Posts Tagged ‘Trait-d’Union-Cabestany’

Adhérez ou renouvelez votre adhésion à Trait-d’Union-Cabestany !

29 avril 2016

trait union

Trait-d’Union-Cabestany est une association locale et citoyenne qui s’inscrit dans le tissu social de notre ville et qui va bientôt fêter ses dix années d’existence.

On n’y fait pas vraiment de la politique, si pour vous cela sous-entend qu’on y parlerait que de gauche, de droite, d’affrontement des partis ou d’élections.

S’occuper de notre cadre de vie, cherchez du « mieux vivre », essayer de résoudre nos petits problèmes au quotidien est la définition première de la politique, dans la noble acception du terme. « Politikos » dans la Grèce antique.  On y parle aussi bien de fiscalité c’est à dire de nos impôts que de la propreté de nos rues.

L’association organise plusieurs fois par an des événements : cela peut être un déjeuner ou un diner ou encore un débat. On y invite une personne de la société civile, un personnage public ou politique, ou encore on se retrouve entre amis.

On y aura expliqué au citoyen ce qu’impliquait le passage de notre ville à l’Agglo. Récemment, Monsieur Pujol s’est déplacé à Cabestany, à l’invitation de l’association, pour parler des tenants et des aboutissants de la transformation de l’agglo en Communauté Urbaine. Un événement majeur suivi par la presse car il s’agissait de pédagogie et d’information basique du citoyen. Mais le Cabestanyenc y parle d’un problème dans sa rue, de circulation, de stationnement, du petit commerce, du transport et de tout ce qui est son quotidien.

Cabestany ne manque pas d’associations si vous intéressez au sport, à la danse, ou au crochet. Mais si vous vous intéressez à la vie publique et à votre vie de tous les jours, c’est Trait-d’Union-Cabestany qu’il vous faut rejoindre.

Colette Appert, qui n’est pas à proprement parler une féministe, se préoccupe quand même beaucoup de la place de la femme dans la société, de la famille, et la très grande majorité des adhésions se fait en couple. On y trouve des étudiants, des salariés, des retraités. On y parle retraites comme éducation, civisme et citoyenneté.

Et puis c’est l’association qui se préoccupe des primo-arrivants à Cabestany. Si on peut les aider à s’intégrer, trouver des amis, leur donner un petit conseil, c’est l’une des nombreuses facettes de l’association.

Pour d’autres, c’est l’endroit on l’on y parle de Développement Durable, de sécurité, du logement.

Mais la qualité première de cette association reste la convivialité, la fraternité, l’amitié, et l’entr’aide entre ses adhérents, et le terme de « trait d’union » n’a pas été choisi par hasard :  rejoignez les, rejoignez nous !

le bulletin d’adhésion aux formats Word :

Adhésion 2016

ou PDF :

Adhésion 2016

Ou au format image, également, téléchargeable et imprimable si vous cliquez ci-dessous :

Adhésion 2016_page_001

L’interview de Philippe Gleizes, conseiller municipal d’opposition, par Blog-Cabestany !

31 août 2014

 

Philippe Gleizes aux côtés de Colette Appert durant la campagne 2014

Philippe Gleizes aux côtés de Colette Appert durant la campagne 2014

BLOG-CABESTANY : Phil, vous avez vécu une certaine soirée de l’automne 2010, durant laquelle Jean Vila a théâtralisé la dissolution de son conseil municipal, principalement pour des raisons d’égo personnel, et cela vous a passablement révolté. Vous vous êtes alors engagé, à nos côtés, dans l’équipe de la Droite Républicaine, plus pour des raisons citoyennes que politiques. Et on ne le regrettera pas.
Vous connaissez aujourd’hui tous les dossiers municipaux et les problèmes de notre ville, mais reconnaissons que vous y avez consacré beaucoup de votre temps et de votre énergie. Vous avez soutenu avec beaucoup d’implication la liste de Colette Appert aux dernières municipales et il est tout à fait normal que vous fassiez partie, aujourd’hui, des 4 élus qui nous représentent au Conseil Municipal. Commerçant, vous défendez le commerce de proximité, car vous avez l’approche et l’écoute faciles avec le consommateur. Mais vous n’êtes ni dogmatique, ni sectaire, et surement pas « poujadiste ». Pour vous, il n’est pas question de mener la croisade du « petit » commerce contre la « grande surface ». Mais il est essentiel de préserver des équilibres lorsque l’on sait qu’il y a en France, en 2014, selon des études on ne peut plus sérieuses, 2 millions de mètres carrés en trop de commerces divers, localisés essentiellement dans des Centres commerciaux comme celui que notre maire nous concocte à Cabestany au Mas Guerido 5 ou celui de la ville de Perpignan avec le Carré d’Or en face du magasin Carrefour de Château Roussillon.
Mais si on vous donnait la parole …. .

Phil :  « Récemment, au Carré d’Or, les élus d’opposition de Cabestany étaient en effet présents aux côtés des commerçants de Perpignan et de quelques-uns du Mas Guérido, et il ne s’agissait nullement d’une énième – soit disant – exposition médiatique mais la continuité de leur combat contre l’escalade d’un développement anarchique de zones d’activités en périphérie des villages. On se poserait plutôt la question de savoir pourquoi aucun élu communiste ou socialiste n’était là pour combattre ce projet qui pourrait nuire au développement de la nouvelle zone de Mas Guérido 5 qui peine déjà à trouver des entreprises, sans parler du futur projet des Colomines. Mais peut-être que ces élus ne souhaitent pas que l’on vienne leur mettre des bâtons dans les roues en ce qui concerne leurs futurs projets. Y aurait-il de petits arrangements entre amis ???
A l’heure où l’on nous parle de communauté d’agglo, nous préférons parler de développement économique intelligent. Pourquoi notre si belle région, au climat que tout le monde envie, n’arrive-t-elle pas à attirer des entreprises à forte valeur ajoutée. Des entreprises qui seraient capables d’amener de la richesse et de créer des emplois. Qui donc, s’est rapproché de ces entreprises pour savoir quels étaient leur besoins,
La fibre optique bien sûr est un premier élément et on est loin d’être efficace en la matière.
Certains politiques préfèreront développer leur zone d’activité avec leur dixième coiffeur, leur sixième supérette, leur douzième boulangerie, etc…
Il est inutile d’être un expert en la matière pour réaliser que le nombre de commerces a augmenté plus vite, en proportion, que la population, pendant qu’en même temps le pouvoir d’achat diminuait.
Essayez de couper un gâteau de huit parts en douze parts !
Certes on nous répondra : « c’est la concurrence ». Et avec cet argument on arrive aux tristes records que possède notre département : à savoir, d’une part, le plus grand nombre de créations d’entreprises, et d’autre part, le plus grand nombre de cessations d’activités et l’un des plus forts taux de chômage. Rien que ces chiffres montrent que nos politiques en matière de développement économiques ne fonctionnent pas.

BLOG-CABESTANY : Merci Phil . Nous avons comme l’impression qu’il s’agit d’un sujet dont nous allons bientôt avoir à reparler.

-o-