Archive for the ‘la Droite républicaine’ Category

Les femmes de policiers partent en croisade pour sauver leurs maris ! Maria communique via Blog-Cabestany.

24 juin 2020

COURRIER DES LECTEURS – LIBERTÉ D’EXPRESSION – C’EST VOUS QUI LE DITES !

« Maria », militante associative, féministe, politique et syndicale, et qui plus est, l’épouse d’un policier Perpignanais nous informe et nous demande de bien vouloir reprendre le texte qu’elle nous a envoyé, ce que nous avons fait, sans rajout, ni rature, à la virgule près, mais après lui avoir rappelé notre éthique en matière de mise en ligne :

Maria écrit :

«  » Le 27 juin prochain, c’est à dire samedi, se tiendra un “rassemblement citoyen pour la république”,  place de la République à Paris,  à l’initiative de mon amie Zohra Bitan, membre de l’Association « Femmes des forces de l’ordre en colère » (FFOC).

Zohra invite tous les « citoyens » à se mobiliser « face à la division ». Cette chroniqueuse des Grandes Gueules sur RMC entre en croisade contre cette haine « antiflic » qui n’a plus de limite raisonnable, semble même échapper aux organisateurs de ces mouvements qui se prétendent « anti-raciste », mais fait le jeu de certains politiques.

Zohra est à l’origine du hashtag#ToutesLesViesComptent.

Elle nous rappelle l’universalisme et pourfend l’insupportable racialisation du débat actuel. Ancienne porte-parole de Manuel Valls à la primaire socialiste de 2011, elle réaffirme sa volonté de défendre les forces de l’ordre, dont l’honneur « serait » autant sali par des mouvements antiracistes que par des membres de ce gouvernement. Mais plus qu’une affaire de dignité, c’est la vie des fonctionnaires des Forces de l’Ordre qui sont en danger en accomplissant leur mission, que leurs épouses veulent préserver, pour elles, leurs enfants, leurs familles.

Depuis plusieurs semaines, l’association Femmes des Forces de l’ordre en colère (FFOC) dénonce la vindicte totalement disproportionnée et non maitrisée du mouvement « Black Lives Matter ». Et plus particulièrement ceux qui le financent depuis l’étranger, dans certains pays où les Droits de l’Homme sont bafoués mais qui ne cherchent qu’à instaurer le désordre sur le sol de cette France qui a la faiblesse d’accueillir des réfugiés en provenance de chez eux, fuyant leur dictature. Ce qui est évidemment impardonnable à leur yeux et mérite cette instrumentalisation dont les responsables de ce mouvement ne semblent pas eux mêmes se rendre compte. Tous comme ces Français qui font l’objet d’une manipulation insoutenable, d’une récupération écoeurante, sont aveuglés par des considérations politiciennes et se montrent incapables de faire le tri et de raisonner seuls.

Il faut aussi dénoncer, sur notre sol, la complicité de certains élus, de banlieue parisienne ou d’ailleurs, dont ce Maire communiste, qui « aurait » inauguré dans sa ville une fresque où l’on fait l’amalgame entre « racisme et violences policières ». Que fait le Préfet du lieu ?

Révisons notre jugement sur ceux qui assurent l’ordre dans notre pays en les condamnant tous de manière univoque. Lorsqu’on voit des policiers d’origine Antillaise, Guyanaise, Maghrébine ou Africaine se faire traiter de « vendus » ou de « collabos » par leurs frères de couleur, mais où sont les véritables racistes ? Qui n’hésitent pas à dévoiler leur véritable nature en traitant les autres de « sales blancs » !

Elle [Zohra Bitan] qui est qualifiée d’« Arabe de service » par ceux la même qui hurlent en meute pour dénoncer ce soi-disant racisme. Elle se définit elle même comme « une Arabe au service de la France ».

Et il faut souhaiter que cette manifestation de samedi prochain se fasse dans un climat pacifique, apaisé, car les femmes de policiers ne souhaitent rien d’autre. Et surtout pas,  ce qui ne peut plus être considéré comme des coïncidences, à savoir l’irruption de groupes violents ne venant que pour ternir l’image de citoyens manifestant pacifiquement pour leurs droits, comme les « gilets jaunes », les soignants, et la liste serait longue. «  »

« Maria »

https://www.ffoc-france.com/

Ce communiqué fait écho à la Tribune signée par 60 policiers disant :

« Nous, policiers issus de la diversité, ne sommes pas des « vendus ». La Police Nationale n’est pas parfaite mais nous ne laisserons pas nos frères d’armes être traités de racistes, et nous de victimes consentantes ! Nous sommes fiers de protéger la population dont nous sommes issus, et de rendre les rues plus sures. Sans se renier, intégrer la Police Nationale, est le plus bel engagement qui soit ! »

« Et on rappellera comment ce problème de racisme est davantage repris par les officines politicardes de la Gauche de la Gauche, que par ceux qui pourraient revendiquer en être les victimes. Mais le marxisme ne sait plus à quoi se raccrocher pour faire croire qu’il existe encore », dit Émile. 

Blog-Cabestany : Maria, vous nous dites que vous n’avez pas réussi – pour le moment – à faire passer votre communiqué dans d’autres médias locaux. Une affirmation  qui n’engage que votre parole et que nous ne commenterons surement pas. Nous ne prenons pas le parti de tels ou tels contre d’autres.  Mais il nous est apparu que la Liberté d’Expression exigeait que l’on diffuse votre communication sans justement nous préoccuper de ce que font les autres. Voilà qui est fait ! Et qui correspond à l’idée que nous nous faisons encore de la Liberté d’Expression.

Et comme nous nous sommes engagés vis à vis de la CNIL, si quelqu’un s’estime – à juste titre – personnellement et injustement traité par notre Blog, il peut réclamer un droit de réponse. Mais Blog-Cabestany n’est pas un forum ou peuvent s’affronter entre eux, en se battant comme des chiffonniers, ceux qui n’ont pas les mêmes opinions. Il existe d’autres endroits pour le faire ! Pas chez nous !

Continuez à nous écrire :

Vous aimez le Programme de Colette Appert pour Cabestany !

2 mars 2020

COURRIER DES LECTEURS

LE BILLET DE ALICIA, NOTRE REDACTRICE CHEZ BLOG-CABESTANY

Alicia écrit :

à la lecture des mails reçus ce dimanche il semblerait que vous aimiez le Programme de Colette Appert pour Cabestany. Mais je ne vais pas commencer à faire l’article et en rajouter. Car tel n’est pas mon rôle !

Vous écrivez :

« enfin un programme clair, compréhensible, qui prend en compte les besoins des gens. Tout y est. Rien de ce qu’on souhaitait y trouver ne manque à l’appel ! »

Que ce programme corresponde à vos souhaits n’est en rien une surprise puisqu’il a été élaboré selon les désirs, les observations des nombreux Cabestanyencs qui, même s’ils n’étaient pas de notre bord, ont voulu y participer. Cela aura même été une surprise que des gens qu’on aurait pensé être des opposants – comme quoi il faut se méfier des préjugés – soient venus nous voir en nous disant qu’il serait peut être temps de faire jouer la Démocratie et l’Alternance. Et nous faire des propositions !!!

Cela explique également que dans la Liste de Colette, on trouve cette diversité de citoyens de toutes les classes sociales, des jeunes, actifs, impliqués, comme des retraités, des « politisés » comme des « déçus de la politique ». Des « moi je m’abstiens d’habitude mais cette fois je veux participer à la vie de ma ville pour demain ». Tant mieux !

Reconnaissons humblement que plusieurs d’entre nous se réclamant de tel ou tel parti en ont pris plein la tronche. Et ça nous a fait sans doute du bien. Et on a parlé de Cabestany et rien que de Cabestany. Et Colette Appert a su intelligemment canaliser les ardeurs, les revendications, les espoirs de tous dans un programme abouti mais réfléchi. Ou rien ne s’apparente à des promesses non tenables. A des « demain, on rase gratis ».

Que de choses nous auront surpris durant cette avant campagne des Municipales. Ainsi aurons nous été obligés sur bien des points de faire table rase du passé mais rien de tel pour mieux préparer l’avenir. On s’attendait à ce que vous nous fassiez des compliments sur le fait que Colette Appert avait pleinement joué son rôle d’opposante depuis 2014. Laborieuse, assidue, positive et constructive. Certains auront préféré dire :  « après tout elle n’aura fait que son boulot et ce qu’on attendait d’elle ». Oui, vous avez aussi le droit de le dire ! C’est votre Liberté d’Expression.

Mais quand vous rajoutez  » on ne voit qu’elle pour incarner l’avenir et l’Alternance » on se dit que vous n’êtes peut être pas aussi insensibles qu’il y parait aux efforts qu’elle a déployés et  qui lui permettent aujourd’hui de vous présenter un programme aussi cohérent et porteur d’espoir. On a aussi bien compris que vous seriez attentifs et vigilants et que vous attendriez des résultats. Normal !

Je devrais écrire encore plusieurs pages si je voulais retranscrire tous vos écrits mais je ne peux passer à côté de ce qui m’aura le plus surpris. Quand vous nous dites, et vous être nombreux à le faire :

« J’ai une absolue confiance en Jean Vila. Je n’ai jamais hésité avant de mettre son bulletin dans l’urne. Mais cette fois ci, quand je vois l’équipe qu’il a derrière lui pour le remplacer, je m’inquiète et je pense qu’il est temps de changer son fusil d’épaule ».

Que dire de plus ? bonne semaine à tous. Et si vous souhaitez avoir le Programme de Colette Appert en PDF pour l’imprimer (mais vous l’aurez bientôt dan votre boite aux lettres) juste un clic ci-dessous.

Programme Colette Appert

Cabestany, le Programme de Colette Appert pour l’ALTERNANCE !

1 mars 2020

Cabestany, 10 000 habitants, dans l’Agglo de Perpignan :

Municipales du 15 mars 2020

le Programme de la candidate qui nous apportera – enfin – l’ALTERNANCE !!!

————————————————

———————————————————————–———————————————————-


——————————————————–

——————————————————–

——————————————–

———————————–

——————————

Retrouvez Colette Appert sur Facebook : Cabestanyaucoeur

 

Blog-Cabestany, les co-listiers de Colette Appert, les citoyens de bonne volonté de Cabestany rassemblés pour l’Alternance, n’ont pas oublié ce qui s’est passé en janvier 2015 à Charlie Hebdo !

13 janvier 2020

LIBERTE D’EXPRESSION

Peu nombreux semblent être les Français qui n’ont pas totalement oublié ou ne veulent plus penser à ce qui s’est passé à Charlie Hebdo en janvier 2015. Des médias ont rappelé sans trop s’appesantir dessus, cet événement tragique. Il en est de même de certains politiques qui prétendent que cela aurait changé leur vision du monde qui nous entoure. Non, nous n’avons rien oublié, disent ils !? Mais ajoutent  que c’était l’acte de déséquilibrés, ou une action isolée, ou un mauvais concours de circonstances,  qui ne seraient aucunement le reflet d’une transformation de notre pays. Et NOUS, nous nous demandons si leurs propos ne sont pas prononcés dans la perspective des prochaines élections locales.

Dans un pays où au sommet de l’État, on vous explique qu’il n’y a pas de « Culture Française » et où on vous incite, même si on est nés bien après 1968, à battre sa coulpe tous les matins et se repentir sur ce que dans les livres scolaires on n’enseigne même plus : la «  colonisation ».

Ce sont des hommes et des femmes de bonne volonté, comme nous, qui ont été lâchement assassinés en 2015 à Charlie Hebdo. Dont le copain de l’un des rédacteurs de notre Blog, à savoir « Oncle Bernard » ou Bernard Maris, un économiste dont on se demandait ce qu’il faisait dans l’équipe de Charlie-Hebdo, mais il était de ceux qui dénonçaient une mondialisation qui nous fait acheter, à l’insu de notre plein gré, des objets fabriqués par des enfants exploités, dans des usines qui s’effondrent un jour sur leur tête. Pour jeter encore plus vite ces produits de mauvaise qualité qui finiront par polluer nos océans. Et mettent tant de nos concitoyens au chômage !

Charlie-Hebdo ne faisait pas partie des revues, journaux, magazines auxquels Blog-Cabestany est abonné. Parce qu’on peut revendiquer avoir de l’humour sans pour autant se pâmer devant tout ce qu’on trouvait dans Charlie. Mais Charlie c’était la Liberté d’Expression, et elle en a pris un sérieux coup dans les gencives.

Dans l’équipe de Charlie, et au nombre de ceux qui furent massacrés sans raison, il y avait – entre autres – Cabu, Honoré, Tignous et Wolinsky, des dessinateurs de talent. Mais quand bien même on ne leur reconnaitrait aucun talent, cela changerait t’il quelque chose ? Il y avait la psy Elsa, Mustapha le correcteur qui maniait mieux la langue française que nous on ne le fera jamais. Un policier en charge de la protection du journal, celui qui préparait les casse-croutes et le café, un gardien de la paix musulman qui passait par là. Méritaient t’ils qu’on les abattent comme des chiens ? Pour certains, OUI !

Il y avait Charb, le leader affiché d’un collectif comme celui de notre Blog qui fonctionnait comme un groupe d’amis et n’avait pas réellement besoin de patron. Charb se disait lui même être un communiste pur et dur. Comment savoir ? Il avait des positions selon nous excessives. En quoi cela ferait t’il qu’il n’aurait pas eu le droit d’exprimer ses idées. Et on ne citera pas tous les noms des victimes comme on énoncerait une liste à la Prévert.

Et puis il y a ceux qui sont passés au travers des balles. Et on pense à Zineb El Rhazoui, la courageuse, dont je serais fière si j’étais un jour son amie. Mais il faudrait déjà que je la rencontre. Car ils se sera trouvé, en janvier 2015 et depuis lors, de sinistres individus, français ou non, musulmans ou non, pour justifier cette tuerie au nom d’idéologies douteuses. Et si je vous citais la liste de ces salopards qui me donnent envie de vomir et que vous voyez ou écoutez, pour certains, chaque jour ou presque sur BFM, le service public à la télé ou la radio, et ailleurs, vous en tomberiez de l’armoire.

Car peut on dire aujourd’hui que ces défenseurs de la Liberté d’Expression sont morts pour quelque chose ? Que leur sacrifice n’a pas été inutile. Quand des élus de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, en mal de se faire réélire, dans des banlieues abandonnées par la République, estiment que les journalistes de Charlie n’auraient peut être pas du franchir la ligne jaune. Quelle belle façon d’exprimer leur égoisme ! La peur au ventre de ne pas être réélus quitte à dire n’importe quoi. Des élus mus par leur seul clientèlisme. Quand ces élus nous font croire qu’ils auraient une certaine morale. Pour moi il s’agit plutôt d’une morale à la con !!!

Je crois qu’il y a quelque chose de pourri non pas au « Royaume de Danemark » si on reprend la phrase de Shakespeare, écrite il y a 400 ans, dans « Hamlet », mais plutôt au Royaume de France en 2020. Et je songe à Voltaire qui, s’il vivait de nos jours, serait trainé dans la boue. Ou pire, risquerait pour sa vie  !

Car au pays des Droits de l’Homme, le nôtre, il souffle un mauvais vent qui anesthésie les esprits et atrophie notre liberté de penser. Dans un pays où tout attentat est désormais l’oeuvre d’un détraqué et non plus d’un djihadiste ! Même s’il est désormais prouvé que fumer du cannabis à 18 ans risque fort de vous rendre complétement zinzin à 40 ans.

Car pour nos élites, nos moralisateurs, nos censeurs, critiquer l’islamisme équivaut à passer pour un raciste. Vouloir renvoyer chez eux, certains de ces migrants illégaux venant de pays en paix et vous passez pour un facho. Et on laisse crever de faim et de froid nos SDF dans nos rues, alors qu’on s’apitoie sur ceux qui sont venus chez nous toucher les allocs, quand ils auraient mieux fait de prendre les armes pour défendre leur pays. Et ce sont les fils de France qui vont se faire tuer dans leur pays. A leur place !

Et bien NOUS à Cabestany, nous prétendons que cette emprise sur nos esprits ressemble aux méthodes qui avaient cours en URSS, il n’y a pas si longtemps. Et bien NOUS à Cabestany nous prétendons que ceux qui cherchent à nous faire la morale sont les mêmes qui se targuent d’appartenir à la Gauche de la Gauche, de détenir le monopole de la solidarité, d’être les seuls capables de défendre nos acquis sociaux. Quand nous nous serions les défenseurs, à les écouter, de cette mondialisation de merde ! Ils cherchent à nous abuser par des discours enjôleurs dont il y a tout lieu de se méfier.

Alors que moi je prétends que quel que soit le parti politique auquel on appartient, et même si on ne se revendique d’aucun camp, il est temps d’envoyer par nos votes, Colette Appert s’occuper de nos affaires municipales.

Alicia

Le « Bataillon Catalan » ou une histoire de la France Libre…. à Cabestany !

22 août 2019

75ème anniversaire de la Libération de la France

Insigne du 24ème R.I.C.

                                   Insigne du 24ème R.I.C.

A la demande de plusieurs de nos internautes, nous avons « ressorti » un article que nous avions déjà mis en ligne, il y a quelques années. Mais plus que jamais d’actualité.

-o-

Richard, Historien avait écrit :

LE RECIT

« Aux lendemains de la libération de notre ville de Perpignan, les 19 et 20 août 1944, il y est formé un bataillon de volontaires, venant de couches sociales et d’horizons les plus divers, anciens militaires, résistants, militants de divers mouvements, mais la plupart viennent à peine d’atteindre l’âge de porter les armes. (et pour certains sans doute pas encore mais personne n’a envie de le vérifier et ils ont tellement d’ardeur)

Tous ces Catalans ne veulent qu’une chose : participer à la victoire finale.

Ils sont envoyés, car on leur dit que cela leur servira en même temps d’entraînement, surveiller la frontière espagnole au dessus de Montlouis. Mais on n’a pas d’armes à leur confier. Et ils courent après les chèvres pour faire de l’exercice. Ils ont l’impression qu’on a pas besoin d’eux ou qu’on ne sait quoi en faire. Certains songent même à rentrer à la maison. Quelques uns le feront.

Tout le monde prédisait la fin de la guerre pour la fin de l’année 1944, mais les nazis défendent leur sol avec acharnement. Début 1945, le bataillon rejoint le théâtre des opérations dans le nord-est de la France, et il y participe activement à la libération de notre territoire sans se retrouver toutefois en première ligne.

En avril 1945, tout change : le bataillon est intégré à une unité de Français Libres qui se bat depuis 1940 et dont la plupart, des soldats de métier, ont l’expérience de durs combats en Syrie, en Libye, en Norvège. Beaucoup ont affronté les troupes d’élite de Rommel dans les sables de Tobrouk.

Il est assigné à cette unité composite, constituée pour l’occasion, la mission de réduire une poche allemande, une des toutes dernières sur le sol français, dans les alpes du sud à la frontière italienne au dessus de Nice. Le terrain est escarpé, encore en partie enneigé, et à plus de 1500 mètres d’altitude d’où ce choix d’intégrer des pyrénéens, auxquels on prête des qualités de montagnards – même s’ils sont Salanquais – au milieu de ces vétérans du désert. Au dire des Catalans, dans ce terrain pentu, même un mulet n’y serait pas monté. Les allemands sont retranchés dans plusieurs fortins ou casemates, avec vivres et munitions, et protégés par leurs murs de béton. Ils ont décidés de ne pas se rendre et de faire payer cher quiconque voudrait les déloger. En face d’eux, pour les Français, il n’y a nul monticule, ou rocher pour se protéger. Ils faut donner l’assaut, à découvert. Il faudra s’y reprendre à plusieurs fois, et principalement de nuit, les affrontements durant presque une semaine.

Les combats seront d’une rare violence, les pertes extrêmement lourdes – plusieurs centaines – dans les deux camps, avant que les français ne finissent par venir à bout des allemands.  Ceux ci, des fanatiques qui quelques jours avant, défendaient une enclave en Italie du Nord et sont particulièrement aguerris, s’accrochent. Ils auront tenu leur dérisoire promesse. Les français auront payés un lourd tribut en attaquant – à découvert et sans armes lourdes – les bastions occupés par les nazis. Bien des Catalans ne reverront jamais Perpignan alors que dans moins d’un mois, les armes se seront tues définitivement, et qu’on dansera sur la place de Catalogne. Fallait il faire perdre à la vie à tant d’hommes pour écourter cette longue guerre de quelques jours ? Mais tout le monde était pressé d’en finir !

Il sera accordé au « Bataillon Catalan des Français Libres » une citation qui leur donnera le droit de porter le brassard à « croix de lorraine », en hommage à leur courage et à leur sacrifice.

Peu après la libération, le « Bataillon Catalan » sera dissous. Certains accepteront la proposition d’intégrer l’armée française, et s’y distingueront sous d’autres cieux. Mais la plupart de ces catalans préférera retourner s’occuper des vignes, et de retrouver une vie normale, en héros anonymes. De grands blessés, lourdement handicapés,  ne reverront leurs terres du Roussillon qu’à la Noël 1945. Une compagnie du « Bataillon Catalan », qui faisait partie  du « 24ème régiment d’Infanterie Coloniale »  sera sélectionnée pour faire partie d’une revue militaire, à Paris, le 18 juin 1945. Les catalans auront l’insigne honneur de défiler devant le Général de Gaulle avec d’autres troupes dont la particularité était de s’être vaillamment comportées

Rares, sont sans doute, ceux du « Bataillon Catalan » a être encore parmi nous, mais avons une pensée pour eux, et pour leurs camarades disparus en avril 45, ou depuis.

 

Blog-Cabestany : Richard, l’auteur de ce texte, nous avait précisé avoir fait un travail de recherche minutieux, en dehors des livres d’histoire classiques, en passant plusieurs semaines dans des Centres d’Archives un peu partout en France mais plus particulièrement auprès du CAPM (Centre des Archives du Personnel Militaire) à Pau. Lors de la première parution de cet article nous avions eu le témoignage d’enfants de ces héros pour nous remercier de les sortir de l’oubli. Si certains veulent nous envoyer d’autres témoignages, nous les en remercions par avance. HONNEUR A NOS AINES !

-o-

 

 » Perpinya alliberada « 

20 août 2019

Perpignan Libéré-o-

Nous ne pouvions oublier la date du 20 août, à savoir la Commémoration de la Libération de Perpignan, en 1944. Qui aura couté la vie à plusieurs de nos aînés et concitoyens.

On vous rappelle ce livre « Perpignan Libéré » pour lequel Blog-Cabestany avait participé – en 2015 – à la souscription, car l’éditeur voulait être sur d’avoir suffisamment d’acheteurs avant de le mettre en fabrication. On a vu ce livre chez un libraire de Perpignan, cet hiver, qui nous a dit n’en avoir plus que de rares exemplaires, et encore suite sans doute, à un retirage.

Un très beau livre. Dans un étui cartonné personnalisé de qualité pour le protéger. Il est écrit en français et en catalan avec des images que seuls ont vu les lecteurs de l’Indép, il y a plusieurs décennies. Et que nous n’allons surement pas scanner. La propriété intellectuelle et culturelle est une valeur que nous défendons.

Un livre à posséder dans sa bibliothèque ! ou à emprunter à une bonne médiathèque.

En 2015,  il était édité chez « Mare Nostrum »,  1, rue des variétés à Perpignan. Leur site :

http://www.marenostrumedition.com

Bonne lecture !

-o-

et la vidéo ci-dessous provient de Youtube

 

le 20 août 2019, à Cabestany

Notre ami, Philippe Bilger écrit : « le Président m’inquiète » !

2 octobre 2018

Dans l’actualité, une photo de notre Président aux Antilles dans les bras d’un jeune, torse nu, fait le buzz et déclenche bien des polémiques. A la rédaction de Blog-Cabestany, et malgré le nombre de mails reçus et dans lesquels, vous ne faites guère « dans la dentelle », on se refuse à surfer sur cette vague. Pourquoi en rajouter ? Même si le personnage n’a pas nos faveurs politiques. Mais arrêtons de tirer sur une ambulance ! On a cherché un article mesuré, d’une personne qu’on apprécie pour son intelligence et sa vivacité d’esprit. Et qui n’a pas l’habitude de chercher à faire le buzz mais sait nous donner de temps à autres des leçons de modestie et qui a le sens des responsabilités et sait remettre les choses à sa juste place. Quand bien même on ne serait pas toujours d’accord – dans un premier temps – avec lui. Mais on finit le plus souvent à se ranger à son avis. Il s’agit de Philippe Bilger, auquel on demandé l’autorisation de mettre sa prose en ligne. Et qui avec une grande gentillesse nous l’a accordée.

Philippe Bilger

Philippe Bilger écrit sur son blog :

« Le Président m’inquiète »

Je me souviens de mon dialogue avec mon ami Ivan Rioufol sur l’interrogation suivante : Macron, sauveur ou hypnotiseur ? Il était très hostile au président de la République quand je le défendais sans aller jusqu’à le traiter de « sauveur ».

Nos échanges, dans Valeurs actuelles, datent du 8 février 2018.

Mais depuis du temps a passé et comme Emmanuel Macron a changé !

Aujourd’hui il m’inquiète.

Je discute moins le fond de sa politique puisqu’il a mené à bien deux réformes capitales pour le droit du travail et la rénovation de la SNCF et que ce n’est pas rien. Je n’exclus pas qu’il soit sincère quand il affirme que son gouvernement et lui vont continuer à réformer mais ce qui pouvait apparaître hier comme une chance est imprégné, à cause de sa personnalité révélée sous un jour nouveau depuis quelques mois, d’une sorte de menace diffuse. On est moins sûr de sa lucidité, on lui fait moins confiance. Cet être qualifié, dans ses débuts, d’exceptionnel est atteint depuis quelque temps par le poison de la banalisation et, classiquement, par le danger de la solitude impérieuse.

Il ne s’agit pas de revenir sur l’affaire Benalla qui n’est que le symptôme éclatant d’une complicité étrangement amicale ayant uni le président à peu ou prou son garde du corps capable d’accomplir de multiples tâches sans lien avec son statut officiel.

………………….

La suite de cet article passionnant ?

Pourquoi ne pas le lire directement sur le Blog de l’intéressé ? Car sans doute prendrez vous l’habitude, du moins on l’espère, de fréquenter régulièrement son Blog qui en vaut la peine ! Mais dont la fréquentation et la notoriété  n’ont nul besoin de notre bien modeste  renfort.  Alors juste un clic ci-dessous….

http://www.philippebilger.com/blog/2018/10/le-pr%C3%A9sident-minqui%C3%A8te.html

-o-

Quant à ce que nous écrivons au fil des jours, nos propos ne sauraient engager Philippe Bilger d’aucune manière. Ni qui que ce fut à part nous. Nous ne cherchons pas une caution morale dont ne pourrions pourtant qu’être extrêmement fiers en la personne de Monsieur Bilger. Nous ne nous permettrions jamais cette audace. Nous sommes heureux de pouvoir reproduire un de ses textes. Comme nous reproduisons les textes des gens que nous aimons et qui nous autorisent à le faire. Et faisons appel à des gens moins connus que nous remercions d’écrire parfois pour nous lorsque nous manquons d’inspiration, ou estimons qu’ils savent mieux que nous faire passer auprès de notre poignée de lecteurs des Pyrénées Orientales, ce que nous pensons nous mêmes.  Philippe Bilger est indépendant dans ses propos comme nous le sommes des nôtres. Mais encore merci à lui ! Et nous aussi, ce Président nous inquiète ! La raison pour laquelle vous lisez ces lignes. 

Tags : La Droite Municipale à Cabestany – La Droite Républicaine dans les Pyrénées Orientales – Blog-Cabestany – Les co-listiers de la Droite à Cabestany  – Nos amis qui écrivent pour nous – Nos amis dont nous relayons les textes – Nos amis qui relaient nos textes sur leurs propres sites – C’est vous qui le dites – Philippe Bilger – Liberté – Liberté d’expression –

Ce matin, une délégation de Cabestanyencs assistait à l’inauguration d’une stèle dédiée au Général de Gaulle, à Port Leucate. Une stèle dévoilée par le Président Nicolas Sarkozy.

18 juin 2018

Ce matin 18 juin, jour de commémoration, on inaugurait une stèle dédiée au Général de Gaulle, sur le front de mer, face au ponton en bois qui s’avance dans la mer, à Port Leucate.

On avait la bonne surprise d’y retrouver plusieurs de nos amis Cabestanyencs. Venus en force, en covoiturage à plusieurs véhicules, avec des amis de Perpignan, Canet, Saint Cyprien et sans doute d’ailleurs. A leur propre initiative, mais avec l’aide logistique des Républicains 66 qui leur avaient – semble t’il – fourni des badges pour être aux avant-postes. Ils avaient débarqués « à l’aube » et encore étaient ils passés en chemin par le Barcarès pour y prendre un solide casse croute. Une journée qui sentait le R.T.T. mais avec le plaisir de se retrouver ensemble pour la bonne cause.

La commémoration étant prévue à 10 heures du matin,  nos amis espéraient pouvoir ensuite assister à la dépose d’une gerbe à la Piscine Arlette Franco à Canet. Illusoire. La cérémonie à Port Leucate se terminait à plus de midi.

Il y avait foule pour venir à cette commémoration, sans doute un peu moins de 3 000 personnes, certains ayant même préféré dormir sur place de peur de ne pas être bien placés. Mais tout était bien organisé. Et il y avait de nombreuses chaises prévues pour les spectateurs. La tramontane était un peu forte mais elle se calmait en fin de matinée.

Le comité d’accueil pour recevoir le Président Sarkozy se composait de députés, sénateurs, conseillers régionaux, du Préfet de l’Aude, et de nombreux élus.

En arrivant, Nicolas Sarkozy, demandait qu’on lui accorde dix minutes pour serrer des mains. Il serrait la nôtre et discutait longuement avec une petite fille (pas à l’école?) qui était devant nous. Nos amis étaient ravis. Le Président se montrait chaleureux.

S’ensuivaient des discours, un peu longs. A son tour de prendre la parole, le Président Sarkozy, comme à son habitude savait de façon brève et concise, exprimer son plaisir d’être là. On sentait qu’il était sincère à sa mine enjouée. On n’oubliera pas que le Président Sarkozy fut le seul depuis la disparition du Général, à se rendre à Londres un 18 juin, durant son mandat, et il y prononcera un discours qui reste dans nos mémoires.

Un orchestre composé d’une douzaine de musiciens nous jouait une Marseillaise sur un ton symphonique. L’assistance reprenant en choeur. Le Président s’inclinait devant militaires et porte drapeaux. Le Président Sarkozy dévoilait la stèle installée dans la nuit. On laissait là nos amis Cabestanyencs, ravis et enjoués,  qui ne paraissaient pas pressés de rentrer au bercail et avaient prévu de déjeuner ensemble.

Personne ne peut anticiper sur l’avenir du parti des Républicains. La commémoration de Port Leucate démontre que ce parti a encore de nombreux sympathisants. Dans le département des Pyrénées Orientales, le parti est toujours bien structuré, et ses soutiens ont des convictions toujours bien ancrées. Cette commémoration le démontre, s’il en était besoin. Et cette référence à l’histoire nous satisfait.

Pour que la France reste aux Français ! entendait on dans les rangs derrière nous. Alors que l’assistance se dispersait. Un slogan crié très fort à l’improviste qui nous prenait par surprise à un moment où l’on s’y attendait le moins. Lancé par une spectatrice, et repris aussitôt et encore plus fort par des dizaines de bouches à l’unisson qui se l’appropriaient ! Comme un cri de ralliement ?

x

le « miroir de l’eau » en front de mer à Port Leucate où est implantée la stèle

x

Stéle non découverte

x

la stèle découverte (en contre jour)

x

les officiels arrivent

x

le comité d’accueil en attente de l’arrivée du Président

x

Militaires, porte drapeaux

x

 

Le Président prend un bain de foule. Il est acclamé. Il nous serre la main. Plusieurs personnes lui crient « Nicolas revient » : il rit !

x

Avec une fin de commémoration surprenante. Derrière nous une spectatrice crie : « Pour que la France reste aux Français ». Ce sont alors des dizaines de bouches qui reprennent en choeur ce slogan.

 

TAGS : Droite Républicaine, Républicains 66, Port Leucate, Colette Appert, Droite Municipale à Cabestany, Nicolas Sarkozy, 18 juin 1940, Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale, Blog-Cabestany

 

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Chez Blog-Cabestany, jeudi 22 mars 2018 à 18 h 00 ! Notre boite mail déborde !!!!!!!

22 mars 2018

Des français dans la rue, mais certains de nos enfants aussi qui n’ont pas été acceptés à l’école. On ne dira pas où. Un Président qui fait le beau. Un autre qui a failli coucher en prison… dites vous. De cela on verra bien. Les Comores et Mayotte en ébullition. Et nous ? Nous c’est Cabestany ! et on reste zen !!! Et le ciel ne devrait pas nous tomber sur la tête. Sauf, peut être une certaine station spatiale chinoise si on en croit l’Indép. Vous faites de très beaux commentaires. Vous nous demandez des réponses qui sont déjà le plus souvent dans vos questions. MAI 68 ? C’est déjà dans les livres d’Histoire. Un événement traité par une ex Ministre de l’Enseignement qui doit confondre avec autre chose. Et si on compte prendre le train ? On arrive de la gare de Cabestany. On a raté le T.G.V. pour Canet et St Cyp qui vient juste de partir. Qu’on rende la CSG aux retraités et ils sont encore capables de marcher s’il peuvent s’acheter une paire de chaussures. Des « Niques ! »

« Je n’arrive pas à comprendre les Parisiens »,  chante Leslie Caron en 1958 dans Gigi.

« Nous, c’est Cabestany » ; « on reste zen » ; NO COMMENT

Scoop Blog-Cabestany : les premières images prises il y a moins d’une heure de la manif’ anti CSG à Perpignan !

15 mars 2018

un papy particulièrement remonté

A 10 heures oo, 2 ou 3 ooo mille personnes étaient rassemblées devant le Palais des Congrés. Les dirigeants des organisations syndicales, patronales, des associations, des mouvements ou partis politiques participants à cette manifestation donnaient leurs consignes.  Puis on formait un cortège qui s’ébranlait vers 10 h 30. Place du Castillet, environ 500 personnes nous rejoignaient dans le cortège.

Une ou plutôt plusieurs délégations de Cabestanyencs y participaient.Mais aussi des citoyens venus seuls.

Certains préférant se mettre en queue de cortège, pour ne pas défiler derrière les drapeaux d’un syndicat. Mais quelle importance puisque nous étions TOUS venus pour nous plaindre de la baisse du pouvoir d’achat et de l’augmentation de la CSG ? Loin de tout esprit de chapelle !!!!  Et on papotait avec nos voisins qui ne sont encartés à aucun mouvement mais sont très en colère.

La manif’ au départ

D’autres images ou même peut être une vidéo à venir selon ce que nous ont promis des citoyens ce matin

 

 

Nous participerons à la Manif’ avec les Républicains des Pyrénées Orientales

14 mars 2018

 Courtoisie des Républicains 66

 

Le gouvernement vient d’imposer un matraquage fiscal conséquent aux Français. L’augmentation généralisée de la CSG concerne l’ensemble des catégories sociales des Français. Les retraités, qui ont travaillé toutes leurs vies, ne sont pas épargnées y compris les plus petites retraites.

Et le gouvernement ose encore leur mentir sur ce constat d’une perte de pouvoir d’achat !

Le jeudi 15 mars 2018 à 10 heures aura lieu une manifestation contre la hausse de la CSG et pour la défense du pouvoir d’achat.

Nous défendons également ces idées, nous serons donc présents dans le cortège.

Rendez-vous le jeudi 15 mars 2018 à 10 h

devant le Palais des Congrès à Perpignan.

 

Le « Système » Macron (8) : « E. Macron et En Marche attaquent ceux qui ont travaillé » écrivent les Républicains 66 !

5 mars 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

 

En déclarant hier à Châlons-en-Champagne qu’il « assumait » surtaxer les retraités, même aux dépens de sa « popularité », le Président de la République a commis une grave erreur.

Il persiste en effet dans l’aveuglement consistant à en demander toujours plus à ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui méritent, au nom du pacte social que la Nation a passé avec eux, de pouvoir jouir du fruit des décennies d’efforts qu’ils ont produits et d’en faire bien souvent profiter les membres de leur famille.

Cet argent, les retraités ne l’ont pas volé, ils l’ont gagné en faisant vivre et grandir notre pays, qu’ils ont forgé au prix de leur travail. Penser qu’on peut surtaxer impunément les retraités et se servir d’eux comme une variable d’ajustement budgétaire, c’est avant tout les mépriser. Voilà une conception erronée de la société, qui en dit long sur la logique utilitariste à l’œuvre à l’Elysée depuis mai 2017.

Contrairement aux versions successives que le gouvernement a livrées avec embarras des effets de la hausse de la CSG, les Français savent très bien aujourd’hui que les petites retraites n’ont pas plus été épargnées que les grandes par la surtaxation. De tous les coins de France, les Républicains ont recueilli des témoignages qui prouvent qu’à partir de 1 000 € par mois, les retraités vont devoir encaisser une perte annuelle équivalente à plusieurs centaines d’euros.

Ce n’est pas notre conception de la société. Cela heurte même frontalement la vision que les Républicains ont de la vie en commun entre les générations de Françaises et de Français.

Et puisque M. Macron se fait fort d’assumer ce qui est pour des millions de Français une véritable faute, nous lui conseillons, entre deux tirades de « Pierre et le Loup », d’ouvrir les pages roses du dictionnaire. Il y trouvera cette sage citation latine, qui, souhaitons-le, le fera peut-être réfléchir : « Errare humanum est Perseverare diabolicum », l’erreur est humaine mais persévérer dans l’erreur est diabolique. C’est pourtant bien ce que fait le président de la République en refusant de voir l’injustice criante que constitue la hausse de la CSG.

Communiqué des Républicains 66

Le « Système » Macron (5)

24 février 2018

Courtoisie des Républicains du 66

Le système Macron : en résumé

Durant 5 jours, en comptant aujourd’hui, nous aurons relayé la communication des Républicains, dans la forme reçue, telle que François Lietta, notre Président de la Fédération 66 nous l’a fait parvenir.

Nous nous sommes dispensés, chez Blog-Cabestany, de la commenter. Il n’y avait d’ailleurs rien à rajouter.

Mais vous, fidèles lecteurs, le plus souvent de notre bord mais pas que…, vous avez commencé à réagir. C’était notre but. Nos commentaires à venir sur cette communication ? Ce seront les vôtres, ceux que vous nous faites le plaisir, l’honneur, de nous envoyer.

Dans vos premiers commentaires, on aura pu lire : « La Droite est de retour ». On voudrait y croire. Nous n’en sommes pas encore là, pensons nous. Mais nous ne sommes pas pessimistes non plus ! Que la Droite se remette en selle est notre principal souhait. Dans notre Département, nous avons des hommes politiques de talent, à Droite, et des militants qui sont loin d’être désespérés, et particulièrement actifs et mobilisés.

Comme dirait « Colette Appert » à Cabestany, lucide mais toujours engagée. D’un dynamisme inoxydable, toujours sur la brèche, qui croit plus que jamais en la Droite mais qui conserve en toutes circonstances son libre arbitre  : « Le Futur vous appartient ! »

Et parce que vous avez adoré une phrase écrite dans l’un de nos précédents articles, nous allons la reprendre. Un phrase qui n’est pas de notre invention mais de celle de l’un de nos internautes et qui résume la situation à Droite. « Inutile de se bousculer pour monter dans le premier train qui arrive en gare. Mieux vaut déjà prendre le temps de regarder, écrit sur le wagon, la destination pour savoir où il va ».

« c’est vous qui le dites »

Le Système Macron (4)

23 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir

 

Le « système » Macron (3)

22 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir

 

Le « système » Macron (2)

21 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

images clikables pour les agrandir

NO COMMENT

La suite à venir dans les prochains jours !

 

 

L’un des nos plus proches amis, Robert Montoya, s’en est allé, ce matin, à Cabestany

25 octobre 2016

robert-montoya-cabestanyRobert Montoya – Cabestany

Lundi 25 octobre 2016

La Droite Républicaine à Cabestany communique :

Nos élus, Colette Appert, Patrick Sperring, Lydie Roger, Philippe Gleizes, nous annoncent la disparition de notre ami Robert Montoya, s’associent à notre peine à tous, et assurent son épouse et sa famille de toute leur affection.

S’y joignent leurs co-listiers, sympathisants, militants, et les amis de Robert.

A l’association Trait-d’union-Cabestany, tout comme chez Blog-Cabestany, c’est également la consternation et un grand choc.

Nous commençons à recevoir des messages à la rédaction de la part de quelques uns de ses amis qui sont déjà au courant, mais la nouvelle semble être pour le moment peu connue.

Nous n’avons pas d’autres informations pour le moment.

Nous ne connaissions pas grand chose de la vie de Robert, qui était notre ami et restera dans nos cœurs.

Si des internautes ont des messages de sympathie, des témoignages à faire passer dans ce Blog, ou à adresser à sa famille, ou à nos élus, nous nous en chargerons bien volontiers.

 

-o-

Pour nous envoyer un message, cliquez sur le lien ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

Tea-time à « Pegasus Bridge », le 6 juin 1944

6 juin 2016
Embleme de la 6th Airborne

Emblème de la 6th Airborne

« Pegasus Bridge » : le pont de Bénouville, entre Caen et les plages du débarquement. Un lieu hautement stratégique pour les alliés et la suite des événements à la seule condition qu’il demeure intact, ce qui est un pari fou et  insensé.  Il doit ce surnom à un commando de la 6th Airborne Division (6° division aéroportée britannique) qui portait le nom et l’emblème ailé (Pégase)  et qui était chargé de s’en emparer sous les ordres du major John Howard dans la nuit du 6 juin 1944. 

Arrivés de façon plutôt brutale,  en planeurs, les commandos anglais mettent le pied sur le sol français parmi les tout premiers combattants alliés,  en ce 6 juin 1944,  à 00 h 20. L’obscurité est totale. Dès l’aube, à peu près à l’heure où débarquent sur la côte, à seulement quelques kilomètres de là,  les 177 français du commando Kieffer (cf. un de nos  anciens articles), de part et d’autre du pont, se déroulent d’âpres combats entre soldats allemands et anglais. Ils dureront toute la matinée.  Les allemands, qui n’arrivent pas à faire exploser les nombreuses charges qu’ils ont installées sur le pont,  essayent de le détruire  en le faisant  bombarder par leur aviation. Une énorme bombe larguée par un Junker 88 touche le pont de plein fouet, …. ricoche sans exploser, rebondit et tombe dans la rivière.  Un signe ?  Le pont sera définitivement pris,  traversé et sécurisé peu avant midi, ce jour là.  Le message codé, inespéré,  envoyé pour confirmer que le pont est pris et surtout intact consiste en ces trois mots qui passeront à la postérité :  « Ham and Jam »  (du jambon à la confiture).

Les français du commando Kieffer, qui ont délivré dans la matinée la petite cité balnéaire normande de Riva Bella, et pris son Casino, siège du Quartier Général allemand,  au prix de très lourdes pertes, font leur jonction avec les anglais ce même 6 juin 1944 dans l’après midi, après avoir traversé – mais dans l’autre sens –  « Pegasus bridge ».

Il y a bien là un petit café, qui deviendra plus tard un lieu de pélerinage  touristiquement célèbre, vite transformé, ce 6 juin,  en infirmerie, et où plusieurs blessés français recevront d’aillleurs des soins prodigués par les britanniques. Les maigres réserves de Calvados ont déjà été utilisées en lieu et place d’alcool médical.

Les Français étaient attendus et ils  sont chaleureusement accueillis par les britanniques….  au son de la cornemuse et …… autour d’une tasse de thé (!).

Tout un symbole !

[Archives 2015] Au revoir, l’ami Jacques ! …… à Cabestany !

9 juillet 2015

Archives 2015 : la disparition de notre ami Jacques Ogier (Publié le 9 juillet 2015)

notre coeur est en berne, à Cabestany !

notre coeur est aussi en berne, à Cabestany !

On nous dit que l’ami Jacques Ogier, qui habite à quelques rues de nous, Président de la Fraternelle Militaire des P.O.,  aurait rejoint les « grandes plaines ».

Bien triste nouvelle si elle était confirmée. On pense à sa famille, à sa sympathique épouse. On partage notre peine avec eux.

L’ami Jacques, on discutait souvent avec lui. De tout et de rien. On riait ensemble car il avait l’humour facile, mais un humour fin et spirituel qui dénotait une intelligence vive qu’il se gardait toujours de mettre en avant.

 Sauf que l’on ne connaissait pas grand chose de sa vie. Mais là n’était nullement l’essentiel :  ni pour lui, ni pour nous. 

Jacques Ogier Cabestany

Jacques Ogier Cabestany

Les commentaires sur cet article sont ouverts. Si vous avez quelque chose à dire, ajouter, vous pouvez le faire en bas de cet article.

Si vous préférez le faire par mail, c’est simple. Vous cliquez sur l’adresse ci-dessous qui est celle de l’administrateur technique du Blog. Il saura traiter votre envoi comme il se doit et le répercuter à qui de droit  :

llorenc.maripos@orange.fr

-o-

Vendredi matin : voilà qui répond à vos questions. C’est dans l’Indép’

indep

[Archives 2015] Le Bataillon Catalan ………. par Blog-Cabestany !

5 mai 2015

8 mai 45

Nous sommes à quelques jours du 70ème anniversaire de la victoire, le 8 mai 1945.

En 2011, sur notre ancien Blog, nous avions publié le texte de l’un d’entre vous, intitulé « Le Bataillon Catalan ». Un article qui nous avait valu environ un millier de connections en quelques heures, ce qui est rare pour notre modeste Blog !

Une fréquentation, certes,  sans commune mesure avec ce jour où nous avions publié, en avant première, l’affiche de campagne de notre candidat :  « LA FRANCE FORTE ». Un fichier envoyé par l’UMP à beaucoup d’autres que nous. Mais un fichier parvenu à 4 heures 30 du matin. Et l’un de nos rédacteurs, insomniaque, avait mis l’image en ligne dans les minutes qui suivaient et Google l’avait référencée dans la foulée. Le lendemain, c’est la planète entière, de Valparaiso à Tokyo, en entrant dans son navigateur ces simples mots,  « La France Forte » qui arrivait – sans doute aussi surprise que nous – sur notre site au point que nos hébergeurs de la silicon valley, qui pensaient à un piratage de masse, avaient failli fermer provisoirement notre site. Promis. Cela n’arrivera pas de nouveau, avant…… 2017 !

Mais du « Bataillon Catalan » nous sommes fiers. Et à l’ouverture de notre nouveau site, en 2014, vous avez été plusieurs – à Caen, à Pau, à Toul ou ailleurs – à nous demander de le remettre en ligne :

https://blogcabestany.com/2014/08/22/le-bataillon-catalan-ou-une-histoire-de-la-france-libre-a-cabestany/

Une internaute qui n’habite pas Cabestany, mais Perpignan, nous a fait le plaisir de nous communiquer des coupures de journaux qui parlent de ce bataillon.

Nous lui avons fait la promesse de lui transmettre vos mails si vous aviez envie de communiquer avec elle.

Elle y a joint la photo d’un membre de sa famille et serait heureuse de savoir si quelqu’un l’a connu.

Les photos – ci-dessous – sur lesquelles vous cliquerez pour les agrandir :

le 1er bataillon du 24ème R.C.I., le 15 février 1945

le 1er bataillon du 24ème R.C.I., le 15 février 1945

1er Bataillon du 24ème RCI 15février 1945 6

L'indép

L’indép

 –

et la photo que notre internaute nous a demandé de mettre en ligne :

Jacques Kleinmann, engagé volontaire à 19 ans, dans le Bataillon Catalan

Jacques Kleinmann, engagé volontaire à 19 ans, dans le Bataillon Catalan

Chers internautes, à vos plumes. Si vous aviez un problème pour  récupérer les photos ou autre souci vous savez oû nous écrire.

Et à bientôt devant le monument de Cabestany

DANS LA NUIT : un internaute qui a déjà lu avant d’aller se coucher notre article  a repéré la signature de Joël Mettay sur l’un des documents mis en ligne. Un journaliste de l’Indép qui se sera converti à l’édition. L’internaute nous envoie ce lien :  http://www.citizenjazz.com/Joel-Mettay.html

Merci