Archive for the ‘c’est eux qui le disent’ Category

« Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne, relaie le communiqué de presse de France Nature Environnement

17 juillet 2018

Votre association citoyenne, issu de la Droite Municipale, qui prend également en compte les problèmes d’environnement, et revendique d’être une Association au service de TOUS les Cabestanyencs sans exception, a le plaisir de relayer, à peine reçu, le communiqué de nos amis de France Nature Environnement (F.N.E.). La première phase des « Assises de l’Eau » initiée par le gouvernement il y a trois mois, prend fin. Il y a bien sur la communication du gouvernement. Mais en réalité : qu’en est il ? Où en est on ?

Parce que la protection de notre cadre de vie, de l’environnement que nous allons laisser à nos enfants, la défense de notre santé, ne doit pas être une affaire de Droite ou de Gauche.

Parce que, qu’elle que soit la confiance, que nous avons dans l’Europe, dans l’État, dans nos gouvernants, dans nos élites, dans nos élus, nous ne pouvons pas leur laisser la bride sur le cou. Le citoyen de base doit prendre en charge sa destinée et veiller à la préservation de son environnement. C’est l’affaire de tous. C’est VOTRE affaire !

NO COMMENT – Sans commentaire

Témoignage d’une cérémonie du 14 juillet 2018 à Cabestany. Par Philippe Gleizes, élu de la Droite Municipale !

15 juillet 2018

Philippe Gleizes aux côtés de Colette Appert

Phil écrit :

« Ce matin 14 juillet, devant le Monuments à nos Morts pour la France, à Cabestany, je suis sans doute arrivé 5 minutes trop tard. A moins que ce ne fussent 5 minutes trop tôt puisque je suis tombé, à point nommé, sur le discours de Monsieur le Maire. Le même discours – à quelque chose près – que celui de l’an dernier, empreint de la nostalgie de 1789, de la Révolution Française et de ses coupeurs de têtes.

Un discours qui condamne tous les présidents de la 5eme république pour leur manque de justice sociale et pour leur défense des “bourgeois”.

Un discours qui prône la Révolution, par l’avènement d’une 6ème République mais entendons nous bien : façon communiste. En somme une dictature ! Idéalisée, rêvée, par ces mêmes communistes qui pleuraient la chute du Mur de Berlin, il y a 29 ans. Et qui s’étonnaient alors de ne voir aucun allemand de l’ouest en profiter pour se précipiter et s’enfuir à l’est !

Ce matin, on avait encore droit à un discours aux allures de donneur de leçon sur l’égalité, la fraternité et le respect. Qui font tout autant partie de nos propres valeurs et n’appartiennent pas qu’à certains qui voudraient se les approprier.  Mais nul besoin de faire de commentaires tellement la chose était risible, dans une commune où la censure est une marque de fabrique. Où l’attribution des logements est réservé aux adeptes. Où il est interdit de penser différemment.

Bref, en un mot comme en cent, il me tardait que cela finisse. Que je puisse chanter « la Marseillaise » : ce qui me tenait particulièrement à coeur. Et que je puisse tourner les talons.

C’est alors que j’ai eu le loisir d’embrasser du regard l’assistance. A savoir une immense foule d’au moins 24 personnes, qui fond comme la banquise année après année. Sûrement faute de supporters, blasés par des discours réactionnaires. Des fans, bien en retrait, surtout préoccupés de se protéger du soleil. Déjà dans les starting blocks. Attendant désespérément le signal, pour se bousculer et être celui qui serait le premier à l’apéro.

L’année prochaine, et si Dieu m’entend, il ne serait pas inutile de disposer d’une vingtaine de chaises. Pas pour nous mêmes bien sur. Pour nos aînés. Et aussi pour certains quadragénaires (ou +) qui montrent  bien de la constance à encore se déplacer. En ce qui nous concerne c’est notre honneur d’être là ! L’honneur de la Droite est d’assister à toutes les cérémonies de notre ville et il continuera d’en être ainsi. 

Et quelques chaises ? Ce n’est qu’une suggestion. Pas une proposition ! »

Signé : Phil

POSTMASTER : « c’est Phil que le dit ». Et tous tes amis, dont nous sommes approuvent. Mais on pourrait parier, sans prendre de grands risques, que bien d’autres partagent ton avis. Et on a compris ton allusion au fait que tu ne fais que des suggestions. Pas des propositions. Dans le « Cabes’infos » on lit à chacune des pages que la Droite ne fait jamais de propositions !

 Cher Phil, merci pour ce témoignage. On s’y croirait. On s’y croit d’ailleurs.

Merci, pour cet humour dont tu ne te départis jamais. Mais ceux qui te connaissent savent que tu prends en réalité les problèmes toujours très au sérieux. Même s’il t’arrive de le cacher. Et que ta dérision est une marque d’humilité. On connait ton attachement pour les valeurs de la République, ce que personne n’oserait contester sauf à être de mauvaise foi. On connait ton respect pour nos ainés. Qu’il faut protéger. Et on sait que tes pensées vont à ceux qui nous ont quittés.

Quant à savoir quel est le Dieu dont tu parles ….  Sans avoir pour autant la grosse tête, il paraitrait qu’il nous fait l’incomparable honneur de – parfois – nous lire. 

Et bon dimanche à tous.

DIMANCHE SOIR, minuit : on vient de mettre en ligne, ci-dessous, un commentaire fort intéressant.

La « Caravane des Jeunes Républicains 66» : déjà une bonne idée ! Et de plus, un franc succès !

11 juillet 2018

La « Caravane » est organisée par des Jeunes Républicains…. et Républicaines. Qui l’animent en sillonnant en ce mois de juillet 2018, les plages de notre département. Mais elle passera également à Perpignan, et Colette Appert tenait à ce qu’elle s’arrête à Cabestany. C’est chose faite. Ce matin mercredi 11 juin, elle n’était pas sur la plage de Sainte Camille mais au Moulinas.

Le but de cette caravane est d’attirer des Jeunes vers la politique. De les rencontrer. De pouvoir parler « entre jeunes » des problèmes du moment, de ce qui les concerne, de leur avenir. La politique a besoin de renouveau et d’intéresser les citoyens les plus jeunes. Et davantage de jeunes, qu’on ne l’imaginerait se révèlent être des passionnés.

Mais croire qu’on ne trouve autour de nos amis de la caravane ou de la Fédération des Républicains 66 que des jeunes n’est pas tout à fait la réalité. Chacun, qu’il soit ou non adhérent. Qu’il soit ou non militant ou sympathisant est le bienvenu. Qu’il soit même – ou non –  comme ce matin, de notre bord n’est pas restrictif. On peut poser toutes les questions que l’on veut. Et l’on vous donne des réponses. Et on discute. Et on échange. Un exercice de démocratie de terrain.

Sur les plages, on trouve les habitants de notre département mais également des vacanciers, en famille, en short et tongs, et on prend donc bien du plaisir à discuter avec eux et échanger. Et cela paraît réciproque. Et le moment, propre à la décontraction, est propice.

Ce matin à Cabestany, il n’y avait pas de « touristes ». Principalement des amis. Et les amis de nos amis. Et les amis des amis de nos amis qu’on rencontrait pour la première fois et qui seront désormais les nôtres. Plus quelques curieux, mais très sympathiques. Certains voulaient s’adresser à Colette Appert. C’est chose faite et elle leur a donné ses coordonnées. D’autres étaient venus pour parler entre jeunes ou s’adresser à François Lietta.

Il faisait tellement chaud qu’on se serait bien mis en maillot de bain. Peut être pas autorisé par la loi. Et on lâchement profité des parasols de notre ami Phil Gleizes, qui était aux côtés de Colette, et auquel on a peut être fait perdre quelques clients. Qu’il nous pardonne. Et on a beaucoup discuté avec notre ami, François Lietta, Président de la Fédération des Républicains 66, qui est lui même un jeune. Quel moment sympa lorsqu’on vient à nous !

Cette réunion de famille permettait à des citoyens de rappeler que quelles que soit les évolutions politiques actuelles, ils avaient conservé leurs opinions, leurs convictions, et que l’on pouvait toujours compter sur eux. Certains avouant avoir voté Macron comme pour s’en excuser. Pour ne pas voter pour l’extrême droite. On les a rassurés.  On connaît même pas mal de nos amis de gauche, ou encore des communistes à avoir fait le même choix républicain. Nous on avait préféré s’abstenir en écoutant les conseils du regretté Jean d’Ormesson. « J’en connais pas mal qui dans un an s’apercevront qu’ils sont cocus », disait il. Une vision prémonitoire qu’il n’aura pas pu vérifier lui même en nous quittant après une vie bien remplie et en nous laissant quelques regrets.

D’autres de nos amis étaient quand même très remontés après certains de nos « ex-chefs » à Paris. Ceux qui ont quitté le navire pour des raisons diverses : se mettre en retrait, réfléchir, peut être rebondir. Les autres, tellement apeurés à l’idée de de plus avoir de croquettes dans leur gamelle qu’ils sont allés « à la soupe » chez les Macroniens. On ne refera pas le monde.

Un Président de la République bien inconsistant, entendait t’on –  « c’est vous qui le dites » – qui prend la France pour une start-up, qui vit dans un monde virtuel, et se croit le héros d’un jeu vidéo.  Et lorsqu’il redescend sur terre, dans le monde réel, c’est pour piquer dans la poche des retraités avec sa CSG scélérate. Et on lui prête de bien mauvaises intentions quant aux pensions de réversion.

Le peuple de Droite, de la Droite Républicaine existe toujours. On l’a encore vérifié ce matin. Nullement attiré par les sirènes des extrêmes. Nullement enfumé par cette majorité présidentielle qui marche « en crabe » et semble avoir perdu sa boussole. Ce qu’on vit est comme la marée dit Paul : « il faut attendre que la mer se retire complétement avant qu’elle ne commence à remonter ».

Tout va bien chez les Républicains !

Colette Appert et François Lietta à Cabestany

« Intifada » à Nantes ! écrivez vous.

6 juillet 2018

Photo d’illustration. Ni la localisation précise à Nantes, ni la date ne sont connues

Chez Blog-Cabestany, le terme d’Intifada nous paraît correspondre parfaitement à la situation.

Chez Blog-Cabestany, on a pas vraiment envie de commenter ces événements Nantais.

L’un de nos amis proches, un retraité, nous écrit : « nos gouvernants sont plus rapides pour venir nous voler l’argent dans nos poches et nous laisser crever dans les EHPAD, que pour assurer l’ordre républicain ». Il ne s’agit pas là de propos prononcés par un extrémiste, proche des idées d’un parti populiste,  mais d’un papy excédé, un homme simple et modéré, qui constate l’incapacité de nos dirigeants à gouverner la France et protéger les gens honnêtes. « Ils nous conduiront par leur laxisme vers des lendemains hasardeux »

A la rédaction, on a pas l’envie de mettre en ligne TOUT ce que vous nous écrivez. Sinon, on ferait passer de braves gens pour des extrémistes ou pire. Ce qu’ils ne sont pas ! Il ne sont que des citoyens modestes, qui payent leurs impôts, qu’on entend guère. Mais ils sont dans une colère « noire » et disent ne plus supporter ce gouvernement de « bras cassés » qui laisse bruler des magasins, des voitures, des commerces en regardant faire et nous joue ensuite les « deux orphelines ».  » Et si les « dégageurs » qui sont au pouvoir étaient mille fois pire que ceux qu’ils ont dégagé » ?

L’un de nos amis à Nantes nous explique qu’à la télé on nous montre moins de 10% des dégradations, destructions. Lorsqu’on est journaliste, s’aventurer avec une caméra est dangereux sur le territoire de la République. Même les pompiers n’osent plus y aller. Et il faudrait en plus gober ces beaux discours de nos politiques qui nous racontent que l’ordre règne partout en France et qu’il n’y a pas de zone de « non-droit ». N’ont t’ils pas une once de dignité ?

Paul écrit : Qui va payer les dégâts sinon le bon citoyen ? Des quartiers où il y a des gens qui se lèvent tôt le matin pour travailler, sont d’honnêtes citoyens dont on laisse bruler les véhicules dont ils ne peuvent se passer. La faute à pas de chance, sans doute, pour Macron. Car on se couche, misérablement, devant une poignée de délinquants. Sur les chaines télé d’infos, on les ferait passer même pour des victimes. Pire, nous culpabiliser ! Cela devient ignoble. Osons reconnaître qu’on laisse le marché souterrain de la vente de stupéfiants proliférer. Le comble de ce qu’on entend à la télé : « On ne va quand même pas installer des caméras de surveillance  » s’entend t’on dire par des élus (de Nantes) qui tiennent plus à leur fauteuil qu’au respect des valeurs Républicaines. C’est nous qu’on pousse à bout !

On l’a dit et on ne va pas le répéter à l’infini. On n’a pas envie de commenter ces événements. D’en rajouter à vos écrits.  Pour les commentaires, rapportez vous à vos médias habituels. Pour la désinformation : même adresse. Mais y a t’il un pilote dans l’avion ? La France des braves gens est elle encore la France ? Dans les mains de ceux qui la laissent être abimée chaque jour un peu plus par des voyous en laissant faire par manque de courage politique. Ou de mépris pour les braves gens ? Mais on en rajoutera pas. Comment dit on déjà : « n’en jetez plus, la cour est pleine ».

Tags : « No comment » – « Sans commentaires »

Chez « Trait-d’Union-Cabestany », on ne met pas « la charrue avant les boeufs »

5 juillet 2018

Chez « Trait-d’Union-Cabestany, votre Association Citoyenne, qui se préoccupe de vos problèmes au quotidien et de votre cadre de vie, on considère que l’environnement est un sujet crucial, et on s’intéresse évidemment aux déclarations de Nicolas Hulot. 

A vous écouter, à vous lire car il y a dans nos lecteurs des passionnés, il y aurait de quoi « tirer sur le pianiste ».

Dans les adhérents de notre Association Citoyenne, animée par Colette Appert, il y a aussi des militants, des sympathisants tout autant passionnés. Car on ne peut dresser un mur entre écologie et politique. Et vouloir que nos enfants vivent dans un environnement respirable, que les futures mères n’accouchent pas d’enfants handicapés, que l’Eau ne soit pas un sujet de discorde, voire de conflit armé, c’est aussi faire de la politique.

On sait ce qu’est la planète « Vegan » et on respecte tout le monde. Elle n’est pas la nôtre !

Mais nous sommes des gens qui avons le sens pratique, qui ne mettons pas la barre tellement haut qu’elle devienne inatteignable et donc que ce soit une excuse pour ne rien faire.

Ce gouvernement est le jouet des lobbies et que nous ayons un ministre qui essaie de faire ce qu’il peut ne doit pas être un prétexte pour l’accabler sans chercher à comprendre. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

On aura tout l’été pour vous parler de « Biodiversité »

Alors, pour commencer, et pour y comprendre quelque chose, et si vous êtes disposés à lire le Rapport d’avril 2018 qui est le socle de tout ce que vous allez entendre ou lire à partir de maintenant, on va vous gâter, et vous donner de la lecture pour la plage :  + de 500 pages !!! *

rapport_eau_et_biodiversite_avril-2018

et lorsque vous aurez passé quelques soirées à le lire, comme nous l’avons fait chez Trait-d’Union-Cabestany, nous sommes prêts à en discuter avec vous !

  • il se peut, selon votre appareil, PC, tablette, téléphone, que vous mettiez 30 secondes ou plus à télécharger ce fichier, car il est lourd, et encore l’avons nous compressé. Patientez un peu. Ou signalez le nous qu’on vous l’envoie par mail.

La caravane des Jeunes Républicains sera à Cabestany le mercredi 11 juillet !

4 juillet 2018

Comme depuis plusieurs années, la « Caravane des Jeunes Républicains » parcourt toute la France à la rencontre des citoyens.

 Elle sera dans notre département des Pyrénées-Orientales du 6 au 12 juillet 2018

Les Jeunes Républicains de ce mouvement, au plan national,  seront accompagnés des Jeunes Républicains 66, et seront heureux de vous rencontrer, de discuter avec vous, de répondre à toutes vos questions.

François Lietta, le Président de la Fédération des Républicains 66 se félicite de ces événements qui permettront d’aller au contact avec les citoyens jeunes, ou moins jeunes.

Colette Appert et Philippe Gleizes nous ont communiqué l’agenda prévu pour ces rencontres.

Vendredi 6 juillet 2018
Saint Cyprien – Parking de la police municipale
de 11h à 12h et de 14h à 16h

Samedi 7 juillet 2018
Rivesaltes – Domaine de Rombeau
de 11h à 15h

Dimanche 8 juillet 2018
Le Barcarès – Place du Marché
de 10h à 12h et de 14h à 16h

Lundi 9 juillet 2018
Argelès sur Mer – caravane mobile en raison de l’absence de réponse de la mairie.
de 14h à 16h

Mardi 10 juillet 2018
Banyuls sur Mer – Parking Méditerranée sur l’avenue Pierre Fabre
de 14h à 16h

Mercredi 11 juillet 2018
Cabestany – Rue du Moulinas

de 10h à 12h

Mercredi 11 juillet 2018
Perpignan – Place de la République
de 14h à 16h

Jeudi 12 juillet 2018
Saint Laurent de la Salanque – Marché
de 10h à 12h

_

Jeudi 12 juillet 2018
Sainte Marie la Mer– Balladoir à l’arrière de la salle Omega
de 14h à 16h.

A très bientôt !

« La guerre en Méditerranée » selon l’article de Maxime Tandonnet sur son blog !

28 juin 2018

« ils relaient nos articles, nous relayons les leurs »

-o-

Notre ami Maxime Tandonnet, haut fonctionnaire, gaulliste, conseiller politique à L’Élysée sous Nicolas Sarkozy est un expert dans les problèmes d’immigration.

Ecrivain, essayiste, il a également une Tribune au Figaro comme journaliste.

Sur son blog, l’un des plus lus de la blogosphère, il nous parle de ce qui se passe en Méditerranée en ce moment.

Nous avons relevé certains passages de l’un de ses derniers articles, mais en fin de page vous avez le lien vers son blog si vous avez envie de lire ce qu’il a écrit sur le sujet, de façon exhaustive.

Image issue du Blog de Maxime Tandonnet

 

Maxime Tandonnet écrit

Les dirigeants européens se trompent sur la nature des événements en Méditerranée. Ils les voient comme une affaire d’asile et d’immigration. Or, nous ne sommes plus dans cette logique…..

Nous sommes au contraire dans une logique de guerre pour le contrôle de la Méditerranée. Des réseaux esclavagistes puissamment organisés sont en train de déstabiliser à la fois l’Afrique et l’Europe. Ces mafias criminelles mettent à profit la situation du continent africain et le désarroi d’une partie de ses populations, prises en otage, pour accumuler de gigantesques fortunes…..

Et face à cette réalité, les dirigeants européens qui ne voient rien, n’entendent rien, ne comprennent rien, se montrent d’un aveuglement et d’une lâcheté qui a peu de précédents historiques. Plus ils se déchirent, s’insultent mutuellement et plus ils refusent, par lâcheté de prendre leurs responsabilités……

Plutôt que d’étaler leur impuissance et leur manque de courage face aux mafias esclavagistes, les grands Etats européens d’immigration devraient assumer leur responsabilité devant l’histoire en mettant en place une force navale et aérienne d’intervention collective pour frapper militairement et réprimer les réseaux esclavagistes qui saccagent le continent africain et déstabilisent l’Europe…..

Si rien n’est fait, l’Europe marche au désastre. L’histoire n’est-elle pas un éternel recommencement ?

Maxime TANDONNET

BLOG-CABESTANY : Vous retrouverez en dessous le lien vers l’article intégral de notre ami Maxime avec lequel nous avons un accord de réciprocité sur nos publications. Mais une différence dans le nombre de nos lecteurs, le nôtre étant d’environ 2 à 3 pour 100 du sien. Ce qui pour nous est déjà une réussite, à la constatation de notre audience dans les P.O., et de plus en plus au dehors. 

https://maximetandonnet.wordpress.com/2018/06/24/la-guerre-de-la-mediterranee/

Ce matin, une délégation de Cabestanyencs assistait à l’inauguration d’une stèle dédiée au Général de Gaulle, à Port Leucate. Une stèle dévoilée par le Président Nicolas Sarkozy.

18 juin 2018

Ce matin 18 juin, jour de commémoration, on inaugurait une stèle dédiée au Général de Gaulle, sur le front de mer, face au ponton en bois qui s’avance dans la mer, à Port Leucate.

On avait la bonne surprise d’y retrouver plusieurs de nos amis Cabestanyencs. Venus en force, en covoiturage à plusieurs véhicules, avec des amis de Perpignan, Canet, Saint Cyprien et sans doute d’ailleurs. A leur propre initiative, mais avec l’aide logistique des Républicains 66 qui leur avaient – semble t’il – fourni des badges pour être aux avant-postes. Ils avaient débarqués « à l’aube » et encore étaient ils passés en chemin par le Barcarès pour y prendre un solide casse croute. Une journée qui sentait le R.T.T. mais avec le plaisir de se retrouver ensemble pour la bonne cause.

La commémoration étant prévue à 10 heures du matin,  nos amis espéraient pouvoir ensuite assister à la dépose d’une gerbe à la Piscine Arlette Franco à Canet. Illusoire. La cérémonie à Port Leucate se terminait à plus de midi.

Il y avait foule pour venir à cette commémoration, sans doute un peu moins de 3 000 personnes, certains ayant même préféré dormir sur place de peur de ne pas être bien placés. Mais tout était bien organisé. Et il y avait de nombreuses chaises prévues pour les spectateurs. La tramontane était un peu forte mais elle se calmait en fin de matinée.

Le comité d’accueil pour recevoir le Président Sarkozy se composait de députés, sénateurs, conseillers régionaux, du Préfet de l’Aude, et de nombreux élus.

En arrivant, Nicolas Sarkozy, demandait qu’on lui accorde dix minutes pour serrer des mains. Il serrait la nôtre et discutait longuement avec une petite fille (pas à l’école?) qui était devant nous. Nos amis étaient ravis. Le Président se montrait chaleureux.

S’ensuivaient des discours, un peu longs. A son tour de prendre la parole, le Président Sarkozy, comme à son habitude savait de façon brève et concise, exprimer son plaisir d’être là. On sentait qu’il était sincère à sa mine enjouée. On n’oubliera pas que le Président Sarkozy fut le seul depuis la disparition du Général, à se rendre à Londres un 18 juin, durant son mandat, et il y prononcera un discours qui reste dans nos mémoires.

Un orchestre composé d’une douzaine de musiciens nous jouait une Marseillaise sur un ton symphonique. L’assistance reprenant en choeur. Le Président s’inclinait devant militaires et porte drapeaux. Le Président Sarkozy dévoilait la stèle installée dans la nuit. On laissait là nos amis Cabestanyencs, ravis et enjoués,  qui ne paraissaient pas pressés de rentrer au bercail et avaient prévu de déjeuner ensemble.

Personne ne peut anticiper sur l’avenir du parti des Républicains. La commémoration de Port Leucate démontre que ce parti a encore de nombreux sympathisants. Dans le département des Pyrénées Orientales, le parti est toujours bien structuré, et ses soutiens ont des convictions toujours bien ancrées. Cette commémoration le démontre, s’il en était besoin. Et cette référence à l’histoire nous satisfait.

Pour que la France reste aux Français ! entendait on dans les rangs derrière nous. Alors que l’assistance se dispersait. Un slogan crié très fort à l’improviste qui nous prenait par surprise à un moment où l’on s’y attendait le moins. Lancé par une spectatrice, et repris aussitôt et encore plus fort par des dizaines de bouches à l’unisson qui se l’appropriaient ! Comme un cri de ralliement ?

x

le « miroir de l’eau » en front de mer à Port Leucate où est implantée la stèle

x

Stéle non découverte

x

la stèle découverte (en contre jour)

x

les officiels arrivent

x

le comité d’accueil en attente de l’arrivée du Président

x

Militaires, porte drapeaux

x

 

Le Président prend un bain de foule. Il est acclamé. Il nous serre la main. Plusieurs personnes lui crient « Nicolas revient » : il rit !

x

Avec une fin de commémoration surprenante. Derrière nous une spectatrice crie : « Pour que la France reste aux Français ». Ce sont alors des dizaines de bouches qui reprennent en choeur ce slogan.

 

TAGS : Droite Républicaine, Républicains 66, Port Leucate, Colette Appert, Droite Municipale à Cabestany, Nicolas Sarkozy, 18 juin 1940, Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale, Blog-Cabestany

 

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

« C’est la Liberté d’Expression » écrit Blog-Cabestany !

10 juin 2018

« Les Républicains sont la cible de médias-torchons et de chaines de télé poubelles. Sans parler des bien pensants, et autres imbéciles qui trouvent qu’il y a trop de « mâles blancs » dans notre pays,«  dit Jean Louis, au sujet d’un tract du parti L.R.

D’accord, pas d’accord ou moyennement d’accord avec le nouveau tract des Républicains ? Nos internautes ont des positions diverses mais pas fondamentalement opposées. Pour la plupart d’entre vous,  la dérive de nos dirigeants (Président, Gouvernement) sur les sujets identitaires et d’immigration, nous conduira un jour au populisme et à une situation telle que celle qui vient d’apparaitre en Italie.

« Notre pays devient une décharge ! » dit Huguette.

Nous avons interrogé plusieurs de nos fidèles lecteurs qui se revendiquent sans complexe de la Droite Républicaine.

Tous n’ont pas répondu au moment où nous mettons cet article en ligne. Parmi ceux qui ont répondu, certains émettent quelques objections. Mais de façon générale, vous êtes tous unanimes à penser qu’il n’y a pas lieu de stigmatiser un tel tract et que même si on des appréciations diverses, il a parfaitement le droit d’exister. Et que ceux qui ont envie de polémiquer le font pour de mauvaises raisons.

Ce tract a le mérite d’ouvrir le débat. Et il ne s’agit là que de « Liberté d’Expression ».

« Alors messieurs le censeurs… passez votre chemin », conclut Paul.

et pour agrandir la photo ci-dessous, juste un clic sur celle ci

Des caravanes sur Sainte Camille : quasiment une invitation de la mairie à s’y installer ! dit Bastien

30 mai 2018

Photo empruntée à l’Indép

Dans les rubriques « c’est vous qui le dites » et « sans commentaires »

Bastien écrit :

« des caravanes sur Sainte Camille  quasiment une invitation de la mairie à s’y installé ; je fais régulierement du footing sur ce terrain. quand on vois le peu de défenses installé pour empeché de penetrer sur le terrain cela fait longtemps que je pensez qe cela devait arrivé un jour § des petits poteaux en bois à peine enfoncé. des grosses pierres que j’ai deja déplacé avec mes deux jeunes enfants pour les empeché de se blessé avec leur vélo ; maintenant on fais semblant de se lamenté quand ce qui devez arrivé arrive. Je ne fais pas de politique et je ne me souviens pas pourquoi les gens de la droite et les gens de la gauche se disputez sur cette erre des gens du voyage qui est toujours vide. Quon a du payé avec nos impots. Encore des impots foutus en l’air comme le reste. Les élus pleurent quelle indescence. Peut etre ils ont payer un loyer a la mairie en passant par airb-nb »

POSTMASTER : on ne fera aucun commentaire ! Mais il ne vous est nullement interdit de nous écrire ce que vous en pensez !

« Même si je n’étais pas d’accord avec vous……. »

28 mai 2018

« Même si je n’étais pas d’accord avec vous je me battrai jusqu’au bout pour que ayez le droit de le dire »

(et ne dites pas autour de vous que c’est une citation de Voltaire car vous trouverez toujours un pisse-froid pour vous dire qu’on lui attribue à tort ce qu’il n’aurait pas écrit. Mais quelle différence ?)

-o-

  • Nous,  nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos lecteurs.
  • et cela ne nous empêche pas de mettre en ligne certains commentaires de nos internautes lorsqu’ils ne sont pas injurieux. Lorsqu’ils ne s’en prennent pas à une personne plutôt qu’à une fonction. Lorsqu’ils respectent la bienséance. Et même s’ils sont truffés de fautes d’orthographe car tel n’est pas un critère rédhibitoire.

Et si seulement, la réciproque était vraie ! Si certains de nos adversaires toléraient que nous ne soyons pas d’accord avec eux. S’ils respectaient la Démocratie. Mais qu’importe …. Vouloir exercer des pressions sur celui qui écrit est la meilleure des façons de le faire sortir de ses gonds et d’arriver au contraire du résultat escompté. C’est ainsi que fonctionne – aussi – Blog-Cabestany ! Qui doit quand même se méfier de certaines provocations  dont la ficelle est tellement grosse !

Notre correspondant et néanmoins ami, à Paris, qui se fait appeler « Électron Libre » et qui travaille pour la rédaction d’un magazine nous a expliqué les pressions que l’hebdomadaire « Le Point » avait reçues. Les violences faites à de braves colleurs d’affiches. L’atteinte intolérable à la « Liberté d’Expression ». Qui a déjà coûté la vie aux journalistes de « Charlie » : un journal qui n’était pas de ceux qu’on se soit jamais précipité pour acheter. Qui a tué notre copain Bernard Maris. Mais notre ami « Électron Libre » nous a cité un nombre édifiant de journalistes turcs à être en prison pour avoir osé faire leur métier. Alors, avant que cela ne nous arrive…… ou pire lorsqu’on reçoit des commentaires anonymes nous conseillant de bien regarder avant de traverser la rue…… (heureusement, on a compté seulement trois voitures, une brouette et une patinette depuis ce matin) !

ci dessous la « une » du magazine « LE POINT » 

« NO COMMENT »

Le groupe parlementaire de la « République en Marche », serait il le cheval de Troie de la démocratie ?

25 mai 2018

Mais il est bien d’autres élus appartenant à d’autres partis que ses décisions enchantent ! Et on ne va pas vous parler de pénurie de vin rosé. Pas grave. Mais, rassurez vous,  vous n’allez pas manquer de glyphosate. Vos enfants vont pouvoir en respirer à pleins poumons grâce au grand « mamamouchi » élyséen Glyphosaton 1er, son mime (il ne parle plus) Nicolas Hulot, son ministre de l’agriculture qui nous la fout en travers. Car la reculade semble être la marque de fabrique de cette nouvelle majorité présidentielle lorsque cela concerne notre santé ou notre environnement. Courageuse pour s’en prendre aux vieux, aux cheminots, aux fonctionnaires mais pour le reste…..

L’Association « Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne s’inquiète à la lecture de l’un des derniers communiqués que vient de lui adresser « France Nature Environnement » fédération française de plusieurs dizaines d’associations de protection de la nature et de l’environnement. Car tous ceux qui défendent l’environnement et dénoncent l’urbanisation non concertée doivent se sentir concernés. Une urbanisation sauvage qui ne s’occupe pas des problèmes de ressources en eau, qui détruit des espaces naturels, qui laissera à nos enfants un environnement invivable mais semble t’il souhaité par la Macronie. Mais pas seulement !

Alors de quoi s’agit il ?

Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN), de nombreux amendements visant à déroger à la loi  viennent d’être adoptés subrepticement à l’Assemblée. A la loi littorale mais pas que. Des amendements présentés au tout dernier moment par le groupe parlementaire présidentiel qui favorisent l’urbanisation sous de faux prétextes et dans une précipitation interdisant toute réflexion. Des amendements qui ne sont pas autant improvisés qu’on voudrait nous le faire croire mais qui vont profiter à ceux ou aux amis de ceux qui les ont déposés. Ces parlementaires de la majorité sont à l’habitude bien discrets et entérinent sans broncher tout ce qu’on leur fait voter. Mais là l’instant est grave. 

Des amendements qui selon leurs auteurs sont destinés à préciser les contours d’une loi trop floue afin d’en éviter les excès. Sauf que ces amendements vont dans le sens contraire de ce qu’on attendait et ouvrent des boulevards à des élus qui seraient loin d’avoir en tête la seule  préservation de notre environnement.

Des élus, qui pour défendre leur périmètre électoral, lorsque celui ci se désagrège, ne reculent pas devant l’odieuse décision d’attirer des populations ne venant pas de leur zone de gouvernance,  en leur construisant des cages à lapin par pur clientélisme. On saura ensuite leur demander d’être reconnaissants et de bien voter à la prochaine élection. Et comme ces populations auront besoin de commerces et que l’on n’a rien à foutre des petits commerçants, on leur fera des centres commerciaux où ils trouveront tout ce qui leur est parfaitement inutile et vient de loin mais qui n’est pas cher. Et on gavera en même temps le citoyen bêlant de beaux discours sur la défense du prolétariat et on le gonflera en lui disant d’acheter français. Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! On critiquera ce « grand capital » qu’on aura accueilli par ailleurs avec le tapis rouge. Quelle duplicité.

Puis il faudra à ces populations,  des écoles, des stades, ….. pourquoi pas une piscine ? Car on marche sur la tête ! Et on ne peut pas bétonner sur nos vignes et s’attendre à y récolter du vin rosé.

Notre littoral est concerné. Mais pas uniquement. Chacun sait que nos territoires font l’objet de nombreuses convoitises, pressions foncières importantes, urbanisation accélérée, projets économiques soi disant axés sur le tourisme… le tout au détriment des activités agricoles ou maritimes, de la préservation des espaces verts, de la sauvegarde des espaces naturels riches de leur biodiversité.

Nous, nous voulons vivre dans un environnement acceptable qui ne soit pas détruit, détérioré par certains qui ont toujours de bonnes raisons pour faire n’importe quoi. Nous avons des responsabilités vis à vis de nos enfants et pas la courte vue de la durée d’un mandat électoral. Ces bétonneurs ont de plus l’audace de vouloir nous expliquer le bien fondé de leur démarche alors qu’il ne s’agit que de tromperie et de petits calculs. Mais comme le citoyen est prêt à avaler n’importe quoi. Sauf si une opposition est capable de lui ouvrir les yeux. Sauf si une association comme « Trait-d’Union-Cabestany » met les pieds dans le plat. Si on ne cherche pas à les faire taire !

Avec la loi « Littoral », la France avait préfiguré et donné à voir ce que pouvait être une politique concrète de développement durable avec ses dimensions économiques, sociales et environnementales.

Depuis plusieurs années on savait qu’il y avait des élus qui voulaient que la loi soit moins restrictive. Ils ont trouvé des défenseurs depuis un an dans des parlementaires appartenant au parti majoritaire de la « République en Marche » et de bien d’autres se réclamant de diverses tendances politiques. Mais tous ne cessent de prôner l’assouplissement de la loi. On a l’impression qu’ils chercheraient plutôt à la faire exploser tout en faisant semblant de dire qu’elle a le mérite d’exister. Quelle hypocrisie.

Telle est le scénario qui vient de se dérouler à l’Assemblée Nationale : des amendements de dernière minute, non concertés, sans étude d’impact, discutés hâtivement. L’exact contraire, au fond, de ce que devrait être une démocratie participative. A l’occasion de l’examen du projet de loi ELAN, la commission des affaires économiques a donc adopté des amendements, permettant d’ouvrir dans des espaces naturels et agricoles, des zones d’activités économiques, des projets d’urbanisation et même…. des décharges.

Nous saluons les efforts méritoires de France Nature Environnement, association lanceuse d’alerte, qui demande la suppression de toutes les nouvelles dispositions du projet de loi ELAN qui portent atteinte à l’environnement et font reculer la situation actuelle. Des dispositions qui ruinent trois décennies d’un militantisme écologique qui avait donné des résultats acceptables dans l’application de cette loi certes imparfaite mais qui tente entre autres de freiner l’urbanisation tous azimuts et dans des régions comme la nôtre essaie de préserver nos rivages.

« Trait-d’Union-Cabestany » s’associe à cette démarche et dénonce ceux qui bétonnent davantage pour leur survie électorale que pour de bonnes raisons.

Le casse tête de la suppression de la taxe d’habitation et de son remplacement pour le budget des communes.

18 mai 2018

L’Édito de notre politologue « Gersende »

Le casse tête de la suppression de la taxe d’habitation et de son remplacement pour le budget des communes.

Après un an de gouvernance, le nouveau Président Macron n’aura pas été capable de déterminer comment il va remplacer la taxe d’habitation sauf à créer un nouvel impôt ou en augmenter un autre, ce qu’il prétend se refuser à faire – qui pourrait le croire – et nous enfume sans savoir vraiment où il va. Mais s’imaginer que les communes pourraient vivre sans cette rentrée fiscale est une utopie. Elle peuvent certes faire des économies en supprimant ce qui relève du clientélisme, du superflu, des frais de bouche,  voitures de fonction et autres privilèges d’un autre âge. Mais au delà !

Pour augmenter la CSG pour les petits retraités le Président Macron n’aura pas tergiversé. Quel courage que le sien pour piquer la retraite des vieux. Notre Lucky Luke de la Banque Rothschild tire plus vite que son ombre. Il fallait avoir fait l’ENA pour avoir une telle idée. Une augmentation de cette CSG devant être compensée, expliquait il comme Pinocchio. Un bobard auquel certains ont cru avec une grande naïveté. Pourquoi remplacer une chose par une autre. Pourquoi modifier l’existant ? Une augmentation de la CSG compensée – nous raconte t’on – par la disparition de la taxe d’habitation qui devait être initialement supprimée au dernier trimestre 2018. Puis… en 2019, ou bien en 2020. Avant les Municipales ! La ficelle étant un peu grosse. On parle maintenant de 2021. Et on pourrait très bien en faire un objectif pour le second quinquennat de Macron !

Pour le moment on parle, sans date, de ne la supprimer qu’à 80%, les 20% des contribuables qui continueront à la payer pourraient la voir doublée, peut être triplée. Personne n’en sait rien. Du grand n’importe quoi. On a rarement vu une telle politique de gribouille. De l’improvisation. Mais on n’est pas au théâtre lorsqu’il déclamait sous les yeux de sa Chimène.

Pour revenir à la genèse de cette affaire, il y a le constat – et c’est la bien triste vérité – que de nombreux maires, de droite comme de gauche, sont des mauvais gestionnaires, ou des paresseux qui n’ont pas envie de chercher comment faire des économies. On fait le budget communal et ensuite on ponctionne le citoyen. C’est tellement simple. Alors on voit des augmentations de 3%, 5% plusieurs années de suite. Ici ou là 7% et pourquoi pas 15%. Le fait que certains maires soient âgés et fassent n’importe quoi, aient un niveau d’éducation minimum, une intelligence toute relative, et qu’ils aient pris des mauvaises habitudes ne peut pas être un prétexte pour excuser leurs insuffisances.

On ne pouvait plus tolérer qu’année après année on augmente la fiscalité communale dans des proportions n’ayant plus rien à voir avec l’inflation. Mais c’est aussi la faute du citoyen électeur qui tolère que ses élus se comportent parfois d’une façon que d’autres pays qualifient plus ou moins de dérive mafieuse. A TORT. Car il n’y pas d’enrichissement personnel à la clef. On a simplement donné le pouvoir à des incapables qu’il aurait fallu dégager avant de nous parler de cette idiotie de suppression du nombre de députés ou sénateurs.

Et il fallait davantage faire fusionner des communes plutôt que faire des agglos sans supprimer les départements. Il fallait indexer la fiscalité locale sur l’augmentation du coût de la vie comme on le fait le plus souvent ailleurs en Europe du Nord.  La superposition des couches d’un millefeuille devenu ingérable est perçu comme l’héritage que nous laisse la Gauche et c’est l’une raisons majeures de sa disparition du paysage politique. Lors de son début de campagne, le Président Macron parlait de geler le taux de prélèvement de cette taxe d’habitation pour obliger les maires à faire leur boulot. Pour une fois une excellente idée recevant l’adhésion de nombreux électeurs, aujourd’hui dépités.

Sauf que l’état n’a pas le pouvoir de le faire, la gauche ayant fait en sorte que le bloc communal reste maître de ses finances. Avec même l’arrière pensée pour cette Gauche plutôt fourbe de refiler aux collectivités territoriales le maximum de responsabilités pour ne pas augmenter l’impôt sur le revenu au niveau national. Ensuite, que les communes, les agglos se débrouillent. Quelle imbécillité. Quelle duplicité !

Alors le Président Macron a demandé à son premier ministre un rapport qui vient de sortir. Un devoir de 153 pages réalisé par un ancien préfet et un sénateur. Dans lequel on s’imaginait sans doute trouver des solutions toutes faites. Mais ce n’est évidemment pas le cas. On cherche plusieurs dizaines de milliards d’euros. Après il faudra s’occuper du déficit de la SNCF. Trouver de l’argent pour les EHPAD. Tout va très bien Madame la Marquise ! Alors on lit dans ce rapport des idées les plus lumineuses les unes que les autres. Pour ce qui est de taxer lourdement les résidences secondaires c’est quasiment acquis. Pour taxer les logements vacants c’est comme si c’était fait. Mais l’une des propositions de ce rapport est de faire compenser la suppression de la taxe d’habitation qui permet aux communes de vivre, par un reversement en leur faveur d’une partie non négligeable des impôts départementaux et régionaux. Et même des impôts perçus par les agglos. On marche sur la tête.

Car comment va t’on compenser ce trou dans les finances du département ou de la région, on n’en sait foutre rien. Va t’on nous resservir l’histoire du mec qui creusait un trou pour boucher celui d’à côté ?  Non, le rapport dit qu’il faudrait commencer par faire des économies. 153 pages pour en arriver là.  Faut il pleurer ou en rire ? Et serait t’on à la veille de faire marche arrière et de redonner des compétences aux communes. Celles là même qu’on leur a prises pour les donner aux agglos. De quoi devenir fou.

Et puis on en revient à l’idée d’augmenter la taxe foncière. On ne crée pas un nouvel impôt. On modifie un impôt existant, comme on l’a fait pour la CSG ! On ne modifiera pas le taux d’imposition mais la base. Quelle différence ? On prend vraiment les gens pour des abrutis.

Tremblez petits retraités. Vous êtes des nantis, des parasites pour notre société. Vous coutez trop chers pour nos EPHAD. Et si on reparlait d’euthanasie ? Si jamais vous avez passé 40 ans à vous priver, à vous serrer la ceinture pour acheter votre petite bicoque pour vos vieux jours, vous allez morfler ! Vous n’échapperez pas à la Taxe Foncière même si vous ne touchez que le minimum vieillesse. Quelle mauvaise idée d’avoir voulu devenir propriétaire !  

Brigitte, au secours ! Emmanuel, le président des riches, ne serait il pas – ET EN MÊME TEMPS – un peu…. communiste ?

Gersende

POSTMASTER : Merci Gersende pour cet éclairage. On peut trouver le rapport à cette adresse sur internet :

https://www.gouvernement.fr/partage/10180-rapport-de-dominique-bur-et-alain-richard-sur-la-refonte-de-la-fiscalite-locale

 

 

 

« Une histoire de 8 mai… ou de 9 mai. Et de révolte en 1968 qui fit trop de victimes » par Anna

9 mai 2018

Liberté d’Expression

Dans la rubrique : « c’est vous qui le dites ». Article recopié sur un site Internet avec l’autorisation des ayants droit. Voir « rezonet.fr »

Anna Sobotka, née à Prague, est aujourd’hui professeur d’histoire-géo en Occitanie, bientôt en retraite dans leur modeste maison des PO mais son nom d’épouse est français par son mariage avec un Toulousain. Ils ont plusieurs petits enfants. Anna fait appel à ses souvenirs, même si elle n’avait qu’à peine dix ans en 1968 lors du « Printemps de Prague ». Ses parents, l’emmenant avec eux, mais obligés d’abandonner le reste de la famille, avaient réussi grâce à une filière d’opposants à fuir Prague, échapper à la prison pour raison politique, peut être au poteau d’exécution lorsque les soviétiques étaient entrés avec leurs tanks pour « normaliser » le pays et se venger du rétablissement de la Liberté de la Presse et étouffer dans l’oeuf une soif de liberté. Une réaction propre au communisme, écrit elle.

Anna écrit :

« C’est avec bien des difficultés que mes parents réussiront au bout de longues années à obtenir le droit d’asile en France avec  des permis de séjour précaires, renouvelés toujours avec des problèmes. Ils voulaient seulement vivre libres en France après un long et dangereux périple au travers de plusieurs pays d’Europe.  Des fonctionnaires français, des élus même, ne cachant pas leurs amitiés communistes feront bien des misères à ces deux réfugiés ayant quitté le « paradis ». Intellectuels, musiciens de profession, mes parents ne seront jamais régularisés par la France où ils finiront leur vie misérablement. Bien que la réclamant sans cesse, on ne leur donnera jamais la nationalité française ! Et moi je ne l’obtiendrai que par le mariage. Lorsque, aujourd’hui, elle est galvaudée.

L’idéologie communiste n’est porteuse que de malheurs. Les français ont eu cette chance de ne pas avoir été envahis par les russes en 1945. Comment aujourd’hui des français peuvent ils encore se réclamer de cette doctrine communiste nauséabonde. Je vais faire bondir les bien pensants. Même en offusquer certains. « Entre communisme et nazisme, comment prétendre qu’une idéologie serait moins pire que l’autre, du moins pour ceux qui ont eu à subir une occupation communiste ».

Revenons à Prague en 1939. Chef lieu de la région de Bohème. Aujourd’hui la capitale de la République Tchèque. Six mois avant que ne débute la deuxième guerre mondiale Hitler envahit le pays. Une des raisons d’ailleurs du déclenchement de cette guerre. Mais à l’ouest, on se cache la tête dans le sable et on laisse Hitler fabriquer des avions, des armes, des canons, pendant que nous ressortons les tromblons que nous avions utilisé en 1914.

Les habitants de Prague souffriront horriblement de cette occupation nazie. Arrestations, tortures, emprisonnement, déportation, otages et résistants fusillés. Comme en France. Pire qu’en France. Moins pire peut être qu’en Pologne. De nombreux juifs seront exterminés. Comme partout. Et cette résurgence de l’anti-sémitisme de la part de salauds et d’ordures, me révolte.

1945 : les Américains pénètrent en Allemagne et se dirigent vers Berlin. Les Russes ont le même objectif et c’est à qui arrivera le premier.

A Paris, en aout 1944, les résistants avaient reçu la consigne d’attendre l’ordre officiel d’insurrection populaire avant de bouger. Mais sachant les américains à moins de 100 km de la capitale, la bataille pour la Libération de Paris avait commencé. A Prague, début mai 45, la rumeur veut qu’on attende les américains en libérateurs. Ils ne seraient pas loin. Un non-sens lorsqu’on regarde une carte géographique. Une utopie. Mais il semble que les Américains et les Russes s’étaient déjà plus ou moins mis d’accord sur leur zone d’influence pour l’après guerre. Et Prague était dans la mauvaise zone, à l’est.

Le 5 mai 1945, à Prague, il n’y a donc nul russe ou nul américain à l’horizon mais les habitants ont décidé de forcer le destin. Les résistants s’en prennent aux allemands qui sont encore dans leur pays. La bataille est féroce et cruelle. Les Praguois obtiennent, à eux seuls, la reddition de ces Allemands qui se sont installés comme chez eux.

Le 8 mai, le Haut État Major Allemand capitule et signe, sur le sol français, la fin de la guerre devant les alliés réunis . On commémorera désormais l’événement chaque 8 mai. En France, c’est même un jour férié. Le 9 mai 1945 Staline demande que l’on rejoue la même scène et que l’on refasse une cérémonie de signature à Berlin pour se mettre en valeur et c’est bien le 9 mai que chaque année on célèbre à l’est la fin de la guerre et non le 8.

Ce même 9 mai 45 les russes entrent dans Prague déjà libérée par ses propres habitants. Il y a des drapeaux, des banderoles aux fenêtres. On danse dans les rues. Staline est furieux de ne pas avoir été le libérateur du pays. Ce qui ne l’empêchera pas d’y faire stationner ses troupes mais plutôt que de conquérir le pays par la force il décide de le faire d’une autre façon en faisant se développer un Parti Communiste qui prendra le pouvoir en 1948.

Et en 1948, une chape de plomb s’abat sur les habitants : une longue période de dictature communiste commence. Les Praguois ne regrettent pas les allemands mais pour eux, ces russes est ce vraiment mieux ? « Car pour eux, comme pour moi, le communisme est une abomination »

En 1968, les Praguois se souviennent de la façon dont ils se sont débarrassés en 1945 de l’occupant nazi. Pourquoi ne pas rééditer l’aventure et en faire autant avec les russes. C’est le « Printemps de Prague ». Les chars soviétiques les écrasent. Dans l’indifférence générale. Il est même des français pour s’en féliciter ou du moins minimiser l’exaction communiste comme Georges Marchais. Jean Ferrat, lui, chantera : « que venez vous faire, camarades, que venez vous faire ici ?

Le calvaire à Prague ne cessera qu’à la chute du Mur en 1989.

Qu’a fait la France avant de donner à mes parents à contre coeur le droit de s’installer sur le territoire national. Où ils sont entrés quasiment comme des voleurs parce que la porte était entr’ouverte. Jamais la France n’est intervenue pour nous libérer du joug communiste à l’Est. Faisant en 1968 de belles déclarations pour condamner la répression communiste mais personne n’a bougé une oreille. Tous des lâches !

Aujourd’hui la France, la plus forte en gueule mais la plus couarde, voudrait s’honorer d’être une terre d’accueil pour des gens opprimés dans leur pays. Quelle imposture ! N’est ce pas plutôt parce que la France est incapable ou refuse de maitriser des frontières ouvertes à tous les vents. Elle est devenue la décharge de tous ces envahisseurs qui racontent des histoires à dormir debout pour venir profiter de la crédulité ou l’imbécilité des français. Ne laisse t’on pas entrer n’importe qui, ne régularise t’on pas n’importe comment ?

« Je n’ai aucune confiance dans cette Europe dont le laxisme pour ne pas dire la lâcheté fait monter partout le populisme. Une Europe qui n’a pas réussi à extirper définitivement la doctrine communisme. Une Europe qui comme en 1938 ajoutera un jour, la guerre au déshonneur. »

Anna

Souhaitons qu’Anna ait tort !

« Sans commentaires » – Merci à nos internautes pour leurs contributions

5 mai 2018

« Étonnez vous ensuite que l’État ait la main qui tremble lorsqu’il s’agit de nous préserver des casseurs. Mais quand il s’agit de claquer le beignet des retraités et de leur piquer leur canigou jusque dans leur poche, quel courage ont nos valeureux et courageux dirigeants  ! »  écrit Jean-Louis