Archive for juin 2016

« c’est dans l’Indép » ! La première réaction des médias (après la nôtre) au communiqué de Colette Appert à Cabestany !

30 juin 2016

indep

sous la plume de Frédérique Michalak

indepo20juin2016

Les commentaires sont ouverts sous cet article. La rédaction attend pour les lire et vous répondre. Mais nous vous rappelons que nous ne diffusons que rarement vos interventions. Pour commencer vous devez préciser clairement que vous nous autorisez à mettre vos propos en lignes si jamais nous avions l’idée de le faire, ensuite vos propos doivent respecter des règles de bienséance et votre identité, pour nous,  doit être clairement établie même si vous pouvez demander à ce qu’elle ne soit pas mise en ligne. Et votre adresse email ne fera l’objet d’aucune récupération car nous nous conformons aux dispositions que nous avons demandé nous mêmes à la CNIL de nous repréciser.

Sauf s’il s’agissait d’un « droit de réponse » auquel, dans nos colonnes, tout citoyen a droit, s’il était « personnellement » mis en cause et s’estime injustement traité.

-o-

« Nous, les élus de la Droite Républicaine à Cabestany, sommes en colère » écrit Colette Appert aux médias !

29 juin 2016

Le communiqué de Colette Appert, chef de file de la Droite Républicaine, à Cabestany, et élue municipale, lequel est arrivé dans notre boite aux lettres cet après midi alors que nous étions absents.

Un communiqué précise Colette Appert qui a été envoyé aux médias.

Un communiqué que nous reprenons ce soir à peine rentrés.

oyez cabestanyencsOyez Citoyens de Cabestany

-o-

La réaction de nos élus à l’issue du dernier Conseil Municipal de Mardi dernier.

Monsieur le Maire voudrait il nous faire croire que Cabestany est le « pays des merveilles » ?

Et dans notre ville les Conseils Municipaux ne serviraient ils plus a rien ?

 Nous en avons eu, hélas, encore la preuve ce mardi 28 juin.

Nous avions l’habitude depuis des lustres, des dérives autoritaristes de notre édile qui nous font penser de plus à plus, par ses attitudes politiciennes – qu’on s’entende bien –  à la manière de gouverner de certains empereurs du temps de la Rome antique. 

Mais là, on assiste à un sectarisme d’un bien mauvais cru, qui atteint des sommets encore inviolés et qui arrive sans doute à son paroxysme.

Nonobstant le fait que l’on nous présente sous l’œil attendri des pseudos-socialistes de la majorité municipale un ordre du jour qui n’a fait l’objet d’aucune relecture…. QUATRE conventions étaient mises aux votes.

 Il s’agit donc de l’attribution des salles de l’espace Coubertin qui a été récemment remis en état.

Dans l’ordre ou le désordre, et c’est à vous de voir, il est déjà question de TROIS salles à titre gratuit pour un sculpteur originaire de BAIXAS afin d’entreposer ses œuvres. Et pas de les exposer ? Peut être n’a t’on pas tout compris ? Mais peut être que les choses n’ont pas été exprimées clairement dirait Monsieur Jourdain.

Une autre  pour les Éclaireurs (et les Éclaireuses) de France. Respectons la parité.

Encore une, (en plus ?) OU parmi les autres ? ne cherchez pas, pour le Billard Club Catalan moyennant 400 € de loyer mensuel alors même que cette association s’est proposé – semble t’il – d’organiser pour les scolaires de la commune en période de vacances à titre gratuit des activités autour de ce loisir.

Mais aux yeux du maire il semble que ce loisir soit un loisir de capitaliste.

On nous parle encore de locaux  mis à la disposition du Secours Populaire – toujours à titre gracieux – au  17 de la rue des Pyrénées. Ils auraient donc reçu la recette de la Cabestanyenca, soit 3170 € et une subvention annuelle de 950€.

Les associations de la commune en manque de salle apprécieront. Celles qui sont apolitiques et qui oeuvrent au quotidien dans l’intérêt général avec leur misérable aumône aussi.

DEUX POIDS – DEUX MESURES.

Concernant les divers personnels – administratif et autre – derrière lequel Monsieur le Maire se retranche trop souvent, nous pensons tout simplement qu’ils ont un patron…. et qu’ils exécutent les ordres de leur patron et c’est dans l’ordre des choses.  « Ou sinon les têtes tomberaient » nous disent de plus  en plus  souvent certains ?!

Monsieur le Maire est pris en flagrant délit de mauvaise foi absolue, écrit encore Colette Appert dans son communiqué, ajoutant : il s’agit de dogmatisme poussé à l’extrême. Il s’époumone,  couvre les voix, tente de diviser l’opposition. Tourne tout en dérision avec un humour de mauvais aloi et d’un gout incertain. Il censure l’opposition qui n’a pas le droit d’émettre le moindre avis.

Comment – dans ce contexte – pouvez vous encore défendre sérieusement l’intérêt général alors que pour Monsieur le Maire,  CABESTANY n’est devenu qu’une vitrine du Parti Communiste ?  Telle est la question que nos amis nous posent, à nous les Conseillers Municipaux de l’opposition.

Mais que nos amis se rassurent : des Conseils Municipaux, mal préparés, brouillons, où tout est organisé pour qu’on n’y comprenne rien est monnaie courante.

Et on tient bon la rampe ! Ce n’est pas demain qu’on va se laisser submerger par une vaguelette à la hauteur du nombre d’électeurs d’un parti en décomposition.

Colette APPERT

Prochain Conseil Municipal mardi 28 juin 2016 à 18 h 30

26 juin 2016

ORDRE DU JOUR

Affaire n°01

Adhésion à la charte de mobilisation et coordination dans le cadre de la lutte contre la cabanisation dans les P.O

   Affaire n°02

  Convention de mise à disposition d’une salle pour le dépôt  d’oeuvres  

Affaire n°03     

Convention d’utilisation d’un équipement par les Éclaireurs et Éclaireuses de France à titre gratuit

Affaire n°04

Convention d’utilisation d’un équipement par le Billard Club Catalan à titre payant  

Affaire n°05

  Convention de mise à disposition d’une installation municipale  pour le Secours Populaire              

Affaire n°06  

Convention d’occupation à titre précaire de la parcelle AK n°76

Affaire n°07

Convention de partenariat avec la ligue de l’enseignement

Affaire n°08

Convention  de coordination de la police municipale de Cabestany et des forces de sécurité de l’État.

Affaire n°09

Modification du Règlement intérieur du cyber espace.

Affaire n°10

Modification du Plan d’Amélioration des Pratiques Phytosanitaires et Horticoles

Affaire n°11

Demande d’une subvention à la Fondation CNP Assurance pour l’acquisition et l’installation d’un défibrillateur automatisé externe.

Affaire n°12

Demande d’une subvention au Conseil Départemental des P-O, pour l’acquisition et l’installation d’un défibrillateur automatisé externe

Affaire n°13

Acquisitions foncières

Affaire n°14

Bilan de la politique foncière.

Affaire n°15

Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et Communales: FPIC

Affaire n°16

Individualisation des subventions.

Affaire n°17

   Choix de l’emprunt : 1M d’euros sur 15 ans.

Affaire n°18

Mutualisation de productions calorifiques et frigorifique : Approbation du marché.

Affaire n°19

Plan de financement du projet mutualisation des productions calorifiques et frigorifiques du nouvel espace jeunesse et du centre culturel Jean Ferrat par le fonds de soutien à l’investissement public local (FSIPL).

Affaire n°20

Aménagement de voirie de la rue du Périgord : Approbation des marchés.

Affaire n°21

Renouvellement des contrats assurances risques statutaires du personnel communal et du CCAS : Approbation du Dossier de consultation des entreprises et lancement d’une procédure sous la forme d’un appel d’offres ouvert.

Affaire n°22

Spectacle commémoration 14/18, théâtre de l’inattendu : Approbation de tarifs.

Affaire n°23

 Modification du tableau des effectifs.

Affaire n°24

   Recrutement d’agents contractuels de remplacement.

Affaire n°25

Contentieux personnel communal Désignation d’un avocat.

Affaire n°26

Classement de la voirie et éclairage public dans le domaine public communal pour la résidence «La Vigne des Écoles ».

Affaire n°27

Classement de voies et espaces communs dans le domaine public communal pour le lotissement « les hauts du Moulinas » retrait de la parcelle AM 263

Affaire n°28

 Demande de subventions à la CAF des Pyrénées-Orientales.

Informations.

Décisions.

-o-

 » Ils ne sont grands que parce que nos élites sont à genoux  » dit Clem’ à Blog-Cabestany !

24 juin 2016

livre de Céline Pina

Cet article a été rédigé par l’une de nos nouvelles et jeunes consœurs : car il faut bien se renouveler…. un peu. Elle écrira sous le nom du collectif : « Postmaster ».

Donnons lui la parole :

«  » »  Il y a une quinzaine de jours je suis allée écouter Hervé Mariton à Saleilles. Pourquoi ? Par curiosité puisqu’on venait juste de dire – la veille – au comité de rédaction de Blog-Cabestany, qu’on ne soutiendrait aucun candidat à la primaire de la Droite dans nos colonnes. Alors que j’aurais justement aimé traiter de ce sujet qui va nous occuper pour les 6 mois à venir. Et davantage si maintenant la gauche s’y met aussi. C’est mon premier mais pas mon dernier mot !

Ce jour là, à Saleilles,  j’arrive en retard, … comme d’habitude. Monsieur le Maire [de Saleilles] a le micro en mains. Et apparemment Hervé Mariton n’a pas encore pris la parole. Je vois une chaise libre à côté d’une jeune femme de mon âge et lui demande si je peux l’occuper. Sans me jeter un regard, sans rien dire, elle fait un geste agacé pour me montrer que la place est libre. Et je m’installe.

A la fin de l’intervention du candidat, j’essaie d’engager la conversation avec ma voisine si peu souriante :

MOI : comment avez vous trouvé Hervé Mariton ?

Elle : moi c’est Clem’ . Vous savez, moi, de toutes façons je suis de gauche. Enfin je crois. Je me suis déplacée par simple curiosité. J’habite Cabestany. Et la politique m’intéresse.

Moi : Cabestany ? Comme moi. Je suis de Droite. Enfin je crois aussi. Mon père est Gaulliste.

Clem’ : dans ma famille, entre pieds noirs et réfugiés espagnols, on aime pas les gaullistes ! Et on est de gauche de génération en génération. Mais quand je vois comment les choses se passent dans notre pays je ne supporte plus qu’on me dise ce que je dois penser. Et ceux qui dirigent la politique sont d’un autre temps, et ne nous comprennent pas, nous les jeunes, nous les femmes.

Moi : On peut voir les choses comme cela !

Clem’ : Je me suis engagé au PS alors que j’avais juste 18 ans. Pour soutenir Ségolène à la Présidentielle de 2007 car le temps était venu – j’en reste persuadée – qu’on aie enfin une femme à l’Élysée. En politique, on ne donne pas leur vraie place aux femmes. Il n’y a que des vieux barbons, machos de surcroit. Et quand des jeunes se lancent dans l’arène c’est pour rabâcher les discours des papies.

Moi : oui, je suis d’accord.

Clem’ : et quand Sarko va être réélu….

Moi : ce n’est pas encore fait

Clem’ : qu’importe si c’est lui ou un autre. Mais j’espère que quelqu’un comme Valls va reprendre le PS. Pourquoi ne pas changer le nom du P.S.  d’ailleurs ? Et j’espère qu’il va couper le cordon avec les bolchéviques, les écolos de pacotille, le anti-Ca, anti-Fa, les anti-tout car ils nous plombent. J’ai la haine pour cette gauche de la gauche qui n’a tellement plus rien à dire qu’on se demande quel lien elles entretient avec les casseurs.  J’espère qu’on va rentrer pour de bon dans le 21ème siècle. Parce qu’avec ces frondeurs, ces nostalgiques de Staline et de Mao, c’est plutôt « retour vers le passé » . Et j’espère que quelqu’un comme Valls va jouer son rôle d’opposant de manière forte et constructive, ce que vous à Droite ne faites pas beaucoup en ce moment ou alors vous n’êtes pas capables de vous faire entendre.

Moi : .………………………

Clem’ : et j’enrage que le Parti Socialiste n’a pas été capable de présenter sa propre liste aux municipales de 2014, à Cabestany. Sans nous, les cocos n’existeraient plus plus. Mais, on aura encore trouvé le moyen de faire élire des marxistes staliniens archaiques et maintenant on leur obéit sans broncher.

Moi : en 2014, je faisais un stage en Suisse et je n’ai rien suivi.

Clem’ : et puis je suis méfiante avec ces politiques de tous bords complétement dépassés. Ils ont acheté la paix sociale en écrasant d’impôts ceux qui bossent et en creusant des déficits que nous ou nos enfants paieront. Ils ont cru cru acheter la paix civile en ouvrant les frontières à tous les vents. Et ils seraient peut être capables, un jour, de nous obliger, nous les femmes, à porter le voile, pour se faire réélire. Quand ils parlent de la « Résistance », ils en ont plein la bouche et passent leur temps en commémorations, mais je me demande ce qu’ils font – aujourd’hui – pour défendre nos valeurs !

Moi :  tu (on se tutoie) exagères un peu….. es tu  vraiment de gauche ?

Clem’ : Oui, pour une gauche moderne. Y en marre de ces vieux qui s’accrochent à leur fauteuil et ne comprennent rien. La gauche a disparu dans plusieurs régions. Si on n’a plus d’idées on est bon pour le rayon des antiquités et on va laisser la place à la droite, ou pire, au Front National. Et est que tu connais Céline Pina ?

Moi : Oui j’ai lu son dernier livre « Silence coupable » et j’ai aimé. L’auteure, je crois, est une élue socialiste qui a été virée du P.S.  Pour s’être indignée que les élus de gauche dans certains quartiers se montrent plus que complaisants avec des minorités qui voudraient remplacer notre culture par la leur.

Clem’ : non elle n’a pas été virée mais elle a pris le large pour respirer.  Et elle est courageuse. Elle fait honneur aux socialistes tournés vers l’avenir. Pour que la gauche redevienne crédible. Son livre traite de ces  accommodements inacceptables avec ceux qui pratiquent une autre religion et veulent occuper tout notre espace de liberté, surtout en ce qui concerne les femmes. Je suis catho, et je suis pour la laïcité dans l’espace public. Mais quand je vois qu’on renie tout pour faire des repas de cantine différenciés, au nom de religions, dans un pays qui se prétend laïc, j’ai envie de hurler. On devrait plutôt se tourner  vers le bio et les circuits courts. Sauf faire des menus végétariens car je suis devenue végétarienne et mes enfants le seront. Et je suis contre la souffrance animale qu’on inflige aux bêtes pour de mauvaises raisons qui violent les lois de la république.

Moi : est qu’on aurait certaines idées en commun à Droite et à Gauche ?

Clem’ : et ne penses surtout pas, ma nouvelle amie, que je fais une fixation sur une certaine religion, mais lorsque Céline Pina dit : « Ils ne sont grands que parce que nos élites sont à genoux », on pourrait déplacer le problème à tous les aspects de la société : d’abord l’Europe qui se plie aux lobbies, mais aussi les partis politiques au clientélisme, les syndicats qui ne défendent que les plus favorisés des travailleurs,  les associations qui n’existent plus par leurs adhérents mais grâce aux subventions, les collectivités dont la moitié sont inutiles, et même les médias ….. comme ton BLOG !!!

Moi : !?, oui,  ça devrait être en effet le rôle de la politique de nous faire encore rêver ! Et ce n’est pas la République qu’il faut sauver : c’est la France !

-o-

POSTMASTER :  Si vous n’aviez décidé de ne lire qu’un seul livre à la plage cet été, c’est bien le livre de Céline Pina qu’il faut lire.

Le coup de gueule de Blog-Cabestany contre une poignée de ses lecteurs ! Mais on souhaite un excellent week end à tous les autres.

18 juin 2016

carton-rouge_

Notre coup de gueule va à ces quelques lecteurs dont on imagine aisément les opinions politiques et qui nous écrivent des torchons qui nous attristent bien plus qu’ils ne nous mettent en colère. Quelques lecteurs qui deviennent lourds, lourds, lourds, …. Un coup de gueule qu’ils cherchent depuis longtemps et avaient du mal à obtenir : maintenant que nous l’avons poussé, peut être nous foutront ils la paix à l’avenir ?

Lorsqu’ils nous demandent, et c’est toujours les mêmes, « à quel endroit et à quelle heure aura lieu la commémoration du 18 juin 40 à Cabestany, et s’il faut qu’ils se mettent la croix de lorraine en pendentif, en bandoulière….  ou ailleurs », c’est vraiment d’un gout exquis. Mais que pourrions nous attendre d’autre de leur part ?    Et dans trois jours ils auront trouvé autre chose d’encore plus lourdingue. Car cela semble être leur seule occupation à longueur d’année.  Ah, s’ils pouvaient tous nous envoyer, avec Colette Appert et ses amis,  au goulag !

On pourrait leur répondre que cette commémoration aura lieu devant ce nouveau bâtiment qu’on édifie devant la gendarmerie et qui commence à ressembler – par son aspect architectural – à un blockhaus du style de ceux qu’on édifiait jadis pour construire le « mur de l’atlantique » ou alors pourrait t’on leur demander si on a voulu faire, à Cabestany,  une reproduction du mausolée de Lénine ? Mais on  ne vous fera pas un plagiat de la tirade de Cyrano !

Un coup de gueule vis à vis d’une poignée d’internautes qui lisent Blog-Cabestany, alors qu’ils ne sont pas obligés de le faire et ensuite de nous écrire. Qu’ils ne soient pas d’accord avec nous est leur droit. Et ils nous donnent plus d’importance que nous pensions, nous, en avoir. Notre Blog les énerve car à Cabestany, il ne devrait y avoir, selon eux,  que des gens qui se pâment devant le communisme et qui s’agenouillent devant le drapeau rouge ou l’étoile du Kremlin. Ils passent leur temps à nous envoyer des mails bourrés de fautes, ce qu’on leur pardonnerait sans état d’âme si ces écrits n’étaient pas d’une pauvreté intellectuelle affligeante et cela est  bien plus grave à nos yeux. Leurs coups de griffe  traduisent un état d’esprit borné, rétrograde et au ras des pâquerettes.

Sur le registre de leur humour très spécial qui n’en est pas vraiment un, on pourrait aussi se lâcher, comme ils le font. On pourrait faire croire qu’on va lancer une souscription – par exemple – pour « payer des pavés aux G.M., les « gentils militants » de la C.G.T » ou d’autres plaisanteries de ce genre qui ne nous font pas rire.  On aurait l’impression de tomber dans la nullité. Si c’est ce qu’ils souhaitent, ils en seront pour leurs frais.

Mais on oublie trop rapidement qu’on est à Cabestany, et nulle part ailleurs. Une ville où les communistes tiennent encore le haut du pavé, alors que partout ailleurs ils sont en soins palliatifs. C’est sans doute ce qui les énerve et les rend si belliqueux. Devrait t’on relativiser et se consoler parce qu’ils sont encore plus méchants avec les Hollandistes qu’avec nous ? Et que rien ne peut égaler leur haine du F.N. Mais aiment ils vraiment la démocratie et savent ils même ce que ce mot signifie ?

A avoir autant l’esprit chagrin, et avoir besoin de se soulager de leur fiel, ils devraient prendre un peu de repos car ils vont finir par devoir avaler des tonnes d’anxiolytiques. Quand nous, on se ressert un verre de muscat avec notre chorizo et qu’on voit la vie de façon plutôt joyeuse.

En attendant qu’on rebaptise notre région Occitanie, ce qui semblait – aux infos régionales – être du gout de la Présidente de notre Conseil Départemental. Passée par les Jeunesses Communistes Révolutionnaires puis par les Verts avant de se rosir au PS, nous dit Wikipédia. Et ancienne conseillère municipale de Meaux avant d’être « gabachée » par parachute spécial chez nous, ce qui en dit long sur sa compréhension de notre culture. Comment appelle t’on déjà les habitants de Meaux ? Les Meldois. Il faut toujours faire attention où on met le sien …. le doigt !

On ne va pas tarder à prendre des vacances, et ceux là même qui nous cherchent et nous trouvent, devraient peut être songer à en faire autant.

Bon weeek end à tous.

Le 18 juin 40 mis à l’honneur par Blog-Cabestany !

17 juin 2016

Alors qu’il paraitrait qu’on a failli croiser un homme politique important ces jours ci à Colombey. Le gardien nous dit : « à quelques minutes près vous l’avez raté, mais il est déjà reparti à l’Elysée » ! Ah bon, mais qui ? « Ben, le président » ! Décidément, on dirait qu’on est plus entouré – de tous les côtés –  que par des gaullistes !

texte-appel-du-18-juin-1940

SANS COMMENTAIRES DE NOTRE PART :

mais vos commentaires sont par contre, et comme toujours les bienvenus.

En bas de l’article, il suffit de laisser votre message dans la fenêtre prévue à cet effet, avec un pseudo de votre choix si vous ne voulez pas laisser votre nom, et votre email qui lui n’apparaitra jamais et sera rapidement et définitivement effacé après que le collectif aura décidé – ou non – de vous mettre en ligne et de vous répondre.

-o-

« Barbarie », disent les Cabestanyencs !

15 juin 2016

barbarieHommage citoyen

-o-

sans commentaires

Il y a urgence ! mais urgence à quoi ? dit l’une de nos rédactrices de Blog-Cabestany

14 juin 2016

Il y a environ  quinze jours nous recevions dans nos boites électroniques un email, considéré comme un spam par le système mais ne revêtant pas de caractère dangereux pour notre anti virus de dernière génération, du moins en ce qui concerne l’informatique.

Un mail parmi les 100, 200, 300 mails quotidiens, (ça arrive), dans lesquels il faut trier pour ne garder que les 20, 10, 5, ou 3 mails de nos internautes. Et certains jours … aucun, même si c’est rarissime. Mais pourquoi ne pas dire la vérité ?

Et il n’existe encore pas, et c’est heureux, de logiciel pour trier ce que le citoyen a le droit de lire ou non. Ce serait une atteinte à la liberté d’expression. Mais, hélas, comme c’est parti, cela arrivera peut être un jour !

Ce  mail était il envoyé à des blogs ? à des journalistes ? à des particuliers. Ou à d’anciens abonnés payants (car on l’a été et on a payé… pour voir et on a vu) d’un certain site d’information que nous on qualifierait plutôt de désinformation. Même, si de temps à autre, dans la masse des infos présentées de façon orientées et partisanes, il s’y trouvait quelques infos que l’on ne trouvait pas ailleurs. Des infos justes et intéressantes si on laisse de côté la façon de les commenter. De quoi se poser bien des questions sur la masse d’informations dont le citoyen est inondé, mais serait ce une façon de noyer le poisson ?

Car ce n’est pas l’information diffusée par certains médias que l’on remet en cause, mais la façon de la traiter et de la développer.

Ce mail était accompagné d’une photo :

urgenceUrgence, notre police assassine

On vous fera grâce du commentaire et on ne citera pas le nom du journaliste qui est sur la photo, ni le site qu’il dirige. Cela leur ferait de la pub. Et ce n’est pas ce qu’on cherche.

Alors qu’en France, les casseurs s’en donnaient à cœur joie et détruisaient sous l’oeil impavide d’ autorités impassibles, et alors que la CGT se croyait obliger de sortir un tract que l’on a déjà reproduit sans nos colonnes, et où l’on voit une tache de sang sous les pieds des  policiers, les journalistes de cette photo, heureux, mais on ne comprend pas pourquoi, arboraient un bien curieux tee shirt sur lequel on lisait « urgence notre police assassine ».

Des journalistes encadrant leur rédacteur en chef, moustachu (encore un ?) que l’on ne présente plus et qui appartenait jadis à la Ligue Communiste Révolutionnaire.

Ce matin, alors qu’on a assassiné des policiers, on ne sait pas si ces journalistes sont ravis ? On n’ira pas jusque là. Vont ils rajouter un accent sur leur maillot pour qu’on lise « urgence notre police assassinée » ?

On ne sait pas…. parce que nous ne sommes plus abonnés à ce média payant d’information en ligne et que cela ne nous manque pas. Tout cela pour dire quoi au juste ? Suite à un événement qui s’est produit dans la nuit, dont tous les médias parlent, et qu’on ne commentera pas.

Nous sommes solidaires de notre police !

-o-

PORT-ARGELÈS : succès pour la journée nautique, écrit Ouillade.eu

13 juin 2016

A cette régate qui a duré deux jours et attiré nombre de spectateurs de la région mais également beaucoup de touristes français et étrangers, participaient des équipages du club d’Argelès qui était l’organisateur, mais également de Port Vendres, Canet, Saint Cyprien, Cabestany, et autres……

A l’arrivée au port d’Argeles, dans l’après midi, des régatiers qui apprenaient les nouvelles concernant la tuerie d’Orlando observaient une minute de recueillement.

OUILLADE.EU  relate ce week end nautique dans ses colonnes :

http://www.ouillade.eu/tourisme/port-argeles-succes-pour-la-journee-nautique/132495

-o-

YCAR

et bien sur le club d’Argelès a son site :

http://www.yacht-club-argeles.com/

on nous précise : 17 équipages et plus de 150 équipiers étaient sur l’eau ce week end

« On ne vous a pas gâtés !!! », dit ce proche de la mairie en parlant de notre rubrique de l’opposition dans le dernier Cabes’infos municipal

10 juin 2016

sous marinierlégende de la photo ci-dessus : sous-marinier à bord du Vigilant lisant la Tribune de l’opposition du dernier Cabes’Infos à l’aide de son périscope.

-o-

C’est vrai ! « On ne nous a pas gâtés » : et c’est sans doute l’expression que nous préférons à toutes les autres. Du moins à toutes celles que nous avons reçues, qu’il s’agisse de railleries qui nous laissent de marbre comme d’atermoiements et de lamentations qui ne font pas partie de nos gênes. Et pourquoi pas de la compassion en plus ? On en a vu d’autres. On verra sans doute pire ! Et on boit frais.

Pour lire notre rubrique de l’opposition dans le Cabes’infos, ce mois ci, il faut une loupe grossissante et bientôt il faudra sans doute un microscope. Des caractères minuscules sur un fond qui pourrait bientôt devenir noir. Quoique si on écrit notre texte en blanc sur fond noir pourquoi pas ?

Et il se trouve, que vous êtres plusieurs à revendiquer être à l’origine de cette discrimination : comme si on vous croyait !!!! Et si c’était vrai, vous feriez mieux de vous taire. Que vous disiez « que vous approuvez », « que vous vous en réjouissez », on veut bien car plus rien ne nous étonne à Cabestany,   Mais le service communication de la Mairie est connu pour sa petitesse et son étroitesse d’esprit. Et selon nous il n’a pas besoin de votre renfort et de votre avis pour démontrer sa mesquinerie proverbiale.

Allons nous pleurer, gémir, nous rouler par terre ? Si vous saviez combien cette façon de faire nous conforte dans notre certitude qu’on n’a pas de véritables responsables politiques en face de nous mais des amateurs qui se la jouent pour donner le change. D’ailleurs, lorsqu’on traite tous les autres d’incapables c’est que l’on commence à douter de soi même. Tout cela nous fait hurler de rire et en regardant  les contorsions pitoyables de nos adversaires, nous leur disons : « rassurez vous, le ridicule ne tue pas ».

Et puis il a cet éditorial de notre maire dans le Cabes’infos de cette semaine. Et vous êtes nombreux à nous expliquer ce que vous y avez lu, compris, décrypté, ….. comme si nous mêmes risquions de ne pas avoir compris.  Mais rassurez vous, on ne vous en veut pas et ce serait même plutôt le contraire, car c’est souvent grâce à vous qu’on apprend ce qui nous passerait peut être par dessus la tête. Et sans vous, nous ne serions pas grand’ chose pour ne pas dire rien. Croyez le ! Et croyez qu’on a besoin de vous. Et de vos infos ! et de ce que vous nous racontez.

Ainsi donc Monsieur le Maire avouerait, selon vous, que sa majorité (désormais une minorité donc) serait réduite à 10 élus communistes ou plutôt « progressistes ». Vous ne vous attendiez pas quand même, lorsque la CGT fond comme un morceau de banquise dans de l’eau croupie, et que le PCF est sous perfusion et attend l’euthanasie, que Monsieur le Maire défende Manuel Valls et son brouillon de loi qui est une vraie « Khomry »

Ne prenons pas nos adversaires pour des imbéciles, et cette phrase qui tendrait – selon vous – à prouver qu’il n’y a plus de majorité à Cabestany, nous l’attendions car nous savions – à l’avance – qu’elle allait sortir (mais ne nous demandez pas comment). Chaque phrase, chaque expression est pesée, soupesée et réfléchie avant d’être mis en ligne dans le canard de la mairie. Et rien n’est le fait du hasard !

Alors, ne vous réjouissez pas trop vite. Les socialistes, du moins ceux  qui siègent à la mairie de Cabestany (padamalgam), avalent depuis des années toutes sortes de couleuvres sans broncher, lapent une soupe dans la gamelle de la mairie qui a souvent fort mauvais goût, mais cela reste de la soupe et ils ferment les yeux avec un sourire forcé en se forçant à croire qu’elle est bonne. Il n’y a qu’à les voir voter tout et n’importe quoi à chaque conseil pour voir jusqu’où ils sont descendus : bien bas. Comme notre Président dans les sondages. Mais il suffira que Monsieur le Maire claque des doigts pour que tout le monde se retrouve au garde à vous devant lui, le doigt sur la couture du pantalon. Sauf nos élus de la Droite mais cela,  était il besoin de le préciser ?

Rien ne change vraiment à Cabestany sur Oural ! Et pas même nous.

cliquez sur l’image si dessous pour l’agrandir

tribune de l'oppositionDERNIERE HEURE : l’un d’entre vous nous affirme que dans un journal municipal, la tribune de l’opposition, selon des règles que nous ne connaissons pas mais que nos élus doivent connaitre, se doit d’être imprimée avec des caractères identiques et sur le même fond que le reste.

Mais, cher lecteur, si la Mairie ne nous donnait pas du grain à moudre et des raisons rêvées de la critiquer car on dirait qu’elle les cherche, et en redemande, quelles belles occasions d’écrire des articles nous échapperaient !

« Les Républicains : recherche gaulliste désespérément » : écrit le Groupe Gaulliste de Sceaux sur son site

8 juin 2016

Blog-Cabestany augmente fortement son audience par les temps qui courent alors que l’on parle de plus en plus des primaires de la Droite. Et ce n’est sans doute qu’un début.

Ces primaires nous sommes « pour ». Et nous y participerons à la hauteur de nos modestes moyens.

Prendre fait et partie pour un candidat ? nous avons déjà dit – dans nos colonnes – que nous le ferions pas. Ce qui n’empêchera pas chacun d’envoyer ou non son parrainage à celui de son choix . Mais nous réfléchissons à la manière de rester impartial si on décide de vous communiquer quelques infos.

Pourquoi ? parce que  nous avons commencé à être contacté par les états majors de certains des candidats déclarés ou non déclarés. C’est fort sympathique et nous y sommes très  sensibles. Ce n’est pas pour autant qu’on va rouler pour untel ou untel. 

Et nous sommes sensibles aussi aux candidats qui viennent nous rendre visite dans nos contrées reculées : l’une récemment à Pollestres, un autre à Saleilles lundi. Ils nous ont accordé en aparté trois minutes de leur temps. On n’en demandait pas autant.  Mais on ne boude pas notre plaisir.

 Alors,  pourrons  faire l’économie d’avoir un débat entre nous, rédacteurs et militants de la Droite Républicaine à Cabestany, sur ce qu’on se permet de publier ou non  ?

On y verra plus clair en septembre !

Nous avons désormais l’autorisation de reproduire les articles d’un nouveau site qui vient s’ajouter à la la longue liste de ceux  qui nous autorisent à ce genre d’exercice car nous ne nous permettrions jamais de le faire de façon sauvage. Et s’il nous arrive de reprendre ici ou là un paragraphe, on cite nos sources.

Mais on évite d’en abuser et on le fait avec parcimonie. Car on préférera toujours un article écrit par l’un de nos rédacteurs à Cabestany ! Mais que d’autres nous autorisent à les publier ou reprennent un de nos articles dans leurs colonnes nous ravit. Que d’autres mettent en ligne certains de nos écrits que nous ne voyons pas l’utilité de publier dans Blog-Cabestany car trop peu en rapport avec la politique dans les PO, nous enchante.

Marquez dans vos favoris l’adresse de ce site s’il vous plaisait – comme à nous – et l’adresse de l’article en question est :

https://groupegaullistesceaux.wordpress.com/2016/06/07/les-republicains-recherche-gaulliste-desesperement/

Aujourd’hui on reproduit un de leurs articles dans son intégralité. La prochaine fois on ne vous donnera que le lien mais on espère qu’entre temps vous deviendrez intéressés par ce site !

GROUPE GAULLISTE de SCEAUX

chateau-defaultl’Opportunisme et le Lobbyisme sont incompatibles avec la philosophie Républicaine

l’article :

Les Républicains : recherche gaulliste désespérément

07 mardi Juin 2016

Posted by Groupe Gaulliste Sceaux in Idées et Débats, Politique

David DESGOUILLES, Henri Guaino, Julien Aubert, Les républicains, Lionnel Luca, Nicolas Dupont-Aignan

Par Alexandre Devecchio

FIGAROVOX/ENTRETIEN – A quelques mois du lancement de la primaire à droite, David Desgouilles déplore l’absence d’un candidat gaulliste. L’hypothèse Henri Guaino pourrait-elle être crédible ?


David Desgouilles est chroniqueur politique. 


A quelques mois du lancement de la primaire à droite, la question de la réduction des déficits est au centre des débats et tous les candidats sont sur une même ligne pro-européenne d’alignement avec l’Allemagne. Que cela vous inspire-t-il?

David DESGOUILLES. – On est en effet entré dans une course à l’échalote libérale entre les différents candidats à la primaire. C’est à celui qui fera le plus de centaines de milliards d’économies et supprimera le plus de postes de fonctionnaires. Il semble que cela soit François Fillon qui mène cette course vers le libéralisme économique ; on a parlé à son propos de «choc thatchérien», mais cela ressemble davantage -vous avez entièrement raison de parler d’alignement sur l’Allemagne – de choc «Merkel-Schäuble». Cela se traduit de la même manière sur la question du droit du travail puisque le projet de loi El Khomri tel qu’il a été amendé est bien en-deçà des propositions des différents candidats à la primaire en matière de libéralisation, notamment sur la question du temps de travail.

Sur l’Europe, si l’on excepte Alain Juppé qui n’a pas l’européisme honteux, les candidats sentent bien que le thème n’a pas le vent en poupe et ont ajouté un très léger vernis eurosceptique à leur discours, lequel peine malgré tout à masquer l’alignement sur les desiderata de Bruxelles et Berlin.

Le 16 mai 2016, Julien Aubert et Lionnel Luca ont publié une tribune dans L’Opinion intitulée: «Pour un candidat qui dit Non». «Il manque un courant de pensée à l’appel [de la primaire], même si chacun des candidats aime se revendiquer comme gaulliste: la droite patriote, jacobine, sociale et eurocritique, héritière du gaullisme de 1958», écrivent-ils. Partagez-vous leur opinion?

Ces deux députés ont en effet bien des raisons de se sentir orphelins. Si j’ai bien compté, on ne recense que deux candidats à avoir dit Non au référendum de 2005. Il s’agit de Jacques Myard, qui a peu de chances d’obtenir les parrainages nécessaires, et Jean-Frédéric Poisson qui doit sa candidature au fait qu’il est président du parti chrétien-démocrate, c’est à dire une personnalité qui ne se situe pas dans la tradition gaulliste de Julien Aubert et Lionnel Luca. Philippe Séguin et Charles Pasqua, qui incarnaient le Non dans les années quatre-vingt-dix, sont décédés et Nicolas Dupont-Aignan a préféré larguer les amarres en 2007. Dans la mesure où ces deux parlementaires souhaitent continuer à se battre à l’intérieur d’un grand parti, et ne pas adhérer à DLF, ils ne peuvent que déplorer l’absence d’un leader d’envergure de leur tradition politique dans cette primaire.

Le principe même de la primaire n’est-il pas anti-gaulliste?

Dans l’absolu, c’est incontestable. Mais aujourd’hui, elle est organisée et elle aura lieu. Dans les années 1970, les gaullistes ont combattu l’initiative de Giscard de désigner les députés européens par des élections au suffrage direct (auparavant, ils étaient choisis parmi les députés nationaux). Cela contrevenait à leur conception de l’Europe des Etats. Ils ont bien été obligés d’y présenter des candidats aux élections européennes, et cela dès 1979.

Le courant gaulliste existe-t-il encore au sein des Républicains? N’a-t-il pas disparu avec la fin du RPR et la création de l’UMP?

Dans les premiers temps de l’UMP, le RPF de Charles Pasqua et Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan (qui n’était alors qu’un club) avaient intégré l’UMP. Mais l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy a eu l’effet d’un karcher, à tel point qu’on se demande si ce célèbre outil de nettoyage n’a pas servi exclusivement à ce travail. J’ajoute que le courant «les gaullistes» étaient ces dernières années dirigé par Michèle Alliot-Marie, qui a voté tous les traités européens et collait à la ligne Chirac-Juppé. On peut comprendre que son éventuelle candidature ne motive pas vraiment des députés comme Aubert et Luca.

Qui pourrait l’incarner à droite?

Si l’on excepte la candidature de Nicolas Dupont-Aignan, qui progresse dans les études d’opinion, et que l’on se concentre sur la primaire, compétition qui pourrait bien désigner le prochain vainqueur de l’élection présidentielle, un seul nom pourrait vraiment incarner cette tradition politique: Henri Guaino. Il était de tous les combats de Séguin et Pasqua et, après avoir tenté d’influencer les discours et les actes de Nicolas Sarkozy, il est vraiment le seul à avoir une voix qui porte pour contester la ligne économique ordo-libérale et les positions européennes de son parti. Il ne s’en prive d’ailleurs pas depuis quelques mois en des termes très vifs. Il a aussi récemment confié sur iTélé qu’il avait renoncé à «être le souffleur» de qui que ce soit, c’est à dire en premier lieu de Nicolas Sarkozy pour lequel il a écrit de nombreux discours. Il n’écarte plus la possibilité d’être candidat lui-même à la primaire pour «faire bouger les lignes». Je ne serais pas outre-mesure étonné que cette candidature soit annoncée dans les prochains jours. Il y a un véritable espace politique à prendre ; Henri Guaino constituerait une une offre politique complètement différente de Sarkozy, Juppé, Le Maire, Fillon et Copé. Le problème, c’est le système de parrainages qui semble encore plus contraignant pour la primaire que pour l’élection présidentielle elle-même! Je vous avoue que je rêve de cette candidature. Lui ne fera pas de marketing électoral, ni de com’ a deux balles sur Twitter. Dans les débats, il n’aura aucune langue de bois et apportera une fraîcheur qui manque à cette compétition d’égos. Il fera de la Politique, de la vraie. Sa candidature est la meilleure chose qui pourrait arriver à cette primaire.

http://www.lefigaro.fr/

 -o-

Bonne lecture, « c’est eux qui le dites » et si on a pu faire avancer un tout petit peu le débat, tant mieux. On n’a pas d’arrière pensée ni d’autre objectif en tête. Et on reste attachés à Cabestany : « Cabestany d’abord ».

Tea-time à « Pegasus Bridge », le 6 juin 1944

6 juin 2016
Embleme de la 6th Airborne

Emblème de la 6th Airborne

« Pegasus Bridge » : le pont de Bénouville, entre Caen et les plages du débarquement. Un lieu hautement stratégique pour les alliés et la suite des événements à la seule condition qu’il demeure intact, ce qui est un pari fou et  insensé.  Il doit ce surnom à un commando de la 6th Airborne Division (6° division aéroportée britannique) qui portait le nom et l’emblème ailé (Pégase)  et qui était chargé de s’en emparer sous les ordres du major John Howard dans la nuit du 6 juin 1944. 

Arrivés de façon plutôt brutale,  en planeurs, les commandos anglais mettent le pied sur le sol français parmi les tout premiers combattants alliés,  en ce 6 juin 1944,  à 00 h 20. L’obscurité est totale. Dès l’aube, à peu près à l’heure où débarquent sur la côte, à seulement quelques kilomètres de là,  les 177 français du commando Kieffer (cf. un de nos  anciens articles), de part et d’autre du pont, se déroulent d’âpres combats entre soldats allemands et anglais. Ils dureront toute la matinée.  Les allemands, qui n’arrivent pas à faire exploser les nombreuses charges qu’ils ont installées sur le pont,  essayent de le détruire  en le faisant  bombarder par leur aviation. Une énorme bombe larguée par un Junker 88 touche le pont de plein fouet, …. ricoche sans exploser, rebondit et tombe dans la rivière.  Un signe ?  Le pont sera définitivement pris,  traversé et sécurisé peu avant midi, ce jour là.  Le message codé, inespéré,  envoyé pour confirmer que le pont est pris et surtout intact consiste en ces trois mots qui passeront à la postérité :  « Ham and Jam »  (du jambon à la confiture).

Les français du commando Kieffer, qui ont délivré dans la matinée la petite cité balnéaire normande de Riva Bella, et pris son Casino, siège du Quartier Général allemand,  au prix de très lourdes pertes, font leur jonction avec les anglais ce même 6 juin 1944 dans l’après midi, après avoir traversé – mais dans l’autre sens –  « Pegasus bridge ».

Il y a bien là un petit café, qui deviendra plus tard un lieu de pélerinage  touristiquement célèbre, vite transformé, ce 6 juin,  en infirmerie, et où plusieurs blessés français recevront d’aillleurs des soins prodigués par les britanniques. Les maigres réserves de Calvados ont déjà été utilisées en lieu et place d’alcool médical.

Les Français étaient attendus et ils  sont chaleureusement accueillis par les britanniques….  au son de la cornemuse et …… autour d’une tasse de thé (!).

Tout un symbole !

Aujourd’hui samedi, avait lieu le traditionnel repas de Trait-d’Union-Cabestany. Convivial et animé. Très animé même…. et par les adhérents eux-mêmes. Un réquisitoire contre le bilan de la municipalité selon la formule consacrée de l’un d’entre eux : « putain, deux ans !»

4 juin 2016

trait union

Tout à l’heure, ce samedi 4 juin 2016, à midi, à la Germanor, j’étais conviée au traditionnel repas de Printemps de l’Association citoyenne de notre ville : Trait-d’Union-Cabestany

Tous les adhérents ou presque étaient présents et certains avaient amené avec eux amis et connaissances pour partager un bien sympathique buffet froid, accompagné des excellents vins de notre cave coopérative de Cabestany : « Terroirs romans ».

Après une courte allocution de bienvenue prononcée par la Présidente Colette Appert, on passait aux choses sérieuses et chacun prenait son assiette et se dirigeait vers l’un des buffets de son choix, des buffets à thème. Tapas, hors d’oeuvre, viandes froides, crudités, fromages et desserts alléchants.

Une formule qui semblait plaire à tous car en plus d’une excellente nourriture, chacun prenait sa chaise et pouvait aller bavarder et trinquer avec ou l’autre de ses amis dans la salle. Colette Appert, Patrick Sperring et Phil Gleizes n’auront pas beaucoup fait honneur au buffet, tant ils étaient accaparés par les uns ou les autres qui leur posaient beaucoup de questions, et ils répondaient à chacun avec pédagogie et on aura ainsi appris beaucoup de choses.

Puis, était ce initialement prévu ou était ce improvisé, et quelle étincelle aura mis le feu aux poudres,  mais on décidait d’échanger, de débattre à haute voix et de donner la parole à chacun. Et l’un des convives disait tout haut : « et si on parlait du bilan de la municipalité de 2014 à 2016, deux années noires qui resteront dans nos mémoires !».

Une initiative saluée par tous et que Colette aura bien eu du mal à tempérer, mais qu’elle aura su animer comme la meneuse de jeu d’une émission de télé, aidée par les autres conseillers municipaux, afin que chacun puisse s’exprimer mais surtout se faire entendre sans trop de brouhaha. Ce n’était plus « Nuit debout » place de la république à Paris, mais « Samedi debout » à Cabestany.

Intelligemment,  Colette Appert aura fait en sorte qu’on ne s’enlise pas dans le débat politique national actuel. Si on avait laissé la parole à certains, on n’aurait parlé que de la CGT, du PCF, et de l’obédience de la municipalité à ces acteurs ringards et dépassés qui prennent les français en otages. On aura même entendu des propos véhéments, au bord de la colère. Comme quoi le citoyen est exaspéré par ces syndicats qui ne représentent plus rien, mais qui s’arrogent le droit de nous « emmerder », de confisquer la démocratie, qui font de la politique tandis que les partis politiques font du syndicalisme. Tout cela est bien lamentable. On y aurait passé l’après midi, la soirée et …. sans doute la nuit sans l’intervention de Colette.

Colette Appert qui aura demandé à ce que l’on se recentre sur Cabestany : « Cabestany d’abord », et les participants à ce déjeuner avaient aussi beaucoup à dire sur le sujet, et bien plus encore …..

Lorsqu’on lit le Cabes’Infos qui dégouline d’auto-satisfaction on pourrait croire que tous les citoyens sont derrière Monsieur le Maire. En entendant des Cabestanyencs expliquer avec sincérité leur déception, leur désenchantement, sur ces deux années d’un mandat municipal raté et gâché qui ressemble à s’y méprendre à la déroute du Président, on se dit dans un même temps que ces électeurs n’ont pas du voter pour nous en 2014, mais que si c’était à refaire….. Bien maigre consolation quand même !

Tous se seront mis d’accord pour trouver scandaleuse cette augmentation pour la deuxième année consécutive de nos impôts locaux à Cabestany, de la part d’un maire qui voudrait nous faire croire qu’il sait gérer la commune. Mais l’un d’entre vous nous explique que le Maire attendrait que les comptes réels du premier trimestre soient plus ou moins enregistrés pour sortir le budget de l’année en cours. « S’il pouvait le sortir au mois d’aout, il le ferait et dès le mois de septembre on commence à rentrer dans les budgets rectificatifs : de la grande improvisation ». « Du grand n’importe quoi ». On appelle cela gérer au doigt mouillé. Mais c’est le contribuable qui casque !

L’un fait l’analogie avec la « Météo africaine ». Quoi, vous ne connaissez pas. Je connais un certain pays, que j’aime, mais où en guise de météo, on vous donne le temps qu’il faisait….. la veille.

On aura parlé de l’augmentation des impôts du département et quelqu’un aura demandé : « mais jusqu’où cela ira t’il ? » Depuis des années les impôts des collectivités territoriales s’envolent au point que le citoyen est tenté de rogner sur ses vacances, sur ses dépenses, sur le travaux qu’il aurait pu confier à un artisan local mais qu’il préfère payer … « au noir » (tout le monde fait Ouh ! Ouh !), ou encore faire lui même …. ou ne pas faire du tout. Il arrivera un moment où l’on ne pourra plus payer mais nos élus semblent n’en avoir rien à foutre !

Ce à quoi l’un des convives explique que c’est bien pour « punir » le citoyen d’avoir « des oursins dans sa poche » et de ne pas alimenter la consommation que des collectivités territoriales expliquent qu’il est légitime de construire des bâtiments – qu’ils soient utiles ou non et là n’est pas la question – pour soutenir l’emploi… et le PIB.  Ce qui ne convainc évidemment personne et nous ramène au temps des soviets.

On aura donc parlé de ce bâtiment « immonde » (« c’est vous qui le dites » ) de ce « furoncle » dans le paysage urbain qu’est cette monstruosité que l’on construit en face de la gendarmerie car il n’y avait sans doute aucun autre terrain de disponible et qu’il aura fallu combler un bassin réceptacle des eaux de pluie pour édifier ce « machin ». Tout le monde est contre. Non contre la jeunesse, ni même contre la nécessité ou non d’édifier ce type d’équipement public, mais contre cette trop chère et affreuse chose, choisie par concours par nos élus (quel goût de ch….. !) dit l’un d’entre vous. Et qui va nous couter la peau des f….   Et bien….. on dirait qu’on ne fait pas dans la dentelle aujourd’hui !

On aura parlé de l’éditorial du maire dans le dernier Cabes’Infos qui tendrait à faire croire qu’il n’y a plus de majorité à Cabestany pour la liste communisto-frondeuro-liberalo de la gauche. La quadrature du cercle. Mais les avis divergent. On en reparlera. En tous cas, personne ne croit que cette phrase a pu échapper à notre Maire : « à l’insu de son plein gré ».

On aura parlé de la nouvelle zone commerciale de Mas Guérido V. Pendant que le Mas Guerido traditionnel devient un désert et que les friches commerciales se multiplient. « Quelle idée saugrenue de faire de nouveaux centres commerciaux pour vider les autres » demande l’un des convives.

On aura parlé de beaucoup de choses pour arriver à la conclusion que le bilan de la municipalité de Cabestany entre  2014 et 2016 n’est guère reluisant. Mais un débat sur lequel, nous, chez Blog-Cabestany, on préfère laisser s’exprimer les conseillers de notre camp, et on n’aura fait que reproduire des propos qu’on aura entendu aujourd’hui prononcés de façon spontanée par des électeurs et citoyens. Ce qui aura fait dire à l’un des participants à ce déjeuner « Putain, deux ans !» …. fortement applaudi.

putain-2-ans

Colette Appert aura éludé les questions afférentes aux primaires de la Droite. Elle aura simplement dit : « pour ces primaires, nous avons la situation en mains ». Et ce sans plus de détails mais on nous aura fait comprendre que nos conseillers ne sont pas à la veille de rentrer dans des discussions stériles pour défendre l’un ou l’autre candidat, et que c’est la victoire de la Droite en 2017 qui est le seul sujet qui vaille et qui le sera jusqu’à ce que ces primaires désignent un candidat – quel qu’il soit – derrière lequel nous nous rangerons sans états d’âme.

Nos conseillers municipaux nous auront convaincus qu’ils sont attentifs à la vie municipale et « qu’après deux ans », ils ne baissent pas les bras et restent motivés plus que jamais. Mais que cette Association Trait-d’Union-Cabestany est aussi indispensable à la vie de notre commune car elle permet à des citoyens de s’exprimer, de dire ce qu’ils pensent, de se retrouver, d’échanger, ce qu’ils ne pourraient faire en dehors de ce genre de repas extrêmement convivial,  comme celui d’aujourd’hui.

L’assistance les aura tous encouragés – conseillers comme association – et leur aura demandé de continuer le boulot. DU BON BOULOT !

Quand à notre photographe, il serait resté coincé du côté de Canet !!!

Bon week end à tous

Cabestany : la Droite Républicaine et l’environnement !

3 juin 2016

bientot à cabestany001 - Copie

un jour à Cabestany ?

 » BÉTONNONS,  faisons des parkings construits par des maçons polonais, des centres commerciaux inutiles qui créent du travail précaire mais tuent le petit commerce de proximité, des lotissements pour attirer des chômeurs de la région parisienne, des bâtiments publics pour occuper les chômeurs dans la journée mais financés par ceux qui pendant ce temps là travaillent pour les financer , des routes qui ne mènent nulle part, et tout cela dans nos vignes qui sont des terrains inondables par définition et un jour les élus diront : « ON NE SAVAIT PAS ».  Quand les citoyens auront de l’eau jusqu’à la taille et que leurs meubles flotteront comme en ce moment en région parisienne. Les meubles ? quelle importance si on ne dénombre pas des victimes  »

Paul, l’un de nos amis écrit : « n’y avait t’il pas assez de terrain disponible entre la Germanor et Saleilles pour aller foutre ce que vous appelez le CASOT DES JEUNES dans un bassin de récupération des eaux pluviales en face de la gendarmerie ?  Si ce n’est pas de la provocation, mais qu’est ce que c’est donc ? « …..      De la provocation ? Mais non Paul ! Si tu as bien lu l’édito du maire dans le Cabes’Infos sorti hier, c’est ce qu’il appelle du PROGRESSISME !

La Droite Républicaine à Cabestany, et l’environnement

Cela fait plus de 10 ans, déjà, qu’au delà de la politique, ou avant de s’y intéresser, des Cabestanyencs anonymes qui sont aujourd’hui des militants, des co-listiers ou des conseillers municipaux de la Droite Républicaine, s’étaient rassemblés autour d’une préoccupation commune :  l’environnement. Ces citoyens avaient imaginé de créer leur propre association écologique à Cabestany. Mais il faut des moyens, de l’expertise, du savoir faire et ils avaient préféré rejoindre – à titre individuel – des associations existantes ou un mouvement politique.

L’Association Trait-d’Union-Cabestany se préoccupe également beaucoup de l’environnement, de développement durable, d’Écologie, sans que cela soit pour autant son unique ou principal objet.

En 2014, nos candidats et plusieurs de leurs co-listiers étaient particulièrement affutés sur ces préoccupations qui semblaient intéresser beaucoup de nos concitoyens durant la campagne. Nos candidats avaient travaillé leur programme dans les moindres détails, en s’appuyant sur des experts en la matière. Ce programme était tellement innovateur, audacieux, abouti, qu’on pourrait presque parier qu’il ne sera pas démodé en 2020. Mais pas question de dormir sur ses lauriers.

Personne ne pourra dire que la gauche à Cabestany  a pris les gens en traitre. Dans leur programme, les communistes, comme ils le font partout ailleurs (Seine Saint Denis et ses barres d’immeubles), nous promettaient du ciment, du mortier des briques et du macadam. La Droite voulait préserver Cabestany et en faire « un poumon vert » dans l’agglomération de Perpignan.

Le Cabestanyenc a choisi le bétonnage. Il l’a eu et il l’aura, jusqu’à plus soif… car pour le moment il n’a encore rien vu par rapport à ce qui pourrait se passer s’il ne réagit pas très vite.  On ne refera pas le match. En 2020 on verra, ….. si d’ici là on ne s’est pas exilé vers de plus verts pâturages laissant le béton à ses amoureux qui par leurs votes semblent approuver que l’on abime leur cadre de vie. Que chacun prenne son plaisir où il le trouve !

FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE) nous a envoyé – en primeur – son dernier rapport qui date seulement de quelques jours. FNE est une autorité en matière d’environnement et chapeaute des centaines d’associations en France. Ce n’est pas pour nous la référence unique. C’en est une. Qui compte. Et en plus l’un d’entre nous a un lien direct et privilégié avec l’un des responsables de cette Fédération qui pour des raisons personnelles s’intéresse beaucoup à Cabestany, au bassin du Réart, et tout ce qui fait notre environnement proche. Et de plus, on ne trouve pas, localement, et on se demande pourquoi, la documentation qu’ils possèdent en ce qui concerne notre département. Ce qui est un comble.

FNE, constituée d’experts, pose les bonnes questions, si elle ne donne pas toujours, à notre avis, les bonnes réponses. Mais elle travaille avec la méthodologie qui convient et ce rapport devrait vous éclairer.

Car on aura quand même sursauté en lisant le titre en première page : LE BILAN DE FRANÇOIS HOLLANDE. Un réquisitoire contre le Président de la République. Mal venu. Une sentence qui vient dans cet excellent rapport comme un cheveu sur la soupe, mais personne n’est parfait. Rassurez vous, on ne va pas défendre un Président qu’on ne veut plus jamais revoir, mais comment le lecteur pourrait il croire que tout allait mieux….. avant, en matière d’environnement. Et que depuis cinq ans tout va mal. Une maladresse de style ? 

Tout va mal depuis bien longtemps mais il est de fait que cela s’aggrave. A cause d’élus irresponsables, partout. Car des responsables politiques comme ceux qui dirigent la mairie à Cabestany sont loin d’être les seuls dans l’hexagone à contribuer à nous envoyer dans le mur et participent à cette inquiétante dégradation de ce cadre de vie que nous allons laisser à nos enfants.

Etes vous disposés à vous lamenter et dire que vous aussi vous ne saviez pas, que vous avez signé un chèque en blanc à vos élus, et qu’il est trop tard ?

Rien n’est inéluctable. Si nos conseillers de Droite ne le croyaient pas ils ne prendraient pas autant de peine à essayer de ralentir le train lancé à toutes allures.

Mais prenons nos responsabilités et ne donnons pas nous plus notre pouvoir à ces zadistes qui vivent des allocs’ et de Pole Emploi, qui dorment debout, parait il, et n’auront jamais les mains calleuses à gagner leur pitance de leurs mains. Travailler ? : Quelle horreur !

En cliquant ci-dessous,  vous téléchargerez ce petit rapport de seulement 32 pages avec intérêt pensons nous ! Et vous pourrez vous abonner à leurs publications.

 Derniere Publication 2016 de FNE

-o-

Bon week end à tous et on se réjouit de retrouver nos amis au repas de Trait-d’Union-Cabestany, demain samedi !

france nature environnementFrance Nature Environnement (FNE) est la fédération française des associations de protection de la nature et de l´environnement. C´est la porte-parole d´un mouvement de 3500 associations, regroupées au sein de 74 organisations adhérentes, présentes sur tout le territoire français, en métropole et outre-mer.

Quand France 2 nous abrutit avec une émission « pseudo-économique » politisée à la sauce PS version 2017.

1 juin 2016

index

Le billet d’humeur de Gersende, politologue, envoyé à minuit (!) à Blog-Cabestany

«   lorsqu’on va dans un restaurant mexicain on ne s’attend pas à trouver des sphagetti sur le menu, et lorsqu’on passe la porte d’un restaurant chinois on ne réclame pas des frites. Le dénommé Lenglet (chauve qui peut) nous aura concocté L’ANGLE ECO : la pire émission jamais réalisée par une chaine de TV publique financée par notre redevance.

Des vérités, certes, mais mélangées à tellement de contre vérités. Des omissions, des oublis, une présentation tronquée, pour nous démontrer que si Hollande c’est nul, c’est quand même moins pire que la Droite. Mais cela il ne le dit jamais. Il nous le suggère dans ses démonstrations alambiquées en espérant qu’on se laissera abuser. Il aura même mis dans la même recette une pincée des idées du Front National et de celles de Mélanchon. Pour faire populiste. Mais le tout enrobé par des ficelles destinées à faire appel à nos bons sentiments et à la morale. Qui pourrait nous reprocher ensuite d’être tombés dans le panneau ?

On sait où le journaliste de France 2 a préparé son émission. Du côté de Bercy. Mais a t’il passé plus de temps à l’étage de Sapin ou à l’étage de Macron. A vous de voir. On vous a servi le pire mixture qu’il était possible de vous cuisiner et qui vous a peut être même plu car avec beaucoup de sucre on nous ferait manger ce qu’il y a de plus amer. Mais on dirait bien que notre télé nationale est déjà en campagne. Pour qui ? Si vous ne l’avez pas deviné !

Un trop court moment avec Joseph E. Stiglitz, ancien conseiller de Bill Clinton, et Prix Nobel d’économie.

Nous avons en France un Prix Nobel d’Economie (2014) Jean Tirole, qui a écrit un livre qui décape et qui va à l’encontre de la bien pensance et des clichés. Un livre qui dérange et qui contrarie la plupart des programmes de nos politiques aussi bien de droite que de gauche. Mais des théories qui s’appuient sur des statistiques, du concret, et qui ne cherchent pas à plaire à une fraction des électeurs ou à une autre. Il était invité. On lui aura fait jouer le rôle d’alibi pour mieux nous enfumer. On est bien triste pour lui. Combien de temps lui aura t’on accordé pour s’exprimer ?

Mais pouvait t’on lui laisser dire qu’il faut d’abord commencer à créer de la richesse avant de la distribuer. Ne pas faire des dettes en se disant que le contribuable les paiera un jour ou l’autre, mais plutôt l’autre. Ne pas recourir systématiquement à l’impôt pour équilibrer les comptes et satisfaire ses lubies d’élus. Et ne pas faire du social en s’en prenant au livret A des classes moyennes. Car posséder un livret A même avec seulement quelques euros est plus condamnable aujourd’hui que de payer l’ISF. Et le sieur Macron n’a aucune envie de payer le sien mais prendrait bien notre livret A.

Jean Tirole est un économiste que nos gouvernants, syndicats, institutions, généralement  ignorent car cela rendrait leur soupe invendable. Le faire venir comme caution de ce qu’il ne pouvait cautionner était un coup tordu et mon téléphone n’arrête pas des sonner pour m’en parler et mes amis sont révoltés.

Sur 3 heures d’émission il y aura eu juste quelques minutes de potable. Si ces minutes vous font oublier le reste, tant mieux. Moi, je suis remontée contre ce lavage de cerveau des citoyens capables de réflexion que nous nous imaginons être.

Ne vous laissez pas abuser et gardez votre libre arbitre.

Et un bon livre comme celui de Jean Tirole vaut surement mieux qu’une émission racoleuse qui décrédibilise le service public. J’attends avec impatience de lire les critiques de cette émission demain aussi bien dans le Figaro que dans l’Huma. Je ne pouvais attendre demain pour vous envoyer mon billet en raison de la sympathie qui me lie à la rédaction de votre Blog… et de quelques autres.

Amitiés et à bientôt. Et surtout bonne nuit si vous n’êtes pas encore couchés. «  »

signé : Gersende

envoyé de mon téléphone : pardonnez les fautes

-o-

le livre de Jean Tirole :

9782130729969_v100