Archive for the ‘la Droite républicaine’ Category

Chez Blog-Cabestany, jeudi 22 mars 2018 à 18 h 00 ! Notre boite mail déborde !!!!!!!

22 mars 2018

Des français dans la rue, mais certains de nos enfants aussi qui n’ont pas été acceptés à l’école. On ne dira pas où. Un Président qui fait le beau. Un autre qui a failli coucher en prison… dites vous. De cela on verra bien. Les Comores et Mayotte en ébullition. Et nous ? Nous c’est Cabestany ! et on reste zen !!! Et le ciel ne devrait pas nous tomber sur la tête. Sauf, peut être une certaine station spatiale chinoise si on en croit l’Indép. Vous faites de très beaux commentaires. Vous nous demandez des réponses qui sont déjà le plus souvent dans vos questions. MAI 68 ? C’est déjà dans les livres d’Histoire. Un événement traité par une ex Ministre de l’Enseignement qui doit confondre avec autre chose. Et si on compte prendre le train ? On arrive de la gare de Cabestany. On a raté le T.G.V. pour Canet et St Cyp qui vient juste de partir. Qu’on rende la CSG aux retraités et ils sont encore capables de marcher s’il peuvent s’acheter une paire de chaussures. Des « Niques ! »

« Je n’arrive pas à comprendre les Parisiens »,  chante Leslie Caron en 1958 dans Gigi.

« Nous, c’est Cabestany » ; « on reste zen » ; NO COMMENT

Scoop Blog-Cabestany : les premières images prises il y a moins d’une heure de la manif’ anti CSG à Perpignan !

15 mars 2018

un papy particulièrement remonté

A 10 heures oo, 2 ou 3 ooo mille personnes étaient rassemblées devant le Palais des Congrés. Les dirigeants des organisations syndicales, patronales, des associations, des mouvements ou partis politiques participants à cette manifestation donnaient leurs consignes.  Puis on formait un cortège qui s’ébranlait vers 10 h 30. Place du Castillet, environ 500 personnes nous rejoignaient dans le cortège.

Une ou plutôt plusieurs délégations de Cabestanyencs y participaient.Mais aussi des citoyens venus seuls.

Certains préférant se mettre en queue de cortège, pour ne pas défiler derrière les drapeaux d’un syndicat. Mais quelle importance puisque nous étions TOUS venus pour nous plaindre de la baisse du pouvoir d’achat et de l’augmentation de la CSG ? Loin de tout esprit de chapelle !!!!  Et on papotait avec nos voisins qui ne sont encartés à aucun mouvement mais sont très en colère.

La manif’ au départ

D’autres images ou même peut être une vidéo à venir selon ce que nous ont promis des citoyens ce matin

 

 

Nous participerons à la Manif’ avec les Républicains des Pyrénées Orientales

14 mars 2018

 Courtoisie des Républicains 66

 

Le gouvernement vient d’imposer un matraquage fiscal conséquent aux Français. L’augmentation généralisée de la CSG concerne l’ensemble des catégories sociales des Français. Les retraités, qui ont travaillé toutes leurs vies, ne sont pas épargnées y compris les plus petites retraites.

Et le gouvernement ose encore leur mentir sur ce constat d’une perte de pouvoir d’achat !

Le jeudi 15 mars 2018 à 10 heures aura lieu une manifestation contre la hausse de la CSG et pour la défense du pouvoir d’achat.

Nous défendons également ces idées, nous serons donc présents dans le cortège.

Rendez-vous le jeudi 15 mars 2018 à 10 h

devant le Palais des Congrès à Perpignan.

 

Le « Système » Macron (8) : « E. Macron et En Marche attaquent ceux qui ont travaillé » écrivent les Républicains 66 !

5 mars 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

 

En déclarant hier à Châlons-en-Champagne qu’il « assumait » surtaxer les retraités, même aux dépens de sa « popularité », le Président de la République a commis une grave erreur.

Il persiste en effet dans l’aveuglement consistant à en demander toujours plus à ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui méritent, au nom du pacte social que la Nation a passé avec eux, de pouvoir jouir du fruit des décennies d’efforts qu’ils ont produits et d’en faire bien souvent profiter les membres de leur famille.

Cet argent, les retraités ne l’ont pas volé, ils l’ont gagné en faisant vivre et grandir notre pays, qu’ils ont forgé au prix de leur travail. Penser qu’on peut surtaxer impunément les retraités et se servir d’eux comme une variable d’ajustement budgétaire, c’est avant tout les mépriser. Voilà une conception erronée de la société, qui en dit long sur la logique utilitariste à l’œuvre à l’Elysée depuis mai 2017.

Contrairement aux versions successives que le gouvernement a livrées avec embarras des effets de la hausse de la CSG, les Français savent très bien aujourd’hui que les petites retraites n’ont pas plus été épargnées que les grandes par la surtaxation. De tous les coins de France, les Républicains ont recueilli des témoignages qui prouvent qu’à partir de 1 000 € par mois, les retraités vont devoir encaisser une perte annuelle équivalente à plusieurs centaines d’euros.

Ce n’est pas notre conception de la société. Cela heurte même frontalement la vision que les Républicains ont de la vie en commun entre les générations de Françaises et de Français.

Et puisque M. Macron se fait fort d’assumer ce qui est pour des millions de Français une véritable faute, nous lui conseillons, entre deux tirades de « Pierre et le Loup », d’ouvrir les pages roses du dictionnaire. Il y trouvera cette sage citation latine, qui, souhaitons-le, le fera peut-être réfléchir : « Errare humanum est Perseverare diabolicum », l’erreur est humaine mais persévérer dans l’erreur est diabolique. C’est pourtant bien ce que fait le président de la République en refusant de voir l’injustice criante que constitue la hausse de la CSG.

Communiqué des Républicains 66

Le « Système » Macron (5)

24 février 2018

Courtoisie des Républicains du 66

Le système Macron : en résumé

Durant 5 jours, en comptant aujourd’hui, nous aurons relayé la communication des Républicains, dans la forme reçue, telle que François Lietta, notre Président de la Fédération 66 nous l’a fait parvenir.

Nous nous sommes dispensés, chez Blog-Cabestany, de la commenter. Il n’y avait d’ailleurs rien à rajouter.

Mais vous, fidèles lecteurs, le plus souvent de notre bord mais pas que…, vous avez commencé à réagir. C’était notre but. Nos commentaires à venir sur cette communication ? Ce seront les vôtres, ceux que vous nous faites le plaisir, l’honneur, de nous envoyer.

Dans vos premiers commentaires, on aura pu lire : « La Droite est de retour ». On voudrait y croire. Nous n’en sommes pas encore là, pensons nous. Mais nous ne sommes pas pessimistes non plus ! Que la Droite se remette en selle est notre principal souhait. Dans notre Département, nous avons des hommes politiques de talent, à Droite, et des militants qui sont loin d’être désespérés, et particulièrement actifs et mobilisés.

Comme dirait « Colette Appert » à Cabestany, lucide mais toujours engagée. D’un dynamisme inoxydable, toujours sur la brèche, qui croit plus que jamais en la Droite mais qui conserve en toutes circonstances son libre arbitre  : « Le Futur vous appartient ! »

Et parce que vous avez adoré une phrase écrite dans l’un de nos précédents articles, nous allons la reprendre. Un phrase qui n’est pas de notre invention mais de celle de l’un de nos internautes et qui résume la situation à Droite. « Inutile de se bousculer pour monter dans le premier train qui arrive en gare. Mieux vaut déjà prendre le temps de regarder, écrit sur le wagon, la destination pour savoir où il va ».

« c’est vous qui le dites »

Le Système Macron (4)

23 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir

 

Le « système » Macron (3)

22 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir

 

Le « système » Macron (2)

21 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

images clikables pour les agrandir

NO COMMENT

La suite à venir dans les prochains jours !

 

 

Hier samedi, l’un de nos amis Cabestanyencs assistait, à la Mutualité, à Paris, au Conseil National du parti « Les Républicains »

28 janvier 2018

Un mail reçu autour de minuit :

«  William écrit : « hier samedi, j’ai assisté à Paris, à la Maison de la Mutualité, au premier Conseil National du parti « les Républicains », depuis l’élection de son Président Laurent Wauquiez.

Je suis un sympathisant de la Droite Municipale de Colette Appert. Depuis bien des années, je suis également un sympathisant de la Droite Républicaine en France.

Je me suis abstenu lors de l’élection Présidentielle pour ne pas voter pour le Front National. Pas plus que pour un candidat venant de la gauche et qui a remporté cette élection contre toute attente car les planètes lui étaient favorables mais sans vraiment convaincre.

Depuis plusieurs mois je suis dans l’expectative avec ce Président qui semble avoir viré sa cuti à Droite mais qui a fait entrer dans son gouvernement des socialos parmi les plus sectaires. Comment lui faire confiance lorsqu’on a l’impression qu’il trompe tout le monde, à commencer par son propre camp.

Un Président « en même temps » qui flatte les riches et agresse les retraités avec sa CSG qui est un véritable scandale.

Dire que tout ce que j’ai entendu aujourd’hui chez mes amis Républicains me convient serait mensonger. La Présidente de la Région Ile de France, habituée de longue date à louvoyer, et chercher avant tout son propre intérêt, aura été sifflée. Et pourtant, si elle avait raison ? Et on peut lui reprocher bien des choses mais elle n’aura pas quitté ses amis, comme bien des dirigeants de ce Parti qui se sont vendus à Macron – avec succès ou non – pour avoir un ministère ou une place au soleil. Des Judas !  Quel bien triste et bien piètre exemple.

J’ai apprécié l’intervention de Virginie Calmels, adjointe au Maire d’Alain Juppé à Bordeaux, et Vice Présidente de ce parti. Et si j’ai raté l’intervention du Président Wauqiez…. c’est que j’avais un train à prendre.  Mais il a paraît il bien parlé. Sans toutefois aborder les sujets qui divisent encore ces Républicains.

Mais à cette convention j’ai rencontré des français qui pensaient comme moi, qui réagissent comme moi, qui ont mes opinions et mes certitudes, et je sais que je ne suis pas seul. Je sais que bien des gens partagent mes idées. Qu’il faut rester vigilant et ne pas se laisser endormir par cette bande de mercenaires qui au gouvernement est prête à tout pour garder le pouvoir. La C.S.G., Notre Dames des Landes, les prisons. Ils ne sont pas meilleurs que les autres. Sauf pour donner des leçons et parler d’un monde nouveau qui sent la naphtaline ! Que se faire happer par la Macronie serait aller contre ses propres idées. Contre soi-même. Contre moi même !

De quoi demain sera fait, je n’en sais foutre rien. Ce soir je suis fier de me revendiquer de la Droite Républicaine. Amitiés à mes amis qui lisent Blog-Cabestany et me liront…. si vous me mettez en ligne !

BLOG-CABESTANY : Merci ami fidèle et sincère dans ses convictions. On ne fera aucun commentaire. Et on ajoutera simplement « Bon dimanche »

 

Communiqué du Cercle gaulliste de réflexion politique et sociale (AMICIS)

14 décembre 2017

Reprise de leur communiqué publié hier 13 décembre sur leur site. « no comment »

Communiqué du 13 décembre 2017

Nous félicitons le nouveau Président du Parti « Les Républicains » pour sa victoire sans appel.

Nous n’avions pas appelé à voter pour tel ou tel candidat à l’élection interne, qui ne nous concernait donc pas, d’un parti dont nous sommes totalement indépendants même si depuis de nombreuses années nous avions l’habitude de nous rallier, considérant que nous appartenons nous mêmes à la grande famille de la Droite Républicaine

Depuis que nous ne présentons plus de candidats aux grandes élections nationales, mais seulement à des élections municipales ou régionales, nous avons toujours soutenu – avec modestie car nous ne sommes plus tellement nombreux – les candidats présentés par la Droite ou le Centre. Et nous avons toujours combattu sans faiblir les extrêmes.

Nous ne sommes pas des défenseurs du « ni-ni » qui pour nous ne veut rien dire et lorsqu’un candidat de la Droite Républicaine ne se trouvait pas au deuxième tour d’une quelconque élection nous avons toujours prôné l’abstention et l’assumons sans regrets. C’est ainsi que nous vous avons appelé à vous abstenir lors du deuxième tour de la dernière élection Présidentielle.

Il n’était pas question de donner un chèque en blanc au candidat de cette République en Marche qui ne reflète ni de près ni de loin les valeurs du Gaullisme. Et nous n’admettrions pas qu’il s’en réclame sans que cela nous mette en colère. Son attitude lorsqu’il se rend à Alger est la preuve qu’il ne comprend pas les Français. Pire, qu’il ne les aime pas. Qu’il redresse le pays est tout ce que nous espérons et nous ne pouvons que souhaiter qu’il réussisse en ce sens.

Un Président de la République dont nous aimerions qu’il nous épargne ses bavardages généralement mal à propos. Tout comme nous ne supportons pas son entourage arrogant, prétentieux et suffisant qui sur bien des plans est loin d’être irréprochable. Rien n’a changé par rapport à ce que nous subissons depuis plusieurs décennies quant à la dérive morale, parfois l’affairisme et le clientélisme de nombre de nos élus et nous obligent à regretter le gaullisme. Et nous condamnerons sans appel n’importe quel responsable politique de n’importe quel parti qui n’aurait pas l’éthique que nous exigeons.

Nous ne cherchons plus à intervenir dans la vie politique et sommes devenus le plus souvent des spectateurs mais nous considérons que notre bulletin de vote en vaut bien un autre. Nous attendons de voir ce que le nouveau Parti Républicain va faire et nous positionnons comme de simples observateurs..

Nous saluons tout nos sympathisants et les remercions de leur soutien.

Et nous profitons de ce communiqué pour transmettre notre soutien à ceux de nos amis corses qui sont membres de notre Cercle, et en force dans notre mouvement si on tient compte de la faible population insulaire de cette partie intégrante de France. Nous n’avons pas oublié « le serment de Bastia » prononcé par ces corses qui durant la dernière guerre avaient manifesté leur volonté de rester Français et se sont engagés plus que d’autres dans la résistance et la libération de leur sol. Les sympathisants de notre Cercle n’ont pas voté dimanche dernier comme la majorité de leurs amis abusés par de belles paroles sans lendemain.

Et aussi longtemps que nous le pourrons et que vous nous soutiendrez, nous défendrons nos convictions gaullistes et républicaines.

Paris, le 13 décembre 2017

Le Secrétaire Général

Les Républicains ont un Président : Laurent Wauquiez élu par 74,64 %

11 décembre 2017

Une élection suivie par ceux de notre rédaction, militants L.R., qui voulaient ou pouvaient voter. Et qui n’ont pas tous voté pour leur nouveau Président mais reconnaissent en lui un vainqueur incontestable et incontesté. Une élection sans surprise nous disent ils.

On demandera dans les jours qui viennent à l’un/e de nos consultants extérieurs de nous en expliquer un peu plus.

Il fallait à l’évidence que le parti « les Républicains » se restructure et se dote d’un chef.

Car nous sommes tous déçus de la position de ces con-structifs de notre famille de Droite qui disent soutenir le Président Macron lorsqu’il prend des décisions qui leur plaît et prétendent ne plus le soutenir lorsqu’il prendrait des décisions contraires à leur souhait. Si cela était vrai nous serions les premiers à les défendre. Mais la réalité est autre car ces déserteurs de la Droite se rallient au nouveau Président sans aucun discernement et quoiqu’il fasse trouvent qu’il est le meilleur, semblant attendre qu’il leur jette un os à ronger. Un os qui s’appelle devenir ministre ou avoir un poste de premier plan.

Cela s’appelle du léchage de babouches en attendant qu’on remplisse leur gamelle. Au moins ceux qui se sont ralliés ouvertement à Macron, annoncent la couleur et ne nous prennent pas pour des abrutis. Se faire élire sous une étiquette et retourner sa veste n’est guère glorieux.

On peut être assuré que le nouveau Président des Républicains n’attend pas que Macron remplisse sa gamelle et se montrera plus critique que nos anciens amis qui font passer leur propre intérêt avant celui des militants.

Car à Droite, à Cabestany, on le voit tous les jours, nos amis, militants, sympathisants LR, UDI, ou autre, simples supporters de la Droite Républicaine ou soutiens de la Droite Municipale, savent reconnaître dans les décisions du nouveau Président ce qui leur convient. Mais ils ne se laissent pas rouler dans la farine et sont capables de critiquer ce qui ne leur convient pas. Il y avait un besoin de clarification. On espère donc beaucoup en Laurent Wauquiez pour nous redonner une identité, une dignité, et de l’espoir et pouvoir croire de nouveau en la politique.

Sinon la Droite aurait cessé d’exister mais ce n’est sûrement pas le cas. Et on espère beaucoup en notre avenir. Nous croyons en des valeurs et des idées. Qu’elles soient ou non portés par un gouvernement qui tire des bords et louvoie comme un bateau dans la tempête ne vous empêchera pas de continuer  à les défendre contre vents et marées. Nous, nous avons un cap et nous nous y tenons. Et ceux qui nous soutiennent à Cabestany le font parce que nous ne sommes pas des girouettes.  Notre honneur.

La droite municipale (et républicaine) à Cabestany, communique !

17 juillet 2017

Commémoration du 14 juillet à Cabestany

 

Colette APPERT et la Droite Républicaine tiennent à mettre les choses au point.

Les discours de notre maire communiste Jean VILA sont toujours orientés politiquement lors de toutes les commémorations. Ce 14  juillet le discours Mélanchoniste outrancier a été particulièrement virulent.

Il remercie les présents au nom de tout le Conseil Municipal. Je lui fais remarquer que concernant ses discours nous ne voulons pas être associés à ses propos. IL nous répond qu’il fait ce qu’il veut. Les socialistes présents s’en accommodent, grand bien leur fasse. Cela fait 40 ans que cela dure.

Mais trop c’est trop. Il parle de respect alors qu’il ne respecte personne. Il parle de liberté alors qu’il nous censure.

Mais où est la démocratie à Cabestany ?

Communiqué repris par nos amis de chez Ouillade. http://www.ouillade.eu/

L’une de nos rédactrices, présente à cette cérémonie et depuis en vacances, nous a promis de nous adresser un article sur le sujet pour nous expliquer. Nous espérons pouvoir le mettre en ligne demain mardi ou peut être mercredi !

Au revoir, Madame [Simone Veil]

1 juillet 2017

Telle que l’on s’en souvient

On a appris la disparition de Simone Veil , de vive voix, de la bouche même de Colette Appert, peu avant midi. On n’avait pas encore écouté la radio, ou la télé, ni consulté nos mails.

Il n’est pas certain que l’on saurait retracer son admirable carrière politique sans avoir recours à Internet. On s’en dispensera en laissant les médias le faire.

Mais Madame Simone Veil on l’avait connue personnellement. On l’avait fréquentée, au milieu des années 80, quasiment au quotidien, quelques minutes par ci par là, et on parlait avec elle de tout et de rien. Surtout de rien ou de la pluie et du beau temps, car on ne savait pas quel sujet aborder,  trop intimidé.  Elle était vive et spirituelle. Et elle était une femme éminemment sympathique et chaleureuse. Mais aussi capable de manier l’humour, avec une certaine causticité, et de surprendre son monde avec un discours aux antipodes de l’image que pouvait en donner les médias.

Sachant ce qu’elle avait vécu, et par où elle était passée, elle seule pouvait se permettre cet forme d’humour libérateur. Et elle avait le courage de ceux qui estiment ne rien pouvoir craindre de pire que ce qu’ils ont déjà enduré. N’avoir peur de rien, ni de personne.  Mais lorsqu’elle n’appréciait pas quelqu’un elle ne prenait pas de gants pour le dire, parfois haut et fort. Et directement à l’intéressé/e en personne.

Une proximité qu’on devait d’abord à son regretté mari disparu en 2013, Antoine, qu’on fréquentait chaque jour dans un cadre professionnel. Ils formaient un couple fusionnel. Ils se taquinaient parfois en ce qui concernait leurs amis politiques sur lesquels ils avaient des avis souvent opposés. Madame Veil avait attendu le milieu des années 80, alors qu’elle avait accompli l’essentiel de son immense tache au service des autres, pour prendre sa carte de l’U.D.F. Mais on connaissait depuis longtemps ses opinions centristes, humanistes, qui seraient à la mode par les temps qui courent. Antoine, son époux était encarté au R.P.R., Gaulliste de la première heure. Ce qui ne les séparait nullement. Et sous sa froideur, lui, cachait un grand cœur et on ne pouvait qu’avoir une grande affection pour eux deux.

C’était également l’époque où s’était constitué autour d’elle un groupe d’amis qui aurait aimé la voir se présenter à l’élection Présidentielle de 1988. Dans les médias elle était la femme la plus aimée des Français. Mais elle n’aimait pas la structure et l’organisation des partis politiques. Ne s’imaginait pas faire campagne. « Je suis capable de tout pour défendre mes idées », disait elle.  « Mais défendre les idées des autres ….. »

Par l’un de nos amis communs, proche de son fils Jean que l’on connaissait aussi un peu, on avait eu des nouvelles alarmantes il y a déjà quels temps. Mais on ne peut pas se montrer insistant lorsqu’on s’inquiète de la santé de quelqu’un. Et encore moins préparer à l’avance,  comme le font les journalistes, ce qu’on va dire ou écrire si l’inévitable arrive.

La nouvelle nous a réellement surpris et touchés très profondément.

Avec Geneviève de Gaulle, que nous connaissions bien également, elle est une femme qui aura marqué fortement son époque. Qui nous aura marqués. Qui laisse un héritage pour les générations futures, un exemple, des valeurs morales, une leçon de vie.   On a une pensée pour ses proches. Au revoir, Madame.

On posséde la vidéo intégrale (+ de 2 heures) de l’I.N.A à l’occasion de l’entrée sous la coupole de l’Académie Française de Madame Veil. Elle n’est pas libre de droit mais chacun peut l’acquérir pour un prix modique. Un moment historique qui réunissait trois Présidents de la République. Un discours de Jean d’Ormesson. …..

Pour visionner une partie (10 mn) de la  video.  C’était le 18 mars 2010 : un clic

http://www.ina.fr/video/4152284001

Quand la lecture du dernier Cabes’infos nous interpelle….. une fois de plus !

21 juin 2017

Article décalé pour ne pas paraitre durant la campagne des Législatives

Édito du collectif de rédaction de Blog-Cabestany avec l’aimable participation de plusieurs de nos lecteurs. Encore merci à eux !

Dans chaque bulletin politique municipal, départemental, régional, issu d’une collectivité territoriale, il y a un espace réservé à l’opposition. Que la publication soit réalisée par la Droite, ou la Gauche. Il s’agit là d’une loi et d’un principe élémentaire et essentiel à la démocratie.

A Cabestany, Colette Appert, chef de file de la Droite Républicaine et de l’opposition municipale exerce son droit d’expression dans le Cabes’infos. Comme le fait partout chaque opposition dans le bulletin qui la concerne. Sans que personne, nulle part, n’y retrouve à dire.

Mais, à Cabestany, la majorité municipale a parfois une étrange conception des choses au point de s’être déjà octroyé le droit de censurer la rubrique de l’opposition, ce que nos élus de cette opposition ont signalé aux instances compétentes.

Une attitude qui renforce aux yeux du citoyen la perception d’une opposition qui gêne, car elle remplit son rôle et refuse de courber la tête.

Car on trouve encore ici ou là, dans notre pays, des personnes rétrogrades, nostalgiques d’autres types de régimes qui n’admettent pas qu’on puisse être en désaccord avec leur pouvoir autocratique. Mais de surcroit, ce sont eux qui voudraient se faire passer pour les victimes.

Dans le dernier Cabes’infos, SI nous avons à peu près compris le sens de la rubrique de l’opposition, nos élus de la Droite semblent dénoncer une façon biaisée et tendancieuse de présenter les débats lors des Conseils Municipaux. C’est leur droit de le penser et de le dire puisque telle est leur perception et puisqu’on les a élus au nom du peuple. Et ceux qui contesteraient ce droit feraient montre d’une curieuse conception de la chose publique.

Il faut déjà savoir que partout, avant un Conseil Municipal, il y a des réunions préparatoires qu’on appelle des « commissions » pour travailler les prochains sujets à débattre. sur l’environnement, les finances, le logement, ou autre. Auxquelles participent les élus de la Majorité et de l’Opposition. Des élus qui discutent. Qui proposent. Qui débattent.  « … mais faire partie de la Majorité Municipale n’est même pas le garant que nos idées seront retenues ni même écoutées »  nous susurrent certains à l’oreille !?

Car de ces commissions, qu’en sort il exactement de concret ? Il est impossible de le savoir puisque le citoyen n’y participe pas et n’y assiste pas. Mais il semblerait que tout le monde découvre, souvent avec une immense surprise « un ordre du jour de Conseil Municipal qui semble avoir été arrêté de longue date et parfois, sans aucun rapport avec les débats des commissions ». C’EST VOUS QUI LE DITES ! Des Conseils Municipaux où l’on ne respecte pas toujours l’ordre chronologique des sujets. Des Conseils Municipaux à l’issue desquels nos conseillers s’y retrouvent avec la plus grande difficulté – parfois pas du tout – dans des compte-rendus officiels qui ne ressemblent ni de près ni de loin à celui que nous griffonne « René la casquette ».

A Cabestany lorsque l’opposition de Droite fait des propositions qui n’ont pas l’heur de plaire à Monsieur le Maire, elle aura droit à des remarques de sa part expliquant que nos élus sont incompétents (non il n’y a pas de jeu de mots) ou qu’ils ne proposent rien. Un raisonnement plutôt étriqué, usé jusqu’à la corde, qui ne convaincra que les ignorants. Notre rédactrice espiègle, dite « la chipie » préfère paraphraser Jacques Chirac ? « Cela m’en touche une sans faire bouger l’autre » dit elle. Ah bon ?

Nous n’entrerons pas dans le problème de fond. Nos élus sont à la manœuvre et sont parfaitement capables de gérer toutes les situations.

Pour nous le Conseil Municipal c’est juste cet endroit on l’on a mal à notre séant, tellement c’est inconfortable, mais sans doute cela est il est fait pour qu’on y revienne pas. Où la sono, tuberculeuse, est en phase terminale et où l’on nous passe des diapositives qui nous feraient courir chez Afflelou. Et l’on y voit les conseillers municipaux de la majorité nous donner l’impression qu’ils ne comprennent pas grand’ chose aux débats ou pensent à autre chose. Qu’ils nous pardonnent si les impressions sont trompeuses !

Lorsque ce mois ci, dans le Cabes’infos, à côté de la tribune de l’opposition qui a déjà la portion congrue, et que le chargé de parution, avec une mesquinerie caractérisée, a pris l’habitude d’imprimer en tout petit et sur un fond obscur, il aura fallu qu’en plus la Mairie se donne la peine de répliquer. Chacun de s’interroger et de se demander, connaissant comment fonctionne la mairie, si ce que l’opposition a écrit ne serait pas plus dérangeant qu’il n’y paraît.

Adonques, lorsqu’on lit le Cabes’infos et que : « l’on aperçoit à côte de la tribune de nos élus un gribouillage besogneux qui ne veut rien dire » (« c’est vous qui le dites ») ; « mais qui a du faire saliver un régiment de suceurs de stylo bille jour et nuit et dans la douleur « . « c’est encore vous qui le dites »; « pour juste arriver à accoucher quelques mots d’une platitude absolue qui font qu’on a bien  de la peine pour eux » Ajoutez vous !  Bon on ne va pas non plus passer la nuit à recopier tous vos mails.

Nous on se prend à envier tous nos concitoyens qui ne se sentent pas obligés de lire n’importe quoi et nous expliquent qu’ils mettent le Cabes’infos directement dans la poubelle jaune.

Comme on voudrait pouvoir en faire autant.

18 juin 2017 à Perpignan – On commémore l’Appel du Général de Gaulle !

18 juin 2017

Reportage d’actualités sans connotation politique

le 18 juin 2017 à Perpignan

Toutes les photos sont agrandissables en cliquant dessus

La « Marseillaise » chantée ce matin 18 juin 2017 à Perpignan