Archive for the ‘la Droite républicaine’ Category

Colette Appert réélue aux instances départementales des « Républicains » : ça nous plait ! Surtout à un moment où la Démocratie a tant besoin de se régénérer à partir de la base !

14 octobre 2018

Écrit et mis en ligne le dimanche 14 octobre 2018 à 19 h 15

L’ÉDITORIAL DE LA RÉDACTION DE BLOG-CABESTANY

Durant le week-end, dans tout le pays, avaient lieu les élections internes des instances locales du Parti Les Républicains.

Christine Gavalda-Moulenat est devenue, désignée à l’unanimité par les suffrages des militants à jour de leur adhésion, la Présidente de ce Parti pour les Pyrénées Orientales, en remplacement de François Lietta, qui ne se représentait pas.

La nouvelle Présidente, on la connaît bien ! Pour l’avoir déjà rencontrée plusieurs fois. Et sur le territoire de Cabestany qui plus est, car il s’agit d’une femme de terrain qui aime rencontrer les militants, les sympathisants, comme débattre avec ses opposants. Qui peut discuter de tout avec tout le monde. Qui a beaucoup d’aisance pour trouver des arguments pour essayer de vous convaincre. Qui est aussi une personne d’un abord très agréable et qu’on peut approcher facilement. Elle sera, on n’en doute pas, la Présidente qu’il faut aux Républicains pour tenir la barre.

Colette Appert, elle, est réélue aux instances départementales, et cela nous plaît ! Mais, de plus, et au premier tour, elle intègre, au titre des P.O, le Conseil National de son parti. Ce qui n’est pas rien. Car elle fera partie de la poignée des élus qui vont représenter le Parti à Paris.

à la gauche de la photo, la Présidente Christine Gavalda-Moulenat, et à droite Colette Appert

On n’a pas encore pu converser avec Colette, son élection datant seulement de quelques heures. On n’a pas pu recueillir ses premières impressions car elle est déjà fort occupée. On la questionnera en son temps. Mais on ne s’aviserait pas de parler en son nom.

On l’a pourtant rencontrée – longuement – durant la semaine. Elle ne savait pas encore qu’elle serait élue mais nous a expliqué que si les choses se passaient comme elle l’espérait, elle aurait beaucoup de travail. Mais, nous a elle dit, à aucun moment je ne délaisserai une seule seconde mon engagement concernant mon poste de conseillère municipale à Cabestany. Mieux, disait elle, j’aurai plus de poids pour représenter ma ville pour ce qui est de certaines orientations. Tant mieux pour nous !

Et lorsqu’on connaît le potentiel de travail de Colette, on n’est nullement inquiet. Elle a toujours su insuffler du dynamisme à ses équipes, qui en retour la soutiennent et le lui rendent bien.

En 2020, pour les Municipales, qui pourra dire, de façon chagrine ou de mauvaise foi, que celle qui portera les couleurs de la Droite Républicaine n’est pas représentative de son électorat. Quand, au plan municipal, Colette Appert représente beaucoup plus que les seuls Républicains. Elle incarne l’opposition, rassemblant largement la Droite – à l’exclusion du Front National (on a zappé le nouveau nom) – mais également les gaullistes, des indépendants, des centristes, des « sans étiquette » et même … quelques déçus de la gauche modérée. Mais il faudra bien cela pour affronter le « Fort Alamo » communiste qu’est Cabestany, assiégé depuis des décennies, mais qui résiste encore. Pour le moment.

Ce renouvellement des instances du parti des Républicains, à notre humble avis, vient à point. La nouvelle Présidente va diriger une équipe largement remaniée. Quand dans l’équipe sortante qui n’a nullement démérité il y avait un certain nombre de démissionnaires. Mais la Démocratie a besoin de se régénérer. A un moment où il semble qu’il n’y ait pas une réelle opposition dans le paysage politique au plan national. A un moment où pourtant la Macronie semble partir en brioche. Où le Président se comporte en « tyran » (au sens littéraire du terme, du moins tel qu’on le concevait dans l’antiquité grecque). La France a besoin d’une vraie gauche, d’une vraie droite. Un schéma qui n’appartient pas, sauf pour des foutraques, à un ancien monde. Une organisation qui depuis deux siècles a forgé le système qu’est une République. A moins de souhaiter un autre régime que la République, et vouloir ressembler à tous ces pays qui après des soubresauts se retrouvent sous la férule d’un dictateur ou de ce qui lui ressemble fort.

Le pays a besoin d’idées nouvelles. La démocratie a besoin qu’on entende la voix des citoyens.

La situation actuelle n’est elle pas que depuis plusieurs années, cette démocratie s’est exercée du haut vers le bas. Avec des politiques « d’en haut » qui disaient aux citoyens « d’en bas » ce qu’ils devaient penser. N’est ce pas le contraire qu’il faut remettre en place ? N’est ce pas aux citoyens de base de dire à ceux d’en haut ce qu’ils veulent et comment. Sinon on arrive à ce que les électeurs se détournent des urnes, et à ce que les partis commencent à se décomposer.

Mais pour cela il faut des sympathisants, et plus encore des militants. Du moins des vrais. Quand l’un de nos amis nous a montré comment – en quelques clics – on pouvait créer sur le net de faux militants dans le parti de la République en Marche. Où on n’exige pas de cotisation. Où l’on peut s’inscrire sous le nom de Paul Ochon, Jacques Sélère, Emma Nassion. Certes, on a bien d’autres choses à faire que de passer nos nuits, pour le fun, à fabriquer des militants « bidon » pour la Macronie. Mais quelle fumisterie ! Si toute la Macronie est du même acabit, c’est une baudruche dégonflée qu’on nous fait passer pour un puissant mouvement. Du flan ! Les militants des Républicains ne sont peut être pas aussi nombreux qu’antan. Mais inutile de s’en moquer. Ils sont de vrais militants, fidèles et capables d’en ramener d’autres, le moment voulu.

Et demain matin, lundi, lorsque vous lirez ces lignes et qu’on sera déjà passé, au boulot, devant la pointeuse,  on ne sait par avance si on aura un nouveau gouvernement, si nous aurons des ministres qui ne seront pas des hochets dans les mains d’un Président qui adore tirer les ficelles de ses marionnettes. On a donc quand même quelques motifs pour se réjouir avec les résultats des élections de nos amis les Républicains.

Alors on félicite la Présidente des Républicains. On félicite ceux de nos amis qui ont été élus. Pour ceux qui ne l’ont pas été et qui restent aussi nos amis, on peut parier que cela n’entamera pas pour autant leurs convictions.  On félicite bien sur Colette Appert et on l’encourage pour la suite. Car ses nouvelles responsabilités, écrasantes, sont entièrement bénévoles, comme celles de conseillère municipales. Et pourtant elles sont indispensables à la démocratie. Et on ne peut qu’encourager des gens qui vont au charbon pour leurs idées et pour défendre les nôtres. Sans en récolter le moindre profit. Plutôt des dépenses et des frais qu’ils assument à leur propre compte. Et même trop souvent des critiques. Quand certaines collectivités officielles nous coûtent un « pognon de dingue » !

La démocratie a besoin de citoyens pour la faire exister.  Comme Colette. Comme tant d’autres. Car la politique a horreur du vide. Comme l’explique, qu’on soit ou non d’accord sur tout avec lui,  Raphaël Glucksmann. Qui va sortir incessamment « Les enfants du vide » . Un livre qui nous parle de ce coup de mou qui a envahi la vie politique. De cette période où malgré un pouvoir faible et qui ne nous fait guère rêver, il n’y a plus – pour le moment souhaitons le – une véritable opposition.  Nous avons eu l’opportunité de pouvoir lire – avant sa parution – quelques bonnes feuilles de son livre. L’auteur écrit :

« La politique, c’est quand un peuple se réunit et peut inverser le cours des choses ».

Pour Maxime Tandonnet : « nous payons chèrement la stupidité d’un régime fondé sur l’illusion et la manipulation, au détriment de la raison »

5 octobre 2018

« Une République à refonder » est le titre de l’article de Maxime Tandonnet après la démission digne d’un vaudeville du Ministre de l’Intérieur. Nous en pense plutôt à « Guignol » cette marionnette qui a bercé notre enfance et qui fut crée au début du 19ème siècle, justement par un ouvrier Lyonnais, un « soyeux » ou un « canut », au choix. Un Ministre de l’Intérieur qui – au demeurant – était un homme agréable à côtoyer, qui a transformé sa ville pour la rendre plus agréable, comme Alain Juppé en a fait de même à Bordeaux. Ce qui ne va pas de soi lorsqu’on voit le naufrage de Paris et l’endettement financier de notre capitale où l’on y pratique une fiscalité cauchemardesque, mais une politique de la ville aberrante. A Paris, où les potions en plus d’être indigestes,  vont finir par faire passer le malade de vie à trépas avec un endettement ahurissant et dont on conçoit mal qu’il puisse être toléré par l’État sans que la ville ne soit mise sous tutelle. Mais la France est elle en meilleure santé ? Pauvres Parisiens. Pauvre Paris où l’on n’y met plus les pieds qu’à contre coeur, à « reculons », tellement la ville a changé, en mal, depuis une bonne dizaine d’années. Après avoir fermé les berges, rétréci les voies, se trouver dans un véhicule du SAMU vous expose à un avenir bien sombre quand il faut trois heures pour rejoindre un hôpital proche !  Quant à la pollution elle aurait plutôt augmenté à cause des embouteillages. Mais quand l’idéologie passe avant le sens pratique. Madame la Maire de Paris n’aura t’elle pas envie d’aller se présenter comme Manuel Valls, quelque part en Espagne ?

Et puis, Collomb, sans lequel Macron n’aurait jamais été roi, se permettait paternellement de donner des conseils à celui qu’il considérait comme son fils. Mais il est, comme partout, des fils indignes, tellement imbus de leur personne, qu’ils foutraient bien leurs parents dans un EHPAD, juste pour s’en débarrasser. Alors Gérard Collomb, surnommé de façon ironiquement méprisante, « son Altesse Sénillisime », par les jeunes foutriquets de la République en Marche qui n’ont montré jusqu’alors que leur incompétence crasse, sera bien mieux au milieu des Lyonnais qu’on salue ! (ils se reconnaitront !)

Mais laissons parler « Maxime Tandonnet » :

La crise politique actuelle, après la démission de deux piliers du gouvernement, M. Hulot et M. Colomb, était largement prévisible. Un système politique entièrement fondé sur le culte de la personnalité et son pendant, la courtisanerie, conduit inévitablement à la débâcle. Il repose sur l’image d’un individu. Quand celle-ci est au pinacle, la cour politique, médiatique, se prosterne devant elle. Mais quand vient la chute, inévitable, l’idolâtrie se transforme en lynchage. Une logique imparable frappe la France politique: émerveillement de l’élection et sublimation lamentable d’un homme, chute progressive dans la déception, fuite dans la communication narcissique et désastreux effondrement de l’image sur laquelle repose tout le système, entraînant dans sa chute l’ensemble du régime. Et dès lors, Nous payons chèrement la stupidité d’un régime fondé sur l’illusion et la manipulation, au détriment de la raison. La question essentielle n’est pas celle de l’acteur principal, mais celle de l’esprit public: les idées et la conscience du bien commun doivent prévaloir sur l’émotion collective autour d’un personnage. La France a besoin de refonder sa république, sa démocratie. Il faut en finir avec le culte de la personnalité, qui est l’apothéose de la stupidité et de la naïveté. Le président de la République a pour mission essentielle de représenter la République française sur la scène internationale. Son rôle n’est pas de frimer, de provoquer, de gesticuler et de parler ou de paraître du matin au soir médiatiquement pour compenser l’impuissance générale et l’absence de politique. Le Gouvernement a vocation à gouverner le pays, prendre des décisions, effectuer des choix et les assumer sous l’impulsion d’une majorité. La Parlement incarne la souveraineté, son rôle est d’exprimer la voix de la Nation, et de contrôler et sanctionner le gouvernement. Le peuple, dans une démocratie, doit être respecté. La classe politique, de l’Élysée au palais Bourbon, n’est rien d’autre que son humble serviteur, dans l’intérêt général. Le principe d’un système fondé sur la vanité et la frime conduit inexorablement au grotesque et à la catastrophe. La République est à refonder.

Maxime TANDONNET

https://maximetandonnet.wordpress.com/2018/10/03/une-republique-a-refonder/

-o-

Et on a honte pour lui lorsque le Président ose aller sur la tombe du Général, à Colombey. Mais le ridicule ne tue pas ! Heureusement pour lui. Et qu’il y prononce des phrases à double sens qu’on essaye de décrypter avec un esprit de modération car on espère qu’il s’agit d’une nouvelle maladresse et rien d’autre. Sinon, on aurait bien envie de lui rentrer dans le lard ! 

-o-

Notre ami, Philippe Bilger écrit : « le Président m’inquiète » !

2 octobre 2018

Dans l’actualité, une photo de notre Président aux Antilles dans les bras d’un jeune, torse nu, fait le buzz et déclenche bien des polémiques. A la rédaction de Blog-Cabestany, et malgré le nombre de mails reçus et dans lesquels, vous ne faites guère « dans la dentelle », on se refuse à surfer sur cette vague. Pourquoi en rajouter ? Même si le personnage n’a pas nos faveurs politiques. Mais arrêtons de tirer sur une ambulance ! On a cherché un article mesuré, d’une personne qu’on apprécie pour son intelligence et sa vivacité d’esprit. Et qui n’a pas l’habitude de chercher à faire le buzz mais sait nous donner de temps à autres des leçons de modestie et qui a le sens des responsabilités et sait remettre les choses à sa juste place. Quand bien même on ne serait pas toujours d’accord – dans un premier temps – avec lui. Mais on finit le plus souvent à se ranger à son avis. Il s’agit de Philippe Bilger, auquel on demandé l’autorisation de mettre sa prose en ligne. Et qui avec une grande gentillesse nous l’a accordée.

Philippe Bilger

Philippe Bilger écrit sur son blog :

« Le Président m’inquiète »

Je me souviens de mon dialogue avec mon ami Ivan Rioufol sur l’interrogation suivante : Macron, sauveur ou hypnotiseur ? Il était très hostile au président de la République quand je le défendais sans aller jusqu’à le traiter de « sauveur ».

Nos échanges, dans Valeurs actuelles, datent du 8 février 2018.

Mais depuis du temps a passé et comme Emmanuel Macron a changé !

Aujourd’hui il m’inquiète.

Je discute moins le fond de sa politique puisqu’il a mené à bien deux réformes capitales pour le droit du travail et la rénovation de la SNCF et que ce n’est pas rien. Je n’exclus pas qu’il soit sincère quand il affirme que son gouvernement et lui vont continuer à réformer mais ce qui pouvait apparaître hier comme une chance est imprégné, à cause de sa personnalité révélée sous un jour nouveau depuis quelques mois, d’une sorte de menace diffuse. On est moins sûr de sa lucidité, on lui fait moins confiance. Cet être qualifié, dans ses débuts, d’exceptionnel est atteint depuis quelque temps par le poison de la banalisation et, classiquement, par le danger de la solitude impérieuse.

Il ne s’agit pas de revenir sur l’affaire Benalla qui n’est que le symptôme éclatant d’une complicité étrangement amicale ayant uni le président à peu ou prou son garde du corps capable d’accomplir de multiples tâches sans lien avec son statut officiel.

………………….

La suite de cet article passionnant ?

Pourquoi ne pas le lire directement sur le Blog de l’intéressé ? Car sans doute prendrez vous l’habitude, du moins on l’espère, de fréquenter régulièrement son Blog qui en vaut la peine ! Mais dont la fréquentation et la notoriété  n’ont nul besoin de notre bien modeste  renfort.  Alors juste un clic ci-dessous….

http://www.philippebilger.com/blog/2018/10/le-pr%C3%A9sident-minqui%C3%A8te.html

-o-

Quant à ce que nous écrivons au fil des jours, nos propos ne sauraient engager Philippe Bilger d’aucune manière. Ni qui que ce fut à part nous. Nous ne cherchons pas une caution morale dont ne pourrions pourtant qu’être extrêmement fiers en la personne de Monsieur Bilger. Nous ne nous permettrions jamais cette audace. Nous sommes heureux de pouvoir reproduire un de ses textes. Comme nous reproduisons les textes des gens que nous aimons et qui nous autorisent à le faire. Et faisons appel à des gens moins connus que nous remercions d’écrire parfois pour nous lorsque nous manquons d’inspiration, ou estimons qu’ils savent mieux que nous faire passer auprès de notre poignée de lecteurs des Pyrénées Orientales, ce que nous pensons nous mêmes.  Philippe Bilger est indépendant dans ses propos comme nous le sommes des nôtres. Mais encore merci à lui ! Et nous aussi, ce Président nous inquiète ! La raison pour laquelle vous lisez ces lignes. 

Tags : La Droite Municipale à Cabestany – La Droite Républicaine dans les Pyrénées Orientales – Blog-Cabestany – Les co-listiers de la Droite à Cabestany  – Nos amis qui écrivent pour nous – Nos amis dont nous relayons les textes – Nos amis qui relaient nos textes sur leurs propres sites – C’est vous qui le dites – Philippe Bilger – Liberté – Liberté d’expression –

Rentrée politique très réussie pour les « Républicains 66 », ce soir à Canet !

7 septembre 2018

C’est Bernard Dupont qui nous accueille en personne et de manière très affable sur le parking des Voiles Rouges à Canet en Roussillon. Nous comprenons tout de suite que nous sommes les bienvenus. Embrassades, effusions avec nos amis militants du Soler et de Saint Laurent la Salanque. Ce soir,  on a l’impression de connaître tout le monde et d’être reconnus par tous. On se sent déjà « en famille ».

A l’entrée des Voiles Rouges, à Canet en Roussillon, le vendredi 7 septembre 2018

Les Cabestanyencs semblent être plutôt fort bien représentés ce soir. Il faut dire que Colette Appert n’aura pas ménagé sa peine en battant le rappel toute la semaine. Elle aussi est là pour nous accueillir…. et voir qui manque à l’appel. Et elle se sert de son portable de façon décidée pour appeler les manquants et s’assurer…. qu’ils ne sont pas partis à la plage. Mais non, ils arrivent, nombreux, mais il y a beaucoup de monde ce soir et parfois il a fallu se garer un peu loin.

Les employés des Voiles Rouges, prévenants, se précipitent pour rajouter des chaises. Avec le sourire. Quand la salle sera pleine, les retardataires devront rester debout. Tant mieux si les sympathisants sont plus nombreux qu’il n’était prévu.

Des retrouvailles sympathiques, donc, mais nous sommes venus avant tout pour entendre parler de choses sérieuses. Et on va surtout parler d’Europe et des prochaines élections pour envoyer nos députés à Bruxelles dans quelques mois.

La salle archi-complète des Voiles Rouges

Mais avant, il y aura d’autres élections. Internes. L’ami François Lietta prend la parole pour informer qu’il ne se représente pas. Dommage. Il aura plutôt bien fait le job à la tête de la Fédération 66. Enfin ce n’est nullement pour lui un retrait de la vie politique. Une pause peut être. Il est jeune, dynamique, entraînant, et on le verra sûrement bientôt avec les responsabilités qu’il mérite. Pour lui succéder, les candidats ont jusqu’à la fin du mois pour déposer leur dossier. Certains parmi nous se livrent à des supputations. Trop tôt. Tout ce qu’on sait c’est que le successeur de François sera l’une ou l’un de nos amis. Alors pas d’inquiétude. Sauf que pour pouvoir voter pour telle ou tel autre de ces amis, il faut avoir renouvelé sa cotisation avant le 13 septembre. Il est temps de se bouger.

L’allocution de François Lietta. Très applaudie !

Frank Proust prend la parole. Il est très suivi et son discours touche là où il faut !

Vient le moment pour notre député européen Frank Proust, de prendre la parole. Lorsque l’ami Frank s’empare d’un micro, on a toujours l’impression qu’il ne voudra jamais plus le rendre. Mais son discours est bien pesé, clair, et on entend ce qu’on voulait entendre. A savoir que Les Républicains sont pro-européens. L’Europe telle que nous la vivons n’est sans doute pas celle dont nous rêvions. On espérerait quelques inflexions. Mais nous sommes résolument dans le camp de ceux qui pensent qu’on ne peut se passer d’Europe. Et que le Président Macron fait fausse route avec une vision qui n’est pas la nôtre. Nous les Républicains sommes pour ces valeurs d’accueil envers ceux qui sont en danger de mort dans leur pays. On peut les héberger, les soigner, en attendant de leur demander de repartir construire leur pays lorsque les choses iront mieux. Mais chercher à intégrer ces migrants en danger, et pire, vouloir accueillir tous ces migrants économiques est une folie. A moins d’accepter d’être submergés un jour. Et les « M and M », Macron et Merkel font fausse route.

Ceux là sont sympathique !

Dans l’assistance, l’un de nos amis, toujours espiègle, demande qu’on lui passe un micro et il pose la question suivante : « avec qui, pourrions nous nous allier pour aller aux Européennes ».

La réponse est déjà dans la question ! Frank Proust, avec un œil complice, lui répond. « Il vaut mieux être seuls que mal accompagnés » dit il. Vifs applaudissement dans la salle. Frank Proust explique, s’il en était besoin, que le Président Macron, sans troupes, sans convictions, voudrait bien faire une OPA sur notre Droite pour en tirer les marrons du feu.. A nous de ne pas céder au chant des sirènes. Et puis….. nous avons toujours envoyés des députés assidus, travailleurs, compétents dans cette assemblée de Bruxelles. Du temps du RPR, de l’UMP, et avec Les Républicains.

Frank Proust va d’ailleurs dédicacer, ce soir, son livre sur l’Europe. Passionnant.

Un livre intitulé : « L’Europe, l’apprendre ou la laisser ». Préfacé par Nicolas Sarkozy

Mais on a une pensée pour notre amie Michèle Alliot-Marie, dont on nous parlait encore, lorsque nous étions cet été à Saint Jean de Luz. On se souvient qu’on avait fait pour elle une campagne « dissidente » mais musclée lors de l’élection interne de 1999 où elle avait pris la tête du R.P.R. face au candidat auto-proclamé : un certain Jean-Paul Delevoye, devenu Macronien !  Les militants sont généralement des gens intelligents ! Et on n’oublie pas notre amie Maïté Sanchez Schmidt qui avait tant mouillé la chemise pour notre candidat François Fillon en 2017. Une battante !  Dont on aimerait avoir davantage de nouvelles. Mais on ne colle peut être pas notre oreille à la bonne porte. On est comme ça chez les Républicains. Fidèles à nos idées. Fidèles en affection !

Et puis on se retrouve au buffet avec un verre de rosé à la main. Du bon. Mais un seul. « Attention à la patrouille ! »  Et puis il y a trop d’accidents de la route dans notre département. On discute de tout et de rien avec des amis que l’on a pas vu depuis belle lurette. On regrette tous que nos rangs aient fondus. Mais ceux qui restent perchés solidement sur notre rocher ont des convictions bien ancrées. Et sont capables de rallier certains de ceux qui sont allés chez Macron, attirés comme des éphémères, la nuit en été, par les lumières des projecteurs. Et il y a pas mal de jeunes, comme cette charmante demoiselle, qui nous expliquait ce soir, n’être adhérente que depuis 18 mois, et nous disait n’être pas prête à déserter.

Et puis chez Les Républicains, entre militants, on parle sans langue de bois. Et chez Blog-Cabestany on a horreur d’enjoliver les choses et de passer la pommade. Et devant le buffet, nombreux de nos amis que nous interrogions de façon peut être un peu abrupte, nous avouaient qu’ils trouvaient que le personnage de Laurent Wauquiez était « clivant ». Qu’il n’aurait jamais du aller répéter ce rôle de « Pagliaccio » devant ces étudiants à Lyon. Qu’il n’avait pas toujours la manière.

Mais lorsqu’on parle de ses idées, de son discours, c’est à l’unanimité que tous sont en accord avec lui. Si le « fond » est là et si ce n’est qu’une question de « forme », il devrait savoir quoi faire et y remédier ! Et nous le suivons. Et nous irons voter pour nos candidats »Les Républicains » aux prochaines élections Européennes. On voudrait déjà y être !

-o-

Colette Appert avec François Lietta. Avec Marie Christine, une fidèle Cabestanyenque.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Si d’aventures, quelqu’un veut reprendre tout ou partie de notre article, y prélever des photos, il a notre bénédiction. Et que personne ne fasse la confusion. Nous ne faisons pas partie de la communication officielle des Républicains. Nous sommes un Blog politique qui roule pour la Droite Républicaine mais restons indépendants et responsables des écrits qui n’engagent que nous mêmes et pas nos élus. Et au sein de notre rédaction pluraliste, c’est un simple militant de base qui aura écrit ce texte. Et qui l’assume ! Et nous le soutenons sans réserves.

Et bon week-end !

Pour la Liberté d’expression !

La « Caravane des Jeunes Républicains 66» : déjà une bonne idée ! Et de plus, un franc succès !

11 juillet 2018

La « Caravane » est organisée par des Jeunes Républicains…. et Républicaines. Qui l’animent en sillonnant en ce mois de juillet 2018, les plages de notre département. Mais elle passera également à Perpignan, et Colette Appert tenait à ce qu’elle s’arrête à Cabestany. C’est chose faite. Ce matin mercredi 11 juin, elle n’était pas sur la plage de Sainte Camille mais au Moulinas.

Le but de cette caravane est d’attirer des Jeunes vers la politique. De les rencontrer. De pouvoir parler « entre jeunes » des problèmes du moment, de ce qui les concerne, de leur avenir. La politique a besoin de renouveau et d’intéresser les citoyens les plus jeunes. Et davantage de jeunes, qu’on ne l’imaginerait se révèlent être des passionnés.

Mais croire qu’on ne trouve autour de nos amis de la caravane ou de la Fédération des Républicains 66 que des jeunes n’est pas tout à fait la réalité. Chacun, qu’il soit ou non adhérent. Qu’il soit ou non militant ou sympathisant est le bienvenu. Qu’il soit même – ou non –  comme ce matin, de notre bord n’est pas restrictif. On peut poser toutes les questions que l’on veut. Et l’on vous donne des réponses. Et on discute. Et on échange. Un exercice de démocratie de terrain.

Sur les plages, on trouve les habitants de notre département mais également des vacanciers, en famille, en short et tongs, et on prend donc bien du plaisir à discuter avec eux et échanger. Et cela paraît réciproque. Et le moment, propre à la décontraction, est propice.

Ce matin à Cabestany, il n’y avait pas de « touristes ». Principalement des amis. Et les amis de nos amis. Et les amis des amis de nos amis qu’on rencontrait pour la première fois et qui seront désormais les nôtres. Plus quelques curieux, mais très sympathiques. Certains voulaient s’adresser à Colette Appert. C’est chose faite et elle leur a donné ses coordonnées. D’autres étaient venus pour parler entre jeunes ou s’adresser à François Lietta.

Il faisait tellement chaud qu’on se serait bien mis en maillot de bain. Peut être pas autorisé par la loi. Et on lâchement profité des parasols de notre ami Phil Gleizes, qui était aux côtés de Colette, et auquel on a peut être fait perdre quelques clients. Qu’il nous pardonne. Et on a beaucoup discuté avec notre ami, François Lietta, Président de la Fédération des Républicains 66, qui est lui même un jeune. Quel moment sympa lorsqu’on vient à nous !

Cette réunion de famille permettait à des citoyens de rappeler que quelles que soit les évolutions politiques actuelles, ils avaient conservé leurs opinions, leurs convictions, et que l’on pouvait toujours compter sur eux. Certains avouant avoir voté Macron comme pour s’en excuser. Pour ne pas voter pour l’extrême droite. On les a rassurés.  On connaît même pas mal de nos amis de gauche, ou encore des communistes à avoir fait le même choix républicain. Nous on avait préféré s’abstenir en écoutant les conseils du regretté Jean d’Ormesson. « J’en connais pas mal qui dans un an s’apercevront qu’ils sont cocus », disait il. Une vision prémonitoire qu’il n’aura pas pu vérifier lui même en nous quittant après une vie bien remplie et en nous laissant quelques regrets.

D’autres de nos amis étaient quand même très remontés après certains de nos « ex-chefs » à Paris. Ceux qui ont quitté le navire pour des raisons diverses : se mettre en retrait, réfléchir, peut être rebondir. Les autres, tellement apeurés à l’idée de de plus avoir de croquettes dans leur gamelle qu’ils sont allés « à la soupe » chez les Macroniens. On ne refera pas le monde.

Un Président de la République bien inconsistant, entendait t’on –  « c’est vous qui le dites » – qui prend la France pour une start-up, qui vit dans un monde virtuel, et se croit le héros d’un jeu vidéo.  Et lorsqu’il redescend sur terre, dans le monde réel, c’est pour piquer dans la poche des retraités avec sa CSG scélérate. Et on lui prête de bien mauvaises intentions quant aux pensions de réversion.

Le peuple de Droite, de la Droite Républicaine existe toujours. On l’a encore vérifié ce matin. Nullement attiré par les sirènes des extrêmes. Nullement enfumé par cette majorité présidentielle qui marche « en crabe » et semble avoir perdu sa boussole. Ce qu’on vit est comme la marée dit Paul : « il faut attendre que la mer se retire complétement avant qu’elle ne commence à remonter ».

Tout va bien chez les Républicains !

Colette Appert et François Lietta à Cabestany

La caravane des Jeunes Républicains sera à Cabestany le mercredi 11 juillet !

4 juillet 2018

Comme depuis plusieurs années, la « Caravane des Jeunes Républicains » parcourt toute la France à la rencontre des citoyens.

 Elle sera dans notre département des Pyrénées-Orientales du 6 au 12 juillet 2018

Les Jeunes Républicains de ce mouvement, au plan national,  seront accompagnés des Jeunes Républicains 66, et seront heureux de vous rencontrer, de discuter avec vous, de répondre à toutes vos questions.

François Lietta, le Président de la Fédération des Républicains 66 se félicite de ces événements qui permettront d’aller au contact avec les citoyens jeunes, ou moins jeunes.

Colette Appert et Philippe Gleizes nous ont communiqué l’agenda prévu pour ces rencontres.

Vendredi 6 juillet 2018
Saint Cyprien – Parking de la police municipale
de 11h à 12h et de 14h à 16h

Samedi 7 juillet 2018
Rivesaltes – Domaine de Rombeau
de 11h à 15h

Dimanche 8 juillet 2018
Le Barcarès – Place du Marché
de 10h à 12h et de 14h à 16h

Lundi 9 juillet 2018
Argelès sur Mer – caravane mobile en raison de l’absence de réponse de la mairie.
de 14h à 16h

Mardi 10 juillet 2018
Banyuls sur Mer – Parking Méditerranée sur l’avenue Pierre Fabre
de 14h à 16h

Mercredi 11 juillet 2018
Cabestany – Rue du Moulinas

de 10h à 12h

Mercredi 11 juillet 2018
Perpignan – Place de la République
de 14h à 16h

Jeudi 12 juillet 2018
Saint Laurent de la Salanque – Marché
de 10h à 12h

_

Jeudi 12 juillet 2018
Sainte Marie la Mer– Balladoir à l’arrière de la salle Omega
de 14h à 16h.

A très bientôt !

Ce matin, une délégation de Cabestanyencs assistait à l’inauguration d’une stèle dédiée au Général de Gaulle, à Port Leucate. Une stèle dévoilée par le Président Nicolas Sarkozy.

18 juin 2018

Ce matin 18 juin, jour de commémoration, on inaugurait une stèle dédiée au Général de Gaulle, sur le front de mer, face au ponton en bois qui s’avance dans la mer, à Port Leucate.

On avait la bonne surprise d’y retrouver plusieurs de nos amis Cabestanyencs. Venus en force, en covoiturage à plusieurs véhicules, avec des amis de Perpignan, Canet, Saint Cyprien et sans doute d’ailleurs. A leur propre initiative, mais avec l’aide logistique des Républicains 66 qui leur avaient – semble t’il – fourni des badges pour être aux avant-postes. Ils avaient débarqués « à l’aube » et encore étaient ils passés en chemin par le Barcarès pour y prendre un solide casse croute. Une journée qui sentait le R.T.T. mais avec le plaisir de se retrouver ensemble pour la bonne cause.

La commémoration étant prévue à 10 heures du matin,  nos amis espéraient pouvoir ensuite assister à la dépose d’une gerbe à la Piscine Arlette Franco à Canet. Illusoire. La cérémonie à Port Leucate se terminait à plus de midi.

Il y avait foule pour venir à cette commémoration, sans doute un peu moins de 3 000 personnes, certains ayant même préféré dormir sur place de peur de ne pas être bien placés. Mais tout était bien organisé. Et il y avait de nombreuses chaises prévues pour les spectateurs. La tramontane était un peu forte mais elle se calmait en fin de matinée.

Le comité d’accueil pour recevoir le Président Sarkozy se composait de députés, sénateurs, conseillers régionaux, du Préfet de l’Aude, et de nombreux élus.

En arrivant, Nicolas Sarkozy, demandait qu’on lui accorde dix minutes pour serrer des mains. Il serrait la nôtre et discutait longuement avec une petite fille (pas à l’école?) qui était devant nous. Nos amis étaient ravis. Le Président se montrait chaleureux.

S’ensuivaient des discours, un peu longs. A son tour de prendre la parole, le Président Sarkozy, comme à son habitude savait de façon brève et concise, exprimer son plaisir d’être là. On sentait qu’il était sincère à sa mine enjouée. On n’oubliera pas que le Président Sarkozy fut le seul depuis la disparition du Général, à se rendre à Londres un 18 juin, durant son mandat, et il y prononcera un discours qui reste dans nos mémoires.

Un orchestre composé d’une douzaine de musiciens nous jouait une Marseillaise sur un ton symphonique. L’assistance reprenant en choeur. Le Président s’inclinait devant militaires et porte drapeaux. Le Président Sarkozy dévoilait la stèle installée dans la nuit. On laissait là nos amis Cabestanyencs, ravis et enjoués,  qui ne paraissaient pas pressés de rentrer au bercail et avaient prévu de déjeuner ensemble.

Personne ne peut anticiper sur l’avenir du parti des Républicains. La commémoration de Port Leucate démontre que ce parti a encore de nombreux sympathisants. Dans le département des Pyrénées Orientales, le parti est toujours bien structuré, et ses soutiens ont des convictions toujours bien ancrées. Cette commémoration le démontre, s’il en était besoin. Et cette référence à l’histoire nous satisfait.

Pour que la France reste aux Français ! entendait on dans les rangs derrière nous. Alors que l’assistance se dispersait. Un slogan crié très fort à l’improviste qui nous prenait par surprise à un moment où l’on s’y attendait le moins. Lancé par une spectatrice, et repris aussitôt et encore plus fort par des dizaines de bouches à l’unisson qui se l’appropriaient ! Comme un cri de ralliement ?

x

le « miroir de l’eau » en front de mer à Port Leucate où est implantée la stèle

x

Stéle non découverte

x

la stèle découverte (en contre jour)

x

les officiels arrivent

x

le comité d’accueil en attente de l’arrivée du Président

x

Militaires, porte drapeaux

x

 

Le Président prend un bain de foule. Il est acclamé. Il nous serre la main. Plusieurs personnes lui crient « Nicolas revient » : il rit !

x

Avec une fin de commémoration surprenante. Derrière nous une spectatrice crie : « Pour que la France reste aux Français ». Ce sont alors des dizaines de bouches qui reprennent en choeur ce slogan.

 

TAGS : Droite Républicaine, Républicains 66, Port Leucate, Colette Appert, Droite Municipale à Cabestany, Nicolas Sarkozy, 18 juin 1940, Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale, Blog-Cabestany

 

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Commémoration du 18 juin

17 juin 2018

Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale

Olivier Amiel rappelle nos rendez vous :

 

Olivier Amiel (L.R.66)

 

Aujourd’hui, lundi 18 juin 2018

  • 10 heures, ce matin, inauguration d’une stèle Charles de Gaulle, à Port Leucate,  en la présence du Président Nicolas Sarkozy. Le lieu : sur le front de mer à l’espace « Miroir de l’eau »
  • 11 heures, ce matin, pose d’une gerbe à la piscine Arlette Franco à Canet en Roussillon
  • 18 heures 30, ce soir,  conférence de Philippe Piquet sur le Gaullisme, Salle de l’Écoute à Canet. Bâtiment sur le port abritant les services administratifs de la Capitainerie.

A tout à l’heure, ou ce soir, mais à bientôt !

Tags : Olivier Amiel, Colette Appert, Cabestany,

 

Colette Appert et ses conseillers de la Droite Municipale communiquent !

21 avril 2018

Comme suite à la condamnation de Monsieur le Maire de Cabestany par le Tribunal Administratif de Montpellier, en ce mois d’avril 2018, pour avoir censuré la Tribune de l’Opposition dans le journal municipal de la ville, les médias locaux s’intéressent à cette affaire.

Colette Appert est sollicitée de toutes parts. Nos amis de chez « Ouillade.eu » ont déjà publié sur le sujet. Sans faire aucunement de triomphalisme, Colette Appert et Philippe Gleizes énoncent les choses de façon claire et totalement dépassionnée.

En rappelant que c’était notre ami, le regretté Patrick Sperring, expert en finances communales, qui décortiquait les comptes de la commune, et s’insurgeait contre une nouvelle hausse de nos impôts locaux. Une énième hausse, disait il, et guère modérée puisque de 5% , semblant être érigée en système de gestion municipale par des gens préférant tomber dans la facilité plutôt que de se casser la tête pour gérer nos finances. Sauf qu’en des temps difficiles pour chacun, il estimait que le citoyen à Cabestany était en droit de se poser bien des questions restant sans réponses.

Colette Appert était interviewée aujourd’hui samedi 21 avril 2018  par Bleu-Roussillon qui de façon contradictoire présentait les positions de la Droite Municipale et de la Majorité.

On remercie l’internaute qui a recueilli les propos des deux parties, les a mis sur youtube, puis a envoyé le lien à Colette Appert. Colette Appert vient tout juste de nous faire parvenir ce lien.

A la rédaction de notre Blog, nul ne prétendra avoir beaucoup travaillé sinon – en quelques clics –  avoir mis cette vidéo toute ficelée, à votre disposition.

Blog-Cabestany, très ouvertement, roule pour la Droite Municipale et ne se réfugie pas derrière des faux semblants. Blog-Cabestany apprécie quand même de pouvoir mettre à la disposition de ses lecteurs les propos des deux parties concernées. Blog-Cabestany regrette qu’à l’époque Monsieur le Maire n’ait pas utilisé le Droit de Réponse que nous mettons toujours à la disposition de ceux qui sont cités, concernés, par nos écrits.

Et n’oubliez pas que vous pouvez toujours laisser un commentaire en bas de cet article de façon apparente ou anonyme. Qui sera filtré par notre modérateur.  Votre nom ou votre pseudo apparaitra. Jamais votre adresse email.

Ou communiquer avec nous comme 90% d’entre vous le font de façon quotidienne en écrivant directement à notre boite mail, et en sachant que de toutes les façons que vous soyez ou non publié, vos propos seront transmis à nos élus de la Droite Municipale :

 blog.cabestany@gmail.com

 

Chez Blog-Cabestany, jeudi 22 mars 2018 à 18 h 00 ! Notre boite mail déborde !!!!!!!

22 mars 2018

Des français dans la rue, mais certains de nos enfants aussi qui n’ont pas été acceptés à l’école. On ne dira pas où. Un Président qui fait le beau. Un autre qui a failli coucher en prison… dites vous. De cela on verra bien. Les Comores et Mayotte en ébullition. Et nous ? Nous c’est Cabestany ! et on reste zen !!! Et le ciel ne devrait pas nous tomber sur la tête. Sauf, peut être une certaine station spatiale chinoise si on en croit l’Indép. Vous faites de très beaux commentaires. Vous nous demandez des réponses qui sont déjà le plus souvent dans vos questions. MAI 68 ? C’est déjà dans les livres d’Histoire. Un événement traité par une ex Ministre de l’Enseignement qui doit confondre avec autre chose. Et si on compte prendre le train ? On arrive de la gare de Cabestany. On a raté le T.G.V. pour Canet et St Cyp qui vient juste de partir. Qu’on rende la CSG aux retraités et ils sont encore capables de marcher s’il peuvent s’acheter une paire de chaussures. Des « Niques ! »

« Je n’arrive pas à comprendre les Parisiens »,  chante Leslie Caron en 1958 dans Gigi.

« Nous, c’est Cabestany » ; « on reste zen » ; NO COMMENT

Scoop Blog-Cabestany : les premières images prises il y a moins d’une heure de la manif’ anti CSG à Perpignan !

15 mars 2018

un papy particulièrement remonté

A 10 heures oo, 2 ou 3 ooo mille personnes étaient rassemblées devant le Palais des Congrés. Les dirigeants des organisations syndicales, patronales, des associations, des mouvements ou partis politiques participants à cette manifestation donnaient leurs consignes.  Puis on formait un cortège qui s’ébranlait vers 10 h 30. Place du Castillet, environ 500 personnes nous rejoignaient dans le cortège.

Une ou plutôt plusieurs délégations de Cabestanyencs y participaient.Mais aussi des citoyens venus seuls.

Certains préférant se mettre en queue de cortège, pour ne pas défiler derrière les drapeaux d’un syndicat. Mais quelle importance puisque nous étions TOUS venus pour nous plaindre de la baisse du pouvoir d’achat et de l’augmentation de la CSG ? Loin de tout esprit de chapelle !!!!  Et on papotait avec nos voisins qui ne sont encartés à aucun mouvement mais sont très en colère.

La manif’ au départ

D’autres images ou même peut être une vidéo à venir selon ce que nous ont promis des citoyens ce matin

 

 

Nous participerons à la Manif’ avec les Républicains des Pyrénées Orientales

14 mars 2018

 Courtoisie des Républicains 66

 

Le gouvernement vient d’imposer un matraquage fiscal conséquent aux Français. L’augmentation généralisée de la CSG concerne l’ensemble des catégories sociales des Français. Les retraités, qui ont travaillé toutes leurs vies, ne sont pas épargnées y compris les plus petites retraites.

Et le gouvernement ose encore leur mentir sur ce constat d’une perte de pouvoir d’achat !

Le jeudi 15 mars 2018 à 10 heures aura lieu une manifestation contre la hausse de la CSG et pour la défense du pouvoir d’achat.

Nous défendons également ces idées, nous serons donc présents dans le cortège.

Rendez-vous le jeudi 15 mars 2018 à 10 h

devant le Palais des Congrès à Perpignan.

 

Le « Système » Macron (8) : « E. Macron et En Marche attaquent ceux qui ont travaillé » écrivent les Républicains 66 !

5 mars 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

 

En déclarant hier à Châlons-en-Champagne qu’il « assumait » surtaxer les retraités, même aux dépens de sa « popularité », le Président de la République a commis une grave erreur.

Il persiste en effet dans l’aveuglement consistant à en demander toujours plus à ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui méritent, au nom du pacte social que la Nation a passé avec eux, de pouvoir jouir du fruit des décennies d’efforts qu’ils ont produits et d’en faire bien souvent profiter les membres de leur famille.

Cet argent, les retraités ne l’ont pas volé, ils l’ont gagné en faisant vivre et grandir notre pays, qu’ils ont forgé au prix de leur travail. Penser qu’on peut surtaxer impunément les retraités et se servir d’eux comme une variable d’ajustement budgétaire, c’est avant tout les mépriser. Voilà une conception erronée de la société, qui en dit long sur la logique utilitariste à l’œuvre à l’Elysée depuis mai 2017.

Contrairement aux versions successives que le gouvernement a livrées avec embarras des effets de la hausse de la CSG, les Français savent très bien aujourd’hui que les petites retraites n’ont pas plus été épargnées que les grandes par la surtaxation. De tous les coins de France, les Républicains ont recueilli des témoignages qui prouvent qu’à partir de 1 000 € par mois, les retraités vont devoir encaisser une perte annuelle équivalente à plusieurs centaines d’euros.

Ce n’est pas notre conception de la société. Cela heurte même frontalement la vision que les Républicains ont de la vie en commun entre les générations de Françaises et de Français.

Et puisque M. Macron se fait fort d’assumer ce qui est pour des millions de Français une véritable faute, nous lui conseillons, entre deux tirades de « Pierre et le Loup », d’ouvrir les pages roses du dictionnaire. Il y trouvera cette sage citation latine, qui, souhaitons-le, le fera peut-être réfléchir : « Errare humanum est Perseverare diabolicum », l’erreur est humaine mais persévérer dans l’erreur est diabolique. C’est pourtant bien ce que fait le président de la République en refusant de voir l’injustice criante que constitue la hausse de la CSG.

Communiqué des Républicains 66

Le « Système » Macron (5)

24 février 2018

Courtoisie des Républicains du 66

Le système Macron : en résumé

Durant 5 jours, en comptant aujourd’hui, nous aurons relayé la communication des Républicains, dans la forme reçue, telle que François Lietta, notre Président de la Fédération 66 nous l’a fait parvenir.

Nous nous sommes dispensés, chez Blog-Cabestany, de la commenter. Il n’y avait d’ailleurs rien à rajouter.

Mais vous, fidèles lecteurs, le plus souvent de notre bord mais pas que…, vous avez commencé à réagir. C’était notre but. Nos commentaires à venir sur cette communication ? Ce seront les vôtres, ceux que vous nous faites le plaisir, l’honneur, de nous envoyer.

Dans vos premiers commentaires, on aura pu lire : « La Droite est de retour ». On voudrait y croire. Nous n’en sommes pas encore là, pensons nous. Mais nous ne sommes pas pessimistes non plus ! Que la Droite se remette en selle est notre principal souhait. Dans notre Département, nous avons des hommes politiques de talent, à Droite, et des militants qui sont loin d’être désespérés, et particulièrement actifs et mobilisés.

Comme dirait « Colette Appert » à Cabestany, lucide mais toujours engagée. D’un dynamisme inoxydable, toujours sur la brèche, qui croit plus que jamais en la Droite mais qui conserve en toutes circonstances son libre arbitre  : « Le Futur vous appartient ! »

Et parce que vous avez adoré une phrase écrite dans l’un de nos précédents articles, nous allons la reprendre. Un phrase qui n’est pas de notre invention mais de celle de l’un de nos internautes et qui résume la situation à Droite. « Inutile de se bousculer pour monter dans le premier train qui arrive en gare. Mieux vaut déjà prendre le temps de regarder, écrit sur le wagon, la destination pour savoir où il va ».

« c’est vous qui le dites »

Le Système Macron (4)

23 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir