Archive for the ‘ça nous plait !’ Category

Ce matin 5 décembre, les Cabestanyencs de bonne volonté n’avaient pas oublié de venir commémorer les victimes des événements d’Afrique du Nord !

5 décembre 2019

« Honneur à nos Ainés »

Ce matin, nous étions le 5 décembre. Jour de grève générale. Les médias n’auront guère parlé de la Commémoration des Victimes d’Afrique du Nord, qu’une loi de la République a instituée pour que l’on se souvienne d’eux chaque 5 décembre.

Les Cabestanyencs n’oublient pas. Ils étaient presque une quarantaine, sous la pluie et dans le froid, devant le Monument aux Morts pour la France. Avant de partir, pour certains, manifester à Perpignan.

L’Association Trait-d’Union-Cabestany, association citoyenne s’il en est, avait battu le rappel mais seuls quelques étourdis avaient zappé la date.

On y voyait les représentants du Souvenir Français, des Anciens Combattants, Colette Appert et ses conseillers. D’autres brillaient par leur absence mais ils n’ont pas de quoi s’en vanter s’ils se considèrent vraiment comme des Français.

On aura chanté la Marseillaise et les Africains, un hymne qui résonne dans le cœur de tous ceux qui ont été touchés, d’une façon ou d’une autre, par ces événements tragiques.

Si Colette Appert est élue en Mars, le 5 octobre 2020, comme la loi le stipule, revêtira l’aspect d’une célébration officielle, avec drapeaux en haut des mats, et discours officiels.

Mais on n’empêchera pas ceux qui veulent célébrer le 19 mars de faire leur kermesse habituelle. Car nous ne sommes pas sectaires, contrairement à d’autres que nous ne nommerons pas. Mais qui n’ont plus que cela pour exister.

Et samedi, nous devrions mettre en ligne un document exceptionnel. L’article de l’un de nos amis, Richard, historien, qui nous donnera sa vision de ce qui s’est passé avec l’Algérie. Car nous sommes contre la pensée unique et le formatage des cerveaux, une spécialité de ceux qui sont encore à la Mairie pour quelques temps.

Et pour nos amis qui nous l’ont demandé :

Jeudi 5 décembre 2019 : Rien à Signaler !

5 décembre 2019

Courrier des lecteurs

L’Édito d’Alicia un jeudi de grève !

Chers lecteurs, vous avez beaucoup de chance, car tous vous semblez savoir, contrairement à moi, pourquoi il faut faire la grève aujourd’hui ou …. pourquoi il ne faut pas la faire ! Et moi je me demande si j’ai bien fait de sortir de mon lit. Le sujet vous rend passionnés, motivés, impliqués, et vous êtes certains d’avoir raison alors que « les autres » auraient tort. Quand moi pauvre Alicia, si je faisais grève aujourd’hui, ce serait pour dire que je n’y comprends plus rien et que je voudrais qu’on m’explique un peu mieux les choses. Je suis paumée. Plutôt que d’être comme vous : Pour ou Contre. Mais pour ou contre quoi ? Et peut être que si je comprenais, moi aussi j’irais manifester !

Je ne suis pas syndiquée. Mais l’un de mes anciens professeurs, qui n’a jamais été politisé ou syndiqué mais qui nous racontait Mai 68 (je n’étais pas née), et bien d’autres événements, avait l’habitude de dire : « si on continue à vouloir faire entrer les citoyens dans un moule de la pensée unique, qu’on fait pression sur les médias, qu’on méprise les associations, qu’on n’écoute plus les syndicats et autres corps sociaux, on récoltera un jour un mécontentement populaire qu’on aurait pu facilement éviter si on avait eu moins d’orgueil et moins d’arrogance. Et on ne saura pas y faire face ! ». J’espère qu’il était dans l’erreur.

Vous tous, chers lecteurs, me racontez déjà par avance comment va se dérouler la journée, me conseillant de rester sous la couette !? Alors je vais vous mettre en ligne l’une de mes copines ! 2 minutes 55 de bonheur.  Anne-Sophie (dite « La Bajon »). Que j’ai rencontrée il y a quelques mois à Perpignan où elle se produisait. J’ai même réussi à la faire rire !!! Enfin une nana que je comprends car sans auto-dérision il n’y a plus d’espoir. Déjà qu’on se marre pas vraiment à Cabestany quand on se perd du côté de la Mairie. C’est l’humour, dit on, qui nous rendrait plus intelligent(e). Alors vous voyez le tableau !  Et si l’on comprenait vraiment ce qu’on mijote dans notre dos, on aurait peut être plutôt envie d’en pleurer !

Une video qui n’aura comme but que de vous faire sourire, sans aucun message à la clef ! C’est de l’humour ! Comme si j’étais capable de faire du second degré. Bonne journée à tous  et mettez de bonnes chaussures !

et en allant sur Youtube et en tapant La Bajon vous trouverez d’autres perles….

Pour joindre le Blog : blog.cabestany@gmail.com

et juste un clic ci-dessous pour nous rejoindre :

cabestanyaucoeur@gmail.com

 

Quand à Cabestany, l’amitié, l’écoute des autres, les valeurs humaines, importent plus que tout pour Colette Appert ! Et pour nous tous.

18 novembre 2019

 » Cabestany au Coeur ! « 

L’Edito d’Alicia de Blog-Cabestany

(Ecrit un lundi matin avant de partir au boulot. Il fait encore nuit. Il fait froid. Et si vous saviez comme j’ai horreur des lundis matins. Et il y en revient un chaque semaine !)

« J’ai rejoint  ce Blog en 2016 bien après les dernières élections municipales, et j’ai été agréablement surprise de l’accueil chaleureux que l’on m’y a réservé. Pourtant je n’ai pas tous les jours bon caractère et j’ai parfois la plume corrosive. Mais jamais méchante ! Au point que l’on m’a rapidement appelée « la chipie », ou « la peste », ce qui m’aura vexée plusieurs jours. Jusqu’à ce que je comprenne que c’était une manière de m’adopter sans réserves, mais de faire en sorte aussi que je reste à ma place. Et je m’efforce de le faire.

Il y a ceux qui ont été des co-listiers de Colette Appert en 2014, et beaucoup le seront encore en 2020. Il y a des Cabestanyencs qui nous rejoignent tous les jours pour abonder la liste de Colette Appert pour les municipales qui approchent.

Et il y a – chaque jour plus nombreux – tous les citoyens de Cabestany qui nous soutiennent. Qui ont adhéré ou adhérent encore à Trait-d’Union-Cabestany. Qui distribuent nos tracts dans les boites aux lettres. Qui aiment se réunir entre eux. Qui veulent participer ! Qui veulent que l’on tienne compte de leur avis. Car tous forment une grande chaine à Cabestany. Lorsque l’on se rencontre, on parle de nos familles, de nos amis, de nos problèmes, et la politique n’est en rien le sujet principal. Car il y a tellement de choses qui nous unissent. Mais « mieux vivre » à Cabestany finit toujours par arriver dans la conversation !

On parle ces jours-ci, des amis qui nous ont quittés. Que j’ai ou non connus. Qui manquent à l’équipe. Mais nous essayons de ne pas être tristes. On parle d’eux comme s’ils étaient encore là autour de la table. On parle des bons moments passés. On rit parfois. Ou on garde notre peine sans le montrer. On évoque nos souvenirs avec Jany Camps, Robert Montoya, Patrik Sperring, tous disparus en cette saison d’automne. On parle aussi de bien d’autres amis qui nous ont quitté prématurément. Car la vie est trop courte. C’est pour cela qu’il faut faire vivre l’amitié entre nous. Et heureusement, notre équipe est solide ! Quand à Cabestany, l’amitié, l’écoute des autres, les valeurs humaines importent plus que tout pour Colette Appert ! Et pour nous tous !

Tous, dans l’équipe de Colette, sommes loin d’avoir les mêmes idées politiques. Il y a ceux qui sont encartés à un Parti, (pas toujours le même !?) ceux qui sont seulement des sympathisants, et les autres,  les plus nombreux qui veulent simplement que demain cela change enfin à Cabestany. Pour qu’on y respire la Démocratie et qu’on mette un terme à ce Culte de la Personnalité qui nous vient d’autres contrées. Que cesse ce sectarisme, ce clientélisme dont bénéficient certains qui en profitent sans vergogne tout en disant – par derrière – qu’ils ne partagent pas les idées de Monsieur le Maire. « Mais je vote pour l’Homme » s’entend t’on dire. Et après ? En 2022 on choisira Marine disent les mêmes ! Qui n’oublient pas de préciser « mais je viens tout juste de recotiser aux L.R. !? » Au secours !!!!

Les Cabestanyencs, si on en croit ce qu’ils nous écrivent, n’attendent plus grand chose de ceux qui nous gouvernent à Paris et font un constat amer de la situation laissée par les prédécesseurs. Des citoyens qui n’attendent plus d’homme providentiel (ou de femme). Qui sont tout autant déçus par ceux qui cherchent à incarner une quelconque opposition à Paris. Car sans Opposition constructive et crédible, il n’y a nulle Démocratie.  Alors que Colette Appert a montré, à Cabestany, ce que devait être une véritable opposition. Car ce qu’on attend de nos politiques ce ne sont pas des beaux discours, des promesses intenables. Du populisme gratuit quand on croule sous les taxes et les impôts. Une pression devenue insupportable venant de l’État, comme de toutes nos collectivités locales ou régionales. Lorsqu’on voit ce qu’on en fait ! On attend des idées qu’on puisse mettre en application et qui fonctionnent. Et n’est ce pas le but ultime de la politique que de nous permettre une existence plus vivable demain ? Dans notre pays, comme dans notre ville ! C’est la noblesse de ce mot de  « politique » lorsqu’il n’est pas dévoyé.

Ce qui nous rapproche plus que tout, entre femmes et hommes de bonne volonté, ce sont nos valeurs de solidarité, de fraternité. De respect de la famille, de nos anciens. Nous espérons que nos enfants vivront dans un mode meilleur, tout en constatant que l’environnement se détériore pourtant un peu plus tous les jours.

Nous souhaitons que le progrès se fasse au seul bénéfice de l’Homme, sans l’aliéner. Nous souhaitons que l’Homme soit moins exploité, moins méprisé. Des idées qui ne sont en rien l’apanage d’une Gauche qui n’a plus d’idées, qui a pris de mauvaises habitudes, n’a pas de quoi être fière de son bilan, et qui s’accroche à Cabestany pour défendre ses petits privilèges.

Tous nous y croyons. Nous voulons que Colette Appert nous apporte une Alternance que tant de nos concitoyens espèrent.

Alors, pour ce qui concerne beaucoup des citoyens de notre ville, peut être est il temps de se mobiliser. C’est le bon moment pour s’engager. Pour nous rejoindre. Et ne pas dire dans quelques semaines : « si j’avais su ! ».

Moi même ne suis pas une politique. Je ne représente rien ni personne.  Jusqu’à Facebook qui a fermé ma page sans raison et je suis bien plus heureuse loin des réseaux s ociaux.  Je suis en attente d’une mutation administrative pour me rapprocher de ma famille.  J’aurais bien des regrets en partant.

Je crois encore à l’École que je pense être l’endroit où l’on forme les futurs citoyens. Et je ne suis pas pessimiste sur la qualité de l’enseignement. Mais peut être que les parents devraient prolonger le soir le travail des maitres plutôt que souvent dénigrer ces derniers. Pourquoi mettre entre les mains de nos jeunes des bandes dessinées s’il ne s’agit que de leur seule lecture. Même si j’en lis moi même entre deux ouvrages de Philosophie ou de Poésie. La Médiathèque de Cabestany – dont les préposés sont aimables, gentils et peuvent être parfois dévoués – est loin d’être ce qu’on est en droit d’attendre de ce type d’équipement, financé par nos impôts, pour promouvoir une culture « pour tous ». Et que dire de cette Maison des Jeunes qui pourrait être un outil formidable mais qui est sans timonier, sans cap, sans boussole ! Et qui doit nous couter un « pognon de dingue ». Pour quoi ? Car on aurait peut être pu se demander ce qu’on voulait en faire avant de l’édifier. J’ai une approche bien différente de la Culture qu’on devrait proposer aux Cabestanyencs et je m’en suis ouverte à Colette. Il semble que pour l’équipe municipale la manière de fonctionner soit : « Décider avant de réfléchir ».  Mais s’ils se mettaient à réfléchir, ne se pourrait il pas que ce soit pire encore ?   Et luttons pour empêcher nos  enfants d’être autant d’heures, chaque jour,  les yeux rivés sur leur téléphone portable,  à perdre leur temps et gâcher leur avenir. Ils diront plus tard, en se lamentant : « on ne nous a rien appris ! »

Je suis confiante dans l’élan soulevé par Colette Appert et par les aspirations de changement des Cabestanyencs qui nous écrivent.

Mais je crois que rien ne peut se faire en restant spectateurs de ce qui nous entoure. Quant faut y aller, faut y aller !!! C’est « la chipie » qui vous le dit. Et c’est peut être la dernière ou l’une des dernières fois que j’ai l’occasion de le faire. C’est le bon moment pour y aller !

Bonne semaine à tous ! Engagez vous !

juste un clic ci-dessous pour nous rejoindre :

cabestanyaucoeur@gmail.com

Cérémonie du 11 novembre 2019 à Cabestany !

11 novembre 2019

Honneur à nos Aînés !

Il y a quelques heures, nous étions réunis à Cabestany, devant le Monument aux Morts pour la France, pour commémorer l’Armistice 1918, qui voyait s’achever une longue et terrible guerre.

L’assistance était relativement nombreuse en ce matin froid mais ensoleillé. Tous étaient présents : Anciens Combattants, familles, élèves des écoles, officiels, pompiers, gendarmes, militaires et les Cabestanyencs qui ont l’habitude d’honorer nos Aînés en cette journée du Souvenir et du Devoir de Mémoire.

ci-dessous vidéo de ce matin :

Cérémonie du 11 novembre 2019 devant le Monument aux Morts de Cabestany !

8 novembre 2019

Courrier des lecteurs – Honneur à nos Aînés

Honneur à nos Aînés !

Tous les Cabestanyencs, femmes ou hommes de bonne volonté, se retrouveront lundi 11 novembre 2019, à 11 h 00 du matin précises , devant le Monument aux Morts de Cabestany, à côté du Centre Culturel,  pour la commémoration de la fin de la Grande Guerre.

Les Associations d’Anciens Combattants seront présentes pour cette cérémonie officielle.

A ceux d’entre vous, peu nombreux, qui sans remettre en cause cette cérémonie, se demandent, nous demandent, si elle est encore utile, 101 ans après, nous répondrons que tant qu’il ne sera pas institutionnalisée une Journée unique pour honorer tous ceux qui sont tombés pour notre Liberté, nous ne voyons pas pourquoi on ignorerait cette journée. Et ce n’est pas trop que de se déplacer trois fois dans l’année : les 8 mai, 11 novembre et 5 décembre, pour honorer nos Aînés et notre Patrie.

Il s’agit là d’un Devoir de Mémoire ! Qui pour nous revêt une extrême importance.

Et pour cette Cabestanyenque, qu’on apprécie, et qui nous écrit : « lundi matin, je serai devant le monument, pour honorer tous ceux de ma famille qui sont tombés pour la France, dans plusieurs des différentes guerres menées depuis un siècle pour la France, pour notre Liberté. Je chanterai, sans réserves,  « La Marseillaise » qui est l’hymne de mon pays. Mais si à la fin de cette cérémonie on pouvait nous passer « Les Africains » ! Mais je rêve sans doute ?  »

Chère amie, fidèle lectrice, vous rêvez en effet,  si vous pensez que l’on vous jouera « Les Africains » à la fin d’une cérémonie d’Anciens Combattants à Cabestany. Mais chez Blog-Cabestany, on s’octroie toutes les Libertés. Et si nous soutenons Colette Appert c’est pour « plus de liberté ».

Alors s’il n’y a que cela pour vous faire plaisir, chère lectrice de notre Blog, nous mettons en ligne ce que vous nous demandez.

Mais qu’il soit clair qu’il ne s’agit pas là pour nous d’une facétie. D’une forme d’humour ou de malice qui serait en cette occasion plus que discutable.  Nous sommes on ne peut plus sérieux ! Nous respectons nos amis Pieds Noirs et sommes solidaires de leurs souffrances. Nous respectons – aussi – tous ceux qui se sont battus en Afrique du Nord, appelés ou engagés, parce qu’un gouvernement les avait envoyés là-bas sans leur demander leur avis. Et tous ne sont pas revenus. Tout comme nous respectons ceux qui originaires de Syrie, du Levant, du Maghreb, de l’Afrique sub-saharienne, des territoires d’outre-Mer, et bien d’autres contrées,  durant la première ou la deuxième guerre mondiale, sont venus défendre la France, et ont versé souvent leur sang pour notre Liberté.

Honneur à nos Aînés, Honneur à tous les Anciens Combattants ! Et VIVE LA FRANCE !

 

Il a 30 ans…. rappellent plusieurs lecteurs à Blog-Cabestany

7 novembre 2019

Courrier des lecteurs – C’est de l’Histoire

par Alicia

 Il y a des dates qui vous, ou nous tiennent à coeur à Cabestany. Comme le 11 novembre, une date que vous craignez de voir disparaitre dans le tourbillon de l’Histoire, mais on sait que vous serez là lundi au Monument aux Morts pour honorer nos Ainés.

Ou ce 5 décembre que certains font semblant d’ignorer, ou pire de contester, par idéologie malsaine.

Et l’anniversaire des 30 ans de la chute du Mur de Berlin. Car sans vous chers lecteurs, on n’en aurait peut être pas parlé. Mais que ferions nous sans vous !!!! Vous êtes plusieurs à vous étonner que certains puissent encore se réclamer du communisme au 21ème siècle, et cela vous donne même envie de vomir, dit l’un d’entre vous.

Mais l’une d’entre vous, à Cabestany, nous écrivait il y a à peine quelques mois : « Je suis née Communiste et je mourrais Communiste. Car même si je suis dans l’erreur, prisonnière d’une dérive dont je découvre un peu plus chaque jour  qu’elle s’apparente à une manipulation sectaire, comment pourrais je, à mon âge (on ignore lequel) reconnaitre que je me suis trompée toute ma vie ».

Sans doute le problème de brave gens, qui sont sans doute nos voisins, peut être nos amis, et qui préfèrent se mettre la tête dans le sable, comme les autruches, plutôt que de se retrouver face au vide. 

Le Communisme, ses exactions, ses horreurs, ses crimes contre l’Humanité, disparaitra un jour dans le Tourbillon de l’Histoire. Tout comme l’espèce humaine. Car à force de nous acharner sur la biodiversité, c’est nous que nous condamnons à court terme. L’un de nos maîtres à penser, dont il arrive qu’on aille fleurir la sépulture, Théodore Monod, nous a légué un ouvrage qui est sur notre table de nuit. Son titre : « et si l’aventure humaine devait échouer ». On vous en conseille la lecture.  « Heureux les pauvres d’Esprit, car le royaume des cieux est à eux » écrivait Matthieu. Alors souffrez, chers lecteurs, que certains autres qui ne croient pas au ciel, rêvent d’atterrir, pour les siècles des siècles, dans ce qu’ils s’imaginent qu’il était déjà sur terre : le Paradis. On parle bien sur du Goulag ! Et à Cabestany, nous en avons déjà un arrière gout !

 

La déclaration de candidature de Colette Appert pour les Municipales de 2020 !

6 novembre 2019

pour mieux visualiser, télécharger, enregistrer, imprimer ce tract, suivez le lien PDF ci-dessous : juste un clic

Cabestany au Coeur !

Radio France Bleu Roussillon 101.6 FM : « Colette Appert communique ! »

1 novembre 2019

Municipales 2020

Colette Appert

Par l’équipe électorale de Colette Appert, à Cabestany

L’édito de début de campagne pour Blog-Cabestany

Colette Appert était interviewée très longuement ce matin, jeudi 31 octobre 2019, par France Bleu Roussillon, concernant les prochaines municipales à Cabestany. A la très sympathique journaliste Anne-Natacha Bouillon, qui la questionnait et qui paraissait plutôt bien connaitre son sujet sur la politique locale, Colette se livrait avec une absolue franchise et sans calcul ou arrière pensée. Répondant à des questions pertinentes et très directes.

Son intervention sur les ondes de cette radio locale qu’on apprécie, est prévue, en principe,  entre 8 h 30 et 9 h 00 h lundi prochain 4 novembre  mais on ne sait pas, à l’avance, le temps qu’on lui réservera à l’antenne. Sans doute pas l’entretien intégral, assez long,  pour des impératifs de programmation. Entendrons t’on les meilleurs moments ou seulement des morceaux choisis de ses déclarations : comment savoir ? Chaque média a la liberté de s’organiser comme il le souhaite et ce n’est pas nous qui irons contre ce principe. Mais c’est pour cela que nous nous autorisons à dire ce qu’on entendra peut être pas.

En attendant, ce matin, Colette a montré qu’elle était calme, mesurée, et surtout déterminée. Elle a remercié tous ceux qui avaient mis leur bulletin dans l’urne pour notre liste aux dernières élections municipales de 2014. Des Cabestanyencs qu’elle n’aura jamais déçue car elle s’est impliquée à fond comme opposante, ferme, lucide mais toujours constructive, tout au long de ce mandat qui finit. Un mandat qui ne laissera pas de bons souvenirs aux Cabestanyencs. Les promesses, en 2014, de ne pas augmenter les impôts, auront été bafouées. Alors que les Cabestanyencs qui y croyaient dur comme fer,  jurent qu’on ne les y reprendra plus !? Les explications fournies pour ces dérapages ressemblant trop à des boniments plutôt qu’à de la sincérité. Des bonnes résolutions  piétinées. Et tant d’autres choses encore qui font dire à nos concitoyens que c’était « le mandat de trop ».  L’opposition menée par Colette Appert a joué pleinement son rôle, marquant des points et faisant réfléchir plus d’une fois les conseillers de la majorité municipale qui n’étaient pas loin d’estimer que Colette Appert portait la voix de la raison. Sans pour autant hélas que cela se traduise dans leurs votes. Tant pis pour eux et pour tant d’occasions manquées. Et quel dommage pour Cabestany ! Mais nous avons enfoncé plus d’une fois un coin dans la soi-disante majorité qui se croyait inoxydable. Maintenant c’est l’avenir et non le passé qui nous intéresse.

A quatre mois de l’échéance, nombreux sont les soutiens de Colette  dans notre ville, qui ne raisonnent plus selon le clivage – gauche/droite – mais qui aspirent simplement  à l’Alternance. Non parce qu’ils auraient tous des griefs contre le Maire en place mais surtout parce qu’il apparait primordial à tous de vivre avec son temps et de faire enfin entrer Cabestany dans le 21ème siècle.

Pour qu’aussi on mette à plat les dossiers, qu’on regarde ce qu’il y a dans les tiroirs de la Mairie, qu’on fasse la transparence sur l’endettement de la ville. Peut être que la surprise sera moins amère que certains le pensent, et tant mieux ! Car nous détestons ceux qui n’ont que des préjugés négatifs. Mais il est malsain, à notre avis, et selon l’avis de beaucoup, que les affaires municipales soient entre les mains d’une même équipe de personnes, depuis tant d’années. Des gens que l’on ne cherche pas à dénigrer pour le plaisir de le faire, mais qui manifestement n’ont plus le réflexe de communiquer et de se justifier devant leurs électeurs. Une mauvaise habitude qu’on retrouve partout où une équipe s’accroche désespérément à son rocher comme un mollusque. Pratique une politique usée jusqu’à la corde. Telle n’est pas notre conception de la démocratie municipale et du respect qu’on devrait aux électeurs qui après tout payent leurs impôts à la sueur de leur front !

Et puis beaucoup de lecteurs de notre Blog nous écrivent en nous demandant pourquoi Monsieur le Maire a autant de fois déclaré qu’il voulait passer la main, depuis presque dix ans, et pourquoi il est encore là. Lui seul a la réponse. Mais il en est probablement à Cabestany comme souvent dans beaucoup d’autres villes. Lorsque dans une Majorité Municipale, nombreux sont les vizirs qui veulent prendre la place du calife, se battent entre eux pour lui piquer sa place, se déchirent sans vergogne et donnent un triste spectacle de la Démocratie, on comprend, ou disons qu’on admet que celui qui est en place n’aie pas tellement envie de voir lui succéder une situation chaotique. Mais n’est ce pas lui qui n’a pas su s’entourer ou qui a choisi son équipe en ne retenant que ceux qui ne risquaient pas de lui faire de l’ombre.   Et s’il est rare que l’on soit en accord avec Monsieur le Maire, mais qui donc – de compétent – dans son équipe aurait assez de charisme pour lui succéder ?

Et n’est ce pas aussi le rôle des élections que de faire émerger une ALTERNANCE grâce à une nouvelle équipe  qui un jour sera elle aussi remplacée. C’est dans l’ordre des choses. C’est ainsi que doit évoluer une démocratie, qui ne doit pas se retrouver confisquée par certains qui ne veulent plus rendre les clefs. Il est sain de faire de temps à autres l’audit des comptes d’une ville. Car soyons clairs. Il n’est pas question, de notre part,  de lancer des anathèmes, de créer un climat de suspicion, de faire des déclarations à l’emporte pièce qui ne reposeraient sur rien par pur électoralisme. Tout comme on entend aussi trop souvent, par bêtise ou par peur, des majorité en place dire que leurs oppositions n’auraient pas la compétence pour assurer la gestion de la Mairie. Pour leur succéder. Ou qu’un changement à la mairie serait aventureux. BALIVERNES dans la bouche de ceux qui ne savent que s’inventer des excuses pour ne pas passer la main !

Mais il convient aussi qu’une équipe qui se présente à des élections et cherche à obtenir nos suffrages, ait démontré qu’elle connaissait les dossiers, les problèmes d’une ville. Notre équipe, très affutée, le peut, à tout moment !

Et c’est aussi le privilège d’une Démocratie – à condition qu’on veuille la faire vivre, et c’est le choix des citoyens – que de savoir ce qu’on fait de nos impôts et de savoir si de façon mécanique, ceux ci ne vont pas augmenter, en raison d’investissements ou d’emprunts non raisonnés. Nous, les citoyens, voulant la transparence pour ne pas avoir à descendre dans la rue ou endosser un jour un gilet jaune pour faire valoir nos droits légitimes.

A Cabestany, nous souhaitons, nous voulons cette ALTERNANCE. Que Colette Appert est en mesure de nous apporter. Nous la soutenons sans réserves.

Et qu’il soit assuré pour tous, que notre campagne sera loyale vis à vis de nos adversaires. Mais qu’il soit aussi une évidence, que à nos yeux, si Monsieur le Maire se représentait, il serait pour nous un simple candidat, à égalité avec notre candidate, en souhaitant – c’est la loi – que celui qui aurait à sa disposition des moyens qui seraient disproportionnés par rapport aux nôtres, n’en profite pas de façon abusive ! Nous sommes bel et bien en campagne électorale ! Nous serons respectueux mais sans complaisance !

Et d’ici là, nous écouterons Colette Appert sur France Bleu Roussillon lundi matin, et bon dimanche à tous !

Blog-Cabestany : Merci à l’équipe de campagne de Colette. Que nous soutenons également !

Colette Appert communique !

9 octobre 2019

Des femmes des P.O. marchaient ce matin, dimanche, à Canet, engagées dans la lutte contre le cancer du sein !

6 octobre 2019

« Les Cabestanyencs sont des gens bien ! »

Dimanche 6 octobre 2019

Dimanche 6 octobre 2019, 13 h 00

Alicia écrit :

Hier soir samedi, au moment de me coucher, je reçois un texto envoyé par l’épouse de l’un de mes collègues à la Fac : « Alicia, demain on se retrouve, habillées léger, en short et baskets, place Méditerranée à Canet, à 9 h 00 précises, pour marcher sur le sable. J’ai payé ta cotis’, j’ai ton tee-shirt, si jamais tu trouves un bout de ruban rose dans ton placard. Je compte sur toi »

Ce matin dimanche, j’étais à Canet. Il y avait foule. Je reconnais une amie de St Esteve, une de Toulouges. Des élèves. Colette Appert fait sortir de sa voiture plusieurs de ses amies qu’elle a amenées de Cabestany. Mais elle nous dit que malheureusement elle ne peut pas rester car elle a un engagement ailleurs.

Il s’agit de marcher sur la plage de Canet, dans le cadre de la Journée de Lutte contre le Cancer du Sein. Qui pourrait ne pas se sentir concernée ?

Il y a des jeunes filles, des femmes jeunes, des mamies. On va marcher le long de l’eau pendant une heure. Certaines ont un maillot rose, d’autres un simple ruban rose. Quelques unes, une plume dans les cheveux !?

Mais le côté sympa est que plusieurs hommes vont marcher aussi avec nous. Pas à nos côtés sur le sable, mais en même temps que nous sur la promenade. Par solidarité ! Un mot qui n’est pas vide de sens.

Ma cotisation ira à une association dont je n’ai pas retenu le nom. Qu’importe. Un petit geste pour une grande cause ! J’en saurai plus ce soir en dinant chez mes amis. Mais lutter contre ce fléau, accompagner et être solidaire, m’a plu. Car il y a la recherche, le dépistage, les soins. Mais aussi l’accompagnement, le soutien moral. C’est aussi de la chaleur humaine dont ont tant besoin nos consœurs qui sont touchées par ce mal insidieux. Pas de la compassion mais du soutien !

En rentrant à Cabestany j’envoie un texto à Colette Appert. Je lui demande : l’année prochaine aura t’on une telle marche à Cabestany ? « Pourquoi pas, j’y songe sérieusement ».  « Mais l’année prochaine de toutes les manières je me rendrai libre pour être – au moins – avec vous à Canet. » dit Colette pour conclure.

Bon dimanche Colette ! Tu sais qu’en cette période, on attend beaucoup de toi… si tu comprends ce que cela veut dire !!!

Oui « Claudette », Blog-Cabestany est aux côtés des enseignants !

5 octobre 2019

COURRIER DES LECTEURS

En rentrant du marché « bio » de Perpignan, on ouvre notre boite mails. Que des envois concernant la tuerie de la Préfecture de Police. « On savait bien que c’était un acte terroriste ! », dites vous. Mais on en parlera un autre jour.

Par contre, une enseignante de Cabestany nous interpelle, nous reprochant de n’avoir pas parlé de « la marche blanche », ce matin pour une de ses collègues.

Une internaute qui veut écrire sous pseudo – Claudette – en nous disant qu’elle n’a pas envie de se voir inondée de propagande électorale. Mais votre adresse mail sera rapidement effacée, « Claudette » et s’il est bien une chose que l’on peut garantir, c’est l’anonymat de nos lecteurs et la certitude que leur adresse mail ne sera pas réutilisée. Sauf pour leur répondre ! Nous avons pris l’engagement auprès de la CNIL de ne pas gérer de liste de nos lecteurs !

Claudette,

Nous soutenons les enseignants, qui ont bien du courage pour s’occuper de nos enfants, quand, hélas, beaucoup d’entre nous baissent les bras et rejettent la faute sur l’école. Trop facile !

Nous sommes solidaires du corps enseignant en pensant à cette Directrice qui vient de se suicider, et ce n’est pas, hélas, un cas isolé !

Merci, Claudette, de nous apostropher, avec retenue, sans mots déplacés car sinon nous ne vous répondrions même pas. Mais votre mail est pertinent et mérite que l’on s’y arrête.

Oui, dans ce pays, l’idéologie pernicieuse de certains gens de Gauche accrédite que lorsqu’on est à Droite, on a bien peu de respect pour nos enseignants. C’est ridicule et grotesque ! Mais il existe encore une catégorie de sous-doués pour le croire. Et la Gauche de la Gauche en fait son miel. Intolérable.

Parce qu’on serait plutôt de Droite, il faudrait qu’on soit contre nos fonctionnaires, contre nos services publics, contre ce qui fait le ciment de la nation. Il faudrait qu’on soit contre la laïcité, contre le mariage entre personnes du même sexe, et la liste risquerait d’être longue.

Certes, on ne fait pas de nos convictions un étendard qu’on brandit sous le nez des autres pour les inférioriser ou les provoquer inutilement. On ne cherche pas à polémiquer du matin au soir. On discute des choses sans avoir besoin de rentrer dans des excitations maladives. On échange avec vous avec calme. Ce qui rend encore plus agressifs nos adversaires. Ça leur passera !

Ce clivage volontaire de la société est dogmatique et provient de communicants de gauche qui ont une intelligence somme toute bien limitée et manquent singulièrement d’arguments.

Claudette, nous sommes comme vous des citoyens qui sommes atterrés de voir qu’on supprime des lits à l’hôpital, qu’on retire des services publics dans de petits villes dont on fait des mouroirs pour Français de seconde zone. Et plus encore…. ! Et on aime nos enseignants !!!

Ce gouvernement est il de Droite ou de Gauche ? Pour nous, il n’est nulle part ! Et ne fait rien de bon ! Et nous ne lui faisons pas confiance dans sa réforme des retraites qui va pénaliser 99,9% des Français.

Alors évitez, s’il vous plait, de nous faire des procès d’intention. Même s’il est certain qu’on n’a pas le même avis que vous sur certains sujets. Mais vous pouvez nous interpeller, on peut en discuter et on vous répondra toujours avec calme, avec plaisir et sérénité.

Bon week end à vous, Claudette, à tous nos lecteurs et tous les Cabestanyencs !

« J’ai croisé Colette Appert à Visa pour l’Image » écrit Alicia, rédactrice pour Blog-Cabestany. « Un moment fort avec une belle personne ! »

12 septembre 2019

La Culture est importante à nos yeux, à Cabestany ! Mais la Liberté d’Expression, la Liberté de la Presse, le Droit de Savoir le sont  tout autant !

Une des entrées des expositions de  Visa Pour l’Image

Alicia écrit :

« Bien sur, chez Blog-Cabestany, chaque année, l’un d’entre nous assiste à l’inauguration de Visa pour l’Image. Ce Festival International de Photojournalisme qui est connu sur toute la planète. Dont on nous parle peut être davantage à New York ou Berlin qu’à Perpignan. On en parle aussi beaucoup à Paris, avec un brin de jalousie !

Mais pour la plupart d’entre nous, le plaisir ou plutôt l’intérêt, car comment parler de plaisir en voyant des images le plus souvent dérangeantes, consiste à se rendre de la façon la plus anonyme qui soit, un jour de semaine, pour voir gratuitement les photos exposées. Car c’est gratuit.  Et ouvert jusqu’à la fin de la semaine. Et on vous laisse entrer avec un appareil photo contrairement à beaucoup d’autres expos du même genre. Et lorsqu’on sait qu’à Paris ou dans d’autres grandes villes de l’hexagone, on aimerait bien récupérer ce festival, on mesure la chance que l’on a de pouvoir le conserver à Perpignan. Et dans un cadre qui vous sort du béton.

J’avais prévu d’aller le voir avec Colette Appert, la semaine dernière, et puis un changement de planning m’a obligée à annuler au dernier moment et j’y suis allée cette semaine, à l’improviste…. pour croiser Colette Appert. Qui porte un grand intérêt à ce Festival, a assisté à beaucoup des événements de la programmation. Ce fut une très agréable surprise et une opportunité pour échanger en toute décontraction. Un chouette moment avec une personne très ouverte et d’une grande finesse d’esprit !

Colette Appert croisée dans une des expos de Visa pour l’Image 2019

Dans un cadre exceptionnel

Des photos parfois difficiles, lorsqu’on pense à ceux qui souffrent sur ces images. Et on ne peut que remercier les reporters, les journalistes, qui ont peut être risqué leur vie pour nous informer. Car c’est la Liberté d’informer, la Liberté d’Expression, le droit de savoir qui font l’intérêt de ces images. Et jamais le voyeurisme !

Pour mes petits camarades de Blog-Cabestany, pour nos lecteurs qui ne sont pas tous dans notre région, pour tous les amateurs, j’ai noté sur un petit carnet les noms de photographes qui auront exposé à cette 31ème édition de Visa pour l’Image 2019.

Ma satisfaction, car on ne peut utiliser le mot plaisir, c’est de m’installer dans mon vieux fauteuil qu’il faudrait surement rembourrer mais à moi,  il me convient comme cela. Je sors ma tablette, et je la synchronise – quant ça marche – avec mon écran de télé. Et ainsi je peux visionner tranquillement les photos de l’expo. Le temps qu’il faut à chaque image pour voir les détails. Et revenir sur celles qui me touchent le plus. Ou me font m’interroger sur ce monde dans lequel nous vivons. Quand je veux et à l’heure que je décide ! Est ce que je peux dire que j’en sors toujours  indemne ? Au moins ai je l’impression d’avoir les yeux ouverts sur ce que beaucoup ne veulent pas voir !

Je ne prétend pas avoir recopié les noms de TOUS les photographes et je suis peut être passée à côté de certains que je n’aurais pas du rater. Que l’on me pardonne. Et puis les liens n’ont pas tous fonctionné ou alors c’est que je m’y suis mal prise. Mais l’intérêt c’est aussi d’en savoir plus sur le ou la photographe, sur ces photos, le lieu, l’environnement, la situation souvent terrible. Et cette souffrance de personnes que je ne rencontrerai jamais mais qui me touche, dans mon petit confort et ma sécurité.   

Et j’ai été très heureuse de pouvoir échanger avec Colette qui a la même sensibilité que moi. Et avec laquelle j’ai parlé de bien d’autres choses mais si j’en dis plus sur ce Blog, ce sera une autre fois. 

Avertissement : Merci à tous ces photographes, dont je ne prétends pas avoir fait une liste exhaustive, recopié les bons liens,  et je n’ai pas cherché à faire un travail professionnel. Je ne suis qu’un petite amatrice, mais Chers Lecteurs de ce Blog, qui êtes à Cabestany ou à des milliers de kilomètres,  si seulement vous pouviez partager avec moi toutes les émotions que j’éprouve à voir et revoir ces photos :

Cyril Abad

dont les photos sont au Couvent des Minimes

http://www.cyrilabad.com/

Lyndsey Addario

dont les photos sont au Couvent des Minimes

http://www.lynseyaddario.com/

Guillermo Arias

dont les photos sont au Couvent des Minimes

https://www.guillermoarias.com/

Valerio Bispuri

dont les photos sont à l’église des Dominicains

http:// www. valeriobispuri.com

Patrick Chauvel

Couvent des Minimes

http://www.fonds-patrickchauvel.com/

Olivier Coret

Couvent des Minimes

http://www.divergence-images.com/olivier-coret/

Abdulmonam aessa

https://making-of.afp.com/abdulmonam-eassa

Ed Jones

Couvent des minimes

https://making-of.afp.com/ed-jones

Adriana Loureiro Fernandez

http://www.adrianaloureiro.com/personal-

Pascal Maitre

http://pascalmaitre.fr/

Louie Palu

https://louiepalu.photoshelter.com/index

Ivor Prickett

Atelier d’Urbanisme

https://www.ivorprickett.com/

Goran Tomasevic

https://widerimage.reuters.com/photographer/goran-tomasevic

Dar Yasin

http://www.apimages.com/search?query=Dar+Yasin&entitysearch=&st=kw&ss=10&allFilters=&toItem=15&orderBy=Newest

et j’essaierai de faire mieux la prochaine fois !

Tags : Visa pour l’Image – Colette Appert – Alternance à Cabestany en 2020 – Démocratie – Liberté – Liberté d’Expression – 265 RiverSide Drive NYC – Blog-Cabestany – Trait-d’Union-Cabestany – Nikon – Perpignan – Couvent des Minimes – Pyrénées Orientales – France – Mariposa Webmasters, Gérone – Kujiwara Data Center Montpellier – Linux – Qwant – WordPress – Automattic – We believe in journalism, and our commitment is greater than ever. International Festival of Photojournalism. Festival International de Photojournalisme – Festival Internacional de fotoperiodisme – 

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

Jean-François Leroy, General Manager of Visa says :

Mexico, Venezuela, Egypt, Libya, Algeria, North Korea, China, Russia, Syria, Bangladesh and Hungary are countries with a sad reputation for violations of freedom of the press, and unfortunately the list does not stop there. We could add Malta, and even Northern Ireland. Occasionally there has been some good news: Wa Lone and Kyaw Soe Oo, the two Reuters journalists arrested when investigating a massacre of ten Rohingya civilians, were released as part of a presidential amnesty. In Egypt, Shawkan was released, but with restrictive conditions applying. In Bangladesh, Shahidul Alam has been released, for the moment, on bail. Any number of other examples can be found of journalists killed, injured or imprisoned, and every year the figures are shocking. All their names deserve to be cited. Since the beginning of 2019, 20 journalists have been killed, and 341 are in prison. In France too we can see reporters targeted, attacked by demonstrators and police without any major public outcry. Causes and professional ethics must be defended; journalists’ sources must be protected. One day the European Union, or even the United Nations will have to reach agreement on the definition of a journalist. Conditions for issuing press cards change from country to country, and there should be a standardized approach so that all journalists have the same rights, which means, of course, that they have the same duties. But this is not the way things are going at the moment. Certain politicians, even in leading democracies, will readily criticize journalists for doing their job, particularly when reports might leave them in an awkward situation. The general public is increasingly skeptical and wary of the media. Everything needs to be reviewed; questions need to be asked for trust to be restored. The right to report on news stories and conduct investigations freely is a basic pillar of democracy. That should go without saying, yet it needs to be stated loud and clear, again and again. In Perpignan, we shall continue to present stories from around the world. We believe in journalism, and our commitment is greater than ever.

Jean-François Leroy, Perpignan, Occitanie, France, sept 2019

-o-

les 21 et 22 septembre 2019 : Journées Européennes du Patrimoine ! Et pouvons nous espérer avoir un jour une véritable Culture pour tous dans notre ville ? demandez vous à Blog-Cabestany !

11 septembre 2019

La Culture, ce précieux trésor de l’humanité !

 

 

Perpignan est une ville d’Art et d’Histoire. Mais notre département regorge de sites qui méritent d’être visités, et revisités.

Pour les Cabestanyencs qui nous écrivent, la Culture devra être un sujet que Colette Appert et son équipe ne devront pas négliger, dites vous. Mais il se trouve justement, que sans vouloir hiérarchiser les problèmes, pour l’équipe qui va vous proposer l’Alternance en 2020, la Culture est primordiale.

Cabestany a de bons outils, mais très mal exploités, écrivez vous. Un Centre Culturel bien aménagé, une salle avec des sièges confortables qu’on aurait aimé voir installés au Théâtre de l’Archipel, par exemple. Mais à Cabestany, c’est le choix dans la programmation qui vous déplait fortement. Ce n’est même pas une histoire de choix raisonné ou pas, une affaire de gout,  disent certains d’entre vous,  mais le genre de programmation insipide qu’on trouve encore partout dans les Maisons de la Culture des villes staliniennes depuis 50 ans. Pour formater le cerveau des jeunes « futurs camarades » qu’il faut embrigader dès le plus jeune âge.  « A Cabestany, la programmation suinte le dogmatisme et l’idéologie », dites vous encore ! (c’est vous qui le dites)

A Cabestany on peut mieux faire, et on le fera, nous dit Colette ! Et on s’appuiera sur les goûts des citoyens, plutôt que de chercher à faire passer on ne sait quel message politique au travers d’une culture planifiée Place du Colonel Fabien, au siège du PCF.  Les jeunes ont tous des voitures et peuvent se déplacer aisément. On n’oubliera donc pas que beaucoup de nos concitoyens sont des Aînés. Pour lesquels aller à Perpignan, le soir,  au Palais des Congrès ou à l’Archipel représente une expédition. Pour y aller mais surtout pour en revenir.  Et il ne parait pas trop difficile de dénicher des spectacles qui ne sont peut être pas « nouvelle culture » mais qui les dérideraient. Opérettes, pièces de théâtre comiques, chansons des années 80 ou 90 qu’on aime tous reprendre en choeur quelle que soit la génération à laquelle on appartient. Ajoutez à cela une petite navette qui fasse le tour de Cabestany, un soir de spectacle,  à 19 h 00, pour encourager les Mamies et les Papies à sortir, même en chaussons, et les ramener à la maison à 23 h 00 au plus tard. On a demandé à nos anciens ce qu’ils pensaient de la Zumba. Un mot inconnu au bataillon ! Ou des tournois de sabre électronique, genre « guerre des Étoiles ». On attend encore la réponse. Mais nos Ainés se sentent oubliés à Cabestany !!! Voilà, tout est dit !

Vous ne pouvez pas passer à côté d’une excellente brochure qui vous donne le programme de ces journées du Patrimoine pour Perpignan

On vous donne même le lien pour la télécharger en PDF : juste un clic ci-dessous

brochure-jep2019

Vous aurez davantage de renseignements sur le site :

https://www.perpignantourisme.com/agenda/journees-europeennes-du-patrimoine-2019-0

et vous ne pouvez pas rater l’expo suivante : gratuite et ouverte jusqu’à la fin de l’année :

cela se passe à la Poudrière, rue Rabelais, à Perpignan

https://www.lepetitagenda.com/fr/lieux/la-poudriere-perpignan

                     La Poudrière, avec la maquette de Perpignan entourée de ses remparts, et un accueil des plus agréables de l’animatrice bien sympathique des lieux qui a très envie de vous faire partager ses connaissances.

et si vous préférez rester chez vous, vous trouverez beaucoup de visites virtuelles en 3D, à condition d’avoir votre petit logiciel Flash Player à jour. Comme pour l’Abbaye de Saint Michel de Cuxa. En déplaçant votre souris de droite à gauche ou de gauche à droite vous aurez en vue en 360°

http://abbaye-cuxa.com/index.php/visites-virtuelles/

 

 

Colette Appert démontre qu’elle est à l’écoute de TOUS les Cabestanyencs !

6 septembre 2019

La tribune de l’opposition du dernier Cabes’infos. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

-o-

L’Editorial de rentrée d’Alicia

Colette Appert n’a pas besoin de Blog-Cabestany pour savoir quelles sont les préoccupations des Cabestanyencs. A notre connaissance, elle n’a pas pris de vacances cet été, et elle a rencontré, spontanément ou à leur demande, un grand nombre de nos concitoyens.

Mais c’est quand même la force de notre Blog, de pouvoir recevoir, par mails, vos avis, vos colères, vos attentes, vos espoirs. Lorsqu’il s’agit d’échanger sur les grands sujets de la politique nationale, on vous répond nous mêmes la plupart du temps. Et je ne suis pas la dernière pour le faire !

Lorsqu’il s’agit d’un problème concernant Cabestany, on n’a ni la légitimité, ni la connaissance nécessaire pour vous répondre. Et nous ne sommes pas là pour nous immiscer dans le débat municipal. Nous sommes davantage des journalistes, des lanceurs d’alerte, des facilitateurs de la Liberté d’Expression, plutôt que des acteurs politiques.

Pour vous répondre, laissons faire ceux  qui ont la connaissance du terrain, des problèmes de notre ville. ET LAISSONS LES AGIR !

Les problèmes que traite Colette Appert dans la Tribune de l’Opposition du dernier Cabes’infos sont totalement en accord avec les messages que nous recevons régulièrement. Colette, répétons le, n’attend pas après nous pour savoir ce que ressentent les Cabestanyencs et elle reçoit probablement – EN DIRECT – un nombre de messages sensiblement plus élevé que ceux que nous lui faisons passer. Mais parce que nous lisons les messages reçus au Blog avant de lui renvoyer, nous savons de quoi nous parlons !

A quelques mois des Municipales, les Cabestanyencs auraient tort de ne pas s’exprimer auprès de nous, auprès de Colette, pour se faire entendre et dire ce qu’ils souhaitent pour les six années à venir. A moins qu’ils ne considèrent que dans notre petite ville de Cabestany, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Qu’il n’y aurait aucun problème ayant besoin d’être résolu. A moins, que de façon aveugle, ils continuent à faire confiance à la même équipe, par habitude, peur du changement, lassitude pour la politique, ou du simple fait de son orientation politique, et en se foutant pas mal de son programme à venir. Ou de son absence légendaire de programme, d’anticipation, de prévision, de vision pour l’avenir de notre ville. On ne maitrise plus les budgets à Cabestany. On ne gère plus rien ! On se contente de dépenser sans compter, au jour le jour, et d’attendre de voir arriver les factures. Et pour les payer on augmente vos impôts pour couvrir les dépenses. Comme c’est tellement simple.  « En matière de gestion, c’est la politique de Gribouille ! » nous disait encore récemment l’un de nos lecteurs.

Car chez Blog-Cabestany, si nous ne sommes pas des politiques, nous sommes quand même avant tout des citoyens comme les autres. Et nous sommes toujours effarés en lisant dans le Cabes’infos le bulletin de Monsieur Maire.

On se demande si ce dernier vit vraiment à Cabestany. On se demande s’il sait ce qui s’y passe. Lorsqu’il parle de SA ville, on se demande si c’est la même que celle où nous vivons. Mais il doit encore regarder la télé en noir et blanc et s’éclairer à la bougie.

Nous appartenons à tous ces Cabestanyencs qui attendons l’ALTERNANCE. Mais elle ne viendra pas toute seule parce que deux, trois, voire quatre Cabestanyencs sans convictions, sans programme, sans parti, sans idées, se sont mis en tête d’essayer de constituer leur propre liste pour les prochaines municipales. Quand depuis des années la seule opposition à s’être manifestée et avoir fait le boulot, est la nôtre ! On souhaite à tous ces doux rêveurs qui partent en ordre dispersé, la fleur au fusil,  bien du plaisir. Des citoyens – honorables sans doute – qui ne connaissent ni les dossiers, ni les problématiques de Cabestany. Qui se réveillent à six mois des élections et dont le projet a toutes le chances de faire « Pschitt » ! A moins que secrètement, ils n’aient en tête de créer la division pour faire gagner nos adversaires.

Peut être aussi que des candidats plus sérieux se dévoileront plus tard. On sait de source sure que la question se pose dans les états majors des grands partis. Mais on sait aussi qu’on hésite et qu’on attend pour voir venir. Et que Perpignan est la priorité. Et on s’est tellement habitués à la situation actuelle ou Monsieur le Maire fait semblant de tirer à boulets rouges sur l’agglo. Mais le faire pour de vrai serait tellement préjudiciable aux intérêts de notre ville. 

  A Cabestany, on ressent quand même une frénésie tout à fait inhabituelle pour vouloir être à tout prix sur la ligne de départ en 2020. Est ce que cela serait le signe que certains considèrent que la réélection de Jean Vila est loin d’être acquise ? Que tout s’obtient sans combat ? Pour nous il s’agit de velléitaires ! Depuis des années, si Colette et son équipe n’avaient pas « mouillé le maillot »,  il n’y aurait pas eu d’opposition à Cabestany et voilà que soudain…..  Mais ayons aussi la sagesse de considérer que c’est aussi cela la Démocratie.  Et que les sortants ne sont que de simples candidats. Au même niveau que tous ceux qui briguent le poste.  Et on croit savoir – mais comment s’y retrouver dans ce déluge d’ informations ou de rumeurs – que du côté de la mairie on n’afficherait plus la sérénité d’antan, la même unité,  et que plusieurs stratégies s’opposeraient au point de créer la division.  Quoiqu’il en soit il ne faut jamais vendre la peau de l’Ours…. Une expression consacrée, qui ne cherche aucunement à être irrespectueuse pour qui que ce soit. Qui veut juste dire que de s’imaginer que les choses seraient si faciles est à nos yeux une profonde erreur.

La seule chose dont on puisse être certain est que Colette ira jusqu’au bout sans se préoccuper des présumées futures gesticulations diverses ou variées des uns ou des autres !

L’ALTERNANCE, si elle arrive, ne peut venir que de Colette Appert, mais elle a besoin aussi que tous les citoyens qui veulent le changement se rassemblent derrière elle, en laissant pour certains,  leur ego et leur trop plein de testostérone au vestiaire. Et c’est la raison pour laquelle nous la soutenons sans réserves et vous incitons à faire de même !!!

Bonne rentrée !

                          #ALICIA

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

Rentrée de septembre 2019 : chez Blog-Cabestany nous avons développé une véritable addiction pour le Courrier des Lecteurs !

3 septembre 2019

« Courrier des lecteurs » – « c’est vous qui le dites »

Vous êtes de plus en plus nombreux à nous écrire. Que vous habitiez Cabestany, Perpignan, Leucate, ou Brest. Et là où vous êtes, vous nous dites que vous aimeriez tellement qu’il existe un Blog comme le nôtre. Pour vous exprimer. Mais vous pourriez aussi le créer. C’est gratuit. Et pour le mode d’emploi on pourrait, qui sait, vous aider si vous aviez un problème.

Et si vous habitez Cabestany, vous nous dites que c’est bizarre que personne, à gauche, n’ait ouvert un Blog pour nous répondre. Sans doute qu’avec la propagande diluée dans le Cabes’infos, ce n’était pas nécessaire. Et puis on lit et on met en ligne des commentaires écrits par des gens de tous les bords. Mais l’un d’entre vous, dont ne connait pas l’orientation politique,  nous « menace » d’ouvrir un contre-blog pour les Municipales. CHICHE !!!!!  Si notre bien modeste petit Blog a réussi à sortir la tête de l’eau, cela aura pris, quoi, dix ans d’efforts, d’heures prises sur nos loisirs, nos soirées, nos week-ends. De contacts avec des journalistes, des élus, d’autres blogueurs. De relectures par des juristes, ou enseignants. D’heures, la nuit, passées à vous répondre. Mais l’équipe de Colette le méritait amplement !

On traite différemment nos lecteurs de Cabestany. Et notre Blog est devenu un lien entre vous et nous, entre vous et Colette Appert. Car rien ne peut nous faire davantage plaisir que lorsqu’on a transmis votre message à Colette et que vous nous écrivez pour nous dire que l’on vous a rappelé. Et que vous êtes pleinement satisfait !!!

En cette rentrée on se serait attendu à ce que vous nous parliez en priorité de L’école, de l’Amazonie, des Retraites, de beaucoup d’autres sujets de l’actualité.

Durant le week-end, car beaucoup sont rentrés de vacances, nous avons reçu un courrier conséquent.

Un des sujets : ce massacre continuel de femmes, dans notre pays. Lorsque des salopards qui savent de pas encourir de lourdes sanctions, égorgent, poignardent, écrasent leurs épouses. Des abrutis vous diront encore par idéologie malsaine que la prison ne sert à rien. Et si la crainte d’être emprisonné à perpétuité (la vraie) arrêtait la main de ces criminels ? Mais la lecture des gazettes judiciaires nous démontre le laxisme de la justice. Alors il est parfaitement inutile de faire de grandes phrases moralisatrices sur le sujet. Que du pipeau !

Claudette écrit :

« on en fait moins pour protéger une épouse qui a pourtant porté plainte à de nombreuses reprises par rapport à un éleveur qui a retrouvé ses brebis égorgées et a tiré sur le loup. En France on protège plus un loup qu’une femme ! » (c’est vous qui le dites)

Et puis votre émotion est grande en parlant de cet afghan qui a assassiné un jeune qui ne demandait qu’à vivre. Qui a poignardé des braves gens. Un migrant, qui passait de département en département, nous dit on, avec à chaque fois une identité différente. Que ses voisins disaient être quelqu’un de violent qui leur faisait peur. Qui avait déjà vu son droit d’asile refusé sous d’autres noms d’emprunt, paraît il. Un grand classique sans doute. Mais l’on sait que quasiment personne n’est reconduit à la frontière. Laquelle d’ailleurs ? On aurait, parait il,  expédié récemment un Albanais….. en Norvège ! Il avait le « Guide du Routard » dans son sac ?

Jacques dit :

« la france est devenue une poubelle. Nos frontières une passoire. Mais qu’est qu’on s’en fout que sur ce geste ignoble, on mette le mot de terrorisme ou pas. ça change quoi ? Nos dirigeants n’essayent qu’à banaliser la chose. Et bien oui, en sortant de chez vous, vous serez peut être la victime d’un migrant nous explique t’on. La faute à pas de chance. La faute d’être au mauvais endroit au mauvais moment. Mais s’indigner qu’on laisse des migrants nous trucider serait la démonstration que nous adhérons à des opinions d’extreme droite. La seule réponse que trouvent ceux qui devraient nous protéger mais montrent leur incapacité. Comment nos dirigeants peuvent ils être aussi abjects pour nous enfumer. « les cons ça ose tout et c’est même à ça qu’on les reconnait ». (c’est vous qui le dites)

On pourrait aussi citer ce lecteur très en colère, qui nous écrit que mettre de la peinture sur la devanture de la permanence d’un député c’est un « attentat » pour le Ministre de l’Intérieur, mais qu’un  migrant qu’on a laissé entré puis se balader sans contrôles et qui nous tue, c’est un fait divers dont les médias parlent trop (!?). Et que s’émouvoir c’est avoir une réaction de facho (!?)  

Chez Blog-Cabestany, on condamne les actes de dégradation contre les Préfectures, les administrations, les permanences d’élus. Toutes les formes de violence quelles qu’elles soient !

« Mais si tous faisaient leur boulot est ce qu’on leur en voudrait autant ? » dit l’un d’entre vous. « N’y a t’il pas de l’indécence à voir un élu sortir son mouchoir et pleurer que sa façade a été peinturlurée lorsqu’il laisse les vieux crever en EHPAD. Et parce que les urgentistes qui portent un brassard en grève font quand même leur mission, va t’on attendre qu’ils restent chez eux pour qu’on prenne le problème au sérieux », dit une autre. Ou encore « le mépris pour le citoyen finira dans la violence ». Seriez vous en colère ? Comme ça y ressemble. Et comme cela nous inquiète !

Et on n’a pas envie de polémiquer pour que …… votre courrier augmente encore !!! On pourrait continuer et écrire encore des lignes, des pages, et vous citer encore et encore.

Votre courrier est notre meilleur baromètre pour savoir de que vous pensez, ce que vous voulez. Et même si cela peut prendre trois jours, une semaine, pour qu’on trouve le temps de vous répondre, soyez sympas et montrez juste un peu de patience et rassurez vous : on vous lit avec la plus grande attention. On met en ligne ce que vous voulez dire. On oeuvre pour la Liberté d’Expression. Et on ne peut pas tout, hélas !

Et bon courage pour ceux qui reprennent le boulot !

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

L’Édition 2019 du Festival de Photojournalisme de Perpignan, est lancée !

31 août 2019

Retrouvez toutes les informations dont vous avez besoin sur leur site :

https://www.visapourlimage.com/

-o-

 

« Honneur à nos Ainés ! Respect à nos anciens ! » nous écrit cet ami de Blog-Cabestany.

25 août 2019

« Courrier des lecteurs »

Cet ami de Blog-Cabestany nous écrit :

« Chaque jour, on nous fait comprendre que NOUS les vieux ne servons plus à rien. Nos parents ont combattu pour la Libération de la France. De plusieurs manières : comme soldats, comme Résistants armés, ou comme simples sympathisants qui au sein de la population faisaient passer des messages, observaient. Chaque petite pierre d’un édifice a son utilité. Et beaucoup y ont sacrifié leur vie !

Ma génération, qui n’a pas connu de biberon à la naissance car il n’y avait pas de lait, n’a pas connu le Nutella, les Haribo, mais c’est peut être aussi pour cela qu’on est patraques mais encore là.

On a bossé 60 heures pas semaine et on a apprécié le jour où dans les années 60, on est passé de 1 jour de repos hebdomadaire à 1 jour et demi et pas forcement accolés. Si vous saviez comme vous nous gonflez avec vos 35 heures, vos RTT. Et vos congés payés que nous on prenait dans la Creuse mais pour vous c’est Bangkok  ou les Seychelles. On s’est privé pour nos enfants. Nos petits enfants.

Vous les jeunes d’aujourd’hui vous aimeriez qu’on dégage. Pour toucher les trois francs six sous de notre vieille maison dont le toit fuit à chaque averse. Mais il vous faut le nouveau smartphone. Vous avez fait des Études mais ne savez pas écrire une ligne sans faire 5 fautes d’orthographe.  Vous nous contestez le moindre écu de notre maigre retraite. Vous augmentez la CSG, les impôts locaux, les taxes. A quand une vignette sur les déambulateurs ? D’autres, encore plus ignobles ferment des lits d’hôpitaux et font des EHPAD des mouroirs. Et comme c’est bizarre, il n’y a plus nos médicaments à la pharmacie du coin. Vous nous empoisonnez  au glyphosate mais vos enfants paieront l’addition. Et bientôt plus de paysans, les fermes françaises devenues des musées, le pain aux OGM venant de Sibérie, et ce qui ressemble mais de loin à de la viande, venant d’Amazonie.  Et vous en êtes sans doute fiers ! Et débordant d’arrogance ! Au point de vouloir nous donner des leçons !

De la manière dont vous élevez vos enfants, on verra comment ils vous traiteront quand vous aurez notre âge. Et quand je parle de vos enfants, peut être seront ils fabriqués dans une éprouvette ou par une mère porteuse. C’est vous qui l’aurez voulu et vous pensez que nous sommes de vieux cons de ne pas vivre avec notre temps. Il est des pays, en 2019,  où les femmes sont élevées en batterie comme des animaux chez nous. Des pays qui viennent se pavaner au G7. Du moment qu’on puisse leur vendre quelque Rafale ou missile.

Rassurez vous ! On va bientôt dégager. En attendant, si on doit tenir notre canne d’une main, il nous  reste une autre main pour vous coller une baffe si vous nous cherchez des noises. Et malgré l’immense affection qu’on a pour vous. Car on a vécu uniquement pour que votre vie soit meilleure que la nôtre. Mais tachez de vous en sortir par votre seul mérite.  Et laissez nous honorer nos Anciens  qui font qu’aujourd’hui nous sommes – mais pour combien de temps encore – en Démocratie. Et que vous êtes Libres …. ! Et le serez demain mais seulement si vous êtes capables de préserver ce qu’on vous a légué. 

 

Le « Bataillon Catalan » ou une histoire de la France Libre…. à Cabestany !

22 août 2019

75ème anniversaire de la Libération de la France

Insigne du 24ème R.I.C.

                                   Insigne du 24ème R.I.C.

A la demande de plusieurs de nos internautes, nous avons « ressorti » un article que nous avions déjà mis en ligne, il y a quelques années. Mais plus que jamais d’actualité.

-o-

Richard, Historien avait écrit :

LE RECIT

« Aux lendemains de la libération de notre ville de Perpignan, les 19 et 20 août 1944, il y est formé un bataillon de volontaires, venant de couches sociales et d’horizons les plus divers, anciens militaires, résistants, militants de divers mouvements, mais la plupart viennent à peine d’atteindre l’âge de porter les armes. (et pour certains sans doute pas encore mais personne n’a envie de le vérifier et ils ont tellement d’ardeur)

Tous ces Catalans ne veulent qu’une chose : participer à la victoire finale.

Ils sont envoyés, car on leur dit que cela leur servira en même temps d’entraînement, surveiller la frontière espagnole au dessus de Montlouis. Mais on n’a pas d’armes à leur confier. Et ils courent après les chèvres pour faire de l’exercice. Ils ont l’impression qu’on a pas besoin d’eux ou qu’on ne sait quoi en faire. Certains songent même à rentrer à la maison. Quelques uns le feront.

Tout le monde prédisait la fin de la guerre pour la fin de l’année 1944, mais les nazis défendent leur sol avec acharnement. Début 1945, le bataillon rejoint le théâtre des opérations dans le nord-est de la France, et il y participe activement à la libération de notre territoire sans se retrouver toutefois en première ligne.

En avril 1945, tout change : le bataillon est intégré à une unité de Français Libres qui se bat depuis 1940 et dont la plupart, des soldats de métier, ont l’expérience de durs combats en Syrie, en Libye, en Norvège. Beaucoup ont affronté les troupes d’élite de Rommel dans les sables de Tobrouk.

Il est assigné à cette unité composite, constituée pour l’occasion, la mission de réduire une poche allemande, une des toutes dernières sur le sol français, dans les alpes du sud à la frontière italienne au dessus de Nice. Le terrain est escarpé, encore en partie enneigé, et à plus de 1500 mètres d’altitude d’où ce choix d’intégrer des pyrénéens, auxquels on prête des qualités de montagnards – même s’ils sont Salanquais – au milieu de ces vétérans du désert. Au dire des Catalans, dans ce terrain pentu, même un mulet n’y serait pas monté. Les allemands sont retranchés dans plusieurs fortins ou casemates, avec vivres et munitions, et protégés par leurs murs de béton. Ils ont décidés de ne pas se rendre et de faire payer cher quiconque voudrait les déloger. En face d’eux, pour les Français, il n’y a nul monticule, ou rocher pour se protéger. Ils faut donner l’assaut, à découvert. Il faudra s’y reprendre à plusieurs fois, et principalement de nuit, les affrontements durant presque une semaine.

Les combats seront d’une rare violence, les pertes extrêmement lourdes – plusieurs centaines – dans les deux camps, avant que les français ne finissent par venir à bout des allemands.  Ceux ci, des fanatiques qui quelques jours avant, défendaient une enclave en Italie du Nord et sont particulièrement aguerris, s’accrochent. Ils auront tenu leur dérisoire promesse. Les français auront payés un lourd tribut en attaquant – à découvert et sans armes lourdes – les bastions occupés par les nazis. Bien des Catalans ne reverront jamais Perpignan alors que dans moins d’un mois, les armes se seront tues définitivement, et qu’on dansera sur la place de Catalogne. Fallait il faire perdre à la vie à tant d’hommes pour écourter cette longue guerre de quelques jours ? Mais tout le monde était pressé d’en finir !

Il sera accordé au « Bataillon Catalan des Français Libres » une citation qui leur donnera le droit de porter le brassard à « croix de lorraine », en hommage à leur courage et à leur sacrifice.

Peu après la libération, le « Bataillon Catalan » sera dissous. Certains accepteront la proposition d’intégrer l’armée française, et s’y distingueront sous d’autres cieux. Mais la plupart de ces catalans préférera retourner s’occuper des vignes, et de retrouver une vie normale, en héros anonymes. De grands blessés, lourdement handicapés,  ne reverront leurs terres du Roussillon qu’à la Noël 1945. Une compagnie du « Bataillon Catalan », qui faisait partie  du « 24ème régiment d’Infanterie Coloniale »  sera sélectionnée pour faire partie d’une revue militaire, à Paris, le 18 juin 1945. Les catalans auront l’insigne honneur de défiler devant le Général de Gaulle avec d’autres troupes dont la particularité était de s’être vaillamment comportées

Rares, sont sans doute, ceux du « Bataillon Catalan » a être encore parmi nous, mais avons une pensée pour eux, et pour leurs camarades disparus en avril 45, ou depuis.

 

Blog-Cabestany : Richard, l’auteur de ce texte, nous avait précisé avoir fait un travail de recherche minutieux, en dehors des livres d’histoire classiques, en passant plusieurs semaines dans des Centres d’Archives un peu partout en France mais plus particulièrement auprès du CAPM (Centre des Archives du Personnel Militaire) à Pau. Lors de la première parution de cet article nous avions eu le témoignage d’enfants de ces héros pour nous remercier de les sortir de l’oubli. Si certains veulent nous envoyer d’autres témoignages, nous les en remercions par avance. HONNEUR A NOS AINES !

-o-

 

 » Perpinya alliberada « 

20 août 2019

Perpignan Libéré-o-

Nous ne pouvions oublier la date du 20 août, à savoir la Commémoration de la Libération de Perpignan, en 1944. Qui aura couté la vie à plusieurs de nos aînés et concitoyens.

On vous rappelle ce livre « Perpignan Libéré » pour lequel Blog-Cabestany avait participé – en 2015 – à la souscription, car l’éditeur voulait être sur d’avoir suffisamment d’acheteurs avant de le mettre en fabrication. On a vu ce livre chez un libraire de Perpignan, cet hiver, qui nous a dit n’en avoir plus que de rares exemplaires, et encore suite sans doute, à un retirage.

Un très beau livre. Dans un étui cartonné personnalisé de qualité pour le protéger. Il est écrit en français et en catalan avec des images que seuls ont vu les lecteurs de l’Indép, il y a plusieurs décennies. Et que nous n’allons surement pas scanner. La propriété intellectuelle et culturelle est une valeur que nous défendons.

Un livre à posséder dans sa bibliothèque ! ou à emprunter à une bonne médiathèque.

En 2015,  il était édité chez « Mare Nostrum »,  1, rue des variétés à Perpignan. Leur site :

http://www.marenostrumedition.com

Bonne lecture !

-o-

et la vidéo ci-dessous provient de Youtube

 

le 20 août 2019, à Cabestany

Pourquoi le 15 août est il un jour férié ?

15 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

Joyeux 15 Août 2019 à tous !

 

Gabrielle demande à Blog-Cabestany : « Pourquoi le 15 aout est il un jour férié ?« .

Fête religieuse, ou pas ? A l’origine, évidemment. Mais passée dans la culture française au point que beaucoup de français ne savent plus s’il s’agit d’une fête qui appartient désormais à la tradition ou s’il faut y voir encore un caractère sacré ?

Une étude dans les années 70 avait été menée pour savoir s’il fallait surtout conserver à cette date le caractère de jour Férié. Donc chômé et payé. Car là était l’enjeu et nulle part ailleurs  ! Le patronat plutôt classé comme pro-clergé voulait faire l’économie d’un jour de salaire quand la C.G.T. ne voulait pas qu’on touche à ce jour férié. Et cela à aucun prix !!!  Georges Marchais faisait partie de ceux qui s’opposaient le plus radicalement à la suppression de ce jour férié, et alors qu’un journaliste plutôt retors lui demandait s’il n’aurait pas été – par hasard – « enfant de coeur », il lui répond : « non, je ne l’ai jamais été, mais je n’aurais aucune réticence à le reconnaitre si cela était. Et s’il fallait  mettre sur la touche tous les « camarades » qui l’ont été, nos rangs seraient plutôt clairsemés ! ». Mettant les rieurs de son côté. Et jusqu’à une certaine Arlette Laguiller qui disait que le 15 août était le jour où ses militants qui distribuaient des tracts sur les plages étaient assurés de rencontrer le plus grand nombre de prolétaires en slip de bain !

Les Français se divisaient, à l’époque,  sur le caractère religieux ou pas, de ce fameux 15 aout, au point que tout le monde commençait à regretter d’avoir engagé une telle réflexion. Surtout que malgré des avis divergents tout le monde faisait consensus sur le fait qu’il ne fallait surtout pas toucher à ce jour férié. Qui tombait déjà pendant la période où la plupart des Français était en vacances. Pour les autres, cela occasionnait la possibilité de faire le pont. Et en 2019, la Préfecture des P.O. va jusqu’à fermer les services publics ce vendredi 16 aout ! Et puis pourquoi créer des problèmes là où il n’y en avait pas ? En France, on ne cherche jamais à résoudre ce qui ne marche pas mais on s’ingénie toujours à vouloir réformer ce qui ne pose pas de problèmes ! Un grand classique !

Mais l’Insee avait surtout découvert que dans les années 70, il s’agissait d’une journée où le chiffre d’affaires dans les hôtels, restaurants, bars, agences de voyages, parcs de loisirs, campings et autres activités touristiques, était le plus fort de l’année. Bien plus que tous les autres jours, Noël, Jour de l’An…. On parle bien d’une époque qui date de 40 années en arrière car on a pas de chiffres actualisés.

Même dans les villes de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, il était hors de question de ne pas laisser se dérouler dans les rues, une procession religieuse qui attirait les touristes. Il ne fallait pas indisposer les électeurs, croyants ou non. Et généralement, on tirait même un Feu d’Artifice ! Comme pour le 14 juillet.  Certains demandant que l’on déplace le Jour de Fête Nationale qui ne serait plus le 14 juillet mais le 15 aout.

Une demande pas aussi farfelue qu’on pourrait le penser. Cela n’aurait été qu’un simple retour en arrière. Car depuis 1637, sous Louis XIII, et jusqu’à la Révolution, le 15 août avait été, dans le royaume de France, la Fête Nationale. Honorée par toutes les religions, chrétiens, juifs, musulmans ou par les athées. Et par tous ceux qui avaient la fibre nationale sinon patriotique. Car c’était le jour où chacun invoquait le ciel ou autre chose,  selon ses croyances, pour que la France soit préservée des malheurs ou catastrophes et qu’elle demeure un pays uni et en paix. Et toucher à ce symbole aurait été pour beaucoup une atteinte à notre culture, à notre passé, à nos traditions. Un sacrilège impardonnable dépassant le caractère sacré ou religieux. Voire un mauvais présage, pour les superstitieux, de ceux qui vous attirent tous les malheurs sur la tête. Qui prendrait une si lourde responsabilité ?

Il vaut mieux bien connaitre l’Histoire pour comprendre les choses. Et c’est un prof d’Histoire de nos amis qui nous aura sorti du pétrin car on n’avait pas la réponse, chère Gabrielle ! Et quel besoin d’avoir été inventer les R.T.T.  que personne n’avait réclamés (mais qui sont devenus un acquit) si c’est pour s’en prendre à un jour férié qui date de quatre siècles ! Ce qui ne sera pas l’avis de certains sectaires qui préféreront quand même être à la plage aujourd’hui plutôt qu’au boulot  !

 

 

 

 

 

La Rédaction de Blog-Cabestany vous recommande la lecture du livre d’Henri Guaino :  » ils veulent tuer l’occident »

15 juillet 2019

Nous vous recommandons ce livre de notre ami Henri Guaino

Nous avons rencontré Henri Guaino, au début de l’année 1992. Bien avant qu’il ne devienne la plume de Nicolas Sarkozy en 2007. Un gaulliste social qui avait l’écoute de Jacques Chirac. Vif, intelligent, enjoué, d’une grande culture. Bouillonnant d’idées. Chaleureux, sympathique. Pince sans rire. Avec de l’humour. Et capable de dérision ou surtout d’auto-dérision : ce qu’on aime !

Henri Guaino fait également partie des nombreuses personnalités, écrivains, journalistes, politiques, juges, qui nous ont autorisés à reprendre à tout moment leurs écrits qu’ils publient dans leurs blogs, leurs sites et plus généralement dans les médias.

Nous avons lu son livre plein de gravité : « ils veulent tuer l’occident »

ILS : ce n’est pas « les autres ». Il ne s’agit pas d’opposition entre notre culture, notre civilisation, et le reste de la planète. Ce ILS : c’est nous ! Qui voulons couper la branche sur laquelle nous sommes assis ! Ou du moins sommes les complices passifs de ceux qui veulent nous entrainer à notre perte pour satisfaire leur ego maladif qui relève sans doute de la psychiatrie. Il y a tellement d’exemples dans l’Histoire !

Tout comme notre comportement vis à vis du réchauffement climatique, notre laxisme pour défendre nos propres valeurs est le signe avant coureur de ce qui nous attend en Occident.

Tout comme en politique, en voulant raser nos fondations, et voulant construire un monde nouveau basé uniquement sur la technologie, l’intelligence artificielle, la mondialisation, la course au profit, nous allons dans le mur. Car il ne s’agit pas de refuser le Progrès. Mais de l’asservir pour notre bien-être plutôt que d’en être les esclaves !

Ce n’est pas de la faute des autres : c’est la nôtre. Et celle de ceux qui nous entourent et se prétendent des philosophes, des intellectuels. De ceux qui nous gouvernent et prétendent par exemple qu’il n’y a pas de « culture française » comme notre Président. Tous ceux là nous entraînent vers l’abîme et nous sommes en train d’adorer le « veau d’or ».

Balayés les philosophes grecs, le monde romain, ces horribles Gaulois, la Renaissance, les Lumières, les Belles Lettres, la civilisation de nos Ainés, le concept même de Démocratie. L’obstination destructrice de nos élites à vouloir faire table rase de nos valeurs, de nos acquis, est suicidaire.

Il y a les électeurs, moutons de Panurge qui bêlent devant ceux qui veulent nous donner des leçons, nous expliquer que nous devons croire à leurs folies. Nous prosterner devant eux sans chercher à comprendre. Eux sont les « sachants ». Et nous les abrutis ? Car pour ceux qui nous dirigent, que des simples d’esprit aient mis leur bulletin dans une urne – dans un moment d’égarement – est l’assurance qu’ils peuvent faire de nous ce qu’ils veulent et surtout n’importe quoi. Mais ceux qui liront ce livre, comprendront qu’on peut – peut être – encore préserver, chez certains d’entre nous, le peu qui nous reste de dignité et d’humanité.

Mais n’est ce pas déjà trop tard ?

Voilà pourquoi la rédaction de Blog-Cabestany vous recommande la lecture du livre d’Henri Guaino !

 

L’Opposition à Cabestany et le développement durable !

8 juillet 2019

L’Opposition à Cabestany et le développement durable !

Nous, c’est Cabestany !

Claude écrit :

Nous sommes plusieurs citoyens Cabestanyencs, passionnés d’Écologie, amis, adhérents ou non de l’association Trait-d’Union-Cabestany, n’ayant pas la même sensibilité politique, ne faisant pas le même métier, dans l’Aéronautique ou dans la viticulture entre autres, qui avons décidé de nous mettre au service de Colette Appert pour sa campagne municipale à venir.

Pas pour intégrer sa liste. Certains le feront peut être. Mais pour travailler avec elle et son équipe de campagne, de façon pratique. Parce que le Développement Durable, dans une ville comme la nôtre, est parfaitement compatible et souhaitable avec la gestion municipale. Et Colette Appert est convaincue depuis longtemps de cette nécessité absolue. Qui ne devrait même pas faire l’objet d’une récupération politique de la part de certains. Et dans une ville qui ne montre pas l’exemple au delà des belles paroles, déclarations d’intention. Du pipeau quoi !!!!

Certes, Cabestany n’est pas Paris. Où lors du déclenchement de la canicule la pollution a atteint des pics quasiment inégalés. Mais où l’on a continué d’interdire, jour après jour, et de façon croissante, sans tenir aucun compte des relevés scientifiques que je reçois tous les matins sur mon bureau. Au point de punir les citoyens alors que les taux de pollution étaient redevenus très bas, quasiment à la normale (mais tout est relatif), et que le seul problème, à Paris, provenait des centrales à charbon allemandes.

Mais pour faire un coup de com’, certains sont capables du pire. Interdire les voitures récentes fonctionnant au diesel alors qu’on fait des dérogations pour les vieux autobus. Et que l’on continue à acheter des neufs qui marchent au même carburant.  Dérogation pour les camions poubelles. Dérogation pour les engins de chantier. Et que dire à Paris des poids lourds qui viennent de Barcelone et vont en Hollande sans s’arrêter en passant par le périph’. Alors que nous, nous savons où trouver les renseignements fiables, savoir où l’on en est des réserves d’eau potable dans les P.O. Et bien d’autres choses utiles. Parce que cela nous passionne mais que nous en avons marre des charlatans, colporteurs de fausses nouvelles, et politicards qui nous prennent pour des abrutis, et ne pensent qu’à leur carrière plutôt que de nous dire la vérité. Et qui veulent faire de nous les seuls et vrais coupables !

Mais que penser alors, de ces nouveaux accords commerciaux avec l’Amérique du Sud, des accords indignes et scélérats. Dont le citoyen est tenu volontairement à l’écart et mal informé. Que penser de ceux qui les ont signés ?

Certes on a envie de vendre des avions Rafale en Amérique du Sud. Pour que ces pays amis se « foutent sur la gueule ». A moins qu’ils n’aient découverts des extra-terrestres. Et on connaît l’efficacité des armes françaises lorsque nos Exocet, vendus aux Argentins, ont coulé des navires britanniques, aux Malouines. Pendant que nos bidasses en Afrique se paient eux mêmes leurs vigatanes.

On aimerait vendre davantage de véhicules Renault en Amérique du Sud, ce continent où l’on tronçonnent les arbres des forets, où l’on répand des tonnes de pesticides, où l’on cultive des plantes O.G.M à tout va. Mais dans ces pays amis on préfère les Volkswagen, les produits chimiques de Bayer, et tout ce qui est écrit en allemand est présumé être de meilleure qualité que les produits français.

Ce qui n’aura pas empêché l’Europe – vous savez, cette « Europe qui protège » – et la France en tête, de signer ces foutus accords.

Bon, les Renault c’est pas grave. Elles ne sont plus fabriquées, pour la plupart, dans l’hexagone mais au Maroc, en Slovénie, en Turquie, au Maroc, en Espagne.  Celles qui le sont encore avec des pièces venant encore de plus loin.  L’État est actionnaire de Renault et les bénéfices servent peut être à indemniser les chômeurs français qui au lieu de rester à la maison auraient peut être préféré  aller bosser à l’usine. Mais c’est pas une réflexion de banquier ou de comptable ! Car que vaut la dignité de l’Homme ?

Et puis on va importer du vin, car comme chacun le sait, on ne sait pas en produire chez nous, et des milliers de tonnes de viande, acheminés par des bateaux polluants, en provenance de ces pays irresponsables,  lorsque nos paysans français se tirent déjà une balle dans la tête. Mais la côte de boeuf aux hormones est plus gouteuse, paraît il, au barbecue que la viande Charolaise.

Être contre le Libre-échange et contre la mondialisation, c’est être un Salopard, lit on dans la propagande étatique. Moi, je revendique faire partie des Salopards et je me préoccupe de Cabestany, ma ville.

En 2014, mes amis et moi-même étions affolés des projets municipaux de construction en masse de nouveaux bâtiments. On est loin des prévisions et c’est heureux. Autrefois, on disait qu’un Maire-batisseur était certain d’être réélu. Aujourd’hui, c’est le contraire. Et nous espérons que la raison l’a emporté à Cabestany.

Et demain, aux aurores,  je remettrai du gas-oil dans ma bagnole pour aller travailler plus loin que Valmanya. Car j’ai toujours pas trouvé la gare SNCF à Cabestany. Amitiés à tous !

  ALICIA : Merci Claude ! Avec votre verre de Rivesaltes argentin, on vous conseille du camembert, mais du « camemberto do Brasil ! ».

Cabestany : « NON, la déclaration de candidature de Jean Vila n’est pas une mauvaise nouvelle pour moi » dit Colette Appert. « Et c’est même le contraire ! »

3 juillet 2019

POSTMASTER écrit :

Les membres du staff de campagne (en cours d’élaboration) de Colette Appert ont lu ce matin dans l’Indépendant la déclaration de candidature de Jean Vila : et ce n’est pas une mauvaise nouvelle, disent ils.

On ne citera pas, au mot le mot, ce que nous ont déclaré ceux qui ont déjà commencé à travailler – avec acharnement à voir les piles de dossiers – sur le programme de la candidate d’opposition mais on en a retenu la teneur. Également du côté de Colette Appert, rayonnante, radieuse, qui semble « avoir la pêche », cela ne semble pas du tout être non plus une mauvaise nouvelle. Et même le contraire !

Si je m’oppose à un adversaire, dit Colette Appert, je ne supporterai jamais qu’on mette son age en avant comme un handicap. C’est déloyal et mesquin. C’est à lui de voir, et lui seul. Et je nous souhaite encore de longues années d’opposition. « Moi, à la Mairie. Lui en train de s’opposer à moi ! » (RIRES).

Et si j’ai pu dire, et je le confirme, que la politique menée à Cabestany était d’un autre temps je n’ai jamais fait la moindre allusion à l’age de mes adversaires. Je condamnais des choix idéologiques, doctrinaires, surannés, qui ne devraient pas avoir droit de cité dans une politique municipale. Je n’ai jamais rien fait d’autre.

D’ailleurs est ce que c’est parce qu’on a un jeune Président à l’Elysée que sa politique nous satisfait ? Il s’en prend aux aînés, taxe les retraités, laisse les EHPAD à l’abandon, dit qu’il n’y a pas de « culture Française », n’a pas toujours – à mon avis – le respect que méritent nos anciens combattants. Est ce là, ce qu’on attend d’un jeune qui parle de renouveau et veut balayer un ancien système qu’il condamne pour le remplacer par un pire ? Je n’ai pas le souvenir que Jean Vila ait jamais tapé sur les vieux ! Qu’il ait fait ce qu’il fallait pour eux, ça, croyez moi, par contre on en reparlera tout au long de ma campagne !!!!!!!

Colette Appert précise (on en retient que l’essentiel) qu’elle ne fera pas une campagne anti-Mélenchon, anti-Macron, anti-Marine ou autre. Sa campagne ne sera pas politique ! Ce qui n’enlève rien à ses convictions. Même précise t’elle, mon opposition apparente au Président ne concerne que lui, et pas ceux qui peuvent voter pour lui. Je ne suis pas sectaire ! Elle fera une campagne pour rassembler tous les citoyens ou du moins le plus possible d’entre eux, derrière elle. Pour Cabestany. Pour les Cabestanyencs ! Parce qu’elle a une autre vision de l’avenir pour notre ville et d’autres choix pour rectifier une gestion municipale qu’elle estime « hasardeuse »,  depuis quelques temps.

Car en 2020, Colette Appert est tout autant légitime que Jean Vila pour briguer la mairie et faire contre lui une campagne sans concession, sans accommodement, mais de façon sportive et respectueuse. Je connais les comptes, les problèmes de Cabestany comme si je travaillais à la Mairie. Qui pourrait en dire autant ? Avec Jean Vila, on boxe dans la même catégorie ! Mais il n’y aura qu’un vainqueur !

J’ai des idées dit « Colette Appert ». Quel besoin aurais je, d’aller démonter mes adversaires par des manœuvres qui m’abaisseraient ? J’ai suffisamment d’arguments dans ma besace pour que les Cabestanyencs fassent un choix en toute lucidité pour le mandat à venir. Il faudra que je m’occupe de la crèche. Il faudra que je voies la possibilité d’implanter une nouvelle maison de retraite à Cabestany. J’ai déjà commencé à travailler sur le sujet. Mais il ne suffit pas de claquer des doigts car dans une opposition à laquelle on ne donne pas sa place à Cabestany, rien n’est simple.

Et n’avez vous peur, demande t’on à Colette, qu’un « Coucou » vienne s’installer dans votre nid ? (le coucou est ce volatile qui en profite pour venir s’installer sans foi, ni loi, de façon éhontée dans le nid de ses congénères) Colette rit !!! « Mais tout est possible, Postmaster ! », dit elle avec de la malice dans les yeux. Souvenez vous de ce film avec Belmondo, et de sa réplique fétiche «  ne jamais sembler être étonné(e) ». Allusion sans doute à « Itinéraire d’un enfant gâté ». Rien ne pourrait en effet l’étonner, semble t’il ! Quant à avoir peur de quoi que ce soit !

Que dans ma propre famille, dit  Colette, il y ait un « coucou » qui veuille venir me narguer. Qu’il y ait une liste de l’Enmarchie, qui sait du Rassemblement National ou autre. Tout est possible. Même que d’anciens de mes co-listiers aillent « faire du gringue » à Jean Vila. Comme certains des siens qui semblent subitement me trouver intéressante ?! Mais la seule chose que je peux vous dire c’est que quoique il arrive, j’irai jusqu’au bout. Rien ni personne ne me fera varier de ma route ou changer d’avis. Et si certains veulent prendre le risque de faire réélire Monsieur Vila, ils en assumeront la responsabilité. Si je me suis déclarée si tôt pour certains, c’était pour montrer ma détermination. Le reste !!!!!!

On aimerait en savoir plus ! Apparemment ce ne sera pas pour cette fois car le téléphone de Colette n’arrête pas de sonner. Il y a six ordinateurs portable allumés dans la pièce. Et les vacances, Colette ? Le matin à la fraîche, dit elle. Dans l’eau, à Canet, Saint Cyprien, Villeneuve de la Raho, ou ailleurs. On n’a pas de point fixe. On va se baigner tôt le matin. Et après on bosse !!! et on rebosse !!! dit Colette. Pour moi, se maintenir physiquement en forme et avoir une mentalité de sportive est essentiel. De gagneuse ! Et bravo les bleues ! Dans peu, elles seront à la hauteur des Américaines ! Car le principal dans la vie et en toutes circonstances, n’est ce pas d’en vouloir ?

Merci Colette !

Cabestany : « c’est dans l’Indép » – La déclaration de candidature de Colette Appert pour 2020

30 juin 2019

Les médias des P.O., les sites d’information, les blogs locaux commencent à reprendre un à un la déclaration de candidature de Colette Appert pour 2020. Que presque tous attendaient. Que beaucoup souhaitaient à Cabestany au point parfois de la presser mais dorénavant les choses sont clarifiées. L’opposition à Cabestany, largement rassemblée, présentera une liste face à la municipalité sortante, afin de proposer aux Cabestanyencs : l’ALTERNANCE !

Dans un contexte national chamboulé, où plusieurs partis ont bien des difficultés à exister, il parait parfois difficile de se positionner politiquement. Mais un scrutin municipal ne ressemble en rien à un vote national. Il s’agit pour un candidat d’avoir un projet pour sa ville, et Colette Appert est dans ce cas. Et elle devrait largement rassembler avec une offre séduisante pour les Cabestanyencs, une vision d’avenir pour notre ville,  et non se recroqueviller derrière des concepts politiques souvent dépassés lorsqu’il s’agit de la vie locale. Où l’on doit se préoccuper du petit commerce  de sa ville et de l’état de ses trottoirs plutôt que des prochains Jeux Olympiques à Paris.

Ce qui n’enlève rien aux convictions de chacun ! Mais sur lesquelles l’intérêt général doit toujours primer.

Cela met un terme également à une rumeur qui inquiétait au plus haut point nos lecteurs. A savoir qu’il n’y aurait peut être pas de liste – du moins sérieuse – d’opposition en 2020 comme cela se verra sans doute ici ou là quand le citoyen n’a plus l’envie de se dévouer bénévolement pour le bien public. Car il est de plus en plus rare qu’on lui en soit reconnaissant !

Pour une candidate qui part en campagne, pour devenir la Maire de tous,  mais qui sait être  déjà soutenue par une grande fraction de la population, voilà qui devrait la rassurer et la conforter dans ses décisions !

La page 15 de l’Indép ce dimanche 30 juin qui informe de la candidature de Colette Appert !

Dans le courrier adressé à Blog-Cabestany, nos lecteurs avaient accueilli avec une grande satisfaction la déclaration de candidature de Colette Appert. Une déclaration dont elle nous avait réservé la primeur !

https://blogcabestany.com/2019/06/21/cabestany-la-declaration-de-candidature-de-colette-appert-pour-les-municipales-de-2020/

 

Cabestany : la Déclaration de candidature de Colette Appert pour les Municipales de 2020 !

21 juin 2019

Le communiqué de Colette Appert adressé aux médias mais dont nous avons sans doute la primeur !

COMMUNIQUE

 

Déclaration de candidature de Colette APPERT, Conseillère Municipale d’opposition :

 

 » Tout aussi important que le projet, il faut une vision d’avenir, un nouvel élan et un renouveau pour Cabestany.

D’où l’importance d’une connaissance de sa commune pour mieux appréhender le futur.

J’habite Cabestany depuis 36 ans, je suis impliquée dans la vie politique de ma commune depuis 20 ans.

Je suis élue depuis 10 ans face à un maire en place depuis 42 ans et qui n’apporte plus rien à la commune.

Je veux me consacrer à celle-ci avec une optique qui colle à la réalité du moment et je me préoccupe de la sécurité de mes concitoyens.

Nous ne connaissons pas la future gouvernance de la C.U. mais j’y défendrai notre commune et ses intérêts.

Je respecte le suffrage universel et je veux travailler pour le bien commun.

C’est pour toutes ses raisons que j’officialise ma candidature pour les futures élections municipales de 2020.

J’ai autour de moi des personnes compétentes et motivées. Nous avons un lien très fort qui nous unit : l’Amour de Cabestany « 

Colette Appert

-o-

 

Blog-Cabestany : Nous nous sommes mis au service de la candidate. Nous étions en sa compagnie lorsqu’elle nous a donné la teneur de sa déclaration et nous a expliqué sa décision. Si elle n’en dit pas plus c’est qu’elle estime qu’il est prématuré de faire de plus amples déclarations et elle a bien le temps pour passer à l’étape suivante à la veille des grandes vacances d’été. Nous nous attendons à recevoir un « abondant » courrier. Mais nous ne vous en dirons pas plus…. car nous n’en savons pas plus. Et serions bien incapables de répondre à vos questions.

Colette Appert n’est pas du genre à hésiter, tergiverser. Ayant pris sa décision il lui paraissait nécessaire d’annoncer la couleur. Pourquoi attendre et laisser tout un chacun faire ses pronostics et laisser libre court à son imagination. La franchise et la transparence étant des traits de son caractère. L’engagement pour sa commune et la ténacité, ce qui la caractérise.

On croit savoir que sa liste pour 2020 est déjà bien avancée, sa stratégie plutôt cadrée, son programme plus que dégrossi (réaliste mais séduisant). On sait que vous êtes plusieurs à avoir déjà contacté la candidate. Pour lui dire que vous êtes prêts à vous engager sur sa liste, ou simplement, sans vous engager – mais il reste encore presqu’une année – pour lui apporter idées, conseils, connaissances, soutien, aide dans sa campagne, ou autre.

En effet, si vous êtes une ou un Cabestanyenc, inscrit(e) sur les listes électorales ou en passe de l’être, si vous avez des compétences quelles qu’elles soient ou simplement « l’esprit citoyen ». Si  vous êtes prêt à vous engager pour votre ville, si vous avez le sens du bien commun, ou si vous voulez seulement apporter des idées, participer à une équipe de travail. Et peu importe vos opinions politiques – ou si vous n’en avez pas –  car il s’agit d’un scrutin municipal, contactez nous par mail à ce Blog. C’est la candidate en personne qui vous recontactera directement. Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

Si vous êtes une ou un habitant de Cabestany, inscrit ou non sur une liste électorale, qui aviez peut être l’habitude de vous abstenir jusqu’alors, mais voulez vivre dans une ville qui vous convienne. Où vos enfants pourront s’épanouir. Vos ainés vivre sereinement. Si vous avez une revendication, un souhait, ou si vous trouvez que quelquechose d’existant vous plaît et qu’il ne faudrait pas y toucher ! Si vous voulez une Maire qui soit celle de tous les Cabestanyencs. Des élus accessibles et à votre écoute. Si vous avez une idée, un conseil à donner, contactez nous. Votre mail sera immédiatement renvoyé vers la candidate et son équipe de campagne déjà au travail. Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

 

Car c’est avec et pour le citoyen qu’il faut construire l’avenir. Au fur et à mesure des informations que Colette Appert nous donnera, on vous en informera immédiatement via ce Blog, mais la candidate aura par la suite – n’en doutons pas –  d’autres vecteurs de communication dont nous n’avons pas encore connaissance à ce jour.

Pour l’AMOUR DE CABESTANY

Pour simplement nous écrire, maintenant ou plus tard, contacter la candidate maintenant – ou plus tard après les vacances – car on n’est pas non plus dans l’urgence et qu’il est toujours bon de prendre le temps nécessaire à la réflexion – notez quand même pour le moment notre adresse mail en attendant que l’équipe de campagne, plus tard,  vous en communique une autre  :

blog.cabestany@gmail.com

-o-