Archive for the ‘LA DROITE MUNICIPALE A CABESTANY’ Category

Ce matin, une délégation de Cabestanyencs assistait à l’inauguration d’une stèle dédiée au Général de Gaulle, à Port Leucate. Une stèle dévoilée par le Président Nicolas Sarkozy.

18 juin 2018

Ce matin 18 juin, jour de commémoration, on inaugurait une stèle dédiée au Général de Gaulle, sur le front de mer, face au ponton en bois qui s’avance dans la mer, à Port Leucate.

On avait la bonne surprise d’y retrouver plusieurs de nos amis Cabestanyencs. Venus en force, en covoiturage à plusieurs véhicules, avec des amis de Perpignan, Canet, Saint Cyprien et sans doute d’ailleurs. A leur propre initiative, mais avec l’aide logistique des Républicains 66 qui leur avaient – semble t’il – fourni des badges pour être aux avant-postes. Ils avaient débarqués « à l’aube » et encore étaient ils passés en chemin par le Barcarès pour y prendre un solide casse croute. Une journée qui sentait le R.T.T. mais avec le plaisir de se retrouver ensemble pour la bonne cause.

La commémoration étant prévue à 10 heures du matin,  nos amis espéraient pouvoir ensuite assister à la dépose d’une gerbe à la Piscine Arlette Franco à Canet. Illusoire. La cérémonie à Port Leucate se terminait à plus de midi.

Il y avait foule pour venir à cette commémoration, sans doute un peu moins de 3 000 personnes, certains ayant même préféré dormir sur place de peur de ne pas être bien placés. Mais tout était bien organisé. Et il y avait de nombreuses chaises prévues pour les spectateurs. La tramontane était un peu forte mais elle se calmait en fin de matinée.

Le comité d’accueil pour recevoir le Président Sarkozy se composait de députés, sénateurs, conseillers régionaux, du Préfet de l’Aude, et de nombreux élus.

En arrivant, Nicolas Sarkozy, demandait qu’on lui accorde dix minutes pour serrer des mains. Il serrait la nôtre et discutait longuement avec une petite fille (pas à l’école?) qui était devant nous. Nos amis étaient ravis. Le Président se montrait chaleureux.

S’ensuivaient des discours, un peu longs. A son tour de prendre la parole, le Président Sarkozy, comme à son habitude savait de façon brève et concise, exprimer son plaisir d’être là. On sentait qu’il était sincère à sa mine enjouée. On n’oubliera pas que le Président Sarkozy fut le seul depuis la disparition du Général, à se rendre à Londres un 18 juin, durant son mandat, et il y prononcera un discours qui reste dans nos mémoires.

Un orchestre composé d’une douzaine de musiciens nous jouait une Marseillaise sur un ton symphonique. L’assistance reprenant en choeur. Le Président s’inclinait devant militaires et porte drapeaux. Le Président Sarkozy dévoilait la stèle installée dans la nuit. On laissait là nos amis Cabestanyencs, ravis et enjoués,  qui ne paraissaient pas pressés de rentrer au bercail et avaient prévu de déjeuner ensemble.

Personne ne peut anticiper sur l’avenir du parti des Républicains. La commémoration de Port Leucate démontre que ce parti a encore de nombreux sympathisants. Dans le département des Pyrénées Orientales, le parti est toujours bien structuré, et ses soutiens ont des convictions toujours bien ancrées. Cette commémoration le démontre, s’il en était besoin. Et cette référence à l’histoire nous satisfait.

Pour que la France reste aux Français ! entendait on dans les rangs derrière nous. Alors que l’assistance se dispersait. Un slogan crié très fort à l’improviste qui nous prenait par surprise à un moment où l’on s’y attendait le moins. Lancé par une spectatrice, et repris aussitôt et encore plus fort par des dizaines de bouches à l’unisson qui se l’appropriaient ! Comme un cri de ralliement ?

x

le « miroir de l’eau » en front de mer à Port Leucate où est implantée la stèle

x

Stéle non découverte

x

la stèle découverte (en contre jour)

x

les officiels arrivent

x

le comité d’accueil en attente de l’arrivée du Président

x

Militaires, porte drapeaux

x

 

Le Président prend un bain de foule. Il est acclamé. Il nous serre la main. Plusieurs personnes lui crient « Nicolas revient » : il rit !

x

Avec une fin de commémoration surprenante. Derrière nous une spectatrice crie : « Pour que la France reste aux Français ». Ce sont alors des dizaines de bouches qui reprennent en choeur ce slogan.

 

TAGS : Droite Républicaine, Républicains 66, Port Leucate, Colette Appert, Droite Municipale à Cabestany, Nicolas Sarkozy, 18 juin 1940, Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale, Blog-Cabestany

 

xxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Commémoration du 18 juin

17 juin 2018

Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale

Olivier Amiel rappelle nos rendez vous :

 

Olivier Amiel (L.R.66)

 

Aujourd’hui, lundi 18 juin 2018

  • 10 heures, ce matin, inauguration d’une stèle Charles de Gaulle, à Port Leucate,  en la présence du Président Nicolas Sarkozy. Le lieu : sur le front de mer à l’espace « Miroir de l’eau »
  • 11 heures, ce matin, pose d’une gerbe à la piscine Arlette Franco à Canet en Roussillon
  • 18 heures 30, ce soir,  conférence de Philippe Piquet sur le Gaullisme, Salle de l’Écoute à Canet. Bâtiment sur le port abritant les services administratifs de la Capitainerie.

A tout à l’heure, ou ce soir, mais à bientôt !

Tags : Olivier Amiel, Colette Appert, Cabestany,

 

De nombreux citoyens se disent très satisfaits des initiatives des « Républicains 66 » concernant les commémorations prévues pour le 18 juin !

14 juin 2018

Olivier Amiel nous informe :

Courtoisie des Républicains 66

x

Cette année, les « Républicains 66 » sont à l’origine de plusieurs événements qui vont se dérouler du 18 au 20 juin 2018, en hommage au Général Charles de Gaulle.

Les Pyrénées Orientales sont l’un des départements où l’on fait encore beaucoup référence au Gaullisme, comme en Bretagne ou dans l’est de la France. Et les réseaux gaullistes sont encore nombreux, bien organisés, et se renouvellent par l’adhésion de jeunes qui n’ont pourtant pas connu cette époque.

  • La Droite Municipale de Colette Appert, approuve et soutient ces initiatives. Nous l’accompagnerons sur la plupart de ces événements !
  • Le « Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale », à Paris, s’en félicite. Un Cercle qui n’est plus vraiment très actif, mais qui fut l’un des courants de pensée de l’U.D.T, l’un des deux grands mouvements gaullistes avec l’U.N.R, jusqu’à leur fusion en 1962 pour former la puissante U.D.R.
  • Nous, chez Blog-Cabestany, nous nous associons également à ces commémorations. Nous entretenons de nombreux liens dans l’hexagone avec différentes personnalités politiques, mouvements, associations Gaullistes. Nous avons passé des accords de réciprocité pour pouvoir reprendre les textes de plusieurs blogs ou sites qui peuvent en échange reprendre nos écrits. Et dans nos colonnes nous laissons écrire plusieurs consultants, journalistes, blogueurs qui nous reprennent aussi sur leurs divers sites internet.

Parmi les divers événements sont prévus le 18 juin :

l’inauguration d’une stèle Charles de Gaulle, à Port Leucate, à 10 heures oo, en la présence du Président Nicolas Sarkozy

la pose d’une gerbe à la piscine Arlette Franco à Canet en Roussillon,  à 11 h oo.

une conférence de Philippe Piquet sur le Gaullisme, Salle de l’Écoute à Canet.

le 20 juin :

à 18 h 30,  une conférence sur l’engagement des jeunes en politique avec Férréol Delmas, président de l’U.J.P (Union des Jeunes pour le Progrès). L’événement se déroulera au Cinéma Castillet à Perpignan.

Peu après la disparition du Général, le Président  Georges Pompidou prend la parole devant des jeunes, étudiants, travailleurs, militaires : « Vous les jeunes, n’oubliez jamais que le gaullisme, bien plus qu’une doctrine politique, est une attitude morale, un refus de l’abaissement, une affirmation de l’honneur d’être français. Le gaullisme se traduit par notre volonté de maintenir la France dans des valeurs dont nous puissions toujours être fiers. A vous de défendre la notion de Patrie. A vous de préserver la paix, mais jamais au prix du déshonneur. Car notre notre honneur résidera dans notre engagement à construire l’Europe, même si c’est : pas à pas »

Chez les Républicains 66, on retrouve à la manœuvre nos amis :  François Lietta Président de la Fédération des Républicains pour les P.O, Daniel Mach son secrétaire départemental, Olivier Amiel le trésorier. Nous n’omettrons pas d’y associer leurs collaborateurs ainsi que tous les militants, sympathisants qui défendent nos valeurs au jour le jour.

Le « Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale » écrit :

« Nulle personne censée n’oserait prétendre, en ce début d’un nouveau siècle, qu’il faudrait appliquer les principes du Gaullisme à la lettre. Mais le Gaullisme porte des valeurs de droiture, honnêteté, morale que nous revendiquons. Se réclamer du gaullisme suppose le respect d’un certaine éthique. »

Courtoisie d’Olivier Amiel. Photo en provenance de son compte Facebook

 

Tags : Commémorations du 18 juin, les Républicains 66, Colette Appert, Blog-Cabestany, Olivier Amiel, François Lietta, Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale, Blog-Cabestany, Cabestany, la Droite Municipale à Cabestany, Pyrénées Orientales, L.R., Les Français parlent aux Français, le Futur vous appartient, Liberté, Liberté d’Expression.

 

 

 

Consternant…. la façon dont est gérée notre Tribune de l’Opposition par l’équipe du Cabes’Infos !

8 juin 2018

Ce à quoi devrait finir par ressembler les prochaines Tribunes de l’Opposition dans le Cabes’Infos !

il ne manque plus que les coloriages et un gadget dans le Cabes’infos « nouveau »

-o-

L’Édito du collectif de rédaction de Blog-Cabestany (et si on s’y est mis à plusieurs pour l’écrire c’est que le sujet le valait bien)

Nos élus de l’opposition ont déjà eu droit à une censure de ce malheureux et tout petit encart qui leur est dévolu chichement et à regrets, et qui est dénommé « Tribune de l’opposition ». On sait comment la justice a récemment tranché devant ce non-respect de la loi par ceux qui devraient donner l’exemple et ne se privent guère de donner des leçons aux autres. Et combien ceux qui ont eu tort sont des petits bras, des mauvais joueurs et de bien mauvais perdants. Cette Tribune : imprimée selon la volonté de l’équipe du Cabes’infos, en tous petits caractères et sur un fond difficile à lire. Comme si s’opposer, ne pas être d’accord avec la Nomenklatura qui règne à la mairie de Cabestany était interdit. Coupable. Répréhensible. Mais vivons nous dans le même monde qu’eux ? On en doute fort !

La première des inventions de Lénine, en 1917, en Russie, aura été le goulag. Une marque de fabrique de ces grands démocrates que sont les communistes à travers les décennies, qui montrèrent leur talents de défenseurs de la Liberté, à l’aide de leurs blindés, de la Hongrie à la Tchécoslovaquie. Les communistes de tous les pays n’auront pas eu recours – et c’est heureux – à la déportation de leurs opposants. Mais dans leur esprit il est interdit de penser différemment d’eux. Et s’ils pouvaient museler leurs opposants, les faire taire. Comme ils le font d’ailleurs avec leurs propres amis à Cabestany qui commencent à comprendre où ils ont mis les pieds.

Heureusement, aussi longtemps que ceux qui sont à la Mairie de Cabestany auront recours à la même rhétorique, pauvre, indigente, insipide et sans intérêt, les citoyens intelligents ne s’y laisseront pas prendre même s’ils ne représentent peut être pas le plus grand nombre. Reste les moutons de Panurge toujours prêts à bêler pour rien. On aurait plutôt envie de s’apitoyer sur leur sort que de les condamner. Mais s’ils se sont tous retrouvés à Cabestany s’était pour s’agglutiner entre eux.

Cette fois ci dans le Cabes’ Infos, on aura eu droit à « une réponse dans la réponse ». Inédit. Et cocasse ! Pour certains burlesque pour ne pas dire grotesque ! Qui laisse présager « une réponse dans la réponse de la réponse à la réponse » et plus si affinités. Consternant !  Mais qui sont les indécrottables ? Que le Maire réponde à l’opposition est son droit. On n’y voit aucun inconvénient. Surtout que s’il estime devoir répondre c’est que les propos de cette opposition semblent faire mouche et le déranger. Un bon point pour nous. Un aveu de faiblesse pour lui. Et il a tout le journal pour le faire et en gros caractères comme chez l’oculiste. Où la dernière ligne c’est : Z U. Qu’il choisisse justement d’écrire ces pattes de mouches dans l’encart même de l’opposition démontre combien on est descendu au plus bas avec ce régime municipal qui nous fait penser à l’époque de ces fringants et jeunes dirigeants à l’esprit éveillé : les Brejnev, Andropov et cie. Et d’ailleurs est il légal d’écrire dans notre malheureux encart qui semble donner des boutons à la Majorité ?

Une mesquinerie de plus de cette équipe monozoïque du Cabes’infos qui nous fait hurler de rire. On ne va quand même pas pleurer ! Et le terme de « victimisation n’appartient pas à notre vocabulaire. Contrairement à nos adversaires qui, dès qu’on les traite de « communistes », sortent leur mouchoir. Mais comment les appeler autrement, à moins qu’ils se renient. Quelle étroitesse d’esprit, quelle médiocrité intellectuelle, quelle pauvreté des idées, quelle exiguïté de vision d’avenir dans cette façon de se comporter. Qui d’ailleurs fait le régal de nos lecteurs qui nous disent que désormais ils ouvriront ce journal à notre page avant de l’envoyer directos dans la poubelle jaune. Des lecteurs qui nous disent – aussi – que la démocratie est abimée lorsqu’on se livre à ces petits jeux.

Et pourtant, NOUS, on a pas envie de polémiquer. A deux ans ou plus des prochaines municipales, on a pas envie d’user notre salive, de dépenser notre énergie. Cela nous paraît superfétatoire, enfin superflu si vous préférez, pour vous éviter de sortir votre dictionnaire. Notre opposition s’oppose avec fermeté mais sans aucune agressivité. Mais dans ce monde Cabestanyenc, hors du temps, hors des réalités, c’est bien le monde à l’envers, et c’est la majorité qui croit nécessaire et indispensable de s’en prendre sans discontinuer à l’opposition. Et de quelle manière. Quelque chose doit les démanger. Bien fort. Et on préfère être à notre place qu’à la leur !

Pour nos internautes, on pourrait certes polémiquer et on aurait de quoi. Par exemple, sur la mauvaise foi qui transpire de l’éditorial de Monsieur le Maire dans ce dernier numéro du Cabes’Infos. Mais comme le dit ce dicton, revu et corrigé « A la Sainte Camille, inutile de faire aboyer tes chiens, car la caravane ne passe plus ! » Une référence à l’actualité communale du moment. Avec les idées de ce magazine municipal, nous voilà projetés vers le passé. Vers des idées qu’on ne rencontre plus nulle part. Avec les gens de la Mairie : « le passé vous appartient !»

Mais nous respectons les tempes grises, et nous respectons nos aînés, quoi qu’en disent certains esprits chagrins en carence d’arguments. Et qui se trompent. JAMAIS, nous ne ferons de la politique en nous attaquant à l’age d’un candidat ou d’un adversaire. Le Général de Gaulle avait un âge déjà avancé lorsqu’il est revenu au pouvoir pour faire de grandes choses. Churchill n’était pas un perdreau de l’année. Et Jospin a sans doute perdu l’opportunité de devenir Président en critiquant l’âge de son opposant : une erreur que nous nous gardons bien de faire. Tellement elle est improductive et même dangereuse et vous revient dans la tronche comme un boomerang. Alors que personne ne vienne nous faire de procès d’intention !

Mais pour nous, ce n’est pas l’age des artères qui importe. Car on peut être jeune et avoir des idées d’un autre age, d’une autre époque, d’un passé révolu, d’un autre régime aujourd’hui disparu…. d’un lointain pays très à l’Est. Au delà d’un certain mur. Et pour ceux qui ne savent pas lire entre nos lignes, on espère qu’ils auront compris que si on dit que la politique de la municipalité sent le renfermé et la naphtaline, on ne s’en prend nullement à des personnes ! On dénonce un système. Que les choses soient bien claires !

On fait de la politique comme ceux qui ne se soumettent pas. Qui ne renoncent pas. Qui ne pensent pas non plus que la victoire leur est due ou qu’elle leur est acquise. Nous faisons de la politique par respect du choix dans les urnes d’une partie des citoyens. Et quand bien même nous aurions des torts, mais qui n’en a pas, nous sommes – intellectuellement – des gens honnêtes, en phase avec nos idées. Nous ne désarmerons pas ! Plus virulentes seront les attaques contre l’opposition et plus nous y répondrons si telle est la stratégie de nos adversaires. Une stratégie qui a ses limites. Lorsqu’on a la Majorité, passer son temps à dénigrer ses opposants, de manière incessante et médiocre, finira par fatiguer l’électeur et le détourner des urnes, lui faisant préférer l’abstention. A moins que telle ne soit la stratégie de la Mairie pour se maintenir avec une toujours plus réduite poignée de ses fidèles. Des irréductibles coincés sur leur banquise… qui fond !

Et en ce qui nous concerne, qu’importe notre avenir, car le principal, pour nous, est le sentiment d’accomplir notre mission, chaque jour,  la tête haute ! Et nous ne sommes pas prêts de nous fatiguer. Au contraire, il est des attaques qui nous renforcent dans nos convictions et notre légitimité !!!

Signé : Le Collectif de Blog-Cabestany

-o-

 

« On aimerait en savoir plus sur ce « contrat de confiance » entre Perpignan, l’Agglo et le Préfet des Pyrénées Orientales », nous demande Jean-Luc !

5 juin 2018

Photo scannée de l’Édition Catalane du 1er juin de l’Indép

Cher internaute, vous n’avez donc pas raté l’excellent article de Philippe Comas dans l’Indépendant de vendredi dernier concernant la signature d’un « contrat de confiance » entre Monsieur Jean Marc Pujol représentant la mairie de Perpignan et l’Agglo, et Monsieur le Préfet Vignes. Un article dont on aurait souhaité qu’il fasse réagir davantage de personnes parmi nos lecteurs. Car nous savons que nous avons de nombreux et fidèles internautes à Perpignan. On suppose qu’ils liront  notre réponse.

Vous nous demandez : « Pourquoi cette signature, qu’est ce que ce contrat de confiance, à quoi sert t’il, quand la Mairie de Cabestany va t’elle signer à son tour un tel contrat ? »

Nous ne sommes pas de grands spécialistes des finances publiques, mais nous avons demandé à notre amie « Gersende », politologue à Paris, et l’une des conseillères économiques depuis peu d’une chaine d’infos télévisées, de nous en dire plus.

« Gersende » écrit :

« Ce contrat est nouveau, puisque décidé en 2017 par le Président Macron. Il ne concerne pour le moment que 319 collectivités territoriales : régions, départements, métropoles, agglos, communautés urbaines, communes de plus de 50 000. habitants, et veut qu’en échange d’une modération des dépenses de fonctionnement,  l’état s’abstienne de réduire ses dotations aux collectivités. Et pour ceux qui font des efforts, les aident davantage. A noter qu’en 2018, si le Président tient ses promesses, il n’y aura pas de baisses de dotations. Mais en 2019, pour les mauvais élèves…..

On ne peut que saluer cette proposition du gouvernement actuel devant la dérive de trop nombreuses collectivités, des régions aux communes, en passant pas toutes les strates d’un mille feuilles aberrant et ingérable. Mais lorsqu’on constate que la fusion entre les anciennes régions du Languedoc-Roussillon et Midi Pyrénées, plutôt que d’engendrer des économies, n’a créé que des charges supplémentaires, et des embauches en quantité, on comprend la nature du problème.
Le constat est sans appel. Si les fusions des nouvelles régions ont entrainé dans la moitié des cas des économies parfois importantes, dans l’autre moitié des cas on a constaté des dépenses supplémentaires. Pas un hasard. Les dérives sont essentiellement dues à la mauvaise volonté ou  à l’incompétence des responsables de ces collectivités, ou encore à un clientélisme débridé dans un pays qui cherche à copier les républiques bananières.

Mais, et c’est c’est plus grave,  il peut s’agir simplement d’une posture politique. Pour faire retomber la faute, de mauvaise foi, sur le Président de la République, sur le gouvernement, sur le  Président d’une métropole, Agglo ou autre, on matraque le citoyen et après lui raconte que c’est la faute de ceux qui sont à la manœuvre. Un comportement à vomir !

Ce contrat stipule une limitation à 1,2% maximum de la hausse annuelle des dépenses de fonctionnement, sur plusieurs années,  avec toutefois certaines dérogations dument justifiées qui peuvent l’entrainer jusqu’à 1,5% pour ceux qui ont commencé à faire des efforts. On est bien en dessous des 5% ou plus que certaines collectivités nous font supporter à répétition par paresse intellectuelle, incompétence,  pour combler leur ego, ou par simple mauvaise foi.

Il s’agit d’une nouvelle règle d’or, « donnant donnant », face à laquelle l’état assure qu’il va renvoyer l’ascenseur en dotations d’investissements pour des projets raisonnés, répondant aux normes d’une écologie durable. Des projets utiles et non des caprices d’élus voulant juste se faire réélire.

Il s’agit d’un pacte de confiance avec des responsables de collectivités qui seraient des gens de bonne volonté qui ne font pas grimper les dépenses de fonctionnement par des embauches inutiles, des réductions d’horaires de travail inconsidérées, des primes à la tête du client, un train de vie de potentat avec voitures de fonction, frais de bouche, dépenses de communication n’ayant comme objet que leur propre promotion électorale.

Un autre volet de ces contrats de confiance étant le désendettement. Et pour certaines communes la sortie d’emprunts toxiques. Même les collectivités ou communes les plus vertueuses ont eu recours ces dernières années d’une façon irraisonnée à l’emprunt, pas toujours toxique heureusement. A peu près toutes ! En disant j’emprunte certes mais moins que mon voisin. Quelle belle excuse. Mais cette aliénation du futur est une aberration dangereuse. Que les taux d’intérêt remontent et vous pourriez d’ici à 5 ans vous retrouver avec des impôts locaux qui s’envolent pour uniquement assurer le remboursement de ces emprunts inconsidérés.

Et pour tous les autres ? Pour des communes de 10 000 habitants ou plus ? Il leur est demandé d’y réfléchir. De préparer un plan d’assainissement à mettre en place dans le futur. La bataille des prochaines municipales se fera autour de la capacité des candidats à limiter, voire faire baisser la fiscalité locale. Plusieurs sondages disent que l’électeur en 2020 regardera davantage les engagements de modération de dépenses que l’étiquette. Sachant que le gouvernement pourrait instituer un système de « bonus malus ». Sauf qu’en cas de malus, ce sera encore le citoyen qui passera à la caisse car il n’est pas encore prévu de sanctions – et c’est bien dommage – contre les élus eux mêmes.

Plusieurs associations de contribuables demandent des peines d’inéligibilité pour les mauvais gestionnaires. On les soutient à fond.

Il va falloir qu’une bonne fois pour toutes nos élus arrêtent de pleurer, de se lamenter contre les baisses de dotations de l’état qui les empêcheraient – selon eux – de gérer leur commune. Qu’ils arrêtent leur pipeau. Ceux qui gèrent correctement et dans la transparence seront aidés. Ceux qui auront fait le choix de continuer le plus souvent et de façon volontaire de se complaire dans des dérives hasardeuses n’auront qu’à se débrouiller. Mais qu’ils arrêtent de toujours s’en prendre à quelqu’un d’autre. On ne les croit plus.

Qu’ils sachent que le citoyen en aura marre un jour ou l’autre de se faire prendre pour un crétin et d’être toujours dupe de leurs bobards. Et c’est la tendance actuelle à deux ans des prochaines municipales.

Gersende

POSTMASTER : Merci Gersende. Encore une explication claire que tout le monde comprendra. Et on comprend qu’une commune comme Cabestany n’est pas concernée… pour le moment. Merci pour vos prises de position que vous ne pourriez pas prendre, dites vous, à la télé. On le conçoit aisément. Mais alors…. nos chaines de télé ne seraient pas indépendantes ?

-o-

Cabestany : Conseil Municipal le jeudi 17 mai 2018 à 18 h 00 à la Mairie !

15 mai 2018

ORDRE DU JOUR

Approbation du compte-rendu du Conseil Municipal du 28 mars 2018

Affaire n°01

Individualisation des subventions

Affaire n°02

Demande subvention auprès de la Région

Affaire n°03

Acquisition Consorts OLIVERAS AK 10

Affaire n°04

Vente Cabestany : Carrière parcelle AL 13

Affaire n°05

Acquisition des parcelles AK60, AK61 et AK62 appartenant à M et Mme Vidal : modification

Affaire n°06

État de l’actif et Tableau de transfert de mise à disposition des biens affectés à la compétence voirie de la commune de Cabestany au bénéfice de Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine (PMMCU)

Affaire n°07

Fixation du nombre de représentants au Comité Technique et décision du recueil de l’avis des représentants de la collectivité

Affaire n°08

Partenariat de formation professionnelle territoriale entre la Mairie de Cabestany et la Délégation Languedoc Roussillon du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT)

Affaire n°09

Demande de subvention auprès de l’État dans le cadre du Plan départemental d’actions de sécurité routière (PDASR)

Informations Communauté Urbaine

Décisions

-o-

Joyeux 1er Mai, du bonheur, de la joie pour tous !

1 mai 2018

Mais on a aussi une pensée pour tous nos amis qui sont dans la peine ou qui souffrent.

Que ce 1er mai vous apporte de la joie, du bonheur, rapprochez vous de ceux qui vous aiment, vivons en paix.

Et comme nous aimons par dessus tout la musique, toutes les musiques, Blog-Cabestany vous dédie ce morceau :

Tags : « God bless France », 1er mai, muguet, lily of the valley, Cabestany, Pyrénées Orientales, Occitanie, France, Peace, Love, Happiness,

Philippe Gleizes, conseiller municipal à Cabestany communique !

24 avril 2018

Un « homme de terrain » qui sait aussi avoir de l’éloquence !

Philippe Gleizes, conseiller municipal de l’opposition à Cabestany communique.

 » Mes chers concitoyens, je suis l’un de vos Conseillers Municipaux à Cabestany. Je m’exprime rarement sur ce blog. Je pense être plutôt ce qu’on appelle : un homme de terrain. Mais après les déclarations de Monsieur le Maire, faisant suite à la censure dont nous avons été les victimes, je tiens à donner mon point de vue aux Cabestanyenques et aux Cabestanyencs. Je ne peux pas rester dans mon coin sans rien dire.

Tout d’abord, ce qu’il qualifie, très injustement d’énième attaque personnelle n’est simplement que notre droit à nous exprimer avec la liberté que nous confère notre qualité d’élu. Il est regrettable que nous ayons du faire appel à la justice pour faire valoir ce droit. Nous sommes au service des citoyens et c’est en pensant d’abord à eux que nous avons pris la décision courageuse de nous engager, à nos frais, dans une telle procédure. Mais il ne pouvait en être autrement.

Tout au long de l’année, nous nous opposons à certaines pratiques, à un système politique que nous dénonçons, mais n’en faisons jamais une affaire de personnes. Lorsqu’on entend Monsieur le Maire parler d’attaque personnelle, on peut se demander s’il a vraiment compris le message que lui a envoyé le Tribunal de Montpellier. Jamais, nous n’utiliserons notre statut d’élu pour nous livrer à des règlements de comptes. Telle n’est pas notre conception de la démocratie et la mission que nous a octroyé le suffrage universel.

Prétendre que nous ne faisons jamais de propositions n’est en rien la réalité des choses. Au Conseil Municipal, à partir de dossiers que nous avons étudié longuement, et lorsqu’il nous est demandé de voter sur telle ou telle proposition de l’ordre du jour, nous pourrions nous prononcer de façon systématique « contre » ou nous abstenir sans avoir à justifier notre choix. Le plus souvent nous explicitons notre décision et sommes opposés à ce qui pourrait être perçu comme de l’obstruction. Telle n’a jamais été notre ligne de conduite. Nous faisons régulièrement part à nos collègues de la Majorité municipale et à Monsieur le Maire de propositions alternatives. Il existe des compte-rendus des Conseils Municipaux dans lesquels chaque citoyen est à même de se faire sa propre opinion.

Sur le fond, le citoyen ne peut que constater que depuis 2014 les orientations budgétaires de la commune sont basés sur une hausse répétitive des impôts locaux. Une situation récurrente. Sur une baisse des subventions aux associations. Le citoyen doit savoir que la construction de la Maison des Jeunes dont le budget ne devait pas dépasser 2,5 millions d’euros pourrait être – vraisemblablement – plus proche des 4 millions.

Loin de vouloir stigmatiser, un jour les aînés, un autre jour les sportifs, ou encore les jeunes, comme la Mairie le sous entend de façon lassante et peu crédible, et il s’agit nous concernant d’une contre-vérité, nous estimons qu’une commune doit investir pour l’avenir de ses habitants, mais au travers de choix raisonnés, de dépenses réalistes et à coût maîtrisé. Et qu’il faut, au delà du coût de toute construction qui dépend du budget Investissements, réfléchir au coût de fonctionnement qu’il ne faut pas sous évaluer et qui vient se rajouter aux dépenses annuelles de la commune. Ne serait ce par exemple, le coût de fonctionnement de la Halle qui n’a rien à voir avec ce qui nous a été annoncé. Un coût prévisible que nous avions dénoncé sans avoir été entendus. Notre opposition, à Cabestany, est constructive et repose sur la confiance que nous donne nos concitoyens.

Des propositions, nous en faisons régulièrement, après concertation avec nos électeurs, à l’occasion des Commissions Municipales de préparation et de réflexion auxquelles nous participons, nous, avec une grande assiduité. Ce qui n’est pas l’apanage de tous. Et dont le travail nous accapare de nombreuses heures que nous ne consacrons pas à notre famille ou nos loisirs. En bénévoles que nous sommes. Regrettant de ne pas retrouver nos propositions dans l’ordre du jour des Conseils Municipaux. Constatant que le plus souvent on n’y retrouve pas davantage les propositions des membres de la Majorité ! Et que l’ordre du jour de ces Conseils restera toujours pour nous un insondable mystère.

A titre personnel, je ne suis pas avare de propositions. Je me suis entendu dire que Monsieur le Maire ne serait pas d’accord avec l’utilisation par la commune de voitures électriques. Mais la liste de nos propositions ne tiendrait pas dans les colonnes de Blog-Cabestany. J’ai proposé de remettre en place le Rapateill. Sans que l’on daigne ne serait ce que m’écouter.

Plutôt que de faire des propositions de bon sens, au jour le jour, Monsieur le Maire n’est il pas en train de nous inciter à les garder sous le coude pour un prochain programme électoral ? Lorsque nous serions en mesure de les mettre en application avec l’oreille attentive des électeurs. Sauf qu’entre deux élections, notre principale préoccupation n’est pas la prochaine échéance avec les urnes. Nous avons été élus pour représenter nos concitoyens chaque jour de l’année. Nous n’y avons jamais dérogé. Nous les respectons. Nous continuerons à nous investir, pour eux, avec le même engagement jusqu’au terme de notre mandat, et sans préjuger des rendez vous électoraux à venir.

En 2007, et alors que je n’étais pas encore l’un de vos élus, le Service Économique de la commune m’avait sollicité et m’avait demandé si je ne voudrais pas m’installer sur le nouveau projet du Mas Guérido 5, où 2 millions d’euros devaient être investis. J’avais alors répondu qu’avant de s’engager sur ce projet il aurait mieux valu consacrer 500 000. € sur le Mas Guérido existant, le n°4, qui était déjà en « décomposition avancée ». On m’avait alors répondu que justement la nouvelle zone allait être créée pour redynamiser l’ancienne ! Je vous laisse juge du résultat sur le Mas Guérido 4 mais j’interdis de dire maintenant que c ‘est la faute de l’agglo. Ne vous y trompez pas, tout ce qui marche ne le doit qu’à Monsieur le Maire. Tout ce qui va de travers, est de la faute de Nicolas Sarkozy, de la Bettencourt, de l’opposition, de la Droite et maintenant de l’Agglo. Et bientôt Macron.

Si d’aucuns ne veulent pas nous écouter, ou tout simplement nous entendre, jamais nous ne cesserons de nous exprimer.

Philippe Gleizes

Tags : Démocratie, Liberté d’Expression, Le Futur vous appartient, La Droite Municipale à Cabestany, Suffrage universel

A Cabestany, Monsieur le Maire s’était attribué le droit de censurer l’opposition de Colette Appert dans le Bulletin Municipal : c’est le Tribunal Administratif – jugeant sur le fond – qui a été obligé de lui rappeler qu’il avait tort.

19 avril 2018

La république rendant la Justice

L’Edito 100% politique de la rédaction de Blog-Cabestany

En 2014, durant la campagne des municipales, et à l’occasion d’un meeting qu’elle organisait, Colette Appert avait promis, si elle était élue, de supprimer ce bulletin municipal, le Cabes’Infos. Qui serait remplacé par une simple lettre d’information sur du papier recyclé. Mais où on y parlerait de ce qui intéresse vraiment le citoyen. Fini toutes ces pages sur du papier glacé et les photos en couleur. Fini la propagande et le culte de la personnalité. Colette Appert avait été applaudie chaleureusement. Alors est ce pour 2020 ?

De nombreuses choses différencient la Droite de la Majorité Municipale. La principale est sans douter que la Droite considère que le citoyen Cabestanyenc n’est pas dénué d’intelligence et qu’il est capable de comprendre dans quel monde il évolue. Sans doute aimerait il pouvoir lire les comptes rendus des Conseils Municipaux. Apprendre à quelle sauce il va être mangé au niveau des impôts locaux. Savoir ce qui se prépare dans son dos. Pour la Droite, une obligation de transparence et le respect du citoyen. Chacun sa vision des choses. Mais où est donc la démocratie dans ce journal municipal qui devrait être le journal de tous. Qu’on ne peut même pas colorier, dites vous.

Qui, d’ailleurs lit encore le Cabes’infos ? A part nous, et c’est vraiment une punition.

Certes, Monsieur le Maire de Cabestany n’est pas juridiquement le responsable de cet organe de presse. A se demander s’il en serait le grand organisateur. Il a sûrement des choses bien plus utiles à faire. Mais les responsables de cette parution, qui se la jouent et se la surjouent, semblent en faire des tonnes pour se faire bien voir du Patron. Qui ne leur demande sans doute pas. Mais quand Monsieur le Maire se croit autorisé à censurer l’opposition dans l’emplacement légal qui lui est réservé, rien ne va plus.

Dans toute ville de plus de 3 500 habitants et où il y a un bulletin municipal, l’opposition, quelle qu’elle soit y a droit à un encart. Mais il y a encart et encart. Les lecteurs de notre Blog sont déjà dégoûtés par ces mesquineries de cour de maternelle lorsqu’on découvre la Tribune de l’opposition en tout petits caractères et sur un fond « que si t’as pas des actions chez Afflelou t’y vois rien ». Une attitude de la part de la Majorité Municipale particulièrement contre-productive car elle n’en sort pas grandie. Qui nous fait marrer, à la rédaction, devant tant de puérilité. Mais il est clair qu’au Cabes’Infos, chacun prend son plaisir où il le trouve. Heureusement, le citoyen considère quand même que censurer – dans l’illégalité – l’opposition est une pratique d’un autre âge. Dans un endroit où certains se sentiraient pouvoir tout faire en toute impunité ? Une zone de non-droit ?

Car dans la Tribune réservée à l’opposition, celle-ci a le droit d’y écrire ce qu’elle veut sans être censurée. Sauf….. Sauf si on y lit des propos outrageants, des insultes, des invectives, des propos contraires aux bonnes mœurs. Mais encore ? On a voulu en avoir le coeur net en allant consulter la Jurisprudence. Quelque peu poussiéreuse on le reconnaît. Et bien oui, Monsieur le maire aurait parfaitement le droit d’exercer sa censure si on trouvait dans les écrits de la Droite – accrochez vous – la divulgation du nom de la maîtresse d’un élu. La révélation de son penchant pour la boisson. Et pire : que tel ou tel fréquenterait assidûment une « Maison … de plaisirs ». Nous on a rien vu de tel dans ce que l’opposition écrit à son habitude et de façon mesurée à Cabestany !!!!!

Alors, c’est sur, les propos de l’opposition sont souvent polémiques mais toujours politiques et respectant les individus. D’ailleurs, Monsieur le Maire, ne reconnaît il pas, en petit comité que Colette Appert fait son boulot. Quelle s’oppose mais de façon constructive. De là à le reconnaître ouvertement dans le Cabes’Infos, c’est autre chose. Qu’on ne lui demande pas. On lui demande juste de respecter la loi.

Quelle mouche avait donc piqué notre édile pour qu’en 2016, il décide un beau matin de censurer la Tribune de l’opposition. A moins qu’il y ait lu ce qui n’y était pas mais qu’il aurait cru y déceler entre les lignes et qui ne devait absolument pas paraître. Au point de se mettre hors la loi en le sachant.  C’est du moins ce que nous disent certains de nos lecteurs. Nous on n’y a rien trouvé de rédhibitoire dans les propos de l’opposition  et on cherche encore. La Majorité Municipale ne pensait peut être pas que l’opposition porterait l’affaire en justice. Parce que lorsque l’opposition décide d’entamer une procédure, elle n’a ni cagnotte, ni tirelire pour se payer un avocat. Alors que la mairie fait appel à un défenseur avec les deniers publics. Et c’est bien là le comble. L’opposition paye son avocat de sa poche et de surcroît l’avocat de son adversaire avec ses impôts.

Depuis qu’elle a décidé de porter l’affaire en justice, l’opposition a commis des Tribunes bien plus polémiques que celle incriminée. Fallait t’il donc en arriver là pour qu’un semblant de démocratie existe à Cabestany ? Et qu’est ce qui pouvait bien justifier que Monsieur le Maire prenne un tel risque en ne pouvant ignorer qu’il aurait tort si l’affaire arrivait devant le Tribunal administratif. Était ce une manœuvre d’intimidation ? A en perdre son latin. Mais Blog-Cabestany ne s’arroge pas le droit de parler au nom de nos élus sauf s’ils nous demandent d’insérer un communiqué dans ses colonnes.

Ce mois ci, en avril 2018, les juges du Tribunal Administratif de Montpellier ont donné raison à notre opposition sur le fond. Et condamné nos adversaires aux dépens.

Mais on ne fera nul triomphalisme !

Le principal n’est il pas que le Cabestanyenc sache que l’opposition s’oppose et joue son rôle avec intelligence. Que le Cabestanyenc est défendu et que ses droits sont respectés par des élus d’opposition qui font le boulot. Rien de plus !

-o-

Conseil Municipal à Cabestany, mercredi 28 mars 2018 à 18 h 00

26 mars 2018

ORDRE DU JOUR

Approbation du compte-rendu du Conseil Municipal du 8 mars 2018

Affaire n°01

Installation d’un nouveau Conseiller municipal

Affaire n°02

Budget Commune : Approbation du compte de gestion 2017 du receveur – ville de Cabestany

Affaire n°03

Budget Commune : Approbation du compte administratif 2017

Affaire n°04

Budget Commune : Affectation des résultats 2017

Affaire n°05

Bilan de la politique foncière 2017

Affaire n°06

Fiscalité année 2018 : Taux des trois taxes communales

Affaire n°07

Proposition de budget commune 2018

Affaire n°08

Création de 24 logements en accession à la propriété : lot n°08 Revêtement de sol – Faïence : Avenant n°1

Affaire n°09

Création de 24 logements en accession à la propriété : lot n°10 Peinture : Avenant n°1

Affaire n°10

Création de 24 logements en accession à la propriété : lot n°12 Électricité : Avenant n°1

Affaire n°11

Réalisation d’un espace jeunesse avec hébergement collectif : lot n°02 Gros Oeuvre : Avenant n°4

Affaire n°12

Approbation du tarif stage PSC1 pour les pré ados et les ados

Affaire n°13

Modification du tableau des effectifs

Affaire n°14

Convention de servitude n°PO7799 permettant la réalisation d’ouvrages de distribution électrique : autorisation pour la signature d’un acte authentique

Affaire n°15

Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine – Convention de gestion : avenant n°3

Affaire n°16

Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine – Convention financière entre la Commune et la Communauté Urbaine pour participation financière

Bilan marchés publics 2017

Décisions

« Honneur à la Gendarmerie » et à ses femmes et ses hommes !

24 mars 2018

NO COMMENT

 

Colette Appert et la Droite Municipale disent « NON » à cette nouvelle augmentation des impots locaux prévue à Cabestany !

16 mars 2018

Colette Appert

-o-

La tribune politique d’Alicia « la chipie » pour « Blog-Cabestany »

Titre : « Le mauvais sort semble s’acharner sur Cabestany ».

C’est un enchainement de catastrophes qui paraissent frapper, année après année, notre bonne ville de Cabestany si on écoute son Maire. Car année après année, il y a toujours une « mauvaise » raison qui justifie que la Mairie soit – à l’insu de son plein gré – obligée de nous augmenter les impôts locaux. A ce petit jeu Monsieur le Maire fait montre d’une inventivité inégalable et inégalée. Mais quand la « scoumoune » s’abat quelque part, et malgré la grosseur des cierges que nous allumons, il ne nous reste plus qu’à prier et espérer que la divine providence vienne au secours des finances de Cabestany. Et lorsqu’on dit que la foudre ne tombe jamais deux fois au même endroit, à Cabestany, on y a droit chaque année. Comprendre la foudre fiscale progressiste !

Que nos élus « dégagent » préfère dire un internaute qui a parfaitement compris que cette malédiction est du pipeau pour piquer chaque année un peu plus d’argent dans nos poches.

Il est certain que des termes comme : compter, prévoir, gérer, gouverner, n’appartiennent pas au vocabulaire « progressiste » des élus de la majorité municipale. Lorsque Colette Appert (photo ci-dessus) utilise l’un de ces mots en séance de Conseil Municipal, on doit penser qu’elle parle en langue bantoue ou kiswahili. Et nos élus de la majorité de se plonger aussitôt dans leur dictionnaire ….

Chaque année, lorsque la période du budget arrive à Cabestany, et qu’on commence à entendre parler de « daube »,  (je ne sais même plus ce que cela veut dire), la Mairie commence par mettre dans une colonne les dépenses qu’elle veut engager et en face le montant qu’on va demander aux pauvres citoyens pour équilibrer les comptes. Abracadabra ! Que va t’il sortir du chapeau ? Et bien bizarrement nos impôts augmentent. Chaque année ! Année après année !

Vous imaginez vous, mettre sur un papier vos dépenses et aller voir votre patron pour lui demander le salaire correspondant. Et moi mon ministre Monsieur Blanquer. Ubuesque ! Mais on en est là et c’est bien la méthode utilisée à Cabestany. « Donne moi ta montre… j’te donnerai l’heure ! »

article de l’indép !

Notre « amie », que je ne connais pas personnellement mais qu’elle me pardonne ma folle audace, correspondante de l’Indép et dont on apprécie toujours les articles,  aura fait montre d’une grande honnêteté intellectuelle en titrant : « la commune serre la ceinture » .  Car elle aurait pu écrire : « La commune [se] serre la ceinture », ce qui eut été un mensonge. Elle aura préféré, et nous la saluons pour cet exercice de style, nous laisser entendre que « La commune serre la ceinture [des citoyens] » . Ou alors on l’aura mal comprise.

Comme disait Nicolas….. Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément « .  Et son article en est la preuve.

On ne peut passer sous silence ce Président et ce gouvernement qui s’attaquent de façon infâme à nos aînés, et parlent bien de supprimer – pour certains et partiellement – la taxe d’habitation qui sert aux communes à fonctionner. Quelle connerie ! Sans qu’on sache par quoi on va la remplacer. Mais Macron en a t’il lui même la moindre idée ? Pour ce qui est de la médiocrité, nos gouvernants sont tous des superdiplomés. Paul écrit « Macron, foutez tous les vioques dans des EHPAD et piquez leur, paillasse, cannes, dentier, jambe de bois et les quelques sous qui leur restent pour achever votre sale besogne ».

Et à Cabestany, fallait t’il construire une construction affreuse et affreusement chère dans un bassin de récupération des eaux de pluies pour un budget  supérieur à ce qu’il aurait du être ? Et ensuite venir se lamenter que si on n’arrive plus à boucler le budget c’est toujours de la faute des autres.

A Cabestany, qu’il s’agisse de la Germanor, de la Maison des Jeunes, on ne parle jamais d’investissements déséquilibrés,  d’erreurs dans les projets, de surcouts de construction par rapport au budget initial ou de frais de fonctionnement non maitrisés. On va chercher ailleurs la cause de nos malheurs. Mais plus personne de censée ne devrait être dupe !

Il nous vient en effet, mais c’est aussi de la faute de nos lecteurs, des envies de « dégagisme » de cette équipe « progressiste » qui nous matraque toujours un peu plus chaque année pour des raisons  peu valables et des prétextes dilatoires.

Mais tant que le Cabestanyenc, spolié, roulé dans la farine, matraqué, continuera d’encenser ses idoles, de se prosterner devant ceux qui chaque année nous tondent toujours un peu plus, nos prières risquent de rester bien vaines. « Miserere » !

Avec l’accord de Blog-Cabestany,  si quelqu’un se sentait injustement traité par ma tribune politique qui n’a pas pour objet de s’en prendre à des personnes, mais d’informer le bon peuple de la colère des citoyens excédés, il existe la possibilité à chacun d’exercer son « droit de réponse ».

Alicia

Scoop Blog-Cabestany : les premières images prises il y a moins d’une heure de la manif’ anti CSG à Perpignan !

15 mars 2018

un papy particulièrement remonté

A 10 heures oo, 2 ou 3 ooo mille personnes étaient rassemblées devant le Palais des Congrés. Les dirigeants des organisations syndicales, patronales, des associations, des mouvements ou partis politiques participants à cette manifestation donnaient leurs consignes.  Puis on formait un cortège qui s’ébranlait vers 10 h 30. Place du Castillet, environ 500 personnes nous rejoignaient dans le cortège.

Une ou plutôt plusieurs délégations de Cabestanyencs y participaient.Mais aussi des citoyens venus seuls.

Certains préférant se mettre en queue de cortège, pour ne pas défiler derrière les drapeaux d’un syndicat. Mais quelle importance puisque nous étions TOUS venus pour nous plaindre de la baisse du pouvoir d’achat et de l’augmentation de la CSG ? Loin de tout esprit de chapelle !!!!  Et on papotait avec nos voisins qui ne sont encartés à aucun mouvement mais sont très en colère.

La manif’ au départ

D’autres images ou même peut être une vidéo à venir selon ce que nous ont promis des citoyens ce matin

 

 

8 mars 2018 – Journée des Droits de la Femme

8 mars 2018

Cette année, la Journée internationale des femmes s’inscrit dans le fil d’un mouvement mondial sans précédent en faveur des droits des femmes, de l’égalité et de la justice. Le harcèlement sexuel, la violence et la discrimination à l’encontre des femmes ont fait la une des médias et ont fortement suscité un débat public stimulé par une détermination affirmée à instaurer un changement. 

Dans le monde entier, des personnes se mobilisent pour un avenir plus équitable. Cette mobilisation a pris la forme de marches et de campagnes mondiales, dont la campagne #MeToo aux États-Unis d’Amérique et les actions équivalentes menées dans d’autres pays, protestant contre le harcèlement sexuel et la violence.

La Journée internationale des femmes 2018 est l’occasion de transformer cette dynamique en action, de favoriser l’autonomisation des femmes dans tous les contextes – ruraux et urbains – et de célébrer les activistes qui travaillent sans relâche à revendiquer les droits des femmes et à réaliser leur plein potentiel. Le 8 mars, joignez-vous aux activistes du monde entier et à ONU Femmes pour saisir cette occasion de célébrer, d’agir et de transformer partout la vie des femmes. L’heure est venue.

Ce que pensent les lecteurs de Blog-Cabestany de Macron et de son augmentation « dégueulasse » de la CSG !

7 mars 2018

L’Éditorial du Collectif de Rédaction

Titre : ce que nous comprenons dans tout ce que vous nous faites le plaisir de nous envoyer.

Blog-Cabestany fait de la politique en reprenant les communiqués des Républicains 66. Ou d’autres.  En publiant uniquement ce sur quoi nous sommes d’accord car nous ne sommes pas une courroie de transmission d’un quelconque parti politique et nous gardons notre libre arbitre. Nous revendiquant sans complexes, de Droite. Et pensant, pour notre part, que vouloir agir dans la vie publique pour le bien de tous est un acte politique. Mais, et c’est heureux,  il peut aussi y avoir une vie à côté de la politique.

Il y a tous ces lecteurs qui nous font le plaisir de nous écrire, qui discutent avec nous, qu’ils soient de Cabestany, Perpignan, Canet, Canohès ou Pia….  Et sans eux, on aurait sans doute déjà fermé ce blog. Il y a aussi ceux de Caen, Limoges, Bar le Duc ou d’ailleurs qui nous suivent régulièrement. Qui nous ont découverts en même temps qu’ils découvraient qu’il existait en France une ville qui s’appelait Cabestany et où ils ne viendront sans doute jamais. Récemment, ce sont des belges qui en venant en vacances à Canet ont tenu à nous rencontrer pour nous avoir lu récemment sur la Toile. « Les mêmes idées rapprochent les hommes de bonne volonté ». 

Mais pour ce qui est de la grande majorité de ces fidèles internautes, devenus des amis, même si on n’est pas toujours d’accord, on n’a pas du tout l’impression d’avoir à faire à des gens encartés, politisés, militants, ou engagés en politique. D’ailleurs, ils nous l’écrivent : « on va voter, lorsqu’il y a des élections, pour faire notre devoir, et après basta ». Sinon, le reste du temps, la politique ne nous attire guère même si on a comme chacun nos convictions.

A Cabestany, les retraités représentent environ un quart de la population. Des gens qui souhaitent vivre leurs dernières années en paix, après avoir travaillé bien plus que 35 heures durant toute une vie. Des personnes qui ne veulent plus se faire trop de soucis, à part pour leur santé et leurs proches, et vivre dans une relative sérénité lorsque le monde, autour de nous, devient fou, se réchauffe, nous fait peur.

En 2017, au deuxième tour, ces retraités se sont déplacés pour voter Macron, par défaut, pour empêcher les extrêmes de passer. En se disant  : après tout lui ou un autre. Quand ceux d’avant n’ont guère fait de miracles. Et parce  qu’il était jeune et avec un peu de chance,  peut être intelligent. Mais surement pas dans l’état d’esprit de lui faire confiance aveuglément.

Macron qui n’a pas de réelle base politique aurait pu s’appuyer sur ces retraités qui n’ont pas envie de refaire le monde, de descendre dans la rue, ou mettre le feu. Macron est il un sectaire dominé par ses idées de mondialisation, préférant les start up, et le marché boursier aux fondamentaux : le travail, la solidarité entre générations,  la culture, la patrie. Est ce par doctrine qu’il laisse nos frontières ouvertes à tous les vents ? Ou alors, Macron se serait il entouré d’incapables pour le conseiller ? Écouter des abrutis ne plaide pas en sa faveur !

« S’en prendre comme il le fait aux retraités est une imbécillité, une faute politique qui lui reviendra un jour dans la tronche ». (c’est vous qui le dites).  Une erreur qu’il aurait pu corriger depuis, car tout le monde a le droit de se tromper à la condition de le reconnaitre. Mais au contraire, il assume et s’en félicite, et ce n’est guère rassurant et ça en dit long sur le personnage.  Des retraités, qui parfois  hésitent ou reculent avant d’engager des dépenses de santé, car même s’ils ont travaillé toute sa vie ils n’ont pas la CMU, l’aide médicale d’état et les allocations qu’ont certains qui n’ont rien fait pour mériter plus que ceux qui ont trimé. Ils nous le disent, ces retraités :  ils ne sont plus vraiment intéressés par les réformes sur le travail ? Et pour cause ! Par le statut des cheminots ? Par la politique politicienne, les jeux malsains que se livrent les syndicats.

Les retraités veulent seulement pouvoir encore se chauffer malgré les factures d’énergie qui grimpent allégrement. Pouvoir encore s’acheter des sardines en boite et des pommes de terre et surement pas du caviar auquel ils n’ont jamais gouté sans que cela leur manque. Ils craignent de finir maltraités dans un EHPAD. De ne plus pouvoir payer leurs impôts locaux. Alors qu’il en est pour les considérer comme des « riches ». Ils souhaitent aussi que ces agriculteurs pour lesquels ils ont eu tant d’admiration par le passé arrêtent de tuer leurs petits enfants avec le glyphosate ou autre chose. Car tout fout le camp ! Ils voudraient que ceux qui nous gouvernent s’en prennent aux vrais problèmes et pas en piquant avec autant de lâcheté dans leurs poches, leurs maigres ressources. Trop facile !

Président Macron, vous avez tout faux ! Certains se laissent griser par la vitesse, d’autres sont enivrés par le pouvoir. Votre marque de fabrique est votre détestation des vieux. Doit on d’ailleurs y voir une raison dans votre proche entourage ? Mais pour cela mieux vaut que vous alliez consulter un  psy. Redescendez sur terre et respectez vos ainés ! Vous ne vous en porterez que mieux. Et nous aussi !

-o-

P.S. : Un certain « Jean-François Cabestany » (il faut quand même se méfier des imitateurs) nous envoyait il y a deux jours un mail bien sympathique pour nous conseiller de ne pas passer à côté de la bonne littérature. La bonne littérature pour lui  étant le journal communiste « L’Humanité ». On ne va pas se mettre à donner de l’argent à l »Huma » en achetant ce journal mais qu’il se rassure et qu’il sache qu’au travers de ce qu’on appelle les « flux RSS » qui sont des mails automatiques générés par les quelques centaines de sites Internet auxquels nous nous sommes abonnés, nous recevons en temps réel les alertes aussi bien de l’Élysée, du Sénat,  de presque tous les partis politiques, mouvements, think tank, assoc, et de la presse : du Figaro, du Point, de l’Obs, de l’Huma…..  Ce lundi, donc, le site de « l’Humanité » titrait  » Macron enlève une baguette de pain par jour de la bouche des petits retraités « . Une formule qui a le mérite d’être claire…. et qu’on aurait bien aimé trouver nous mêmes. Souffrons quand même que d’autres puissent être meilleurs que nous ! Alors cher Jean-François (ou qui que vous soyez) voilà au moins un point sur lequel nous sommes en harmonie !

-o-

Tag :  » Macron enlève une baguette de pain par jour de la bouche des petits retraités « .