Archive for the ‘Liberté d’expression’ Category

« Terrorisme islamiste, d’un défaitisme à l’autre » écrit Maxime Tandonnet

27 septembre 2020

Courrier des lecteurs

Terrorisme islamiste, d’un défaitisme à l’autre

Éternelle faiblesse des « démocraties », dans les années 1930 comme aujourd’hui.

Et quand elles se réveillent, il est déjà trop tard. La bataille contre le terrorisme islamiste ou le djihadisme était perdue quand un Premier ministre français en 2015, en pleine terreur, déclarait « Il va falloir s’habituer à vivre avec le terrorisme », ces paroles défaitistes.

L’attentat à l’arme blanche qui a fait deux blessés graves dans l’ex-quartier de Charlie hebdo est un signal dramatique: n’importe où, même en ce lieu les plus emblématiques, les tueurs peuvent frapper. Dans ce combat sans merci contre le mal absolu, une terreur qui a causé plus de 260 morts en cinq ans,  tout le nécessaire n’a pas été fait. La pacifisme d’hier est l’angélisme d’aujourd’hui.

La France d’en haut, des élites dirigeantes ou influentes, médiatiques s’est abîmée dans la compromission: excuses envers les tortionnaires de Charlie (et du Bataclan) de la part de supposées autorités morales; décisions invraisemblables des juridictions empêchant  des mesures de sécurité envers les terroristes et l’usage d’Internet; climat de complaisance générale envers les actes pré-djihadistes, tels que les agressions violentes commises envers des jeunes filles en raison de leur tenue vestimentaire; profondeur et virulence des tabous relatifs à la maîtrise des frontière (un sujet lâchement abandonné aux extrémistes démagogues) et à la lutte contre le communautarisme ou la violence des cités; peur des mots (« séparatisme » plutôt qu’islamisme ou djihadisme), reflet de la peur des réalités et de la politique de l’autruche.

2020 = 1933-1939: même réflexe de lâcheté, même pacifisme, même défaitisme, même compromission conduisant à l’apocalypse.

Maxime TANDONNET

pour retrouver l’article original juste un clic ci-dessous :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/09/26/terrorisme-islamiste-dun-defaitisme-a-lautre/

Blog-Cabestany : quand nous reprenons, avec son autorisation,  un article écrit par un autre, nous nous engageons à ne pas y rajouter nos commentaires. Sinon nous l’aurions écrit nous mêmes. Mais pourquoi faire ce que d’autres font tellement mieux que nous !

Décharge(s) sauvage(s) à Cabestany ! L’indépendant en parle ….. !

26 septembre 2020

courrier des lecteurs

Nos élus de l’Opposition Municipale dénoncent ces états de faits depuis trop longtemps sans qu’on les écoute !

Pire on leur rit au nez en disant que si les citoyens étaient mécontents ils ne revoteraient pas pour les mêmes !

Il faut sans doute dans ce pays où bien des élus manquent de courage, de détermination, de compétence, en arriver à saisir les médias pour se faire entendre.

C’est ce qu’on fait des citoyens qui en ont marre qu’on se moque d’eux ! Que non seulement on ne fasse rien devant des situations inacceptables, mais qu’en plus on ne semble leur afficher que mépris et dédain ! Depuis quand des citoyens mécontents de vivre des nuisances osent interpeller des élus, des notables intouchables, inatteignables, qui considèrent que le peuple est là : « pour fermer sa gueule ! »

Retrouvez dans l’Indépendant l’article :

Pyrénées-Orientales – Cabestany : une décharge sauvage dénoncée depuis des années par des riverains

le lien internet : https://www.lindependant.fr/2020/09/16/mas-guerido-a-cabestany-une-decharge-sauvage-denoncee-depuis-des-annees-par-des-riverains-9075130.php

Photos issues du site de l’Indépendant mais nous en avons bien d’autres envoyées par nos propres lecteurs.

Nous ne reproduisons pas l’article « in extenso » de l’Indépendant. Vous le lirez si vous êtes abonné, ou si vous l’achetez. Jamais la Presse n’aura eu autant besoin de vous pour vivre, vous informer, et comme concernant l’article d’aujourd’hui, vous défendre !

Jamais la Presse n’aura été aussi importante dans ce qu’on appelle la « Liberté d’Expression »

Merci à nos élus de l’Opposition qui sont là pour empêcher la dictature des idées !

Merci aux médias !

Merci à l’INDEPENDANT

 

 

 

#DéfendonsLaLiberté

25 septembre 2020

COURRIER DES LECTEURS

Plus de cent médias, dont Le Monde, L’Obs et plusieurs journaux de presse quotidienne régionale, Radio France et France Télévisions ont signé, en ce  mercredi 23 septembre, une lettre ouverte, à l’initiative de la rédaction de Charlie Hebdo, pour défendre la liberté d’expression. Pointant du doigt les menaces de morts qui visent certains médias et les pressions de quelques États sur des journalistes français, le texte rappelle l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789.


Il n’était encore  jamais arrivé que des journaux, qui défendent souvent des points de vue divergents et dont le manifeste n’est pas la forme usuelle d’expression, décident ensemble de s’adresser à leurs lecteurs et à leurs concitoyens d’une manière aussi solennelle.

En le faisant, c’est qu’il leur paraissait crucial de nous alerter, nous les citoyens, au sujet de l’une des valeurs les plus fondamentales de notre démocratie : la « liberté d’expression ».

Aujourd’hui, en 2020, certains sont menacés de mort quand ils exposent des opinions singulières. Des médias sont ouvertement désignés comme cibles par des organisations terroristes internationales. Des États exercent des pressions sur des journalistes français « coupables » d’avoir publié des articles critiques.

 

La violence des mots s’est peu à peu transformée en violence physique.

Le manifeste :

« Ces cinq dernières années, des femmes et des hommes de notre pays ont été assassinés par des fanatiques, en raison de leurs origines ou de leurs opinions. Des journalistes et des dessinateurs ont été exécutés pour qu’ils cessent à tout jamais d’écrire et de dessiner librement.

« Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi », proclame l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, intégrée à notre Constitution.

Pourtant, c’est tout l’édifice juridique élaboré pendant plus de deux siècles pour protéger votre liberté d’expression qui est attaqué, comme jamais depuis soixante-quinze ans. Et cette fois par des idéologies totalitaires nouvelles, prétendant parfois s’inspirer de textes religieux.

Ce n’est pas le blasphème que nous défendons, mais la liberté

Nous attendons des pouvoirs publics qu’ils déploient les moyens policiers nécessaires pour assurer la défense de ces libertés et qu’ils condamnent fermement les Etats qui violent les traités garants de vos droits. Mais nous redoutons que la crainte légitime de la mort n’étende son emprise et n’étouffe inexorablement les derniers esprits libres.

Que restera-t-il alors de ce dont les rédacteurs de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 avaient rêvé ? Ces libertés nous sont tellement naturelles qu’il nous arrive d’oublier le privilège et le confort qu’elles constituent pour chacun d’entre nous. Elles sont comme l’air que l’on respire et cet air se raréfie. Pour être dignes de nos ancêtres qui les ont arrachées et de ce qu’ils nous ont transmis, nous devons prendre la résolution de ne plus rien céder à ces idéologies mortifères.

 

Les lois de notre pays offrent à chacun un cadre qui autorise à parler, écrire et dessiner comme dans peu d’autres endroits dans le monde.

 

Il appartient au Citoyen de s’en emparer. D’exprimer ses opinions et de critiquer celles des autres, qu’elles soient politiques, philosophiques ou religieuses, pourvu que cela reste dans les limites fixées par la loi. »

#DéfendonsLaLiberté


Signé : Alliance de la presse d’information générale, BFMTV, Canal+, Challenges, Charlie Hebdo, CNews, Courrier International, Europe 1, France Télévisions, L’Alsace, L’Angérien libre, L’Avenir de l’Artois, L’Echo de l’Ouest, L’Echo de la Lys, L’Equipe, L’Essor Savoyard, L’Est-Eclair, L’Est républicain, L’Express, L’Hebdo de Charente-Maritime, L’Humanité, L’Humanité Dimanche, L’indicateur des Flandres, L’informateur Corse nouvelle, L’Obs, L’Opinion, L’Union, La Charente Libre, La Croix, La Dépêche du Midi, La Nouvelle République, La Renaissance du Loir-et-Cher, La Renaissance lochoise, La Savoie, La Semaine dans le Boulonnais, La Tribune Républicaine, La Vie, La Vie Corrézienne, La Voix du Nord, Le Bien public, Le Canard Enchaîné, Le Courrier français, Le Courrier de Gironde, Le Courrier de Guadeloupe, Le Courrier de l’Ouest, Le Courrier Picard, Le Dauphiné libéré, Le Figaro, Le Figaro Magazine, Le Journal d’Ici, Le Journal des Flandres, Le Journal du Dimanche, Le Journal du Médoc, Le Journal de Montreuil, Le Journal de Saône-et-Loire, Le Maine Libre, Le Messager, Le Monde, Le Parisien / Aujourd’hui en France, Le Pays Gessien, Le Phare Dunkerquois, Le Point, Le Progrès, Le Républicain Lorrain, Le Réveil de Berck, Le Semeur hebdo, Le Télégramme, Les Dernières Nouvelles d’Alsace, Les Echos, Les Echos du Touquet, LCI, Libération, Libération Champagne, M6, Marianne, Midi Libre, Monaco Matin, Nice Matin, Nord Eclair, Nord Littoral, Ouest France, Paris Match, Paris Normandie, Presse Océan, Radio France, RMC, RTL, Sud Ouest,Télérama, TF1, Var Matin, Vosges Matin.

BLOG-CABESTANY : la « Liberté d’Expression » est notre principale valeur. Mais plus encore que la nôtre, elle est la vôtre. Et c’est pour vous que nous nous battons pour VOUS faire entendre. Car, chers concitoyens, qui aujourd’hui vous donne la parole ?Qui vous écoute ? Qui vous permet de donner votre avis, sinon notre Blog tant malmené par ceux qui monopolisent la parole, veulent nous donner des leçons, veulent nous imposer leurs idées ? Il existe une Opposition à Cabestany. Elle défend vos libertés fondamentales. Ne l’oubliez jamais !

                                                              et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

Conseil Municipal à Cabestany, jeudi 24 septembre 2020 à 18 h 00 !

22 septembre 2020

Courrier des lecteurs –

Colette Appert, pour l’opposition municipale à Cabestany, communique :

Un Conseil Municipal se tiendra le jeudi 24 septembre 2020 à Cabestany, à 18 h 00 précises, dans la Salle Polyvalente du Centre Culturel

La Mairie précise : Accueil du public dans la limite des places disponibles. Masque obligatoire

Ordre du Jour

Approbation du compte-rendu du Conseil municipal du 02 juillet 2020.

Affaire n°01

Conseil municipal : Approbation du Règlement intérieur.

Affaire n°02

Adhésion au groupement de commandes pour l’achat d’électricité du SYDEEL66.

Affaire n°03

Société Publique Locale Perpignan Méditerranée Métropole : Désignation des représentants.

Affaire n°04

Agence d’Urbanisme Catalane (AURCA) : Nouvelle désignation de représentants.

Affaire n°05

SEM Crématiste Catalane : Désignation d’un représentant.

Affaire n°06

Individualisation des subventions versées aux associations au Chapitre 65 du BP 2020.

Affaire n°07

Renouvellement de la convention de partenariat entre la Commune de Cabestany, le COC Omnisports et le District de football des Pyrénées Orientales.

Affaire n°08

Convention 2020-2026 d’utilisation des équipements sportifs à titre gratuit par les associations sportives de Cabestany.

Affaire n°09

Convention 2020-2026 d’utilisation des équipements sportifs à titre gratuit par l’Union COC OMNISPORTS.

Affaire n°10

Approbation du règlement Intérieur d’utilisation des équipements sportifs.

Affaire n°11

Renouvellement de la convention d’objectifs et de financement 2020-2026 avec l’Union COC OMNISPORTS.

Affaire n°12

Répartition intercommunale des charges de fonctionnement des écoles publiques entre commune d’accueil et commune de résidence.

Affaire n°13

Création d’emplois non permanents pour accroissement temporaire d’activité.

Affaire n°14

Convention de prêt à usage agricole : Monsieur GABET AK76.

Affaire n°15

Avis du Conseil Municipal pour ouverture dominicale 2021.

Informations Communauté Urbaine.

Décisions

-o-

« Ai je mauvais esprit ? » écrit Philippe Bilger !

21 septembre 2020

Courrier des lecteurs – ils n’écrivent pas que pour nous mais nous autorisent à les publier sous conditions –

Philippe Bilger ancien magistrat

Philippe Bilger écrit :

19 septembre 2020

 

« La République déglinguée » écrit Maxime Tandonnet

18 septembre 2020

courrier des lecteurs – ils nous autorisent à les reprendre

Lors de son interview du 14 juillet, le président de la République a prononcé une phrase d’un intérêt notable sur le plan de la réflexion politique: « J’ai commis des erreurs ». La formule a été dite et accueillie avec le plus grand naturel, comme banale, habituelle. Or, ce qu’elle recouvre n’a rien de banal. Présider ou diriger un État est une mission d’une exceptionnelle gravité, comme piloter un avion de ligne ou un paquebot, conduire un car scolaire, opérer à cœur ouvert,  voire diriger une entreprise dont dépendent des milliers d’emplois. Imagine-t-on un pilote de ligne ou de paquebot, un conducteur de car scolaire, un chirurgien, un chef d’entreprise déclarer tout simplement, devant ses passagers ou les parents d’enfants qu’il a conduits, devant son patient, ou son conseil d’administration: « J’ai commis des erreurs ». Inconcevable: en de telles circonstances, celui qui commet des erreurs est aussitôt remercié.  En principe, dans une république, une démocratie normale, le dirigeant suprême qui reconnaît, « j’ai commis des erreurs », assume ses responsabilités surtout quand celles-ci ont plongé le pays dans le chaos (gilets jaunes, mouvement social, etc.). Il les assume soit par le recours au peuple, à travers des législatives ou un référendum sur lequel il engage sa responsabilité, soit en démissionnant.

« Un autre chemin » promet-il. Mais là aussi, le slogan, un « autre chemin », après celui du « nouveau monde », de la « transformation » de la « refondation », de la « réinvention », soulève des questions. Le président est élu sur un projet, un style, une posture. La distinction entre le « cap » (ou l’objectif) que l’on conserve et le « chemin », que l’on change, est artificielle. Le peuple – dans le système actuel – vote à la fois pour un cap et pour un chemin. D’ailleurs, le choix d’une politique est toujours le choix d’un chemin, c’est-à-dire de moyens. En changeant de chemin, le chef de l’État rompt le contrat qu’il a conclu avec le peuple par son élection au suffrage universel. Il ruine sa légitimité démocratique.  L’idée qu’un président puisse ainsi, de son libre arbitre, changer de chemin, sans interroger ni la nation par un référendum, ni sa représentation parlementaire, est profondément antidémocratique. Elle signifie que sur une saute d’humeur une lubie ou un changement d’idée, un individu peut, en dehors de toute consultation démocratique, engager le pays sur un chemin ou sur un autre. Mais alors, appeler cela une république ou une démocratie a quelque chose d’indécent.

Maxime TANDONNET

BLOG-CABESTANY : nous nous sommes engagés à ne pas commenter les articles des auteurs qui nous autorisent à les reproduire. Mais si nous les reprenons c’est qu’ils font consensus dans notre Collectif !

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Lucas dit : « Ensauvagement, refus de l’assimilation, sont les deux faces d’un même phénomène »

15 septembre 2020

COURRIER DES LECTEURS

Lucas de Bompas écrit :

« La France a connu un été 2020 meurtrier. Marqué par des crimes épouvantables comme le tabassage du chauffeur de bus de Bayonne ou la tragédie d’Axelle, trainée par des barbares sur des centaines de mètres. Au delà de ces cas symboliques, les vacances des Français, déjà si éprouvés par les contraintes liées au Covid, ont été trop souvent pourries par des bandes de racailles qui ont multiplié les intimidations, les vols et les agressions, suscitant parfois la légitime réaction des habitants et vacanciers comme à Palavas.

Il ne s’agit pas d’une addition de faits divers mais d’un profond phénomène de société. Une partie de la jeunesse d’origine immigrée refuse de s’assimiler et choisit délibérément l’affrontement par rejet d’une société dont elle profite autant qu’elle la hait. Il n’y aucune explication sociale à cet ensauvagement. Cette volonté d’humilier, d’abaisser et de mutiler procède d’une haine absolue pour tout ce que nous représentons. »

Blog-Cabestany écrit : Cher et fidèle lecteur dont le nom (ou peut être le pseudo) est Lucas, vous avez parfaitement le droit, au nom de la Liberté d’Expression, de donner votre avis sur un sujet aussi sensible.

Chez Blog-Cabestany, nous disposons d’un petit logiciel réservé aux professeurs qui corrigent des copies ou aux journalistes qui cherchent à voir si un texte n’est pas du « copié-collé » en provenance d’un autre site. Et nous avons trouvé ce même texte ailleurs sur un site internet sous la signature d’une certaine Nadejda Silanina qui, et cela n’a rien à voir, venait de poster un tweet pour déplorer la disparition de Bernard Debré, « un honnête homme, sincère et dévoué », dit elle. Ce en quoi on lui donne raison.

Et pour retrouver le texte original  envoyé par Lucas, allez directement sur le site internet où il est publié et auquel vous pourrez accéder en faisant juste un clic ci-dessous :

https://observatoiredumensonge.com/2020/09/13/ensauvagement-et-refus-de-lassimilation-les-deux-faces-dun-meme-phenomene/

AVIS : Chers lecteurs de ce blog, vous avez le droit d’exprimer vos opinions, et nous le droit de les reprendre ou non.  Mais si vous recopiez le texte d’un journal, d’un livre, d’un site, ayez la gentillesse de le préciser et de citer votre source. Ce qui n’enlèvera rien à la force de votre propos. Merci

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

Julianne nous conseille de lire « Comment on a laissé l’Islamisme pénétrer l’école »

14 septembre 2020

COURRIER DES LECTEURS

le livre de Jean-Pierre OBIN

Blog-Cabestany écrit : Julianne, fidèle lectrice de notre Blog, qui nous critique parfois sévèrement lorsqu’elle le juge utile, et nous conseille parfois, mais toujours avec une grande honnêteté, est une Professeure retirée à Canet. Elle nous dit avoir bien connu Jean Pierre Obin qui était Inspecteur dans son milieu professionnel de l’Enseignement. Un fonctionnaire capable de parler de son métier sans complaisance mais un engagement pour lequel il s’est dévoué sans regrets. Julianne nous recommande le livre de Jean-Pierre Obin, un excellent choix.

 

Comment on a laissé l’islamisme pénétrer l’école

par Jean-Pierre Obin

 

Résumé de son livre, écrit par l’auteur lui même

« J’ai écrit ce livre pour briser le silence qui règne sur la montée de l’islamisme, sur ses ravages parmi les jeunes et sur les dégâts qu’il provoque dans notre école publique. Pendant longtemps, le silence a été la seule réaction : la célèbre formule “Surtout pas de vagues !” a permis pendant vingt ans de mener une confortable politique de l’autruche.

J’ai écrit ce livre parce que je suis attaché à la laïcité : ce principe républicain nous protège et protège nos libertés, celle de croire ou de ne pas croire, celle de pratiquer librement un culte, celle de changer de conviction, celle de critiquer les religions ou l’absence de religion et, pour les parents, celle de confier leurs enfants à l’école publique sans crainte qu’ils y soient harcelés ou endoctrinés.

J’ai écrit ce livre parce que le temps presse et qu’il y a maintenant urgence à agir. » (J.-P. Obin)

Jean-Pierre Obin a été inspecteur général de l’Éducation nationale. Il est l’auteur de nombreux livres, notamment sur l’école et le métier d’enseignant, ainsi que du célèbre « rapport Obin » de 2004 qui alertait le ministre de l’Éducation nationale sur le développement des atteintes à la laïcité dans les établissements scolaires. Un rapport rapidement enterré comme la plupart des rapports utiles quel qu’en soit le sujet par des politiques ne voulant pas voir la vérité.

 

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

L’Éditorial du Collectif de rédaction de Blog-Cabestany !

11 septembre 2020

courrier des lecteurs

« les chiens aboient, la caravane passe ». Des mots que l’on prête à Lysimaque « le Macédonien », disciple d’Aristote, Général qui conduisait l’une des armées d’Alexandre le Grand. Arrivé en Anatolie,  au 4ème siècle avant Jésus-Christ,  il doit passer par un défilé. Les ennemis, des barbares, dix fois supérieurs en nombre, hurlent et gesticulent dans le plus grand désordre, savourant déjà leur victoire. Ils excitent de grands chiens, des dogues assoiffés de sang qui aboient pour faire peur. Lysimaque fait croire qu’il n’est que l’avant garde d’une puissante armée qui aurait établi son campement en arrière à un jour de marche de là. Les ennemis et leurs chiens, pressés d’en découdre,  se précipitent sur le lieu supposé de cette armée qui n’existe pas et abandonnent leurs positions. Pendant ce temps, Lysimaque franchit le défilé avec sa caravane sans combattre. « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » écrivait le fabuliste Jean de la Fontaine.

 

La campagne des municipales est déjà loin derrière nous. L’élection date maintenant de six mois. Il n’y aura eu qu’un tour. Et on ne va pas se lancer dans la prochaine campagne. Cela n’aurait aucun sens.

Et pour tout dire chez Blog-Cabestany on n’a plus l’envie. On a perdu l’inspiration. Nos soutiens institutionnels, eux mêmes, ne voient pas ce qu’ils pourraient nous apporter de plus en dehors de toute période électorale. Seule une large partie de nos lecteurs nous reste encore fidèle. Car il est d’autres priorités en cette période et nous sommes bien d’accord avec cette analyse.

Blog-Cabestany n’a jamais cherché à se confondre avec l’opposition. Ni à interférer par son action. Chacun son rôle ! Ce sont d’anciens journalistes qui nous auront enseigné les règles de ce qu’il convient ou non de faire. Nous avons soutenu Colette Appert – sans réserves – car telles étaient nos convictions qui d’ailleurs n’ont pas changé. Nous continuerons donc de le faire car pour nous l’opposition à Cabestany c’est ELLE.

Beaucoup de nos concitoyens ne se sont pas déplacés aux urnes à cause de la situation sanitaire engendrée par ce virus envoyé par l’une des plus inquiétantes dictatures communistes à avoir jamais sévi sur notre planète. Qui a inventé des nouveaux moyens pour nous dominer économiquement. Et qui ne cesse de renforcer son potentiel militaire. Pourquoi ? Mais en ce qui concerne l’élection à Cabestany on ne refera pas la match. La démocratie a parlé. Et avec deux listes d’opposition, l’une de Droite et l’autre placée sous le signe zodiacal du « Caméléon », à quoi pouvait t’on s’attendre d’autre ? Les vainqueurs auront été élus avec les voix de moins d’un électeur sur cinq. ALORS…. est ce vraiment une raison pour nous faire supporter ces débordements d’auto satisfaction intempestifs qui ne sont à nos yeux que des bouffonneries ? Cela justifie t’il ce mépris affiché à notre égard et  qui n’élève guère le débat ?

NOUS… on sait que l’on s’en reprend pour six longues années de gouvernance improbable et brouillonne. D’endettement continu. De constructions bâclées, hideuses, non fonctionnelles. De budgets non préparés, improbables où l’on fait n’importe quoi et lorsque l’addition arrive, pour la payer et boucher les trous, on fait les poches des citoyens.

Oui, on a bien envie de se mettre en retrait sauf que les vainqueurs dans cette ville n’ont hélas pas la victoire modeste. Il suffit de lire ce qu’on nous envoie. L’un d’entre vous nous écrit, à nous qui comptons plusieurs gaullistes dans nos rangs  : « vous les fachos on vous a donné la punition !? » (pour les communistes tous les autres sont sans doute forcément des fachos).  Ou, pour paraphraser le film « Les Tontons Flingueurs », on reçoit : « C’est aux quatre coins de Cabestany que aussi bien vous, que P…, ou Colette, on a éparpillés par petits bouts, dynamités, dispersés, ventilés façon puzzle»

Pauvres fous que vous êtes, aussi vaniteux qu’inconséquents !  Mais peut être n’est ce qu’une stratégie pour nous provoquer ? Et personne ne nous oblige à tomber dans le panneau !

Pourtant, en lisant les commentaires que nous adressent nos adversaires, on comprend immédiatement la mentalité dominante dans cette ville où la majorité ne pense qu’à diviser plutôt qu’à rassembler. Pourquoi la gestion de la ville est elle accompagnée de tant de sectarisme et de discrimination plutôt que de considérer que tous les citoyens devraient être unis pour affronter les mêmes problèmes. Ce en quoi on a besoin de l’opposition. La stratégie de la mairie étant le signe d’une idéologie qui s’accroche comme un mollusque sur son rocher. Mais une idéologie à l’agonie !

Et puis pourquoi nous balancer dans les gencives la victoire de Monsieur Aliot comme une offense dont nous serions responsables ? C’était à Perpignan et pas à Cabestany. Et la victoire de Louis Aliot, même s’il n’est pas de notre camp, est aussi légitime à nos yeux que celle de Jean Vila. Et quel rôle auront bien pu jouer les « marcheurs » lorsqu’on nous explique qu’au premier tour un candidat étiqueté Marine fait le plein de ses voix et que son score ne pourra jamais être supérieur au deuxième tour ? Car on présuppose, mais ne sommes pas devins, que la Gauche n’a pas voté pour Monsieur Aliot au deuxième tour.

On pense que nos élus de l’opposition ont bien du courage et il va leur en falloir. Et en ce qui concerne Colette Appert on n’a aucun inquiétude sur le fait qu’elle continuera de faire ce qu’elle a toujours fait : défendre nos intérêts. Respecter ceux qui se sont déplacés pour voter pour elle.

Mais ne vous attendez pas à ce qu’on écrive tous les jours sur ce Blog alors que vous faites tout – et plus encore – pour nous provoquer. « Les chiens aboient, la caravane passe ! » disait donc Lysimaque, il y a seulement 24 siècles. Ne nous confondez pas avec ce pauvre taureau dans l’arène qui fonce aveuglement sur la cape du toréador juste parce qu’elle est rouge. La couleur des cocos !

Et sur ce, bon week end !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany : vos commentaires !

8 septembre 2020

Courrier des lecteurs – sans commentaires –

Colette Appert écrit :

Pour ma part, en tant qu’élue je me dois de dénoncer, d’informer et d’alerter la population et la municipalité en place (qui est dans le déni le plus complet) sur les « incivilités » chaque jour plus importantes dans notre commune. Objectif : ouvrir les yeux des responsables élus en place (il serait temps que ceux-ci sortent de leur monde merveilleux) afin que les dispositions qui s’imposent soient prises.
Je remercie le collectif du Blog Cabestany toujours à mes côtés dans ce travail quotidien.

L’un de nos fidèles lecteurs qui a l’habitude d’écrire des choses qui ont du sens, fait ce commentaire :

Tout comme l’ensemble des autres communes de France, la commune de Cabestany est soumise aux lois intangible des rapports de causes à effets. En effet, les domaines de la sécurité et de la tranquillité publique sont une des fonctions « régalienne » d’un maire. Il se doit de s’adapter en fonction des besoins de ses administré(e)s mais aussi et surtout avec la tendance des communes voisines afin de maintenir une certaine cohérence d’ensemble. Hors je constate que la tendance politique en matière de sécurité et de lutte contre la délinquance sur la ville de Perpignan est depuis bien une décennie un cheval de bataille à juste titre. La délinquance aussi s’adapte naturellement au climat et mesures de cette politique de prévention et de répression en débordant sur des zones à moindre risques pour leurs méfaits. Dans le jargon professionnel on appelle cela l’effet « tache d’huile ». Rien d’étonnant mais de plus navrant de voir sa commune sous l’emprise de ce phénomène qui est une cause a effet dont le village et ses administrés en subiront les dommages collatéraux. Dans un deuxième temps vous noterez un sentiment d’insécurité croissant qui se changera en insécurité. Même sans aller vers une montée exponentielle d’une délinquance probable. Économiquement ce ne sera pas top pour la valeur foncière et le développement Economique. Je note que Perpignan s’est doté d’une police municipale armée et formée et que la commune de Cabestany a une police municipale « végétative » (en termes de comparaison de mission uniquement car je ne doute aucunement des compétences du personnel). Au maire de faire le nécessaire et aux administré(e)s de lui faire entendre.

Blog-Cabestany : Merci à tous. Pour nous c’est suffisamment explicite et ne mérite pas que nous y rajoutions le moindre commentaire !

 

CABESTANY, VILLE DANGEREUSE ?

7 septembre 2020

COURRIER DES LECTEURS

  Notre article de rentrée nous aura valu une volée de bois vert. Des critiques, des reproches et même quelques insultes qui nous laissent heureusement indifférents. Serait on en train de toucher là où ça fait mal chez les « Bisounours » pour lesquels tout est merveilleux et tout va bien à Cabestany  ? On aura reçu aussi beaucoup d’encouragements ! Merci.

      Ainsi, aurait t’on ainsi indisposé plusieurs Cabestanyencs, dont celui ci, qui se reconnaitra, qui se dit être un lecteur attentif de notre blog « pourri » (il n’est pas obligé de le lire), qui se prétend de gauche (laquelle ?), qui se dit proche de la Mairie (ça veut dire quoi ?), et qui nous écrit :

« il n’y a pas eu à Cabestany, cet été, plus de cambriolages et plus d’agressions que d’habitude »

     Comme on adore cette expression «plus que d’habitude », qu’on pourrait presque prendre comme un aveu !

     Sauf….  qu’on lui fera remarquer que dans notre article on n’a jamais parlé de cambriolages ou d’agressions qui auraient eu lieu cet été à Cabestany. Car même, s’il y a pu avoir des cambriolages ou des agressions cet été, on n’en sait foutre rien. On n’a pas d’informations sur le sujet. Et on n’a pas pour habitude de parler de ce qu’on ne sait pas. Ce qui serait de la pure mauvaise foi. On ne fonctionne pas comme cela. Mais peut être que ce fidèle lecteur de notre blog « pourri » en sait plus que nous et serait en mesure de nous informer ? Nous, on pense qu’il ferait mieux de la fermer et c’est sans doute ce que ses soi-disant amis de la Mairie devraient lui conseiller de faire  !

  A moins qu’il ne soit un de leurs agents, plutôt maladroit et incompétent, pour ce qui de leur propagande mensongère !

    Nous… On aura juste écrit que dans nos rues, cet été, il semble bien qu’il y aura eu beaucoup d’allées et venues. De façon inhabituelle pour notre petite ville. On aura remarqué beaucoup d’inconnus en train de déambuler, regarder nos maisons, paraissant s’intéresser à nos activités domestiques. Nous cassant les pieds en venant à tout bout de champ, tôt le matin, tard le soir, pendant la sieste, sonner à nos portes pour nous proposer des services incongrus, des produits divers de provenance douteuse. Nous raconter des « carabistouilles » ! Tout cela de façon intrusive. On aura remarqué toujours les mêmes véhicules, pas vraiment récents, semblant mal entretenus, immatriculés souvent dans un autre département,  n’appartenant pas à nos voisins ou à des vacanciers ayant loué chez l’habitant, passant et repassant lentement, sans raison apparente et plusieurs jours de suite.

       D’autres nous auront écrit pour nous dire avoir constaté sous leurs fenêtres des présumés points de deal s’organisant à la va-vite, durant à peine quelques minutes, avec l’arrivée subite de plusieurs deux roues, plusieurs véhicules arrivant de tous côtés. Et ce qui ressemblait à des échanges furtifs. Avant que tous les protagonistes de ces rassemblements ne repartent aussi vite qu’ils étaient venus.

     Et il y aura eu ces conducteurs de deux-roues, qu’on connait, et dont les parents ne font rien pour éduquer leurs enfants. Attendant que l’école s’en charge, sans doute. Des jeunes et des moins jeunes, sans casque, avec des pots d’échappement bruyants (dans l’illégalité) et repassant des dizaines de fois sous nos fenêtres, parfois des heures durant. Dans nos rue défoncées. Pour bruler inutilement du carburant que ne doit pas leur couter bien cher, bien nous enfumer, nous casser les oreilles, nous énerver. Pourquoi ne vont ils pas faire les « cons » sur la route de la déchetterie dont on voudrait bien que les rues du centre ville y ressemblent. En espérant – pour eux – qu’un jour une personne excédée ne commettra pas un geste de colère irréparable. Mais on n’a jamais non plus utilisé le mot de « rodéo »

Notre vie n’aura guère été tranquille à Cabestany cet été, cela personne ne pourra le contester. Bien de nos ainés qui n’ont pas les moyens de partir en vacances, qui ne conduisent plus, qui aspirent au calme et à la sécurité, nous auront fait part de leur exaspération ou de leur profonde inquiétude devant une situation dont ceux qui devraient s’en préoccuper, disent ils, leur donnent plutôt l’impression qu’ils n’en  ont rien à foutre !?

Pour le reste, si vous voulez bien, ne nous faites pas dire ce qu’on a pas dit !!!

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

C’est la rentrée à Cabestany !

4 septembre 2020

Courrier des lecteurs

La tribune de l’opposition dans le numéro de septembre 2020 du Cabes’infos

  Pour l’opposition c’est la rentrée à Cabestany. Pour Blog-Cabestany, le fait marquant est le départ sous d’autres cieux et pour des raisons professionnelles et affectives de la délicieuse Alicia dite « la chipie ». Nous avons perdu notre muse et notre petite fourmi travailleuse. Nous avons perdu la chef d’orchestre de notre blog.

     Qui…. maintenant pour répondre désormais à vos mails de façon personnelle à 3 heures du matin, nous prendre au téléphone le dimanche après midi pendant la sieste, suivre les événements mondiaux sur C.N.N.,  rédiger le prochain article du Blog sur sa tablette, allongée sur la sable à Canet, tout en préparant le prochain cours magistral pour ses étudiants ?

     Qui… maintenant pour être disponible 365 jours par an et 24 heures sur 24. Et bénévole, avec une bonne imprimante, connaissant bien la galaxie Linux, et capable d’écrire sans fautes ?

     On a bien reçu quelques propositions mais le Collectif de Blog-Cabestany a ses exigences. Un/e candidate d’un niveau  maitrise ou doctorat, mais aussi d’une grande culture, littéraire mais un peu scientifique, féru d’Histoire, artiste, polyglotte, connaissant l’informatique, s’intéressant à la politique, la géopolitique. Sportif et écolo. Capable de dévorer les médias à peine sorti du lit. Avec un carnet d’adresses impressionnant. Bénévole, dévoué, et souriant. Heureusement on en demande pas autant à nos ministres !

     Et avec des idées de Droite, et prêt à soutenir Colette Appert sans réserves. Et pourquoi pas Gaulliste ? Et pas question de lui laisser les mains libres !

     Quelqu’un aimant les Catalans, mais aussi les Bretons ou les Corses ! Quelqu’un ayant du respect pour les Anciens Combattants, nos Ainés, les Pieds Noirs et bien d’autres que cette Mairie parait délaisser.

     Quelqu’un qui aurait de bonnes connaissances juridiques, capable de se débrouiller avec nos webmasters Montpelliérains, nos hébergeurs américains qui n’en veulent qu’à notre Carte Bleue. Mais préférerez une American Express ! Quelqu’un/e  capable aussi de se coordonner avec ceux qui ont concourus jusqu’à aujourd’hui  à la rédaction de Blog-Cabestany. Une avocate à Paris, des profs de littérature Normands et Niçois, un prof d’histoire à Versailles, des journalistes ou anciens journalistes à La Baule, Dinard ou Paris, des élus ou anciens élus qui nous soutiennent. Et la liste est loin d’être exhaustive.

      Et puis quelqu’un ayant la fibre développement durable, mais pas de ces ayatollahs faisant de la politique plutôt que de l’écologie, vert à l’extérieur mais rouge dedans, amis des communistes, opportunistes jusqu’à la nausée, ne désirant que de voir la France envahie par des migrants.

     Et quelqu’un qui comme nous déteste les Populistes, les extrémistes et Macron cet usurpateur qui nous gouverne mais qui pense plutôt à se reconvertir au Liban, ou chez General Electric.

     Une perle rare quoi ! En attendant …….

     Et vous chers amis lecteurs, qui êtes restés à Cabestany durant tout l’été, vous nous avez écrit que jamais vous n’aviez vu autant de visages inconnus trainer sur nos trottoirs. Regardant tout. Paraissant s’intéresser à tout, à nos maisons, à nos jardins, à nos voitures, à nos habitudes et nos déplacements. Allant jusqu’à sonner pour demander si c’est toujours la famille Sanchez qui habite la maison voisine où la boite aux lettres n’a pas de nom, et pour savoir si nos voisins – qui ne s’appellent bien sur pas Sanchez –  sont partis en vacances et quand ils rentrent.

     Sans faire partie d’une quelconque association nous aurons du jouer malgré nous  les Voisins Vigilants. Nous faisant injurier ou menacer lorsque nous prenions note des immatriculations de certains véhicules étrangers à nos rues et semblant marauder. Et même des photos. Et l’un de ces inconnus nous aura lancé « heureusement que ce n’est pas comme cela dans tous les quartiers à Cabestany ». Que voulait il dire ? Mais il est des quartiers à Cabestany où les gens seraient naïfs et peu méfiants, selon vos dires. Ou aveuglés par une idéologie « Bisounours ».

     On aura sonné à notre porte pour nous proposer dans une boite à chaussures des abricots qui auraient pu été cueillis à l’insu des propriétaires. Pour nous vendre les objets les plus divers et les plus hétéroclites, trop bon marché et dont n’avions pas besoin (tombés du camion?). On nous aura proposé de nous  tondre la pelouse ou repeindre le casot (sans facture). Ou d’envoyer une « copine » venir faire le ménage chez nous.

Mais on connait hélas aussi, certains de nos amis, qui travaillant à Toulouse s’inquiètent pour leur avenir. Des petits commerçants ou artisans au bord de la faillite. Un ingénieur qui se propose de gagner sa vie et nourrir ses enfants  en venant tailler l’olivier ou faire du bricolage ou n’importe quoi ! Et nous ne méprisons personne qui en difficulté est prêt à tout pour gagner sa vie. Mais honnêtement !!!

    Une personne âgée nous aura demandé si elle n’avait pas eu tort de fermer sa porte à un couple parlant à peine le français qui lui proposait de lui montrer :  » comment remplir le formulaire administratif pour demander une « indemnité de confinement » réservée aux plus de 65 ans ! Parce que çà existe ? Et on en passe. Et heureusement que nous ne sommes pas paranos, car pour la vente d’herbes aromatiques ou de farine, il n’y aura jamais eu de confinement. Ce monde devient cruel et dangereux sans parler de la menace virale qui pèse sur nos têtes.

  Et il nous aura fallu intervenir pour faire sortir de la piscine de nos voisins partis en vacances une bande de jeunes venus de Perpignan et prétendant en avoir l’autorisation. Et avant de partir ils nous auront réclamé à boire, de l’argent, et menacés de revenir avec des copains à eux. « On va tout péter » étant leur seule façon de communiquer !

    Ensauvagement de la société ? On n’a pas la réponse et on ne fera pas de la récupération politique mais puisque la mairie semble ne rien faire, à vous entendre, qui nous interdira de faire poser des grilles, des alarmes et même des caméras chez nous ? Qui nous redonnera un peu de cette confiance perdue ? A croire que nos élus de tous bords veulent nous jeter dans les bras des Populistes.

     Et personne ne pourra nous empêcher de surveiller la maison de nos voisins, surtout s’ils sont âgés et de leur proposer de nous déranger à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit s’ils pensent avoir besoin qu’on les protège. C’est ce qu’on appelle de la Solidarité !

     Lorsque la puissance publique ne fait plus rien pour le protéger, et il ne s’agit aucunement de mettre en cause nos policiers ou nos gendarmes, le citoyen a le droit d’assurer par lui même sa propre sécurité. Un devoir et une obligation pour sa survie. La défaillance de nos institutions, le laxisme ou la carence de nos élus nationaux ou locaux en étant la cause.

Bonne rentrée ! Et sans Alicia à quand le prochain article sur notre blog ? Ne soyez pas trop pressés !

Si l’on ne répond plus de façon personnelle à vos messages, on est toujours capables de vous lire. Bon courage à vous tous qui nous écrivez encore, en ces temps difficiles ! Nous, nous ne lacherons rien !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

15 août, la déchristianisation de la France ! nous explique Maxime Tandonnet

15 août 2020

C’est eux qui le disent – Sans commentaires –

15 août, la déchristianisation de la France

« Historiquement, la France est  la « fille aînée de l’Église ». Cette religion reste celle d’une majorité relative de nos compatriotes, mais elle périclite. 7 % des personnes interrogées seulement se rendent à la messe au moins une fois par mois, contre 9 % en 2008. Au total, on compte, en 2018, 32 % de catholiques en France, dont 19 % ne sont pas pratiquants. C’est-à-dire qu’ils ne vont pas à l’église même pour les grandes fêtes (Pâques, Noël…), tout en se considérant comme catholiques. Pourtant, en 1981, on comptait encore 70 % de catholiques en France, dont 17 % de pratiquants réguliers, et 41 % de non-pratiquants. » (le Point)

Échange hier soir avec un ami, spécialiste des questions vaticanes. Pourquoi le pape François, en plus de sept ans, n’est-il jamais venu en France contrairement à ses prédécesseurs, même après l’incendie de Notre-Dame, où un geste de solidarité de sa part eût été le bienvenu?  Au Vatican, la France actuelle n’a pas bonne presse. Elle serait à la pointe de la déchristianisation de l’Europe: les vocations s’effondrent, comme le nombre des baptêmes, les églises se vident, et l’église de France connaît de graves difficultés financières. Quel pourcentage des jeunes Français, de moins de trente ans, serait capable de dire un mot sur l’Assomption? Si la tendance, en marche depuis 1965, venait à se prolonger, la disparition ou la marginalisation de la religion chrétienne en France paraîtrait inévitable.

Tout se passe comme si la France s’imposait comme le pilote de la destruction du christianisme en Europe, ou plutôt les religions chrétiennes, catholique, protestante et orthodoxe. Conséquences? La nature a horreur du vide. La disparition du christianisme ouvre la voie au retours des idolâtries que l’on voit déjà à l’oeuvre: culte de la personnalité en politique, adoration des dieux modernes, le sport, l’argent, le nationalisme guerrier, les jeux. La déchristianisation accélérée va de pair avec la propagande, l’abrutissement, le déclin des valeurs patriotiques, l’abêtissement général. Elle favorise la violence criminelle, la barbarie dans la rue comme dans les  urnes ou dans les ministères et assemblées (voir billet sur la lâcheté). Elle ouvre la voie au chaos et à l’asservissement des consciences. C’est pourquoi elle ne concerne pas uniquement ceux qui croient au Ciel, mais devrait préoccuper sérieusement tous les Français y compris ceux qui n’y croient pas mais qui aiment leur pays.

Maxime TANDONNET

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

Dans la torpeur aoûtienne ! écrit Maxime Tandonnet

2 août 2020

Dans la torpeur aoûtienne

Au mois d’août, dans une France écrasée de chaleur anesthésiée par le soleil de plomb, tout est permis, tout est possible. L’Assemblée nationale vient de voter sans sourciller, dans un hémicycle au trois cinquièmes vide, la PMA sans père, remboursée par la sécurité sociale. Les contributeurs Français sont donc sommés de prendre en charge l’abolition officielle de la paternité comme pilier de la famille et de l’enfance. Le débat de société? Quel débat de société? L’avez-vous vu passer? Pas moi. Un vote lâche, honteux, en catimini. « Conservateur » l’opposant à cette réforme? Non: résistant, résistant à une dérive totalitaire de la même nature que toute forme d’expérimentation touchant à la nature humaine. Les mots de traîtres et d’opportunistes ne sont pas excessifs pour qualifier ceux qui ont retourné leur veste pour un maroquin sur ce sujet essentiel.

        Autre sidération: un garde des sceaux, s’exprimant, par définition au nom du gouvernement, a réclamé le rapatriement en France des jihadistes: c’est-à-dire, ceux qui au nom de daesh, directement ou par complicité, ont massacré, torturé, violé, enlevé, crucifié, égorgé, anéanti des villages, femmes et enfants, commis des génocides sur les populations chrétiennes et Yézidies, orchestré des attentats qui ont ensanglanté la France (250 victimes).  Au nom des droits de l’homme? Et les droits des prisonniers égorgés, des enfants traités en esclave sexuels, des villageois exterminés et des malheureuses victimes du Bataclan ?

  Ce matin, il se confirme que la France est l’un des pays les plus frappés au monde par la grande dépression due au covid, deux points au dessus de la moyenne de l’UE: – 13,8% du PIB, contre – 10,1 % en Allemagne. A l’origine de ce désastre: la déroute de l’équipe au pouvoir, un aveuglement de deux mois sur les « masques », diabolisés avant d’être rendus strictement obligatoires, et le choix irresponsable, faute de masques, d’un confinement absolu qui a plongé l’économie française dans le marasme. Mais les responsables de cette débâcle, dignes de l’état-major en mai-juin 1940, dans l’indifférence générale, sont toujours là, en poste, pavoisant, pérorant, jacassant et droits dans leurs bottes, prêts à rempiler comme si de rien n’était. D’ailleurs, le silence à ce sujet de la classe politique de l’extrême gauche à l’extrême droite incluses, (en dehors d’une poignée de parlementaires courageux et lucides) est assourdissant. 

        Question fondamentale : l’apathie du pays dans ses profondeurs, est-elle le fruit de l’indifférence, du déclin intellectuel, d’un authentique abrutissement de masse? Ou bien n’est-elle au contraire que le reflet de la surface des choses, entre reportages et commentaires lèche-bottes et sondages truqués, couvrant un mouvement de révolte, un grondement sourd dans les profondeurs de la France qui ne demande qu’à s’exprimer en la première occasion ?

Maxime TANDONNET

 

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/08/01/dans-la-torpeur-aoutienne/

Blog-Cabestany : sans commentaires !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Le Courrier des Lecteurs sur cette « Lettre à la Population de Cabestany » !

31 juillet 2020

Courrier des Lecteurs

          Vous êtes quelques uns à nous parler de ce papier inutile que la Mairie a mis dans votre boite aux lettres et qui finira dans la poubelle jaune, dites vous. Mais vous ne pouvez pas vous plaindre sans cesse que la municipalité ne communique jamais sur rien et la critiquer lorsqu’elle le fait.  Que vous ne soyez pas d’accord avec le contenu dans cette lettre est bien autre chose. Chez Blog-Cabestany, nous nous considérons dans l’opposition, mais nous ne critiquons jamais pour le simple plaisir de le faire ou sans raisons  !!!

          Qu’est ce que l’AURCA, nous demandez vous, dont on parle dans cette lettre ? Réponse : Il s’agit d’une agence d’urbanisme créée à la demande de l’état et des élus, qui intervient dans l’élaboration des SCoT (Schéma d’organisation Territoriale). Constituée d’un pool de cabinets d’études, architectes, urbanistes, paysagistes, techniciens qui peut également conseiller les élus qui la saisissent  pour un problème particulier. Et toute étude ou tout travail mérite salaire. Quant à croire que les élus sont tenus de respecter les – généralement – judicieuses préconisations de l’AURCA, c’est un autre problème. En espérant que parfois cette agence ne serve pas d’alibi, à son insu, pour qu’on fasse autre chose et n’importe quoi en prétextant qu’on l’a consultée, nous disent des spécialistes.

Et l’un des principaux problèmes dans les PO réside dans toutes ces zones inondables où l’on a construit en espérant qu’il n’arrivera jamais rien. Et où on aimerait continuer à construire encore et encore puisque personne ne s’y oppose vraiment ! Quel paradoxe que cette menace de se retrouver inondés dans un département secoué par la sécheresse où l’on considère que le problème crucial est la ressource en eau potable !

Marie nous dit : « si vous servez à quelque chose oserez vous dire aux Cabestanyencs que le chiffre du budget « Investissements » n’est pas le montant de l’argent qui va être investi pour le futur. C’est la somme des investissements à venir et des remboursements d’emprunts pour payer ce qu’on a fait par le passé à crédit parce qu’on avait pas l’argent. Alors il faudrait connaitre le pourcentage dans ce budget du remboursement annuel d’une dette plutôt conséquente qui plombe la ville et qui va s’étaler encore sur pas mal d’années alors qu’on continue à s’endetter pour finir un jour dans le mur.

          Blog-Cabestany : Vous avez raison : les remboursements d’emprunts sont inscrits dans le budget Investissements (quand les intérêts le sont dans le budget de Fonctionnement).  Mais pour ce qui est de vous expliquer ce qu’il y a dans le budget d’Investissements de votre ville ce n’est pas à nous de vous répondre ! Si l’une ou l’autre (ou les deux) de nos listes d’opposition veut nous donner son avis, on le publiera dans nos colonnes.

          Vous êtes également « vent debout » contre cette augmentation de 1,5% de la pression fiscale locale.

           Paul nous dit : « ces communistes à la mairie ne sont pas capables de faire autre chose que d’augmenter les impôts. Nous on se serre un peu plus la ceinture chaque année. On a moins d’argent. On va peut être perdre notre travail bientôt mais ces ces gens à la mairie sont incapables de gérer et leur seule solution est de nous pressurer un peu plus. Et ce serait sur les conseils du préfet ? Je n’en crois rien. On nous ment. Je serait curieux de savoir si cette lettre envoyée par le préfet existe ! » (c’est vous qui le dites)

          Blog-Cabestany : Nous n’osons imaginer que Monsieur le Maire pourrait s’amuser à mettre en cause le Préfet et l’écrire s’il n’y avait ne serait ce qu’un fond de vérité. Lequel ? Peut être que nos listes d’opposition auront la bonne idée de demander une copie de ce courrier à la Mairie. Nous voulons juste le paragraphe dans lequel Monsieur le Préfet « conseillerait » à Monsieur le Maire de nous piquer un peu plus d’oseille pour boucher les trous que la Mairie a creusé par son incompétence. Et nous sommes prêts à mettre tout cela en ligne.

          Et nous ne sommes pas pressés. Mais c’est une heureuse surprise pour nous de voir que dans vos courriers vous nous demandez de rester vigilants. Nous le serons selon nos moyens. Et que vous êtes demandeurs d’information, cette Lettre à la Population étant loin de vous rassurer et posant davantage de questions qu’elle n’apporte de réponses. Et vous attendez que l’opposition municipale joue son rôle. Et qu’elle vous informe !

           Si l’on ne répond pas à vos messages, on est encore capables de vous lire. Bien à vous tous qui nous écrivez en ces temps difficiles ! Nous ne lacherons rien !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

« A Cabestany, on croit toujours en vous Madame Appert » dit Alicia, rédactrice de Blog-Cabestany !

22 juillet 2020

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression –

 

La dernière (?) tribune « politique » d’Alicia la Chipie, rédactrice chez Blog-Cabestany

Alicia écrit :

A Cabestany, Madame Appert, on croit toujours en vous, et on espère ne pas vous avoir trop déçue !

« On a tellement apprécié vos mots et cette délicate façon de l’exprimer, venant du cœur, dans cette tribune de l’opposition du dernier Cabes’infos où vous écrivez avec votre gentillesse naturelle que vous aurez préféré perdre une élection plutôt que perdre des amis à cause d’un certain virus. Lequel ressemble curieusement à une arme bactériologique cultivée dans un labo militaire. Un « cadeau » des communistes chinois, plus forts pour opprimer leur peuple que pour contenir un virus. Mais dans quel pays géré par des communistes la Liberté est elle respectée ? Une idéologie perverse ! On devrait rendre la Chine responsables de cette pandémie. Lorsqu’on voit comment ces gens après avoir esclavagisé le Tibet, mis les Ouïgours dans des camps, viennent de mettre la main de façon indigne sur Hong-Kong ! Et on constate qu’il est encore des gens pour défendre cette doctrine pernicieuse. Pire : de s’en revendiquer ! Même dans un bled peu accueillant et paumé des P.O. !

Et nous pauvres naïfs qui nous entendons dire, lorsqu’on présente une ordonnance médicale pour nos aînés, dans une pharmacie, que la plupart des médicaments prescrits sont manquants, car tous fabriqués en Chine. Comment des politiques se disant Français et Patriotes ont ils pu laisser commettre ce forfait, cette infamie, cette trahison ? Mais en entendant une certaine ex-Ministre de la Santé nous dire que tout va bien dans un pays où l’on a fermé maternités et lits d’hôpitaux, où on a laissé mourir les vieux dans les EHPAD, on aurait presque envie de prendre le maquis et entrer en Résistance.

Madame Appert, ou oserais je me permettre de vous appeler « Colette », on croit toujours en vous mais mérite t’on que vous croyiez encore en nous ? Lorsqu’on prend conscience de tous les efforts que vous avez déployés, le temps consacré à notre ville, au détriment de votre vie familiale. Pour aucun remerciement, pour aucune compensation, pour juste défendre « nos » convictions de façon désintéressée et nous représenter : nous, cette minorité opprimée par la pensée dominante de ceux qui se sentent supérieurs à nous, nous toisent de leur suffisance et règnent sans partage à la mairie. Mais c’est votre Honneur !

Mes Papy, Mamie, et leurs amis ne se sont pas déplacés à cette élection qui aura été une mascarade comme on l’aura voulu au plus haut sommet de l’État. S’ils avaient voté – pour vous évidemment – cela aurait il changé les résultats ? Lorsqu’on voit qu’une autre liste – dont on fait semblant de se demander qui aurait bien pu la téléguider – a fait le choix de saborder la Droite à Cabestany pour mieux faire repasser les marxistes. Et tout cela pour d’obscures raisons dont je ferai croire – parce que je ne suis qu’une femme et donc une pauvre idiote – qu’elles échappent à mon entendement ! Car je n’ai aucune, mais vraiment aucune envie de m’étendre sur le sujet  ! Quant à la Droite dans les P.O (ou même à Paris) est elle encore digne de notre confiance ? A Perpignan même, hélas, les électeurs ont semblé en douter !

En 2020, on aura cru en vous, Colette ! On aura espéré le changement. Rêvé d’un renouveau pour Cabestany. Une ville où nos aînés y auraient – enfin – quelque considération. En sachant que tout cela était sans doute utopique. Car une grande partie des Cabestanyencs semble se complaire dans ce qui nous apparaît de plus en plus chaque jour comme une médiocrité congénitale et endémique. On laissera nos concitoyens baigner dans leur extase. Du à la beuh ou au chichon – en vente libre ? – dans notre ville à ce qu’on dirait bien !  Abusés certes, mais sans doute de bonne foi. Victimes consentantes. Et puis ils ont sûrement bien d’autres soucis et problèmes de fin de mois à affronter en ce moment que de s’intéresser à la politique ce qu’on veut bien comprendre. Mais la situation à Cabestany est sans espoir !

Je me souviens, il y aura bientôt 30 ans, de la joie de mes parents « adoptifs ». De braves gens qui, au départ, n’étaient pour moi qu’une nouvelle « famille d’accueil ». Je revois leur joie de quitter le petit appartement du Moulin à Vent. Où les gens au moins y étaient chaleureux. A Cabestany, on aurai un jardinet et je pourrai faire du vélo dans une rue où passaient bien peu de voitures. Pour éviter que je m’encombre de clefs à l’école, ma mère laissait souvent la porte de la maison ouverte toute la journée. On ne craignait pas grand’ chose. Pas de maisons cambriolées, pas de voitures fracturées, pas de personne âgée agressée. La vie à Cabestany était agréable. Si calme et paisible. Et mes parents adoptifs qui ne faisaient pas de politique disaient que la municipalité était dynamique et inventive !?

Mais ça : « c’était avant » ! Aujourd’hui on s’aperçoit que tout cela est parti en quenouille. Et Cabestany est le dernier endroit où j’aimerais élever mes enfants. Une ville moche, sale, où l’urbanisme a été bâclé. Les finances mal dépensées. Les vieux oubliés. Où il faut avoir la bonne carte du Parti pour être considéré. Où on évite de parler politique devant ses voisins comme si on avait peur ! Où on se regarde en « chiens de faïence ». Une cité « abîmée » par des « nostalgiques du Goulag » . Mais qui sait encore de nos jours qui était Soljenitsyne, écrivain courageux,  qui s’interrogeait en déclarant :

« A l’Est le communisme n’aura jamais existé comme un dogme reposant sur des bases claires, définies, voire identifiables. Devant ce vide abyssal, plusieurs décennies après la Révolution d’Octobre, ce sont des penseurs de Gauche, à l’Ouest, qui auront fabriqué à partir de rien, les règles d’une doctrine nommée « Communisme ». Pour pouvoir se retrancher derrière des concepts purement théoriques, irréalistes, et inventés de toutes pièces. Et pouvoir en faire un idéal utopique. Préférant passer sous un silence coupable les millions de victimes de ces dirigeants monstrueux et criminels à l’Est, qui ne savaient rien faire d’autre que d’oppresser le peuple. Justifiant leurs crimes abominables au nom de ce même communisme !  ».

Cabestany est une ville où la Culture est une caricature. Un simulacre. Une illusion pour des demeurés. Et ne parlons pas de Démocratie. Il nous aura suffi, chère Colette, de nous déplacer quelques fois au Conseil Municipal pour voir combien ce mot est dévoyé dans notre ville. Que vos idées (que nous partageons), et que vos propositions soient – ou non – réalistes, cette municipalité aura toujours refusé – au nom d’une doctrine dogmatique – de vous entendre et même de daigner vous écouter. A après on lit cette idiotie crasse qui dit que la Droite n’aurait jamais fait de propositions. Mais lorsqu’on voit d’où cette mauvaise foi provient, ce n’est que de l’insignifiance !

Aujourd’hui, à Cabestany il faut fermer sa porte à double tour, faire attention à sa voiture, surveiller les fréquentations de ses enfants, voir si on ne vend pas directement devant votre porte de la farine et des herbes en libre service. Ou dans d’autres endroits de ce qui ne sera bientôt plus ma ville. Où refuser d’installer des caméras de vidéosurveillance passe aux yeux de beaucoup pour une forme de complaisance. Voulue ou non ? Mais nous avons toujours défendu « la » Liberté d’expression de nos lecteurs auxquels la Mairie n’a pas encore réussi à leur interdire de penser… même si on leur conseille de se taire ! « Silence dans les rangs ! ».

Qu’on le veuille ou non, Cabestany est gérée par ce qui ressemble fort à des extrémistes. Des extrémistes aveugles qui considèrent que ce sont les « autres » qui appartiennent aux extrêmes. Mais surement pas eux ! On connait la chanson mais on ne fait pas partie de ceux qui se laissent abuser comme des moutons de Panurge. Sauf que lorsque les citoyens en ont marre d’un extrême, généralement ils votent ensuite pour les extrémistes… de l’autre bord. Et personne ne se sent responsable ! Du nord au sud de l’hexagone, pour bien de ces élus « sans honneur », conserver son siège quel qu’en soit le prix sera passé par des compromissions bien peu glorieuses.

Madame Appert, je vous souhaite bien du courage pour l’avenir. Si vous y croyez encore. Votre campagne électorale aura été exemplaire. Vos co-listiers se seront montré motivés, soudés. On espère qu’ils le seront toujours dans un proche avenir. Je n’en faisais pas partie, par choix, sachant que je ne resterai pas à Cabestany ou j’y étais d’ailleurs de moins en moins. Des responsabilités professionnelles m’appellent ailleurs. Et comme j’ai de la chance d’avoir du boulot quand tant de plans sociaux se profilent à l’horizon, je taille ma route.

Moi, Alicia dite « la Chipie » j’ai eu du mal à me faire admettre dans cette rédaction de Blog-Cabestany. Parce qu’être une femme, être largement plus diplômée que la moyenne, avoir son franc parler, et ne pas respecter les codes est encore un handicap au 21ème siècle. Ne refaisons pas le passé. Et pourtant, m’occuper du « Courrier des lecteurs » m’aura apporté bien des satisfactions. Un Blog, proche des gens, proche des ainés, proche de cette France oubliée par Paris. Dont j’étais devenue, au fil des mois, et des années, une petite abeille ouvrière toujours disponible. Pour vous lire, vous répondre. Pour mettre en ligne. Personne ne me regrettera. D’autres feront sûrement aussi bien et certainement mieux que moi. Personne n’est irremplaçable. Et de plus je crois que Blog-Cabestany a certains problèmes avec ses hébergeurs et webmasters actuels : une priorité à déjà surmonter avant d’envisager la suite. Mais l’aventure aura été pour moi magnifique ! Et si c’était à refaire, il faudrait surtout ne rien changer !

Madame Appert, ou « Colette », vous pouvez être fière de votre bilan. Nombreux sont les Cabestanyencs qui croient encore en vous. Je vous conserve toute mon amitié, ma sympathie, mon admiration. Vous êtes une femme d’honneur et de courage. Fière de ses convictions. Un exemple  pour nous les femmes de bonne volonté ! Mais hélas la personne à abattre pour des sectaires incultes et parfois quasiment analphabètes, de tous bords. Et quand je dis « de tous bords », beaucoup peut être me comprendront ils ? Pourtant, avec votre parfaite connaissance des dossiers et des finances de Cabestany, qui aurait fait un/e meilleur/e Maire que vous ? Quelle occasion gâchée ! Mais ainsi va la vie ! Et chacun choisit son malheur !

Je ne pense pas que moi, pauvre Alicia, on me lise de nouveau sur ce Blog. Je vous regretterai. Amitiés à tous.

Alicia Jones-Smith

Blog-Cabestany : Merci Alicia, qui en effet n’était pas avare du temps qu’elle consacrait à ce blog, jour et nuit. Elle vous répondait à tous. Elle entretenait de véritables conversations par mails avec nos lecteurs. Parlant de politique, mais souvent aussi de choses plus personnelles. Donnant si elle le pouvait, des conseils pratiques, juridiques à des femmes maltraitées ou des personnes en difficulté. Toujours à votre écoute. Continuez à nous écrire et à aborder tous les sujets que vous souhaitez. Continuez de nous donner votre avis.

Mais on ne pourra plus vous répondre de façon individuelle et personnalisée comme on le faisait avant. Nous en sommes sincèrement désolés !

Tous, nous regretterons « Alicia ». Cette chipie au grand coeur !   Bon vent à toi chère amie  !

« Inquiétant scrutin électoral » écrit Maxime, au lendemain du deuxième tour !

29 juin 2020

Inquiétant scrutin municipal

illustration originale de l’article de Maxime Tandonnet le lundi 29 juin 2020 dont vous trouverez le lien ci-dessous :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/06/29/inquietant-scrutin-municipal/

Le texte :

Gigantesque taux d’abstention (60%) pour une élection municipale, poussée de l’alliance gauchisante vert-socialistes dans les centre-villes boboïsés…

Le vote d’hier donne de bonnes raisons de s’inquiéter pour l’avenir. Le pays est blasé, indifférent, assommé par les échecs, les scandales, la dérive mégalomaniaque du régime, son impuissance viscérale, son naufrage dans le chaos. Même l’élection des maires ne l’intéresse plus. Il s’en fout.

Et dans ce contexte, une petite minorité d’activistes bien-pensants profite de la situation. C’est toujours la même histoire, de petites minorités fanatisées qui gagnent à la faveur de l’apathie générale. A Bordeaux, les commentateurs jubilaient, dans un contentement hystérique. Oui, la gauche revenait au pouvoir, un maire de gauche, enfin, après 75 ans! Le dernier, il faut dire, Adrien Marquet, n’avait pas laissé que de bons souvenirs… 

Mais l’ignorance crasse des perroquets de la télévision faisait peine à voir. Quant au duo magique des sondages, le Pen/Macron, il était bien à la peine au vu des résultats d’hier soir. Pourtant, pire que le pouvoir macronien est possible : l’alliance écolo-socialiste, bénéficiant de l’apathie générale, du découragement, de l’indifférence de la nation, arrive avec de belles idées: vitesse limitée à 110 km/h sur autoroute, accueil généralisé et sans limite, fin du nucléaire sans recours aux énergies carbones.

Alors quoi ? anéantissement de l’industrie, décroissance, retour au Moyen-âge, chaos général, quand la France compte 5 millions de chômeurs ? Jubilez, jubilez ! Visages de la bonne conscience éclairée: le culte de la table rase sous le masque souriant.

Demain, des larmes et du sang,  France irrémédiablement foutue.  Les abstentionnistes seront les premiers à pleurnicher sur le chaos et l’écroulement du pays. Mais qui seront les responsables?

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : sur l’article de Maxime Tandonnet, nous ne ferons, comme nous nous y sommes engagés, aucun commentaire.

Quant à vos mails qui arrivent au Blog, nous n’en prendrons connaissance qu’au fur et à mesure dans la journée. Mais c’est un flot continu et ils sont déjà plus que nombreux. Et contradictoires. Tout le monde a gagné, dites vous ! Comme à l’habitude, aurions nous envie de répondre ! Mais nos premières réflexions sont de nous inquiéter plutôt pour la situation sanitaire dans notre pays ou ailleurs !

Continuez à nous écrire :

Les femmes de policiers partent en croisade pour sauver leurs maris ! Maria communique via Blog-Cabestany.

24 juin 2020

COURRIER DES LECTEURS – LIBERTÉ D’EXPRESSION – C’EST VOUS QUI LE DITES !

« Maria », militante associative, féministe, politique et syndicale, et qui plus est, l’épouse d’un policier Perpignanais nous informe et nous demande de bien vouloir reprendre le texte qu’elle nous a envoyé, ce que nous avons fait, sans rajout, ni rature, à la virgule près, mais après lui avoir rappelé notre éthique en matière de mise en ligne :

Maria écrit :

«  » Le 27 juin prochain, c’est à dire samedi, se tiendra un “rassemblement citoyen pour la république”,  place de la République à Paris,  à l’initiative de mon amie Zohra Bitan, membre de l’Association « Femmes des forces de l’ordre en colère » (FFOC).

Zohra invite tous les « citoyens » à se mobiliser « face à la division ». Cette chroniqueuse des Grandes Gueules sur RMC entre en croisade contre cette haine « antiflic » qui n’a plus de limite raisonnable, semble même échapper aux organisateurs de ces mouvements qui se prétendent « anti-raciste », mais fait le jeu de certains politiques.

Zohra est à l’origine du hashtag#ToutesLesViesComptent.

Elle nous rappelle l’universalisme et pourfend l’insupportable racialisation du débat actuel. Ancienne porte-parole de Manuel Valls à la primaire socialiste de 2011, elle réaffirme sa volonté de défendre les forces de l’ordre, dont l’honneur « serait » autant sali par des mouvements antiracistes que par des membres de ce gouvernement. Mais plus qu’une affaire de dignité, c’est la vie des fonctionnaires des Forces de l’Ordre qui sont en danger en accomplissant leur mission, que leurs épouses veulent préserver, pour elles, leurs enfants, leurs familles.

Depuis plusieurs semaines, l’association Femmes des Forces de l’ordre en colère (FFOC) dénonce la vindicte totalement disproportionnée et non maitrisée du mouvement « Black Lives Matter ». Et plus particulièrement ceux qui le financent depuis l’étranger, dans certains pays où les Droits de l’Homme sont bafoués mais qui ne cherchent qu’à instaurer le désordre sur le sol de cette France qui a la faiblesse d’accueillir des réfugiés en provenance de chez eux, fuyant leur dictature. Ce qui est évidemment impardonnable à leur yeux et mérite cette instrumentalisation dont les responsables de ce mouvement ne semblent pas eux mêmes se rendre compte. Tous comme ces Français qui font l’objet d’une manipulation insoutenable, d’une récupération écoeurante, sont aveuglés par des considérations politiciennes et se montrent incapables de faire le tri et de raisonner seuls.

Il faut aussi dénoncer, sur notre sol, la complicité de certains élus, de banlieue parisienne ou d’ailleurs, dont ce Maire communiste, qui « aurait » inauguré dans sa ville une fresque où l’on fait l’amalgame entre « racisme et violences policières ». Que fait le Préfet du lieu ?

Révisons notre jugement sur ceux qui assurent l’ordre dans notre pays en les condamnant tous de manière univoque. Lorsqu’on voit des policiers d’origine Antillaise, Guyanaise, Maghrébine ou Africaine se faire traiter de « vendus » ou de « collabos » par leurs frères de couleur, mais où sont les véritables racistes ? Qui n’hésitent pas à dévoiler leur véritable nature en traitant les autres de « sales blancs » !

Elle [Zohra Bitan] qui est qualifiée d’« Arabe de service » par ceux la même qui hurlent en meute pour dénoncer ce soi-disant racisme. Elle se définit elle même comme « une Arabe au service de la France ».

Et il faut souhaiter que cette manifestation de samedi prochain se fasse dans un climat pacifique, apaisé, car les femmes de policiers ne souhaitent rien d’autre. Et surtout pas,  ce qui ne peut plus être considéré comme des coïncidences, à savoir l’irruption de groupes violents ne venant que pour ternir l’image de citoyens manifestant pacifiquement pour leurs droits, comme les « gilets jaunes », les soignants, et la liste serait longue. «  »

« Maria »

https://www.ffoc-france.com/

Ce communiqué fait écho à la Tribune signée par 60 policiers disant :

« Nous, policiers issus de la diversité, ne sommes pas des « vendus ». La Police Nationale n’est pas parfaite mais nous ne laisserons pas nos frères d’armes être traités de racistes, et nous de victimes consentantes ! Nous sommes fiers de protéger la population dont nous sommes issus, et de rendre les rues plus sures. Sans se renier, intégrer la Police Nationale, est le plus bel engagement qui soit ! »

« Et on rappellera comment ce problème de racisme est davantage repris par les officines politicardes de la Gauche de la Gauche, que par ceux qui pourraient revendiquer en être les victimes. Mais le marxisme ne sait plus à quoi se raccrocher pour faire croire qu’il existe encore », dit Émile. 

Blog-Cabestany : Maria, vous nous dites que vous n’avez pas réussi – pour le moment – à faire passer votre communiqué dans d’autres médias locaux. Une affirmation  qui n’engage que votre parole et que nous ne commenterons surement pas. Nous ne prenons pas le parti de tels ou tels contre d’autres.  Mais il nous est apparu que la Liberté d’Expression exigeait que l’on diffuse votre communication sans justement nous préoccuper de ce que font les autres. Voilà qui est fait ! Et qui correspond à l’idée que nous nous faisons encore de la Liberté d’Expression.

Et comme nous nous sommes engagés vis à vis de la CNIL, si quelqu’un s’estime – à juste titre – personnellement et injustement traité par notre Blog, il peut réclamer un droit de réponse. Mais Blog-Cabestany n’est pas un forum ou peuvent s’affronter entre eux, en se battant comme des chiffonniers, ceux qui n’ont pas les mêmes opinions. Il existe d’autres endroits pour le faire ! Pas chez nous !

Continuez à nous écrire :

De qui se moque t’on ? [quand l’ami Maxime NOUS parle de cette Fête de la Musique qui VOUS interpelle]

23 juin 2020

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany – Liberté d’expression : la vôtre !!!

De qui se moque-t-on?

Les semaines passées, en vertu de la lutte contre l’épidémie de covid, 19 une chape de béton totalitaire s’est abattue sur la France : assignation à résidence forcée de tout le pays, instauration d’un sauf conduit obligatoire, répression impitoyable contre les personnes âgées, les familles avec enfants, interdiction des marches solitaires en forêt, sur les plages, en montagne et des pratiques sportives, fermeture des bars, restaurants, salles de spectacles, bannissement des réunions, des voyages et de tout déplacement, ruine de l’économie nationale sciemment organisée.

L’a-t-on déjà oublié ?

Et puis soudain, hier soir, à l’occasion de la fête de la musique, tout était permis, embrasement collectif, rassemblement de milliers de personnes, embrassades hystériques.

Or, le virus court toujours et continue de tuer

Tout ceci à un sens : vous pouvez saccager nos libertés, la démocratie, l’État de droit, anéantir l’économie française, plonger le pays dans l’endettement et le chômage de masse, ruiner les artisans, commerçants, restaurateurs, poussés au suicide : qu’importe!

Laissez-nous faire la fête!

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : nous nous sommes engagés à ne pas commenter les articles de ceux qui nous autorisent à les re-publier ! Mais depuis ce matin on ne compte plus les mails que vous nous avez envoyés pour vous indigner !

Après avoir maintenu de façon imbécile et irresponsable le premier tour des municipales le 15 mars, ce gouvernement ne pouvait pas décider d’organiser le deuxième tour à la fin de la semaine et – « en même temps » – restreindre de façon intelligente la Fête de la Musique. On devrait savoir qu’on ne peut pas non plus trop lui en demander. Il aurait pu la repousser à l’année prochaine. Si le virus revient il  portera une lourde responsabilité ! Et on ne lui pardonnera jamais !

Vous êtes nombreux à nous dire que vous estimez que les Maires élus au premier tour l’auront été de façon illégale. Et qu’au deuxième tour il en sera de même. Illégal, selon nous, n’est pas le terme qui convient à la situation !

Que ces Maires, de façon arrogante se sentent « légitimes », est bien autre chose ! A nos yeux ils n’ont aucune légitimité et nous ne pourrons jamais les considérer, quoi qu’ils disent et quoi qu’ils fassent, comme nos représentants. Des représentants qui n’auront pas été élus de façon démocratique même si la faute ne leur incombe pas à eux directement !

Continuez à nous écrire :

La Loi Avia rejetée par le Conseil Constitutionnel : une occasion manquée par le fait d’amateurs de ce gouvernement ! dit Gersende

19 juin 2020

Ils n’écrivent pas que pour nous mais nous autorisent à les publier !

Gersende, politologue, ex Sciences Po, ex stagiaire à l’Élysée en 2008, écrit :

Qui peut se réjouir de voir les professeurs de ses enfants, être insultés sur les réseaux sociaux ?

Qui peut se réjouir de voir ses propres enfants, menacés par leurs camarades sur Internet de se faire massacrer à la récré ?

Qui peut se complaire de cette haine, de ces vidéos insupportables, de cette violence, de cette dégradation des femmes sur notre ordinateur ?

Qui peut défendre les pédophiles, et la pédopornographie ?

Internet existe depuis bientôt 40 ans. Beaucoup d’entre nous sommes connectés depuis 30 ans, et adeptes des réseaux sociaux depuis une vingtaine d’années.

Comme on aurait aimé voir nos politiques s’attaquer au problème, depuis bien longtemps, qu’ils soient de Droite ou de Gauche ?

Et lorsque la Macronie veut s’intéresser au problème on applaudit des deux mains !

N’y a t’il pas dans notre pays des Juristes capables de rédiger une Loi de façon intelligente et efficace ?

Lorsqu’on confie le soin de faire une Loi à des gens qui ne paraissent pas en avoir les compétences on ne peut qu’être déçus. Et lorsque sous couvert de s’attaquer à la violence ou à la haine, on s’aperçoit qu’on vous a concocté une Loi qui rétablit la censure politique. Une Loi interdisant à un Blog comme le vôtre de dire ce qu’il pense. Une loi qui muselle la « Gilet Jaune » ou la soignante qui veut s’exprimer, je le dis.

Y a t’il des millions d’amateurs de pédopornographie, racistes, et adeptes de la violence en France ?  On ose espérer que NON.

Mais il y a des millions de citoyens qui sont attachés à la Liberté d’expression !!!

Alors lorsque la Loi Avia est retoquée par le Conseil Constitutionnel, on ne peut que se dire qu’il s’agit là d’une occasion manquée. L’occasion de réguler les réseaux sociaux avec des mesures applicables. Dénuées d’arrière pensées politiciennes !

A moins que ce gouvernement de velléitaires n’ait choisi de s’y prendre d’une telle façon qu’il était certain à l’avance que sa Loi serait rejetée. Pitoyable !

Gersende

Blog-Cabestany : Merci Gersende qu’on avait pas lue depuis un certain temps ! On s’est engagé à ne pas commenter les écrits des personnes qui nous autorisent à les publier. On n’en pense pas moins !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

« KENTOC’H MERVEL EGET EM ZAOTRA » ou le 18 juin 1940 sur l’Ile de Sein

18 juin 2020

courrier des lecteurs – liberté d’expression – Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale – 18 juin 2020 –

 

« kentoc’h mervel eget em zaotra »

Que les puristes nous pardonnent quelque liberté avec la syntaxe de la langue bretonne qui est plutôt parlée qu’écrite. Avec ses variantes entre Morbihan et Finistère Nord.

On vous livre une sentence qu’on entend encore plusieurs fois par jour chez les toujours bretonnants et qui signifie, plus littérairement que littéralement : « plutôt périr que vivre sans honneur ». Une devise, anonyme,  qui vient du fond des âges, reprise par les habitants de l’Ile de Sein qui rejoindront Londres et le Général de Gaulle en juin 1940, sans que l’on sache vraiment combien avaient entendu son appel. Un marin pêcheur, en mer, non loin des côtes anglaises, avait capté le message et à peine revenu dans son île n’avait eu aucun mal à rallier tous les hommes – soutenus par leurs femmes – à  la cause de ce qui s’appellera à partir de ce jour là : « La France Libre ».

Ils étaient un peu moins de 150 hommes. Le plus jeune avouant 16 ans mais n’en ayant pas 14 et il était accompagné de son grand père plus que  septuagénaire. Ils se firent tous bénir par le recteur (prêtre) de la paroisse et ils appareillèrent sur plusieurs chalutiers à la marée montante pour aller mouiller dans un port anglais.  Le Général de Gaulle les passera en revue et serrera la main de chacun.  

Ces hommes s’engageront dans les Forces Armées Britanniques, dans les Forces Française Libres (terrestres) en Afrique du Nord ou dans les Forces Navales Françaises Libres : certains dans les rares sous-marins battants pavillon Français et ayant eu le panache de fuir la France quand les autres bâtiments obéissant à Vichy finiront plus tard par se saborder dans le déshonneur et la honte alors qu’ils auraient pu, cent fois, prendre la haute mer et se joindre à ceux qui avaient choisi le camp de la Liberté.  On doit – entre autres – à ces sous-mariniers l’amorce d’une opération qui se traduira par  la Libération de la Corse, le premier département de France libéré des Allemands et des Italiens qui n’avaient hélas pas choisi le bon camp. (Épopée du sous marin Casabianca)

Quelques uns de ces habitants de l’Ile de Sein débarqueront le 6 juin 1944 sur nos côtes normandes au sein du Commando Kieffer, d’autres passeront par la Sicile. Ces patriotes seront plus de  20%  à ne jamais revoir leur ile natale bretonne, la plupart ayant péri alors qu’ils n’avaient pas encore fêté leur 21ème anniversaire.

Après guerre, l’île de Sein recevra la Croix de la Libération, la Croix de guerre et la Médaille de la Résistance.


Merci à Tri Yann – O Breizh – Ma Bro

Avec le compagnonnage de nos amis du « Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale » et du « Groupe Gaulliste Sceaux » (les gaullistes à Sceaux dans le département 92)

 

Tags : Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale – Les Gaullistes de Sceaux – La Droite Républicaine à Cabestany – Philip de Kersanec – Croix de la Libération – Ile de Sein – Colette Appert – Blog-Cabestany – blogcabestany.com – Honoré d’Estienne d’Orves – Casabianca – Libération de la Corse – Charles Pasqua – Le serment de Bastia – Liberté – Liberté d’expression – Marie Guilcher – Rouanez ar Péoc’h – Clet Chevert – Sao Breiz evit ar Vro gallek – 18 juin 1940 – charles-de-gaulle.org – Hervé Alot-Matignon – 4 Carlton Gardens – Le « Rubis » – Frégate « l’aventure » – Mers el Kébir – Bir Hakeim – Monclar – Daniel Le Gaouyer – Erwan Chauchard – Vicomte Auguste Alot de Kersanec Matignon – Alicia Jones-Smith – William Vermont – Gwalarne de Kersanec – Emile Muselier – Philippe Auboyneau – Georges Thierry d’Argenlieu – Philippe Kieffer – Monument aux morts de Paimpol – Fred Scamaroni – Ecole des Mousses – http://www.charles-de-gaulle.org/ – Nicolas, le Prof d’Histoire – Jacques Godfrain

« Hallucination » écrit Maxime Tandonnet

15 juin 2020

Hallucination

Message d’un ancien serviteur de l’État:

« Je me vois victime d’une hallucination lorsque je lis sous la signature d’un ancien Premier Ministre la demande faite au président de l Assemblée Nationale de débaptiser la salle Colbert où se tiennent des séances de commissions, et aux ministres en charge de l’Économie et des Comptes Publics de débaptiser de même celui des deux corps de bâtiment de l’ensemble immobilier de Bercy (Colbert et Turgot) portant le nom du grand argentier de Louis XIV.

Penser que les responsabilités éminentes qu’emporte la fonction de Premier Ministre aient pu être confiées à un homme capable d’une telle absence de discernement et d’une telle puérilité, mu par le seul souci de suivre une fraction de l’opinion manipulée et instrumentalisée, inspire le sentiment que notre malheureux pays a peu de chances de ne pas tomber au dernier rang des Nations.

Ayant longtemps travaillé à la Direction du Budget ,sous la conduite de ministres tels que Michel Debré , Valéry Giscard d’Estaing , François Xavier Ortoli , Raymond Barre…, je n’aurais jamais imaginé que l’un de leurs successeurs puisse faire l’objet d’une demande aussi extravagante de la part d’un personnage consulaire.

Si d’aventure MM. Lemaire et Darmanin ne se déclaraient pas profondément offusqués par cette démarche , a fortiori s’ils y satisfaisaient , ils se montreraient à mes yeux indignes de leurs fonctions . Et il est probable que nombre de hauts fonctionnaires se détourneraient de leur département ministériel dont le prestige serait gravement terni »

Maxime Tandonnet

Blog-Cabestany : Bien sur, on s’est engagé vis à vis de ceux qui nous autorisent à reprendre leurs écrits, à ne pas y ajouter nos propres commentaires. Mais on vous aime, on vous connait, et on sait qu’à l’instant même où cet article va apparaitre en ligne on va recevoir dix, vingt, voire cinquante mails pour nous demander de quel Premier Ministre l’ami Maxime Tandonnet veut parler sans le citer. On connait évidemment la réponse. Mais si on ne veut pas non plus le citer tout en vous mettant sur la voie, on vous dira juste qu’il aura été le premier des Premiers Ministres de François Hollande, qu’il est de Nantes, et que dans un hebdomadaire qui se veut satirique à défaut de nous faire vraiment rire, il avait le surnom de « janmarquezéro » !

« C’est vous qui le dites » – Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

10 juin 2020

Le commentaire des internautes de Blog-Cabestany

 » Pierre 66000″, de Perpignan écrit :

« La Police a toujours eu une bonne réputation dans le cœur des français.Et puis il y a eu les gilests jaunes, le résultat du mépris de l’éxécutif envers les défavorisés, les soutiers de l’expansion, les petits gens, les précaires, les femmes de ménage, coursiers, caissières, et la liste serait longue. Sous d’autres présidents qui n’étaient pas avares de bonnes paroles même s’ils ne faisaient pas grand chose cela passait. Pas avec ce président méprisant arrogant. La façon dont on a obligé les fonctionnaires de la sécurité publique à se montrer cléments avec les fachos black blocs qui cassaient tout et qu’on laissait casser pour discréditer les gilets jaunes. La façon dont on a traité les gilets jaunes avec des balles de caoutchouc tirées vers le visage. Bombes lacrymo et autres. Et après on s’étonne que la Police ait perdu tout crédit. La responsabilité est à la tête du pouvoir. Fustiger les fonctionnaires de police qui essayent d’arrêter un présumé coupable qui résiste est intolérable. Surtout s’il a un casier judiciaire long comme le bras. Le refus d’obtempérer est dans la loi mais pas appliqué. la plupart de victimes de bavures policieres auraient du etre derriere les barreaux mais relach2s plus vite qu’ils n4avaient été arrete ; Faudra t’il que les policiers dégainent leurs armes pour pouvoir faire un simple contrôle. Ce ministre ancien joueur de poker qui dirige aujourd’hui la police est responsable et lorsqu’il s’érige en juge il est pitoyable. Je vous autorise à reprendre mes paroles. »

« Bernadette », fonctionnaire en activité écrit :

« Lorsqu’un pouvoir est contesté par le peuple. Lorsqu’il ne se maintient que parce que sa police lui obéit, contrainte e forcée, et lorsque ce pouvoir crache sur sa police il se met en difficulté lui même et le pire peut arriver. »

Eric, Officier Supérieur de la Gendarmerie, retraité, précise :

« Rien n’interdit à un fonctionnaire des forces de l’ordre de dégainer son  arme de service s’il pressent un quelconque danger. S’en servir est autre chose. Il se met en retrait et intime l’ordre au suspect à interpeller de rester tranquille. C’est généralement suffisant pour que celui se laisse menotter et embarquer. Quelle est cette nouvelle méthode qui ne correspond pas au Code de Procédure et qui consiste à se jeter à plusieurs policiers sur un suspect, se rouler par terre, risquer d’être blessé soi-même ou de blesser l’individu à interpeller. Comme si sortir son arme de service était un sacrilège. En 35 ans de Gendarmerie, nul sous mes ordres n’a été blessé, ni fonctionnaire, ni suspect. Et n’a eu à remplir un rapport de dix pages pour avoir sorti son arme sans s’en servir ! Mais son utilisation à de rares occasions a sauvé des vies humaines. Nous ne sommes pas des cow-boys, des catcheurs, des sumos. Est ce la hiérarchie de la Police qui interdit à ses subordonnés de ne pas sortir leur arme, par peur pour son propre avancement ? Et au pire, une balle dans le bras, si la situation le justifie, ne provoquera pas la mort d’un suspect par étouffement, et calmera ceux qui seraient disposés à venir en aide à l’interpellé. Ou alors désarmons les policiers et donnons leur des gants de boxe ! ou des confettis à lancer sur les suspects en soufflant dans un mirliton ! 

Blog-Cabestany : sans commentaires de notre part. Et on dirait que la Gendarmerie et la Police ont des méthodes de fonctionnement différentes !? Mais quasiment tous les commentaires que nous recevons sont en faveur de la Police, quand bien même vous tenez à préciser que chaque citoyen, fonctionnaire ou non, doit être responsable de ses actes et qu’il ne peut y avoir de passe-droit. Et que le racisme n’est en rien excusable. Mais si au lieu de courir sans arrêt après les mêmes délinquants, condamnés, qui devraient être derrière les barreaux, et qui résistent mettant leur vie et ceux des policiers en danger, les policiers avaient le temps de faire de la prévention, tout irait mieux. Mais si on en arrive à écoeurer la police  qui préférera rester derrière un bureau plutôt que d’aller se mettre en danger pour faire son boulot, le pire peut arriver. Et les électeurs voteront pour des populistes, ce que cherche peut être ce pouvoir qui fait tout de travers. Et on va finir par penser qu’il le fait volontairement.

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Police/Souvenir : le billet de Maxime Tandonnet

9 juin 2020

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

Nous ne reproduisons pas tous les articles de Maxime Tandonnet, mais celui ci, paru ce matin, aujourd’hui a attiré l’attention de plusieurs de nos lecteurs, dont certains qui se sentent concernés par leurs activités professionnelles actuelles ou passées.

Police/souvenir

La sortie du confinement mental – deux mois et demi sans parler d’autre chose que du covid19 – s’effectue en fanfare avec un zoom géant concernant les accusations de « racisme dans la police ». Mais la nouvelle scène de matraquage médiatique est à sens unique. Certes, des actes inadmissibles s’y produisent, comme dans toutes les institutions, mais il faudrait les chiffrer pour montrer à quel point ils sont ultra-minoritaires. De même il serait utile de rappeler les mesures prises, les enquêtes et les sanctions sévères qui tombent (le nombre de révocations annuelles, plus élevé dans la police que tout autre corps de fonctionnaires.). Il faudrait surtout rappeler quelle est la réalité de la vie d’un policier: en région parisienne, un sur dix est blessé en service, le plus souvent à la suite d’une agression. Et encore ne parle-t-on pas des insultes, des crachats et jets de pierres qu’ils subissent. Cela n’excuse rien évidemment, mais quitte à parler de la réalité, il faut la dire en entier. Voici une petite anecdote, dont je certifie sur mon honneur qu’elle est authentique. C’était il y a trois ou quatre ans, un peu plus peut-être, je discute avec une toute jeune femme en uniforme, affectée dans un quartier dit sensible de la région parisienne. Nous sommes à part, hors présence de ses collègues ou de la hiérarchie. Les yeux sont rougis. « Vous ne pouvez pas savoir ce qu’est ma vie. Il n’y a pas un jour, pas une nuit où je ne suis insultée, traitée de sale pute et menacée de viol ou de meurtre, de viol surtout, et où je n’essuie des crachats. Vous ne savez pas ce que c’est, vous, que de vivre la peur au ventre, du matin au soir ».  Au commissariat voisin, trois policiers s’étaient suicidés, en moins de 18 mois. Attention, je ne dis pas que cela justifie, excuse quoi que ce soit de comportements marginaux qui sont évidemment inadmissibles et sanctionnés. Je dis simplement que quitte à aborder un sujet, il faut l’appréhender dans sa globalité.

(Les sites d’information ou politiques autres que ceux figurant au blogroll ci-joint ne sont pas autorisés à reprendre ce billet)

Maxime TANDONNET

nous ne sommes pas autorisés à surcommenter les articles que nous n’écrivons pas nous mêmes, mais

 continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Migrants étrangers – gens du voyage français : le « deux poids, deux mesures » ! écrit Jacques.

5 juin 2020

Liberté d’expression – c’est vous qui le dites – courrier des lecteurs –

C’est l’époque des grandes migrations au travers de notre pays des « gens du voyage »

Jacques est retraité, ancien Professeur de Droit Public à Montpellier !

L’ami Jacques écrit depuis une petite commune de la région PACA concernant un problème qui touche sa ville, comme tellement d’autres partout en France :

« Tout  existe déjà dans la loi, et il est parfaitement inutile d’en empiler de nouvelles sur les anciennes. Mais encore faut il les appliquer correctement et pas de manière sélective.

Mes propos n’ont rien d’anti-migrants, et surement pas racistes. Mais s’apitoyer, comme on le fait à gauche, sur certains migrants, étrangers, d’une autre culture, qui n’apportent rien à la France, est à la mode. Par des Français qui se disent plus bienveillants que vous mais ne les hébergeraient jamais chez eux. Toujours prompts à dénoncer leurs concitoyens au nom d’opinions politiques réchauffées. Pour démontrer qu’à gauche on a du cœur. Des bons sentiments. On va même jusqu’à demander de régulariser 300 000 sans papiers. On n’a pas de travail à leur donner (sinon les faire travailler au black pendant qu’on envoie des français qualifiés à Pole Emploi). On n’a pas de logements, pas de structures. Quant à la Droite, on dirait qu’elle est rentrée dans son terrier.

Il y aurait entre 200 000 et 500 000 de ces gens dit « du voyage », car il y a ceux qui vivent à longueur d’année dans une maison sur roulettes, et les autres, vos voisins de palier, qui partent sillonner la France dès les beaux jours. Vous n’imagineriez jamais qu’ils font partie de la communauté du voyage et veulent se retrouver entre eux à certaines occasion.  La quasi totalité de ces citoyens est française, et ils itinérent depuis plus d’un siècle en France, au gré des saisons, de leurs occupations. Ils ont des maisons : leur caravane. Ils préviennent des mois à l’avance de leurs déplacements et de leurs étapes souhaitées. Sont prêts à s’organiser avec les autorités. Souvent prêts à payer pour qu’on les reçoivent correctement.

Les « gens du voyage » ne demandent pas la lune. Sinon un bout de terrain, un raccordement électrique, de l’eau, un égout, des containers à ordures. Combien de fonctionnaires, haut fonctionnaires, bureaux, centre de rétention, indemnités aux demandeurs d’asile qu’on ne reconduit jamais à nos frontières. Dont le cout est exorbitant comparé à un bout de terrain inculte. Les gens du voyage ne réclament pas une mosquée ou un temple, un gymnase, ou une Maison du Peuple. Ils ne demandent pas une piscine ou des courts de tennis. Un feu d’artifice ou des pièces de théâtre minables dans une salle inconfortable pour ceux qui croient encore que c’est cela la Culture !   Ils ne viennent pas faire la queue devant une ONG pour qu’on leur délivre un repas gratuit mais préparé selon leurs coutumes. Comme certains de nos migrants, qui ont parfaitement le droit de vivre en paix et que nous nous devons d’accueillir correctement. Mais comme on aimerait que ces étrangers nous manifestent un peu plus de reconnaissance alors qu’on a trop souvent l’impression qu’ils n’ont rien à foutre de nos coutumes. Qu’ils n’ont pas envie de  s’intégrer dans notre communauté nationale.Qui oserait comparer l’intégration des gens du voyage, des français, et ces vagues de migrants qui déferlent par centaines de milliers chaque année en métropole.

Les gens du voyage ne cherchent pas à nous imposer « leurs » croyances. Et lorsqu’ils veulent assister à la messe, se marier, honorer leurs défunts, leur pasteur installe une tente ou un chapiteau. Mais ils ne chercheront pas à vouloir nous imposer leur culture.

Les « gens du voyage » touchent des prestations sociales. Comme les autres français dont ils font partie. Comme aussi beaucoup de ces étrangers qui viennent s’installer en France, mais dont on est en droit de se demander s’ils ne viennent pas chez nous rien que pour nos aides sociales. La plupart des gens du voyage travaillent. Peut être pas tous, direz vous ? Et certains sont « défavorablement » connus comme dirait l’autre.

C’est le prof de Droit qui parle, jusqu’à récemment, les gens du voyage n’étaient pas vraiment considérés par la loi comme des Français à part entière. L’Europe nous l’a rappelé. L’Europe nous a demandé d’appliquer les lois qu’au « nom du peuple français » nos parlementaires ont voté, sans qu’on ne leur demande rien. Mais avaient ils la volonté de les faire respecter un jour ?  Beaucoup des règles qu’on imposait à ces nomades étaient similaires à celles qu’on était censé imposer jadis aux étrangers sur le sol français. Mais qu’on ne leur appliquait pas ! Sauf qu’on s’était mis en tête de le faire pour les gens du voyage qui ne sont pas des étrangers ! Toujours « deux poids, deux mesures ». Mais mon propos n’est pas de me comporter en avocat de cette communauté !!!

Croit on qu’en stigmatisant ces Français qui ont la bougeotte dans leur ADN, on va régler le problème ? Les faire disparaître de la carte. Hitler le voulait. Est ce cela notre référence absolue ?

Les gens du voyage ne respectent pas la loi parce que nous ne la respectons pas. Ne soyons pas naïfs. Ils en profitent au delà du raisonnable et c’est une évidence. Et même ça les arrange car leur loi c’est eux qui la font.  Beaucoup d’élus s’énervent « par devant » de leur occupation illégale de terrains mais les accueillent « en douce » par derrière. Un double langage. Une hypocrisie sans nom.

Nos élus dépensent un « pognon de dingue », le nôtre, pour des équipements inutiles qui les feront réélire la prochaine fois. La loi prévoit qu’on doive consacrer une modique somme d’argent pour faire de grands espaces aménagés pour accueillir les gens du voyage. La loi va jusqu’à dire qu’on peut consigner de l’argent des communes, agglos, pour réaliser ces équipements souvent inexistants. Mais on ne le fait pas. C’est au Préfet de réglementer tout cela. Mais parce que le Préfet n’a pas été choisi par le peuple, la plupart de nos élus, qui se rengorgent d’avoir été désignés par une poignée – souvent non représentative d’électeurs comme le 15 mars 2020 – lui contestent son autorité. L’état ? Nous sommes devenus une République bananière !

Ne montez pas votre mur de clôture de 20 centimètres trop haut sinon vous allez encourir les foudres des services techniques de votre commune qui vont venir vous emmerder, surtout si vous n’êtes pas catalogués comme votant pour la municipalité en place. De l’enfilage de mouches ! Dans ma petite commune où il y plus de résidences secondaires que d’habitants à l’année, c’est devenu le sport national pour la mairie,  sauf si le propriétaire de la maison de 14 pièces passe sur BFM ou qu’il fait du RAP. Et s’il vend des disques ou anime une émission de télé, il peut ériger des murs qui font 4 mètres de haut (pour se protéger des paparazzi). Mais moi, ils veulent me faire casser mon mur de clôture pour un parpaing en trop. Toujours cette différence dans l’application des lois – à la gueule du client – alors que je racontais autrefois à mes élèves que « la loi c’est l’ordre. Mais aussi l’Egalité »

Et c’est comment chez vous ? Dans ma commune il n’y a pas d’espace pour accueillir une aire de gens du voyage, mais il y a une décharge sauvage qui s’étend sur des hectares,  qui pue, qui pollue. Que personne ne surveille. ON NE FAIT RIEN !

Alors continuons de nier le problème. De faire semblant de découvrir qu’un beau matin, comme chaque année, les caravanes sont revenues. Les gens du voyage ont beau jeu de dire que la loi n’est pas respectée et que eux n’ont pas non plus à le faire. Respecter la loi et ensuite les obliger à la respecter eux mêmes serait plus intelligent. Mais pas Français !

Continuons à nous lamenter sur ces migrants que des pays nous envoient par chantage et calcul géopolitique, contre le gré de ces malheureux, car ils préféreraient pour beaucoup rester chez eux et simplement qu’on les respecte. Et que la France ne vende plus des armes à leurs dictateurs pour mieux les écrabouiller. Continuons à vouloir nous montrer humains envers ces migrants qui viennent en France, pour le bonheur des cocos-bobos-écolos. Des étrangers qui ne chercheront pas à apprendre le français et nos coutumes,  qui méprisent notre culture et nos institutions. Leurs enfants seront prêts un jour à défiler pour dénoncer les violences d’un flic auxquels l’un des leurs a refusé d’obtempérer. Mais ont ils défilé pour dénoncer ceux qui ont tué des innocents au Bataclan ? Le problème des « français du voyage » n’est surement le plus difficile que nous ayons à résoudre !!!

Et tout ce cinéma lorsque les gens du voyage s’installent n’importe où, avec certaines complicités de ceux là mêmes qui dénoncent leur invasion. Refaire la pelouse du stade chaque année après leur départ coute plus cher que si on leur aménageait un terrain. Mais je connais des élus de tous bords, qui n’auraient plus l’opportunité de se taper sur le torse comme de grands primates quand les caravanes arrivent ! Bonobos de tous bords, c’est la « lutte finale ».

Nous sommes des citoyens qu’on enfume, auxquels on ne veut faire croire que des âneries. Et ça marche ! Mais ne sommes nous pas les artisans de notre propre malheur ? »

Jacques

Blog-Cabestany : Merci Jacques, qui nous a adressé en copie des dizaines de pages de Lois diverses et variées où on ne s’y reconnait plus mais dont on vous dispensera la lecture. Et nous avons mis Jacques en ligne parce qu’il a bien précisé qu’il n’était ni anti-migrants, ni raciste, ce qui l’aurait disqualifié à nos yeux. Mais s’il avait raison ? A vous de nous le dire.

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com