Archive for octobre 2015

Notre liste : « je m’engage pour ma région » pour les Pyrénées-Orientales

31 octobre 2015

reynié canet (22)

Bernard DUPONT présente sa liste rassemblée des 15 candidats de la Droite Républicaine qui défendront nos couleurs le 6 et le 13 du mois prochain, élus ou membres de la société civile, appartenant à la droite, au centre, ou sans étiquette.

La liste « Je m’engage pour ma Région » dans les Pyrénées-Orientales

1 – Bernard DUPONT :      Maire de la ville de Canet en Roussillon. Adm. Territorial honoraire. 

2 – Fatima DAHINE :         Élue au Conseil Municipal de Perpignan. Adjointe. Sportive de      haut niveau.

3 – Fabrice VILLARD :      Délégué départemental de l’UDI. Gérant de société.

4 – Véronique OLIER :      Élue au Conseil Municipal de la ville : Le Soler. Adjointe. Cadre de direction.

5 – Lionel NADAL :          Élu au Conseil Municipal de Port-Vendres. Adjoint. Dirigeant d’entreprise.

6 – Nathalie BEAUFILS :           Élue au Conseil Municipal de Perpignan. Adjointe. Cadre.

7 – Laurent LEYGUE :         Maire de la ville d’Estavar. Enseignant.

8 – Michèle ROMERO :         Élue au Conseil Municipal de Collioure. Adjointe. Cadre en retraite.

9 – José MONTESSINO :         Maire de la ville d’Eus. Fonctionnaire Territorial.

10- Marie-Claude PADROS :     Élue au Conseil Municipal de Saint Cyprien. Adjointe. Agent Commercial

11 – David TRIQUERE :    Président de l’Association : « Tous Argelésiens ». Dirigeant d’entreprise.

12 – Annick BARBOTEU : Élue au Conseil Municipal d’ Amélie les Bains.  Cadre de santé.

13 – Joseph SIRACH :    Élu au Conseil Municipal de Rivesaltes. Adjoint. Agriculteur.

14 – Tatiana JALINAUD :     Élue au Conseil Municipal de Saint Estève. Agent commercial.

15 – Nicolas REQUESENS :      Élu au Conseil Municipal de Perpignan. Syndic de copropriétés.

                                                            -o-

Colette Appert, Patrick Sperring, Lydie Roger, Philippe Gleizes, à Cabestany, soutiennent la liste de Bernard Dupont.

Dominique Reynié répond aux acteurs économiques, le 3 novembre, à Montpellier !

30 octobre 2015

dominique-reynie_3_nov

Cela se passera le  3 novembre 2015  de  8h45 – 10h30

Conférence-débat autour des enjeux économiques :
Tourisme  / Agroalimentaire  / Viticulture  / Culture et patrimoine  / Industries  / Technologies de
l’information et de la communication  /  Développement durable  /  Santé  /  Finances  /  Infrastructures

à L’ESMA – Aéroport Montpellier Méditerranée – 34137 MAUGUIO

-o-

Débats animés par Jean-Claude Gallo, directeur de publication, Anthony Rey, rédacteur en chef d’Objectif Languedoc-Roussillon, et un panel de décideurs économiques et de chefs d’entreprise autour des thématiques retenues.

-o-

Renseignements au 04 99 13 76 58.
Inscription obligatoire (nombre de places limité)

pour réserver :

http://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/politique/elections/2015-10-16/regionales-2015-dominique-reynie-repond-aux-acteurs-economiques.html

-o-

Avec Dominique Reynié, avec Bernard Dupont, avec la Droite Républicaine pour les élections régionales des 6 et 13 décembre 2015

-o-

Dominique Reynié-o-

http://www.reynie2015.fr/

https://www.facebook.com/bernard.dupont.5011

Colette Appert, Patrick Sperring, Lydie Roger, Philippe Gleizes, à Cabestany, soutiennent Bernard Dupont

-o-

-o-

-o-

« je m’engage pour ma région » : le journal de Dominique Reynié – parution n° 1 : relayée par Colette Appert et nos élus !

28 octobre 2015
Colette, Patrick, Lydie, Phil

Colette Appert, Patrick Sperring, Lydie Roger, Phil Gleizes communiquent :

En avant première, le numéro 1 du journal de campagne  de Dominique Reynié, que viennent de nous faire passer nos élus.

Quant à nous, à Droite, à Cabestany, avec Colette Appert, les élus de la Droite Républicaine, les co-listiers, l’association Trait-d’Union-Cabestany, les militants et sympathisants, nous soutenons – sans réserves – Dominique Reynié, notre chef de file pour la région, et Bernard Dupont notre chef de file pour le département 66. Pour gagner le 13 décembre au soir.

le journal en PDF , 8 pages, téléchargeable, imprimable :

Je_m’engage_pour_ma_région_n°1

mais vous pouvez le lire directement sur le blog, sachant que vous pouvez agrandir les images ci-dessous en cliquant dessus, les télécharger également, les imprimer.

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_001

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_002

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_003

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_004

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_005

 Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_006

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_007

Je_m'engage_pour_ma_région_n°1_page_008-o-

Blog-Cabestany vous informe : un événement au Club de l’Eco à Perpignan le 29 octobre !

27 octobre 2015

DERNIER RAPPEL

OBJECTIF LANGUEDOC-ROUSSILLON

club de l'éco

club eco 2

Les places sont limitées, nous dit on, et il faut réserver !

POUR TOUT SAVOIR, POUR RESERVER : juste un petit clic …..

http://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/economie/inscription/club-del-eco-perpignan-jeudi-29-ocotbre-a-l-universite-de-perpignan-via-domitia-fusion-des-regions-opportunite-ou-danger-pour-les-pyrenees-orientales

-o-

Ce soir, à Cabestany, une assemblée des anciens combattants empreinte d’un fort symbole et d’une grande émotion !

23 octobre 2015

acpg001

Ce soir, vendredi 23 octobre 2015, à 18 h oo, à Cabestany dans la salle Barboteu, se tenait une assemblée d’anciens combattants empreinte d’un fort symbole et d’une grande émotion.

L’évènement était organisé autour de la passation par notre ami Lucien Garcia du drapeau qu’il avait conquis il y a quelques 70 ans dans les combats meurtriers qui devaient amener à la libération de notre sol. Le drapeau était remis au Général Josz pour son Centre de Mémoire.  

On ne peut que vous inciter à aller sur le site internet de ce Centre de Mémoire, dont le logo apparait ci-dessous avec l’adresse Web. Mieux, on vous recommande d’aller le visiter : il est à Perpignan. 

http://cdm66.fr

Le moment attendu était la remise du drapeau présenté à l’assistance par Lucien Garcia qui avait beaucoup d’émotion et nous aura lu brièvement son histoire, mais vous trouverez tout en bas de cet article un texte dont il est l’auteur. (Toutes nos photos sont cliquables pour les agrandir)

drapeau

Tous les responsables des Associations d’Anciens Combattants étaient présents. Beaucoup de nos aînés s’étaient déplacés pour l’événement. 

les présidents

une autre série de photos

ACPG 23octobre 2015

l’assistance

assistance

vous retrouverez sans doute davantage de détails sur le site local des ACPG :

http://acpgcatm66.canalblog.com/

le texte écrit par Lucien Garcia qui vous raconte l’histoire de ce drapeau (au format word mais vous l’ouvrirez avec openoffice ou autre) :

le-texte-de-lucien-garcia

ou en PDF

le-texte-de-lucien-garcia

et pour finir

l’article de notre Blog que nous consacrions à une assemblée d’anciens combattants avec au mur ce fameux drapeau :

https://blogcabestany.com/2014/06/16/lucien-garcia-notre-concitoyen-et-ami-a-cabestany/

et si quelqu’un pensait que nous devrions ajouter son commentaire pour documenter notre article, qu’il nous l’envoie en se servant de la possibilité de nous écrire en bas de chaque article, et nous nous ferions un plaisir de le mettre en ligne. Merci

-o-

SAMEDI MATIN : le fils de Monsieur Lucien Garcia nous envoie le texte lu par son père hier soir

Le 23 octobre 2015, Cabestany

Mon Général
Mesdames, Messieurs
L’instant présent est rempli d’émotion,… vous vous en doutez. Ce drapeau italien, qui flottait sur l’Ile d’Elbe,… je l’ai gardé 70 ans.
Il a souffert, du temps mais aussi de quelques mites qui y voyaient un garde manger..
C’est un pan de souvenirs que je m’apprête à vous transmettre.
Alors, mon Général,… je vais vous remettre ce drapeau, en mon nom, puisque, c’est moi qui le détiens aujourd’hui,… j’en suis le gardien, mais également, au nom du capitaine AUBLET à l’époque, fait par la suite Général et qui malheureusement est décédé, mais aussi au nom de tous mes frères d’armes, tombés au combat, …sans distinction de race, de religion, de couleur… mais tous unis autour d’une seule idée…Servir la Patrie.
J’espère que ce drapeau étalé au mémorial de Perpignan, permettra aux nouvelles générations de se faire une meilleure idée de l’histoire de la France libre.
Pour terminer mon propos, je souhaite remercier M. Montoya, Président de ACPG-CATM pour avoir organisé cette manifestation de la remise de ce drapeau
Merci à toutes et à tous de votre présence ce soir

signé : Lucien Garcia

Comment faire encore confiance à la gauche en matière d’égalité de la femme ?

23 octobre 2015

Ou de l’auto-censure des politiques au nom de la bien-pensance, du clientélisme, et de l’électoralisme en matière de communautarisme.

L’Edito d’ELECTRON LIBRE

 marianne censure

Peut être avez vous lu l’article de mon excellent confrère…  et néanmoins ami, Eric Conan, dans le dernier Marianne, et qui s’intitule « collisions sociétales chez les socialistes ?  Un papier qui traite des mésaventures de Dame Céline Pina, conseillère régionale PS d’Ile de France et députée suppléante du même parti.

Comme quoi, si on ne peut plus faire confiance à un parti rétrograde qui tombe en déliquescence, il y aurait encore des hommes et des femmes de valeur au Parti Socialiste ? Ils sont sans doute peu nombreux.

Lorsque mes collègues journalistes s’essayent à vouloir interviewer Céline Pina, elle leur répond un peu vertement, sur la défensive – mais on peut la comprendre – qu’il n’est aucunement question qu’elle puisse être exclue du parti socialiste. Et ce avant même qu’on lui ait posé la question. Une forme d’aveu selon les observateurs. Mais qu’aurait t’elle donc fait de si répréhensible ?

Céline Pina n’aurait pas supporté qu’à l’occasion d’ un « Salon de la Femme Musulmane », à Pontoise, en région parisienne, des imams « connus pour justifier le viol conjugal » (sic) recommandent aux femmes de se voiler pour ne pas se faire agresser ! On vous la fait « soft », et on vous dispensera des détails enregistrés par l’une de nos consœurs sur son téléphone portable, car les journalistes – et de surcroît femmes – n’y étaient pas vraiment les bienvenus.

Marianne explique que Céline Pina, hors d’elle, a reproché publiquement à ses collègues « hommes » du Parti Socialiste, leur silence assourdissant et coupable, qu’elle attribuerait – nous dit toujours Marianne – à un « clientélisme communautariste ». Et de parler haut et fort de cette auto-censure, chez nos élus de tous bords, de droite comme de gauche, qui ne serait rien d’autre que de l’« électoralisme », face au communautarisme. La conseillère clame que les pratiques de nos politiques nous entraînent vers l’abîme.

Ce qui lui aurait valu de ces mêmes collègues hommes, de recevoir le conseil de la boucler. Jusqu’à la menacer de la faire exclure du PS ?  Les intéressés démentent évidemment. Où est la vérité ?

Dame Pina, comme une autre Dame à droite, se sentant agressée ou méprisée en aurait quelque peu rajouté dit on à gauche. Nous on pense plutôt qu’elle est dans le vrai. En parlant du Parti Socialiste, elle aurait dit que « dans des partis exsangues, sans vision et sans repères, un certain clientélisme lié à l’acceptation du communautarisme reste le seul moyen de se maintenir au pouvoir, et ce, au prix de la trahison des grands principes«     Vlan !  Je ne fais que citer Marianne. On en prend aussi pour notre grade, à droite, où il est des mots du dictionnaire qu’on a plus le droit de prononcer.

Tu parles, Charles, si le PS a apprécié les propos de la dame qui porte ses couleurs. Au point de lui proposer de payer sa cotisation chez « les Républicains » ?  Après avoir menacé de l’exclure, le PS se serait rendu compte que pour se mettre à dos l’électorat féminin de Dunkerque à Cabestany, il n’y avait pas de meilleur moyen que de lui faire un procès d’intention. Alors l’incident est clos.

C’est devenu le fonds de commerce du PS que de se raccrocher à ce qu’on peut, et de croire, un autre exemple,  que le laxisme de Dame Taubira, peut faire encore gagner la gauche. Surtout dans ces quelques  régions lointaines et arriérées où l’électeur de gauche est encore aveuglé par une doctrine d’un autre âge. QUOIQUE … ça pourrait bien toujours fonctionner. Dans le Languedoc Roussillon aussi ?

Et le PS de renvoyer les journalistes qui ont osé traiter de l’incident, au livre qui va bientôt sortir d’un dénommé Cambadélis qui s’intitule « à gauche les valeurs décident de tout ». Ah bon ? Et de traiter la Droite Républicaine d’être un parti qui discrimine et fait le jeu du FN. Ah oui ? Alors que nous, les supposés « racistes », nous préférons lire les écrits de Jeannette Bougrab (on l’embrasse) et de Lydia Guirous, présentées par les médias comme des pestiférées, plutôt que la propagande du PS.

Mais Céline Pina était déjà dans le collimateur pour avoir déjà dit certaines vérités, à savoir (je cite) que « le levier de l’intégration se situe dans et non hors la République :  une intégration qui ne peut réussir d’où que l’on vienne que par l’adhésion aux principes et au projet du pays qui vous accueille ». Et c’est ce genre de déclaration qui mettrait le PS en émoi ?  Nous on aime.

En parlant de Céline Pina, les bien-pensants brocardent son « féminisme » qui serait la cause de ses débordements ! Un féminisme, que certains défendent et d’autres condamnent : mais pour elle, il n’y a rien, mais absolument rien de féministe dans ses propos, mais seulement sa vision de la démocratie qu’on partage à Droite avec elle. Il ne s’agit en rien de mettre la femme au dessus ou en dessous de l’homme : « mais simplement à son côté sur un pied d’égalité ». C’est cela qui choque ? Pas nous !

Selon certaines sources, les amis de Céline Pina, et il y en a encore, hommes ou femmes, de mettre en garde leur parti, le PS, « contre cette tentation du pouvoir socialiste d’accorder le vote aux étrangers dans un calcul purement électoraliste. Un mauvais calcul qui ferait que le nombre de socialistes se détournant de leur parti serait plus grand que le nombre des voix gagnées. » Mais les verts, et la gauche de la gauche font miroiter le contraire à la Hollandie. Pour mieux l’affaiblir  et la saborder de l’intérieur ? On n’est jamais si bien trahi que par ses amis.

Tout est dit. On ne peut que conseiller aux électeurs socialistes qui ne se reconnaissent plus dans leur parti de rester à la maison le 6 et le 13 décembre, car on ne leur demande pas de venir voter pour nous, mais seulement de devenir lucides sur les dérives de leur parti.

Quant à nous ……. on sait, pour les Régionales,  ce que nous avons à faire !

Signé : ELECTRON LIBRE

l’article de Marianne

marianne

Conseil Municipal à Cabestany le 20 octobre 2015

19 octobre 2015

CONVOCATION DU CONSEIL MUNICIPAL DE CABESTANY

Une réunion du Conseil municipal aura lieu, Salle du Conseil municipal le :
MARDI 20 OCTOBRE 2015 A18H30.

ORDRE DU JOUR :

AFFAIRE N°01   Transformation de Perpignan Méditerranée Communauté d’Agglomération en Communauté Urbaine: avis du Conseil municipal.

AFFAIRE N°02   Proposition de mise en place d’une convention par Perpignan Méditerranée Communauté Agglomération pour confier les compétences transférées à la commune jusqu’au 31/12/2015.

AFFAIRE N°03   Demande de fonds de concours auprès de Perpignan Méditerranée Communauté Agglomération.

AFFAIRE N°04   Emprunt pour le budget lotissement les hauts du Moulinas

AFFAIRE N°05   Décision modificative Budget Commune

AFFAIRE N°06   Décision modificative Budget Lotissements

AFFAIRE N°07   Indemnité de conseil année 2015 au comptable public.

AFFAIRE N°08   Acquisition foncière.

AFFAIRE N°09   Subvention exceptionnelle.

AFFAIRE N°10   Ouverture des dimanches : loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques dite « Loi Macron ».

AFFAIRE N°11    Aménagement du gymnase pierre de Coubertin : Mise en conformité électrique et aménagement intérieur : Approbation des marchés.

AFFAIRE N°12     Mutualisation des productions calorifique et frigorifique du Centre culturel de Cabestany : Choix du mode de dévolution du marché.

AFFAIRE N°13      Convention atelier sociolinguistique 2015/2016 : Approbation.

AFFAIRE N°14      Convention Accompagnement à la scolarité : Approbation.

AFFAIRE N°15      Demande de subventions pour une résidence de création et de diffusion au Conseil régional Languedoc Roussillon.

AFFAIRE N°16     Demande de subventions pour une résidence de création artistique au Conseil régional Languedoc Roussillon.

AFFAIRE N°17      Nom de rue

                                   Informations

Il faut renationaliser le financement du RSA, dit la Droite Républicaine !

18 octobre 2015

elections regionales

Nombreux sont les départements à être asphyxiés par des allocations versées telles que le RSA. Le département en finance la plus grosse partie. Au problème du chômage endémique dans notre département et du manque de recettes fiscales, s’ajoute l’afflux d’une population qui n’ayant plus beaucoup d’espoir de trouver du travail là où elle habite, choisit de venir s’installer chez nous, sachant qu’elle y trouvera encore moins de boulot, mais qu’elle aura au moins le soleil, et bien sûr l’assurance de toucher ses allocations. Pour des départements comme le nôtre, c’est la double peine, la perspective d’impôts supplémentaires, pour ceux qui – de moins en moins nombreux – sont imposables, mais toujours davantage matraqués.

Le financement des allocations individuelles de solidarité (AIS) servies à 3 millions de bénéficiaires était au cœur des préoccupations des présidents des conseils départementaux réunis, cette semaine, à l’occasion du 85e Congrès de l’Assemblée des départements de France (ADF). Dominique Bussereau, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Président du Conseil Départemental de Charentes-Maritimes, et Président de l’ADF explique « Les départements sont asphyxiés et l’État ne peut plus annoncer des demi-mesures conjoncturelles sur le financement des AIS. Il est urgent d’apporter une réponse pérenne et structurelle sinon c’est l’investissement local qui deviendra la variable d’ajustement des budgets des conseils départementaux ».

En 2015, une dizaine de départements seront dans l’incapacité de verser ces allocations (RSA, APA et PCH) jusqu’à fin décembre, tandis qu’une quarantaine d’entre eux pourraient être dans la même situation en 2016. Le gouvernement « étudie » une aide d’urgence pour assurer, d’ici la fin de l’année, le versement du RSA dans les départements en difficulté. Mais ensuite ?

Dans les PO, on dément faire partie des départements incapables de régler la note d’ici à fin décembre. Et pour 2016 ?

La solution – structurelle – proposée par l’ADF lors d’une réunion à Matignon, au début du mois, consistait à renationaliser, à 100%, au nom d’une réelle justice sociale,  le financement du revenu de solidarité active (RSA) qui représente 58% des dépenses d’AIS, avec un reste à charge pour les départements de 3,3 milliards d’euros en 2014 et près de 4 milliards d’euros cette année. Car au nom de quoi, doit on continuer à pénaliser les départements les plus pauvres ? Mais c’est cela, la décentralisation, selon la vision qu’en a la gauche, qu’il s’agisse des départements ou des régions. Et surtout de continuer à préserver les fauteuils des élus de gauche. Alors que dans les couloirs du pouvoir, il se dit depuis la rentrée,  que  » si  » la Droite faisait un trop bon score aux Régionales, on a déjà prévu de revoir sérieusement la doctrine.

La ministre de la Décentralisation, plus que réticente à s’emparer du problème,  a annoncé – à la demande répétée du Premier Ministre, la création d’un groupe de travail !!! On est pleinement rassurés.

D’autres suggèrent, mais on va essayer de ne pas vous embrouiller entre les différentes caisses et organismes divers, que pour sauver le RSA, il faudrait compenser par une baisse de l’allocation « dépendance » versée aux personnes qui sont en maison de retraite ! Et pourquoi ne pas remettre les octogénaires au boulot, les faire rentrer dans la police à moto, ou mieux : les envoyer combattre en Syrie ? 

7ème compagnie

La plupart des départements gouvernés par la gauche, s’arc-boutent pour ne pas être dessaisis de cette responsabilité, et si on essaye de comprendre pourquoi, on aboutit très vite au constat qu’il pourrait s’agir là d’un alibi pour justifier des effectifs pléthoriques, en augmentation chaque année du fait de l’accroissement des bénéficiaires de ces allocations.

Et selon l’avis de ces départements, quelle serait la solution pour sortir de l’impasse ? C’est simple : Une  » augmentation de la fiscalité du département ».  Et ça veut dire quoi ? Est ce que cela ne voudrait pas dire « augmenter nos impôts » ?

Le 6 et le 13 décembre, déplacez vous, et  ne vous trompez pas de bulletin : votez pour la Droite Républicaine.

A Cabestany, les élus de la Droite Républicaine communiquent sur leur prochain événement !

15 octobre 2015

Ce sera un déjeuner « citoyen », le 7 novembre à 12 h 00

conseillers

Le traditionnel « repas d’automne » à Cabestany se tiendra le samedi 7 novembre 2015, à midi précises dans la grande salle à côté de l’entrée du stade de la Germanor, sur la route qui mène à Saleilles.

Vous êtes tous conviés (dans la limite des places disponibles) à ce toujours sympathique événement organisé par nos élus de l’opposition municipale, soutenus par l’équipe de l’association Trait d’Union Cabestany présidée par Eric Poupet. Ce dernier  a regroupé dans cette association, outre les co-listiers de Colette, un grand nombre de citoyens de Cabestany, toujours plus nombreux, et de plus en plus militants, qui partagent nos idées et nos valeurs.

On y parlera de la lettre publiée de façon régulière par nos élus pour vous informer. Mais elle a adopté un style nouveau, une présentation nouvelle, un nouveau graphisme, un nouveau titre : Infos Cabestany, et sa distribution a eu un impact plus que significatif si on en croit l’abondant courrier reçu. Aussi bien sur la présentation que sur le contenu qui vous ont plu.

A ce repas du 7 novembre, on parlera sans doute politique, peut être des régionales, mais on y traitera plus sûrement des problèmes de notre ville, des sujets qui vous préoccupent. On vous donnera la parole si vous souhaitez la prendre et on vous écoutera. Car ce genre d’événement est fait avant tout pour rapprocher nos élus des citoyens. Ou pour faire se rapprocher les citoyens entre eux. Les organisateurs se feront un plaisir de répondre aux questions que vous voudrez bien leur poser, et traiter des sujets que vous souhaitez qu’on aborde.

On y invite toujours – et on les fait payer ….. comme tout le monde – quelques personnalités politiques ou appartenant à la société civile, qui se feront un plaisir de nous rejoindre s’ils peuvent se dégager de leurs obligations. Ils seront assis à votre table, car cet habituel repas ne ressemble en rien à un meeting politique. C’est avant tout un grand moment d’amitié, et de convivialité. Un repas « citoyen ».

Comme chaque année nous accueillerons les primo-arrivants à Cabestany qui souhaitent venir. On a toujours envie de les rencontrer, de les aider s’ils le souhaitent. Ils sont toujours partants en échange d’une modeste contribution pour participer à la vie de leur nouvelle commune d’adoption et se faire de nouveaux amis. Beaucoup d’entre nous, à un moment ou à un autre, ont étés bien contents d’être accueillis par un mouvement associatif. Car à Cabestany, qui d’autre le fait ?

Comme chaque année, il y aura sans doute, outre les Cabestanyencs, quelques Perpignanais, Canetois, et autres habitants de notre département car on raisonne désormais en Communauté Urbaine mais tout le monde peut y venir : de Toulouse ou Barcelone.

Et puis, on aura sans doute parmi nous, quelques commerçants de notre ville qui ne sont pas sur les listes électorales car votant ailleurs, ou des gens qui simplement y sont salariés, mais qui s’intéressent de façon toute simple a la vie de la commune. On y apprend toujours beaucoup de choses.

Nul n’est besoin d’être déjà adhérent de l’association Trait-d’Union-Cabestany pour participer à ce repas organisé avant tout par nos élus. Et nul de vous demandera d’adhérer. Ce repas citoyen est entièrement libre d’accès. Et si jamais vous souhaitiez adhérer à l’association, un acte volontaire et militant, considérez que vous payez votre cotisation 2016 et que l’on ne vous demandera rien le 1er janvier. Mais vous serez désormais tenu informés de toutes les activités de l’association, à l’occasion de leurs réunions, mais aussi par courrier ou sur leur Blog.

Et si vous avez envie de participer à l’installation des tables et des chaises, passer le balai, (pas laver les carreaux!) ou aider à la décoration de la salle, ce qui prend d’autant moins de temps que l’on est nombreux, vous êtes les bienvenus. C’est toujours un agréable moment.

Vous voulez vous inscrire ? : un petit clic et vous vous retrouverez sur le site de l’association ou vous trouverez un fichier PDF téléchargeable et imprimable, mais vous pouvez aussi vous inscrire sur papier libre avec votre nom et le nombre de personnes, votre règlement, et envoyer le tout au siège de l’association. Juste un petit clic ci-dessous :

https://traitunioncabestany.wordpress.com/2015/10/14/bulletin-dinscription-au-repas-du-7-novembre-2015/

ou les contacter  par mail, encore un petit clic :

trait.union.cabestany@gmail.com

(Que vous souhaitiez contacter l’association ou envoyer un message à nos élus,  aussi bien par leur canal, qu’au travers de notre blog, ce sera fait)

-o-

Le principal est que vous veniez. On vous attend chaleureusement.

Bulletin Inscription repas du 7 nov 15_page_001

Première grève nationale du chômage jeudi !?! avec nos amis d’ATD Quart Monde.

14 octobre 2015

ce-n-est-pas-une-plaisanterie

L’idée est originale. Nos amis de l’association ATD Quart Monde, présidée longtemps par Geneviève de Gaulle que nous avons tant admirée, soutenue, et qui lui sacrifia sa vie, tel un sacerdoce,  invitent les internautes à faire la « grève du chômage » jeudi sur les réseaux sociaux, tandis que des actions se dérouleront sur le terrain dans plusieurs départements, dans le cadre de la Journée mondiale du refus de la misère qui a lieu chaque année le 17 octobre, donc cette année 2015 : samedi.

refus de la misère

Pour se mobiliser contre le chômage de longue durée, ATD Quart Monde propose aux internautes de changer à cette occasion leur bannière sur Facebook et leur photo de profil sur Twitter en téléchargeant une image « Je suis en grève, on n’a pas tout essayé contre le chômage », de poster des messages de soutien avec le hashtag #GrèveduChômage ou encore d’envoyer une lettre à leur député. On va donc devoir écrire à Monsieur Cresta !

Une façon de se faire entendre dans le désert car nul n’est intimement persuadé que cette opération un peu « gadget » aura beaucoup d’effet. Mais à une époque où il faut faire le buzz pour exister, que faire d’autre lorsque – pour reprendre leurs mots –  « on a tout essayé » ?

Mais savez vous ce qu’est ce QUART MONDE, par rapport au tiers monde vis à vis duquel nous n’avons nulle opposition et encore moins de discrimination ?

Ce QUART MONDE est constitué par ceux qui vivent sur notre sol, et qu’importe qui ils sont, leur couleur, leur race, leur origine, leur langue mais en 2015 ils sont – encore – majoritairement « souchiens », même si cela peut vous surprendre.  Ils vivent dehors, parfois depuis de longues années,  depuis qu’il leur est arrivé ce qu’on appelle un accident de la vie, et qu’ils ont perdu maison, famille, travail, et le dernier sou. Ils étaient déjà plus de 100 000 en 2012. Le SAMU social et ceux qui l’animent font un travail formidable. Mais une partie, une petite partie seulement de ces SDF trouve un asile dans des foyers lorsqu’il gèle dehors, quand l’autre partie, dort et crève sous des cartons dans la rue, par manque de place, par manque de solidarité, par manque de compassion. Sans chaleur humaine. Et que la France est l’un des plus mauvais élèves en Europe quand  l’Allemagne, tant décriée, n’accepte plus que cela existât encore de nos jours.

Le citoyen fait ce qu’il peut en donnant à des associations irremplaçables comme ATD Quart Monde, comme il donne aux Restaurants du Coeur et à d’autres organisations humanitaires, mais le citoyen ne peut pas tout.  

Et ce même citoyen, qui n’est pas insensible à la misère de ceux qui arrivent de loin sur notre sol et qui n’est pas de ceux qui disent qu’il faut leur fermer la porte, se demande quand même si il n’y a pas deux poids, deux mesures. Ce même citoyen se demande,  si ce n’est pas pour des raisons plus électoralistes qu’humanitaires, pour se donner un alibi social et montrer du doigt les autres,  ou pour faire de la com’ , qu’on fait semblant de vouloir en faire tant pour ceux qui arrivent d’ailleurs. Au point que certains voudraient s’ériger en donneurs de leçons. De pitoyables blaireaux !

Faisons tout ce que nous pouvons, sans relier le problème à la politique,  pour accueillir au mieux ceux qui méritent le droit d’asile. Mais que ce ne soit pas une raison pour condamner à l’oubli, à la misère, au froid ceux qui dorment depuis trop longtemps dans la rue, et devant lesquels on passe, sans les voir, tellement on s’y est habitués. A moins que nous n’ayons déjà décidés de les sacrifier, victimes d’une sorte de tri sélectif  !

ATD comme (Agir tous pour la dignité) Quart Monde est accessible avec le lien qui suit :

https://www.atd-quartmonde.fr/

Et les aider vous coutera peut être moins cher, si vous faites n’importe quoi, que de faire déplacer un dépanneur pour votre informatique.

-o-

« Jean-didier » nous demande de relayer une communication sur Blog-Cabestany !

12 octobre 2015

 » Il y a une semaine un de nos collegues de la brigade anti-criminalité en région parisienne a reçu une balle en pleine tete par un individu incarceré a qui on avait donné une permission de sortie. Le multirécidiviste était réputé dangereux c’est les faits, radicalisé en prison c’est ce qu’on dit. Le ministre de l’intérieur a dit que chaque jour les policiers risquent leur vie pour protéger celle des autres et qu’ils méritent notre respect et notre gratitude. Tous les policiers a leur initiative ont spontanement decide de s’unir dans un mouvement de protestation contre la candeur des juges car on voudrait ne pas imaginer qu’il s’agit d’une posture politique  auxquelle nous a habitué la ministre de la justice qui voudrait nous demontrer que les malfaiteurs sont mieux dans la rues à tirer sur la police que de ne pas s’amender en prison.
Mercredi 14 octobre, à midi, nos collegues parisiens seront sou les fenetres de madame Taubira. En départements devant les palais de justice ou les lieux désignés par nos syndicats tous unis. Merci  »

POSTMASTER : nous sommes solidaires des gendarmes et policiers qui nous protègent au risque de leur vie. Car eux, qui les protège ?

Et le 14 c’est mercredi : on a rectifié votre texte. Cordialement

Dominique Reynié jeudi dernier à Béziers !

11 octobre 2015

Blog-Cabestany était à Béziers jeudi dernier, 8 octobre 2015,  avec plusieurs Cabestanyencs qui ont pris des photos  avec leur téléphone dans une ambiance peu propice à cet exercice au niveau de la lumière ambiante.

Dominique Reynié, toujours aussi à l’aise et convaincant, et qui aura pris la parole en premier, aura ensuite été encouragé par Nicolas Sarkozy.

Pour que la Droite Républicaine, sur une plateforme élargie, Républicains, Centristes, et tous les mouvements compris entre le FN et la gauche, remporte les régionales chez nous.

La vidéo qui suit a été récupérée avec une appli TV sur FR3 Montpellier

« Du bonheur d’être Réac »….. et fiers de l’être : à Cabestany !

9 octobre 2015

« Apologie de la liberté »

L’Édito de Gersende.

« Du bonheur d’être réac » est le dernier ouvrage de Denis Tillinac. Un essai de 100 pages qui se lit d’un trait. Lorsqu’on l’a pris en main, on ne peut plus le poser : jubilatoire.

Chez Blog-Cabestany, nous n’allons pas nous lancer dans un nouveau genre épistolaire : la critique littéraire. Nous n’avons pas pris le parti de vous raconter ce qu’il y a dans cet ouvrage que vous achèterez, ou non. Nous pouvons, par bien des côtés, nous identifier à la pensée de l’auteur mais nous le ferons avec des mots à nous. Nos mots. Et l’exercice est plaisant. Qu’importe si c’est de façon maladroite. Mais nous n’aurons pas recours au copier-coller, car c’est tout le livre qu’on aurait envie de recopier.

montage2015-10-07_151449

Denis Tillinac n’est pas un « réac », du moins dans l’acception du mot que la plupart d’entre nous lui donnent. L’auteur le conteste et s’en défend mais il explique par quelle logique on en arrive, en 2015, à se faire traiter de réac. Quand Denis Tillinac dit qu’il a voté Hollande mais qu’il s’en mord les doigts, c’est pire que s’il avait dit qu’il était un terroriste. Dès qu’un homme « supposé » appartenir à la droite, même modérée, ouvre la bouche, il se trouve une quantité de gens pour vouloir le faire taire. Des bien-pensants de gauche, ce qui est d’ailleurs devenu un pléonasme.

Des bien-pensants à l’intelligence limitée, au vocabulaire réduit, à la pensée étriquée, incapables d’argumenter et de défendre leurs convictions (mais en ont ils vraiment?), mais juste capables de vous traiter de …. réac, en désespoir de cause. Vous traiter de réac est pour eux, l’arme suprême, qu’on dégaine sans vraiment savoir ce que cela veut dire,  persuadés de vous anéantir pour avoir le dernier mot. On a de la peine pour eux.

Mais « réactionnaire ». Quelqu’un sait il ce que cela veut dire à la base ? L’Académie Française, nous explique que ce terme, inconnu jusqu’alors, et donc un néologisme, est apparu en 1789. Réactionnaire voulait dire, s’appliquant à de petites gens de la France d’en-bas, sans pouvoir, sans importance,  qu’ils étaient plutôt circonspects face aux idées de la Révolution Française, et surtout déboussolés de crainte que tout ce charivari ne bouscule leurs petites habitudes. Rien de bien méchant. On n’avait pas affaire à des individus bien dangereux pour l’ordre public.  Pourtant, ces réactionnaires, il fallait leur  faire comprendre qu’ils avaient tort de ne pas s’exalter pour la folie du moment. Et on avait trouvé une singulière méthode : pour mieux leur faire rentrer les idées nouvelles dans le crane, ….. on leur coupait la tête !?

Le terme aura été repris un siècle plus tard par Karl Marx dans son « Manifeste du Parti Communiste », pour désigner ceux qui étaient hostiles à l’abolition des valeurs traditionnelles : la famille, la propriété, la liberté de penser. Et là encore que de violence. Que des communistes l’utilisent encore de nos jours, ce qui serait le signe qu’ils n’ont pas évolué depuis la révolution russe de 1917, on pourrait le comprendre sans pour autant l’admettre. Mais les autres ? Utiliser des termes dont on ne connaît même pas la signification reste l’apanage des ânes.

Si être réac veut dire que l’on n’adhère pas à cet environnement nauséabond dans lequel certains iraient jusqu’à nous demander de renier nos racines, notre terroir, notre clocher, et de nous laisser submerger par d’autres cultures qui deviendraient dominantes, alors on veut bien, comme l’auteur de ce livre, et uniquement dans ce contexte, se dire réac. Et on en est fiers.

J’ai entendu « il y a pire qu’être Européen, c’est être Français, pire qu’être Français,  être un de ces faux Catalans…. des P.O « .  Le temps est il venu de prendre la route de l’exil ? Non, il  existe une meilleure solution :  demander l’asile !

Mais de nos jours, ne pas s’extasier devant le dernier film à la mode, devant des objets bizarres exposés au Château de Versailles ou ailleurs qu’on nous présente comme de l’art, est suffisant pour être considéré comme un réac. Préférer la blanquette de veau à la cuisine moléculaire, et écouter du Brel dans son fauteuil plutôt que de se précipiter au Festival d’Avignon (ou au Centre Cultu’ Jean Ferrat) et on est catalogué. Et il y a pire : trouver que la cellule familiale, avec mari et enfants,  est l’endroit où l’on se sent le mieux frise la provocation.

Et rester dans son coin, sans rien faire, sans rien dire, est interdit, car suspect. Ne pas dire qu’on adhère à la chienlit ambiante fait de vous un « super » réac !

Depuis que la  gauche a abandonné l’utopie révolutionnaire (tout le monde ?) , elle s’est réfugiée sur un frêle esquif sans rames, sans voiles, sans compas. La gauche flotte comme une coquille de noix au sommet d’une vague, qui la ballote et s’appelle la «nouvelle civilisation sociétale ». Sans gouvernail, la gauche se laisse emporter là où les courants et les vents l’entraînent, mais elle nous expliquera que c’est elle qui a choisi sa route et qu’elle garde le cap. Pauvres fous.

Il est autorisé d’injurier une ex-ministre, mais dès qu’on ouvre la bouche à droite, on se fait traiter de facho, raciste, extrémiste, et autres noms d’oiseaux. Vous trouverez bien sur internet, le nom de la personne qui a déclaré avec mépris pour parler de l’un de ses compatriotes : « celui là suinte le français de souche ». C’est tout juste si pour ce motif,  on ne voudrait pas nous envoyer en prison….. ou peut être pire encore.

En France, l’Histoire nous aura appris qu’à défaut de trouver des arguments pour convaincre, la guillotine était l’ultime moyen utilisé pour imposer des idées. Comme le goulag, ici. La rééducation en camp de concentration, là. La France aura toujours su, avec classe, délicatesse et discernement montrer le bon exemple aux autres en matière de décapitation !!! On donne même à des rues le nom honni de Robespierre. Quelle chance que l’on en soit pas arrivés jusque là chez Air France.

Le 6 et le 13 décembre, soyons « réacs » et fiers de l’être. Derrière Dominique Reynié, ne laissons pas passer notre chance de renvoyer à la maison ces élus régionaux de gauche, spécialistes de la pensée étroite, et qui nous stigmatisent. Ils dirigent notre région depuis trop d’années de façon tellement déplorable !

Bon week end à tous

-o-

NB : texte original de Gersende écrit spécialement pour Blog-Cabestany. Il se peut que vous retrouviez tout ou partie de son texte ailleurs, mais ce sera postérieur à notre mise en ligne. C’est à dire plus tard.

Jeudi 8 octobre : Meeting de Dominique Reynié, en présence de Nicolas Sarkozy, à Beziers !

5 octobre 2015

les républicains_02

Jeudi 8 octobre, Dominique Reynié est en meeting à Béziers, en présence de Nicolas Sarkozy

Dominique Reynié s'engage pour notre région !

Dominique Reynié s’engage pour notre région !

Pour suivre l’événement, y participer, vous inscrire, en savoir plus :

suivez le lien ci-dessous :

http://www.republicains.fr/meeting_beziers_20151008?utm_campaign=20151001_mail01&utm_medium=email&utm_source=republicains

à jeudi !

« Pierre » nous a écrit à toute ALUR, à Cabestany !

1 octobre 2015
L'Indépendant Catalan du 1er octobre 2015

L’Indépendant Catalan du 1er octobre 2015

Quand le bâtiment va, tout va !

Quand le bâtiment va, tout va !     

Pierre, (un pseudo), récemment retraité, et ex-Cabestanyenc, qui avait des responsabilités dans un grand groupe de B.T.P. construisant des routes, des ponts, mais paraît il – de moins en moins – des logements, nous écrit :

« ne vous laissez pas abuser par les déclarations intempestives que vous lisez dans la presse sur les logements sociaux.

Bétonnez bien, braves gens, dans ces terrains jusqu’ici occupés par de la vigne, et je vous promets, je vous garantis, que dans peu de temps, au moindre orage, vous devrez sortir les serpillères, en attendant le moment où c’est le piano qui va flotter dans le salon.

La puissance publique est irresponsable et criminelle. Cette puissance publique aux mains, entre autres, d’ instituteurs, sans doute compétents dans leurs classes, mais transformés en législateurs par la grâce de vos votes.

Pourquoi l’état veut il se mêler de tout. Régenter, organiser, prenant comme modèle la gouvernance soviétique sous l’époque Brejnev. Plusieurs lois – de droite comme de gauche – Robien, Scellier, Pinel,etc… ont réussi à ruiner des petits épargnants qui croyant économiser quelques sous sur leurs impôts ont investi dans des logements aujourd’hui souvent vides.

N’est il pas étrange, qu’à force de légiférer, empiler les normes, à tort et à travers, les institutionnels (banques, assurances, mutuelles, organismes divers) qui assuraient la construction de logements depuis des décennies, se soient quasiment retirés du marché. Ils assuraient, plus par devoir que par intérêt financier, la pérennité du logement. L’État socialiste depuis juin 1997 (bientôt 20 ans) leur a dit de s’occuper d’autre chose. Votre compagnie d’assurances qui construisait votre logement dans votre ville, et vous le louait au meilleur prix, investit désormais votre argent sur un autre continent ou elle donne du travail à d’autres pendant que vous pointez à Pole Emploi. Elle ne s’en porte que mieux, mais pas le citoyen. Et le gouvernement fait de l’auto satisfaction.  Quel monstrueux gâchis de la faute de nos élites. Le 1% agonise.

Jamais depuis 20 ans, on n’aura aussi peu construit de logements en France malgré toutes les déclarations de ministres plus ridicules les uns que les autres.  Le logement par sa pénurie est devenu cher, inaccessible, comme nulle part en Europe. Par la volonté de hauts fonctionnaires bornés ou d’élus incompétents. Et on a imaginé, un comble, que ce sont les offices  HLM, et les maires, qui détenaient la clef du problème. Des organismes HLM qui construisent selon les mêmes normes du Nord au Sud du pays sans réfléchir aux besoins spécifiques. Sans s’arrêter au fait que là, il y a des étudiants, là des primo accédants en puissance, là des familles plus nombreuses, là pas de transports, pas d’écoles, pas de travail, etc….. Un massacre.

Et après cette loi idiote dite SRU, on aura rajouté les dispositifs de la loi ALUR, concoctée par une Dame Duflot plus politique, qu’écolo. C’est consternant.

Ghettoiser, discriminer est devenu l’apanage d’une large partie de nos élus.

Construire, pour attirer des demandeurs d’emplois dans des zones où il n’y a pas de travail est une imbécillité. Les faire venir dans des zones où ils n’ont aucun espoir de retrouver leur dignité et où ils recevront des prestations sociales de la part d’un conseil départemental exsangue finira mal pour tous. Jusqu’à rendre de plus en plus en colère, et même enragés, ceux qui payent encore l’impôt. Et n’oublions jamais que c’est le travail qui intègre l’individu, et pas les restaurants du coeur.

Quant à Cabestany qui est une ville sans aucun attrait, mal gérée, mal gouvernée par une municipalité rétrograde, essayez d’y faire un programme de standing et vous verrez le résultat.

Mais comprenez bien une chose : à partir du moment où un maire laisse se construire des logements sur sa commune, pour « être dans les clous » et éventuellement rattraper le retard que la loi SRU lui impose, ce n’est pas 20% de logements sociaux qu’il demandera au promoteur. Il devra exiger de celui-ci d’incorporer dans son projet  40 ou 50 ou même 60% de logements sociaux. Ce que le promoteur ne pourra supporter et je vous parle en connaissance de cause. Il y a une meilleure solution : ne rien construire du tout.

Et pourquoi une societé de BTP se sentirait elle obligée de tirer les prix pour loger ses concitoyens, quand elle gagne plus d’argent à construire un métro au bout du monde et qu’elle n’a pas à subir une réglementation kafkaïenne, des syndicats indécrottables, des banquiers timorés, une pression fiscale inconséquente. 

Cette loi, instaurée par les communistes, conservée par une droite qui n’en est pas vraiment une, et aggravée par les verts est un non-sens et un étouffoir. Les Français finiront tous, au mieux,  dans un mobil-home.

Et les Français, qui ne trouvent pas à se loger correctement, continueront de payer dans leurs impôts, les amendes qu’un pouvoir impose aux communes. Cela s’appelle la double peine.

Continuons à gérer les choses de façon brouillonne et empirique comme nous le faisons, et je vous promets que la France deviendra pire que la Grèce d’ici peu.  »

POSTMASTER : « c’est vous qui le dites ».  Merci pour votre contribution. Quant à ceux qui nous ont écrit pour parler d’une certaine « Dame Morano », on verra cela plus tard. Bon week end.