Archive for mai 2021

« Josée » policière à Perpignan demande à Blog-Cabestany de relayer l’annonce d’un rassemblement devant l’Assemblée Nationale demain mercredi 19 mai 2021.

18 mai 2021

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression –

Honneur à nos policiers, gendarmes. Et tous auront compris sans doute que manifester devant l’Assemblée Nationale c’est à Paris !

« Josée » nous demande de relayer le texte qu’elle même a reçu d’un syndicat ou d’une association de policiers. Sans nous en dire davantage. Organisation locale, départementale, nationale ou autre ? Qu’importe, nous le reprenons tel quel car nous connaissons cette citoyenne !

« Demain mercredi, il n’y aura pas de manifestations dans les villes de France. Tous ceux – principalement des policiers – mais pourquoi pas des gendarmes douaniers pompiers ou autres – qui peuvent se déplacer seront à Paris pour une grande manifestation qui se veut apolitique.

Nous serons en tenue ou en uniforme car il s’agit de montrer que ce sont bien des serviteurs de la France qui manifestent.

Le rassemblement est prévu à 13 h 00. Il restera sur place.

Une tribune et un écran géant seront installés. Des barrières seront installées pour éviter que les citoyens se mélangent à nous car il s’agit d’un mouvement corporatiste mais tous sont les bienvenus : ils pourront se tenir autour du rassemblement à distance pour voir et écouter. Et nous soutenir.

Nous ne supportons plus d’être empêchés dans notre mission par des politiques qui protègent les délinquants par une hiérarchie qui pense avant tout à sa carrière et ne nous défend pas par des magistrats qui nous voient comme des empêcheurs de tourner en rond lorsque nous nous en prenons à leurs chers migrants. Qu’ils aiment plus que leur Police !

Nous en avons marre d’être en danger mais nous retirer penser avant tout à nous protéger ce serait mettre en danger les citoyens eux mêmes que notre mission est de défendre au péril de notre vie.

Il se dit que notre Ministre de l’Intérieur sera sur place. Il est évidemment le bienvenu et on espère qu’il aura pour nous des mots d’encouragement et non le mépris qu’affichent notre président son ministre de la Justice ou les hauts fonctionnaires.

On espère que le pouvoir ne nous enverra pas sa milice. Ses nervis. Tout de noir vêtus. Et qui passent sans encombre devant nous selon des ordres venant sans doute de très haut. Que certains disent être à l’extrême gauche quand d’autres les disent de l’extrême droite. Des miliciens qui interviennent opportunément lors de certaines manifestations pour tout casser. Pour taper sur les gilets jaunes. Ou sur la CGT. Et même sur nous. Ils se préparent sans doute en ce moment pour quand les gens descendront dans la rue pour défendre leur retraite. Des auxiliaires qui interviennent pour discréditer tout rassemblement citoyen. Des casseurs qu’on empêche ou non de se mêler à ceux qui revendiquent pour casser les vitrines des honnêtes commerçants, les banques. Quelle honte de la part de ceux qui nous gouvernent de les laisse agir en toute impunité. Mais s’il n’y avait qu’eux.

On espère ne pas voir les Gauchiste de Droite et Droitiste de Gauche, Centristes bien mur, ou ceux du RN. Tous ne songeant qu’à faire de la récupération. Mais comment les empêcher de s’exprimer dans un pays qui se dit une démocratie ? Mais ils nous font le plus souvent bien du tort.

On compte sur votre soutien populaire. On vous aime mais vous….. nous aimez vous ? « 

BLOG-CABESTANY : chère lectrice, vous souhaitez ajouter à ce texte qui vous a été envoyé que vous ne mettez pas notre Premier Ministre, Jean Castex, dans le même panier. DONT ACTE ! Quoi qu’il en soit le message que vous nous avez envoyé est passé et on souhaite que ce mouvement serve à quelque chose. On l’espère de tout notre cœur !!!

« Le rapport sur la pauvreté » transmis par la Gazette des Communes !

17 mai 2021

COURRIER DES LECTEURS

Un Rapport que vous ne pouvez pas manquer de lire. A télécharger :

Mais si vous le lisez, faites nous plaisir et rendez vous sur le site de l’Observatoire des Inégalités, dont le lien est :

https://www.inegalites.fr/

Avec l’assentiment du « Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale » à Paris

Pour nous adresser un mail chez Blog-Cabestany :

blog.cabestany@gmail.com

Pour adresser un mail via l’antenne du Cercle Gaulliste dans les P.O. (Olette)

cercle.gaulliste66@gmail.com

Sur Blog-Cabestany, au nom de la Liberté d’Expression, accordons aux policiers le même accès que celui que nous avons réservé aux militaires !

15 mai 2021

COURRIER DES LECTEURS

Ce n’est pas pour avoir de l’audience que nous avons mis en ligne la pétition des militaires. Tant pis pour les pisse froids, esprits chagrins, gauchos d’opérette qui se sont semble il offusqués. Et merci pour vos encouragements mais nous fonctionnons à l’instinct, comme notre conscience nous pousse, et surement pas par calculs.

Lorsque ce sont des policiers qui nous le demandent, nous aurions mauvaise grace à leur refuser l’accès à notre Blog. Et pour tout dire nous en sommes honorés !!!!!

LE TEXTE : (le lien vers la pétition est en fin d’article après les signatures car il ne s’agit nullement d’un texte anonyme)

Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement, Mesdames et Messieurs les Parlementaires

Conscients de vos prérogatives constitutionnelles et de vos obligations, nous vous demandons solennellement de tout mettre en œuvre pour mettre fin à la situation gravissime que traverse la France en matière de sécurité et de tranquillité publique.

Aujourd’hui l’autorité de l’État est battue en brèche par des minorités violentes. Les lois ne sont plus appliquées dans les territoires perdus de la République.

Or, les policiers et les gendarmes sont les gardiens de la paix et les protecteurs de nos institutions. Ils sont la clé de voûte de toutes nos libertés. Sans sécurité, il n’y a point de libertés.

La multiplication des attentats et des agressions violentes dirigées contre nos gardiens de la paix publique démontrent un refus de nos valeurs républicaines, de nos coutumes et de notre modèle de société dans des pans entiers de notre nation. Le meurtre sauvage à Avignon d’un de nos policiers gardiens de la paix en est la tragique illustration.

Les attaques de commissariats, à force ouverte, par des hordes d’individus armés et cagoulés se propagent sur notre territoire en toute impunité, les violences aux personnes se répandent jusque dans l’intimité des résidences familiales et la seule réponse à ces crimes contre les forces de l’ordre réside dans des incantations compassionnelles qui demeurent sans effet sur le quotidien des Français.

Comme l’a souligné un ministre de l’Intérieur en quittant son poste, le pays s’est fragmenté en enclaves où l’on vivait jadis côte à côte et où l’on vit désormais face à face. Un face à face qui nourrit le communautarisme et menace la paix civile.

Comme les deux fonctionnaires lâchement assassinés récemment, nous avons contribué à combattre sans relâche la criminalité et à rétablir l’ordre public durant des décennies.

Le ministre de l’Intérieur a déclaré à Avignon que les forces de l’ordre devaient mener une « guerre » sans merci contre les trafiquants de stupéfiants et d’armes, et que les policiers étaient des « soldats ».

Certes, mais des soldats désarmés sont de simples cibles. Voilà pourquoi il convient de les réarmer matériellement, moralement et juridiquement pour leur permettre de mener à bien leurs missions sans risquer leur vie à tous les coins de rue.

Les policiers se heurtent aujourd’hui à l’hostilité d’une partie de la population et de certains politiciens dévoyés, ils doivent se justifier en permanence devant leur hiérarchie, les magistrats, les préfets et s’incliner devant le tribunal de l’opinion publique.

Il est temps de prendre des mesures efficaces pour reconquérir notre propre pays et rétablir l’autorité de l’État partout où elle est défaillante.

Il est temps de faire respecter les valeurs de la France et de ne plus accepter l’inacceptable.

Il est temps de réagir.

Les policiers et gendarmes ont déjà payé un lourd tribut en vies humaines et en blessures irrémédiables : la peur doit changer de camp.Les familles des policiers et gendarmes doivent être protégées et les policiers doivent retrouver leur fierté d’exercer le plus noble métier qui soit : celui de protéger les citoyens et de les défendre.

La réponse pénale doit être adaptée de telle manière que les condamnations soient réellement exécutées et à la hauteur des forfaits commis.

L’urgence commande également de contrôler l’immigration clandestine qui gangrène de nombreux quartiers et contribue à alimenter désordre et délinquance.

L’anarchie est partout quand la responsabilité n’est nulle part.

La France ne doit pas basculer dans le chaos. La police française ne peut pas tolérer que demain les forces armées la remplacent pour éviter une guerre civile.

Nous formons le vœu que notre appel au sursaut national soit entendu par les pouvoirs publics et nous joignons nos voix à celles de nos camarades militaires qui se sont exprimés en premier.

Les défis à venir sont cruciaux. Nous sommes déterminés à aider nos collègues en activité à faire face et à recouvrer leur considération perdue.

Liste des 93 policiers retraités honoraires signataires : Contrôleur général Alain Deschamps,

Commissaire Général Éric Battesti, Commissaire Divisionnaire Claude Dupont, Commissaire Divisionnaire Gérard De Fabritus, Commissaire Divisionnaire Gilles Le Cam, Commissaire Divisionnaire Joël Balaud, Commissaire Principal Henri Coulon, Commissaire Principal Pierre Chassagne, Commandant Divisionnaire Robert Canamas, Commandant de Police Henri Bozetto, Commandant de police Edmond Marmorato, Commandant de Police Pierre Folacci, Commandant de Police Yves Lamacchia, Commandant de Police Serge Popof, Commandant de Police Christian Heirich, Commandant de Police Lucien Andolfatto, Commandant de Police Jean marc Maury, Commandant de Police Daniel Noël Navarro, Commandant de Police Bernard Balleste , Commandant de Police Bruno Papet, Commandant de Police Jean marc Blanc, Commandant de Police Michel Trabis, Commandant de Police Serge Craste, Commandant de Police Chantal Dreux, Commandant Antoine Houspic, Commandant de Police Didier Faureau, Commandant Patrick Rouviére, Commandant Serge Francescat, Commandant Claude Fleurbe, Commandant Serge Muller, Commandant Jacques Bes, Chef inspecteur Divisionnaire Henri Sabattier, Capitaine Roger Antonelli, Capitaine Christian Battesti, Capitaine Henri Giacomelli, Capitaine Daniel Chaix, Capitaine Paul Farina, Officier de Police Henri Mazier, Secrétaire Administratif Christine N’Guyen, Major Beraudo Léon, Major Marie Pierre Dion, Major Georges Rasa, Major Nelly Antoinette, Major Didier Verne, Major Robert Paturel, Major jean pierre Petit, Major François Castellani, Major André Chopard, Major Henri Brousse, Major Daniel Fernandez, Major Michel Malibat, Major Patrick Azzarelli, Major Michel Loubière, Major Paul Miniconi, Major Michel Bonnaure, Major Michel Gentilli, Major Michel Guerero, Major Gilles Di Rosa, Major François Candotti, Major Jean Luc Chevalier, Major Patrick Bonci, Major Herve Ribaud, Major Jacques Mirabail, Major Marius Nieri, Major Simon Ferrante, Major Marcel Maunier, Major Alain Labouz, Major Pascal Molina, Major Martine Colombo, Brigadier Chef Andre Jourdan, Brigadier Chef aime Bordes, Brigadier Chef Pierre Wenger, Brigadier Chef Maurice Pesoli, Brigadier Chef Ariane Pothier, Brigadier Chef Jean marc Perrin, Enquêteur Michel Lapierre, Brigadier Jean Bernard Gaudino, Brigadier Gérard Bardi, Brigadier Jacques Domps, Brigadier Bernard Ferra, Brigadier Yves Melquiot, Brigadier Christian Salvi, Brigadier Roger Lalouette, Brigadier Serge Amato, Brigadier Rey Gil, Sous Brigadier Bernard Charpail, Sous Brigadier Thierry Jacquette, Sous Brigadier Michel Jacquet, Sous Brigadier Hubert Bottalico, Sous Brigadier Patrick Guibal ; Sous Brigadier Yves Fulconis, Sous Brigadier Claude Caméra

LE LIEN :

https://www.mesopinions.com/petition/social/securite-nos-forces-ordre-nos-citoyens/138664

« La deuxième Tribune des Militaires » : sous forme de pétition !

10 mai 2021

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression –

Le lien est à la fin du texte !

Que ce texte ait été écrit – ou non – par des militaires d’active. Anonymes ou pas. Il est bien précisé que cette Tribune n’a pas comme but de « mettre à mal nos institutions ». Mais d’alerter « sur la gravité de la situation » ! Et nous reproduisons ce texte, parce que vous n’arrêtez pas de nous le demander. Parce que vous le cherchez partout, semble t’il. Et pour nous il s’agit d’Information et de Liberté d’Expression. Et rien de plus ! Alors bonne lecture et on espère avoir fait ce que vous attendez de nous. Merci

LE TEXTE :

Monsieur le Président de la République,
Mesdames et Messieurs les ministres, parlementaires, officiers généraux, en vos grades et qualités,

On ne chante plus le septième couplet de la Marseillaise, dit « couplet des enfants ». Il est pourtant riche d’enseignements. Laissons-lui le soin de nous les prodiguer : « Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus. Nous y trouverons leur poussière, et la trace de leurs vertus. Bien moins jaloux de leur survivre que de partager leur cercueil, nous aurons le sublime orgueil de les venger ou de les suivre »

Nos aînés, ce sont des combattants qui ont mérité qu’on les respecte. Ce sont par exemple les vieux soldats dont vous avez piétiné l’honneur ces dernières semaines. Ce sont ces milliers de serviteurs de la France, signataires d’une tribune de simple bon sens, des soldats qui ont donné leurs plus belles années pour défendre notre liberté, obéissant à vos ordres, pour faire vos guerres ou mettre en œuvre vos restrictions budgétaires, que vous avez salis alors que le peuple de France les soutenait.

Ces gens qui ont lutté contre tous les ennemis de la France, vous les avez traités de factieux alors que leur seul tort est d’aimer leur pays et de pleurer sa visible déchéance.

Dans ces conditions, c’est à nous, qui sommes récemment entrés dans la carrière, d’entrer dans l’arène pour avoir simplement l’honneur d’y dire la vérité.

Nous sommes de ce que les journaux ont nommé « la génération du feu ». Hommes et femmes, militaires en activité, de toutes les armées et de tous les grades, de toutes les sensibilités, nous aimons notre pays. Ce sont nos seuls titres de gloire. Et si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de nous taire.

Afghanistan, Mali, Centrafrique ou ailleurs, un certain nombre d’entre nous ont connu le feu ennemi. Certains y ont laissé des camarades. Ils ont offert leur peau pour détruire l’islamisme auquel vous faites des concessions sur notre sol.

Presque tous, nous avons connu l’opération Sentinelle. Nous y avons vu de nos yeux les banlieues abandonnées, les accommodements avec la délinquance. Nous avons subi les tentatives d’instrumentalisation de plusieurs communautés religieuses, pour qui la France ne signifie rien -rien qu’un objet de sarcasmes, de mépris voire de haine.

Nous avons défilé le 14 juillet. Et cette foule bienveillante et diverse, qui nous acclamait parce que nous en sommes l’émanation, on nous a demandé de nous en méfier pendant des mois, en nous interdisant de circuler en uniforme, en faisant de nous des victimes en puissance, sur un sol que nous sommes pourtant capables de défendre.

Oui, nos aînés ont raison sur le fond de leur texte, dans sa totalité. Nous voyons la violence dans nos villes et villages. Nous voyons le communautarisme s’installer dans l’espace public, dans le débat public. Nous voyons la haine de la France et de son histoire devenir la norme.

Ce n’est peut-être pas à des militaires de dire cela, arguerez-vous. Bien au contraire : parce que nous sommes apolitiques dans nos appréciations de situation, c’est un constat professionnel que nous livrons. Car cette déchéance, nous l’avons vue dans bien des pays en crise. Elle précède l’effondrement. Elle annonce le chaos et la violence, et contrairement à ce que vous affirmez ici où là, ce chaos et cette violence ne viendront pas d’un « pronunciamento militaire » mais d’une insurrection civile.

Pour ergoter sur la forme de la tribune de nos aînés au lieu de reconnaître l’évidence de leurs constats, il faut être bien lâche. Pour invoquer un devoir de réserve mal interprété dans le but de faire taire des citoyens français, il faut être bien fourbe. Pour encourager les cadres dirigeants de l’armée à prendre position et à s’exposer, avant de les sanctionner rageusement dès qu’ils écrivent autre chose que des récits de batailles, il faut être bien pervers.

Lâcheté, fourberie, perversion : telle n’est pas notre vision de la hiérarchie.
L’armée est au contraire, par excellence, le lieu où l’on se parle vrai parce que l’on engage sa vie. C’est cette confiance en l’institution militaire que nous appelons de nos vœux.

Oui, si une guerre civile éclate, l’armée maintiendra l’ordre sur son propre sol, parce qu’on le lui demandera. C’est même la définition de la guerre civile. Personne ne peut vouloir une situation aussi terrible, nos aînés pas plus que nous, mais oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement.

Le cri d’alarme de nos Anciens renvoie enfin à de plus lointains échos. Nos aînés, ce sont les résistants de 1940, que, bien souvent, des gens comme vous traitaient de factieux, et qui ont continué le combat pendant que les légalistes, transis de peur, misaient déjà sur les concessions avec le mal pour limiter les dégâts ; ce sont les poilus de 14, qui mouraient pour quelques mètres de terre, alors que vous abandonnez, sans réagir, des quartiers entiers de notre pays à la loi du plus fort; ce sont tous les morts, célèbres ou anonymes, tombés au front ou après une vie de service.

Tous nos aînés, ceux qui ont fait de notre pays ce qu’il est, qui ont dessiné son territoire, défendu sa culture, donné ou reçu des ordres dans sa langue, ont-ils combattu pour que vous laissiez la France devenir un Etat failli, qui remplace son impuissance régalienne de plus en plus patente par une tyrannie brutale contre ceux de ses serviteurs qui veulent encore l’avertir ?

Agissez, Mesdames et Messieurs. Il ne s’agit pas, cette fois,  d’émotion sur commande, de formules toutes faites ou de médiatisation. Il ne s’agit pas de prolonger vos mandats ou d’en conquérir d’autres. Il s’agit de la survie de notre pays, de votre pays.

le lien : https://www.valeursactuelles.com/societe/exclusif-signez-la-nouvelle-tribune-des-militaires/

 » Eric Masson n’est pas mort à cause de la drogue !  » écrit Philippe Bilger

10 mai 2021

Courrier des lecteurs – ils n’écrivent pas que pour nous… – Liberté d’Expression –

Il ne se sera pas écoulé plus de dix minutes après que Philippe Bilger aura mis son texte en ligne, qu’aussitôt nous le reproduisons ! Sans y ajouter le moindre commentaire. Mais il se suffit à lui même. Et nous remercions l’auteur pour la façon claire dont il nous aide à comprendre ce monde qui nous entoure. Encore Merci à lui !!!!

10 mai 2021

Eric Masson n’est pas mort à cause de la drogue !

Comme l’a dit un syndicaliste policier qui a rectifié le ministre de l’Intérieur, le brigadier Eric Masson assassiné le 5 mai en plein centre-ville d’Avignon, n’est ni un soldat ni un héros mais un fonctionnaire de police.

Il n’est pas mort à cause de la drogue, même si la police est intervenue pour un « deal » et qu’apparemment le tireur et un complice auraient été interpellés dans la soirée du 9 mai (Le Point).

Gérald Darmanin a déclaré qu' »il n’y a pas de zones de non-droit en France, les policiers vont partout ; c’est une lutte permanente contre cette merde qu’est la drogue » (Morandini).

On sait que cette proclamation, pour volontariste qu’elle soit, ne correspond pas totalement à la réalité. La police ne va pas partout.

D’abord parce qu’elle n’est pas incitée à le faire sans discrimination.

Ensuite en raison du risque permanent que ses légitimes interventions suscitent dans des cités où une minorité prête à tout pour préserver ses trafics s’en prend à elle sans vergogne.

Enfin parce qu’une police républicaine aurait le devoir d’accomplir sa mission sur tout le territoire national mais encore faudrait-il qu’elle ne soit pas présumée coupable face aux voyous qui l’agressent – et trop mollement défendue par des autorités politiques qui préfèrent lui rendre hommage par le verbe plutôt que par une soutien constant et effectif…

Ce n’est pas le trafic de drogue qui a tué le brigadier Masson. Combien de deals, de livraisons, d’échanges et de turpitudes liés à la drogue, surabondants en France au quotidien, qui ne se sont jamais terminés par un meurtre ?

La terrifiante nouveauté est d’abord dans l’arrogance d’un trafic en plein centre-ville mais surtout dans le constat que les malfaiteurs d’aujourd’hui, à cause de la faiblesse de plus en plus délétère de ce pouvoir, n’hésitent pas à tirer sur un fonctionnaire de police, à le tuer comme s’il s’agissait, à cause d’un misérable trafic de drogue, de la chose la plus naturelle du monde.

Eric-Masson-son-portrait-redige-par-sa-famille
image en provenance du site de Philippe Bilger

Je comprends bien pourquoi Gérald Darmanin cherche à relier absolument l’assassinat du brigadier Masson à la drogue: cette explication entoure d’une horrible rationalité le fait criminel. Mais l’ignoble dépasse ce cadre, il est qu’un dealer, sans autre motivation que le désir de fuir, dans le rapport entre sa délinquance et le pire qu’il va commettre, choisisse ce dernier. Parce que la police n’est plus rien et que cet Etat ne fait plus peur.

Eric Masson n’est pas mort à cause de la drogue, de la même manière que le féminicide à Mérignac est d’abord la conséquence d’une honteuse exécution des peines. Derrière les apparences, il y a à chaque fois un désastre structurel et humain qui angoisse et indigne encore davantage.

Je ne me moque pas de l’offensive contre les 4 000 points de deals mais on sait bien que même si elle se poursuit, elle n’aboutira jamais à l’éradication de ce fléau, par l’usage puis par le trafic qu’il induit nécessairement, à une petite comme à une grande échelle.

Je n’ai pas besoin d’invoquer la drogue pour tenter de faire croire qu’une politique s’élabore et que miraculeusement la police sera sauve et que demain nous aurons enfin un monde pacifié.

J’ai le sentiment que nous ne sommes plus confrontés à une violence ordinaire, à une criminalité usuelle. Mais au déchaînement d’êtres qui s’ébattent dans l’espace national en méprisant les forces, police et Justice, qui devraient les intimider.

Pour nous consoler, comme à Mérignac on ordonnera une inspection des services judiciaires qui nous dira que tout a été normal, et qui ne servira à rien. Si exceptionnellement des fautes étaient relevées, comme elles ne seront pas sanctionnées ni les responsables fustigés, l’eau criminelle continuera à couler sous les ponts.

Si l’assassin d’Avignon est appréhendé, une information sera ouverte, le procès d’assises aura lieu mais dans combien de temps ? L’émotion se sera dissipée et on aura oublié qu’en plein centre-ville un homme a froidement abattu un brigadier de police.

J’en ai par-dessus la tête et le coeur des mots stériles du pouvoir. Je songe aux policiers qui sont blessés ou tués. Je refuse que la police doive se justifier comme si la légitime défense était du seul côté des voyous.

Eric Masson n’est pas mort à cause de la drogue. Mais parce qu’à force de ne plus être crainte, la force a changé de camp et est devenue impunité et arrogance chez les malfaiteurs.

On attend avec impatience les leçons des humanistes professionnels. Ils déplorent. Mais le brigadier Masson est mort.

Ni héros ni soldat. Brigadier de police.

Philippe Bilger, le 10 mai 2021

https://www.philippebilger.com/blog/2021/05/eric-masson-nest-pas-mort-%C3%A0-cause-de-la-drogue-.html

« Régionales : la grande magouille ! » écrit Maxime Tandonnet

9 mai 2021

Courrier des lecteurs – ils écrivent pour nous…. -Liberté d’Expression – C’est vous qui le dites ! –

Régionales: la grande magouille

Publié le 8 mai 2021 par maximetandonnet

Image en provenance du site de Maxime Tandonnet

Le Figaro: Après avoir été suscité la colère des cadres Républicains – lesquels ont finalement maintenu leur soutien au président sortant [en PACA] -, c’est à l’opinion publique de montrer son désaccord. Pour 6 Français sur 10 (59%), le soutien de la majorité gouvernementale à la liste LR est vu comme «une manœuvre électorale du gouvernement pour diviser la droite».

Le constat est encore plus dur chez les sympathisants LR, parmi lesquels 74% estiment que «l’intention politicienne» est «évidente». Les Français n’ont jamais aimé les magouilles électorales. Ils les sentent, ils les condamnent et ils les sanctionnent. De nombreux exemples historiques le prouvent comme la loi sur les apparentements de 1951, destinée à préserver les partis du centre (MRP et SFIO) contre les gaullistes et les communistes, qui tourna au fiasco. Ou encore la proportionnelle de Mitterrand Fabius en 1986, destinée à priver la droite de majorité et se solda par un échec. Le « nouveau monde » de 2017 qui devait purifier et régénérer la politique française s’achève ainsi dans un cloaque immonde. A la veille des régionales, la politique politicienne baigne dans une hypocrisie sans nom. LREM n’a qu’un mot à la bouche: « faire barrage au RN ». Après avoir tenté en vain d’infiltrer la liste LR, il décide finalement de garder finalement une liste en PACA qui ne peut que profiter au RN.

De même le Garde des sceaux dans les Hauts de France « ne veut pas chasser sur les terres du RN mais chasser le RN« . C’est son seul et unique but. Parler de chômage, de violence, d’exclusion, d’immigration clandestine, de misère et de pauvreté ne lui viendrait même pas à l’esprit. Non, il veut en priorité battre l’épouvantail. C’est tellement facile de donner dans le sensationnel et grand spectacle plutôt que de se confronter à la réalité. La politique française fait naufrage dans une hypocrisie sans nom. Comment mieux promouvoir le RN qu’en le sublimant ainsi en tant que monstre et opposant attitré du Gouvernement. Certains hommes ou femmes excellent dans un métier, une vocation où ils se font un nom et servent la société. Qu’ont-t-ils à gagner de se ridiculiser dans la plus misérable des politicailles? L’intérêt général des Français est étouffé dans une débauche de mensonge, de manipulation et d’hypocrisie, uniquement tournée vers la démence narcissique de la réélection en 2022. Franchement, tout ceci ne mérite qu’un immense mépris.

Maxime TANDONNET

BLOG-CABESTANY : Nous ne ferons pas de commentaires comme nous nous y sommes engagés lorsque nous reprenons le texte d’un auteur qui nous y autorise.

Mais nous connaissons plus d’un adhérent des L.R., parmi nos amis, à avoir déchiré sa carte d’adhérent en Région PACA, à Paris, ou ailleurs, suite à la pitrerie de celui qui est quand même le petit fils de l’Amiral qui fut le compagnon du Général de Gaulle à Londres et dont le père fut déporté à Dachau. Quant à ces deux maires de la même région à avoir démissionné des L.R., un de nos lecteurs nous écrit un commentaire que l’on prétend avoir été prononcé par le dernier Président à se revendiquer du même Parti : « Casse toi pauvre c.. ! »

8 mai 1945 : « when the battle is over ! »

8 mai 2021

Courrier des lecteurs – Honneur et Patrie

COMMÉMORATION DU 8 MAI 1945

CABESTANY : Honneur à nos Ainés. Honneur à nos Anciens. Honneur à tous ceux qui ont participé au conflit de la Deuxième Guerre Mondiale, Anciens Combattants, Résistants, Déportés : à tous ceux qui ont eu à en souffrir. A leur familles, leurs descendants, à tous ceux qui aiment encore la France et leur Patrie !

Nous sommes avec toutes les Cabestanyenques, tous les Cabestanyencs, TOUS les Citoyens d’où qu’ils soient et quels qu’ils soient pour lesquels commémorer cette date a encore un sens.

Nous sommes avec tous ceux qui croient ou font vivre le devoir de mémoire !

A l’unisson avec plusieurs de nos amis, dans les P.O., en Corse, ou ailleurs. « Hommage à Dominique ! ». De son vrai nom, Antoine Dominique BIANCAMARIA. Né en Avignon, Corse par ses ancêtres, Français avant tout ! Il vivra la Libération de son ile, en 1943, chassant les nazis. Engagé dans les Tirailleurs Sénégalais, il se trouve en Allemagne, le 8 mai 1945. Capitaine, il sera tué de façon héroïque à la tête de sa compagnie, en Algérie, le 11 février 1959. Mort au champ d’honneur ! Mort pour la France ! Mort en cherchant à protéger ses hommes !

Il sera donné à une classe d’élèves, le nom de « Promotion Capitaine Biancamaria », dans une prestigieuse école militaire, au début des années 2000.

Honneur aux Catalans, aux Corses, aux Bretons, aux Pieds Noirs et à tous les patriotes de notre pays ! Honneur à Dominique et à ses amis ou ceux qu’ils l’ont connu et apprécié ! A ceux qui en ont entendu parler. A ceux qui connaissent son histoire. A ceux pour qui Dominique est, ou pourrait, être un exemple !

Avignon : sans commentaires

5 mai 2021

Courrier des lecteurs

« Donnons la parole aux militaires » : parce qu’ils nous la demandent !

4 mai 2021

Courrier des lecteursLiberté d’Expression

L’initiative provient de militaires, la plupart retraités, ou d’Anciens Combattants, qui ne veulent pas qu’on généralise pour autant leurs propos comme étant ceux de tous les adhérents de leurs associations du 66. Mais qui estiment que les médias locaux leurs refusent la parole. Ces citoyens nous demandent – au nom de la Liberté d’Expression – de mettre en ligne la Lettre d’un Général (pas n’importe lequel) s’adressant à un autre (pas n’importe lequel non plus.

Nous avons quand même vérifié que nous n’étions pas l’objet d’une provocation ou d’une récupération.

Cette lettre est en ligne sur un site qui s’appelle « Place d’Armes » et dont nous vous donnons le lien :

https://www.place-armes.fr/post/le-g%C3%A9n%C3%A9ral-piquemal-%C3%A9crit-au-g%C3%A9n%C3%A9ral-lecointre-1

Nous ne sommes pas partie prenante dans cet échange entre militaires de haut rang, mais au nom de l’amitié que nous avons pour des militaires ou Anciens Combattants que nous connaissons bien parce qu’ils sont nos voisins ou connaissances, que nous fréquentons régulièrement et qui nous semblent être des gens équilibrés. Et parce qu’ils nous ont demandé un « service », nous avons accédé à leur demande. Au nom du pluralisme des médias ! Leur problème de fond n’est pas le nôtre. Mais est il normal qu’on leur refuse la parole ? Si ce pays est encore – et nous l’espérons – une Démocratie !

Le Général PIQUEMAL écrit au Général LECOINTRE

Lettre ouverte adressée au général d’armée François LECOINTRE Chef d’Etat-Major des Armées (CEMA)

Le vendredi 30 avril 2021

Mon général,

Vous êtes le Chef D’État Major des Armées et à ce titre votre premier devoir est de défendre et soutenir les militaires d’active ou retraités. Manifestement vous préférez la chasse aux sorcières.

Par votre discipline intellectuelle servile et sans faille, votre carriérisme consternant, votre soumission lamentable au pouvoir politique, vous faites le contraire et êtes prêt par complaisance et bassesse à couper la tête à tous vos pairs et vos Anciens. Lamentable !

Vous le savez, le devoir d’un chef digne de ce nom est de protéger ses subordonnés, ses frères d’armes, ses Anciens au lieu de les livrer en pâture à la vindicte d’un pouvoir politique aux abois.

Sans doute avez-vous peur de déplaire à la ministre des Armées que vous servez avec un zèle sans égal et un comportement de (carp….) !

Etant au sommet de la hiérarchie militaire qu’attendez vous donc ? Les étoiles de Maréchal de France ?

Il est bien loin le temps des Juin, De Lattre, Leclerc, Bigeard adorés de leurs hommes et parlant d’égal à égal avec le pouvoir politique. Au lieu de cela, votre autorité morale ne sert qu’à mettre le genou en terre et le petit doigt sur la couture du pantalon. Vous reste-t-il donc encore un peu de fierté ?

Comme beaucoup de Français et de militaires, j’ai pour vous un immense dédain.

Oui, j’ai été radié des cadres par décret du Président de la République du 23 aout 2016 suite à l’avis du Conseil Supérieur de l’Armée de Terre (CSAT) réuni disciplinairement (6 officiers généraux d’active ayant, à la majorité des voix, demandé ma radiation des cadres) mais je ne regrette rien. Face au non-respect de l’état de droit à Calais, j’ai été un lanceur d’alerte qui a permis la modification de la situation de la jungle par l’Etat.

Vous avez osé écrire dans le Figaro, me concernant : « Je vais lui envoyer une lettre pour lui dire qu’il est indigne, salit l’armée, la fragilise en en faisant un objet de polémique nationale« .

Mon général ne vous fatiguez pas, ne perdez pas de temps à écrire, je n’ouvrirai même pas votre torchon. Celui qui salit l’armée, c’est vous, uniquement vous, ne vous méprenez pas. Les Français qui le savent ont choisi leur camp et ne s’y trompent pas.

Oui, je préfère être dans ma peau que dans la vôtre. Sachez-le, l’opinion et le jugement de vos pairs et de vos subordonnées ne sont pas flatteurs et c’est un euphémisme ! Je peux me regarder dans une glace, je crains pour vous que ce ne soit pas votre cas.

Vous préférez « couper des têtes », sanctionner des pairs, courber l’échine et servir avec un zèle sans égal le pouvoir politique. Non, le jour de votre départ sachez que vous ne serez pas regretté.

Pour terminer, je vous rappellerai deux citations qui illustrent parfaitement votre comportement !

« Quand la prudence est partout, le courage n’est nulle part ». Cardinal Mercier

« En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu et on persécute ceux qui sonnent le tocsin ». Nicolas de Chamfort

Avec votre soumission et votre assujettissement au pouvoir politique, votre comportement est plus celui d’un technocrate que d’un militaire. Le vrai déshonneur d’un général est bien le vôtre.

Avec mon profond mépris.

Général de corps d’armée (ER) Christian Piquemal

Blog-Cabestany : si ce texte s’avérait ne pas être ce que l’on nous a déclaré qu’il était. Ou si certains estimaient que cela mérite un Droit de Réponse, nous sommes prêts à envisager toutes les situations ! Nous sommes au service de l’information. De la Liberté d’Expression. Et bous n’aimerions pas nous rendre compte qu’il puisse en être autrement !

« La tentation opportuniste » écrit Maxime Tandonnet

3 mai 2021

Courrier des lecteurs

La tentation opportuniste (pour Figaro vox)

Publié le 3 mai 2021 par maximetandonnet

L’hypothèse de la formation d’une liste commune LR et LREM dans la région PACA, sous l’égide de M. Muselier et avec la bénédiction du Premier ministre, même condamnée par les instances de LR, exprime la tentation réelle dans les rangs d’une partie de la droite d’un ralliement au macronisme, un soutien à une seconde candidature de M. Macron en 2022 qui serait suivi d’une recomposition politique autour d’une nouvelle majorité LR et LREM. Il est légitime de s’interroger sur la nature véritable d’un tel calcul : convergence fondamentale ou simple manœuvre électoraliste ?

La question de l’identité politique de la droite républicaine est dès lors posée. Cette dernière est-elle désormais compatible avec les fondamentaux du macronisme, par exemple la repentance, au cœur de l’idéologie En Marche, donc le principe selon lequel la colonisation fut un « crime contre l’humanité » et à la nécessité de « déconstruire l’histoire de France » ? Est-elle favorable à la « souveraineté européenne », se substituant à son discours traditionnel (bien qu’ambigu) sur l’Europe des Nations ? Soutient-elle la PMA sans père remboursée et l’interruption médicale de grossesse (IMG) jusqu’à la naissance pour « détresse psycho sociale » ? Estime-t-elle que « l’arrivée des réfugiés est une opportunité économique », postulat qui s’est traduit par le triplement en neuf ans du nombre des demandeurs d’asile en France ? Est-elle favorable à la prolifération des éoliennes ? Cautionne-t-elle un an de politique sanitaire face au covid 19 et la suspension bureaucratique de la liberté des Français ? De l’activité des commerçants, restaurateurs, gens de la culture et du sport ? Un déficit public de 9% et un taux d’endettement de 120% du PIB? Les résultats obtenus en matière d’emploi, d’industrie, de sécurité et de cohésion nationale ? Approuve-t-elle un mode d’exercice du pouvoir jupitérien fondé sur la sublimation d’un homme au prix de l’effacement de l’Etat et des institutions (Parlement, gouvernement, administration, collectivités territoriales) ?

Si la réponse était globalement « oui », une fusion des listes LR et LREM aux régionales puis une alliance politique seraient pleinement justifiées par la convergence des idées et des valeurs. Dès lors, les partisans d’un tel ralliement seraient bien inspirés de sortir de l’hypocrisie, d’assumer leur jonction idéologique avec macronisme dans un but de clarification. La conséquence politique d’un tel alignement, débouchant sur le soutien de LR à la candidature Macron aux présidentielles, serait sans doute de fragmenter en trois catégories l’électorat de droite : légitimistes, fidèles à la nouvelle ligne ; Lepeno-compatibles, qui iraient rejoindre la grande masse de l’électorat RN ; et enfin, le dernier carré des « gaulois réfractaires » ou des gaullistes indéfectibles, marginalisés sur la scène politique.

Si la réponse était essentiellement « non », cela signifierait qu’un tel rapprochement éventuel de LR avec LREM, aujourd’hui aux régionales ou demain aux présidentielles et législatives, relèverait d’une manœuvre électoraliste et opportuniste de court terme. Elle ne ferait alors qu’entériner une fois pour toute la mort des convictions et du sens de l’intérêt général, conforter l’image d’une politique réduite à une logique de carrière et de courses aux mandats, aux prébendes, aux avantages matériels ou de vanités. A l’heure où 88% des Français expriment une image négative de la politique (enquête CEVIPOF sur la confiance), une telle manœuvre ne ferait qu’amplifier le dégoût, l’écœurement, l’indifférence de l’opinion envers la chose publique et l’abstentionnisme ou le vote de protestation.

Ce qui est certain, c’est que les Français n’ont jamais apprécié les manœuvres politiciennes et les stratégies d’opportunisme et de confusion.  Chaque fois dans l’histoire, les situations de ce genre se sont mal terminées. Ainsi, les gouvernements de la fin de la IIIe république, à partir de 1935, (en dehors du bref intermède du cabinet de Front populaire de Léon Blum) mélangeaient allègrement et sans vergogne la droite et le centre gauche radical ou progressiste. Dès lors se trouvaient associés dans les mêmes combinaisons gouvernementales des Laval, Flandin, Pétain, Chautemps, Herriot, Daladier… Tout cela s’est achevé dans l’impuissance, l’indécision, la débâcle et la honte. Aujourd’hui, un ralliement global de LR à LREM ou fusion entre les deux, telle que préfigurée par l’idée d’une liste commune PACA aux régionales, ouvrirait automatiquement la voie à un tandem de second tour des présidentielles le Pen-Macron en 2022, privant les Français de toute perspective d’une alternance nette, crédible et responsable. Elle représenterait une catastrophe démocratique, une étape décisive du basculement de la France dans le déclin et un innommable chaos.

Maxime Tandonnet

BLOG-CABESTANY : nos accords avec ceux qui nous permettent de les reprendre nous interdit de rajouter un commentaire et donner notre avis. Même si le fait de les mettre en ligne est surement significatif. Donc : pas de commentaires de notre part. Mais depuis hier, dans vos mails condamnant le rapprochement entre les LR et la REM, on retrouve souvent le mot de « collabos ».


« Monsieur Castex, vous vous fourvoyez lorsque vous dites qu’il n’y a pas de rapport entre l’immigration et le terrorisme » vous dit Philippe depuis Prades !

2 mai 2021

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany

Philippe (qui nous dit être de Prades) écrit à son Maire :

Monsieur Castex on vous apprécie sauf quand vous sortez des aneries qu’on a du vous vous soufflé. Quand vous dite qu’il n’y aucun rapport entre eimmigration et terrorisme. Pourquoi régularise t »on des gens qrrivés ilégalement qui ont parfois uncasier judiciaire. Pendant des années des migrants inconnus mettent quznd meme leurs gosses a l’école et se font soignés gratuitement. Ils travaillent passant sous les radars d’inspecteurs du travail pointilleux mais qui semblent fermé les yeux sur le travail au black. Les français ne sont pas des racistes et ne sont pas ce dont nous accuse les islamo-gaucho cocos melanchono péesso qui joue de cet organe pour se faire élire de façon scandaleusecar les gauchos on en a marre. Monsieur Castex ça fait des années qu’on avait pas eu un premier ministre credible mais si vous commencez à vous faire avoir par votre entourage on est foutus. Vous allez nous poussés vers le populisme et l’extreme droite. Ce que cherce ce président. S’il vous plait reprenez vous.

Blog-Cabestany : Philippe, cette semaine dans le Point, Franz Olivier Giesbert intitule son edito : « Une odeur de Vichy », pour parler de la Lettre des Généraux et des réactions lamentables du pouvoir face à cette prise de position. Dans Marianne, encore cette semaine, Natacha Polony traite du sujet dont vous nous parlez. A savoir « Immigration et Terrorisme ». Blog-Cabestanu ne se risquera pas à vouloir faire aussi bien que ces grandes plumes qui incarnent avec autant de talent la Liberté d’Expression. Et on ne reproduira pas, hélas, leurs articles car nous n’en avons pas l’autorisation et qu’il faut que vous achetiez la presse écrite qui a besoin de vous pour survivre.

Mais, Cher Philippe, il est certain que le Communisme en France et l’Islamo-gauchisme font le lit, par leurs positions dogmatiques, du populisme et des extrêmes. Ils en sont conscients mais persistent dans leur dérive perverse. Ils auront cherché et voulu ce qui pourrait bien arriver à cause de leur aveuglement coupable. Tant pis pour nous ! Mais ils ne pourront s’exonérer de leur responsabilité !