Archive for the ‘LA DROITE MUNICIPALE A CABESTANY’ Category

Il y a un an notre ami, notre frère Patrick Sperring disparaissait !

15 novembre 2017

Depuis un an, il ne se passe pas un seul jour, un seul instant,  sans que par réflexe on pose la main sur notre téléphone portable pour vouloir lui envoyer un message, ou pour espérer  lire les siens. On ne se fait pas à sa disparition. Il est toujours là, présent,  avec nous.

  On voudrait lui demander un avis. Ou uniquement parler avec lui. Parce que souvent, sans véritables raisons,  on en avait l’envie et on avait l’impression que lui aussi aimait ces petits moments où il dévoilait sa vraie nature. On savait à l’avance qu’il allait nous écouter. Et nous répondre.  Parce que dans une famille il y a toujours un père, un frère, un cousin dont on se rapproche en toute confiance pour avoir un conseil, pour y voir plus clair dans n’importe laquelle des situations. Quelqu’un qui vous apaise, vous rassure. Quelqu’un qui semble indestructible, et dont vous vous dites qu’il y a au moins une personne dans votre entourage à laquelle on peut se fier et sur laquelle on peut compter.

Oui,  Patrick faisait partie de notre famille de coeur. Et lorsqu’on y pense, on parlait bien moins de politique que d’autres choses. Car il était sans doute le moins « politique » de nous tous. Refusant de se rallier à des idées qui n’auraient pas été les siennes même si elles étaient portées par un parti dont il lui arrivait de se réclamer.

Et si on organisait une réunion de travail, il n’était pas question de s’écarter du sujet, et cela prenait très rapidement un tour professionnel. Il avait le caractère bien trempé, savait ce qu’il voulait, refusait les compromis. Et il pouvait s’enflammer, voire se fâcher.

Car pour lui, un euro dépensé à tort par la Mairie, gaspillé, mal utilisé était un euro « volé » au citoyen. Il pouvait enrager à la vue d’un gaspillage, d’une gabegie. Et c’est peut être la seule motivation qui l’avait fait rejoindre notre équipe bien plus qu’une quelconque idéologie. Il était plus qu’intransigeant et sa formule préférée était « the right man at the right place ». Il ne concevait pas que des gens qui n’ont pas les compétences requises se mêlent de Finances Publiques, d’Urbanisme, de Culture. Il lui arrivait de dire que le suffrage universel permet à n’importe quel beau parleur, n’importe quel enfumeur  de se faire élire, de s’octroyer des responsabilités publiques et faire n’importe quoi. Et il dénonçait avec force cet usage de la communication, chez les politiques,  pour faire avaler n’importe quoi à des électeurs ébahis de sottise. Ce n’était pas sa conception de la démocratie.

On l’appelait pour l’informer de ce qu’on avait vu dans les journaux, sur un site internet. Pour lui parler d’une loi en préparation, d’un décret. Avec le plaisir de se dire qu’on allait lui apprendre quelque chose. Mauvaise pioche. Comment faisait il pour tout savoir avant nous, en savoir plus que nous. Ça pouvait en énerver plus d’un. Nous on s’y était habitués. Et en plus il n’en tirait aucune satisfaction. Aucune supériorité. Il vivait comme cela et se nourrissait d’être toujours au plus haut niveau, de comprendre mieux et avant nous. On n’y faisait même plus attention et c’est comme cela que nous nous l’aimions. Mais quand d’autres avaient envie de se mesurer avec lui, ils se retrouvaient vite remis en place par son humour Gallois, sa facilité à répondre. Toujours spirituel, jamais méchant, mais il pouvait être corrosif. Et exécrait ceux qui, sans culture, sans compétences, sans réelles capacités, essayent de « faire l’intelligent ».

Il était notre ami, quasiment notre frère, mais il avait aussi une famille.  On a une pensée pour eux. Les siens sont bien plus à plaindre que nous de son absence.

Un an déjà. Et plus rien ne sera, ne pourra être comme avant.

La mort est la terrible surprise que l’inconcevable réserve au concevable !

La Tribune de l’Opposition Municipale dans le Cabes’infos de Novembre 2017

7 novembre 2017

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. »

La Droite Municipale, sous la houlette de Colette Appert, lors de sa dernière réunion de travail avec des citoyens de Cabestany qui la soutiennent et l’encouragent, des adhérents de « Trait-d’Union-Cabestany » et quelques humbles serviteurs de ce modeste Blog auquel nous appartenons, a décidé du texte à insérer, hélas trop court, que nous octroie la mairie dans sa grande bonté, dans le Cabes’infos.

Inutile d’épiloguer.

Blog-Cabestany est une courroie de transmission entre les citoyens et nos élus. Vous ne vous privez pas de nous écrire pour nous faire part de vos préoccupations, de vos ressentiments. Sur la politique locale, nationale, sur l’actualité, sur les sujets les plus divers et vous nous demandez même parfois un conseil. 

Dans nos articles, on prend en compte largement ce que vous nous expliquez. Nous n’existons pas pour vous dire ce que vous devriez penser. On s’en garde bien. Nous sommes là au contraire pour dire ce que vous avez le droit de penser, et quand bien même, parfois, nous ne serions pas en accord avec vous. C’est la « liberté d’expression ».

Nous réexpédions fréquemment vos mails vers Colette Appert ou ses conseillers. Mais de toutes les façons Colette Appert a ses propres codes d’accès à notre Blog et peut intervenir – ou non – mais toujours se tenir informée sur ce que vous nous écrivez.

Alors n’hésitez pas à alimenter notre rubrique « C’est vous qui le dites ». Nous ne mettrons pas obligatoirement en ligne ce que vous nous écrivez, et la majorité d’entre vous, d’ailleurs, précise ne pas le vouloir. Et vous écrits, adresses emails resteront toujours anonymes, sauf pour nous qui les préservons comme nous le préconise la CNIL.

Et dites vous que vous n’êtes pas seuls si vous nous fréquentez ou nous écrivez !

et un clic sur l’image ci-dessous si vous souhaitez l’agrandir

Tribune de l’opposition Novembre 2017

Marche blanche pour Alexia, joggeuse assasinée !

5 novembre 2017

Les Cabestanyencs : Solidaires ! Avec ceux qui participeront aujourd’hui à la marche blanche pour Alexia !

ROSE BLANCHE POUR ALEXIA

x

NO COMMENT – SANS COMMENTAIRES

x

Un crime odieux dont le coupable ne mérite rien d’autre que la peine de mort, dites vous !

x

Gersende, pour sa rentrée 100% politique, nous parle du Logement. « Le Logement dans notre pays c’est n’importe quoi et on va dans le mur ! », dit elle.

22 septembre 2017

« Gersende »

La tribune de rentrée de Gersende

Savez vous qu’il y a aujourd’hui, 2,5 millions de logements vides en France. D’aucuns annoncent un chiffre encore plus important. Un chiffre impensable auquel vous ne croyez peut être pas. Et on devrait atteindre la barre des 3 millions ou pire à la fin de ce quinquennat en 2022 ! Car on va reprendre la construction à un rythme intensif. De façon raisonnée ? Bien au contraire lorsqu’on constate les tâtonnements du gouvernement qui n’a pas vraiment de projet sinon se donner quelques années pour découvrir ce que tout le monde sait déjà, sauf lui !  En Marche, mais en marche arrière !

Une petite moitié de ces 3 millions de logements vides auront été bâtis dans les 25 dernières années. On ne peut quand même pas parler de logements « hors d’age » dans un domaine où la notion de  » neuf  » et d’ « ancien » est controversée. Au bout de cinq années après sa construction, pour des raisons fiscales et plus particulièrement de TVA, un logement est considéré comme appartenant à l’ancien. Amalgamé avec celui qui a 100 ans d’âge. Mais 90% de tous ces logements ont le confort minimum qu’on est en droit d’exiger de nos jours  pour se loger décemment.  Ce qui n’empêche pas qu’on continue de voir aujourd’hui des gens vivre dans des taudis insalubre où sont pratiqués des loyers exagérés. Cherchez l’erreur.

Un million : le nombre de biens vides à louer ou à vendre dans les annonces entre particuliers ou dans la vitrine des agences immobilières.  Fluctuant selon les saisons mais relativement stable sur une période moyenne. Rien d’anormal donc. Mais les agences ou mandataires ont vu leur nombre augmenter inconsidérément. Et les faillites avec. On pourrait croire que la concurrence fait baisser le coût des commissions d’agences, le plus élevé en Europe ou presque. C’est tout le contraire car chacun a désormais du mal à vivre de ce métier qui était autrefois rémunérateur avant que tout le monde ne se décrète marchand de biens ou intermédiaire. Formation, qualification ou pas. C’est l’anarchie. Le client en fait les frais malgré lui. Un client qui a tout intérêt à choisir avec beaucoup de soin son agence, à confier son bien en exclusivité à cette agence et négocier les frais. Mais trop de clients vendeurs s’imaginent – car il sont complètement perdus – qu’il vaut mieux  confier son bien à au maximum d’agences de son secteur. Qui chercheront à vendre en premier les biens qu’elles détiennent « en exclusivité », avant de s’occuper des autres.

Chaque jour, ce sont des milliers de biens qui arrivent sur le marché. Des milliers qui trouvent preneurs en location, vente, ou location-vente au bout d’un jour, une semaine, un mois, une année…. ou plus. Car, comme pour chaque produit de consommation, l’offre peut ne pas correspondre à la demande. Dans ce quartier, on trouve des studios alors qu’on cherche un grand appartement pour une famille. Ailleurs, on ne vous propose que des 5 pièces alors que vous êtes célibataire. Et vous constatez dans le quartier où vous trouvez le bien de vos rêves qu’il y a un manque de transports, ou d’écoles à proximité. Un loyer trop cher. Des travaux. A tout cela les français seront ou ont été confrontés un jour. Mais notez que ces problèmes d’offre inadéquate ne concernent qu’un tiers des logements vides ou juste un peu plus. Mais alors les deux autres tiers de ces logements éternellement vides ?

Il y a ces logements vides que les propriétaires ne veulent pas louer pour des raisons diverses et ne veulent pas vendre pour éviter – disent ils –  de faire baisser les prix. Un très mauvais calcul. Le prix des logements depuis 50 ans a toujours été inversement proportionnel au niveau des taux d’emprunts. Plus les taux d’intérêt grimpaient et plus les prix des logements baissaient. Au point de voir dans les années 70 des logements neufs se revendre 5 ans après leur construction avec une moins value de 30% à cause de l’envolée du coût du crédit. On a connu par le passé des taux d’intérêt jusqu’à 14%. Les intérêts se révélant supérieurs au capital à rembourser. Mais ceux qui ont acheté à l’époque ont parfois revendus avec une forte plus value 20 ans après. Si demain les taux d’intérêt remontent, les propriétaires qui ont un logement vide vont pleurer.

Mais on ne peut faire l’impasse sur tous ces logements vides qui sont le fait de maires clientélistes et de promoteurs affairistes. Adeptes de la défiscalisation. Savez vous qu’il y a une quinzaine d’années, à Perpignan, un promoteur disparu corps et biens depuis, avait envisagé une tour de 42 étages. Pour commencer. Bien des élus à l’époque voyaient le projet d’un œil favorable. Et ne parlons pas du Centre del Mon. Cela reflète bien le phénomène actuel qui veut qu’on privilégie les grandes villes, les « métropoles » au détriment des campagnes. Des mégalopoles où l’on va bientôt tous s’entasser les uns sur les autres. Parce qu’on y trouve encore un hôpital, des médecins, quelques services publics, et que le train s’y arrête encore lorsque nos campagnes sont désertées. Une aberration. Des villes de 50 000 habitants en zone rurale sont considérées aujourd’hui quasiment comme des villages.

Il était un temps, jusqu’aux années 2000 où les bailleurs étaient des compagnies d’assurance, des banques, qui investissaient pour se constituer un patrimoine de sécurité. Mais il leur fallait récupérer les loyers, entretenir les immeubles, rénover. Par facilité, elles préfèrent aujourd’hui spéculer sur le marché des actions, et prêter à la Grèce. Cela rapporte plus à court terme. Et après tout, si elles ont un problème, si elles ne sont jamais remboursées, ce n’est pas leur argent dont il s’agit mais du nôtre. C’est nous qui seront ruinés. L’État s’en contrefout et donne  même le droit aux banques de piquer dans nos comptes si elles ont de gros problèmes. Hier, ces bailleurs dit « institutionnels » n’investissaient qu’avec discernement. Aujourd’hui, on prête à des promoteurs qui n’ont pas le même objectif sinon faire de l’argent facilement et rapidement.

Alors on a construit, avec la complicité de ces ministres (Pinel, Duflot et autres), pas toujours de mauvaise foi mais incompétents et dogmatiques, des logements défiscalisés là ou l’on en avait pas besoin : Béziers, Blois, Le Havre, et liste est longue. Au Havre, la ville de notre premier ministre, 10% des logements sont vides, comme à Vichy. Pas toujours la faute du maire actuel mais souvent aussi de ses prédécesseurs. Et on a ruiné plein de petits épargnants aveuglés par la recherche d’une plus value ou d’un appoint pour leur retraite. Des petits épargnants qui continuent à rembourser, s’ils le peuvent, des logements où personne n’a jamais habité et qui se dégradent au point qu’ils ne valent parfois plus rien. Mais Macron, pas convaincu, a prorogé le système pour quatre ans…. !   Pour se faire une idée. Pour voir. Voilà comment est gérée la France.

Hollande disait que son ennemi était la finance. On a inventé, sorti de nulle part et sans réflexion, un système inapplicable de logement social avec des quotas mais où l’État ne s’implique pas lui-même. Une imbécillité que cette loi ALUR de 2014, le devoir d’un cancre qui ne connaissait pas son sujet. Une idiotie Hollande-Duflot, complètement pervertie au niveau des décrets d’application au point que Manuel Valls en arrivant à Matignon voulait la laisser dans les tiroirs. Et qui demandant à Hollande un arbitrage, s’était vu répondre par ce dernier qu’il avait laissé les mains libres à sa ministre sans lui même rien y comprendre ! Pas non plus donc le problème du gouvernement Macron semble t’il. Qui va préférer s’en prendre au régime des APL. Qui a le mérite d’exister. Qui partait d’un bon sentiment. Mais aujourd’hui complètement, injuste, inégalitaire. Car des petits malins ont compris comment en tirer le meilleur profit. On va prendre le problème à bras le corps, mais à l’envers.

Et dans la périphérie de ces métropoles on continue de construire. Comme à Cabestany. Pour qui ? Pour quoi ? Pour que votre ville de Cabestany soit toujours communiste en 2050. Sans doute. Au moins les choses sont claires. En sélectionnant comme il faut les futurs habitants ?  Clientélisme ou discrimination dites vous ? Telle est la question que le citoyen se pose. Souvent les réponses sont contenues dans vos questions.

Savez vous que 70% des nouveaux habitants dans le département des PO viennent d’un autre département. Il y a des statistiques accessibles à tous. Il y a d’abord les retraités. Car le foncier est moins cher qu’à Nice. Ce n’est qu’un fois installés  que ces retraités découvrent que les services publics dans les PO sont gérés n’importe comment par un Conseil Départemental déplorable. Mais la plupart des plus jeunes qu’on qualifie d’actifs et qui viennent dans les PO où il n’y a pas de travail, connaissent la situation et savent qu’ils n’ont aucun espoir d’y trouver une activité. Bizarre. N’ayant comme espoir ou comme ambition que le RSA, ils préfèrent venir vivre de l’assistanat dans les PO plutôt qu’à Calais ou Dunkerque. Et c’est le département qui finance ce RSA, ne sait pas comment s’en sortir mais ne veut pas que l’état s’en même. Qui paye d’ailleurs au final :   nous !

Et on bétonne. Et on B-Tonne. Et on détruit les terres cultivables où indispensables à la préservation de notre environnement. Et en plus on s’en gargarise lorsqu’on est un élu. LAMENTABLE !

Va t’on continuer à faire sortir de terre des quartiers comme les Portes de la Mer où certains nous écrivent pour dire s’y sentir mal. « c’est vous qui le dites ». Nous…. on ne dit rien. Alors inutile de chercher à polémiquer avec nous.  Un ch’ti écrit qu’on aurait choisi le nom de « Portes de la Mer » parce que justement on n’y voit pas la mer. Occasionnellement on y verrait la déchetterie, dit il. Sur un terrain où un éminent spécialiste de l’environnement estime que personne ne sait vraiment ce qu’il pourrait s’y passer en cas de très fortes précipitations. Supposition gratuite : puisque le réchauffement climatique ça n’existe pas ! Va t’on bétonner maintenant du côté de la Germanor, ce qui serait d’une incohérence coupable ?

Jusqu’où cette politique du logement, en France, ira t’elle  – quitte à me répéter – entre certains maires clientélistes et certains promoteurs affairistes ? Sans vouloir tout généraliser. Mais la réalité est proche de la caricature.

On va dans le mur, mes amis !

Gersende

.

« La grande sottise d’une idéologie est le meilleur des garants pour avoir de nombreux adeptes. Quand la sottise fait place à l’aveuglement, on n’est plus guère éloigné de voir cette idéologie accoucher d’un mouvement politique »

(extrait de « Penseurs et Philosophes de notre temps » 1934)

« Rémi » interpelle Blog-Cabestany : « et si vous preniez position pour ou contre l’augmentation de la C.S.G. »

17 septembre 2017

« Rémi », quand vous interpellez Blog-Cabestany, et de la façon dont vous le faites, adroitement mais on vous décrypte, il n’y a nul doute pour nous que c’est la Droite Municipale à Cabestany que vous interpellez.

Cette augmentation de la C.S.G nous sommes CONTRE bien sur. Et nous l’avons déjà clairement exprimé dans nos colonnes. Mais s’il en était besoin nous le confirmons.  Selon nous, mais aussi selon l’expression de ce lecteur : « Macron méprise les « vioques » », comprendre les retraités. Et on vous fait grâce de son humour concernant une certaine Brigitte.

Il y a parmi nous, autour de nous, dans notre famille, chez nos amis, chez nos voisins, plein de personnes qui ont des fins de mois difficiles. Souvent des petits retraités. Ce n’est pas parce que Monsieur le Maire nous traite de « riches », et il ferait mieux de balayer devant la porte de sa datcha, que nous sommes des nantis.

« Josée », retraitée du privé tout comme son mari, nous a envoyés un tableau récapitulatif – écrit au stylo bille sur une feuille de cahier d’écolier – de ses dépenses, il y a 10 ans et aujourd’hui. Les impôts locaux, quoi qu’en dise la propagande municipale, ont augmenté pour elle de 29,7% à Cabestany. Mais rien à côté de l’envolée du gaz, de l’électricité, et d’autres dépenses courantes incontournables. Sa retraite a diminué de 3. euros en 10 ans à cause des prélèvements sociaux. « Nous sommes tout sauf des facteurs d’inflation et de dépenses.  On y arrive dit elle mais on a supprimé tout ce qu’on pouvait. Plus de voyages pour aller dans la famille, plus de loisirs. La cuisine ne sera pas repeinte. Le jardin restera à l’abandon. On a supprimé le téléphone portable. On a même supprimé l’abonnement à l’Indép. Plus on nous pressure et moins on consomme. Le mal français. 

« Robert » dit  : Consommer Français, on voudrait bien mais qu’on arrête de nous prendre pour des c… ! On calcule tout, on compare tout, on fait des comptes sans arrêt. Quant a envoyer notre obole aux Restos du Coeur ou autres. Terminé. Solidarité ou CSG, il faut choisir ! Macron nous dépouille et voudrait que nous soyons généreux. Mais ce Président qui aime régner en divisant sera sûrement un champion pour faire s’opposer les français entre eux. Vieux contre jeunes, travailleurs contre chômeurs…. »

« Claire » : Quand Monsieur Macron, pour lequel nous n’avons pas voté, nous prend pour des riches et veut nous taxer, ne comprend t’il pas que nous les retraités, nous aidons déjà en nous privant, nos petits enfants, des étudiants que l’état délaisse, et récemment durant un temps nous avons aidé notre fils qui a eu une période chômage. « Ce Président est un benêt, fier de sa suffisance et de son arrogance.  Un Narcisse. Tout ce qu’on déteste chez ces bouffis d’orgueil qui méprisent les autres ».

Merci, Rémi, pour cette invitation à aller défiler le 28 septembre à Perpignan. Nous n’irons pas racler nos godasses sur les pavés car nous pensons que le Président Macron est comme ces méchants garnements têtus et butés qui ont besoin de provoquer pour voir jusqu’où ils peuvent aller. Et qu’il se délecte de voir ceux qu’il traite de fainéants, déambuler sous sa fenêtre, tout en ricanant et les prenant pour des imbéciles. On verra si sa recette est la bonne.

Chez Blog-Cabestany, cela n’engageant que nous, nous sommes malheureux de voir qu’il y a des gens de Droite au gouvernement, qui ne sont plus nos amis si vous voulez tout savoir, et qui sont devenus les complices de ce Président mal élu pour taper sur les retraités. Notre position est elle claire ?

Découvrez ce nouveau magasin à Mas Guerido. A l’enseigne O’PRES. Qui propose en autres des légumes et des fruits issus de circuits courts, puisque approvisionné par des producteurs de Elne, Cabestany, et environs immédiats. Il faut consommer différemment.

Pour ce qui est de la solidarité, malgré vos mouvements d’humeur, nous savons que ceux qui ont bon coeur ne changent jamais. C’est souvent même, ceux qui ont le moins, qui aident les autres. Mais nous haïssons ce Président qui prend de force dans la poche des faibles car ces derniers ne peuvent pas se défendre !

BON DIMANCHE

La Droite Municipale à Cabestany s’associe au soutien à nos amis d’Outremer !

9 septembre 2017

Nous recevons plusieurs mails de la part d’amis ou en provenance d’autres personnes qui nous disent leur émotion devant ce qui se passe aux Antilles. La Droite Municipale, Trait-d’Union-Cabestany, Blog-Cabestany sont solidaires. Mais nous n’avons pas le monopole de la solidarité et nous savons que tous les Cabestanyencs ou habitants des PO qui nous lisent, comme ceux qui nous ignorent, que tous donc, quelles que soient leurs opinions, ou convictions  partagent le même émoi. En ce moment, essayons d’être tous unis et solidaires. Et si la municipalité fait un geste, le plus modeste soit il, nous l’approuvons par avance et sans aucune réserve. 

-o-

 

SOLIDARITÉ NATIONALE POUR LES ANTILLES

Services de secours, organisations humanitaires et associations sont sur le pont pour porter assistance aux victimes de l’ouragan Irma qui a plongé les Caraïbes dans le chaos.

Comment les aider vous aussi ? Que faire concrètement pour les soutenir et agir ?

Les habitants de ces territoires manquent de tout après le passage dévastateur de cet ouragan Irma qui n’a laissé que désolation sur son passage.

 Il est des gens dans la plus profonde détresse physique, morale, manquant d’eau, de nourriture, de médicaments. Avec des enfants qui pourraient être les vôtres et qui souffrent. Toute aide leur serait précieuse. Et de la façon la plus urgente. Mais encore faut il savoir par quoi commencer, être organisé, décider en l’instant où agir pour être efficaces.

Avant même que de penser à reconstruire, ce qui prendra des années, et faire de beaux discours,  c’est dans les heures, les minutes qui viennent, qu’il faut intervenir. C’est VITAL !

Plusieurs organisations ont déjà lancé des appels à la solidarité, dont la Croix Rouge que tout le monde connait, et la Fondation de France un éminent organisme s’il en est.

La Fondation de France est déjà à la manœuvre et a débloqué des fonds par anticipation sur vos futurs dons. Elle appelle « à la solidarité nationale pour les Antilles ».

https://www.fondationdefrance.org/fr

Cette institution philanthropique dont la rectitude n’a jamais été prise en défaut et en laquelle les Français peuvent avoir la plus grande confiance est à même de définir quelles sont les priorités, et agir avec transparence et résultats immédiats.

C’est le gouvernement lui même qui a d’ailleurs demandé à la Fondation de France de centraliser les aides de toute première urgence d’où qu’elles viennent.

Montrons nous solidaires !

 

Un nouvel élan pour la Droite Municipale à Cabestany en ces jours de rentrée !

8 septembre 2017

La Droite Républicaine à Cabestany communiquera de plus en plus souvent, désormais, sous le nom de Droite Municipale. Ce qu’elle est d’ailleurs avant tout. En attendant que les partis politiques dont nous nous réclamons se réorganisent, travaillent, se définissent un avenir. Notre avenir…. si nous sommes en phase avec eux !

Car le paysage politique a bien changé autour de nous.

Nos idées, nos convictions, nos valeurs n’ont pas changé et nous serions capables – s’il le fallait – de tracer seuls notre route, par nous mêmes et pour vous mêmes,  à Cabestany. Nous n’en sommes sans doute pas encore là ! Nous resterons des militants fidèles, mais  à la seule condition que ceux qui sont censés nous représenter à Paris ou ailleurs, restent fidèles à ce que nous croyons. S’ils sont censés nous représenter, c’est à eux d’incarner notre volonté. Sûrement pas à nous, de nous soumettre à tous leurs changements de cap.

La plupart d’entre nous, à Cabestany ou dans tout le pays, et qui nous revendiquons de la Droite Républicaine, ne nous sommes pas déplacés aux urnes pour l’élection Présidentielle. Voter pour le Front National, cela on ne le pouvait pas. Voter pour le candidat Macron et son programme brouillon, inachevé, sans orientation définie ; voter pour un programme qui ne faisait rêver personne, qui n’inspirait personne, comment aurions nous pu le faire ? Et ceux des nôtres qui se sont quand même déplacés pour voter ont mis un bulletin blanc ou nul.

Si nous n’étions pas déjà, du moins pour une partie de la rédaction, adhérents du Parti « Les Républicains », aurions nous, en cette rentrée, l’envie de le rejoindre ? Un parti séparé en deux. Au moins ! D’un côté les « historiques » avec encore trop de conservateurs ancrés dans de vieilles chimères et qui ont « foiré » une élection imperdable. Et de l’autre côté ceux qui se sont ralliés à Macron pour « laper dans la grande gamelle »,  ce qui n’est pas vraiment le signe d’un changement ou d’un renouveau. Des opportunistes qui nous donnent parfois envie de gerber.

Un avis qui n’implique que nous mêmes, à la rédaction de Blog-Cabestany, et n’engage en rien nos conseillers. Nous, nous ne croyons pas que la politique Macron soit autre chose qu’un soufflé qui commence déjà à retomber. Et bien plus que nous, c’est VOUS que cela semble inquiéter.

A Cabestany, notre équipe, ne se remet pas sur un plan affectif de la disparition de notre ami Patrick Sperring. Notre ami Patrick qui était également « Monsieur Finances ». Il abattait un énorme travail pour investiguer, disséquer le budget, les dépenses municipales et comprendre la façon dont est gérée – et pas forcément en bien – notre ville. Il avait également des connaissances approfondies sur la fiscalité des collectivités territoriales, le droit administratif. Et il ne cessait de se perfectionner dominant parfaitement son sujet.

Il n’est pas remplaçable par une seule personne qui pourrait reprendre l’ensemble de toutes les activités qu’il assumait. Mais depuis 2014, nous avons été rejoints par diverses personnes de Cabestany ou des alentours qui se partagent – déjà – son travail et nous apportent – en plus – leurs connaissances dans des domaines d’expertise qui leurs sont propres et nous sont très précieux.

Le tandem Colette Appert, Phil Gleizes tient bon la barre. Depuis trois années, la Droite Municipale n’a jamais baissé les bras et joue son rôle d’opposant et de force de proposition. Quoiqu’en disent par devant la majorité municipale et Monsieur le Maire. Ce dernier lâche en privé, ce que vous ne lirez jamais dans le Cabes’infos, et qu’il ne reconnaîtra jamais en public, que nos conseillers de Droite, bien qu’en infériorité numérique, sont toujours actifs après trois années de mandature.

Ils ne manquent pas d’appui parmi les Cabestanyencs et forment un bloc soudé avec leurs co-listiers, militants ou sympathisants.  Ils sont dans tous les cas bien plus actifs que l’ensemble des conseillers de gauche qui ronronnent dans leur fauteuil les jours de Conseil Municipal. Et qui ne font pas montre de beaucoup d’idées dans les commissions. Ce serait plutôt à eux de montrer un élan.

A nous lire, vous pourriez vous imaginer que nous sommes déjà en campagne pour les élections municipales futures. PAS DU TOUT. Elles viendront en leur temps. Et à chaque jour suffit sa peine. On va d’ailleurs rentrer dans une période où il n’y aura guère d’élections qu’elles soit Européennes, Cantonales, Législatives, Régionales ou autres. Ce qui n’arrive pas souvent. Et nous « c’est Cabestany d’abord ».

Lorsqu’on parle d’un nouvel élan, cela ne sous entend nullement que la Droite Municipale va changer de vitesse. Elle continuera, sans faiblir à jouer son rôle et a surveiller la gestion municipale. Mais il n’est pas étonnant que des citoyens se réclamant de la Droite soient déboussolés par la politique telle qu’elle est menée à Paris.  Ce nouvel élan viendra plutôt de ceux, plus que nombreux, qui ont rejoints récemment l’équipe de Colette Appert, et on l’espère, de ceux qui ne vont pas tarder à le faire, dégoûtés des « Macronneries », des divisions au sein du Parti « Les Républicains ».

Notre équipe de la Droite Municipale à Cabestany est en soi un micro-parti politique qui pourrait s’intituler « Mon Parti, c’est d’abord Cabestany ».

On perçoit le même frémissement au sein de l’association Trait-d’union-Cabestany, où plusieurs adhérents se découvrent un goût certain pour l’écologie, la protection de l’environnement, la survie des abeilles, la nourriture que nous ingurgitons, les ressources en eau et bien d’autre domaines. Trait-d’union-Cabestany qui s’est rapprochée de France Nature Environnement, et va se rapprocher de nombreuses autres associations de défense de notre environnement. C’est très bien. Et cela prouve que l’Association est toujours et plus que jamais très dynamique.

C’est donc,  avec et pour  les citoyens qui nous soutiennent, et que nous espérons être de plus en plus nombreux, que nous allons entamer cette seconde partie du mandat municipal, dont le moins qu’on puisse dire est que l’action de la Majorité du Conseil nous aura fortement déçus, et n’a nul motif d’être fière de son triste bilan.

La Droite Municipale est à la manœuvre. Mais elle a besoin de vous. Rejoignez nous !

Bonne rentrée à tous.

Vous voulez nous rejoindre ? Seulement nous parler ? Donner votre appréciation sur la situation ? Envoyez nous un mail à :

cabestanydabord@rezonet.fr

Quand « Pierre », un ancien communiste à Cabestany, nous demande une insertion sur Blog-Cabestany. Et nous, on ne demande qu’à rendre service à nos concitoyens !!!!!!

26 août 2017

Liberté d’Expression

« Pierre » est un citoyen de Cabestany que nous connaissons personnellement depuis bientôt 10 ans, mais qui fait de la politique sans doute depuis bien plus longtemps au plan local.

« Pierre » n’est pas son véritable prénom mais c’est nous qui avons décidé – avec son accord –  de le changer. Ce qui n’empêchera pas qu’il soit reconnu par ses anciens amis. Mais sinon nous n’aurions pas inséré dans notre Blog ce qu’il voulait qu’on publie….

Car nous ne sommes pas là pour aider les uns ou les autres à régler leurs petits comptes entre eux. Blog-Cabestany n’est ni une tribune, ni un forum. Et la Rédaction de Blog-Cabestany ne reçoit d’ordres ou de conseils de personne et ne met en ligne que ce qu’elle à décrété de publier et pas ce que ses lecteurs voudrait parfois qu’elle fasse.

Nous nous sommes plus d’une fois confrontés avec « Pierre » qui voulait nous convaincre, comme tout bon communiste,  qu’il avait raison et que nous avions tort. Avec toujours ces mêmes arguments récités sans les comprendre. Nous le laissions parler car il nous a toujours semblé parfaitement inutile – en politique – de chercher à faire changer d’avis un adversaire. Pour lequel on peut avoir du respect.   Mais quand c’est lui-même, comme il l’a fait en 2014 au moment des élections municipales, qui reconnait s’être fourvoyé, et ne veut plus se revendiquer de la liste de la gauche,  pourquoi n’aurait il pas, en plus,  notre sympathie ?  Et aujourd’hui avec sa requête, apparemment il persiste et signe.

Et puis, loin de nous, cet anti-communisme « primaire », dont nous accuse la majorité municipale. Une accusation qui nous fait pouffer de rire. Nous, nous essayons, sans nous décourager, de situer le débat à un plus haut niveau qu’il n’est…  hélas !

Quand à ce Comité Soljenitsyne…. nous le découvrons parce que « Pierre » nous en parle et nous envoie un tract pour une réunion en octobre… où nous n’irons pas. Nous n’en avions jamais entendu parler. Et après bien des recherches nous n’en savons guère plus. Nous ne connaissons pas ses membres, pas plus que ses idées.

 Et qu’il soit clair que nous n’avons rien à voir avec eux.

Bien sur que vous allez nous écrire… surtout si vous n’êtes pas d’accord. On est fin prêts à vous lire. Cela nous aidera quand rien que l’idée que les vacances sont finies ne nous rend pas joyeux.

-o-

l’insertion de « Pierre » au nom de ce Comité Soljenitsyne

 

Comité Soljenitsyne

Barcelone

18 août 2017

le vendredi 18 août 2017 à midi