Archive for the ‘Environnement’ Category

Avec « Trait-d’Union-Cabestany », signez la pétition de « France Nature Environnement » pour protéger nos points d’eau des pollueurs !

21 décembre 2019

« L’eau est l’un des nos biens les plus précieux » – « L’eau appartient à tous » – comment peut on laisser des pollueurs empoisonner « légalement » nos points d’eau ?

En 2018, un nouvel arrêté ministériel introduisait un grand flou concernant la surveillance, la classification des cours d’eau. Un amateurisme, voulu ou non, qui permettait de faire disparaître des cartes de nombreux cours et points d’eau. Pourquoi ? Pour donner davantage de liberté aux pollueurs d’utiliser ces poisons qui finissent dans nos rivières ? Pour ne plus ennuyer ces puissants dans leur sinistre besogne ? Des gens qui nous méprisent et font passer leur petits intérêts financiers avant notre santé (n’ont ils pas de famille?) Pour transformer des coupables en innocents légaux ? Dans un pays ou le terme de « polleur-payeur » semble être du pipeau !!!

Chez Trait-d’Union-Cabestany, une association militante mais sans gros moyens, il n’est pas question de faire davantage le procès de l’État, du gouvernement, plutôt que de l’Administration, des Syndicats Agricoles, ou de tel ou tel organisme corporatiste, de telle ou telle personne. Mais nous nous rendons compte chaque matin combien on cherche à nous maintenir dans une ignorance absolue en matière d’environnement. Alors nous nous documentons. Et nous apprenons. Nous progressons dans la compréhension des problèmes quand le chemin sera encore long. Car sans pour autant devenir des ayatollah de l’écologie, nous estimons qu’avoir un minimum de connaissances des problèmes de l’environnement qui nous entoure est une démarche Citoyenne. Au service de TOUS.

Voir l’article de la FNE : https://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=10714

Une façon de responsabiliser nos élus ! De les informer si besoin était. La meilleure façon de faire étant de travailler avec eux, à leurs côtés, en bonne intelligence. Et à Cabestany avec Colette Appert, nous avons trouvé une personne raisonnable et raisonnée. Qui sait raison garder. Qui ne risque pas de tomber dans les excès. Mais qui considère que l’environnement est à prendre en compte dans chaque décision. Et cela pour nos enfants, car  nous mêmes ne nous faisons plus beaucoup d’illusions et sommes sans doute dans ces « pisseurs de glyphosate » qu’on a empoisonnés à l’insu de notre plein gré. Mais si on pouvait éviter cela aux générations à venir.

Car nous avons l’utopie de croire que tout point d’eau devrait être protégé par une zone – à définir – de non traitement de pesticides et produits chimiques. Une zone supérieure aux 10 mètres que nous pensons que le gouvernement va décider. Ce qui serait pour nous une reculade face aux lobbies. Une soumission devant la finance. Quand il faudrait sans doute 150 mètres !

Des maires courageux (ça existe), des associations et citoyens se sont mobilisés. Plusieurs dizaines de maires ont édicté des arrêtés pour interdire l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations dans leurs communes.

Demandez avec nous le droit de vraiment vivre #LoinDesPesticides. Signez la pétition en allant sur France Nature Environnement :

https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition-interdisons-l%C3%A9pandage-de-pesticides-%C3%A0-c%C3%B4t%C3%A9-des-habitations?utm_source=mail&utm_campaign=mob_decembre

Tags : Trait-d’Union-Cabestany – Colette Appert – environnement – France Nature Environnement – pesticides et produits chimiques – mangeons bio – boycottons les fruits et légumes bourrés de saloperies qui nous tuent à petit feu –

 

De pauvres gens inondés ! Mais à qui la faute ? écrit Seb à Blog-Cabestany

25 novembre 2019

« c’est vous qui le dites » – « Courrier des lecteurs »

Image fournie par un de nos lecteurs

De pauvres gens inondés ! Mais à qui la faute ? écrit Seb à Blog-Cabestany

Seb, un Cabestanyenc, qui voit sa mère vivre un cauchemar dans le Var, use de sa Liberté d’Expression.

« Ma mère veuve de mon père et institutrice 37 années à Toulouse n’avait vécu qu’en appartement. A la retraite elle décidait de s’acheter une petite maison deux faces sans jardinet dans un lotissement récent dans le Var. J’ai trouvé qu’elle se précipitait. Mais comment lui faire entendre raison. Une maison qui ne datait que de trois années et que le jeune couple muté ailleurs devait quitter rapidement. C’est peut être vrai. Et une bonne affaire en apparence au niveau du prix.

Début 2015 j’ai accompagné ma mère chez le notaire pour cette maison qui avait été construite en 2012. Personne ne nous aura dit que le terrain en 2010 deux ans avant de construire était sous un mètre cinquante d’eau.

A l’automne 2015 j’ai installé son frigo son lave linge sur des parpains ce qui a sauvé son electroménager. Ils y sont toujours. Sa chambre étant à l’étage. Depuis 3 jours elle a de nouveau les pieds dans 20 centimètres d’eau l’eau mais redoute un même épisode qu’en 2010 et elle ne trouvera jamais des pigeons pour lui racheter sa maison qui suinte l’humidité.

Qui est responsable ? Le maire de la commune le prefet le promoteur les acheteurs ? Ou le maire d’une autre commune en amont qui a fait n’importe quoi dont ses habitants ont les pieds au sec. Tous les actuers se renvoient la balle. Comment on a pu contruire en zone inondable. En parfaite connaissance des risques. Mais on continue. Et ca va pas s’arreté.

Parce que pour des maires qui ont trop ou mal dépensé l’arrivée de nouveaux habitants représentent un ballon d’oxygene. Il y a dix ans en arriere un maire qui contruisait avait des chances d’etre re-élu. Aujourdh’ui heuresement c’est le contraire. Mais il fallait faire des logements pour attirer des gens qui venaient d’autre commune. Faire des centre commerciaux qui font que le commerce de ville ferme ses portes.

Quand on voit la galerie carrefour avec autant d’emplacements vides et le mas guerido on se pose des questions sur la competence de nos maires pour gerer une ville. Sinon faire des installations grandioses comme l’archipel qui ne sera payé que dans 30 ans et jamais rentabilisé.

Qu’on cesse de nous explqié que c’est le rechauffement climatique qui existe bien mais qui a bon dos.

Mon père fonctionnaire travaillait pour le ministere de l’Equipement que Bruxelles commes les élus de tous bords se sont acharnés à faire disparaître. Pour récupérer les permis de construire pour mettre la main sur le pactole et faire que des pauvres gens ont les pieds dans l’eau. Et autour de nous lorsque je vois les projets de contruction en cours ou à venir je me dis qu’on est tombé sur la tête.

Je rêve qu’un candidat aux municipales me dise qu’il va soumettte chaque permis de construire à un expert avant de le signer. Qu’il va arreté le bétonnage. Ne plus faire des aménagements aux couts non controlés trop grands mal utilisés non rentables nons managés. Qu’il va remettre des petits commerces en centre ville. Qu’il va refaire les trottoirs la voirie. Que les citoyens vont redevenir le centre d’interet des élus. Mais ca coute rien de rever. »

 

Blog-Cabestany : Merci Seb pour ce long, long texte, qu’on a copié-collé tel quel. Qu’on s’est seulement autorisé à séparer en paragraphes pour plus de clarté et lisibilité.

Mais notre rôle n’est pas de faire, nous mêmes, des promesses électorales. A vous, de lire le programme des candidats, et de vous faire votre idée. Pour nous c’est clair. Il y aura le choix entre une situation que certains d’entre vous considèrent comme merveilleuse et qui doit perdurer encore 40 ans. Et l’Alternance. C’est chacun dans l’urne qui en décidera. Et assumera ses choix.

Quant au problème, sur le fond, on nous a évoqué, sans qu’on puisse le vérifier, le cas d’une Métropole à plusieurs centaines de kilomètres de Perpignan qui donnerait des avis défavorables pour des permis de construire en zones estimées à risques mais pour lesquels ce sont les Maires auxquels on donnerait la liberté de statuer en dernier ressort sur la foi d’un Plan de Prévention qu’ils ont fait eux mêmes. Cherchez l’erreur ! Et on connait une ville, qu’on ne citera pas, où on a édifié une grosse verrue, appelée Maison des Jeunes, dans un bassin de récupération des eaux. Mais c’est légal. Et l’humidité sur certains murs, dont on nous cause sans cesse, sans avoir eu l’occasion de la constater nous mêmes,  « serait » selon nos lecteurs, elle aussi….. légale !

« Trait-d’Union-Cabestany » communique !

22 novembre 2019

« Nous, c’est Cabestany »

France Nature Environnement

Les militants, simples sympathisants, ou soutiens de notre association citoyenne qui oeuvrent, avec leurs modestes moyens,  pour un meilleur environnement, communiquent :

« Le Tribunal Administratif impose au Préfet de l’Aude de revoir les mesures de lutte contre la pollution de l’eau par les pesticides »

‘   https://fne-languedoc-roussillon.fr/2019/11/20/le-tribunal-administratif-impose-au-prefet-de-laude-de-revoir-les-mesures-de-lutte-contre-la-pollution-de-leau-par-les-pesticides/

Personne ne fera de triomphalisme, car la bataille sera encore longue, très longue, mais lorsque que des citoyens, comme dans le Département de l’Aude, se mobilisent, font appel à une association d’ampleur nationale, la FNE. Lorsqu’ils s’organisent, il y a une prise de conscience et un espoir de voir disparaitre un jour ces poisons qui sont autorisés parce que des lobbies savent comment s’y prendre pour faire le commerce de leurs saloperies en tout légalité.

Car il ne s’agit pas d’un bras de fer avec l’Administration pour le plaisir de s’opposer lorsque celle-ci ne fait, le plus souvent, qu’appliquer les textes en vigueur. Quand c’est le législateur qui ne fait pas son boulot pour des raisons qu’on préfère ne pas chercher à comprendre. Et il s’agit encore moins d’un duel avec le monde paysan, qui souffre, et qui est également victime d’un système dans lequel on l’a enfermé pendant trop d’années, pour des intérêts qui ne sont surement pas les siens, pas davantage que les nôtres !

Les explications sur ce qu’on peut considérer comme une atteinte inqualifiable à la qualité de cette eau du robinet dont on nous vante la qualité, chaque matin, sans oser NOUS avouer qu’elle ne serait peut être pas aussi potable que cela. Et ne nous focalisons pas sur l’Aude comme si cela représentait une exception ! Quant au manège de la Commission Européenne, cessons d’être dupes !!! :

Sur demande de FNE LR et ECCLA, le tribunal administratif de Montpellier impose au Préfet de l’Aude de compléter son arrêté du 7 juillet 2017 définissant les « points d’eau » à proximité desquels l’utilisation de pesticides est interdite. Ce dossier illustre l’emprise du lobby de l’agrochimie alors que l’Aude connaît une importante pollution des milieux aquatiques par les pesticides.

L’utilisation des pesticides à proximité des milieux aquatiques est réglementée depuis longtemps. Dès 2006, un arrêté interministériel instaurait des bandes non traitées le long des « cours d’eau, plans d’eau, fossés et points d’eau permanents ou intermittents ».
Toutefois, par une décision du 6 juillet 2016 rendue sur demande du « Syndicat Pommes Poires », le Conseil d’État déclarait illégal cet arrêté au motif qu’il n’avait pas été transmis à la Commission Européenne pour information. Suite à cela un nouvel arrêté interministériel du 4 mai 2017 demandait aux préfets de départements de désigner les « points d’eau » le long desquels l’utilisation de pesticides devait être interdite.
C’est dans ce cadre que le préfet de l’Aude est intervenu par un arrêté du 7 juillet 2017.

L’arrêté de l’Aude, un cas d’école de régression de la réglementation environnementale

À la lecture de l’arrêté du 7 juillet 2017, les associations ont constaté que le préfet de l’Aude a gravement réduit la protection des milieux aquatiques : alors que l’arrêté interministériel de 2006 permettait la protection de 18 000 km de réseau hydrographique dans l’Aude, l’arrêté de 2017 protège à peine 6 000 km. Dans le vignoble audois, où l’utilisation de pesticides est majoritaire, 60 % du linéaire hydrographique mentionné sur les cartes IGN n’est plus protégé  !

Pendant ce temps, les milieux aquatiques audois sont pollués par les pesticides

Cette régression de la protection des milieux aquatiques apparaît d’autant plus injustifiée que les rivières audoises souffrent d’une importante pollution aux produits phytopharmaceutiques. Certains bassins hydrographiques du département présentent des teneurs significatives en pesticides selon les dernières données publiées par le commissariat général au développement durable. En outre, le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) Rhône-Méditerranée 2016-2021 identifie l’Aude comme nécessitant des actions pour réduire la pollution aux pesticides. Il désigne également sur ce département plusieurs masses d’eaux souterraines affleurantes importantes pour l’alimentation en eau potable et nécessitant des mesures de lutte contre la pollution par les pesticides. Enfin, il désigne 9 captages prioritaires destinés à la production d’eau potable pour la consommation humaine qui présentent une pollution par les pesticides.

Le juge comme dernier moyen de faire valoir l’intérêt général et la santé publique

Face à ces constats, FNE LR et ECCLA ont demandé au Préfet de bien vouloir compléter son arrêté en prenant en compte la totalité du réseau hydrographique audois. Le Préfet n’ayant pas cru utile de répondre à la demande des associations, celles-ci ont saisi le Tribunal Administratif de Montpellier. Par un jugement du 5 novembre, le juge a donné raison aux associations en enjoignant au Préfet de compléter son arrêté dans un délai de 3 mois « en vue d’inclure dans la définition des points d’eau, les éléments manquants du réseau hydrographique figurant sur les cartes 1/25 000 de l’Institut Géographique National, conformément aux dispositions de l’arrêté interministériel du 4 mai 2017 ».

Le pouvoir est au Citoyen, s’il décide de ne plus laisser les clefs sur le tableau de bord, et n’importe qui organiser sa vie sans son consentement. Parce qu’il n’a pas envie de s’impliquer. Parce qu’il se laisse bouffer par la routine. Parce qu’il se laisse aveugler comme un benêt. Et qu’ensuite il est mécontent mais n’est il pas le seul responsable de son immobilisme, de son manque de courage ? C’est valable à tous les niveaux. Au niveau municipal tout autant !

L’Opposition à Cabestany et le développement durable !

8 juillet 2019

L’Opposition à Cabestany et le développement durable !

Nous, c’est Cabestany !

Claude écrit :

Nous sommes plusieurs citoyens Cabestanyencs, passionnés d’Écologie, amis, adhérents ou non de l’association Trait-d’Union-Cabestany, n’ayant pas la même sensibilité politique, ne faisant pas le même métier, dans l’Aéronautique ou dans la viticulture entre autres, qui avons décidé de nous mettre au service de Colette Appert pour sa campagne municipale à venir.

Pas pour intégrer sa liste. Certains le feront peut être. Mais pour travailler avec elle et son équipe de campagne, de façon pratique. Parce que le Développement Durable, dans une ville comme la nôtre, est parfaitement compatible et souhaitable avec la gestion municipale. Et Colette Appert est convaincue depuis longtemps de cette nécessité absolue. Qui ne devrait même pas faire l’objet d’une récupération politique de la part de certains. Et dans une ville qui ne montre pas l’exemple au delà des belles paroles, déclarations d’intention. Du pipeau quoi !!!!

Certes, Cabestany n’est pas Paris. Où lors du déclenchement de la canicule la pollution a atteint des pics quasiment inégalés. Mais où l’on a continué d’interdire, jour après jour, et de façon croissante, sans tenir aucun compte des relevés scientifiques que je reçois tous les matins sur mon bureau. Au point de punir les citoyens alors que les taux de pollution étaient redevenus très bas, quasiment à la normale (mais tout est relatif), et que le seul problème, à Paris, provenait des centrales à charbon allemandes.

Mais pour faire un coup de com’, certains sont capables du pire. Interdire les voitures récentes fonctionnant au diesel alors qu’on fait des dérogations pour les vieux autobus. Et que l’on continue à acheter des neufs qui marchent au même carburant.  Dérogation pour les camions poubelles. Dérogation pour les engins de chantier. Et que dire à Paris des poids lourds qui viennent de Barcelone et vont en Hollande sans s’arrêter en passant par le périph’. Alors que nous, nous savons où trouver les renseignements fiables, savoir où l’on en est des réserves d’eau potable dans les P.O. Et bien d’autres choses utiles. Parce que cela nous passionne mais que nous en avons marre des charlatans, colporteurs de fausses nouvelles, et politicards qui nous prennent pour des abrutis, et ne pensent qu’à leur carrière plutôt que de nous dire la vérité. Et qui veulent faire de nous les seuls et vrais coupables !

Mais que penser alors, de ces nouveaux accords commerciaux avec l’Amérique du Sud, des accords indignes et scélérats. Dont le citoyen est tenu volontairement à l’écart et mal informé. Que penser de ceux qui les ont signés ?

Certes on a envie de vendre des avions Rafale en Amérique du Sud. Pour que ces pays amis se « foutent sur la gueule ». A moins qu’ils n’aient découverts des extra-terrestres. Et on connaît l’efficacité des armes françaises lorsque nos Exocet, vendus aux Argentins, ont coulé des navires britanniques, aux Malouines. Pendant que nos bidasses en Afrique se paient eux mêmes leurs vigatanes.

On aimerait vendre davantage de véhicules Renault en Amérique du Sud, ce continent où l’on tronçonnent les arbres des forets, où l’on répand des tonnes de pesticides, où l’on cultive des plantes O.G.M à tout va. Mais dans ces pays amis on préfère les Volkswagen, les produits chimiques de Bayer, et tout ce qui est écrit en allemand est présumé être de meilleure qualité que les produits français.

Ce qui n’aura pas empêché l’Europe – vous savez, cette « Europe qui protège » – et la France en tête, de signer ces foutus accords.

Bon, les Renault c’est pas grave. Elles ne sont plus fabriquées, pour la plupart, dans l’hexagone mais au Maroc, en Slovénie, en Turquie, au Maroc, en Espagne.  Celles qui le sont encore avec des pièces venant encore de plus loin.  L’État est actionnaire de Renault et les bénéfices servent peut être à indemniser les chômeurs français qui au lieu de rester à la maison auraient peut être préféré  aller bosser à l’usine. Mais c’est pas une réflexion de banquier ou de comptable ! Car que vaut la dignité de l’Homme ?

Et puis on va importer du vin, car comme chacun le sait, on ne sait pas en produire chez nous, et des milliers de tonnes de viande, acheminés par des bateaux polluants, en provenance de ces pays irresponsables,  lorsque nos paysans français se tirent déjà une balle dans la tête. Mais la côte de boeuf aux hormones est plus gouteuse, paraît il, au barbecue que la viande Charolaise.

Être contre le Libre-échange et contre la mondialisation, c’est être un Salopard, lit on dans la propagande étatique. Moi, je revendique faire partie des Salopards et je me préoccupe de Cabestany, ma ville.

En 2014, mes amis et moi-même étions affolés des projets municipaux de construction en masse de nouveaux bâtiments. On est loin des prévisions et c’est heureux. Autrefois, on disait qu’un Maire-batisseur était certain d’être réélu. Aujourd’hui, c’est le contraire. Et nous espérons que la raison l’a emporté à Cabestany.

Et demain, aux aurores,  je remettrai du gas-oil dans ma bagnole pour aller travailler plus loin que Valmanya. Car j’ai toujours pas trouvé la gare SNCF à Cabestany. Amitiés à tous !

  ALICIA : Merci Claude ! Avec votre verre de Rivesaltes argentin, on vous conseille du camembert, mais du « camemberto do Brasil ! ».

« Solidaires de ceux qui viennent nous sauver en mer, tristes pour leurs familles »

8 juin 2019

Le magazine « Sauvetage »  : cliquer sur le dessin représentant un livre ouvert, en HAUT, au milieu, puis cliquer sur « vue défilante ».

le site de la Societé Nationale de Sauvetage en Mer

https://www.snsm.org/

le 29 juin 2019 dans tous les ports des Pyrénées Orientales, journée de la SNSM

 

L’Association Trait-d’Union-Cabestany souhaite à tous les Cabestanyencs, une bonne et heureuse année, une année « écolo » !

11 janvier 2019

Votre association citoyenne et écolo vous présente ses meilleurs vœux et espère que 2019 verra des avancées en matière de protection du citoyen. Car 2018 aura été la pire année vécue depuis longtemps en matière de recul du « principe de précaution ». Parce qu’en vertu du fait que nous étions légèrement en avance, par rapport aux autres pays d’Europe, en matière de protection du citoyen, pour notre Président de la République qui se veut Européen,  la normalisation est de reculer sur tous les fronts face aux lobbies. Plutôt que de se comporter comme un leader.

Quand toute cette affaire de taxation pour favoriser la transition énergétique est du pipeau qui n’a comme but que de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État en sachant que pas un sou n’ira à cette transition.

Alors bien sur, on s’inquiète de la fonte des icebergs très au Nord de notre ville, et on n’envie pas nos amis Canétois qui auront de l’eau au genou avant nous à Cabestany. On peut quand même s’interroger pour savoir en cette fin d’année 2018 quel glacier a fondu pour inonder Sainte Camille. Non, c’est pas la Mer de Glaces !!!! Et on peut informer au passage la Mairie, pour la cas où elle ne le saurait pas, que de laisser des masses d’eau stagner sans y remédier est contraire à la réglementation. Mais peut être que la Mairie n’a pas accès aux textes réglementaires. Dont tout le monde se fout d’ailleurs. L’État, le Département, les collectivités. Et on s’attend à s’entendre répondre – si du moins on posait la question –   » maintenant qu’on interdit les « pailles » pour siroter le coca, comment assécher de telles étendues d’eau ? A la petite cuillère ? »

Mais notre action citoyenne et nos préoccupations se situent beaucoup plus en niveau de la consommation. Comme cette suspension de l’additif E171 votée par le Parlement mais révoquée par nos sinistres des Finances et de l’Économie à Bercy, simplement par le fait qu’ils ne signent pas les décrets d’application.  Car en France « suspension » ne veut pas dire « interdiction ». Et si vous ne comprenez pas la différence c’est que vous n’avez pas sur votre table de chevet le Petit Macron illustré !

Ce E171 est le « dioxyde de titane », présent dans de nombreux produits alimentaires que nous consommons au quotidien et que nous donnons surtout à nos enfants. Car on le trouve dans les barres chocolatées, les bonbons, pâtisseries sèches, et autres douceurs que nos chères « têtes blondes » adorent grignoter à la récré.  Plusieurs industriels français s’étaient engagés à le supprimer. Mais comme de nombreux produits alimentaires importés de pays voisins en Europe continuent d’en contenir, et souvent en importante quantité, notre Président, notre Gouvernement viennent de montrer leur fibre écolo en revenant sur sa suspension. « Achtung » comme dirait Angéla ! Prouvant qu’ils méprisent nos élus. Leurs élus !

Le dioxyde de titane, dont la présence est indiquée sur les étiquettes par TiO2 ou E171, est une poudre blanche utilisée pour donner une couleur appétissante ou une brillance à certains produits alimentaires sans doute délicieux mais qui seraient moins attrayants à la vue. Cette substance contient des nanoparticules – d’une taille inférieure à 100 nanomètres – qui pénètrent dans les cellules de l’organisme. Pour donner à celles ci un aspect attrayant ????   De quoi soulever l’inquiétude depuis plusieurs années des associations de défense des consommateurs et de l’environnement.

Le défroqué des Républicains, « Tartuffe » qui veille sur nos impôts, un dénommé Bruno Le Maire, nous dit que la dangerosité de cet additif n’est pas prouvé. Comme le Glyphosate. Comme tant d’autres produits. Mais on nous gonfle avec le Diesel dont les moteurs récents polluent moins que les moteurs à essence.

L’Institut national de la recherche agronomique (INRA) soulignait ainsi en 2017 que l’exposition au E171 favorisait la croissance de lésions pré-cancéreuses chez le rat. Sans que ces résultats ne permettent – bien évidemment – pour nos élites d’en conclure que ce serait dangereux pour l’homme. Quand jadis les rats mourraient en présence de l’amiante, on  nous expliquait déjà que rien ne démontrait que l’amiante soit dangereuse pour les humains !

Et quand les organismes de protection des consommateurs montent au créneau, nos gouvernants tel « Ponce Pilate » répondent que c’est aux industriels d’assumer leurs responsabilités. On croit rêver !

Il s’est quand même trouvé un député Macronien pour dire : « La loi doit être appliquée ». On s’inquiète pour son avenir quand les matamores qui entourent Macron, les copains de Benalla, vont lui tomber dessus.

Ne nous resterait t’il comme unique solution que d’enfiler un « Gilet Jaune » ? Quand ce bien sympathique mouvement commence quand même à trainer un peu trop en longueur et qu’on perçoit la fourberie à peine dissimulée que nos gouvernants leur réservent. Bonne Année !

 

Nos barrages hydrauliques bientôt bradés par la Macronie ! René nous écrit : « l’écolo git ».

10 septembre 2018

Georges L Zeter écrit sur AgoraVox :

«  Pendant 10 ans, la commission européenne a voulu que la France privatise ses principaux barrages et les vende à des compagnies privées. D’ici 2022, les 150 principaux barrages (de plus de 20 mètres de haut) seront vendus à la découpe.  6 pays sont en lice pour cette grande braderie, qui verra la France encore une fois de plus perdre de son indépendance, cette fois-ci, énergétique. »

« En plus hier, depuis le Luxembourg et c’est devenu une habitude de faire des annonces importantes de l’étranger, Macron par un tweet, écrit : « Nous allons fermer toutes les centrales thermiques en France. On sera le premier pays à le faire. Ma priorité : une écologie de l’action pour tenir nos engagements »  Comme on aurait dit dans l’autre siècle « d’un trait de crayon ». Le thermique, c’est 5% de l’électricité produite qui disparaîtrait. (Quand les barrages représentent 12 % de la production). Les centrales électriques thermiques dites « à flamme », sont surtout là pour compenser aux heures de pointes :  ça s’appelle « le lissage ». Quant à « l’écologie de l’action » !? »

Georges L Zeter écrit encore : « Quel est le but non avoué de Macron concernant la production d’énergie en France et donc de son indépendance comme entité nationale ? Car, cet homme est à la croisée de vente, ou de fermetures d’usines et ce depuis des années en ce qui concerne la production d’électricité, surtout non atomique. Quels sont les buts non avoués de se « débarrasser » des barrages, fermer les centrales thermiques, mettre des bâtons dans les roues à la production d’électricité propre telle les centrales hydroliennes, ou la fin de la production nationale de panneaux solaires au profit des chinois. »

« Acté dès l’automne 2014 par Emmanuel Macron alors tout récent ministre de l’économie. Au nom du gouvernement PS, il valide la vente de la branche énergie d’Alstom à l’américain General Electric. Tout y passe : turbines, réseaux, énergies renouvelables notamment marines où Alstom excelle, et même les éléments nécessaires aux sous-marins nucléaires français. Officiellement, l’État a défendu les intérêts nationaux en créant des « coentreprises » entre Alstom et General Electric et en obtenant des promesses de garanties de l’emploi… Et on sait ce qu’il en est advenues de ces promesses et des SES promesses…… »

Cet article a une suite, trop longue pour être insérée dans notre blog, et puis on ne va pas copier coller ce que vous pouvez lire sur le site original. Alors pour lire la suite suivez le lien ci-dessous :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/braderie-de-150-barrages-la-france-207456?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

L’un de nos consultants explique à Blog-Cabestany :

Non seulement la France est le seul pays dont l’Europe demande la privatisation des barrages mais en plus les chinois pourront répondre à l’appel d’offre alors qu’on imagine sans peine que demain EDF ne pourrait acheter un barrage en Chine. Des barrages dont par la suite EDF n’aura plus le droit de moduler la production. Devant payer aux propriétaires toute l’électricité fabriquée, qu’elle en ait ou non besoin. Et si notre facture augmente on nous dira que c’est à cause de ces méchants investisseurs qui ne pensent qu’au fric. Mais fallait il leur vendre ? Tout comme on parle de ces requins qui font payer les péages sur les autoroutes. Après qu’on leur a quasiment données ces mêmes autoroutes.  Et comme les taxes aéroportuaires de Roissy sont exorbitantes pour les compagnies aériennes, et surtout Air France le principal utilisateur, on va vendre l’aéroport au privé. Et après ce sera moins cher ???

Ce ne sont pas les idées politiques de l’auteur de cet article qui nous importent, mais le fait qu’on s’apprête à brader nos barrages… ou le reste ! Des barrages qui ne servent d’ailleurs pas tous à produire de l’électricité comme on pourrait rapidement faire la confusion. Mais, quel que soit leur usage, tous provoquent l’inquiétude de ceux de nos concitoyens qui habitent en aval de l’un de ces barrages. Des Français qui étaient déjà inquiets de ce qui pourrait arriver si on entretient ces édifices comme on le fait – mal – pour notre réseau ferré. L’un deux écrit : « prendriez vous encore le TGV si vous saviez  qu’on a vendu les voies sur lesquelles votre train roule à des financiers étrangers qui n’y connaissent rien et n’ont pour objectif qu’une rentabilité à très court terme ? »

Mais il y a pire. Ce sont des millions de mètres cubes qui sont fournis aux collectivités territoriales pour l’eau potable, l’irrigation. Et c’est bien plus que les barrages eux mêmes que l’on va vendre. C’est l’EAU, une ressource soi disant appartenant à tous mais qui sera aliénée par des intérêts privés !

« c’est vous qui le dites »

 

Colette Appert communique à Cabestany !

6 septembre 2018

 

 

Rubriques « Cabestany d’abord » et « Nous, c’est Cabestany »

Colette Appert dit :

Mes conseillers municipaux Phil Gleizes, Nadia Ferhani, Martine Asensio et moi même souhaitons une bonne rentrée à TOUS les Cabestanyenques et Cabestanyencs.

Colette sur sa page Facebook écrit :

https://fr-fr.facebook.com/colette.appertsaris

Et dans le dernier numéro du Cabes’infos, on retrouvera la Tribune de l’Opposition : cliquez sur le texte si vous avez besoin de l’agrandir

Blog-Cabestany écrit :

Avec Colette, avec ses conseillers, ses co-listiers, les militants de la Droite Municipale, nous aurons discuté cet été à plusieurs reprises des dossiers municipaux en cours, de ceux qui seront abordés lors des prochains conseils. On en reparlera très bientôt ……

On aura eu également des contacts avec l’association Trait-d’Union-Cabestany qui se sera rapprochée de plusieurs associations en France traitant d’écologie. Des militants associatifs qui ne se tiennent pas pour autant éloignés des problèmes de notre ville et de ses habitants. Mais qui découvrent, jour après jour, avec quelle hypocrisie on maintient le citoyen dans l’ignorance en matière d’environnement. De cela aussi, on reparlera très vite. Mais leur connaissance du sujet nous sera plus qu’utile !

Nous mêmes, qui avons pris quelques vacances, aurons trouvé du temps pour prendre contact avec des « politiques » à parfois des centaines de kilomètres de chez nous. Avec des élus ou ex-élus, des politologues, journalistes, blogueurs dont certains n’ont découvert l’existence de notre Blog que récemment, ou parce que nous les avons interpellés. Pas grave. Nous avons obtenu plusieurs autorisations pour reprendre tout ou partie de leurs écrits car sans leur accord on ne joue pas à ce jeu là.  Et nous avons échangé bien des idées et allons continuer à le faire.

Et nous avons définitivement compris que ce n’est pas sur TF1, FR2, BFM ou autres, pas plus que dans certains journaux que nous lisons tous les jours,  qu’il faut aller chercher l’info, la vraie, pour comprendre le monde qui nous entoure. A l’avenir, on parlera sans doute bien moins des sujets d’actualités du moment. Et on écrira peut être moins. Quel intérêt de se focaliser sur le prélèvement à la source dont tout le monde parle ? En savoir plus sur le « copain » de Macron qui, par dérision, est surnommé « M. Irréprochable », qui fait l’objet d’une plainte d’Anticor en date du 8 novembre 2017, et qui brigue la Présidence de l’Assemblée, nous parait plus susceptible d’intéresser nos lecteurs et d’oeuvrer pour la Démocratie. http://www.anticor.org/2017/11/09/affaire-ferrand-anticor-depose-une-plainte-avec-constitution-de-partie-civile/

On sera donc moins « politiquement correct ». Mais on n’aura aucune hésitation pour mettre les « pieds dans le plat » lorsqu’on le jugera nécessaire. En reprenant les écrits, les articles de certains qui dérangent mais à qui il faut donner une tribune pour les aider à s’exprimer, n’ayant pas, comme nous, la chance d’avoir des webmasters qui se décarcassent….. bénévolement…  pour qu’on soit même lu – parfois –  hors de France.   Entre la communication de ce pouvoir en place, et les réalités….. quel gouffre ! Mais pour paraphraser un ministre qui vient de démissionner : « arrêtons de nous mentir à nous mêmes !!!! »

Et puis, on n’oublie pas que la plupart du temps ce n’est pas nous qui faisons ce Blog mais VOUS, les lecteurs qui nous écrivez avec assiduité, discutez avec nous de tous les sujets. Que vous soyez ou non d’accord avec nous. C’est la « Liberté d’Expression ». La ligne éditoriale de ce Blog : c’est la vôtre ! Et pourtant il arrive que l’on se demande encore si on vous donne – suffisamment – la parole. On essaiera de faire toujours mieux !

On aurait encore beaucoup de choses à dire ! On les dira plus tard. C’est avec accablement, amertume, angoisse mais également de la colère qu’on aura écouté le Président de la République, ce matin, nous expliquer qu’il faisait des réformes pour que certains en aient « un peu plus dans leur poche ». Quel cynisme, quelle effronterie. Parce que ce qu’il prétend donner à d’autres, et le fera t’il, il le pique dans la poche des retraités. Vraiment, quel bel exemple de gouvernance de la France et d’une politique intelligente !!!  « Donnes moi ta montre, j’te donnerai l’heure ! »

Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

« Trait-d’Union-Cabestany » et « Blog-Cabestany » sur la même longueur d’onde face aux décisions imbéciles et destructrices de l’Europe contre notre environnement !

27 août 2018

Citoyens d’Europe ! qui ne semblent pas concernés par leur avenir.

xxxxxxxxxxxxx

Votre Association « Trait-d’Union-Cabestany » et « Blog-Cabestany » sur la même longueur d’onde face aux décisions imbéciles,  agressives et destructrices de l’Europe contre notre environnement ! Pas le même combat diriez vous entre une association citoyenne et un Blog qui s’assume être politique ! Vous auriez raison, et c’est parfaitement bien comme cela de ne pas mélanger les genres. Mais parfois……

Dans huit mois auront lieu les Élections Européennes. Des élections qui d’habitude passent relativement inaperçues. Avec un maximum d’abstention. Dont les candidats sont choisis on ne sait vraiment comment. Des élections dont certains disent que cela pourrait être un référendum anti-Macron.

Cela sera t’il une raison pour voter pour des candidats extrémistes, ou populistes comme ceux qui ont pris le pouvoir – démocratiquement – en Italie. Parce que lorsque le citoyen en arrive à penser qu’on se moque de lui, il n’a plus comme seule ressource pour s’exprimer que de mettre un bulletin dans l’urne qui traduit son mécontentement. Quitte à en payer le terrible prix par la suite.

Mais nos élites, nos dirigeants ne font ils pas tout ce qu’ils peuvent pour pousser le citoyen à bout !!!

L’Europe, que nous ne voulons pas voir éclater ne fait t’elle pas tout ce qu’elle peut pour dégouter ce citoyen. Les Anglais sont ils vraiment fautifs pour avoir voter le Brexit ? Ne serait ce pas les conséquences d’une Europe qui a perdu la tête ? Combien de Français, d’Italiens, ne sont ils pas tentés de sortir de l’Europe. Ce qui serait une grave erreur. Jamais, nous, nous ne voterons pour des populistes.

Mais l’Europe se comporte d’une façon imbécile et suicidaire. La preuve en est la décision prise début aout d’autoriser, pour dix ans, l’importation de cinq O.G.M. Dont quatre de maïs, destinés à l’alimentation animale – ou HUMAINE – dans l’Union Européenne. Jusqu’à l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (E.F.S.A.) qui a émis un avis favorable à ces autorisations. Avec l’assentiment de notre Ministre de l’Agriculture qui fait tout de Travert. Quant à  Nicolas Hulot était il allé ramasser des moules ?

(source officielle) La Commission a ainsi donné son feu vert au maïs génétiquement modifié produit par Monsanto MON 87427 x MON 89034 x NK603 tolérant à la substance herbicide controversée glyphosate accusée d’être cancérigène. Auquel s’ajoute le maïs 1507 × 59122 × MON 810 × NK603 du groupe américain Pioneer également tolérant au glyphosate ainsi qu’aux herbicides à base de glufosinate d’ammonium, substance classée reprotoxique présumée. La Commission a également renouvelé l’autorisation de mise sur le marché de deux autres maïs OGM : le maïs GA21 de Syngenta également tolérant au glyphosate et le maïs 59122 de Pioneer et Dow Agrosciences tolérant aux herbicides à base de glufosinate ammonium. Elle a également renouvelé l’autorisation de la betterave sucrière génétiquement modifiée H7-1 de Monsanto et de l’Allemand KWS aussi tolérante au glyphosate.

Ceux qui dirigent l’Europe à Bruxelles sont ils corrompus, imbéciles, incompétents, suicidaires, ripoux, laxistes, ou tout à fois ? Font ils exprès de scier la branche sur laquelle ils sont installés. Et nous avec !

Et cet autre problème. L’un de nos amis, sur place pour des raisons professionnelles, nous en dit plus sur l’arrivée de l’AQUARIUS à Valence il y a quelques semaines avec plus de 600 migrants. Un dimanche. Notre ami ne va pas jusqu’à dire que le jour du dimanche a été choisi exprès, quoique….on serait tenté de le croire !  Un dimanche où les fonctionnaires des services de l’administration sont de repos. Et puis des fonctionnaires auxquels on aurait oublié de payer des heures supplémentaires par le passé…  raconte la presse locale.  Ce qui explique qu’on a dit à ces migrants qui ne parlent pas l’espagnol qu’ils devaient sagement attendre patiemment le lundi matin pour qu’on prenne leur identité, leurs empreintes digitales. Et il était mis en place un quadruple cordon de policiers pour empêcher les 200 journalistes de pouvoir demander à ces migrants d’où ils venaient. Des fois que l’un réponde qu’il ne venait pas d’un pays en guerre et qu’il travaillait récemment comme cuistot au Club Méd…

La nuit venue, ces mêmes policiers en grand nombre, avaient du mettre un somnifère dans leur tisane. Le lundi matin, aux aurores, tous les services de l’état Espagnol étaient mobilisés et présents sur le quai. MAIS PLUS LES MIGRANTS, ou juste quelques poignées. Qu’on a certes mis dans des bus, hébergés. Et les autres ? Déjà à Perpignan, ou ailleurs, dans les rues, sans qu’on sache d’où ils viennent et qui ils sont ? Carence, incompétence ou décision volontaire des autorités espagnoles socialos sur ordre de Bruxelles ? Nous, on ne sait qu’en penser. Mais on se dit que si des migrants arrivaient à Sète, cela serait la même chose. On les ferait arriver un dimanche. Mais pas à 11 heures du matin quand les français sont encore au lit, à la messe ou au PMU. On les ferait arriver pour le journal de 20 heures sur TF1. Avant de les laisser filer !

« A BRUXELLES, A L’ÉLYSÉE, LE POISSON POURRIT PAR LA TÊTE » écrit l’un de nos internautes (c’est vous qui le dites)

A quoi joue cette Europe à laquelle nous avons cru, à laquelle nous croyons encore, mais qui fait tout pour nous jeter dans les bras des populistes et dont notre Président de la République semble être le complice ? A moins qu’il n’en soit le « premier de cordée » !

Tout cela ne sent vraiment pas bon.

-o-

POUR QUE LA FRANCE RESTE LA FRANCE !

Tags : « je me soigne, je tiens à ma santé, je reprends du MONSANTO » – « à l’Élysée, le poisson pourrit par la tête » – non aux Populistes – « Blog-Cabestany n’est pas « politiquement correct » – « c’est vous qui le dites » – Pour que la France reste la France –

 

 

« Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne, relaie le communiqué de presse de France Nature Environnement

17 juillet 2018

Votre association citoyenne, issu de la Droite Municipale, qui prend également en compte les problèmes d’environnement, et revendique d’être une Association au service de TOUS les Cabestanyencs sans exception, a le plaisir de relayer, à peine reçu, le communiqué de nos amis de France Nature Environnement (F.N.E.). La première phase des « Assises de l’Eau » initiée par le gouvernement il y a trois mois, prend fin. Il y a bien sur la communication du gouvernement. Mais en réalité : qu’en est il ? Où en est on ?

Parce que la protection de notre cadre de vie, de l’environnement que nous allons laisser à nos enfants, la défense de notre santé, ne doit pas être une affaire de Droite ou de Gauche.

Parce que, qu’elle que soit la confiance, que nous avons dans l’Europe, dans l’État, dans nos gouvernants, dans nos élites, dans nos élus, nous ne pouvons pas leur laisser la bride sur le cou. Le citoyen de base doit prendre en charge sa destinée et veiller à la préservation de son environnement. C’est l’affaire de tous. C’est VOTRE affaire !

NO COMMENT – Sans commentaire

Chez « Trait-d’Union-Cabestany », on ne met pas « la charrue avant les boeufs »

5 juillet 2018

Chez « Trait-d’Union-Cabestany, votre Association Citoyenne, qui se préoccupe de vos problèmes au quotidien et de votre cadre de vie, on considère que l’environnement est un sujet crucial, et on s’intéresse évidemment aux déclarations de Nicolas Hulot. 

A vous écouter, à vous lire car il y a dans nos lecteurs des passionnés, il y aurait de quoi « tirer sur le pianiste ».

Dans les adhérents de notre Association Citoyenne, animée par Colette Appert, il y a aussi des militants, des sympathisants tout autant passionnés. Car on ne peut dresser un mur entre écologie et politique. Et vouloir que nos enfants vivent dans un environnement respirable, que les futures mères n’accouchent pas d’enfants handicapés, que l’Eau ne soit pas un sujet de discorde, voire de conflit armé, c’est aussi faire de la politique.

On sait ce qu’est la planète « Vegan » et on respecte tout le monde. Elle n’est pas la nôtre !

Mais nous sommes des gens qui avons le sens pratique, qui ne mettons pas la barre tellement haut qu’elle devienne inatteignable et donc que ce soit une excuse pour ne rien faire.

Ce gouvernement est le jouet des lobbies et que nous ayons un ministre qui essaie de faire ce qu’il peut ne doit pas être un prétexte pour l’accabler sans chercher à comprendre. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

On aura tout l’été pour vous parler de « Biodiversité »

Alors, pour commencer, et pour y comprendre quelque chose, et si vous êtes disposés à lire le Rapport d’avril 2018 qui est le socle de tout ce que vous allez entendre ou lire à partir de maintenant, on va vous gâter, et vous donner de la lecture pour la plage :  + de 500 pages !!! *

rapport_eau_et_biodiversite_avril-2018

et lorsque vous aurez passé quelques soirées à le lire, comme nous l’avons fait chez Trait-d’Union-Cabestany, nous sommes prêts à en discuter avec vous !

  • il se peut, selon votre appareil, PC, tablette, téléphone, que vous mettiez 30 secondes ou plus à télécharger ce fichier, car il est lourd, et encore l’avons nous compressé. Patientez un peu. Ou signalez le nous qu’on vous l’envoie par mail.

Le groupe parlementaire de la « République en Marche », serait il le cheval de Troie de la démocratie ?

25 mai 2018

Mais il est bien d’autres élus appartenant à d’autres partis que ses décisions enchantent ! Et on ne va pas vous parler de pénurie de vin rosé. Pas grave. Mais, rassurez vous,  vous n’allez pas manquer de glyphosate. Vos enfants vont pouvoir en respirer à pleins poumons grâce au grand « mamamouchi » élyséen Glyphosaton 1er, son mime (il ne parle plus) Nicolas Hulot, son ministre de l’agriculture qui nous la fout en travers. Car la reculade semble être la marque de fabrique de cette nouvelle majorité présidentielle lorsque cela concerne notre santé ou notre environnement. Courageuse pour s’en prendre aux vieux, aux cheminots, aux fonctionnaires mais pour le reste…..

L’Association « Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne s’inquiète à la lecture de l’un des derniers communiqués que vient de lui adresser « France Nature Environnement » fédération française de plusieurs dizaines d’associations de protection de la nature et de l’environnement. Car tous ceux qui défendent l’environnement et dénoncent l’urbanisation non concertée doivent se sentir concernés. Une urbanisation sauvage qui ne s’occupe pas des problèmes de ressources en eau, qui détruit des espaces naturels, qui laissera à nos enfants un environnement invivable mais semble t’il souhaité par la Macronie. Mais pas seulement !

Alors de quoi s’agit il ?

Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN), de nombreux amendements visant à déroger à la loi  viennent d’être adoptés subrepticement à l’Assemblée. A la loi littorale mais pas que. Des amendements présentés au tout dernier moment par le groupe parlementaire présidentiel qui favorisent l’urbanisation sous de faux prétextes et dans une précipitation interdisant toute réflexion. Des amendements qui ne sont pas autant improvisés qu’on voudrait nous le faire croire mais qui vont profiter à ceux ou aux amis de ceux qui les ont déposés. Ces parlementaires de la majorité sont à l’habitude bien discrets et entérinent sans broncher tout ce qu’on leur fait voter. Mais là l’instant est grave. 

Des amendements qui selon leurs auteurs sont destinés à préciser les contours d’une loi trop floue afin d’en éviter les excès. Sauf que ces amendements vont dans le sens contraire de ce qu’on attendait et ouvrent des boulevards à des élus qui seraient loin d’avoir en tête la seule  préservation de notre environnement.

Des élus, qui pour défendre leur périmètre électoral, lorsque celui ci se désagrège, ne reculent pas devant l’odieuse décision d’attirer des populations ne venant pas de leur zone de gouvernance,  en leur construisant des cages à lapin par pur clientélisme. On saura ensuite leur demander d’être reconnaissants et de bien voter à la prochaine élection. Et comme ces populations auront besoin de commerces et que l’on n’a rien à foutre des petits commerçants, on leur fera des centres commerciaux où ils trouveront tout ce qui leur est parfaitement inutile et vient de loin mais qui n’est pas cher. Et on gavera en même temps le citoyen bêlant de beaux discours sur la défense du prolétariat et on le gonflera en lui disant d’acheter français. Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! On critiquera ce « grand capital » qu’on aura accueilli par ailleurs avec le tapis rouge. Quelle duplicité.

Puis il faudra à ces populations,  des écoles, des stades, ….. pourquoi pas une piscine ? Car on marche sur la tête ! Et on ne peut pas bétonner sur nos vignes et s’attendre à y récolter du vin rosé.

Notre littoral est concerné. Mais pas uniquement. Chacun sait que nos territoires font l’objet de nombreuses convoitises, pressions foncières importantes, urbanisation accélérée, projets économiques soi disant axés sur le tourisme… le tout au détriment des activités agricoles ou maritimes, de la préservation des espaces verts, de la sauvegarde des espaces naturels riches de leur biodiversité.

Nous, nous voulons vivre dans un environnement acceptable qui ne soit pas détruit, détérioré par certains qui ont toujours de bonnes raisons pour faire n’importe quoi. Nous avons des responsabilités vis à vis de nos enfants et pas la courte vue de la durée d’un mandat électoral. Ces bétonneurs ont de plus l’audace de vouloir nous expliquer le bien fondé de leur démarche alors qu’il ne s’agit que de tromperie et de petits calculs. Mais comme le citoyen est prêt à avaler n’importe quoi. Sauf si une opposition est capable de lui ouvrir les yeux. Sauf si une association comme « Trait-d’Union-Cabestany » met les pieds dans le plat. Si on ne cherche pas à les faire taire !

Avec la loi « Littoral », la France avait préfiguré et donné à voir ce que pouvait être une politique concrète de développement durable avec ses dimensions économiques, sociales et environnementales.

Depuis plusieurs années on savait qu’il y avait des élus qui voulaient que la loi soit moins restrictive. Ils ont trouvé des défenseurs depuis un an dans des parlementaires appartenant au parti majoritaire de la « République en Marche » et de bien d’autres se réclamant de diverses tendances politiques. Mais tous ne cessent de prôner l’assouplissement de la loi. On a l’impression qu’ils chercheraient plutôt à la faire exploser tout en faisant semblant de dire qu’elle a le mérite d’exister. Quelle hypocrisie.

Telle est le scénario qui vient de se dérouler à l’Assemblée Nationale : des amendements de dernière minute, non concertés, sans étude d’impact, discutés hâtivement. L’exact contraire, au fond, de ce que devrait être une démocratie participative. A l’occasion de l’examen du projet de loi ELAN, la commission des affaires économiques a donc adopté des amendements, permettant d’ouvrir dans des espaces naturels et agricoles, des zones d’activités économiques, des projets d’urbanisation et même…. des décharges.

Nous saluons les efforts méritoires de France Nature Environnement, association lanceuse d’alerte, qui demande la suppression de toutes les nouvelles dispositions du projet de loi ELAN qui portent atteinte à l’environnement et font reculer la situation actuelle. Des dispositions qui ruinent trois décennies d’un militantisme écologique qui avait donné des résultats acceptables dans l’application de cette loi certes imparfaite mais qui tente entre autres de freiner l’urbanisation tous azimuts et dans des régions comme la nôtre essaie de préserver nos rivages.

« Trait-d’Union-Cabestany » s’associe à cette démarche et dénonce ceux qui bétonnent davantage pour leur survie électorale que pour de bonnes raisons.

Les chaussées de Cabestany appelées par les Cabestanyencs : les « Rues Stines ». Comme chacun peut le constater elles ressemblent à la chambre à air d’un vélo à force de la réparer avec des rustines !

2 février 2018

« C’est politique ». Autant annoncer la couleur avant que vous ne nous le fassiez remarquer.

A Cabestany, des photos de trottoirs défoncés, de rues non entretenues, de racines qui passent sous la chaussée, d’endroits dangereux pour les personnes âgées, ou des lieux inaccessibles en fauteuil roulant, on en a surement reçues de quoi remplir un disque dur. Que vous nous envoyez régulièrement depuis dix ans mais qu’on ne conserve pas. Car encore faudrait il nous donner l’emplacement, le nom de la rue, le numéro.  Pas plus que vous nous dites qui vous êtes. On dirait que le problème est tabou.

Quand vous apportez des précisions, ce sont nos conseillers municipaux ou leurs amis qui vont voir. Nous mêmes, il nous est arrivé de nous déplacer pour constater qu’on avait juste réparé une minuscule surface de chaussée ou de trottoir. Du goudron sur l’endroit à réparer. Qui va tenir six mois. Entre temps c’est un morceau de chaussée juste à côté qui aura cédé. Une entreprise de fabrication de rustines. Des trottoirs ou rues façon puzzle. Un sparadrap sur une jambe de bois. Et le surnom donné par les Cabestanyencs à leurs rues : les « Rues Stines ».

Non, nous ne sommes pas en campagne municipale. Et on ne va pas tomber pour autant dans l’hystérie. Il est des problèmes bien plus graves. Surtout qu’on aurait bien tort de s’inquiéter lorsqu’on constate que la plupart des citoyens lambda n’en ont rien à cirer OU  qu’énoncer cet état de fait est un crime de « lèse-majesté ». En 2014, alors que nous interpellions, sans agressivité, un « responsable », celui nous répondait sèchement : « on ne peut pas refaire toutes les rues en une année. Et si vous saviez combien les ronds points nous ont couté cher !« . Et il avait raison quand depuis 20 ans, rien n’est fait…. ou presque ! Sauf ces rond-points fait par des gens qui n’ont surement pas de voitures, car pour ce qui est de la visibilité. Peut être quelqu’un vous avouera t’il – du bout des lèvres – qu’une Mamie se « serait » parait il démise la hanche un jour dans un trou sur le trottoir, en face de chez elle, on ne sait où. Après tout elle n’avait qu’à regarder où elle marchait. Les vieux ça devrait rester à la maison. Car tout va bien !

Comme dans cette rue des orchidées ou des chrysanthèmes, peut être des géraniums ou l’un des nos concitoyens aurait vu la voiture de son voisin s’enfoncer dans le sol et nous a envoyé des photos. Mais c’est son problème à lui et pas le mien, dit il !?   Évidemment, c’est pas le problème de celui à qui ça n’arrive pas ! On ira sûrement y faire un tour ce week end. Mais puisqu’on vous dit que tout va bien. La preuve en images :

Blog-Cabestany a connu deux, ou plutôt non… trois campagnes municipales et a constaté que le citoyen ne s’émeut pas de cette situation qui s’apparente à de l’entretien « progressiste » de la voirie. Alors pourquoi cela changerait il et faudrait il qu’on s’en émeuve ?

Surtout quand certains pensent qu’entretenir nos rues ne relèverait pas de la mairie. Où passent donc nos impôts locaux ? On espère que l’électeur se réveillera un jour. S’il réussit à se sortir de son aveuglement doctrinaire !

Car il est vrai qu’à Droite, on a une « odieuse » version des choses. Une vision que la Mairie appelle de l’incompétence !!!

 Lorsqu’on dénonce, sans pour autant généraliser,  tous ces Maires qui veulent avoir leur équipement sportif même s’il est démesuré et coûte pour finir quatre fois le prix du budget initial. Ou leur bibliothèque où l’on ne trouve pas grand’ chose. Leur maison des jeunes où l’on en est encore à se demander comment l’organiser. Et pourquoi pas une piscine ! Et même, accrochez vous, mais vous allez encore dire qu’on exagère….. une patinoire. Mais qui vous parle de Cabestany ? 

Et bien sur dans une architecture coûteuse comme cela était à la mode en Roumanie du temps du bloc soviétique. D’ailleurs plus c’est moche et plus c’est cher. Et plus ça coute cher aux rares citoyens qui payent encore des impôts, c’est parfait : ces riches, souvent des petits retraités, il faut les faire casquer. Et on tombe en pâmoison devant la laideur, l’inutilité, et cet argent jeté par les fenêtres. Car on décide le plus souvent de bâtir avant de savoir ce qu’on va en faire. Cela s’appelle le « paraitre ». Les pharaons au moins savaient ce qu’ils faisaient et pourquoi.

Lorsque la Droite dit qu’il vaudrait mieux commencer par rénover, entretenir les bâtiments existants, les chaussées, les trottoirs, puis construire des équipements en ayant recours le moins possible à l’emprunt et privilégiant les économies et la fonctionnalité, on lui fait remarquer que ce n’est pas cela le « progressisme ». Car on croit avoir compris que le progressisme, c’est bétonner, supprimer des surfaces cultivables, détruire des zones nécessaires à l’environnement, construire des « clapiers » pour attirer de futurs électeurs.

Oui, chers concitoyens, cela fait 40 ans que vous subissez cette gestion d’amateurs pour votre ville. Alors vous en reprendrez bien encore un doigt. Chaussez vos godillots de montagne pour aller faire vos courses au centre du village et si vous voulez une voiture qui ne tombe pas dans les trous, peut être pourriez vous dénicher un vieux char avez des chenillettes pour aller au Mas Guerido. Mais regardez où vous mettez les pieds.

Et le principal n’est il pas qu’à Cabestany : « tout aille bien » !

CABESTANY : un nouveau commerce à Mas Guerido. « O’PRES », le magasin des « circuits courts » !

8 octobre 2017

« Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne présidée par Colette Appert, soucieuse de l’environnement et des conditions de vie de nos concitoyens, communique :

Mercredi  11 octobre à 18 h oo

Inauguration du nouveau magasin « O’PRES », à Mas Guerido. Dans la  plus grande simplicité, mais avec toute la convivialité de l’équipe de ce magasin de producteurs locaux, et avec le sourire de l’animatrice de ce commerce Christelle Anselin, que beaucoup connaissaient déjà auparavant.

PAS BESOIN D’INVITATION pour venir à cette inauguration d’un magasin déjà ouvert depuis quelques semaines. Où en dehors des légumes, de fabuleux yaourts,  de plein d’autres choses, on y a trouvé des magrets confits à se rouler par terre tellement ils étaient bons. Mais amenez un cabas. Sans doute repartirez vous avec quelques emplettes. Vous, vos amis sont les bienvenus.

Vous pouvez cliquer sur toutes les photos de cet article si vous voulez les agrandir !

Le magasin O’PRES à Mas Guerido. Cabestany 66330

En renfoncement du parking entre le rond point des automates laveurs de voiture et le grand commerce de fournitures de bureau, entre un magasin de chaussures de danse et un commerce de lits et matelas.

avec « Marguerite » sur le parking pour vous accueillir

On trouve beaucoup de choses dans ce magasin ouvert du mardi au vendredi, le matin et l’après midi, et le samedi toute la journée (horaires à vérifier) :

les légumes, le frais, les produits laitiers, les conserves… bientôt du pain et on nous a même parlé d’huitres.

la zone boucherie

un grand choix de boissons

On voulait interviewer Christelle Anselin hier, samedi après midi, mais le magasin était plein de clients, ce qui est bon signe, et elle s’affairait, à droite à gauche. On remettra cela à plus tard. Mais on avait  beaucoup de questions à lui poser ! Ce n’est que partie remise.

On a compris qu’il s’agit d’un « Magasin de producteurs ». En circuit court. On y a retrouvé des produits qu’il nous arrivait auparavant d’aller chercher nous mêmes directement chez le producteur. Des carottes de Cabestany, des légumes d’Elne, des produits locaux en provenance de maraichers, éleveurs, qu’il nous est déjà arrivé par le passé – du moins pour quelques uns –  de visiter pour nous rendre compte qu’ils étaient respectueux de la nature, de leurs produits, des consommateurs. On retrouvera chez O’PRES tous les produits qu’on aime, sans avoir à courir par monts et par vaux. Toujours vigilante, l’une de nos amies qui a travaillé jadis au sein de la Direction des Service Vétérinaires de l’État à Paris, nous a toujours été de bon conseil pour acheter notre alimentation. 

Un nouveau magasin Bio à Cabestany ? un de plus !  NON, à ce qu’on cru comprendre. Mais un magasin avec des produits issus d’une culture raisonnée et produits de proximité. Et dont on connait, pas tous, mais certains des producteurs.  On n’a pas suffisamment d’informations pour le moment pour vous en dire beaucoup plus. Sinon que le magasin est attrayant, et qu’on s’y sent bien et qu’on y trouve de tout.  Si vous venez mercredi à l’inauguration vous en saurez sans doute plus… et nous également. Car on ne voudrait pas écrire n’importe quoi !

 Selon ce que l’on sait par nous mêmes, certains produits mériteraient peut être l’appellation Bio mais les producteurs ne le souhaitent peut être pas ?  En tous cas, lorsqu’on achète du Bio venant d’Espagne,  cher, trop cher,  s’est t’on déplacé pour voir dans quelles conditions il était produit. Salaires, conditions de travail, rendement. Pour nous le Bio c’est aussi une éthique. Ce qui ne nous empêchera pas de conseiller à tous les producteurs qui hésitent encore de remplir le cahier des charges du BIO. Car il  rassure le consommateur. Et que la grande distribution, plutôt finaude, a intégré d’abord timidement dans ses rayons ce qui lui paraissait juste une mode. Puis elle s’est rendu compte qu’il y avait une niche à grignoter. Et ça marche !!!! Et ça rapporte !!!! Il serait quand même un comble de voir la grande distribution s’accaparer le secteur du BIO.  Car cela ne correspond pas à notre vision des choses si on doit importer du bio qui a fait des milliers de kilomètres avant d’arriver sur notre table. Et ne donne pas d’emploi aux gens qui vivent autour de nous. Nous sommes juste soucieux de ce qu’on met dans nos assiettes. De la façon et où est produite notre alimentation. Sans que cela ne devienne non plus un luxe hors de portée de nos souvent maigres finances. MAIS DE CE QU’ON MET DANS NOTRE ASSIETTE DÉPEND SOUVENT NOTRE SANTÉ.  

La conjoncture est terriblement difficile pour le petit commerce. Et pour nos amis qui tiennent des commerces de proximité et qui ont du mal pour s’en sortir…  ou pas.

Dans notre association « Trait-d’Union-Cabestany », nous défendons le petit commerce, les petits producteurs et tout ce qui correspond à NOTRE éthique.

Nous souhaitons BONNE CHANCE à ce nouveau commerce qui est à deux pas de chez nous. Et bon dimanche à tous