Archive for septembre 2022

« Le Gaullisme est un passé, un présent, un avenir » écrit notre ami « Le Redoutable »

29 septembre 2022

Ils n’écrivent pas que pour nous mais nous font l’honneur, l’amitié de nous autoriser à les reprendre

TRIBUNE LIBRE : « Le Gaullisme est un passé, un présent, un avenir » écrit notre ami « Le Redoutable » dans l’Observatoire du Mensonge

Observatoire du MENSONGE:  LE REDOUTABLE

Sep 28, 2022

Par LE REDOUTABLE

Un monde entier en colère contre le totalitarisme de toutes les guerres.

 

Notre Constitution a été notre Règle, à Toutes et Tous, ceci, depuis 1958, celle-ci  avait été écrite pour de GAULLE (qui a respecté à la lettre notre Constitution, malgré la très tragique période de « Pacification » d’un département français de l’époque, lequel est devenu indépendant..
En dehors de la censure des médias qui était nécessaire et,  pour avoir eu l’immense honneur de travailler auprès de lui qui gouvernait uniquement : AU SERVICE DE LA FRANCE, de GAULLE n’a, par conséquent, jamais gouverné contre la France, ni aucun Français, ni contre aucun étranger, il était un Homme respectueux qui aimait les Français, sauf, peut-être, les ennemis de la France.. .
En revanche, qu’en est-il aujourd’hui ?
Vous devez savoir que nous « marchons » vers le néant, sous la houlette d’un gamin élu, certes, mais détesté par la majorité de Français, voire d’étrangers qui n’aiment pas la France, mais qui revendiquent, pour tels, des territoires comme étant les leurs, sur de multiples parcelles de Notre Pays, cela finira mal, très mal. .
Lesdites « Occupations » donnant lieu à des « zones de non droit », où nombreux sont nos compatriotes sont obligés de quitter (s’ils le peuvent), leur lieu de résidence où ils vivaient depuis moult années, en liberté, égalité et fraternité.
Lorsque je vivais, pour moult raisons, auprès de nombreuses hautes personnalités,  je n’étais pas sans leur faire savoir que notre atmosphère se colorait d’une  » dépressive noirceur  » et que nous allions forcément connaître des événements très difficiles à vivre .
Cependant, aucune supposée élite ne semblait vouloir prendre conscience de notre situation qui se dégradait à grande vitesse.
Mes rapports datent de 1966, et surtout 1991, où notre avenir  était déjà écrit.
A ce propos, je prévoyais la fin de ce très mauvais film pour 2025, mais aucun responsable politique ne voulait m’écouter, ni même m’entendre.
Sourd, muet, il m’était rétorqué, je cite:  » Nous ne pouvons transmettre, là haut, ils ne vont pas aimer ! » Fin de citation.
Je sais, considérant  ma  petite expérience de vie (plus de 80  ans), après avoir rassemblé tous les éléments de réflexion qui m’ont été  permis de collecter, ceci, auprès de nombreuses personnes en tout genre, grade et qualité, qu’il est plus qu’urgent de changer notre Constitution qui donne tous les pouvoirs à un jeune adolescent incapable, tellement imbu de lui-même, si insolent, insultant et détestant la France et surtout,  trop lié à l’oligarchie internationale de la Finance qui instrumente  l’OTAN,  que nous allons être Toutes et Tous  entraînés vers une guerre qu’aucun ne pourra gagner .
Notre ex-député Henri Guaino, défendant une ligne droite gaulliste  a été très lucide sur ce sujet.
(J’ai lu ses livres ont pour titre : « Ils veulent tuer l’Occident » et « de Gaulle le nom de tout ce qui nous manque »).
Le Gaullisme est tout à la fois pour la France un passé, un présent et un avenir.
Si, nos responsables politiques sont formatés d’un état d’esprit abandonnant toute opposition à une dictature naissante, faisant  disparaître et effacer progressivement le symbole de l’esprit gaulliste qui était celui de l’Appel du 18 juin 1940, nous devons savoir que l’amour de la France ne se négocie point , les tentatives de mondialisation excessive de la planète, laquelle mondialisation est encore depuis trente années à ce jour, un rêve qui se doit de rester pieux, parce que la nature humaine est primitive, incapable, sauf exception, d’atteindre la Connaissance, en outre,  j’aimerai rappeler, humblement, ce que vous connaissez parfaitement, il s’agit des citations du général de Gaulle dont celle-ci :
« En notre temps , la seule querelle qui vaille est celle de l’Homme.  C’est l’Homme qui ‘il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer  et il n’y a qu’une fatalité, celle des peuples qui n’ont plus assez de forces  pour se tenir debout et qui se couchent pour mourir. Le destin se gagne chaque jour contre les causes internes et externes de destruction. »
Macron, tout comme sa hiérarchie oligarque, n’aimant point le genre humain, est l’une des causes de la CHUTE de la France .
Or, légalement, les articles de lois existent, nous nous devons de le dégager avant que la France ne soit détruite !
Enfin, petit secret, si l’Allemagne nous domine aujourd’hui, elle  sombrera, aussi, en 2034 et du coup fin de l’Europe…
Seule une Europe des Nations, comme le voulait de GAULLE, peut encore nous sauver de la guerre. La Russie est en Europe et non en Chine, n’en déplaise aux mondialistes acharnés et enchaînés aux Banques internationales.

« La vraie Connaissance est de connaitre l’étendue de son Ignorance »
Confucius 

À bon entendeur !

LE REDOUTABLE

 Copyright obligatoire en cas de citation ou de transmission de cet article, vous pouvez le copier :
LE REDOUTABLE pour Observatoire du MENSONGE

 » Qui sème le béton aura bientôt la dalle ! » dit Jacques à Cabestany

24 septembre 2022

COURRIER DES LECTEURS

 » Qui sème le béton aura bientôt la dalle »

était, nous dit Jacques, le slogan de ceux qui ont manifesté aujourd’hui contre la bétonisation.

« Protégeons nos terres agricoles » dit Jacques. « Arrêtons ces élus de tous bords de rechercher comment financer leurs élucubrations, leurs folies, leurs dérives, voire parfois leur perversité en bétonnant, en construisant toujours plus. Regardons ce qui se passe à Cabestany : c’est un scandale, une honte, une fuite en avant qui n’empêche pas des élus – illégitimes – de nous augmenter sans arrêt nos impôts pour boucher les trous qu’ils ont provoqué par leur incompétence. On aimerait savoir où passe l’argent ? »

Michelle dit : « On aimerait aussi savoir d’où viennent tous ces « Catalans » qui ressemblent à des sénégalais et qui écument les rues de Cabestany roulent sur des vélos sans lumière avec des lunettes de plongée tournent autour de la maison des jeunes. Est ce pour eux qu’on construit qu’on dilapide l’argent viennent t’ils pour nous remplacer avant de nous jeter à la mer ? Qu’en pense nos élus dans leur bunker impénétrable où personne ne sait vraiment ce qui se passe ? »

BLOG-CABESTANY : On a pas été toujours d’accord avec vous, Jacques. Mais cette bétonisation nous inquiète autant que vous. Quant à cette nouvelle faune, Michelle,  on ne sait d’où elle vient, ce qu’elle fait à Cabestany, qui l’a accueillie ?  Elle aurait a déjà importuné plusieurs d’entre vous, obligés de circuler nuitamment Cabestany pour des raisons professionnelles ou familiales. Au point que vous n’oseriez plus – pour certains – sortir le soir ou que vous portez une bombe lacrymo – ou autre – mais qu’on n’entend guère les explications de nos élus…. qui ne sont peut être pas au courant de ce qui se passe dans leur ville ! Pour le Grand Remplacement, voyez cela avec celui que vous avez réélu à l’Elysée tellement vous étiez satisfait de son bilan !!! Alicia vous souhaite un bon dimanche !

Et continuez à nous envoyer vos commentaires. On vient de passer une période – caniculaire – où vous nous écriviez bien peu. La chaleur ? les vacances ? Mais la colère que beaucoup d’entre vous manifestiez avant les vacances n’a pas baissé d’un ton. Elle se renforce même et on vous retrouve avec plaisir. Et vous avez beaucoup de choses à dire. Merci de votre fidélité ! 

« Que tous puissions rejoindre un jour notre Jérusalem céleste ! » écrit Alicia

19 septembre 2022

COURRIER DES LECTEURS

 

« Lettre à Sandrine Rousseau »

16 septembre 2022

COURRIER DES LECTEURS

Un lecteur inconnu nous a envoyé ce texte reçu sur son smartphone et que nous ne faisons juste que forwarder.

 Je reconnais que j’ai pêché… Lettre à Sandrine Rousseau

 

Pardonnez-moi, ma sœur, parce que j’ai pêché. C’est ainsi que les catholiques entament leur discussion avec le prêtre, lorsqu’ils s’agenouillent au confessionnal. Vous ne portez ni soutane, ni col romain, et pourtant, le besoin se fait ressentir, lorsque l’on s’adresse à vous, chère Sandrine Rousseau, de se prosterner devant vous, et à travers votre divine personne, de courber l’échine devant le nouveau clergé écolo-bobo-culpabilisateur qui entend réformer nos vies. Voilà donc ma confession.

Cet été, j’ai cuisiné au barbecue. C’est arrivé trois fois. Une côte de bœuf, en juillet, quelques saucisses, deux semaines plus tard, et un travers de porc, à la fin du mois d’août. J’ai conscience que c’est peu et trop à la fois. Je croyais bêtement régaler tout le monde mais j’ai compris en vous écoutant qu’en soufflant sur ces braises, mon paradis s’envolait, que je perpétuais un système abject de soumission de la femme, que j’étalais à la face des victimes – mes sœurs, ma mère, mes amies – mon virilisme. Mea culpa.

Je confesse également avoir déjà voyagé en jet privé. Une fois, une seule fois. C’était en août 2016, je devais effectuer un aller-retour express au Cap Nègre pour y interviewer Nicolas Sarkozy, qui y résidait en vacances. Le vol était horriblement cher, mais très rapide. Je sais que la Chine et l’Inde polluent infiniment plus que moi et que l’empreinte carbone de mon vol a probablement été avalée par la respiration d’un seul ficus Ikéa ; malgré tout, j’ai honte, j’ai fauté.

Et puis enfin, j’ai travaillé. Je sais, vous avez prévenu, le travail est une valeur de droite et nous devrions revendiquer le droit à la paresse. Mais je l’ai fait, sciemment, sans honte. J’ai résisté longtemps, avant de craquer, parce que la paresse paie peu et qu’elle épanouit encore moins. La première fois, ce furent des vendanges. Fatigantes, certes, mais quand un étudiant ajoute 500 euros dans son budget de l’année, c’est la vie qui change. J’ai rechuté quelques temps plus tard mais très peu, en donnant quelques cours particuliers, et en me jurant à chaque fois de ne pas recommencer. J’ai fini par sombrer, à l’aube de mes 22 ans, sans doute tenté par l’envie de trouver un logement et de ne pas infliger à mes parents la charge d’une bouche – carnivore, donc – trop longtemps. N’est pas Tanguy qui veut.

Egrenant la liste de mes péchés, je réalise tout de même, grande prêtresse, que j’ai commis quelques bonnes actions. Enfant, j’accompagnais mon père pour de longues balades à vélo dans la forêt. J’ai grandi à la campagne, trait des vaches, nettoyé des fosses à purin, parfois monté à cheval. J’ai eu la chance d’être scout, une véritable école de vie, et y ai appris à faire du feu, à dormir sous la tente ou à la belle étoile ; je connais les arbres, les plantes, les champignons. J’aime la nature, les bêtes, et l’ordre quasi-éternel qui régit nos rapports. Vous voyant face à moi, dans ce confessionnal, je me demande si un homme de ma génération, dont le pays est responsable de 1% des émissions de CO2 sur la planète, a véritablement des leçons à recevoir de la part d’une responsable politique ayant grandi en ville, prof de fac n’ayant jamais plongé ses mains dans la terre, n’ayant jamais caressé un mouton, élue députée dans la neuvième circonscription de Paris, celle des tours immenses du chinatown de la capitale, professant sa haine des hommes, chérissant la guerre des sexes, et confiant sa foi en les « femmes qui jette des sorts », c’est-à-dire les sorcières.

Non, grande prêtresse, je n’irai donc pas au terme de cette confession et plutôt que de vous demander l’absolution, je préfère détourner la prière d’usage : je promets de recommencer et, surtout, de ne pas faire pénitence. Profitez bien de vos graines de lin et de votre tartare de soja, et n’oubliez pas qu’on ne parle pas la bouche pleine, ça nous fera des vacances. Je retourne à mon barbecue.

Geoffroy Lejeune

 

Geoffroy Lejeune, que nous avons déjà vu à la télé dans des débats est – croyons nous – journaliste rédacteur en chef de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles. Nous espérons que Sardine Ruisseau, ou Sandrine Rousseau – on s’y perd – lui répondra qu’elle lui pardonne ! Nous même chez Blog-Cabestany pensons que nous devrions  aller à confesse.

Par respect de la proprieté intellectuelle nous insérons ci-dessous un lien vers le magazine cité en référence :

 

https://www.valeursactuelles.com/

« Never forget, never forgive ! » dit William

11 septembre 2022

COURRIER DES LECTEURS

NE JAMAIS OUBLIER, NE JAMAIS PARDONNER !

 

« For our beloved Queen » dit William !

8 septembre 2022

COURRIER DES LECTEURS