Archives d’un auteur

Ce Blog est décidément le vôtre : Joyeuses Pâques à tous !

21 avril 2019

Toujours avec le lien de l’un de nos fidèles lecteurs. Pourquoi chercher autre chose lorsque vos gouts sont surement meilleurs que les nôtres !

Un extrait de cette Missa di Gloria de Puccini que nous étions allés voir il y a quelques années à Toulouse à la Halle aux Grains. Interprétée par l’Orchestre du Capitole. Et où nous avions fait la connaissance de cette Cabestanyenque, férue de l’histoire de la musique, musicienne elle même et qui nous en apprend tous les jours. Merci à elle ! Merci à vous tous ! Et Joyeuses Pâques !

Pour votre plaisir…. et pour le nôtre !

20 avril 2019

Merci à ce lecteur de notre Blog qui nous envoie un lien vers la vidéo suivant :

Le carillon de Perpignan

20 avril 2019

« c’est vous qui le dites »

Merci à ce lecteur de Blog-Cabestany qui nous fait un cours d’Histoire :

La cathédrale de Perpignan est dotée d’un important carillon de 46 cloches fondues en 1878 par la fonderie Bollée du Mans.

Ce carillon constitue le deuxième ensemble campanaire de la région Languedoc-Roussillon après celui de l’église Saint-Vincent de Carcassonne.

Couvrant quatre octaves, le carillon est doté d’un clavier de type « coup de poing » permettant de jouer des airs traditionnels profanes ou religieux. Outre lors des grandes fêtes religieuses (Pâques, Noël, Ascension, Pentecôte, Assomption et Toussaint), le carillon est régulièrement utilisé notamment le samedi après-midi.

Parmi ces 46 cloches, quatre cloches peuvent sonner en volée (rétro-équilibrée) et sont utilisées pour les offices religieux :

– Ré3 (bourdon), « Antoinette », masse : 1 630 kg

– Mi3 « Blanche », masse : 1 128 kg

– Fa#3 « Savina », masse : 779,5 kg

– La3 « Charlotte-Geneviève », masse : 458 kg

Le carillon de Perpignan est classé Monument historique depuis 1990.

Mais bien d’autres églises, couvents, édifices religieux à Perpignan ou dans le département possèdent  des cloches du plus grand intérêt et on salue ceux qui les entretiennent, leur font traverser le temps qui passe, les font carillonner, pour notre plus grand plaisir.

et on vous conseille de baisser le son de votre appareil avant d’écouter le carillon de Perpignan

 

LA SANCH

19 avril 2019

« sans commentaires »

Nous savons d’ores et déjà que nous rencontrerons cet après midi pas mal de nos amis de Cabestany à cette procession. En souvenir d’une année où il pleuvait des cordes et où nous avions eu la chance de trouver ce groupe de Cabestanyencs prévoyants qui nous avait abrités sous leurs parapluies. Ils nous ont ensuite admis dans leur cercle d’amis.  Ils se reconnaitront !

« Supprimer l’E.N.A., l’idée imbécile d’un pouvoir aux abois » écrit Electron Libre

18 avril 2019

« c’est vous qui le dites »

La Tribune d’Électron Libre

Electron Libre écrit : Je m’étais appliqué pour mes amis des Hauts de France, de la Région PACA, pour les sites et blogs qui me font l’honneur de reprendre mes textes dans l’hexagone (comme Blog-Cabestany) à peaufiner un article sur la suppression de l’ENA. Et je découvre ce matin l’article de Maxime Tandonnet à côté duquel ma prose est bien pâlichonne. Alors je reprends – pour vous – quelques unes de ses phrases.

 

Maxime Tandonnet écrit : « Supprimer l’Ena, une mauvaise idée »

Rien n’est plus normal, plus classique. Quand un pouvoir politique est aux abois, quand il est à la dérive, la dernière issue qu’il lui reste, c’est de jeter un os à ronger à la foule en colère. Le naufrage dans la démagogie est le signe d’un régime en perdition qui n’a plus qu’une seule obsession, se maintenir à tout prix.

Quand la vanité, obsessionnelle, maladive, obscène, au plus profond du néant,  écrase toute notion de bien commun, il reste la démagogie, les vieilles ficelles destinées à satisfaire l’instinct de foule. Annoncer la suppression de l’ENA, surtout dans ces conditions, est un réflexe de la pire espèce.

…….

Les remplacer par qui, par quoi? Des militants de LREM ou du FN? Nos brillants lettrés de l’UNEF cette pépinière de la gauche française depuis 30 ans qui n’attend que cela? Les enfants, les neveux, les amants ou les maîtresses des uns et des autres ? Recaser les B……? T…..? G……? C’est déjà le cas pour une partie de la fonction publique ouverte aux nominations au tour extérieur! Le rêve de certains politiques a toujours été de briser l’ENA pour pouvoir caser sans limites leurs protégés et leurs serviteurs. Règne absolu et sans partage du népotisme, des lèche-culs, de la médiocrité, des passe-droit, du clanisme politicien et du copinage: voilà ce que recèle le projet de supprimer l’ENA.

Il n’est plus question de traiter des vrais problèmes de la France, la crise de l’école et de l’Éducation nationale, l’effarant niveau des prélèvements obligatoires, la dette publique égale à 100% du PIB, l’explosion de la violence et de la délinquance, la désindustrialisation, les 2 millions de jeunes sans formation ni emploi abandonnés au désœuvrement, le chômage qui touche 5 millions de personnes, les problèmes de pouvoir d’achat, les 8 millions de pauvres, le désastre des banlieues, de l’exclusion, du communautarisme.

………

 Supprimer l’ENA, faire de cette École le bouc émissaire des lâchetés, des renoncements, des fautes, de la bêtise et de la mégalomanie de quelques dirigeants politiques et de la déliquescence avancée d’une nation serait pire qu’un crime: une faute.

La Rédaction de Blog-Cabestany : Merci Electron Libre. Nous aurions surement repris l’article de Maxime Tandonnet puisque nous avons son accord pour le faire (mais sans coupures). Un article que nous avons trouvé également sur le site de nos amis « Les Gaullistes de Sceaux ». Signalé par « Gersende ». Aperçu par notre Alicia avant tout le monde. Mais, cher Electron Libre, journaliste au coeur d’une prestigieuse rédaction Parisienne, comment vous remercier de tout ce que vous nous envoyez en OFF (qu’on se garde bien de reprendre). Merci pour tous ces documents confidentiels dont vous nous permettez de prendre connaissance pour être moins idiots et ne pas se limiter à recopier ce que les médias aux ordres du pouvoir nous distillent à tout moment pour nous bourrer le crane. Merci pour ces infos qu’on cherche à cacher au citoyen dans ce qui ressemble de moins en moins à une Démocratie !  Et demain nous serons à la Sanch !

 

 

Et maintenant ? nous demande t’on, après la décision d’annulation de la privatisation de l’aéroport de Blagnac !

18 avril 2019

« courrier des lecteurs »

Mercredi soir : vous êtes deux internautes – non trois dit Alicia – à nous demander si par hasard on n’aurait pas le texte de l’allocution que devait prononcer le Président de la République, lundi soir, s’il n’y avait pas eu ce terrible incendie à Notre Dame de Paris. Et bien OUI, on l’a ! Enfin du moins ce qui pourrait bien y ressembler. Un texte qui aurait fuité. Mais on n’a nullement besoin de ce genre d’exercice pour avoir de la fréquentation sur notre site. Alors ? on ne le mettra pas en ligne pour juste faire le buzz comme des kakous prétentieux. Ce qu’on peut seulement dire, c’est que si ce texte est vrai, il est décevant pour ne pas dire plus. Et on pense que l’élève devrait revoir sa copie. Il en a encore le temps. Mais faudrait faire vite !

 

Et pour revenir à cette affaire de l’annulation de la privatisation à Toulouse signalée par l’association citoyenne Trait-d’Union-Cabestany, Blog-Cabestany a interrogé notre juriste préférée, Johanna, à Paris, qui nous envoie le document de la Cour administrative d’appel de Paris, et celui là c’est de l’authentique, du vrai :

au_nom_du_peuple_français_(Toulouse-Blagnac).pdf

et maintenant nous demandez vous ?

Johanna répond :

« et maintenant, RIEN ou pas grand chose. Nos têtes pensantes font des protocoles de privatisation qu’un élève de première année en Droit n’oserait pas remettre à son professeur de peur d’avoir un zéro. Mais celui qui oserait dire que cette incompétence est volontaire, sachez le, s’exposerait à être poursuivi pour diffamation. Alors personne de censé ne prendrait le risque de s’aventurer sur un tel terrain. Vous mêmes, surtout, n’en faites rien. Quant à la sortie de tels accords, cela s’apparente au Brexit. Avec des conditions tellement défavorables pour l’Etat ou les Collectivités que cela est proprement inenvisageable. La justice aura attribué une somme dérisoire aux parties plaignantes qui n’ont pas les moyens de mener de telles actions en justice. Car c’est cela, la Justice : lorsque le citoyen conteste une décision de l’Etat, de sa commune, c’est lui qui paye les frais de sa poche et même s’il gagne, il rentre peu souvent dans ses frais. Le représentant – en faute – de l’Etat, de la collectivité, de la commune assure sa défense sans que cela lui coute un centime en la faisant payer par les impôts des citoyens, c’est à dire des mêmes qui le contestent. Ubuesque ! Et de nature à empêcher n’importe quel citoyen de chercher à faire valoir son bon droit dans ce qui n’est plus vraiment un « Etat de Droit ». Mais pour revenir à cette affaire de Toulouse qui vous intéresse mais n’intéresse sans doute personne, on en reparlera, comme l’affaire Tapie, dans quelques décennies. Ou pas. Amitiés à vous mes amis de Cabestany. Johanna. »

Et hier soir l’un de nos lecteurs nous écrivait :

« Quelle bêtise crasse de lire ici ou là que la concession d’un aéroport consiste à gérer des boutiques de luxes. Demain on nous dira qu’on a concédé les autoroutes pour les distributeurs de café ou les pompes à essence et qu’on aura des trains gérés par le privé pour la qualité des sandwiches. Vos amis de votre association ont raison de craindre la privatisation des barrages car demain dans les P.O. une société privée pourrait vendre aux agriculteurs l’eau pour irriguer les cultures au prix de l’essence. L’eau ne doit jamais devenir un bien de consommation géré par des entreprises ne pensant qu’à faire du profit. Une atteinte à la dignité humaine. Rien que de l’envisager fait de ceux qui y pensent des marchands du temple qui ne méritent rien d’autre que notre plus profond mépris ».  

La rédaction écrit : Il est évident et même logique que lorsque l’Etat brade ses biens  à une entreprise, celle ci doit récupérer l’argent de ses actionnaires et même faire des bénéfices. Mais c’est l’EAU qui nous préoccupe le plus. L’EAU est un bien qui appartient à tous et celui qui la mettrait entre les mains de concessionnaires privés serait un criminel. Voilà pourquoi des gens comme nous restons vigilants et voilà pourquoi on voudrait nous faire taire. Mais sans vous tous, pour nous soutenir, que pouvons nous ?

SCOOP : « La privatisation de l’aéroport de Toulouse annulée par le tribunal administratif », nous disent nos amis de l’Association Trait-d’Union-Cabestany !

16 avril 2019

18 h 31 : Nos amis de l’Association citoyenne et écolo Trait-d’Union-Cabestany nous informent que le Tribunal Administratif, aujourd’hui mardi 16 avril 2019, a pris la décision d’annuler la privatisation de l’Aéroport de Toulouse, réalisée en 2015, selon le voeu du Ministre de l’Économie de l’époque, un certain Emmanuel Macron.

Le Tribunal a estimé que le projet, tel qu’il avait été proposé sur le marché, présentait de réelles déficiences et une méconnaissance profonde des problèmes liés à ce type d’activités, selon ce qui est rapporté.

Le Tribunal a constaté qu’en plus, le concessionnaire, tel que choisi sans prendre de plus amples connaissances sur qui il était, n’avait pas respecté le cahier des charges et s’était comporté de façon douteuse.

Une décision qui ne va pas dans le sens de ce que souhaite le gouvernement concernant les aéroports parisiens.

Malheureusement, ce n’est que le premier épisode d’une bataille juridique qui pourrait durer de longues années avec des rebondissements judiciaires sans fins et qui vont couter des monceaux d’argent au contribuable.

Et il est à craindre que tout cela débouche sur le constat qu’il est difficile, voire impossible de se désengager de tels contrats de privatisation, à la veille de vouloir en faire autant avec nos barrages ou autres installations, ce qui serait une pure folie et dont ceux qui nous dirigent sont comptables et devraient avoir à nous rendre des comptes plutôt que de foncer de façon aveugle et obstinée, droit dans un mur.

« SANS COMMENTAIRES »

19 h 47 – Jean-Louis écrit : Quelle bêtise crasse de lire ici ou là que la concession d’un aéroport consiste à gérer des boutiques de luxes. Demain on nous dira qu’on a concédé les autoroutes pour les distributeurs de café ou les pompes à essence et qu’on aura des trains gérés par le privé pour la qualité des sandwiches. Vos amis de votre association ont raison de craindre la privatisation des barrages car demain dans les P.O. une societé privée pourrait vendre aux agriculteurs l’eau pour irriguer les cultures au prix de l’essence. L’eau ne doit jamais devenir un bien de consommation geré par des entreprises ne pensant qu’à faire du profit. Une atteinte à la dignité humaine. Rien que de l’envisager fait de ceux qui y pensent des marchands du temple qui ne méritent rien d’autre que notre plus profond mépris.  

TRISTESSE ! une immense tristesse !

15 avril 2019

« no comment »

15 avril 2019 – 19 h 00 – Notre-Dame de Paris

« l’opposition [de Droite] vote contre le budget 2019 à Cabestany » écrivent nos confrères de Ouillade.eu

14 avril 2019

Colette Appert, chef de file de l’opposition municipale à Cabestany, conseillère municipale de la Droite Républicaine, élue des instances nationales du Parti « Les Républicains ».

Par un communiqué de Presse, envoyé aux médias, Colette Appert et les conseillers de l’opposition républicaine, à Cabestany (Pyrénées-Orientales) une commune de la Métropole Perpignanaise, confirment avoir voté CONTRE le budget 2019. Un budget qui n’a pas été voté fin 2018 comme tous les croient, mais juste à la limite autorisée fin mars 2019.

Une position que la Droite Municipale (très large et rassembleuse) qui n’aura jamais pratiqué d’opposition systématique a clairement expliquée, durant les bien trop brefs débats autour de ce budget, en reprenant une partie des nombreux points jugés inacceptables, et en les assortissants de contre-propositions réalistes. Et ce afin que nul ne puisse dire que l’opposition à Cabestany s’oppose de façon politique. Démontrant qu’elle est une « force de proposition » et qu’elle incarne une ALTERNANCE plus que crédible.

 

Colette APPERT et les élus d’opposition de Cabestany communiquent :

« Cabestany est une ville à bout de souffle. Ce constat affligeant nous l’avions prévu en 2014.

Notre commune est victime d’une politique passéiste. Le manque de vision et de projection a fait que le budget de fonctionnement est en déficit. Intolérable. Les baisses de dotations ne sont pas les seules responsables.
Avant de s’engager dans des dépenses pour des bâtiments démesurés sur notre commune, il aurait fallu réfléchir sur de nouvelles constructions adaptées et fonctionnelles. Le maire refuse de voir la réalité en face. Plus grave, il s’arque boute sur une position de déni. Il cherche toujours des boucs émissaires : ce n’est pas moi, c’est l’Agglo, ce n’est pas moi c’est l’Etat etc. Conclusion : pour la 5ème année consécutive ils ont voté une augmentation des impôts. Inacceptable.
A notre avis : « Je gagne moins donc je dépense moins ». Simple, évident et efficace.
Et fier de voir notre commune atteindre les 10 030 âmes il s’empresse d’augmenter ses indemnités ainsi que celle de ses adjoints le jour où l’on vote pour la désignation d’un rond-point Gilets jaunes. Cela peut se discuter d’un point de vue moral sachant que les finances de la commune sont au plus bas (recettes de fonctionnement en déficit). Le comble est que cette augmentation est règlementée par la loi et cette délibération a été annulée par la Préfecture car illégale.
Quarante-deux ans de mandat, on aurait pu crier « amateurisme ». Mais ne faut-il pas mieux dire ne confondons pas vitesse et précipitation ».

Pour retrouver le communiqué sur le site de nos confrères d’Ouillade.eu, à côté desquels nous restons modestes, juste un clic :

Cabestany/ Conseil municipal : l’Opposition (de droite) vote contre le budget 2019

Vous souhaitez nous entendre !? LA DROITE MUNICIPALE COMMUNIQUE à Cabestany !

9 avril 2019

« Vous souhaitez entendre l’opposition !? Vous êtes en demande d’explications !? La Droite Municipale vous entend et communique !

Ce soir nous comptabilisons déjà un certain nombre de mails relatifs à la parution du dernier Cabes’infos. Des mails dans lesquels vous nous faites part de vos réactions à la lecture du budget de la commune pour l’année en cours. Et même si la plupart d’entre vous ont bien compris qu’ils s’agissait de l’année 2019, à certains qui nous parlent d’une année d’élections municipales, on leur répond : »Non, c’est juste un peu trop tôt. Chaque chose en son temps. »

Avant de vous répondre. Avant de mettre en ligne des propos qu’on souhaiterait être cohérents, on va encore vous laisser la possibilité de vous exprimer deux ou trois jours de plus et davantage si nécessaire. Pour qu’on essaie de faire une synthèse de ce qui revient le plus souvent dans vos écrits sans s’arrêter sur le premier mail arrivé, ou sur ce que certains nous disent le premier jour, « à chaud » .

Pourquoi est ce qu’on ne nous a pas consultés avant sur « notre » budget ? dites vous. Pourquoi n’a t’on pas pu donner notre avis sur « nos » finances ? Et c’est tout juste si vous ne nous reprochez pas, à nous la Droite, de vous avoir tenus à l’écart.

C’était à la Mairie de faire de l’information, de se rendre compte que les citoyens ont un besoin de transparence. C’était à la Mairie de mettre en musique ce qu’on nommerait aujourd’hui un Grand Débat sur les orientations fiscales qui conditionnent nos futurs impôts. Les élus décident avec votre argent : ils devraient s’en sentir comptables !  Si nous sommes un jour aux affaires, on élaborera le budget avec vous les Cabestanyencs ! ENSEMBLE !

Et le jour du vote que pesaient nos quatre conseillers d’opposition ? Mais n’est ce pas aussi à la Mairie de se rendre compte qu’avoir la majorité ne veut pas dire qu’on peut s’octroyer le pouvoir de gouverner pour une partie seulement des citoyens. Qu’on écouterait davantage ceux qui ne sont pas imposables que ceux qui payent l’impôt. C’est ce qui se jouera – dans un an – dans l’isoloir.

Le rôle de la Droite municipale, et Colette Appert et ses conseillers ne s’en sont pas privés, c’était de contester, en commission, et en Conseil Municipal, certains choix en expliquant le pourquoi de notre désaccord, ou encore en manifestant notre étonnement devant certains postes de dépenses qui nous semblent filer un peu vite. Rien de plus mais rien de moins.

La Droite, qui n’a jamais prétendu tout savoir il y a quelques années avait peut être besoin d’un peu plus d’expérience. Elle l’a acquise aujourd’hui. Elle a appris depuis à décortiquer un budget municipal et à en comprendre toutes les subtilités. A être capable s’il en était besoin de gérer les finances de la commune de manière responsable. Tout en étant parfaitement consciente des baisses de dotations de l’État, de certains contingences, des difficultés, et personne chez nous ne s’aviserait de parler, comme certains le font de façon hâtive, d’insincérité dans le budget qu’on nous propose. Mais la Droite a le droit aussi d’estimer que certaines explications sont floues, un peu trop faciles et pas toujours argumentées. Et de les contester ! Sans qu’il s’agisse d’une joute politique. Les Cabestanyencs méritent mieux que cela !!!!

De tout cela on reparlera.

Et ne ratez pas l’encart, légal, de l’opposition dans le journal municipal. (voir ci-dessous)

La Démocratie ne consiste pas à être toujours d’accord avec ses élites. Ce qui se passe avec notre gouvernement en est l’exemple. Quoi que l’on pense des Gilets Jaunes, en bien, en mal, le fait que ceux ci aient osés crier sur un rond point leur souffrance ou leur désespoir n’était en rien illégitime. Après, hélas,  on a livré la rue aux casseurs ! Et sur ce mouvement des Gilets Jaunes, c’est la récupération politique que certains ont pu en faire qui est contestable. Vous avez un avis sur le sujet ? C’est votre Liberté d’Expression. Vos revendications sont différentes ? Sans doute. C’est aussi votre Droit et votre Liberté de penser. Manifester ? C’est autorisé dans la constitution. En toute sécurité ? L’État doit vous assurer cette sécurité.

Qu’il existe par contre des solutions toutes faites pour régler tous les problèmes, ce n’est pas non plus ce qu’on dit !!!!

« Laurent Wauquiez fait carton plein dans les P. O. », lit-on sur le site de nos amis de M.I.P. (Made in Perpignan)

5 avril 2019

« c’est vous qui le dites »

Liberté d’expression

Vous êtes nombreux à vous être exprimés en écrivant à Blog-Cabestany, suite à la venue de Laurent Wauquiez à Canet hier soir. Quelques uns pour nous faire part de votre scepticisme ou pour réaffirmer que vous ne pardonnez pas à ceux de notre camp qui ont déserté en rase campagne pour rejoindre le « Parti Benallo-Castanero-Macronien », pour reprendre vos mots. C’est votre Liberté d’Expression.

Mais vous êtes bien plus nombreux à nous dire que vous sortez d’une période de léthargie que vous pensiez durer jusqu’à la fin du quinquennat en cours, et que vous sentez soudain un frémissement à Droite. Et une raison d’y croire à nouveau.

Que nous arrivions troisièmes au prochain scrutin des Européennes n’est en rien une catastrophe. Soyez en sur !  Quand il y a encore deux mois, la Droite était créditée de 7 ou 8%, et que l’on peut espérer avoir un score à deux chiffres.

Et le vote que vous pensiez « utile » pour l’une ou l’autre des deux formations qui sont en tête serait une erreur de stratégie que vous regretteriez un jour ou l’autre, nous disait encore hier Colette Appert, engagée à fond pour nos idées. Car elle est d’ores et déjà sur le terrain pour ces Européennes avec une équipe de campagne que nous avons rencontrée hier à Canet.

Et on aura remarqué l’article bien documenté de nos confrères (et néanmoins amis) de « Made In Perpignan » dont vous trouverez le lien ci-dessous. Juste un clic :

https://madeinperpignan.com/laurent-wauquiez-fait-carton-plein-dans-les-pyrenees-orientales/

 

 

Laurent Wauquiez fait forte impression à Canet, ce soir mercredi 3 avril 2019!

3 avril 2019

« La tribune de Blog-Cabestany »

Le Président du Parti Les Républicains était ce soir mercredi 3 avril 2019 à Canet, aux Voiles Rouges, pour nous parler d’Europe. Et on aurait presqu’oublié que le prochain scrutin, en mai, des Européennes n’est pas un scrutin national comme la plupart des politologues ou des médias voudraient nous le faire croire.

Certes, cette élection pourrait bien se transformer en vote anti-Macron. Une histoire d’arroseur arrosé. Ce serait mérité.  Ce serait quand même dommage.

A l’évidence, Laurent Wauquiez s’adressait à un public convaincu à l’avance, même s’il se trouvait à côté de nous quelques contestataires dans l’assistance. Que l’on aura pas entendu car le Président savait trouver les mots justes et captiver l’assistance. Dans un discours intelligent, mesuré, équilibré.

Laurent Wauquiez nous aura mis en garde contre le piège que nous tendent Emmanuel Macron et Marine Le Pen qui pour une fois s’entendent bien. Et même trop bien. « A se demander même s’ils ne se sont pas mis d’accord entre eux pour la période que va durer la campagne », écrit Paul.  Comme si les Français n’avaient que le choix entre une République dite en Marche et qui est plutôt à l’arrêt et un Rassemblement National qui est le clone du Front National, peut être en pire, mais qui essaye de nous enfumer.

Et d’ailleurs que l’un ou l’autre arrive le premier à ces élections Européennes ne changera rien sinon pour la satisfaction, l’orgueil ou l’ego de l’un ou l’autre des responsables de ces deux mouvements. Que feront la vingtaine de leurs députés élus dans une assemblée de 600 représentants de tous les pays. Car pour peser au Parlement Européen il faut trouver des alliances. Marine Le Pen arrivée la première aux dernières élections n’aura jamais réussi à se faire entendre. Et encore fallait il que ses députés se déplacent à Bruxelles. Qu’il est loin le temps ou une députés de notre Département Maïté Sanchez Schmid  était assidue et participait aux débats avec conviction.

Il n’y a qu’à lire la Presse Belge, Danoise, Espagnole, Allemande ou d’autres (les traductions ) pour comprendre que dans la majorité des pays d’Europe on n’admet pas que notre Président, incapable de gouverner son propre pays, veuille donner des leçons aux autres. Les députés de la République en Marche seraient déjà prêts à s’associer à n’importe quel mouvement….. à la condition qu’on veuille d’eux !!!!  Consternant !

Et ce n’est pas demain, pensons nous, que les extrêmes droites française et italiennes vont s’entendre. La Droite de la Droite Italienne voudrait bien refiler ses migrants à la France. Marine Le Pen n’en veut pas. Le seul moyen de s’entendre entre eux serait de les rapatrier d’où ils viennent. Et peut être qu’alors ils deviendraient crédibles.

Ceux qui devraient tirer leur épingle du jeu seront les Verts. Qui ont un discours cohérent sur l’Écologie. Qui ont bossé leur sujet. Qui ne « Rugyssent » pas pour nous expliquer que électricité va augmenter de 5,9% pour combler le déficit d’Areva,  et financer les centrales nucléaires qu’on a commencé à édifier en Angleterre et dont on se demande si elles fonctionneront un jour. Le Français est toujours le dindon de ces gouvernants incapables qui passent leur temps à nous expliquer que nous sommes des imbéciles.

On aimerait adhérer au discours de ces Verts s’ils se montraient enfin capables de faire passer l’environnement avant la politique. Et de ne pas clôturer chacun de leurs discours auxquels on a adhéré par une incitation à ouvrir tout grand nos frontières et accueillir le reste du monde. (Enfin pas dans leurs propres maisons !)

Aux prochaines Européennes, on ira voter pour le Parti Républicaine, comme un seul homme et sans états d’âme. En espérant en même temps que l’Europe se réforme d’elle-même et fasse davantage la place à la démocratie plutôt qu’aux lobbies.

On aura vu que Colette Appert était très entourée ce soir, courtisée, questionnée,  et en bonne place parmi les instances qui organisent le Parti Les Républicains dans notre département. Une personne qui compte et devrait de plus en plus compter dans notre région comme dans notre ville ! Une élue qui sait rassembler très largement au delà du seul Parti Les Républicains en animant une Droite Municipale large et consensuelle, et en faisant un travail intelligent d’opposante non sectaire et ouverte à tous et à toutes les idées.

Et après ces Européennes ? Ne nous en demandez pas trop quand même ! Quels que soient les résultats, le problème reste au niveau de notre propre pays. La sagesse voudrait que notre Président procède à une dissolution et nous renvoie aux urnes pour élire des gens efficaces. On peut toujours rêver ! écrit Fabien.  « Mais même s’il est gentil et câlin, essayez de retirer la gamelle à votre chien ! »,  nous écrit Josyane. Un discours qu’on n’aurait pas osé tenir nous-mêmes. (« c’est vous qui le dites !) « Et d’ailleurs on n’a pas de chien », dit Alicia. 

Mais dans notre pays la Liberté d’Expression nous semble de plus en plus menacée !

1er avril : un maire des Pyrénées-Orientales « aurait » remplacé une photo officielle par celle de son opposante préférée !

1 avril 2019

Certains se souviendront peut être de cet article de la Gazette Perpignanaise, en début d’année, qui nous expliquait, photos à l’appui, que le Maire d’une petite ville des Pyrénées Orientales aurait laissé décrocher…, ou aurait décroché lui même…. ou aurait plutôt aidé à décrocher…, on s’y perd totalement et d’ailleurs tout le monde s’en fout, une photo officielle qui se trouvait quelque part dans sa Mairie. Dans son bureau peut être ? Ou dans le local de la photocopieuse ?

Un collectif, bottes de cheval, casaque jaune, foulard rouge, toque verte, avait envahi la mairie. Dont les motivations auraient été de défendre la libre importation des « Bolas de Picoulateocescü » confectionnées dans des écuries de Roumanie. La nourriture de base, à chaque repas, des indigènes de notre département qui en sont tellement friands. Et qu’on met même dans les biberons. Au point qu’on espère que cela sera prescrit un jour sur ordonnance et remboursé par la Sécu. Mais d’autres prétendant qu’il se serait plutôt agi d’adorateurs d’une nouvelle religion, vivant en ermites sur le Mont Santo,  demandant qu’il soit donné gratuitement chaque jour à nos enfants, une dose de glyphosate dans les cantines scolaires du département, en  leur recommandant, s’ils jamais ils avaient l’habitude de se pisser sur les godasses, de plutôt porter des tongs !

Et qu’était devenue cette photo officielle ? Raccrochée, pas raccrochée ? Nous avons enquêté longuement mais sans aucun succès. Le mystère restant entier.

Et puis on croyait savoir, mais on ne dévoilera pas nos sources, que le Maire de cette ville – dont on ne connait pas le nom – « aurait » remplacé dans son bureau la photo dont il est question par celle de sa principale et préférée opposante.

Floutage volontaire des visages pour éviter toute possibilité de deviner les protagonistes de cette photo

Un échange de bons procédés, s’il faut en croire des agents municipaux.  Car si son opposante était élue à sa place l’année prochaine, Monsieur le Maire lui demanderait qu’elle installe sa photo à lui,  dans son ancien bureau, pour les six années à venir du prochain mandat. Afin que sa remplaçante continue de penser à lui tous les jours.

On croit aussi savoir que la prochaine campagne des municipales dans cette ville dont on continuera à taire le nom,  se déroulera sous la forme de joutes ludiques dans les rues. Pas de meetings, ni de tracts. Mais des combats singulier au sabre électronique genre Guerre des Étoiles. Concours de Zumba à la Maison des Jeunes. Soirée Mousse dans les bassins de réception d’orages. Combats de sumos en tenues gonflables au stade olympique, Joutes Sétoises dans les marécages de la ville. Comme on les envie !

Et joyeux 1er avril.

La rédaction : Encore merci à tous les lecteurs – un record cette année – qui nous ont envoyé des idées les plus farfelues les unes que les autres. Comme par exemple ce numéro de duettistes,  du nom des « Contrescarpe Brothers »,  se produisant au Centre Culturel de cette ville dont on aimerait deviner le nom. Jonglant avec des passeports diplomatiques, matraques, LBD, grenades et menottes. Les artistes terminant leur show par un effeuillage intégral. Finissant en tenue d’Adam, uniquement avec leur casque sur le crane, des chaussettes jaunes arrimées par des fixe-chaussettes roses, et un brassard rouge.  Mais la photo – réaliste – que nous envoie cet internaute est contraire aux bonnes moeurs.  Merci pour tous les dessins, photos, textes. Pour la photo mise en ligne qui a été, à notre demande,  volontairement floutée.  A aucun instant on aura cherché à se moquer de qui que ce soit. Il est des jours où l’on peut laisser la politique au vestiaire. On se rattrapera demain ! On aura été jusqu’à modifier certaines tournures de phrases, même si cela semblait superflu,  après une relecture réalisée par nos amis du service juridique d’un grand hebdomadaire national, à Paris. Afin que personne ne se sente stigmatisé. Mais si c’était quand même le cas, quiconque se sentant injustement traité pourrait exercer un « Droit de réponse » auprès de la rédaction de notre Blog.

Et que personne n’oublie que nous sommes un 1er avril. Joyeux 1er avril à tous !!!!

« Français par le sang versé…… » ou l’histoire des réfugiés espagnols !

31 mars 2019

« c’est vous qui le dites » – « Liberté d’expression »

C’est Juliette, citoyenne dont les parents furent des réfugiés espagnols, qui nous fait l’amitié de nous signaler un article dans le numéro 1150 de Marianne de vendredi le 29 mars 2019.

JAMAIS ! Jamais, on ne reprochera à l’une de nos lectrices ou à l’un de nos lecteurs de nous signaler un article de presse, une vidéo, une émission, un évènement que nous pourrions ne pas avoir vu.

L’article que nous signale Juliette est de la plume d’Eric Dior, un journaliste qu’on apprécie. Sous le titre : « Français, par le sang versé, ou l’exil exemplaire des Républicains espagnols » à partir de la page 62 dans le numéro de l’hebdo Marianne de cette semaine.

On n’avait pas raté cet article, Juliette, car il se trouve que l’un de nos rédacteurs à des affinités très fortes avec ce magazine et avec Jean-François Kahn et que l’un de nos amis est un fan inconditionnel de Natacha Polony qui a redonné un véritable élan à ce support médiatique.

Mais vous nous connaissez. Jamais on ne se permettrait de copier-coller un article qui est dans un support en vente chez votre marchand de journaux. Et on espère qu’il vous reste 4 euros pour finir le mois et pouvoir vous l’acheter. Si on avait demandé l’autorisation à Marianne de les recopier, on peut parier qu’on l’aurait eu immédiatement mais on a refusé de le faire.

On citera juste un passage de cet article :

Au début de 1944, le 14e corps de guérilleros espagnols contrôle des détachements dans 31 dépar­tements [de la France] et rassemble une armée de 10 000 hommes ! Un chiffre énorme pour une communauté lassée des massacres de la guerre civile et qui avait quelques rai­sons de se désintéresser du sort fait dans une Europe nazifiée à sa réticente « terre d’accueil ».

De l’Ariège au Vercors, les dirigeants des FFI louent l’intrépidité des maquisards ibériques, quelque peu dissipés mais d’un courage incomparable dès lors que leurs chefs montrent une vaillance égale. L’avant-garde de la division Leclerc qui pénètre dans Paris insurgé, en août 1944, est pareillement constituée de réfugiés espagnols, vétérans des campagnes de la France libre.. «

Le journaliste Eric Dior explique dans son article comment ces réfugiés auront su « se fondre dans la population » [de France]. Dans notre communauté nationale. Nous on rajoutera : « Comme on aimerait que d’autres en fassent autant ».

Merci encore à vous Juliette, merci à nos lecteurs sans lesquels ce blog, bien qu’imparfait, ne serait pas ce qu’il est. Bon dimanche à tous.

 

 

Notre ami Laurent Wauquiez sera à Canet en Roussillon, la semaine prochaine !

30 mars 2019

Blog-Cabestany communique :

Si vous êtes militant, sympathisant, rapprochez vous de vos instances pour connaitre le lieu exact, la date et l’heure de la venue dans notre département du Président du Parti Les Républicains.

-o-