Archive for avril 2019

Journée Nationale du Souvenir de la Déportation (et Hommage aux Anciens Combattants)

28 avril 2019

« sans commentaires »

Dimanche 28 avril 2019 à Cabestany, le matin à 11 h 00

En présence des Cabestanyencs, au nombre desquels, Colette Appert entourée de nos Conseillers de la Droite Municipale sympathisants et amis, Monsieur le Maire de Cabestany a déposé une gerbe en présence des Anciens Combattants et de leurs porte-drapeaux. Il a ensuite prononcé une allocation officielle.

La cérémonie s’est terminée par le « Chant des Marais », suivi de « La Marseillaise » reprise en choeur par les personnes présentes. 

Bon dimanche à tous

 

 

« Diriger le destin des hommes suppose le sacrifice de soi » écrivait Henri de Montherlant !

26 avril 2019

« ils (ou elles) écrivent aussi pour nous ! » – « nous relayons leurs articles avec leur accord » – « c’est eux qui qui le disent » – « Liberté d’expression » – « ça nous plait »

 

ou le billet de « Gersende » suite à l’intervention du Président à la télévision.

« Gersende » écrit :

« Diriger le destin des hommes suppose le sacrifice de soi » écrivait Montherlant dans « La Reine Morte », mais notre Président de la République doit penser qu’une telle phrase ne peut pas s’appliquer à lui ! Qu’il n’est quand même pas là où il est pour être au service des Français !

J‘ai écouté attentivement notre Président et je crois avoir compris le cheminement de sa pensée. J’ai fait le rapprochement avec cet ouvrage qui m’avait marquée lorsque j’étais étudiante, ce drame nommé « La Reine Morte », qui dépeint les déchirements qui peuvent étreindre un homme (ou une femme) qui sont en charge de diriger un état. Surtout lorsqu’ils sont obstinés et imbus de leur personne. Quand ils pensent être supérieurs aux manants qui composent ce peuple qu’ils sont obligés de conduire. Persuadés que la destinée leur a confié une mission qu’eux seuls peuvent remplir. Et qu’ils croient savoir mieux que quiconque ce qui est bon pour autrui, même si c’est contre la volonté de ce dernier.

Je relis dans mes pensées cette phrase : « il y a des erreurs que l’on commet, sachant que ce sont des erreurs ». Mais lui est certain de ne jamais en commettre. Et pourtant comme toutes les phrases qu’il a prononcées ce jeudi soir devant les journalistes sonnaient faux. On devinait qu’il avait envie par moments de hurler sa rage rentrée contre tous ces abrutis qui s’imaginent pouvoir oser lui tenir tête. Sans parler de ceux contre lesquels il a de la haine : les gilets jaunes. On décelait que la colère qu’ont les citoyens contre lui était sûrement moindre que celle que lui a contre SON peuple. Incapable de reconnaître les mérites du chef infaillible qu’il est.

Ce Président s’occupait auparavant dans une banque des fusions entre sociétés. Avec une obligation de moyens, ceux dont un banquier dispose avec les fonds qui ne lui appartiennent pas. L’argent des autres ! Sans obligation de résultats pour lui  si l’on sait qu’une fusion d’entreprises sur deux est un échec. Ce qui n’empêchera pas la banque et lui même de toucher ses honoraires. De très importantes sommes.

Notre Président n’a jamais rêvé d’entrer en politique, mais comment faire autrement lorsqu’on s’imagine avoir un destin national ? Il faut parfois traverser la cuisine avant d’arriver au salon. En se bouchant le nez.

Le destin aurait donc choisi l’homme providentiel pour modeler un pays et dresser ses habitants à sa main. Pour faire plier et faire obéir des gaulois inintelligents, réfractaires et frustes qui ne savaient pas qu’ils avaient besoin d’un sauveur ! Lui, Macron, étant l’Elu !

Toujours pour paraphraser Montherlant, dans son admirable pièce, La Reine Morte, il y a cette réplique : « il y a jusqu’à l’obsession de ce qu’on ne désire pas ». Ce qui semble être l’état d’esprit de notre Président, lequel a aucun moment ne se remet en cause. Ne doute de lui même. Obsédé par ce qu’il promet aux Français sans y croire lui-même.

Je concluerai mon billet en prenant la défense de Nathalie Loiseau. Sa tête de liste pour les Européennes. Qui n’a pas besoin de moi pour la défendre mais elle le fait tellement mal. Une femme généreuse que ce Président ne mérite pas. Car n’a t’on jamais vu dans une entreprise, un salarié qui se sent bien, qui aime son travail, qui ne fait pas de syndicalisme ou de politique, et qui un jour a du ressentiment parce qu’il pense être l’objet d’une injustice. A cause d’un chef qui n’est pas à sa place et peut être le harcèle. Ou parce qu’il n’a pas eu l’augmentation de salaire promise ou la promotion programmée. Et ce salarié qui se sent injustement traité décide un beau matin de rejoindre un syndicat qui ne correspond pas à ses orientations mais saura le mieux prendre sa défense.

Il m’est arrivé, lorsque j’étais étudiante, d’avoir rejoint un syndicat pour ces mêmes raisons d’une colère passagère. Un syndicat contraire à mes idées. Je l’ai rapidement quitté. On ne m’en fera jamais le reproche car jamais sans doute je ne me retrouverai dans la position de Nathalie Loiseau à laquelle on fait un procès plutôt minable. Son destin ne sera quand même pas aussi cruel que celui de Dona Inès de Castro, dans le drame de Montherlant.

Gersende, à Paris le jeudi soir 25 avril 2019, à 23 h 00.

La Rédaction : Merci pour nous avoir envoyé cet article, Gersende !

Dimanche 28 avril 2019 : Journée Nationale du Souvenir de la Déportation !

25 avril 2019

Colette Appert, la Droite Municipale à Cabestany, ses conseillers, ses co-listiers, ses militants, sympathisants et amis, les Cabestanyencs dans leur ensemble, tous les patriotes,  s’associent à la :

JOURNÉE NATIONALE DU SOUVENIR ET DE LA DÉPORTATION

 

organisée depuis 1954, chaque dernier dimanche d’avril.

La municipalité de Cabestany organise, dimanche, à 11 heures précises, place du 8 juin 45 (à côté de la cave coopérative) un rassemblement pour une cérémonie d’hommage national.

Tous les citoyens de bonne volonté, où qu’ils soient, qui ils sont, leurs familles, leurs enfants, sont invités à ce devoir de mémoire, au cours duquel ils seront heureux de rencontrer d’autres citoyens, les anciens combattants que nous saluons, les veuves, enfants, familles de ceux qui eurent à souffrir dans leur chair pour défendre notre Liberté.

La Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, ou plus simplement Journée nationale du souvenir de la déportation, est une journée nationale française au cours de laquelle est célébrée la mémoire des victimes de la déportation dans les camps de concentration nazis, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette Journée nationale du souvenir des victimes de la déportation honore la mémoire de tous les déportés, prisonniers, évadés, sans distinction et rend hommage à leur sacrifice. Cette journée a pour vocation de rappeler à tous ce drame historique majeur, les leçons qui s’en dégagent, pour que de tels faits ne se reproduisent plus.

Plus concrètement, La Journée du souvenir des victimes de la déportation permet de sensibiliser le public, plus particulièrement le milieu scolaire, au monde de l’internement et de la déportation. Des actions éducatives sont généralement entreprises afin d’ informer et d’inciter les élèves à se poser des questions, en lien avec les fondations et les associations de mémoire.

Les enseignants profitent de cette occasion pour évoquer la déportation et le système concentrationnaire avec leurs élèves. Ils sont également invités à participer aux cérémonies officielles.

MERCI A TOUS ! 

« Vous ne pouvez pas passer ce massacre sous silence » nous écrit Georges !

24 avril 2019

Courrier des lecteurs – c’est vous qui le dites – Liberté d’expressionLiberté d’Expression

Georges, fidèle abonné à notre Blog depuis 2014, et qui ne prend que rarement son téléphone pour nous envoyer un mail, nous dit « vous ne pouvez pas passer sous silence le massacre des Chrétiens au Sri-Lanka »

Sans doute avez vous raison Georges, car ce massacre de Chrétiens, d’occidentaux mais aussi de Sri-Lankais nous horrifie, et ce n’est pas parce que cela ne s’est pas passé chez nous que nous devons détourner les yeux ou faire l’autruche, la tête dans le sable. En même temps, nous à Cabestany, que pourrions nous dire de plus que ce que vous avez lu dans la Presse et vu sur les médias. Sinon notre horreur et notre dégout ! Et relayer votre inquiétude. Car il n’est pas bon d’être catalogué comme Chrétien à notre époque, où que l’on soit,  quand bien même on ne serait pas croyant !?

Alors, pour vous, Georges, on reprend l’article de Maxime Tandonnet :

Les attentats islamistes contre des Églises catholiques et des hôtels internationaux ont ensanglanté le Sri Lanka le jour de Pâques 2019 entraînant la mort de 290 personnes. Le 21 avril sera une journée noire dans l’histoire de l’humanité. Comment penser à autre chose qu’aux 290 personnes, enfants, aux femmes et aux hommes venus pour la prière de la résurrection  et tombés sous les coups de la barbarie absolue, aux centaines de blessés, aux familles en deuil. Les divers communiqués officiels ne sont pas à la hauteur d’un tel événement. « Profonde tristesse, acte odieux », cela ne suffit pas. Une troisième idéologie sanguinaire, le djihadisme, à l’échelle planétaire, est en train de naître après le marxisme-léninisme (les crimes de Staline, Mao, Pol Pot, etc), les fascismes (barbarie nazie, dictature de Mussolini). Cette nouvelle idéologie se fonde sur la haine du christianisme, du judaïsme, des Musulmans pacifiques, et du monde occidental. Elle a pour objectif immédiat de provoquer la terreur par le meurtre de masse  et l’éradication des minorités religieuses, notamment chrétiennes partout dans le monde pour engendrer des sociétés apurées du christianisme. Elle y est presque parvenu au Moyen-Orient. Puis en une seconde étape, la destruction dans le sang du monde occidental et de ses principes. La nouvelle idéologie sanguinaire se caractérise, par rapport aux précédentes idéologies totalitaires, par le culte fanatique et nihiliste de la mort comme une fin en soi. Ce que les esprits occidentaux considèrent généralement comme des faits divers relève en vérité d’une logique d’extermination sur le long terme. La prise de conscience du danger global auquel la civilisation est confrontée n’a pas encore eu lieu. Cet angélisme, cet aveuglement, cette naïveté devant un fanatisme sanguinaire,  n’ont rien de nouveau. Comme par le passé, guidé par lâcheté ou la bêtise de ses élites, le monde occidental a toujours tendance à s’aplatir devant la barbarie absolue. Et quand il se réveille, il est déjà trop tard.
Maxime TANDONNET

En corollaire :

……… on s’est laissés dire, sans pour autant y croire une seule seconde, par des personnes qui tiennent à rester anonymes et cela on le comprend, que de temps à autre, il y « aurait » un certain nombre de supposés migrants qui « arriveraient » dans notre département dans des conditions que l’on ne nous a pas précisées. Par des endroits clairement identifiés, parait il, mais dont nous n’avons pas connaissance. Ce que l’on en retient – si cela était la vérité –  c’est que de ne pas avoir, volontairement ou involontairement,  la maitrise de nos frontières nous parait être une folie ! Des migrants, chaudement équipés, sac à dos, tente, casserole, portable et GPS, qui ne ressembleraient en rien à des vagabonds, et que vous « pourriez » croiser, si vous faites de la randonnée ou  comme l’un de nos amis, du jogging, du côté du Boulou ou ailleurs. Que plusieurs d’entre vous « auraient vu » à plusieurs reprises embarquer sur des bus à la gare routière de Perpignan. Descendant – parait il – de très bon matin et lorsque nous dormons encore, du côté de Saint Assiscle ou ailleurs, de camionnettes immatriculées en 66, et que vous penseriez se rendre – par exemple – au marché-gare ou sur un chantier.  Ce qu’elles font sans doute ensuite. Tout cela restant au conditionnel, bien évidemment.

Car tout cela ne relève que du fantasme de gens qui racontent sans doute n’importe quoi. Vous ne tiendrez pas compte, on l’espère, de ces élucubrations, si vous êtes de ceux qui préfèrent vous en tenir à des propos plus officiels comme quoi l’Europe n’est en rien une passoire. Et vous feriez mieux de lire d’autre choses plus censées que nos écrits qui ne seraient que des propos « haineux » selon ce que certains d’entre vous considérent, nous le jetant à la figure. Mais c’est votre Droit ! Même si nous en sommes la cible. Car ou l’on reste attachés à la Liberté d’Expression comme nous le sommes, bien qu’à nos dépens. Et tant pis pour nous ! (« c’est vous qui le dites »). Ou cette Liberté devient sélective. Si certains demain pouvaient s’arroger le droit de dire ce qu’ils veulent mais faisant taire les autres ! Nous faisant taire ?

Sans que, pour autant, nous ne soyons des adeptes des récupérations politiques racoleuses et malvenues, sur ce sujet  qui nous parait bien plus grave pour notre avenir et notre sécurité, que de servir de simple prétexte à des joutes parfaitement inutiles pour recueillir trois voix et demi de plus aux Européennes ! Que tout cela vous inquiète, vous les citoyens,  nous apparait – à nous – légitime. Mais peut être qu’il nous est il interdit de le dire ?

Retour à Cabestany !

23 avril 2019

Pour nos enfants qui s’émerveillent encore de choses simples qui nous rappellent notre enfance !

22 avril 2019

On lit vos mails, on vous écoute, mais on reparlera de tout ce que vous nous dites un autre jour ! Ce n’est pas tous les jours le lundi de Pâques ! Passez une agréable journée en famille, avec vos amis si vous le pouvez.

Ce Blog est décidément le vôtre : Joyeuses Pâques à tous !

21 avril 2019

Toujours avec le lien de l’un de nos fidèles lecteurs. Pourquoi chercher autre chose lorsque vos gouts sont surement meilleurs que les nôtres !

Un extrait de cette Missa di Gloria de Puccini que nous étions allés voir il y a quelques années à Toulouse à la Halle aux Grains. Interprétée par l’Orchestre du Capitole. Et où nous avions fait la connaissance de cette Cabestanyenque, férue de l’histoire de la musique, musicienne elle même et qui nous en apprend tous les jours. Merci à elle ! Merci à vous tous ! Et Joyeuses Pâques !

Pour votre plaisir…. et pour le nôtre !

20 avril 2019

Merci à ce lecteur de notre Blog qui nous envoie un lien vers la vidéo suivant :

Le carillon de Perpignan

20 avril 2019

« c’est vous qui le dites »

Merci à ce lecteur de Blog-Cabestany qui nous fait un cours d’Histoire :

La cathédrale de Perpignan est dotée d’un important carillon de 46 cloches fondues en 1878 par la fonderie Bollée du Mans.

Ce carillon constitue le deuxième ensemble campanaire de la région Languedoc-Roussillon après celui de l’église Saint-Vincent de Carcassonne.

Couvrant quatre octaves, le carillon est doté d’un clavier de type « coup de poing » permettant de jouer des airs traditionnels profanes ou religieux. Outre lors des grandes fêtes religieuses (Pâques, Noël, Ascension, Pentecôte, Assomption et Toussaint), le carillon est régulièrement utilisé notamment le samedi après-midi.

Parmi ces 46 cloches, quatre cloches peuvent sonner en volée (rétro-équilibrée) et sont utilisées pour les offices religieux :

– Ré3 (bourdon), « Antoinette », masse : 1 630 kg

– Mi3 « Blanche », masse : 1 128 kg

– Fa#3 « Savina », masse : 779,5 kg

– La3 « Charlotte-Geneviève », masse : 458 kg

Le carillon de Perpignan est classé Monument historique depuis 1990.

Mais bien d’autres églises, couvents, édifices religieux à Perpignan ou dans le département possèdent  des cloches du plus grand intérêt et on salue ceux qui les entretiennent, leur font traverser le temps qui passe, les font carillonner, pour notre plus grand plaisir.

et on vous conseille de baisser le son de votre appareil avant d’écouter le carillon de Perpignan

 

LA SANCH

19 avril 2019

« sans commentaires »

Nous savons d’ores et déjà que nous rencontrerons cet après midi pas mal de nos amis de Cabestany à cette procession. En souvenir d’une année où il pleuvait des cordes et où nous avions eu la chance de trouver ce groupe de Cabestanyencs prévoyants qui nous avait abrités sous leurs parapluies. Ils nous ont ensuite admis dans leur cercle d’amis.  Ils se reconnaitront !

« Supprimer l’E.N.A., l’idée imbécile d’un pouvoir aux abois » écrit Electron Libre

18 avril 2019

« c’est vous qui le dites »

La Tribune d’Électron Libre

Electron Libre écrit : Je m’étais appliqué pour mes amis des Hauts de France, de la Région PACA, pour les sites et blogs qui me font l’honneur de reprendre mes textes dans l’hexagone (comme Blog-Cabestany) à peaufiner un article sur la suppression de l’ENA. Et je découvre ce matin l’article de Maxime Tandonnet à côté duquel ma prose est bien pâlichonne. Alors je reprends – pour vous – quelques unes de ses phrases.

 

Maxime Tandonnet écrit : « Supprimer l’Ena, une mauvaise idée »

Rien n’est plus normal, plus classique. Quand un pouvoir politique est aux abois, quand il est à la dérive, la dernière issue qu’il lui reste, c’est de jeter un os à ronger à la foule en colère. Le naufrage dans la démagogie est le signe d’un régime en perdition qui n’a plus qu’une seule obsession, se maintenir à tout prix.

Quand la vanité, obsessionnelle, maladive, obscène, au plus profond du néant,  écrase toute notion de bien commun, il reste la démagogie, les vieilles ficelles destinées à satisfaire l’instinct de foule. Annoncer la suppression de l’ENA, surtout dans ces conditions, est un réflexe de la pire espèce.

…….

Les remplacer par qui, par quoi? Des militants de LREM ou du FN? Nos brillants lettrés de l’UNEF cette pépinière de la gauche française depuis 30 ans qui n’attend que cela? Les enfants, les neveux, les amants ou les maîtresses des uns et des autres ? Recaser les B……? T…..? G……? C’est déjà le cas pour une partie de la fonction publique ouverte aux nominations au tour extérieur! Le rêve de certains politiques a toujours été de briser l’ENA pour pouvoir caser sans limites leurs protégés et leurs serviteurs. Règne absolu et sans partage du népotisme, des lèche-culs, de la médiocrité, des passe-droit, du clanisme politicien et du copinage: voilà ce que recèle le projet de supprimer l’ENA.

Il n’est plus question de traiter des vrais problèmes de la France, la crise de l’école et de l’Éducation nationale, l’effarant niveau des prélèvements obligatoires, la dette publique égale à 100% du PIB, l’explosion de la violence et de la délinquance, la désindustrialisation, les 2 millions de jeunes sans formation ni emploi abandonnés au désœuvrement, le chômage qui touche 5 millions de personnes, les problèmes de pouvoir d’achat, les 8 millions de pauvres, le désastre des banlieues, de l’exclusion, du communautarisme.

………

 Supprimer l’ENA, faire de cette École le bouc émissaire des lâchetés, des renoncements, des fautes, de la bêtise et de la mégalomanie de quelques dirigeants politiques et de la déliquescence avancée d’une nation serait pire qu’un crime: une faute.

La Rédaction de Blog-Cabestany : Merci Electron Libre. Nous aurions surement repris l’article de Maxime Tandonnet puisque nous avons son accord pour le faire (mais sans coupures). Un article que nous avons trouvé également sur le site de nos amis « Les Gaullistes de Sceaux ». Signalé par « Gersende ». Aperçu par notre Alicia avant tout le monde. Mais, cher Electron Libre, journaliste au coeur d’une prestigieuse rédaction Parisienne, comment vous remercier de tout ce que vous nous envoyez en OFF (qu’on se garde bien de reprendre). Merci pour tous ces documents confidentiels dont vous nous permettez de prendre connaissance pour être moins idiots et ne pas se limiter à recopier ce que les médias aux ordres du pouvoir nous distillent à tout moment pour nous bourrer le crane. Merci pour ces infos qu’on cherche à cacher au citoyen dans ce qui ressemble de moins en moins à une Démocratie !  Et demain nous serons à la Sanch !

 

 

Et maintenant ? nous demande t’on, après la décision d’annulation de la privatisation de l’aéroport de Blagnac !

18 avril 2019

« courrier des lecteurs »

Mercredi soir : vous êtes deux internautes – non trois dit Alicia – à nous demander si par hasard on n’aurait pas le texte de l’allocution que devait prononcer le Président de la République, lundi soir, s’il n’y avait pas eu ce terrible incendie à Notre Dame de Paris. Et bien OUI, on l’a ! Enfin du moins ce qui pourrait bien y ressembler. Un texte qui aurait fuité. Mais on n’a nullement besoin de ce genre d’exercice pour avoir de la fréquentation sur notre site. Alors ? on ne le mettra pas en ligne pour juste faire le buzz comme des kakous prétentieux. Ce qu’on peut seulement dire, c’est que si ce texte est vrai, il est décevant pour ne pas dire plus. Et on pense que l’élève devrait revoir sa copie. Il en a encore le temps. Mais faudrait faire vite !

 

Et pour revenir à cette affaire de l’annulation de la privatisation à Toulouse signalée par l’association citoyenne Trait-d’Union-Cabestany, Blog-Cabestany a interrogé notre juriste préférée, Johanna, à Paris, qui nous envoie le document de la Cour administrative d’appel de Paris, et celui là c’est de l’authentique, du vrai :

au_nom_du_peuple_français_(Toulouse-Blagnac).pdf

et maintenant nous demandez vous ?

Johanna répond :

« et maintenant, RIEN ou pas grand chose. Nos têtes pensantes font des protocoles de privatisation qu’un élève de première année en Droit n’oserait pas remettre à son professeur de peur d’avoir un zéro. Mais celui qui oserait dire que cette incompétence est volontaire, sachez le, s’exposerait à être poursuivi pour diffamation. Alors personne de censé ne prendrait le risque de s’aventurer sur un tel terrain. Vous mêmes, surtout, n’en faites rien. Quant à la sortie de tels accords, cela s’apparente au Brexit. Avec des conditions tellement défavorables pour l’Etat ou les Collectivités que cela est proprement inenvisageable. La justice aura attribué une somme dérisoire aux parties plaignantes qui n’ont pas les moyens de mener de telles actions en justice. Car c’est cela, la Justice : lorsque le citoyen conteste une décision de l’Etat, de sa commune, c’est lui qui paye les frais de sa poche et même s’il gagne, il rentre peu souvent dans ses frais. Le représentant – en faute – de l’Etat, de la collectivité, de la commune assure sa défense sans que cela lui coute un centime en la faisant payer par les impôts des citoyens, c’est à dire des mêmes qui le contestent. Ubuesque ! Et de nature à empêcher n’importe quel citoyen de chercher à faire valoir son bon droit dans ce qui n’est plus vraiment un « Etat de Droit ». Mais pour revenir à cette affaire de Toulouse qui vous intéresse mais n’intéresse sans doute personne, on en reparlera, comme l’affaire Tapie, dans quelques décennies. Ou pas. Amitiés à vous mes amis de Cabestany. Johanna. »

Et hier soir l’un de nos lecteurs nous écrivait :

« Quelle bêtise crasse de lire ici ou là que la concession d’un aéroport consiste à gérer des boutiques de luxes. Demain on nous dira qu’on a concédé les autoroutes pour les distributeurs de café ou les pompes à essence et qu’on aura des trains gérés par le privé pour la qualité des sandwiches. Vos amis de votre association ont raison de craindre la privatisation des barrages car demain dans les P.O. une société privée pourrait vendre aux agriculteurs l’eau pour irriguer les cultures au prix de l’essence. L’eau ne doit jamais devenir un bien de consommation géré par des entreprises ne pensant qu’à faire du profit. Une atteinte à la dignité humaine. Rien que de l’envisager fait de ceux qui y pensent des marchands du temple qui ne méritent rien d’autre que notre plus profond mépris ».  

La rédaction écrit : Il est évident et même logique que lorsque l’Etat brade ses biens  à une entreprise, celle ci doit récupérer l’argent de ses actionnaires et même faire des bénéfices. Mais c’est l’EAU qui nous préoccupe le plus. L’EAU est un bien qui appartient à tous et celui qui la mettrait entre les mains de concessionnaires privés serait un criminel. Voilà pourquoi des gens comme nous restons vigilants et voilà pourquoi on voudrait nous faire taire. Mais sans vous tous, pour nous soutenir, que pouvons nous ?

SCOOP : « La privatisation de l’aéroport de Toulouse annulée par le tribunal administratif », nous disent nos amis de l’Association Trait-d’Union-Cabestany !

16 avril 2019

18 h 31 : Nos amis de l’Association citoyenne et écolo Trait-d’Union-Cabestany nous informent que le Tribunal Administratif, aujourd’hui mardi 16 avril 2019, a pris la décision d’annuler la privatisation de l’Aéroport de Toulouse, réalisée en 2015, selon le voeu du Ministre de l’Économie de l’époque, un certain Emmanuel Macron.

Le Tribunal a estimé que le projet, tel qu’il avait été proposé sur le marché, présentait de réelles déficiences et une méconnaissance profonde des problèmes liés à ce type d’activités, selon ce qui est rapporté.

Le Tribunal a constaté qu’en plus, le concessionnaire, tel que choisi sans prendre de plus amples connaissances sur qui il était, n’avait pas respecté le cahier des charges et s’était comporté de façon douteuse.

Une décision qui ne va pas dans le sens de ce que souhaite le gouvernement concernant les aéroports parisiens.

Malheureusement, ce n’est que le premier épisode d’une bataille juridique qui pourrait durer de longues années avec des rebondissements judiciaires sans fins et qui vont couter des monceaux d’argent au contribuable.

Et il est à craindre que tout cela débouche sur le constat qu’il est difficile, voire impossible de se désengager de tels contrats de privatisation, à la veille de vouloir en faire autant avec nos barrages ou autres installations, ce qui serait une pure folie et dont ceux qui nous dirigent sont comptables et devraient avoir à nous rendre des comptes plutôt que de foncer de façon aveugle et obstinée, droit dans un mur.

« SANS COMMENTAIRES »

19 h 47 – Jean-Louis écrit : Quelle bêtise crasse de lire ici ou là que la concession d’un aéroport consiste à gérer des boutiques de luxes. Demain on nous dira qu’on a concédé les autoroutes pour les distributeurs de café ou les pompes à essence et qu’on aura des trains gérés par le privé pour la qualité des sandwiches. Vos amis de votre association ont raison de craindre la privatisation des barrages car demain dans les P.O. une societé privée pourrait vendre aux agriculteurs l’eau pour irriguer les cultures au prix de l’essence. L’eau ne doit jamais devenir un bien de consommation geré par des entreprises ne pensant qu’à faire du profit. Une atteinte à la dignité humaine. Rien que de l’envisager fait de ceux qui y pensent des marchands du temple qui ne méritent rien d’autre que notre plus profond mépris.  

TRISTESSE ! une immense tristesse !

15 avril 2019

« no comment »

15 avril 2019 – 19 h 00 – Notre-Dame de Paris

« l’opposition [de Droite] vote contre le budget 2019 à Cabestany » écrivent nos confrères de Ouillade.eu

14 avril 2019

Colette Appert, chef de file de l’opposition municipale à Cabestany, conseillère municipale de la Droite Républicaine, élue des instances nationales du Parti « Les Républicains ».

Par un communiqué de Presse, envoyé aux médias, Colette Appert et les conseillers de l’opposition républicaine, à Cabestany (Pyrénées-Orientales) une commune de la Métropole Perpignanaise, confirment avoir voté CONTRE le budget 2019. Un budget qui n’a pas été voté fin 2018 comme tous les croient, mais juste à la limite autorisée fin mars 2019.

Une position que la Droite Municipale (très large et rassembleuse) qui n’aura jamais pratiqué d’opposition systématique a clairement expliquée, durant les bien trop brefs débats autour de ce budget, en reprenant une partie des nombreux points jugés inacceptables, et en les assortissants de contre-propositions réalistes. Et ce afin que nul ne puisse dire que l’opposition à Cabestany s’oppose de façon politique. Démontrant qu’elle est une « force de proposition » et qu’elle incarne une ALTERNANCE plus que crédible.

 

Colette APPERT et les élus d’opposition de Cabestany communiquent :

« Cabestany est une ville à bout de souffle. Ce constat affligeant nous l’avions prévu en 2014.

Notre commune est victime d’une politique passéiste. Le manque de vision et de projection a fait que le budget de fonctionnement est en déficit. Intolérable. Les baisses de dotations ne sont pas les seules responsables.
Avant de s’engager dans des dépenses pour des bâtiments démesurés sur notre commune, il aurait fallu réfléchir sur de nouvelles constructions adaptées et fonctionnelles. Le maire refuse de voir la réalité en face. Plus grave, il s’arque boute sur une position de déni. Il cherche toujours des boucs émissaires : ce n’est pas moi, c’est l’Agglo, ce n’est pas moi c’est l’Etat etc. Conclusion : pour la 5ème année consécutive ils ont voté une augmentation des impôts. Inacceptable.
A notre avis : « Je gagne moins donc je dépense moins ». Simple, évident et efficace.
Et fier de voir notre commune atteindre les 10 030 âmes il s’empresse d’augmenter ses indemnités ainsi que celle de ses adjoints le jour où l’on vote pour la désignation d’un rond-point Gilets jaunes. Cela peut se discuter d’un point de vue moral sachant que les finances de la commune sont au plus bas (recettes de fonctionnement en déficit). Le comble est que cette augmentation est règlementée par la loi et cette délibération a été annulée par la Préfecture car illégale.
Quarante-deux ans de mandat, on aurait pu crier « amateurisme ». Mais ne faut-il pas mieux dire ne confondons pas vitesse et précipitation ».

Pour retrouver le communiqué sur le site de nos confrères d’Ouillade.eu, à côté desquels nous restons modestes, juste un clic :

Cabestany/ Conseil municipal : l’Opposition (de droite) vote contre le budget 2019