Archive for the ‘Nos lecteurs sont en colère’ Category

Jacques nous rappelle TOUS à un peu plus de dignité. Macron compris. En écrivant à Blog-Cabestany.

6 décembre 2017

Le mail de Jacques à Cabestany

 » J’étais présent hier le 5 décembre devant le monument aux morts de Cabestany et une tramontane de pensées me venaient  à l’esprit :

Non, nous ne regrettons pas que des français aient débarqué il y a presque deux siècles sur les côtes d’Afrique du nord où il n’y avait nul état, nul pays, mais seulement des tribus disparates qui vivaient sous le joug de l’occupant turc,

Arabes et Français, ensemble, nous avons défriché au milieu des cailloux, planté, semé, construit des routes, des hôpitaux. Nous ne le regrettons pas.

Nous regrettons de ne pas avoir construit plus d ‘écoles mais comme chacun sait le colonisateur n’aime pas que le colonisé soit trop instruit. Oui, ça nous le regrettons. Et aussi de ne pas avoir donné davantage la parole aux populations qui étaient sur la terre de leur ancêtres. Ce n’était pas la démocratie telle que je la conçois à titre personnel.

Oui, nous regrettons cette guerre où il y a eu trop de morts des deux côtés. Des jeunes français du contingent ont payé de leur vie une illusion. Des jeunes algériens sont morts pour avoir leur patrie : comme nous, nous l’aurions sans doute fait à leur place.

Nous ne regrettons pas que les algériens nous aient incité à revenir en métropole. Chacun son pays. Ils avaient droit d’avoir leur pays. Nous le nôtre. Devenir les maitres dans leur pays. Nous l’être dans le nôtre.

Mais nous regrettons amèrement la manière dont ils l’ont fait. Pour tant de français installés là bas l’alternative n’aura été que la valise ou le cercueil. Que les algériens n’oublient pas que les souffrances n’ont pas été que de leur côté et que si des hommes de bonne volonté peuvent pardonner, oublier est plus difficile. Que les Algériens ne ramènent pas tout à eux.

Nous regrettons d’avoir mal reçu les quelques harkis qui ont réussi à s’échapper d’Algérie plutôt contre le gré de notre gouvernement de l’époque. Nous regrettons plus encore d’avoir abandonné tous les autres – des milliers et des milliers – de ces harkis sur les quais d’Algérie. Ils furent massacrés par leurs soi-disant frères qui n’ont nul raison de s’en glorifier. Ce sont peut être les auteurs de ces forfaits que nous avons ensuite mieux accueilli en France qu’on ne l’avait fait avec leurs victimes. Seule l’Histoire pourra juger.

Nous regrettons que le Président Macron nous abuse et nous présente une vision erronée, hypocrite, fallacieuse des événements algériens. Qu’il veuille réécrire l’histoire pour son seul avantage est un travers bien connu chez les politiques.  Ce serait bien plus grave si ses convictions profondes étaient que nous sommes coupables et redevables comme il l’a dit de manière imbécile et criminelle  lors de sa dernière visite en Algérie.

De sa part cela ne serait que de la duplicité coupable, inexcusable.

Monsieur Macron redressez la France, on vous y engage et on vous soutient mais pour ce qui est de commenter ce que NOUS, nous avons vécu, et pas VOUS, n’en faites pas trop !!!

Les français n’ont AUCUNE dette vis à vis des jeunes algériens qui vivent en France. Ils peuvent rester chez nous s’ils s’adaptent aux lois, us et coutumes de notre pays. S’ils considèrent que la France est leur pays et ne font pas passer religion ou appartenance en premier avant la République.  Ils peuvent aussi partir à leur guise et aller s’installer dans la patrie de leurs aieux, et construire un pays qui aurait bien besoin d’eux si vraiment ils préfèrent l’Algérie à la France. Ce qui est leur droit.

Tout comme notre droit est de défendre notre pays, protéger nos valeurs, préserver nos racines.

Monsieur Macron, ne nous trahissez pas, ne soyez pas un traitre à votre propre pays. Si vraiment vous l’aimez ?! Il y a des choses que l’on ne pourrait JAMAIS vous pardonner si vous franchissiez la ligne.

Quand à vous les algériens qui êtes en France et pourriez, du moins pour certains,  considérer que vous êtes chez vous, et que nous nous ne le serions plus, on vous demande juste un peu de dignité.

Ce sont vos parents qui ont viré les nôtres de votre pays. Ce sont vos parents qui ont viré les pieds noirs. Admettons que vos parents avaient raison et voulaient une patrie. Nous, on vous a pardonné. Et ce n’était pas facile. Que vous ne soyez pas là bas pour construire votre pays mais installés bien au chaud chez nous à nous réclamer des droits que vous n’avez pas ne ressemble en rien à de la dignité telle que nous la concevons. Plutôt même à de la provocation.

Alors s’il vous plait, n’en faites pas trop !!!!!

Et quant à ces Français dégoulinant de repentance, on préfèrent ne pas les qualifier «  »

Jacques

POSTMASTER : « c’est vous qui le dites ». Et notre premier devoir est de défendre votre Liberté d’expression. Merci Jacques pour ce mail que vous nous avez adressé hier mardi après midi. Nous en avons reçu d’autres. Pas aussi clairs et souvent bien plus enflammés d’où notre choix de mettre le vôtre en ligne. Saviez vous – on suppose que oui – que notre Président serait en Algérie aujourd’hui mercredi lorsque notre article sortirait. Et on peut supposer que vous aller aussi nous écrire à ce sujet aujourd’hui, demain, plus tard. 

 

Alicia a des furoncle.tante.s avec l’écriture inclusive !

3 décembre 2017

Sur un texte de Julie, une Cabestanyenque qui a du bien s’amuser à écrire les lignes suivantes. Et nous on en redemande.

Julie écrit :

Maurice et Odette étaient le frère et la sœur de mon père. On prétend qu’Odette s’appelait Marcel à sa naissance. C’est vrai qu’elle pouvait être rapidement en transes. J’avais donc deux oncles ou deux tantes selon ce que permet la nouvelle écriture inclusive. Maurice étant un peu plus tante que Odette disait mon père. Je n’ai toujours pas compris pourquoi. Maurice dans sa vie professionnelle avait été sage-homme à la maternité de la Timone et Odette femme-grenouille dans des chantiers navaux à Marseille.

Maurice était toujours inquiet. Il avait été agressé par un.e voyou.te alors qu’il était dans sa chaise longue à deux places ou transat en double alors qu’il lisait les journal.es du jour. Mais que font les agent .es municipal.es marmonnait il.

On était entré.ées au restaurant El Mexicano. Maurice avait demandé au serveur.e s’il était de nationalité mexicaine. Je vous vois venir vous me prenez pour un mexicon, nous avait il répondu. Il nous avait conseillé de prendre du guacamou.mole d’avocat.es. Maurice avait demandé : « n’oubliez pas le pano et le burro ». Il y a pénurie de Burro en ce moment dit la cheffesse de rang. La garçonne avait demandé pour la boisson « t’es qui là ? ». Odette avait répondu « et ta soeur ».

Odette avait demandé : de quel sexe sont les soles à la carte ? Nous n’achetons que des poissons mâles issus de la pêche électrique avait répondu la maitre.esse d’hotel.e. On ne veut pas de poissonnes dans notre relais gastronomique. Et on aime pas beaucoup les morues. Elle avait pourtant sur le crane une très belle raie que lui avait coiffée son merlan. Mais aussi un oeil au beure noir (pas comme la raie). Elle dit : Ce sont des pécheurs Pays-Baseux-ses qui travaillent pour une société à Amsterdam.homme qui nous livrent. Alors pourquoi ne pas mettre sur la carte que vous proposez des sols meuniers et non des soles meunières demande Odette. Maurice préfère un hamburger avec dessus un œuf.fe de cheval.e. La garçonne lui demande : « sans selle » ?

Et on avait fini le repas avec des ecclésiastiques au café. Odette avait choisi une religieuse et Maurice un religieux. Normal. Moi un nègre en chemise car le Paris-Brest était parti à l’heure.

Je veux voir le chef de cuisine dit Maurice. C’est une cheffesse qui est au piano répond le serveur.se.  Pour le moment elle dore ses miches pour le repas de ce soir, le banquet des michetons présidé par un maquereau, et le cuisinier est occupé à astiquer la cuisinière. Et sans doute que le jardinier met sa petite graine dans la jardinière, demande Maurice ? Oui, et le cafetier est en train de bourrer la cafetière s’entend t’il répondre.

Odette en profite pour nous expliquer ce qu’est l’écriture inclusive. Et nous met en garde sur les faux-ami.bes. Avec des exemples : Un gars peut être  bon ou mauvais. Une garce même belle, restera toujours une garce. Un courtisan est un proche du roi, une courtisane est trop proche du roi. Un coureur est souvent un sportif, une coureuse se laisse rattraper par les hommes. Un professionnel est un homme compétent, une professionnelle une péripatéticienne. Un entraîneur s’occupe de sportifs; une entraîneuse tarife ses prestations. Un homme à femmes est un séducteur; une femme à hommes est une traînée. Un homme facile est agréable à vivre; une femme facile cède facilement aux avances. Enfin, un homme qui fait le trottoir, est un paveur de bonnes intentions qui travaille pour la voirie. Une femme qui fait le trottoir arpente le pavé à la recherche de clients. Très clair !? Oui homard m’a tuer !

Tant que les militair.es ne quittent pas la caserne en faisant le mur dis je. Mais s’ils sont punis dit Odette, c’est peut être qu’ils ont trop tapé du pied à tour de bras ?

Moi, j’ai tout compris : celui qui a un père casse-pieds n’a pas forcement une mer Caspienne. Et il est plus facile de se laver les dents dans un verre à pied que les pieds dans un verre à dents.

Et si vous voulez le mode d’emploi de cette écriture inclusive qui donne des bouton.es ou des furoncle.tante.s à Alicia suivez le lien ci-dessous.sousse comme on dit à Babel-Oued  :

Manuel_officiel_de l’écriture_inclusive_2017.PDF

Et bonne dimanche à toux.tousse  !

« Pharaon Macron Glyphosaton 1er, faites quelquechose ! » « Ou on repart pour un tour !!!!! » etc…. écrivent nos lecteurs à Blog-Cabestany !

28 novembre 2017

Le Pharaon Emmanuel GLYPHOSATON 1er (photomontage envoyé il y a quelques temps à Blog-Cabestany par un internaute en colère)

Nos lecteurs écrivent :

 » La reconduction de l’autorisation du Glyphosate est la victoire des lobbies qui commandent à nos dirigeants Européens. Une Europe en laquelle plus personne n’a confiance. Mais à qui la faute ? Ou  bien la France décide unilatéralement de prendre une décision sur son sol si notre Président a la réelle volonté de ne pas se coucher devant Bruxelles. Ou bien tout le monde aura compris qui commande, qui nous commande, où est le pouvoir et qui sont les hypocrites ! « 

 » Nicolas Hulot, on croit vraiment que vous essayez de faire au mieux, mais devant l’incurie de nos politiques,  mettez vous plutôt au canevas ! « . Un autre écrit : « vous seriez mieux au dehors de ce gouvernement que pieds et poings liés au dedans » . Etc…….. No comment

La rédaction de ce Blog  n’éprouve nul besoin d’en rajouter ! Vos propos sont largement suffisants et édifiants.

Nos lecteurs sont très en colère !

« NO COMMENT – SANS COMMENTAIRES » – « C’EST VOUS QUI LE DITES » – « NOS LECTEURS ONT LA PAROLE »

–oOo–

Nos amis écologistes de Trait-d’Union-Cabestany viennent de nous adresser le communiqué de FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE) en date du lundi 27 novembre, et au format PDF. Juste un clic ci-dessous :

20171127_CP FNE_Glyphosate

Tags : Glyphosate – Occitanie – Pyrénées Orientales – Cabestany – les lecteurs ont la parole – Emmanuel Macron – Pharaon Macron Glyphosaton 1er – France Nature Environnement – préservons la santé de nos enfants – écologie – Trait-d’Union-Cabestany – No comment – Europe des lobbies – Bruxelles – sauvons la planète