Archives d’un auteur

Blog-Cabestany, les co-listiers de Colette Appert, les citoyens de bonne volonté de Cabestany rassemblés pour l’Alternance, n’ont pas oublié ce qui s’est passé en janvier 2015 à Charlie Hebdo !

13 janvier 2020

LIBERTE D’EXPRESSION

Peu nombreux semblent être les Français qui n’ont pas totalement oublié ou ne veulent plus penser à ce qui s’est passé à Charlie Hebdo en janvier 2015. Des médias ont rappelé sans trop s’appesantir dessus, cet événement tragique. Il en est de même de certains politiques qui prétendent que cela aurait changé leur vision du monde qui nous entoure. Non, nous n’avons rien oublié, disent ils !? Mais ajoutent  que c’était l’acte de déséquilibrés, ou une action isolée, ou un mauvais concours de circonstances,  qui ne seraient aucunement le reflet d’une transformation de notre pays. Et NOUS, nous nous demandons si leurs propos ne sont pas prononcés dans la perspective des prochaines élections locales.

Dans un pays où au sommet de l’État, on vous explique qu’il n’y a pas de « Culture Française » et où on vous incite, même si on est nés bien après 1968, à battre sa coulpe tous les matins et se repentir sur ce que dans les livres scolaires on n’enseigne même plus : la «  colonisation ».

Ce sont des hommes et des femmes de bonne volonté, comme nous, qui ont été lâchement assassinés en 2015 à Charlie Hebdo. Dont le copain de l’un des rédacteurs de notre Blog, à savoir « Oncle Bernard » ou Bernard Maris, un économiste dont on se demandait ce qu’il faisait dans l’équipe de Charlie-Hebdo, mais il était de ceux qui dénonçaient une mondialisation qui nous fait acheter, à l’insu de notre plein gré, des objets fabriqués par des enfants exploités, dans des usines qui s’effondrent un jour sur leur tête. Pour jeter encore plus vite ces produits de mauvaise qualité qui finiront par polluer nos océans. Et mettent tant de nos concitoyens au chômage !

Charlie-Hebdo ne faisait pas partie des revues, journaux, magazines auxquels Blog-Cabestany est abonné. Parce qu’on peut revendiquer avoir de l’humour sans pour autant se pâmer devant tout ce qu’on trouvait dans Charlie. Mais Charlie c’était la Liberté d’Expression, et elle en a pris un sérieux coup dans les gencives.

Dans l’équipe de Charlie, et au nombre de ceux qui furent massacrés sans raison, il y avait – entre autres – Cabu, Honoré, Tignous et Wolinsky, des dessinateurs de talent. Mais quand bien même on ne leur reconnaitrait aucun talent, cela changerait t’il quelque chose ? Il y avait la psy Elsa, Mustapha le correcteur qui maniait mieux la langue française que nous on ne le fera jamais. Un policier en charge de la protection du journal, celui qui préparait les casse-croutes et le café, un gardien de la paix musulman qui passait par là. Méritaient t’ils qu’on les abattent comme des chiens ? Pour certains, OUI !

Il y avait Charb, le leader affiché d’un collectif comme celui de notre Blog qui fonctionnait comme un groupe d’amis et n’avait pas réellement besoin de patron. Charb se disait lui même être un communiste pur et dur. Comment savoir ? Il avait des positions selon nous excessives. En quoi cela ferait t’il qu’il n’aurait pas eu le droit d’exprimer ses idées. Et on ne citera pas tous les noms des victimes comme on énoncerait une liste à la Prévert.

Et puis il y a ceux qui sont passés au travers des balles. Et on pense à Zineb El Rhazoui, la courageuse, dont je serais fière si j’étais un jour son amie. Mais il faudrait déjà que je la rencontre. Car ils se sera trouvé, en janvier 2015 et depuis lors, de sinistres individus, français ou non, musulmans ou non, pour justifier cette tuerie au nom d’idéologies douteuses. Et si je vous citais la liste de ces salopards qui me donnent envie de vomir et que vous voyez ou écoutez, pour certains, chaque jour ou presque sur BFM, le service public à la télé ou la radio, et ailleurs, vous en tomberiez de l’armoire.

Car peut on dire aujourd’hui que ces défenseurs de la Liberté d’Expression sont morts pour quelque chose ? Que leur sacrifice n’a pas été inutile. Quand des élus de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, en mal de se faire réélire, dans des banlieues abandonnées par la République, estiment que les journalistes de Charlie n’auraient peut être pas du franchir la ligne jaune. Quelle belle façon d’exprimer leur égoisme ! La peur au ventre de ne pas être réélus quitte à dire n’importe quoi. Des élus mus par leur seul clientèlisme. Quand ces élus nous font croire qu’ils auraient une certaine morale. Pour moi il s’agit plutôt d’une morale à la con !!!

Je crois qu’il y a quelque chose de pourri non pas au « Royaume de Danemark » si on reprend la phrase de Shakespeare, écrite il y a 400 ans, dans « Hamlet », mais plutôt au Royaume de France en 2020. Et je songe à Voltaire qui, s’il vivait de nos jours, serait trainé dans la boue. Ou pire, risquerait pour sa vie  !

Car au pays des Droits de l’Homme, le nôtre, il souffle un mauvais vent qui anesthésie les esprits et atrophie notre liberté de penser. Dans un pays où tout attentat est désormais l’oeuvre d’un détraqué et non plus d’un djihadiste ! Même s’il est désormais prouvé que fumer du cannabis à 18 ans risque fort de vous rendre complétement zinzin à 40 ans.

Car pour nos élites, nos moralisateurs, nos censeurs, critiquer l’islamisme équivaut à passer pour un raciste. Vouloir renvoyer chez eux, certains de ces migrants illégaux venant de pays en paix et vous passez pour un facho. Et on laisse crever de faim et de froid nos SDF dans nos rues, alors qu’on s’apitoie sur ceux qui sont venus chez nous toucher les allocs, quand ils auraient mieux fait de prendre les armes pour défendre leur pays. Et ce sont les fils de France qui vont se faire tuer dans leur pays. A leur place !

Et bien NOUS à Cabestany, nous prétendons que cette emprise sur nos esprits ressemble aux méthodes qui avaient cours en URSS, il n’y a pas si longtemps. Et bien NOUS à Cabestany nous prétendons que ceux qui cherchent à nous faire la morale sont les mêmes qui se targuent d’appartenir à la Gauche de la Gauche, de détenir le monopole de la solidarité, d’être les seuls capables de défendre nos acquis sociaux. Quand nous nous serions les défenseurs, à les écouter, de cette mondialisation de merde ! Ils cherchent à nous abuser par des discours enjôleurs dont il y a tout lieu de se méfier.

Alors que moi je prétends que quel que soit le parti politique auquel on appartient, et même si on ne se revendique d’aucun camp, il est temps d’envoyer par nos votes, Colette Appert s’occuper de nos affaires municipales.

Alicia

A Cabestany, ce soir mardi, la cérémonie des vœux de Monsieur le Maire était encore plus déprimante qu’à l’accoutumée !

7 janvier 2020

Liberté d’expression – Courrier des lecteurs

L’EDITO D’ALICIA POUR BLOG-CABESTANY

Après une journée de boulot harassante, moi, pauvre Alicia, je ne songeais qu’à chausser mes vigatanes, me caler au fond de mon vieux fauteuil avec une couverture sur les genoux. Et déguster une tasse de Earl Gray en écoutant un CD de Paolo Fresu. Mais voilà, Blog-Cabestany comptait sur moi, comme chaque année, pour aller m’exposer aux courants d’air et aller écouter Monsieur le Maire.

Au centre culturel, où j’étais arrivée inutilement avec 30 minutes d’avance, j’y ai entendu les mêmes mots que l’année dernière et les années précédentes. Creux et vide de sens. Ânonnés sur un ton monocorde. Par des gens ne semblant pas y croire eux mêmes. Les mêmes phrases alambiquées, surannées, passéistes, d’une autre époque, qui ne veulent rien dire mais qui ne reflètent surement pas un avenir radieux et l’espérance de vivre mieux demain à Cabestany.

En ce début d’année 2020, Cabestany s’annonce être comme hier, comme avant hier, et comme demain si on garde les mêmes à la Mairie  : une ville « triste et poussive ».

Je rêve d’une ville agréable, avec un centre animé, des petits commerces de proximités ne vous obligeant pas à reprendre la bagnole pour faire ses courses. Une ville avec une âme et un désir d’avenir. Et quand je pense qu’à l’époque l’Agence immobilière m’avait vendu Cabestany comme étant une « ville fleurie » !? Mais avec l’équipe en place tout cela risque d’être encore pour longtemps un simple rêve.

Je rêve de rouler dans des rues qui ne soient pas défoncées par les racines des arbres sous la chaussée. Une ville avec des trottoirs où nos ainés ne se tordent pas les chevilles, et surtout… propres.

Je rêve d’un programme culturel différent de celui – du « réchauffé dont on est saturés » – concocté Place du Colonel Fabien, par les nostalgiques de Jacques Duclos et Maurice Thorez.

Je rêve de pouvoir laisser ma voiture devant chez moi sans qu’elle soit vandalisée, de ne pas songer à mettre des grilles à mes fenêtres pour ne pas être cambriolée comme presque tous mes voisins, de ne pas voir devant ma porte qu’on pourrait y vendre des sachets de « farine » en toute impunité. « Tonton pourquoi tu tousses ? ».

Je rêve que ma petit voisine, une mamie bientôt octogénaire, ne serait plus obligée de faire venir un taxi depuis de la gare de Perpignan pour l’emmener à Medipole.

Et la liste de mes rêves est longue, longue, longue ! mais pas idéaliste si je considère que d’autres communes peuvent le faire. Mais à Cabestany, on ne fait RIEN, et si ça va mal c’est la faute des autres !

On comprend que dans notre pays, mais aussi dans notre ville, l’électeur ne croie plus au politique. Que seulement la moitié des gens se déplace aux urnes. Que le candidat qui est élu – souvent par défaut – ne représente pas grand chose, sinon une idéologie politique odieuse. Et qu’il ne se sente pas lui même investi de la responsabilité d’être à l’écoute de tous les citoyens, mais plutôt de servir son clan.

Il m’arrive de demander à mes collègues de travail qui habitent comme moi Cabestany pourquoi ils sont venus un jour s’installer dans notre ville. C’est comme si je les agressais ! Immanquablement ils commencent par chercher à se justifier de leur choix comme si on allait leur en faire le reproche !? Étrange ! Oui, ils savaient à l’avance que Cabestany était une ville en mort cérébrale. Confinée dans la naphtaline. Dirigée par une équipe de dogmatiques d’une autre époque. Des gens agglutinés sur leur morceau de banquise à la dérive, en mal d’idées novatrices et ne pensant qu’à leur survie politique. Oui, mes collègues le savaient mais vous expliquent  qu’ils ont choisi Cabestany parce « qu’on leur aurait » dit que la fiscalité locale y était moins pesante qu’ailleurs. Sauf qu’au rythme des augmentations qu’on subit chaque année on sera bientôt au même niveau ou pire que les autres. Avec un rapport qualité/prix affligeant. Et que la menace qui consiste à dire que si d’autres prenaient la mairie ils augmenteraient encore davantage les impôts, est une imposture qui ne convainc heureusement plus personne. Du n’importe quoi !

Car il n’y a pas de plage, de bord de mer, de plantations à entretenir à Cabestany. Pas de plan d’eau (sinon Sainte Camille). Pas de camping (sauf encore Sainte Camille). Pas de piscine. Pas de touristes à accueillir, à héberger, à divertir. Pas de Syndicat d’initiative. Dans cette ville qu’on dirait à l’abandon, à part organiser de médiocres festivités, faire perdurer un marché avec au maximum trois commerçants, où passe l’argent ?

Lorsqu’on voit l’état du Mas Guerido abandonné par ses commerces, on se demande pourquoi avoir fait une nouvelle zone commerciale. Mais patientez un peu, avec l’équipe en place, celle ci ressemblera bientôt à l’ancienne.

Alors, ce mardi soir, j’écoutais ce qui ressemblait à une mauvaise pièce de théâtre, mal jouée par des acteurs qui ne croient plus à leur texte. Avec des spectateurs qui n’y croyaient pas davantage et ne s’étaient déplacés que pour boire un coup de « Banga ». Et moi je rêvais d’ALTERNANCE pour notre ville. Mais cette alternance, choisie, mesurée, intelligente ne pourra passer que par l’équipe de Colette Appert.

Et puis je suis partie avant la fin de la cérémonie, comme beaucoup d’autres, et bien plus qu’à l’habitude, quand j’en ai eu marre d’entendre réciter sur un ton de fin du monde, comme une litanie, la liste des subventions que Cabestany n’aura pas et qui font que le Maire serait en droit de se victimiser. Alors que je croyais dans ma candeur qu’un Maire se faisait élire pour gérer au mieux la commune avec les ressources dont il dispose. Mais moi aussi j’ai du mal à finir le mois. Et je ne lance pas un feu d’artifice sur mon balcon ! Et si je pleure qui va m’écouter ? Et il n’est pas obligé de se représenter ! Et puis ce qui m’aura été insupportable plus que tout est cette façon de vouloir nous faire croire qu’à part son parti politique (le Parti Communiste), tous les « autres » (donc nous ?) serions pour que la France ait moins de services publics, moins de fonctionnaires, moins d’infirmières, moins de TOUT. Ce qui est faux s’il y a un seul point commun entre nous c’est bien notre défense du service public, des enseignants, des pompiers ou policiers, de notre système de retraite et des acquis du Comité National de la Résistance dont m’a tant parlé mon père. Pourquoi nous abreuver de cette politique politicienne usée jusqu’à la corde ? Un mépris pour les citoyens qui ne votent pas pour lui. La démonstration qu’il se considère peut être comme  le Maire d’une partie de ses administrés et pas de tous : INTOLERABLE !!!!!

Enfin en sortant sur le parvis, écoutant l’un ou l’autre de mes concitoyens, je me laissais dire qu’il y aurait peut être plusieurs listes aux prochaines municipales de Mars. Parce que Cabestany ne manque pas de « Tartarins aux petits pieds » qui s’imaginent sans doute que le « Lion » qui est à la mairie n’a plus le punch d’antan et qu’il pourrait défaillir à la seule vue de quelque tromblon à tirer dans les coins, quelque hallebarde ou escopette. Parce que certains croient encore que gouverner une ville n’est pas une chose sérieuse. Et qu’on pourrait monter des listes électorales juste en agglutinant autour de soi quelques citoyens animés par une quelconque rancoeur ou d’autres motivations absolument indéchiffrables. Pour se voir déjà dans le fauteuil du Maire sans livrer bataille. Ce n’est pas notre avis. Et à nos yeux une erreur qui risque au contraire de faciliter la réélection du candidat sortant. Mais dans une démocratie chacun est libre de ses actes et peut s’imaginer un avenir comme candidat « Canada Dry »,  même si la stratégie me paraît plutôt calamiteuse.

Oui, je rêve d’un renouveau pour Cabestany, mais n’est ce pas l’objectif d’une élection municipale de faire en sorte que des citoyens qui aspirent à une vie meilleure dans leur ville, aient quelques espérances dans un suffrage municipal ?

Colette Appert c’est la Droite rassemblée mais aussi l’Avenir pour les Cabestanyencs. C’est l’ALTERNANCE. Ne l’oubliez pas le 15 mars. Et bonne année à vous tous qui me lisez. Et j’espère qu’il me reste un tube de Valium pour me remettre de cette soirée.

Alicia

Tags : ALTERNANCE pour Cabestany, Droite Républicaine, Droite rassemblée, Droite sans complexes, Colette Appert, Elections municipales du 15 mars, CabestanyAuCoeur, Démocratie, Liberté d’Expression.

Noël 2019 !

25 décembre 2019

« courrier des lecteurs » –

A votre demande !

Jeudi 5 décembre 2019 : Rien à Signaler !

5 décembre 2019

Courrier des lecteurs

L’Édito d’Alicia un jeudi de grève !

Chers lecteurs, vous avez beaucoup de chance, car tous vous semblez savoir, contrairement à moi, pourquoi il faut faire la grève aujourd’hui ou …. pourquoi il ne faut pas la faire ! Et moi je me demande si j’ai bien fait de sortir de mon lit. Le sujet vous rend passionnés, motivés, impliqués, et vous êtes certains d’avoir raison alors que « les autres » auraient tort. Quand moi pauvre Alicia, si je faisais grève aujourd’hui, ce serait pour dire que je n’y comprends plus rien et que je voudrais qu’on m’explique un peu mieux les choses. Je suis paumée. Plutôt que d’être comme vous : Pour ou Contre. Mais pour ou contre quoi ? Et peut être que si je comprenais, moi aussi j’irais manifester !

Je ne suis pas syndiquée. Mais l’un de mes anciens professeurs, qui n’a jamais été politisé ou syndiqué mais qui nous racontait Mai 68 (je n’étais pas née), et bien d’autres événements, avait l’habitude de dire : « si on continue à vouloir faire entrer les citoyens dans un moule de la pensée unique, qu’on fait pression sur les médias, qu’on méprise les associations, qu’on n’écoute plus les syndicats et autres corps sociaux, on récoltera un jour un mécontentement populaire qu’on aurait pu facilement éviter si on avait eu moins d’orgueil et moins d’arrogance. Et on ne saura pas y faire face ! ». J’espère qu’il était dans l’erreur.

Vous tous, chers lecteurs, me racontez déjà par avance comment va se dérouler la journée, me conseillant de rester sous la couette !? Alors je vais vous mettre en ligne l’une de mes copines ! 2 minutes 55 de bonheur.  Anne-Sophie (dite « La Bajon »). Que j’ai rencontrée il y a quelques mois à Perpignan où elle se produisait. J’ai même réussi à la faire rire !!! Enfin une nana que je comprends car sans auto-dérision il n’y a plus d’espoir. Déjà qu’on se marre pas vraiment à Cabestany quand on se perd du côté de la Mairie. C’est l’humour, dit on, qui nous rendrait plus intelligent(e). Alors vous voyez le tableau !  Et si l’on comprenait vraiment ce qu’on mijote dans notre dos, on aurait peut être plutôt envie d’en pleurer !

Une video qui n’aura comme but que de vous faire sourire, sans aucun message à la clef ! C’est de l’humour ! Comme si j’étais capable de faire du second degré. Bonne journée à tous  et mettez de bonnes chaussures !

et en allant sur Youtube et en tapant La Bajon vous trouverez d’autres perles….

Pour joindre le Blog : blog.cabestany@gmail.com

et juste un clic ci-dessous pour nous rejoindre :

cabestanyaucoeur@gmail.com

 

Quand à Cabestany, l’amitié, l’écoute des autres, les valeurs humaines, importent plus que tout pour Colette Appert ! Et pour nous tous.

18 novembre 2019

 » Cabestany au Coeur ! « 

L’Edito d’Alicia de Blog-Cabestany

(Ecrit un lundi matin avant de partir au boulot. Il fait encore nuit. Il fait froid. Et si vous saviez comme j’ai horreur des lundis matins. Et il y en revient un chaque semaine !)

« J’ai rejoint  ce Blog en 2016 bien après les dernières élections municipales, et j’ai été agréablement surprise de l’accueil chaleureux que l’on m’y a réservé. Pourtant je n’ai pas tous les jours bon caractère et j’ai parfois la plume corrosive. Mais jamais méchante ! Au point que l’on m’a rapidement appelée « la chipie », ou « la peste », ce qui m’aura vexée plusieurs jours. Jusqu’à ce que je comprenne que c’était une manière de m’adopter sans réserves, mais de faire en sorte aussi que je reste à ma place. Et je m’efforce de le faire.

Il y a ceux qui ont été des co-listiers de Colette Appert en 2014, et beaucoup le seront encore en 2020. Il y a des Cabestanyencs qui nous rejoignent tous les jours pour abonder la liste de Colette Appert pour les municipales qui approchent.

Et il y a – chaque jour plus nombreux – tous les citoyens de Cabestany qui nous soutiennent. Qui ont adhéré ou adhérent encore à Trait-d’Union-Cabestany. Qui distribuent nos tracts dans les boites aux lettres. Qui aiment se réunir entre eux. Qui veulent participer ! Qui veulent que l’on tienne compte de leur avis. Car tous forment une grande chaine à Cabestany. Lorsque l’on se rencontre, on parle de nos familles, de nos amis, de nos problèmes, et la politique n’est en rien le sujet principal. Car il y a tellement de choses qui nous unissent. Mais « mieux vivre » à Cabestany finit toujours par arriver dans la conversation !

On parle ces jours-ci, des amis qui nous ont quittés. Que j’ai ou non connus. Qui manquent à l’équipe. Mais nous essayons de ne pas être tristes. On parle d’eux comme s’ils étaient encore là autour de la table. On parle des bons moments passés. On rit parfois. Ou on garde notre peine sans le montrer. On évoque nos souvenirs avec Jany Camps, Robert Montoya, Patrik Sperring, tous disparus en cette saison d’automne. On parle aussi de bien d’autres amis qui nous ont quitté prématurément. Car la vie est trop courte. C’est pour cela qu’il faut faire vivre l’amitié entre nous. Et heureusement, notre équipe est solide ! Quand à Cabestany, l’amitié, l’écoute des autres, les valeurs humaines importent plus que tout pour Colette Appert ! Et pour nous tous !

Tous, dans l’équipe de Colette, sommes loin d’avoir les mêmes idées politiques. Il y a ceux qui sont encartés à un Parti, (pas toujours le même !?) ceux qui sont seulement des sympathisants, et les autres,  les plus nombreux qui veulent simplement que demain cela change enfin à Cabestany. Pour qu’on y respire la Démocratie et qu’on mette un terme à ce Culte de la Personnalité qui nous vient d’autres contrées. Que cesse ce sectarisme, ce clientélisme dont bénéficient certains qui en profitent sans vergogne tout en disant – par derrière – qu’ils ne partagent pas les idées de Monsieur le Maire. « Mais je vote pour l’Homme » s’entend t’on dire. Et après ? En 2022 on choisira Marine disent les mêmes ! Qui n’oublient pas de préciser « mais je viens tout juste de recotiser aux L.R. !? » Au secours !!!!

Les Cabestanyencs, si on en croit ce qu’ils nous écrivent, n’attendent plus grand chose de ceux qui nous gouvernent à Paris et font un constat amer de la situation laissée par les prédécesseurs. Des citoyens qui n’attendent plus d’homme providentiel (ou de femme). Qui sont tout autant déçus par ceux qui cherchent à incarner une quelconque opposition à Paris. Car sans Opposition constructive et crédible, il n’y a nulle Démocratie.  Alors que Colette Appert a montré, à Cabestany, ce que devait être une véritable opposition. Car ce qu’on attend de nos politiques ce ne sont pas des beaux discours, des promesses intenables. Du populisme gratuit quand on croule sous les taxes et les impôts. Une pression devenue insupportable venant de l’État, comme de toutes nos collectivités locales ou régionales. Lorsqu’on voit ce qu’on en fait ! On attend des idées qu’on puisse mettre en application et qui fonctionnent. Et n’est ce pas le but ultime de la politique que de nous permettre une existence plus vivable demain ? Dans notre pays, comme dans notre ville ! C’est la noblesse de ce mot de  « politique » lorsqu’il n’est pas dévoyé.

Ce qui nous rapproche plus que tout, entre femmes et hommes de bonne volonté, ce sont nos valeurs de solidarité, de fraternité. De respect de la famille, de nos anciens. Nous espérons que nos enfants vivront dans un mode meilleur, tout en constatant que l’environnement se détériore pourtant un peu plus tous les jours.

Nous souhaitons que le progrès se fasse au seul bénéfice de l’Homme, sans l’aliéner. Nous souhaitons que l’Homme soit moins exploité, moins méprisé. Des idées qui ne sont en rien l’apanage d’une Gauche qui n’a plus d’idées, qui a pris de mauvaises habitudes, n’a pas de quoi être fière de son bilan, et qui s’accroche à Cabestany pour défendre ses petits privilèges.

Tous nous y croyons. Nous voulons que Colette Appert nous apporte une Alternance que tant de nos concitoyens espèrent.

Alors, pour ce qui concerne beaucoup des citoyens de notre ville, peut être est il temps de se mobiliser. C’est le bon moment pour s’engager. Pour nous rejoindre. Et ne pas dire dans quelques semaines : « si j’avais su ! ».

Moi même ne suis pas une politique. Je ne représente rien ni personne.  Jusqu’à Facebook qui a fermé ma page sans raison et je suis bien plus heureuse loin des réseaux s ociaux.  Je suis en attente d’une mutation administrative pour me rapprocher de ma famille.  J’aurais bien des regrets en partant.

Je crois encore à l’École que je pense être l’endroit où l’on forme les futurs citoyens. Et je ne suis pas pessimiste sur la qualité de l’enseignement. Mais peut être que les parents devraient prolonger le soir le travail des maitres plutôt que souvent dénigrer ces derniers. Pourquoi mettre entre les mains de nos jeunes des bandes dessinées s’il ne s’agit que de leur seule lecture. Même si j’en lis moi même entre deux ouvrages de Philosophie ou de Poésie. La Médiathèque de Cabestany – dont les préposés sont aimables, gentils et peuvent être parfois dévoués – est loin d’être ce qu’on est en droit d’attendre de ce type d’équipement, financé par nos impôts, pour promouvoir une culture « pour tous ». Et que dire de cette Maison des Jeunes qui pourrait être un outil formidable mais qui est sans timonier, sans cap, sans boussole ! Et qui doit nous couter un « pognon de dingue ». Pour quoi ? Car on aurait peut être pu se demander ce qu’on voulait en faire avant de l’édifier. J’ai une approche bien différente de la Culture qu’on devrait proposer aux Cabestanyencs et je m’en suis ouverte à Colette. Il semble que pour l’équipe municipale la manière de fonctionner soit : « Décider avant de réfléchir ».  Mais s’ils se mettaient à réfléchir, ne se pourrait il pas que ce soit pire encore ?   Et luttons pour empêcher nos  enfants d’être autant d’heures, chaque jour,  les yeux rivés sur leur téléphone portable,  à perdre leur temps et gâcher leur avenir. Ils diront plus tard, en se lamentant : « on ne nous a rien appris ! »

Je suis confiante dans l’élan soulevé par Colette Appert et par les aspirations de changement des Cabestanyencs qui nous écrivent.

Mais je crois que rien ne peut se faire en restant spectateurs de ce qui nous entoure. Quant faut y aller, faut y aller !!! C’est « la chipie » qui vous le dit. Et c’est peut être la dernière ou l’une des dernières fois que j’ai l’occasion de le faire. C’est le bon moment pour y aller !

Bonne semaine à tous ! Engagez vous !

juste un clic ci-dessous pour nous rejoindre :

cabestanyaucoeur@gmail.com

Il a 30 ans…. rappellent plusieurs lecteurs à Blog-Cabestany

7 novembre 2019

Courrier des lecteurs – C’est de l’Histoire

par Alicia

 Il y a des dates qui vous, ou nous tiennent à coeur à Cabestany. Comme le 11 novembre, une date que vous craignez de voir disparaitre dans le tourbillon de l’Histoire, mais on sait que vous serez là lundi au Monument aux Morts pour honorer nos Ainés.

Ou ce 5 décembre que certains font semblant d’ignorer, ou pire de contester, par idéologie malsaine.

Et l’anniversaire des 30 ans de la chute du Mur de Berlin. Car sans vous chers lecteurs, on n’en aurait peut être pas parlé. Mais que ferions nous sans vous !!!! Vous êtes plusieurs à vous étonner que certains puissent encore se réclamer du communisme au 21ème siècle, et cela vous donne même envie de vomir, dit l’un d’entre vous.

Mais l’une d’entre vous, à Cabestany, nous écrivait il y a à peine quelques mois : « Je suis née Communiste et je mourrais Communiste. Car même si je suis dans l’erreur, prisonnière d’une dérive dont je découvre un peu plus chaque jour  qu’elle s’apparente à une manipulation sectaire, comment pourrais je, à mon âge (on ignore lequel) reconnaitre que je me suis trompée toute ma vie ».

Sans doute le problème de brave gens, qui sont sans doute nos voisins, peut être nos amis, et qui préfèrent se mettre la tête dans le sable, comme les autruches, plutôt que de se retrouver face au vide. 

Le Communisme, ses exactions, ses horreurs, ses crimes contre l’Humanité, disparaitra un jour dans le Tourbillon de l’Histoire. Tout comme l’espèce humaine. Car à force de nous acharner sur la biodiversité, c’est nous que nous condamnons à court terme. L’un de nos maîtres à penser, dont il arrive qu’on aille fleurir la sépulture, Théodore Monod, nous a légué un ouvrage qui est sur notre table de nuit. Son titre : « et si l’aventure humaine devait échouer ». On vous en conseille la lecture.  « Heureux les pauvres d’Esprit, car le royaume des cieux est à eux » écrivait Matthieu. Alors souffrez, chers lecteurs, que certains autres qui ne croient pas au ciel, rêvent d’atterrir, pour les siècles des siècles, dans ce qu’ils s’imaginent qu’il était déjà sur terre : le Paradis. On parle bien sur du Goulag ! Et à Cabestany, nous en avons déjà un arrière gout !

 

« Soeurs d’armes », un film dont vous ne sortirez pas indemnes, écrit notre rédactrice Alicia !

13 octobre 2019

Un dimanche après-midi au cinéma pas ordinaire !

La bande annonce d’un film dont je m’en serais voulu de n’avoir pas vu.

Que dire sur ce film ? Je suis prête à en parler avec vous lorsque vous serez allés le voir !!!

Des femmes des P.O. marchaient ce matin, dimanche, à Canet, engagées dans la lutte contre le cancer du sein !

6 octobre 2019

« Les Cabestanyencs sont des gens bien ! »

Dimanche 6 octobre 2019

Dimanche 6 octobre 2019, 13 h 00

Alicia écrit :

Hier soir samedi, au moment de me coucher, je reçois un texto envoyé par l’épouse de l’un de mes collègues à la Fac : « Alicia, demain on se retrouve, habillées léger, en short et baskets, place Méditerranée à Canet, à 9 h 00 précises, pour marcher sur le sable. J’ai payé ta cotis’, j’ai ton tee-shirt, si jamais tu trouves un bout de ruban rose dans ton placard. Je compte sur toi »

Ce matin dimanche, j’étais à Canet. Il y avait foule. Je reconnais une amie de St Esteve, une de Toulouges. Des élèves. Colette Appert fait sortir de sa voiture plusieurs de ses amies qu’elle a amenées de Cabestany. Mais elle nous dit que malheureusement elle ne peut pas rester car elle a un engagement ailleurs.

Il s’agit de marcher sur la plage de Canet, dans le cadre de la Journée de Lutte contre le Cancer du Sein. Qui pourrait ne pas se sentir concernée ?

Il y a des jeunes filles, des femmes jeunes, des mamies. On va marcher le long de l’eau pendant une heure. Certaines ont un maillot rose, d’autres un simple ruban rose. Quelques unes, une plume dans les cheveux !?

Mais le côté sympa est que plusieurs hommes vont marcher aussi avec nous. Pas à nos côtés sur le sable, mais en même temps que nous sur la promenade. Par solidarité ! Un mot qui n’est pas vide de sens.

Ma cotisation ira à une association dont je n’ai pas retenu le nom. Qu’importe. Un petit geste pour une grande cause ! J’en saurai plus ce soir en dinant chez mes amis. Mais lutter contre ce fléau, accompagner et être solidaire, m’a plu. Car il y a la recherche, le dépistage, les soins. Mais aussi l’accompagnement, le soutien moral. C’est aussi de la chaleur humaine dont ont tant besoin nos consœurs qui sont touchées par ce mal insidieux. Pas de la compassion mais du soutien !

En rentrant à Cabestany j’envoie un texto à Colette Appert. Je lui demande : l’année prochaine aura t’on une telle marche à Cabestany ? « Pourquoi pas, j’y songe sérieusement ».  « Mais l’année prochaine de toutes les manières je me rendrai libre pour être – au moins – avec vous à Canet. » dit Colette pour conclure.

Bon dimanche Colette ! Tu sais qu’en cette période, on attend beaucoup de toi… si tu comprends ce que cela veut dire !!!

« J’ai croisé Colette Appert à Visa pour l’Image » écrit Alicia, rédactrice pour Blog-Cabestany. « Un moment fort avec une belle personne ! »

12 septembre 2019

La Culture est importante à nos yeux, à Cabestany ! Mais la Liberté d’Expression, la Liberté de la Presse, le Droit de Savoir le sont  tout autant !

Une des entrées des expositions de  Visa Pour l’Image

Alicia écrit :

« Bien sur, chez Blog-Cabestany, chaque année, l’un d’entre nous assiste à l’inauguration de Visa pour l’Image. Ce Festival International de Photojournalisme qui est connu sur toute la planète. Dont on nous parle peut être davantage à New York ou Berlin qu’à Perpignan. On en parle aussi beaucoup à Paris, avec un brin de jalousie !

Mais pour la plupart d’entre nous, le plaisir ou plutôt l’intérêt, car comment parler de plaisir en voyant des images le plus souvent dérangeantes, consiste à se rendre de la façon la plus anonyme qui soit, un jour de semaine, pour voir gratuitement les photos exposées. Car c’est gratuit.  Et ouvert jusqu’à la fin de la semaine. Et on vous laisse entrer avec un appareil photo contrairement à beaucoup d’autres expos du même genre. Et lorsqu’on sait qu’à Paris ou dans d’autres grandes villes de l’hexagone, on aimerait bien récupérer ce festival, on mesure la chance que l’on a de pouvoir le conserver à Perpignan. Et dans un cadre qui vous sort du béton.

J’avais prévu d’aller le voir avec Colette Appert, la semaine dernière, et puis un changement de planning m’a obligée à annuler au dernier moment et j’y suis allée cette semaine, à l’improviste…. pour croiser Colette Appert. Qui porte un grand intérêt à ce Festival, a assisté à beaucoup des événements de la programmation. Ce fut une très agréable surprise et une opportunité pour échanger en toute décontraction. Un chouette moment avec une personne très ouverte et d’une grande finesse d’esprit !

Colette Appert croisée dans une des expos de Visa pour l’Image 2019

Dans un cadre exceptionnel

Des photos parfois difficiles, lorsqu’on pense à ceux qui souffrent sur ces images. Et on ne peut que remercier les reporters, les journalistes, qui ont peut être risqué leur vie pour nous informer. Car c’est la Liberté d’informer, la Liberté d’Expression, le droit de savoir qui font l’intérêt de ces images. Et jamais le voyeurisme !

Pour mes petits camarades de Blog-Cabestany, pour nos lecteurs qui ne sont pas tous dans notre région, pour tous les amateurs, j’ai noté sur un petit carnet les noms de photographes qui auront exposé à cette 31ème édition de Visa pour l’Image 2019.

Ma satisfaction, car on ne peut utiliser le mot plaisir, c’est de m’installer dans mon vieux fauteuil qu’il faudrait surement rembourrer mais à moi,  il me convient comme cela. Je sors ma tablette, et je la synchronise – quant ça marche – avec mon écran de télé. Et ainsi je peux visionner tranquillement les photos de l’expo. Le temps qu’il faut à chaque image pour voir les détails. Et revenir sur celles qui me touchent le plus. Ou me font m’interroger sur ce monde dans lequel nous vivons. Quand je veux et à l’heure que je décide ! Est ce que je peux dire que j’en sors toujours  indemne ? Au moins ai je l’impression d’avoir les yeux ouverts sur ce que beaucoup ne veulent pas voir !

Je ne prétend pas avoir recopié les noms de TOUS les photographes et je suis peut être passée à côté de certains que je n’aurais pas du rater. Que l’on me pardonne. Et puis les liens n’ont pas tous fonctionné ou alors c’est que je m’y suis mal prise. Mais l’intérêt c’est aussi d’en savoir plus sur le ou la photographe, sur ces photos, le lieu, l’environnement, la situation souvent terrible. Et cette souffrance de personnes que je ne rencontrerai jamais mais qui me touche, dans mon petit confort et ma sécurité.   

Et j’ai été très heureuse de pouvoir échanger avec Colette qui a la même sensibilité que moi. Et avec laquelle j’ai parlé de bien d’autres choses mais si j’en dis plus sur ce Blog, ce sera une autre fois. 

Avertissement : Merci à tous ces photographes, dont je ne prétends pas avoir fait une liste exhaustive, recopié les bons liens,  et je n’ai pas cherché à faire un travail professionnel. Je ne suis qu’un petite amatrice, mais Chers Lecteurs de ce Blog, qui êtes à Cabestany ou à des milliers de kilomètres,  si seulement vous pouviez partager avec moi toutes les émotions que j’éprouve à voir et revoir ces photos :

Cyril Abad

dont les photos sont au Couvent des Minimes

http://www.cyrilabad.com/

Lyndsey Addario

dont les photos sont au Couvent des Minimes

http://www.lynseyaddario.com/

Guillermo Arias

dont les photos sont au Couvent des Minimes

https://www.guillermoarias.com/

Valerio Bispuri

dont les photos sont à l’église des Dominicains

http:// www. valeriobispuri.com

Patrick Chauvel

Couvent des Minimes

http://www.fonds-patrickchauvel.com/

Olivier Coret

Couvent des Minimes

http://www.divergence-images.com/olivier-coret/

Abdulmonam aessa

https://making-of.afp.com/abdulmonam-eassa

Ed Jones

Couvent des minimes

https://making-of.afp.com/ed-jones

Adriana Loureiro Fernandez

http://www.adrianaloureiro.com/personal-

Pascal Maitre

http://pascalmaitre.fr/

Louie Palu

https://louiepalu.photoshelter.com/index

Ivor Prickett

Atelier d’Urbanisme

https://www.ivorprickett.com/

Goran Tomasevic

https://widerimage.reuters.com/photographer/goran-tomasevic

Dar Yasin

http://www.apimages.com/search?query=Dar+Yasin&entitysearch=&st=kw&ss=10&allFilters=&toItem=15&orderBy=Newest

et j’essaierai de faire mieux la prochaine fois !

Tags : Visa pour l’Image – Colette Appert – Alternance à Cabestany en 2020 – Démocratie – Liberté – Liberté d’Expression – 265 RiverSide Drive NYC – Blog-Cabestany – Trait-d’Union-Cabestany – Nikon – Perpignan – Couvent des Minimes – Pyrénées Orientales – France – Mariposa Webmasters, Gérone – Kujiwara Data Center Montpellier – Linux – Qwant – WordPress – Automattic – We believe in journalism, and our commitment is greater than ever. International Festival of Photojournalism. Festival International de Photojournalisme – Festival Internacional de fotoperiodisme – 

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

Jean-François Leroy, General Manager of Visa says :

Mexico, Venezuela, Egypt, Libya, Algeria, North Korea, China, Russia, Syria, Bangladesh and Hungary are countries with a sad reputation for violations of freedom of the press, and unfortunately the list does not stop there. We could add Malta, and even Northern Ireland. Occasionally there has been some good news: Wa Lone and Kyaw Soe Oo, the two Reuters journalists arrested when investigating a massacre of ten Rohingya civilians, were released as part of a presidential amnesty. In Egypt, Shawkan was released, but with restrictive conditions applying. In Bangladesh, Shahidul Alam has been released, for the moment, on bail. Any number of other examples can be found of journalists killed, injured or imprisoned, and every year the figures are shocking. All their names deserve to be cited. Since the beginning of 2019, 20 journalists have been killed, and 341 are in prison. In France too we can see reporters targeted, attacked by demonstrators and police without any major public outcry. Causes and professional ethics must be defended; journalists’ sources must be protected. One day the European Union, or even the United Nations will have to reach agreement on the definition of a journalist. Conditions for issuing press cards change from country to country, and there should be a standardized approach so that all journalists have the same rights, which means, of course, that they have the same duties. But this is not the way things are going at the moment. Certain politicians, even in leading democracies, will readily criticize journalists for doing their job, particularly when reports might leave them in an awkward situation. The general public is increasingly skeptical and wary of the media. Everything needs to be reviewed; questions need to be asked for trust to be restored. The right to report on news stories and conduct investigations freely is a basic pillar of democracy. That should go without saying, yet it needs to be stated loud and clear, again and again. In Perpignan, we shall continue to present stories from around the world. We believe in journalism, and our commitment is greater than ever.

Jean-François Leroy, Perpignan, Occitanie, France, sept 2019

-o-

Colette Appert démontre qu’elle est à l’écoute de TOUS les Cabestanyencs !

6 septembre 2019

La tribune de l’opposition du dernier Cabes’infos. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

-o-

L’Editorial de rentrée d’Alicia

Colette Appert n’a pas besoin de Blog-Cabestany pour savoir quelles sont les préoccupations des Cabestanyencs. A notre connaissance, elle n’a pas pris de vacances cet été, et elle a rencontré, spontanément ou à leur demande, un grand nombre de nos concitoyens.

Mais c’est quand même la force de notre Blog, de pouvoir recevoir, par mails, vos avis, vos colères, vos attentes, vos espoirs. Lorsqu’il s’agit d’échanger sur les grands sujets de la politique nationale, on vous répond nous mêmes la plupart du temps. Et je ne suis pas la dernière pour le faire !

Lorsqu’il s’agit d’un problème concernant Cabestany, on n’a ni la légitimité, ni la connaissance nécessaire pour vous répondre. Et nous ne sommes pas là pour nous immiscer dans le débat municipal. Nous sommes davantage des journalistes, des lanceurs d’alerte, des facilitateurs de la Liberté d’Expression, plutôt que des acteurs politiques.

Pour vous répondre, laissons faire ceux  qui ont la connaissance du terrain, des problèmes de notre ville. ET LAISSONS LES AGIR !

Les problèmes que traite Colette Appert dans la Tribune de l’Opposition du dernier Cabes’infos sont totalement en accord avec les messages que nous recevons régulièrement. Colette, répétons le, n’attend pas après nous pour savoir ce que ressentent les Cabestanyencs et elle reçoit probablement – EN DIRECT – un nombre de messages sensiblement plus élevé que ceux que nous lui faisons passer. Mais parce que nous lisons les messages reçus au Blog avant de lui renvoyer, nous savons de quoi nous parlons !

A quelques mois des Municipales, les Cabestanyencs auraient tort de ne pas s’exprimer auprès de nous, auprès de Colette, pour se faire entendre et dire ce qu’ils souhaitent pour les six années à venir. A moins qu’ils ne considèrent que dans notre petite ville de Cabestany, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Qu’il n’y aurait aucun problème ayant besoin d’être résolu. A moins, que de façon aveugle, ils continuent à faire confiance à la même équipe, par habitude, peur du changement, lassitude pour la politique, ou du simple fait de son orientation politique, et en se foutant pas mal de son programme à venir. Ou de son absence légendaire de programme, d’anticipation, de prévision, de vision pour l’avenir de notre ville. On ne maitrise plus les budgets à Cabestany. On ne gère plus rien ! On se contente de dépenser sans compter, au jour le jour, et d’attendre de voir arriver les factures. Et pour les payer on augmente vos impôts pour couvrir les dépenses. Comme c’est tellement simple.  « En matière de gestion, c’est la politique de Gribouille ! » nous disait encore récemment l’un de nos lecteurs.

Car chez Blog-Cabestany, si nous ne sommes pas des politiques, nous sommes quand même avant tout des citoyens comme les autres. Et nous sommes toujours effarés en lisant dans le Cabes’infos le bulletin de Monsieur Maire.

On se demande si ce dernier vit vraiment à Cabestany. On se demande s’il sait ce qui s’y passe. Lorsqu’il parle de SA ville, on se demande si c’est la même que celle où nous vivons. Mais il doit encore regarder la télé en noir et blanc et s’éclairer à la bougie.

Nous appartenons à tous ces Cabestanyencs qui attendons l’ALTERNANCE. Mais elle ne viendra pas toute seule parce que deux, trois, voire quatre Cabestanyencs sans convictions, sans programme, sans parti, sans idées, se sont mis en tête d’essayer de constituer leur propre liste pour les prochaines municipales. Quand depuis des années la seule opposition à s’être manifestée et avoir fait le boulot, est la nôtre ! On souhaite à tous ces doux rêveurs qui partent en ordre dispersé, la fleur au fusil,  bien du plaisir. Des citoyens – honorables sans doute – qui ne connaissent ni les dossiers, ni les problématiques de Cabestany. Qui se réveillent à six mois des élections et dont le projet a toutes le chances de faire « Pschitt » ! A moins que secrètement, ils n’aient en tête de créer la division pour faire gagner nos adversaires.

Peut être aussi que des candidats plus sérieux se dévoileront plus tard. On sait de source sure que la question se pose dans les états majors des grands partis. Mais on sait aussi qu’on hésite et qu’on attend pour voir venir. Et que Perpignan est la priorité. Et on s’est tellement habitués à la situation actuelle ou Monsieur le Maire fait semblant de tirer à boulets rouges sur l’agglo. Mais le faire pour de vrai serait tellement préjudiciable aux intérêts de notre ville. 

  A Cabestany, on ressent quand même une frénésie tout à fait inhabituelle pour vouloir être à tout prix sur la ligne de départ en 2020. Est ce que cela serait le signe que certains considèrent que la réélection de Jean Vila est loin d’être acquise ? Que tout s’obtient sans combat ? Pour nous il s’agit de velléitaires ! Depuis des années, si Colette et son équipe n’avaient pas « mouillé le maillot »,  il n’y aurait pas eu d’opposition à Cabestany et voilà que soudain…..  Mais ayons aussi la sagesse de considérer que c’est aussi cela la Démocratie.  Et que les sortants ne sont que de simples candidats. Au même niveau que tous ceux qui briguent le poste.  Et on croit savoir – mais comment s’y retrouver dans ce déluge d’ informations ou de rumeurs – que du côté de la mairie on n’afficherait plus la sérénité d’antan, la même unité,  et que plusieurs stratégies s’opposeraient au point de créer la division.  Quoiqu’il en soit il ne faut jamais vendre la peau de l’Ours…. Une expression consacrée, qui ne cherche aucunement à être irrespectueuse pour qui que ce soit. Qui veut juste dire que de s’imaginer que les choses seraient si faciles est à nos yeux une profonde erreur.

La seule chose dont on puisse être certain est que Colette ira jusqu’au bout sans se préoccuper des présumées futures gesticulations diverses ou variées des uns ou des autres !

L’ALTERNANCE, si elle arrive, ne peut venir que de Colette Appert, mais elle a besoin aussi que tous les citoyens qui veulent le changement se rassemblent derrière elle, en laissant pour certains,  leur ego et leur trop plein de testostérone au vestiaire. Et c’est la raison pour laquelle nous la soutenons sans réserves et vous incitons à faire de même !!!

Bonne rentrée !

                          #ALICIA

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

« A tous les Français ! »

18 juin 2019

« Courrier des lecteurs »

Alicia écrit :

Rassurez vous, Paul, Valérie, Madeleine, Jonas, et les autres. Et à tous ceux qui sans doute vont encore nous envoyer un mail, comme ils le font chaque année à la même époque, rassurez vous disais je : on n’aurait pas oublié la date du 18 juin. Que vous soyez Cabestanyencs est sympa. Parisien, Havrais, tout autant. L’un d’entre vous qui nous écrit est Canadien. Et chez nous, au Québec, nous précise t’il, cette commémoration du 18 juin 40 a encore énormément d’importance. Peut être davantage qu’en France ! Je pourrais être tentée de reprendre ses paroles si j’avais mauvais esprit. Mais comme je n’ai pas de valeur de comparaison, je vais m’abstenir de parler de ce que je ne sais pas et  raconter peut être n’importe quoi. Ce que je peux affirmer, c’est qu’à New-York, il y a deux ans de cela, j’avais pu constater que pour les Français installés là bas, cette date du 18 juin avait également une très grande signification. Peut être parce qu’ils sont éloignés de leur pays ?   A Paris, aujourd’hui, notre dirigeant suprême qui est le successeur de celui qui avait lancé ce célèbre appel, prétend que « la culture Française n’existe pas ! ». Et à Cabestany, on a baptisé une place du nom du « 19 mars 62 », car comme on le sait cette date a – apparemment – plus d’importance aux yeux de certains que le sacrifice de tous ces Français qui ont combattu pour recouvrer notre Liberté ! Je n’ai aucune envie de polémiquer. Mais que personne ne m’empêche de regarder certains de mes compatriotes avec un certain dédain. Même s’ils n’ont, hélas,  pas vraiment conscience qu’ils ne méritent guère mieux !!! Et que je pressens déjà qu’ils vont m’écrire un tas d’idioties sans intérêt !

Alicia

Blog-Cabestany : Merci, Alicia ! Nous n’aimerions pas que tu soies mutée par ton administration, loin de nous, à la rentrée de septembre. Ta plume, parfois acide, mais jamais méchante, nous manquerait beaucoup.

Alicia la Chipie raconte un peu sa vie aux lecteurs de Blog-Cabestany !

11 juin 2019

Pauvre Alicia !

Alicia écrivait hier Lundi de Pentecôte :

Je suis de repos, aujourd’hui. Une occasion pour mettre de l’ordre dans la boite mail de Blog-Cabestany. Qui déborde. Et renvoyer vos commentaires à qui de droit. Et lire l’Indép, le Figaro et l’Huma. Et regardez ce qui se passe en France, à l’exception du tennis. Puisqu’il paraît que c’est fini alors que j’avais justement envie de rester en pyjama, me mettre dans mon canapé et regarder un match aujourd’hui. Pas de chance. Mais je vais écouter de la musique ! Ou mieux jouer un peu de guitare !

Dans vos gazettes, on ne parle que de ces 80 maires (sur 36 000 maires en France), encartés Républicains mais « macron-compatibles » qui ne savent plus quelle direction prendre et se mettent à tourner sur leur socle comme des girouettes. Hier, encore c’est 72 maires (toujours sur 36 000) encartés à Droite qui disent à Macron combien il est merveilleux.

Heureusement il en reste 35 848 qui ne nous gonflent pas ! Mais ainsi il y en aurait quelques uns qui ont la « turista » rien qu’à la pensée de perdre leur siège en 2020.  Et qui pensent que de se rallier à Macron, Benalla et consorts, est une bouée de sauvetage. Quels fous !

En effet, quelle bonne idée de se revendiquer de celui dont le gouvernement est en train de casser l’hôpital. Quel bonne idée de dire à ses électeurs qu’on est vachement heureux de voir l’électricité prendre encore 6% (dont la moitié de taxes).

Elle pas belle la vie quand on explique à ses concitoyens qu’on est tellement content de voir un gouvernement organiser la casse sociale, ponctionner les retraités, taxer les agriculteurs qui voudraient se mettre au bio. Car telle est la trajectoire de l’Enmarchie, qui se shoote au glyphosate, qui vend notre industrie à l’étranger, fait rentrer des travailleurs détachés pour concurrencer nos ouvriers, laisse les portes et fenêtres de la France ouvertes à l’immigration.

Moi je ne suis pas certaine que se soit une vraie bonne idée. Mais je suis rousse (de naissance). Alors qu’est que je peux comprendre à la politique ?

Je pense à ces trois marins de la SNSM noyés en allant sauver leur copain. Mais de toute façon ils seraient sortis pour sauver leur prochain, vous ou moi. Sur leur bateau vétuste qui devait être désarmé en 2001 au plus tard. Pas de sous ! Mais dans le pays qui a la pression fiscale la plus élevée du monde, heureusement que les pompiers sont en majorité des bénévoles. Et que les sauveteurs en mer le sont presque tous, bénévoles. Et financés par les seuls français qui donnent volontairement de l’argent de leur poche. Et alors qu’on vous taxe de tous les côtés, comment voulez vous être soignés en arrivant aux urgences un endroit où il n’y a pas (encore ?) de bénévoles. Mais on pourrait demander à ceux qui travaillent – eux aussi bénévolement –  aux Restos du Coeur de passer ensuite à l’hosto pour vous faire – gratos – une petite piquouse ! Pauvre France ! 

« Mais tout cela nous passe largement au dessus de la tête » disent les lecteurs de Blog-Cabestany. Tout cela c’est brasser de l’air. Des postures à la Don Quichotte (Henri, un seul i s’il te plait à Quichotte).

On n’attend pas d’un Maire qu’il prenne son manuel, donné par son Parti politique, pour savoir comment administrer sa ville.

A Cabestany, c’est d’ailleurs ce que vous paraissez regretter dans vos commentaires destinés à nos élus.  Parce que vous avez l’impression trop souvent que la ville est géré selon les directives qui arrivent de la Place du Colonel Fabien, l’iceberg sur lequel sont retranchés les derniers communistes. Des bénévoles ?  Et vous aimeriez juste un peu moins de sectarisme et un peu plus d’empathie pour le Cabestanyenc. C’EST VOUS QUI LE DITES !  Mais qui sait ? Tout peut changer un jour ou l’autre !!!

Nos lecteurs pensent donc qu’un Maire est là pour gérer sa commune pour le bien de ses concitoyens. Répondre à leurs besoins. Et que tout cela n’a pas n’a pas grand’ chose à voir avec la politique nationale.

Mais si certains élus qui font de l’huile croient nécessaires de se rapprocher du Parti du Président, pour assurer leur fauteuil d’élu, pour moi, la stratégie de ces maires est un calcul plutôt risqué ! Lorsqu’on commence à chercher à préserver son fauteuil au point de se raccrocher à n’importe qui ou n’importe quoi  plutôt que de travailler à l’élaboration d’un bon programme municipal, il est peut être temps de songer à préparer ses valises !

Chers lecteurs de ce Blog, je vous aime. Mais personne ne m’empêchera jamais de dire ce que j’ai envie de dire. Tant que ce blog me laissera, et vous laissera à vous, ses lecteurs, la Liberté d’Expression comme cela semble être le cas.

Alicia, le lundi 10 juin 2019

BLOG-CABESTANY : même si on n’est pas toujours d’accord sur tout ce que tu écris, Alicia, il est sain et rafraichissant dans une démocratie de laisser des gens comme toi s’exprimer. Et nos lecteurs auraient du mal aujourd’hui à se passer de toi. C’est ce qu’ils nous disent tous les jours. Cet esprit de dérision et d’auto-dérision  fait désormais partie de l’ ADN de notre Blog.  Pour nous la Liberté d’Expression passe avant tout le reste. Et ceux qui veulent nous faire taire ne sont que des esprits chagrins. Et en plus on aime tes choix musicaux.

 

Lundi matin : « c’est pas tout, mais faut aller au boulot ! » écrit Alicia

27 mai 2019

Ne cherchez pas, il n’y a pas de son !

Sonnerie aux Morts en Hommage à ceux qui protègent nos vies au péril de la leur !

14 mai 2019

Rubriques : « COURRIER DES LECTEURS – SANS COMMENTAIRES »

« Ils protègent nos vies au péril de la leur »

La Rédaction :

Merci à nos lecteurs pour l’image envoyée qui rend honneur aux Commandos Marine mais nous avons un égal respect pour tous les militaires de toutes les Armes. Ceux qui sont en OPEX mais aussi ceux qui veillent sur nous au quotidien dans nos rues. Comme également nos forces de l’Ordre, pompiers et tous ceux qui concourent  à notre sécurité.  Merci pour ce lien vers cette vidéo que vous aviez à coeur que nous mettions en ligne et pourquoi en chercherions une autre ? Merci de nous dire que nous sommes sur la même longueur d’onde que vous. Que nous réagissons de la même manière que vous. Que nous sommes un peu votre voix. Ce matin mardi, nous serons tous pris par nos occupations professionnelles (ou autres), peut être pas devant la télé, mais nous serons en communion avec tous ceux que cet événement touche. Comme nous !  Si – vraiment – grâce à nous, vous vous sentez moins seuls, croyez bien que la réciproque est vraie et même au delà de tout ce que vous imaginez ! Merci pour vos témoignages. Hommage à nos soldats. Bonne journée à tous. Merci à vous !

Alicia, rédactrice de Blog-Cabestany répond à Monsieur Jean-François Régnier

3 mai 2019

Suite à l’interpellation « sympathique » de Monsieur Jean-François Régnier, Alicia notre rédactrice préférée, et comme elle le lui avait promis par mail, lui répond sous forme de « lettre ouverte ».

Cher concitoyen Cabestanyenc, Monsieur le Conseiller Municipal (ou Monsieur l’Adjoint au Maire si j’avais raté un épisode),

         Je suis désolée d’avoir confondu la place du 8 mai et celle du 18 juin. Et quand Monsieur le Maire aura baptisé un rond point du nom de « Gilles et John », je ne réponds plus de rien. C’est sûrement à cause du Printemps, des papillons, des petits oiseaux, dans notre ville si gaie et si superbement entretenue et fleurie de Cabestany. Ou c’est peut être à cause des grenouilles et des petits poissons rouges dans l’atoll de Sainte Camille. Et je suis rousse en plus ! Mais merci de nous signaler nos erreurs. Ça prouve que vous nous lisez. Çà prouve qu’on nous lit. On a beaucoup de lecteurs et de plus en plus d’ailleurs.

        On ne va pas se plaindre d’avoir beaucoup de lecteurs. Mais trop en dehors de Cabestany. Que ce soit à Paris ou dans la moitié et même un peu plus des départements de l’hexagone. C’est problématique car cela nous éloigne de notre but initial : Cabestany. Écrire prend du temps. Sur notre temps de travail, de loisirs. Lire tous les mails de nos internautes infiniment davantage. Et leur répondre à tous, n’en parlons même pas. Heureusement, Madame Appert (et son équipe) qui est en copie de tout ce qu’on nous écrit, s’y colle régulièrement et répond aux Cabestanyencs, les recontacte, les rencontre, écoute ce qu’ils ont à lui dire. Elle est sur le terrain lorsque nous restons sans bouger derrière nos écrans de toutes les tailles.

        L’un de nos rédacteurs va tous les jours à Montpellier. Un autre, qui travaille à Toulouse ne rentre que le week end. Et moi, pauvre Alicia, souvent fautive, je tape mes articles, sur ma tablette posée sur mes genoux dans le bus. (il n’y en pas assez Monsieur Régnier… je parle des bus). Et lorsque mon chauffeur préféré passe sur une plaque d’égout, un nid de poule, ou une racine en arrivant à Cabestany….. mon doigt peut glisser sur la mauvaise touche. D’où cet échange cordial. Tant que je ne marche pas sur une merde de chien en descendant du bus !

        Certes on fait appel à des consultants extérieurs prestigieux pour parfois remplir notre Blog. Un journaliste en vogue à Paris. La conseillère d’un homme politique de premier plan. Des élus, des hauts fonctionnaires et même un juge très connu, à la retraite. Car mes ainés, dont certains hélas disparus, ont su tisser un réseau amical, informatif, relationnel, politique de premier plan dans l’hexagone, à Bruxelles, et même outre-atlantique. Et on arrive à un seuil où c’est nous maintenant qui sommes sollicités par de grandes signatures qui souhaiteraient être publiées dans notre petit Blog.

        Blog-Cabestany est un Blog politique. Et de Droite. Et créé pour les Cabestanyencs. Parce qu’il existe dans notre ville de Cabestany une population qui vote à Droite, même si elle n’a jamais été majoritaire depuis bien des années. Et peu importe car si on n’est pas dans la majorité on est…. dans l’opposition. C’est aussi simple que cela. Ces électeurs de Droite ne doivent pas se sentir abandonnés, comme c’est le cas, par la municipalité dont vous faites partie.  Ces citoyens doivent se sentir représentés et c’est notre mission en appui de l’action de nos conseillers de Droite qui ne ménagent guère leur peine. Notre plus grande surprise est quand même que l’on en arrive à se demander si ceux qui ne partagent pas nos idées ne sont pas heureux de pouvoir s’exprimer sur notre Blog, regrettant de ne pouvoir le faire ailleurs. Et notre but – et en cela on ne pense pas avoir failli – est la défense de la Liberté d’Expression.

         Aux yeux de nos lecteurs, Madame Appert, incarne cette opposition et elle est la mieux placée pour représenter la Droite mais également TOUS les Cabestanyencs. Nous espérons qu’elle va se déclarer dans quelques semaines ou quelques mois pour les prochaines municipales. Elle a acquis une notoriété qui dépasse désormais le département depuis qu’elle est une élue des instances nationales du Parti « Les Républicains ». Mais on sait que pour elle, à Cabestany, il ne doit plus y avoir ces clivages politiques sectaires et dogmatiques entre les citoyens. Qui ne sont de notre fait, dans l’opposition. Pour Madame Appert,  TOUS les Cabestanyencs ont les mêmes droits et méritent la même attention. Et la décision et le moment pour se déclarer n’appartiennent qu’à elle seule. Et personne d’autre.

        Et si d’aventures, un quelconque volatile parasite (comme le coucou qui aime squatter dans un nid qui n’est pas le sien. Celui d’une Rousserolle effarvatte. Ou autre) venait à s’égarer au dessus de nos cheminées, on lui montrerait qu’on est doués pour le tir au pigeon (d’argile).

        Si Madame Appert se lance dans la campagne des municipales, Blog-Cabestany sera l’un de ses supports officiels de campagne (parmi d’autres). Et il est plus que probable qu’on n’y parle plus QUE de Cabestany, de la campagne, et de rien d’autre à côté.

        Monsieur Régnier, nous espérons donc qu’au travers de ce Blog, nous serons bientôt votre adversaire. Car nous n’avons que des adversaires et pas des ennemis. Nous faisons de la politique  et rien d’autre. Nous ne voulons rien de plus qu’un vie meilleure demain pour les Cabestanyencs mais cela passe par une ALTERNANCE municipale. Espérant que la campagne qui s’annonce sera à la hauteur de ce qu’on en attend. Et surtout, croyez que nous n’avons aucun préjugé.

        Et n’hésitez jamais, comme beaucoup le font chaque jour, à nous interpeller, nous critiquer. Nous sommes là pour ça…. et pour les Cabestanyencs, sans aucune distinction quant à leurs opinions. « Nous, c’est Cabestany ». « Cabestany d’abord ». Et sûrement « Cabestany toujours ! »

        Veuillez agréer, Monsieur le Conseiller, mes salutations concitoyennes les plus démocratiques.

Au nom du collectif anonyme et citoyen de rédaction de Blog-Cabestany, le 2 mai 2019

Alicia

8 mars 2019 : Journée Internationale [des Droits] des Femmes !

8 mars 2019

Alicia de la rédaction de Blog-Cabestany, écrit :

« Tout le monde – enfin ceux qui le veulent – comprendront que cette Journée dite « de la Femme » pour ceux qui n’ont rien compris ou n’ont pas envie de comprendre, n’a rien à voir avec la Fêtes de Mères ou une autre journée qui aurait été décrétée pour honorer les Femmes.

Car s’il en était ainsi pourquoi n’y a t’il pas une « Journée des Hommes » ?

Le 8 mars 2019 (comme tous les 8 mars) est la Journée du Droit, des Droits des Femmes, pas seulement à l’égalité lorsqu’on parle de salaires ou de parité politique en France. Non pas qu’il ne s’agisse là de combats légitimes. Mais on est bien loin de cela. Et je m’insurge, je hurle, lorsque je vois que cette Journée de la Femme est récupérée par le marketing, la pub, genre Saint Valentin ! Le premier qui m’offre des fleurs ….. les prend dans la tronche !

La Journée Internationale [des Droits] DES Femmes a été instituée par les Nations Unies en 1977.

Il s’agit du Droit, des Droits des Femmes à l’Éducation, certains pays arriérés, leur niant. Il s’agit du Droit des Femmes à la Santé, à la Liberté de se vêtir comme elles le désirent. Et en France ce droit régresse sous la poussée d’idéologies politiques ou religieuses perverses. Il s’agit du Droit, des Droits des Femmes dans l’espace public comme privé d’être en tous points l’égale de l’homme. Et qu’on ne m’oblige pas à nommer des exemples qui me donnent envie de gerber lorsqu’on accueille des gens venant de certains pays où les droits de femmes sont niés (lorsqu’on ne les lapide pas !) et qui à peine arrivés sur le sol Français nous parlent de leurs droits !!!! 

Je peux aussi vous en parler sur un plan historique si vous avez envie d’en lire davantage :

Certains y voient la suite d’une journée de la Femme – déjà un 8 mars – instaurée en 1909 aux États Unis pour l’égalité des Femmes dans une société en pleine transformation.

 Durant la première guerre mondiale en France, les femmes, se retrouvant responsables de faire vivre leurs familles, obligées de travailler à l’usine ou dans les champs et conscientes que leurs efforts ne sont pas reconnus, choisiront cette même date du 8 mars pour dire qu’elles existent. On en parlera peu car on assimilera cette revendication à une dénonciation de la Guerre. Et si c’était le cas, n’était ce pas légitime ?

On parlera aussi de cette journée du 8 mars fêtée en Union Soviétique pendant la Deuxième Guerre mondiale pour honorer l’implication des femmes, non seulement dans l’économie, mais également sous l’uniforme, les armes à la main et en première ligne. Elles revendiquaient le droit de mourir, à égalité avec les hommes,  pour défendre leur patrie.

On ne peut ignorer tous ces événements et je pourrais en citer bien d’autres, des combats perdus ou gagnés,  qui n’avaient comme objet que la reconnaissance pour les femmes du droit à l’égalité de traitement avec les hommes.

Bien des femmes se montreront héroïques, courageuses, et donneront leur vie dans la Résistance. Le Général de Gaulle donnera aux femmes le droit de voter en 1944. Seulement ? Il n’était que temps, diront les uns. Quand d’autres diront que les Partis de Gauche durant le Front Populaire se seront montrés plutôt minables et rétrogrades, la plupart des acquits concernant plutôt les hommes que les femmes. Et il est heureux que nombre de métiers se féminisent même si les appellations (« cheffe », et autres) sont à mes yeux des barbarismes dans notre si belle langue.

Cette Journée des Femmes n’est pas un gadget !  Une journée de plus dans la liste non exhaustive des Journées de… du…,  qui moi la première, finissent par me fatiguer.  

Mais lorsque je vois que même dans notre beau pays, on laisse les violences faites aux femmes – et elles en meurent – sans véritable réponse politique ou judiciaire. Lorsque je constate qu’on ne leur accorde pas le minimum de protection auquel un être humain à droit dans un pays qui se prétend civilisé. Ceux qui lèvent la main sur une femme ne valent pas mieux que les terroristes ! Je crois que cette Journée des Droits de la Femme, des femmes, de toutes les femmes est un combat à mener sans faiblir !  Un combat des Droits de l’Homme (et des femmes). Par et pour les femmes mais aussi par et pour les hommes ! « 

Alicia 

La rédaction : « nous les hommes, qui avons sans doute bien des torts, pensons comme toi et te soutenons, Alicia. Et ce combat est aussi le nôtre. Sois en assuré ! ».

 

 

 

Assimiler les casseurs au mouvement des « gilets jaunes » est une infamie de plus de la part de ce Président qui nous donne envie de vomir, écrit Josette !

2 décembre 2018

Samedi 1er décembre 2018 quelque part à Paris !

Journée calme chez Blog-Cabestany. Très calme. Nos internautes sont sans doute allés manifester. Les « gilets jaunes », on les rencontre déjà ce matin, samedi. Ils sont sur la dalle Arago, ils sont au Castillet. Ailleurs aussi nous explique la radio Bleu Roussillon. Moi, je suis allée faire mes courses comme chaque semaine  au marché « bio » de Perpignan, place de la Ré’.  On discute avec les uns, avec les autres. Avec des Papies, des Mamies, qu’on connait bien et qui ont mis un gilet jaune. Ceux que ce Président a volés, selon ce qu’ils disent. Et ils ne sont pas prêts de l’oublier et de lui pardonner. Le « gendre idéal »est devenu pour eux un pervers qui a abusé de leur crédulité et les a bien roulés. Ils sont sans barres de fer ou matraques ! Juste une canne pour certains. Pour s’aider à marcher.

A ce marché, on goute, on déguste, on parle, on échange. Je me fais offrir un fromage de chèvre. Mon apiculteur n’est pas là où il est à l’habitude mais les maraichers locaux sont bien présents et ont apporté leur production locale. C’est aussi cela la transition écologique ! Atmosphère « bon enfant ». Avec des amis, on achete de quoi permettre de se confectionner quelques sandwiches pour ceux qui auraient l’envie de passer la journée dans la rue. Sans glyphosate !  Mais vers midi et demie, beaucoup repartent vers leur logis. Avec leurs enfants qui étaient venus avec eux. Ceux qui font trembler la République !

Et puis cet après midi, chez un ami, on regarde les infos en continu. Et on est souvent au téléphone avec l’un de nos amis Versaillais qui est près de l’Étoile à Paris. Et qui nous commente ce qu’il voit. Mais il ne semble pas avoir comme nous une vue d’ensemble. Devant nos écrans on est plus au fait de ce qui se passe à Paris, que lui qui est sur place.

Comme cela se fait depuis des décennies, sous tous les pouvoirs, et même ceux que j’ai pu défendre, on laisse les casseurs démolir avant d’intervenir, nous explique t’il. Pour permettre à nos dirigeants de décrédibiliser les manifestants. Classique.

Et puis ce soir on reçoit plusieurs mails après l’intervention du Président Macron depuis l’Argentine. Des mots méprisants vis à vis des citoyens. Ce Président ose assimiler les « gilets jaunes » à ces casseurs qui étaient pourtant attendus par le Ministre de l’Intérieur. Qu’on a vu monter dans les trains dans certaines gares de banlieue ou de province. Mais qu’on a laissé voyager avec des armes. Et même sans billet ! Fallait pas les décourager de venir !   Des « idiots utiles ». Sauf que l’addition sera salée pour nous tous.

On nous aura montré que dans la plupart des villes de France les manifestations des « gilets jaunes » étaient pacifiques.

Mais on comprend la colère de Josette lorsqu’elle entend le Président Macron se discréditer toujours un peu plus chaque jour. Et ses valets du gouvernement venir se répandre à la télé pour dire des aneries. Tout cela serait burlesque s’il ne s’agissait pas de notre avenir. La farce a pourtant assez duré.

Nous ne ferons aucun récupération politique. Mais il faudra bien que ce pouvoir prenne une décision forte lorsqu’il a laissé – comme à son habitude – pourrir la situation. Lorsqu’on voit l’aveuglement imbécile de ce Président qui n’est capable que de faire une « politique d’abrutis » (c’est vous qui le dites), on a de quoi être inquiets.

Bon dimanche à tous !

Tags : « politique d’abrutis » – « Gilets jaunes »

La grosse colère d’Alicia, rédactrice de Blog-Cabestany, adhérente et « militante écolo » de l’association Trait-d’Union-Cabestany !

5 novembre 2018

Quelle tristesse, quel effroi me saisit lorsque je lis dans la presse les trop nombreux cas de bébés qui naissent sans bras, sans main.

Il se trouve que j’ai une amie – sans doute ma meilleure amie – qui vit maintenant dans le Var et qui est la maman d’une petite fille née en 2014 sans la main droite. Je repense à ces médecins qui ne répondaient pas aux questions de mon amie. Qui ne prononçaient qu’un mot inconnu et incompréhensible : « agénésie ». Qui n’expliquaient rien.  Qui lui disaient : «  soyez patiente, on en reparlera dans 3 ou 4 ans. » Qu’est ce que cela voulait dire ? A quoi cela rimait t’il ?  Car aucun médecin ne pouvait croire au fond de lui même que les choses pourraient s’arranger d’elles mêmes avec le temps. Mais cette façon d’éluder les questions, de ne pas dire les choses avait fait espérer à mon amie que peut être la nature réduirait cette invalidité lorsque son enfant grandirait. Autant croire aux miracles !

Et on lui aura juste donné l’adresse d’une association qui lui a dit la vérité dès la première rencontre. Un choc. Un coup de massue. Mais était ce à cette association de l’informer et pas plutôt au corps médical ? Qui n’avait aucune explication à donner sur les causes de cette malformation. Mon amie aura seulement découvert que de nombreuses mamans étaient dans son cas. Mais il y a encore quelques années, on n’en parlait pas ! Les mamans se sentant coupables. Mais de quoi ? Les pouvoirs publics n’ayant aucune envie qu’il soit fait de la publicité autour de ces anomalies. Pourquoi ?

Car d’où vient cette malformation terriblement handicapante qui ne serait pas génétique selon la médecine ?

De rayons X, de radiations nucléaires, d’une maladie contractée pendant la grossesse, d’un mode de vie ….? Alors que mon amie, végétarienne, ne mange que des produits bio, ne fume pas, n’a jamais bu une goutte d’alcool, et a toujours eu une hygiène de vie de sportive.

On accuse aussi l’air que nous respirons, la pollution, les additifs alimentaires, les produits chimiques qu’on nous colle dans nos aliments, les pesticides, désherbants ou autres. Mon amie, dont les parents étaient agriculteurs en Bretagne, aura été élevée dans une ferme isolée, au milieu d’une immense étendue de champs de blé, colza, maïs, tournesols. Loin apparemment de la pollution. Sauf qu’on n’y consommait que de l’eau minérale, l’eau du robinet étant contaminée à cause de l’élevage des porcs. Mais nous vivons dans un pays où il y a d’une part ceux qui polluent et d’autre part ceux qui subissent la pollution et qui en plus payent l’addition ! La double peine.

Lors de ma récente grossesse, difficile, à Perpignan, j’ai fréquenté les salles d’attentes des cliniques, des médecins, des spécialistes, de l’hôpital. J’ai passé sans les comptabiliser de longues heures à attendre de passer un examen, de voir le médecin, étant reçue vers 19 h 30 alors que j’avais rendez vous à 15 h 00 précises. J’ai eu ainsi l’occasion de discuter longuement avec de nombreuses futures mamans. Des femmes de notre département des Pyrénées Orientales. Vivant à Perpignan ou plus loin dans des zones rurales. Dont le compagnon ou le mari était agriculteur, vigneron, ouvrier agricole, œnologue… Des beaux messieurs prêts à jurer devant un micro que les produits qu’ils répandent sont inoffensifs pour l’homme. Ne paraissant pas se soucier de la mise en danger de leurs concitoyens à cause de leurs pratiques douteuses. Mais ces mêmes futurs pères, étaient le plus souvent inquiets, parfois terrorisés, que leur enfant puisse avoir été impacté par les saloperies qu’ils répandaient. Au point de chercher à ce que leur épouse reste à Perpignan pendant la grossesse. Chez des parents, des amis. Au point de chercher à se loger par la suite à distance de leur exploitation. Telle est la triste vérité  d’une hypocrisie qui ne dit pas son nom !

Et avez vous entendu parler des « pisseurs de glyphosate » ? Le nom qu’ils se sont donnés eux-mêmes ! Il se trouve qu’il y a des laboratoires privés en France ou en Belgique auxquels vous pouvez envoyer un échantillon d’urine, d’eau minérale, de vin, en leur demandant de faire une recherche sur un produit spécifique. Cela vous coûtera quelques centaines d’euros. Mais n’imaginez pas de leur demander d’analyser l’échantillon envoyé et de vous donner la liste de tous les produits qu’il y a dedans. Le laboratoire ne recherchera que le ou les produits que vous lui demandez de chercher. Si vous commandez une recherche sur 10 produits cela pourrait vous coûter plusieurs milliers d’euros. Cette municipalité qui a construit son golf en partie sur une ancienne décharge et qui avait des problèmes sanitaires les jardiniers étant pris de nausées, ayant demandé une analyse exhaustive s’est vu recevoir un devis de plus de un million d’euros !

Donc, des citoyens, comme vous ou moi, ont envoyé un échantillon de leur urine à l’un de ces labos. En leur demandant de dépister si il y avait éventuellement du glyphosate. Pour le moment une cinquantaine de personnes auraient commandé ce test. Toutes sauf une ont été déclarées positives au glyphosate dans des proportions diverses. Certaines avec un dosage des milliers de fois supérieur à ce qu’on aurait pensé. Et encore n’a t’on cherché QUE le glyphosate !!!!  Nous sommes sans doute TOUS contaminés par ce glyphosate mais par bien d’autres choses encore. Nous sommes TOUS des « pisseurs de glyphosate » !

Sauf qu’en France, contrairement à d’autres pays, on ne peut se regrouper à plusieurs pour demander réparation d’un préjudice et il faut aller en justice chacun de son côté. Prendre chacun un avocat et assumer soi même les frais d’une procédure ! Et d’ailleurs pour demander réparation de quel préjudice ? Puisqu’on vous dit qu’il n’y a pas de danger ! Même si ceux qui en répandent sur leurs cultures sont les premiers à avoir conscience de leur coupable action. Et de s’inquiéter pour eux et leur famille. Mais pas pour nous ! Et sont ils prêts à changer et se remettre en question ?

Et ce ne sont pas les atermoiements, les reculades, les « baissages de froc » de nos dirigeants qui vont changer la donne. Les experts nous disant que rien n’aura sans doute changé d’ici 2030 si on laisse nos gouvernants, à la solde des lobbies, s’occuper du problème. Comment avoir confiance dans le genre de Président que nous avons ou de son gouvernement. Lorsqu’on découvre dans certaines statistiques que la quantité de glyphosate officiellement utilisée par nos agriculteurs représente moins du tiers du tonnage qui est importé sur notre territoire. Un tour de magie ? Ou un enfumage organisé peut être jusqu’au plus haut niveau de l’État ?  Il faudrait que le citoyen prenne son destin en mains.

Il faut exiger qu’on nous dise si les aliments que nous consommons sont exempts ou non de pesticides, désherbants et produits chimiques divers. Et les boycotter s’il le faut. Sinon la méfiance est telle que les agriculteurs qui ne décideront pas de changer leurs pratiques et nous garantir que leurs produits sont sains, se préparent à des lendemains difficiles. Leur fuite en avant finira dans le mur ! Pour nous ! Pour eux aussi !

Quant à accuser tel ou tel produit, tel événement, telle pollution, d’être la cause des malformations de nos bébés, il y a un pas qu’on ne peut pas franchir. Parce qu’on ne sait pas. Mais à quoi servent nos politiques, nos organismes de santé, nos chercheurs s’ils ne sont pas capables de trouver une vérité qu’ils connaissent peut être pas déjà. Et de nous la dire !  A la condition qu’ils n’aient pas décidé de nous la cacher !

Alicia

Tags : Blog-Cabestany – Trait-d’Union-Cabestany – glyphosate – 

2 novembre 1972 : création du groupe ABBA !

2 novembre 2018

Thank you for the music !

Thank you for the music, the songs I’m singing
Thanks for all the joy they’re bringing
What would life be?
Without a song or a dance what are we?
So I say thank you for the music
For giving it to me

Dans la « Semaine du Roussillon » notre concitoyen (et ami) Henri Got écrit : « le risque d’inondation par les terres est plus important que celui de la submersion marine »

26 octobre 2018

Chers lecteurs de Blog-Cabestany, vous ne devriez pas omettre de lire le numéro 1162 de la Semaine du Roussillon, paru ces jours ci et donc encore dans les kiosques. Ne serait ce que pour l’article de Philippe Becker, en page 7, sur les risques d’inondation dans les Pyrénées Orientales.

On n’aura bien sur contacté personne, demandé aucune permission,  avant d’écrire notre article concernant un hebdomadaire local qu’on apprécie mais qui n’a nul besoin qu’à notre bien modeste niveau, on lui fasse de la « réclame ». Et d’ailleurs on se fait régulièrement taper sur les doigts par les uns ou les autres pour notre liberté de ton. Que nous on appelle Liberté d’Expression.  Et ça nous encourage à persévérer dans nos errements. Chacun ayant un « droit de réponse » s’il n’en abuse pas.

On ne mettra pas en ligne l’article de la Semaine du Roussillon. Parce qu’on ne leur a pas demandé l’autorisation. Qu’ils nous auraient sans doute donnée. Mais une presse écrite, libre et indépendante, doit avoir des ressources pour exister. On appelle cela la Démocratie !

Dans l’article de la Semaine du Roussillon, on y lit les déclarations de Philippe Junquet, le directeur de la Direction Départementale des Territoires et de la Mer des Pyrénées Orientales, une entité qui dépend en prise directe à la fois de Monsieur le Préfet et du gouvernement. Cette direction  – interministérielle – met en œuvre les outils de planification, d’aménagement, de conseil, de contrôle et de protection au service d’un développement durable des territoires. 

On lit aussi dans cet article une déclaration de notre concitoyen et ami, Henri Got, Universitaire, Professeur de Sciences, considéré comme une référence par l’étendue et la qualité de son savoir, de son expérience, et lanceur d’alertes.

Henri Got dit : « le risque d’inondation par les terres est plus important que celui de la submersion marine ». Ce qui n’est pas nouveau dans sa bouche pour ceux qui suivent ses conférences depuis un certain nombre d’années.

Il était à Cabestany, au Centre Culturel, pour y donner une conférence, il y a peu. Colette Appert, chef de file de l’opposition de notre ville, du Conseil National du parti « les Républicains », et Présidente de l’Association Trait-d’Union-Cabestany, était présente. Elle avait amenée avec elle un certain nombre de ses amis, de nos amis, qui n’ont pas regretté d’être allés écouter le Professeur Got.

Car en matière d’inondations, récemment, on s’est inquiétés fortement pour certains de nos amis résidant dans l’Aude. Qui sont heureusement restés au sec. Mais on a passé une soirée sur Internet à chercher de l’info, pas suffisamment accessible au citoyen de base, selon nous. Ou alors on n’aura pas consulté les bons sites. Mais quand on n’y connait rien. Et nous on manie Internet comme une deuxième langue quand des gens âgés n’ont pas toujours le téléphone qui accroche un relais dans leur hameau isolé.  On a quand même compris qu’en période de crise, lorsque c’est l’alerte orange qui se pose la question à elle même de savoir si elle doit virer au rouge, deviner à l’avance si une cellule orageuse va tomber sur Torreilles plutôt que sur Pollestres, c’est comme trouver le gagnant à Vincennes. Et nul ne peut se croire à l’abri. Pas davantage à Cabestany qu’ailleurs !

Dans le même article, on vous parle de la GEMAPI (Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations). Ne cherchez pas, vos élus commencent par construire en zone inondable. Et après ils vont vous punir d’être vous mêmes en danger, et vous taxer, c’est la double peine. La loi leur permet. Et ils vont vous demander de l’argent pour …… Pour faire quoi d’ailleurs ? Telle est la question ! Car n’aurait il pas été plus simple de ne pas construire n’importe où. Mais pour certains élus, avoir l’année prochaine 1 000 habitants de plus que le ville voisine en les choisissant bien parmi ceux qui voteront pour vous, est devenu le sport national. S’il s’agit d’acheter une barque ce sera par contre à vos frais. Et les raquettes de tennis ça remplace par les rames. Ouvrir une lucarne sur le toit sera également à votre charge. N’oubliez pas les fusées éclairantes mais ne visez pas l’hélico. Apprendre à nager en s’accrochant au piano avec le chien sur le dos, ça fera peut être partie un jour des ateliers municipaux !

Mais vous avez l’habitude. Depuis quand l’argent des amendes pour excès de vitesse va à l’amélioration des routes ? Et est ce que ce racket qu’on vous fait subir sur la taxation sur l’essence va servir à la transition écologique ? Et l’augmentation de la C.S.G., c’est pour les EHPAD ?  Ils ont même « osé » : il est question que l’Etat pique une partie des enjeux sur le Loto du Patrimoine. Bern aurait été berné ? On vous conseille de vous méfier des pickpockets. Mais des braqueurs institutionnels ?

On va arrêter là de crainte de se faire trop d’amis ! 

Et pensez à acheter la Semaine du Roussillon pour laquelle on ne roule pas. Mais ils sont de notre point de vue d’excellents confrères ! Et si vous tenez comme nous à la pluralité.

Soyez indulgents avec moi,  Alicia « la chipie »,  qui a écrit cet article à l’arrache tout en préparant un biberon. Je vous souhaite à tous un bon week end.

Va t’on « vraiment » et « enfin » rénover le Mas Guerido ?, demande Claude à Blog-Cabestany !

4 octobre 2018

Un article de l’Indép du 3 octobre 2018

La Tribune d’Alicia

Alicia vous répond : « Cher Claude, et bien je n’en sais [foutre] rien ! J’ai lu comme vous l’excellent article du non moins excellent journaliste Denis Dupont de l’Indép’. Je croise de temps à autre le sympathique et dynamique Jacques Denninger. C’est « bonjour, bonsoir » de façon la plus aimable qui soit. Peut être lui est il déjà arrivé d’évoquer devant moi ses soucis mais trop brièvement pour que je comprenne, et que puis je y faire ? Et je sais que Colette Appert et Philippe Gleizes s’en préoccupent, mille fois plus que moi. Comme du petit commerce à Cabestany. Comme de bien plus de choses qu’on imagine. Merci à eux !

Je pose pourtant la question suivante : « Mais qu’a fait la municipalité de Cabestany, depuis des années, pour le Mas Guerido » ? » La question que beaucoup se posent.  Et dont je n’ai hélas pas la réponse.

Il se dit juste que dans l’équipe de Monsieur le Maire, il est un Responsable du Développement Économique de Cabestany, un adjoint, un conseiller municipal,  ou autre qui serait – dans ce domaine – une « pointure », comprendre un spécialiste du genre. Pourquoi ne pas dire plus prosaïquement  un « Économiste » ? Dont la réputation a peut être atteint les antipodes. Mais comme je ne voyage jamais ! Et je ne connais ni son nom ni à quoi il ressemble. J’attends la parution de son premier manuel d’économie dans la lignée des Keynes, Lorenz, ou Tirole, Piketty pour citer des Français. Avec un tel responsable, les commerçants à Cabestany devraient quand même pouvoir dormir tranquille. Ou prendre des cachets !

Et puis je me souviens d’une certaine soirée au Neill’s, (fermé depuis comme tant d’autres commerces) à Cabestany. C’était un 14 mars 2013. Et si je me le rappelle, c’est parce ce que c’est le jour où j’ai rejoint l’équipe de Blog-Cabestany après m’être proposée – bénévolement – de tenir le flash du photographe. On ne se refait pas ! J’étais là parce que mon père avait tenu jadis une petite épicerie dans le département. Et s’était tué à la tâche – au sens propre – son coeur ayant laché, quand aucun élu ne l’avait jamais aidé.  Au micro, un certain Romain Grau, qui roulait alors pour les Républicains, semblait avoir pris le problème en compte et parlait d’en faire une affaire personnelle. Mais, ne connaissant pas moi même la problématique, je ne me permettrai pas de faire à ce sujet le moindre commentaire.

Romain Grau au Neill’s

Ce dont je me souviens parfaitement, c’est que les commerçants, présents à cette réunion, avaient unanimement déploré le mépris dans lequel ils estimaient que la mairie de Cabestany les tenait. Allant jusqu’à dire que Monsieur le Maire les considérait comme des nantis, des capitalistes, et qu’il ne les écoutait pas. Ne les  recevait même pas. (c’est eux qui le disent) Et qu’il ne faisait rien pour Mas Guerido. Mais que ne se dit t’on pas, entre Cabestanyencs,  lorsqu’on fait ensemble de l’aqua-footing, avec des cuissardes,  à Sainte Camille. Ou que l’on fait du slalom, au même endroit, en essayant d’éviter les étrons et ordures diverses, plusieurs jours après le départ des gens du voyage ?

Mon amie, Janet, infirmière stagiaire, rentrant vers deux heures du matin chez elle et étant à court d’essence s’était arrêtée un soir aux pompes de l’Intermarché. Entourée soudainement par une bande de jeunes ou moins jeunes, à la mine peu avenante, lui expliquant que la pompe avait avalé leur carte bleue et lui demandant de se servir de la sienne pour faire leur plein, en lui proposant de la dédommager en espèces !? Elle avait prétexté ne pas avoir suffisamment de provision sur son compte. Et elle est une adepte du Krav-Maga que les filles devraient toutes apprendre.

Deux mois après, s’étant arrêtée de nouveau, dans la nuit, aux même pompes, la même bande lui resservait la même sérénade de la carte avalée et elle était repartie en trombe d’un Mas Guerido mal éclairé, mal famé la nuit, où l’on croise quand même, de temps à autre, la gendarmerie, qui ne peut pas non plus y mettre un cordon de sécurité. Mais s’il y avait des caméras au Mas Guérido, peut être ne se sentirait t’on pas, peut être à tort, dans une zone de non-droit. A la condition que, comme  de nombreuses villes, elles ne soient pas en panne, débranchées, factices, et qu’il y ait quelqu’un pour les regarder.

A cause de pouvoirs successifs et de législateurs mal intentionnés, on a laissé se superposer un mille feuille administratif de collectivités territoriales qui semblent toutes avoir les mêmes compétences, font toutes les mêmes choses, ou « rien ». On ne sait plus à qui l’on paye nos impôts locaux, et ce qu’on en fait. Qui est en charge de quoi ? Et tous se renvoient la balle. « C’est à eux de le faire, pas à moi ». L’argumentation la plus nulle, la plus bête, la plus insupportable que des élus osent nous asséner. Ils devraient en avoir honte mais semblent ne pas en avoir conscience, imbus d’eux mêmes.  Sans se rendre compte de leur propre incompétence et du mépris dans lequel ils nous tiennent. Quand va t’on les dégager ? Et René, qui lit par dessus mon épaule pendant que j’écris cet article, et j’ai horreur de ça, me dit « Rajoutes que c’est aussi à cause de l’Europe et de la Bettencourt ». Paix à son âme !

Après 30 ans d’immobilisme, il paraîtrait que la mairie se défausserait sur l’agglo pour cette zone commerciale. Où, Monsieur le Maire, comme notre Président, semble préférer les riches du Mas Guerido V, plutôt que ceux qui rament dans un « vieux » Mas Guerido, qui reste quand même bien plus sympathique malgré tout, que les hypers, super, grandes surfaces diverses où l’on se croit « en terre inconnue ». Et où trois fleurs, quelques panneaux, et un réverbère changeraient déjà l’idée qu’on s’en fait lorsqu’on arrive dans ce qui ressemble à la banlieue d’une ville d’un pays en voie de développement. Et René, qui lit par dessus mon épaule pendant que j’écris cet article, et j’ai horreur de ça, me dit « Rajoutes que si Mas Guerido est dans cet état, c’est aussi la faute à l’Europe… et à la Bettencourt ! ». Paix à son âme.

Cher Claude, dans mon milieu professionnel qu’est l’enseignement supérieur, on parle davantage de politique, de problèmes d’éducation, que de ce qui nous concerne tous, nous les citoyens, dans notre environnement quotidien. Et c’est bien dommage. Pour le reste…… Amitiés à vous !

Alicia

POSTMASTER : et si jamais quelqu’un, à la lecture de cet article de notre amie Alicia, s’estimait injustement traité, Blog-Cabestany, est un support médiatique qui accorde un droit de réponse aux personnes qui sont citées !

 

« je suppose que les fachos de Blog-Cabestany sont contre la P.M.A », écrit – à tort – Virginie !

28 septembre 2018

Notre rédactrice, Alicia, surnommée affectueusement « la chipie »

La tribune d’Alicia

Des mails nous en recevons tous les jours chez Blog-Cabestany. Sur la CSG, les impôts, le pouvoir d’achat, les EHPAD, et tant d’autres sujets. Il est certain que nous n’étions pas prêts à être interpellés, aussi abruptement, par une Cabestanyenque,  sur la Procréation Médicalement Assistée. Lorsque l’on sait que pour cette concitoyenne, Virginie,  il n’y a aucun sujet qui ne soit politique, et qui n’échappe au clivage gauche, droite. A tort.  Un travers qui finirait par nous  indisposer !

Car, chère internaute – et pauvre cloche – que savez vous de nos convictions sur ce débat ?

Le corps des femmes appartient aux femmes. Et nulle autre, qu’une femme,  ne devrait avoir le droit d’en décider. Telle est notre position et vous ne trouverez personne dans notre rédaction pour convaincre qui que ce soit du contraire.

Nous nous méfions même des femmes qui font de la politique. Et le sujet ne devrait pas être un débat de Gauche ou de Droite. Récupéré de façon indigne par des politiques qui ne cherchent qu’à faire de la cuisine politicienne.

Et on ne voudrait pas revenir à l’époque de François Hollande et de son « mariage pour tous ».

Le Président Hollande, qui ne se sentait plus après avoir battu Nicolas Sarkozy, s’était engagé sur le débat du « mariage pour tous », en faisant du sujet un marqueur idéologique. N’avait il pas déclaré, en OFF, mais suffisamment fort pour que les journalistes en profitent,  : « je vais rentrer dans la gueule de la Droite ». Des mots, seulement des mots ? Sauf qu’il y avait sur le parcours d’une manifestation pacifique, des barrières de police de 2 mètres de haut. Qu’on a même pas vues le 1er mai 2018 contre les casseurs ! Hollande avait donné des ordres de fermeté à la police et on avait vu (on a des photos) des policiers avec des bombes lacrymogènes gazer des enfants et leurs parents. Imbécile et ignoble.  Il avait rajouté, gratuitement, de l’huile sur le feu pour son seul narcissisme, faisant embastiller des citoyens parce qu’ils portaient un tee-shirt qui n’avait pas l’heur de lui plaire. Consternant !!!

Pire, en plus il s’en était pris de manière virulente au clergé, apostrophant les évêques comme Tartarin. Méprisant les catholiques (qui avaient peut être voté pour lui) dans une démarche grotesque d’anticléricalisme triomphant. Minable !

Il aura cru avoir gagné, par son combat, de réussir à faire passer une loi qui aurait été votée quand même sans cette provocation inutile. Il aura opposé les Français les uns aux autres ! Sans ce sectarisme, peut être que la Gauche existerait encore alors qu’elle a été laminée. La Gauche a le droit d’exister dans une démocratie. Elle reviendra sans doute un jour. A condition d’être dirigée par des gens intelligents. Si Hollande qui l’a euthanasiée y croit encore, il devrait vite penser à se roulez un pétard.

Cela vaut aussi pour la Droite qui doit avoir des idées et nous faire rêver d’avenir !

Et si nous sommes tellement remontés contre le Président Macron, ce n’est pas à cause de son positionnement politique mais bien de sa médiocrité et de son inefficacité !

Dans un hebdomadaire récent, on peut lire comment notre nouveau Président a pris l’habitude de s’enfermer à double tour, avec trois ou quatre personnes sans qu’on sache d’ailleurs si c’est lui qui prend les décisions. Et lorsqu’il sort de la pièce il déclare que sa parole est la vérité et qu’on doit lui obéir sans discuter. Cela nous ne le tolérons pas. Même les députés, sénateurs, élus de sa majorité en ont assez de ces méthodes. Nous serions les premiers à le soutenir s’il se montrait compétent pour faire revenir la croissance, faire baisser le chômage, sans être obligé de taper dans la poche des vieux.

Pour revenir à la PMA, qu’une femme de 40 ans, célibataire, veuille avoir un enfant est légitime. Autrefois elle aurait demandé au voisin de la mettre enceinte, puis de disparaître de sa vie. Aujourd’hui, avec les lois actuelles, le voisin peut réapparaitre dans dix ans, exiger de donner son nom à l’enfant. Voire d’en revendiquer la garde et repartir à l’étranger, dans son pays, avec cet enfant. Le récent arrêt d’un tribunal pourrait faire jurisprudence.  Alors pourquoi pas la PMA ?

Il est quand même étrange, vous avez dit  » bizarre », Virginie, que vous soyiez aussi loquace dans votre mail, en ce qui concerne la PMA, et que vous ne disiez pas un seul mot sur la GPA. Qui est un autre débat. Et nous, les fachos, comme vous dites, la GPA à priori on est contre !

. Mais qu’en 2018,  que l’on veuille denier aux femmes de disposer de leur corps est aussi imbécile que d’avoir voulu les empêcher, jadis d’avorter.

Alors, Virginie, continuez à nous gratifier de vos commentaires éclairés. Et votre avis en vaut bien un autre. Et il ne s’agit que de « Liberté d’expression ». Et, vous n’y couperez pas, « c’est vous qui le dites »

Alicia

Il y a cent années débutait la bataille d’Amiens, qui allait nous conduire vers l’Armistice !

8 août 2018

par Alicia

Aujourd’hui à Amiens, avait lieu la Commémoration de la « Bataille d’Amiens » qui débutait le 8 aout 1918 et augurait d’une fin rapide mais encore terriblement meurtrière de cette guerre de 14/18.

Le Président Macron, qui sans doute jouait avec son canard gonflable dans sa nouvelle piscine avait oublié de venir. Le Premier Ministre (on ne sait pas à quoi il s’occupait) avait lui aussi oublié de venir. Le Ministre Le Drian, en charge des Affaires Étrangères, actuellement en vacances en  Bretagne à moins de 150 kilomètres  n’avait pas trouvé de liaison aérienne ou sinon il aurait du transiter par…. Perpignan.

La Ministre de la Défense, seule,  accueillait le Prince William, et la Première Ministre Britannique. Et on n’avait même pas la retransmission de la cérémonie à la télévision. A cause de la canicule, des orages, ou d’un dénommé Benalla ?

La bataille d’Amiens se déroula entre le 8 et le 11 août 1918, pendant la 3e bataille de Picardie sur le front occidental, en France.

Après une succession ininterrompue – ou presque –  de victoires allemandes durant le premier semestre 1918, cette importante bataille confirmait les succès de la seconde bataille de la Marne qui marqua, en juillet 1918, le renversement décisif de la guerre sur le front ouest.

Les troupes alliées, composées de Britanniques, Canadiens, Australiens commencèrent véritablement à prendre pour la première fois un ascendant sur les troupes allemandes. La 1ere armée Française fut toutefois l’élément décisif qui fit transformer un combat difficile en ce qu’on pourra appeler une victoire. Une victoire au gout amer, en fonction des pertes humaines.

  Grace à l’appui des troupes américaines, désormais organisées pour peser fortement dans ce conflit, l’ensemble des Alliés allait renverser le cours de l’histoire. La Bataille d’Amiens sera l’une des principales batailles victorieuses qui allaient se succéder rapidement dans ce qui sera nommée « l’offensive des Cent-Jours ».

La ligne droite vers l’armistice de Novembre 1918. Avec son lot de tragédies et de malheurs.

Un discours en Anglais. Qu’il n’est pas forcément indispensable de comprendre. Plein de solennité et de gravité. Un moment qui honore le sacrifice de tant de vies humaines. Dans lequel il n’omettra pas de rappeler l’amitié Franco-Britannique, On regrettera qu’en face de ce discours digne du chef d’État qu’il n’est pas mais qu’il sera sans doute un jour, la France aura paru être aux abonnés absents.

Alicia

Où chercher du « copinage malsain ? sinon entre le Président et son garde du corps, écrivez vous à Blog-Cabestany !

27 juillet 2018

Courtoisie du Canard Enchainé

L’ÉDITO D’ALICIA

Vous êtes quelques uns à nous avoir envoyé un mail pour nous remercier d’avoir mis en ligne le rapport CAP 22. L’un d’entre vous écrit : « Blog-Cabestany sert aussi à informer le citoyen » . Merci pour nous ! En effet, nous faisons ce que nous pouvons et dès que nous le pouvons pour mettre en ligne un document qu’il est difficile de trouver, ou parfois introuvable, à condition que nous puissions nous le procurer. Et on espère que vous avez été nombreux à prendre connaissance de ce rapport même si vous n’êtes pas nombreux à vous être manifestés. Mais, ce ne sont pas des remerciements que l’on attend de vous. Seulement quelques encouragements. Et heureusement que les statistiques de fréquentation – prometteuses –  de notre Blog sont suffisantes pour nous donner le courage de persévérer.

Vous nous demandez comment nous sommes informés avant de rédiger un article. La vérité nous oblige à reconnaitre que nous ne savons pas tout, et la plupart du temps pas grand’ chose, que nous n’avons pas la science infuse, mais que nous nous appuyons sur des réseaux solides que nous nous sommes constitués. A Paris, ou ailleurs, avec des contacts au sein même des États-majors de plusieurs partis politiques, par des relations avec des fonctionnaires et souvent haut-fonctionnaires, des élus, des journalistes, des politologues, des mouvements de citoyens, des associations. Et les informations que nous recevons de façon spontanée. Tout cela nous prend 90% de notre temps. Et nous aurions de quoi écrire dix, vingt, cent articles chaque jour. Mais encore faut il les rédiger. Et pourquoi redire, par narcissisme, ce que vous lisez déjà ailleurs. De préférence, on souhaiterait écrire ce qu’on ne trouve pas ailleurs. Et on privilégie la qualité ou le fond à la quantité.

Et puis il y a vos commentaires, nombreux, dont on tient compte pour la ligne éditoriale de ce Blog. Cette semaine on aura eu droit, pour la plupart des mails reçus, à votre opinion sur cette affaire Benalla sur laquelle on a pas vraiment envie de s’étendre. « Ce qui nous inquiète le plus est le fait de voir que nous avons élu comme Président, un médiocre », dites vous, TOUS, à votre manière et avec vos mots. UNANIMEMENT ! 

Mais il en est ainsi dans la vraie vie de tous les jours. Il peut arriver que les « chefs », dans nos entreprises, nos collectivités, nos organisations, soient  les plus mauvais d’entre nous. Vaniteux, orgueilleux, imbus de leur médiocrité, étouffant sous leur ego. Plus baratineurs, plus menteurs, plus incapables que les autres. Sauf qu’ils nous font sentir tous les jours que ce sont eux qui ont le pouvoir sur nous. Nous pressurant, nous maltraitant parfois, pour que l’on fasse ce qu’ils sont eux mêmes incapables de faire, mais dont ils sauront en tirer pour eux mêmes, le profit. 

Comment peut on trouver, par exemple, ici ou là, dans une collectivité territoriale, un « Ingénieur en Chef », qui chapeaute des Ingénieurs diplômés, quand lui même n’est qu’un « apparatchik » peu qualifié, placé là par clientélisme. On pourrait disserter longuement sur le sujet. Quand je pense à l’affaire Benalla, dont le principal protagoniste aujourd’hui dans Le Monde, relance imbécilement une affaire qui commençait à s’estomper, je pense à mon premier Maitre de stage. Un « Réac » qui répétait à l’envi : « la confiance n’empêche pas le contrôle ». Je n’ai jamais osé lui dire que cette citation était attribuée à Lénine, qui semblait donner sa confiance de façon aveugle avant de fusiller sans aucune restriction.

Lorsqu’il s’agit de l’avenir d’un pays, donner le pouvoir à un inapte, un incompétent, est grave et inquiétant. Mais c’est l’électeur qui l’a voulu !

Et pour conclure sur cette affaire Benalla, ce « copinage malsain » dont on entend parler, n’est il pas tout simplement celui qui existe entre le Président et son garde du corps ? Tout le reste n’étant que littérature. Toutes ces commissions d’enquête étant vaines, politisées, et s’avérant inutiles puisqu’elles n’ont pas le pouvoir d’interroger le principal intéressé.

Et dans cette réforme constitutionnelle à venir, le seul objectif du Président n’est il pas justement de davantage museler, réduire le pouvoir de la Représentation Nationale ?

La France n’est pas la Turquie ! Enfin, pas encore !

J’exagère sans doute ! Mais sur notre planète, du Nord au Sud, et de l’Ouest à l’Est,  en ce début de nouveau siècle, la tentation de tous les dirigeants n’est elle pas de s’octroyer toujours un peu plus de pouvoir ? Par la force ou par les urnes. Dans la violence ou en faisant semblant, fallacieusement,  d’écouter un peuple qu’il méprise profondément.

Dans nos démocraties, si le citoyen se laisse faire, il sera l’artisan de son propre malheur !

Tags : « nous avons élu comme Président, un médiocre » disent nos lecteurs.

Nous sommes CONTRE le travail dominical : mais on peut se permettre juste un petit clic !

22 juillet 2018

L’ÉDITO DE « LA CHIPIE »

Chez Blog-Cabestany, et ça n’engage que nous, nous sommes POUR le repos dominical et CONTRE l’obligation faite à des salariés de travailler ce jour là, contre leur gré.

Nous sommes contre l’ouverture des commerces le dimanche… sauf pour les croissants. Ils sont meilleurs, frais, que achetés en surgelé avec le steak haché et les frites. Et avez vous remarqué que maintenant on vous vend des frites dont on n’épluche même plus les pommes de terre. Si c’est vraiment des patates !   Mais, pour ce qui est d’aller acheter les croquettes de Médor ou un canapé le dimanche, pour nous, c’est NON.

Le temps est révolu où des ouvriers fabriquaient nos voitures d’une marque française la nuit ou le dimanche. Maintenant elles ont fabriquées au Maroc en Turquie ou en Chine. Et les ouvriers de chez Alstom ne seront plus obligés de faire les 3/8, et pourront même faire la grass’ mat’. Chez Pole Emploi on n’ouvre qu’en semaine.

Heureusement, l’une de ces sociétés de vente de plats cuisinés de régime qui commencent à nous gonfler à la télé avec leurs pubs, vient d’engager 300 télévendeurs – en intérim – pour nous recaser les 3 petits pois, au prix du caviar, qui feront l’essentiel de notre déjeuner de demain. En France l’économie et l’emploi repartent !!!  Pour nos kilos, qu’ils repartent est moins sur ! Et avant on était mineur de fond de génération en génération. Maintenant le père dit à son fils : « travailles bien à l’école si tu veux être un  jour chez Amazon. Il existe une variante avec Uber ». Et la retraite ? Chez Plumeau !

Ne boudons quand même le fait que nous ayons des policiers et des pompiers pour veiller sur nous le dimanche. Et du personnel dans les hôpitaux. Enfin de moins en moins. Et réjouissons nous, car dans les EPHAD dorénavant il devra y avoir une infirmière la nuit pour 300 pensionnaires. Parce qu’avant c’était un vigile qui sortait sa bombe lacrimo’ pour obliger Mamie Églantine à prendre son somnifère ? Avec un bon coup de matraque, on pouvait même faire l’économie du comprimé.

Et puis j’ai une pensée pour ce pauvre Collomb (pas Christophe), mais le ministre de l’intérieur, qu’on va emm….. demain pour les conn……. qui se déroulent à L’Élysée. Mais il faut toujours, en toutes circonstances, qu’on réussisse à taper sur la tronche du « mec qui n’y est pour rien ». Pas que j’aie une immense sympathie pour lui. Mais je n’ai aucun respect pour ceux qui n’assument pas et font assumer leurs dérives par d’autres ! Et Manu, c’est le genre de mec, franc comme un âne qui recule !

Alors juste un clic : Brigitte cause à Manu !

NON, MANU, TU NE SORS PAS COMME CA DANS LA RUE. TU EN AS DÉJÀ TROP FAIT EN TAPANT SUR LES VIEUX !

Et bon dimanche !

-o-

Tags : « c’est de l’humour »