Archive for mai 2019

« JE vote, NOUS votons, Colette APPERT vote pour le Parti « Les Républicains ». Et « Gersende » nous explique que c’est le meilleur des choix !

24 mai 2019

Dernier jour de la campagne officielle pour les Elections de Dimanche

suivez Colette Appert sur Facebook :

https://fr-fr.facebook.com/colette.appertsaris

Notre amie Gersende, politologue à Paris, écrit :

« Peu importe que la Liste du R.N. ou celle de la REM arrive en tête dimanche. S’il y a 60% d’abstentionnistes et qu’une liste atteint 20% de voix, elle ne représentera environ que 8 français sur 100. La belle affaire ! Si quelqu’un pense que c’est l’un de ces deux partis qui va changer l’Europe, il se met le doigt dans l’oeil ! Voter Macron pour contrer Marine, ou voter Marine pour contrer Macron, et vous serez l’otage de ces deux partis qui ensemble ont truqué le match et se foutent de vous. Et si jamais vous faites  partie de ces électeurs qui en font une affaire de débat national, alors il est inutile que vous lisiez la suite de mon texte.

Voter pour l’une de ces deux listes ne changera rien dans la mesure où les députés de ces deux formations seront marginalisés. Chaque pays va envoyer des représentants de 5,6,7 ou 8 de ses propres partis politiques. On multiplie par 28 pays (puisque les Britanniques vont même voter). On pourrait arriver à un total de près de 200 mouvements politiques différents (ou plus)  qui vont se retrouver à Bruxelles. Vous imaginez un Parlement avec 200 partis ? Ces partis nationaux vont se regrouper en une douzaine de Partis Européens parfois disparates et ne reflétant pas toujours les idées de ceux qui les ont élus. Et ils vont faire des alliances, des coalitions éphémères ou durables, des combinaisons et des compromissions.  Car seule une coalition forte et majoritaire peut gouverner. Jusqu’ici on avait une alliance entre la Droite et la Gauche modérées. Qui avait la majorité absolue. A l’avenir qu’en sera t’il ? L’important étant de se retrouver à l’intérieur de la coalition dominante  et d’y avoir du poids. Sinon on ne fait que de la figuration. C’est bien l’enjeu de ce scrutin de dimanche. Mais ce n’est pas en votant pour l’une de ces deux listes que vous ferez changer les choses à Bruxelles. Alors que c’est le souhait des Français de voir l’Europe se réformer sans pour autant éclater ! Et vous pourriez faire davantage bouger les lignes en votant pour une liste qui en France ne dépassera pas les 10% mais qui est crédible au niveau Européen. « Les Républicains » feront plus de 10% dimanche et leur voix compte à Bruxelles quand les députés du FN, arrivés pourtant les premiers en France en 2014, n’ont jamais pu exister.

Les Verts à Bruxelles, qui avaient un jour un pied dans la coalition dominante, et le lendemain un pied au dehors, sont ceux qui auront le mieux défendus le climat, ce qu’il y a dans nos assiettes, et la transition écologique. Sans être entendus. Ils auront été ceux qui bossaient le plus lorsque tant de députés à Bruxelles ne font que de la figuration, embauchent copains et amis comme assistants parlementaires pour leur trouver une place au chaud,  et attendent le jour de la paye. Mais lorsqu’on a écouté les Verts et leur discours pertinent, que l’on commence à être séduits,  et que soudain ils nous expliquent qu’il faut faire de l’Europe la terre d’asile pour le reste du monde, notre enthousiasme retombe comme un soufflé raté. Quel dommage! Quelle folie ! Pourquoi sont ils obligés de mélanger écologie et marxisme ? A moins qu’ils n’imaginent encore que le Rideau de Fer était le meilleur rempart contre la pollution. Comme le nuage de Tchernobyl qui s’était arrêté – nous avait t’on dit – à nos frontière !?

Pour le deuxième tour des Présidentielles, j’étais restée à la maison. Je pressentais ce qui allait arriver. Vous pouvez me relire. Mais c’est aussi mon job que d’essayer de prévoir ! J’écrivais que avant deux années du mandat de ce nouveau Président, une partie de ces Français qu’on marginalise serait dans la rue. (qu’ils portent un gilet jaune ça je ne l’avais prédit). Mais j’avais anticipé que la majorité silencieuse des Français aurait – presque – envie de les rejoindre sur les ronds points. Que les classes moyennes auraient – presque – envie de les soutenir se sentant elles mêmes méprisées et dévalorisées par ce pouvoir d’amateurs.  Que les français moyens auraient – presque – envie de voter pour les extrêmes et les populistes. Pour les illusionnistes et les progressistes de bazar. Ces derniers étant les plus suffisants, les plus imbus d’eux mêmes, et donneurs de leçon en plus. Ce progressisme en arrive à nous donner la nausée. Comme chantait Souchon : « c’est bidon ».  Comme j’aimerai pouvoir dire aujourd’hui que je m’étais trompée dans mes prévisions ? Mais la réalité est pire que ce que mon pessimisme me faisait entrevoir. Et l’avenir est peut être encore plus sombre que je ne l’imagine !

Moi, dimanche, j’irai voter. Je voterai pour les Républicains. Le meilleur choix selon moi dans le contexte actuel. Dans l’isoloir, chacun évidemment, fera selon son coeur. Et chaque voix est respectable. Mais essayez d’éviter de vous faire pièger avec ce duel diabolique entre ces deux listes RN et LREM. Ils se sont entendus comme larrons en foire  pour nous faire tomber dans le panneau. Ne nous y trompons pas,  ne soyons pas naifs, car ces gens là nous prennent pour des imbéciles. La France ne mérite elle pas mieux ? Ne méritons nous pas mieux ?

Mais vous êtes sans doute de ceux qui sont plus intelligents que cela pour ne pas tomber à pieds joints dans ce piège grossier !

Affectueusement à tous,

Gersende, à Paris, le 24 mai 2019, pour mes amis bretons, parisiens ou ch’tis. Pour ceux des ardennes, ceux des P.O., de la région PACA, et tous les autres.

Reconnaissez le bon bulletin pour les Élections Européennes de dimanche !

24 mai 2019

Tous les éléments de cette page proviennent de la campagne officielle du Parti « Les Républicains »

Vous pouvez télécharger le bulletin ci-dessous mais il n’y a aucun doute quant au fait que vous trouverez ce bulletin de vote dans l’enveloppe que vous a remis la Poste concernant ces élections. Et que nous sommes sceptiques et prudents quant au fait qu’un bulletin téléchargé et imprimé chez soi ne soit pas refusé pour une tache, un défaut ou autre….

Mais vous trouverez également ce bulletin dans votre bureau de vote où il n’y aura peut être pas les 34 bulletins des différentes listes.

Alors apprenez à reconnaitre le BON bulletin, ci-dessous :

Bulletin de vote du Parti « Les Républicains »

FIN DE CAMPAGNE OFFICIELLE POUR LES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DU DIMANCHE 26 MAI 2019

Bon week end et à lundi !

« Refonder l’Europe, Rétablir la France »

23 mai 2019

Tous les éléments de cette page proviennent de la campagne officielle du Parti « Les Républicains »

-o-o-

« Les candidats du Parti « Les Républicains » aux Élections Européennes

22 mai 2019

Tous les éléments proviennent du site officiel du Parti « Les Républicains »

Le 16 mars dernier, réuni à Lyon, notre Conseil national a validé les 26 premiers candidats qui composeront notre liste et porteront nos couleurs pour les élections européennes du 26 mai prochain. Une liste de conviction, de rassemblement, de renouvellement mais aussi d’expérience.

« Je suis fier de ceux qui vont porter nos couleurs. Oui, je suis fier d’eux. Vous le savez, je me suis battu pour ce choix et je vous remercie de m’avoir fait confiance. Ils disent une chose : c’est une droite qui avance en relevant la tête, ce sont des personnalités de convictions ; c’est avec eux que la reconstruction commence. Et déjà les lignes se sont mises à bouger. » – Laurent Wauquiez

Le trio de tête

Dès le 29 janvier, notre Commission nationale d’investiture, présidée par Eric Ciotti, a désigné les trois premiers candidats de notre liste pour les élections européennes : François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean. Aux côtés de Laurent Wauquiez, nous démontrons que la droite a de l’avenir. Ce trio incarne la réussite du rassemblement autour de convictions fortes.

François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean

François-Xavier Bellamy est professeur agrégé du second degré et adjoint au maire de Versailles. Il fait partie de ceux qui avec courage ont dénoncé les dégâts de la déconstruction de l’Éducation nationale et défend avec constance l’enracinement et la transmission de notre identité et de notre culture. Il est l’auteur de deux essais : Les Déshérités ou l’urgence de transmettre et Demeure – Pour échapper à l’ère du mouvement perpétuel.

Agnès Evren est vice-présidente de la région Île-de-France en charge de la culture et a été entrepreneur. Proche de François Baroin comme de Valérie Pécresse, elle a été élue présidente de la fédération des Républicains de Paris.

Arnaud Danjean est un député européen reconnu, expert de la lutte contre le terrorisme et des questions de sécurité et de défense. Représentant de la sensibilité du centre droit, il a décidé de rester fidèle à sa famille politique et de dénoncer avec beaucoup de justesse le gâchis catastrophique d’Emmanuel Macron après les espoirs qu’il avait suscités en Europe.

Ce sont les nouveaux visages de la nouvelle droite. C’est le choix du rassemblement et du renouvellement. Ce sont des élus de conviction, une nouvelle génération engagée, qui porte des valeurs et qui incarne également les différentes sensibilités de notre famille politique.

Notre liste

Le 6 mars, la Commission nationale d’investiture a complété notre liste en dévoilant 20 nouveaux candidats qui accompagneront le trio composé de François-Xavier Bellamy, Agnès Evren et Arnaud Danjean.

Liste des Républicains aux élections européennes

Les noms affichés en bleu ci-dessous sont des liens internet qui vous permettront de trouver plus d’informations sur le candidat en cliquant dessus

1. François-Xavier Bellamy 41. Philippe Vitel
2. Agnès Evren 42. Stéphanie Ficarella
3. Arnaud Danjean 43. Sacha Bénisti
4. Nadine Morano 44. Lauriane Josende
5. Brice Hortefeux 45. Kévin Para
6. Nathalie Colin-Osterlé (Les Centristes) 46. Véronique Martinez
7. Geoffroy Didier 47. Gerald Henrion
8. Anne Sander 48. Martine Aury
9. Frédéric Pechenard 49. Patrick Brisset (Les Centristes)
10. Laurence Sailliet 50. Sandrine Dauchelle
11. Franck Proust 51. Guillaume Michaux
12. Cristina Storoni 52. Marie-Dominique Aubry
13. Alain Cadec 53. Romain Bonnet
14. Lydia Guirous 54. Sarah Boualem
15. Bernard Asso 55. Maxime Vergnault
16. Angélique Delahaye 56. Anaïs Jéhanno
17. Guillaume Guérin 57. Abdoul Doukaini
18. Anne Brissaud (Les Centristes) 58. Stéphanie Jankiewicz
19. Patrick Boré 59. Antoine Carré (Les Centristes)
20. Sonia Petro 60. Hortense Chartier
21. Philippe Meunier 61. Laurent Hamon
22. Françoise Guégot 62. Anne-Cécile Suzanne
23. Bernard Carayon 63. Gaétan Juillat
24. Faustine Maliar 64. Brigitte Fischer-Patriat
25. Sébastien Pilard 65. Marc Langé
26. Livia Graziani-Sanciu 66. Nathalie Béranger
27. Xavier Wiik 67. Gabriel Melaïmi
28. Sandrine Chaix (Les Centristes) 68. Brigitte Rivière
29. David Labiche 69. Philippe Moreau
30. Isabelle Froment-Meurice 70. Sylvie Trautmann (Les Centristes)
31. Pascal Marie 71. Philippe Monnet
32. Karine Charbonnier 72. Fabienne Le Ridou
33. Didier Irigoin 73. Bernard Faureau
34. Laetitia Quilici 74. Amanda Guénard
35. Lewis Marchand 75. Sébastien Weil
36. Marie-Laure Dalphin 76. Valérie Lecerf-Livet
37. Guillaume Arquer 77. Pierre Maurin (Les Centristes)
38. Léa Boyer 78. Nathalie Roussel
39. Fadi Dahdouh 79. Michel Dantin
40. Aurélie Troubat (Les Centristes)

 

Nous sommes persuadés que pour sauver l’Europe, elle doit être placée au service des peuples européens. Avec toujours plus de ce qui ne fonctionne plus (plus de technocratie, plus d’élargissements, plus de taxes) et le projet d’une Europe sans frontières, Emmanuel Macron propose d’accélérer dans le mur ; Marine Le Pen propose de sauter de la voiture (en ayant pour horizon la destruction de l’Union européenne et la sortie de l’euro). Nous voulons changer de direction.

Il faut une Europe de l’efficacité qui réponde aux préoccupations des Français : l’arrêt de l’immigration de masse et des élargissements, la lutte contre le terrorisme islamiste, la défense de nos intérêts pour ne plus subir la mondialisation, les grands projets concrets pour préparer notre avenir…

Forte d’expériences et de sensibilités complémentaires, notre famille politique a une volonté commune : nous sommes la seule alternative républicaine et crédible à Emmanuel Macron, la seule liste qui permette de dire oui à l’Europe et non à Emmanuel Macron.

« Le choix que nous faisons pour les européennes, c’est d’affirmer qui nous sommes et de dire clairement « vous ne nous dictez pas ce que nous avons le droit de penser. » Il est temps que la droite ouvre une nouvelle page en ne renonçant plus à ses idées. » – Laurent Wauquiez

« Le Projet » du Parti « les Républicains » pour les Elections Européennes

21 mai 2019

Tous les éléments de cette page proviennent du site des Républicains. En bas de page vous pourrez également télécharger le projet sous forme de PDF.

LE PROJET

Le 26 mai prochain, vous voterez pour désigner les 79 députés qui représenteront la France au Parlement européen.

Le 26 mai prochain, vous aurez la responsabilité d’élire des députés européens dévoués et utiles pour défendre vos intérêts et porter vos convictions.

Le 26 mai prochain, vous aurez entre vos mains une part de l’avenir de notre pays et de notre continent.

Pourquoi cette élection est-elle décisive pour notre avenir ?

Parce que nous, les Républicains, savons que la France n’a jamais eu autant besoin de l’Europe face à l’immigration de masse, face à la Chine et aux États- Unis qui n’hésitent pas à défendre leurs intérêts, face aux défis des géants du numérique, face au changement climatique, face à la montée de l’islamisme. Et pourtant, jamais l’Europe n’est apparue aussi défaillante. Pour la sauver, nous devons changer l’Europe.

Parce que nous, les Républicains, membres du Parti populaire européen (PPE), la première force politique européenne, avons des alliés et des interlocuteurs pour changer l’Europe. Nous refusons de fracturer l’Europe entre «progressistes» et «nationalistes». L’Europe ne progressera que si elle s’appuie sur les nations qui la composent. Pour tous les Européens convaincus dont nous sommes, les inquiétudes légitimes exprimées par les peuples européens – tant à l’occasion du Brexit que des élections en Autriche, en Allemagne ou en Italie – doivent être perçues comme de salutaires électrochocs et l’occasion d’une refondation du projet européen. Notre ennemi n’est pas le repli nationaliste mais ce qui produit le repli nationaliste. C’est ce à quoi nous allons nous attaquer.

Parce que nous, les Républicains, n’oublions pas que l’Union européenne, la plus belle construction politique depuis la Seconde Guerre mondiale, garante de la paix, doit avoir pour raison d’être la protection des peuples européens. Nous devons nous mobiliser pour lui redonner un avenir.

Une France forte dans une Nouvelle Europe.

Nous, les Républicains, refusons que l’Union européenne soit le paravent des lâchetés politiques, qui depuis tant d’années conduisent à ne jamais oser réformer vraiment notre pays; une France qui doit lutter contre le gaspillage de l’argent public, régler son problème de sous-compétitivité chronique, adopter un plafond d’immigration légale pour choisir qui s’installe sur son sol, s’attaquer aux dérives de l’assistanat et mieux valoriser le travail, en replaçant le respect et l’autorité à leurs justes places. Si la France a rarement été aussi isolée sur la scène européenne, c’est parce qu’elle n’est pas en position de force: pour la première fois, notre pays aura cette année le déficit public le plus élevé de tous les pays de la zone euro. Pour que la France retrouve une voix en Europe, nous devons commencer par être exemplaires dans la gestion de notre pays. Cette responsabilité, c’est celle d’Emmanuel Macron.

Contrairement à ce qu’affirment les extrémistes, tous ces maux de notre pays ne sont pas imputables à la construction européenne. Mais ce n’est pas une raison pour fermer les yeux face aux défaillances de l’Union européenne, qui doit plus que jamais faire la preuve de son efficacité au service des peuples européens. L’Europe doit être un levier de puissance pour notre pays, non un frein à son essor et son rayonnement international.

Il y a un autre chemin pour l’Europe.

Nous, les Républicains, constatons qu’il y a aujourd’hui deux impasses pour l’Europe.

La première impasse est celle des extrêmes, qui ont toujours pour horizon la déconstruction de l’Union européenne et de l’euro. Ce serait un désastre pour la France, dont le coût pèserait d’abord sur les Français. Avec une nouvelle monnaie dévaluée, leur épargne et leur pouvoir d’achat seraient attaqués.

Avec pour seule perspective d’isoler notre nation, ce sont les intérêts de la France qui seraient directement atteints. Marine Le Pen et son ex-futur Premier ministre Nicolas Dupont- Aignan proposent un grand saut dans le vide. Comment souhaiter un « Frexit » alors même que le Brexit démontre sous nos yeux que les apprentis-sorciers ne mènent qu’au désordre ?

La deuxième voie sans issue est la fuite en avant incarnée par Emmanuel Macron, proposant toujours plus de ce qui n’a pas marché : toujours plus d’élargissements (aux pays des Balkans comme il l’a appelé de ses vœux à Trieste en juillet 2017), toujours plus de bureaucratie (en proposant la création de quinze nouvelles agences ou structures européennes), toujours plus d’immigration (puisqu’il se refuse de ramener les bateaux de passeurs sur les côtes africaines et qu’il souhaite répartir les migrants entre pays européens). Il propose aussi de créer une fiscalité européenne pour financer des institutions supplémentaires: nous refuserons toute nouvelle taxation des entreprises ou des ménages européens alors que notre pays a le record des prélèvements obligatoires de l’OCDE.

Les postures d’Emmanuel Macron varient au gré du vent, mais sa volonté d’enfermer le débat européen dans un choix binaire reste intacte : en opposant les auto-proclamés «progressistes» à la prétendue «lèpre nationaliste», il isole la France et menace de faire imploser l’Union européenne. Depuis son discours sur l’Europe à la Sorbonne il y a un an et demi, aucune de ses grandes idées ne s’est traduite en actes concrets. Nous devons lever le voile sur cette réalité.

Il est temps de dire la vérité aux Français. Il est si facile, comme le font certains, d’adopter des postures stériles qui trompent les citoyens. Chacun doit saisir l’enjeu de cette élection européenne. Il y aura le choix entre trois attitudes.

La première, celle de Marine Le Pen, consiste à sauter de la voiture, une folie. La deuxième, celle d’Emmanuel Macron, repose sur les mêmes discours tenus depuis des décennies et a une conséquence : accélérer dans le mur.

Nous voulons un changement de direction. Redonnons au projet européen des pierres d’angle. Je crois en une Europe qui défend sa civilisation, qui assume le rapport de force avec les géants du XXIe siècle e»t qui protège efficacement nos frontières.

Oui, il y a un autre chemin pour l’Europe. Laurent Wauquiez

Un projet conquérant pour une Europe qui protège nos frontières, nos entreprises et notre civilisation.

L’Europe ne doit pas être le nom d’un vide. Elle est d’abord une civilisation dont le mode de vie est aussi précieux que les valeurs. L’Europe ne vient pas de nulle part : elle est le fruit de racines gréco-latines, judéo-chrétiennes et de l’héritage des Lumières. Dans une mondialisation déséquilibrée, nous avons la responsabilité de porter une voix unique qu’il s’agit de transmettre aux générations à venir. Ce combat est d’autant plus important face à la montée de l’islamisme qui menace les fondements mêmes de notre civilisation. La France a besoin d’une Europe qui sait qui elle est et qui sait ce qu’elle veut.

Si nous sommes attachés à cette maison commune qu’est l’Europe, si le projet européen est inscrit dans l’ADN de notre famille politique, nous devons mesurer et combattre les dysfonctionnements profonds de l’Union européenne. Agir au coeur des institutions européennes pour être utiles, combatifs et efficaces au service des intérêts des Français : telle est notre ambition.

Alors qu’Emmanuel Macron avait soulevé l’espoir de remettre l’Europe en marche, il a mis la France en marge de l’Europe. Nous voulons nous appuyer sur les nouveaux leaders de la droite européenne pour changer l’Europe, défendre et mieux protéger la France et les Français, en bâtissant :

I. L’Europe Frontière, qui arrête enfin l’immigration de masse, nous défend face au terrorisme islamiste et protège notre territoire, en refusant tout nouvel élargissement ;

II. L’Europe Civilisation, qui assume et défend notre histoire, transmet et fait rayonner avec fierté notre identité et nos valeurs ;

III. L’Europe Puissance, qui sort de la naïveté et assume la défense de nos intérêts, de nos emplois, de nos entreprises, face aux géants de la mondialisation – Etats-Unis et Chine en tête ;

IV. L’Europe Projet, éloignée du «toujours plus» de normes et axée sur le développement prioritaire de grands projets stratégiques, utiles pour notre économie, pour notre influence, pour notre futur ;

V. L’Europe Efficace, dont l’action sera plus rapide, plus démocratique, moins technocratique, respectueuse des citoyens et des nations européennes.

I. #EuropeFrontière

L’Europe qui protège notre territoire, arrête l’immigration de masse, lutte contre le terrorisme islamiste et refuse tout élargissement.

Lutter contre l’immigration illégale.

#PROPOSITION 1

Mettre en place une double protection de nos frontières : une protection européenne et une protection française, pour arrêter l’immigration de masse.

Réformer le « Codes frontières » pour pérenniser le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures, tant que les frontières extérieures de l’Union européenne ne nous protègent pas efficacement des flux migratoires incontrôlés.

#PROPOSITION 2

Désormais, les demandes d’asile doivent être traitées en dehors de nos frontières, en amont de l’immigration en Europe, en refusant l’ouverture de nouveaux centres d’accueil européens proposée par Emmanuel Macron.

Ainsi, des centres internationaux d’étude de l’asile, situés notamment sur la rive Sud de la Méditerranée ou au Proche-Orient, serviront à déterminer la réalité du statut de réfugié des populations candidates à l’immigration sur le sol européen.

#PROPOSITION 3

Toute personne qui n’aurait pas respecté la procédure de demande d’asile via les centres internationaux d’étude de l’asile, devra se voir refuser l’entrée sur le territoire de l’UE et être expulsée – c’est ainsi que procèdent les Etats-Unis et l’Australie.

#PROPOSITION 4

Doter l’Europe d’un véritable Corps de garde-côtes et garde-frontières chargé d’empêcher les entrées illégales en Europe, et en tripler le budget pour systématiser les contrôles aux frontières extérieures de l’Union, en faisant monter en puissance les forces de contrôle naval et aérien de la Méditerranée.

#PROPOSITION 5

Ramener systématiquement les bateaux de migrants sur les côtes africaines pour sauver des vies et stopper les filières mafieuses d’immigration illégale, en travaillant précisément, avec les pays d’origine, à la neutralisation de ces bateaux de passeurs, notamment dès les ports de départ.

#PROPOSITION 6

Permettre une plus grande efficacité dans les expulsions de personnes en situation irrégulière : grâce au partage des données via un fichier européen des personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire pour qu’elle soit effective dans tous les pays de l’espace Schengen et en harmonisant au niveau européen les procédures d’expulsion de personnes en situation irrégulière.

#PROPOSITION 7

Multiplier les vols groupés organisés par FRONTEX au niveau européen, pour expulser les immigrés illégaux.

#PROPOSITION 8

Ne plus octroyer d’aide au développement ou des visas aux pays tiers d’Afrique, du Moyen-Orient ou d’Asie, qui refusent le retour de leurs ressortissants arrivés illégalement en Europe. L’UE ne peut plus octroyer des milliards d’euros d’aide à des pays, sans les obliger à agir contre l’immigration illégale et les filières mafieuses.

#PROPOSITION 9

Faire financer l’augmentation des moyens de Frontex pour le contrôle de nos frontières par les visas et titres de séjour.

#PROPOSITION 10

Mettre fin à l’accès automatique aux prestations sociales pour les étrangers extra-européens (minima sociaux, accès aux logements sociaux et allocations familiales) s’il n’y a pas eu au moins trois années de cotisations préalables.

#PROPOSITION 11

Dénoncer au niveau européen le Pacte de Marrakech qui encourage l’immigration et promeut le multiculturalisme. C’est aux Etats et aux peuples européens de décider qui entre en Europe.

Lutter contre le terrorisme islamiste.

#PROPOSITION 12

Adopter un Bouclier européen contre l’islamisme, comprenant : le strict contrôle et la possibilité d’interdire les financements extra-européens de l’islam, la fermeture immédiate des lieux de culte islamistes, l’identification commune des imams salafistes, l’expulsion des étrangers radicalisés et le refus du retour de djihadistes sur le sol européen.

#PROPOSITION 13

Renforcer d’un point de vue technique, humain et budgétaire, les structures européennes comme les agences Europol et Eurojust pour traquer les terroristes et accroître le partage d’informations entre autorités nationales.

#PROPOSITION 14

Doter le futur Parquet européen, opérationnel en 2020, de compétences additionnelles en matière de lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée, soutenant la coordination des enquêtes entre autorités nationales et locales et permettant un échange d’informations clés sur les filières criminelles et terroristes.

#PROPOSITION 15

Généraliser le contrôle des vols aériens (PNR – « Passenger Name Record ») aux vols intérieurs et partager les renseignements sur les individus radicalisés.

Des frontières stables : aucun nouvel élargissement de l’UE ou de l’espace Schengen.

#PROPOSITION 16

Refuser tout nouvel élargissement de l’Union européenne, contrairement à Emmanuel Macron qui a appelé de ses voeux l’élargissement aux pays des Balkans à Trieste en juillet 2017. La France doit exiger l’arrêt de tout élargissement.

#PROPOSITION 17

Arrêter définitivement le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

#PROPOSITION 18

Stopper l’extension de l’espace Schengen, contrairement à Emmanuel Macron qui souhaite y intégrer la Roumanie. Nos députés européens s’y opposeront.

II. #EuropeCivilisation

L’Europe qui assume et défend notre histoire, fait rayonner notre identité et nos valeurs.

L’Europe qui s’affirme en tant que civilisation.

#PROPOSITION 19

Inscrire les racines judéo-chrétiennes de l’Europe, ainsi que l’héritage gréco-romain et celui des Lumières, dans les Traités européens et dans une nouvelle Charte européenne des valeurs et des devoirs.

#PROPOSITION 20

Conditionner l’obtention ou le renouvellement d’un titre de séjour à l’adhésion à la Charte européenne des valeurs et des devoirs – comprenant notamment la réaffirmation absolue des principes de mixité et d’égalité entre les hommes et les femmes, le respect de la liberté d’expression, l’interdiction de la polygamie, de l’excision et l’intangible supériorité des lois politiques sur les lois religieuses – dont la méconnaissance ou nonsignature vaudra rejet automatique de la demande de titre de séjour et l’expulsion du territoire européen.

#PROPOSITION 21

Etablir un Pacte européen contre l’antisémitisme, pour transmettre durablement la mémoire, mettre un terme aux discours de haine, notamment sur les réseaux sociaux et adopter une définition européenne de l’antisémitisme, incluant la négation de l’Etat d’Israël.

#PROPOSITION 22

Lancer une initiative juridique européenne pour protéger la dignité humaine, en interdisant la Gestation pour autrui (GPA) et en luttant contre la marchandisation du corps humain et le trafic d’organes.

Défendre un patrimoine culturel unique.

#PROPOSITION 23

Instaurer le « 1% culture » européen : faire passer le budget dédié à la politique culturelle de 0,15% à 1% du budget européen pour préserver notre patrimoine dans nos territoires (églises, châteaux…)

#PROPOSITION 24

Instaurer un fléchage obligatoire d’une partie des fonds européens dédiés aux Régions, pour la préservation du patrimoine ; et faire monter en puissance le Label du Patrimoine européen pour valoriser les sites culturels témoins de l’histoire et de la construction européenne.

#PROPOSITION 25

Défendre la diversité linguistique au sein des institutions européennes. L’anglais ne doit donc pas demeurer la langue de travail dominante de l’Union européenne, d’autant plus dans le contexte du Brexit. La promotion de la langue française dans les institutions européennes doit être une priorité.
Rendre obligatoire l’utilisation du français pour la diffusion des contenus des sites internet d’information des institutions et agences de l’Union européenne. Chaque citoyen européen doit avoir accès aux informations publiques de l’UE dans sa langue maternelle.

#PROPOSITION 26

Instaurer un « Erasmus 3.0 » universel : 30 ans après sa création, renforcer le programme pour permettre à chaque jeune, collégien, lycéen, apprenti ou en études supérieures, d’effectuer dans son parcours, un trimestre ou un semestre éducatif, académique ou de formation professionnelle dans un autre pays européen.

#PROPOSITION 27

Transmettre aux plus jeunes le sens de la civilisation européenne, en renforçant notamment l’apprentissage de l’histoire de l’Europe et du fonctionnement de l’Union européenne dès l’école primaire, en généralisant les jumelages pour tous les collèges et lycées avec des établissements d’autres Etats membres, et en développant les systèmes de correspondance entre ces élèves (notamment grâce aux outils numériques).

#PROPOSITION 28

Faire de Strasbourg le siège unique du Parlement européen pour le travail parlementaire, administratif et législatif, en respectant ainsi les Traités européens et l’histoire de la construction européenne. Dès lors, refuser tout rassemblement des institutions européennes exclusivement à Bruxelles.

#PROPOSITION 29

Créer un Grand Musée européen de l’Histoire et de la Civilisation européenne à Strasbourg et développer des antennes dans chaque capitale de l’UE.

#PROPOSITION 30

Faire figurer sur les futurs billets d’euro la devise de l’Union européenne, des grandes figures historiques européennes (des auteurs, à l’image de Goethe, Molière ou Cervantès, des scientifiques, comme Einstein ou Pierre et Marie Curie, des grands artistes, comme l’étaient Mozart, Rembrandt, Van Gogh ou Maria Callas) et des monuments incarnant nos racines latines et judéo-chrétiennes, nos métropoles et territoires européens, leur culture et leur génie architectural (comme l’Acropole d’Athènes, le Mont-Saint-Michel, le Dôme de Berlin, la Cathédrale de Milan ou le Pont de l’Europe).

Protéger l’environnement naturel du continent.

#PROPOSITION 31

Instaurer une « Barrière écologique », grâce à la mise en oeuvre de droits de douane anti-pollution sur les produits importés de pays qui ne respectent pas nos normes environnementales ou sociales, pour augmenter le budget européen dédié à la recherche et l’innovation.

#PROPOSITION 32

Mettre en oeuvre un Plan européen pour le climat, piloté par un « Haut-Commissaire européen pour le climat et la biodiversité » favorisant notamment les prêts à taux zéro de la Banque européenne d’investissement aux Etats membres, aux collectivités, aux entreprises et aux particuliers.

#PROPOSITION 33

Lutter contre le dérèglement climatique et réduire notre dépendance énergétique, en visant le « 0 carbone » à horizon 2050 et en favorisant un mix énergétique adapté aux réalités des territoires.

#PROPOSITION 34

Renforcer l’économie circulaire, notamment en valorisant les filières de recyclage pour bénéficier des opportunités du traitement des déchets et promouvoir la bioéconomie, véritable vecteur de croissance et de valeur ajoutée, particulièrement pour nos agriculteurs.

#PROPOSITION 35

Mettre en place une « Stratégie plastique » ambitieuse au niveau européen consistant à systématiser les modes de collecte et de recyclage à l’échelle de l’UE en les rendant au plus simples et plus efficaces.

III. #EuropePuissance

L’Europe qui défend nos entreprises, nos emplois et nos intérêts face aux géants de la mondialisation.

L’Europe qui renoue avec la préférence européenne et française pour nos entreprises.

#PROPOSITION 36

Face aux produits étrangers, mettre en place une « double préférence » : européenne et française, sur le modèle du « Buy American Act », en assumant de donner la priorité à nos entreprises et nos emplois.

#PROPOSITION 37

Créer un droit permettant de réserver 50% de nos marchés publics aux entreprises locales, particulièrement les PME.

#PROPOSITION 38

Imposer la stricte réciprocité dans les échanges internationaux : un pays qui ne laisse pas entrer nos entreprises françaises et européennes sur son marché ne doit plus pouvoir accéder au marché européen.

#PROPOSITION 39

Mettre en oeuvre dans les meilleurs délais le mécanisme européen de filtrage des investissements étrangers, porté par les Républicains au Parlement européen, pour protéger durablement nos secteurs stratégiques, en développant une coopération européenne structurée pour l’intelligence économique.

#PROPOSITION 40

Instaurer un Fonds européen d’investissement, financé notamment par la Banque européenne d’investissement (BEI) pour amplifier le Plan d’investissement pour l’Europe dit « Plan Juncker », dédié aux PME familiales et aux savoir-faire d’excellence.

#PROPOSITION 41

Refonder la politique de négociations commerciales de l’Union européenne :
Imposer la stricte réciprocité dans l’ouverture des marchés publics avec nos partenaires étrangers.
Pour tous les accords commerciaux envisagés ou en cours de négociation par la Commission européenne, imposer la « compétence mixte » qui permet de rendre obligatoire la consultation des parlements nationaux sur l’accord conclu.
• Imposer, pour tous ces accords, une évaluation automatique tous les 5 ans, avec une clause de revoyure de l’accord si celui-ci s’avère défavorable à l’Union ou à certains de ses Etats membres.
Actualiser les mandats de négociations commerciales de l’UE avec des pays-tiers, dont certains datent de plusieurs années (comme celui avec le Mercosur auquel nous nous opposons fermement), afin de s’adapter aux réalités économiques actuelles pour défendre efficacement nos intérêts.

Promouvoir l’agriculture française en Europe et dans le monde.

#PROPOSITION 42

S’opposer à la baisse prévue du budget de la PAC (jusqu’à 15%) et le maintenir intégralement, en conservant notamment pleinement les paiements directs, pour protéger notre agriculture française en Europe.

#PROPOSITION 43

Rétablir la préférence communautaire dans le domaine agricole, au service de la sécurité alimentaire de l’Europe.

#PROPOSITION 44

Créer un « Fonds européen permanent de prévention et de gestion des crises agricoles » viable, flexible et efficace pour intervenir rapidement en dehors du principe budgétaire d’annualité de la PAC.

#PROPOSITION 45

Construire une agriculture d’avenir :
• Assurer le renouvellement des exploitations agricoles par un soutien massif aux jeunes agriculteurs.
• Développer des stratégies de modernisation des exploitations.
• Renforcer les aides à la conversion vers l’agriculture biologique.
• Défendre des synergies avec d’autres programmes européens (ex : les applications du secteur spatial au secteur agricole dans la gestion des terres et des ressources).
Protéger durablement les terres agricoles françaises et européennes face aux phénomènes de financiarisation et de concentration des exploitations agricoles.

#PROPOSITION 46

Au-delà des mécanismes nationaux, confier aux régions la gestion de tous les fonds européens du 2ème pilier de la PAC pour dynamiser le soutien local aux projets agricoles.

#PROPOSITION 47

S’opposer à la baisse prévue du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) :
• Développer des outils d’accompagnement pour les pêcheurs (soutien, formation…), notamment pour nos pêcheurs artisanaux et pour nos jeunes pêcheurs.
• Financer la modernisation des flottes.
• Assurer la préservation des ressources halieutiques en combattant les pratiques de pêche nuisibles à l’environnement telles que la pêche électrique.

#PROPOSITION 48

Négocier un accord spécifique avec le Royaume-Uni dans le cadre du Brexit pour défendre l’accès des pêcheurs français aux eaux britanniques.

#PROPOSITION 49

Adopter une politique européenne d’incitation à la consommation de produits agricoles et de pêche locaux, notamment dans les cantines scolaires, favorisant les circuits courts et l’approvisionnement local. Cela est à la fois bénéfique pour l’environnement et pour nos agriculteurs. Il est absurde d’importer des produits agricoles qui proviennent de l’autre bout du monde.

L’Europe qui combat la concurrence déloyale et qui défend son industrie.

#PROPOSITION 50

Faire cesser le dumping social au sein de l’UE :
• Défendre une vraie révision de la directive sur les travailleurs détachés, pour faire cesser le dumping social au sein de l’Union européenne.
• Réviser le règlement européen sur les systèmes de sécurité sociale : les travailleurs détachés doivent payer les cotisations sociales du pays dans lequel ils travaillent.
• Porter une révision ambitieuse des règles du transport routier européen, pour mettre un terme à la concurrence déloyale dans ce secteur.
• Renforcer l’arsenal de contrôle et de sanction des structures spécialisées dans le détachement des travailleurs.

#PROPOSITION 51

Renforcer massivement le contrôle des produits importés pour vérifier qu’ils respectent nos normes de sécurité, sanitaires et environnementales, et alléger les contrôles sur les producteurs européens qui respectent déjà les standards les plus élevés du monde.

#PROPOSITION 52

Transformer radicalement la politique européenne de concurrence. Cette politique doit cesser d’être un frein à la constitution de champions européens mais s’adapter aux priorités industrielles de l’Union :
• Etablir une liste de secteurs stratégiques (environnement, énergie, défense, numérique…) dérogatoire des règles de la concurrence européenne, pour permettre l’émergence de leaders continentaux performants à l’échelle mondiale (sur le modèle d’Airbus).
Donner aux Etats membres la possibilité de faire appel des décisions de la Commission européenne en matière de politique de concurrence, et leur laisser le choix final pour affirmer leurs stratégies industrielles.
• Engager une réforme des plafonds d’intervention publique pour les régions, pour soutenir durablement les acteurs économiques des territoires, en relevant notamment le plafond d’aides aux PME.

#PROPOSITION 53

Défendre l’euro, car cette monnaie est une protection pour les Français et les Européens. Dans un pays marqué par une dette et un déficit publics catastrophiques, retrouver une souveraineté monétaire et sortir de l’euro comme le proposent Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan serait un danger pour tous les Français : pour leur épargne, pour leur pouvoir d’achat, pour nos entreprises et nos emplois.

#PROPOSITION 54

Être conquérants, c’est affirmer le rôle international de l’euro comme alternative au dollar. L’euro est la 2e monnaie mondiale, constituant 20% des réserves de banques centrales et utilisée dans près de 40% des échanges internationaux. Les accords commerciaux négociés par l’Union européenne devront contenir des clauses obligeant les échanges à être effectués en euro. L’euro doit aussi être renforcé comme monnaie de réserve, notamment en développant une alternative européenne au système de transactions bancaires internationales SWIFT utilisé pour promouvoir les intérêts américains.

#PROPOSITION 55

Doter l’Europe de « Blocs de coopération », pour permettre au continent d’avancer à plusieurs vitesses autour de stratégies communes.
Par exemple, en amplifiant la convergence nécessaire en matière fiscale et sociale, afin de lutter contre le dumping et les écarts trop importants entre Etats européens, qui nuisent à la compétitivité de nos entreprises françaises.

#PROPOSITION 56

La taxation des entreprises doit être équitable entre toutes les entreprises en Europe : mettre en place une taxe d’égalisation des géants extra-européens du numérique (dits « GAFAM » pour Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), pour financer l’investissement public européen dans la recherche et l’innovation, notamment dans l’intelligence artificielle.

L’Europe puissante grâce à sa défense, grâce à l’ensemble de ses territoires et grâce à son rayonnement international.

#PROPOSITION 57

Instaurer un Etat-major permanent de planification et de conduite des opérations (comme le Centre de planification et de conduite des opérations – CPCO en France ou le Grand Quartier général des puissances alliées en Europe – SHAPE de l’OTAN), qui serait basé à la Forteresse du Mont Valérien en France afin de planifier et conduire les opérations décidées et menées souverainement par les Etats membres de l’Union qui le souhaiteront (exemples actuels : Mali, République centrafricaine…).

#PROPOSITION 58

Assurer l’autonomie stratégique de l’Europe en matière de défense pour faire face aux menaces d’un contexte international plus instable que jamais, en soutenant des coopérations européennes militaires, opérationnelles et industrielles, qui permettent de ne pas dépendre d’autres puissances.

#PROPOSITION 59

Les flux du Fonds européen pour l’industrie de défense doivent être exclusivement dédiés aux entreprises européennes et non à des structures détenues par des capitaux extra-européens, même en cas d’implantation sur le continent européen.

#PROPOSITION 60

Développer une solidarité plus forte, financière et logistique, avec les pays qui, comme la France, s’engagent fortement pour la sécurité de tous (particulièrement en Afrique sub-saharienne et au Moyen-Orient). Parce que les pays qui investissent dans leurs armées protègent l’ensemble de l’Union européenne, les dépenses militaires des Etats membres doivent sortir des critères budgétaires stricts, issus du Traité de Maastricht.

#PROPOSITION 61

Les Outre-mer sont une richesse pour la France, au service de la puissance de l’Union européenne au-delà des frontières continentales. L’insularité, l’éloignement géographique ou les spécificités économiques de nos territoires d’Outremer doivent cependant être défendus sans relâche pour adapter la législation européenne à leurs caractéristiques et besoins, particulièrement dans le cadre de la mise en oeuvre des Fonds européens structurels dans ces territoires ou des négociations commerciales UE – pays tiers.

#PROPOSITION 62

Promouvoir un Plan Marshall Euro-Africain de croissance partagée, en investissant dans les infrastructures, l’éducation, la santé, l’emploi des femmes ou le numérique. Cela entraînera des retombées importantes pour nos entreprises européennes, tout en permettant au continent africain de prendre pleinement en main son destin et sa croissance démographique.

IV. #EuropeProjet

L’Europe qui se consacre en priorité à quelques grands programmes stratégiques, utiles pour nos emplois, pour notre influence, pour notre avenir.

#PROPOSITION 63

Adopter une « Grande cause européenne » : dans les cinq années du mandat européen à venir, développer les projets communs de recherche médicale entre Etats membres pour découvrir le remède à Alzheimer, Parkinson et les maladies neuro-dégénératives.

#PROPOSITION 64

Etablir une véritable Stratégie européenne pour l’Intelligence artificielle (IA) : investir massivement grâce à des appels à projet européens publics/privés pour faire de l’Europe le pôle mondial d’innovation dans le domaine de l’IA et du big data, et pour ne pas laisser cette révolution industrielle aux Etats-Unis et à la Chine. Cette maîtrise de l’Intelligence artificielle européenne doit se faire au service des citoyens et des entreprises européennes.

#PROPOSITION 65

Lancer des coopérations renforcées pour assurer notre indépendance stratégique, notamment dans le secteur spatial ou la cybersécurité. Les Européens doivent pouvoir se défendre avec leurs propres moyens technologiques et militaires et avancer plus rapidement entre Etats membres lorsqu’ils ont des intérêts communs.

#PROPOSITION 66

Grâce à un Plan européen des nouvelles mobilités, développer des projets innovants en matière d’infrastructures de transports, notamment sur les autoroutes européennes pour y déployer massivement des réseaux d’approvisionnement en hydrogène et de recharge électrique. L’Europe doit devenir le leader mondial du véhicule électrique sur l’ensemble de la chaîne de valeur (notamment sur la production de batteries) mais aussi du véhicule à hydrogène.

#PROPOSITION 67

Accroître les investissements stratégiques pour éliminer toutes les zones blanches, particulièrement dans les territoires ruraux et dans les transports en commun, et équiper en Internet très haut débit et en 4G/5G l’ensemble de l’Union européenne, grâce à la mobilisation prioritaire d’entreprises européennes afin de garantir une maîtrise de ces outils de souveraineté que sont les réseaux très haut-débit, 4G et 5G.

V. #EuropeEfficace

L’Europe dont l’action doit être moins technocratique et plus rapide, plus démocratique, plus respectueuse des citoyens et des nations européennes.

#PROPOSITION 68

Refuser toute taxation intérieure supplémentaire des entreprises ou des ménages européens, notamment sur les carburants ou l’énergie, comme le souhaite Emmanuel Macron. Plutôt que de créer de nouvelles agences fédérales ou de nouveaux budgets communautaires, l’UE doit consacrer son action à des investissements stratégiques pour renforcer notre compétitivité.

#PROPOSITION 69

Engager un Plan de lutte contre le gaspillage de l’argent public au sein des institutions européennes, pour rationnaliser le fonctionnement administratif et concentrer les efforts de la Commission européenne sur des priorités.

#PROPOSITION 70

Rétablir l’Europe qui fonctionnait. Grâce à un « grand soir » des compétences, faire de la Commission européenne non plus une Commission des normes, mais une Commission des projets. Il faut limiter son pouvoir normatif au strict nécessaire, et orienter son action sur la conduite de grands projets structurants, comme la réalisation d’infrastructures numériques ou ferroviaires.

#PROPOSITION 71

Consacrer l’initiative législative aux seuls Parlement européen et Conseil. Il doit revenir aux acteurs démocratiquement élus d’impulser la législation européenne.

#PROPOSITION 72

Accélérer le processus décisionnel européen : donner la possibilité aux Etats membres de définir chaque année un nombre limité de priorités stratégiques, votées par le Parlement européen ; limiter à 12 mois le cycle législatif complet, à savoir 6 mois pour les négociations Parlement européen – Conseil de l’UE et 6 mois pour la transposition (le cas échéant) de la législation européenne dans les Etats membres.

#PROPOSITION 73

Défendre le principe de subsidiarité : l’Europe doit agir lorsqu’elle a une vraie plus-value, à l’image de la PAC et doit laisser aux Etats membres une flexibilité nécessaire le reste du temps. Par exemple, la France doit pouvoir réviser la directive européenne de 2003 sur le temps de travail, pour permettre à nos forces armées, nos forces de l’ordre et nos sapeurs-pompiers (professionnels ou volontaires) de s’organiser librement, de façon adaptée à la réalité des besoins d’intervention.

#PROPOSITION 74

Stopper l’inflation normative, en Europe comme en France :
Supprimer toutes les réglementations européennes obsolètes sur le prochain mandat européen.
Interdire la surtransposition des normes européennes à l’échelle nationale, et purger le stock de normes « surtransposées » en France.

#PROPOSITION 75

Permette l’expression directe de la parole citoyenne en cours d’un mandat européen, en réformant l’Initiative citoyenne européenne (ICE) pour la rendre plus accessible et transparente.
Pour l’heure, lorsqu’une initiative a recueilli 1 million de signatures venant d’au moins 25% des pays membres, « la Commission décide des mesures de suivi à lui donner ».
Désormais, l’examen d’une Initiative citoyenne européenne devrait être rendu obligatoire par le Parlement européen. Il en rendrait ensuite compte devant les citoyens européens.

 

Dimanche prochain, en votant pour « les Républicains » montrez qu’il y a un autre chemin pour l’Europe !

20 mai 2019

Tous les éléments de cette page sont repris à partir du site des « Républicains »

Le Parti des « Républicains » communique :

Le 26 mai prochain, les Français auront le choix entre 3 attitudes :

La première, le « plus d’Europe du tout » suicidaire de Marine le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, qui continuent de revendiquer une souveraineté monétaire, c’est-à-dire la sortie de l’euro, ou de dénoncer les traités européens, c’est-à-dire la sortie de l’Europe.

La deuxième, le « toujours plus de ce qui ne marche pas » d’Emmanuel Macron : plus de normes, plus de taxes, plus d’élargissements, plus de fédéralisme.

Nous, les Républicains, nous voulons transformer l’Europe, pour redonner un avenir à la civilisation européenne. Nous avons parfaitement entendu les inquiétudes et les attentes légitimes de nos concitoyens -vos inquiétudes- face à l’Europe et à la triple crise, migratoire, économique et civilisationnel qu’elle traverse.

Nous, les Républicains, voulons une Europe qui arrête enfin l’immigration de masse ; qui stoppe tout élargissement ; qui cesse d’être naïve et donne la priorité à nos entreprises et nos agriculteurs face aux géants de la mondialisation ; qui sauvegarde notre civilisation et lutte implacablement contre le terrorisme et la montée de l’islamisme.

Nous avons besoin de vous à nos côtés pour défendre nos idées, nos valeurs et mener nos candidats vers le succès. Ce ne sont ni les médias ni les sondages qui vous dicteront votre vote.

Nous sommes la seule alternative républicaine pour dire OUI à une Europe plus protectrice et NON à la politique sans résultats d’Emmanuel Macron.

Réaffirmer le sens de la frontière, arrêter de subir, ne plus se soumettre, retrouver le goût de l’ambition et des grands projets, redessiner l’avenir de cette civilisation européenne que nous chérissons. Se réapproprier ce que nous sommes pour mieux assurer ce que nous serons. C’est cela la question qui nous attend. Pas pour ou contre l’Europe, mais l’Europe que nous voulons. – Laurent Wauquiez, 16 mars 2019

Le 26 mai, montrez avec nous qu’il y a un autre chemin pour l’Europe !

https://www.republicains.fr/elections_europeennes_2019

demain : Blog-Cabestany mettra en ligne le projet des Républicains pour ces élections Européennes

Cabestany : Prochain Conseil Municipal vendredi 24 mai à 18 h 00 à la Mairie

20 mai 2019

ORDRE DU JOUR

Jury d’assise

Approbation du compte-rendu du Conseil municipal du 28 mars 2019

Affaire n°01

Création de loges de théâtre au Centre Culturel: Approbation des marchés.

Affaire n°02

Réhabilitation des transformateurs électriques situés en milieu urbain: Convention de partenariat « Fresques ».

Affaire n°03

Chemin communal en prolongement de la rue des Caroubiers­ Secteur des Rouquettes-Désaffectation, déclassement et cession du chemin du domaine public de la commune, car non affecté à l’usage direct du public, au profit de PROCOGIM.

Affaire n°04

Rue des Jonquilles-Désaffectation, déclassement et cession d’une bande de terrain du domaine public de la commune, réservée actuellement aux espaces verts, au profit de l’Office 66.

Affaire n°05

Résidence «Les Portes de la Mer»: Classement dans le domaine public de la commune.

Affaire n°06

Convention de servitudes: passage de lignes électriques souterraines: autorisation pour signature d’un acte authentique.

Affaire n°07

Convention de servitudes: alim bt c4 simple SCI ter cabestany: autorisation pour signature d’un acte authentique.

Affaire n°08

Convention de partenariat 2019 établie entre la Mairie de Cabestany, l’Association Communale de Chasse Agréée de Cabestany et la Fédération Départementale des Chasseurs des Pyrénées-Orientales.

Affaire n°09

Convention avec le Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale des Pyrénées Orientales concernant la mise à disposition d’un délégué mutualisé à la protection des données volontaires.

Affaire n°10

Convention de disponibilité des sapeurs-pompiers volontaires

Affaire n°11

Convention avec l’Agence d’intérim Randstad de Cabestany Mas Guérido

Affaire n°12

Représentants AURCA

Affaire n°13

Individualisation des subventions versées aux associations au compte 6574 du BP 2019

Affaire n°14

Demande de subvention auprès de la Région (Contrat territorial)

Affaire n°15

Demande de subvention DSIL (Dotation de soutien à l’investissement public local) 2019

Affaire n° 16

Demande de subvention auprès du Département (Contrat territorial CD66)

Affaire n°17

Demande de subvention auprès du Département (Contrat territorial CD66)

Affaire n°18

Demande de subvention auprès de la Région (service eaux, milieux aquatiques, risques).

Affaire n° 19

Demande de subvention auprès de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse.

Affaire n° 20

Participation SRU. 2 logements duplex Cabestany. 28, rue de la République.

Affaire n°21

Chantier Éducatif

Affaire n°22

Demande de subvention MILDECA

Affaire n° 23

Sorties familiales: révision des tarifs.

Affaire n° 24

Convention d’objectifs et de financement Accueil périscolaire.

Affaire n° 25

Convention de mise à disposition d’une salle pour la création d’œuvres.

Affaire n° 26

Recrutement d’agents non titulaires pour un besoin saisonnier 2019.

Affaire n° 27

Modification tableau des effectifs.

Affaire n°28

Autorisation d’ester en justice: recours individuel

Affaire n° 29

Autorisation d’ester en justice: recours en dommages et intérêts

Affaire n° 30

Motion de soutien aux agents publics de la Direction Départementale des Finances Publiques.

Affaire n° 31

Motion pour les écoles.

Informations Communauté

Décisions

Campagne Officielle pour les Élections Européennes. Dimanche prochain nous voterons sans hésiter pour la liste du Parti « Les Républicains » !

19 mai 2019

Aujourd’hui, nous commençons à reprendre les éléments en provenance des sites officiels du Parti « les Républicains »

Demain et les jours suivants, nous mettrons en ligne les déclarations, le projet, la liste du Parti « Les Républicains » pour les élections de dimanche prochain.

Vous pouvez déjà aller faire un tour sur leurs sites de campagne pour ces élections Européennes :

https://www.republicains.fr/

https://twitter.com/lesrepublicains/

BON DIMANCHE A TOUS !

 

L’Association Citoyenne et Ecolo « Trait-d’Union-Cabestany » vous parle du « Train des primeurs » !

17 mai 2019

Merci aux deux lanceurs d’alerte qui, les premiers, ont commencé à prévenir les médias, dont  l’Indép qui a relayé l’info,  sur la possible suppression du « train des primeurs » qui relie chaque jour Perpignan à Rungis. Une suppression qui jetterait sur les routes 25 000 camions de plus chaque année. On espère qu’il s’agira de camions Polonais, conduits par des chauffeurs Roumains, et qu’ils feront le plein de gas oil en Espagne. Et on vous dira où vous acheter des masques à gaz.

Mardi soir, c’est la chaîne publique, le « 2 » qui s’en emparait dans le journal télévisé, alors que nombre de médias privés, écrits, radio, ou télé, à Paris, auraient refusé d’en parler : « pour éviter de déplaire au pouvoir » d’après notre ami journaliste, Électron Libre. Mais qu’est ce que le pouvoir aurait donc à voir dans ce problème ? Nous on n’avait pas fait le rapprochement. Serions nous des indécrottables naïfs ? Ou alors c’est qu’on nous enfumerait et qu’on nous cacherait quelquechose ! Car on en parle maintenant à Paris, et à quelques jours des élections ça ferait désordre, parait il !

Nous, on ne conclut rien. On vous laisse le soin de penser ce que vous voulez ! On est déjà suffisamment dans le collimateur de certains pour avoir l’audace, nous la Droite, d’oser parler d’Ecologie. Comme si c’était une valeur de Gauche !?  Rien d’autre que la dernière bouffonnerie ridicule et risible de ceux qui aiment à se complaire dans le grotesque.  Pour nous il n’y pas d’étiquette politique à mettre sur la défense de l’air que nous respirons, sur l’eau que nous buvons. Sur notre souhait de manger sain. De s’inquiéter pour les abeilles. Et sur le bétonnage de nos vignes que nous dénonçons. Mais si on tient à  nous faire ce genre de procès, nous y sommes prêts. Allons y ! Car à Cabestany c’est bien une Mairie de Gauche qui bétonne ! A moins qu’on ne comprenne pas que de rendre imperméable le sol est l’aboutissement de ce que certains se targuent de nommer, en faisant de grands effets de manche : le « progressisme » !

Concernant cette histoire de train bientôt fantôme, on veut nous expliquer ce qu’on a pas l’air de piger. Une histoire de « gros sous ». Des wagons fatigués. Et comble de l’ironie, la SNCF qui trouve subitement toutes les vertus à la privatisation.

On a quand même cherché à en savoir plus sur ces problèmes en interrogeant quelques amis qui sont dans la partie.

Savez vous qu’on est obligé d’importer du bio de l’étranger parce que les producteurs de l’hexagone ne peuvent suffire à la demande. Beaucoup souhaiteraient se mettre officiellement au bio mais certains qui devaient recevoir une prime à la conversion, l’attendent toujours depuis pour l’un, si on le croit …. 2014, et ils se sont remis entre temps à la culture traditionnelle, glyphosatiquement parlant. Sur le conseil de leur banquier, ou parait il sur les préconisations de certaines instances officielles  !

Et le gouvernement aurait trouvé la solution : pour le paysan qui souhaiterait passer au bio, pour avoir une aide ce sera le parcours du combattant. L’État se défaussant sur la Région. Comme cela, plus personne ne devrait attendre des années pour toucher ce qu’on ne lui aura jamais promis. Il y a quand même plusieurs agriculteurs – à Elne, Alenya, et même à Cabestany – qui se sont mis à une production plus vertueuse sur une partie de leurs légumes. Qui font des efforts pour ne pas nous empoisonner avec des tonnes de produits chimiques. Qui ne prétendent pas faire du « bio » à proprement parler. Mais qui bénéficient de la confiance de leurs clients. A nous de les aider en achetant plutôt chez eux ! En espérant que l’on ne confisquera pas demain leurs terres. Pour y faire un centre commercial. Ou construire des clapiers. Pour des lapins ? Non. Des clapiers pour nous les humains !

Mais si nos informations sont exactes, pourquoi envoie t’on des milliers de tonnes chaque année de fruits et légumes catalans, de qualité,  à Paris ? Alors que le marché local pourrait – nous dit t’on – facilement les absorber et nous satisfaire sans que ces produits fassent des centaines de kilomètres.

C’est tout simple : l’Europe qui est une passoire (on va bientôt voter je crois) laisse entrer par l’Espagne des milliers de tonnes de produits marocains sans droits ni taxes. (et quels sont les contrôles dont on parle peu ou pas assez ?). Et depuis quand, le Maroc fait il partie de l’Union Européenne ?  Les Espagnols qui consomment les produits marocains nous envoient ce qu’ils produisent eux mêmes en Espagne. Et nous les Catalans qui bouffons les produits espagnols, on envoie les fruits et légumes qu’on produit chez nous….  à Paris. Elle est pas belle, la vie ?

Et nos dirigeants de nous parler d’écologie. Et de nous taxer toujours plus. On nage en plein délire. Ou alors on se fout de nous !

Une suggestion : et si on envoyait les produits marocains et espagnols à Paris et qu’on gardait nos produits locaux pour nous mêmes ? Un responsable local dit que nous caricaturons !?  Peut être ? Est ce une raison pour nous considérer comme des fous lorsqu’on avance de telles choses ? Est ce tellement insensé ? On est pas prêts de s’en sortir. !!!!!

Collectif de votre Association « Trait-d’Union-Cabestany »

« Une étrange affiche », titre notre ami Maxime Tandonnet dans son blog !

16 mai 2019

« c’est eux qui le disent » – « sans commentaires »

Une bien étrange affiche pour de bien curieuses élections !

Maxime Tandonnet écrit :

« Sous réserve de vérification, c’est la première fois, dans l’histoire de la politique française, que des affiches électorales (hors scrutin présidentiel), exposent le portrait du chef de l’Etat.

Selon l’article 5 de la Constitution, le rôle du président de la République est « d’assurer par son arbitrage le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ». Incarnant la nation dans son unité, président de tous les Français, il se situe au dessus de la mêlée. Ce principe a certes été maintes fois maltraité lors d’échéances électorales où les occupants de l’Elysée ont pris parti pour un camp. Mais cette fois, une étape nouvelle est franchie: non seulement la liste se targue du soutien du président, mais elle s’identifie physiquement à lui, dans une logique fusionnelle.

Les pratiques de ce genre ont toujours été considérées comme contraire à la tradition républicaine. Elles renvoient aux élections législatives issues de la crise du 16 mai 1877. Les Républicains, autour de Gambetta, fustigèrent la pratique des candidatures officielles où figurait une référence explicite au président Mac Mahon. Cela s’est terminé par la démission de l’occupant de l’Elysée deux ans plus tard.

En outre, il est extrêmement dangereux de surexposer, surtout pour une élection supranationale, l’image du président qui ne peut en sortir qu’un peu plus banalisée, troublée et affaiblie: au mieux, en cas de première place pour LREM avec 22% des voix elle n’aura fait qu’aggraver la rancœurs des 78% d’opposants; au pire, en cas de seconde place, elle fera du chef de l’Etat le vaincu du scrutin. Tout cela est à l’évidence anti-démocratique et anti-républicain.

Cette affiche achève d’enterrer la (belle) tradition du président qui est « président de tous les Français ». Elle contribue donc à aggraver la fragmentation du pays. Mais elle est surtout d’une idiotie invraisemblable, qui (me) laisse pantois…

Tout ceci va mal finir. »

Maxime TANDONNET

« Loin de chez nous »

15 mai 2019

« courrier des lecteurs »

Jean-Jacques nous demande si on peut lui en dire plus sur le Chant entonné par les Troupes de Marine hier aux Invalides. Nous ne sommes pas des spécialistes de l’Armée. Mais on a envoyé un message à l’un de nos amis en Corse qui nous dit que ce chant « aurait » été créé pendant les événements d’Algérie, lors d’un jour particulièrement cruel pour nos militaires.

Les paroles :

Loin de chez nous, en Afrique
Combattait le bataillon
Pour refaire, à la Patrie
Sa splendeur, sa gloire et son renom
La bataille faisait rage
Lorsque l’un de nous tomba
Et mon meilleur camarade
Gisait là blessé auprès de moi
Et ses lèvres murmurèrent
Si tu retournes au pays
A la maison de ma mère
Parles-lui, dis-lui à mots très doux
Dis-lui qu’un soir, en Afrique
Je suis parti pour toujours
Dis-lui qu’elle me pardonne
Car nous nous retrouverons un jour

Une Marche Écossaise du 13ème siècle jouée par le Bagad de la Marine Nationale ce matin aux Invalides !

14 mai 2019

« no comment »

 

Sonnerie aux Morts en Hommage à ceux qui protègent nos vies au péril de la leur !

14 mai 2019

Rubriques : « COURRIER DES LECTEURS – SANS COMMENTAIRES »

« Ils protègent nos vies au péril de la leur »

La Rédaction :

Merci à nos lecteurs pour l’image envoyée qui rend honneur aux Commandos Marine mais nous avons un égal respect pour tous les militaires de toutes les Armes. Ceux qui sont en OPEX mais aussi ceux qui veillent sur nous au quotidien dans nos rues. Comme également nos forces de l’Ordre, pompiers et tous ceux qui concourent  à notre sécurité.  Merci pour ce lien vers cette vidéo que vous aviez à coeur que nous mettions en ligne et pourquoi en chercherions une autre ? Merci de nous dire que nous sommes sur la même longueur d’onde que vous. Que nous réagissons de la même manière que vous. Que nous sommes un peu votre voix. Ce matin mardi, nous serons tous pris par nos occupations professionnelles (ou autres), peut être pas devant la télé, mais nous serons en communion avec tous ceux que cet événement touche. Comme nous !  Si – vraiment – grâce à nous, vous vous sentez moins seuls, croyez bien que la réciproque est vraie et même au delà de tout ce que vous imaginez ! Merci pour vos témoignages. Hommage à nos soldats. Bonne journée à tous. Merci à vous !

Macron, deux années de perdues, gâchées, foutues… et vous voudriez voter pour lui ? écrit le « Hérisson des Ardennes » !

13 mai 2019

« Ils écrivent pour nous »

Hérisson, son son….. Sonne en large et en long ! (comptine enfantine)

Le « Hérisson des Ardennes » écrit pour nous :

Titre : Macron, deux années de perdues, gâchées, foutues et vous voudriez voter pour lui ?

Le Prince Macron avait promis de changer la France. Il aura commencé à le faire, en accumulant erreur sur erreur, maladresse après maladresse, s’enfonçant chaque jour un peu plus dans une situation inextricable. Et à nous de souffrir de ses inconséquences.

Telle est la terrible leçon des deux premières années de son mandat. Ce qui était inévitable quand un candidat à la magistrature suprême qui n’avait aucune des qualités requises pour assumer une telle fonction, grisé par sa propre éloquence ou emporté par son cynisme, se lâche en faisant des promesses sans réfléchir une seule seconde pour se demander s’il pourra en tenir ne serait ce que le tiers. L’amateur de théâtre, qui rêvait de jouer les jeunes premiers romantiques et papillonner sur les planches, dirigé par sa prof et metteuse en scène préférée, nous aura séduit par un texte dont lui ne semblait pas comprendre la signification.

Le Prince croyait qu’il avait été choisi par le destin pour réformer la France de fond en comble. Jupitérien, il entendait, pour ce faire, se passer des syndicats, des associations, des élus, et même du peuple qu’on endormirait comme on le fait avec les abeilles d’une ruche dont on souhaite prendre leur miel. Et quelle audace, de la part de ces gueux se faisant appeler les gilets jaunes de réclamer du pain lorsqu’on donne déjà de la brioche aux plus riches. Le Prince se retrouvant sous le masque de Gargamel entouré de petits Schtroumpfs dansant la ronde autour de lui, sauf qu’ils avaient changé leur livrée bleue pour une jaune.

Comment en est-il arrivé là ? Parce que certain de sa bonne étoile, le Prince s’est coupé de tous, s’imaginant qu’il pouvait gouverner seul comme un monarque, entouré d’une poignée de courtisans plus flagorneurs les uns que les autres. Faisant le beau en attendant qu’on leur jette un os.

Sauf peut être ce grand Baron de Province, Collomb, Maire de Lyon et déçu de François Hollande, ce père spirituel qui se sera sauvé d’un embastillement et d’un masque de fer, en retournant en exil sur ses terres. Car son franc-parler avait agacé le chef de l’État et plus encore sa favorite. Il avait osé dire de façon prémonitoire : « Si tout le monde se prosterne devant lui, il finira par se retrouver seul ». Il avait également osé mettre en garde le Président, à plusieurs reprises, « sur le risque de fracture entre territoires métropolitains et territoires ruraux ». Parlant aussi de ces contrées exotiques qui entourent nos métropoles, où s’entassent, sans rien demander à personne, tous ces pseudos migrants qui arrivent de tous côtés sans aucun contrôle. Évoquant : « le risque d’embrasement de nos banlieues. D’explosion comme d’une poudrière ».

Et puis il y aura eu ce Grand Débat ou Grand Dégât, ou parlant durant des heures le Prince aura répondu d’une manière affable aux questions, disant : « Pourquoi pas », « il faut y réfléchir », « il faut voir ». L’espérance semblait renaitre.  Patatras, car depuis, chacun de ses ministres a écarté d’un revers de main dédaigneux toutes les avancées possibles réclamées par ces Français bêtes et ignorants.

Où va l’argent ? demande le citoyen. La question qui met en rage notre Président. Car il ne le sait pas, ne veut même pas le savoir. La seule question à laquelle il pourrait répondre est qu’il sait d’où cet argent vient et où il va le confisquer. Dans la poche des Français moyens. Ceux qui se lèvent pour aller travailler. Ceux qui s’accrochent pour vivre encore quelques années après avoir trimé toute leur vie. Ceux qui osent se méfier du glyphosate si cher à la Chancelière Allemande. Comment s’étonner que nos agriculteurs se suicident lorsqu’on importe a tout va des produits alimentaires venant du bout du monde pour obéir à des accords de libre échange imbéciles. Mais il faut bien punir nos paysans analphabètes qui ne lisent pas Musset, Flaubert, de Vigny, le soir en rentrant des champs.

Sacha Guitry, un homme de théâtre, que le Prince a forcément lu, ne disait il pas : « En politique, il convient de donner ce qu’on n’a pas et de promettre ce qu’on ne peut pas donner. »

Et cet autre de lui répondre « Lorsque le Peuple demande de la Justice et du pain, c’est le Peuple qu’il faut changer. Pas les gouvernants ! ».

Le Hérisson

La rédaction : merci « Hérisson ». Certains avaient déjà entendu parler du sanglier des Ardennes, une sorte de Barbe Bleue,  mais pas du hérisson de ce même département bien lointain pour les Catalans que nous sommes. C’est désormais chose faite. Et si on arrête un jour ou l’autre les contributions extérieures, notre ami hérisson n’aura pas démérité et nous aura apporté les siennes depuis plusieurs mois. On l’en remercie d’avoir mis sa plume à notre service ou de nous avoir si souvent inspirés.

Quant à la Droite Républicaine, elle ne se pose pas la question de savoir pour qui elle va voter. Pour sa famille, évidemment. Loin de ce duel nauséabond des deux listes données en tête par les sondages. Des listes qui semblent avoir oublié les enjeux de ce vote. Qui ne donnent vraiment pas l’exemple.

Hommage à deux de nos militaires qui ont perdu la vie, cette nuit, en délivrant quatre de nos compatriotes en Afrique !

10 mai 2019

Nos couleurs sont en berne !

L’armée française a libéré quatre otages, dont les deux touristes français enlevés le 1er mai au Bénin, en menant une opération militaire cette nuit au Burkina Faso, dans laquelle deux officiers mariniers ont perdu la vie pour sauver d’autres vies, qui étaient entre les mains des terroristes.

Dans le communiqué officiel, on lit : «Cette libération a pu être obtenue grâce à une opération militaire, conduite par les forces françaises dans la nuit de jeudi à vendredi, au nord du Burkina Faso. Au cours de celle-ci, deux militaires ont trouvé la mort au combat, des marins servant au sein du commandement des opérations spéciales.»

La ministre, en parlant de cette opération, ajoute : «C’est avec émotion et tristesse que j’adresse mes pensées aux familles de ces deux militaires morts pour la France, à leurs proches, à leurs frères d’armes et à l’ensemble des commandos marine».

Nous nous associons à cet hommage, et saluons le courage de français, qui ont mis leur vies en danger, et se sont sacrifiés pour sauver la vie d’autres de leurs compatriotes. Et nous déplorons l’infamie de ces terroristes où que ce soit, en France comme en dehors de nos frontières, qui s’en prennent lâchement à des civils et contre lesquels on ne doit pas hésiter à porter le fer.