Archive for the ‘Gersende’ Category

Gersende, politologue, prof à Sciences-Po, nous aide à nous informer grace à la Bibliothèque des Rapports Publics (BRP) !

27 novembre 2020

COURRIER DES LECTEURS

Gersende écrit :

      « Chaque citoyen a le droit de critiquer, avoir les opinions qu’il souhaite, et s’exprimer comme il l’entend.

Encore faut il qu’il parle en connaissance de cause. Et il existe pour cela un outil méconnu de la plupart d’entre nous qui ne sommes pas des Juristes de formation, des connaisseurs de vie publique et de ses institutions. Il s’agit de la Bibliothèque des Rapports Publics, d’un organisme officiel de la République dénommé « Vie Publique » .

Dans la lettre d’information du mois d’Octobre 2020 de la BRP de « Vie Publique », on trouve les liens vers environ 25 rapports (je ne les ai pas comptés) dont certains font plusieurs centaines de pages. Il est certain que vous ne lirez pas tout. Vous ne téléchargerez pas tout et vous n’imprimerez pas tout. Et pourtant vous pourriez y trouver tout ce que vous cherchez ! Ou presque. Et vous y découvririez que vous devriez peut être vous montrer plus attentifs à ce qui est loin d’être futile et superflu. Mais encore faut il que vous en ayez l’envie !

Inutile d’aller perquisitionner le bureau d’un Ministre (ça arrive) pour trouver tel ou tel rapport rangé sous une pile de dossiers tout au fond du tiroir du bas. Ce rapport se trouve déjà – sans doute – dans les archives de la BRP de « Vie Publique ». Et il est accessible à TOUS !

Vous n’êtes peut être pas intéressé par un rapport environnemental sur la Mer de Glace à Chamonix, ou sur le trafic de drogue en Guyane. Vous le serez davantage par ce rapport de la Cour des Comptes sur les « Villes moyennes en Occitanie ». Perpignan en fait partie !

On y trouve également un rapport sur les violences conjugales ou sur la future restauration de la cathédrale Notre Dame parmi les 14 500 rapports, accessibles gratuitement à tout citoyen soucieux de s’informer. Ce n’est pas l’information qui manque. Mais le trop plein de documentation dans lequel on espère que vous n’aurez pas envie d’aller mettre votre nez. Car on souhaite que vous ne trouviez pas trop facilement ce que vous cherchez. Et pourtant avec un peu de méthode et de persévérance, accéder à l’information désirée est enfantin. SAUF si le citoyen préfère passer son temps devant des séries débiles à la télé, aller sur les réseaux sociaux pour lire ou écrire des choses débiles et sans intérêt. Plutôt que de savoir ce qu’on lui cache ou ce qu’on lui concocte dans son dos. Car c’est exactement ce que nos élites espèrent ne cherchant même plus à dissimuler ce qu’il savent qu’un citoyen paresseux n’aura pas envie de s’embêter à chercher ! Et plus grande sera son ignorance et plus aisément on pourra le manipuler !

Tout un chacun a le droit de contester, de critiquer. Mais ce ne sont pas ces rapports en eux mêmes qui sont critiquables. C’est plutôt l’exploitation politique ou hélas trop souvent politicienne qui en est faite. Si le rapport en question n’est pas purement et simplement enterré. En attendant qu’on diligente un nouveau rapport qui dira exactement la même chose. Pour gagner du temps. Pour brasser de l’air et faire croire qu’on a des responsables qui gouvernent.  Mais de tout ce temps perdu, on y aura trouvé l’occasion pour  ne rien faire !!! »

 

Blog-Cabestany : Notre amie (ou parente), Gersende, sans l’avoir voulu, se sera retrouvée stagiaire à l’Élysée du temps du Président Sarkozy, durant un peu plus de 7 mois, et elle y aura fait de nombreuses taches valorisantes. Dans son bureau mansardé à 50 mètres du Palais elle n’aura pas vraiment vécu dans les ors de la République et n’aura vu le Président que deux fois, mais elle aura eu l’occasion de parler avec ce dernier dans le bureau présidentiel. Lorsqu’il s’agissait de choisir ses plus proches conseillers, ce Président était capable de faire abstraction de toute considération. Elle même travaillait avec un conseiller plutôt à gauche. Et ce Président ne craignait pas de s’entourer de personnages ayant un caractère difficile. Mais il ne les recrutait que pour leurs compétences et leur expertise, chacun dans son domaine particulier. Comme un entraineur recrute les meilleurs joueurs s’il veut faire gagner son équipe. Comme les choses ont changé, et pas en bien dit elle. A la compétence on préfère aujourd’hui le copinage, et l’esprit courtisan. Comment s’étonner si rien ne va ?

le lien vers la BRP : https://www.vie-publique.fr/rapports

 

« DROITE DE DEMAIN » : un joli site internet mais au delà ? s’interroge Jean Marc à Blog-Cabestany !

6 novembre 2020

COURRIER DES LECTEURS – C’EST EUX QUI LE DISENT – LIBERTÉ D’EXPRESSION –

le logo du site dont nous vous parlons

« DROITE DE DEMAIN » : un joli site internet mais au delà ? s’interroge Jean Marc qui écrit à Blog-Cabestany ! Jean Marc qui rajoute : « De Gaulle se présentait comme le Président de la France avant d’être celui des Français. Et il écrivait (je cite) [« Je me place au dessus des Partis (politiques) et des chapelles. Je prends mes décisions pour le bien de la Nation et de ses citoyens. Pas pour défendre les intérêts d’une poignée de Français ou pour me faire aimer des autres »]

Nous lui répondons : Jean Marc, tout comme vous, l’un de nos rédacteurs a été contacté, à plusieurs reprises – par mail – par une équipe qui s’appelle « Droite de Demain ». Qui prétend bien nous connaître, apprécier la pugnacité de Colette Appert et de ses colistiers, semble avoir déjà lu notre blog, et penserait de nous le plus grand bien !?!?

      Blog-Cabestany, un bien modeste blog, a certes un vaste réseau, qui comprend des élus ou anciens élus au plan national ou régional, dans bien des endroits de l’hexagone, ou en Corse. Nous avons encore bien des amis journalistes ou qui l’ont été et écrivent encore ou écrivaient pour des titres prestigieux. L’un de ses rédacteurs est toujours Secrétaire-Général Adjoint d’un Cercle Gaulliste qui fut – jadis – influent. L’une de nos proches amies, qui fut il y quelques années déjà, stagiaire à l’Élysée du temps de Nicolas Sarkozy, est aujourd’hui une politologue reconnue, bien renseignée, et elle nous informe au jour le jour. Mais est ce que tout cela ne représenterait pas le « monde d’avant » pour lequel cette équipe n’aurait peut être pas, tant que cela, de considération ?

D’ailleurs peut être que cette équipe inconnue – pour le moment – a raison et il est peut être temps de balayer le passé ? Mais selon notre opinion, pas sans oublier notre Histoire, nos traditions, nos racines. Sans oublier qui nous sommes et d’où nous venons. Peut être est il temps en effet de tourner la page ? Mais si c’est pour faire pire qu’avant comme cette triste expérience que nous vivons avec ce nouveau Président de la République que nous n’avons pas choisi car sinon nous en éprouverions de la honte. Qu’en pensent ceux à gauche ou à la gauche de la gauche qui l’ont propulsé au pouvoir ? Ils seraient prêts à le réélire nous disent ils !

Un joli site Internet mais on commence par nous demander des sous. Il est vrai que sans ressources on ne va pas loin. On en sait quelque chose à Cabestany où pour les municipales le manque de moyens nous a pénalisé. Et Blog-Cabestany fermera son site peut être plus tôt qu’il ne le souhaiterait pour des raisons financières, mais on ne vous demandera jamais de mettre la main à la poche.

Notre devoir est de vous informer. Le vôtre de vous faire une opinion par vous mêmes. Le site, si vous avez envie d’aller voir : (juste un clic ci-dessous)

https://droitededemain.fr/

et par contre vous irez voir – c’est un conseil et pas un ordre – ce qu’en dit l’ami Maxime Tandonnet : (encore un clic)

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/11/04/entretien-avec-droite-de-demain-sur-letat-de-la-democratie-francaise/

Bon week end. Protégez vous et protégez les vôtres !

Nous faut il un Général comme recours à l’Elysée….. ? se demande Louis.

12 octobre 2020

Courrier des lecteurs

Un livre à ne pas manquer qui devrait sortir chez votre libraire incessamment

      Louis, l’un de nos fidèles lecteurs, originaire de Saint Cyprien, étudiant à Montpellier, a la gentillesse de nous informer que le Général Pierre de Villiers s’apprête à faire paraître son dernier livre – sans doute cette semaine – intitulé « L’équilibre est un courage », chez Fayard.

      Cher lecteur, ne nous en voulez pas mais on a un tramway d’avance sur vous. L’un de nos rédacteurs fait partie de façon bénévole, d’un certain Comité de lecture, et reçoit de nombreux livres avant leur parution. Pour qu’il donne son avis selon des critères très précis qui lui sont définis par les éditeurs.

       Il nous a donc parlé de cet ouvrage qu’il a lu avant le public mais il n’avait pas le droit de nous le prêter avant sa mise en vente officielle. Mais comme le livre trainait sur son bureau !!!

      On l’a parcouru assez vite et on le relira de façon plus attentive avec grand plaisir. On en aura retenu que vu au travers du prisme de sa brillante carrière et avec sa vision de militaire de haut range, Pierre de Villiers tire un constat sur la France d’aujourd’hui. Un pays écartelé et divisé par des fractures multiples : éducatives, sociales, religieuses. Avec des inégalités importantes entre ceux qui sont sous le seuil de pauvreté et ceux qui s’enrichissent sans travailler. Ce qui plombe la France est bien que nos élus ne pensent qu’à leur petite carrière, leurs intérêts personnels, leur réélection, raisonnent à court terme, et manquent de vision d’avenir pour notre pays dans un monde qui devient hostile, dangereux, instable.

      Le moment est sans doute venu pour ceux qui nous gouvernent de montrer du courage et d’exercer une autorité ferme mais reposant sur des réelles compétences. Mais le moment est également venu pour les Français de respecter cette autorité, de ne pas mélanger la politique, le corporatisme, le syndicalisme, la religion, son origine ethnique ou culturelle et de comprendre que si chacun a des droits, il a aussi des devoirs. Et que la France a une Histoire qu’on ne peut – et qu’on ne doit pas – effacer d’un coup d’éponge !

      Certains verront peut être dans ce livre l’amorce d’un programme politique ambitieux. D’autres, au contraire un simple constat qui ne présage en rien de la volonté de l’auteur de faire de la politique et de se lancer dans l’arène. Nous, on a pas réussi à se mettre d’accord sur le même avis !

      Pierre de Villiers a rencontré de nombreux français et a ressenti leur angoisse. Il y a les citoyens qui veulent s’en sortir par le haut et raisonnent de façon positive. Mais d’autres qui voient tout de façon négative, pensent qu’il nous faudra toucher d’abord le fond avant d’essayer et de réussir – ou non – à remonter à la surface. Et le fait qu’il n’y ait pas de réel consensus entre les Français, et que certains ne pensent qu’à les diviser,  est sans doute la cause de tous nos problèmes.

      Nous, on y a vu un excellent livre à mettre dans notre bibliothèque dès qu’il sera en vente. Mais on attendra sans doute que vous soyez nombreux à l’avoir lu et à nous en avoir parlé, pour en discuter plus avant.

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

La Loi Avia rejetée par le Conseil Constitutionnel : une occasion manquée par le fait d’amateurs de ce gouvernement ! dit Gersende

19 juin 2020

Ils n’écrivent pas que pour nous mais nous autorisent à les publier !

Gersende, politologue, ex Sciences Po, ex stagiaire à l’Élysée en 2008, écrit :

Qui peut se réjouir de voir les professeurs de ses enfants, être insultés sur les réseaux sociaux ?

Qui peut se réjouir de voir ses propres enfants, menacés par leurs camarades sur Internet de se faire massacrer à la récré ?

Qui peut se complaire de cette haine, de ces vidéos insupportables, de cette violence, de cette dégradation des femmes sur notre ordinateur ?

Qui peut défendre les pédophiles, et la pédopornographie ?

Internet existe depuis bientôt 40 ans. Beaucoup d’entre nous sommes connectés depuis 30 ans, et adeptes des réseaux sociaux depuis une vingtaine d’années.

Comme on aurait aimé voir nos politiques s’attaquer au problème, depuis bien longtemps, qu’ils soient de Droite ou de Gauche ?

Et lorsque la Macronie veut s’intéresser au problème on applaudit des deux mains !

N’y a t’il pas dans notre pays des Juristes capables de rédiger une Loi de façon intelligente et efficace ?

Lorsqu’on confie le soin de faire une Loi à des gens qui ne paraissent pas en avoir les compétences on ne peut qu’être déçus. Et lorsque sous couvert de s’attaquer à la violence ou à la haine, on s’aperçoit qu’on vous a concocté une Loi qui rétablit la censure politique. Une Loi interdisant à un Blog comme le vôtre de dire ce qu’il pense. Une loi qui muselle la « Gilet Jaune » ou la soignante qui veut s’exprimer, je le dis.

Y a t’il des millions d’amateurs de pédopornographie, racistes, et adeptes de la violence en France ?  On ose espérer que NON.

Mais il y a des millions de citoyens qui sont attachés à la Liberté d’expression !!!

Alors lorsque la Loi Avia est retoquée par le Conseil Constitutionnel, on ne peut que se dire qu’il s’agit là d’une occasion manquée. L’occasion de réguler les réseaux sociaux avec des mesures applicables. Dénuées d’arrière pensées politiciennes !

A moins que ce gouvernement de velléitaires n’ait choisi de s’y prendre d’une telle façon qu’il était certain à l’avance que sa Loi serait rejetée. Pitoyable !

Gersende

Blog-Cabestany : Merci Gersende qu’on avait pas lue depuis un certain temps ! On s’est engagé à ne pas commenter les écrits des personnes qui nous autorisent à les publier. On n’en pense pas moins !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany – Liberté d’Expression !!!

1 juin 2020

Courrier des lecteurs

Lorsqu’il se dit que ces médailles seraient remises aux soignants mais aussi aux administratifs de l’hôpital qui étaient en télé-travail !?!?

Ce dessin humoristique envoyé par l’un de nos fidèles lecteurs, qui ne précise pas où il l’a trouvé est signé du dessinateur Frédéric Deligne :

http://deligne.fr/

le dessin provient probablement du site Urtikan.net :

https://www.urtikan.net/dessin-du-jour/

Nous recevons régulièrement des liens de la part de plusieurs d’entre vous qui pointent vers le site :

http://lagauchematuer.fr/

ou encore cet article signé « Nanouche » qui provient d’un site qui se nomme « Observatoire du mensonge » :

La Macronie n’est plus qu’un bateau ivre.

Nous n’avons pas de rapports avec ces sites comme nous en avons avec d’autres qui nous autorisent à les publier. Et vous communiquer ces  liens ne nous engage en rien.  C’est la Liberté d’Expression. Et si vous nous envoyez d’autres liens, nous les mettrons en ligne, sous réserve qu’ils correspondent à notre éthique. Qu’ils ne soient pas vulgaires, orduriers,  racistes, diffamatoires, et qu’ils correspondent aux engagements que ce Blog a pris par écrit auprès de la C.N.I.L. La « Liberté d’expression » ne doit pas s’opposer à la « Liberté ».

Mais nous commençons a ressentir les effets de la loi « Avia » sur les médias. « La censure a t’elle été rétablie par le pouvoir ? » se demande l’un de nos amis et correspondants, journaliste à Paris. Sur Facebook, sur les réseaux sociaux, on ne voit pas la différence depuis que cette loi est passée alors qu’elle paraissait initialement comme prévue pour débarrasser Internet de bien des « saloperies ». Qu’elle aura été présentée ainsi mais semble avoir été détournée à des fins de basse et détestable politique politicienne.

Que cette loi que certains d’entre vous qualifient de « scélérate », puisse s’appliquer à la Liberté d’Expression en matière d’idées, d’opinions, de convictions politiques, est une grave régression et une atteinte à nos Libertés publiques ! C’est vous qui le dites mais nous pensons la même chose !

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Gersende, pousse un « coup de gueule » sur ces assassinats de femmes qui ne font guère recette dans l’opinion !

14 novembre 2019

« Ils écrivent pour d’autres mais pour nous aussi »-« Liberté d’Expression’-« c’est eux qui le disent »

 

illustration envoyée récemment par un internaute

_

Gersende, notre amie, politologue à Paris, écrit :

           » Lorsque les médias n’ont plus rien à dire, car il est de plus en plus difficile de vendre du papier, ou de tenir l’antenne 24 heures sur 24. Lorsqu’il semble qu’on « aurait » menacé ces médias de censure, ou qu’ON leur aurait téléphoné pour leur dire de rester politiquement correct, il ne leur reste que le choix de nous noyer sous les statistiques pour essayer de faire de l’audience.

Avant on nous parlait beaucoup des accidents de voiture. Encore trop nombreux. Mais on tient maintenant le décompte des « féminicides ». On tient les compteurs à jour, à la minute, à la seconde près, comme au Téléthon : 129, 130, 131 femmes assassinées par leur compagnon depuis le début de l’année.  Plus on en parle et moins la situation des femmes martyres ne semble s’améliorer.

Avec l’aide (ou plutôt la « complicité » comme on me l’a expliquée) de petites mains qui travaillent pour la justice, et aussi grâce aux infos d’amis journalistes, j’ai voulu calculer la moyenne des peines infligées à ces criminels qui tuent leurs femmes comme on va à la chasse à la palombe.

J’ai relu, en ayant envie de vomir, des dizaines de compte-rendus de procès dans lesquels des avocats expliquaient que c’était leur client qui avait été agressé le premier par son épouse. Surtout lorsqu’il pesait 120 kilos et son épouse 50. Justifiant son mécontentement (au point de tuer sa femme) parce que la blanquette était trop cuite ou qu’il n’y avait plus de bouteille de pastis dans le placard.

Mais ma démarche n’aura pas été du gout de tout le monde, puisqu’on se sera cru obligé de m’expliquer,  en me considérant avec compassion comme une andouille,  que chaque accusé avait droit à une « personnalisation » de sa peine. A savoir que l’on ne condamne pas de la même manière les mêmes faits, selon que l’accusé aurait été ou non battu dans son enfance, se sentait brimé par son contremaitre ou son supérieur, surtout si c’était une femme,  ou que complètement alcoolisé ou shooté, son discernement pouvait avoir été plus ou moins aboli au moment du passage à l’acte.

Une façon de justifier que jusqu’à présent ces assassins s’en sortent plutôt bien. Sûrement mieux que leurs victimes pour lesquelles il n’y aura pas de seconde chance. Et du côté des médias, on m’a expliqué que mes chiffres était impubliables car sujet à d’éventuelles polémiques ou récupérations politiciennes, à une période où il faut faire profil bas et où tout le monde fait dans son froc,  terrorisé  que la moindre chose ne soit récupérée par les gilets jaunes.

Mais j’ai fait bien pire encore ! J’ai cherché à savoir où en étaient ceux des criminels reconnus coupables (car tous ne le sont pas) il y a seulement une dizaine d’années pour les mêmes faits. 

Je peux simplement dire que des assassins condamnés il y a dix ans pour avoir massacré leur épouse, il n’en reste pas des masses derrière les barreaux. Sitôt dehors, ils vont pouvoir se chercher une nouvelle gentille et dévouée épouse. Qui risque quand même d’être égorgée par son compagnon si elle oublie de passer la serpillière dans les chiottes !

Une revue qui aime à la folie les statistiques nous expliquait récemment que l’on avait davantage de chances (si on peut dire) de périr en traversant la rue, au feu rouge et sur un passage piéton, que de mourir dans un attentat. Qu’il y a plus de décès du sida qu’en avalant son dentier (ça ne s’invente pas). Et que ces femmes qui meurent sous les coups de leurs maris sont dix fois moins nombreuses à trépasser que des estivants qui perdent la vie par noyade.

Une façon de relativiser les choses quand justice et autorités n’ont pas pris la mesure du problème.

Quand je prétends, moi, pauvre conne, que ces actes odieux mériteraient comme sanction, la « peine de mort ».

Mais il s’agit là de ma Liberté d’Expression ! Et je vous autorise à n’être pas d’accord avec moi.

Gersende

Blog-Cabestany : Peu importe qu’on soit ou non d’accord avec vous. L’essentiel est que chacun puisse faire valoir sa Liberté d’Expression !  Merci

D’accord, pas d’accord ?

Dites le nous ! Continuez à nous écrire ! Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

-o-

 

 

« Diriger le destin des hommes suppose le sacrifice de soi » écrivait Henri de Montherlant !

26 avril 2019

« ils (ou elles) écrivent aussi pour nous ! » – « nous relayons leurs articles avec leur accord » – « c’est eux qui qui le disent » – « Liberté d’expression » – « ça nous plait »

 

ou le billet de « Gersende » suite à l’intervention du Président à la télévision.

« Gersende » écrit :

« Diriger le destin des hommes suppose le sacrifice de soi » écrivait Montherlant dans « La Reine Morte », mais notre Président de la République doit penser qu’une telle phrase ne peut pas s’appliquer à lui ! Qu’il n’est quand même pas là où il est pour être au service des Français !

J‘ai écouté attentivement notre Président et je crois avoir compris le cheminement de sa pensée. J’ai fait le rapprochement avec cet ouvrage qui m’avait marquée lorsque j’étais étudiante, ce drame nommé « La Reine Morte », qui dépeint les déchirements qui peuvent étreindre un homme (ou une femme) qui sont en charge de diriger un état. Surtout lorsqu’ils sont obstinés et imbus de leur personne. Quand ils pensent être supérieurs aux manants qui composent ce peuple qu’ils sont obligés de conduire. Persuadés que la destinée leur a confié une mission qu’eux seuls peuvent remplir. Et qu’ils croient savoir mieux que quiconque ce qui est bon pour autrui, même si c’est contre la volonté de ce dernier.

Je relis dans mes pensées cette phrase : « il y a des erreurs que l’on commet, sachant que ce sont des erreurs ». Mais lui est certain de ne jamais en commettre. Et pourtant comme toutes les phrases qu’il a prononcées ce jeudi soir devant les journalistes sonnaient faux. On devinait qu’il avait envie par moments de hurler sa rage rentrée contre tous ces abrutis qui s’imaginent pouvoir oser lui tenir tête. Sans parler de ceux contre lesquels il a de la haine : les gilets jaunes. On décelait que la colère qu’ont les citoyens contre lui était sûrement moindre que celle que lui a contre SON peuple. Incapable de reconnaître les mérites du chef infaillible qu’il est.

Ce Président s’occupait auparavant dans une banque des fusions entre sociétés. Avec une obligation de moyens, ceux dont un banquier dispose avec les fonds qui ne lui appartiennent pas. L’argent des autres ! Sans obligation de résultats pour lui  si l’on sait qu’une fusion d’entreprises sur deux est un échec. Ce qui n’empêchera pas la banque et lui même de toucher ses honoraires. De très importantes sommes.

Notre Président n’a jamais rêvé d’entrer en politique, mais comment faire autrement lorsqu’on s’imagine avoir un destin national ? Il faut parfois traverser la cuisine avant d’arriver au salon. En se bouchant le nez.

Le destin aurait donc choisi l’homme providentiel pour modeler un pays et dresser ses habitants à sa main. Pour faire plier et faire obéir des gaulois inintelligents, réfractaires et frustes qui ne savaient pas qu’ils avaient besoin d’un sauveur ! Lui, Macron, étant l’Elu !

Toujours pour paraphraser Montherlant, dans son admirable pièce, La Reine Morte, il y a cette réplique : « il y a jusqu’à l’obsession de ce qu’on ne désire pas ». Ce qui semble être l’état d’esprit de notre Président, lequel a aucun moment ne se remet en cause. Ne doute de lui même. Obsédé par ce qu’il promet aux Français sans y croire lui-même.

Je concluerai mon billet en prenant la défense de Nathalie Loiseau. Sa tête de liste pour les Européennes. Qui n’a pas besoin de moi pour la défendre mais elle le fait tellement mal. Une femme généreuse que ce Président ne mérite pas. Car n’a t’on jamais vu dans une entreprise, un salarié qui se sent bien, qui aime son travail, qui ne fait pas de syndicalisme ou de politique, et qui un jour a du ressentiment parce qu’il pense être l’objet d’une injustice. A cause d’un chef qui n’est pas à sa place et peut être le harcèle. Ou parce qu’il n’a pas eu l’augmentation de salaire promise ou la promotion programmée. Et ce salarié qui se sent injustement traité décide un beau matin de rejoindre un syndicat qui ne correspond pas à ses orientations mais saura le mieux prendre sa défense.

Il m’est arrivé, lorsque j’étais étudiante, d’avoir rejoint un syndicat pour ces mêmes raisons d’une colère passagère. Un syndicat contraire à mes idées. Je l’ai rapidement quitté. On ne m’en fera jamais le reproche car jamais sans doute je ne me retrouverai dans la position de Nathalie Loiseau à laquelle on fait un procès plutôt minable. Son destin ne sera quand même pas aussi cruel que celui de Dona Inès de Castro, dans le drame de Montherlant.

Gersende, à Paris le jeudi soir 25 avril 2019, à 23 h 00.

La Rédaction : Merci pour nous avoir envoyé cet article, Gersende !