Archive for the ‘FRANCE’ Category

En ce 14 juillet, la Droite Municipale était fort bien représentée à la cérémonie de dépôt de gerbe aux monuments aux morts de Cabestany ! Pendant qu’à Paris, nos politiques transforment ce rendez vous entre le citoyen et son armée, en spectacle de music-hall !

14 juillet 2018

Une cérémonie, à Cabestany,  sur laquelle on ne fera pas de grands discours. Et en matière de photos on pourrait reprendre celles de l’année dernière ou d’une autre année. Mais ce n’est pas dans l’ADN de notre Blog de faire ce genre manipulation.

Pour la Droite, le 14 juillet peut avoir plusieurs significations.

Et pour Blog-Cabestany, notre rédacteur du jour a traité l’événement à sa manière. Et pourquoi pas ? En toute Liberté. Dans notre collectif de rédaction chacun peut s’exprimer en toute indépendance !

Des jeunes, prêts à sacrifier leur vie, pour que la France reste la France ! Pour une France éternelle. Et cela fait chaud au coeur.

En d’autres temps, en d’autres lieux, mais sur notre sol national, des jeunes encore, décidaient de se battre contre l’agresseur pour le salut de notre Patrie !

C’est aussi cela la symbolique du 14 juillet !

Puis en rentrant de la cérémonie à Cabestany, j’ai regardé en replay le défilé à Paris. Qui a commencé par un numéro de « danseuses » des Gardes Républicains. Lamentable. Comment peut on faire jouer à des militaires ce numéro de cabaret ? Les pauvres ! Pour Brigitte ? Ce n’est pas elle qui l’aura demandé. Enfin chacun son avis et c’est le mien. Les militaires, qu’on les respecte. Mais un jour nos politiques feront bien défiler les pompiers en « tutu » en leur faisant lever la jambes.  N’est on pas en train de transformer ce rendez vous entre la France et son armée, en spectacle de music-hall ? Ensuite défilé classique impeccable. Honneurs à nos soldats. A leurs blessés et disparus !

Pour que la France reste la France.

Et un salut à notre ami Jean-Dominique Merchet, journaliste qui écrit pour l’Opinion, et qui ne parle pas avec la langue de bois. On espère pouvoir reprendre bientôt certains de ses écrits, sur notre Blog.

Tags : Droite Municipale, Droite Républicaine, Colette Appert, 14 juillet, Patrie, Liberté, Honneur à nos soldats, pour que la France reste la France.

« Intifada » à Nantes ! écrivez vous.

6 juillet 2018

Photo d’illustration. Ni la localisation précise à Nantes, ni la date ne sont connues

Chez Blog-Cabestany, le terme d’Intifada nous paraît correspondre parfaitement à la situation.

Chez Blog-Cabestany, on a pas vraiment envie de commenter ces événements Nantais.

L’un de nos amis proches, un retraité, nous écrit : « nos gouvernants sont plus rapides pour venir nous voler l’argent dans nos poches et nous laisser crever dans les EHPAD, que pour assurer l’ordre républicain ». Il ne s’agit pas là de propos prononcés par un extrémiste, proche des idées d’un parti populiste,  mais d’un papy excédé, un homme simple et modéré, qui constate l’incapacité de nos dirigeants à gouverner la France et protéger les gens honnêtes. « Ils nous conduiront par leur laxisme vers des lendemains hasardeux »

A la rédaction, on a pas l’envie de mettre en ligne TOUT ce que vous nous écrivez. Sinon, on ferait passer de braves gens pour des extrémistes ou pire. Ce qu’ils ne sont pas ! Il ne sont que des citoyens modestes, qui payent leurs impôts, qu’on entend guère. Mais ils sont dans une colère « noire » et disent ne plus supporter ce gouvernement de « bras cassés » qui laisse bruler des magasins, des voitures, des commerces en regardant faire et nous joue ensuite les « deux orphelines ».  » Et si les « dégageurs » qui sont au pouvoir étaient mille fois pire que ceux qu’ils ont dégagé » ?

L’un de nos amis à Nantes nous explique qu’à la télé on nous montre moins de 10% des dégradations, destructions. Lorsqu’on est journaliste, s’aventurer avec une caméra est dangereux sur le territoire de la République. Même les pompiers n’osent plus y aller. Et il faudrait en plus gober ces beaux discours de nos politiques qui nous racontent que l’ordre règne partout en France et qu’il n’y a pas de zone de « non-droit ». N’ont t’ils pas une once de dignité ?

Paul écrit : Qui va payer les dégâts sinon le bon citoyen ? Des quartiers où il y a des gens qui se lèvent tôt le matin pour travailler, sont d’honnêtes citoyens dont on laisse bruler les véhicules dont ils ne peuvent se passer. La faute à pas de chance, sans doute, pour Macron. Car on se couche, misérablement, devant une poignée de délinquants. Sur les chaines télé d’infos, on les ferait passer même pour des victimes. Pire, nous culpabiliser ! Cela devient ignoble. Osons reconnaître qu’on laisse le marché souterrain de la vente de stupéfiants proliférer. Le comble de ce qu’on entend à la télé : « On ne va quand même pas installer des caméras de surveillance  » s’entend t’on dire par des élus (de Nantes) qui tiennent plus à leur fauteuil qu’au respect des valeurs Républicaines. C’est nous qu’on pousse à bout !

On l’a dit et on ne va pas le répéter à l’infini. On n’a pas envie de commenter ces événements. D’en rajouter à vos écrits.  Pour les commentaires, rapportez vous à vos médias habituels. Pour la désinformation : même adresse. Mais y a t’il un pilote dans l’avion ? La France des braves gens est elle encore la France ? Dans les mains de ceux qui la laissent être abimée chaque jour un peu plus par des voyous en laissant faire par manque de courage politique. Ou de mépris pour les braves gens ? Mais on en rajoutera pas. Comment dit on déjà : « n’en jetez plus, la cour est pleine ».

Tags : « No comment » – « Sans commentaires »

« Les sanglots longs des violons de l’automne………. « 

6 juin 2018

blessent mon coeur d’une langueur monotone !

« Les Français parlent aux Français »

« NO COMMENT »

Le groupe parlementaire de la « République en Marche », serait il le cheval de Troie de la démocratie ?

25 mai 2018

Mais il est bien d’autres élus appartenant à d’autres partis que ses décisions enchantent ! Et on ne va pas vous parler de pénurie de vin rosé. Pas grave. Mais, rassurez vous,  vous n’allez pas manquer de glyphosate. Vos enfants vont pouvoir en respirer à pleins poumons grâce au grand « mamamouchi » élyséen Glyphosaton 1er, son mime (il ne parle plus) Nicolas Hulot, son ministre de l’agriculture qui nous la fout en travers. Car la reculade semble être la marque de fabrique de cette nouvelle majorité présidentielle lorsque cela concerne notre santé ou notre environnement. Courageuse pour s’en prendre aux vieux, aux cheminots, aux fonctionnaires mais pour le reste…..

L’Association « Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne s’inquiète à la lecture de l’un des derniers communiqués que vient de lui adresser « France Nature Environnement » fédération française de plusieurs dizaines d’associations de protection de la nature et de l’environnement. Car tous ceux qui défendent l’environnement et dénoncent l’urbanisation non concertée doivent se sentir concernés. Une urbanisation sauvage qui ne s’occupe pas des problèmes de ressources en eau, qui détruit des espaces naturels, qui laissera à nos enfants un environnement invivable mais semble t’il souhaité par la Macronie. Mais pas seulement !

Alors de quoi s’agit il ?

Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN), de nombreux amendements visant à déroger à la loi  viennent d’être adoptés subrepticement à l’Assemblée. A la loi littorale mais pas que. Des amendements présentés au tout dernier moment par le groupe parlementaire présidentiel qui favorisent l’urbanisation sous de faux prétextes et dans une précipitation interdisant toute réflexion. Des amendements qui ne sont pas autant improvisés qu’on voudrait nous le faire croire mais qui vont profiter à ceux ou aux amis de ceux qui les ont déposés. Ces parlementaires de la majorité sont à l’habitude bien discrets et entérinent sans broncher tout ce qu’on leur fait voter. Mais là l’instant est grave. 

Des amendements qui selon leurs auteurs sont destinés à préciser les contours d’une loi trop floue afin d’en éviter les excès. Sauf que ces amendements vont dans le sens contraire de ce qu’on attendait et ouvrent des boulevards à des élus qui seraient loin d’avoir en tête la seule  préservation de notre environnement.

Des élus, qui pour défendre leur périmètre électoral, lorsque celui ci se désagrège, ne reculent pas devant l’odieuse décision d’attirer des populations ne venant pas de leur zone de gouvernance,  en leur construisant des cages à lapin par pur clientélisme. On saura ensuite leur demander d’être reconnaissants et de bien voter à la prochaine élection. Et comme ces populations auront besoin de commerces et que l’on n’a rien à foutre des petits commerçants, on leur fera des centres commerciaux où ils trouveront tout ce qui leur est parfaitement inutile et vient de loin mais qui n’est pas cher. Et on gavera en même temps le citoyen bêlant de beaux discours sur la défense du prolétariat et on le gonflera en lui disant d’acheter français. Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! On critiquera ce « grand capital » qu’on aura accueilli par ailleurs avec le tapis rouge. Quelle duplicité.

Puis il faudra à ces populations,  des écoles, des stades, ….. pourquoi pas une piscine ? Car on marche sur la tête ! Et on ne peut pas bétonner sur nos vignes et s’attendre à y récolter du vin rosé.

Notre littoral est concerné. Mais pas uniquement. Chacun sait que nos territoires font l’objet de nombreuses convoitises, pressions foncières importantes, urbanisation accélérée, projets économiques soi disant axés sur le tourisme… le tout au détriment des activités agricoles ou maritimes, de la préservation des espaces verts, de la sauvegarde des espaces naturels riches de leur biodiversité.

Nous, nous voulons vivre dans un environnement acceptable qui ne soit pas détruit, détérioré par certains qui ont toujours de bonnes raisons pour faire n’importe quoi. Nous avons des responsabilités vis à vis de nos enfants et pas la courte vue de la durée d’un mandat électoral. Ces bétonneurs ont de plus l’audace de vouloir nous expliquer le bien fondé de leur démarche alors qu’il ne s’agit que de tromperie et de petits calculs. Mais comme le citoyen est prêt à avaler n’importe quoi. Sauf si une opposition est capable de lui ouvrir les yeux. Sauf si une association comme « Trait-d’Union-Cabestany » met les pieds dans le plat. Si on ne cherche pas à les faire taire !

Avec la loi « Littoral », la France avait préfiguré et donné à voir ce que pouvait être une politique concrète de développement durable avec ses dimensions économiques, sociales et environnementales.

Depuis plusieurs années on savait qu’il y avait des élus qui voulaient que la loi soit moins restrictive. Ils ont trouvé des défenseurs depuis un an dans des parlementaires appartenant au parti majoritaire de la « République en Marche » et de bien d’autres se réclamant de diverses tendances politiques. Mais tous ne cessent de prôner l’assouplissement de la loi. On a l’impression qu’ils chercheraient plutôt à la faire exploser tout en faisant semblant de dire qu’elle a le mérite d’exister. Quelle hypocrisie.

Telle est le scénario qui vient de se dérouler à l’Assemblée Nationale : des amendements de dernière minute, non concertés, sans étude d’impact, discutés hâtivement. L’exact contraire, au fond, de ce que devrait être une démocratie participative. A l’occasion de l’examen du projet de loi ELAN, la commission des affaires économiques a donc adopté des amendements, permettant d’ouvrir dans des espaces naturels et agricoles, des zones d’activités économiques, des projets d’urbanisation et même…. des décharges.

Nous saluons les efforts méritoires de France Nature Environnement, association lanceuse d’alerte, qui demande la suppression de toutes les nouvelles dispositions du projet de loi ELAN qui portent atteinte à l’environnement et font reculer la situation actuelle. Des dispositions qui ruinent trois décennies d’un militantisme écologique qui avait donné des résultats acceptables dans l’application de cette loi certes imparfaite mais qui tente entre autres de freiner l’urbanisation tous azimuts et dans des régions comme la nôtre essaie de préserver nos rivages.

« Trait-d’Union-Cabestany » s’associe à cette démarche et dénonce ceux qui bétonnent davantage pour leur survie électorale que pour de bonnes raisons.

La Gauche et la Droite municipales – ensemble – réunies ce matin à Cabestany devant le Monument à nos Morts pour commémorer le 8 mai 45 !

8 mai 2018

Dix ans que l’équipe de Colette Appert représente l’opposition municipale, une opposition constructive, travailleuse, toujours impliquée et désormais parfaitement intégrée dans le paysage local.

Dix ans, peut être un peu moins pour moi qui appartient au collectif de ce Blog, que Colette nous entraine avec assiduité dans son sillage pour assister aux commémorations des 8 mai, 11 novembre, 14 juillet, …. et même le 5 décembre où nous sommes d’ailleurs les seuls présents.

Dix années, comme le temps passe vite, que nous fréquentons toujours avec plaisir les anciens combattants, parfois leurs veuves ou leurs familles. Car beaucoup de nos amis rencontrés lors de ces commémorations, lors des réunions de l’Entente, des ACPG ou du Souvenir Français, ont hélas disparu.

Ces commémorations sont utiles, indispensables pour savoir d’où nous venons et où nous essayons d’aller. Fort heureusement, des jeunes semblent prendre la relève, et dans les écoles de Cabestany nos enseignants cultivent, rendons leur cet hommage, le devoir de mémoire.

Dans ces commémorations on se retrouve, au delà de la politique et des convictions, entre femmes et hommes « de bonne volonté ». Animés par un désir de paix. Pour que nos références à l’Histoire puissent nous permette de ne pas revivre les souffrances et les douleurs qu’ont enduré nos ainés pour que nous vivions libres.

Il faisait beau ce matin, et se regrouper devant le monument aux Morts pour la France c’était honorer la démocratie, la Liberté, le République. Dans ce monde qui paraît de plus en plus dangereux et en ces temps qui nous apparaissent de plus en plus chaotique, ces moments de communion revêtent une importance primordiale. Et nul n’est obligé d’écouter certains discours qui surviennent parfois comme un cheveu sur la soupe. Simple question d’habitude. Et on aura la plus grande bienveillance pour certains radotages lorsqu’ils viennent de la part de ceux qui ont plus que l’âge d’être l’un de nos papys.

Le moment le plus sympathique aura été celui où certains élus de la gauche et de la droite municipale auront été saluer – ensemble – les porte-drapeaux. Un moment qui démontre que l’on peut, lorsqu’on n’a pas l’esprit chagrin, l’esprit biaisé, ou un excès de bile, faire abstraction de la politique et se comporter en citoyen.

Et c’est bien la symbolique de ce moment qui nous importe plus que certaines paroles. Prions pour que nous vivions en paix le reste de notre âge. Celui de nos enfants ou petits enfants.

Et Honneur à nos anciens et à leur sacrifice.

Vidéo : une Marseillaise reprise en cœur de façon fraternelle par la foule qui assistait à la commémoration en ce 8 mai 2018… et où l’on se fout bien de connaître les convictions ou les idées de chacun

Et encore Merci à nos porte-drapeaux !

Joyeux 1er Mai, du bonheur, de la joie pour tous !

1 mai 2018

Mais on a aussi une pensée pour tous nos amis qui sont dans la peine ou qui souffrent.

Que ce 1er mai vous apporte de la joie, du bonheur, rapprochez vous de ceux qui vous aiment, vivons en paix.

Et comme nous aimons par dessus tout la musique, toutes les musiques, Blog-Cabestany vous dédie ce morceau :

Tags : « God bless France », 1er mai, muguet, lily of the valley, Cabestany, Pyrénées Orientales, Occitanie, France, Peace, Love, Happiness,

« Honneur à la Gendarmerie » et à ses femmes et ses hommes !

24 mars 2018

NO COMMENT

 

Jacques nous rappelle TOUS à un peu plus de dignité. Macron compris. En écrivant à Blog-Cabestany.

6 décembre 2017

Le mail de Jacques à Cabestany

 » J’étais présent hier le 5 décembre devant le monument aux morts de Cabestany et une tramontane de pensées me venaient  à l’esprit :

Non, nous ne regrettons pas que des français aient débarqué il y a presque deux siècles sur les côtes d’Afrique du nord où il n’y avait nul état, nul pays, mais seulement des tribus disparates qui vivaient sous le joug de l’occupant turc,

Arabes et Français, ensemble, nous avons défriché au milieu des cailloux, planté, semé, construit des routes, des hôpitaux. Nous ne le regrettons pas.

Nous regrettons de ne pas avoir construit plus d ‘écoles mais comme chacun sait le colonisateur n’aime pas que le colonisé soit trop instruit. Oui, ça nous le regrettons. Et aussi de ne pas avoir donné davantage la parole aux populations qui étaient sur la terre de leur ancêtres. Ce n’était pas la démocratie telle que je la conçois à titre personnel.

Oui, nous regrettons cette guerre où il y a eu trop de morts des deux côtés. Des jeunes français du contingent ont payé de leur vie une illusion. Des jeunes algériens sont morts pour avoir leur patrie : comme nous, nous l’aurions sans doute fait à leur place.

Nous ne regrettons pas que les algériens nous aient incité à revenir en métropole. Chacun son pays. Ils avaient droit d’avoir leur pays. Nous le nôtre. Devenir les maitres dans leur pays. Nous l’être dans le nôtre.

Mais nous regrettons amèrement la manière dont ils l’ont fait. Pour tant de français installés là bas l’alternative n’aura été que la valise ou le cercueil. Que les algériens n’oublient pas que les souffrances n’ont pas été que de leur côté et que si des hommes de bonne volonté peuvent pardonner, oublier est plus difficile. Que les Algériens ne ramènent pas tout à eux.

Nous regrettons d’avoir mal reçu les quelques harkis qui ont réussi à s’échapper d’Algérie plutôt contre le gré de notre gouvernement de l’époque. Nous regrettons plus encore d’avoir abandonné tous les autres – des milliers et des milliers – de ces harkis sur les quais d’Algérie. Ils furent massacrés par leurs soi-disant frères qui n’ont nul raison de s’en glorifier. Ce sont peut être les auteurs de ces forfaits que nous avons ensuite mieux accueilli en France qu’on ne l’avait fait avec leurs victimes. Seule l’Histoire pourra juger.

Nous regrettons que le Président Macron nous abuse et nous présente une vision erronée, hypocrite, fallacieuse des événements algériens. Qu’il veuille réécrire l’histoire pour son seul avantage est un travers bien connu chez les politiques.  Ce serait bien plus grave si ses convictions profondes étaient que nous sommes coupables et redevables comme il l’a dit de manière imbécile et criminelle  lors de sa dernière visite en Algérie.

De sa part cela ne serait que de la duplicité coupable, inexcusable.

Monsieur Macron redressez la France, on vous y engage et on vous soutient mais pour ce qui est de commenter ce que NOUS, nous avons vécu, et pas VOUS, n’en faites pas trop !!!

Les français n’ont AUCUNE dette vis à vis des jeunes algériens qui vivent en France. Ils peuvent rester chez nous s’ils s’adaptent aux lois, us et coutumes de notre pays. S’ils considèrent que la France est leur pays et ne font pas passer religion ou appartenance en premier avant la République.  Ils peuvent aussi partir à leur guise et aller s’installer dans la patrie de leurs aieux, et construire un pays qui aurait bien besoin d’eux si vraiment ils préfèrent l’Algérie à la France. Ce qui est leur droit.

Tout comme notre droit est de défendre notre pays, protéger nos valeurs, préserver nos racines.

Monsieur Macron, ne nous trahissez pas, ne soyez pas un traitre à votre propre pays. Si vraiment vous l’aimez ?! Il y a des choses que l’on ne pourrait JAMAIS vous pardonner si vous franchissiez la ligne.

Quand à vous les algériens qui êtes en France et pourriez, du moins pour certains,  considérer que vous êtes chez vous, et que nous nous ne le serions plus, on vous demande juste un peu de dignité.

Ce sont vos parents qui ont viré les nôtres de votre pays. Ce sont vos parents qui ont viré les pieds noirs. Admettons que vos parents avaient raison et voulaient une patrie. Nous, on vous a pardonné. Et ce n’était pas facile. Que vous ne soyez pas là bas pour construire votre pays mais installés bien au chaud chez nous à nous réclamer des droits que vous n’avez pas ne ressemble en rien à de la dignité telle que nous la concevons. Plutôt même à de la provocation.

Alors s’il vous plait, n’en faites pas trop !!!!!

Et quant à ces Français dégoulinant de repentance, on préfèrent ne pas les qualifier «  »

Jacques

POSTMASTER : « c’est vous qui le dites ». Et notre premier devoir est de défendre votre Liberté d’expression. Merci Jacques pour ce mail que vous nous avez adressé hier mardi après midi. Nous en avons reçu d’autres. Pas aussi clairs et souvent bien plus enflammés d’où notre choix de mettre le vôtre en ligne. Saviez vous – on suppose que oui – que notre Président serait en Algérie aujourd’hui mercredi lorsque notre article sortirait. Et on peut supposer que vous aller aussi nous écrire à ce sujet aujourd’hui, demain, plus tard. 

 

Commémoration du 5 décembre à Cabestany !

5 décembre 2017

Malgré le froid, ceux qui ont l’habitude de venir chaque année étaient présents devant le monument aux morts de Cabestany ce matin à 11 h oo. Nous manquaient quand même certains de nos amis disparus. Une gerbe était déposée. Notre photographe n’était pas là mais on a récupéré deux photos prises le 5 décembre 2014.

Le 5 décembre est la Journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie (1952-1962)

Ce sont toutes les victimes de ces conflits, civiles ou militaires, et de tous les camps, auxquelles la journée du 5 décembre rend hommage, par l’application d’un décret de 2003.

Photo du 5 décembre 2014

le 5 décembre 2014

-o-

« Pharaon Macron Glyphosaton 1er, faites quelquechose ! » « Ou on repart pour un tour !!!!! » etc…. écrivent nos lecteurs à Blog-Cabestany !

28 novembre 2017

Le Pharaon Emmanuel GLYPHOSATON 1er (photomontage envoyé il y a quelques temps à Blog-Cabestany par un internaute en colère)

Nos lecteurs écrivent :

 » La reconduction de l’autorisation du Glyphosate est la victoire des lobbies qui commandent à nos dirigeants Européens. Une Europe en laquelle plus personne n’a confiance. Mais à qui la faute ? Ou  bien la France décide unilatéralement de prendre une décision sur son sol si notre Président a la réelle volonté de ne pas se coucher devant Bruxelles. Ou bien tout le monde aura compris qui commande, qui nous commande, où est le pouvoir et qui sont les hypocrites ! « 

 » Nicolas Hulot, on croit vraiment que vous essayez de faire au mieux, mais devant l’incurie de nos politiques,  mettez vous plutôt au canevas ! « . Un autre écrit : « vous seriez mieux au dehors de ce gouvernement que pieds et poings liés au dedans » . Etc…….. No comment

La rédaction de ce Blog  n’éprouve nul besoin d’en rajouter ! Vos propos sont largement suffisants et édifiants.

Nos lecteurs sont très en colère !

« NO COMMENT – SANS COMMENTAIRES » – « C’EST VOUS QUI LE DITES » – « NOS LECTEURS ONT LA PAROLE »

–oOo–

Nos amis écologistes de Trait-d’Union-Cabestany viennent de nous adresser le communiqué de FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE) en date du lundi 27 novembre, et au format PDF. Juste un clic ci-dessous :

20171127_CP FNE_Glyphosate

Tags : Glyphosate – Occitanie – Pyrénées Orientales – Cabestany – les lecteurs ont la parole – Emmanuel Macron – Pharaon Macron Glyphosaton 1er – France Nature Environnement – préservons la santé de nos enfants – écologie – Trait-d’Union-Cabestany – No comment – Europe des lobbies – Bruxelles – sauvons la planète

« Trait-d’Union-Cabestany » votre Association Citoyenne, Politique, Écologiste communique !

26 novembre 2017

L’EAU C’EST LA VIE

TRAIT-D’UNION-CABESTANY communique :

Le Tech est une rivière chère au coeur de beaucoup d’entre nous. Qui fit bien des misères à nos parents par moments. Mais qui est source de vie comme tout ce qui touche à  l’eau dans notre département.

Voilà dix années que citoyens, organismes locaux, élus, services de l’État se penchent sur les problèmes de cette rivière dont le bassin versant est en effet confronté à un déficit de débit d’une importance inquiétante. Certaines restrictions auraient déjà dues être mises en place mais il n’est jamais facile à certains qui préconisent  des restrictions pour les autres  de ses les appliquer à eux mêmes. Et il faut compter – aussi – avec le clientélisme de certains autres qui savent qu’on va dans le mur mais préfèrent ne pas indisposer ceux qui les ont mis dans le fauteuil où ils sont.

Une augmentation des populations, le changement climatique, des extractions de matériaux sont autant de facteurs d’aggravation de la situation pour tous nos cours d’eau.  Tout est concerné : nappes, ponts, digues, ressource en eau potable. Notre environnement est menacé. Nos modes de vie doivent en tenir compte. De façon générale, Urbanisme et P.L.U. ne devraient plus être entre les mains de celles et ceux qui refusent de voir la réalité en face et ne cherchent qu’à satisfaire leurs caprices ou assurer leur réélection en masquant la vérité au citoyen. Pire en la déformant pour qu’elle serve leurs intérêts. Mais gardons aussi de tout vouloir généraliser, faire des procès d’intention et de désigner telle ou tel par seul parti pris quand la réalité est bien plus complexe.

Trait-d’Union-Cabestany veut se montrer vigilante quand bien même ses pouvoirs sont limités mais il n’est pas encore interdit de diffuser la juste information à des citoyens qui se retrouveraient abusés à un moment ou à un autre.

En ce qui concerne le Tech, on croit donc savoir qu’un train de mesures vient d’être décidé de façon consensuelle pour gérer la ressource, la qualité, le partage, préserver les zones humides, prévenir les inondations.

Trait-d’Union-Cabestany, bien que non impliqué directement, s’intéresse au processus retenu, à la méthode, aux diverses approches utilisées, à la réflexion des parties prenantes et ne peut qu’émettre le voeu que les décisions concernant le Tech ne restent pas que des vains mots et qu’on les applique comme prévu, dans leur totalité et selon le calendrier arrêté. Trait-d’Union-Cabestany émet le voeu qu’on prenne exemple sur ce qu’on a décidé pour le Tech et qu’on applique la même chose à tous les autres cours d’eau de notre lieu de vie, en tenant compte évidemment des spécificités.

Dans tout projet d’urbanisation, n’importe où dans les Pyrénées Orientales, ne pas tenir compte de l’environnement, de la ressource en eau, des changements que le climat va apporter à notre futur serait une faute inexcusable. A la limite, assimilable à une volonté de nuire à l’avenir de nos enfants et petits enfants !

Pour conclure sur une note positive, cette vidéo devrait vous intéresser !  Et bon dimanche à tous.

Tags : France, Occitanie, Pyrénées Orientales, Le Tech, EAU, ressources en eau, changement climatique, restrictions, sécheresse, Trait-d’Union-Cabestany,  Colette Appert Présidente, Association écologie, SAGE, urbanisme, PLU, inondations, environnement ….

 

Vous nous en parlez ! On en parle donc. Sans complexe. De l’élection du Président du parti « Les Républicains » en décembre !

24 novembre 2017

Dans l’entourage de Colette Appert, chez les sympathisants et militants de la Droite Municipale à Cabestany, tous ne sont pas adhérents de ce parti. Il en est de même chez les rédacteurs, ou consultants extérieurs de notre Blog.

Mais on sait que les adhérents LR à jour de leur cotisation au 31 décembre 2016 pourront voter. Ils recevront par mail des codes pour intervenir sur Internet. Ceux qui n’ont pas internet devront se déplacer au siège LR à Perpignan.

Il y a trois candidats :

Florence Portelli, une jeune femme, surdiplômée, ex présidente des Jeunes RPR de son département, maire d’une commune de 25 000 habitants en région parisienne, fille et nièce de deux magistrats réputés. Repérée par Nicolas Sarkozy elle participa à la campagne présidentielle de François Fillon. Son truc : les Arts, la Culture.

Maël de Calan, 36 ans, créateur de plusieurs start-up, spécialiste de l’économie numérique, militant ou responsable chez les jeunes RPR depuis plus de 15 ans. Proche d’Alain Juppé, il est son principal conseiller en matière d’économie. Mais il a également conseillé François Fillon pour les Présidentielles. Et il est généralement écouté par tous en matière de formation et d’adaptation aux nouveaux métiers. Il appartient également à une lignée d’élus, conseillers départementaux, et régionaux.

Laurent Wauquiez, 42 ans, qu’il est inutile de présenter. Président de région. L’un des rares en France a être capable (ou vouloir) maitriser un budget une fois qu’il est voté et ne pas se laisser embarquer dans des dérapages qui étranglent le contribuable en matière d’impôts locaux. Également issu d’une lignée d’élus.

Trois candidats qui ont davantage de points communs que de divergences dans leur cursus.

Tous,  surdiplômés, tous jeunes mais militants depuis 15 ou 20 ans chez les RPR,  tous d’une famille d’élus ou militants, tous ayant à peu de chose près les mêmes idées et fortement impliqués dans la vie économique et dans la vie publique, avec des idées nouvelles, et une conception moderne de la politique.

On ne détaillera pas leurs programmes mais on y trouve plus de similitudes que de réelles divergences. Mais c’est évidemment sur ces divergences que vous vous ferez votre opinion. Et puis si  vous remplissez les conditions pour pouvoir voter vous ne manquerez pas de recevoir les professions de foi des candidats et de les suivre sur leurs différents sites sur Internet. On ne va pas vous faire l’article !

Et on vous laissera choisir sans vous donner de conseils.

D’ailleurs nous mêmes ne sommes pas certains d’avoir fait notre choix définitif à la date d’aujourd’hui ou de ne pas en changer dans les jours qui viennent. Et le gagnant ou la gagnante sera notre vainqueur.

Une certitude : les citoyens qui ont voté pour François Fillon au premier tour des présidentielles et qui croient en certaines valeurs ne devraient avoir aucun complexe pour continuer à s’engager pour cette Droite qui est la deuxième force à l’Assemblée et la première au Sénat. Une Droite que nos adversaires ou les médias accusent de se droitiser à l’excès. Un argument électoral fallacieux et éculé. Fabriqué de toutes pièces pour nous discréditer. Fabriqué avec perfidie par nos adversaires qui savent que la Droite existe encore. Se laisser prendre à cette rouerie et y croire serait démontrer que nous sommes prêts à croire le premier abruti venu.

« Servanne », l’une de nos conseillères en politologie, nous a renvoyé vers un récent article de Denis Tillinac. Sur lequel on reviendra peut être. Denis Tillinac cite des noms et s’en prend aux « Solère, Riester et consorts » :  un procédé dans lequel nous mêmes n’aurions sans doute pas  osé nous engager. Denis Tillinac explique leur double jeu et leur imposture. Ils sont ceux qui sont à l’origine de l’idée de Primaires de la Droite et du Centre ouvertes à tous les vents. Surtout à nos ennemis.  Puis Ils les ont organisées. Une forfaiture pour mieux les faire foirer. Et pour terminer leur forfait ils ont fait perdre les Présidentielles à notre candidat. Tout cela pour se  précipiter chez Macron la gamelle à la main pour récolter les trente deniers de Judas. De sinistres individus qui voudraient faire croire que « Les Républicains » sont prêts à copuler avec Marine. Pitoyable !

« Servanne » fait la distinction, dans notre démocratie, entre le citoyen qui se réclame de la  Droite Républicaine mais est libre de ses idées. Même de croire en Macron. Son libre choix. Son libre arbitre.  Et certains responsables de la Droite qui nous ont enfumés, trompés, manipulés pour essayer de nous jeter par la ruse dans les bras du nouveau Président. Qui imaginent que le citoyen est crédule, pas vraiment intelligent, et qu’on peut lui raconter n’importe quoi et se foutre de sa gueule. Ce que ces Tartuffe nous ont fait est inexcusable et impardonnable !

Dans le Parti « Les Républicains », il est urgent de bâtir quelquechose de solide en s’affranchissant de tous ceux qui nous ont trahis de façon éhontée et auxquels il nous est interdit de pardonner sous peine de perdre notre âme et notre dignité !

Avec la collaboration de « Servanne ».

Tags : Élection du Président du parti « Les Républicains », L.R., Florence Portelli, Maël de Calan, Laurent Wauquiez, 10 et 17 décembre 2017, Droite Républicaine, Droite Municipale à Cabestany, Colette Appert, Denis Tillinac, Servanne.

Étonnant ! Oui, mais….. ! ; Ou l’Édito de Postmaster, le collectif de rédaction de Blog-Cabestany !

20 novembre 2017

L’ÉDITORIAL DE POSTMASTER

Étonnant !  le nombre important de connexions à notre petit Blog hier dimanche lorsqu’on y met un clip de Johnny ?  Oui, mais…..

Rassurez vous ! Blog-Cabestany reste un blog citoyen et politique et ne va pas se tourner vers la varieté. Quoique, pour d’autres, désabusés, ce serait une idée géniale !?  Hier, on voulait juste partager un petit moment d’émotion avec nos fidèles lecteurs. On l’a fait. Rien d’autre qui ne mérite de se vanter. Nous ne cherchons pas à faire le buzz. Juste établir une proximité avec ceux qui prennent quelques minutes de leur temps pour nous lire. Merci à eux !

Des milliers, les lecteurs de Blog-Cabestany ? NON, juste quelques petites centaines de gens fidèles, assidus, et parfois passionnés. La plupart abonnés. A chaque fois que sort un article, ils le reçoivent sous forme de mail. Le lisent ils toujours ? On l’espère ! Mais ils forment notre communauté.

Et ce seraient des centaines de mails que nous recevrions chaque jour envoyés à notre Blog ? NON, parfois quelques dizaines, si on les additionne, entre hier et ce matin. Mais c’est souvent moins.  La qualité prime pour nous sur la quantité.  Pour nous encourager… ou nous engueuler. Tant mieux si on ne vous laisse pas indifférents. Jamais depuis sa création, notre blog n’aura enregistré une journée sans qu’aucun mail ne lui arrive. Mais il est arrivé que l’on compte vos commentaires sur les doigts d’une seule main. Et il est même déjà arrivé, c’est rarissime, sur un seul doigt. Peu nous importe !

Alors merci à ceux qui nous ont fait passer un message pour nous dire qu’ils appréciaient qu’on cherche à rester au contact de la vraie vie, de vos préoccupations, de vos interrogations. Et qu’on ne tombe pas dans les discours politiciens. Mais la Droite Municipale est toujours à la manoeuvre. L’association Trait-d’Union-Cabestany en mouvement. De cela vous pouvez être assurés !

La santé de Johnny nous préoccupe. Vous préoccupe. Car nous aurons traversé notre vie d' »homme » avec lui. De « femme », aussi, pour souscrire à une certaine mode iconoclaste dans la façon dont il faudrait désormais s’exprimer.   Ses chansons auront bercé nos jeunes années. Elles resteront encore longtemps chantonnées par nos enfants et peut être nos petits enfants. Mais souhaitons lui de se remettre au plus vite. Notre insertion n’avait pas d’autre signification.

Quant à ceux qui ont l’esprit chagrin et nous reprochent de chercher à faire de l’audience, au moins est ce le signe qu’ils auront lus notre Blog. Et s’ils ont pris la peine – en plus –  de nous laisser un commentaire, de quoi devrait on se plaindre ?Et cela pourrait être le début d’une grande amitié ? D’une grande complicité ? Qui peut savoir  ?

Nous sommes autonomes et savons nous débrouiller entre nous au sein de la rédaction pour avoir toujours quelque chose à écrire.

Mais on aime encore plus que vous interveniez. Ce que vous nous dites a plus de valeur à nos yeux que ce que nous écrivons nous mêmes. Envoyez nous des textes, des poèmes, des vidéos, des images, des dessins, des photomontages pour certains car cela nous amuse et amuse nos lecteurs.

 Dans cette attente, à bientôt !    L’une de nos adresses mails est :

llorenc.maripos@orange.fr

Tags : Blog-Cabestany, Droite Municipale, Trait-d’Union-Cabestany, Postmaster

Il y a un an notre ami, notre frère Patrick Sperring disparaissait !

15 novembre 2017

Depuis un an, il ne se passe pas un seul jour, un seul instant,  sans que par réflexe on pose la main sur notre téléphone portable pour vouloir lui envoyer un message, ou pour espérer  lire les siens. On ne se fait pas à sa disparition. Il est toujours là, présent,  avec nous.

  On voudrait lui demander un avis. Ou uniquement parler avec lui. Parce que souvent, sans véritables raisons,  on en avait l’envie et on avait l’impression que lui aussi aimait ces petits moments où il dévoilait sa vraie nature. On savait à l’avance qu’il allait nous écouter. Et nous répondre.  Parce que dans une famille il y a toujours un père, un frère, un cousin dont on se rapproche en toute confiance pour avoir un conseil, pour y voir plus clair dans n’importe laquelle des situations. Quelqu’un qui vous apaise, vous rassure. Quelqu’un qui semble indestructible, et dont vous vous dites qu’il y a au moins une personne dans votre entourage à laquelle on peut se fier et sur laquelle on peut compter.

Oui,  Patrick faisait partie de notre famille de coeur. Et lorsqu’on y pense, on parlait bien moins de politique que d’autres choses. Car il était sans doute le moins « politique » de nous tous. Refusant de se rallier à des idées qui n’auraient pas été les siennes même si elles étaient portées par un parti dont il lui arrivait de se réclamer.

Et si on organisait une réunion de travail, il n’était pas question de s’écarter du sujet, et cela prenait très rapidement un tour professionnel. Il avait le caractère bien trempé, savait ce qu’il voulait, refusait les compromis. Et il pouvait s’enflammer, voire se fâcher.

Car pour lui, un euro dépensé à tort par la Mairie, gaspillé, mal utilisé était un euro « volé » au citoyen. Il pouvait enrager à la vue d’un gaspillage, d’une gabegie. Et c’est peut être la seule motivation qui l’avait fait rejoindre notre équipe bien plus qu’une quelconque idéologie. Il était plus qu’intransigeant et sa formule préférée était « the right man at the right place ». Il ne concevait pas que des gens qui n’ont pas les compétences requises se mêlent de Finances Publiques, d’Urbanisme, de Culture. Il lui arrivait de dire que le suffrage universel permet à n’importe quel beau parleur, n’importe quel enfumeur  de se faire élire, de s’octroyer des responsabilités publiques et faire n’importe quoi. Et il dénonçait avec force cet usage de la communication, chez les politiques,  pour faire avaler n’importe quoi à des électeurs ébahis de sottise. Ce n’était pas sa conception de la démocratie.

On l’appelait pour l’informer de ce qu’on avait vu dans les journaux, sur un site internet. Pour lui parler d’une loi en préparation, d’un décret. Avec le plaisir de se dire qu’on allait lui apprendre quelque chose. Mauvaise pioche. Comment faisait il pour tout savoir avant nous, en savoir plus que nous. Ça pouvait en énerver plus d’un. Nous on s’y était habitués. Et en plus il n’en tirait aucune satisfaction. Aucune supériorité. Il vivait comme cela et se nourrissait d’être toujours au plus haut niveau, de comprendre mieux et avant nous. On n’y faisait même plus attention et c’est comme cela que nous nous l’aimions. Mais quand d’autres avaient envie de se mesurer avec lui, ils se retrouvaient vite remis en place par son humour Gallois, sa facilité à répondre. Toujours spirituel, jamais méchant, mais il pouvait être corrosif. Et exécrait ceux qui, sans culture, sans compétences, sans réelles capacités, essayent de « faire l’intelligent ».

Il était notre ami, quasiment notre frère, mais il avait aussi une famille.  On a une pensée pour eux. Les siens sont bien plus à plaindre que nous de son absence.

Un an déjà. Et plus rien ne sera, ne pourra être comme avant.

La mort est la terrible surprise que l’inconcevable réserve au concevable !

« c’est vous qui le dites » – dans la rubrique « sans commentaires » »

12 novembre 2017

NON, on avait pas vu cet entrefilet que vous avez scanné dans l’Indépendant du vendredi 10 novembre 2017 et qu’on ne met en ligne que ce dimanche. Que vous nous avez envoyé en pièce jointe par mail. Et que vous retrouverez tout en bas de cet article.

Sans vouloir vous vexer, nous sommes quand même allés vérifier. Même si vous êtes plusieurs à nous avoir envoyé cet article. Nous aimons tout vérifier, plutôt deux fois qu’une, ce qui ne nous met nullement à l’abri de reproduire une bourde. Qu’on serait toujours prêt à reconnaitre humblement. Car si vous nous envoyez la plupart du temps des infos exactes, parfois des scoops, il est heureux que nous ne plongeassions pas la tête la première et sans retenue, dans tout ce qui nous arrive. Et il nous arrive d’être débordés mais peut être n’en faut il pas beaucoup !

Et puis chacun de nos lecteurs sait que la spécificité de notre Blog est que nous accordons un droit de réponse à tous ceux qu’il peut nous arriver de citer. S’ils estiment que le simple fait de faire apparaitre leur nom justifierait à leurs yeux une quelconque mise au point. C’est le cas aujourd’hui.

Ne revenons donc pas à cette affaire Noëlanie (6 ans déjà) sur laquelle nous n’avons  aucun commentaire à faire.

Mais plusieurs d’entre vous se souviennent de cette petite fille avec beaucoup d’émotion. Que son souvenir ne s’évanouisse pas est sans doute important pour tous ceux qui l’ont connue et aimée. Et on le conçoit aisément.

L’affaire (en marge de l’affaire) à laquelle fait référence l’Indépendant et qui vaut que vous vous manifestiez auprès de Blog-Cabestany ne sera pas non plus l’occasion de notre part de faire le moindre commentaire.

Pour nous « c’est de l’info ». Mais aussi la « Liberté d’expression ».  Et merci de participer à la vie de notre Blog.

Bon dimanche

l’article scanné dans votre journal tel que nous l’avons reçu !

Tag : no comment – Noëlanie – Cabestany