au vu des résultats d’hier soir. Pourtant, pire que le pouvoir macronien est possible : l’alliance écolo-socialiste, bénéficiant de l’apathie générale, du découragement, de l’indifférence de la nation, arrive avec de belles idées: vitesse limitée à 110 km/h sur autoroute, accueil généralisé et sans limite, fin du nucléaire sans recours aux énergies carbones.

Alors quoi ? anéantissement de l’industrie, décroissance, retour au Moyen-âge, chaos général, quand la France compte 5 millions de chômeurs ? Jubilez, jubilez ! Visages de la bonne conscience éclairée: le culte de la table rase sous le masque souriant.

Demain, des larmes et du sang,  France irrémédiablement foutue.  Les abstentionnistes seront les premiers à pleurnicher sur le chaos et l’écroulement du pays. Mais qui seront les responsables?

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : sur l’article de Maxime Tandonnet, nous ne ferons, comme nous nous y sommes engagés, aucun commentaire.

Quant à vos mails qui arrivent au Blog, nous n’en prendrons connaissance qu’au fur et à mesure dans la journée. Mais c’est un flot continu et ils sont déjà plus que nombreux. Et contradictoires. Tout le monde a gagné, dites vous ! Comme à l’habitude, aurions nous envie de répondre ! Mais nos premières réflexions sont de nous inquiéter plutôt pour la situation sanitaire dans notre pays ou ailleurs !

Continuez à nous écrire :

Les femmes de policiers partent en croisade pour sauver leurs maris ! Maria communique via Blog-Cabestany.

24 juin 2020

COURRIER DES LECTEURS – LIBERTÉ D’EXPRESSION – C’EST VOUS QUI LE DITES !

« Maria », militante associative, féministe, politique et syndicale, et qui plus est, l’épouse d’un policier Perpignanais nous informe et nous demande de bien vouloir reprendre le texte qu’elle nous a envoyé, ce que nous avons fait, sans rajout, ni rature, à la virgule près, mais après lui avoir rappelé notre éthique en matière de mise en ligne :

Maria écrit :

«  » Le 27 juin prochain, c’est à dire samedi, se tiendra un “rassemblement citoyen pour la république”,  place de la République à Paris,  à l’initiative de mon amie Zohra Bitan, membre de l’Association « Femmes des forces de l’ordre en colère » (FFOC).

Zohra invite tous les « citoyens » à se mobiliser « face à la division ». Cette chroniqueuse des Grandes Gueules sur RMC entre en croisade contre cette haine « antiflic » qui n’a plus de limite raisonnable, semble même échapper aux organisateurs de ces mouvements qui se prétendent « anti-raciste », mais fait le jeu de certains politiques.

Zohra est à l’origine du hashtag#ToutesLesViesComptent.

Elle nous rappelle l’universalisme et pourfend l’insupportable racialisation du débat actuel. Ancienne porte-parole de Manuel Valls à la primaire socialiste de 2011, elle réaffirme sa volonté de défendre les forces de l’ordre, dont l’honneur « serait » autant sali par des mouvements antiracistes que par des membres de ce gouvernement. Mais plus qu’une affaire de dignité, c’est la vie des fonctionnaires des Forces de l’Ordre qui sont en danger en accomplissant leur mission, que leurs épouses veulent préserver, pour elles, leurs enfants, leurs familles.

Depuis plusieurs semaines, l’association Femmes des Forces de l’ordre en colère (FFOC) dénonce la vindicte totalement disproportionnée et non maitrisée du mouvement « Black Lives Matter ». Et plus particulièrement ceux qui le financent depuis l’étranger, dans certains pays où les Droits de l’Homme sont bafoués mais qui ne cherchent qu’à instaurer le désordre sur le sol de cette France qui a la faiblesse d’accueillir des réfugiés en provenance de chez eux, fuyant leur dictature. Ce qui est évidemment impardonnable à leur yeux et mérite cette instrumentalisation dont les responsables de ce mouvement ne semblent pas eux mêmes se rendre compte. Tous comme ces Français qui font l’objet d’une manipulation insoutenable, d’une récupération écoeurante, sont aveuglés par des considérations politiciennes et se montrent incapables de faire le tri et de raisonner seuls.

Il faut aussi dénoncer, sur notre sol, la complicité de certains élus, de banlieue parisienne ou d’ailleurs, dont ce Maire communiste, qui « aurait » inauguré dans sa ville une fresque où l’on fait l’amalgame entre « racisme et violences policières ». Que fait le Préfet du lieu ?

Révisons notre jugement sur ceux qui assurent l’ordre dans notre pays en les condamnant tous de manière univoque. Lorsqu’on voit des policiers d’origine Antillaise, Guyanaise, Maghrébine ou Africaine se faire traiter de « vendus » ou de « collabos » par leurs frères de couleur, mais où sont les véritables racistes ? Qui n’hésitent pas à dévoiler leur véritable nature en traitant les autres de « sales blancs » !

Elle [Zohra Bitan] qui est qualifiée d’« Arabe de service » par ceux la même qui hurlent en meute pour dénoncer ce soi-disant racisme. Elle se définit elle même comme « une Arabe au service de la France ».

Et il faut souhaiter que cette manifestation de samedi prochain se fasse dans un climat pacifique, apaisé, car les femmes de policiers ne souhaitent rien d’autre. Et surtout pas,  ce qui ne peut plus être considéré comme des coïncidences, à savoir l’irruption de groupes violents ne venant que pour ternir l’image de citoyens manifestant pacifiquement pour leurs droits, comme les « gilets jaunes », les soignants, et la liste serait longue. «  »

« Maria »

https://www.ffoc-france.com/

Ce communiqué fait écho à la Tribune signée par 60 policiers disant :

« Nous, policiers issus de la diversité, ne sommes pas des « vendus ». La Police Nationale n’est pas parfaite mais nous ne laisserons pas nos frères d’armes être traités de racistes, et nous de victimes consentantes ! Nous sommes fiers de protéger la population dont nous sommes issus, et de rendre les rues plus sures. Sans se renier, intégrer la Police Nationale, est le plus bel engagement qui soit ! »

« Et on rappellera comment ce problème de racisme est davantage repris par les officines politicardes de la Gauche de la Gauche, que par ceux qui pourraient revendiquer en être les victimes. Mais le marxisme ne sait plus à quoi se raccrocher pour faire croire qu’il existe encore », dit Émile. 

Blog-Cabestany : Maria, vous nous dites que vous n’avez pas réussi – pour le moment – à faire passer votre communiqué dans d’autres médias locaux. Une affirmation  qui n’engage que votre parole et que nous ne commenterons surement pas. Nous ne prenons pas le parti de tels ou tels contre d’autres.  Mais il nous est apparu que la Liberté d’Expression exigeait que l’on diffuse votre communication sans justement nous préoccuper de ce que font les autres. Voilà qui est fait ! Et qui correspond à l’idée que nous nous faisons encore de la Liberté d’Expression.

Et comme nous nous sommes engagés vis à vis de la CNIL, si quelqu’un s’estime – à juste titre – personnellement et injustement traité par notre Blog, il peut réclamer un droit de réponse. Mais Blog-Cabestany n’est pas un forum ou peuvent s’affronter entre eux, en se battant comme des chiffonniers, ceux qui n’ont pas les mêmes opinions. Il existe d’autres endroits pour le faire ! Pas chez nous !

Continuez à nous écrire :

De qui se moque t’on ? [quand l’ami Maxime NOUS parle de cette Fête de la Musique qui VOUS interpelle]

23 juin 2020

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany – Liberté d’expression : la vôtre !!!

De qui se moque-t-on?

Les semaines passées, en vertu de la lutte contre l’épidémie de covid, 19 une chape de béton totalitaire s’est abattue sur la France : assignation à résidence forcée de tout le pays, instauration d’un sauf conduit obligatoire, répression impitoyable contre les personnes âgées, les familles avec enfants, interdiction des marches solitaires en forêt, sur les plages, en montagne et des pratiques sportives, fermeture des bars, restaurants, salles de spectacles, bannissement des réunions, des voyages et de tout déplacement, ruine de l’économie nationale sciemment organisée.

L’a-t-on déjà oublié ?

Et puis soudain, hier soir, à l’occasion de la fête de la musique, tout était permis, embrasement collectif, rassemblement de milliers de personnes, embrassades hystériques.

Or, le virus court toujours et continue de tuer

Tout ceci à un sens : vous pouvez saccager nos libertés, la démocratie, l’État de droit, anéantir l’économie française, plonger le pays dans l’endettement et le chômage de masse, ruiner les artisans, commerçants, restaurateurs, poussés au suicide : qu’importe!

Laissez-nous faire la fête!

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : nous nous sommes engagés à ne pas commenter les articles de ceux qui nous autorisent à les re-publier ! Mais depuis ce matin on ne compte plus les mails que vous nous avez envoyés pour vous indigner !

Après avoir maintenu de façon imbécile et irresponsable le premier tour des municipales le 15 mars, ce gouvernement ne pouvait pas décider d’organiser le deuxième tour à la fin de la semaine et – « en même temps » – restreindre de façon intelligente la Fête de la Musique. On devrait savoir qu’on ne peut pas non plus trop lui en demander. Il aurait pu la repousser à l’année prochaine. Si le virus revient il  portera une lourde responsabilité ! Et on ne lui pardonnera jamais !

Vous êtes nombreux à nous dire que vous estimez que les Maires élus au premier tour l’auront été de façon illégale. Et qu’au deuxième tour il en sera de même. Illégal, selon nous, n’est pas le terme qui convient à la situation !

Que ces Maires, de façon arrogante se sentent « légitimes », est bien autre chose ! A nos yeux ils n’ont aucune légitimité et nous ne pourrons jamais les considérer, quoi qu’ils disent et quoi qu’ils fassent, comme nos représentants. Des représentants qui n’auront pas été élus de façon démocratique même si la faute ne leur incombe pas à eux directement !

Continuez à nous écrire :

« Piège à con ? » écrit Maxime Tandonnet !

20 juin 2020

Courrier des Lecteurs – Liberté d’Expression – C’est vous qui le dites – Ils n’écrivent pas que pour nous ….

Piège à con ?

Faudra-t-il admettre que les gauchistes qui scandaient en mai 1968 « élections piège à cons » n’avaient pas tout à fait tort ?

Les révélations de l’ex-procureur financier ne nous surprennent pas vraiment. Nous nous doutions que « l’affaire Fillon » était le fruit d’une manipulation électorale de premier plan.

Ses déclarations relatives aux pressions subies, aux instructions qui lui ont été données pour accélérer – précipiter – la procédure, provoquer une mise en examen de M. Fillon en quelques jours, et non en quelques mois ou quelques années, comme il est habituel, ne font que confirmer ce que nous pressentions.

Le scrutin présidentiel de 2017 a été faussé par une manœuvre souterraine.

Et le mauvais rêve que nous vivons depuis lors est le fruit de cette manipulation. Il est vain, dans ces conditions, de parler d’une démocratie française et du suffrage universel. Même si la réaction générale du monde politico-médiatique est de sous estimer ou d’étouffer les faits, le scandale, qui mine les fondements de la démocratie française, est sur le fond, le plus grave de tous ceux qui ont frappé le pays depuis une dizaine d’années.

Est-il pire crime, dans une démocratie, une république, pire forfaiture que la corruption d’un scrutin national ? 

Comment s’étonner, dès lors, du taux d’abstention records ? Si le vote suprême, celui de la présidentielle qui détermine (dans ce régime débile), la législative, est faussé, quel est l’intérêt de se rendre aux urnes. Tout laisse penser qu’une lourde machinerie se met en route pour corrompre de nouveau le suffrage de 2022. Le bulldozer médiatique, l’appareil de propagande radio-télévision, a commencé son gigantesque matraquage pour organiser la mise scène du duel de titans le Pen/Macron. Le plan est déjà conçu et se met en route. Pendant les 22 mois qui viennent, tout ne sera que dédiabolisation, banalisation, et même valorisation du lepénisme, doublant le spectacle quotidien du champion de l’Elysée. Puis, dès la fin du premier tour, une fois acquis le second tour le Pen/Macron, la fascisation reprendra, furieuse, hystérique, obsessionnelle. Avec un objectif: devinez lequel ? Tout est prêt, le scénario est déjà en route.

Seule (petite) inconnue: le bon sens populaire et le réflexe patriotique peuvent-ils enrayer cette sinistre mécanique? Existe-t-il encore, dans les profondeurs de la nation, une intelligence nationale, une force de caractère, une puissance de rébellion démocratique permettant de déjouer l’odieux scénario ?

Cela, nous le saurons dans moins de deux ans.

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : sans commentaires

La Loi Avia rejetée par le Conseil Constitutionnel : une occasion manquée par le fait d’amateurs de ce gouvernement ! dit Gersende

19 juin 2020

Ils n’écrivent pas que pour nous mais nous autorisent à les publier !

Gersende, politologue, ex Sciences Po, ex stagiaire à l’Élysée en 2008, écrit :

Qui peut se réjouir de voir les professeurs de ses enfants, être insultés sur les réseaux sociaux ?

Qui peut se réjouir de voir ses propres enfants, menacés par leurs camarades sur Internet de se faire massacrer à la récré ?

Qui peut se complaire de cette haine, de ces vidéos insupportables, de cette violence, de cette dégradation des femmes sur notre ordinateur ?

Qui peut défendre les pédophiles, et la pédopornographie ?

Internet existe depuis bientôt 40 ans. Beaucoup d’entre nous sommes connectés depuis 30 ans, et adeptes des réseaux sociaux depuis une vingtaine d’années.

Comme on aurait aimé voir nos politiques s’attaquer au problème, depuis bien longtemps, qu’ils soient de Droite ou de Gauche ?

Et lorsque la Macronie veut s’intéresser au problème on applaudit des deux mains !

N’y a t’il pas dans notre pays des Juristes capables de rédiger une Loi de façon intelligente et efficace ?

Lorsqu’on confie le soin de faire une Loi à des gens qui ne paraissent pas en avoir les compétences on ne peut qu’être déçus. Et lorsque sous couvert de s’attaquer à la violence ou à la haine, on s’aperçoit qu’on vous a concocté une Loi qui rétablit la censure politique. Une Loi interdisant à un Blog comme le vôtre de dire ce qu’il pense. Une loi qui muselle la « Gilet Jaune » ou la soignante qui veut s’exprimer, je le dis.

Y a t’il des millions d’amateurs de pédopornographie, racistes, et adeptes de la violence en France ?  On ose espérer que NON.

Mais il y a des millions de citoyens qui sont attachés à la Liberté d’expression !!!

Alors lorsque la Loi Avia est retoquée par le Conseil Constitutionnel, on ne peut que se dire qu’il s’agit là d’une occasion manquée. L’occasion de réguler les réseaux sociaux avec des mesures applicables. Dénuées d’arrière pensées politiciennes !

A moins que ce gouvernement de velléitaires n’ait choisi de s’y prendre d’une telle façon qu’il était certain à l’avance que sa Loi serait rejetée. Pitoyable !

Gersende

Blog-Cabestany : Merci Gersende qu’on avait pas lue depuis un certain temps ! On s’est engagé à ne pas commenter les écrits des personnes qui nous autorisent à les publier. On n’en pense pas moins !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

« KENTOC’H MERVEL EGET EM ZAOTRA » ou le 18 juin 1940 sur l’Ile de Sein

18 juin 2020

courrier des lecteurs – liberté d’expression – Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale – 18 juin 2020 –

 

« kentoc’h mervel eget em zaotra »

Que les puristes nous pardonnent quelque liberté avec la syntaxe de la langue bretonne qui est plutôt parlée qu’écrite. Avec ses variantes entre Morbihan et Finistère Nord.

On vous livre une sentence qu’on entend encore plusieurs fois par jour chez les toujours bretonnants et qui signifie, plus littérairement que littéralement : « plutôt périr que vivre sans honneur ». Une devise, anonyme,  qui vient du fond des âges, reprise par les habitants de l’Ile de Sein qui rejoindront Londres et le Général de Gaulle en juin 1940, sans que l’on sache vraiment combien avaient entendu son appel. Un marin pêcheur, en mer, non loin des côtes anglaises, avait capté le message et à peine revenu dans son île n’avait eu aucun mal à rallier tous les hommes – soutenus par leurs femmes – à  la cause de ce qui s’appellera à partir de ce jour là : « La France Libre ».

Ils étaient un peu moins de 150 hommes. Le plus jeune avouant 16 ans mais n’en ayant pas 14 et il était accompagné de son grand père plus que  septuagénaire. Ils se firent tous bénir par le recteur (prêtre) de la paroisse et ils appareillèrent sur plusieurs chalutiers à la marée montante pour aller mouiller dans un port anglais.  Le Général de Gaulle les passera en revue et serrera la main de chacun.  

Ces hommes s’engageront dans les Forces Armées Britanniques, dans les Forces Française Libres (terrestres) en Afrique du Nord ou dans les Forces Navales Françaises Libres : certains dans les rares sous-marins battants pavillon Français et ayant eu le panache de fuir la France quand les autres bâtiments obéissant à Vichy finiront plus tard par se saborder dans le déshonneur et la honte alors qu’ils auraient pu, cent fois, prendre la haute mer et se joindre à ceux qui avaient choisi le camp de la Liberté.  On doit – entre autres – à ces sous-mariniers l’amorce d’une opération qui se traduira par  la Libération de la Corse, le premier département de France libéré des Allemands et des Italiens qui n’avaient hélas pas choisi le bon camp. (Épopée du sous marin Casabianca)

Quelques uns de ces habitants de l’Ile de Sein débarqueront le 6 juin 1944 sur nos côtes normandes au sein du Commando Kieffer, d’autres passeront par la Sicile. Ces patriotes seront plus de  20%  à ne jamais revoir leur ile natale bretonne, la plupart ayant péri alors qu’ils n’avaient pas encore fêté leur 21ème anniversaire.

Après guerre, l’île de Sein recevra la Croix de la Libération, la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance.


Merci à Tri Yann – O Breizh – Ma Bro

Avec le compagnonnage de nos amis du « Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale » et du « Groupe Gaulliste Sceaux » (les gaullistes à Sceaux dans le département 92)

 

Tags : Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale – Les Gaullistes de Sceaux – La Droite Républicaine à Cabestany – Philip de Kersanec – Croix de la Libération – Ile de Sein – Colette Appert – Blog-Cabestany – blogcabestany.com – Honoré d’Estienne d’Orves – Casabianca – Libération de la Corse – Charles Pasqua – Le serment de Bastia – Liberté – Liberté d’expression – Marie Guilcher – Rouanez ar Péoc’h – Clet Chevert – Sao Breiz evit ar Vro gallek – 18 juin 1940 – charles-de-gaulle.org – Hervé Alot-Matignon – 4 Carlton Gardens – Le « Rubis » – Frégate « l’aventure » – Mers el Kébir – Bir Hakeim – Monclar – Daniel Le Gaouyer – Erwan Chauchard – Vicomte Auguste Alot de Kersanec Matignon – Alicia Jones-Smith – William Vermont – Gwalarne de Kersanec – Emile Muselier – Philippe Auboyneau – Georges Thierry d’Argenlieu – Philippe Kieffer – Monument aux morts de Paimpol – Fred Scamaroni – Ecole des Mousses – http://www.charles-de-gaulle.org/ – Nicolas, le Prof d’Histoire – Jacques Godfrain

« Hallucination » écrit Maxime Tandonnet

15 juin 2020

Hallucination

Message d’un ancien serviteur de l’État:

« Je me vois victime d’une hallucination lorsque je lis sous la signature d’un ancien Premier Ministre la demande faite au président de l Assemblée Nationale de débaptiser la salle Colbert où se tiennent des séances de commissions, et aux ministres en charge de l’Économie et des Comptes Publics de débaptiser de même celui des deux corps de bâtiment de l’ensemble immobilier de Bercy (Colbert et Turgot) portant le nom du grand argentier de Louis XIV.

Penser que les responsabilités éminentes qu’emporte la fonction de Premier Ministre aient pu être confiées à un homme capable d’une telle absence de discernement et d’une telle puérilité, mu par le seul souci de suivre une fraction de l’opinion manipulée et instrumentalisée, inspire le sentiment que notre malheureux pays a peu de chances de ne pas tomber au dernier rang des Nations.

Ayant longtemps travaillé à la Direction du Budget ,sous la conduite de ministres tels que Michel Debré , Valéry Giscard d’Estaing , François Xavier Ortoli , Raymond Barre…, je n’aurais jamais imaginé que l’un de leurs successeurs puisse faire l’objet d’une demande aussi extravagante de la part d’un personnage consulaire.

Si d’aventure MM. Lemaire et Darmanin ne se déclaraient pas profondément offusqués par cette démarche , a fortiori s’ils y satisfaisaient , ils se montreraient à mes yeux indignes de leurs fonctions . Et il est probable que nombre de hauts fonctionnaires se détourneraient de leur département ministériel dont le prestige serait gravement terni »

Maxime Tandonnet

Blog-Cabestany : Bien sur, on s’est engagé vis à vis de ceux qui nous autorisent à reprendre leurs écrits, à ne pas y ajouter nos propres commentaires. Mais on vous aime, on vous connait, et on sait qu’à l’instant même où cet article va apparaitre en ligne on va recevoir dix, vingt, voire cinquante mails pour nous demander de quel Premier Ministre l’ami Maxime Tandonnet veut parler sans le citer. On connait évidemment la réponse. Mais si on ne veut pas non plus le citer tout en vous mettant sur la voie, on vous dira juste qu’il aura été le premier des Premiers Ministres de François Hollande, qu’il est de Nantes, et que dans un hebdomadaire qui se veut satirique à défaut de nous faire vraiment rire, il avait le surnom de « janmarquezéro » !

« Je suis….. » – Sans commentaires !

13 juin 2020

courrier des lecteurs

GUY écrit :

Je suis, nous sommes, vous êtes solidaire des ces policiers, gendarmes, pompiers, agressés, caillassés, par ceux qui les traitent de racistes. Chaque année les policiers, gendarmes, mais également pompiers déplorent environ 25 morts, 300 blessés graves (amputés, défigurés, aveugles, avec des séquelles irréversibles, cloués à vie dans un fauteuil roulant ou dans leur lit de souffrances), 10 000 blessés plus légers dont 20% passeront plus de 10 jours à l’hôpital. 10 fois plus que ce qu’auront à subir les délinquants qui se posent en victimes. Des délinquants qui vont jusqu’à agresser les pompiers mais aussi le médecins qui se déplacent pour les soigner ou les chauffeurs de bus qui transportent leurs familles. Qui vandalisent les commerces en bas de chez eux. Brulent les voitures de leurs voisins. Vivent de trafics en tous genres. Et qui pour leur seule et inexcusable défense traitent les autres de racistes. Pour qu’on les laisse tranquilles, emmerder leurs voisins, pourrir la jeunesse, maltraiter les femmes en se posant en victimes !   Et que fait la Justice ? Et que font nos gouvernants sinon cracher sur ceux qui sont leur seul rempart face à une France en colère. Honte à ce gouvernement qui semble avoir choisi le camp des délinquants plutôt que celui de l’ordre Républicain !!!!

 

« RACISME ?! » En souvenir de ces deux femmes gendarmes assassinées dans le Var !

12 juin 2020

Courrier des lecteurs – liberté d’expression – c’est vous qui le dites

Photos de la cérémonie de 2012 à Cabestany avec en médaillon la photo des deux victimes

Jean-Louis, un ex-Cabestanyenc se souvient et nous écrit :

Nous étions en 2012. Un cambriolage avait eu lieu dans une petite ville du Var. Autour de la maison cambriolée, des passants avaient vu un individu roder. Son signalement pouvait correspondre à un multi récidiviste défavorablement connu des servies de Police.

On avait dépêché à son domicile deux femmes gendarmes de 29 et 35 ans pour lui demander simplement quel avait était son emploi du temps de la journée. Il n’était même pas question de lui demander de passer à la gendarmerie, et encore moins de l’appréhender.

Il était tard dans la soirée, selon ce que rapporte ce journaliste. Le suspect en voyant arriver les deux fonctionnaires des forces de l’ordre qu’il avait fait entrer chez lui, avait arraché le pistolet de l’une d’entre elles. Il lui avait tiré plusieurs balles dans le visage. Puis il avait poursuivi l’autre femme gendarme dans la rue et lui avait vidé le chargeur dans le dos. Un massacre !

Arrêté, le présumé coupable Abdallah B. avait rapidement reconnu les faits. Il s’était justifié de son acte en disant que de par son origine ethnique et sa religion, il lui avait été insupportable, étant étranger au cambriolage, de s’être fait importuné de façon raciste, pour « cause de faciès » par deux jeunes gendarmes arrogantes, selon lui, en uniforme, vraisemblablement des « FDS » (français de souche), et pire…. des femmes !

Les experts, les psychiatres, avaient établi qu’en plus d’une aversion profonde pour la justice, la prison, les forces de l’ordre, pour tout ce qui était français, et pour ces femmes en général dont la place était de rester à la maison, il était sans doute sous l’emprise de l’alcool, peut être de stupéfiants et que s’il avait un passé de délinquant puisqu’il était en période probatoire sortant à peine de prison, il avait également un lourd passé psychiatrique.

Certains avaient vu dans le fait qu’on vienne le questionner chez lui, un acte raciste. Pour d’autres c’était d’avoir massacré deux jeunes mères de famille de race blanche qui était un acte raciste. Comment s’y retrouver lorsqu’on privilégie le racisme aux faits ?  Heureusement les Français en général n’avaient pas suivi ces élucubrations des uns ou des autres.  Et on n’avait pas vu de manifestations, de débordements, des pancartes pour parler de « racisme », dans nos rues en métropole. Comme ce triste spectacle qu’on nous montre en ce moment tous les jours à la télé et qui nous donne la nausée. Comme si on voulait donner les clefs aux extrémistes de tous bords.

Récupéré  de façon lamentable et pitoyable par le pouvoir qui fait le lit des populistes par son incompétence et sa bêtise. Qui en fait des tonnes. Qui met les braves gens et les policiers en colère. Encore de la repentance. On en a marre de ces bouffons qui nous gouvernent.

En juin 2012, comme dans toutes les gendarmeries de France, une cérémonie avait eu lieu dont celle de Cabestany.

Nous nous étions déplacés pour assister à cette cérémonie. Nos élus de la Droite Républicaine, des anciens combattants dont certains ont hélas disparu depuis, des citoyens de bonne volonté de gauche comme de droite car l’événement n’avait aucun connotation politique. Ne cherchait d’ailleurs pas à en avoir.

Bien sur, quelques citoyens anonymes courageux, se réclamant de la Gauche de la Gauche, ce qui d’ailleurs n’était pas démontrable et que nous n’avions pas pris pour argent comptant, avaient parlé de récupération politicienne et nous avaient insultés en adressant une tonne de mails nauséabonds à Blog-Cabestany. Ils avaient qualifié notre déplacement à cette cérémonie à la gendarmerie de « ridicule ». Disant même que nous étions « grotesques ».   Disant qu’il s’agissait du plus banal des faits divers qui ne méritait pas qu’on en parle. Est ce que nous on prétend que la mort de tel ou tel autre en ce moment ne serait qu’un banal fait divers ?

Est ce que ces soi-disant gauchos qui nous traitaient alors de « collabos » auraient pensé la même chose si ces deux mères de famille avaient appartenu à leur fratrie ?

Mais en France, le racisme n’existe hélas que dans un sens. On nous rebat les oreilles avec ce soi-disant racisme contre les gens d’une autre couleur, d’une autre religion, d’une autre origine ethnique que la notre. Qu’on monte en épingle. Jusqu’au pouvoir qui se sent obligé d’en rajouter. Ce qui fait le bonheur des fauteurs de trouble qui ne cherchent qu’à instaurer le désordre en France.

Mais lorsqu’on parle de racisme « anti-blanc », les gauchos vous diront que c’est de la pure invention.

Jean-Louis

Blog-Cabestany : merci Jean Louis. Et on appréciait lorsqu’à une époque qui nous semble presque lointaine vous écriviez pour notre Blog et que vous preniez connaissance en ouvrant notre boite mail de ces injures et insultes qui étaient – déjà – à Cabestany, notre lot quotidien !

« C’est vous qui le dites » – Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

10 juin 2020

Le commentaire des internautes de Blog-Cabestany

 » Pierre 66000″, de Perpignan écrit :

« La Police a toujours eu une bonne réputation dans le cœur des français.Et puis il y a eu les gilests jaunes, le résultat du mépris de l’éxécutif envers les défavorisés, les soutiers de l’expansion, les petits gens, les précaires, les femmes de ménage, coursiers, caissières, et la liste serait longue. Sous d’autres présidents qui n’étaient pas avares de bonnes paroles même s’ils ne faisaient pas grand chose cela passait. Pas avec ce président méprisant arrogant. La façon dont on a obligé les fonctionnaires de la sécurité publique à se montrer cléments avec les fachos black blocs qui cassaient tout et qu’on laissait casser pour discréditer les gilets jaunes. La façon dont on a traité les gilets jaunes avec des balles de caoutchouc tirées vers le visage. Bombes lacrymo et autres. Et après on s’étonne que la Police ait perdu tout crédit. La responsabilité est à la tête du pouvoir. Fustiger les fonctionnaires de police qui essayent d’arrêter un présumé coupable qui résiste est intolérable. Surtout s’il a un casier judiciaire long comme le bras. Le refus d’obtempérer est dans la loi mais pas appliqué. la plupart de victimes de bavures policieres auraient du etre derriere les barreaux mais relach2s plus vite qu’ils n4avaient été arrete ; Faudra t’il que les policiers dégainent leurs armes pour pouvoir faire un simple contrôle. Ce ministre ancien joueur de poker qui dirige aujourd’hui la police est responsable et lorsqu’il s’érige en juge il est pitoyable. Je vous autorise à reprendre mes paroles. »

« Bernadette », fonctionnaire en activité écrit :

« Lorsqu’un pouvoir est contesté par le peuple. Lorsqu’il ne se maintient que parce que sa police lui obéit, contrainte e forcée, et lorsque ce pouvoir crache sur sa police il se met en difficulté lui même et le pire peut arriver. »

Eric, Officier Supérieur de la Gendarmerie, retraité, précise :

« Rien n’interdit à un fonctionnaire des forces de l’ordre de dégainer son  arme de service s’il pressent un quelconque danger. S’en servir est autre chose. Il se met en retrait et intime l’ordre au suspect à interpeller de rester tranquille. C’est généralement suffisant pour que celui se laisse menotter et embarquer. Quelle est cette nouvelle méthode qui ne correspond pas au Code de Procédure et qui consiste à se jeter à plusieurs policiers sur un suspect, se rouler par terre, risquer d’être blessé soi-même ou de blesser l’individu à interpeller. Comme si sortir son arme de service était un sacrilège. En 35 ans de Gendarmerie, nul sous mes ordres n’a été blessé, ni fonctionnaire, ni suspect. Et n’a eu à remplir un rapport de dix pages pour avoir sorti son arme sans s’en servir ! Mais son utilisation à de rares occasions a sauvé des vies humaines. Nous ne sommes pas des cow-boys, des catcheurs, des sumos. Est ce la hiérarchie de la Police qui interdit à ses subordonnés de ne pas sortir leur arme, par peur pour son propre avancement ? Et au pire, une balle dans le bras, si la situation le justifie, ne provoquera pas la mort d’un suspect par étouffement, et calmera ceux qui seraient disposés à venir en aide à l’interpellé. Ou alors désarmons les policiers et donnons leur des gants de boxe ! ou des confettis à lancer sur les suspects en soufflant dans un mirliton ! 

Blog-Cabestany : sans commentaires de notre part. Et on dirait que la Gendarmerie et la Police ont des méthodes de fonctionnement différentes !? Mais quasiment tous les commentaires que nous recevons sont en faveur de la Police, quand bien même vous tenez à préciser que chaque citoyen, fonctionnaire ou non, doit être responsable de ses actes et qu’il ne peut y avoir de passe-droit. Et que le racisme n’est en rien excusable. Mais si au lieu de courir sans arrêt après les mêmes délinquants, condamnés, qui devraient être derrière les barreaux, et qui résistent mettant leur vie et ceux des policiers en danger, les policiers avaient le temps de faire de la prévention, tout irait mieux. Mais si on en arrive à écoeurer la police  qui préférera rester derrière un bureau plutôt que d’aller se mettre en danger pour faire son boulot, le pire peut arriver. Et les électeurs voteront pour des populistes, ce que cherche peut être ce pouvoir qui fait tout de travers. Et on va finir par penser qu’il le fait volontairement.

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

« Non, la Police n’est pas raciste » écrit Guillaume Peltier au nom des « Républicains » !

9 juin 2020

Image accompagnant le texte ci-dessous, envoyé par Guillaume Peltier

 

Chers amis, la mort de George Floyd ne peut que nous révulser. Nous sommes « Les Républicains » ; l’État de Droit, les Droits de l’Homme, la dignité humaine, le refus du racisme et des discriminations sont au cœur de nos valeurs. Avec la même force, je veux dire que la récupération et l’instrumentalisation de ce crime odieux doivent cesser. La France n’est pas les États-Unis ; quand le poison de la ségrégation raciale sévissait toujours outre-Atlantique, le Président de notre Sénat s’appelait Gaston Monnerville, petit-fils d’esclave d’origine Guyanaise. Nous ne sommes pas Américains, nous sommes Français nous savons et nous croyons en notre Nation qui n’est pas une juxtaposition de communautés mais une seule communauté nationale.

Être Français, ce n’est pas une question de couleur de peau ou d’origine,c’est un état d’esprit, c’est une adhésion à notre histoire, à notre identité, à notre mode de vie, à notre culture. Être Français, c’est le patriotisme allié à l’universel, ce sont des racines et des ailes. Tout au long de mon engagement politique, je me suis battu contre le communautarisme, qui enferme l’individu dans ses particularismes, qui fracture les sociétés, qui juxtapose des « identités blessées ». A l’inverse, je crois en l’universalisme républicain, en l’« homme sans étiquette » de Régis Debray, au « plébiscite de tous les jours » et au «désir de vivre ensemble» d’Ernest Renan.

Je ne peux pas davantage tolérer que l’institution policière soit diffamée et salie par des militants d’extrême-gauche. Nos forces de l’ordre sont composées d’hommes et de femmes exemplaires, dévoués à la patrie et à la sécurité de tous, et qui considèrent le racisme comme une abjection. Certes, comme dans tous métiers, certains comportements individuels font parfois honte à l’uniforme ; ceux-là doivent être sanctionnés avec sévérité. Mais au nom de quoi devrait-on les amalgamer avec l’ensemble d’une profession ?  Quand le Ministre de l’Intérieur jette la suspicion sur nos policiers, c’est l’Etat qui recule un peu plus. Tel François Hollande avec Léonarda, le Président de la République, Emmanuel Macron, se ridiculise en acceptant que l’affaire Traoré soit jugée par des tribunaux médiatiques ou de rue, au cours de manifestations interdites. Les Français n’en peuvent plus, et moi avec, de voir cette classe politique si faible se soumettre aux pressions d’une infime minorité.Nous sommes la majorité silencieuse et voilà ce que nous pensons : nous ne supportons plus d’observer le laxisme grandissant pour les délinquants.

Les Français n’en peuvent plus de cette présomption de culpabilité pour nos policiers et nos gendarmes quand, en parallèle, les délinquants bénéficient toujours de la culture de l’excuse et, même une fois condamnés, d’une lâche présomption d’innocence. Monsieur Emmanuel Macron, monsieur Christophe Castaner, cela suffit : votre inversion des valeurs suffit. Votre mépris du bon sens suffit. Nous aimons la France, nous aimons la loi, l’ordre et la justice. Nous aimons nos policiers et nos gendarmes. Nous savons leur courage et leur abnégation pour nous protéger du terrorisme, du grand banditisme, des trafics en tous genres et des incivilités du quotidien qui pourrissent la vie de tant de nos compatriotes.

Sanctionnons ceux qui se comportent mal mais cessez de jeter l’opprobre sur une institution dont nous sommes fiers et dont les hommes et les femmes valeureux nous protègent chaque jour, chaque nuit, souvent au péril de leur vie, parfois même au sacrifice de leur vie.Nous aimons la France, qui a fait le choix de la République contre le communautarisme et contre le racisme, qui a fait le choix de l’ordre juste contre l’arbitraire et contre la «haine anti-flics». Nous chérissons aussi nos forces de l’ordre, dont nous applaudissions l’héroïsme après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan.

Nous sommes le peuple de l’émancipation, du panache, du libre arbitre, de la grandeur et de l’amour des nations libres, du mérite patiemment récompensé, de l’égalité des chances, de l’ascenseur social, du doute assumé, puisque douter rend toujours plus fort, de la responsabilité individuelle, de l’esprit de combat collectif qui transcende les égoïsmes, de l’humanisme qui éprouve l’inaliénable dignité de l’homme, de l’admiration pour nos héros. Nous sommes une Nation et nous devons être fiers d’avoir la gorge nouée, le cœur serré, les yeux éplorés, l’âme en frisson quand nous entendons les derniers vers de Cyrano, le récit du martyre de Maximilien Kolbe, un poème de Baudelaire, les larmes mourantes de Louis XIV, l’audace de Napoléon, la solitude rédemptrice du général de Gaulle, le courage pur du colonel Beltrame. Leur grandeur vaut mieux que nos petitesses. Leur héroïsme,parfois, fonde notre grande histoire commune.

Oui, nous croyons en la France, en notre patrie universelle qui consacre la dignité de l’homme, qui place la communauté nationale au-dessus de toutes les communautés particulières, qui place la loi au-dessus de la foi,au-dessus des prétendues races, au-dessus des couleurs de nos peaux et des coureurs de division. Oui, la France est une et indivisible : là est notre fierté. Là est notre combat.

signé : Guillaume Peltier, Député de Loir-et-Cher, Vice-président délégué des Républicains

Mis en ligne par Blog-Cabestany, sans correction ou modification, tel que nous avons reçu le texte ci-dessus par notre canal dédié et habituel avec les « Républicains ».

 

Police/Souvenir : le billet de Maxime Tandonnet

9 juin 2020

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

Nous ne reproduisons pas tous les articles de Maxime Tandonnet, mais celui ci, paru ce matin, aujourd’hui a attiré l’attention de plusieurs de nos lecteurs, dont certains qui se sentent concernés par leurs activités professionnelles actuelles ou passées.

Police/souvenir

La sortie du confinement mental – deux mois et demi sans parler d’autre chose que du covid19 – s’effectue en fanfare avec un zoom géant concernant les accusations de « racisme dans la police ». Mais la nouvelle scène de matraquage médiatique est à sens unique. Certes, des actes inadmissibles s’y produisent, comme dans toutes les institutions, mais il faudrait les chiffrer pour montrer à quel point ils sont ultra-minoritaires. De même il serait utile de rappeler les mesures prises, les enquêtes et les sanctions sévères qui tombent (le nombre de révocations annuelles, plus élevé dans la police que tout autre corps de fonctionnaires.). Il faudrait surtout rappeler quelle est la réalité de la vie d’un policier: en région parisienne, un sur dix est blessé en service, le plus souvent à la suite d’une agression. Et encore ne parle-t-on pas des insultes, des crachats et jets de pierres qu’ils subissent. Cela n’excuse rien évidemment, mais quitte à parler de la réalité, il faut la dire en entier. Voici une petite anecdote, dont je certifie sur mon honneur qu’elle est authentique. C’était il y a trois ou quatre ans, un peu plus peut-être, je discute avec une toute jeune femme en uniforme, affectée dans un quartier dit sensible de la région parisienne. Nous sommes à part, hors présence de ses collègues ou de la hiérarchie. Les yeux sont rougis. « Vous ne pouvez pas savoir ce qu’est ma vie. Il n’y a pas un jour, pas une nuit où je ne suis insultée, traitée de sale pute et menacée de viol ou de meurtre, de viol surtout, et où je n’essuie des crachats. Vous ne savez pas ce que c’est, vous, que de vivre la peur au ventre, du matin au soir ».  Au commissariat voisin, trois policiers s’étaient suicidés, en moins de 18 mois. Attention, je ne dis pas que cela justifie, excuse quoi que ce soit de comportements marginaux qui sont évidemment inadmissibles et sanctionnés. Je dis simplement que quitte à aborder un sujet, il faut l’appréhender dans sa globalité.

(Les sites d’information ou politiques autres que ceux figurant au blogroll ci-joint ne sont pas autorisés à reprendre ce billet)

Maxime TANDONNET

nous ne sommes pas autorisés à surcommenter les articles que nous n’écrivons pas nous mêmes, mais

 continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Migrants étrangers – gens du voyage français : le « deux poids, deux mesures » ! écrit Jacques.

5 juin 2020

Liberté d’expression – c’est vous qui le dites – courrier des lecteurs –

C’est l’époque des grandes migrations au travers de notre pays des « gens du voyage »

Jacques est retraité, ancien Professeur de Droit Public à Montpellier !

L’ami Jacques écrit depuis une petite commune de la région PACA concernant un problème qui touche sa ville, comme tellement d’autres partout en France :

« Tout  existe déjà dans la loi, et il est parfaitement inutile d’en empiler de nouvelles sur les anciennes. Mais encore faut il les appliquer correctement et pas de manière sélective.

Mes propos n’ont rien d’anti-migrants, et surement pas racistes. Mais s’apitoyer, comme on le fait à gauche, sur certains migrants, étrangers, d’une autre culture, qui n’apportent rien à la France, est à la mode. Par des Français qui se disent plus bienveillants que vous mais ne les hébergeraient jamais chez eux. Toujours prompts à dénoncer leurs concitoyens au nom d’opinions politiques réchauffées. Pour démontrer qu’à gauche on a du cœur. Des bons sentiments. On va même jusqu’à demander de régulariser 300 000 sans papiers. On n’a pas de travail à leur donner (sinon les faire travailler au black pendant qu’on envoie des français qualifiés à Pole Emploi). On n’a pas de logements, pas de structures. Quant à la Droite, on dirait qu’elle est rentrée dans son terrier.

Il y aurait entre 200 000 et 500 000 de ces gens dit « du voyage », car il y a ceux qui vivent à longueur d’année dans une maison sur roulettes, et les autres, vos voisins de palier, qui partent sillonner la France dès les beaux jours. Vous n’imagineriez jamais qu’ils font partie de la communauté du voyage et veulent se retrouver entre eux à certaines occasion.  La quasi totalité de ces citoyens est française, et ils itinérent depuis plus d’un siècle en France, au gré des saisons, de leurs occupations. Ils ont des maisons : leur caravane. Ils préviennent des mois à l’avance de leurs déplacements et de leurs étapes souhaitées. Sont prêts à s’organiser avec les autorités. Souvent prêts à payer pour qu’on les reçoivent correctement.

Les « gens du voyage » ne demandent pas la lune. Sinon un bout de terrain, un raccordement électrique, de l’eau, un égout, des containers à ordures. Combien de fonctionnaires, haut fonctionnaires, bureaux, centre de rétention, indemnités aux demandeurs d’asile qu’on ne reconduit jamais à nos frontières. Dont le cout est exorbitant comparé à un bout de terrain inculte. Les gens du voyage ne réclament pas une mosquée ou un temple, un gymnase, ou une Maison du Peuple. Ils ne demandent pas une piscine ou des courts de tennis. Un feu d’artifice ou des pièces de théâtre minables dans une salle inconfortable pour ceux qui croient encore que c’est cela la Culture !   Ils ne viennent pas faire la queue devant une ONG pour qu’on leur délivre un repas gratuit mais préparé selon leurs coutumes. Comme certains de nos migrants, qui ont parfaitement le droit de vivre en paix et que nous nous devons d’accueillir correctement. Mais comme on aimerait que ces étrangers nous manifestent un peu plus de reconnaissance alors qu’on a trop souvent l’impression qu’ils n’ont rien à foutre de nos coutumes. Qu’ils n’ont pas envie de  s’intégrer dans notre communauté nationale.Qui oserait comparer l’intégration des gens du voyage, des français, et ces vagues de migrants qui déferlent par centaines de milliers chaque année en métropole.

Les gens du voyage ne cherchent pas à nous imposer « leurs » croyances. Et lorsqu’ils veulent assister à la messe, se marier, honorer leurs défunts, leur pasteur installe une tente ou un chapiteau. Mais ils ne chercheront pas à vouloir nous imposer leur culture.

Les « gens du voyage » touchent des prestations sociales. Comme les autres français dont ils font partie. Comme aussi beaucoup de ces étrangers qui viennent s’installer en France, mais dont on est en droit de se demander s’ils ne viennent pas chez nous rien que pour nos aides sociales. La plupart des gens du voyage travaillent. Peut être pas tous, direz vous ? Et certains sont « défavorablement » connus comme dirait l’autre.

C’est le prof de Droit qui parle, jusqu’à récemment, les gens du voyage n’étaient pas vraiment considérés par la loi comme des Français à part entière. L’Europe nous l’a rappelé. L’Europe nous a demandé d’appliquer les lois qu’au « nom du peuple français » nos parlementaires ont voté, sans qu’on ne leur demande rien. Mais avaient ils la volonté de les faire respecter un jour ?  Beaucoup des règles qu’on imposait à ces nomades étaient similaires à celles qu’on était censé imposer jadis aux étrangers sur le sol français. Mais qu’on ne leur appliquait pas ! Sauf qu’on s’était mis en tête de le faire pour les gens du voyage qui ne sont pas des étrangers ! Toujours « deux poids, deux mesures ». Mais mon propos n’est pas de me comporter en avocat de cette communauté !!!

Croit on qu’en stigmatisant ces Français qui ont la bougeotte dans leur ADN, on va régler le problème ? Les faire disparaître de la carte. Hitler le voulait. Est ce cela notre référence absolue ?

Les gens du voyage ne respectent pas la loi parce que nous ne la respectons pas. Ne soyons pas naïfs. Ils en profitent au delà du raisonnable et c’est une évidence. Et même ça les arrange car leur loi c’est eux qui la font.  Beaucoup d’élus s’énervent « par devant » de leur occupation illégale de terrains mais les accueillent « en douce » par derrière. Un double langage. Une hypocrisie sans nom.

Nos élus dépensent un « pognon de dingue », le nôtre, pour des équipements inutiles qui les feront réélire la prochaine fois. La loi prévoit qu’on doive consacrer une modique somme d’argent pour faire de grands espaces aménagés pour accueillir les gens du voyage. La loi va jusqu’à dire qu’on peut consigner de l’argent des communes, agglos, pour réaliser ces équipements souvent inexistants. Mais on ne le fait pas. C’est au Préfet de réglementer tout cela. Mais parce que le Préfet n’a pas été choisi par le peuple, la plupart de nos élus, qui se rengorgent d’avoir été désignés par une poignée – souvent non représentative d’électeurs comme le 15 mars 2020 – lui contestent son autorité. L’état ? Nous sommes devenus une République bananière !

Ne montez pas votre mur de clôture de 20 centimètres trop haut sinon vous allez encourir les foudres des services techniques de votre commune qui vont venir vous emmerder, surtout si vous n’êtes pas catalogués comme votant pour la municipalité en place. De l’enfilage de mouches ! Dans ma petite commune où il y plus de résidences secondaires que d’habitants à l’année, c’est devenu le sport national pour la mairie,  sauf si le propriétaire de la maison de 14 pièces passe sur BFM ou qu’il fait du RAP. Et s’il vend des disques ou anime une émission de télé, il peut ériger des murs qui font 4 mètres de haut (pour se protéger des paparazzi). Mais moi, ils veulent me faire casser mon mur de clôture pour un parpaing en trop. Toujours cette différence dans l’application des lois – à la gueule du client – alors que je racontais autrefois à mes élèves que « la loi c’est l’ordre. Mais aussi l’Egalité »

Et c’est comment chez vous ? Dans ma commune il n’y a pas d’espace pour accueillir une aire de gens du voyage, mais il y a une décharge sauvage qui s’étend sur des hectares,  qui pue, qui pollue. Que personne ne surveille. ON NE FAIT RIEN !

Alors continuons de nier le problème. De faire semblant de découvrir qu’un beau matin, comme chaque année, les caravanes sont revenues. Les gens du voyage ont beau jeu de dire que la loi n’est pas respectée et que eux n’ont pas non plus à le faire. Respecter la loi et ensuite les obliger à la respecter eux mêmes serait plus intelligent. Mais pas Français !

Continuons à nous lamenter sur ces migrants que des pays nous envoient par chantage et calcul géopolitique, contre le gré de ces malheureux, car ils préféreraient pour beaucoup rester chez eux et simplement qu’on les respecte. Et que la France ne vende plus des armes à leurs dictateurs pour mieux les écrabouiller. Continuons à vouloir nous montrer humains envers ces migrants qui viennent en France, pour le bonheur des cocos-bobos-écolos. Des étrangers qui ne chercheront pas à apprendre le français et nos coutumes,  qui méprisent notre culture et nos institutions. Leurs enfants seront prêts un jour à défiler pour dénoncer les violences d’un flic auxquels l’un des leurs a refusé d’obtempérer. Mais ont ils défilé pour dénoncer ceux qui ont tué des innocents au Bataclan ? Le problème des « français du voyage » n’est surement le plus difficile que nous ayons à résoudre !!!

Et tout ce cinéma lorsque les gens du voyage s’installent n’importe où, avec certaines complicités de ceux là mêmes qui dénoncent leur invasion. Refaire la pelouse du stade chaque année après leur départ coute plus cher que si on leur aménageait un terrain. Mais je connais des élus de tous bords, qui n’auraient plus l’opportunité de se taper sur le torse comme de grands primates quand les caravanes arrivent ! Bonobos de tous bords, c’est la « lutte finale ».

Nous sommes des citoyens qu’on enfume, auxquels on ne veut faire croire que des âneries. Et ça marche ! Mais ne sommes nous pas les artisans de notre propre malheur ? »

Jacques

Blog-Cabestany : Merci Jacques, qui nous a adressé en copie des dizaines de pages de Lois diverses et variées où on ne s’y reconnait plus mais dont on vous dispensera la lecture. Et nous avons mis Jacques en ligne parce qu’il a bien précisé qu’il n’était ni anti-migrants, ni raciste, ce qui l’aurait disqualifié à nos yeux. Mais s’il avait raison ? A vous de nous le dire.

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Les nominations…….. [expliquées par Maxime Tandonnet]

3 juin 2020

Ils nous autorisent à les relayer ! – Liberté d’Expression – Courrier des lecteurs –

Vous avez dit : « copinage » ?

M. Pierre Moscovici, est une personnalité politique clé de ces dix ou quinze dernières années, membre du parti socialiste, longtemps ministre de l’économie et des finances puis commissaire européen. Il devient premier président de la Cours des Comptes.

Le pouvoir de nomination aux plus hauts postes de l’Etat est un pouvoir que les présidents de la République considèrent comme sacré. En effet, ils ont beaucoup perdu de leurs leviers sur le cours des choses: leur rôle d’arbitrage monétaire avec l’euro, celui d’orienter les réformes dès lors qu’en vérité, le pouvoir normatif est largement passé à l’Union européenne et pour ce qu’il en reste, étroitement contrôlé par le Conseil Constitutionnel. C’est la raison pour laquelle, en compensation, ils parlent et s’agitent autant. Cependant, ils gardent le pouvoir de nommer aux plus hautes fonctions de l’Etat, un pouvoir qu’ils vénèrent car le dernier outil concret de leur puissance. Pour autant, l’usage qui en est fait soulève des questions.

Nous avons des hommes politiques qui sont élus pour représenter la Nation et le cas échéant, agir en son nom. En quoi une carrière politique, de parlementaire ou ministre, de 10, 15 ou 20 ans ou plus, justifie-t-elle, comme un prolongement, la désignation à des fonctions prestigieuses de l’appareil d’Etat? Quelle garantie d’impartialité attendre de dirigeants politiques essentiels, ayant fondé leur vie sur un engagement politique et idéologique? Comment attendre de leur part un jugement impartial de leur propre politique, celle qu’ils ont inspirée, ou qu’ils ont fustigée? Seuls la compétence, le mérite mais aussi les garanties d’impartialité devraient être pris en compte dans l’affectation à de tels postes.

Rien n’est pire pour la démocratie que le sentiment de copinage, c’est-à-dire la classe politique qui se sert elle-même. Le fait du prince, dans ce domaine, dès lors qu’un usage contestable en est fait, perd tout son sens et dans une démocratie, les nominations mériteraient d’être placées sous le contrôle démocratique.

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : Nous avons pris l’engagement de ne pas commenter les publications écrites par d’autres que nous. Mais rien ne vous interdit de NOUS envoyer VOS commentaires ! Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

 

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany – Liberté d’Expression !!!

1 juin 2020

Courrier des lecteurs

Lorsqu’il se dit que ces médailles seraient remises aux soignants mais aussi aux administratifs de l’hôpital qui étaient en télé-travail !?!?

Ce dessin humoristique envoyé par l’un de nos fidèles lecteurs, qui ne précise pas où il l’a trouvé est signé du dessinateur Frédéric Deligne :

http://deligne.fr/

le dessin provient probablement du site Urtikan.net :

https://www.urtikan.net/dessin-du-jour/

Nous recevons régulièrement des liens de la part de plusieurs d’entre vous qui pointent vers le site :

http://lagauchematuer.fr/

ou encore cet article signé « Nanouche » qui provient d’un site qui se nomme « Observatoire du mensonge » :

La Macronie n’est plus qu’un bateau ivre.

Nous n’avons pas de rapports avec ces sites comme nous en avons avec d’autres qui nous autorisent à les publier. Et vous communiquer ces  liens ne nous engage en rien.  C’est la Liberté d’Expression. Et si vous nous envoyez d’autres liens, nous les mettrons en ligne, sous réserve qu’ils correspondent à notre éthique. Qu’ils ne soient pas vulgaires, orduriers,  racistes, diffamatoires, et qu’ils correspondent aux engagements que ce Blog a pris par écrit auprès de la C.N.I.L. La « Liberté d’expression » ne doit pas s’opposer à la « Liberté ».

Mais nous commençons a ressentir les effets de la loi « Avia » sur les médias. « La censure a t’elle été rétablie par le pouvoir ? » se demande l’un de nos amis et correspondants, journaliste à Paris. Sur Facebook, sur les réseaux sociaux, on ne voit pas la différence depuis que cette loi est passée alors qu’elle paraissait initialement comme prévue pour débarrasser Internet de bien des « saloperies ». Qu’elle aura été présentée ainsi mais semble avoir été détournée à des fins de basse et détestable politique politicienne.

Que cette loi que certains d’entre vous qualifient de « scélérate », puisse s’appliquer à la Liberté d’Expression en matière d’idées, d’opinions, de convictions politiques, est une grave régression et une atteinte à nos Libertés publiques ! C’est vous qui le dites mais nous pensons la même chose !

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Blog-Cabestany vous répond !

31 mai 2020

Courrier des lecteurs

On vous en a parlé, vous l’avez vu quelque part, mais où ?

Pour ouvrir le PDF correspondant, juste un clic ci-dessous :

semaine de la justice – association juridictionnelle

Pour ouvrir la page du site concerné, juste un clic ci-dessous :

Semaine de la justice diagnostic juridique

et bon dimanche !

« Refonder la Droite, un travail d’Hercule ? » écrit Philippe Bilger

30 mai 2020

– Ils n’écrivent pas que pour nous, mais nous autorisent à les publier – courrier des lecteurs –

Philippe Bilger écrit sur son blog :

L’entreprise est impossible si on croit pouvoir fixer dans le marbre des orientations, des évolutions, des adaptations que la réalité d’un monde mouvant, les rapports de force fluctuants, la ductilité des données économiques et sociales, les variations géopolitiques, l’inventivité, pour le meilleur comme pour le pire, des espaces européen et mondial et un pragmatisme intelligent et obligatoire imposent.

S’il s’agissait de proposer un catalogue, un inventaire de ce qui est naturellement contingent et dont le traitement serait voué à l’échec si un empirisme, un réalisme à la « de Gaulle » ne le prenaient pas en charge, la tâche de François Xavier Bellamy serait non seulement désespérée mais inutile.

Mais elle redevient capitale si l’effort de réflexion porte sur l’élaboration d’un socle fondamental, nécessaire à la droite pour qu’elle puisse se qualifier telle contre les vents et les marées de l’Histoire et de la quotidienneté contrastée, souvent imprévisible de l’actualité.

Cette constitution d’un terreau irremplaçable est à ce point malaisée et contraignante qu’on ne cesse à intervalles réguliers de se pencher sur la « droite » mais en la définissant plus par ce sur quoi elle n’aurait pas de maîtrise que par ce qui dépend d’elle et de sa responsabilité.

…………….

Blog-Cabestany : il ne s’agit là que d’une partie du texte de Philippe Bilger paru aujourd’hui, le 30 mai 2020, sur son Blog. Signalé par plusieurs d’entre vous. Merci de votre coopération efficace. Mais nous recevons les écrits de celui qui nous autorise à le republier par plusieurs canaux différents et il était déjà dans nos boites à lettres mail ce matin aux aurores.

Pour lire l’article en entier, si cela vous intéresse, nous vous suggérons d’aller le lire directement sur le site original. Nous nous engageons auprès de ceux qui nous autorisent à reprendre leurs écrits à ne pas les recommenter, rajouter notre grain de sel. Mais l’intérêt réside dans ce que VOUS, vous nous en dites après lecture. Le lien :

https://www.philippebilger.com/blog/2020/05/fran%C3%A7ois-xavier-bellamy-refonder-la-droite-un-travail-dhercule-.html

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Du miracle à l’esprit de Dunkerque – il y a 80 ans – l’opération Dynamo

28 mai 2020

Spirit of Dunkirk

Du « miracle » à l’Esprit de Dunkerque

Mai-Juin 1940, Dunkerque fût le théâtre d’un tournant de l’Histoire. La Seconde Guerre mondiale a rendu célèbre l’Opération Dynamo qui permit en neuf jours seulement l’évacuation de plus de 338.000 soldats alliés vers l’Angleterre.

Après l’interminable « drôle de guerre » qui suit la déclaration de guerre faite par la Grande-Bretagne et l’Allemagne en septembre 1939, la situation évolue soudainement lorsque l’Allemagne déclenche une offensive sur la Hollande, la Belgique et le Luxembourg, le 10 mai 1940. En quelques jours l’armée allemande bouscule les alliés qui se replient dans le nord de la France. Craignant de voir ses troupes prises au piège et estimant la bataille perdue, l’Angleterre décide d’évacuer par la mer ses troupes qui se replient sur Dunkerque. Baptisée « Opération Dynamo » par les Britanniques, l’opération est dirigée par l’amiral Ramsay.

Tout ce qui peut flotter au sud de l’Angleterre est mobilisé : navires de guerre, de commerce, de pêche, de plaisance, canots et minuscules embarcations, les « little ships », qui ne s’étaient jamais aventurés à plus de quelques milles de la côte. Sous des attaques aériennes continuelles, près de 340 000 soldats alliés, dont 120 000 soldats français et quelques milliers de soldats belges, peuvent être évacués par Dunkerque, près d’un tiers des soldats partira depuis les plages. 40 000 soldats ne pourront embarquer et seront fait prisonniers. Il s’agit pour la plupart des divisions chargées de ralentir la progression allemande et qui contribueront à la réussite de l’opération.

Le Musée Dunkerque 1940 – opération Dynamo ainsi que le Fort des Dunes sont deux incontournables de l’histoire de la destination.

Une visite ludique et immersive avec l’application mobile Dynamo

Les scènes de vie se révèlent au long du parcours : reconstitutions augmentées, histoires interactives, réalité virtuelle commentée, vidéos et ressources d’archives. L’histoire vous révèle différents contextes et angles de vue. Une approche ludique et résolument immersive, qui favorise l’interprétation des différents épisodes de l’Opération Dynamo.

Télécharger sur Google Play

Télécharger sur l’App Store

Téléchargez l'appli Dynamo

« Éloge du mépris » écrit Maxime !

27 mai 2020
  • Liberté d’expression – courrier des lecteurs –

« Des mots de la chanteuse Camélia Jordana, tenus samedi soir sur le plateau de l’émission « On n’est pas couché » sur France 2, créent la polémique jusqu’au ministère de l’Intérieur.

La jeune femme a notamment prononcé cette phrase : Des hommes et des femmes se font massacrer [par la police] quotidiennement en France, pour nulle autre raison que leur couleur de peau. » Des propos jugés « mensongers et honteux » par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, alors que le syndicat de police Alliance a annoncé dimanche saisir le procureur de la République. Retour, mot par mot, sur un échange controversé. » (France Inter).

La chanteuse Camélia Jordana a réussi son coup. Cette illustre inconnue dont nul n’avait jamais entendu parler est au cœur d’une formidable polémique qui fait la une de tous les media. La grande terreur du covid 19 s’estompe peu à peu et laisse la place au retour des polémiques hystériques qui se déchaînent. Il n’a pas fallu longtemps pour que la France déconfinée renoue avec ses bonnes habitudes…Par des paroles d’une banalité et d’une bêtise phénoménale, que n’importe quel simplet pourrait tenir, elle fait exploser la France médiatique et devient une authentique vedette nationale. On imagine la ruée sur ses clips et ses chansons. Et chaque perroquet médiatique tenu d’ajouter son grain de sel indigné. Face à des propos de ce genre, il faudrait réagir tout différemment:

1/ C’est une affaire de justice: cette dame a gravement diffamé un corps professionnel en accusant sans la moindre preuve la police de racisme. C’est devant les tribunaux qu’elle doit rendre des comptes.

2/ Ces propos sont tellement indigents, creux et inintéressants, inintelligents, et purement provocateurs, que nulle rédaction, nul plateau de télévision n’auraient dû leur donner une telle publicité. Au fond, l’effet caisse de résonance est aussi coupable que l’auteur de telles inepties.

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : nous ne commentons pas les articles que nos amis nous autorisent à reprendre. Vous étiez trois fidèles internautes à nous avoir déjà signalé le dérapage de cette personne qui – c’est vous qui le dites – n’a de « chanteuse » que le nom. Dont un retraité de la Gendarmerie. Merci de réagir à l’actualité. Merci de nous écrire abondamment comme vous le faites à :

blog.cabestany@gmail.com

retrouvez l’article original :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/05/27/eloge-du-mepris/

 

 

Mascarade ou « Masque en rade » au Conseil Municipal de Cabestany ce soir !

25 mai 2020

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

 

Pauvre Marianne !

Ce soir à Cabestany : Conseil Municipal à voilure réduite en raison de la situation sanitaire. L’ordre du jour se résume à l’élection du Maire et de ses adjoints.

Pas de Conseil Municipal retransmis en vidéo. Pas de spectateurs. Une réunion de complices qui se retrouvent en petit comité et en catimini. Pour faire un poker ou pour parler de notre avenir à l’insu de notre plein gré ? Mais n’est ce pas l’habitude en temps normal de voir une caste confisquer la chose publique ?

Quelques Cabestanyencs qui voulaient en savoir plus et qui auront été déçus, obligés de rester dehors. Mais n’était ce pas plus prudent ?

Une Cabestanyenque que l’on ne connait pas est particulièrement remontée. On ne peut lui dire qu’elle à tort parce ce qu’elle dit est frappée de raison mais on aimerait aussi pouvoir écouter ce qui passe dans la salle. Où l’on nous parle d’un recours d’un élu de l’opposition !?  Puis d’un recours contre l’opposition !?  On n’y comprend rien. Mais ce n’est surement pas très important !

Notre amie Cabestanyenque, inconnue au bataillon, est vraiment déchainée. Et c’est un véritable réquisitoire qu’elle fait contre Jean Vila qui pendant ce temps là est élu sans surprises par « trois pelés et un tondu ». La Démocratie est bien tristounette ce soir à Cabestany !  Notre « amie » dit : « Ce Maire aura passé ces dernières années de mandat à édifier des «palais à la Sadam Hussein » plutôt que de refaire les rues ou les trottoirs. Cette Germanor, certes pas inutile mais qui a mis la ville en faillite.  Cette maison de la jeunesse à l’utilité douteuse, à l’architecture contestée, construite comme une boursouflure, une verrue dans un bassin d’orage et dont on ne sait toujours pas ce qu’on va en faire. Elle aura couté un prix ahurissant et exorbitant. » (c’est vous qui le dites !)

On aimerait lui dire qu’elle a raison mais on a peur nous aussi de se faire engueuler !!!

Elle enchaine : « Et qu’aura t’on fait pour les anciens, ces dernières années à Cabestany ? RIEN. Mais les « vieux » sont une classe d’age, qui avec le COVID, ne devrait bientôt plus poser de problèmes de retraite ! »

« Pendant ce temps, on aura laissé le centre ville à l’abandon, on aura laissé crever les petits commerçants, on aura abandonné l’ancien Mas Guerido qui ressemble à une ville fantôme du far west, avec ses papiers gras qui volent par temps de tramontane. On aura tout misé sur ce capitalisme commercial – pourtant dénoncé par la mairie – du nouveau Mas Guerido. Où les grandes enseignes font la loi. Est ce cela cela le socialisme  à visage humain ? »

Ce soir l’action se déroulait plutôt à l’extérieur que dans la salle du Conseil.

On ne pouvait quand même que constater le fossé entre ce Maire, éternel satisfait de lui même, estimant sans doute avoir mérité sa réelection, ses conseilleurs donneurs de leçons croyant tout savoir, et cette citoyenne qui avait le droit d’être en colère et de s’exprimer.

Mais qui n’aura pas voulu nous parler, ni même nous laisser son adresse email. Sait elle même que notre Blog existe ?

Avant de tourner les talons et de repartir chez elle toujours très en colère, cette Cabestanyenque  nous aura juste dit  : « je m’exprime au nom de tous ces citoyens et citoyennes qui ne sont pas déplacés et qui n’ont pas voté pour rester confinés et cette élection n’est qu’un mascarade ! »

Ce qu’on est pas loin de penser aussi !!!

Alicia

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

« On espère qu’on aura une vidéo des débats [du Conseil] » écrit Josyane !

24 mai 2020

Courrier des lecteurs – c’est vous qui le dites – Démocratie – Liberté d’expression

Josyane écrit : « On espère qu’on aura une vidéo des débats après coup. Déjà qu’on nous a volé cette élection………. »

Alicia vous répond : Vous êtes plusieurs à soudainement vouloir vous intéresser à ce qui se passe au Conseil Municipal. On est surpris car on a pas le souvenir que les spectateurs aient jamais été tellement nombreux pour assister à ces séances publiques où tout le monde peut venir. Où certes on est assis de façon inconfortable, où la sono est mauvaise, les diapos indéchiffrables, et où on a comme l’impression que les choses sont décidées avant et que les conseillers qui lèvent la main le font de façon automatique sans rien y comprendre. Mais n’est ce pas ainsi depuis tant d’années ?

Il ne semble pas difficile en effet de faire une vidéo des débats et la mettre sur Youtube !!! Nous le faisons fréquemment nous mêmes pour bien d’autres choses, et ça ne coute rien. Question de volonté et d’envie de transparence ! Mais la transparence est elle un mot qui signifie encore quelque chose à Cabestany ?

On comprend que vous ayez le sentiment qu’on vous a volé cette élection qui n’aurait pas du être maintenue dans le contexte de ce virus « communiste » et « chinois » (ce sont vos mots !). « C’est vous qui le dites ». L’ex URSS communiste envoyait ses chars en Hongrie ou ailleurs pour dominer le monde. Les communistes chinois ont d’autres armes, invisibles, mais bien plus efficaces, dites vous  ! Et un communiste restera toujours un communiste ! Ce sont vos mots ! Pas les nôtres..

Encore heureux, lisais je récemment, sous la plume de ce  journaliste de CNN et du Washington Post, que les américains ne sachent pas que ce laboratoire chinois d’où s’est – peut être – échappé ce virus aurait été construit par les Français et que leur conseiller aurait été le mari de celle qui était encore il y a peu notre Ministre de la Santé. Qui semblait n’être au courant de rien !? Mais que comprenons nous à tout cela sinon que nous perdons de façon injuste des amis ? Et qu’à l’arrivée, personne ne sera coupable, comme toujours !

Et puis, on n’a pas une réelle admiration pour ce Président amateur qui est à la tête de notre Etat, mais rendons à César ce qui appartient à César, car ce sont bien les dirigeants de nos différents partis politiques qui ont insisté pour que ce premier tour ait lieu à la date prévue. On comprend que – comme beaucoup d’entre nous – vous ne vous soyez pas déplacés et que maintenant vous en ressentiez la frustration.

Et que vous vouliez savoir qui sera le ou la maire de Cabestany pour les 6 ans à venir.

Nous, on ne refera pas le match. Et beaucoup de choses dépendent de qui sera le Président de l’Agglo.

Mais ayons l’honnêteté de reconnaitre que parmi les supporters de Jean Vila, vous êtes nombreux à regretter que l’on ait pas décidé d’installer des caméras de vidéo-surveillance à Cabestany. Et ce n’est pas par dogmatisme qu’on ne le fait pas, nous dites vous. Mais par un entêtement incompréhensible à vos yeux de certains qui ferait mieux de passer la main. Et vous êtes nombreux à gauche à prétendre vouloir plus de transparence, plus d’information, plus de communication en provenance de vos propres amis à la mairie. Alors, si c’est vous qui dites ce genre de choses !

Qui sait, les choses vont peut être changer à Cabestany ? On n’y croit guère mais évitons les procès d’intention. On verra bien !

Alicia vous souhaite un bon dimanche !

et continuez à nous écrire :

 

blog.cabestany@gmail.com

 

 

 

Convocation du Conseil Municipal de Cabestany, lundi 25 mai, au Centre Culturel

23 mai 2020

Comme nos lecteurs le pressentaient, et paraissaient informés avant nous mêmes, une réunion du Conseil Municipal aura bien lieu dans la Salle Pere Cerda, au Centre Culturel de Cabestany, le lundi 25 mai 2020 à 18 h 00.

En raisons des recommandations gouvernementales la séance se tiendra SANS public.

Contrairement à ce qui paraissait avoir été arrêté, mais sans qu’on puisse prétendre en avoir jamais eu la confirmation officielle, il semblerait que les débats que l’on croyait devoir être enregistrés en vidéo, et diffusés en direct sur des écrans à l’extérieur du Centre Culturel et/ou  sur certaines plateformes internet, applications de video-conference (Zoom, Google Meet, Jitsi Meet, Microsoft Teams…), réseaux sociaux, ou autres moyens très largement utilisés durant cette période, ne le seraient pas ou ne le seraient plus !?

A vrai dire, on ne sait rien de plus !

Ou plutôt on ne sait pas grand’ chose, sinon qu’officiellement, et à l’instant où nous mettons cet article en ligne, il « serait » seulement et simplement prévu une retransmission sonore des débats, à l’extérieur de la salle !?

Il semble établi que chaque élu puisse détenir deux pouvoirs chacun au lieu d’un seul, et que le quorum serait atteint à partir du moment où seulement un tiers des membres en exercice seraient effectivement présents.

Nous demandons à nos lecteurs qui nous pressent de questions et voudraient de plus amples renseignements de se rapprocher des Service de la Mairie – s’ils le souhaitent – car nous ne pouvons leur dire ce que nous ignorons nous mêmes !

Quant à ceux qui estiment qu’en 2020, il serait peut être temps qu’une municipalité qui se prétend à la page, se dote de moyens modernes d’information et de communication, nous leur laissons la responsabilité de leurs déclarations et n’ajouterons rien de plus à cette polémique.

-o-

Nous pouvons par contre leur communiquer l’Ordre du Jour :

  • ÉLECTION DU MAIRE
  • FIXATION DU NOMBRE DES ADJOINTS
  • ÉLECTION DES ADJOINTS
  • lecture de la Charte de l’Élu Local

-o-

Et enfin pour ceux qui par avance, savent – ou croient savoir – que ce Conseil Municipal  de lundi pourrait être le théâtre de bien des surprises, nous nous en tiendrons aux faits, une fois le Conseil terminé et n’avons pas de boule de cristal.

BON WEEK END A TOUS !

-o-

 

 

Salutaire commission d’enquête sénatoriale !

20 mai 2020

« c’est eux qui le disent » – « ils nous permettent de reprendre ce qu’ils écrivent, sous conditions » – Liberté d’Expression – Loi Avia, anti-liberté –

-o-

L’annonce de la création d’une commission d’enquête sénatoriale sur la gestion de la crise du covid 19 a suscité le trouble en haut lieu. Or, avant toute autre chose, face au bilan d’une  tragédie  les Français ont le droit de savoir de manière factuelle ce qui s’est passé, d’établir les responsabilités et d’en tirer les conséquences en termes de sanctions politiques. C’est là un principe démocratique absolu dont il est inconcevable de les priver. Art. 15 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen:  La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration. Cela concerne toute personne en charge d’une responsabilité publique, aussi bien le chef de l’État, le Premier ministre, les ministres et les fonctionnaires.  Pendant trois ans, les Français ont été abreuvés de paroles grandiloquentes « Jupiter », « exemplarité », « renouvellement », « transformation », « refondation » et d’une avalanche  de communication à outrance. Or, des questions se posent inévitablement sur le décalage entre la splendeur arrogante affichée au quotidien et le piètre bilan d’une tragédie. Si l’on en juge par les données de l’OMS, pour une taux de létalité moyen dans le monde de 7,09 %, la France affiche les pires résultats : 19%, pire que la Belgique : 15,68, Royaume-Uni : 15,43, Italie : 13,72, Pays-Bas : 12,33, Suède : 12,09, Espagne : 10,22. Il apparaît qu’en France l’on meurt trois fois plus qu’aux USA (5,76), et cinq fois plus qu’en Allemagne (4,15) qui se classe dernière (une fois n’est pas coutume) en Europe à égalité avec le Portugal. D’innombrables questions se posent: sur l’absence des masques pendant trois mois, des tests de dépistage, de places de réanimation en nombre suffisant, la situation hospitalière, les revirements dramatiques de la communication officielle, les 50 jours de privation de liberté infligée aux Français assignés à résidence, les morts dans les EHPAD, l’effondrement économique de la France, infiniment pire qu’ailleurs, notamment en Allemagne. La  crise aura fait au bas mot une trentaine de milliers de morts et probablement des millions de chômeurs. Cette hécatombe n’était pas une fatalité si l’on en juge par la situation de nombreux autres pays qui n’ont pas connu ce niveau de désastre. Il est inepte d’affirmer que « ce n’est pas le moment de gêner l’exécutif ». Enquêter, faire la lumière, n’entrave pas la poursuite de l’action. Les Français ont le droit de savoir aujourd’hui, à chaud, ce qui s’est passé. Demain, à grand renfort de matraquage médiatique, les esprits passeront à autre chose. C’est donc bien aujourd’hui que les Français ont le droit  de demander des comptes à travers leurs représentants, à travers les sénateurs. La création de la commission d’enquête sénatoriale est tout à l’opposé d’une manœuvre politicienne. Elle est un acte indispensable de transparence, de justice et de démocratie.

Maxime TANDONNET

le lien vers le site d’origine :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/05/19/salutaire-commission-denquete-senatoriale/

Blog-Cabestany : Lorsque nous reprenons les textes des autres, nous nous engageons auprès d’eux à ne pas faire de commentaires. Mais comme à l’habitude on attend par contre et avec impatience, les vôtres ! MERCI de votre fidélité !

blog.cabestany@gmail.com

-o-

« Avia, la loi liberticide » écrit Maxime Tandonnet

14 mai 2020

Ils nous autorisent à reprendre – sous conditions – leurs écrits !

x

Image originale du site de Maxime Tandonnet

Maxime Tandonnet écrit :

Concrètement, les grandes plateformes en ligne auront l’obligation de faire disparaître les contenus « manifestement » illicites sous 24 heures, sous peine d’être condamnés à des amendes de 250.000 euros par oubli, et pouvant grimper jusqu’à 1,25 million d’euros. Les éventuels signalements abusifs par les utilisateurs de plateforme seront eux passibles d’un an d’emprisonnement et 15.000 euros d’amende. Ce signalement sera facilité par l’intégration obligatoire d’un bouton dédié sur les réseaux sociaux. Le délai est réduit à une heure pour les « contenus pédopornographiques et terroristes ». 

L’objectif de mettre fin aux propos diffamatoires, insultants ou appelant explicitement à la violence et au meurtre sur Internet est louable. Cependant, plutôt que de se donner les moyens d’appliquer la législation existante en sanctionnant les auteurs de tels propos, la loi Avia, sous prétexte de lutter contre la haine, étrangle la liberté d’expression.

Ce texte, voté définitivement par l’Assemblée nationale, bouleverse la conception française de la liberté d’expression. En principe, la censure préalable (a priori) n’existe plus depuis les lois républicaines sur la liberté de la presse. La sanction pour des propos illicites, prononcée par la justice, intervient a posteriori, chacun étant responsable de ses écrits.

Le projet de loi qui vient d’être voté par l’Assemblée nationale bouleverse cette logique: d’une part, la censure préalable est rétablie et devient obligatoire ; d’autre part les opérateurs privés d’Internet sont chargés de faire respecter eux-mêmes ce principe en pratiquant la censure préalable, sous la menace de lourdes sanctions financières, et non plus la justice et des magistrats formés dans ce but.

Le caractère dramatique de ce texte tient en deux points: d’une part, la justice est privatisée, déléguée aux opérateurs d’Internet, auxquels il revient de se prononcer sur le caractère manifestement illicite d’un texte. D’autre part ce caractère « manifestement illicite » est une notion générale, dont l’appréciation est éminemment relative. Qu’est-ce qui est manifestement illicite?

Dès lors qu’il reviendra au opérateurs Internet de se prononcer, sous la menace de gigantesques amendes prévues, le risque est d’établir une censure préalable sur toute expression s’éloignant des sentiers battus du conformisme.  La moindre parole critique touchant une minorité, ou un sexe, un pays, une région, voire une personne, deviendra suspecte et sera exposée à la possibilité d’une censure. En somme, l’expression sur Internet sera placée sous surveillance.

Voilà qui fait peu de cas de l’article 11 de la Déclaration de 1789: « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. » 

Cette loi est à l’image d’une société et d’un pouvoir qui basculent subrepticement dans l’esprit totalitaire et qui méprisent la liberté. La liberté d’expression est ainsi martyrisée. Un conformisme étrange pèse déjà, depuis longtemps, sur les médias télé-radios. Désormais, l’objectif est de faire entrer Internet dans le rang. Que des députés se prétendant démocrates ou républicains aient pu voter une telle loi est une honte. On ne peut que se féliciter du réflexe démocratique des députés LR qui ont massivement voté contre cette loi. Que des journalistes d’une certaine presse soient serviles envers le pouvoir au point d’accepter une telle atteinte à leur propre liberté d’expression est lamentable. Je souhaite de tout coeur que cette loi liberticide soit déclarée inconstitutionnelle.

Maxime TANDONNET

 

« Qui est responsable ? » écrit Maxime Tandonnet.

11 mai 2020

COURRIER DES LECTEURS – LIBERTE D’EXPRESSION

Image du site de Maxime Tandonnet pour illustrer son article

En ce moment, des travaux parlementaires et réflexions sont en cours sur l’atténuation de la responsabilité pénale de la classe dirigeante dans la gestion de la crise du covid19. 

Maxime Tandonnet écrit :

Que cette tentation existe est déjà en soi, détestable. Ils ont voulu être les chefs. Ils ont bombé le torse et pavoisé pendant trois ans. Ils ont multiplié les promesses grandioses : le nouveau monde, l’exemplarité, la transformation de la France, la refondation. Ils sont au pouvoir depuis trois ans. Pendant tout ce temps, ils ont semé le trouble: multiplication des scandales, taxe carbone et crise des gilets jaunes, soit un an de violence, réforme chaotique des retraites et mouvement social de deux mois, avec toujours en tête, l’obsession de la réélection en 2022.  Pris au dépourvu par la pandémie, ils n’ont jamais cessé de sombrer dans le déni, les contradictions et la logorrhée. Aujourd’hui, ils cherchent des boucs émissaires – les fonctionnaires, la technostructure, les scientifiques, les prédécesseurs, le peuple, constamment méprisé et infantilisé. Pourtant, ils ont voulu être les chefs et ils le sont depuis trois ans. En trois ans, ces chefs qui prétendaient instaurer un nouveau monde et mener à bien sa transformation et sa refondation avaient tout le temps de travailler et de préparer le pays à une crise majeure. Tout pouvoir a pour corollaire la responsabilité. En tant que chefs, ils sont donc les seuls responsables de la situation, politiquement, juridiquement, historiquement. La société est en droit de leur demander personnellement des comptes. Toute tentative pour se dérober et se défausser à cette responsabilité serait inacceptable.

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany écrit : selon l’engagement que nous prenons auprès de ceux qui nous autorisent à reprendre leurs textes, nous n’ajoutons pas de commentaire. Mais le texte ci-dessus se suffit amplement à lui même !