Archive for the ‘Sans commentaires – no comment’ Category

« Les Républicains 66″ communiquent ! »

16 août 2018

L’Aquarius: nouvelle démonstration du « en même temps »

Le bateau d’une ONG continue de mettre la pression sur les gouvernements européens en transportant des clandestins vers l’Union Européenne. En affichant sa fermeté, la France avait fait savoir qu’elle n’accueillerait pas le bateau sur son territoire. Or, on apprend que la France va recueillir la moitié des clandestins présents sur le bateau et qu’ils viennent d’être débarqués à Malte.
Nouvelle démonstration du « en même temps » d’Emmanuel Macron qui prône une fermeté de façade avant d’accepter sous la pression d’accueillir la moitié des personnes à bord.
Est-ce désormais une ONG qui décide de la politique migratoire de la France ? On ne peut que le penser ! Il s’agit en tout cas d’une nouvelle démonstration d’un laxisme et d’un Etat faible face à la pression médiatique et aux agitations d’une ONG utilisant un bateau immatriculé à Gibraltar pour les avantages fiscaux liés.
Les passeurs peuvent se frotter les mains, ils récoltent des millions d’euros en exploitant les êtres humains qui croient en l’eldorado européen. Ils savent que la France cède facilement et ils pourront continuer à financer leurs activités mafieuses ou terroristes car la fermeté européenne n’existe pas. L’Aquarius recommencera encore et encore à vouloir mettre à genou nos gouvernants.
Le chef de l’État est donc faible face à ses propres décisions qu’il renie rapidement.
Pour les Républicains, le bateau n’avait pas vocation à rejoindre l’Europe mais de retourner vers un port sécurisé du continent Africain.
LES RÉPUBLICAINS 66
https://lesrepublicains66.net/2018/08/15/laquarius-nouvelle-demonstration-du-en-meme-temps/
Rubriques : « Les Républicains 66 » – NO COMMENT –

« Bonne fête de l’Assomption à tous ! »

15 août 2018

Rubrique : « Sans commentaires » et « c’est vous qui le dites »

Dans un hebdomadaire, la semaine dernière, notre ami Denis Tillinac, écrit :

« Les souvenirs que nous avons en tête valent plus chers que tous les enjolivements dont on pare les vestiges d’antan.

Plus on renie les fondements de la civilisation occidentale, plus le discours public se gargarise de « gros mots » : « humanisme », « citoyenneté », « valeurs républicaines ».

Plus on chante « La Marseillaise » dans les stades, moins l’amour de la Patrie anime les coeurs.

Plus on exalte les racines, moins les âmes s’accrochent à une filiation.

Tout compte fait, c’est ce passé, peu ou pas rafistolé, au crépuscule de nos microdestins, qui nous protège des démons de la désespérance ».

Denis Tillinac

L’un d’entre vous, un Cabestanyenc n’a pas le style de notre ami écrivain et journaliste, dont on adore et approuve les écrits, mais dont certains de nos lecteurs nous disent avoir du mal à percevoir toutes les subtilités de langage.

Peu importe ! Ce cabestanyenc nous envoie un mail dans une prose beaucoup plus directe, mais que tous comprendront aisément :

« Je ne suis pas croyant, mais le jour où un enc…, au nom d’une laïcité de m…., voudra toucher à la fête de l’Assomption, il faudra bien sortir nos fusils et s’en servir !!!! »

Chacun sa perception des choses, ou plutôt chacun sa façon qui lui est propre de s’exprimer. Et chez Blog-Cabestany, ce qui compte, n’est pas notre propre opinion, mais la possibilité donnée au citoyen qui n’a pas la parole, qu’on n’écoute pas, qu’on méprise, de donner son avis. Quel que soit cet avis !  C’est notre approche de la démocratie.

ET PUIS…… nous le savions déjà, mais avons eu la confirmation que nous sommes lus dans certains cercles « proches » du pouvoir parisien. Nos propos étant fréquemment repris au travers d’une certaine « Revue de Presse » à usage des politiques de la Macronie. Un document concocté par des rédacteurs qui scrutent le web pour s’informer de ce que pense le citoyen de la France profonde. Et Blog-Cabestany aurait été remarqué en raisons de ses propos « disruptifs » (un mot à la mode qui signifie que nous ne sommes pas dans le « politiquement correct » ! Qui nous lit ? comment le savoir. Et sommes nous perçus comme des anti-bobos catalans ou des péquenots du 66 ? Qu’importe !

Faudrait il en être fiers ? Restons humbles et résignés !  En sachant quand même qu’à Paris,  le message du  simple citoyen de Cabestany (dont personne ne sait peut être où cette ville se trouve) a peut être plus de chance de remonter par notre canal que par le canal de ceux qui sont sensés le représenter ! Du moins croyons le ! Et sinon, à quoi servirions nous ?

Tags : « Liberté » – « Liberté d’expression » – « c’est vous qui le dites » – on nous lit à Paris dans des cercles proches du pouvoir

 

 

 

Il y a cent années débutait la bataille d’Amiens, qui allait nous conduire vers l’Armistice !

8 août 2018

par Alicia

Aujourd’hui à Amiens, avait lieu la Commémoration de la « Bataille d’Amiens » qui débutait le 8 aout 1918 et augurait d’une fin rapide mais encore terriblement meurtrière de cette guerre de 14/18.

Le Président Macron, qui sans doute jouait avec son canard gonflable dans sa nouvelle piscine avait oublié de venir. Le Premier Ministre (on ne sait pas à quoi il s’occupait) avait lui aussi oublié de venir. Le Ministre Le Drian, en charge des Affaires Étrangères, actuellement en vacances en  Bretagne à moins de 150 kilomètres  n’avait pas trouvé de liaison aérienne ou sinon il aurait du transiter par…. Perpignan.

La Ministre de la Défense, seule,  accueillait le Prince William, et la Première Ministre Britannique. Et on n’avait même pas la retransmission de la cérémonie à la télévision. A cause de la canicule, des orages, ou d’un dénommé Benalla ?

La bataille d’Amiens se déroula entre le 8 et le 11 août 1918, pendant la 3e bataille de Picardie sur le front occidental, en France.

Après une succession ininterrompue – ou presque –  de victoires allemandes durant le premier semestre 1918, cette importante bataille confirmait les succès de la seconde bataille de la Marne qui marqua, en juillet 1918, le renversement décisif de la guerre sur le front ouest.

Les troupes alliées, composées de Britanniques, Canadiens, Australiens commencèrent véritablement à prendre pour la première fois un ascendant sur les troupes allemandes. La 1ere armée Française fut toutefois l’élément décisif qui fit transformer un combat difficile en ce qu’on pourra appeler une victoire. Une victoire au gout amer, en fonction des pertes humaines.

  Grace à l’appui des troupes américaines, désormais organisées pour peser fortement dans ce conflit, l’ensemble des Alliés allait renverser le cours de l’histoire. La Bataille d’Amiens sera l’une des principales batailles victorieuses qui allaient se succéder rapidement dans ce qui sera nommée « l’offensive des Cent-Jours ».

La ligne droite vers l’armistice de Novembre 1918. Avec son lot de tragédies et de malheurs.

Un discours en Anglais. Qu’il n’est pas forcément indispensable de comprendre. Plein de solennité et de gravité. Un moment qui honore le sacrifice de tant de vies humaines. Dans lequel il n’omettra pas de rappeler l’amitié Franco-Britannique, On regrettera qu’en face de ce discours digne du chef d’État qu’il n’est pas mais qu’il sera sans doute un jour, la France aura paru être aux abonnés absents.

Alicia

« C’était en février 2015 : à l’Assemblée, il s’agissait de contrer une loi Macron. Le Front de Gauche avait voté la censure de la Droite contre le gouvernement »

2 août 2018

Dans la rubrique : « sans commentaires »

C’était en Février 2015. Il s’agissait d’une loi « Macron ». Le Front de Gauche avait soutenu une motion de censure déposée par la Droite. Déjà on s’opposait aux délires d’un ministre dénommé Macron. A part le P.S. qui le trouvait…. GENIAL ! Tous s’en méfiaient comme de la peste. Tout cela n’aura donc servi à rien ! Hélas ! 

En 2017, personne ne voulait voir la candidate du F.N. gagner les présidentielles. Fallait il pour autant voter pour le président actuel en disant qu’il n’y avait pas d’autre choix ? Mais là n’est pas le pire. Le pire est d’avoir élu aux législatives des inconnus pour la seule raison qu’ils se présentaient sous l’étiquette de « La République en Marche ». Des individus s’installant dans l’Assemblée sans même savoir en quoi leur mission consistait. Des députés « godillots » tellement à côté de la plaque qu’ils sont bien capables de voter la réforme constitutionnelle qui ferait de l’assemblée une simple chambre d’enregistrement des décisions présidentielles. Ceux qui ont porté ces députés à l’Assemblée ont une lourde responsabilité. Ce sont eux, les coupables !

Suivre le lien pour vous retrouver en 2015 :

https://www.rtl.fr/actu/politique/l-assemblee-nationale-rejette-la-motion-de-censure-adoptant-une-nouvelle-fois-la-loi-macron-7778793376

L’Assemblée nationale rejette la motion de censure, adoptant une nouvelle fois la loi Macron

L’Assemblée a rejeté sans surprise jeudi la motion de censure de la droite après le nouveau recours par Manuel Valls à l’article 49.3 de la Constitution, adoptant du même coup en nouvelle lecture le projet de loi Macron.

Est il besoin de faire des commentaires ?

Tags : « no comment »

L’affaire « Macron-Benalla » laissera « des traces profondes », estime Christian Jacob, selon l’article que nous reprenons d’après le site : « Groupe Gaulliste Sceaux »

31 juillet 2018

Rubrique : « ils relaient nos articles, nous relayons les leurs »

Un site – parmi d’autres – dont nous avons l’autorisation de reprendre un texte, à la condition de le publier sans modification, ni rajout. Et à la condition de publier notre source, ce qui nous parait être la moindre des choses.

Un site dont la devise est : « l’Opportunisme et le Lobbyisme sont incompatibles avec la philosophie Républicaine »

Le titre original : « L’affaire « Macron-Benalla » laissera « des traces profondes », estime Jacob »

Christian Jacob (Photo A.F.P.) le 31 juillet à l’Assemblée

Le texte : Le président du groupe LR, Christian Jacob, a jugé que l’affaire « Macron-Benalla », qui « touche l’État et son chef au cœur » et face à laquelle le gouvernement a « abdiqué », va laisser des « traces profondes », défendant les « contre-pouvoirs », Parlement en tête.

Cette affaire, « qui touche l’État et son chef au cœur », « alimentée par des zones d’ombre, des contradictions, des mensonges d’un grand nombre de protagonistes et de M. Macron lui-même, (…) ne fait que commencer et elle laissera des traces profondes. Des traces politiques et morales pour le chef de l’État et des traces institutionnelles dans l’organisation des pouvoirs publics », a-t-il clamé.

Pour le patron des députés LR, défenseur de la première motion de censure dans l’hémicycle, « les Français ont été et restent sidérés » et « constatent aujourd’hui – et c’est une trahison pour eux – que la République des copinages malsains, elle est de l’autre côté de la Seine, elle est à l’Élysée ».

« Des hauts fonctionnaires à la réputation jusqu’alors impeccable, un ministre de l’Intérieur, un président de la République ont préféré protéger un homme et ses dérives, plutôt que de faire honneur à leur rang », a déploré M. Jacob, pour lequel « l’éclosion d’une forme de police parallèle au service de l’Élysée n’a pu se produire sans le soutien du président de la République ».

Ce « scandale, c’est celui d’un chef de l’État – il l’a reconnu – qui a protégé, qui a privilégié un homme qui lui a rendu des services », « barbouze s’il en est », une formule à l’origine de protestations de la majorité.

« Votre gouvernement, tout particulièrement votre ministre de l’Intérieur, n’ont pas eu le cran de dire stop à une terrible dérive », a accusé cet élu de Seine-et-Marne. « Votre gouvernement (…) a failli par faiblesse, par lâcheté aussi » et « mérite, au-delà du désaveu et de la colère sourde des Français, la censure des députés », a-t-il ajouté, sous des claquements de pupitre de la majorité.

Considérant « urgent de résister à la tendance d’un pouvoir technocratique », M. Jacob a prévenu: « nous ne courberons pas l’échine face à ce projet de révision constitutionnelle qui a été ajourné et que vous seriez bien inspiré d’abandonner ».

« La France a besoin de contre-pouvoirs. L’Assemblée Nationale est le premier de ces contre-pouvoirs », et « l’histoire parlementaire de la Vème République retiendra que, durant 4 jours, au cœur du mois de juillet 2018, l’opposition, ici à l’Assemblée, a été à la hauteur de ses responsabilités », a-t-il vanté.

Et il a lancé à Édouard Philippe (ex-LR) qu’il espérait sa réponse « sans arrogance, sans mépris, en faisant abstraction de votre qualité de très haut fonctionnaire, de votre parcours personnel, d’une forme de sentiment de supériorité ».

Selon le texte du Groupe Gaulliste Sceaux

Mots-clés : , , , ,

Retrouvez l’article original directement sur leur site par un simple clic sur le lien ci-dessous :

https://groupegaullistesceaux.wordpress.com/2018/07/31/laffaire-macron-benalla-laissera-des-traces-profondes-estime-jacob/

Où chercher du « copinage malsain ? sinon entre le Président et son garde du corps, écrivez vous à Blog-Cabestany !

27 juillet 2018

Courtoisie du Canard Enchainé

L’ÉDITO D’ALICIA

Vous êtes quelques uns à nous avoir envoyé un mail pour nous remercier d’avoir mis en ligne le rapport CAP 22. L’un d’entre vous écrit : « Blog-Cabestany sert aussi à informer le citoyen » . Merci pour nous ! En effet, nous faisons ce que nous pouvons et dès que nous le pouvons pour mettre en ligne un document qu’il est difficile de trouver, ou parfois introuvable, à condition que nous puissions nous le procurer. Et on espère que vous avez été nombreux à prendre connaissance de ce rapport même si vous n’êtes pas nombreux à vous être manifestés. Mais, ce ne sont pas des remerciements que l’on attend de vous. Seulement quelques encouragements. Et heureusement que les statistiques de fréquentation – prometteuses –  de notre Blog sont suffisantes pour nous donner le courage de persévérer.

Vous nous demandez comment nous sommes informés avant de rédiger un article. La vérité nous oblige à reconnaitre que nous ne savons pas tout, et la plupart du temps pas grand’ chose, que nous n’avons pas la science infuse, mais que nous nous appuyons sur des réseaux solides que nous nous sommes constitués. A Paris, ou ailleurs, avec des contacts au sein même des États-majors de plusieurs partis politiques, par des relations avec des fonctionnaires et souvent haut-fonctionnaires, des élus, des journalistes, des politologues, des mouvements de citoyens, des associations. Et les informations que nous recevons de façon spontanée. Tout cela nous prend 90% de notre temps. Et nous aurions de quoi écrire dix, vingt, cent articles chaque jour. Mais encore faut il les rédiger. Et pourquoi redire, par narcissisme, ce que vous lisez déjà ailleurs. De préférence, on souhaiterait écrire ce qu’on ne trouve pas ailleurs. Et on privilégie la qualité ou le fond à la quantité.

Et puis il y a vos commentaires, nombreux, dont on tient compte pour la ligne éditoriale de ce Blog. Cette semaine on aura eu droit, pour la plupart des mails reçus, à votre opinion sur cette affaire Benalla sur laquelle on a pas vraiment envie de s’étendre. « Ce qui nous inquiète le plus est le fait de voir que nous avons élu comme Président, un médiocre », dites vous, TOUS, à votre manière et avec vos mots. UNANIMEMENT ! 

Mais il en est ainsi dans la vraie vie de tous les jours. Il peut arriver que les « chefs », dans nos entreprises, nos collectivités, nos organisations, soient  les plus mauvais d’entre nous. Vaniteux, orgueilleux, imbus de leur médiocrité, étouffant sous leur ego. Plus baratineurs, plus menteurs, plus incapables que les autres. Sauf qu’ils nous font sentir tous les jours que ce sont eux qui ont le pouvoir sur nous. Nous pressurant, nous maltraitant parfois, pour que l’on fasse ce qu’ils sont eux mêmes incapables de faire, mais dont ils sauront en tirer pour eux mêmes, le profit. 

Comment peut on trouver, par exemple, ici ou là, dans une collectivité territoriale, un « Ingénieur en Chef », qui chapeaute des Ingénieurs diplômés, quand lui même n’est qu’un « apparatchik » peu qualifié, placé là par clientélisme. On pourrait disserter longuement sur le sujet. Quand je pense à l’affaire Benalla, dont le principal protagoniste aujourd’hui dans Le Monde, relance imbécilement une affaire qui commençait à s’estomper, je pense à mon premier Maitre de stage. Un « Réac » qui répétait à l’envi : « la confiance n’empêche pas le contrôle ». Je n’ai jamais osé lui dire que cette citation était attribuée à Lénine, qui semblait donner sa confiance de façon aveugle avant de fusiller sans aucune restriction.

Lorsqu’il s’agit de l’avenir d’un pays, donner le pouvoir à un inapte, un incompétent, est grave et inquiétant. Mais c’est l’électeur qui l’a voulu !

Et pour conclure sur cette affaire Benalla, ce « copinage malsain » dont on entend parler, n’est il pas tout simplement celui qui existe entre le Président et son garde du corps ? Tout le reste n’étant que littérature. Toutes ces commissions d’enquête étant vaines, politisées, et s’avérant inutiles puisqu’elles n’ont pas le pouvoir d’interroger le principal intéressé.

Et dans cette réforme constitutionnelle à venir, le seul objectif du Président n’est il pas justement de davantage museler, réduire le pouvoir de la Représentation Nationale ?

La France n’est pas la Turquie ! Enfin, pas encore !

J’exagère sans doute ! Mais sur notre planète, du Nord au Sud, et de l’Ouest à l’Est,  en ce début de nouveau siècle, la tentation de tous les dirigeants n’est elle pas de s’octroyer toujours un peu plus de pouvoir ? Par la force ou par les urnes. Dans la violence ou en faisant semblant, fallacieusement,  d’écouter un peuple qu’il méprise profondément.

Dans nos démocraties, si le citoyen se laisse faire, il sera l’artisan de son propre malheur !

Tags : « nous avons élu comme Président, un médiocre » disent nos lecteurs.

« Irréprochables » ! Ou alors nous joue t’on le retour des « barbouzes » ?

19 juillet 2018

Les barbouzes à l’Elysée ? Tome 2 !

dans les rubriques « c’est vous qui le dites » et « sans commentaire »

Un article de notre ami parisien « Électron Libre »

L’humain reste l’humain. En tous temps, en tous lieux, dans toutes les couches de la société, dans toutes les professions, même les plus éminentes, il est , il y a eu, il y aura des brebis galeuses.

Qui cachent leur jeu. Qui trompent leur monde. Et ceux qui sont abusés ne doivent pas être considérés comme les coupables. Ce serait une double peine. Sauf si les victimes se montrent d’un laxisme coupable. Et deviennent complices de ceux qui les trompent.

Mais lorsqu’on est un individu équilibré et que l’on s’aperçoit qu’on a un proche qui n’est pas celui que l’on croyait, on prend des dispositions pour l’empêcher de vous nuire.

On ne citera pas de noms. Tous les Présidents de la République ont eu leur lot d’affaires. Amateurs de comptes en Suisse, de belles chaussures, de dames de petite vertu. Tous les pouvoirs en arrivant nous auront expliqué qu’avant eux, il n’y avait que des méchants, et qu’avec eux, ce sont les gentils qui arrivent. Le Président actuel l’avait promis pendant sa campagne. « Avec moi, cela n’arrivera pas ». De la naïveté ou de l’arrogance ! Nous, on opte pour le deuxième cas. Et si on pardonne la naïveté on pardonne plus difficilement l’arrogance.

Et il y a deux voies différentes à emprunter devant ces affaires douteuses concernant un collaborateur indésirable. Le première est de reconnaître que l’on s’est trompé. Que l’on a été trompé. La deuxième est de maquiller la vérité. Et dans l’entourage du Président, depuis son arrivée au pouvoir, d’autres affaires ont été mises à jour, sauf qu’on ait jamais vraiment senti une volonté du pouvoir actuel de désavouer les coupables ou présumés coupables.

La République restera la République. Il a 20 ans, jeune photographe pigiste, je couvrais une manifestation d’infirmières. Déjà. Qui campaient sous les fenêtres de leur ministre. Sous un gouvernement de gauche qui se voulait proche du peuple. Au cours de la manifestation, quelle n’avait pas été ma surprise de voir deux de mes meilleurs copains de fac, des amis, policiers de leur état, déguisés en casseurs, en tête de cortège. La suite on la devine. Tout partait en eau de boudin. Quelques infirmières, matraquées, deviendront des clientes dans le service d’urgence où elle officiaient d’habitude. On n’était plus vraiment, à mon avis, dans le simple fait divers mais dans une provocation organisée. Par qui ? pourquoi ? Je n’aurai jamais la réponse.  Mes amis policiers m’expliqueront seulement qu’ils étaient de congé ce jour là et passaient par là par hasard. Et ta sœur !

Dans l’affaire qui secoue la Présidence de la République en ce moment, peut être ne doit y voir qu’un simple fait divers, le débordement d’un individu au comportement douteux. On a connu par le passé de grosses affaires qui n’étaient en réalité qu’un différend personnel, une affaire de jalousie appartenant à la sphère privée. Qui faisaient « pschitt ». D’autres affaires passées inaperçues cachaient sans doute une plus horrible vérité. L’un de mes confrères journaliste, un ami, est tombé de son balcon. Un autre……

ALORS QU’EN EST IL DE CETTE AFFAIRE QUI TOUCHE AUJOURD’HUI UN PROCHE DU PRÉSIDENT ?

Moi, je suis journaliste, pas romancier. Je m’en tiens aux faits et pas aux supputations. Mais j’ai ma liberté de penser. Qui ne concerne que moi. Que personne ne pourra m’enlever ! Et si la vérité était ailleurs ?

Électron Libre

POSTMASTER : pour nous c’est « sans commentaires ».

Tags : ils relaient nos articles, nous relayons les leurs. Liberté d’Expression. Liberté de la Presse

« Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne, relaie le communiqué de presse de France Nature Environnement

17 juillet 2018

Votre association citoyenne, issu de la Droite Municipale, qui prend également en compte les problèmes d’environnement, et revendique d’être une Association au service de TOUS les Cabestanyencs sans exception, a le plaisir de relayer, à peine reçu, le communiqué de nos amis de France Nature Environnement (F.N.E.). La première phase des « Assises de l’Eau » initiée par le gouvernement il y a trois mois, prend fin. Il y a bien sur la communication du gouvernement. Mais en réalité : qu’en est il ? Où en est on ?

Parce que la protection de notre cadre de vie, de l’environnement que nous allons laisser à nos enfants, la défense de notre santé, ne doit pas être une affaire de Droite ou de Gauche.

Parce que, qu’elle que soit la confiance, que nous avons dans l’Europe, dans l’État, dans nos gouvernants, dans nos élites, dans nos élus, nous ne pouvons pas leur laisser la bride sur le cou. Le citoyen de base doit prendre en charge sa destinée et veiller à la préservation de son environnement. C’est l’affaire de tous. C’est VOTRE affaire !

NO COMMENT – Sans commentaire

Témoignage d’une cérémonie du 14 juillet 2018 à Cabestany. Par Philippe Gleizes, élu de la Droite Municipale !

15 juillet 2018

Philippe Gleizes aux côtés de Colette Appert

Phil écrit :

« Ce matin 14 juillet, devant le Monuments à nos Morts pour la France, à Cabestany, je suis sans doute arrivé 5 minutes trop tard. A moins que ce ne fussent 5 minutes trop tôt puisque je suis tombé, à point nommé, sur le discours de Monsieur le Maire. Le même discours – à quelque chose près – que celui de l’an dernier, empreint de la nostalgie de 1789, de la Révolution Française et de ses coupeurs de têtes.

Un discours qui condamne tous les présidents de la 5eme république pour leur manque de justice sociale et pour leur défense des “bourgeois”.

Un discours qui prône la Révolution, par l’avènement d’une 6ème République mais entendons nous bien : façon communiste. En somme une dictature ! Idéalisée, rêvée, par ces mêmes communistes qui pleuraient la chute du Mur de Berlin, il y a 29 ans. Et qui s’étonnaient alors de ne voir aucun allemand de l’ouest en profiter pour se précipiter et s’enfuir à l’est !

Ce matin, on avait encore droit à un discours aux allures de donneur de leçon sur l’égalité, la fraternité et le respect. Qui font tout autant partie de nos propres valeurs et n’appartiennent pas qu’à certains qui voudraient se les approprier.  Mais nul besoin de faire de commentaires tellement la chose était risible, dans une commune où la censure est une marque de fabrique. Où l’attribution des logements est réservé aux adeptes. Où il est interdit de penser différemment.

Bref, en un mot comme en cent, il me tardait que cela finisse. Que je puisse chanter « la Marseillaise » : ce qui me tenait particulièrement à coeur. Et que je puisse tourner les talons.

C’est alors que j’ai eu le loisir d’embrasser du regard l’assistance. A savoir une immense foule d’au moins 24 personnes, qui fond comme la banquise année après année. Sûrement faute de supporters, blasés par des discours réactionnaires. Des fans, bien en retrait, surtout préoccupés de se protéger du soleil. Déjà dans les starting blocks. Attendant désespérément le signal, pour se bousculer et être celui qui serait le premier à l’apéro.

L’année prochaine, et si Dieu m’entend, il ne serait pas inutile de disposer d’une vingtaine de chaises. Pas pour nous mêmes bien sur. Pour nos aînés. Et aussi pour certains quadragénaires (ou +) qui montrent  bien de la constance à encore se déplacer. En ce qui nous concerne c’est notre honneur d’être là ! L’honneur de la Droite est d’assister à toutes les cérémonies de notre ville et il continuera d’en être ainsi. 

Et quelques chaises ? Ce n’est qu’une suggestion. Pas une proposition ! »

Signé : Phil

POSTMASTER : « c’est Phil que le dit ». Et tous tes amis, dont nous sommes approuvent. Mais on pourrait parier, sans prendre de grands risques, que bien d’autres partagent ton avis. Et on a compris ton allusion au fait que tu ne fais que des suggestions. Pas des propositions. Dans le « Cabes’infos » on lit à chacune des pages que la Droite ne fait jamais de propositions !

 Cher Phil, merci pour ce témoignage. On s’y croirait. On s’y croit d’ailleurs.

Merci, pour cet humour dont tu ne te départis jamais. Mais ceux qui te connaissent savent que tu prends en réalité les problèmes toujours très au sérieux. Même s’il t’arrive de le cacher. Et que ta dérision est une marque d’humilité. On connait ton attachement pour les valeurs de la République, ce que personne n’oserait contester sauf à être de mauvaise foi. On connait ton respect pour nos ainés. Qu’il faut protéger. Et on sait que tes pensées vont à ceux qui nous ont quittés.

Quant à savoir quel est le Dieu dont tu parles ….  Sans avoir pour autant la grosse tête, il paraitrait qu’il nous fait l’incomparable honneur de – parfois – nous lire. 

Et bon dimanche à tous.

DIMANCHE SOIR, minuit : on vient de mettre en ligne, ci-dessous, un commentaire fort intéressant.

En ce 14 juillet, la Droite Municipale était fort bien représentée à la cérémonie de dépôt de gerbe aux monuments aux morts de Cabestany ! Pendant qu’à Paris, nos politiques transforment ce rendez vous entre le citoyen et son armée, en spectacle de music-hall !

14 juillet 2018

Une cérémonie, à Cabestany,  sur laquelle on ne fera pas de grands discours. Et en matière de photos on pourrait reprendre celles de l’année dernière ou d’une autre année. Mais ce n’est pas dans l’ADN de notre Blog de faire ce genre manipulation.

Pour la Droite, le 14 juillet peut avoir plusieurs significations.

Et pour Blog-Cabestany, notre rédacteur du jour a traité l’événement à sa manière. Et pourquoi pas ? En toute Liberté. Dans notre collectif de rédaction chacun peut s’exprimer en toute indépendance !

Des jeunes, prêts à sacrifier leur vie, pour que la France reste la France ! Pour une France éternelle. Et cela fait chaud au coeur.

En d’autres temps, en d’autres lieux, mais sur notre sol national, des jeunes encore, décidaient de se battre contre l’agresseur pour le salut de notre Patrie !

C’est aussi cela la symbolique du 14 juillet !

Puis en rentrant de la cérémonie à Cabestany, j’ai regardé en replay le défilé à Paris. Qui a commencé par un numéro de « danseuses » des Gardes Républicains. Lamentable. Comment peut on faire jouer à des militaires ce numéro de cabaret ? Les pauvres ! Pour Brigitte ? Ce n’est pas elle qui l’aura demandé. Enfin chacun son avis et c’est le mien. Les militaires, qu’on les respecte. Mais un jour nos politiques feront bien défiler les pompiers en « tutu » en leur faisant lever la jambes.  N’est on pas en train de transformer ce rendez vous entre la France et son armée, en spectacle de music-hall ? Ensuite défilé classique impeccable. Honneurs à nos soldats. A leurs blessés et disparus !

Pour que la France reste la France.

Et un salut à notre ami Jean-Dominique Merchet, journaliste qui écrit pour l’Opinion, et qui ne parle pas avec la langue de bois. On espère pouvoir reprendre bientôt certains de ses écrits, sur notre Blog.

Tags : Droite Municipale, Droite Républicaine, Colette Appert, 14 juillet, Patrie, Liberté, Honneur à nos soldats, pour que la France reste la France.

La « Caravane des Jeunes Républicains 66» : déjà une bonne idée ! Et de plus, un franc succès !

11 juillet 2018

La « Caravane » est organisée par des Jeunes Républicains…. et Républicaines. Qui l’animent en sillonnant en ce mois de juillet 2018, les plages de notre département. Mais elle passera également à Perpignan, et Colette Appert tenait à ce qu’elle s’arrête à Cabestany. C’est chose faite. Ce matin mercredi 11 juin, elle n’était pas sur la plage de Sainte Camille mais au Moulinas.

Le but de cette caravane est d’attirer des Jeunes vers la politique. De les rencontrer. De pouvoir parler « entre jeunes » des problèmes du moment, de ce qui les concerne, de leur avenir. La politique a besoin de renouveau et d’intéresser les citoyens les plus jeunes. Et davantage de jeunes, qu’on ne l’imaginerait se révèlent être des passionnés.

Mais croire qu’on ne trouve autour de nos amis de la caravane ou de la Fédération des Républicains 66 que des jeunes n’est pas tout à fait la réalité. Chacun, qu’il soit ou non adhérent. Qu’il soit ou non militant ou sympathisant est le bienvenu. Qu’il soit même – ou non –  comme ce matin, de notre bord n’est pas restrictif. On peut poser toutes les questions que l’on veut. Et l’on vous donne des réponses. Et on discute. Et on échange. Un exercice de démocratie de terrain.

Sur les plages, on trouve les habitants de notre département mais également des vacanciers, en famille, en short et tongs, et on prend donc bien du plaisir à discuter avec eux et échanger. Et cela paraît réciproque. Et le moment, propre à la décontraction, est propice.

Ce matin à Cabestany, il n’y avait pas de « touristes ». Principalement des amis. Et les amis de nos amis. Et les amis des amis de nos amis qu’on rencontrait pour la première fois et qui seront désormais les nôtres. Plus quelques curieux, mais très sympathiques. Certains voulaient s’adresser à Colette Appert. C’est chose faite et elle leur a donné ses coordonnées. D’autres étaient venus pour parler entre jeunes ou s’adresser à François Lietta.

Il faisait tellement chaud qu’on se serait bien mis en maillot de bain. Peut être pas autorisé par la loi. Et on lâchement profité des parasols de notre ami Phil Gleizes, qui était aux côtés de Colette, et auquel on a peut être fait perdre quelques clients. Qu’il nous pardonne. Et on a beaucoup discuté avec notre ami, François Lietta, Président de la Fédération des Républicains 66, qui est lui même un jeune. Quel moment sympa lorsqu’on vient à nous !

Cette réunion de famille permettait à des citoyens de rappeler que quelles que soit les évolutions politiques actuelles, ils avaient conservé leurs opinions, leurs convictions, et que l’on pouvait toujours compter sur eux. Certains avouant avoir voté Macron comme pour s’en excuser. Pour ne pas voter pour l’extrême droite. On les a rassurés.  On connaît même pas mal de nos amis de gauche, ou encore des communistes à avoir fait le même choix républicain. Nous on avait préféré s’abstenir en écoutant les conseils du regretté Jean d’Ormesson. « J’en connais pas mal qui dans un an s’apercevront qu’ils sont cocus », disait il. Une vision prémonitoire qu’il n’aura pas pu vérifier lui même en nous quittant après une vie bien remplie et en nous laissant quelques regrets.

D’autres de nos amis étaient quand même très remontés après certains de nos « ex-chefs » à Paris. Ceux qui ont quitté le navire pour des raisons diverses : se mettre en retrait, réfléchir, peut être rebondir. Les autres, tellement apeurés à l’idée de de plus avoir de croquettes dans leur gamelle qu’ils sont allés « à la soupe » chez les Macroniens. On ne refera pas le monde.

Un Président de la République bien inconsistant, entendait t’on –  « c’est vous qui le dites » – qui prend la France pour une start-up, qui vit dans un monde virtuel, et se croit le héros d’un jeu vidéo.  Et lorsqu’il redescend sur terre, dans le monde réel, c’est pour piquer dans la poche des retraités avec sa CSG scélérate. Et on lui prête de bien mauvaises intentions quant aux pensions de réversion.

Le peuple de Droite, de la Droite Républicaine existe toujours. On l’a encore vérifié ce matin. Nullement attiré par les sirènes des extrêmes. Nullement enfumé par cette majorité présidentielle qui marche « en crabe » et semble avoir perdu sa boussole. Ce qu’on vit est comme la marée dit Paul : « il faut attendre que la mer se retire complétement avant qu’elle ne commence à remonter ».

Tout va bien chez les Républicains !

Colette Appert et François Lietta à Cabestany

La caravane des Jeunes Républicains sera à Cabestany le mercredi 11 juillet !

4 juillet 2018

Comme depuis plusieurs années, la « Caravane des Jeunes Républicains » parcourt toute la France à la rencontre des citoyens.

 Elle sera dans notre département des Pyrénées-Orientales du 6 au 12 juillet 2018

Les Jeunes Républicains de ce mouvement, au plan national,  seront accompagnés des Jeunes Républicains 66, et seront heureux de vous rencontrer, de discuter avec vous, de répondre à toutes vos questions.

François Lietta, le Président de la Fédération des Républicains 66 se félicite de ces événements qui permettront d’aller au contact avec les citoyens jeunes, ou moins jeunes.

Colette Appert et Philippe Gleizes nous ont communiqué l’agenda prévu pour ces rencontres.

Vendredi 6 juillet 2018
Saint Cyprien – Parking de la police municipale
de 11h à 12h et de 14h à 16h

Samedi 7 juillet 2018
Rivesaltes – Domaine de Rombeau
de 11h à 15h

Dimanche 8 juillet 2018
Le Barcarès – Place du Marché
de 10h à 12h et de 14h à 16h

Lundi 9 juillet 2018
Argelès sur Mer – caravane mobile en raison de l’absence de réponse de la mairie.
de 14h à 16h

Mardi 10 juillet 2018
Banyuls sur Mer – Parking Méditerranée sur l’avenue Pierre Fabre
de 14h à 16h

Mercredi 11 juillet 2018
Cabestany – Rue du Moulinas

de 10h à 12h

Mercredi 11 juillet 2018
Perpignan – Place de la République
de 14h à 16h

Jeudi 12 juillet 2018
Saint Laurent de la Salanque – Marché
de 10h à 12h

_

Jeudi 12 juillet 2018
Sainte Marie la Mer– Balladoir à l’arrière de la salle Omega
de 14h à 16h.

A très bientôt !

« La guerre en Méditerranée » selon l’article de Maxime Tandonnet sur son blog !

28 juin 2018

« ils relaient nos articles, nous relayons les leurs »

-o-

Notre ami Maxime Tandonnet, haut fonctionnaire, gaulliste, conseiller politique à L’Élysée sous Nicolas Sarkozy est un expert dans les problèmes d’immigration.

Ecrivain, essayiste, il a également une Tribune au Figaro comme journaliste.

Sur son blog, l’un des plus lus de la blogosphère, il nous parle de ce qui se passe en Méditerranée en ce moment.

Nous avons relevé certains passages de l’un de ses derniers articles, mais en fin de page vous avez le lien vers son blog si vous avez envie de lire ce qu’il a écrit sur le sujet, de façon exhaustive.

Image issue du Blog de Maxime Tandonnet

 

Maxime Tandonnet écrit

Les dirigeants européens se trompent sur la nature des événements en Méditerranée. Ils les voient comme une affaire d’asile et d’immigration. Or, nous ne sommes plus dans cette logique…..

Nous sommes au contraire dans une logique de guerre pour le contrôle de la Méditerranée. Des réseaux esclavagistes puissamment organisés sont en train de déstabiliser à la fois l’Afrique et l’Europe. Ces mafias criminelles mettent à profit la situation du continent africain et le désarroi d’une partie de ses populations, prises en otage, pour accumuler de gigantesques fortunes…..

Et face à cette réalité, les dirigeants européens qui ne voient rien, n’entendent rien, ne comprennent rien, se montrent d’un aveuglement et d’une lâcheté qui a peu de précédents historiques. Plus ils se déchirent, s’insultent mutuellement et plus ils refusent, par lâcheté de prendre leurs responsabilités……

Plutôt que d’étaler leur impuissance et leur manque de courage face aux mafias esclavagistes, les grands Etats européens d’immigration devraient assumer leur responsabilité devant l’histoire en mettant en place une force navale et aérienne d’intervention collective pour frapper militairement et réprimer les réseaux esclavagistes qui saccagent le continent africain et déstabilisent l’Europe…..

Si rien n’est fait, l’Europe marche au désastre. L’histoire n’est-elle pas un éternel recommencement ?

Maxime TANDONNET

BLOG-CABESTANY : Vous retrouverez en dessous le lien vers l’article intégral de notre ami Maxime avec lequel nous avons un accord de réciprocité sur nos publications. Mais une différence dans le nombre de nos lecteurs, le nôtre étant d’environ 2 à 3 pour 100 du sien. Ce qui pour nous est déjà une réussite, à la constatation de notre audience dans les P.O., et de plus en plus au dehors. 

https://maximetandonnet.wordpress.com/2018/06/24/la-guerre-de-la-mediterranee/

Cabestany : Conseil Municipal le mercredi 27 juin à 18 h oo à la Mairie !

25 juin 2018

Conseil Municipal, mercredi 27 juin 2018 à 18 h 00, à la Mairie de Cabestany

ORDRE DU JOUR

Jury d’assises

Approbation du compte rendu du Conseil Municipal du 17 mai 2018

Affaire n°01

Débat sur le rapport d’observations définitives portant sur la gestion de la Communauté Urbaine « Perpignan Méditerranée Métropole » au titre des exercices 2011 et suivants.

Affaire n°02

Commissions municipales : modification

Affaire n°03

Convention de prêt à usage agricole : Monsieur Gabet AK76

Affaire n°04

Acquisition foncière : parcelle AL 70 appartenant à Monsieur et Madame Marc Finelle

Affaire n°05

Acquisition foncière : parcelle AH 55 appartenant à l’indivision de la famille Paris dont Monsieur Paris et Mesdames Becera et Ruiz.

Affaire n°06

Taxe locale sur la publicité extérieure (TLPE) – Actualisation des tarifs maximaux applicables au 1er janvier 2019

Affaire n°07

Indemnité de conseil du trésorier

Affaire n°08

Répartition intercommunale des charges de fonctionnement des écoles publiques entre commune d’accueil et commune de résidence

Affaire n°09

Inscription du le Monument aux Morts des soldats oubliés

Affaire n°10

Tarifs Écoles, Collège et Lycée au cinéma

Affaire n°11

Bibliothèque : demande de subvention auprès du Conseil Départemental des Pyrénées Orientales pour l’aide à l’acquisition et l’animation

Affaire n°12

Centre de sculpture romane : demande de subvention auprès du Conseil Départemental des Pyrénées Orientales

Affaire n°13

Versement d’une subvention à la coopérative de l’école Jacques Prévert pour les abonnements des élèves de l’USEP

Affaire n°14

Nouvel atelier danse classique : approbation du tarif

Affaire n°15

Convention d’objectifs et de financement 2018-2020 avec le COC OMNISPORTS

Affaire n°16

Tarif atelier musculation pour juillet et Aout (20€)

Affaire n°17

Convention partenariale de mise à disposition de locaux à  titre gratuit pour les FRANCAS 2018 – 2019

Affaire n°18

Octroi d’une subvention exceptionnelle au Secours Populaire de Cabestany correspondant à la recette de la Cabestanyenca 2018

Affaire n°19

Avenant convention de partenariat pour l’organisation de la course pédestre : la Cabestanyenca.

Affaire n°20

Reconduction convention d’occupation temporaire de la cafeteria de l’espace Nelson Mandela

Affaire n°21

Projets jeunesse 2018 : demande de subvention au Conseil Départemental des Pyrénées Orientales

Affaire n°22

Création d’un office de remise en température et d’une salle de restauration : Lot n° 4 : menuiserie intérieure bois. Approbation du marché

Affaire n°23

Création d’un office de remise en température et d’une salle de restauration : Lot n° 13 : Mobilier. Approbation du marché

Affaire n°24

Création d’un office de remise en température et d’une salle de restauration : Lot n° 9 :  avenant n° 1

Affaire n°25

Création de 24 logements en accession à la propriété : lot n°7 : cloisonnements – doublages – faux plafonds – avenant n°1

Affaire n°26

Création de 24 logements en accession à la propriété : lot n°3  : couverture – étanchéité – avenant n°1

Affaire n°27

Convention avec la Ligue de l’Enseignement : renouvellement

Affaire n°28

Convention avec l’association des amis des chats : modification

Affaire n°29

Convention de partenariat 2018 établie entre la Mairie de Cabestany, l’association Communale de Chasse Agrée de Cabestany et la Fédération Départementale de Chasseurs de Pyrénées Orientales

Affaire n°30

Revalorisation du régime indemnitaire : RIFSEEP

Affaire n°31

Recrutement d’agents non titulaires pour un besoin saisonnier 2018

Affaire n°32

Modification du tableau des effectifs

Affaire n°33

Convention de partenariat entre la Commune de Cabestany et ENEDIS pour la réhabilitation des transformateurs

Affaire n°34

Convention de partenariat entre la Commune de Cabestany et le SYDEEL 66 pour la réhabilitation des transformateurs

Affaire n°35

Avis sur la mise à jour du périmètre du Droit de Préemption Urbain ( DPU)

Affaire n°36

Convention de servitudes PMZ 8765 permettant la pose d’une artère de Télécommunications : autorisation pour signature d’un acte authentique

Affaire n°37

Syndicat du Réart : désignation des représentants

Affaire n°38

Perpignan Méditerranée Métropole Communauté Urbaine : convention financière

Informations Communauté Urbaine

Décisions

 

Les désaccords entre lecteurs de Blog-Cabestany : pas vraiment une polémique !

22 juin 2018

POUR QUE LA FRANCE RESTE LA FRANCE

                                                                                      ou

POUR QUE LA FRANCE RESTE AUX FRANÇAIS

Cliquer sur la photo pour l’agrandir

L’Édito du vendredi !

On a mis en ligne récemment le tract des « Républicains » intitulé « pour que la France reste la France ». Un document que la grande majorité des Français approuve sur le fond. Car loin de ces médias spécialistes de la désinformation, et dont la perversité arriverait  à nous faire douter, un sondage de l’IFOP, les 11 et 12 juin, dit que 63% des Français, toutes opinions confondues, est « d’accord » ou « plutôt d’accord » avec ce tract. Qui emporte 79% des suffrages des sympathisants ou militants de la Droite Républicaine !   On aurait pu le présenter autrement, dit l’un. On aurait pu le rédiger différemment ? dit l’autre. Ce tract a le mérite d’exister et de poser les bonnes questions. Aux citoyens de donner leurs réponses. Et espérons le : les bonnes !

Et que les « viandards » arrêtent de tourner autour de ce document comme des charognes. Si on se laisse culpabiliser par un infime pourcentage de gauchistes même hyperactifs, et qui ne représentent qu’eux mêmes, c’est que la France va encore plus mal qu’on ne le croit.

Lundi, plusieurs rédacteurs de Blog-Cabestany étaient à Port Leucate pour l’inauguration d’une stèle dédiée au Général de Gaulle ET/OU pour voir Nicolas Sarkozy. Un Président qui a eu droit a des applaudissements, des encouragements comme s’il revenait en politique. D’ailleurs plusieurs personnes criaient « Nicolas reviens ». Au début il faisait un geste large du bras semblant dire « vous êtes gentils mais ce n’est pas le sujet ». Puis comme la foule insistait, il finissait par en rire.

Nous avons écrit que dans les spectateurs, lundi, à Port Leucate, certains criaient « Pour que la France reste aux Français ». Avez vous bien entendu ? Nous disent plusieurs lecteurs. Il faudrait savoir. Est que c’est « Pour que la France reste la France » ou est que c’est « Pour que la France reste aux Français ».

On persiste et signe. Lundi c’est la deuxième formule que les spectateurs scandaient.

On a demandé à Alicia (dite « la chipie »), enseignante universitaire de nous expliquer en trois mots la différence. Même en douze mots je ne saurai le faire, dit elle. Mais si vous voulez une dissertation de six pages, je peux vous la faire… pour la rentrée de septembre. On a plus qu’à patienter pour qu’elle nous écrive son devoir de vacances. Sur le sable de la plage de Canet ?

Pour en avoir discuté longuement avec nos lecteurs, ou avec des spectateurs lundi à Port Leucate, vous êtes tous inquiets sur la destruction de la cohésion nationale que pourrait induire le problème des migrants. Et le laxisme de nos dirigeants pourrait bien nous amener au populisme et une situation à l’Italienne. Ces « immigrationnistes enragés » qui nous gouvernent nous entrainent au bord du gouffre.

Notre ami journaliste à Paris, « Électron Libre » nous donne son avis qu’on a envie de partager.

« on a tort de taper sur Angela Merkel. On a tort de lui reprocher l’accueil de ces migrants Syriens venant d’un pays en guerre où leur vie et celle de leur famille étaient menacées. Lorsqu’on voit des images de ces villes syriennes détruites à 90%, on ne peut qu’approuver sa décision. Et sachez que plus des deux tiers de ces migrants syriens sont aujourd’hui rentrés chez eux. Et que ceux qui sont restés en Allemagne, pour le moment, se sont intégrés et travaillent. Des architectes ou ingénieurs syriens vident les poubelles à Francfort et on ne les entend pas se plaindre. Est ce une raison pour accepter ces pseudos migrants africains venant de pays où l’on va passer nos vacances. Compassion ne doit pas se confondre avec imbécillité. Et nous sommes influencés par ces bien pensants de gauche aveuglés par une idéologie dangereuse pour l’unité des Français ».

Vous êtes tous d’accord pour dire que ce problème de migrants « économiques » dont a nul besoin et qui profitent de notre faiblesse, est un danger pour notre démocratie.

Nous ne voulons plus être submergés par cette immigration non voulue, imposée par nos élites, défendue par des élus qui travaillent pour saper un peu plus la France, et qui devraient commencer eux mêmes par ouvrir leurs maisons et leurs appartements pour les accueillir dans leur salon. Et qui n’ont pas à nous les imposer car il s’agit de trahison et de forfaiture.

Arrêtons cette comédie, ne nous laissons plus faire, ne subissons plus cette escroquerie des passeurs dont on peut se demander s’ils ne sont pas en cheville avec les ONG.

Voilà ce que vous aviez à dire cette semaine, et le sujet n’est sans doute pas clos.

Et puis « c’est vous qui le dites ! »