Posts Tagged ‘Cabestany’

En attendant le retour des cloches de Rome, à Cabestany !

28 mars 2016

LUNDI DE PÂQUES

SI, pour une mamie et un papy que nous adorons, mais nous les aimons toutes et tous à Cabestany, le retour des cloches de Pâques est personnifié par une chanson qui n’est pas au « TOP 50 ». Mais peut être, l’a t’elle été en son temps ? En 1959.

Une chanson qui leur rappelle avec nostalgie un certain souvenir heureux de voyage pascal, il y a bien des années.

Parce qu’ils nous l’ont demandé avec tellement de gentillesse et comme nous ne voulons rien d’autre que de vous être agréable à tous ! et à tous vous faire plaisir !

Si vous nous aviez demandé du rap, il n’est pas sur qu’on aurait sauté de joie. Mais pourquoi ne pas vous mettre en ligne cette chanson si cela vous procure un peu de joie …. et somme toute on s’y habitue plus vite qu’on ne l’aurait pensé ! « Mais quand la musique est bonne ».

Bonne journée à eux, bonne journée à tous !

* le titre original de cette chanson interprétée en français par Gloria Lasso, et reprise par d’autres chanteurs était à l’origine un Fado : « Fado Da Madragoa ». Une « caramelle » comme une autre !

 

Heureusement, on pourra aller à la Sanch !

25 mars 2016

Aujourd’hui, la Sanch : il s’agit bien là de notre patrimoine, notre culture, nos traditions.

Bande sonore (bref extrait – droits d’utilisation obligent) de la plage 3 du CD « Noces de Sang »   : Oratoru del Mil-Lenari del Sant Dubte’ d’Ivorra: III. Plany de les Veròniques – Ad Primam
de Antoni Makorso, Climent Forner, Coral Ginesta de Cervera, Jordi Casanova, Julià Carbonell de les Terres de Lleida, Marta Cordomí, Orfeó Nova Solsona, Pau Bordas,

Polifónica de Puig-Reig

Rendez leur visite sur leur site : http://www.polifonica.cat/

Tous derrière Jean Castex, pour une nouvelle donne dans le département des Pyrénées Orientales (à Cabestany)

4 mars 2015

Élections Départementales des 22 et 29 mars 2015

Tous derrière Jean Castex et nos candidats de la Droite Républicaine dans notre canton :

Caroline Ferriere – Olivier Amiel – Colette Appert – Patrick Sperring

Caroline Ferriere_Olivier Amiel_Colette Appert_Patrick Sperring

Pour des investissements publics mais …….. en compensation des économies de fonctionnement, et c’est cela qui change tout, si l’on compare avec la façon dont est  « gérée »  (mais est ce vraiment le mot qui convient ?)  – par exemple – et pour ne pas la nommer, votre commune.

La vidéo de Jean Castex

Jean Castex a un site Facebook : https://www.facebook.com/jean.castex.7?fref=ts

(mais peut être faut il avoir déjà un compte Facebook pour y accéder

Vous pouvez accéder au site Facebook de La Droite Républicaine directement :

https://www.facebook.com/pages/Cabestany-Le-Futur-vous-appartient/324187841051855

Et pour joindre nos candidats par mail :

perpignancabestany2015@gmail.com

ou à leur permanence : à Cabestany, samedi matin au centre du village à côté de la fontaine

Gersende Guermonprez, du collectif de rédaction de Blog-Cabestany

Mardi 3 mars 2015 à Cabestany : Conseil Municipal

1 mars 2015

Mardi 3 mars 2015, au rez de chaussée de la mairie, séance publique du Conseil Municipal à 18 h 30 précises

l’ordre du jour

ORDRE DU JOUR CONSEIL CABESTANY

Jean Castex, Jean Marc Pujol, et bon nombre de nos amis de tout le département des P.O., ce matin à Cabestany, pour soutenir Caroline Ferriere, Colette Appert, Olivier Amiel et Patrick Sperring !

7 février 2015
Candidats de la Droite Républicaine à Cabestany

Candidats de la Droite Républicaine à Cabestany

Ce matin, samedi 7 février 2015, à Cabestany, on inaugurait à 11 h 30 précises la permanence de nos candidats de la Droite Républicaine qui vont défendre nos couleurs aux Départementales des 22 et 29 mars 2015, dans le canton n°8 : Perpignan 3, Saint Jacques, Cabestany.

Dès avant  11 H 00, il y avait déjà beaucoup de monde. Non pas que les participants se soient trompés d’heure, mais beaucoup ne connaissant pas bien Cabestany, avaient peur de ne pas trouver rapidement le lieu du rendez vous, d’avoir du mal à se garer. Ce qui n’arrivera pas. Et beaucoup trouvaient que l’emplacement de la permanence, au cœur du centre historique, face à la vieille fontaine, était un endroit particulièrement bien choisi.

On ne prétendra pas que c’était le grand beau temps, mais la tramontane semblait partie en week end, il faisait moins froid que les jours derniers et il y avait un rayon de soleil. Un heureux présage. Mais on appréciait d’être bien couverts.

On reconnaissait bon nombre des colistiers de Colette et Patrick, les adhérents de Trait-d’Union-Cabestany autour d’Eric Poupet et de son équipe, de nombreux Cabestanyencs que nous connaissons par leur nom et d’autres seulement de vue, mais aussi beaucoup d’inconnus.

Dans un événement de ce genre, il n’est point besoin d’être devin, pour comprendre que toutes ces personnes que nous ne connaissions pas, étaient venues à Cabestany, parce qu’elles partagent nos idées et nos valeurs. Et cela favorise la communication.

Colette et Patrick, en attendant que ne commencent les discours officiels, venaient saluer toutes les personnes présentes, présentaient Caroline et Olivier, des candidats souriants et bien sympathiques,  et avaient un mot aimable pour chacun. Un agréable moment !

Les dernières municipales à Cabestany datent d’une année, et les prochaines n’auront lieu donc que dans 5 ans. Mais il est rare que des candidats – ils ont quand même été élus – une année après une élection, aient encore autant de citoyens pour les entourer, les soutenir, se réclamer de faire partie de leurs fidèles. L’association Trait-d’Union-Cabestany en est le catalyseur.

Quant à ces inconnus dont nous parlions précédemment, ils n’étaient pas longs à se présenter entre eux, ou à nous, à échanger des cartes de visite, des emails dont nous avons fait une véritable moisson, et discuter de ce qui nous rapproche à savoir la politique. Des citoyens nous expliquant s’être déplacés pour Jean Castex, ou Jean Marc Pujol, mais encore pour Caroline Ferriere ou Olivier Amiel, et désirant connaitre  les élus Cabestanyencs de leur camp. Il est certain que des élections concernant des territoires différents permettent de rencontrer des amis inconnus et favorisent les échanges entre des personnes partageant les mêmes idées. On se sent tout de suite moins seuls….. à Cabestany !!!

Nous avons longuement discuté avec un Papy venant de Prades pour encourager son maire. « je ne conduis plus disait il, mais je suis venu avec des jeunes dans le même véhicule. Des jeunes qui y croient « dur comme fer » et nous allons essayer de participer au plus grand nombre possible de meetings dans le département car il ne suffit pas d’encourager mais le plus important est encore de transmettre nos valeurs aux générations futures ».

Le même Papy qui paraît bien connaître le département et la politique et nous disait que pour certains de nos candidats, dans le Département, à la condition qu’ils fassent une bonne campagne, la victoire était quasiment assurée. Mais dans votre Canton ajoutait il, les choses sont loin d’être évidentes à cause d’un découpage qui semble avoir été spécialement fait pour avantager la gauche. Vos candidats ont bien du mérite d’avoir relevé le challenge et d’être prêts à mouiller le maillot. Mais cela personne chez nous n’en doute.

Les discours commençaient : Jean Castex, Jean Marc Pujol, se montraient toujours très chaleureux et très charismatiques, mais également très motivés. Puis chacun des candidats prenait la parole nous demandant de les assurer de leur soutien mais ce matin nous étions bien là pour cà !

Devant le sympathique buffet, très simple mais bon, les conversations étaient animées. Nous retiendrons qu’en plus d’avoir soutenu nos candidats, nous nous sommes fait un tas de connaissances. De citoyens lambda, comme nous mêmes, de Perpignan ou d’ailleurs, ne faisant pas de politique, déjà bien assez occupés par leur vie familiale ou professionnelle, mais attachés à des valeurs qui semblent en danger, et refusant à n’être  que des témoins, et décidés à s’engager. Nous n’allons pas utiliser de grands mots, faire de grande phrases, mais dans cette France que nous aimons plus que tout, et dans laquelle nous ne nous reconnaissons plus certains jours, cela fait tout simplement chaud au cœur.

Nos candidats, avant de partir nous remerciaient avec un brin d’émotion d’être venus les soutenir. Mais c’est  nous, qui les remercions à notre tour, de bien vouloir faire entendre notre parole, de représenter les simples électeurs de base que nous sommes, qui nous sentons de moins en moins entendus et qui avons besoin de savoir que l’on nous représente et que l’on nous défend. Qu’on existe !

cliquer sur l’image pour agrandir

LES DISCOURS

inauguration

L’ASSISTANCE

inauguration 7 fev 2015

A Cabestany : une histoire courte à méditer !

14 novembre 2014

Par « Électron Libre » : Histoire vraie à méditer. (Les sources journalistiques sont aisément vérifiables).

-o-

Thierry LePaon, patron de la CGT, (le syndicat), est en réunion avec ses collaborateurs, il y a seulement une dizaine de jours, fin octobre 2014.

L’ordre du jour est particulièrement chargé, et il y a des décisions importantes à prendre sur fond de contreverse. Beaucoup s’y sont préparés et ont hâte de rentrer dans le vif du sujet, mais Thierry LePaon  commence par faire passer un tract dont on a coupé la partie supérieure et la partie inférieure. Le document circule, les participants le lisent rapidement, ou y jettent juste un œil, parfois agacés,  et le papier après avoir fait le tour de la table revient à son point de départ. Les participants en réunion ne voient pas vraiment l’utilité de leur avoir montré ce document qui n’appelle guère de remarque.

Thierry le Paon interroge :  » que pensez vous de ce document ? »

L’assistance reste muette et a envie de passer à autre chose. Thierry LePaon insiste.

L’un des participants dit quand même :  » ce document a été écrit par l’une de nos fédérations, et c’est une évidence, car on y retrouve nos « éléments de langage » et qu’il n’y a pas grand chose à en dire, mais LAQUELLE, si telle est la question ? « 

Thierry LePaon : « à votre avis »

Un autre des participants dit  : « je suis censé être destinataire, en copie, de presque tout ce que le syndicat imprime dans les fédérations, mais je reconnais que cela ne me dit rien, même si on y reconnaît, indéniablement, notre patte.

Thierry LePaon fait repasser le même document dont les parties supérieures ou inférieures n’ont pas été coupées.

STUPEUR. Il s’agit d’un tract à l’en-tête du Front national.

-o-

Postmaster 15 H 30 : ce vendredi : nous répondons à l’un de nos internautes, sans doute pas de notre camp, qui nous dit – en substance – que nos sources sont « bidonnées ». Et qui nous incite – avec ses mots à lui – à ne pas trop raconter n’importe quoi. Au moins est ce la preuve qu’on lit notre Blog !!!!

Les sources de Électron Libre qui est à Paris, cet après midi, avant de regagner Cabestany sans doute ce week end ?  Nous ne les connaissons pas et nous l’avouons.

Mais, on a trouvé en page 20 du magazine « Le Point » de cette semaine, sur une demi-page, la même histoire où il est dit que c’est le Président Hollande qui raconte lui même cette histoire. Ce que Electron Libre ne va pas jusqu’à affirmer, se limitant à des faits vérifiés sans les commenter.

En parlant de notre Président de la République on serait tenté de lui dire : « c’est vous qui le dites ».   Amitiés à tous, bon week end et continuez à nous lire !

thierry Lepaon 1

Aurons nous un Président « normal » à la tête de la Région se demande Blog-Cabestany ?

7 septembre 2014

AViS : Vous allez lire le premier article de l’un de nos nouveaux rédacteurs. Il faut savoir se renouveler. Il ne signera pas sous la signature anonyme et collective de Postmaster car il  nous a demandé la permission de garder son indépendance éditoriale. Il signera sous le pseudo de « Électron Libre » car il ne peut plus ré-utiliser le nom de plume qu’il avait à la rédaction d’un support de la presse écrite. Il n’interviendra que de façon très occasionnelle mais parlera du domaine qu’il connait bien, la politique au plan régional ou  national.  Et ses propos ne sauraient engager en aucun cas nos élus.  Mais nous assumons ! Cela ne changera pas grand chose à notre Blog, et nous continuerons à privilégier la politique locale. Pour nous c’est « Cabestany d’abord ! »

-o-

« Électron Libre » écrit :

« Quel Président aurons nous à la tête de la Région Languedoc-Roussillon ? »

Cette semaine,  le numéro  du magazine « le Point », regorge d’articles forts intéressants et que vous devriez lire.

On y trouve un entrefilet sous la plume de mon jeune et excellent confrère,  qui signe H. D. (H comme Hugo, son prénom. Son patronyme étant celui d’une famille de grands journalistes à laquelle il fait honneur.)

l’entrefilet du Point

l'entrefilet du Point

 Je ne repasserai pas derrière ce qu’a écrit un ami, très talentueux,  et ne prendrai  pas le  risque  de me livrer au moindre commentaire sur cet article, un modèle de concision,  qui est plus éloquent qu’un long discours. Un travail de journaliste dont le devoir est avant tout d’informer pour permettre au citoyen de réfléchir.

On nous abrutit tous les jours avec la réforme inutile, couteuse, et uniquement médiatique, improvisée dans la panique par un pouvoir en déliquescence. Je parle bien de la décentralisation, la fusion des régions, sans qu’on sache encore si les départements vont disparaître. Car Hollande met la charrue avant les boeufs.

Cette semaine, le Ministre de l’Intérieur, interrogé au Sénat sur l’éventuelle disparition des Conseils départementaux, répondait par une pirouette (au sens figuré), en disant que d’ici 2020, bien de l’eau aurait coulé sous les ponts… !  On espère pour ce ministre qu’il aura eu  le temps de mettre son gilet de sauvetage avant d’être emporté par le courant. Il semblait dépassé. Mais comment pourrait il savoir ce qui se passera dans 6 ans alors qu’il est incapable de prédire ce qui se passera dans 6 mois. Il aurait du nous conseiller, par honnêteté,  d’aller consulter une voyante.

Mais revenons à la nomination du futur Président de notre région. Je vous dirai simplement que lorsque j’interroge mes voisins, ou d’autres gens dans la rue,  qu’ils soient de gauche ou de droite, j’obtiens  la même réponse. A savoir que l’élection d’un dirigeant politique à un tel niveau de responsabilités qui va gérer le quotidien ou l’avenir de millions de personnes, dont  le nôtre, devrait se faire au  suffrage direct , comme on choisit son maire, son député, et sur un programme clair qui engage le candidat. 

L’article du Point  nous démontre, si c’était nécessaire,  et alors que certains rêvent déjà de la 6ème république, qu’il faudrait commencer par réformer une partie de nos institutions dont certaines datent de la 3ème ou la 4ème. Pour faire accepter la décentralisation au citoyen, il faudrait qu’aussi bien les conseillers généraux que régionaux, qui devraient évidemment être les mêmes,  soient élus de façon plus directe.  La nomination du  Président de la Région,  qui découle d’élections directes mais en cascade, est incompréhensible pour le citoyen. Celui ci  pense, à tort ou a raison,  qu’elle  serait plutôt le résultat de combinaisons politiques, ou encore d’arrangements et de connivences. C’est pour lui,  insupportable. Il est normal qu’il se détourne de la politique, et il pourrait bien finir par descendre dans la rue. 

La disparition d’un personnage aussi important qu’un Président de région devrait renvoyer l’électeur dans l’isoloir. Cela donnerait à son successeur,  de la crédibilité et de la légitimité aux yeux du citoyen.

Voila par où l’on devrait commencer la réforme : dans  le cas de figure, mais on peut toujours rêver,  où nous serions réellement dans une démocratie !

-o-

le lien vers le site du magazine le Point :


Hebdomadaire Le Point

———-

« c’est vous qui le dites »… mais « ça nous plait » à Cabestany !

4 septembre 2014

RYTHMES SCOLAIRES

jeudi 4 septembre 2014 : Georges nous écrit sur le sujet des « Rythmes scolaires »

GEORGES : «  » pour ma fille la rentrée s’est bien passée à Cabestany. je n’ai rien à dire.  elle n’est pas scolarisée à Massé où je n’ai pas vraiment compris grand chose sauf que de loin ça ressemble à de l’agitation politique mais peut être ont-ils raison. il y aura toujours des gens mécontents de tout et rien. dans l’école de ma fille les enseignants font tout ce qu’ils peuvent pour que tout fonctionne bien. mais franchement cette réforme débile qui a germé dans la tête d’un ministre qui a détalé comme un lapin c’est n’importe quoi. le pire c’est que les parents  raisonnent en fonction de leur orientation politique et non de leur raison. Mais pas un seul n’est capable de sortir un argument intelligent et valable qu’il soit pour ou contre. les français sont des moutons de Panurge qui ne raisonnent plus avec leur tête mais qui suivent aveuglément sans rien comprendre  les fariboles des dirigeants du parti politique auquel ils ont décidé de se raccrocher dans la tempête. enfin maintenant on a UNE ministre de l’éducation et des garderies  d’enfants ! » »    …………. «  »

POSTMASTER : « c’est vous qui le dites » mais « ça nous plait  » ! surtout ce terme de « ministre de l’éducation et des garderies d’enfants » : tout un programme !

et en illustration – on en voudrait tous les jours – ce dessin paru ce matin dans l’Indépendant qui se passe de commentaires. Lisez « l’Indépendant » : juste un clic ci-dessous sur le titre

L’Indépendant

rythmes scolaires : sans commentaires

rythmes scolaires : sans commentaires

et si voulez agrandir l’image cliquez dessus !

-o-

Quand les hommes vivront d’amour …….. à Cabestany !

18 juin 2014

Nous sommes le 18 juin 2014 : 70 années sont passées depuis le débarquement en Normandie, ou en Provence. Perpignan sera libérée en Août. Tous pensaient que la victoire pourrait être célébrée avant Noël en cette année 1944. Il faudra encore une année de durs combats avant d’arriver à cette victoire finale.

A la mémoire de ceux qui n’ont pas pu voir ce jour espéré, et se sont sacrifiés pour nous.

Nous les honorerons ce soir, à Perpignan, square Bir Hakeim, à 18 h 30.

La réforme « pour rien » ou la réforme inutile, écrit « Jean » à Cabestany !

3 juin 2014

Démocratie

« Jean », qui écrit pour d’autres blogs plus consultés que le nôtre, nous offre ce texte « en primeur ».

-o-

La réforme inutile

Je vous parle bien de la réforme des régions, un projet qui est « spectaculaire » car le pouvoir l’aura souhaité ainsi, en utilisant le poids des médias qui ont l’impression de traiter pour une fois un grand sujet. Un projet qui aux yeux des français se doit d’apparaître comme une « grande réforme » mais qui ne touchera que quelques baronnies d’élus. Et plus les élus hurleront, et se sentiront « humiliés », plus le citoyen, amusé ou abusé, s’imaginera qu’on a taillé dans le vif. Du trompe l’œil ou du trompe « couillon » ?

Car il s’agit là d’une réforme à minima, la moins importante que l’on pouvait imaginer et faire quand la situation est tellement dégradée mais que l’on a pas l’envie de s’en occuper. Et qu’on préfère mettre la poussière sous le tapis plutôt que se sortir l’aspirateur du placard. Un tour d’illusionniste qui n’apportera rien à personne, sinon faire couler de la salive. Et n’aura aucun effet sur les finances publiques, ou si peu. Mais entre Toulouse et Montpellier,  on imagine déjà le bordel !

Car elle est à l’envers cette réforme. Il fallait d’abord travailler sur « qui fait quoi ».  Partir du bas. Évaluer les besoins. Faut il regrouper, à l’arrière, les états majors des généraux sous la même tente ou plutôt veiller à ce que les soldats qui sont en première ligne aient de bonnes chaussures et des munitions, et leur déterminer clairement leur mission. Au Mali, il se dit que le marché des amulettes et des gri gri n’a jamais aussi bien marché, et pas que chez nos ennemis.

Est il vraiment nécessaire que dans une certaine région (qui n’est pas les P.O. mais est ce si différent chez nous ?) entre les Agences, Organismes, Structures diverses, Services Ministériels, Régionaux, Départementaux, Locaux, on puisse trouver ONZE organisations qui s’occupent de l’EAU (approvisionnement, ressources, qualité,….). Quand tous ces fonctionnaires, dans leur coin, et qui font sans doute correctement leur boulot, n’ont aucun lien entre eux. Quand deux services ou plus travaillent sur le même projet sans le savoir et sans se concerter. Quand ils se servent de logiciels différents, incompatibles, sur des critères différents. Quand le ministre, bousculé par son emploi du temps, et qui un matin se retrouve pressé de prendre une décision, au lieu de consulter les rapports de ses services, fait appel, dans l’urgence, moyennant finances sonnantes et trébuchante, à un Cabinet de Consultants Privés qui lui sort un rapport dans la précipitation. Mais cela m’aura permis de vivre et même bien vivre. Le même ministre, au moment de prendre sa décision finale, s’en remettra finalement à une directive Européenne.
Tout cela ne donne aux fonctionnaires sous ses ordres, que le sentiment de faire un boulot inutile, de ne pas être pris en compte, et de les démotiver.

Dans une autre région, NEUF structures traitent de l’Environnement ? (ensuite 15 ou 20? après la fusion des régions) Et on pourrait continuer comme cela jusqu’à demain.

Faut il sabrer dans les effectifs des fonctionnaires ? Quand on sait que d’ici 10 ans, classe d’age oblige, 30% des agents auront demandé leur retraite. Et qu’il faudra bien en remplacer ne serait ce qu’une partie. Mais en les recrutant selon leurs compétences, et non en faisant abstraction du « profil », simplement pour faire baisser les chiffres du chômage !  Que l’on a pas trop d’infirmières. Et qu’il faudrait davantage de juges, de policiers. Tout cela est le merveilleux prétexte d’un débat stérile et purement abstrait entre nos politiciens.

Et les municipalités, au fur et à mesure qu’elles se voyaient retirer des compétences par les agglos, étaient elles obligées d’embaucher autant, sinon plus, de leur côté, que ces mêmes agglos ?
Si ce n’est pas là du clientélisme ? De toute façon le citoyen passera à la caisse et on lui racontera des bobards dont il se dépêchera de convaincre lui même son voisin pour se sentir moins seul. Je ne vise personne ! Suivez mon regard.

Faut il, délocaliser les fonctionnaires, les faire déménager eux et leurs familles, les regrouper quelque part dans une grande tour, quand DEJA avec les réseaux électroniques, on pourrait travailler depuis chez soi.

Pourquoi ne pas agir avec bon sens ? Il serait si simple de redéfinir la mission de chacun, lui redonner l’initiative, le responsabiliser. La majorité des fonctionnaires ne demande que cela !

ON PEUT REFORMER LA FRANCE EN PROFONDEUR ET EN DOUCEUR, sans opposer les uns aux autres, sans martyriser les uns ou les autres, en asservissant la technologie à l’humain. Sinon à quoi tout cela servirait il ?

A la seule condition d’envoyer nos hauts fonctionnaires jouer au golf l’après midi, demander aux organisations syndicales de ne pas s’opposer pour le principe et se montrer incontournables par peur d’inutilité et à nos élus de la fermer quand ils n’y connaissent rien et ne raisonnent qu’en fonction de leur ego. Mais est ce finalement le citoyen qui bloque le système ou celui qui prétend savoir ce qui est bon pour lui ? Quelle condescendance ou quel mépris, au choix, pour celui qui paye et n’a d’autre droit que de la fermer.

Mais réformer, en bien, est il vraiment possible dans cette France qui se complait dans son bocal de formol ? Changer ce qui va bien est tellement plus simple. Quand tous ceux qui pourraient améliorer les choses, traînent les pieds, font de l’immobilisme et ne pensent qu’à leur petit pouvoir (ou réélection). On n’est jamais trahi que par les siens. Notre Président ne fera pas mentir cet adage dans cette réforme à l’envers qui lui permettra de se gargariser, de se mettre en valeur, et de nous prendre un peu plus pour des imbéciles !
-o-

POSTMASTER : « Jean », ancien Consultant chez A…….., nous avait déjà envoyé un commentaire sur la réforme de « la Poste » en 2010. Un sujet sur lequel il avait travaillé, beaucoup et en pure perte, disait il,  en se montrant intarissable. On doit bien l’avoir archivé quelque part « in the cloud » et on le ressortira bien à l’occasion. Et : « C’est vous qui le dites ! »

Remaniement : le scoop de Blog-Cabestany

1 avril 2014

Une contribution amicale de l’un de nos fidèles internautes auxquels nous avions demandé de plancher sur le sujet du 1er avril. Dans la rubrique « Electron Libre » : les lecteurs ont la parole !

-o-

REMANIEMENT  :

Mickey, premier ministre
Simplet à la culture
Tintin à la police et Picsou aux finances
Zorro à la justice et Minnie à la danse.

(extrait des paroles de « Si j’étais Président » de Gérard Lenorman

le texte de la chanson :

si j’étais président.doc

poisson d'avril