Archive for août 2019

Le « Bataillon Catalan » ou une histoire de la France Libre…. à Cabestany !

22 août 2019

75ème anniversaire de la Libération de la France

Insigne du 24ème R.I.C.

                                   Insigne du 24ème R.I.C.

A la demande de plusieurs de nos internautes, nous avons « ressorti » un article que nous avions déjà mis en ligne, il y a quelques années. Mais plus que jamais d’actualité.

-o-

Richard, Historien avait écrit :

LE RECIT

« Aux lendemains de la libération de notre ville de Perpignan, les 19 et 20 août 1944, il y est formé un bataillon de volontaires, venant de couches sociales et d’horizons les plus divers, anciens militaires, résistants, militants de divers mouvements, mais la plupart viennent à peine d’atteindre l’âge de porter les armes. (et pour certains sans doute pas encore mais personne n’a envie de le vérifier et ils ont tellement d’ardeur)

Tous ces Catalans ne veulent qu’une chose : participer à la victoire finale.

Ils sont envoyés, car on leur dit que cela leur servira en même temps d’entraînement, surveiller la frontière espagnole au dessus de Montlouis. Mais on n’a pas d’armes à leur confier. Et ils courent après les chèvres pour faire de l’exercice. Ils ont l’impression qu’on a pas besoin d’eux ou qu’on ne sait quoi en faire. Certains songent même à rentrer à la maison. Quelques uns le feront.

Tout le monde prédisait la fin de la guerre pour la fin de l’année 1944, mais les nazis défendent leur sol avec acharnement. Début 1945, le bataillon rejoint le théâtre des opérations dans le nord-est de la France, et il y participe activement à la libération de notre territoire sans se retrouver toutefois en première ligne.

En avril 1945, tout change : le bataillon est intégré à une unité de Français Libres qui se bat depuis 1940 et dont la plupart, des soldats de métier, ont l’expérience de durs combats en Syrie, en Libye, en Norvège. Beaucoup ont affronté les troupes d’élite de Rommel dans les sables de Tobrouk.

Il est assigné à cette unité composite, constituée pour l’occasion, la mission de réduire une poche allemande, une des toutes dernières sur le sol français, dans les alpes du sud à la frontière italienne au dessus de Nice. Le terrain est escarpé, encore en partie enneigé, et à plus de 1500 mètres d’altitude d’où ce choix d’intégrer des pyrénéens, auxquels on prête des qualités de montagnards – même s’ils sont Salanquais – au milieu de ces vétérans du désert. Au dire des Catalans, dans ce terrain pentu, même un mulet n’y serait pas monté. Les allemands sont retranchés dans plusieurs fortins ou casemates, avec vivres et munitions, et protégés par leurs murs de béton. Ils ont décidés de ne pas se rendre et de faire payer cher quiconque voudrait les déloger. En face d’eux, pour les Français, il n’y a nul monticule, ou rocher pour se protéger. Ils faut donner l’assaut, à découvert. Il faudra s’y reprendre à plusieurs fois, et principalement de nuit, les affrontements durant presque une semaine.

Les combats seront d’une rare violence, les pertes extrêmement lourdes – plusieurs centaines – dans les deux camps, avant que les français ne finissent par venir à bout des allemands.  Ceux ci, des fanatiques qui quelques jours avant, défendaient une enclave en Italie du Nord et sont particulièrement aguerris, s’accrochent. Ils auront tenu leur dérisoire promesse. Les français auront payés un lourd tribut en attaquant – à découvert et sans armes lourdes – les bastions occupés par les nazis. Bien des Catalans ne reverront jamais Perpignan alors que dans moins d’un mois, les armes se seront tues définitivement, et qu’on dansera sur la place de Catalogne. Fallait il faire perdre à la vie à tant d’hommes pour écourter cette longue guerre de quelques jours ? Mais tout le monde était pressé d’en finir !

Il sera accordé au « Bataillon Catalan des Français Libres » une citation qui leur donnera le droit de porter le brassard à « croix de lorraine », en hommage à leur courage et à leur sacrifice.

Peu après la libération, le « Bataillon Catalan » sera dissous. Certains accepteront la proposition d’intégrer l’armée française, et s’y distingueront sous d’autres cieux. Mais la plupart de ces catalans préférera retourner s’occuper des vignes, et de retrouver une vie normale, en héros anonymes. De grands blessés, lourdement handicapés,  ne reverront leurs terres du Roussillon qu’à la Noël 1945. Une compagnie du « Bataillon Catalan », qui faisait partie  du « 24ème régiment d’Infanterie Coloniale »  sera sélectionnée pour faire partie d’une revue militaire, à Paris, le 18 juin 1945. Les catalans auront l’insigne honneur de défiler devant le Général de Gaulle avec d’autres troupes dont la particularité était de s’être vaillamment comportées

Rares, sont sans doute, ceux du « Bataillon Catalan » a être encore parmi nous, mais avons une pensée pour eux, et pour leurs camarades disparus en avril 45, ou depuis.

 

Blog-Cabestany : Richard, l’auteur de ce texte, nous avait précisé avoir fait un travail de recherche minutieux, en dehors des livres d’histoire classiques, en passant plusieurs semaines dans des Centres d’Archives un peu partout en France mais plus particulièrement auprès du CAPM (Centre des Archives du Personnel Militaire) à Pau. Lors de la première parution de cet article nous avions eu le témoignage d’enfants de ces héros pour nous remercier de les sortir de l’oubli. Si certains veulent nous envoyer d’autres témoignages, nous les en remercions par avance. HONNEUR A NOS AINES !

-o-

 

 » Perpinya alliberada « 

20 août 2019

Perpignan Libéré-o-

Nous ne pouvions oublier la date du 20 août, à savoir la Commémoration de la Libération de Perpignan, en 1944. Qui aura couté la vie à plusieurs de nos aînés et concitoyens.

On vous rappelle ce livre « Perpignan Libéré » pour lequel Blog-Cabestany avait participé – en 2015 – à la souscription, car l’éditeur voulait être sur d’avoir suffisamment d’acheteurs avant de le mettre en fabrication. On a vu ce livre chez un libraire de Perpignan, cet hiver, qui nous a dit n’en avoir plus que de rares exemplaires, et encore suite sans doute, à un retirage.

Un très beau livre. Dans un étui cartonné personnalisé de qualité pour le protéger. Il est écrit en français et en catalan avec des images que seuls ont vu les lecteurs de l’Indép, il y a plusieurs décennies. Et que nous n’allons surement pas scanner. La propriété intellectuelle et culturelle est une valeur que nous défendons.

Un livre à posséder dans sa bibliothèque ! ou à emprunter à une bonne médiathèque.

En 2015,  il était édité chez « Mare Nostrum »,  1, rue des variétés à Perpignan. Leur site :

http://www.marenostrumedition.com

Bonne lecture !

-o-

et la vidéo ci-dessous provient de Youtube

 

le 20 août 2019, à Cabestany

Un maire courageux va passer devant le tribunal pour avoir limité l’usage des pesticides sur sa commune, dans un rayon de 150 mètres autour des habitations et de l’école !

19 août 2019

« c’est vous qui le dites » – « Liberté d’Expression » :

Texte et image fournie par nos internautes

Le Pharaon GLYPHOSATON 1er (image fournie par un internaute)

Josyane écrit :

Dans quel pays du globe, cela se passe t’il ? Dans quelle contrée vendue aux lobbies peut on voir ce genre de choses ? Mais en France, évidemment !

L’élu de Langouët, en Bretagne, ce beau pays où lorsqu’on arrive sur certaines plages on bute sur  une barrière pour vous empêcher de vous baigner, à cause des algues vertes,  passera jeudi devant le tribunal administratif de Rennes à la demande de la Préfecture, qui souhaite l’annulation de son arrêté.

Un maire qui n’a pas proscrit l’usage des pesticides sur la totalité du territoire de sa commune, mais seulement dans un rayon de 150 mètres autour des habitations et de l’école. De quel droit va t’on retirer à nos chers enfants le droit de respirer leur dose quotidienne de pesticides. 

Cette anecdote illustre bien la duplicité des élus de la majorité, au sujet desquels on n’avait plus guère d’illusions, car sur une commune de 699 hectares, vouloir restreindre l’usage des saloperies qui empoisonnent les citoyens sur environ 0,5 % de son territoire, est un crime qui mérite bien d’être traduit devant un tribunal. Et on espère que l’Europe va demander que ce Maire soit déféré devant une instance internationale. 

Mais le comble de l’infamie aura été atteint lorsque des habitants de cette commune auront déployé une banderole où l’on pouvait lire « Stop pesticides, nous voulons des coquelicots ». Il faut leur envoyer les bérets verts, les CRS, ou même les chars. Si de braves Bretons – en chapeau rond – se mettent à faire comme à Hong-Kong pour réclamer la Démocratie ou la Liberté, on est foutus !

Madame la Préfère, heureusement pour vous que le ridicule ne tue pas ! Mais connaissant les rouages de l’Administration Centrale, cela nous étonnerait que vous ayez pris cette décision sans en référer à Paris. De quoi avaler son homard de travers !

Des citoyens témoignent pour un journaliste du « Monde » en parlant d’un scandale de ceux qui nous gouvernent aussi mal :

« J’habite à Langouët dans une longère au milieu des champs, et ça fait très longtemps que les pesticides m’inquiètent, aussi bien pour mes enfants que pour mes petits-enfants », témoigne Nicole Duperron-Anneix, membre du collectif. « Les enfants de Langouët mangent bio à la cantine, habitent dans des bâtiments écoconçus mais ils se déplacent et vivent près des champs et on a retrouvé des taux de glyphosate très élevés dans les urines de deux d’entre eux », ajoute-t-elle.

« J’ai deux filles et je n’ai pas envie qu’elles tombent malades, on a des taux élevés de glyphosate dans nos urines alors qu’on mange bio et qu’on cultive notre jardin », abonde Hélène Heuré, employée communale.

Le maire de Langouët, Daniel Cueff, a pris le 18 mai un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytopharmaceutiques « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ». « Il est légitime qu’un maire agisse face à une carence de l’État », avait-il déclaré, mettant en avant une « problématique de santé publique ».

« Le maire de #Langouet a entièrement raison, a affirmé Corinne Lepage, ancienne ministre de l’environnement. « Nous sommes contaminés, les abeilles disparaissent, les algues vertes pullulent mais l’Etat et sa préfète préfèrent s’acharner sur un maire responsable et autoriser les pires élevages industriels. Lamentable ! », a renchéri sur Twitter Yannick Jadot, député européen écologiste.

   Le comble aura été atteint lorsque de présumés militants proches de la Majorité Présidentielle     auront déclaré que la seule motivation de ce Maire était de se faire réélire en 2020. On pense à ce Maire du Var qui se serait jeté « volontairement » sous les roues d’une camionnette qui jetait des gravats, uniquement pour se faire lui aussi réélire. Il aura perdu la vie.  Le chauffeur aura été libéré au bout de deux heures. On pressent que le climat des Municipales qui s’annoncent va être plutôt sympathique. Vive la Démocratie !

Signé : Josyane, internaute, pour Blog-Cabestany

Blog-Cabestany : tout comme il est étrange que depuis 10 ans que notre Blog existe, on a jamais été autant menacés de nous faire taire lorsqu’on ose critiquer certains de nos politiques. De quoi craindre pour la Liberté d’Expression !

 

Pourquoi le 15 août est il un jour férié ?

15 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

Joyeux 15 Août 2019 à tous !

 

Gabrielle demande à Blog-Cabestany : « Pourquoi le 15 aout est il un jour férié ?« .

Fête religieuse, ou pas ? A l’origine, évidemment. Mais passée dans la culture française au point que beaucoup de français ne savent plus s’il s’agit d’une fête qui appartient désormais à la tradition ou s’il faut y voir encore un caractère sacré ?

Une étude dans les années 70 avait été menée pour savoir s’il fallait surtout conserver à cette date le caractère de jour Férié. Donc chômé et payé. Car là était l’enjeu et nulle part ailleurs  ! Le patronat plutôt classé comme pro-clergé voulait faire l’économie d’un jour de salaire quand la C.G.T. ne voulait pas qu’on touche à ce jour férié. Et cela à aucun prix !!!  Georges Marchais faisait partie de ceux qui s’opposaient le plus radicalement à la suppression de ce jour férié, et alors qu’un journaliste plutôt retors lui demandait s’il n’aurait pas été – par hasard – « enfant de coeur », il lui répond : « non, je ne l’ai jamais été, mais je n’aurais aucune réticence à le reconnaitre si cela était. Et s’il fallait  mettre sur la touche tous les « camarades » qui l’ont été, nos rangs seraient plutôt clairsemés ! ». Mettant les rieurs de son côté. Et jusqu’à une certaine Arlette Laguiller qui disait que le 15 août était le jour où ses militants qui distribuaient des tracts sur les plages étaient assurés de rencontrer le plus grand nombre de prolétaires en slip de bain !

Les Français se divisaient, à l’époque,  sur le caractère religieux ou pas, de ce fameux 15 aout, au point que tout le monde commençait à regretter d’avoir engagé une telle réflexion. Surtout que malgré des avis divergents tout le monde faisait consensus sur le fait qu’il ne fallait surtout pas toucher à ce jour férié. Qui tombait déjà pendant la période où la plupart des Français était en vacances. Pour les autres, cela occasionnait la possibilité de faire le pont. Et en 2019, la Préfecture des P.O. va jusqu’à fermer les services publics ce vendredi 16 aout ! Et puis pourquoi créer des problèmes là où il n’y en avait pas ? En France, on ne cherche jamais à résoudre ce qui ne marche pas mais on s’ingénie toujours à vouloir réformer ce qui ne pose pas de problèmes ! Un grand classique !

Mais l’Insee avait surtout découvert que dans les années 70, il s’agissait d’une journée où le chiffre d’affaires dans les hôtels, restaurants, bars, agences de voyages, parcs de loisirs, campings et autres activités touristiques, était le plus fort de l’année. Bien plus que tous les autres jours, Noël, Jour de l’An…. On parle bien d’une époque qui date de 40 années en arrière car on a pas de chiffres actualisés.

Même dans les villes de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, il était hors de question de ne pas laisser se dérouler dans les rues, une procession religieuse qui attirait les touristes. Il ne fallait pas indisposer les électeurs, croyants ou non. Et généralement, on tirait même un Feu d’Artifice ! Comme pour le 14 juillet.  Certains demandant que l’on déplace le Jour de Fête Nationale qui ne serait plus le 14 juillet mais le 15 aout.

Une demande pas aussi farfelue qu’on pourrait le penser. Cela n’aurait été qu’un simple retour en arrière. Car depuis 1637, sous Louis XIII, et jusqu’à la Révolution, le 15 août avait été, dans le royaume de France, la Fête Nationale. Honorée par toutes les religions, chrétiens, juifs, musulmans ou par les athées. Et par tous ceux qui avaient la fibre nationale sinon patriotique. Car c’était le jour où chacun invoquait le ciel ou autre chose,  selon ses croyances, pour que la France soit préservée des malheurs ou catastrophes et qu’elle demeure un pays uni et en paix. Et toucher à ce symbole aurait été pour beaucoup une atteinte à notre culture, à notre passé, à nos traditions. Un sacrilège impardonnable dépassant le caractère sacré ou religieux. Voire un mauvais présage, pour les superstitieux, de ceux qui vous attirent tous les malheurs sur la tête. Qui prendrait une si lourde responsabilité ?

Il vaut mieux bien connaitre l’Histoire pour comprendre les choses. Et c’est un prof d’Histoire de nos amis qui nous aura sorti du pétrin car on n’avait pas la réponse, chère Gabrielle ! Et quel besoin d’avoir été inventer les R.T.T.  que personne n’avait réclamés (mais qui sont devenus un acquit) si c’est pour s’en prendre à un jour férié qui date de quatre siècles ! Ce qui ne sera pas l’avis de certains sectaires qui préféreront quand même être à la plage aujourd’hui plutôt qu’au boulot  !

 

 

 

 

 

Il y a 75 ans, les « Pieds Noirs » débarquent en Provence pour libérer le sol national ! écrit Georges à Blog-Cabestany.

14 août 2019

Courrier des lecteurs

Georges, un « Pied-Noir » de nos amis se souvient du Débarquement de Provence », le 15 aout 1944. Et nous profitons de l’occasion pour dire que nous n’avons pas oublié notre tant regretté ami, Lucien Garcia, à Cabestany. Et qu’il nous manque beaucoup, pour son amitié, sa gentillesse, et il savait si bien raconter les histoires… l’Histoire. Et en bas de cet article, en un clic, vous retrouverez l’article écrit par l’un de nos rédacteur(trice)s en hommage à Lucien. C’était en 2016.

Georges nous écrit :

« Il était prévu que les débarquements en Normandie et en Provence soient simultanés. Mais on manquait de matériel et les bateaux ou péniches de débarquement utilisés le 6 juin en Normandie seront réacheminés en Afrique du Nord et en Italie pour préparer ce second débarquement qui ne sera prêt qu’à la mi-aout 1944.

Si en Normandie, début juin, les Français étaient très minoritaires, cette fois ci, ils composeront un peu plus de la moitié des effectifs. Métropolitains, Corses, Pieds-Noirs, Antillais, Réunionnais, Calédos, Maghrébins. Les « Pieds-Noirs » sont en très grand nombre, engagés souvent à moins de 18 ans, et certains ont déjà combattu en Libye, en Italie, avant de toucher le sol métropolitain, la plupart pour la toute première fois. Mais il y a également des Sénégalais, Ivoiriens, Malgaches, Vietnamiens et tous ceux qui viennent de ce que l’on appelle encore l’Empire Colonial de la France. Et beaucoup de Syriens qui, en 1944, considèrent la France comme leur seconde patrie et vont donner leur sang pour cette terre qu’ils n’ont jamais visitée. C’est ce rapport avec la Syrie qu’on semble avoir oublié aujourd’hui. Plus tard, dans les années 70, toutes les jeunes filles à Damas sont en mini-jupe et on y parle partout le français. Et ce coin de Syrie que je visite, planté d’arbres fruitiers et de fleurs est le Jardin d’Eden. Dès 1943, la Syrie aura été la plateforme de départ des Français Libres où les peuples Syriens, Libanais, Jordaniens, Égyptiens, quels que soient l’avis de leurs dirigeants,  étaient des amis indéfectibles du peuple de France.

Alors que plusieurs milliers de soldats ont été parachutés dans la nuit, dans l’arrière-pays, et cherchent leur chemin, en ce 15 septembre 1944, à l’aube, sur les côtes Varoises, ils sont près de 10 000 à se ruer sur les plages sous le feu Allemand. Les défenses ne sont pas partout de la même efficacité que ce qu’on a connu en Normandie. Certaines plages sont prises sans coup férir et sans tirer un coup de feu. Sur d’autres, on va se battre au corps à corps.  Les alliés seront 100 000 à débarquer le premier jour, une fois les plages prises, puis près d’un million en quelques semaines. Des Américains, des Canadiens, des Britanniques, des Australiens, mais on ne doit pas oublier la part prise par les Français et plus encore par les « Pieds-Noirs », en ce 15 aout 1944, débarqués avec la première vague ! Les premiers à fouler le sol national !

Ce sont plusieurs de mes propres copains, Oranais, qui se placent parmi les volontaires pour partir à l’escalade du Cap Nègre. Sans doute n’avais je pas leur courage si je suis encore là pour en parler !  Ils grimpent à mains nues, s’accrochent aux rochers, et ils vont escalader les 100 mètres de cette falaise abrupte avec comme objectif de  détruire une batterie allemande que l’on croit se trouver là. Les allemands leur tirent dessus, leur balancent des grenades, mais leur sacrifice n’aura pas été vain.  Cela crée une diversion qui permet à d’autres troupes amies arrivées par derrière de prendre l’ennemi en tenaille. J’irai fleurir la tombe, en Algérie,  de deux de ces copains qui n’auront foulé le sol de la métropole que quelques heures. Les dernières de leur vie. Je le ferai, chaque année, jusqu’en 1962 ….. Morts pour la France !

Ce débarquement permettra de libérer rapidement Marseille, Toulon, avant que les armées remontent vers Lyon. »

signé : Georges P.

Merci Georges !

-o-

Juste un clic :

https://blogcabestany.com/2016/07/19/au-revoir-lucien-garcia-notre-ami-a-cabestany/

« Privatisation des barrages Français, la France en vente à la découpe ! »

13 août 2019

« C’est vous qui le dites »

Barrage de Vinça

On a déjà parlé dans nos colonnes de ce scandale, à nos yeux, de la privatisation des barrages français, souhaitée par Bruxelles pour des raisons dogmatiques, mais à laquelle tous nos Présidents précédents avaient répondu par une fin de non recevoir.

« Henri » écrit : « Car aimants la France, et soucieux de son indépendance énergétique, ils avaient déclaré que « jamais », un Président Français, n’oserait se livrer à une telle infamie !? » (c’est vous qui le dites)

Mais, vente d’Alstom, signature d’accords avec le Canada ou l’Amérique du Sud, hôpitaux à l’abandon, et on en passe, semblent appartenir à une époque, en 2019,  qu’on aurait souhaité ne jamais voir arriver. Qui est hélas, désormais notre quotidien !  Où des décisions politiques qui nous paraissent à nous, inconséquentes, irréfléchies, mais qui seraient selon d’aucuns plutôt le fruit d’une obstination malsaine,   peuvent finir par engendrer, de façon inéluctable, comme aujourd’hui, de la violence de la part de citoyens qui en ont marre de tout ce gâchis ! (c’est vous qui dites ») Et qui peut défendre la violence ? Surement pas nous !

Le barrage de Vinça sera t’il exploité demain par des Chinois, Norvégiens, mais sans équivoque par des sociétés devant contenter des actionnaires, qui en période de sécheresse pourraient multiplier par 10 le prix du mètre cube d’eau pour irriguer les cultures de notre département ? Telle est la question que vous nous posez et à laquelle nous n’avons pas la réponse ! Mais nous sommes effarés qu’une telle situation puisse un jour exister ! Et n’est ce  pas le genre de situation, si des citoyens se sentent spoliés, volés, exploités, qui risque de les mettre dans une colère incontrôlable. Quelle est cette perversité pour vouloir jouer avec le feu ? dites vous !

Notre amie, Gersende, politologue que l’on connait bien,  est elle même l’amie d’une certaine Laurence Taillade, Présidente d’un mouvement politique qui s’appelle « Forces Laïques » sur lequel on ne sait pas grand’ chose. Gersende nous dit au téléphone : « si vous voulez en savoir plus sur le « bradage » de nos barrages, et ce n’est que le début de la casse de notre pays, reportez vous à l’article de Laurence, repris d’ailleurs par vos amis « Les Gaullistes de Sceaux » dont je sais qu’ils vous ont donné leur accord pour les re-publier ». Comme tu es bien informée, Gersende ! Et on va suivre ton conseil de ce pas !

https://groupegaullistesceaux.wordpress.com/2019/08/12/privatisation-des-barrages-francais-la-france-en-vente-a-a-decoupe/

A Cabestany, vous êtes émus ou en colère par le décès de ce Maire du Var !

7 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

En cette période où l’on ne s’attendrait pas à ce que vous soyez plusieurs à nous écrire, on s’aperçoit que vous êtes émus ou en colère par le décès de ce Maire du Var.

On reprend vos propos, en vrac et dans le désordre, mais ce sont les propos de citoyens qui ont le droit d’exprimer des avis quels qu’ils soient. Parfois contradictoires. Dont nous assurons la confidentialité de leurs auteurs :

La fonction de Maire d’une petite ville n’est pas toujours une sinécure, dites vous ! Mais on n’a jamais prétendu le contraire, semble t’il.

Marre, dites vous encore, de cet affaiblissement de l’autorité dont sont coupables certains parents, enseignants, juges ou politiques, qui trouvent toujours de bonnes raisons pour minimiser des actes de délinquance qui se transforment dans leur bouche en « incivilités ». Qui trouvent toujours de bonnes raisons pour excuser les voyous mais s’intéressent si peu à leurs victimes. (l’opinion de l’un d’entre vous)

Marre de ces cambrioleurs, voleurs de colliers qui s’en prennent aux personnes âgées. Marre de ces vendeurs de drogue, de caïds qui font la loi dans les entrées d’immeubles. Marre des voleurs de cuivre, creveurs de pneus de voitures, briseurs de vitres pour voler dans votre voiture lorsque vous êtes à la plage. Marre de TOUS ces délinquants…..  mais sitôt qu’on parle d’installer une caméra on dirait qu’on s’attaque à la Liberté. Oui, à la leur !!!!  Alors que c’est la Révolution qui a donné le pouvoir de police aux Maires. Dont certains se comportent parfois comme des Ponce-Pilates. (c’est vous qui le dites »)

Marre (c’est toujours vous qui le dites!) de ces motards, sans casque, qui roulent à fond la caisse, au risque d’écraser un enfant, dans nos rues comme des abrutis. Mais s’il y a un accident on dira que c’était que la victime était au mauvais endroit au mauvais moment. Et l’un d’entre vous s’attend à ce qu’on dise bientôt que ce maire dans le Var est mort par accident, voire à la suite de son imprudence. A vomir. S’il était resté les doigts de pied en éventail derrière son burlingue il ne lui serait évidemment rien arrivé !

Marre de ces décharges sauvages, de cette saleté dans nos villes. Colette Appert en a fait des photos sur son site Facebook. Mais vous nous dites aussi que vous ne pouvez y accéder si vous n’êtes pas « amis » avec elle. On va le lui dire !

Marre que la morale ne soit pas respectée à la tête de l’état quand casser du « Gilet Jaune » semble devenir un sport national. Et que donner des leçons aux gens lorsqu’on fait bien pire qu’eux devient insupportable pour le citoyen qui va finir par se révolter pour de bon.

Vous êtes quand même quelques uns à nous dire – aussi – que l’affaire de ce pauvre garçon, tombé dans la Loire, frise l’hystérie et qu’il ne faudrait pas non plus se servir de tout et n’importe quoi pour taper sur la gendarmerie ou la police. Dont les fonctionnaires ne font qu’obéir à des ordres. Et au dessus à nos politiques.

Et que laisser des anarchistes tout casser pour mieux discréditer les citoyens qui ont l’audace de revendiquer pour quelques miettes, est « indigne d’un pouvoir qui ne respectant pas les autres ne se respecte pas lui-même ». (c’est votre avis).

Que l’on soit – ou non – en accord avec vous, lorsqu’une famille est en deuil, lorsque des gens sont dans le malheur, faire de la récupération politique serait de notre part plus qu’incongrue. On en restera donc là pour aujourd’hui. Vous pouvez continuer à nous envoyer vos commentaires mais on ne pourra pas passer non plus le reste du mois sur un même sujet.

A vous lire, il semblerait pourtant que vous ayez des choses à dire. Et beaucoup de choses.  Tant mieux ! On vous donnera donc la parole, à la condition que vous sachiez modérer vos propos, lorsque le moment sera venu. Car énoncer les choses a davantage de force, lorsqu’on les explique calmement et avec clarté, plutôt que ce qu’on reçoit trop souvent et dont on ne peut rien faire. Et Blog-Cabestany n’est pas un forum ou un espace pour s’invectiver entre citoyens.  Mais la Liberté d’Expression est la première de nos valeurs. Vous pourrez vous exprimer. On vous le promet !

« Solidaires »

6 août 2019

                   Solidaires !

L’Opposition Municipale, ses élus et conseillers, ses co-listiers, militants, sympathisant, mais sans aucun doute TOUS les Cabestanyencs de bonne volonté, seront solidaires de la famille, des élus, suite au  décès de ce Maire du Var, victime de son engagement pour empêcher des salopards, des criminels, des abrutis, ….. qui voulaient jeter des encombrants sur le domaine public.

On espère – sans y croire une seule seconde – que les auteurs de ces faits passeront de longues années derrière les barreaux. Même si on entend déjà des voix pour dire qu’il s’agissait d’un acte commis « à l’insu de leur plein gré » ou peut être même d’un accident, ou d’un moment où ils n’étaient pas conscients de leurs actes et par conséquent pas responsables. Ou encore que les punir sévèrement ne ramènera pas cet édile à la vie et qu’ils sont – sans doute – conscients de ne « pas avoir bien agi » !?  Quelle connerie dans la bouche de certains bien pensants.

Peut être que s’il y avait eu des caméras, cela aurait dissuadé des imbéciles de jeter leurs détritus n’importe où et de prendre le territoire de leur commune pour une décharge.

Peut être que si on punissait de façon plus juste les auteurs d’infractions diverses plutôt que de leur faire un « rappel à l’ordre », plutôt que de leur mettre un bracelet à la cheville dont ils sont tellement fiers que certains portent des shorts en hiver pour mieux frimer. Plutôt que de leur faire balayer la cour d’une Mairie comme travail d’intérêt général…. dont ils se foutent pas mal !

Peut être que si certains citoyens étaient davantage conscients que leurs actes délictueux pourrissent la vie de tous. Mais généraliser serait une grave erreur de jugement et une insulte pour ceux qui se comportent en bons citoyens et sont las de voir que leur voisin se comporte comme un sagouin et s’en félicite. Car la plupart du temps ceux qui se font prendre sont les moins futés qui ne font que reproduire des actes qu’ils ont vu commettre par d’autres qui le faisaient depuis longtemps en toute impunité. 

On ne doute pas une seconde que ceux qui sont en charge de la propreté à Cabestany font ce qu’ils peuvent et se décarcassent. Jusqu’à parfois se décourager, en voyant que leurs efforts ne payent pas. Et on le comprend. Et on les comprend.  Et on ne leur jette pas la pierre ! Et même plus, on les soutient !  Mais lorsqu’on voit le résultat on conçoit qu’ils puissent avoir parfois des moments de grande solitude !!!

Il y a de toute évidence,  les efforts, la bonne volonté, d’un côté. La méthode de l’autre.

Toute municipalité est confrontée à ces problèmes de propreté,ou d’autres problèmes du quotidien, et nous ne sommes pas  partisans d’en nourrir le débat politique à l’excès ou de se focaliser sur ce seul problème, quand d’autres sujets, bien plus graves,  doivent être mis bien plus en avant. Car,  c’est exactement ce que vous nous écrivez !

Sans doute !!!   SAUF,  si on mêle aux problèmes auxquels toute municipalité est confrontée une certaine doctrine politique, du dogme, des grands principes marxistes. Sauf si on considère – par exemple – que mettre des caméras dans des points chauds, surveiller nos rues, c’est s’attaquer aux Libertés. Car la Liberté des uns ne doit pas se faire au détriment des autres : des bons citoyens qui deviennent des victimes. C’est même écrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme. Inutile de s’en gargariser si on ne l’a pas lue ! Et inutile de donner des leçons de morale jusqu’à faire que le citoyen pacifique peut devenir un jour, enragé. L’actualité nous en donne chaque jour la démonstration.

Alors, on ne doit pas s’étonner si à Cabestany,  tout va de travers !!!

 

 

 

 

« Merci à nos pompiers ! » écrivez vous à Blog-Cabestany !

3 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

« Merci à nos pompiers, merci aux gendarmes, policiers, personnels de la Sécurité Civile, comme ce pilote victime du devoir. Merci également aux bénévoles, à condition qu’ils soient encadrés, qui se joignent aux professionnels (dont une grande partie est également bénévole) pour combattre les incendies que des criminels ont allumés. »

L’un de nos amis, retraité à Canet, ancien juge, nous explique :

« Lorsque j’ai entamé mes études de Droit, mettre volontairement le feu à une foret, et si jamais il y avait une victime, faisait encourir au pyromane la peine capitale. Personne, à ma connaissance, du temps où existait encore la peine de mort, n’a été exécuté pour ce motif. Il a suffit qu’on arrête l’auteur d’un feu de foret dans les Landes où plusieurs pompiers avaient péri et qu’on le condamne à une très lourde peine de plusieurs dizaines d’années de prison pour que les incendies d’origine criminelles cessent durant pas mal d’années. Dans ma gazette professionnelle, si je me réfère à un cas récent où certes il n’y avait pas eu de victime, l’auteur d’une « incivilité » qui a détruit des centaines d’hectares a été condamné à des travaux d’intérêt général et va porter un bracelet électronique quelques mois. Cherchez l’erreur !  

 

L’hôpital ! Un scandale d’été ? NON, un scandale d’État !!!!

2 août 2019

LE COURRIER DES LECTEURS !

En cette torpeur estivale, les mails que nous recevons concernent tous ou presque le même problème.

L’abandon – volontaire selon ce que vous écrivez – de l’hôpital par un gouvernement cynique, dont la ministre en charge du problème passe son temps à faire le show, à la télé,  comme une vedette de télé-réalité, pour nous dire de ne pas oublier de nous hydrater. De la provocation ! (c’est vous qui le dites !!!) Chacun sait que la provocation,  portée au paroxysme, peut engendrer jusqu’à la violence. Nous condamnons la violence. Toutes les formes de violences quelles qu’elles soient. Et rien ne peut justifier à nos yeux la violence. Mais l’Histoire ne nous enseigne t’elle pas que la violence est le plus souvent la résultante d’un mépris dans lequel on a tenu le citoyen ? Et l’irresponsabilité aveugle du pouvoir et de ce ceux qui le soutiennent et croient légitimes de le faire pour des raisons indéfendables, nous fait craindre le pire !

Une infirmière, de nos amis, à laquelle on doit des centaines d’heures supplémentaires impayées,  enchaine des journées de travail de 18 heures consécutives ou plus, au point de ne plus rentrer chez elle s’occuper de ses enfants. Elle dort – épuisée – dans la salle de garde des infirmières. On lui a retenu sur son salaire plusieurs jours de paye pour avoir porté un brassard « en grève » alors qu’elle assurait pleinement  son service. Ecoeurée, elle nous explique : « ce dont on souffre le plus est le mépris affiché à notre égard par l’organisme de santé en charge de l’hôpital, qui pense qu’avec une prime minable, on va la fermer. Parce qu’on a la responsabilité de la vie de nos malades. Parce qu’on mise sur notre dévouement. Pendant ce temps on continue à fermer des lits. En racontant le contraire aux français qu’on prend pour des benêts.  On nous retire des moyens. On compte dans notre dos les compresses de peur qu’on les revende au marché noir. On nous traite comme des esclaves. Cette façon de faire croire à l’opinion qu’il ne s’agirait de rien d’autre pour nous que d’une histoire d’argent à la fin du mois est une véritable insulte à notre dignité ! Notre ministre s’enorgueillit même qu’on l’appelle « la Dame de Fer » »

Notre amie nous prévient : « cela fait plus de quatre mois que nous avons tiré la sonnette d’alarme sans que RIEN ne change. Sauf en pire ! Le jour où nous n’en pourrons plus, si nous n’avons pas mis entre temps fin à nos jours, comme l’a fait cet hiver ma meilleure amie, nous ferons tous la grève. Mais en restant à la maison !  Il y aura des centaines de décès. Ce sera terrible. Cela fera un scandale médiatique. Mais cela fera t’il bouger seulement les choses ? Nos dirigeants s’en foutent pas mal ! »

Connaissant la personne qui nous dit cela, d’ordinaire douce, calme, posée, mais qui parait au bout du rouleau, dont la mère est descendue du Nord de la France pour surveiller ses enfants et qui s’inquiète pour elle, il y a de quoi avoir peur ! Pendant que des politiques ont l’indécence de se lamenter en public parce qu’on leur aurait manqué de respect !? Pourvu que tout cela ne finisse pas mal ! Car qui sème le vent récolte la tempête !

Et on préfère mettre en ligne un dessin humoristique plutôt que d’en rajouter nous mêmes :

Et pardonnez nous si on réagit un peu moins vite en ce moment, car chez Blog-Cabestany c’est la période des  vacances ! Mais lorsque vous prenez la peine de nous écrire, on y est toujours sensibles ! On vous lit ! On tient compte de ce que vous nous dites ! Et ce n’est pas le moment de tomber malades !!!!