Archive for the ‘Gersende’ Category

Nous sommes bien le 15 août. On ne l’a pas oublié, Gersende !

15 août 2017

Pour la musique, pour le symbole, pour Gersende ! et pour tous nos amis ……

« D’un Ave Maria ». Peu importent les images, d’un clip tourné d’ailleurs par Pascal Obispo lui même. Non, c’est d’abord pour la musique…. et les paroles  !

Quand toutes les passions viennent à s’éteindre trop tôt
Et que d’une chansons on en retient qu’un mot
Si je ne sais pas où je vais
Je sais ce que je laisserai

Ce que je laisserai….

L’analyse des élections Présidentielles réalisée par notre politologue préférée, pour Blog-Cabestany

12 mai 2017

TOUT CHANGE, ET RIEN NE CHANGE, écrit Gersende.

Les Français, en période électorale aiment qu’on leur dise que tout ira mieux demain. Qu’on leur parle de réformes. Le mot magique étant la « rupture » dont personne ne sait ce que cela veut vraiment dire. Ces mêmes Français étant les plus conservateurs de tous les peuples en Europe.

Dimanche dernier, dans les Pyrénées Orientales, les électeurs potentiels se seront divisés en TROIS groupes d’égale importance, à quelques milliers de voix près. Le groupe des Abstentionnistes renforcé par ceux qui ont voté blanc ou nul, le groupe qui a voté pour le Front National, et le groupe qui a voté pour le Président Macron. Mais vouloir en tirer des leçons ne servirait à rien, car à circonstances exceptionnelles, statistiques exceptionnelles. Et aucun règle n’en découle vraiment quand chacun a son idée sur la question. Tellement ce scrutin restera atypique et hors norme.

Le travail des politologues aura consisté ces tous derniers jours à comprendre dans quel état d’esprit sont les électeurs qui votent à l’habitude pour un parti bien défini, le F.N, le P.S., l’ex UMP, ou le Front de Gauche. Et qui n’ont peut être pas mis dans l’urne un bulletin correspondant à leur sensibilité habituelle.

Ce n’est pas en regardant les seuls résultats des Présidentielles et sur un département de façon isolée, qu’il s’agisse des P.O, du Finistère ou du Pas de Calais qu’on peut extrapoler. Mais, si on compare tous les départements entre eux (à l’exception de la Guyane et de Mayotte) et que l’on prend en compte les résultats des scrutins municipaux, régionaux, les européennes ou les cantonales et autres élections intermédiaires depuis cinq ans, on arrive – grâce à un petit outil informatique – à établir des règles qui s’avèrent fonctionner PARTOUT et de façon quasi PARFAITE !

Ainsi sait on que dans le parti « Les Républicains », si on analyse le comportement des militants ou sympathisants un peu sonnés ces jours ci,  que la base de ce parti n’a en rien explosé après avoir traversé la tempête des Primaires et des Présidentielles. Même si certains ont fait quelques infidélités en sanctionnant le candidat Fillon ou en votant pour le FN au deuxième tour, ce peuple de Droite est quasiment intact. On parle bien de la base qui est toujours stable et forte. Car reste à savoir si ce ne sont pas ses dirigeants, par des initiatives malheureuses, qui risquent maintenant de le faire se disloquer ce qui serait un comble.

On sait tout autant que le Front National n’a en rien  progressé et n’a pas gagné depuis trois ans de sympathisants nouveaux qui lui resteront fidèles. Il stagne, et ce ne sont pas les Présidentielles contrairement aux apparences qui l’aideront à repartir. Une partie de sa base est constituée des « frustrés », des laissés pour compte, oubliés sur le bord du chemin pour des motifs les plus divers par la Droite et La Gauche qui ont une lourde responsabilité dans la montée de ce parti. Mais ces mêmes électeurs sont  inquiets d’une éventuelle sortie de l’Europe et commencent à douter des solutions miracles. Le FN  est davantage en recherche de consolidation que de conquête. Il n’a eu que des renforts ponctuels d’électeurs occasionnels pour ces Présidentielles. Et il pourrait même légèrement reculer pour les législatives en nombre de voix global. Glanant toutefois quelques sièges à l’assemblée ici ou là par la confrontation avec des adversaires divisés ou diminués, plus que par une dynamique qui lui serait propre. Et des contestations ou rivalités vont naître en son sein.

La grande inconnue resterait le Parti Socialiste, s’imagine t’on. Plutôt à tort. Dont les militants se comportent finalement comme ceux des autres partis. Tout indique qu’au niveau de ses militants, le Parti Socialiste n’a pas non plus explosé. Certes ceux qui étaient déjà les sympathisants des frondeurs ont choisi le candidat Hamon. Mais le P.S. reste grosso modo le même que ce qu’il était lorsque Manuel Valls est devenu Premier Ministre. Les militants ont voté par opportunité pour le candidat Macron car ni Hollande ni Valls n’étaient sur la ligne de départ à cause de Primaires dénaturées. Ils n’ont pas vraiment adhéré à un nouveau projet Macron, d’ailleurs quasi inexistant. Un projet où le nouveau Président n’utilise JAMAIS le mot réforme, mais parle de transformations… à  l’échéance de 2022 ! Pour ce qui est des impôts, nous sommes par contre plus inquiets. Si le Président Macron s’était décidé à se couler plus ou moins dans le costume de leader du PS, même avec un nouveau nom de parti, et de leader comme Jospin d’une gauche plurielle, les législatives lui étaient acquises. Valls l’aurait rejoint tôt ou tard, ce qui était pour moi plus que prévisible.

Le Président Macron a fait une campagne marketing parfaite, et s’est vendu comme un paquet de lessive ou un objet connecté. Mais s’il persiste à s’arcbouter sur sa position d’un leader qui ne serait « ni de Droite et de gauche », ce qui lui a merveilleusement réussi à se faire élire Président, il pourrait n’avoir qu’une faible majorité ou pas du tout. Les législatives ne sont pas les Présidentielles.

Contrairement aux apparences, le changement vient moins de la base des partis que de leurs dirigeants, et ce dans tous les camps. Des dirigeants qui passent leur temps à échafauder des plans, des combines quand l’électeur lambda reste le même et veut juste du travail, moins d’impôts. Et du sport ou The Voice à la télé.

En France, c’est le changement dans la continuité. Tout change et rien ne change. Les Français sont trop  attachés à leurs acquis et leurs habitudes. Râleurs par habitude plus que sur le fond. Prêts à défendre leur patrimoine, même le plus modeste, leurs retraites, leur sécu, leurs jours de RTT. Et pourquoi pas ?

Pour les partis traditionnels le péril vient bien plus de leurs dirigeants que de leurs militants.

Si nos politiques ne l’ont pas compris et s’imaginent par opportunisme qu’il est nécessaire de chambouler la vie quotidienne du citoyen, c’est là qu’on pourrait assister à une révolution. D’abord à l’assemblée… ensuite dans la rue !

Et bientôt, on entendra ici ou là que c’était mieux au temps du  Président Hollande !

Une fin de quinquennat qui se transforme en déroute. La chienlit continue !

24 février 2017

L’édito de Gersende. (repris par Blog-Cabestany)

L’alternance est un mal nécessaire dans une démocratie et les français attendaient avec espérance, en 2012, le changement qui devait les rendre un tout petit peu plus optimistes. Car il y avait de bonnes idées dans le programme de la gauche qui par définition ne traite généralement pas des mêmes problèmes que ceux que traite la Droite. Et ainsi, sur un cycle décennal tous les sujets peuvent être abordés. Sauf que pour cette fois la Gauche aura abandonné l’économie, l’emploi, au profit du sociétal. Le mariage pour tous, beaucoup étaient pour. Mais  fallait il faire tout ce cirque pour assurer le spectacle ? Arrêter le citoyen qui portait un tee-shirt de la mauvaise couleur ! Mettre des jeunes en garde à vue derrière des barbelés.  Même un en prison pour plusieurs semaines. Déprimant.

Aucune des bonnes idées de la gauche qui avait la légitimité des urnes en 2012 n’aura été appliquée et ce quinquennat aura consisté à défaire, sans y regarder de près, les décisions prises par la Droite lors du précédent mandat. Un sectarisme affligeant.

Le P.S. et ses députés qui n’ont jamais tous tiré dans le même sens, auront été les champions de la cacophonie, avec non pas une politique mais « des » politiques qui partaient dans tous les sens et se contredisaient.

On aura assisté à cinq années de quasi immobilisme, où les rares réformes auront réussi à faire se déchirer cette majorité de rigolos et de fantoches. Avec un Président comme un bourricot à Auteuil, qui aura refusé l’obstacle. Le courage n’était pas son fort. Décider était trop lui demander. On avait misé sur lui. On l’aura eu dans le baba.

Avec en plus une justice laxiste pour favoriser les agresseurs plutôt que les victimes, des lois censées prendre de l’argent aux riches, mais on se sera rabattu sur les classes moyennes, et une politique de l’éducation inspirée par des gens se situant à l’étranger. L’histoire du cheval de Troie se répète.

Au moins, cette fin de quinquennat aurait pu être maîtrisée, afin de laisser une image pas trop détestable de ces cinq années de grand n’importe quoi. Où l’on aura vu des militants de la C.G.T., si l’on en croit les gazettes, caillasser les vitres d’un grand hôpital derrière lesquels des chirurgiens étaient en train d’opérer. Le pays se délite. On court vers la décadence.

Et la chienlit continue avec cette affaire Théo. Un jeune, auquel personne ne s’adressait mais qui ne supportait pas qu’on interpelle un de ses copains au point d’agresser les policiers de façon unilatérale. Des policiers qui se sont défendus. Et on voudrait nous faire avaler une agression des policiers qui pourraient arguer de la légitime défense. Et pour une fois la vidéo les défend. Ils ont assurément frappé un peu trop fort. Mais on n’en est plus là. Avec cette propagande des partis de gauche qui donne envie de vomir.

Les parlementaires ont dans leur boite mail un pré- rapport sur cette affaire. Sauf que le rapport ne se limite pas aux faits. Ce qui dérange tout le monde. Car on y parle aussi et surtout des carences du pouvoir depuis plusieurs décennies qui auront conduit à ces débordements de part et d’autres. Un rapport sur lequel nos parlementaires restent bien muets, espérant que l’enquête va trouver un biais pour sortir de cette galère. Car on y parle d’un état qui a baissé les bras et laissé des territoires à l’abandon. Un état qui aura méprisé sa police, ses gendarmes. Qu’est qu’un policier qui brûle, quand un délinquant qui vote comme il faut est préservé.

Parce qu’à gauche, il y a les pompiers pyromanes. Qui ont peur de perdre leur siège. Qui ne doivent leur élection qu’a force d’avoir défendu l’indéfendable, fermé les yeux sur les trafics et l’économie souterraine. Qu’importe le niveau de la délinquance si il y a un moyen de conserver son mandat. Et que les femmes, les filles – même les cathos – se foutent un voile sur la tête et ferment leur gueule et nous foutent la paix. Ainsi en ont décidé les nouveaux patrons du PS.

Et voilà maintenant les lycéens que le pouvoir lance dans la rue.

Car maintenant on sait que le gouvernement a décidé de laisser pourrir les affaires pour leurs successeurs puisqu’ils n’ont plus aucun espoir de rester aux affaires, ni même d’avoir un contingent représentatif de députés. Au point que les Préfets sont priés de mettre les dossiers sensibles au fond du tiroir du bas. Au mieux quelqu’un les ressortira après les grandes vacances, en septembre, sans rien y comprendre. Et notre Président se mord les doigts d’avoir renoncé pour laisser la place à plus mauvais que lui, pense t’il. Et s’il n’avait pas tort ?

Et on cause beaucoup dans les couloirs de l’assemblée de cette oukase du P.S. Qui consiste à faire signer un engagement solennel de ralliement à « Bilal » Hamon sous peine de ne pas avoir l’investiture PS dans quelques semaines. Valls devra t’il signer ? Il est censé le faire. A moins qu’il ne trouve le courage de lancer son propre parti, lui qui est conseillé par une Femen qui s’en prenait jadis, seins nus, aux cloches de Notre Dame de Paris et qui lui explique ce qu’est la laïcité.  Lui qui croyait bien laisser Hamon caracoler pendant qu’il aurait repris le PS. Mais Aubry veille. Notre député Jacques Cresta va t’il s’aplatir et signer ? L’une de nos députées des P.O., après avoir hésité un instant à pris un stylo dans chaque main. Sauve qui peut. Un siège vaut bien tous les renoncements.

On aura quand même entendu la dénommée Hermeline, catalane par parachutage, s’en prendre aux élus qui ne pensent qu’à s’emparer des terrains cultivables pour y faire des bâtiments de 7 étages et y loger les habitants de la banlieue parisienne, qui préfèrent venir glander chez nous, au soleil, et qui seuls peuvent leur faire garder leurs privilèges. Avait elle lu son discours avant de le prononcer ? Et on en arrive à penser qu’il  vaudrait  mieux accueillir un syrien. Parce que lui  a envie de travailler !!!

La France va mal. Bayrou et Macron vont l’euthanasier.

-o-

La chienlit dans les rues de Paris avec des lycéens de 13 ans en train de courir comme des abrutis. Merci la Gauche !

Signé : Gersende

Avis : en plus des différents Blogs pour lesquels cet article est écrit, j’autorise celui qui le voudrait à le reprendre.

Quel avenir voulons nous pour nous ou nos enfants ? se demande Gersende

22 janvier 2017

Pour la huitième fois consécutive, le CEVIPOF, l’institut de sondage lié à Sciences-Po, une école à laquelle je dois tout,  interroge un panel représentatif de citoyens en décembre de l’année en cours, et en publie les résultats en janvier de l’année suivante.

Les résultats du dernier sondage de Décembre 2016 viennent de sortir il y a seulement trois jours en ce début d’année 2017.

Les questions du sondage sont plus nombreuses et les explications plus fournies que les quelques extraits que j’ai repris ci-dessous. Certains d’entre vous diront peut être que je les ai sélectionnés de façon partiale. Il s’agit en effet de morceaux choisis, prélevés ici ou là dans un rapport de 95 pages qui, selon mon avis, ne nécessitent pas de se lancer dans des commentaires qui me paraissent superflus, tant ces graphiques sont parlants.

MES EXTRAITS

Lorsqu’on demande aux sondés ci ceux ci estiment que les politiques se préoccupent, peu, beaucoup, ou pas du tout de leur avis :

les-politiques-se-preoccupent

Lorsqu’on leur demande s’ils estiment que la Démocratie fonctionne bien, pas bien, ou pas du tout en France :

democratie

Lorsque vous pensez à la politique, quel sentiment éprouvez vous ?

sentiment

Avez vous confiance dans les partis politiques pour diriger le pays, dans l’avenir ?

partis

Comment, par rapport à vous, pensez vous que vos enfants vivront demain ?

avenir

Et lorsqu’on leur demande leur appréciation générale sur le « personnel » politique

corruption

En cherchant un peu sur Internet vous retrouverez sans trop de peine l’intégralité de ce sondage. Les questions et les réponses que j’ai isolées reflètent t’elles ce que pensent les français de façon plus globale ?  Doit on considérer que la procédure employée pour faire ce sondage était la meilleure ?  Que les citoyens se sont exprimés avec sincérité ?  Chacun se fera son opinion, ou pas. 

Et si vous souhaitez y passer un peu plus temps qu’à lire cet article, il vous sera même possible de voir l’évolution  des réponses sur plusieurs années. De comparer. De voir sur quoi les citoyens ont eu des avis qui se modifiaient au cours du temps. Et vous en tirerez  vos propres conclusions.

Ce que je pense, moi-même ? J’ai dit plus haut que je ferai pas de commentaires ! Sauf que je pense que le travail du CEVIPOF est honnête, sincère, courageux. Que ce sondage a le mérite d’exister. Que je rends hommage à ceux qui l’ont réalisé. Qu’ils doivent en être remerciés. Que leur travail mérite une grande diffusion. Et je ne brave aucun interdit en usant de ma liberté d’expression pour signaler un rapport qui est accessible à tous et vous encourager à en prendre connaissance dans son intégralité.

  Je fais juste une simple constatation. Ce sondage donne – peu ou prou – les mêmes résultats qu’un sondage effectué durant l’été 2016, auprès d’un panel de citoyens des Etats-Unis. Un sondage auquel personne ne croyait vraiment mais qui s’est révélé redoutablement exact. Réalisé à seulement quelques semaines d’une élection qui a vu la victoire d’un certain Président qui vient de se voir investi à la Maison Blanche. Mais les français fonctionnent ils comme les américains ?

 

donald-white-house-2017« Donald enters the White House  » (Burlington Weekly Tribune)

Bon dimanche

« Continuez à vous battre pour NOS idées », nous écrit Gersende !

15 janvier 2017

Gersende dit :  je vous envoie ma prose, comme promis mais avec quelques jours de retard. J’avais  …… la grippe !

Postmaster répond : la grippe ! Au 21ème siècle, on peut encore avoir la grippe ? 

-o-

marie-olympe-de-gougesOlympe de Gouges

Gersende écrit :

«  » Chers amis, bonne année à vous tous de la rédaction de Blog-Cabestany, bonne année à nos élus de la Droite Républicaine et leurs amis,  bonne année à tous vos lecteurs et à tous mes concitoyens de Cabestany où je regrette de ne pouvoir venir plus souvent, l’actualité politique étant intense en ce début d’année 2017 avec une Primaire et des élections diverses. Une Primaire que je m’étonne un peu que vous passiez sous silence ! Mais vous avez sans doute vos raisons.

L’année 2016 restera pour moi une année « horrible », l’année des attentats qui ont endeuillé Nice, qui ont vu ce prêtre assassiné de façon odieuse par des individus qui ne peuvent pas prétendre appartenir à l’espèce humaine, ni même se réclamer d’une quelconque religion dont ils ne font que la faire haïr de tous et stigmatiser ceux de la même origine qu’eux.

J’ai suivi avec intérêt, amusement, interrogation, réflexion votre opération « Crèches de Noël » dont vous ne m’aviez pas parlé, et qui en effet ne semblait pas préméditée. Et qui a été suivie aux quatre coins de l’hexagone par des gens qui ont découvert en même temps que vous existiez. Que Cabestany existait. Et qu’il y avait des gens qui pensaient comme eux ! J’ai parcouru les mails que vous avez bien voulu me faire parvenir. Des mails qui commentaient votre mise en ligne d’image de crèches et « bondieuseries » parfois malicieuses et j’ai été parcourue de frissons à la lecture de certains commentaires de la part de personnes prétendant être des Cabestanyencs défenseurs de la démocratie. Des mails qui frisaient parfois l’hystérie.

Alors comment passer sous silence cette affaire de crèche installée par un Maire dans un petit village de notre France rurale. Une crèche fabriquée avec des petits bouts de tissus, de bois, de papier et carton de récupération, par des handicapés. Une crèche installée pour que le citoyen donne quelque obole à ceux qui avaient fabriqué cette crèche. Et il aura fallu que des imbéciles appartenant à une association de défense de « je ne sais quoi », fassent condamner le maire à une amende. Ce même Maire aura demandé à l’association qui l’a fait condamner si le montant de l’amende qu’il a tenu à payer de ses propres deniers serait reversé aux handicapés. Il attend encore. Pendant que l’association doit surement sabler le champagne pour fêter cette bien lamentable victoire. Voilà où le dogmatisme de certains peut conduire dans notre belle France si on n’y prend garde et si on laisse des coupeurs de tête faire la loi au nom de la République.

N’oublions pas que nous sommes à Cabestany où depuis 40 ans se sont agglutinés tous les bolcheviques des P.O. qui y vivent de façon communautariste comme en cercle fermé. Les urnes en témoignent. Alors qu’à Canet ou Saint Cyprien vous n’auriez pas eu les mêmes réactions épidermiques comme celle de gens à Cabestany dont l’espèce est en voie de disparition. Et d’ailleurs j’ai lu ce commentaire d’un citoyen de Saleilles qui vous dit que vous avez beaucoup de courage, que vos élus sont des gens qui se bougent et font le job. Vous m’avez transmise aussi des mails d’encouragement. Cela devrait vous inciter à continuer votre combat pour nos idées.

Et puis à Cabestany, il n’y a pas que des bouffeurs de curé, des obsédés d’un concept de laïcité qui prouvent qu’ils n’ont jamais lu la loi de 1905 ou qu’ils n’ont rien compris. Dites vous que dans certaines villes du 9.3 on aurait déjà mis le feu à ce qui vous sert de local car il est des zones de non-droit où la république a baissé les bras et laissé faire. Il ne faut pas que cela arrive un jour dans notre ville. Je crois savoir que Monsieur le Maire de Cabestany, et ce serait plutôt à vous de m’en dire davantage, lorsqu’il est besoin de restaurer notre église, y contribue avec les deniers publics sans trop rechigner.

Et dites vous que ce monde n’est pas parfait. Rien que cette pseudo « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » de 1789 qui est une imposture lorsqu’on découvre que ceux qui l’ont rédigé n’ont jamais considéré que le mot Homme recouvrait l’espèce humaine et donc des hommes aussi bien que des femmes. Ceux qui ont écrit cette déclaration des Droits de l’Homme l’ont écrite pour les hommes seuls, les mâles. Les femmes, des femelles pour les révolutionnaires, étant juste bonne à procréer, et faire la cuisine, et ne pas se mêler de politique. Et il aura fallu attendre le Général de Gaulle en 1944 pour donner le droit de vote aux femmes.

La Droite Républicaine, emmenée par Colette Appert, aurait bien voulu que l’on donne le nom d’ « Olympe de Gouges » à l’une de nos rues. Cette Olympe était une femme révolutionnaire, féministe, qui se battait pour les libertés, pour l’égalité entre les hommes et les femmes. A l’époque, à l’Assemblée, les femmes n’étaient admises qu’en spectatrices. On les appelait de façon péjorative, les « tricoteuses » qui n’avaient pas le droit de manifester, même pour éventuellement applaudir, de tousser, d’éternuer, et de faire du bruit à part celui de leurs aiguilles à tricoter. Et jamais on n’admettra à l’époque qu’une femme monte à la tribune pour défendre ses idées, même pour dire qu’elle était d’accord.  Marie Gouze, femme du peuple, dont le nom « Olympe de Gouges » était le nom d’actrice, n’avait aucune lignée aristocratique. Elle combattit entre autres et peut être plus que tout, l’esclavage. A la tête d’une petit troupe de théâtre elle montait des saynètes jouées de façon improvisées dans les rues, sur des places, dans des jardins et autres lieux publics pour faire avancer les libertés individuelles. Elle dénonça l’autoritarisme dictatorial de Robespierre, psychopathe syphilitique, atteint de troubles de démence liés à sa maladie, ce qui lui aura valu – à lui – le droit d’avoir sa rue. Robespierre qui enverra des milliers de citoyens innocents, jusqu’à des religieuses à la guillotine, et réservera le même sort à Olympe qui finira aussi sur l’échafaud. La dernière parole de cette Olympe aura été pour dire : « Les femmes sont les égales des hommes pour se faire couper la tête. Pas pour s’exprimer en montant à la Tribune ».

Et c’est sur cette pseudo Déclaration des droits de l’Homme,  datant de la période Révolutionnaire, machiste, injuste, inégalitaire, discriminatoire,  que certains s’appuient pour se glorifier d’appartenir à des associations anti racistes, anti tout et anti n’importe quoi, qui ne sont le plus souvent que des paravents pour endormir le bon peuple et lui faire rentrer dans le crane des idées gauchisantes. A Cabestany on dirait : « Progressistes ».

Mais dans ce pays, tous ces bien-pensants sont davantage préoccupés par cet « immense » problème des crèches plutôt que – par exemple –  la lutte contre la pauvreté. Que des SDF meurent tous les jours dans la rue n’est pas un problème suffisamment valorisant au regard de la supposée grandeur de leur idées philosophiques. «  »

Bon dimanche

Et vous ? Auriez vous voté pour Trump si vous étiez américains, demande Gersende* !

10 novembre 2016

donald-gif-anime

*Gersende, politologue indépendante, qui a écrit cet article à la va vite, sur sa tablette, dans un Fast Food !

GERSENDE :  « Donald Trump a gagné. Un Président qui a un prénom de canard,. Cela me fait rire quand  je pense à cette  peluche à laquelle je tenais tant, quand j’étais gamine. Mais trop d’entre nous s’imaginent encore vivre dans le monde des Bisounours.

Ce « Président-élu » qui ne prendra ses fonctions que fin janvier, désigné à l’issue d’une campagne minable, n’attire guère la sympathie des foules mais en avais je vraiment pour l’autre candidat, si ce n’est qu’elle était une femme et que j’aurais aimé voir une femme à la Maison Blanche.

Et puis pour nous Français, Trump est juste ce milliardaire qui  construit des appartements, non pour les vendre mais pour les louer, ce qui lui rapporte beaucoup plus. On prétend aussi qu’il achète ses épouses par le biais d’agences sur Internet. MAIS,  qui en France aura vu ses émissions de Télé-réalité dont il était le producteur mais aussi l’animateur.  Avec une côte de popularité comme celle de Coluche. Peut être bien que mes parents l’auraient élu, …. Coluche.

Pour Madame Clinton, le parcours de Secrétaire d’État aura été émaillé de durs revers. Comme cet épisode lamentable de l’assassinat de leur ambassadeur à Benghazi. Quelques médias mal intentionnés n’auront eu de cesse de la faire détester par l’opinion publique. Et puis elle aura mis du temps à voir, ou vouloir admettre que Daech représentait une menace et elle aura déclaré trop souvent que les terroristes islamistes sur son territoire étaient des loups solitaires qui n’appartenaient à aucune organisation. Cela ne vous rappelle rien ?  Mais qui ne commet pas d’erreurs ? Le nouveau qui arrive n’a pas de bilan, donc pas de passif.

Les américains qui ont voté Trump, ont ils bien fait ? L’avenir le dira. Je n’aurais sans doute pas fait comme eux. Mais ils ressemblent beaucoup à des gens comme vous ou moi. Bien plus que vous ne l’imaginez !!!

D’abord, la campagne aura été minable mais les candidats arrivés sur la dernière marche auront été choisis grâce à  des Primaires auxquelles les nôtres vont ressembler bien étrangement. Que cela ne vous décourage pas trop pour les semaines à venir !

Et le résultat de cette élection aura été obtenu par le vote d’une classe moyenne oubliée, méprisée, tout comme en France, qui travaille dur et se voit confisquer le fruit de son travail par des impôts intolérables, des prélèvements fiscaux exorbitants alors que la dette continue de filer. Mais où passe l’argent disent ils ?

Il ce sera agi du vote d’une classe moyenne qui, comme en France, s’aperçoit qu’il n’y a plus de frontières, et qu’on n’y reconduit plus aucun de ceux qui devraient quitter le pays. Que le territoire national est devenu un vaste « squat ». Et que plus on installe des robots dans les usines pour remplacer des ouvriers qu’on jette au chômage, et plus on nous bourre le crane en nous faisant croire qu’on a besoin d’immigrés sans qualification. Pour payer nos retraites ? Quelle tromperie !

Beaucoup de français sont écœurés en contemplant à la télé les ors de la République, les voitures de fonction, les notes de frais, les dépenses de fleurs somptuaires dans les salons dorés. Il y a les comités « machin-truc » pour recaser les copains, et ces fonctionnaires ou enseignants qui siègent au Palais Bourbon et qui retrouveront ensuite leur place au chaud quelque part et ne connaîtront jamais Pole Emploi.  Le ras le bol de nos concitoyens déconsidérés ressemble néanmoins trait pour trait à celui de la classe moyenne outre atlantique.

Et encore les américains sont ils davantage que nous des patriotes qui ne veulent pas qu’on touche à leur drapeau, ou qu’on le brûle. Ils sont souvent issus de l’immigration mais tiennent à leurs valeurs tout comme nous, nous tenons à nos crèches et à nos clochers. Et ils ne toléreraient pas qu’on fasse cramer des policiers dans leurs voitures sans que cela fasse bouger les politiques. Et nous aurions des leçons à leur donner ?

Les citoyens de la classe moyenne américaine sont identiques à ces français qui voient comment sont gérés leurs territoires, où y sévit le clientélisme, et qu’on pressure d’impôts pour bâtir des réalisations dispendieuses qui n’ont pas grand sens sinon de satisfaire les lubies de politiques locaux. Pour eux, il y a deux catégories : ceux qui payent, c’est à dire eux mêmes,  et les autres qui ne payent pas l’impôt, et réclament toujours plus, rien n’étant jamais trop beau, ni jamais trop cher.  Lorsque le payeur, petit retraité, petit commerçant,  petit salarié en a assez et se rebiffe contre la bien pensance, la pensée unique, les faux bons sentiments, il vote pour un …  Trump.

Et en ce moment, on explique au citoyen qu’il faut s’occuper de ces prétendus Syriens qui sont particulièrement bronzés et crépus et qu’on accueille mieux que s’ils étaient nés à Belleville. Quand des SDF crèvent sous nos ponts à Paris. Cherche t’on à nous pousser à bout ?  Mais on va sans doute me traiter de raciste ou de facho.

ALORS VOILA. Ce monde n’est pas tel qu’on le rêve, avec son réchauffement climatique dont tout le monde se fout et ces pesticides qui nous tuent. Et le manque d’eau dont nos enfants vont souffrir. Tout cela ne me dit rien qui vaille. Au point de se demander s’il est intelligent d’avoir des enfants. Qui paieront nos déficits au détriment d’une qualité de vie inférieure à la nôtre.  Tout en nous maudissant.

Ces Américains qui ont voté pour Trump pourraient être vous ou moi. Ne faisons pas n’importe quoi en 2017 et ne votons pas, par rejet de tout,  pour le Front National. Mais nos dirigeants l’auraient bien cherché ! Et cela pourrait arriver encore plus vite que Trump qui a bien trumpé tous les sondages.

-o-

Une conférence de l’Association Anticor près de chez vous, samedi !

15 septembre 2016

logo-anticor

leur site :

http://www.anticor.org/

Gersende nous dit : Des amis ? Anticor. Bien des choses nous séparent ! Un ami, Philippe Pascot, « l’homme au chapeau » ?  (ne cherchez pas une quelconque allusion, il porte toujours un drôle de chapeau). On a eu bien des divergences politiques ou autres mais peut être est ce ainsi qu’on finit par apprécier les gens. Sans pour autant se ranger toujours à leur point de vue.

Mais ANTICOR est une association utile. Qui fait un travail formidable. Qui a besoin de moyens pour exister. Qui peut être de très bons conseils !

Il seront samedi 17 septembre dans les P.O., à Elne,  à deux pas de Cabestany. Moi, je n’y serai pas car trop loin. Mais vous, vous y serez peut être ?

Leur conférence  dure environ 3 heures oo, s’il n’y a pas trop de questions, mais c’est souvent le moment le plus passionnant.

Réunion publique d’Anticor.

a 14 heures précises à Elne.

Invité pour l’événement, Monsieur PASCOT Philippe,
auteurs des ouvrages :

– Délits d’élus
– Pilleur d’état
– Du goudron et des plumes

Débat sur la corruption dans le monde politique.

150 places disponibles

Cinéma, 13 boulevard Voltaire, 66200 ELNE

Comment gérent ils les places, faut il réserver, ? A chaque conférence, il y a des gens debout quand cela est autorisé, et bien du monde qui ne peut pas entrer ! Peut être pouvez vous vous renseigner.

https://www.facebook.com/events/222351151494801/

Et il  parait que l’Indép devrait en parler jeudi ou vendredi.


POSTMASTER : rajout à l’article de Gersende, à 20 heures, ce soir jeudi. En effet l’Indep en a parlé dans son édition Catalane de ce matin :

anticor—-

Les candidats de la Primaire de la Droite et du Centre dans les stalles de départ !

14 septembre 2016

candidats-de-la-primaire-de-la-droite

dans l’ordre alphabétique :

Jean-François Copé

François Fillon

Alain Juppé

Nathalie Kosciusko-Morizet

Bruno Le Maire

Hervé Mariton

Jean-Frédéric Poisson

Nicolas Sarkozy

Durant le dernier week end, un site qui vous dévoilait le nombre de parrainages de parlementaires et l’identité de « qui avait voté pour qui » a battu un record de connexions digne du livre des records :

http://www.francetvinfo.fr/politique/les-republicains/primaire-de-la-droite/info-franceinfo-primaire-des-republicains-quel-candidat-votre-depute-ou-senateur-a-t-il-parraine_1819173.html

sachant que Jean Frédéric Poisson en tant que Président d’un mouvement politique était dispensé de parrainages, comme il était stipulé dans le règlement de cette Primaire.

 L’identité des militants qui ont parrainé tel ou tel candidat ne sera jamais dévoilée. Et leur acte n’engage en rien leur vote futur qui sera peut être différent après avoir écouté leurs propositions.

Mais il reste à vérifier les parrainages des parlementaires : la Haute Autorité de cette Primaire s’est donnée jusqu’au 21 septembre pour officialiser les candidatures.

On mettra en ligne, pour vous être agréables et non pas parce que vous ne seriez pas capables de trouver vous mêmes l’info sur le net,  les liens que nous enverront eux mêmes les candidats ou plutôt leur staff de campagne. Des liens qui pointent vers leurs différents sites, facebook, twitter, instagram….   Mais seulement après le 21 septembre.

En fera t’on un peu plus ?

Des candidats nous en ont déjà fait parvenir un certain nombre de ces liens, depuis quelques temps,  chez Blog-Cabestany  – de manière spontanée –  c’est à dire sans qu’on leur demande. Et nous ont promis de nous en envoyer de nouveaux, au fur et a mesure de la campagne. Avec des calendriers de réunions, de déplacements. De l’argumentaire. Comment n’y serions nous pas sensibles ?

D’autres ont accédé à une demande envoyée par mail. Et ils nous ont répondu de façon plutôt sympathique avec des mots aimables. Pour l’un (ou l’une) on a même récupéré  les coordonnées de son staff, numéros personnels des responsables de campagne (jour et nuit !), adresse emails et accès protégé par mot de passe vers des sites confidentiels !!!   Nous n’en avions pas demandé tant. Cette confiance nous honore. Certains éléments restant bien évidemment confidentiels. 

Et puis il y a ceux qui ne connaissent pas l’existence de notre Blog et on ne saurait leur en vouloir. Qui ont surement d’autre chats à fouetter. Mais qui n’ont pas encore trouvé le temps de nous répondre.

Puisqu’on  a décidé de ne pas prendre parti pour un candidat plutôt que pour un autre, on essaiera quand même de ne pas faire d’exclusive à partir de ce genre de critère et de ne pas faire de favoritisme. Sous prétexte que nous aurions plus de facilités à accéder aux informations de certains candidats, celles ci nous arrivant sans que l’on ait rien à faire.

Mais si la préservation de l’égalité entre tous les candidats, et cela nous y tenons,  nous conduisait vers un « service minimum », cela aussi nous l’avons envisagé. Certains, dans notre rédaction, n’avaient pas vu les choses ainsi. Si cela arrivait, il faudra bien qu’ils se rangent à la raison. En dehors de cette Primaire, on aura de toutes façons, tellement d’autres choses à vous dire. A suivre donc….

On reparlera de tout cela après le 21 septembre !

-o-

 

 

Ce soir, vendredi 9 septembre 2016, clôture du dépôt des candidatures pour la Primaire de la Droite et du Centre !

9 septembre 2016

marianneMarianne

«  » Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées, et cela fait venir de coupables pensées. »   Tartuffe (Molière)


l’Édito politique de Gersende

Certains médias s’avancent peut être beaucoup en prétendant pouvoir nous donner la liste officielle des candidats retenus pour cette Primaire de la Droite et du Centre et ce durant le week end. Le temps de vérifier les parrainages me fait penser que mes amis les rédacteurs de ce blog (dont je ne fais pas partie)  vous donneront les résultats plutôt la semaine prochaine. On verra bien.

Car il fallait aux candidats trois sortes de parrainages : ceux de parlementaires, ceux de certaines catégories d’élus, et ceux des militants, le tout réparti géographiquement (le plus compliqué), et selon mes sources, ce ne sont pas les parrainages des militants qui auront été le plus difficile à avoir !?

Avec la liste officielle des candidats, la campagne officielle pourra – enfin – démarrer. Parce qu’elle n’avait pas encore démarré ? Ne faisons pas de mauvais esprit !!!!

Nous ne savons pas si nos élus à Cabestany prendront publiquement fait et cause pour un candidat. A priori, non.

Chez Blog-Cabestany, il y a peu d’encartés, mais en ce qui concerne la poignée de ceux qui à jour de leur cotisation pouvaient parrainer des candidats, ces rédacteurs nous ont avoué n’avoir voté que pour des « petits » candidats (ce qui n’est en rien péjoratif). Pour une femme, d’abord, car il ne s’agit pas de féminisme si on pense qu’il devrait quand même y avoir une femme dans cette primaire. Mais aussi pour d’autres candidats, qui ont su s’affranchir de la doctrine ambiante, certains n’hésitant pas à avoir des idées à contre courant, réalistes … ou non. On espère voir ces « petits » candidats participer à cette primaire. Pour lui apporter un peu de fraicheur et d’idées pour enrichir le débat. On pense à celui qu’on ne nommera pas mais qu’on a rencontré à Saleilles avant les vacances et qui a déjà le mérite d’être sympathique et très abordable. Nos amis Daniel Mach, François Lietta, et plus encore,  l’avaient accueilli chaleureusement.

Il y a moins d’une semaine, certains candidats nous disaient avoir ramé plus qu’ils n’auraient jamais pu l’ imaginer dans le pire des scénarios envisagés pour décrocher – ou pas – leurs parrainages. Car tous ne passeront peut être pas la barre. Certains étaient plutôt amers et déclaraient que les conditions pour accéder à cette primaire ne favorisaient que des candidats déjà connus et influents. Chacun jugera.

Et l’UDI dans tout cela ? Il n’y aura pas de candidat UDI dans cette primaire. Non pas que le torchon brule entre les L.R.et l’UDI. Tous va bien même. Mais les sondages prédisaient il y a six mois qu’un candidat UDI n’aurait pas figuré au deuxième tour, et ce parti, qui a démocratiquement interrogé ses militants,  en a déduit qu’une « non-victoire » pouvait nuire à son image. Un choix. Mais les électeurs UDI se déplaceront à cette primaire sans problèmes.

La prochaine étape sera pour vous donner le nombre, la liste des bureaux de vote, les horaires, et autres détails. Tout est bouclé à 98%. Mais tout cela ne sera officialisé qu’à fin octobre. Ne comptez pas sur moi pour en dire plus. Vour réussirez bien à survivre quelques semaines de plus avant de savoir où vous irez voter pour votre candidat.

Mais les L.R. et l’UDI, dans la grande majorité des circonscriptions, ne s’affronteront pas pour les législatives et les accords sont déjà quasiment finalisés.

Car pour les partis politiques, aussi étonnant que cela puisse paraître, on est déjà au delà des Présidentielles, et à fond dans les législatives.

Pour revenir à ces présidentielles, si on regarde les derniers sondages, Marine LE PEN serait au deuxième tour. Mais elle est loin d’avoir gagné. Sauf si une terrible actualité, comme celle des attentats de Madrid en 2004, ne venait rebattre les cartes. Les sondages n’ont jamais été autant fiables mais les électeurs n’ont jamais autant changeants, et ce qui est valable aujourd’hui ne le sera pas la semaine prochaine. Par contre, quel ou quelle que soit le Président, et plus encore si Madame LE PEN ne décrochait pas la timbale, les candidats du Front National pourraient bien faire un raz de marée aux législatives. Une assemblée nationale, sans majorité absolue et ingouvernable ? Des alliances comme en Allemagne ? Un Président de Droite choisissant un premier ministre de centre gauche ? le calcul que fait Macron.  Un sondeur envisage même une possibilité de cohabitation entre un Président de Droite et un premier ministre « bleu-marine ». Pour moi le cauchemar absolu. Mais il est rare que les choses se passent comme prévu !

Ma culture politique me fait dire que les législatives dans un pays sont le seul vrai baromètre de l’opinion du citoyen. Et que faire les législatives après les présidentielles dénature la volonté populaire. Chacun son avis. C’est le mien. Pourquoi ne pas faire des législatives tous les quatre ans pour être en phase avec les français. Surtout que l’on constate avec amertume qu’un  gouvernement n’est efficace que les 6 premiers mois. Mais de là à aller voter tous les 6 mois ! Quant au cumul des mandats, je ne suis pas contre, puisqu’un ancrage local pour un député ne me parait pas être une mauvaise chose. Ce qui pollue la politique est cette accumulation de mandats successifs, pour certains à vie. Et plus quand cela s’étale sur plusieurs générations !

Et puis il y a cette référence perpétuelle au Gaullisme. Dans lequel j’ai vécu toute mon enfance. Et j’y suis attachée plus que tout. Mais n’est il pas venu le moment de remettre les pendules à l’heure. Tout le monde sait ce que la France doit au « Général ». Mais l’homme providentiel qu’il fut durant la seconde guerre mondiale n’a jamais imposé « sa » politique et « ses » idées dans les années 60, à tout un peuple, et contre son gré, comme voudraient nous le faire croire les imbéciles. De Gaulle  a d’ailleurs choisi de volontairement quitter le pouvoir après un référendum perdu alors qu’il n’y était pas obligé. Mais quel Président ose encore organiser un référendum de nos jours ?  De Gaulle avait simplement compris les aspirations du citoyen et avait concrétisé la volonté du peuple. Rien d’autre qui ne fasse appel à un quelconque imaginaire et ce n’est pas l’homme mais la méthode qu’il faut mettre en avant. Sa force aura été sa détermination à s’affranchir des pesanteurs, des blocages, des empêcheurs de tourner en rond qui nous pourrissent la vie aujourd’hui, et devant lesquels nos hommes politiques reculent comme un cheval qui refuse l’obstacle. Appliquer ce que souhaiterait la majorité des français : cela s’appelle tout simplement la démocratie.

En 2017, nous ne souhaitons pas un président qui nous fasse du Gaullisme, du Mitterandisme, du Hollandisme. Ou à Cabestany, qui permette d’installer l’Étoile Rouge sur la maison des Jeunes !  Nous souhaitons un président qui sache mettre en musique, sans faiblesse, sans atermoiements, sans se laisser dominer par certains élus locaux ou parlementaires qui se prennent pour des roitelets, ce que la plus grande partie du peuple de France souhaite. Quand bien même il y aurait – dans le programme – quelques idées de gauche, de droite, ou d’ailleurs qui peuvent très bien coexister en dehors des clivages qu’on nous impose. Car il existe une majorité de français qui croient aux même valeurs même s’ils se dispersent entre plusieurs partis politiques.  Ce n’est pas un homme providentiel que nous devons attendre  comme le messie, mais celui qui représentera la majorité d’entre nous et fera ce que nous souhaitons qu’il fasse, sans faiblir, ….. comme l’avait fait si bien, en son temps, le « Général »

Mais quelle dérision que cette course effrénée vers le pouvoir pour changer les choses. Puis, une fois l’avoir atteint, ne pas exercer ce pouvoir. Se complaire dans l’immobilisme, ne plus rien faire, et attendre, attendre, attendre …… « d’avoir du bol » ! 

BON WEEK END  A TOUS !

GERSENDE

-o-

« C’est la rentrée, le chômage, et si on en parlait  » écrit Gersende !

1 septembre 2016

rentrée-o-

On va parler du chômage. Mais pas avec les chiffres qu’on trouve ça et là, interprétés par ceux qui veulent leur faire dire ce qu’ils essayent de nous faire croire  !

Et si on prenait simplement les statistiques officielles et tout à fait crédibles d’un organisme qui se nomme DARES (Etudes et Statistiques) qui dépend du Ministère du Travail, de L’Emploi et de la Formation. C’est assez difficile de s’y retrouver mais tout y est. Et si on s’y perd c’est que l’on ne nous cache rien : mais trop d’informations tuent parfois l’info.

Le site est :

http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/

et on peut même s’inscrire avec son adresse email à une newsletter, mais on y trouve aussi des rapports, études et statistiques gratuitement à la condition de chercher un peu ou plutôt beaucoup sur leur site.

La dernière étude : « DARES INDICATEURS » du mois d’Aout. Un rapport de 13 pages qui vous donne un certain nombre de statistiques dont certaines datent de fin juillet 2016. Avec des tableaux écrits en tout petit, et des diagrammes et courbes peu explicites, sauf pour celui qui en a l’habitude. Le PDF à télécharger :

DARES – AOUT 2016

Mais  TOUT VA BIEN comme dirait le Chef de l’Etat avec à fin juillet,  3 506 600 demandeurs d’emploi de la catégorie A : ceux qui n’ont aucun emploi (ou moins de 3 heures dans le mois pour lesquels il leur faut remplir des papiers durant plus de trois heures). Un chiffre qui a reculé – statistiquement – de 1,2% en an. C’est vrai. Mais la vérité pourrait bien être ailleurs.

On y rajoutera 1,9 million de précaires, intermittents, intérimaires et autres qui travaillent moins de 20 heures par semaine et ce n’est pas souvent leur choix. Et là le chiffre ne baisse pas ! Des personnes que certains considèrent comme des gens usurpant le titre de chômeur puisque travaillant plus de trois heures dans le mois !!!  Si vous avez la chance d’avoir un boulot, 6 h 10 par jour et 4  jours par semaine (+ de 24 h hebdomadaire), vous n’êtes plus tout à fait à temps partiel sans être exactement à temps plein !?   A 35 heures par semaine, alors là, on vous traitera bientôt de « profiteur ». Le fisc ne vous ratera pas.

En France le chômage est endémique depuis plusieurs décennies et pas imputable au seul Président de la République en exercice….  qui n’aura rien fait pour que cela s’arrange, sinon inventer des dispositifs d’une complexité incroyable qui sont de véritables usines à gaz où personne ne s’y retrouve, et créer de faux emplois, précaires de surcroit, et inutiles pour la plupart. Mais qu’ils soient inutiles est sans doute une bonne chose car s’ils étaient utiles, pourquoi est ce qu’un employeur embaucherait des salariés s’il pouvait les remplacer par des gens qui ne lui coutent rien ou pas grand chose. Cela plombe par contre nos impôts.

Dans les collectivités territoriales, par endroits, ces pseudo emplois, on les fait venir un jour sur deux, ou sur trois, car on manque de bureaux, de chaises. Et rien à leur donner à faire quand certains titulaires ont déjà du mal à s’occuper. Il y a pourtant des piles de dossiers en instance (peut être le vôtre) depuis des mois mais il faudrait embaucher des gens qualifiés pour les traiter et ne plus recruter sur les bases du clientélisme. Remplacer des agents compétents qui partent en retraite par des jeunes qui savent à peine lire ou écrire ne va rien arranger, mais les syndicats leur diront pour qui voter.

Et il y a toutes ces personnes, par dizaine de milliers et plus encore, en formation. Il y a ce chef de cuisine réputé, parisien, quinquagénaire, qui se retrouve en chômage parce que le palace ou il travaillait ferme pour de longs mois de travaux. On lui a dit qu’il ne serait pas repris à la réouverture pour pouvoir rajeunir l’équipe. On lui propose une formation de coiffeur. Pendant six mois il va continuer à toucher son salaire de 4 800. euros nets (tant mieux pour lui) pour apprendre le maniement de la tondeuse qui lui servira à couper les cheveux de ses enfants. Mais il n’est pas dans les statistiques des demandeurs d’emploi de la catégorie A. Il pense ensuite investir dans un camion à pizza. Pourquoi pas ? Pour trouver un emplacement sur les Champs Élysées, c’est pas gagné. On lui suggère d’appeler la mairie à Cabestany.

Un français sur deux inscrit à Pole Emploi ne touche aucune indemnité. La plupart, dégoutés, ne font plus l’effort de remplir des papiers. Ils sont radiés. Mais ceux qui remplissent les formulaires le sont aussi ! Pour eux, quelle différence ? Pour les statistiques c’est du pain béni. Les radiations ? + 39% depuis un an. C’est dur de le comprendre dans les statistiques. Mais cela y figure si on veut bien se donner la peine, beaucoup de peine, de chercher.

Il y a 5 catégories de chômeurs : A B C D E. Celui qui passe d’un temps partiel, non souhaité, de 19 heures par semaine à 20 h change de catégorie. Il passe une heure à remplir des formulaires. Et il faut sans doute deux heures à un agent de Pôle Emploi, pour exploiter son formulaire, s’y retrouver dans le monstrueux logiciel de statistiques, et rentrer les données dans son ordinateur, à la condition que ses collègues n’aient pas la même idée en même temps, sinon ça rame ou c’est le bug pour 48 heures oo. Pendant ce temps là, il y a des gens qui attendent dans le hall qu’on daigne les appeler au micro.

Si on additionne les catégories A B C D E (E : les emplois aidés) on arrive à 6 513 900 chômeurs. Précision : DOM TOM inclus.

En sachant qu’une veuve de plus de + de 55 ans qui touche « déjà » une petite pension de réversion de 500. euros par mois n’est pas considérée comme une personne qui est légitimement prioritaire pour accèder à un emploi quand tant de jeunes qui n’ont rien sont en recherche. Mais on ne peut pas la radier. Ni le lui dire en face. Ni la mettre à la retraite. Comme elle n’a rien à faire, elle peut bien attendre 5 heures dans la salle d’attente. Pour lui faire comprendre que c’est une profiteuse. On la reçoit enfin pour lui dire qu’à 65 ans, c’est à dire dans 10 ans, elle touchera un complément pour arriver au minimum vieillesse. Complément qu’on récupérera sur son fauteuil ou son canapé qu’on vendra aux enchères à sa disparition. Il n’y a pas de petites économies.

Près de la moitié (croit on) de ceux qui pourraient prétendre au R.S.A. ne le touchent pas, mais pour la plupart c’est de leur faute. Et s’ils s’y inscrivaient, un département comme les P.O. n’aurait plus qu’à mettre une pancarte « liquidation judiciaire ». A moins de nous mettre une taxe sur les machines à laver, les aspirateurs, le chien et le piano. Et si je parle du chien et du piano, ce n’est pas un hasard. Cela a existé en France. Une idée lumineuse de ceux qui faisaient nos lois il y a un demi siècle. Une taxe perçue plus souvent à la suite d’une dénonciation anonyme que par la déclaration spontanée du propriétaire. Le piano on pouvait se dispenser d’en jouer, et le cacher sous une couverture,  mais empêcher le chien d’aboyer. Et ces messieurs les gendarmes passaient des heures à vérifier. Si en plus de tout ce qu’ils ont a faire, il fallait qu’ils le fassent à notre époque. Une taxe sur laquelle on a passé deux heures de cours à Sciences-Po. Pour nous faire comprendre que les milliers de taxes perçues aujourd’hui sur les sodas et tant d’autres choses, sont du même acabit. Alors lorsqu’on parle de réforme fiscale, c’est le poil à gratter.

Si je prends ma calculette, mais vous pouvez le faire vous mêmes, et que j’additionne tous les chiffres, j’arrive à ONZE millions entre les chômeurs indemnisés ou pas, emplois aidés, les travailleurs précaires, les sans droit (et je prends une fourchette très basse) et les autres. C’est qui les autres ? Il y a les femmes qui touchent une pension alimentaire, l’étudiant qui a déjà une bourse mais « ose » chercher un complément, l’auto entrepreneur qui n’a pas de clients, et même le petit retraité (un nanti) qui voudrait venir faire le jardin chez vous et qui ne voudrait pas enfreindre la loi en se faisant payer « au black ». Même le super calculateur de la NASA ne s’y retrouverait pas.

Combien dans ces onze millions de personnes font des petits boulots « non déclarés » ? Combien sont en dessous du seuil de pauvreté ? Beaucoup mais cela veut dire quoi au juste ?  Certains mangent les croquettes du chien mais se cachent par dignité, d’autres roulent en 4×4 mais savent pleurer pour vous émouvoir. Comment s’y retrouver ?  Il est temps de faire une prière à Saint Macron qui va nous sauver en nous « ubérisant ». Ou aller faire un tour sur ce site qui a trouvé un filon avec ses petites annonces qui vous permettaient autrefois de trouver un billard auquel il manquait un pied. Maintenant on est passé aux annonces pour trouver un  job. Souvent un petit boulot. Mais il paraît que ça marche !

Et le bâtiment, la construction navale, – pour faire court – repartiraient grâce à ces 1,3 millions (chiffre contesté d’ailleurs de toutes parts et que je ne prétends pas officiel mais…) de travailleurs étrangers qui sont sous le régime des charges sociales de leur pays d’origine. Mais à la fac on vous apprend la psychologie quand on devrait plutôt vous apprendre à souder deux plaques de métal. Et je ne m’avancerai pas à citer des chiffres concernant le travail accompli par les sans-papiers. Qu’on ne connait pas. Ils ravalent votre immeuble et vont se cacher lorsqu’un controleur passe et trouve un chef d’équipe….  sans équipe. Ils ont leurs enfants à l’école. Ont une quittance de gaz. Et certains paient même des impôts sur le revenu !?  Les sociétés qui les emploient remportent les appels d’offre des marchés publics ! Pour les malfaçons vous iraient vous adresser au P.D.G., un prête nom, qui est en réalité concierge d’un immeuble en Lettonie. Vos impôts serviront à réparer le bâtiment public qui aura couté quatre fois plus cher que s’il avait été réalisé par un entrepreneur local. Cela ne vous dit rien dans les P.O. ? « C’est la loi » vous diront les élus de gauche. Ils se sont bien gardés de la changer.

Ceux qui sont sans doute le mieux informés de tout cela se trouvent dans les milieux officiels. Je les fréquente tous les jours. Mais ont ils intérêt à raconter ce qu’ils savent ? Et puis, « ça c’est à cause de l’Europe » vous expliquera t’on !

Quand on nous dit que tout va bien, je pense qu’on nous prend vraiment pour des imbéciles !

Mais quand je lis le programme ou écoute les idées de tous ceux qui de la gauche de la gauche à la droite de la droite ont la solution « miracle » j’ai envie de sauter par la fenêtre !

Gersende

-o-

 

Lundi : l’hommage de la nation, la bronca du peuple !

18 juillet 2016

hommage de la nationvalls

Le billet de Gersende

Ce midi, je me trouvais au pied de l’immeuble où se trouve nos bureaux, et où l’on a oublié, semble t’il, d’installer la clim’.  Sauf à l’étage de la Direction.

Avec mes collègues, nous buvions un rafraichissement, dans le café où nous avons nos habitudes de déjeuner – vite fait – d’un sandwich, et regardions l’écran de télévision récemment installé pour l’Euro.

A midi pile, dans cet établissement, nous avons tous observé une minute de silence tout comme cette immense foule massée sur la Promenade des Anglais à Nice. Certains passants déambulant sur le trottoir devant notre bistro se sont même arrêtés pour se recueillir avec nous.

Aujourd’hui, est le jour de l’hommage de la nation aux victimes, et nous nous y associons.

L’arrivée d’une partie du gouvernement, et du premier ministre, à Nice, déclenchèrent dans la foule des huées, des cris de démission ; des insultes telles qu’ « assassins ». Mais sur les pancartes c’était bien le Président de la République qui était visé. Il s’était empressé d’envoyer son Premier Ministre affronter la colère de la foule tandis que lui se recueillait Place Beauvau à Paris, protégé par un quintuple cordon de barrières qui aurait davantage eu son efficacité à Nice, jeudi dernier. Courage, fuyons !

Puis la foule applaudissait les policiers, les pompiers, les secouristes, alors que nos ministres n’avaient guère l’air triomphant.

La Droite Républicaine ne s’associe pas à ces huées, et ces cris, car aujourd’hui est un jour d’hommage aux victimes et ces manifestations d’une colère du peuple, tout à fait légitime, ne peuvent pas être une fin en soi.

Mais demain sera un autre jour. Et il faudra bien ouvrir le débat. Et peut être faudra t’il que la Droite et la Gauche travaillent ensemble sur ce sujet du terrorisme car il ne s’agit en aucun cas d’un combat droite-gauche ou d’un affrontement politicien. Et nullement d’une opposition qui ne chercherait à s’opposer que pour le plaisir de contester ceux qui gouvernent car demain la situation pourrait être inverse, la droite aux commandes, et le problème nullement réglé.

Mais reconnaissons l’immobilisme de ce gouvernement. Il faut déplorer les dérives coupables d’une Garde des Sceaux qui aura sévi durant 4 années avant qu’on ne lui demande de partir et de s’arrêter de nuire. Peut être que Manuel Valls aurait été plus efficace s’il n’avait été empêché par ces frondeurs socialistes, ces communistes, ces front de gauche, ces verts, qui se montrent incapables de faire leur examen de conscience et de reconnaître leur responsabilité due à leur laxisme coupable. Mais le dogmatisme rend aveugle.

C’est dans le contexte d’un gouvernement incapable, incompétent, d’une mollesse extravagante, que les citoyens ont élus un jour – démocratiquement – et acclamé des hommes supposés providentiels qui s’appelaient Hitler, ou Mussolini, Franco, Pinochet. On connait la suite. Lorsque les clefs sont sur le tableau de bord, le chauffeur dormant sur le siège arrière, n’importe qui peut s’emparer de la voiture. Et si des gens autoritaires prennent un jour le pouvoir en France, ce sont ceux par la faute desquels cela sera arrivé qui seront les premiers à se lamenter et prendre les autres à témoin. Quand 15% des français, plus que ceux qui défendent encore ce gouvernement, disent qu’ils souhaiteraient en France…. un coup d’état !

Si notre Président s’avère incapable de diriger la France et s’il n’y a plus de pilote dans l’avion, se retirer prouverait qu’au moins il aime son pays et ne lui veut que du bien.

La Droite Républicaine et la gauche peuvent sans doute travailler ensemble, mais à une seule condition : que les socialistes de bonne volonté coupent leurs liens définitivement avec tous ces nuisibles qui sont sur leur aile gauche.

L’histoire se répète. Nous sommes au bord du précipice. Allez plus qu’un pas en avant !

Gersende. Ecrit le 18 juillet 2016 sur mon Samsung Galaxy Tab.

-o-

Quand France 2 nous abrutit avec une émission « pseudo-économique » politisée à la sauce PS version 2017.

1 juin 2016

index

Le billet d’humeur de Gersende, politologue, envoyé à minuit (!) à Blog-Cabestany

«   lorsqu’on va dans un restaurant mexicain on ne s’attend pas à trouver des sphagetti sur le menu, et lorsqu’on passe la porte d’un restaurant chinois on ne réclame pas des frites. Le dénommé Lenglet (chauve qui peut) nous aura concocté L’ANGLE ECO : la pire émission jamais réalisée par une chaine de TV publique financée par notre redevance.

Des vérités, certes, mais mélangées à tellement de contre vérités. Des omissions, des oublis, une présentation tronquée, pour nous démontrer que si Hollande c’est nul, c’est quand même moins pire que la Droite. Mais cela il ne le dit jamais. Il nous le suggère dans ses démonstrations alambiquées en espérant qu’on se laissera abuser. Il aura même mis dans la même recette une pincée des idées du Front National et de celles de Mélanchon. Pour faire populiste. Mais le tout enrobé par des ficelles destinées à faire appel à nos bons sentiments et à la morale. Qui pourrait nous reprocher ensuite d’être tombés dans le panneau ?

On sait où le journaliste de France 2 a préparé son émission. Du côté de Bercy. Mais a t’il passé plus de temps à l’étage de Sapin ou à l’étage de Macron. A vous de voir. On vous a servi le pire mixture qu’il était possible de vous cuisiner et qui vous a peut être même plu car avec beaucoup de sucre on nous ferait manger ce qu’il y a de plus amer. Mais on dirait bien que notre télé nationale est déjà en campagne. Pour qui ? Si vous ne l’avez pas deviné !

Un trop court moment avec Joseph E. Stiglitz, ancien conseiller de Bill Clinton, et Prix Nobel d’économie.

Nous avons en France un Prix Nobel d’Economie (2014) Jean Tirole, qui a écrit un livre qui décape et qui va à l’encontre de la bien pensance et des clichés. Un livre qui dérange et qui contrarie la plupart des programmes de nos politiques aussi bien de droite que de gauche. Mais des théories qui s’appuient sur des statistiques, du concret, et qui ne cherchent pas à plaire à une fraction des électeurs ou à une autre. Il était invité. On lui aura fait jouer le rôle d’alibi pour mieux nous enfumer. On est bien triste pour lui. Combien de temps lui aura t’on accordé pour s’exprimer ?

Mais pouvait t’on lui laisser dire qu’il faut d’abord commencer à créer de la richesse avant de la distribuer. Ne pas faire des dettes en se disant que le contribuable les paiera un jour ou l’autre, mais plutôt l’autre. Ne pas recourir systématiquement à l’impôt pour équilibrer les comptes et satisfaire ses lubies d’élus. Et ne pas faire du social en s’en prenant au livret A des classes moyennes. Car posséder un livret A même avec seulement quelques euros est plus condamnable aujourd’hui que de payer l’ISF. Et le sieur Macron n’a aucune envie de payer le sien mais prendrait bien notre livret A.

Jean Tirole est un économiste que nos gouvernants, syndicats, institutions, généralement  ignorent car cela rendrait leur soupe invendable. Le faire venir comme caution de ce qu’il ne pouvait cautionner était un coup tordu et mon téléphone n’arrête pas des sonner pour m’en parler et mes amis sont révoltés.

Sur 3 heures d’émission il y aura eu juste quelques minutes de potable. Si ces minutes vous font oublier le reste, tant mieux. Moi, je suis remontée contre ce lavage de cerveau des citoyens capables de réflexion que nous nous imaginons être.

Ne vous laissez pas abuser et gardez votre libre arbitre.

Et un bon livre comme celui de Jean Tirole vaut surement mieux qu’une émission racoleuse qui décrédibilise le service public. J’attends avec impatience de lire les critiques de cette émission demain aussi bien dans le Figaro que dans l’Huma. Je ne pouvais attendre demain pour vous envoyer mon billet en raison de la sympathie qui me lie à la rédaction de votre Blog… et de quelques autres.

Amitiés et à bientôt. Et surtout bonne nuit si vous n’êtes pas encore couchés. «  »

signé : Gersende

envoyé de mon téléphone : pardonnez les fautes

-o-

le livre de Jean Tirole :

9782130729969_v100

Francis de ….. Nazaire, nous écrit : « Mais à quel sein se vouer désormais? »

24 avril 2016
un dessin de l'humoriste MIEGE que l'ancienne garde des sceaux aura trainé plusieurs fois au tribunal tellement elle était capable d'apprécier l'humour !

un dessin de David MIEGE que l’ancienne garde des sceaux aura trainé plusieurs fois au tribunal tellement elle était incapable d’apprécier son humour !

« C’est vous qui le dites »

 » Francis  » écrit :

« Parce qu’un voisin m’en a parlé j’ai constaté que sur France 2 au moment de la méteo on indiquait le prénom à fêter le lendemain mais que le mot « Saint » avait disparu. J’ai appelé la chaine de Télévision. On m’a baladé de longues minutes. On m’a raccroché volontairement ou involontairement plusieurs fois au nez et pour finir une dame m’a demandé si j’avais en ma possession un « almanach du facteur » le nouveau nom pour parler du calendrier de la Poste. Elle m’a conseillé de le regarder et j’ai constaté que là aussi les saints avaient disparu.  etc ………………………………………………….  »

La réponse de POSTMASTER (un collectif composé de citoyens ayant les mêmes valeurs mais pas tous la même sensibilité politique) :

J’ai choisi de répondre à votre mail parce qu’il est  à contre courant des autres : une façon comme une autre de ne pas avoir à m’exprimer sur la démarche du Pape, qui aurait abandonné des Chrétiens malades sur l’Ile de Lesbos préférant ramener des gens bien portants d’une autre religion. Un symbole expliquent certains. Ou de la communication divine ? C’est condamnable nous disent  des internautes qui nous écrivent de façon régulière. Quand d’autres trouvent cela admirable. Un sujet qui divise gravement, comme si on avait besoin de cela dans un contexte plutôt tendu.

Je ne vous commenterais pas non plus  « Nuit d’égout », place de la République à Paris.  Il paraitrait qu’ils sont aussi à Perpignan. Des gens que « Libé » nous dit qu’ils interdisent la parole aux souchiens (les français dit « de souche »). Dont je ne fais pas partie étant Catalane ! Mais, on connait la chanson : « les souchiens aboient, la caravane passe ». Je les attends pour passer avec eux une nuit debout au Mas Guerido. Avec  chorizo et cava.

J’aurais pu vous parler aussi de Saint Macron (rien à voir avec une enseigne de marchand de tapis). Quoique au sens figuré, en matière de marchand de tapis…. et de bobards, en voilà un qui semble s’y connaitre mais il paraît qu’à droite, certains seraient sensibles à ses idées…. D’autres, comme moi, – encore des racistes – lui préfèrent ma grande amie Rama Yade.

Mais revenons à nos moutons. Francis, la disparition des Saints sur toutes les chaines de télévision du service public, date de l’été 2015. Si les programmes des différentes chaines de télé sont de plus en plus minables, à vous écouter, il y a quand même des gens qui cogitent pour nous sortir ce genre d’idiotie, et justifier que vous deviez mettre la main au porte monnaie pour payer chaque année votre « sainte » redevance qui frise de plus en plus l’escroquerie. Plusieurs médias ont parlé de cette disparition en 2015, la preuve en est ce dessin humoristique – ou pas – que j’ai mis en haut de mon article. Un dessin de Miege, dont je vous raconterai – peut être – les déboires une autre fois.

Pour le 1er avril, chez Blog-Cabestany, alors qu’on avait reçu de la part de nos lecteurs, des propositions plus amusantes les unes que les autres, l’un d’eux nous suggérait de prétendre qu’on allait débaptiser le Mont Saint Michel pour cause de laïcité et que le Président Hollande pensait lui donner le nom de Mont Michael Jackson. Mais au delà de la galéjade, quand on aura débaptisé Saint Nazaire et Saint Cyprien, on s’attend à ce que nos élites s’attaquent au dictionnaire et à des mots comme « syndical » (Saint Dical) pour cause de consonance malsaine. Ou à l’huile de ricin ? (Riz Saint).

Heureusement que le jockey Yves Saint-Martin a raccroché sa cravache car peut être l’aurait on interdit de monter dans le tiercé.

Je trouve tout cela pitoyable, alors que vous nous parlez – à juste titre – de cette centaine de salariés qui vont se retrouver sur le carreau à …..  Estève parce que leur usine de croissants ferme, mais il sont meilleurs chez Phil, et qu’on se demande tous si cette année on fera des confitures de cerises à cause des saloperies qu’on balance dessus quand on apprend que la plus grosse quantité de ce fruit qu’on croyait venir de Céret, viendrait de Turquie.

Dans cette Hollandie, la sainte connerie me paraît être sans limites par les temps qui courent.

J’ai quand même gardé le meilleur pour la fin. Notre copine Gersende, politologue avertie,  nous a envoyé de Paris, il y a 48 heures oo, les derniers sondages politiques que l’on s’échange sous le manteau car personne ne les publiera. Des sondages qui démontrent que la politique que prône le Président Hollande dans ses discours, ou à la télé,  depuis son revirement qui date de deux ans, recueillerait une large majorité des suffrages (+ de 60% !?)  parmi les citoyens tant de gauche, que du centre ou de droite. Les modérés restent donc majoritaires en France mais qui pourrait les rassembler ?  Sauf que par manque de courage, parce qu’il a tendance à céder devant des braillards, le dernier qui a parlé, ou pour d’autres raison qui nous échappent,  l’homme (Hollande) – un velléitaire – renonce à chaque fois devant l’obstacle et que ses paroles s’avèrent être du vent, d’où ses 14% d’avis positifs. Un comble. On aura connu par le passé des Présidents qui ne faisaient rien ou pas grand chose mais qui promettaient encore moins et étaient populaires. Mais les sondages démontrent qu’il n’y a rien de pire, pour frustrer l’électeur,  qu’un homme politique qui n’a pas le courage de mettre en application ses promesses et qui accumule les reculades comme dans la loi Travail. Reculade réitérée.  Quand le simple respect de ses engagements lui aurait – pense t’on – garanti une réélection dans un fauteuil. Quoique selon moi les choses ne sont pas aussi faciles. Il sera l’artisan de son malheur et n’aura à s’en prendre qu’à lui même et pas au « saint » esprit. Des sondages qui nous étonnent mais sont faits très sérieusement, pour la classe politique et pas pour le grand public (!?). Qui donnent en tous cas à réfléchir. Mais c’est trop fort pour moi !

Et on espère que vous nous écrirez de nouveau avant la ….. glinglin !

Gersende nous dit : « signez la pétition de Dominique Reynié » à Cabestany !

6 mars 2016

chomage

Il y a trop longtemps que le chômage s’est installé durablement dans notre pays et qu’il augmente sans discontinuer.

Lorsqu’un gouvernement  – qui porte les couleurs de ceux qui ont été les plus grands pourvoyeurs de ce chômage – décide de réformer, les empêcheurs de tourner en rond, les bloqueurs, les traine-galoches, les syndicats rétrogrades, les politiques d’un autre âge ou nostalgiques du goulag, s’opposent à toute réforme. Comme à l’habitude.  

Cette loi est sans doute imparfaite ! et plus encore. Mais elle a le mérite d’exister. Et de pointer les contradictions de ceux qui hurlent sans arrêt mais sont sans doute les responsables de cette situation. Et qui en refusant cette réforme assument leur gigantesque responsabilité dans ce désastre national.

L’emploi repart partout en Europe, sauf en France.

Dominique Reynié, mon ancien prof,  qui est tout sauf un libéral – je l’affirme –  et dont nous avons apprécié le programme pour les dernières régionales aurait traité le problème de manière bien différente, mais il s’insurge contre cette entreprise de démolition orchestrée par la gauche de la gauche, les écolos, certains socialos qui ne veulent qu’envoyer la France dans le mur, et sont incapables de faire des propositions constructives. Sauf en s’imaginant qu’on résoudra tous les problèmes en augmentant toujours plus les impôts.

LA PÉTITION

https://www.change.org/p/oui-%C3%A0-la-loi-travail-non-au-ch%C3%B4mage

Et expliquons à nos enfants, aux jeunes générations, que tous ceux qui défileront bientôt dans la rue, plus pour garantir leurs propres privilèges, que pour défendre les chômeurs que nous sommes tous en puissance, les condamnent pour l’avenir. Honte  à ces irréductibles, mal intentionnés, qui mènent le pays à son déclin en empêchant toute possibilité de faire des réformes nécessaires. Honte à eux !

Mais de là à ce que la Droite Républicaine s’enthousiasme pour cette gauche qui nous prépare peut être une reculade encore plus honteuse, il y a un fossé que nous attendrons pour franchir car il n’est prévu rien moins que  QUATRE journées de chienlit dans nos rues rien que pour ce mois de mars. Certains étudiants, par exemple,  étant davantage préoccupés par les indemnités de chômage et l’âge de la retraite avant de penser à chercher leur premier travail. Ça promet. Mais c’est leur propre avenir qui est entre leurs mains et s’ils veulent le foutre en l’air !

Et toute mon amitié aux Cabestanyencs qui appartiennent au cercle de mes amis, et aux autres. 

Écrit sur ma tablette à la terrasse de la brasserie Le Bourbon, Paris 7ème,  le 4 mars 2016

Gersende

MERCI QUI ?

MERCI QUI ?

RSA : le billet d’humeur politique de Gersende à Cabestany !

22 janvier 2016

La France est elle réformable ?

Ne stressez pas, Le capitaine est à la barre !

Ne stressez plus, le capitaine est à la barre !

« La France est elle réformable ? » n’est pas le titre de mon article, un billet d’humeur autant politique qu’économique, car j’annonce la couleur. Mais un constat généralement fait par les politiques ou les médias sur cette soi-disante impossibilité de faire bouger les lignes. Sauf qu’on ne sait pas vraiment ce que nous les citoyens en pensons. Et il est tellement facile à nos politiques de parler en notre nom et à notre place. Certains affirment que nous – les français – sommes « indécrottables »  et qu’il n’est pas possible, à cause de nous, de vouloir essayer de réformer notre pays : ce qui est un prétexte pour ne rien faire. Et que dire de certains syndicats rétrogrades qui n’ont plus la confiance des salariés comme on nous l’explique au JT. On devra bientôt les contourner et discuter directement avec ces mêmes salariés, ce qui ne sera guère facile. Mais comment avoir encore de la considération pour des syndicats qui ne font plus leur boulot et sont devenus des partis politiques qui ne songent qu’à saper la démocratie plutôt que de nous défendre. Ceux qui empêchent la FNAC d’ouvrir le dimanche ne sont ils pas, eux,  indécrottables ?

Blog-Cabestany m’a demandé de rebondir sur cet article de l’Indép concernant le RSA, un sujet sur lequel j’avais déjà écrit en 2015 sur ce même blog.

Car le système actuel de financement n’est plus tenable pour les départements. En tout cas s’agissant du RSA, qui continue de progresser, tandis que la part prise en charge par l’État continue de diminuer. « Nous sommes extrêmement inquiets pour les dépenses départementales d’action sociale », pouvait on lire dans un récent rapport annuel de l’Observatoire National de l’Action Sociale (Odas).

Et si l’on prend comme référence l’année 2001 dans tous les graphiques ou tableaux que l’on nous soumet c’est que cette année 2001 aura en effet marqué une rupture dans le rythme de croissance de cette dépense transformant, entre autres, les départements en ce qui ressemble à des pseudos caisses de sécurité sociale, ou organismes d’assistanat gérées par des élus qui n’en ont pas l’expertise, mais s’arc-boutent pour en garder la compétence. Électoralisme oblige. Mais je ne suis pas non plus en train de dire qu’il faut abandonner nos concitoyens qui sont dans la galère.

Et pourquoi 2001 ? Car c’est le début d’un empilement : 2001 est l’année de la création de l’APA (Allocation personnalisée d’autonomie). Suivie en 2004 par le transfert du RMI. Puis en 2005 c’est la création de la PCH (prestation de compensation du handicap). En 2009, le remplacement du RMI par le RSA. Ces couches successives, chargeant toujours un peu plus la barque,  ont modifié en profondeur la structure même de la dépense des départements.

On comprend que l’inquiétude augmente année après année. En 2014, l’état a du mettre la main à la poche pour envoyer une bouée de sauvetage aux départements. Juste – excusez du peu – un petit « en-cas » de 1,5 milliard d’euros. Et le gouvernement  a autorisé ces mêmes départements à augmenter le taux des droits de mutation ? Pauvre de nous. Sans évolution du mode de financement de leurs compétences obligatoires, les départements ne pourront plus, dans leur grande majorité, équilibrer leur budget dans un proche avenir.

Bien sur, certains départements auront fait des économies de bouts de chandelle, un pansement sur une jambe de bois, en réduisant par exemple le nombre d’heures d’aide à domicile au bénéfice des GIR 4 (les personnes âgées les plus faiblement dépendantes). Une mamie de 90 ans, ça devrait plutôt aller à l’hospice et laisser son appart’ …. à des sans papiers.  C’est ce qu’on entend dire dans certaines commissions !   Pauvres mamies !

Mais le principal problème est bien celui du RSA, dans des départements déjà pauvres et où le nombre de bénéficiaires grimpe en flèche. Le RSA paralyse les départements. Les chiffres sont là. Si l’aide sociale à l’enfance (ASE) a augmenté de 1,4% entre 2013 et 2014. Celle liée aux personnes âgées de 1,8%. Et celle consacrée aux personnes handicapées de 4,1%. La hausse du RSA (allocation et actions d’insertion) est de 7,6% ! Et on s’abstiendra de parler des frais de gestion qui augmentent encore plus vite sans qu’on comprenne pourquoi.

Mais vouloir vous faire croire, pour des motifs politiciens, que la charge en incomberait à 100% à votre département est une véritable mascarade. Car certains de vos élus siégeant au Conseil Départemental, par des explications tronquées, des déclarations à côté de la plaque, des discours politiciens orientés, laissent planer le doute et vous induisent en erreur !

C’est vrai que le « partenaire état » réduit chaque année sa contribution. Une contribution à hauteur de 90% en 2009. De 79% en 2012. De 71% en 2013. Et seulement de 66% en 2014 où l’état aura du remettre de l’argent dans le système en fin d’année.

Voilà ce qui fait dire à des experts, qu’il faudrait que l’état reprenne le financement du RSA. Mais bien des élus estiment qu’on rognerait sur leurs prérogatives (!?) qu’il s’agirait d’un retour en arrière de la décentralisation et qu’on peut bien encore faire payer les moins pauvres d’entre nous pendant quelques temps. Jusqu’en 2017 ?

Quand à l’état, face à ce jeu qui consiste pour les collectivités territoriales à faire un pas en avant et deux en arrière, est il encore d’accord pour cette renationalisation et quelle compensation serait il capable de demander en échange ?

L’état, lui, de droite comme de gauche, a essayé de faire des économies. Plutôt minces. Mais en commençant à restructurer la fonction publique d’Etat, de façon subtile pour certains, et sournoise pour les autres, l’état a en effet sensiblement réduit le nombre de ses fonctionnaires entre 2012 et 2015. Que vous le croyez ou pas. Car on parle bien de la seule fonction publique d’État : Instits, policiers, militaires, gendarmes, juges…. comme si c’est là qu’il fallait chercher !!! Contrairement aux fonctionnaires des collectivités territoriales dont le nombre explose.   L’état est maintenant obligé de temps à autres, sous la pression des événements, de dire qu’il fait machine arrière. Ce qui pour le moment n’est qu’un effet d’annonce. Mais qui va se concrétiser – lentement – par une reprise des recrutements, pour être réel et effectif, comme par hasard,  à la veille de la prochaine élection présidentielle !?

Pourquoi l’état s’est il désengagé de sa contribution au RSA. Passer sous silence que l’état est en déconfiture serait mensonger. Mais l’état avait une autre idée en tête : il voulait inciter les départements à suivre son exemple et  à eux aussi engager des économies. Comme si, sans  contraintes, c’était possible. Quelle utopie ! Mais quel dirigeant national a les castagnettes pour contenir les responsables de collectivités territoriales qui ne songent qu’à devenir des roitelets dans leur fief. Comme si le département des PO, par exemple, était capable de s’auto limiter à créer des emplois inutiles. D’arrêter d’édifier des constructions parfois aussi vaines que somptuaires, de faire des investissements  sélectifs basés trop souvent sur l’étiquette politique et privilégiant un territoire plutôt qu’un autre,  toujours hors de prix à cause de dossiers – volontairement ou non – mal maitrisés. De ne plus distribuer des aides de façon partiale, injuste, de façon provocatrice.  LE TOUT PAR CLIENTÉLISME . Mais l’Aude ou l’Hérault ne sont pas en reste, comme  le département du « sieur » Bartolone, et on pourrait encore citer une liste très très très longue.

En est il d’ailleurs autrement dans votre commune, à Cabestany ?

Je vous parlerai une autre fois de ces autres aides gérées par les départements et dont certaines devraient logiquement être davantage à la charge de la sécurité sociale. Le citoyen est il vraiment informé de tous ces problèmes. Probablement pas car il n’aurait pas réélu les mêmes dans notre commune, au département ou à la région. A moins qu’il aime quand ça lui fait mal et on va finir par le croire. Mais la gauche est plus experte en matière de communication et de de propagande, pour nous faire croire n’importe quoi, et pour nous enfumer, plutôt que d’être compétente pour gérer nos finances.

Et il reste la solution des « incompétents » : en prendre toujours un peu plus dans notre poche.

Allez, positivons !

Et bon week end

Texte écrit pour Blog-Cabestany, le 20 janvier à 20 h 00, pour être mis en ligne le 22, mais ne soyez pas surpris si vous le retrouviez plus tard, ailleurs, sur le Net.