Archives d’un auteur

« Casse toi, pauv’ Nico [Hulot] de ce gouvernement de brêles et de fantoches ! »   » Travert va te le foutre en travers !  » » Et le pharaon Emmanuel GLYPHOSATON 1er devient un blaireau minable et infréquentable ! ». «  C’est vous qui le dites ! « 

29 octobre 2017

Le Pharaon Emmanuel GLYPHOSATON 1er (Macron)

x

Le pharaon Emmanuel Glyphosaton 1er vient de reconduire pour plusieurs années ce désherbant qui donnerait des leucémies à nos enfants et le cancer à nos anciens. Merci qui ? Quand notre Ministre de la Santé de ce même gouvernement tire la sonnette d’alarme et préconise une interdiction immédiate de ce poison. Mais bien plus que de se focaliser- et c’est justifié –  sur un seul produit,  nous devrions être inquiets des centaines de saloperies qui se retrouvent dans nos assiettes : engrais, pesticides, désherbants mais aussi conservateurs et produits divers que rajoutent l’industrie agro-alimentaire.

Les lobbies, devant lesquels nos politiquent se couchent, permettent aux industries chimiques de nous empoisonner et de nous envoyer à l’hôpital. Notre malheur profite à l’industrie pharmaceutique qui peut alors vendre d’autres saloperies pour nous soigner. L’ORDRE RÈGNE. 

Vous réagissez en écrivant à Blog-Cabestany :

Ce Président et ses valets auront baissé leur froc devant la commission Européenne de Bruxelles vendue aux lobbies, dit Julie

Ce Président s’est montré ébranlé (ya pas de jeux de mots) par ces agriculteurs allant jusqu’à aller se rouler par terre à Paris pour qu’on les autorise à continuer à tuer leurs enfants, nos enfants. Notre gouvernement est un ramassis de moins que rien et le Président ne vaut pas mieux, dit Jade.

Alors que ce même gouvernement diminue fortement les aides aux paysans qui font du BIO. Si on n’a pas compris que pour la République en Marche, et ses banquiers, seul le productivisme compte.

Mais tout va bien, l’irréprochable Richard Ferrand se porte bien. Heureusement pour lui « il a une bonne mutuelle », dit Georges.

Et Castaner qui aide le Président dans son choix pour choisir les meilleurs. Sauf que n’étant pas une « lumière » lui même, il conseille de prendre des laids et des LEDS. (On a calé 10 secondes avant de comprendre !)

On se prend à regretter Bayrou. (!?)

Et j’hésite à vous parler des Républicains. Qui n’arrivent pas à virer les Con-structifs. Des constructifs de leur carrière et de rien d’autre. Cela me fait penser à ce maître qui a vu son clébard disparaître depuis des mois car ce dernier a trouvé une gamelle mieux remplie. Et le maître déclare qu’il va virer son chien… qui n’a aucune envie de revenir. Il y a les chiens fidèles et ceux qui mordent la main de leur maître. Le dernier en date à avoir mordu son maître s’appelle Macron.

Je me suis occupé des commentaires reçus cette semaine à Blog-Cabestany. On ne reçoit pas ou rarement des mails en provenance des sympathisants FN ou communistes. Normal ce blog est de Droite. Mathématiquement, il devrait quand même exister plein d’électeurs, de leur plein gré ou trompés, qui sont allés voter Macron. Certains défendent sa politique peut être. On ne les entend pas. Ils n’osent pas se montrer.  Mais quelle colère contre ce nouveau Président, à la lecture de vos mails ! On avait bien du mal à trouver quelqu’un qui avouait avoir voté Hollande. C’est pire avec Macron !!!!    Ça alimente notre Blog en cette période instable. On aimerait quand même parfois pouvoir élever le débat.

Et j’espère que mon impertinence ne va pas m’attirer des problèmes. Mais j’assume. Et merci à ce fidèle internaute qui nous a envoyé la photo du pharaon Macron. J’avoue ne pas savoir comment on peut faire un tel montage. Mais on on voudrait plein des comme ça. Alors n’hésitez pas !

Et bon dimanche

Alicia la Chipie

Tag : Photo de Macron le pharaon Glyphosaton 1er

 

 

 

« A vos plumes ». « Le communisme en 2017, c’est la tronche de « Che Guevara » le psychopathe, sur des tee shirts à deux roupies, portés par des simples d’esprit ! » dit Jean-Louis.

25 octobre 2017

Jean-Louis parle du « Che » :

« Sous le mythe, on ne trouve rien d’autre qu’un fanatique sanguinaire dont la santé mentale était altérée ou dont les pulsions meurtrières étaient les mêmes que ces sadiques qui nous font trembler dans la presse quotidienne, dans la rubrique judiciaire,  pour leurs crimes répugnants. Et pourtant, certains cette année vont célébrer le cinquantenaire de sa mort. Il est des jeunes, mais peut être ce du à l’usage de certains produits, qui en font un héros. Le guérillero était bien loin du héros, rappelle l’historien, essayiste et biographe réputé Jean Sévillia. Le plus terrible est qu’au nom du communisme certains se réfèrent à lui. De braves gens, sans doute, abusés par une doctrine affligeante. Qui regrettent que pour les plus odieux assassins qu’on trouve parfois dans nos rues, la peine de mort soit abolie ? Mais vont glorifier le « Che ».

Staline, Mao, Pol Pot ont massacré des millions de gens au nom du communisme. Hitler n’avait rien à leur envier sauf leur doctrine. Robespierre, Pinochet, Che Guevara en ont tué moins mais ils étaient de la même famille que ceux qui pour les psychiatres avaient perdu la majeure partie de ce qui en faisait des humains.

Dans nos écoles, en 2017, lorsqu’on voit un abruti avec un tee shirt à l’effigie du Che, on tremble. Heureusement il s’agit le plus souvent seulement de provocation ou de connerie. Quoique le communisme ne soit pas encore tout à fait mort.

Ernesto Guevara était issu d’une famille bourgeoise argentine. Il ne finira jamais ses études de médecin, et ne fera jamais le serment d’Hippocrate qui veut qu’on soigne ses frères les hommes. Il aura préféré au nom d’une idéologie pernicieuse les faire passer de vie à trépas. Devenu responsable des prisons à Cuba, assis sur un mur, fumant le cigare, il regardait ceux qu’on fusillait. Il jouissait et criait « Mata lo ». Parfois il descendait pour donner aux malheureux le coup de grâce. Gagnant le surnom de « Boucher de la Cabana »

Ernesto Guevara avait croisé la route des frères Castro en Amérique Latine lorsque ceux ci cherchaient des partisans et débarqué à Cuba pour les rejoindre et y faire la révolution. Dans l’île, il commence l’aventure par ce qu’il considère être le coup d’éclat de son existence. Avec une simple poignée de partisans armés de fourches, couteaux, serpes, fusils de chasse, il somme une caserne pleine de nombreux soldats, suréquipés et surarmés, de se rendre. Les soldats qui n’ont pas envie de se battre se constituent prisonniers. Il les fera exécuter tous jusqu’au dernier mais en tuera le plus grand nombre lui même de ses mains, couvert de leur sang, comme possédé. Il est nommé « commandante » pour ce fait ignoble et portera l’étoile de la honte sur son béret. Chaque compagnon de Castro a un surnom. On lui donne le surnom dérisoire, ou plutôt le sobriquet de « Che » qui ne veut pas dire grand’ chose ou plutôt « truc » ou « machin » lorsqu’on interpelle quelqu’un dont on a oublié le nom. Il tiendra, lui même, à l’accoler à son nom. Outre le « Che », il signera aussi ses écrits de « Staline II ».

On a retenu dans les livres des biographes quelques phrases qui définissaient quelle était sa pensée : « Lorsque vous avez massacré tous vos ennemis, continuez à en tuer d’autres, même innocents, de peur que certains ne viennent combler un jour les rangs des disparus ». Ou encore : « tuer des jeunes ? …. un jour ils auraient été grands »

Pour lui, réussir une révolution ne passait que par des massacres au nom du communisme. Il avait institué des « dimanches rouges », jours de travail volontaire mais obligatoire et non rémunéré. Pour tester l’engagement de ceux qui se ralliaient à Fidel Castro. Sinon on se retrouvait dans le premier goulag jamais inventé dans les Caraïbes. Qu’on lui devait. Lorsqu’on voit des soi-disant communistes défiler aujourd’hui dans nos rues pour un problème du droit du travail mais qui prennent Guevara en exemple, on ne peut que s’étonner qu’ils aient la mémoire autant sélective.

Le 11 décembre 1964, devant l’Onu, il déclarera à la tribune : « Nous avons fusillé, nous fusillons et nous continuerons de fusiller tant qu’il le faudra. » Voilà le genre de fou que certains ont comme modèle. On peut s’inquiéter, pour nous, mais aussi pour la santé mentale de ses admirateurs dissimulant hypocritement leurs tares derrière ce qu’ils osent appeler une idéologie

Dès 1959, proclamé citoyen cubain, ministre de l’économie, de l’industrie, président de la Banque Centrale cubaine, il mène une politique de nationalisation des exploitations agricoles et des entreprises industrielles, qui, en quelques années, ruinera l’économie de l’île, naguère un des États les plus développés d’Amérique latine. Même si les inégalités y étaient flagrantes. Et le pouvoir entre les mains d’un dictateur comme on le trouvait fréquemment hier mais encore aujourd’hui en Amérique du Sud. Il n’y a qu’à voir le Venezuela !

Comme il critique haut et fort le politburo soviétique qu’il accuse de mollesse et de déviance bourgeoise Castro décide de l’éloigner pour lui épargner d’être liquidé physiquement. Guevara réussit à s’échapper donc de Cuba en 1965, et s’installe au Congo afin d’aider la guérilla locale. Celle ci excédée par ses fantasmes et une forme de folie finit par décider de le supprimer. Il s’échappe encore. En 1966 il part pour la Bolivie, combattant avec le français Régis Debray, jusqu’à sa capture et sa mort en octobre 1967. Une mort brutale qui va le transformer en martyr même si là encore on prétend que ce sont ses compagnons lassés de ses coups de folie qui l’auraient trahi. On pense qu’il se serait rendu mais qu’on lui aurait fait subir le même sort que celui qu’il avait réservé aux soldats de cette caserne cubaine. Justice immanente. Le « Che » était le premier à exhorter ses camarades à affronter la mort. Mais à rester à l’abri, tremblant de façon maladive devant le danger. Selon lui à cause de crises d’asthme. Ce sont ses propres amis qui l’ont écrit. Aujourd’hui, ceux qui refusent de reconnaître que eux mêmes se sont trompés en adoptant dans le communisme une idéologie falsifiée en ont fait un martyr et une idole pour se rassurer.

Il sera allé dans des pays ou la pauvreté, la corruption gangrenaient tout. Il aura souvent été accueilli en libérateur. Suscité bien des espoirs dans un monde loin d’être idyllique. Les gens qui se sont rangés sous sa bannière l’auront payé de leur vie alors qu’il n’essayait que de sauver la sienne. Jusqu’à sa fin tragique. Peu glorieuse. Il a partout échoué, observe l’historien Pierre Rigoulot: à Cuba, au Congo, en Bolivie. »

Voilà ce qu’était le « Che ». Voilà ce que nous renvoie l’image du communisme. Et l’abrutissement de ceux qui de nos jours voudraient voir en lui un héros ! »

« c’est vous qui le dites »

-o-

Blog-Cabestany a besoin de vos talents d’écriture. Le 24 octobre 2017 sera le 100ème anniversaire de la tragédie que fut la révolution bolchevique et l’avènement de cette doctrine pernicieuse qui s’appellera le communisme. A vos plumes !!

18 octobre 2017

Révolution d’ocdtobre 1917

« la chipie » vous propose de lui envoyer des textes, remarques, réflexions, sur cet événement appartenant à l’Histoire qui accouchera d’une trop longue et terrible période  faisant des millions de victimes.

« La chipie » dit : « rassurez vous. Je ne vais vous refaire le cours d’Histoire que je faisais encore à mes élèves il y a peu. Maintenant il y a Wikipédia !  Il m’arrivait même chez mes grands élèves de trouver des défenseurs de cette illusion. Jamais simple !

Cabestany sera t’elle en liesse avec drapeaux rouges aux fenêtres, le 24 (ou le 25 octobre puisque l’événement se déroula durant la nuit). Permettez moi cet humour.  Car je ne déteste personne autant que ces pisse-froids prenant un air de vierge effarouchée et prêts à s’offusquer de tout si on se permet de les railler. Qu’ils soient de gauche…. comme de droite ! Des frustrés, remontés car ils sont incapables d’en faire autant. Sauf à sortir du fiel de leur bouche.

Et verra t’on l’Étoile Rouge sur ce bâtiment qui fait face à la gendarmerie et qui a un faux air du mausolée de Vladimir Ilitch si on fait abstraction de la couleur. Je l’ai vu. Le mausolée, le vrai. Pas en photo. Et visité : impressionnant. On est saisi d’effroi à l’idée que le « petit père Oulianov » puisse se redresser pour vous serrer la paluche. Je fais désormais un détour pour ne plus passer devant.

Car je parle bien, à Cabestany, de ce bâtiment destiné à la  jeunesse dont j’espère que l’on dira finalement qu’il était utile. Que les Cabestanyencs se féliciteront de voir exister, malgré son prix exorbitant. Un cout d’une indécence crasse lorsque les contribuables ont tant de mal à finir leur fin de mois et ont l’impression que le capitaine n’est plus dans le coup et juste bon à leur faire les poches. Mais, je n’ai pas l’esprit sectaire. Ma vieille grand-mère qui me manque tant disait « il ne faut pas confondre le contenant et le contenu ».  Je ne sais qui a choisi l’esthétique affreusement ratée du contenant ? Ce bâtiment d’une laideur extrême. Mais chacun, même moi,  a le droit d’avoir mauvais gout. Pour le moment, n’en déduisons rien du contenu de façon trop hâtive !

A VOS PLUMES ! Mais avec de la retenue car avec moi, les invectives ou débordements épistolaires ne seront guère les bienvenus. » Courage, quand il faut se lancer… faut pas mollir ! J’attends vos textes, votre prose, vos alexandrins à l’adresse suivante :

blog.cabestany@gmail.com

25 septembre : Actualité politique

25 septembre 2017

Le billet d’humeur de « La Chipie »,  chez Blog-Cabestany :

 un nouveau roi pour Babylone.

Nabuchodonosor II est couronné roi de Babylone à la mort de son père, Nabopolassar.

C’était le 25 septembre de l’année 605 avant notre ère.

Bonne semaine à tous !

 » Madame Appert, auriez vous donc oublié que 2017 est le centenaire de la Révolution Bolchévique d’Octobre ? »

19 juillet 2017

« C’est vous qui le dites ». Nous, nous avons déjà répondu à cet internaute qui omet de nous préciser s’il habite Cabestany, et qui interpelle Colette Appert. L’intéressée, pas plus que nous, ne risque pas de passer à côté de cette date qui appartient à l’Histoire. Pas la nôtre !

Car depuis quelques temps, lorsqu’on arpente les rues de Cabestany, la seule ville où le Mur de Berlin n’est pas encore tombé, le sujet principal des conversations tourne autour des somptueuses et présumées somptuaires festivités que nous préparerait la Mairie, d’ici trois mois. Avec nos sous. Certains esprits paraissent bien surchauffés et pas seulement à cause de la canicule.

Que nous prépare donc la Mairie le 25 octobre 2017, pour commémorer le soulèvement populaire de Petrograd contre Kerenski et l’avènement d’un gouvernement des Soviets en 1917. Et bien on n’en sait rien ! Certes, la nouvelle Maison des Jeunes de Cabestany n’a pas besoin de modifications architecturales pour ressembler déjà au Mausolée de Lénine. Il ne manque sur son toit que l’étoile rouge, comme celle du Kremlin, pour parfaire l’ensemble.

Mais au delà. On n’imagine quand même pas de voir certains de nos citoyens défiler, déguisés en marins du Potemkine, le couteau entre les dents. Chanter l’Internationale serait déjà plus vraisemblable mais pas une nouveauté, car on y a droit, au Centre Culturel, quasiment chaque soir d’élection municipale lorsqu’on annonce les résultats. Et que nous on a envie de reprendre les paroles de Bambino (la mine triste….).

Vendredi matin 14 juillet, à Cabestany, devant le monument aux morts, et à l’occasion de la cérémonie habituelle qu’aurait donc fait Monsieur le Maire pour mériter le courroux de la Droite ? Maladresse, provocation ou peut être rien de tout cela. Car ce pourrait être bien plus subtil. Monsieur le Maire nous a énoncé le discours 52-24A rectifié bis, écrit Place du Colonel Fabien en 1947, qu’il nous rabâche à la virgule près pour la 153ème fois, et qui n’a jamais rien à voir avec l’événement du jour, qu’il s’agisse d’un 8 mai, un 14 juillet, un 11 novembre ou un 2 février. Qu’est ce qu’il a d’ailleurs le 2 février ? Justement, RIEN. Mais à tout cela on est tellement habitués.

NON, vendredi matin, et ça c’est nouveau, en faisant semblant d’associer, voire de faire adhérer les Conseillers Municipaux de la Droite Républicaine à ses propos, comment notre Maire pouvait il imaginer qu’il n’y aurait pas de réaction ? La Droite a d’ailleurs eu une réaction strictement politique, pondérée, sans aucune animosité. La Droite qui est la seule opposition à notre édile, car les socialos lui ont signé depuis toujours un chèque en blanc. En échange de quoi, d’ailleurs ? Une Droite qu’il feint d’avoir réussi à mettre dans sa poche pour jeter un peu plus le trouble en une période où en effet rien n’est simple. Mais la Droite ne succombera pas à ses avances et il peut bien faire patte de velours !

Et connaissez vous la dernière blague qu’on se dit entre amis au siège du PS, rue de Solférino : « Nous sommes un Parti où il y a des courants, et des « partis en courant » !

Et puis Cabestany n’est pas Paris. La Droite Républicaine dans notre ville n’a pas déposé les armes et ne se soucie guère de ce qui se passe dans les états majors. Elle reste et restera avant tout une opposition municipale efficace au service de ceux qui se sont déplacés aux urnes en 2014 pour lui faire confiance. Et n’est il pas normal qu’on respecte (et on les aime) ceux qui ont le mérite de s’être déplacés pour voter pour nous en 2014 en des temps où c’est l’abstention qui fabrique nos dirigeants que cela n’empêche pas de se croire les Maitres du Monde. On est à mi-mandat, mais avec Colette Appert, c’est toujours « cash » : c’est ce qu’on apprécie chez elle plus que tout. Elle dit ce qu’elle a dire sans faire des alexandrins. Et cela a toujours du sens !

Et puis Monsieur le Maire semble avoir une telle adoration pour le sieur Mélanchon. Pour nous, chez Blog-Cabestany, Monsieur Mélanchon, comme on l’a déjà écrit dans nos colonnes, a autant le droit que le Front National de siéger à l’assemblée. D’ailleurs des pans entiers de son programme ressemblent étonnamment au programme de Madame Le Pen. Mais nous on ne souscrit pas à cette imposture qui voudrait qu’il n’y ait d’extrêmes qu’à Droite et pas à Gauche. Dire cela fait régulièrement prendre aux cocos une mine pincée. Et de nous ressortir à chaque fois la litanie des citoyens victimisés. Du pipeau !

Mais encore. Comment peut on autoriser des français à clamer qu’il sont la « France Insoumise « ? S’ils sont insoumis, et refusent les lois de la République, qu’ils restent sur le trottoir et ne viennent pas s’asseoir sur les bancs de la représentation nationale. Ou, ce serait tellement plus simple, qu’ils changent de nom et affichent la couleur.

Alors à quoi peut bien ressembler Cabestany, quand la Droite Municipale est en sentinelle et nous sort de notre torpeur estivale. Quand bien des citoyens sont déjà partis en vacances pour quelques semaines et que le Parti Communiste, lui semble avoir pris de grandes et longues vacances pour plus longtemps. Et que sur leur iceberg qui fond à vue d’oeil comme neige au soleil, les derniers bolcheviks des P.O., se préparent à ce qui devrait paraît il être, fin octobre, une immense fiesta ou peut être « le Grand Soir » et l’avènement du marxiste sur toute  la terre, « saecula saeculorum ».

Il est vrai qu’en 2117, lorsque les dinosaures auront repeuplé notre planète, et qu’il fera 60° sur les vestiges de Cabestany, on ne parlera plus du communisme. Pas plus que de nous, d’ailleurs.

La Chipie (en vacances)

Les lecteurs de Blog-Cabestany sont perspicaces, le 1er avril !

1 avril 2017

Rajouté à midi aujourd’hui 1er avril :

Les commentaires que nous recevons ce matin sont nombreux aujourd’hui, 1er avril. Un peu déçus que nous n’ayons rien préparé, nos lecteurs ont cherché partout dans leurs médias favoris où se trouvaient les blagues du 1er avril. Pour l’un c’est le Maire de Canet qui se rallie à Macron, pour l’autre c’est ce poisson de 350 kg dans l’Agly. La liste risque d’être trop longue et on vous en fera grâce.  Et parfois peut être n’est ce pas une plaisanterie alors que vous le pensez, ou peut être vous êtes vous fait piéger. Et nous aussi. Qui sait ?

Mais pour l’Indép vous semblez avoir trouvé la grosse blagounette de ce 1er avril et pourtant c’était bien tourné : « Cabestany, ville active et sportive ». La plaisanterie était drôle, très drôle,  mais vous ne vous êtes pas fait avoir. Bravo pour votre sagacité !

Blog-Cabestany vous souhaite un bon 1er avril 2017 !

1 avril 2017

Le 1er avril 2017 vu par « La Chipie »

Blog-Cabestany avait l’habitude de mettre en ligne un article de circonstance le 1er avril. Qui nous valait parfois quelques avis positifs, et beaucoup de grincements de dents de la part d’esprits chagrins comme il y en a tellement à Cabestany : qui aimeraient rire mais ne peuvent pas car ils ont les lèvres gercées. Surement pas de quoi nous empêcher d’écrire et ce serait même plutôt le contraire.

Le texte était prêt depuis longtemps. C’est même moi qui l’avait préparé. Avec les illustrations et l’aide de plusieurs de nos internautes pour les idées – merci à eux – ou les infos, merci à tous.

La disparition de plusieurs de nos amis, un environnement politique qui nous fait penser à la dernière campagne pour les Présidentielles…. des États Unis, et  plein d’autres choses que je ne vais pas détailler font que j’ai décidé de ne rien mettre en ligne aujourd’hui. MON CHOIX !

Je garderai mon texte, ou pas,  pour le 1er avril de l’année prochaine. Si je suis encore là…..

Mais j’ai beaucoup d’autres articles sous le coude. Hélas pour ceux que j’agace et qui me disent me détester !

Bon 1er avril à tous !

L’humeur de « La Chipie »

Aujourd’hui 19 mars 2017 : R.A.S.

19 mars 2017

Aujourd’hui, 19 mars 2017, on vous lit, on comprend ce que vous dites, mais pourquoi voudriez vous qu’on écrive quelque chose….  s’il n’y a RIEN A SIGNALER (R.A.S.)

Demain, peut être ?

En arrivant du Boulou, j’ai quand même vu que les drapeaux étaient en berne à Perpignan. J’apprécie en pensant à mon grand père qui avait 20 ans en 1960.   Sur mon téléphone je regarde BFM « la chaine des universitaires » et des « bac – 8 » qui ne nous parle que de la Présidentielle… de 2022.  Déjà ?   Puis en arrivant à Cabestany je constate que c’est sans doute un jour de carnaval, pas marqué sur mes tablettes. Manquent que les majorettes. Retenues peut être par une activité culturelle de très haut niveau intellectuel comme nos élites municipales, (élite c’est féminin), lumières de notre paysage local, guides suprêmes de notre destinée,  savent les programmer à Cabestany : genre la Zumba !   A Cabestany, la Sardane c’est pour les vioques? 

Alors, moi La Chipie,  je suis allé sur Wikipédia pour savoir ce qui s’est passé le 19 mars et vous informer chers lecteurs. Non, ne me remerciez pas. Je ne fais que mon devoir !

LE 19 MARS

le 19 mars 1314 :  Jacques de Molay, Grand Maitre des Templiers, était mis à mort sur ordre de Philippe Le Bel, lequel voulait s’emparer du supposé trésor de l’Ordre. Avec la complicité du Pape.  Le roi ne finira pas l’année en cours …. Le Pape non plus. Notre Président qui voulait nous piquer nos sous ne sera pas réélu. La justice divine a été rendue diront certains. Des centaines d’années après, on continue à chercher ce foutu trésor. Mais peut être l’a t’on trouvé. J’ai toujours trouvé bizarre ce nom de German-or.

19 mars 1687 : Mort tragique de Cavelier de la Salle, découvreur de la Louisiane qui représentait près du quart du territoire actuel des États Unis d’aujourd’hui. Un territoire qui sera vendu par Napoléon, plus d’un siècle plus tard,  pour trois fois rien. Encore une histoire de P.L.U.
19 mars 1882 : Pose de la Première pierre de la Sagrada Família à Barcelone. on nous informe qu’elle serait en bonne voie d’achèvement… avant 2082 parait il. D’ici là les vestiges de la Maison des Jeunes, sous trois mètres de flotte,  seront visités par des milliers de touristes du Zimbabwe. Et on devra porter dans la rue les oreilles de Mickey.
Déjà plus important
19 mars 1945 : Les Français pénètrent en Allemagne sous le commandement du Général (à l’époque) de Lattre. Il y aura encore de nombreuses victimes, trop,  mais la fin de la guerre approche. Pas trop tôt.
 19 mars 1946 :  la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane, et la Réunion deviennent des départements d’outre-mer.

Mais on vous a gardé le meilleur

19 mars 2013 : Démission du ministre Jérôme Cahuzac. Il avait parait il mis de l’argent « à gauche » et à l’étranger. Pour acheter du cirage à l’un de ses copains, peut être. On n’en saura jamais rien. Mais pas fou, le mec, avec un copain comme Hollande à la tête de l’État. Il se méfiait davantage d’un dénommé Hamon. Qui lui disait : donne moi le numéro du compte, c’est pour le revenu universel. Nous on a rien. L’État, la Région, sans oublier la Commune (et sa D.O.B. : prononcer Daube) cherchent déjà à nous prendre ce qu’on a pas. Mais, à gauche, tout le monde il est Zhonnête !

 Et enfin

C’est la Saint Joseph. Bonne fête à tous les Joseph… et Josefa mon amie de Montemaggiore, en Corse. Où en regardant le paysage, on se croirait au pied du Canigou. Elle est pas belle la France ? De Dunkerque à Boni’ !

Amitiés à tous

Mardi soir. N’en jetez plus, la cour est pleine. Et puis il est des jours où l’on a pas envie de polémiquer chez Blog-Cabestany !

14 mars 2017

sans aucune image

Et ma copine qui aurait du rédiger cet article, qui a fait un triple salto sur une piste bleue. Il est beau le résultat.

La boite mail du Blog déborde. Au secours !  C’est vrai qu’on ne s’attend pas à ce que notre petit Blog soit lu à Canohès ou Sainte Marie. Où,  on y a quand même quelques amis. Mais l’Indép, c’est autre chose. Des milliers de lecteurs le lisent. Et la photo de Monsieur le Maire, sur un quart de page dans l’Indép, fait couler beaucoup d’encre.

Et lorsque mon « chef » écrit ce matin, que l’intéressé n’est sans doute pas responsable de la mise en page, voilà qu’on passe pour des grands naïfs et surtout pour des benêts (j’aime quand vous nous traitez de benêts). Enfin : « c’est vous qui le dites ».

Dans cet océan de mails, on trouve d’abord les « esprits chagrins ». « Dommage que Monsieur le Maire mette son écharpe uniquement pour se faire prendre en photo pour l’Indép. On préférerait qu’il la mette pour commémorer le 8 mai ou le 11 novembre car on dirait qu’elle lui répugne. La seule fois où je l’ai vu avec, c’était sur un piquet de grève pour « apaiser les esprits ». De l’humour ?

On trouve les « hostiles » : « votre maire est plus connu pour sa com’ et la façon de se mettre en scène que pour la gouvernance de votre ville. » Vlan !

Mais les plus nombreux, et de loin, sont les « moqueurs » : on a eu droit à une dizaine d’ « ave cesar ». Beaucoup nous parlent d’empereurs, toutes les époques y passent, même l’un qui était copain de Giscard….    Tant qu’on évite de nous parler d’un safari à Sainte Camille pour traquer le contribuable….

Quand à vos dessins ou images, on n’en publiera aucun. Pas de polémique. Mais certains sont à se rouler par terre. On se demande parfois où vous allez chercher tout cela.

Défoulez vous. On est là – aussi – pour ça. On espère que demain, le sujet sur Cabestany dans l’Indep ne nous vaudra pas un aussi grand nombre de réactions.

Quand même, pour dire deux mots de sérieux, on n’aime pas vraiment quand on se fout encore de nous à Cabestany, même si on y est pour rien. Mais on parle aussi de l’opposition – pour une fois – alors ne soyons pas nous même chagrins. Et on mettra en ligne cette semaine les propos de Phil et de Colette.

Et puis, on vous l’a dit tout à l’heure. On n’a pas envie de polémiquer aujourd’hui. Alors on en restera là !

-o-

Mercredi 8 mars 2017 : « Journée de la Femme ». L’Édito de « la Chipie » !

3 mars 2017

journee-de-la-femme

Il y aurait presque un côté réducteur à laisser, dans ce monde qu’on dit être un monde d’Hommes, ces mâles,  honorer leurs mères, leurs épouses ou concubines ou maitresses, soeurs pas toujours bonnes,  leurs filles, leurs voisines, les péripatéticiennes, carmélites, dames-pipi  – et certaines peuvent appartenir à plusieurs catégories à la fois -, enfin toutes les femmes dont je fais partie, dans cette « Journée de la Femme » qui ferait d’elles une catégorie à part. Une minorité. Si 53% de l’espèce humaine est vraiment une minorité.

Dans notre pays tout cela n’est pas bien grave, ni important. L’égalité existe bel et bien. On pourrait s’engager sur la représentativité des femmes dans les responsabilités, la politique, les affaires,  la différence dans les salaires entre hommes et femmes que nous ressassent les médias. Et c’est sans doute vrai. Mais moi je vous parle de Liberté !

La femme dans notre pays est l’égale de l’homme. Et c’est heureux. Et ce n’est pas parce que des partis politiques rétrogrades, associations dégoulinantes de bien-pensance,  élus hypocrites,  syndicalistes illuminés et Jésuites défroqués vont encore faire cette année une racoleuse récupération avec affiches collées dans nos rues sur des panneaux d’affichage – payées par nos impôts – discours débiles  et simagrées convenues que demain tout sera merveilleux. Et puis dans cette campagne politique pourquoi ne pas tout tenter ? Au point où l’on en est rendus ! Peut on vraiment  aller plus bas ?

Mais en France, en Europe, en Occident, nous devons cette égalité à notre culture. A notre civilisation. Qu’il faut défendre contre toutes les attaques que nous subissons de tous côtés pour la déstabiliser. Jusqu’a nous faire douter de nous mêmes ! Et il y a lieu de se méfier de ces campagnes insidieuses pour prôner davantage de laïcité :  des impostures,  lorsque comme mon amie Gersende nous l’expliquait récemment, les faits sont trompeurs, et que l’on voudrait nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

Lorsque des Femen vont abimer, pour exalter cette laïcité, des cloches dans la nef de la cathédrale de Paris. Que les juges relaxent ces bougresses. (Non je ne vais pas commencer à m’en prendre aux juges). Que l’une d’entre elle, une des ces Femen, Marocaine paraît il, devient la conseillère privée de Manuel Valls pour lui dire comment nous convaincre, nous les gaulois qu’on qualifie de chrétiens,  des bienfaits de la laïcité en France !!!!! Le croiriez vous ? A qui se fier ? Pour moi une insulte ! On voudrait nous enfumer qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Et voilà pourquoi cette gauche de Macron à Mélanchon, la même sous différents masques et faux nez, adorateurs du Cheval de Troie, traitres à leurs ancêtres,  collabos de notre décadence, nous donne envie de vomir. La France insoumise » ? Soumise aux marxistes du pays de l’étranger.

La Journée des Femmes, pour nous, pour moi, c’est condamner le sort qui est fait aux femmes dans des pays comme l’Afghanistan, et on pourrait citer des dizaines d’autres pays. Et en France même, n’y aurait il pas des femmes qu’on obligerait à se marier contre leur gré, ou qu’on mutile au nom de pratiques ancestrales et confessionnelles, ou qu’on oblige à se vêtir ou vivre d’une façon qui ne leur convient pas ? Parce qu’il est des cultures, où des hommes, en raison de leur qualité d’hommes, s’arrogent le droit de dire aux femmes comment elles doivent se comporter, faisant d’elles des esclaves. Et n’y aurait il pas une tentation de la part de certains de vouloir changer nos habitudes, et qui sait nous imposer leurs coutumes ? Au nom de grandes idées…, des idées à la con.

Dans cette « France Eternelle », pour paraphraser le Général de Gaulle – mais cette France nous paraît bien malade –  (je vais bientôt vous faire du Spinoza),  le citoyen bien solitaire, est encore le seul qui peut défendre notre culture, notre civilisation, les femmes,  à condition de ne pas être un mouton. Et il ne doit pas se rallier à tel mouvement, tel parti politique, telle association parce que ce serait dans l’air du temps. A la mode. Chaque citoyen doit user de son libre arbitre, de sa propre réflexion, de son droit de dire ce qu’il pense. De défendre ses valeurs. D’être le gardien du dernier rempart qui protège notre Liberté.

La Liberté ! Celle des Femmes et des Hommes !

Et ne cherchez pas à m’expliquer qui est Nicole Rieu. Je la connais personnellement. Sans doute pas vous !

signé : « La Chipie »