Archive for the ‘Liberté d’expression’ Category

« Les Républicains 66″ communiquent ! »

16 août 2018

L’Aquarius: nouvelle démonstration du « en même temps »

Le bateau d’une ONG continue de mettre la pression sur les gouvernements européens en transportant des clandestins vers l’Union Européenne. En affichant sa fermeté, la France avait fait savoir qu’elle n’accueillerait pas le bateau sur son territoire. Or, on apprend que la France va recueillir la moitié des clandestins présents sur le bateau et qu’ils viennent d’être débarqués à Malte.
Nouvelle démonstration du « en même temps » d’Emmanuel Macron qui prône une fermeté de façade avant d’accepter sous la pression d’accueillir la moitié des personnes à bord.
Est-ce désormais une ONG qui décide de la politique migratoire de la France ? On ne peut que le penser ! Il s’agit en tout cas d’une nouvelle démonstration d’un laxisme et d’un Etat faible face à la pression médiatique et aux agitations d’une ONG utilisant un bateau immatriculé à Gibraltar pour les avantages fiscaux liés.
Les passeurs peuvent se frotter les mains, ils récoltent des millions d’euros en exploitant les êtres humains qui croient en l’eldorado européen. Ils savent que la France cède facilement et ils pourront continuer à financer leurs activités mafieuses ou terroristes car la fermeté européenne n’existe pas. L’Aquarius recommencera encore et encore à vouloir mettre à genou nos gouvernants.
Le chef de l’État est donc faible face à ses propres décisions qu’il renie rapidement.
Pour les Républicains, le bateau n’avait pas vocation à rejoindre l’Europe mais de retourner vers un port sécurisé du continent Africain.
LES RÉPUBLICAINS 66
https://lesrepublicains66.net/2018/08/15/laquarius-nouvelle-demonstration-du-en-meme-temps/
Rubriques : « Les Républicains 66 » – NO COMMENT –

« Bonne fête de l’Assomption à tous ! »

15 août 2018

Rubrique : « Sans commentaires » et « c’est vous qui le dites »

Dans un hebdomadaire, la semaine dernière, notre ami Denis Tillinac, écrit :

« Les souvenirs que nous avons en tête valent plus chers que tous les enjolivements dont on pare les vestiges d’antan.

Plus on renie les fondements de la civilisation occidentale, plus le discours public se gargarise de « gros mots » : « humanisme », « citoyenneté », « valeurs républicaines ».

Plus on chante « La Marseillaise » dans les stades, moins l’amour de la Patrie anime les coeurs.

Plus on exalte les racines, moins les âmes s’accrochent à une filiation.

Tout compte fait, c’est ce passé, peu ou pas rafistolé, au crépuscule de nos microdestins, qui nous protège des démons de la désespérance ».

Denis Tillinac

L’un d’entre vous, un Cabestanyenc n’a pas le style de notre ami écrivain et journaliste, dont on adore et approuve les écrits, mais dont certains de nos lecteurs nous disent avoir du mal à percevoir toutes les subtilités de langage.

Peu importe ! Ce cabestanyenc nous envoie un mail dans une prose beaucoup plus directe, mais que tous comprendront aisément :

« Je ne suis pas croyant, mais le jour où un enc…, au nom d’une laïcité de m…., voudra toucher à la fête de l’Assomption, il faudra bien sortir nos fusils et s’en servir !!!! »

Chacun sa perception des choses, ou plutôt chacun sa façon qui lui est propre de s’exprimer. Et chez Blog-Cabestany, ce qui compte, n’est pas notre propre opinion, mais la possibilité donnée au citoyen qui n’a pas la parole, qu’on n’écoute pas, qu’on méprise, de donner son avis. Quel que soit cet avis !  C’est notre approche de la démocratie.

ET PUIS…… nous le savions déjà, mais avons eu la confirmation que nous sommes lus dans certains cercles « proches » du pouvoir parisien. Nos propos étant fréquemment repris au travers d’une certaine « Revue de Presse » à usage des politiques de la Macronie. Un document concocté par des rédacteurs qui scrutent le web pour s’informer de ce que pense le citoyen de la France profonde. Et Blog-Cabestany aurait été remarqué en raisons de ses propos « disruptifs » (un mot à la mode qui signifie que nous ne sommes pas dans le « politiquement correct » ! Qui nous lit ? comment le savoir. Et sommes nous perçus comme des anti-bobos catalans ou des péquenots du 66 ? Qu’importe !

Faudrait il en être fiers ? Restons humbles et résignés !  En sachant quand même qu’à Paris,  le message du  simple citoyen de Cabestany (dont personne ne sait peut être où cette ville se trouve) a peut être plus de chance de remonter par notre canal que par le canal de ceux qui sont sensés le représenter ! Du moins croyons le ! Et sinon, à quoi servirions nous ?

Tags : « Liberté » – « Liberté d’expression » – « c’est vous qui le dites » – on nous lit à Paris dans des cercles proches du pouvoir

 

 

 

Lundi soir : « Président Macron, ne soyez pas le complice des passeurs et des mafieux ! » écrit Bruno à Blog-Cabestany

13 août 2018

Quel que soit le rédacteur de garde, on a système qui permet de renvoyer automatiquement les commentaires ou mails envoyés à notre Blog vers le téléphone portable de celui qui s’est proposé pour assurer la veille. Du moins pendant des horaires acceptables car demain un tel sera au boulot ou un autre dans son commerce ou occupé à ses taches du moment et on ne va pas y passer la nuit.

Ce soir lundi, au moment ou le marchand de sable est passé et où il est temps d’aller dormir, on dirait que le smartphone vibre de plus en plus souvent.

Des commentaires, des mails, même quelques appels de certains initiés.

Que se passe t’il ? Les mafieux qui opèrent en Libye avec la complicité de l’Europe et des O.N.G. dont c’est le gagne pain honteux, nous refont le coup de l’Aquarius, en attendant que les imbéciles que nous sommes nous laissions nous atermoyer par ce qui est un trafic innommable.

On revoit même à la télé un certain communiste, à Sète, dont on s’attendait à ce qu’il nous parle plutôt d' »Air Liberté ». Car on dispose d’archives ! Et peut être devrait il se montrer plus discret. 

Le premier mail reçu ce soir, dit « Président Macron, ne soyez pas le complice des passeurs et des mafieux ». On approuve !!!

Les autres commentaires, on les lira demain. Et peut être que l’actualité leur donnera tort ou raison. Inutile de s’emballer ce soir. Mais vous paraissez désireux de donner votre avis, à chaud ! Et même tard dans la soirée. Mais peut être, êtes vous en vacances ? On est de toutes façons toujours très sensibles à vos messages, quelle que soit l’heure ou le jour. 

Bonne nuit à tous !

dans les rubriques « c’est vous qui le dites » et « no comment »

 

 

« Macron le grand Glyphosaton » : nos lecteurs ont de l’humour !

11 août 2018

Une image qui nous arrive au Blog, ce samedi vers midi : NO COMMENT

-Dangereux, le glyphosate ? Si c’était vrai je le saurais. J’en prends tous les matins au petit déjeuner !

Merci à vous. Pour les commentaires on verra cela plus tard.

 

Il y a cent années débutait la bataille d’Amiens, qui allait nous conduire vers l’Armistice !

8 août 2018

par Alicia

Aujourd’hui à Amiens, avait lieu la Commémoration de la « Bataille d’Amiens » qui débutait le 8 aout 1918 et augurait d’une fin rapide mais encore terriblement meurtrière de cette guerre de 14/18.

Le Président Macron, qui sans doute jouait avec son canard gonflable dans sa nouvelle piscine avait oublié de venir. Le Premier Ministre (on ne sait pas à quoi il s’occupait) avait lui aussi oublié de venir. Le Ministre Le Drian, en charge des Affaires Étrangères, actuellement en vacances en  Bretagne à moins de 150 kilomètres  n’avait pas trouvé de liaison aérienne ou sinon il aurait du transiter par…. Perpignan.

La Ministre de la Défense, seule,  accueillait le Prince William, et la Première Ministre Britannique. Et on n’avait même pas la retransmission de la cérémonie à la télévision. A cause de la canicule, des orages, ou d’un dénommé Benalla ?

La bataille d’Amiens se déroula entre le 8 et le 11 août 1918, pendant la 3e bataille de Picardie sur le front occidental, en France.

Après une succession ininterrompue – ou presque –  de victoires allemandes durant le premier semestre 1918, cette importante bataille confirmait les succès de la seconde bataille de la Marne qui marqua, en juillet 1918, le renversement décisif de la guerre sur le front ouest.

Les troupes alliées, composées de Britanniques, Canadiens, Australiens commencèrent véritablement à prendre pour la première fois un ascendant sur les troupes allemandes. La 1ere armée Française fut toutefois l’élément décisif qui fit transformer un combat difficile en ce qu’on pourra appeler une victoire. Une victoire au gout amer, en fonction des pertes humaines.

  Grace à l’appui des troupes américaines, désormais organisées pour peser fortement dans ce conflit, l’ensemble des Alliés allait renverser le cours de l’histoire. La Bataille d’Amiens sera l’une des principales batailles victorieuses qui allaient se succéder rapidement dans ce qui sera nommée « l’offensive des Cent-Jours ».

La ligne droite vers l’armistice de Novembre 1918. Avec son lot de tragédies et de malheurs.

Un discours en Anglais. Qu’il n’est pas forcément indispensable de comprendre. Plein de solennité et de gravité. Un moment qui honore le sacrifice de tant de vies humaines. Dans lequel il n’omettra pas de rappeler l’amitié Franco-Britannique, On regrettera qu’en face de ce discours digne du chef d’État qu’il n’est pas mais qu’il sera sans doute un jour, la France aura paru être aux abonnés absents.

Alicia

« Le ralentissement de la croissance se confirme, mais comme le réchauffement, personne ne veut le voir », écrit Gersende !

3 août 2018

Rubrique : « ils n’écrivent pas que pour nous, mais nous réservent la primeur de leurs articles »

Un article de « Gersende », politologue,  pour plusieurs Blogs ou sites dans l’hexagone, dont Blog-Cabestany

Grâce à un certain alignement des planètes, une légère diminution dans l’opinion de l’angoisse du terrorisme, des fêtes de fin d’année où l’on voulait se faire plaisir, cadeaux, spectacles, la croissance au dernier trimestre 2017 aura été en France de 0,7% du PIB.

Alors que nos gouvernants, depuis des années, avaient tendance à exagérer les prévisions de croissance, pour mieux faire passer les dépenses budgétaires de l’année à venir, les observateurs, les services de l’État, l’INSEE, tablaient sur ce qui leur semblait un taux raisonnable de croissance de 2% pour l’année 2018. D’autres criaient que c’était même pessimiste !

Patatras ! L’augmentation imbécile de la CSG faisait des ravages au premier trimestre. Les retraités, mais d’autres catégories de la population comprenaient vers quelles couches de la société allaient les faveurs du Président de la République. Et quels étaient ceux que ce même Président avait décidé de tondre. Les vieux, par exemple, qui ne servent plus à rien. Alors, plutôt que de consommer, le citoyen se serrait la ceinture et devenait méfiant. Le premier trimestre 2018 finissant avec une croissance de 0,2 points. Même pas la moitié de ce qui était prévu. La catastrophe !

Pour le pouvoir, c’était un simple accident de parcours, et sûrement pas un retournement de conjoncture. Les vieux, surtout ceux qui font Alzheimer, allaient vite oublier !? Les cheminots allaient se coucher au bout de deux jours de grève ! Ceux qui travaillent et qui devaient se lever de bonne heure le matin et ramer pour arriver à leur boulot ne seraient pas affectés. Pour le peu qu’on aille en ¼ de finale au foot et tout allait redécoller. Las !

En juillet, l’INSEE annonçait que la croissance du deuxième trimestre serait la même qu’au premier. Soit 0,2% du PIB, et encore en arrondissant au chiffre supérieur.

En France, le chômage ne régresse pas, la confiance dans le pouvoir s’érode, les taxes s’accumulent, les prix augmentent de tous les côtés. On pioche même dans ses économies pour boucler le mois, payer les impôts, l’essence, l’électricité. L’argent dépensé en Russie par les supporters des Bleus n’aura rien rapporté à la France. Et ce ne sont pas quelques maillots de foot, valant 5. euros à fabriquer en Chine et revendus 140. euros pour le profit de marques étrangères qui vont changer la donne.

Avec l’affaire du barbouze, ce Benallagate, dans laquelle se débat l’Élysée en ce mois de juillet, la confiance n’y est pas. Mais elle n’y est plus depuis un moment.  Une commission d’enquête bâclée à l’Assemblée, et c’est la grogne chez de nombreux députés qui demandent la censure. Tout se fissure.

Bien des français sont restés à la maison à cause des grèves de la SNCF, ou ont retrouvé le chemin des destinations de vacances à prix cassés, comme la Tunisie, plutôt que les campings français. A Djerba, on vend des séjours – sans doute à perte – pour sauver le parc hôtelier, même si cela ne devrait pas durer.  Il est plus agréable de passer des vacances à l’hôtel, en pension complète que de vivre en mobil home et de se faire la bouffe. Et en plus de se faire dévorer par les moustiques car tout le monde se renvoie la balle pour traiter le problème. Mais qui se préoccupe encore des vacanciers ! Qu’il amènent leur pognon et qu’ils la ferment.

Les français qui payent la taxe d’habitation et auxquels on avait dit qu’elle disparaîtrait en 2018, continuent d’être prélevés chaque mois. Qui peut croire qu’on va leur rembourser de l’argent à la rentrée ? Ils se sentent roulés. Ils ont raison.

Et les mauvaises nouvelles s’ajoutant aux mauvaises, il n’y a plus de réduction d’impôt si on fait des travaux chez soi ou si on change ses fenêtres. Pire, la TVA à taux réduit sur les travaux pourrait remonter au taux normal. Alors avec cette canicule les français songent plutôt à acheter un climatiseur coréen qu’à faire des investissements pour économiser l’énergie. Cela ne contribuera pas à faire régresser le réchauffement climatique. Un changement climatique qu’on ne veut pas voir, qui s’aggrave d’année en année, et que l’on continue de considérer comme une anomalie qui ne se renouvellera pas ! Et on rachètera encore d’autres climatiseurs venant du bout du monde.

Tour comme on ne veut pas voir que ce gouvernement navigue à vue, sans cap, sans boussole, nous laisse partir en vacances en nous disant que tout va s’améliorer comme par enchantement à la rentrée. A les entendre, la croissance pourrait reprendre, juste en faisant quelques prières, au dernier trimestre. Le ministre, optimiste, ne croit certes plus aux 2%, mais il revoit sa prévision à 1,7% et même peut être 1,8% de croissance pour l’année. Alors qu’on en est seulement entre 0,3 et 0,4% à la fin du premier semestre ! Mais on peut toujours rêver.

A Bruxelles, la France n’ose pas tenir le même discours. Et l’Europe qui voit qu’on va droit dans le mur conseille à notre Président de raboter les retraites, réduire les allocations chômage, et augmenter les impôts. Tout en même temps. Mais qu’on se rassure  leur répond Macron, si la croissance n’y était pas, on peut encore réduire le déficit pour respecter les engagements. A défaut de recettes, on peut encore faire d’ici la fin de l’année des économies dans le fonctionnement de l’état. Mais lesquelles ? On va virer des policiers, des juges, des infirmières, dès la fin du mois de septembre ?

Le gouvernement l’a dit : « nous sommes dans la bonne direction, il suffit d’être patients ». Raymond Barre, en Août 76, disait : « nous sommes sur la bonne voie, et on verra bientôt le bout du tunnel ».

Bonnes gens partez en vacances, mais achetez dès maintenant votre billet de retour. Quand vous le pouvez encore ! Et moi j’ai déjà bouclé mes valises, mais je ne suis pas invitée à Brégançon.

Signé : Gersende

Tags : « ils écrivent pour d’autres mais pour nous aussi ».

« C’était en février 2015 : à l’Assemblée, il s’agissait de contrer une loi Macron. Le Front de Gauche avait voté la censure de la Droite contre le gouvernement »

2 août 2018

Dans la rubrique : « sans commentaires »

C’était en Février 2015. Il s’agissait d’une loi « Macron ». Le Front de Gauche avait soutenu une motion de censure déposée par la Droite. Déjà on s’opposait aux délires d’un ministre dénommé Macron. A part le P.S. qui le trouvait…. GENIAL ! Tous s’en méfiaient comme de la peste. Tout cela n’aura donc servi à rien ! Hélas ! 

En 2017, personne ne voulait voir la candidate du F.N. gagner les présidentielles. Fallait il pour autant voter pour le président actuel en disant qu’il n’y avait pas d’autre choix ? Mais là n’est pas le pire. Le pire est d’avoir élu aux législatives des inconnus pour la seule raison qu’ils se présentaient sous l’étiquette de « La République en Marche ». Des individus s’installant dans l’Assemblée sans même savoir en quoi leur mission consistait. Des députés « godillots » tellement à côté de la plaque qu’ils sont bien capables de voter la réforme constitutionnelle qui ferait de l’assemblée une simple chambre d’enregistrement des décisions présidentielles. Ceux qui ont porté ces députés à l’Assemblée ont une lourde responsabilité. Ce sont eux, les coupables !

Suivre le lien pour vous retrouver en 2015 :

https://www.rtl.fr/actu/politique/l-assemblee-nationale-rejette-la-motion-de-censure-adoptant-une-nouvelle-fois-la-loi-macron-7778793376

L’Assemblée nationale rejette la motion de censure, adoptant une nouvelle fois la loi Macron

L’Assemblée a rejeté sans surprise jeudi la motion de censure de la droite après le nouveau recours par Manuel Valls à l’article 49.3 de la Constitution, adoptant du même coup en nouvelle lecture le projet de loi Macron.

Est il besoin de faire des commentaires ?

Tags : « no comment »

L’affaire « Macron-Benalla » laissera « des traces profondes », estime Christian Jacob, selon l’article que nous reprenons d’après le site : « Groupe Gaulliste Sceaux »

31 juillet 2018

Rubrique : « ils relaient nos articles, nous relayons les leurs »

Un site – parmi d’autres – dont nous avons l’autorisation de reprendre un texte, à la condition de le publier sans modification, ni rajout. Et à la condition de publier notre source, ce qui nous parait être la moindre des choses.

Un site dont la devise est : « l’Opportunisme et le Lobbyisme sont incompatibles avec la philosophie Républicaine »

Le titre original : « L’affaire « Macron-Benalla » laissera « des traces profondes », estime Jacob »

Christian Jacob (Photo A.F.P.) le 31 juillet à l’Assemblée

Le texte : Le président du groupe LR, Christian Jacob, a jugé que l’affaire « Macron-Benalla », qui « touche l’État et son chef au cœur » et face à laquelle le gouvernement a « abdiqué », va laisser des « traces profondes », défendant les « contre-pouvoirs », Parlement en tête.

Cette affaire, « qui touche l’État et son chef au cœur », « alimentée par des zones d’ombre, des contradictions, des mensonges d’un grand nombre de protagonistes et de M. Macron lui-même, (…) ne fait que commencer et elle laissera des traces profondes. Des traces politiques et morales pour le chef de l’État et des traces institutionnelles dans l’organisation des pouvoirs publics », a-t-il clamé.

Pour le patron des députés LR, défenseur de la première motion de censure dans l’hémicycle, « les Français ont été et restent sidérés » et « constatent aujourd’hui – et c’est une trahison pour eux – que la République des copinages malsains, elle est de l’autre côté de la Seine, elle est à l’Élysée ».

« Des hauts fonctionnaires à la réputation jusqu’alors impeccable, un ministre de l’Intérieur, un président de la République ont préféré protéger un homme et ses dérives, plutôt que de faire honneur à leur rang », a déploré M. Jacob, pour lequel « l’éclosion d’une forme de police parallèle au service de l’Élysée n’a pu se produire sans le soutien du président de la République ».

Ce « scandale, c’est celui d’un chef de l’État – il l’a reconnu – qui a protégé, qui a privilégié un homme qui lui a rendu des services », « barbouze s’il en est », une formule à l’origine de protestations de la majorité.

« Votre gouvernement, tout particulièrement votre ministre de l’Intérieur, n’ont pas eu le cran de dire stop à une terrible dérive », a accusé cet élu de Seine-et-Marne. « Votre gouvernement (…) a failli par faiblesse, par lâcheté aussi » et « mérite, au-delà du désaveu et de la colère sourde des Français, la censure des députés », a-t-il ajouté, sous des claquements de pupitre de la majorité.

Considérant « urgent de résister à la tendance d’un pouvoir technocratique », M. Jacob a prévenu: « nous ne courberons pas l’échine face à ce projet de révision constitutionnelle qui a été ajourné et que vous seriez bien inspiré d’abandonner ».

« La France a besoin de contre-pouvoirs. L’Assemblée Nationale est le premier de ces contre-pouvoirs », et « l’histoire parlementaire de la Vème République retiendra que, durant 4 jours, au cœur du mois de juillet 2018, l’opposition, ici à l’Assemblée, a été à la hauteur de ses responsabilités », a-t-il vanté.

Et il a lancé à Édouard Philippe (ex-LR) qu’il espérait sa réponse « sans arrogance, sans mépris, en faisant abstraction de votre qualité de très haut fonctionnaire, de votre parcours personnel, d’une forme de sentiment de supériorité ».

Selon le texte du Groupe Gaulliste Sceaux

Mots-clés : , , , ,

Retrouvez l’article original directement sur leur site par un simple clic sur le lien ci-dessous :

https://groupegaullistesceaux.wordpress.com/2018/07/31/laffaire-macron-benalla-laissera-des-traces-profondes-estime-jacob/

Où chercher du « copinage malsain ? sinon entre le Président et son garde du corps, écrivez vous à Blog-Cabestany !

27 juillet 2018

Courtoisie du Canard Enchainé

L’ÉDITO D’ALICIA

Vous êtes quelques uns à nous avoir envoyé un mail pour nous remercier d’avoir mis en ligne le rapport CAP 22. L’un d’entre vous écrit : « Blog-Cabestany sert aussi à informer le citoyen » . Merci pour nous ! En effet, nous faisons ce que nous pouvons et dès que nous le pouvons pour mettre en ligne un document qu’il est difficile de trouver, ou parfois introuvable, à condition que nous puissions nous le procurer. Et on espère que vous avez été nombreux à prendre connaissance de ce rapport même si vous n’êtes pas nombreux à vous être manifestés. Mais, ce ne sont pas des remerciements que l’on attend de vous. Seulement quelques encouragements. Et heureusement que les statistiques de fréquentation – prometteuses –  de notre Blog sont suffisantes pour nous donner le courage de persévérer.

Vous nous demandez comment nous sommes informés avant de rédiger un article. La vérité nous oblige à reconnaitre que nous ne savons pas tout, et la plupart du temps pas grand’ chose, que nous n’avons pas la science infuse, mais que nous nous appuyons sur des réseaux solides que nous nous sommes constitués. A Paris, ou ailleurs, avec des contacts au sein même des États-majors de plusieurs partis politiques, par des relations avec des fonctionnaires et souvent haut-fonctionnaires, des élus, des journalistes, des politologues, des mouvements de citoyens, des associations. Et les informations que nous recevons de façon spontanée. Tout cela nous prend 90% de notre temps. Et nous aurions de quoi écrire dix, vingt, cent articles chaque jour. Mais encore faut il les rédiger. Et pourquoi redire, par narcissisme, ce que vous lisez déjà ailleurs. De préférence, on souhaiterait écrire ce qu’on ne trouve pas ailleurs. Et on privilégie la qualité ou le fond à la quantité.

Et puis il y a vos commentaires, nombreux, dont on tient compte pour la ligne éditoriale de ce Blog. Cette semaine on aura eu droit, pour la plupart des mails reçus, à votre opinion sur cette affaire Benalla sur laquelle on a pas vraiment envie de s’étendre. « Ce qui nous inquiète le plus est le fait de voir que nous avons élu comme Président, un médiocre », dites vous, TOUS, à votre manière et avec vos mots. UNANIMEMENT ! 

Mais il en est ainsi dans la vraie vie de tous les jours. Il peut arriver que les « chefs », dans nos entreprises, nos collectivités, nos organisations, soient  les plus mauvais d’entre nous. Vaniteux, orgueilleux, imbus de leur médiocrité, étouffant sous leur ego. Plus baratineurs, plus menteurs, plus incapables que les autres. Sauf qu’ils nous font sentir tous les jours que ce sont eux qui ont le pouvoir sur nous. Nous pressurant, nous maltraitant parfois, pour que l’on fasse ce qu’ils sont eux mêmes incapables de faire, mais dont ils sauront en tirer pour eux mêmes, le profit. 

Comment peut on trouver, par exemple, ici ou là, dans une collectivité territoriale, un « Ingénieur en Chef », qui chapeaute des Ingénieurs diplômés, quand lui même n’est qu’un « apparatchik » peu qualifié, placé là par clientélisme. On pourrait disserter longuement sur le sujet. Quand je pense à l’affaire Benalla, dont le principal protagoniste aujourd’hui dans Le Monde, relance imbécilement une affaire qui commençait à s’estomper, je pense à mon premier Maitre de stage. Un « Réac » qui répétait à l’envi : « la confiance n’empêche pas le contrôle ». Je n’ai jamais osé lui dire que cette citation était attribuée à Lénine, qui semblait donner sa confiance de façon aveugle avant de fusiller sans aucune restriction.

Lorsqu’il s’agit de l’avenir d’un pays, donner le pouvoir à un inapte, un incompétent, est grave et inquiétant. Mais c’est l’électeur qui l’a voulu !

Et pour conclure sur cette affaire Benalla, ce « copinage malsain » dont on entend parler, n’est il pas tout simplement celui qui existe entre le Président et son garde du corps ? Tout le reste n’étant que littérature. Toutes ces commissions d’enquête étant vaines, politisées, et s’avérant inutiles puisqu’elles n’ont pas le pouvoir d’interroger le principal intéressé.

Et dans cette réforme constitutionnelle à venir, le seul objectif du Président n’est il pas justement de davantage museler, réduire le pouvoir de la Représentation Nationale ?

La France n’est pas la Turquie ! Enfin, pas encore !

J’exagère sans doute ! Mais sur notre planète, du Nord au Sud, et de l’Ouest à l’Est,  en ce début de nouveau siècle, la tentation de tous les dirigeants n’est elle pas de s’octroyer toujours un peu plus de pouvoir ? Par la force ou par les urnes. Dans la violence ou en faisant semblant, fallacieusement,  d’écouter un peuple qu’il méprise profondément.

Dans nos démocraties, si le citoyen se laisse faire, il sera l’artisan de son propre malheur !

Tags : « nous avons élu comme Président, un médiocre » disent nos lecteurs.

De la Démocratie, de la transparence en politique, du projet de loi constitutionnelle, et la suite sur le Rapport CAP 22 !

24 juillet 2018

 

Hier matin lundi, dès potron-minet, nous mettions en ligne le rapport CAP 22, réputé ultra-confidentiel.

Nous posions la question de savoir pourquoi le gouvernement ne l’avait pas rendu public. Question toujours sans réponse !

Nous disions qu’on ne tarderait pas : une question de semaines, peut être de jours, à ce qu’on le trouve sur Internet.

Nous avions tort. Nous aurions du parler d’une question d’heures !

En effet l’Association des Maires de France le mettait en ligne hier après-midi et nul doute que d’autres vont le faire dans la foulée.

Mais quand le trouvera t’on sur un site officiel du gouvernement ?

Il est quand même surprenant que depuis 10 jours,  tous,  syndicats, partis politiques, médias nous fassent des commentaires sur ce rapport dont on ne connaissait même pas le contenu.

Ce manque de transparence paraît être la spécialité de ce gouvernement qui nous prend pour des citoyens inintelligents, estimant que lui seul est à même de savoir ce qu’il faut décider pour nous.

Un manque de transparence qu’on voit bien dans cette affaire dont s’est saisie l’Assemblée Nationale en créant une commission d’enquête sur un proche du Président.

Est ce donc là, la démocratie telle que le Président Macron veut désormais l’appliquer à la Nation ?

Il n’y a pas. Il ne saurait y avoir de collusion entre la Droite Républicaine et d’autres formations politiques qui restent fondamentalement nos adversaires politiques.

Mais qu’il s’agisse de la France Insoumise, qu’il s’agisse du Rassemblement National, qu’il s’agisse d’un autre parti ou mouvement politique, TOUS sont légitimes pour représenter toutes les composantes de l’électorat français et défendre la démocratie au nom de tous les citoyens. Leurs exigences pour nous faire savoir comment nous sommes gouvernés les honorent.

Quant à cette loi constitutionnelle sur laquelle légifère la majorité présidentielle,  et maintenant que les masques tombent, nous avons toutes les raisons de penser qu’elle est faite pour réduire le rôle de la représentation nationale au profit d’un pouvoir confiscatoire.

Pour tenter de museler la démocratie !

SCOOP : Blog-Cabestany vous propose le Rapport Cap 2022 en téléchargement !

23 juillet 2018

AVIS : Pour être honnêtes avec nos lecteurs, nous ne leur garantissons pas avoir en mains la toute dernière mouture de ce rapport présenté au Premier Ministre il y a seulement quelques jours. Mais, elle est à coup sur l’une des toutes dernières versions du travail commandé par ce dernier.

Et si modifications il y eu ensuite, elles ne sont sans doute que mineures.  Un rapport dont le gouvernement a repoussé la diffusion publique pour après les vacances, sans date précise. Si le dossier n’est pas rangé d’ici là, au fond d’un tiroir.

Nous ne sommes pas assez naïfs pour nous imaginer qu’on nous a fait parvenir un rapport que d’autres n’auraient pas déjà en leur possession (syndicats, partis politiques, médias, etc…). Surtout que certains se livrent déjà à des commentaires sur ce rapport.

Mais, est ce que le citoyen ne serait pas assez adulte pour tirer lui même ses conclusions si on lui donnait à lire ? Pourquoi lui faire des commentaires orientés et lui dire ce qu’il doit penser sans lui permettre de se faire sa propre idée par lui même. Ou alors est ce la volonté du gouvernement ?

On parie  qu’avant la fin du mois d’aout ou peut être avant,  ce rapport circulera librement sur Internet. Si d’autres font comme nous et considèrent que le citoyen a le droit d’être informé. A moins que le gouvernement ait déjà pris la décision de l’enterrer. Comme le rapport Borloo. Comme d’autres qu’il commande puis fait passer à la trappe si les conclusions ne vont pas dans le sens qui l’arrange. En attendant, à ce jour, pour le citoyen, il est toujours confidentiel et si on prend la décision de le mettre en ligne, c’est qu’on pense que les lecteurs de Blog-Cabestany le valent bien !

Vous pouvez le télécharger, le lire, le consulter ci-dessous :

Rapport_Cap2022_ver07

-oO&Oo-

Pour vous donner envie de prendre connaissance de ce rapport de 150 pages, qui est bien fait dans le sens où il délivre un diagnostic, des propositions, et les effets attendus de ces propositions.

Le détail des 22 propositions du Rapport CAP 2022

PROPOSITION 1

| Refonder l’administration autour de la confiance et de la responsabilisation

PROPOSITION 2

| Bâtir un nouveau contrat social entre l’administration et ses collaborateurs

PROPOSITION 3

| Investir dans le numérique pour offrir un service public augmenté, plus efficient et qui réinvente ses relations avec les usagers

PROPOSITION 4

| Assurer le « dernier kilomètre » du service public dans un monde numérique

PROPOSITION 5

| Réduire le renoncement aux soins, améliorer l’espérance de vie en bonne santé et désengorger l’hôpital

PROPOSITION 6

| Retarder l’entrée dans la dépendance et mieux prendre en charge les personnes concernées

PROPOSITION 7

| Simplifier la vie des personnes en situation de handicap et celle de leurs proches

PROPOSITION 8

| Réduire les inégalités et placer la France dans les 10 meilleurs systèmes éducatifs mondiaux

PROPOSITION 9

| Augmenter et améliorer l’accueil dans l’enseignement supérieur en différenciant l’offre

PROPOSITION 10

| Mettre le demandeur d’emploi en capacité de construire sa recherche d’emploi

PROPOSITION 11

| Se loger mieux à moindre coût

PROPOSITION 12

| Simplifier les dispositifs sociaux au titre de la solidarité nationale et mieux accompagner ceux qui en ont le plus besoin

PROPOSITION 13

| Réduire les délais de jugement

PROPOSITION 14

| Assurer l’exécution de la totalité des peines d’emprisonnement ferme dans les délais, tout en supprimant la surpopulation carcérale

PROPOSITION 15

| Simplifier et diminuer le coût du dispositif de recouvrement des prélèvements obligatoires

PROPOSITION 16

| Aller vers une société « zéro cash » pour simplifier les paiements tout en luttant mieux contre la fraude fiscale

PROPOSITION 17

| Concentrer l’offre audiovisuelle publique sur le soutien à la création et l’information

PROPOSITION 18

| Supprimer les doublons et améliorer le partenariat entre l’État et les collectivités territoriales

PROPOSITION 19

| Renforcer la cohérence de l’action publique territoriale

PROPOSITION 20

| Mettre un terme à toutes les interventions publiques dont l’efficacité n’est pas démontrée

PROPOSITION 21

Mutualiser davantage l’achat public et développer les externalisations

PROPOSITION 22

| Faire payer directement l’usager de certains services publics

Tags : parce que nos lecteurs le valent bien !

Nous sommes CONTRE le travail dominical : mais on peut se permettre juste un petit clic !

22 juillet 2018

L’ÉDITO DE « LA CHIPIE »

Chez Blog-Cabestany, et ça n’engage que nous, nous sommes POUR le repos dominical et CONTRE l’obligation faite à des salariés de travailler ce jour là, contre leur gré.

Nous sommes contre l’ouverture des commerces le dimanche… sauf pour les croissants. Ils sont meilleurs, frais, que achetés en surgelé avec le steak haché et les frites. Et avez vous remarqué que maintenant on vous vend des frites dont on n’épluche même plus les pommes de terre. Si c’est vraiment des patates !   Mais, pour ce qui est d’aller acheter les croquettes de Médor ou un canapé le dimanche, pour nous, c’est NON.

Le temps est révolu où des ouvriers fabriquaient nos voitures d’une marque française la nuit ou le dimanche. Maintenant elles ont fabriquées au Maroc en Turquie ou en Chine. Et les ouvriers de chez Alstom ne seront plus obligés de faire les 3/8, et pourront même faire la grass’ mat’. Chez Pole Emploi on n’ouvre qu’en semaine.

Heureusement, l’une de ces sociétés de vente de plats cuisinés de régime qui commencent à nous gonfler à la télé avec leurs pubs, vient d’engager 300 télévendeurs – en intérim – pour nous recaser les 3 petits pois, au prix du caviar, qui feront l’essentiel de notre déjeuner de demain. En France l’économie et l’emploi repartent !!!  Pour nos kilos, qu’ils repartent est moins sur ! Et avant on était mineur de fond de génération en génération. Maintenant le père dit à son fils : « travailles bien à l’école si tu veux être un  jour chez Amazon. Il existe une variante avec Uber ». Et la retraite ? Chez Plumeau !

Ne boudons quand même le fait que nous ayons des policiers et des pompiers pour veiller sur nous le dimanche. Et du personnel dans les hôpitaux. Enfin de moins en moins. Et réjouissons nous, car dans les EPHAD dorénavant il devra y avoir une infirmière la nuit pour 300 pensionnaires. Parce qu’avant c’était un vigile qui sortait sa bombe lacrimo’ pour obliger Mamie Églantine à prendre son somnifère ? Avec un bon coup de matraque, on pouvait même faire l’économie du comprimé.

Et puis j’ai une pensée pour ce pauvre Collomb (pas Christophe), mais le ministre de l’intérieur, qu’on va emm….. demain pour les conn……. qui se déroulent à L’Élysée. Mais il faut toujours, en toutes circonstances, qu’on réussisse à taper sur la tronche du « mec qui n’y est pour rien ». Pas que j’aie une immense sympathie pour lui. Mais je n’ai aucun respect pour ceux qui n’assument pas et font assumer leurs dérives par d’autres ! Et Manu, c’est le genre de mec, franc comme un âne qui recule !

Alors juste un clic : Brigitte cause à Manu !

NON, MANU, TU NE SORS PAS COMME CA DANS LA RUE. TU EN AS DÉJÀ TROP FAIT EN TAPANT SUR LES VIEUX !

Et bon dimanche !

-o-

Tags : « c’est de l’humour »

Les lecteurs de Blog-Cabestany peuvent aussi avoir de l’humour !

21 juillet 2018

Ce n’est pas nous qui allons nous en plaindre !

L’un de nos lecteurs a détourné une affiche de film pour commenter l’actualité. Cette image nous permet de ne pas faire de commentaire. Alors on apprécie. Mais on n’en pense pas moins concernant cette minable affaire de barbouzes, de pieds-nicklés qui ne donne guère une image flatteuse de l’Élysée, du Président, du gouvernement.

Même, l’un d’entre vous, qui se dit un inconditionnel du Président et le défend systématiquement lorsqu’on l’égratigne,  nous avoue être effondré. Nous çà nous ferait plutôt marrer. Pas de quoi non plus faire de la récup’ politicienne, tellement on patauge dans le lamentable. On va rassurer notre ami qui a la photo de Macron au dessus de son lit et pense peut être à la décrocher. Il nous est déjà arrivé de voir pire en politique par le passé. Et avec Macron on a sans doute pas encore tout vu. Mais pour ce qui est de la communication : Président, Ministres, Députés En Marche, tous des branquignols qu’on aurait envie de consoler tellement ils apparaissent pathétiques !

Encore merci à vous qui nous envoyez des images, des textes, des commentaires.  Et puis ‘c’est vous qui le dites ! »

Encore un « ravi de la crèche » !

-o-

Tags : « sans commentaires »

Les lecteurs de Blog-Cabestany réagissent, un peu, beaucoup, à la folie !

20 juillet 2018

Oui, Monsieur le Président, avec vous, la République est vraiment « EN MARCHE » !

« c’est vous qui le dites » – « sans commentaires »

Vous pouvez laisser un commentaire en bas de cet article. Mais on en a déjà reçu une quantité que vous ne pouvez imaginer !

« Irréprochables » ! Ou alors nous joue t’on le retour des « barbouzes » ?

19 juillet 2018

Les barbouzes à l’Elysée ? Tome 2 !

dans les rubriques « c’est vous qui le dites » et « sans commentaire »

Un article de notre ami parisien « Électron Libre »

L’humain reste l’humain. En tous temps, en tous lieux, dans toutes les couches de la société, dans toutes les professions, même les plus éminentes, il est , il y a eu, il y aura des brebis galeuses.

Qui cachent leur jeu. Qui trompent leur monde. Et ceux qui sont abusés ne doivent pas être considérés comme les coupables. Ce serait une double peine. Sauf si les victimes se montrent d’un laxisme coupable. Et deviennent complices de ceux qui les trompent.

Mais lorsqu’on est un individu équilibré et que l’on s’aperçoit qu’on a un proche qui n’est pas celui que l’on croyait, on prend des dispositions pour l’empêcher de vous nuire.

On ne citera pas de noms. Tous les Présidents de la République ont eu leur lot d’affaires. Amateurs de comptes en Suisse, de belles chaussures, de dames de petite vertu. Tous les pouvoirs en arrivant nous auront expliqué qu’avant eux, il n’y avait que des méchants, et qu’avec eux, ce sont les gentils qui arrivent. Le Président actuel l’avait promis pendant sa campagne. « Avec moi, cela n’arrivera pas ». De la naïveté ou de l’arrogance ! Nous, on opte pour le deuxième cas. Et si on pardonne la naïveté on pardonne plus difficilement l’arrogance.

Et il y a deux voies différentes à emprunter devant ces affaires douteuses concernant un collaborateur indésirable. Le première est de reconnaître que l’on s’est trompé. Que l’on a été trompé. La deuxième est de maquiller la vérité. Et dans l’entourage du Président, depuis son arrivée au pouvoir, d’autres affaires ont été mises à jour, sauf qu’on ait jamais vraiment senti une volonté du pouvoir actuel de désavouer les coupables ou présumés coupables.

La République restera la République. Il a 20 ans, jeune photographe pigiste, je couvrais une manifestation d’infirmières. Déjà. Qui campaient sous les fenêtres de leur ministre. Sous un gouvernement de gauche qui se voulait proche du peuple. Au cours de la manifestation, quelle n’avait pas été ma surprise de voir deux de mes meilleurs copains de fac, des amis, policiers de leur état, déguisés en casseurs, en tête de cortège. La suite on la devine. Tout partait en eau de boudin. Quelques infirmières, matraquées, deviendront des clientes dans le service d’urgence où elle officiaient d’habitude. On n’était plus vraiment, à mon avis, dans le simple fait divers mais dans une provocation organisée. Par qui ? pourquoi ? Je n’aurai jamais la réponse.  Mes amis policiers m’expliqueront seulement qu’ils étaient de congé ce jour là et passaient par là par hasard. Et ta sœur !

Dans l’affaire qui secoue la Présidence de la République en ce moment, peut être ne doit y voir qu’un simple fait divers, le débordement d’un individu au comportement douteux. On a connu par le passé de grosses affaires qui n’étaient en réalité qu’un différend personnel, une affaire de jalousie appartenant à la sphère privée. Qui faisaient « pschitt ». D’autres affaires passées inaperçues cachaient sans doute une plus horrible vérité. L’un de mes confrères journaliste, un ami, est tombé de son balcon. Un autre……

ALORS QU’EN EST IL DE CETTE AFFAIRE QUI TOUCHE AUJOURD’HUI UN PROCHE DU PRÉSIDENT ?

Moi, je suis journaliste, pas romancier. Je m’en tiens aux faits et pas aux supputations. Mais j’ai ma liberté de penser. Qui ne concerne que moi. Que personne ne pourra m’enlever ! Et si la vérité était ailleurs ?

Électron Libre

POSTMASTER : pour nous c’est « sans commentaires ».

Tags : ils relaient nos articles, nous relayons les leurs. Liberté d’Expression. Liberté de la Presse