Archives d’un auteur

Philippe Gleizes, conseiller municipal à Cabestany communique !

24 avril 2018

Un « homme de terrain » qui sait aussi avoir de l’éloquence !

Philippe Gleizes, conseiller municipal de l’opposition à Cabestany communique.

 » Mes chers concitoyens, je suis l’un de vos Conseillers Municipaux à Cabestany. Je m’exprime rarement sur ce blog. Je pense être plutôt ce qu’on appelle : un homme de terrain. Mais après les déclarations de Monsieur le Maire, faisant suite à la censure dont nous avons été les victimes, je tiens à donner mon point de vue aux Cabestanyenques et aux Cabestanyencs. Je ne peux pas rester dans mon coin sans rien dire.

Tout d’abord, ce qu’il qualifie, très injustement d’énième attaque personnelle n’est simplement que notre droit à nous exprimer avec la liberté que nous confère notre qualité d’élu. Il est regrettable que nous ayons du faire appel à la justice pour faire valoir ce droit. Nous sommes au service des citoyens et c’est en pensant d’abord à eux que nous avons pris la décision courageuse de nous engager, à nos frais, dans une telle procédure. Mais il ne pouvait en être autrement.

Tout au long de l’année, nous nous opposons à certaines pratiques, à un système politique que nous dénonçons, mais n’en faisons jamais une affaire de personnes. Lorsqu’on entend Monsieur le Maire parler d’attaque personnelle, on peut se demander s’il a vraiment compris le message que lui a envoyé le Tribunal de Montpellier. Jamais, nous n’utiliserons notre statut d’élu pour nous livrer à des règlements de comptes. Telle n’est pas notre conception de la démocratie et la mission que nous a octroyé le suffrage universel.

Prétendre que nous ne faisons jamais de propositions n’est en rien la réalité des choses. Au Conseil Municipal, à partir de dossiers que nous avons étudié longuement, et lorsqu’il nous est demandé de voter sur telle ou telle proposition de l’ordre du jour, nous pourrions nous prononcer de façon systématique « contre » ou nous abstenir sans avoir à justifier notre choix. Le plus souvent nous explicitons notre décision et sommes opposés à ce qui pourrait être perçu comme de l’obstruction. Telle n’a jamais été notre ligne de conduite. Nous faisons régulièrement part à nos collègues de la Majorité municipale et à Monsieur le Maire de propositions alternatives. Il existe des compte-rendus des Conseils Municipaux dans lesquels chaque citoyen est à même de se faire sa propre opinion.

Sur le fond, le citoyen ne peut que constater que depuis 2014 les orientations budgétaires de la commune sont basés sur une hausse répétitive des impôts locaux. Une situation récurrente. Sur une baisse des subventions aux associations. Le citoyen doit savoir que la construction de la Maison des Jeunes dont le budget ne devait pas dépasser 2,5 millions d’euros pourrait être – vraisemblablement – plus proche des 4 millions.

Loin de vouloir stigmatiser, un jour les aînés, un autre jour les sportifs, ou encore les jeunes, comme la Mairie le sous entend de façon lassante et peu crédible, et il s’agit nous concernant d’une contre-vérité, nous estimons qu’une commune doit investir pour l’avenir de ses habitants, mais au travers de choix raisonnés, de dépenses réalistes et à coût maîtrisé. Et qu’il faut, au delà du coût de toute construction qui dépend du budget Investissements, réfléchir au coût de fonctionnement qu’il ne faut pas sous évaluer et qui vient se rajouter aux dépenses annuelles de la commune. Ne serait ce par exemple, le coût de fonctionnement de la Halle qui n’a rien à voir avec ce qui nous a été annoncé. Un coût prévisible que nous avions dénoncé sans avoir été entendus. Notre opposition, à Cabestany, est constructive et repose sur la confiance que nous donne nos concitoyens.

Des propositions, nous en faisons régulièrement, après concertation avec nos électeurs, à l’occasion des Commissions Municipales de préparation et de réflexion auxquelles nous participons, nous, avec une grande assiduité. Ce qui n’est pas l’apanage de tous. Et dont le travail nous accapare de nombreuses heures que nous ne consacrons pas à notre famille ou nos loisirs. En bénévoles que nous sommes. Regrettant de ne pas retrouver nos propositions dans l’ordre du jour des Conseils Municipaux. Constatant que le plus souvent on n’y retrouve pas davantage les propositions des membres de la Majorité ! Et que l’ordre du jour de ces Conseils restera toujours pour nous un insondable mystère.

A titre personnel, je ne suis pas avare de propositions. Je me suis entendu dire que Monsieur le Maire ne serait pas d’accord avec l’utilisation par la commune de voitures électriques. Mais la liste de nos propositions ne tiendrait pas dans les colonnes de Blog-Cabestany. J’ai proposé de remettre en place le Rapateill. Sans que l’on daigne ne serait ce que m’écouter.

Plutôt que de faire des propositions de bon sens, au jour le jour, Monsieur le Maire n’est il pas en train de nous inciter à les garder sous le coude pour un prochain programme électoral ? Lorsque nous serions en mesure de les mettre en application avec l’oreille attentive des électeurs. Sauf qu’entre deux élections, notre principale préoccupation n’est pas la prochaine échéance avec les urnes. Nous avons été élus pour représenter nos concitoyens chaque jour de l’année. Nous n’y avons jamais dérogé. Nous les respectons. Nous continuerons à nous investir, pour eux, avec le même engagement jusqu’au terme de notre mandat, et sans préjuger des rendez vous électoraux à venir.

En 2007, et alors que je n’étais pas encore l’un de vos élus, le Service Économique de la commune m’avait sollicité et m’avait demandé si je ne voudrais pas m’installer sur le nouveau projet du Mas Guérido 5, où 2 millions d’euros devaient être investis. J’avais alors répondu qu’avant de s’engager sur ce projet il aurait mieux valu consacrer 500 000. € sur le Mas Guérido existant, le n°4, qui était déjà en « décomposition avancée ». On m’avait alors répondu que justement la nouvelle zone allait être créée pour redynamiser l’ancienne ! Je vous laisse juge du résultat sur le Mas Guérido 4 mais j’interdis de dire maintenant que c ‘est la faute de l’agglo. Ne vous y trompez pas, tout ce qui marche ne le doit qu’à Monsieur le Maire. Tout ce qui va de travers, est de la faute de Nicolas Sarkozy, de la Bettencourt, de l’opposition, de la Droite et maintenant de l’Agglo. Et bientôt Macron.

Si d’aucuns ne veulent pas nous écouter, ou tout simplement nous entendre, jamais nous ne cesserons de nous exprimer.

Philippe Gleizes

Tags : Démocratie, Liberté d’Expression, Le Futur vous appartient, La Droite Municipale à Cabestany, Suffrage universel

Colette Appert et ses conseillers de la Droite Municipale communiquent !

21 avril 2018

Comme suite à la condamnation de Monsieur le Maire de Cabestany par le Tribunal Administratif de Montpellier, en ce mois d’avril 2018, pour avoir censuré la Tribune de l’Opposition dans le journal municipal de la ville, les médias locaux s’intéressent à cette affaire.

Colette Appert est sollicitée de toutes parts. Nos amis de chez « Ouillade.eu » ont déjà publié sur le sujet. Sans faire aucunement de triomphalisme, Colette Appert et Philippe Gleizes énoncent les choses de façon claire et totalement dépassionnée.

En rappelant que c’était notre ami, le regretté Patrick Sperring, expert en finances communales, qui décortiquait les comptes de la commune, et s’insurgeait contre une nouvelle hausse de nos impôts locaux. Une énième hausse, disait il, et guère modérée puisque de 5% , semblant être érigée en système de gestion municipale par des gens préférant tomber dans la facilité plutôt que de se casser la tête pour gérer nos finances. Sauf qu’en des temps difficiles pour chacun, il estimait que le citoyen à Cabestany était en droit de se poser bien des questions restant sans réponses.

Colette Appert était interviewée aujourd’hui samedi 21 avril 2018  par Bleu-Roussillon qui de façon contradictoire présentait les positions de la Droite Municipale et de la Majorité.

On remercie l’internaute qui a recueilli les propos des deux parties, les a mis sur youtube, puis a envoyé le lien à Colette Appert. Colette Appert vient tout juste de nous faire parvenir ce lien.

A la rédaction de notre Blog, nul ne prétendra avoir beaucoup travaillé sinon – en quelques clics –  avoir mis cette vidéo toute ficelée, à votre disposition.

Blog-Cabestany, très ouvertement, roule pour la Droite Municipale et ne se réfugie pas derrière des faux semblants. Blog-Cabestany apprécie quand même de pouvoir mettre à la disposition de ses lecteurs les propos des deux parties concernées. Blog-Cabestany regrette qu’à l’époque Monsieur le Maire n’ait pas utilisé le Droit de Réponse que nous mettons toujours à la disposition de ceux qui sont cités, concernés, par nos écrits.

Et n’oubliez pas que vous pouvez toujours laisser un commentaire en bas de cet article de façon apparente ou anonyme. Qui sera filtré par notre modérateur.  Votre nom ou votre pseudo apparaitra. Jamais votre adresse email.

Ou communiquer avec nous comme 90% d’entre vous le font de façon quotidienne en écrivant directement à notre boite mail, et en sachant que de toutes les façons que vous soyez ou non publié, vos propos seront transmis à nos élus de la Droite Municipale :

 blog.cabestany@gmail.com

 

A Cabestany, Monsieur le Maire s’était attribué le droit de censurer l’opposition de Colette Appert dans le Bulletin Municipal : c’est le Tribunal Administratif – jugeant sur le fond – qui a été obligé de lui rappeler qu’il avait tort.

19 avril 2018

La république rendant la Justice

L’Edito 100% politique de la rédaction de Blog-Cabestany

En 2014, durant la campagne des municipales, et à l’occasion d’un meeting qu’elle organisait, Colette Appert avait promis, si elle était élue, de supprimer ce bulletin municipal, le Cabes’Infos. Qui serait remplacé par une simple lettre d’information sur du papier recyclé. Mais où on y parlerait de ce qui intéresse vraiment le citoyen. Fini toutes ces pages sur du papier glacé et les photos en couleur. Fini la propagande et le culte de la personnalité. Colette Appert avait été applaudie chaleureusement. Alors est ce pour 2020 ?

De nombreuses choses différencient la Droite de la Majorité Municipale. La principale est sans douter que la Droite considère que le citoyen Cabestanyenc n’est pas dénué d’intelligence et qu’il est capable de comprendre dans quel monde il évolue. Sans doute aimerait il pouvoir lire les comptes rendus des Conseils Municipaux. Apprendre à quelle sauce il va être mangé au niveau des impôts locaux. Savoir ce qui se prépare dans son dos. Pour la Droite, une obligation de transparence et le respect du citoyen. Chacun sa vision des choses. Mais où est donc la démocratie dans ce journal municipal qui devrait être le journal de tous. Qu’on ne peut même pas colorier, dites vous.

Qui, d’ailleurs lit encore le Cabes’infos ? A part nous, et c’est vraiment une punition.

Certes, Monsieur le Maire de Cabestany n’est pas juridiquement le responsable de cet organe de presse. A se demander s’il en serait le grand organisateur. Il a sûrement des choses bien plus utiles à faire. Mais les responsables de cette parution, qui se la jouent et se la surjouent, semblent en faire des tonnes pour se faire bien voir du Patron. Qui ne leur demande sans doute pas. Mais quand Monsieur le Maire se croit autorisé à censurer l’opposition dans l’emplacement légal qui lui est réservé, rien ne va plus.

Dans toute ville de plus de 3 500 habitants et où il y a un bulletin municipal, l’opposition, quelle qu’elle soit y a droit à un encart. Mais il y a encart et encart. Les lecteurs de notre Blog sont déjà dégoûtés par ces mesquineries de cour de maternelle lorsqu’on découvre la Tribune de l’opposition en tout petits caractères et sur un fond « que si t’as pas des actions chez Afflelou t’y vois rien ». Une attitude de la part de la Majorité Municipale particulièrement contre-productive car elle n’en sort pas grandie. Qui nous fait marrer, à la rédaction, devant tant de puérilité. Mais il est clair qu’au Cabes’Infos, chacun prend son plaisir où il le trouve. Heureusement, le citoyen considère quand même que censurer – dans l’illégalité – l’opposition est une pratique d’un autre âge. Dans un endroit où certains se sentiraient pouvoir tout faire en toute impunité ? Une zone de non-droit ?

Car dans la Tribune réservée à l’opposition, celle-ci a le droit d’y écrire ce qu’elle veut sans être censurée. Sauf….. Sauf si on y lit des propos outrageants, des insultes, des invectives, des propos contraires aux bonnes mœurs. Mais encore ? On a voulu en avoir le coeur net en allant consulter la Jurisprudence. Quelque peu poussiéreuse on le reconnaît. Et bien oui, Monsieur le maire aurait parfaitement le droit d’exercer sa censure si on trouvait dans les écrits de la Droite – accrochez vous – la divulgation du nom de la maîtresse d’un élu. La révélation de son penchant pour la boisson. Et pire : que tel ou tel fréquenterait assidûment une « Maison … de plaisirs ». Nous on a rien vu de tel dans ce que l’opposition écrit à son habitude et de façon mesurée à Cabestany !!!!!

Alors, c’est sur, les propos de l’opposition sont souvent polémiques mais toujours politiques et respectant les individus. D’ailleurs, Monsieur le Maire, ne reconnaît il pas, en petit comité que Colette Appert fait son boulot. Quelle s’oppose mais de façon constructive. De là à le reconnaître ouvertement dans le Cabes’Infos, c’est autre chose. Qu’on ne lui demande pas. On lui demande juste de respecter la loi.

Quelle mouche avait donc piqué notre édile pour qu’en 2016, il décide un beau matin de censurer la Tribune de l’opposition. A moins qu’il y ait lu ce qui n’y était pas mais qu’il aurait cru y déceler entre les lignes et qui ne devait absolument pas paraître. Au point de se mettre hors la loi en le sachant.  C’est du moins ce que nous disent certains de nos lecteurs. Nous on n’y a rien trouvé de rédhibitoire dans les propos de l’opposition  et on cherche encore. La Majorité Municipale ne pensait peut être pas que l’opposition porterait l’affaire en justice. Parce que lorsque l’opposition décide d’entamer une procédure, elle n’a ni cagnotte, ni tirelire pour se payer un avocat. Alors que la mairie fait appel à un défenseur avec les deniers publics. Et c’est bien là le comble. L’opposition paye son avocat de sa poche et de surcroît l’avocat de son adversaire avec ses impôts.

Depuis qu’elle a décidé de porter l’affaire en justice, l’opposition a commis des Tribunes bien plus polémiques que celle incriminée. Fallait t’il donc en arriver là pour qu’un semblant de démocratie existe à Cabestany ? Et qu’est ce qui pouvait bien justifier que Monsieur le Maire prenne un tel risque en ne pouvant ignorer qu’il aurait tort si l’affaire arrivait devant le Tribunal administratif. Était ce une manœuvre d’intimidation ? A en perdre son latin. Mais Blog-Cabestany ne s’arroge pas le droit de parler au nom de nos élus sauf s’ils nous demandent d’insérer un communiqué dans ses colonnes.

Ce mois ci, en avril 2018, les juges du Tribunal Administratif de Montpellier ont donné raison à notre opposition sur le fond. Et condamné nos adversaires aux dépens.

Mais on ne fera nul triomphalisme !

Le principal n’est il pas que le Cabestanyenc sache que l’opposition s’oppose et joue son rôle avec intelligence. Que le Cabestanyenc est défendu et que ses droits sont respectés par des élus d’opposition qui font le boulot. Rien de plus !

-o-

Les « pouilleux » sont en passe de faire leur loi dans une république où un Président cause mais n’agit pas, écrit Noémie !

18 avril 2018

Noémie s’en prend à de nombreuses catégories sociales. Sans doute un amalgame un peu trop caricatural à notre avis. Que l’on parle de « pouilleux » lorsqu’on évoque certains zadistes sans pour autant généraliser, on veut bien. Un terme, selon nous, que l’on n’a pas le droit d’appliquer aux cheminots. Il est vrai que lorsqu’on met en ligne ce que nous envoie une ou un internaute, au nom de la Liberté d’Expression on précise : « c’est vous qui le dites ». Mais on a quand même informé Noémie que l’on ne mettrait pas son mail en ligne et on lui a demandé d’être un peu plus mesurée. Cette fidèle internaute n’a peut être pas dit son dernier mot. 

L’une de nos internautes, enseignante, est quand même très en colère – et elle n’est pas la seule – devant le blocage des universités et devant le refus des autorités policières d’intervenir. Elle écrit : « avec Hollande on pratiquait le tirage au sort. On admettait des étudiants d’un niveau de 3 sur 20 et on laissait sur le carreau des 15 sur 20. On comprend que les nuls soient contre cette nouvelle réforme qui leur ôte toutes leurs chances ». (c’est vous qui le dites)

Elle nous fait parvenir un tract d’un syndicat, l’U.N.I. (Union Nationale Interuniversitaire) qu’on va mettre en ligne ci-dessous :

o-

On ne fera pas de commentaires. Mais rien ne vous interdit d’en faire en gardant une certaine mesure.

Le débat de dimanche soir : « Les trois cloches » !

17 avril 2018

dimanche 15 avril 2018

Dimanche soir, c’est avec une parfaite unanimité qu’à la rédaction de Blog-Cabestany il était décidé qu’on ne ferait pas de commentaires sur cette émission lamentable qui nous a affligés. Deux mauvais journalistes permettant à un Président qui n’avait rien à dire de ne pas leur répondre et de ne rien nous apprendre.

Et puis toute la journée de lundi, vos commentaires arrivaient à notre blog. Pour dire votre immense déception, votre colère, votre mépris pour cette émission de télé-réalité d’une nullité inégalable.

Pas un seul commentaire pour dire que vous étiez d’accord – ou non – avec tel ou tel sujet abordé. Tellement vous étiez désorientés devant ce néant absolu. Plusieurs d’entre vous ont zappé ou bout d’un quart d’heure, une heure. Cela dépend.

« Deux mauvais comédiens, deux chevaux sur le retour interviewant un communiant » dit René. « Deux pseudos journalistes, juste bon à être placés en EHPAD, avec leur aide soignant : un stagiaire » écrit Josette. Le reste…. à lavement ! Comme aurait dit l’un de nos regrettés amis.

Alors on fera pas de commentaires ! Mais on vous remercie pour les vôtres !

-o-

Et on lira avec intérêt le Blog de Jean-Marc Pujol :

http://www.jeanmarcpujol.fr/2018/04/le-president-et-le-duo-de-journalistes.html

Vous avez dit « carabistouilles » ?

12 avril 2018

Nous n’avons pas vu le Président Macron à la télé ce midi, occupations professionnelles obligent. Mais vous nous avez raconté…. et vous pensez qu’on vous prend vraiment pour des bouffons !

Et puis vous nous avez envoyé des choses…. impubliables. Et on ne met pas en ligne ce qui est impubliable.

Mais lorsque cela est amusant, pourquoi pas ? et surtout continuez à nous écrire ! On vous aime toutes et tous ! Et nous on ne vous racontera pas des carabistouilles !!!!!


« Monsieur Macron, comment voulez vous qu’on vous aime ? » dit Mamie Brigitte

9 avril 2018

Mamie Brigitte ? on a bien lu Mamie Brigitte ? Mais des Mamie Brigitte il y en a beaucoup et la nôtre n’est ni à Saint Tropez, ni  en train de manger des ficelles Picardes à Amiens. Elle est dans l’Aude, où l’on nous lit avec assiduité, parait il. Et elle a aimé ce clip des Républicains. Comment voulez vous que des gens comme nous, appartenant à la majorité silencieuse, supportions qu’un délinquant nous dépouille ? Un triste individu m’a arraché mon collier l’autre jour dans la rue. Mais quand c’est notre Président qui lui même nous arrache le pain de la bouche, comment avoir de la considération pour lui et ne pas le mettre dans le même sac ?

 

« Président Macron, est il plus grave d’arriver par le TGV à Marseille avec dix minutes de retard que de crever dans le couloir des urgences à l’hôpital », écrit Bruno !!!!

6 avril 2018

xxxxxxxxxxxxxxx

Si on aborde le problème de cette manière, il est à supposer que tout le monde sera d’accord avec Bruno.

Mais, selon les différents mails reçus à la rédaction de Blog-Cabestany, vous êtes nombreux, commerçants, artisans, patrons de PME à nous écrire que lorsqu’on gère une entreprise on fait des priorités, des choix. Pour assurer la survie de l’entreprise. Il y a ce qui est urgent et ce qui devra attendre.

« Démagogie », « populisme », « enfilage de mouches ?!» sont des termes qu’on a trouvé dans vos écrits. Pour nous expliquer que ce Président se fait plaisir sans vouloir s’occuper par priorité  des problèmes les plus  graves.

Nos consultants extérieurs que nous avons sollicité pour nous envoyer un article à publier dans nos colonnes ont préféré se défiler et attendre. Attendre quoi ? Personne n’a l’air de savoir de quoi demain sera fait. Et nous alors ?

Ce n’est certes pas la faute du Président Macron si les trains arrivent en retard, s’il y a autant de chômeurs, et bien d’autres choses encore qui vont de travers. Mais s’il  ne fait rien pour nos EHPAD, pour nos hôpitaux, ce Président sera un criminel ! « c’est vous qui le dites ».

Il est certain que de se taper sur le poitrail comme un bonobo et d’affronter les cheminots peut vous faire croire être le roi du monde, quand une infirmière qui travaille la nuit gagne trois fois moins que le conducteur de votre train pour Canohès.

Et qu’on aurait pu se dispenser de faire des TGV qui s’arrêtent tous les 50 kilomètres pour faire descendre le frère du député machin. Mais il faudra prévoir trois mois à l’avance la disparition de la tante Berte si on veut éviter de payer le voyage de Paris à Bordeaux plus cher que pour aller à New-York.

Quant à cette réduction des élus au Parlement quelle idiotie ! Le budget des nos parlementaires est une goutte d’eau dans la mer. Rien à côté du clientélisme des collectivités territoriales qui embauchent les enfants des amis, des copains. Qui sont payés pour travailler deux jours par mois dites vous. Des effectifs pléthoriques. Et des milliers d’élus qu’on pourrait supprimer dans les conseils régionaux, départementaux. Mais si les territoires ne doivent plus être représentés à Paris, autant supprimer tous les députés et nommer notre Président à vie comme en Chine ou en Turquie.

Quant à nos conseillers municipaux, faut il en avoir autant, dites vous encore. Les conseillers municipaux de la majorité comme de l’opposition ne sont pas rémunérés. Seuls les adjoints au maire, touchent un petit quelque chose. Et malgré ce que vous appelez notre mauvaise foi permanent, nous osons dire que ce n’est pas l’indemnité de Monsieur le Maire qui va mettre la commune de Cabestany en déficit. On comprendrait d’ailleurs que les élus municipaux qui vont sur le terrain soient défrayés. Ne serait ce que lorsqu’on paye un café à un citoyen à la cafet’ d’Intermarché pour l’écouter nous raconter ce qu’il voudrait que la Mairie fasse pour lui. Ce dont tout le monde parait se foutre !

Alors ne comptez pas sur nous pour vous expliquer ce que vous devez penser. Même si on croit que présenter une bonne réforme doit s’accompagner d’une bonne explication. Mais comptez sur nous pour dire tout haut ce que le citoyen pense tout bas. A savoir  que le Président que vous avez élu vous paraît être un fantoche. Une déclaration sur laquelle tous sont prêts à revenir s’il s’avérait qu’il se montre efficace. Ce qui ne paraît pas être le cas pour le moment.

Fermons les prisons et on aura moins de prisonniers. Fermons les hôpitaux et on aura moins de malades. Et s’il fallait un visa pour aller de Perpignan à Paris, on aurait moins besoin de trains. Lorsqu’on élit un médiocre comme Hollande, dites vous, on ne se fait pas d’illusion et on n’est pas déçu. Mais il n’y a pire déception lorsqu’on croit en quelqu’un qui semble ne pas en valoir la peine. « c’est vous qui le dites ».

Et nous, sans vous, qu’aurions nous à dire ? Heureusement nous avons l’impression d’être utiles en reprenant votre parole. Une parole que personne n’écoute en haut lieu. « Perroquets du peuple » ? Voilà une attaque qui nous convient et qu’on ne prend pas pour une insulte.  Car nos élites, comme à l’habitude, savent ce qui est bon pour nous, mais ne daignent même pas nous l’expliquer ! Ils considèrent que nous sommes trop bêtes. Mais c’est bien cela qui vous met autant en colère en ce moment !!!!

-o-

Notre poisson d’avril de dimanche : la suite !

3 avril 2018

La Maison des Jeunes à l’épreuve des canons à neige !

xxx

Le mot de la rédaction de Blog-Cabestany :

Revenons à l’article de notre amie Alicia dimanche 1er avril. Il se voulait humoristique mais surtout ne voulait désobliger personne. La plupart d’entre vous ont apprécié. D’autres nous ont écrit pour nous dire : « pas vraiment drôle », « un manque de goût certain», « du sectarisme », et y ont vu des attaques personnelles. Mais contre qui ? Et pourtant ce sont nos lecteurs qui sont à la base de ce texte. On avait demandé il y a quelques semaines à nos plus fidèles lecteurs, sur un thème imposé, de nous envoyer des idées, des phrases, des réflexions drôles. Pari plus que réussi. Un vrai succès !  On aurait pu faire un article de plusieurs pages avec vos contributions. Jusqu’à cette image de la Maison des Jeunes sous la neige qui nous a bluffé. Nos lecteurs ont du talent ! Alicia a trié, parfois un peu arrangé, assemblé comme elle le pouvait toutes vos idées pour que cela soit plus ou moins cohérent. Ce qu’on retiendra de tout cela est votre participation bien sympathique. Ce n’était certes pas du Victor Hugo mais un travail en commun avec nos lecteurs les plus assidus, un échange, et c’est cela et seulement cela que vous retiendrez. Que nous retiendrons. Pour notre plus grand plaisir et on espère aussi pour le vôtre. On ne cessera jamais de le répéter, ce que vous écrivez a davantage de valeur que ce que nous écrivons car c’est votre parole, votre liberté d’expression. « c’est vous qui le dites ». C’est votre Blog plus que le nôtre et un moyen de communiquer entre nous dans un monde qui parait ne plus tourner rond, où l’on perd ses repères, mais où communiquer avec l’autre nous semble primordial.

Cette idée de partage est la seule qui vaille. Du « communautarisme de Droite » disent certains d’entre vous. Si nos partis de la Droite Républicaine vont mal, cela ne veut pas dire qu’il n’y a plus de peuple de Droite. Cela est valable pour la gauche Républicaine et nous pensons qu’au delà des déboires du PS, il y a toujours un peuple de Gauche. Qui n’aurait jamais du s’acoquiner avec la gauche de la gauche et y perdre son âme.  Une Gauche avec laquelle on peut avoir des affinités quand il s’agit de combattre les extrêmes, qu’il s’agisse du FN comme des Insoumis. Une gauche qui respecte les valeurs de la République et n’est pas antisémite.  Et Macron dans tout cela ? Un imposteur qui fait de la récup’ à droite, de la récup’ à gauche, qui n’a pas de vision d’avenir, fait beaucoup de bruit pour quasiment rien de concret. Un amateur qui n’a pas de base électorale mais commence par taxer ceux qui auraient peut être pu le soutenir. Espérons qu’il comprenne quelles sont ses responsabilités. Espérons qu’il nous explique où il veut nous emmener – s’il le sait lui même – et daigne s’adresser à « son peuple » sans le mépris qu’il affiche pour les citoyens que nous sommes. A moins qu’il ait décidé de régner en faisant s’opposer les français les uns comme les autres. Et si tous s’unissaient contre lui ?

Mais pour nous c’est d’abord l’amitié qu’on place en premier devant la politique.

-o-

« On dirait bien que les Français vont devoir se mettre EN MARCHE pour pouvoir aller bosser » écrit Ginette !

2 avril 2018

Et encore merci à vous,  Ginette,  pour ce dessin que vous avez trouvé on ne sait où, puisque vous nous dites l’avoir reçu vous même dans votre boite mail il y a seulement quelques minutes.  Mais on va le mettre en ligne car on apprécie votre humour. Et on espère que Google l’aimera aussi !

Merci à nos lecteurs !

NO COMMENT !

Joyeuses Pâques à toutes et à tous !

2 avril 2018

Joyeuses Pâques

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

-o-

 

Goigs dels Ous

31 mars 2018

LA SANCH : une tradition qui plonge au plus profond de nos racines.

30 mars 2018

« Trait-d’Union-Cabestany » vous conseille d’aller voir ce film sur le Glyphosate » vendredi

29 mars 2018

Demain soir au Cinéma Castillet du Centre ville de Perpignan à 19 h 00, la journaliste Marie-Monique Robin présente son film : « Le Round Up face à ses juges  » dans le cadre de la « Semaine des alternatives aux pesticides ».

Si le citoyen « lambda » que nous sommes ne s’en mêle pas, devant la collusion entre les pouvoirs publics, les clans corporatistes professionnels, les intérêts des industriels, un ministre de l’agriculture plutôt timide, et l’Europe de Bruxelles et ses lobbies, nous allons continuer de voir nos enfants être empoisonnés.

Au départ, le Glyphosate avait été inventé, dans les années 50, aux États Unis,  pour désherber entre les rails des trains, sur  des milliers de kilomètres. Ce qui n’était pas obligatoirement une bonne idée puisqu’on retrouvait le produits dans l’eau potable suite à des infiltrations dans les nappes phréatiques. Le fabricant lui même interdisait que l’on s’en serve à proximité de toute culture maraichère, de toute exploitation agricole.  Et il avait édité des études pour informer les gens du danger de son produit.

Exporté il y a cinquante ans et devenu plus ou moins en vente libre, comment, et avec la complicité desquels, en arrive t’on a ce qu’on répande aujourd’hui ce produit  jusque sur des vignes, et pourquoi en retrouve t’on sur les tables des écoliers de certaines de nos écoles ?

La comparaison est certes hasardeuse et sans doute pas la mieux choisie, mais une étude officielle réalisée aux Etats Unis en 2016 concluait, face au nombre de décès dus à ce produit  : « En terme de dégâts, mieux vaudrait interdire le Glyphosate que les armes à feu ! »

-o-

 

« La Sanch 2018 »

28 mars 2018

Affiche officielle Sanch 2018

Le Parcours Vendredi 30 Mars 2018 : départ à 15 h 00 de l’église Saint Jacques à Perpignan

Schéma du parcours : cliquer dessus pour agrandir