5 décembre 2021

5 décembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS – UN ARTICLE QUE VOUS NOUS AVEZ DEMANDE DE REPUBLIER –

« Pourquoi commémorer le 5 décembre ? », écrivait Richard, le prof d’histoire, en décembre 2019 pour Blog-Cabestany !

by Postmaster

« Liberté d’Expression » – « C’est eux qui le disent »

« Appelés » en Algérie !

Richard est beaucoup publié, ici ou là, dans des magazines ou revues. Et il concocte pas mal d’émissions pour la télé. C’est un ancien professeur d’histoire à la Sorbonne.

Richard écrit :

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, ce que la France nommait « Son » Empire est secoué de violents soubresauts. De l’Indochine à Madagascar. Les pays d’Afrique Centrale dont les contours ont été dessinés de façon aléatoire et imbécile par la France vont se gérer eux mêmes. Le Maghreb n’est pas épargné. La Tunisie et le Maroc sous protectorat vont devenir libres. Mais pour l’Algérie il en ira autrement. En 1848, la Deuxième République, puis plus tard Napoléon III vont considérer que rattacher l’Algérie au territoire national est une nécessité pour asseoir le prestige d’une France qui entend rayonner sur le Monde. Même si l’Algérie est perçue depuis Paris par les rares  qui y ont mis un jour les pieds, comme une terre « avec beaucoup de cailloux, et seulement quelques chèvres ». Inutile d’évoquer les gens qui y habitent et qui ne semblent pas compter. On ne leur demandera d’ailleurs jamais leur avis.

Qu’on le croie ou non, les colonies n’auront jamais enrichi la France, mais seulement rendus immensément richissimes une poignée de Français.

On va engloutir d’énormes sommes d’argent en Algérie. Des montants ahurissants qui dépassent l’entendement. A fond perdu. Et mal. De l’argent qui réparti sur le sol français aurait peut être rendu notre état moins faiblard et n’en aurait sans doute pas fait cette proie facile, à trois reprises, pour l’envahisseur d’outre Rhin. Même si le raccourci n’est pas évident pour tous, s’obstiner à vouloir raccorder l’Algérie à la France, dilapider notre argent, entretenir une armée  au Maghreb, aboutira à ce qu’on perde l’Alsace et la Lorraine ? Quel gâchis ! Mais vous ne lirez jamais cela dans un manuel d’Histoire. Et personne n’en tirera les leçons. On a construit des ponts au Laos mais en 1914 on n’avait encore que les pétoires de 1870 pour se défendre. On a fait des routes qui menaient nulle part, partout dans la brousse, mais en 1939 on n’avait encore que les canons de 1914 !

Dans cet Empire, on aura tiré des fils électriques de quoi faire plusieurs fois le tour de la Terre. Mais pas construit trop d’écoles ! Un illustre de nos grands soldats, aujourd’hui disparu, raconte dans ses Mémoires : « Au fin fond de l’Algérie où j’ai servi longtemps on avait l’électricité. Dans ma ferme natale des Côtes d’Armor, en Bretagne, on aura du attendre 1953 pour être raccordé ». Et le téléphone fonctionnait mieux à Oran qu’à Lyon. Le Prestige imposait qu’on possédât un Empire quand les Français demandaient des salaires décents et des conditions de travail humaines. Ainsi, on aura eu le « Front Populaire », Munich, et la Guerre. Puis Dien Bien Phu. Et si on ne pouvait refaire le Phare d’Alexandrie, une des merveilles d’un monde ancien, on aura fait de la Poste d’Alger, le (presque) plus beau bâtiment du monde. Le sang des Français va couler devant cette Poste, rue d’Isly. A cause d’autres Français qui leur tiraient dessus !

Que les Algériens aient leur nation était sans doute légitime. Etait ce aussi légitime, que sitôt l’indépendance acquise, ils se précipitent vers la France plutôt que de construire leur pays et en faire une démocratie. On voit le résultat aujourd’hui ! Quand les algériens parlent sur le sol français de leurs droits, ils semblent oublier que les pieds noirs aussi avaient des droits. Et on a accueilli ces Algériens qui nous ont foutu dehors comme des héros. On les aura naturalisés, pour qu’aujourd’hui ils se permettent de juger la France sans la moindre gratitude.

La France n’aura jamais voulu être comptable des milliers (ou dizaines de milliers) de supplétifs algériens massacrés par leur « frères » sur les quais en 1962 parce qu’on ne voulait pas d’eux en France. Pas plus que la France aura des remords pour tous ces pieds noirs massacrés après les accords d’Evian. Mais la France ne montre aucun remords  à avoir ouvert ses portes à des Algériens au nombre desquels il y avait – peut être – les égorgeurs de harkis ou pieds noirs. Alors qu’on n’avait pas vraiment accueilli comme on aurait du le faire,  les pieds noirs. Mais les pieds noirs on en parlera bientôt plus !

Trop de femmes et d’hommes, trop de civils ou militaires, quel que soit leur camp ont perdu la vie dans ce naufrage au Maghreb.

Une loi a décidé que le 5 décembre, officiellement et de façon légale, on rendrait hommage à toutes les victimes de ce qu’on mettra trop longtemps à appeler une guerre. Car il ne s’agit en rien de la commémoration d’une victoire mais de la reconnaissance par la France d’une tragédie autant pour les Français que pour les Maghrébins. Cette guerre, trop longtemps considérée comme une « opération de maintien de l’ordre ».

Laissons, ici ou là, des nostalgiques du bolchévisme, défendant une idéologie dépassée, continuer de partir en kermesse le 19 mars en tapant sur des tambours, en soufflant de façon pitoyable dans des zuzuzémas. Se réjouissent ils du malheur d’autres Français ? Car ces pieds noirs traités de colonialistes vivaient pour la plupart sous le seuil de pauvreté. Pour eux, c’était « la valise ou le cercueil ». Mais n’était ce pas ce que les dirigeants voulaient des deux côtés de la Méditerranée, en faisant abstraction de la souffrance des gens ?

En ce monde où nous vivons et où jamais les périls n’ont été aussi grands depuis des décennies, cela vaut la peine qu’on s’inquiète de l’avenir. Plutôt que de se focaliser sur des dates qu’on n’essaye même plus d’apprendre à nos élèves. L’Histoire ? Ils n’ont en plus rien à foutre ! Quand dans l’école primaire en face de chez moi, mixité oblige, un élève sur cinq ne croit même pas que le Terre soit ronde !!!!

Votre ami Richard

Blog-Cabestany : chacun a le droit d’exprimer sa pensée si l’on est toujours dans un pays de Liberté !

l’article de 2019 : https://blogcabestany.com/2019/12/07/pourquoi-commemorer-le-5-decembre-ecrit-richard-le-prof-dhistoire/

Et Alicia vous souhaite un bon dimanche à tous à Cabestany, dans les P.O. ou ailleurs !

La Tribune de l’Opposition dans le dernier Cabes’infos n°119 de novembre 2021

16 novembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Alicia de Blog-Cabestany écrit :

Vous avez des choses à dire ? Plutôt que de nous laisser des commentaires se limitant à un ou deux mots, et pas vraiment publiables, on vous ouvre nos colonnes pour vous exprimer. Si vous respectez les usages de bonne correction et d’éducation. Car les invectives ne font rien avancer. Que vous soyez « vent debout » et dans une profonde colère devant cette municipalité qui vous méprise – selon votre avis – et pour laquelle vous n’avez que du ressentiment est votre droit. C’est à vous de vous exprimer et de dire ce que vous pensez !!!

pour nous écrire, juste un clic :

blog.cabestany@gmail.com

et pour ceux qui ne veulent que s’adresser à moi, mais je ne garantis pas de leur répondre dans l’immédiat :

alicia.jones-smith@gmx.com

[Pdt] Macron, avez vous vraiment fini de trimballer la dépouille de mon pauvre camarade de combat Hubert [Germain]

11 novembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS – LIBERTÉ D’EXPRESSION – C’EST VOUS QUI LE DITES –

Alicia (rédactrice de Blog-Cabestany) écrit :

Manuel, pied-noir, Perpignanais, l’un de nos fidèles lecteurs  dit il, ancien combattant (il est bien qui il prétend être) m’envoie ce commentaire d’un citoyen révolté et qui pousse un grand coup de gueule :

Manuel écrit :

« Je n’ai pas connu mon camarade Hubert [Germain] mais j’ai fait le même parcours que lui. La Libye l’Italie où près de 10 000 français perdront la vie le débarquement de Provence. Sans doute que les bons professeurs Veran Raoult Buzin et autres avaient préparé la picouse pour le maintenir en vie encore un moment. Jusqu’au 8 mai par exemple pour que ce soit la « bonne » guerre. Patatras. Hubert nous a quitté le 12 octobre de cette année et on lui a rendu l’hommage qu’il méritait aux Invalides le 15 octobre. Fallait il que par une récupération dégueullase on le promène presqu’un mois dans tous les endroits de Paris pour servir celui pour lequel je n’ai guère d’admiration et je modere mes propos. Qu’on l’emmene [Hubert Germain] ce matin à l’Arc de Triomphe pour discuter sans doute le bout de gras avec le soldat inconnu. Quelle comédie tragique. Quelle indignité de la part ce ceux qui devraient nous montrer l’exemple. Pour le porter jusqu’à sa derrière demeure au Mont Valérien où le Général dans les années 50 avait decreté qu’on y placerait le dernier Compagnon de la Libération. La croisière est vraiment finie ? On aura pas droit à un replay ? Qu’on rende les honneurs dus à mon camarades était une nécessité. L’avoir gardé au frais pendant un mois pour servir le dessein politique de quelqu’un qui n’a même pas fait son service militaire mais nous gonfle avec ses émois de pucelle sa repentance et ses vilains calculs politiciens je dis que c’est rien d’autre qu’une honte ! C’est minable !« 

BLOG-CABESTANY : Manuel c’est vous qui le dites et c’est votre Liberté d’Expression mais je ne serais pas surprise si plusieurs de nos lecteurs étaient en accord avec vous.

11 novembre à Cabestany

10 novembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Alicia écrit :

j’espérais trouver dans les archives du Blog un article plus ancien. Mais nos « amis » américains de la Silicon Valley qui hébergent notre Blog avaient sans doute besoin de plus de place pour stocker du Facebook, du Google, que sais je ! Les archives du Blog semblent avoir été envoyées la haut du côté de chez Pesquet, vers l’espace intersidéral, sans espoir de récupération.

C’est cela Internet où tout est futile et éphémère, même le souvenir de mémoire et le respect du à nos ainés !!!!

Qui avait écrit en 2019, au nom du collectif de rédaction de Blog-Cabestany, l’article ci-dessous ? Josette, Danielle, Colette, Gersende, (mais pas moi) ou Jacques, René, Maurice, Nicolas, Jipé ou Hervé ? Et c’était il y a seulement deux ans mais le Virus Chinois depuis est passé par là !

J’ai repris cet ancien article par paresse intellectuelle, mais aussi parce qu’aujourd’hui, je n’aurais surement pas mieux fait que ceux qui me font confiance au point de me donner les clefs du Blog. Où je peux mettre ce que je veux. Une confiance qui m’honore !

Et l’Honneur du à nos Ainés est pour moi incontournable. Alors voilà ! C’était le 11 novembre 2019 et nous étions inconscients de ce qui nous attendait. Nous pensions que l’hôpital était au top. Nos dirigeants compétents et pas des menteurs (et des bons à rien). Les Chinois nos amis. L’avenir paraissait rose. Quels idiots nous étions !

Et si vous croyez encore que quelqu’un de providentiel en 2022 va arriver et tout arranger !

Cérémonie du 11 novembre 2019 devant le Monument aux Morts de Cabestany !

by Postmaster

Courrier des lecteurs – Honneur à nos Aînés

Honneur à nos Aînés !

Tous les Cabestanyencs, femmes ou hommes de bonne volonté, se retrouveront lundi 11 novembre 2019, à 11 h 00 du matin précises , devant le Monument aux Morts de Cabestany, à côté du Centre Culturel,  pour la commémoration de la fin de la Grande Guerre.

Les Associations d’Anciens Combattants seront présentes pour cette cérémonie officielle.

A ceux d’entre vous, peu nombreux, qui sans remettre en cause cette cérémonie, se demandent, nous demandent, si elle est encore utile, 101 ans après, nous répondrons que tant qu’il ne sera pas institutionnalisée une Journée unique pour honorer tous ceux qui sont tombés pour notre Liberté, nous ne voyons pas pourquoi on ignorerait cette journée. Et ce n’est pas trop que de se déplacer trois fois dans l’année : les 8 mai, 11 novembre et 5 décembre, pour honorer nos Aînés et notre Patrie.

Il s’agit là d’un Devoir de Mémoire ! Qui pour nous revêt une extrême importance.

Et pour cette Cabestanyenque, qu’on apprécie, et qui nous écrit : « lundi matin, je serai devant le monument, pour honorer tous ceux de ma famille qui sont tombés pour la France, dans plusieurs des différentes guerres menées depuis un siècle pour la France, pour notre Liberté. Je chanterai, sans réserves,  « La Marseillaise » qui est l’hymne de mon pays. Mais si à la fin de cette cérémonie on pouvait nous passer « Les Africains » ! Mais je rêve sans doute ?  »

Chère amie, fidèle lectrice, vous rêvez en effet,  si vous pensez que l’on vous jouera « Les Africains » à la fin d’une cérémonie d’Anciens Combattants à Cabestany. Mais chez Blog-Cabestany, on s’octroie toutes les Libertés. Et si nous soutenons Colette Appert c’est pour « plus de liberté ».

Alors s’il n’y a que cela pour vous faire plaisir, chère lectrice de notre Blog, nous mettons en ligne ce que vous nous demandez.

Mais qu’il soit clair qu’il ne s’agit pas là pour nous d’une facétie. D’une forme d’humour ou de malice qui serait en cette occasion plus que discutable.  Nous sommes on ne peut plus sérieux ! Nous respectons nos amis Pieds Noirs et sommes solidaires de leurs souffrances. Nous respectons – aussi – tous ceux qui se sont battus en Afrique du Nord, appelés ou engagés, parce qu’un gouvernement les avait envoyés là-bas sans leur demander leur avis. Et tous ne sont pas revenus. Tout comme nous respectons ceux qui originaires de Syrie, du Levant, du Maghreb, de l’Afrique sub-saharienne, des territoires d’outre-Mer, et bien d’autres contrées,  durant la première ou la deuxième guerre mondiale, sont venus défendre la France, et ont versé souvent leur sang pour notre Liberté.

Honneur à nos Aînés, Honneur à tous les Anciens Combattants ! Et VIVE LA FRANCE !

Share this:

Conseil Municipal à Cabestany le mardi 9 novembre 2021 à 18 h 30 dans la Salle du Conseil à la Mairie !

8 novembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

« L’École des Énergies Renouvelables à Perpignan, une filière de qualité », nous dit Gauvin !

5 novembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Gauvain est élève-ingénieur, à Perpignan, à l’École des Énergies Renouvelables, une filière de qualité.

Une idée intéressante pour des jeunes étudiants qui n’ont pas les moyens d’aller poursuivre des études à l’autre bout de la France. Et des débouchés professionnels assurés, nous explique t’il.

Gauvain a découvert notre Blog récemment. Et pour nous faire plaisir il nous a envoyé toute une documentation qui explique « Comment faire de l’essence avec des éoliennes ». Un raccourci bien sur. On a d’ailleurs pas compris grand chose.

Sinon que l’électricité produite par les éoliennes peut servir à faire de l’hydrogène qui recombinée avec du CO² peut aboutir à faire du carburant qu’on pourrait mettre dans nos réservoirs. Peut être pas aussi simple qu’on l’explique.

Mais pour Gauvain, l’échéance de 2035 à laquelle on ne pourra plus acheter une voiture avec un moteur à essence, parait être une utopie.

le lien vers son école :

https://sup-enr.univ-perp.fr/

Bonne « Gouel an Hollsent ! »

1 novembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Lundi 1er novembre : Gouel an Hollsent (en breton), Tots Sants pour certains d’entre nous ou la Toussaint pour les autres.

La Toussaint est la fête de tous les Saints de la religion chrétienne, qu’elle fut romaine, orthodoxe, ou de l’une de ses autres composantes en Orient en Chine ou ailleurs.

C’est le 2 novembre qu’on honore – en principe – et en métropole, nos défunts. Alors qu’en Corse ou aux Antilles on le fait avec beaucoup de ferveur le jour de la Toussaint. Comme on le faisait autrefois dans nos régions de Bretagne ou d’Aquitaine. En priant toute la nuit et en allumant des bougies. Et on chantait ou on dansait parfois pour nos chers disparus qu’on voulait être présents avec nous à cette occasion.

Nous rendons un hommage à tous ceux que nous avons aimé et qui sont partis trop tôt !

Les différents scénarios de la transition énergétique et des énergies renouvelables ! Objectif 2050

26 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Jacques écrit :

c’est aujourd’hui qu’il va falloir décider de la politique énergétique à entreprendre pour le futur. Se diriger vers le tout renouvelable qui suppose de multiplier les éoliennes existantes par 10 ; les panneaux solaires par 25. Ou conserver une capacité nucléaire de 50% qui suppose également de gros investissements. Mais on ne pourra pas se passer d’éoliennes dans nos campagnes…. ou dans la mer ! A moins de vouloir revenir au charbon.

Il y a 6 scénarios possibles. Et il n’est pas question de supprimer totalement le carbone dans l’air mais de le limiter, vers 2050, à la capacité qu’ont la mer, les forêts, la terre pour l’absorber. Alors qu’aujourd’hui, on a déjà depuis longtemps dépassé ce seuil qu’on prédisait inatteignable en prenant des mesures qui n’ont jamais réellement été prises. Le fera t’on dans l’avenir ?

J’ai proposé à mes amis de Blog-Cabestany de leur permettre de mettre en ligne tous les rapports qui viennent de sortir : + de 1000 pages.

On a déjà réglé le problème m’ont t’ils aimablement répondu car tous ces rapports sont visionnables, téléchargeables, imprimables sur le site de R.T.E. Dont acte !

Le bon site à consulter :

https://www.rte-france.com/analyses-tendances-et-prospectives/bilan-previsionnel-2050-futurs-energetiques#Lesdocuments

« Les rats sont entrés dans Paris » un texte repéré par notre ami René sur « l’Observatoire du Mensonge »

21 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

L’un de nos fidèles lecteurs, René, nous signale avoir apprécié un texte sur l’Observatoire du Mensonge, qui est une parodie de la chanson de Serge Reggiani : « les loups sont entrés dans Paris ».

Par Rik Zak

Les Parisiens avaient perdu l’envie
De faire la fête, de faire la vie !
C’est que les rues étaient dangereuses
Et de plus en plus sales et crasseuses.
A Paris, la ville lumière,
Les quartiers pas fiers
Souvent occupés par des sauvages
Qui comme les rats avaient la rage..

Paris devenu ville sale et salie
Par la faute de « Notre Drame de Paris »
Les rats sont entrés dans Paris !
Ils ont pullulé pendant la nuit.
Personne n’ose plus sortir le soir,
Non pas à cause de la peur du noir,
Mais parce que Paris est devenue danger
Et qu’il n’y fait plus bon s’y promener.

Paris ville lumière est devenue éteinte
Et l’insécurité n’y est pas feinte.
Les rats sont entrés dans Paris
Parce que Notre Drame de Paris
A laissé tout cela s’installer
Pour vendre ses bobards effrénés
Au détriment de la vie des Parisiens
Qu’elle ne considère pas comme les siens.

Les rats sont entrés dans Paris,
La peur s’est installée ainsi.
Regardez donc cette vérité dans la rue
Arrêtez de vous cacher et masquer la vue,
La vie ne sera plus jamais comme avant
Il faudra combattre pour le changement
Sinon ce sera dramatique et invivable
Une ville ou plus rien ne sera viable !

BLOG-CABESTANY : Merci René ! Comme on aurait aimé que tu nous la chantes et que l’on puisse t’enregistrer. On aurait mis la vidéo sur Youtube.

Mais rendons à César…. et le lien vers l’Observatoire du Mensonge est ci-dessous :

« Assez des pages sombres de notre histoire ! », écrit Philippe Bilger

19 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

19 octobre 2021

Assez des pages sombres de notre Histoire !

Avec ce président de la République, Dieu sait qu’on est invité à les revisiter, les pages sombres de notre Histoire !

Le 16 octobre, il a reconnu « les crimes du 17 octobre 1961 ». Il évoque « des responsabilités » lors des violences policières contre les manifestants algériens.

Il faut créditer Emmanuel Macron d’une constance méritoire : plus le pouvoir algérien se plaint des contritions françaises, plus il en rajoute. Bientôt il ne saura plus où donner du regret ! On ne va tout de même pas aller jusqu’à inventer des horreurs imaginaires pour battre la coulpe française jusqu’à la lie !

Cette volonté présidentielle de cultiver un fort masochisme – les tragédies ont eu lieu mais en plus il faut les faire revivre en pleurant sur elles – n’est d’ailleurs pas perçue à sa déplorable valeur par ses opposants puisque, par exemple, Alexis Corbière en exige plus : « Il reconnaît les morts mais ne dit pas qui sont les tueurs ? » (JDD)

Il n’a mis en cause que Maurice Papon ! Petit bras dans l’affliction, il aurait pu et dû faire mieux. Ou pire !

Emmanuel Macron a beau faire des efforts pour montrer une image de notre pays en « mater dolorosa », cela ne suffit pas !

Je donne l’impression de badiner mais pourtant il n’y a pas de quoi rire.

070130992854-web-tete

D’abord, par quels étranges détours ce président – certes intellectuel de gauche dans beaucoup de domaines encore, ceux qui relèvent notamment de notre Histoire, de notre protection et de l’évolution sociale – s’est-il fait une spécialité de cette volupté de la désolation nationale ? Certes celle-ci peut nourrir de beaux discours mais je ne crois pas que ce soit la raison essentielle. Il me semble que le président n’a au fond qu’un lien abstrait avec la France et les Français de sorte que s’exprimer au nom du pays en l’invitant à se fustiger ne le met pas en position d’appréhender les dégâts concrets, tangibles qu’il cause à notre mémoire nationale, à notre honneur collectif.

Ensuite, à la rigueur, on pourrait admettre de revisiter des pages sombres de notre Histoire si des pages splendides, épiques, glorieuses, ou tout simplement consubstantielles à la destinée de notre pays dans ses bons ou mauvais jours, faisaient l’objet de la même adulation pour le meilleur que celle prodiguée quasi-exclusivement pour le pire !

Comme à chaque fois qu’une date capitale et un hommage incontestable se présentent, on sent la gêne, le malaise, il ne faut pas en faire trop, on chipote, les lumières certes mais aussi les ombres ! Sous l’influence d’un clan d’historiens pour lequel la seule réalité française acceptable est une France couverte de cendres. Austerlitz, Napoléon : pourquoi célébrer avec fierté et munificence ce qui au fond devrait nous donner mauvaise conscience aujourd’hui : repentons-nous car il est arrivé à notre pays d’être grand !

Le paradoxe d’Emmanuel Macron, à bien lire l’ouvrage de Davet et Lhomme, notamment sur ses rapports avec Stéphane Bern et sa conception de l’Histoire, est qu’il semble au contraire friand de l’Histoire spectaculaire et royale, d’une chronologie illustre, de pompe et de gloire moquée par les historiens de gauche (ou progressistes : la même chose !). Ce qui pourrait signifier que le président de la République est un caméléon s’adaptant à chacun de ses interlocuteurs, ou que dans sa mission il est trop tenté de donner raison à ceux qui n’aiment la France qu’en état de contrition. Sûr ainsi de s’attirer l’approbation des intellectuels dits éclairés.

Il faut du courage pour assumer l’Histoire de la France, dans ses péripéties admirables ou discutables, nationales ou coloniales. Il faut déjà accepter que tout n’a pas commencé en 1789 et que, dans la multitude des débats et controverses suscités par l’imprévisibilité et l’ambiguïté des réalités historiques, pour le moins il ne conviendrait pas de faire peser sur la France une présomption de culpabilité systématique.

Demain aura-t-on encore le droit de se rassembler autour d’une personnalité, d’une victoire ou d’une fierté emblématiques de notre pays, ou serons-nous condamnés à continuer d’excuser la France ?

Philippe Bilger

https://www.philippebilger.com/blog/2021/10/assez-des-pages-sombres-de-notre-histoire-.html

« Touchez pas à nos maisons ! » prévient Maxime Tandonnet.

18 octobre 2021 by

Touchez pas à nos maisons!

Publié le 16 octobre 2021 par maximetandonnet

Jeudi, le pouvoir politique s’en est pris à la maison individuelle, « ce rêve construit pour les Français dans les années 70 », « ce modèle d’urbanisation qui dépend de la voiture pour les relier », sont un « non-sens écologique, économique et social ». « Le modèle du pavillon avec jardin n’est pas soutenable et nous mène à une impasse », selon des propos rapportés par plusieurs médias. A la suite de ce discours, le pôle Habitat de la Fédération française du bâtiment (FFB) a « déploré la stigmatisation persistante de l’habitat individuel, à contresens des aspirations des Français » sur Twitter, tandis que la Fédération des constructeurs de maisons individuelles s’est dite « révoltée contre de tels propos tenus par une élite parisienne dite écologique et pourtant très loin des territoires, des habitants et de leurs préoccupations », dans la presse spécialisée. Dans un communiqué vendredi soir, le ministère de la Transition écologique affirme qu’ il n’est pas question d’en finir avec la maison individuelle.

Oui, mais tout cela a quand même été dit à travers des paroles qui ne souffrent guère d’ambiguïté. On se doute bien que 50% des Français qui vivent en maison individuelle ne vont pas être évacués du jour au lendemain de leur domicile avant que les murs de leur maison ne soient rasés… Mais pourtant, quoi qu’il en soit, de tels propos reflètent une image négative de la maison individuelle. Comment les interpréter?

  • La maison individuelle avec son jardin est emblématique de la vie privée, de l’intime, de la famille et de la liberté. Nous sommes face à un pouvoir qui a pris, à la faveur de la crise sanitaire, un goût morbide au bannissement de la liberté: de confinements en couvre-feu jusqu’au passe sanitaire, mesures qui se sont révélées aussi liberticides qu’inutiles. Le bannissement de la maison individuelle et des jardins, refuge de la vie privée, est tacitement dans la même logique.
  • La maison individuelle avec son jardin est le rêve de 75% des Français, un rêve simple, populaire, familial. La loi du mépris veut qu’un rêve populaire soit connoté « populiste » aux yeux de la France d’en haut. Dès lors que les sans dents, les Gaulois réfractaires et ceux qui ne sont rien vivent heureux dans leur maison individuelle ou rêvent d’y accéder, ce bonheur ou ce rêve qui détournent les Français de la sublimation de leur caste dirigeante, agacent en haut lieu et doivent être vilipendés.
  • L’écologisme (bien éloigné de toute préoccupation concrète de protection de l’environnement) est une idéologie, comme le communisme ou le fascisme. Il tend vers un avenir radieux écrasant toute autre considération. La liberté, le bonheur individuel doivent s’y plier. Y compris ce à quoi les Français sont les plus attachés: leur toit et leur jardin secret. Cette vision imprègne le discours anti maison.
  • Sans doute il y a-t-il aussi une part de politicaillerie et de provocation: se faire remarquer à tout prix par des déclarations explosives, recouvrir les échecs, l’impuissance, les déceptions par des polémiques en tout genre, mais tel n’est pas l’essentiel.
  • Il ne faut pas se faire d’illusion: tout ceci relève d’autre chose que de paroles en l’air, mais d’une idéologie. Les dirigeants qui s’en font les porte-paroles ne disposent probablement pas des outils intellectuels leur permettant de prendre la mesure de leurs déclarations [faire dater la maison individuelle des années 1970 n’est pas le signe d’une grande lucidité ou culture et nous n’allons quand même pas nous attendre à ce qu’un ministre actuel ait la moindre idée de la pensée de Locke sur le lien entre la liberté et la propriété!]. Mais cette sensibilité, cette vision se traduira demain dans les faits par des politiques notamment fiscales destinées à pénaliser la maison individuelle et son jardin puis décourager les propriétaires – sur le même modèle que la voiture – tout ce qu’au fond d’eux même, ils haïssent: la liberté, le bonheur individuel, la vie privée.
    • Maxime Tandonnet

Hommage à Hubert Germain mais aussi à tous nos ainés à Cabestany !

16 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

On aura rendu hier un hommage à Hubert Germain, dernier Compagnon de la Libération.

On pense à tous nos ainés, à leurs familles. On pourrait citer nombre de nos amis à Cabestany, disparus mais pas dans notre souvenir. On pense à Lucien Garcia qui partagea une partie de l’épopée d’Hubert Germain en Italie. Ce dernier étant blessé à Monte Cassino en mai 44 mais pourra participer au débarquement . On pense à bien d’autres qui étaient nos amis et que l’on aimait rencontrer au Monument de Cabestany lors des cérémonies ou lors des réunions d’Anciens Combattants.

Mais ils sont présents pour beaucoup d’entre nous dans nos mémoires et y resteront jusqu’ notre dernier souffle.

Au travers du Souvenir Français leur mémoire ne disparaitra pas et les prochaines générations continueront de les honorer !

Les coordonnées de la page su Souvenir Français pour notre département :

https://souvenir-francais-66.pagesperso-orange.fr/

Samuel Paty ! Un groupe d’enseignants des PO par la voix de Marie-Hélène, nous écrit : « une plaque de commémoration, un bouquet de fleurs, voire un discours ne suffisent pas et ne régleront rien »

14 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Marie-Hélène écrit :

« une plaque de commémoration, un bouquet de fleurs, voire un discours ne suffisent pas et ne régleront rien  suite à l’assassinat de notre collègue parisien Samuel Paty. Où en est t’on un an après alors qu’on s’attend à entendre de beaux messieurs nous faire de beaux discours de regrets. Mais nous au quotidien, comment gérer la situation ? Nous attendons que notre ministre prenne des positions claires et fermes. Qu’on nous explique ce qu’il faut dire à nos élèves qui nous observent pour voir comment nous allons nous comporter. Ce qu’on peut leur enseigner ou pas. Rien ne vient de la part de notre hiérarchie adepte du « PASDEVAGUE ».

Nous attendons que notre Président soit enfin capable de sortir des paroles courageuses et de soutien à notre corporation. On en a marre des bougies, des larmes, de la repentance. On attend des actes forts plutôt que des lamentations. Ou alors Samuel sera mort pour rien.»

BLOG-CABESTANY : nous avons reçu plusieurs messages en provenance d’enseignants ou de parents d’élèves. Tous dans le même sens. En y entend une certaine colère. L’un d’entre eux dit : « pour ce qui est de nos dirigeants, c’est « Courage, fuyons ! ».

Gersende a pu lire avant sa sortie en librairie le livre : « Le traître et le néant ». Tout un programme.

13 octobre 2021 by

Courrier des lecteurs

Gersende, notre amie politologue à Paris, qui ne manque pas d’occupation par les temps qui courent, écrit :

Ce livre peut il changer le cours de la campagne pour l’élection d’un Président de la République dans 6 mois ?

Et qui est le traître dans ce livre ? Car pour ce qui est du néant vous n’avez pas besoin de dictionnaire

J’ai cru comprendre – une façon de parler – que le traître dans cet ouvrage était le Président Macron. Un qualificatif qui lui aura été donné par le Président Hollande il y a cinq ans. Ce dernier estimant que c’est son ministre adoré de l’époque qui lui aura scié la branche sur laquelle il était assis et l’aura empêché de se représenter. Une explication qui en vaut bien une autre et sur laquelle je n’ai pas envie de m’étendre.

Un livre écrit par les mêmes journalistes du Monde Gérard Davet et Fabrice Lhomme qui, il y a cinq ans, avaient écrit « Un président ne devrait pas dire ça ». Toujours chez Fayard.  Des journalistes qui se retranchent derrière le fait qu’ils ont interviewé plus d’une centaine de personnes très connues – ou moins – et ne font que retranscrire les échos qu’ils en ont recueilli. Sans y ajouter leur propre sentiment disent ils. Voire ! J’attendais un peu plus d’engagement personnel de la part de ces journalistes que j’apprécie, qui ne m’ont jamais déçu, mais ont montré à mon avis en d’autres circonstances un peu plus de courage que cette fois. Ont ils été censurés ? Alors ?

A mes yeux le Président actuel n’en sort pas grandi. De là à lui couper l’envie de se représenter. Ou de là à ouvrir les yeux des français sur la personnalité plutôt complexe de celui qui est à l’Élysée, je n’en croit rien. Ils y ceux qui idolâtrent Macron et qu’on ne fera pas changer d’avis. Et les autres qui ne se font plus aucune illusion. J’en fais partie. Mais ce livre n’aura pas redoré l’image que j’ai de ce Président.

Je ne vais pas dévoiler certains passages qui sont à mes yeux explosifs. Quand d’autres ne mériteraient même pas d’être évoqués. Encore un avis personnel.

C’est un livre qui peut se lire avec un certain plaisir mais qui devrait coûter 24,50 euros quand même et devrait sortir en librairie avant la fin du mois.

24,50 euros c’est un plein de mon scooter, à Paris, pour la semaine. Mais interpellée par une gentille dame dans le RER, aide soignante, abandonnée par un mec courageux qui a fait un polichinelle à la voisine, c’est aussi pour cette mère célibataire avec deux enfants, le budget hebdomadaire pour la nourriture de la famille. Et du chat. Pas vraiment de quoi se payer souvent de la viande lorsque ce Président parle des milliards que les français ont mis de côté pendant la crise sanitaire. Les Français ? Non, certains qui avaient peut être déjà le livret « A » plein. Mais pour beaucoup d’autres. Qui n’osent pas par dignité aller faire la queue aux « Restaurants du Cœur ». Où il semblerait que l’on y voie bien plus de migrants que de français pauvres ! Merci Macron. Est ce cela le « néant » ?

Quitte à me répéter je ne pense pas que ce livre changera beaucoup l’idée que se font les électeurs qu’ils soient de Droite, de Gauche ou d’ailleurs. Mais il paraît que l’annonce de ce livre aurait soulevé un vent de panique à l’Élysée. L’Élysée avait peut être peur d’y voir qu’on y révélait certaines choses. Qu’il ne me semble pas avoir vues. Mais nous traversons une période où la « Liberté d’expression » est plus au moins malmenée par le pouvoir, les médias, la bien-pensance. Et j’en oublie.

Mais s’il vous reste quelques sous pour finir le mois vous passerez un bon moment à la lecture de ce livre.

Si vous appréciez – comme nous – les propos et les écrits de Philippe Bilger !

12 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Philippe Bilger sort un ouvrage : des pensées, des idées, des aphorismes, écrits ces mois derniers, et donc jamais édités avant.

Dans l’article ci-dessous que nous venons de reprendre sur son Blog, Justice au Singulier, l’auteur écrit :

09 octobre 2021

On n’est jamais aussi libre qu’on le voudrait !

Une histoire éditoriale qui m’a beaucoup fait réfléchir. Sur moi d’abord et quelques ombres.

Après la publication du Mur des cons chez Albin Michel, j’ai été saisi d’une sorte de stérilité littéraire que je compensais par l’écriture de mon blog et mes autres activités médiatiques. Pourtant j’éprouvais comme une mauvaise conscience et un jour, pour me réhabituer à une possible publication, je me suis mis à concevoir des « pensées » en vrac, caractérisées par un total pluralisme qui permettait à mon tempérament lui-même contradictoire de s’exprimer.

J’ai proposé l’idée à deux éditeurs que je connaissais mais ils l’ont aimablement refusée. Grâce à un ami, Thomas Clavel (fils du critique littéraire et remarquable esprit André Clavel, infiniment regretté), qui publiait à la Nouvelle Librairie (NL) de François Bousquet, j’ai pu obtenir l’accord de cette maison d’édition, chiche en moyens mais compétente, curieuse et cultivée.

Le livre a été publié le 30 septembre sous le titre « Libres propos d’un inclassable« .

Pour aller à l’essentiel, j’avais pris l’habitude de changer presque systématiquement d’éditeur et ce n’était pas cette nouvelle opportunité qui me déstabilisait. Mais la réputation prétendument sulfureuse – à cause notamment de cette excellente et urticante revue Éléments – de la NL, qualifiée de droite, voire d’extrême droite, en tout cas très connotée politiquement, m’a mis un temps dans un état de malaise, presque de honte, qui s’est très vite dissipé.

41ito2OdDTL._SX312_BO1 204 203 200_

Parce que d’une part j’ai remarqué tout de suite l’intelligence et la qualité d’écriture de cet éditeur – dans le travail qu’il a accompli pour classer ces pensées « inclassables » et l’étincelante quatrième de couverture, la meilleure jamais rédigée au verso de mes livres – et qu’un examen de conscience, d’autre part, m’a contraint à me juger très mal. En réalité, comme souvent sur les plans politique et culturel en ce qui concerne les convictions conservatrices, j’avais été gangrené par la pression diffuse d’adversaires de gauche qui ne valaient pas ceux qu’ils estimaient infréquentables. Une pierre navrante à jeter dans mon jardin de citoyen et d’essayiste qui s’imaginait totalement libre et détaché de ces entraves de la peur et du qu’en dira-t-on.

À vrai dire, j’avais déjà ressenti cette impression quand il y a longtemps j’avais passé quelques heures dans un Salon organisé par Radio Courtoisie, au demeurant une radio où j’ai toujours été parfaitement libre de mes propos, la laissant à ses slogans qui ne m’ont jamais entravé une seconde. Dans ce Salon, j’ai usé d’une démarche de guingois, à la fois présent et l’ayant accepté mais gêné aux entournures comme si je commettais une faute en dialoguant, à cet endroit et sous cette égide, avec les lecteurs et en signant des livres. C’était déjà un premier accroc dans la prétention dont je me flattais d’être un esprit libre et concerné seulement par ce qu’il avait à penser, à dire ou à écrire. Ce n’était pas vrai puisque sans raison je me blâmais d’être là où j’avais le droit et la liberté d’être. À cause de la puissante influence délétère de la gauche et de l’extrême gauche.

Je songe à ces deux familles politiques et j’admets que, si elles avaient l’idée de me convier à des colloques, des débats, des Salons ou des interventions – à titre personnel, penser contre mais en compagnie ne m’a jamais gêné -, obscurément je serais presque flatté, comme si leur adoubement avait du sens, alors que leur extrémisme, leur intolérance et leur dogmatisme devraient me les rendre, sur les plans intellectuel et politique, peu fréquentables. Mais elles ont encore de l’avance dans le registre culturel qui empoisonne les esprits. Elles jugent la droite et la droite en est tourneboulée. Et celle-ci n’est pas loin d’attendre un étrange et aberrant quitus de ces idéologies et pratiques qui ne représentent plus l’ombre d’une espérance. Encore une pierre virtuelle projetée dans mon monde.

Je vais tenter de me débarrasser, une bonne fois, de ces subtiles et impalpables lâchetés pour n’être pas obligé de me répéter tristement : on n’est jamais aussi libre qu’on le voudrait !

https://www.philippebilger.com/blog/2021/10/on-nest-jamais-aussi-libre-quon-le-voudrait-.html

« Hommage à Samuel Paty : la main ne doit pas trembler ! » écrit Maxime Tandonnet

11 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Hommage à Samuel Paty: la main ne doit pas trembler

Publié le 10 octobre 2021 par maximetandonnet

Le 15 octobre 2021 aura lieu un hommage à Samuel Paty, professeur d’histoire et géographie décapité l’an passé par un islamiste tchétchène à Conflans-Sainte-Honorine pour avoir parlé à ses élèves de la liberté d’expression en leur montrant des caricatures du prophète. Cet assassinat est emblématique des ravages du fanatisme sanguinaire et du déclin de la France des Lumières et de l’Education nationale et plus largement de l’effondrement sur le long terme d’un pays qui ne parvient plus à protéger ses professeurs. Mais cet hommage, en soi bienvenu, donne lieu à un étrange malaise dominé par la peur. Des parents craignent pour la sécurité de leurs enfants. Les autorités redoutent des troubles. Dès lors, la commémoration pourrait être à la carte selon les établissements: ici une minute de silence, là un quart d’heure voire une heure complète de « réflexion et d’échanges », en fin de journée. Bref, « il est nécessaire d’avoir une réponse différenciée selon les établissements et de se montrer souples ». L’hommage serait ainsi, de ce que l’on sait, plus ou moins adapté au cas par cas… Dans une République digne de ce nom, un tel hommage, dès lors qu’il aura bien lieu, ne devrait pas être souple ni sous forme de réflexion et d’échange sur un sujet touchant à un massacre et n’appelant rien d’autre qu’une condamnation ferme et absolue, mais sous la forme d’une lecture obligatoire d’un texte commémorant le martyre de Samuel Paty devant tous les collégiens et les lycéens debout, sans exception, et assortie de lourdes sanctions à la moindre manifestation hostile.

MT

Article repris avec l’autorisation de l’auteur sur le site de Maxime Tandonnet du 10 octobre 2021

« Zemmour, le reflet de nous-mêmes dans le miroir ! ». L’Edito d’Alicia la chipie pour Blog-Cabestany.

8 octobre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Zemmour, le reflet de nous mêmes dans le miroir ! L’edito d’Alicia la Chipie pour Blog-Cabestany

Zemmour, le reflet de nous mêmes dans le miroir, selon le commentaire de l’un de nos chers lecteurs !

L’Edito de Alicia, en date du vendredi 8 octobre 2021

Merci à TOUS pour votre courrier, pour vos commentaires sur notre Blog. J’ai choisi cette semaine de reprendre les mots de Jean-Jacques, l’un de nos fidèles lecteurs.

Jean-Jacques, de Cabestany, m’écrit :

« Que Monsieur Zemmour me pardonne mais il n’a pas le look vraiment glamour. Mais nous mêmes l’avons nous ? Ce qui nous dérange, semble t’il, est que Eric Zemmour est le reflet de nous mêmes dans le miroir. Pas une image de magazine. Pas de quoi nous faire rêver. Mais nous autorise t’on encore à rêver ?

Dans ce miroir je vois le reflet de nos faiblesses, de notre laxisme, de nos égarements.

Eric Zemmour est il le reflet de notre soumission aveugle à des élus, pour certains corrompus, qui depuis des années bradent la France aux étrangers. Comme Alsthom. Comme toutes ces entreprises que nos dirigeants ont laissé se faire délocaliser sans rien faire. Ou plutôt à cause de leurs erreurs.

Eric Zemmour est il le reflet de notre acceptation de se faire gouverner par des gens qui laissent nos frontières ouvertes à tous, délinquants comme hommes de bonne volonté. Ces puissants qui ferment des lits d’hôpitaux, ne construisent plus de places de prison, laissent l’éducation en déshérence, font que la justice n’est plus crédible, et nous spolient pour reverser notre patrimoine ou le fruit de notre travail sous forme d’allocations à des gens venus d’ailleurs et qui n’ont pas vocation à devenir des assistés mais sont venus uniquement pour se faire dorlotés quand nous mêmes sommes méprisés par nos gouvernants.

MAIS…..

Si l’image de Zemmour dans le miroir, notre image, c’est celle des moutons de Panurge que nous sommes, qui se réveillent. Qui ne veulent plus être grugés, tondus, par un président-banquier qui n’aime que les riches mais qui nous dit que durant la crise sanitaire nous avons épargné des milliards. Je suis prêt à lui envoyer mon relevé bancaire à découvert.

Si c’est l’image d’honnêtes citoyens qui en ont marre de cette bien-pensance de gauche, cet islamo-gauchisme repentant, ces discours éculés de la gauche de la gauche alliée du macronisme pour mieux nous tromper alors je suis fier si je ressemble à Eric Zemmour.

…..

ALICIA : Merci Jean-Jacques et soyez nombreux à m’écrire !

L’Éditorial du 25 septembre 2021 par « Alicia la chipie » pour Blog-Cabestany. Qui nous parle du Général Martinez !

25 septembre 2021 by

courrier des lecteurs

Le Général Antoine Martinez est candidat à l’élection présidentielle de 2022. Il ne s’agit nullement d’une rumeur puisque c’est lui même qui le proclame aux différents médias.

Il aura a franchir un certains nombres d’obstacles comme ses concurrents et rien n’est encore écrit.

Pour moi, il ne s’agit que du candidat Martinez, qu’il fut par le passé militaire, curé, pompier ou brancardier.

Lors de sa conférence de Presse, récente, à Paris, le candidat Martinez s’est clairement exprimé et a remis son programme aux journalistes présents. Ce qui explique que grâce à l’un de mes amis journalistes j’ai ce programme sous les yeux.

Le candidat Martinez ne sera pas mon candidat. Je ne me reconnais pas dans sa vision de la France de demain. Mais il a autant le droit que les autres de s’exprimer.

De retour à sa rédaction, mon ami journaliste s’est entendu dire : « On ne parle pas du Général Martinez. On ne le peut pas ». Demandant si s’agissait d’un ordre et de qui, mon ami n’a pas obtenu de réponse.

Téléphonant à plusieurs de ses amis journalistes, mon ami s’est entendu dire que le candidat Martinez faisait partie de ceux dont « on ne pouvait pas parler  dans les médias » !? Parce qu’il y aurait ceux dont on peut parler, et ceux qui n’ont pas droit à être cités ou à s’exprimer ?

Le C.S.A. a censuré Eric Zemmour et cela lui aurait plutôt bien servi. A lui. Comme quoi lorsqu’un pouvoir veut faire taire un opposant parce qu’il n’est pas islamo-gauchiste, partisan de la « cancel » culture, et de certains minorités, cela ne fonctionne pas toujours. Il y aura toujours et heureusement des gens comme moi pour défendre la « Liberté d’Expression ». Et plus on parlera du candidat Martinez, mieux on défendra cette Liberté.

Mais qui est le candidat Antoine Martinez ? Si vous le souhaitez, vous irez voir vous mêmes sur Internet car je ne suis pas là pour lui servir la soupe.

Mais si j’en parle c’est que j’ai une haute idée de ce qu’est la « Liberté d’Expression » dans un pays dont les dirigeants voudraient bien nous asservir comme en Chine. Dans une ville où certains aimeraient nous envoyer au goulag.

Heureusement, il se trouve que nous ne sommes pas décidés à nous laisser faire !!!!!

Alicia

Cabestany : prochain Conseil Municipal le mardi 21 septembre 2021 à 18 h 30 au Centre Culturel !

18 septembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

ORDRE DU JOUR

-o-o-o-

« On bétonne, on bétonne…. et après on s’étonne »

14 septembre 2021 by

Courrier des lecteurs

Jacques, Ingénieur de formation, travaillant pour une collectivité territoriale explique :

« ce qui s’est passé dans le Gard peut arriver n’importe où ailleurs sur l’arc Méditerranéen. Sans prévenir. Une cellule convective orageuse de seulement quelques kilomètres de diamètre dont on ne peut prévoir à l’avance le point sur lequel elle va se fixer. A quelques kilomètres du rivage, en mer, ou sur terre, déversant en un endroit donné quelques centaines de litres de pluie au mètre carré. Nul n’est à l’abri. Honte à ces élus qui permettent de construire en zone inondable classée comme telle. Mais au delà comment refréner ces apprentis sorciers qui bétonnent. Pour rien. Pour de mauvaises raisons. Ils diront plus tard qu’ils ne savaient pas et n’ont pas enfreint la loi. Ils auront simplement mis en danger la vie d’autrui pour satisfaire leur ego ou assouvir leurs misérables ambitions politiques ».

BLOG-CABESTANY : Merci, Monsieur !

« Liberté d’expression »

14 septembre 2021 by

Courrier des lecteurs

Le Gouvernement en a rêvé, le CSA l’a fait ! La censure semble rétablie en France par l’État Macronien. Qui n’est pas Islamo-Gauchiste n’a pas le droit à la Liberté d’Expression dans notre pays. Une dérive inqualifiable digne de ces pays totalitaires qui sont de plus en plus nombreux sur cette planète. Macron veut il changer la Constitution et se faire élire « Président à vie » ?, demande Cyril

« Heureusement, il nous reste la tribune de l’opposition dans la Kabezinfo », dit cette Cabestanyenque !

13 septembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Cette Cabestanyenque nous écrit :

« La droite en france depuis 30 ans est la plus bete du monde. Entre valerie la traitresse et bertrand le gros quinquin on peut s’attendre au pire. Heureusement il nous reste de pouvoir faire le signe de zorro dans l’urne si le candidat que la méluche appelle « olive » se maintient jusqu’au bout. A cabestany la droite a même trouvé le moyen de se diviser. Qui est responsable d’avoir enclenché la machine à perdre. Zarbi, j’achete maintenant ma baguette au huitahuite. Notre père Iossif Vissarionovitch à nous a cabes apres un demi siècle de culte de la personnalité de suffisance a tiré sa reverence. 50 ans de rouleau compresseur d’ecrasement de la democratie et des libertés. Celle qui lui succede est elle mieux qui a passé plusieurs années de son existence derrière des barreaux. Du bon coté. L’ideologie mortifere va perdurer helas. Heureusement que dans le Kabezinfo il y a encore la tribune de l’opposition. Dans la quelle je me retrouve. Trop courte. Mais sinon je me croirais vraiment au goulag. »

Alicia « la chipie »

BLOG-CABESTANY : Alicia revient à la rédaction de Blog-Cabestany après une année sabbatique

Alicia écrit :

Je suis de retour – pour combien de temps ? – par ces temps malmenés par le virus que nous ont concocté les Chinois et qui a remis à plus tard mes projets immédiats. Encore des communistes et pire peut être que les autres. Mais quel plaisir de retrouver mes chères lectrices et mes chers lecteurs.

Si je m’étais imaginée que parce que l’on est une femme on peut mieux réussir en politique je découvre que je me suis trompée car croire que nous, les femmes, sommes plus attirées par une candidate en politique est une erreur. Après des générations d’hommes politiques plus nuls les uns que les autres, c’est au tour des femmes de nous montrer qu’elles peuvent – peut être – se distinguer du lot. Mais il y a encore du boulot.

L’opposition existe à Cabestany et c’est en effet une nouvelle rassurante. Pour nos lecteurs, le Père Iossif (ou Joseph) pas vraiment un religieux, dont parle cette lectrice dans son commentaire, est Staline. Pour le reste on espère que vous devinerez de qui parle notre lectrice mais on pourra toujours vous renseigner… à condition d’avoir compris nous mêmes !

La nouvelle Maire, on ne la connait pas. On ne connait pas son parcours. On se permet de la juger à l’aune de son bilan calamiteux – de l’avis de nos lecteurs – sur ce beau sujet qu’est la Culture mais qui n’aura guère brillé ces dernières années dans notre ville. Mais c’est comme dans la vraie vie, ce n’est pas souvent la compétence qui vous ouvre les portes pour grimper dans la hiérarchie. Et en politique, c’est l’idéologie aussi funeste qu’elle soit, qui prévaut.

Quant à la Droite, faut il encore y croire ? Un de nos lecteurs nous écrit : « si un candidat propose comme programme l’abstention j’irais voter pour lui ». Là encore on a pas tout compris à moins qu’il s’agisse de dérision, ma spécialité !!! Alors on va tacher de s’améliorer….. dans la dérision. Car comment prendre encore au sérieux ceux qui nous gouvernent ?

« C’était il y a 20 ans ! Qu’y a t’il de changé dans ce monde sinon en pire ? » demande Roselyne

11 septembre 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Image AFP

BLOG-CABESTANY : nombreuses sont vos réactions, nombreux vos commentaires, Merci !!!

[Afghanistan] « Si on avait laissé les femmes défendre leur pays » écrit cette Cabestanyenque….

19 août 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Cette Cabestanyenque écrit :

« Si on avait laissé les femmes afghanes défendre leur pays, si on les avait incorporées dans l’armée régulière, elle se seraient battues comme les femmes kurdes en Syrie. Quelle honte de voir comment les soldats afghans mieux armés, mieux formés, disposant d’armes lourdes, ont préféré déposer les armes et se barrer en courant devant l’avancée des talibans. Ils n’ont eu que ce qu’ils méritent !!!! Et maintenant on va voir débarquer des jeunes hommes qui vont venir pleurer dans nos basques en larmoyant…. quel indignité ! Quand nos ainés, à leur age, en 40 ont pris le maquis, ont résisté et se sont battus pour chasser les nazis au péril de leur vie. Autre culture, autres mœurs ! »

BLOG-CABESTANY : un point de vue qui en vaut largement un autre. Merci

« Hommage à tous nos soldats, nos frères (ou soeurs) tombés en Afghanistan ! », dit Frédéric….

18 août 2021 by

COURRIER DES LECTEURS

Dix de nos soldats tombent à Uzbin le même jour, le 18 aout 2008

Frédéric écrit :

Les 18 et 19 aout 2008, 10 de mes compagnons sont massacrés par les talibans dans une embuscade réussie. On a attiré nos soldats sous un prétexte humanitaire. Les Français connaissent le mot humanitaire. Pour les talibans ce mot est péjoratif car seuls les forts ont le droit de vivre. Et la compassion ne fait pas partie de leur vocabulaire. Il y aura dans nos rangs plus de 20 blessés. Le double en pertes civiles. Un de ces soldats, Infirmier militaire, était de Perpignan.

90 de mes compagnons sont morts en Afghanistan. Combien de mutilés, blessés, traumatisés ?

A quoi cela a t’il servi de former l’armée Afghane pour les voir détaler comme des lièvres en face du danger, alors qu’ils étaient entrainés, plus nombreux et 10 fois mieux armés que les talibans. Ces derniers ont aujourd’hui des véhicules blindés, des canons, des roquettes, des munitions en quantité, livrés sans combattre par l’armée régulière qui ne nous a jamais semblé fiable. Et combien on avait raison. Si on avait pu intégrer des femmes dans l’armée, comme l’ont fait les kurdes, nul doute qu’elles se seraient défendues jusqu’à la mort.

Comment peut on accuser les Américains d’avoir foutu le camp en 2021 quand nous en avions fait autant en 2014 ? Mais faut il nourrir le chien qui vous mord ?

BLOG-CABESTANY : Merci Frédéric. Et nous prenons votre expression « faut il nourrir le chien qui vous mord » au sens figuré. Nous ne pouvons être indifférent au sort des femmes en Afghanistan. Mais lorsqu’on voit ce pseudo réfugié Rwandais qui a brulé une cathédrale, tué un prêtre et qui se promenait en liberté. Lorsqu’on sait que dans de nombreux attentats perpétrés en France, des pseudos réfugiés afghans en étaient les auteurs ou les complices, on peut se dire que nos dirigeants en France, depuis un bon moment, se plaisent à nourrir le chien qui les mord ! Et qu’ils ne semblent pas avoir compris la leçon. Quant à l’attitude des écolos, gauchos et cie, à quoi de digne pouvions nous nous attendre ?