Rien n’est plus normal, plus classique. Quand un pouvoir politique est aux abois, quand il est à la dérive, la dernière issue qu’il lui reste, c’est de jeter un os à ronger à la foule en colère. Le naufrage dans la démagogie est le signe d’un régime en perdition qui n’a plus qu’une seule obsession, se maintenir à tout prix.

Quand la vanité, obsessionnelle, maladive, obscène, au plus profond du néant,  écrase toute notion de bien commun, il reste la démagogie, les vieilles ficelles destinées à satisfaire l’instinct de foule. Annoncer la suppression de l’ENA, surtout dans ces conditions, est un réflexe de la pire espèce.

…….

Les remplacer par qui, par quoi? Des militants de LREM ou du FN? Nos brillants lettrés de l’UNEF cette pépinière de la gauche française depuis 30 ans qui n’attend que cela? Les enfants, les neveux, les amants ou les maîtresses des uns et des autres ? Recaser les B……? T…..? G……? C’est déjà le cas pour une partie de la fonction publique ouverte aux nominations au tour extérieur! Le rêve de certains politiques a toujours été de briser l’ENA pour pouvoir caser sans limites leurs protégés et leurs serviteurs. Règne absolu et sans partage du népotisme, des lèche-culs, de la médiocrité, des passe-droit, du clanisme politicien et du copinage: voilà ce que recèle le projet de supprimer l’ENA.

Il n’est plus question de traiter des vrais problèmes de la France, la crise de l’école et de l’Éducation nationale, l’effarant niveau des prélèvements obligatoires, la dette publique égale à 100% du PIB, l’explosion de la violence et de la délinquance, la désindustrialisation, les 2 millions de jeunes sans formation ni emploi abandonnés au désœuvrement, le chômage qui touche 5 millions de personnes, les problèmes de pouvoir d’achat, les 8 millions de pauvres, le désastre des banlieues, de l’exclusion, du communautarisme.

………

 Supprimer l’ENA, faire de cette École le bouc émissaire des lâchetés, des renoncements, des fautes, de la bêtise et de la mégalomanie de quelques dirigeants politiques et de la déliquescence avancée d’une nation serait pire qu’un crime: une faute.

La Rédaction de Blog-Cabestany : Merci Electron Libre. Nous aurions surement repris l’article de Maxime Tandonnet puisque nous avons son accord pour le faire (mais sans coupures). Un article que nous avons trouvé également sur le site de nos amis « Les Gaullistes de Sceaux ». Signalé par « Gersende ». Aperçu par notre Alicia avant tout le monde. Mais, cher Electron Libre, journaliste au coeur d’une prestigieuse rédaction Parisienne, comment vous remercier de tout ce que vous nous envoyez en OFF (qu’on se garde bien de reprendre). Merci pour tous ces documents confidentiels dont vous nous permettez de prendre connaissance pour être moins idiots et ne pas se limiter à recopier ce que les médias aux ordres du pouvoir nous distillent à tout moment pour nous bourrer le crane. Merci pour ces infos qu’on cherche à cacher au citoyen dans ce qui ressemble de moins en moins à une Démocratie !  Et demain nous serons à la Sanch !