Archive for juin 2019

Honneur à tous nos marins !

13 juin 2019

« sans commentaires » – « Courrier des lecteurs » – « c’est vous qui alimentez notre blog »

Les 28 et 29 juin 2019, où que vous soyez, à Canet, Saint Cyprien, Port Vendres ou ailleurs, dans l’un des ports de la Méditerranée, en Corse, en Bretagne, aux bords de la Manche, participez aux événements annuels qui seront organisés par la Société Nationale des Sauveteurs en mer. Des bénévoles. Mais qui en plus ne fonctionnent qu’avec des dons pour tenter de remplacer leur matériel souvent hors d’age. Alors qu’ils ne souhaitent qu’à intégrer,  quand ils le peuvent, ou sont capables de tester en réel avec beaucoup de maitrise les toutes dernières technologies en matière de navigation, et assistance.  Soutenez les !

La Marseillaise, le 13 juin 2019 à midi, à l’occasion de l’hommage rendu à nos sauveteurs de la mer, dont certains ont perdu la vie en tentant de nous secourir.

Sans autres commentaires. Mais on reçoit les vôtres. Et on vous remercie pour vos photos, vos vidéos, vos informations, et tout le reste…. on se comprend !!!

Alicia la Chipie raconte un peu sa vie aux lecteurs de Blog-Cabestany !

11 juin 2019

Pauvre Alicia !

Alicia écrivait hier Lundi de Pentecôte :

Je suis de repos, aujourd’hui. Une occasion pour mettre de l’ordre dans la boite mail de Blog-Cabestany. Qui déborde. Et renvoyer vos commentaires à qui de droit. Et lire l’Indép, le Figaro et l’Huma. Et regardez ce qui se passe en France, à l’exception du tennis. Puisqu’il paraît que c’est fini alors que j’avais justement envie de rester en pyjama, me mettre dans mon canapé et regarder un match aujourd’hui. Pas de chance. Mais je vais écouter de la musique ! Ou mieux jouer un peu de guitare !

Dans vos gazettes, on ne parle que de ces 80 maires (sur 36 000 maires en France), encartés Républicains mais « macron-compatibles » qui ne savent plus quelle direction prendre et se mettent à tourner sur leur socle comme des girouettes. Hier, encore c’est 72 maires (toujours sur 36 000) encartés à Droite qui disent à Macron combien il est merveilleux.

Heureusement il en reste 35 848 qui ne nous gonflent pas ! Mais ainsi il y en aurait quelques uns qui ont la « turista » rien qu’à la pensée de perdre leur siège en 2020.  Et qui pensent que de se rallier à Macron, Benalla et consorts, est une bouée de sauvetage. Quels fous !

En effet, quelle bonne idée de se revendiquer de celui dont le gouvernement est en train de casser l’hôpital. Quel bonne idée de dire à ses électeurs qu’on est vachement heureux de voir l’électricité prendre encore 6% (dont la moitié de taxes).

Elle pas belle la vie quand on explique à ses concitoyens qu’on est tellement content de voir un gouvernement organiser la casse sociale, ponctionner les retraités, taxer les agriculteurs qui voudraient se mettre au bio. Car telle est la trajectoire de l’Enmarchie, qui se shoote au glyphosate, qui vend notre industrie à l’étranger, fait rentrer des travailleurs détachés pour concurrencer nos ouvriers, laisse les portes et fenêtres de la France ouvertes à l’immigration.

Moi je ne suis pas certaine que se soit une vraie bonne idée. Mais je suis rousse (de naissance). Alors qu’est que je peux comprendre à la politique ?

Je pense à ces trois marins de la SNSM noyés en allant sauver leur copain. Mais de toute façon ils seraient sortis pour sauver leur prochain, vous ou moi. Sur leur bateau vétuste qui devait être désarmé en 2001 au plus tard. Pas de sous ! Mais dans le pays qui a la pression fiscale la plus élevée du monde, heureusement que les pompiers sont en majorité des bénévoles. Et que les sauveteurs en mer le sont presque tous, bénévoles. Et financés par les seuls français qui donnent volontairement de l’argent de leur poche. Et alors qu’on vous taxe de tous les côtés, comment voulez vous être soignés en arrivant aux urgences un endroit où il n’y a pas (encore ?) de bénévoles. Mais on pourrait demander à ceux qui travaillent – eux aussi bénévolement –  aux Restos du Coeur de passer ensuite à l’hosto pour vous faire – gratos – une petite piquouse ! Pauvre France ! 

« Mais tout cela nous passe largement au dessus de la tête » disent les lecteurs de Blog-Cabestany. Tout cela c’est brasser de l’air. Des postures à la Don Quichotte (Henri, un seul i s’il te plait à Quichotte).

On n’attend pas d’un Maire qu’il prenne son manuel, donné par son Parti politique, pour savoir comment administrer sa ville.

A Cabestany, c’est d’ailleurs ce que vous paraissez regretter dans vos commentaires destinés à nos élus.  Parce que vous avez l’impression trop souvent que la ville est géré selon les directives qui arrivent de la Place du Colonel Fabien, l’iceberg sur lequel sont retranchés les derniers communistes. Des bénévoles ?  Et vous aimeriez juste un peu moins de sectarisme et un peu plus d’empathie pour le Cabestanyenc. C’EST VOUS QUI LE DITES !  Mais qui sait ? Tout peut changer un jour ou l’autre !!!

Nos lecteurs pensent donc qu’un Maire est là pour gérer sa commune pour le bien de ses concitoyens. Répondre à leurs besoins. Et que tout cela n’a pas n’a pas grand’ chose à voir avec la politique nationale.

Mais si certains élus qui font de l’huile croient nécessaires de se rapprocher du Parti du Président, pour assurer leur fauteuil d’élu, pour moi, la stratégie de ces maires est un calcul plutôt risqué ! Lorsqu’on commence à chercher à préserver son fauteuil au point de se raccrocher à n’importe qui ou n’importe quoi  plutôt que de travailler à l’élaboration d’un bon programme municipal, il est peut être temps de songer à préparer ses valises !

Chers lecteurs de ce Blog, je vous aime. Mais personne ne m’empêchera jamais de dire ce que j’ai envie de dire. Tant que ce blog me laissera, et vous laissera à vous, ses lecteurs, la Liberté d’Expression comme cela semble être le cas.

Alicia, le lundi 10 juin 2019

BLOG-CABESTANY : même si on n’est pas toujours d’accord sur tout ce que tu écris, Alicia, il est sain et rafraichissant dans une démocratie de laisser des gens comme toi s’exprimer. Et nos lecteurs auraient du mal aujourd’hui à se passer de toi. C’est ce qu’ils nous disent tous les jours. Cet esprit de dérision et d’auto-dérision  fait désormais partie de l’ ADN de notre Blog.  Pour nous la Liberté d’Expression passe avant tout le reste. Et ceux qui veulent nous faire taire ne sont que des esprits chagrins. Et en plus on aime tes choix musicaux.

 

« Solidaires de ceux qui viennent nous sauver en mer, tristes pour leurs familles »

8 juin 2019

Le magazine « Sauvetage »  : cliquer sur le dessin représentant un livre ouvert, en HAUT, au milieu, puis cliquer sur « vue défilante ».

le site de la Societé Nationale de Sauvetage en Mer

https://www.snsm.org/

le 29 juin 2019 dans tous les ports des Pyrénées Orientales, journée de la SNSM

 

Blog-Cabestany n’est pas toujours d’accord avec ses lecteurs !

7 juin 2019

« courrier des lecteurs » – « c’est vous qui le dites » -« Liberté d’Expression »

une image qui illustre une bien triste réalité !

Nous recevons beaucoup de commentaires sur les sujets les plus divers. Nous répondons à celui de Jean-Michel que notre modérateur a laissé passer.

Jean-Michel, fidèle internaute de la Région Parisienne, [fidèle] militant des Républicains, écrit :

« Je ne suis pas sur que vous allez passer mon commentaire. Je vous lis depuis les Hauts de Seine. Comme beaucoup de mes amis. Voilà que madame Pecresse qui a un surnom qui rime avec son nom quitte les républicains. Je ne suis pas étonné. Je suis étonné quelle ne l’a pas fait avant. Comme tous les républicains qui sont aller chercher un susucre chez Macron. Mais des personnes comme Madame Pecresse qui ont deja un fauteuil n’avez pas besoin de rejoindre le parti du president avant. Sauf que maintenant on pense a sa reelection. Et on fait de l’huile. Comme beaucoup de maires. Un coup de bluff car macron n’a pas d’ancrage dans les conseils municipaux. Mais depuis que les macroniens ont dit que ceux qui ne demanderez pas la permission aurez un candidat de la repm en face ça balise comme on dit chez les para.. Je suis degoutté. La droite cherche a se reinventé. En allant se mettre a genoux de vant Poutine, Trump, les chinois, Merkel, Macron ? En ouvrant les frontieres au travailleur polonais au chauffeur roumain au mendiant soudanais. En ne disant pas un mot sur le glifosate. Si c’est ca la droite moi aussi je pourrais bien la quittée. En 1944 le general de gaulle a donné le droit de vote aux femmes ce que n’avez pas fait le front populaire. La droite était pour la justice sociale la santé pour tous la participation dans les entreprises. Pourquoi allez chercher midi a quatorze heures. Il suffit de revenir vers les pricnipes fondamentaux de la liberation. »

BLOG-CABESTANY vous répond en plusieurs points :

()      Que l’on revienne aux fondamentaux du CNR à la Libération il y a 75 ans : justice sociale, protection sociale et santé lorsqu’on voit dans quel état d’abandon sont nos hôpitaux, égalité hommes femmes, meilleure répartition des fruits du travail, démocratie, liberté d’expression, voilà qui nous rapproche. Car c’est l’ADN de notre Droite dite « Républicaine ». Dont nous ne prétendons pas avoir le monopole. Mais nous en sommes fiers et pas assez nombreux à défendre ces grands principes qui nous semblent chaque jour un peu plus dévoyés.

()      Que nous soyons lus dans les Hauts de Seine ou ailleurs, on ne l’a jamais cherché, pas plus hier qu’aujourd’hui. Mais si les Parisiens grace à nous pensent que Perpignan fait partie de la banlieue de Cabestany et non le contraire, faisons semblant d’y croire aussi.

()      Si vous parlez de ce qui fut l’interminable et trop médiatique valse hésitation de Valérie Pécresse entre Jean François Copé et François Fillon, peut être y a t’il prescription aujourd’hui ? Et Madame Pécresse ne fait elle pas du bon boulot à la tête de la région Ile de France ?  Cela fait deux ans qu’elle n’a pas de mots assez durs pour ceux de son camp qui ont rejoint la Macronie. Cela fait deux ans qu’elle reproche à son parti de ne pas avoir suffisamment sanctionné ceux qui parfois se montraient trop conciliants avec le Président. Imaginer une seule seconde qu’elle pourrait faire elle même ce qu’elle condamne chaque jour avec tant de vigueur nous parait impensable !

()      L’un de nos amis, membre du Parti Les Républicains, Maire d’une ville voisine de la vôtre en Région Parisienne, et avec lequel nous étions encore au téléphone cette semaine nous rappelait que la voix des électeurs n’appartient pas aux politiques. Notre ami a ravi, contre toute attente, sa ville à une coalition socialo-communiste de longue date. Parce que les citoyens de sa ville avaient un désir d’Alternance. Il a un bilan positif et a même baissé les impôts. Cette course à une fiscalité galopante que certains prétendent de façon mensongère être incontournable est le signe que ces élus appartiennent à une autre époque, dit il. Et il convient de les sanctionner comme ils le méritent. 

()     Notre ami n’a pas une grande sympathie pour les dirigeants de l' »Enmarchie », pour reprendre ses mots. Mais le tort des dirigeants du Parti Républicain – c’est son avis – est de ne pas afficher assez de respect pour les électeurs – dont on ne saurait mettre en doute la bonne foi – qui ont voté pour Macron aux Présidentielles ou aux Européennes. Ou même pour d’autres candidats quand autrefois ils votaient pour la Droite. Quand l’heure n’est pas à diviser mais plutôt rassembler !  Ainsi que le conçoit l’opposition municipale à Cabestany !

Bon week end à tous !

Aujourd’hui encore, comme depuis 75 ans, on entendra la cornemuse sur le pont de Bénouville, en Normandie !

6 juin 2019

Richard écrit :

 » Depuis bien des siècles, sur les cinq continents, dans un empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais, dit on, les britanniques montent à l’assaut, précédés de joueurs de cornemuse écossais. Cela les rassure. Cela impressionne l’ennemi. A plusieurs reprises, bien qu’inférieurs en nombre, les anglais ont vu leurs opposants déguerpir rien qu’en entendant la musique.

En 1914, dans la Somme, Anglais et Canadiens font perdurer la coutume. Lors des assauts, les sonneurs de cornemuse sont en première ligne. Fauchés par les mitrailleuses allemandes. Au point qu’on décide d’arrêter la tradition, pour de bon.

Le 6 juin 1944, ce sont 177 bérets verts français du Commando Kieffer qui débarquent sur une plage normande au sein d’une unité britannique. (10 mois après, le 8 mai 45, ces Français seront moins de 100 survivants, et à part un seul d’entre eux, tous auront été blessés au moins une fois mais parfois davantage et plusieurs d’entre eux resteront lourdement handicapés à vie). En ce premier jour sur le sol de France, les Anglais et les Français ont des objectifs militaires différents. Mais ils doivent se rejoindre, le soir même, au pont de Bénouville, qu’on surnommera Pegasus Bridge, par des itinéraires séparés, chacun devant arriver par un côté différent du pont, et essayer s’ils le peuvent, de prendre ensemble le pont, et surtout intact. Chose quasiment impossible !

Préserver ce pont est vital pour la circulation des camions et blindés alliés. Les Allemands, confiants,  le considèrent imprenable. Les Français, bien qu’en retard sur l’horaire mais arrivés les premiers et ne sachant pas où sont les anglais, entreprennent et  réussissent seuls à s’emparer du pont, miné et bourré d’explosifs, par un effet de surprise. Mais hélas non sans pertes. Un bombardier allemand lâche alors une énorme bombe sur le pont. Miracle. Celle ci n’explose pas, rebondit sur le pont et finit dans l’eau. Mais où sont les Anglais ? Encore plus en retard que les Français car ayant du livrer plusieurs combats en cours de route.  Réussiront ils à se rejoindre. Et à quel moment ?

Et c’est à ce moment qu’on entend la cornemuse résonner au loin. Les Français ont quand même le temps de faire chauffer de l’eau pour les Anglais qui à peine arrivés vont commencer par faire du thé. Et découvrir très vite le Calvados apporté par les habitants du coin. Et on entendra le son de la cornemuse et des chants jusqu’à une partie avancée de la nuit au milieu des bruits d’explosions, du canon, des bombes, car sur la côte, à seulement quelques kilomètres,  les combats meurtriers se poursuivent. On y voit même comme en plein jour. Pour ces combattants modestes, l’exploit de la prise de ce pont, et la fraternité entre Anglais et Français réunis, fait entrevoir  l’espoir d’une issue favorable à cette terrible guerre contre les Nazis. L’événement les dépasse. Pour le reste du monde : il s’agit d’un symbole fort dont eux mêmes ne prendront conscience que bien plus tard !

Durant 55 ans, jusqu’à sa disparition, fortement diminué les dernières années,  le sonneur de cornemuse, Bill Millin, reviendra chaque année en France, le 6 juin, pour faire entendre son instrument en franchissant le pont de Bénouville, souvent accompagné par des amis musiciens. Il deviendra une légende, désigné sous le surnom de « Piper Bill » (Bill le sonneur). Un événement à la portée mondiale.

Et la tradition perdure. Cette année cela fera 75 années que des musiciens Anglais, Canadiens, Écossais, Irlandais, Australiens, Bretons ou autres, chaque 6 juin, rejoueront – sur un pont qui a été rénové depuis -, la jonction des forces britanniques avec les premiers  Français Libres. Au son de leurs instruments légendaires. Le symbole demeure. La fraternité avec les Anglais et tous les hommes de bonne volonté se perpétue. Loin du Brexit et de quelques abrutis de politicards qui font passer avant tout, sans honte et sans vergogne, et bien au dessus du bien de leurs peuples, leur  minable, médiocre et insignifiante petite carrière. Dont on ne parlera plus depuis longtemps, dans 75 ans ! »

Richard, Le Chesnay, le 2 juin 2019

« Le chant des partisans » depuis Portsmouth, le 5 juin 2019 !

5 juin 2019

« courrier des lecteurs » – « vos envois de photos, musiques, videos, documents que nous mettons en ligne » – « no comment »

Cortesy of Willard White

20 h 00 : sans doute une meilleure version (si ça marche) !

« We’ll meet again »

5 juin 2019

« le courrier des lecteurs »

Nous nous reverrons, un jour ou l’autre, je ne sais ni où, ni quand, mais je sais que ce jour là le ciel bleu sera sans aucun nuage, je suis certain que le soleil brillera !

20 h 00 : une meilleure version ci-dessous :

Claude, de Cabestany, commente l’actualité politique dans un commentaire qu’il nous a laissé sur « Blog-Cabestany »

4 juin 2019

Claude, de Cabestany, commente l’actualité politique dans un commentaire qu’il nous a laissé sur « Blog-Cabestany » :

« En écoutant la radio j’ai entendu un ahuri élu paraît il de la république qui a marché dedans dire  qu’un maire qui sera élu sans l’appui du modem ou de la macronie sera l’ennemi du président. Est ce que l’opposition municipale a Cabestany a l’intention de s’agenouiller devant celui qui vient juste de faire sa premiere communion et qui se prend pour calife depuis l’elysee. »

Blog-Cabestany vous répond :

Claude, on a entendu la déclaration de ce Député Européen, ex porte parole d’Alain Juppé, qui a vendu son âme au diable en allant chez Macron pour obtenir un siège de ministre qu’il n’a pas obtenu. Et il n’est pas le seul à n’avoir que des convictions qui ne dépassent pas ses petits intérêts personnels. Comme beaucoup de nos politiques à Paris quelle que soit la formation dont ils se revendiquent. Mais vous avez raison de vous indigner.  Si on reprend les mots de cet élu de la République en Marche  – qui semble t’il a reconnu depuis que ses mots avaient peut être dépassé sa pensée et qu’il avait été maladroit – ce qui est peu par rapport à la réalité de quelqu’un qui pour nous a complètement disjoncté, on s’inquiète de ce que devient la politique en France.

Pourquoi l’opposition municipale à Cabestany, ou la majorité municipale, ou n’importe quelle formation de Gauche, de Droite, ou d’ailleurs, aurait elle l’obligation d’aller s’agenouiller devant le Président (ou ceux qui ont peut être le tort de croire qu’ils peuvent parler en son nom) avant d’oser porter une liste pour les prochaines municipales ? Et à notre avis, il en de même qu’il s’agisse de Perpignan, Canohès, ou du Boulou. Si nous en étions vraiment là c’est que la Démocratie « serait » bien malade en France, et que le pouvoir « serait » complètement dévoyé.

Jusqu’à preuve du contraire, les politiques ne sont pas propriétaires des voix des électeurs contrairement à ce que cet élu semble sous-entendre. On espère que les électeurs à Cabestany voteront pour un projet. On espère aussi qu’ils voteront pour l’Alternance. Mais on espère surtout qu’aucun candidat de Gauche comme de Droite ne se sentira « obligé » de se faire adouber par un « parrain » politique, ou par un parti (sauf s’il en a l’envie). Qu’il reçoive l’investiture d’un parti est sans doute plus clair pour les électeurs. Mais les municipales ne sont pas des législatives. Il s’agit de faire confiance à quelqu’un qui sait rassembler même au delà de son propre camp. De choisir une personne qui soit capable d’être au service de tous les citoyens, qu’ils aient ou non voté pour vous (ce qui n’est pas le cas en ce moment). Il s’agit d’élire une femme ou un homme,  en laquelle ou en lequel, on a confiance pour gérer sa ville pour le bien des citoyens et de soi même. Entouré(e) d’une équipe locale capable de résoudre les problèmes au quotidien sans avoir le besoin d’aller demander à Paris ce qu’il convient ou qu’il est permis de faire. Quelqu’un qui a une vision pour sa ville. Par son expérience des réalités municipales et pas au travers du prisme de la politique nationale qui part en brioche. Et pour nous on ne voit que Madame Appert, à Cabestany,  pour correspondre à ces critères !

Un candidat peut se présenter, sous les couleurs d’un parti – ou non -, là n’est pas le sujet de fond. Il devra défendre avant tout des idéaux municipaux pour faire adhérer les Cabestanyencs à son projet. Il ne saurait être question de demander la permission à qui que ce soit ou d’aller s’agenouiller devant qui que ce fut ! Et sûrement pas au Président de la République. Dont on croyait jusqu’à aujourd’hui – mais peut être à tort – qu’il était le Président de tous les Français et non un chef de clan.

Et concernant le même sujet on a apprécié l’article de Maxime Tandonnet :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2019/06/02/ennemi-du-president/

Et Colette Appert vous répond :

Monsieur,
Pour répondre à votre question, je ne m’agenouillerai devant personne.
Cabestany mérite mieux. Ce que je recherche par dessus tout c’est de la compétence. Je garde bien ancrées les valeurs de droite que je défends depuis des décennies. Les calculs politiciens trop peu pour nous. Notre objectif est simple, représenter une alternative crédible face à un maire communiste en place depuis 43 ans qui a fait son temps. Cabestany a besoin d’un souffle nouveau et je veux, nous voulons l’incarner et nous pourrons l’incarner.
Je reste à votre disposition au 06 07 78 90 88.

« Prenons soin de notre ville » : surement la principale préoccupation de notre opposition municipale

2 juin 2019

« Prenons soin de notre ville » peut on lire dans le dernier Cabes’infos de juin 2019. C’est justement la principale préoccupation de notre opposition municipale et pas seulement celle de la mairie. Dont la communication ressemble à une galéjade « Marseillaise ». (Que nos amis Marseillais n’y prennent pas ombrage). On aime Pagnol et ses « Pagnolades ».  Quant à cette photo « magnifique » (c’est vous qui le dites),  où donc a t’elle été prise, nous écrivez vous de façon étonnée pour les uns, sarcastique pour les autres. Ne commencez pas à être sectaires ! et même désagréables ! Parce que vous avez des griefs plein votre musette à faire à votre Mairie ? Car, nous ne sommes pas encore en campagne. Alicia, qui a la main verte,  dit qu’il s’agit de simples arbustes champêtres qui fleurissent en rouge à cette époque et pas de fleurs !?  Et de sortir des mots savants : Escallionas… ou pire !  Et que le photographe a du talent (ou qu’il n’a pas fait exprès de réussir sa photo). Car, sans s’y connaitre,  il ne s’agit ni de roses, ni d’orchidées. Peut être de simples rhododendrons !? Et la photo pourrait parfaitement avoir été prise à Cabestany. Pourquoi en douter ? Quant à savoir si le chemin a été désherbé ou non au glyphosate on ne prendra pas le risque de vous répondre par crainte de vous dire peut être une grosse ânerie.  Mais si ce genre de photo vous fait tomber en pâmoison, on en a plein un disque dur. Et derrière une photo réussie, et, qui sait, un cadrage peut être « bidonné », comme on en est tout autant capable d’en user et abuser, la réalité pourrait être bien plus décevante. Surtout à Cabestany. Et on avait aucunement décidé de répondre à vos mails. On avait seulement ouvert cette page du Blog, en ce dimanche après midi estival, pour y mettre « La Tribune de l’Opposition ». Que vous trouverez ci-dessous. Et que vous êtes assez grands pour commenter vous mêmes. Quant  à l’éditorial de Monsieur le Maire dans ce même Cabes’infos …. il vous fait – au choix -« tomber de l’armoire »… ou « sauter au plafond » (faudrait vous accorder !). On en reparlera sans doute d’ici peu. Et si on y ajoute cet inégalable et insurpassable entrefilet sur le Mas Guerido en page 10, un joyau de ce que peut nous réserver la com’ municipale,  ce Cabes’infos pourrait devenir « collector ».    Bonne soirée à tous !