Posts Tagged ‘c’est vous qui le dites !’

« c’est dans l’Indep » : un communiqué du Cercle Algérianiste des P.O. !

29 septembre 2016

Dans la rubrique « C’est dans l’Indép aujourd’hui », et aujourd’hui est le jeudi 29 septembre 2016, vous nous signalez un communiqué du Cercle Algérianiste des P.O. et vous nous demandez de le reprendre. Nous n’avons pas le temps de demander la permission à cette organisation, dont nous sommes persuadés qu’elle serait d’accord, et puis si c’est dans la Presse locale, c’est public, à la condition de publier nos sources comme nous tenons toujours à le faire.

Et puis n’est ce pas, peu ou prou, ce que cet internaute écrivait à Blog-Cabestany, il y a quelques jours ?

Nous avons donc scanné l’article de l’Indép ci-dessous pour vous être agréable. Car que ne ferions nous pas pour vous être agréable ?

Et puis vous nous parlez de cette lettre « scandaleuse », « c’est vous qui le dites »,  que Monsieur le Maire de Cabestany envoyait il y a un, deux, ou trois ans, à Jean-Marc Pujol, mais là encore vous nous appelez à la rescousse, car vous ne savez plus quand, ni où la trouver.

Pour être francs avec vous, à cette heure, le rédacteur qui vous répond est au boulot. Alors ont fait au mieux. Et on va vous donner un lien qui pointe vers le site nos amis de chez Ouillade.eu, qui sont incontournables dans le paysage internet local (comme d’autres).   Et amitiés à tous ceux qui nous ont déjà écrit de si bon matin, alors que j’en suis encore au café et viens à peine de refermer l’Indép…. avant que la patron arrive (humour).

cercle-algeriianisteL’ARTICLE DE L’INDEP D’AUJOURD’HUI JEUDI

NON, on n’oublie pas le lien promis vers OUILLADE, et vers cette lettre dont la conclusion était « je me dispense de formule de politesse ». Chacun appréciera  :

http://www.ouillade.eu/politique/p-o-lettre-de-jean-vila-pcf-maire-de-cabestany-a-jean-marc-pujol-ump-maire-de-perpignan-a-propos-de-la-journee-du-19-mars/35329

——–

« le burkini, parlons en » écrit ce lecteur de Blog-Cabestany !

23 août 2016

liberte expression-o-

« c’est vous qui le dites »

le texte : 

«  » Septembre 2013. Premier jour de la rentrée des classes dans une école de notre beau département. A midi, avec une toute jeune collègue dont c’est la première rentrée nous surveillons un réfectoire de plus de 120 élèves. Nous déjeunons sur une petite table dans un petit coin. Mauvais plan. Le lendemain ma collègue (qui changera vite de métier) et moi même surveillerons en nous promenant au milieu des tables et déjeunerons d’un sandwich. Quand au directeur il nous dira qu’être deux pour surveiller 120 élèves est une norme confortable…..

Les femmes de services servent le plat principal : des nuggets de poulet avec de la ratatouille. Un garçonnet de 6 ans dont c’est la rentrée en CP se lève, monte sur sa chaise et jette son assiette rageusement sur le sol en hurlant « c’est pas hallal ». 50, 80 gamins se mettent à taper du pied et frappent les tables avec leurs couverts en hurlant « chéba-alale». Je hurle aussi. Peut être pas la meilleure méthode.

Qu’en sait il ce gamin qui a jeté sa nourriture au sol qu’elle n’est pas conforme à une religion qu’il ne connait surement qu’à peine . Et tous les autres gamins dont j’en ai vu plusieurs sortir du catéchisme le matin même que comprennent ils à tout cela en reprenant en choeur des mots qu’ils prononcent de travers ? Moi je comprends que ce gamin qui a jeté les seules protéines qu’il lui était peut être donné de consommer dans la journée a été instrumentalisé par peut être son père, son frère, au une autre personne qui distillent une sorte de haine par personne interposée en prenant leur gamin en otage.

Que ma voisine sur la plage se baigne toute habillée comme le faisait Sidonie mon arrière grand mère à Port Vendres il y a un siècle ne me gêne pas. Sauf qu’il pourrait bien s’agir de la sœur de ce gamin qui jetait son assiette par terre et que sa famille instrumentalise de la même manière. Elle est sans doute de bonne foi. Mais comprend elle la noirceur de ceux qui l’utilisent comme une marionnette pour des raisons dissimulées ?

Il y a les crèches qu’on veut interdire, les marchés de Noël qu’on veut débaptiser, les cloches qu’on voudrait empêcher de sonner, ces problèmes de plat de remplacement que le Maire de Perpignan a su traiter comme il se doit mais ce n’est pas le cas partout ailleurs. Quelle est la prochaine étape dans ce qui est à mes yeux une provocation pour nous empêcher de bien vivre ensemble lorsque de ma part  je n’avais pas du moins jusqu’à aujourd’hui des préjugés contre qui que ce soit.

Mais qui sont ceux qui font tout ce qu’ils peuvent pour nous exaspérer nous pousser à bout et pouvoir ainsi un jour mieux nous traiter de racistes ?

Albert Camus disait : « ne pas nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde ».  A un journaliste méprisant qui faisait semblant de ne pas en comprendre le sens, il répondit avec calme que c’était parce que sa phrase était incomplète et qu’il aurait du ajouter  « et les nier [les choses], c’est nier pour l’homme la part d’humain qui pourrait encore subsister en lui »

Frank Prévotat

-o-

POSTMASTER : Merci Frank. Un sujet traité de manière concise et en respectant notre éthique mais en disant les choses sans se voiler la face. Amis lecteurs, si vous voulez nous proposer un texte qui trouve l’approbation de la rédaction, à vos plumes. « C’est vous qui le dites »

« Cyprien » écrit à Blog-Cabestany sur les crèches de Noël !

2 décembre 2015

Un sujet qui est en marge de la campagne qu’on suspendra vendredi soir pour respecter la réglementation, et qui arrive un peu tôt dans la saison, mais qui est d’actualité, puisque l’internaute qui nous écrit et que nous connaissons bien, habite Saint Cyprien, et prend d’ailleurs comme pseudo « Cyprien ». Il tacle un peu au passage l’équipe municipale sur des sujets auxquels on ne comprend pas grand chose, qu’il nous en excuse. Des sujets de désaccords qui ne semblent pas bien graves, puisqu’il trouve que l’installation d’une crèche dans sa mairie, lorsqu’on tue et qu’on assassine dans nos rues est une initiative heureuse et un symbole de fraternité dans des moments douloureux. Quand des « cancrelats » (dit il) s’en prenne aux objets déposés place de la république, à Paris, pour lancer contre la police. Tout ce qu’ils méritent est qu’on les écrase du talon  : « CRAC  ! » (ses mots). On a un peu élagué son texte, et certaines autres formules, avec son accord, tout en essayant de ne pas le dénaturer.

creche de noel

CYPRIEN dit :  Quand arrivait l’époque de Noël, mon grand père Marcel, que je n’ai connu que jusqu’à l’âge de 12 ans racontait « comment c’était » dans les tranchées durant la Grande Guerre. Il était revenu avec un bras en moins et se disait un miraculé et remerciait le ciel de s’en être sorti quand la plupart de ses camarades avaient été portés disparus car on n’avait rien retrouvé d’eux. Il y avait (j’invente les prénoms) Pierre, Paul, Jacques, mais aussi Élie le tailleur du sentier, et Mamadou qui ne croyait qu’en son amulette. Et Hans dont le frère était en face chez les allemands. Que faisait il là ? Hans l’alsacien aurait du aussi être en face puisqu’on avait perdu l’Alsace en 1870 en se battant contre ces maudits prussiens. Pour le premier Noël passé dans les tranchées ils avaient confectionné, de bric et de broc, comme ils le pouvaient, une crèche de Noël allant jusqu’à modeler les personnages en malaxant la terre truffée d’éclats d’obus coupant comme du rasoir : il s’agissait là d’un moment de fraternité universelle. Marcel s’était laissé dire qu’ailleurs les allemands et les français avaient fraternisé le soir de Noël. Pas chez eux mais ils avaient cessé de tirer.
C’était l’occasion pour mon père, disparu depuis les années 70 d’en rajouter et  de raconter sa guerre, la sienne, la deuxième, et de dire comment ils s’étaient retrouvés, plus d’une fois, entre compagnons d’armes, autour d’une crèche de Noël, et surtout en cette fin 1944, quand tout le monde croyait que la guerre cesserait pour les fêtes de fin d’année, et où le pire les attendait dans les Ardennes. Avec des Sénégalais, des Maghrébins, cela avait été également un moment œcuménique et poignant de fraternité.
Moi même, je ne sais pas si je crois en un quelconque Dieu. Enfin ça dépend des moments. J’ai fait partie des rappelés en Algérie. Je suis allé à la guerre à contre cœur et en traînant les pieds. Dans un douar, un soir, on avait dormi par groupe de 5 ou 6 chez l’habitant. Par terre, à la dure évidemment. Les hommes semblaient s’être évaporés : il ne restait que des vieillards, des femmes et des enfants. Pendant qu’à l’extérieur nous aidions à bouger un bac en pierre très lourd, dans la maison on nous avait bricolé une crèche de Noël avec des petits jouets en bois. Avec mes compagnons d’infortune nous avions fraternisé avec ces algériens devant ce symbole éternel.
Que des français se posent rien que la question de savoir s’il est bien de faire une crèche de Noël dans une mairie est une insulte à la mémoire de leurs aînés, à leurs souffrances, à leur sacrifice, « au sang versé » pour que la France existe encore. C’est du mépris pour leurs concitoyens. De la lâcheté. La crèche fait partie de nos racines culturelles. Elle a soudé des gens qui étaient des croyants comme des incroyants dans des moments particulièrement difficiles.
Que des français le critiquent – mais pour moi il ne sont plus des français – est un crime contre l’humanité.
Demain, au nom de cette foutue laïcité, inventée par des tarés pétochards, on interdira le cassoulet et le Muscat de Rivesaltes. Et ensuite ….. on interdira la Marseillaise.

Cher internaute, merci pour votre contribution. Nous voulions traiter le sujet autrement et plus tardivement, mais vous nous donnez l’occasion de redire que  nous avons bien conscience que c’est  grâce à des gens comme vous que notre génération n’a pas eu à partir à la guerre. (enfin jusqu’à aujourd’hui) C’est parce que vous avez versé votre sang que nous sommes libres, et sûrement pas par la grâce des ceux qui nous abreuvent d’élucubrations écœurantes à vomir et qui ne méritent même pas que l’on fasse attention à eux. Ce serait leur accorder l’importance qu’ils n’ont pas. Les chiens aboient, la caravane passe. Nous sommes d’accord avec vous sur toute la ligne. Et puis, « c’est vous qui le dites » et c’est « la liberté d’expression ». Et Dimanche ne vous trompez pas de bulletin. Amitiés.

Ode à Sainte Camille ! …………. à Cabestany.

8 juillet 2015

sainte-camille

D’un internaute : « le terrain des gens du voyage à Cabestany est vide mais ils sont tous installés à Sainte Camille. Si la municipalité fait désormais camping allons nous quand meme payée une augmentation d’impots »

d’un autre : (sur un air connu) notes musique

Il est foutu le temps des caravanes
La foule des barbares
Est aux portes de la ville
Avec leur grandes sarbacanes

dans le parc de Sainte Camille

Laissons entrer ces païens, ces vandales,
avec leur Mercedes en guise de sandales
La fin de ce monde
Est prévue pour l’an deux mille ……

Est prévue pour deux mille quinze !!!!

-o-

Postmaster :  « On aurait aimé que vous nous l’enregistriez en musique. Ce sera peut être pour une autre fois ? C’est vous qui le dites ! mais positivons. Tant que ce que vous dites n’est pas méchant et dit avec humour, on achète. Ce qui explique sans doute qu’on ne mette pas en ligne ce soir tous vos commentaires, quand bien même on partagerait certaines de vos réflexions sur ce sujet, et aussi sur le fait qu’on puisse désormais se servir d’explosifs, comme dit l’un d’entre vous, avec malice,  EN DRIVE !  »   C’est le progrès !

-o-

Nadège écrit ce soir : « merci camarades »………. à Cabestany !

19 février 2015

« Nadège » envoie ce mail à Blog-Cabestany à 18 heures 51, ce soir jeudi 19 février 2015.

«  » »  ce soir motion de censure de la droite contre le gouvernement. les communistes votent également contre. cela fait désordre à un mois des cantonales vous ne trouvez pas. quelle est votre position ? «  » » »

POSTMASTER :  Nadège, un bien joli prénom ! Merci de nous avoir envoyé ce sympathique message qui manque un peu de précisions.  Nous sommes entièrement d’accord avec vous. Quant à savoir comme décrypter votre message et connaître votre arrière pensée, on donne notre langue au chat.
– Car êtes vous une électrice de droite qui ironise sur le vote des communistes à un mois d’élections où l’on se demande ce qu’il peut encore y avoir en commun entre partenaires de gauche ?
Êtes vous une électrice socialiste furieuse contre les communistes ? C’est plutôt dans l’air du temps. Car si on analyse les mails que nous avons reçu ces derniers jours, on dirait bien que ce sont davantage des socialistes que des gens de droite qui nous écrivent. Avec nous ils peuvent débattre alors que sur leur gauche ils se heurtent à un mur !
Mais vous pourriez aussi bien être une électrice communiste qui est en désaccord avec son camp ou encore quelqu’un d’autre.

C’est bien compliqué !

Mais cela exprime quand même bien le flottement dans lequel certains électeurs se trouvent à un mois de ces départementales, ce qui n’est pas le cas dans notre camp, fort heureusement.

« Quelle est votre position ? » dites vous. Nous, on comprend que votre question est : « qu’en pensez vous à la rédaction de votre Blog ? « .

Car Blog-Cabestany ne saurait s’arroger le droit de parler autrement qu’en son propre nom. Et surement pas de s’exprimer au nom de partis, de leurs dirigeants, ou de leurs candidats, en période électorale. On lira demain, comme vous tous, ce que dit la presse ou les médias.

Alors qu’en pensons nous dans notre Blog ? La même chose que vous !!!!!   Bien cordialement.

et comme c’est le nouvel an chinois :

C'est le nouvel an chinois

C’est le nouvel an chinois

Honneur à nos militaires ! …….. à Cabestany

3 février 2015

drapeau-en-berne

Un  hommage national a été rendu ce mardi 3 février 2015, aux Invalides,  aux 9  militaires français tués le 26 janvier 2015  dans le crash du F16 grec survenu sur la base d’Albacete en Espagne. 7 de ces aviateurs étaient affectés à la BA 133 de Nancy-Ochey.

invalides 3 fevrier 2015

Photo envoyée en pièce jointe par René, qui a été militaire sur cette base à Nancy, il y a des lustres, mais dont on partage l’émotion, et qui nous écrit entre autres :

« ………..  Récemment mon petit fils (8 ans) me dit : Papy, pourquoi il est interdit de faire ce geste là et il me mime le salut nazi, le bras levé, la main tendue ? Papy, mon copain on lui a dit que s’il recommençait on allait le virer de l’école. J’espère que les enseignants  lui ont expliqué pourquoi ! Mais c’est apparemment courant dans les cours de récréation !?  Papy, pourquoi en regardant avec toi à la télé l’autre jour  l’enterrement des journalistes, les messieurs, ils avaient le poing levé en chantant la Marseillaise ? Je ne lui ai pas dit que ce n’était pas la Marseillaise qui était chantée, mais l’internationale. On a peut être chanter ensuite la Marseillaise. Mais au moment où l’on regardait ensemble la télé c’était bien l’internationale. J’espère qu’il ne va pas se mettre à la chanter le 14 juillet !!!!!

POSTMASTER : A Cabestany, cela ne choquerait peut être personne ! Quant à vos interrogations, on les partage et on n’a pas plus que vous la solution. Mais rassurez vous : notre Ministre de la « ré-éducation » a sans doute la réponse ! Cordialement

 

La réforme « pour rien » ou la réforme inutile, écrit « Jean » à Cabestany !

3 juin 2014

Démocratie

« Jean », qui écrit pour d’autres blogs plus consultés que le nôtre, nous offre ce texte « en primeur ».

-o-

La réforme inutile

Je vous parle bien de la réforme des régions, un projet qui est « spectaculaire » car le pouvoir l’aura souhaité ainsi, en utilisant le poids des médias qui ont l’impression de traiter pour une fois un grand sujet. Un projet qui aux yeux des français se doit d’apparaître comme une « grande réforme » mais qui ne touchera que quelques baronnies d’élus. Et plus les élus hurleront, et se sentiront « humiliés », plus le citoyen, amusé ou abusé, s’imaginera qu’on a taillé dans le vif. Du trompe l’œil ou du trompe « couillon » ?

Car il s’agit là d’une réforme à minima, la moins importante que l’on pouvait imaginer et faire quand la situation est tellement dégradée mais que l’on a pas l’envie de s’en occuper. Et qu’on préfère mettre la poussière sous le tapis plutôt que se sortir l’aspirateur du placard. Un tour d’illusionniste qui n’apportera rien à personne, sinon faire couler de la salive. Et n’aura aucun effet sur les finances publiques, ou si peu. Mais entre Toulouse et Montpellier,  on imagine déjà le bordel !

Car elle est à l’envers cette réforme. Il fallait d’abord travailler sur « qui fait quoi ».  Partir du bas. Évaluer les besoins. Faut il regrouper, à l’arrière, les états majors des généraux sous la même tente ou plutôt veiller à ce que les soldats qui sont en première ligne aient de bonnes chaussures et des munitions, et leur déterminer clairement leur mission. Au Mali, il se dit que le marché des amulettes et des gri gri n’a jamais aussi bien marché, et pas que chez nos ennemis.

Est il vraiment nécessaire que dans une certaine région (qui n’est pas les P.O. mais est ce si différent chez nous ?) entre les Agences, Organismes, Structures diverses, Services Ministériels, Régionaux, Départementaux, Locaux, on puisse trouver ONZE organisations qui s’occupent de l’EAU (approvisionnement, ressources, qualité,….). Quand tous ces fonctionnaires, dans leur coin, et qui font sans doute correctement leur boulot, n’ont aucun lien entre eux. Quand deux services ou plus travaillent sur le même projet sans le savoir et sans se concerter. Quand ils se servent de logiciels différents, incompatibles, sur des critères différents. Quand le ministre, bousculé par son emploi du temps, et qui un matin se retrouve pressé de prendre une décision, au lieu de consulter les rapports de ses services, fait appel, dans l’urgence, moyennant finances sonnantes et trébuchante, à un Cabinet de Consultants Privés qui lui sort un rapport dans la précipitation. Mais cela m’aura permis de vivre et même bien vivre. Le même ministre, au moment de prendre sa décision finale, s’en remettra finalement à une directive Européenne.
Tout cela ne donne aux fonctionnaires sous ses ordres, que le sentiment de faire un boulot inutile, de ne pas être pris en compte, et de les démotiver.

Dans une autre région, NEUF structures traitent de l’Environnement ? (ensuite 15 ou 20? après la fusion des régions) Et on pourrait continuer comme cela jusqu’à demain.

Faut il sabrer dans les effectifs des fonctionnaires ? Quand on sait que d’ici 10 ans, classe d’age oblige, 30% des agents auront demandé leur retraite. Et qu’il faudra bien en remplacer ne serait ce qu’une partie. Mais en les recrutant selon leurs compétences, et non en faisant abstraction du « profil », simplement pour faire baisser les chiffres du chômage !  Que l’on a pas trop d’infirmières. Et qu’il faudrait davantage de juges, de policiers. Tout cela est le merveilleux prétexte d’un débat stérile et purement abstrait entre nos politiciens.

Et les municipalités, au fur et à mesure qu’elles se voyaient retirer des compétences par les agglos, étaient elles obligées d’embaucher autant, sinon plus, de leur côté, que ces mêmes agglos ?
Si ce n’est pas là du clientélisme ? De toute façon le citoyen passera à la caisse et on lui racontera des bobards dont il se dépêchera de convaincre lui même son voisin pour se sentir moins seul. Je ne vise personne ! Suivez mon regard.

Faut il, délocaliser les fonctionnaires, les faire déménager eux et leurs familles, les regrouper quelque part dans une grande tour, quand DEJA avec les réseaux électroniques, on pourrait travailler depuis chez soi.

Pourquoi ne pas agir avec bon sens ? Il serait si simple de redéfinir la mission de chacun, lui redonner l’initiative, le responsabiliser. La majorité des fonctionnaires ne demande que cela !

ON PEUT REFORMER LA FRANCE EN PROFONDEUR ET EN DOUCEUR, sans opposer les uns aux autres, sans martyriser les uns ou les autres, en asservissant la technologie à l’humain. Sinon à quoi tout cela servirait il ?

A la seule condition d’envoyer nos hauts fonctionnaires jouer au golf l’après midi, demander aux organisations syndicales de ne pas s’opposer pour le principe et se montrer incontournables par peur d’inutilité et à nos élus de la fermer quand ils n’y connaissent rien et ne raisonnent qu’en fonction de leur ego. Mais est ce finalement le citoyen qui bloque le système ou celui qui prétend savoir ce qui est bon pour lui ? Quelle condescendance ou quel mépris, au choix, pour celui qui paye et n’a d’autre droit que de la fermer.

Mais réformer, en bien, est il vraiment possible dans cette France qui se complait dans son bocal de formol ? Changer ce qui va bien est tellement plus simple. Quand tous ceux qui pourraient améliorer les choses, traînent les pieds, font de l’immobilisme et ne pensent qu’à leur petit pouvoir (ou réélection). On n’est jamais trahi que par les siens. Notre Président ne fera pas mentir cet adage dans cette réforme à l’envers qui lui permettra de se gargariser, de se mettre en valeur, et de nous prendre un peu plus pour des imbéciles !
-o-

POSTMASTER : « Jean », ancien Consultant chez A…….., nous avait déjà envoyé un commentaire sur la réforme de « la Poste » en 2010. Un sujet sur lequel il avait travaillé, beaucoup et en pure perte, disait il,  en se montrant intarissable. On doit bien l’avoir archivé quelque part « in the cloud » et on le ressortira bien à l’occasion. Et : « C’est vous qui le dites ! »

« El Rapatell » à Cabestany : c’est vous qui le dites !

23 mai 2014

On ne vous parlera plus des Européennes d’ici dimanche soir. On aurait pu mettre en ligne tous les commentaires, la plupart ironiques,  que vous nous avez envoyés sur le sujet en lisant certaines professions de foi reçues dans votre boite aux lettres, hier matin.  Une émission sur le service public, hier soir à la télé, vous aura donné une meilleure perspective des enjeux. Mieux vaut tard que jamais.

Il vaut mieux agir que discourir et dimanche, on ne restera pas à la maison, et on ira voter pour nos candidats.

Mais vous nous faites le plaisir de nous envoyer des mails – bien moins qu’avant les municipales – mais il y a comme un petit frémissement sympathique.

On a donc choisi de mettre en ligne l’un de vos mails sur le Rapatell. Tous, vous avez des avis  différents et bien tranchés sur ce sujet. Mais le commentaire que nous avons choisi reflète bien la plupart de ceux que vous nous avez fait le plaisir de nous envoyer. Bon week end.

JOSIANE dit :

El rapatell
dimanche il faisait beau : pas envie de sortir la voiture fatigués de la semaine ; on fait un tour à pied dans les rues de cabes avec les petits-enfants leurs parents ayant préféré aller au ciné ;; des animations gentillettes ; certaines meixu que d’autres ; ca casse pas quatre pattes à un canard ; les artistes amateurs sans doute bénévoles semblent prendre du plaisir ; plus que nous sans doute mais pourquoi ne pas les applaudir : les artistes on en a besoin dans notre vie souvent fade et ça change de la télé ; dans des villes de la dimension de la notre les adjoints ou conseillerts municipaux s’attribuent des compétences qui n’ont rien à voir avec leurs compétences : après tout eux aussi sont des bzénévoles ; celui qui est en charge de la culture doit travailler à la sécu ou chez auchan durant la semaine ; tout cela manque de souffle mais il a peut être passé des nuits a préparer le spectacle alors ne lui jetons pas la pierre ; les enfants me tirent par la manche : mamy on s’en va on s’embete ; blasés le enfants de nos jours, si c’est pas en 3 d ; des papys et mamys semblent prendre du plaisir ; l’un est meme en pantoufles et il n’aura pas eu a prendre le bus pour aller se divertir et ca le change de drucker ; et puis comme dit un monsieur derriere nous ca doit couter moins cher a la mairie que d’offrir du foie gras aux ainés comme dans une autre ville du département ; ça on ose l’esperer ; mais cela fait racolage ; la droite nous dira peut ^tre un jour combien cela coute au contribuable ; pas trop cher sinon ce serait une honte mais il faut bien divertir le bon peuple; dans ma banlieue ouvrirere quand j’étais jeune toutes mes copines s’appelaient Nadège : on dansait déguisées en paysannes ukrainiennes et on chantait Kalinka ou il est revenu le temps du muguet ; tout change et rien ne change à la fois ; et si on arretait de toujours tout critiquer ; mais l’année prochaine on ira se balader à la mer ;

POSTMASTER : c’est vous qui le dites !