Archive for the ‘Nos lecteurs sont en colère’ Category

« Intifada » à Nantes ! écrivez vous.

6 juillet 2018

Photo d’illustration. Ni la localisation précise à Nantes, ni la date ne sont connues

Chez Blog-Cabestany, le terme d’Intifada nous paraît correspondre parfaitement à la situation.

Chez Blog-Cabestany, on a pas vraiment envie de commenter ces événements Nantais.

L’un de nos amis proches, un retraité, nous écrit : « nos gouvernants sont plus rapides pour venir nous voler l’argent dans nos poches et nous laisser crever dans les EHPAD, que pour assurer l’ordre républicain ». Il ne s’agit pas là de propos prononcés par un extrémiste, proche des idées d’un parti populiste,  mais d’un papy excédé, un homme simple et modéré, qui constate l’incapacité de nos dirigeants à gouverner la France et protéger les gens honnêtes. « Ils nous conduiront par leur laxisme vers des lendemains hasardeux »

A la rédaction, on a pas l’envie de mettre en ligne TOUT ce que vous nous écrivez. Sinon, on ferait passer de braves gens pour des extrémistes ou pire. Ce qu’ils ne sont pas ! Il ne sont que des citoyens modestes, qui payent leurs impôts, qu’on entend guère. Mais ils sont dans une colère « noire » et disent ne plus supporter ce gouvernement de « bras cassés » qui laisse bruler des magasins, des voitures, des commerces en regardant faire et nous joue ensuite les « deux orphelines ».  » Et si les « dégageurs » qui sont au pouvoir étaient mille fois pire que ceux qu’ils ont dégagé » ?

L’un de nos amis à Nantes nous explique qu’à la télé on nous montre moins de 10% des dégradations, destructions. Lorsqu’on est journaliste, s’aventurer avec une caméra est dangereux sur le territoire de la République. Même les pompiers n’osent plus y aller. Et il faudrait en plus gober ces beaux discours de nos politiques qui nous racontent que l’ordre règne partout en France et qu’il n’y a pas de zone de « non-droit ». N’ont t’ils pas une once de dignité ?

Paul écrit : Qui va payer les dégâts sinon le bon citoyen ? Des quartiers où il y a des gens qui se lèvent tôt le matin pour travailler, sont d’honnêtes citoyens dont on laisse bruler les véhicules dont ils ne peuvent se passer. La faute à pas de chance, sans doute, pour Macron. Car on se couche, misérablement, devant une poignée de délinquants. Sur les chaines télé d’infos, on les ferait passer même pour des victimes. Pire, nous culpabiliser ! Cela devient ignoble. Osons reconnaître qu’on laisse le marché souterrain de la vente de stupéfiants proliférer. Le comble de ce qu’on entend à la télé : « On ne va quand même pas installer des caméras de surveillance  » s’entend t’on dire par des élus (de Nantes) qui tiennent plus à leur fauteuil qu’au respect des valeurs Républicaines. C’est nous qu’on pousse à bout !

On l’a dit et on ne va pas le répéter à l’infini. On n’a pas envie de commenter ces événements. D’en rajouter à vos écrits.  Pour les commentaires, rapportez vous à vos médias habituels. Pour la désinformation : même adresse. Mais y a t’il un pilote dans l’avion ? La France des braves gens est elle encore la France ? Dans les mains de ceux qui la laissent être abimée chaque jour un peu plus par des voyous en laissant faire par manque de courage politique. Ou de mépris pour les braves gens ? Mais on en rajoutera pas. Comment dit on déjà : « n’en jetez plus, la cour est pleine ».

Tags : « No comment » – « Sans commentaires »

Les désaccords entre lecteurs de Blog-Cabestany : pas vraiment une polémique !

22 juin 2018

POUR QUE LA FRANCE RESTE LA FRANCE

                                                                                      ou

POUR QUE LA FRANCE RESTE AUX FRANÇAIS

Cliquer sur la photo pour l’agrandir

L’Édito du vendredi !

On a mis en ligne récemment le tract des « Républicains » intitulé « pour que la France reste la France ». Un document que la grande majorité des Français approuve sur le fond. Car loin de ces médias spécialistes de la désinformation, et dont la perversité arriverait  à nous faire douter, un sondage de l’IFOP, les 11 et 12 juin, dit que 63% des Français, toutes opinions confondues, est « d’accord » ou « plutôt d’accord » avec ce tract. Qui emporte 79% des suffrages des sympathisants ou militants de la Droite Républicaine !   On aurait pu le présenter autrement, dit l’un. On aurait pu le rédiger différemment ? dit l’autre. Ce tract a le mérite d’exister et de poser les bonnes questions. Aux citoyens de donner leurs réponses. Et espérons le : les bonnes !

Et que les « viandards » arrêtent de tourner autour de ce document comme des charognes. Si on se laisse culpabiliser par un infime pourcentage de gauchistes même hyperactifs, et qui ne représentent qu’eux mêmes, c’est que la France va encore plus mal qu’on ne le croit.

Lundi, plusieurs rédacteurs de Blog-Cabestany étaient à Port Leucate pour l’inauguration d’une stèle dédiée au Général de Gaulle ET/OU pour voir Nicolas Sarkozy. Un Président qui a eu droit a des applaudissements, des encouragements comme s’il revenait en politique. D’ailleurs plusieurs personnes criaient « Nicolas reviens ». Au début il faisait un geste large du bras semblant dire « vous êtes gentils mais ce n’est pas le sujet ». Puis comme la foule insistait, il finissait par en rire.

Nous avons écrit que dans les spectateurs, lundi, à Port Leucate, certains criaient « Pour que la France reste aux Français ». Avez vous bien entendu ? Nous disent plusieurs lecteurs. Il faudrait savoir. Est que c’est « Pour que la France reste la France » ou est que c’est « Pour que la France reste aux Français ».

On persiste et signe. Lundi c’est la deuxième formule que les spectateurs scandaient.

On a demandé à Alicia (dite « la chipie »), enseignante universitaire de nous expliquer en trois mots la différence. Même en douze mots je ne saurai le faire, dit elle. Mais si vous voulez une dissertation de six pages, je peux vous la faire… pour la rentrée de septembre. On a plus qu’à patienter pour qu’elle nous écrive son devoir de vacances. Sur le sable de la plage de Canet ?

Pour en avoir discuté longuement avec nos lecteurs, ou avec des spectateurs lundi à Port Leucate, vous êtes tous inquiets sur la destruction de la cohésion nationale que pourrait induire le problème des migrants. Et le laxisme de nos dirigeants pourrait bien nous amener au populisme et une situation à l’Italienne. Ces « immigrationnistes enragés » qui nous gouvernent nous entrainent au bord du gouffre.

Notre ami journaliste à Paris, « Électron Libre » nous donne son avis qu’on a envie de partager.

« on a tort de taper sur Angela Merkel. On a tort de lui reprocher l’accueil de ces migrants Syriens venant d’un pays en guerre où leur vie et celle de leur famille étaient menacées. Lorsqu’on voit des images de ces villes syriennes détruites à 90%, on ne peut qu’approuver sa décision. Et sachez que plus des deux tiers de ces migrants syriens sont aujourd’hui rentrés chez eux. Et que ceux qui sont restés en Allemagne, pour le moment, se sont intégrés et travaillent. Des architectes ou ingénieurs syriens vident les poubelles à Francfort et on ne les entend pas se plaindre. Est ce une raison pour accepter ces pseudos migrants africains venant de pays où l’on va passer nos vacances. Compassion ne doit pas se confondre avec imbécillité. Et nous sommes influencés par ces bien pensants de gauche aveuglés par une idéologie dangereuse pour l’unité des Français ».

Vous êtes tous d’accord pour dire que ce problème de migrants « économiques » dont a nul besoin et qui profitent de notre faiblesse, est un danger pour notre démocratie.

Nous ne voulons plus être submergés par cette immigration non voulue, imposée par nos élites, défendue par des élus qui travaillent pour saper un peu plus la France, et qui devraient commencer eux mêmes par ouvrir leurs maisons et leurs appartements pour les accueillir dans leur salon. Et qui n’ont pas à nous les imposer car il s’agit de trahison et de forfaiture.

Arrêtons cette comédie, ne nous laissons plus faire, ne subissons plus cette escroquerie des passeurs dont on peut se demander s’ils ne sont pas en cheville avec les ONG.

Voilà ce que vous aviez à dire cette semaine, et le sujet n’est sans doute pas clos.

Et puis « c’est vous qui le dites ! »

Des caravanes sur Sainte Camille : quasiment une invitation de la mairie à s’y installer ! dit Bastien

30 mai 2018

Photo empruntée à l’Indép

Dans les rubriques « c’est vous qui le dites » et « sans commentaires »

Bastien écrit :

« des caravanes sur Sainte Camille  quasiment une invitation de la mairie à s’y installé ; je fais régulierement du footing sur ce terrain. quand on vois le peu de défenses installé pour empeché de penetrer sur le terrain cela fait longtemps que je pensez qe cela devait arrivé un jour § des petits poteaux en bois à peine enfoncé. des grosses pierres que j’ai deja déplacé avec mes deux jeunes enfants pour les empeché de se blessé avec leur vélo ; maintenant on fais semblant de se lamenté quand ce qui devez arrivé arrive. Je ne fais pas de politique et je ne me souviens pas pourquoi les gens de la droite et les gens de la gauche se disputez sur cette erre des gens du voyage qui est toujours vide. Quon a du payé avec nos impots. Encore des impots foutus en l’air comme le reste. Les élus pleurent quelle indescence. Peut etre ils ont payer un loyer a la mairie en passant par airb-nb »

POSTMASTER : on ne fera aucun commentaire ! Mais il ne vous est nullement interdit de nous écrire ce que vous en pensez !

Le scandale sanitaire continue…… info de dernière minute !

29 mai 2018

Dans le projet de loi présenté à l’Assemblée en ce moment par le Sinistre de l’Agriculture, on ne parle toujours pas, et ce volontairement du Glyphosate…. Et à quoi sert Nicolas Hulot ? écrit Marie.

Dès demain, précipitez vous pour acheter des actions Monsanto, écrit Paul, qui dit à l’Association « Trait-d’Union-Cabestany » : « continuez à nous informer sur les dérives inacceptables de ce gouvernement d’hypocrites  et de sournois dont la spécialité est le double discours, la duplicité, l’enfumage et la trahison !  (c’est vous qui le dites »)

Le Pharaon Emmanuel GLYPHOSATON 1er (montage photo envoyé par l’un de nos lecteurs en colère)

« NO COMMENT »

« Même si je n’étais pas d’accord avec vous……. »

28 mai 2018

« Même si je n’étais pas d’accord avec vous je me battrai jusqu’au bout pour que ayez le droit de le dire »

(et ne dites pas autour de vous que c’est une citation de Voltaire car vous trouverez toujours un pisse-froid pour vous dire qu’on lui attribue à tort ce qu’il n’aurait pas écrit. Mais quelle différence ?)

-o-

  • Nous,  nous ne sommes pas toujours d’accord avec nos lecteurs.
  • et cela ne nous empêche pas de mettre en ligne certains commentaires de nos internautes lorsqu’ils ne sont pas injurieux. Lorsqu’ils ne s’en prennent pas à une personne plutôt qu’à une fonction. Lorsqu’ils respectent la bienséance. Et même s’ils sont truffés de fautes d’orthographe car tel n’est pas un critère rédhibitoire.

Et si seulement, la réciproque était vraie ! Si certains de nos adversaires toléraient que nous ne soyons pas d’accord avec eux. S’ils respectaient la Démocratie. Mais qu’importe …. Vouloir exercer des pressions sur celui qui écrit est la meilleure des façons de le faire sortir de ses gonds et d’arriver au contraire du résultat escompté. C’est ainsi que fonctionne – aussi – Blog-Cabestany ! Qui doit quand même se méfier de certaines provocations  dont la ficelle est tellement grosse !

Notre correspondant et néanmoins ami, à Paris, qui se fait appeler « Électron Libre » et qui travaille pour la rédaction d’un magazine nous a expliqué les pressions que l’hebdomadaire « Le Point » avait reçues. Les violences faites à de braves colleurs d’affiches. L’atteinte intolérable à la « Liberté d’Expression ». Qui a déjà coûté la vie aux journalistes de « Charlie » : un journal qui n’était pas de ceux qu’on se soit jamais précipité pour acheter. Qui a tué notre copain Bernard Maris. Mais notre ami « Électron Libre » nous a cité un nombre édifiant de journalistes turcs à être en prison pour avoir osé faire leur métier. Alors, avant que cela ne nous arrive…… ou pire lorsqu’on reçoit des commentaires anonymes nous conseillant de bien regarder avant de traverser la rue…… (heureusement, on a compté seulement trois voitures, une brouette et une patinette depuis ce matin) !

ci dessous la « une » du magazine « LE POINT » 

« NO COMMENT »

Le groupe parlementaire de la « République en Marche », serait il le cheval de Troie de la démocratie ?

25 mai 2018

Mais il est bien d’autres élus appartenant à d’autres partis que ses décisions enchantent ! Et on ne va pas vous parler de pénurie de vin rosé. Pas grave. Mais, rassurez vous,  vous n’allez pas manquer de glyphosate. Vos enfants vont pouvoir en respirer à pleins poumons grâce au grand « mamamouchi » élyséen Glyphosaton 1er, son mime (il ne parle plus) Nicolas Hulot, son ministre de l’agriculture qui nous la fout en travers. Car la reculade semble être la marque de fabrique de cette nouvelle majorité présidentielle lorsque cela concerne notre santé ou notre environnement. Courageuse pour s’en prendre aux vieux, aux cheminots, aux fonctionnaires mais pour le reste…..

L’Association « Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne s’inquiète à la lecture de l’un des derniers communiqués que vient de lui adresser « France Nature Environnement » fédération française de plusieurs dizaines d’associations de protection de la nature et de l’environnement. Car tous ceux qui défendent l’environnement et dénoncent l’urbanisation non concertée doivent se sentir concernés. Une urbanisation sauvage qui ne s’occupe pas des problèmes de ressources en eau, qui détruit des espaces naturels, qui laissera à nos enfants un environnement invivable mais semble t’il souhaité par la Macronie. Mais pas seulement !

Alors de quoi s’agit il ?

Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN), de nombreux amendements visant à déroger à la loi  viennent d’être adoptés subrepticement à l’Assemblée. A la loi littorale mais pas que. Des amendements présentés au tout dernier moment par le groupe parlementaire présidentiel qui favorisent l’urbanisation sous de faux prétextes et dans une précipitation interdisant toute réflexion. Des amendements qui ne sont pas autant improvisés qu’on voudrait nous le faire croire mais qui vont profiter à ceux ou aux amis de ceux qui les ont déposés. Ces parlementaires de la majorité sont à l’habitude bien discrets et entérinent sans broncher tout ce qu’on leur fait voter. Mais là l’instant est grave. 

Des amendements qui selon leurs auteurs sont destinés à préciser les contours d’une loi trop floue afin d’en éviter les excès. Sauf que ces amendements vont dans le sens contraire de ce qu’on attendait et ouvrent des boulevards à des élus qui seraient loin d’avoir en tête la seule  préservation de notre environnement.

Des élus, qui pour défendre leur périmètre électoral, lorsque celui ci se désagrège, ne reculent pas devant l’odieuse décision d’attirer des populations ne venant pas de leur zone de gouvernance,  en leur construisant des cages à lapin par pur clientélisme. On saura ensuite leur demander d’être reconnaissants et de bien voter à la prochaine élection. Et comme ces populations auront besoin de commerces et que l’on n’a rien à foutre des petits commerçants, on leur fera des centres commerciaux où ils trouveront tout ce qui leur est parfaitement inutile et vient de loin mais qui n’est pas cher. Et on gavera en même temps le citoyen bêlant de beaux discours sur la défense du prolétariat et on le gonflera en lui disant d’acheter français. Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! On critiquera ce « grand capital » qu’on aura accueilli par ailleurs avec le tapis rouge. Quelle duplicité.

Puis il faudra à ces populations,  des écoles, des stades, ….. pourquoi pas une piscine ? Car on marche sur la tête ! Et on ne peut pas bétonner sur nos vignes et s’attendre à y récolter du vin rosé.

Notre littoral est concerné. Mais pas uniquement. Chacun sait que nos territoires font l’objet de nombreuses convoitises, pressions foncières importantes, urbanisation accélérée, projets économiques soi disant axés sur le tourisme… le tout au détriment des activités agricoles ou maritimes, de la préservation des espaces verts, de la sauvegarde des espaces naturels riches de leur biodiversité.

Nous, nous voulons vivre dans un environnement acceptable qui ne soit pas détruit, détérioré par certains qui ont toujours de bonnes raisons pour faire n’importe quoi. Nous avons des responsabilités vis à vis de nos enfants et pas la courte vue de la durée d’un mandat électoral. Ces bétonneurs ont de plus l’audace de vouloir nous expliquer le bien fondé de leur démarche alors qu’il ne s’agit que de tromperie et de petits calculs. Mais comme le citoyen est prêt à avaler n’importe quoi. Sauf si une opposition est capable de lui ouvrir les yeux. Sauf si une association comme « Trait-d’Union-Cabestany » met les pieds dans le plat. Si on ne cherche pas à les faire taire !

Avec la loi « Littoral », la France avait préfiguré et donné à voir ce que pouvait être une politique concrète de développement durable avec ses dimensions économiques, sociales et environnementales.

Depuis plusieurs années on savait qu’il y avait des élus qui voulaient que la loi soit moins restrictive. Ils ont trouvé des défenseurs depuis un an dans des parlementaires appartenant au parti majoritaire de la « République en Marche » et de bien d’autres se réclamant de diverses tendances politiques. Mais tous ne cessent de prôner l’assouplissement de la loi. On a l’impression qu’ils chercheraient plutôt à la faire exploser tout en faisant semblant de dire qu’elle a le mérite d’exister. Quelle hypocrisie.

Telle est le scénario qui vient de se dérouler à l’Assemblée Nationale : des amendements de dernière minute, non concertés, sans étude d’impact, discutés hâtivement. L’exact contraire, au fond, de ce que devrait être une démocratie participative. A l’occasion de l’examen du projet de loi ELAN, la commission des affaires économiques a donc adopté des amendements, permettant d’ouvrir dans des espaces naturels et agricoles, des zones d’activités économiques, des projets d’urbanisation et même…. des décharges.

Nous saluons les efforts méritoires de France Nature Environnement, association lanceuse d’alerte, qui demande la suppression de toutes les nouvelles dispositions du projet de loi ELAN qui portent atteinte à l’environnement et font reculer la situation actuelle. Des dispositions qui ruinent trois décennies d’un militantisme écologique qui avait donné des résultats acceptables dans l’application de cette loi certes imparfaite mais qui tente entre autres de freiner l’urbanisation tous azimuts et dans des régions comme la nôtre essaie de préserver nos rivages.

« Trait-d’Union-Cabestany » s’associe à cette démarche et dénonce ceux qui bétonnent davantage pour leur survie électorale que pour de bonnes raisons.

Un simple mais très actif adhérent de « Trait-d’Union-Cabestany », notre association citoyenne, est très en colère et nous parle de la souffrance animale.

22 mai 2018

Rubrique «  « C’est vous qui le dites »

Macron-Pinocchio

Gérard écrit :

« Macron-Pinocchio, qui n’est plus à un mensonge près, ni à une infamie de plus ou de moins,  se renie – question d’habitude – sur ses promesses de campagne. Un candidat qui avait promis de s’en prendre aux pesticides, herbicides, et autres produits qui tuent nos enfants. Un candidat qui avait promis de soulager la souffrance animale et s’était engagé sur l’honneur – mais encore aurait il fallu qu’il en aie – de mettre des caméras dans les abattoirs.

Moi-même militant depuis peu de « Trait-d’Union-Cabestany », mais depuis des décennies d’une association dénommée l’O.A.B.A (Oeuvre d’assistance pour les bêtes d’abattoirs) et dont la devise est « nourrir sans faire souffrir », n’est en rien un militant du végétarisme. Il n’est pas question de culpabiliser qui que ce soit. Il est question de dénoncer une situation qu’il a fallu des années et des années pour améliorer, et beaucoup restait encore à faire, et qui dérape depuis le début de ce 21ème siècle et recule gravement et dans des proportions alarmantes.

Un dérapage que l’on doit :

  • à « certains » industriels de l’agro-alimentaire, plus soucieux de leurs profits que d’une bonne gouvernance,
  • à une diminution de nos fonctionnaires de l’État, dont ceux en charge de surveiller notre alimentation, que ce soit dans les restaurants, les commerces, les unités de transformation. Pour faire des économies on met le citoyen en danger.
  • à une pression syndicale d’un certain syndicat du « toujours non » qui ne veut pas que l’on surveille les salariés
  • à une pression insupportable et inadmissible pour faire entrer les pratiques religieuses d’une culture qui n’est pas la nôtre dans nos abattoirs.
  • à une lâcheté de plus en plus flagrante de nos politiques qui ne sont plus à un reniement près, une lâcheté de plus.

Une loi sera présentée demain au parlement dans laquelle le Président et son Ministre Nicolas Hulot – lequel semble ne plus servir à rien – avaient promis de mettre des caméras dans les abattoirs.

Sous la pression d’un ministre de l’Agriculture qui semble obéir aux lobbies, aux industriels de l’agroalimentaire, aux fabricants de pesticides, le projet de loi a été modifié et l’obligation d’installer ces caméras a disparu. Quand plus de la moitié des pays européens l’ont déjà adopté et que d’autres se préparent à le faire, la France, une nouvelle fois montre qu’elle se soumet davantage aux pressions des puissants qu’à la demande de ses citoyens. Et pourtant cette surveillance pourrait améliorer la confiance des consommateurs que nous sommes.

Lorsque pense à tout ce cinéma déployé par un Président et un gouvernement malhonnêtes à l’issue des récents États Généraux de l’Alimentation, on se prend l’envie de vomir .

Lorsqu’on voit que ces députés-godillots de la République en Marche (en marche, mais dans quoi ?) qui s’apprêtent à entériner le nouveau texte sans états d’âme, on a de quoi être très en colère contre un simulacre de démocratie.

Et pourtant début 2017 une proposition de loi avait été adoptée en première lecture à l’assemblée et à l’unanimité sur des mesures « relatives au respect de l’animal en abattoir » . Une loi jamais adoptée, mais que notre nouveau Président avait promis de reprendre au mot le mot dans un nouveau projet.

Le nouveau ministre de l’Agriculture, qui ne fait que décevoir à chacune de ses décisions et dont le citoyen se demande ce qu’il fait encore au gouvernement mais qui est adulé et choyé par les lobbies aura osé parlé d’un « oubli ». Une imposture !  Il sait qu’il a déjà trouvé du boulot pour plus tard chez Monsanto ou Bayer. Le projet de loi prévoit simplement cependant une nouveauté  déjà présente dans la loi initiale : la création d’un  délit de maltraitance des animaux dans les abattoirs.  Avec quelles preuves s’il n’y a pas d’images ?

Ces dérives, ces dérapages mettent une suspicion légitime sur la filière agricole. Ce n’est pas ainsi qu’on va aider nos paysans qui sont déjà dans les difficultés si le consommateur n’a plus confiance et se détourne des produits de nos paysans.

Mais la France est un pays arriéré où l’animal a moins de valeur qu’un objet. Vous serez davantage répréhensible si vous rayez involontairement la carrosserie de la voiture de votre voisin que si vous lui tuez son chien.

Ce Président est un parjure, son ministre de l’Environnement une baudruche, son ministre de l’Agriculture un traître, et les députés de la majorité des bons à rien sauf à cirer les godasses de ceux qui leur ont donné à bouffer à la gamelle. Les citoyens se sentent trahis, humiliés, trompés. Il est un jour où il faudra que nos élites nous rendent des comptes.

Et ne regardez pas cette vidéo ci-dessous si vous êtres sensibles. Mais quand vous l’aurez vue, vous aurez le droit de dire « Merci Macron »

Gérard

AVERTISSEMENT : ATTENTION AUX IMAGES AVANT DE VOUS DÉCIDER A CLIQUER OU NON SUR CETTE VIDÉO

-o-

Postmaster : Gérard, « c’est vous qui le dites ». Mais merci à vous et à votre association. Et il est bien évident que la survie de nos filières alimentaires dépend de la confiance du consommateur. Macron et ses godillots font un très mauvais calcul en refusant la transparence. Ils seront comptables de leurs erreurs en cas de problèmes dans nos campagnes.

 

« Macron t’étais où pendant que ton gouvernement de « chiffes molles » laissait les casseurs détruire Paris ? » écrit Maxime

1 mai 2018

Casseurs le 1er mai 2018 / AFP PHOTO / Alain JOCARD

« C’est vous qui le dites » : qu’il soit clair qu’aucune des phrases reproduites ci-dessous n’est l’oeuvre de nos rédacteurs mais qu’il s’agit des premiers propos envoyés par nos internautes.

Vous écrivez :

« EDOUARD PHILIPPE DEMISSION »

« Collomb démission »

« alors que sur les réseaux sociaux depuis des jours on voyait des appel au rassemblement des casseurs comment comprendre ce qui s’est passé aujourd’hui à moins que ce ne soit voulu par le pouvoir pour porter tort à ceux qui défilaient pacifiquement »

« comment se sentir en sécurité devant le terrorisme lorsqu’on ne peut arrêter une poignée de casseurs ». 

« Pour Mélanchon l’extreme droite pour Wauqiez l’extreme gauche. Rien à foutre. Cela revient au même : l’impuissance la faillite de l’état Macron »

« Un Prefet qui ose dire qu’il a contré les casseurs avec des canons à eau »

« Impuissance ou complicité de nos dirigeants »

« C’EST VOUS QUI LE DITES » – « NO COMMENT »

-o-

On imagine que l’on va recevoir dans les heures qui viennent encore de nombreuses réactions de votre part. Pour nous on en restera là. Et on ne fera aucun commentaire. Vous lirez ce qu’en pensent les uns ou les autres sur ces événements dans la presse demain matin ou en verrez davantage sur les chaines de désinformation dès ce soir.

-o-

22 h oo : que nos lecteurs nous pardonnent si nous avons jugé bon de modérer certains de vos propos ou ne pas tous les mettre en ligne. Certes, ils n’engagent qu’eux mêmes ! Mais ce n’est pas non plus une raison suffisante pour tout relayer. Mais continuez à nous écrire. Dans une démocratie, la parole de tous est une Liberté que nous défendons. Et le ressenti des citoyens doit être entendu pas ceux qui nous gouvernent.

23 h 30 : la colère de nos internautes ne faiblit pas, surtout depuis l’intervention du Premier Ministre. Chez Blog-Cabestany on notera le glissement de vos opinions depuis cet après midi. A un dépassement des forces de l’ordre que vous dénonciez tout à l’heure se substitue de plus en plus l’idée que si tout cela n’était pas orchestré par le pouvoir, il a manigancé de laisser faire, pour gâcher la fête des travailleurs !!!!! 

Les commentaires sur le sujet sont clos !

 

Colette Appert et ses conseillers de la Droite Municipale communiquent !

21 avril 2018

Comme suite à la condamnation de Monsieur le Maire de Cabestany par le Tribunal Administratif de Montpellier, en ce mois d’avril 2018, pour avoir censuré la Tribune de l’Opposition dans le journal municipal de la ville, les médias locaux s’intéressent à cette affaire.

Colette Appert est sollicitée de toutes parts. Nos amis de chez « Ouillade.eu » ont déjà publié sur le sujet. Sans faire aucunement de triomphalisme, Colette Appert et Philippe Gleizes énoncent les choses de façon claire et totalement dépassionnée.

En rappelant que c’était notre ami, le regretté Patrick Sperring, expert en finances communales, qui décortiquait les comptes de la commune, et s’insurgeait contre une nouvelle hausse de nos impôts locaux. Une énième hausse, disait il, et guère modérée puisque de 5% , semblant être érigée en système de gestion municipale par des gens préférant tomber dans la facilité plutôt que de se casser la tête pour gérer nos finances. Sauf qu’en des temps difficiles pour chacun, il estimait que le citoyen à Cabestany était en droit de se poser bien des questions restant sans réponses.

Colette Appert était interviewée aujourd’hui samedi 21 avril 2018  par Bleu-Roussillon qui de façon contradictoire présentait les positions de la Droite Municipale et de la Majorité.

On remercie l’internaute qui a recueilli les propos des deux parties, les a mis sur youtube, puis a envoyé le lien à Colette Appert. Colette Appert vient tout juste de nous faire parvenir ce lien.

A la rédaction de notre Blog, nul ne prétendra avoir beaucoup travaillé sinon – en quelques clics –  avoir mis cette vidéo toute ficelée, à votre disposition.

Blog-Cabestany, très ouvertement, roule pour la Droite Municipale et ne se réfugie pas derrière des faux semblants. Blog-Cabestany apprécie quand même de pouvoir mettre à la disposition de ses lecteurs les propos des deux parties concernées. Blog-Cabestany regrette qu’à l’époque Monsieur le Maire n’ait pas utilisé le Droit de Réponse que nous mettons toujours à la disposition de ceux qui sont cités, concernés, par nos écrits.

Et n’oubliez pas que vous pouvez toujours laisser un commentaire en bas de cet article de façon apparente ou anonyme. Qui sera filtré par notre modérateur.  Votre nom ou votre pseudo apparaitra. Jamais votre adresse email.

Ou communiquer avec nous comme 90% d’entre vous le font de façon quotidienne en écrivant directement à notre boite mail, et en sachant que de toutes les façons que vous soyez ou non publié, vos propos seront transmis à nos élus de la Droite Municipale :

 blog.cabestany@gmail.com

 

A Cabestany, Monsieur le Maire s’était attribué le droit de censurer l’opposition de Colette Appert dans le Bulletin Municipal : c’est le Tribunal Administratif – jugeant sur le fond – qui a été obligé de lui rappeler qu’il avait tort.

19 avril 2018

La république rendant la Justice

L’Edito 100% politique de la rédaction de Blog-Cabestany

En 2014, durant la campagne des municipales, et à l’occasion d’un meeting qu’elle organisait, Colette Appert avait promis, si elle était élue, de supprimer ce bulletin municipal, le Cabes’Infos. Qui serait remplacé par une simple lettre d’information sur du papier recyclé. Mais où on y parlerait de ce qui intéresse vraiment le citoyen. Fini toutes ces pages sur du papier glacé et les photos en couleur. Fini la propagande et le culte de la personnalité. Colette Appert avait été applaudie chaleureusement. Alors est ce pour 2020 ?

De nombreuses choses différencient la Droite de la Majorité Municipale. La principale est sans douter que la Droite considère que le citoyen Cabestanyenc n’est pas dénué d’intelligence et qu’il est capable de comprendre dans quel monde il évolue. Sans doute aimerait il pouvoir lire les comptes rendus des Conseils Municipaux. Apprendre à quelle sauce il va être mangé au niveau des impôts locaux. Savoir ce qui se prépare dans son dos. Pour la Droite, une obligation de transparence et le respect du citoyen. Chacun sa vision des choses. Mais où est donc la démocratie dans ce journal municipal qui devrait être le journal de tous. Qu’on ne peut même pas colorier, dites vous.

Qui, d’ailleurs lit encore le Cabes’infos ? A part nous, et c’est vraiment une punition.

Certes, Monsieur le Maire de Cabestany n’est pas juridiquement le responsable de cet organe de presse. A se demander s’il en serait le grand organisateur. Il a sûrement des choses bien plus utiles à faire. Mais les responsables de cette parution, qui se la jouent et se la surjouent, semblent en faire des tonnes pour se faire bien voir du Patron. Qui ne leur demande sans doute pas. Mais quand Monsieur le Maire se croit autorisé à censurer l’opposition dans l’emplacement légal qui lui est réservé, rien ne va plus.

Dans toute ville de plus de 3 500 habitants et où il y a un bulletin municipal, l’opposition, quelle qu’elle soit y a droit à un encart. Mais il y a encart et encart. Les lecteurs de notre Blog sont déjà dégoûtés par ces mesquineries de cour de maternelle lorsqu’on découvre la Tribune de l’opposition en tout petits caractères et sur un fond « que si t’as pas des actions chez Afflelou t’y vois rien ». Une attitude de la part de la Majorité Municipale particulièrement contre-productive car elle n’en sort pas grandie. Qui nous fait marrer, à la rédaction, devant tant de puérilité. Mais il est clair qu’au Cabes’Infos, chacun prend son plaisir où il le trouve. Heureusement, le citoyen considère quand même que censurer – dans l’illégalité – l’opposition est une pratique d’un autre âge. Dans un endroit où certains se sentiraient pouvoir tout faire en toute impunité ? Une zone de non-droit ?

Car dans la Tribune réservée à l’opposition, celle-ci a le droit d’y écrire ce qu’elle veut sans être censurée. Sauf….. Sauf si on y lit des propos outrageants, des insultes, des invectives, des propos contraires aux bonnes mœurs. Mais encore ? On a voulu en avoir le coeur net en allant consulter la Jurisprudence. Quelque peu poussiéreuse on le reconnaît. Et bien oui, Monsieur le maire aurait parfaitement le droit d’exercer sa censure si on trouvait dans les écrits de la Droite – accrochez vous – la divulgation du nom de la maîtresse d’un élu. La révélation de son penchant pour la boisson. Et pire : que tel ou tel fréquenterait assidûment une « Maison … de plaisirs ». Nous on a rien vu de tel dans ce que l’opposition écrit à son habitude et de façon mesurée à Cabestany !!!!!

Alors, c’est sur, les propos de l’opposition sont souvent polémiques mais toujours politiques et respectant les individus. D’ailleurs, Monsieur le Maire, ne reconnaît il pas, en petit comité que Colette Appert fait son boulot. Quelle s’oppose mais de façon constructive. De là à le reconnaître ouvertement dans le Cabes’Infos, c’est autre chose. Qu’on ne lui demande pas. On lui demande juste de respecter la loi.

Quelle mouche avait donc piqué notre édile pour qu’en 2016, il décide un beau matin de censurer la Tribune de l’opposition. A moins qu’il y ait lu ce qui n’y était pas mais qu’il aurait cru y déceler entre les lignes et qui ne devait absolument pas paraître. Au point de se mettre hors la loi en le sachant.  C’est du moins ce que nous disent certains de nos lecteurs. Nous on n’y a rien trouvé de rédhibitoire dans les propos de l’opposition  et on cherche encore. La Majorité Municipale ne pensait peut être pas que l’opposition porterait l’affaire en justice. Parce que lorsque l’opposition décide d’entamer une procédure, elle n’a ni cagnotte, ni tirelire pour se payer un avocat. Alors que la mairie fait appel à un défenseur avec les deniers publics. Et c’est bien là le comble. L’opposition paye son avocat de sa poche et de surcroît l’avocat de son adversaire avec ses impôts.

Depuis qu’elle a décidé de porter l’affaire en justice, l’opposition a commis des Tribunes bien plus polémiques que celle incriminée. Fallait t’il donc en arriver là pour qu’un semblant de démocratie existe à Cabestany ? Et qu’est ce qui pouvait bien justifier que Monsieur le Maire prenne un tel risque en ne pouvant ignorer qu’il aurait tort si l’affaire arrivait devant le Tribunal administratif. Était ce une manœuvre d’intimidation ? A en perdre son latin. Mais Blog-Cabestany ne s’arroge pas le droit de parler au nom de nos élus sauf s’ils nous demandent d’insérer un communiqué dans ses colonnes.

Ce mois ci, en avril 2018, les juges du Tribunal Administratif de Montpellier ont donné raison à notre opposition sur le fond. Et condamné nos adversaires aux dépens.

Mais on ne fera nul triomphalisme !

Le principal n’est il pas que le Cabestanyenc sache que l’opposition s’oppose et joue son rôle avec intelligence. Que le Cabestanyenc est défendu et que ses droits sont respectés par des élus d’opposition qui font le boulot. Rien de plus !

-o-

Les « pouilleux » sont en passe de faire leur loi dans une république où un Président cause mais n’agit pas, écrit Noémie !

18 avril 2018

Noémie s’en prend à de nombreuses catégories sociales. Sans doute un amalgame un peu trop caricatural à notre avis. Que l’on parle de « pouilleux » lorsqu’on évoque certains zadistes sans pour autant généraliser, on veut bien. Un terme, selon nous, que l’on n’a pas le droit d’appliquer aux cheminots. Il est vrai que lorsqu’on met en ligne ce que nous envoie une ou un internaute, au nom de la Liberté d’Expression on précise : « c’est vous qui le dites ». Mais on a quand même informé Noémie que l’on ne mettrait pas son mail en ligne et on lui a demandé d’être un peu plus mesurée. Cette fidèle internaute n’a peut être pas dit son dernier mot. 

L’une de nos internautes, enseignante, est quand même très en colère – et elle n’est pas la seule – devant le blocage des universités et devant le refus des autorités policières d’intervenir. Elle écrit : « avec Hollande on pratiquait le tirage au sort. On admettait des étudiants d’un niveau de 3 sur 20 et on laissait sur le carreau des 15 sur 20. On comprend que les nuls soient contre cette nouvelle réforme qui leur ôte toutes leurs chances ». (c’est vous qui le dites)

Elle nous fait parvenir un tract d’un syndicat, l’U.N.I. (Union Nationale Interuniversitaire) qu’on va mettre en ligne ci-dessous :

o-

On ne fera pas de commentaires. Mais rien ne vous interdit d’en faire en gardant une certaine mesure.

« Monsieur Macron, comment voulez vous qu’on vous aime ? » dit Mamie Brigitte

9 avril 2018

Mamie Brigitte ? on a bien lu Mamie Brigitte ? Mais des Mamie Brigitte il y en a beaucoup et la nôtre n’est ni à Saint Tropez, ni  en train de manger des ficelles Picardes à Amiens. Elle est dans l’Aude, où l’on nous lit avec assiduité, parait il. Et elle a aimé ce clip des Républicains. Comment voulez vous que des gens comme nous, appartenant à la majorité silencieuse, supportions qu’un délinquant nous dépouille ? Un triste individu m’a arraché mon collier l’autre jour dans la rue. Mais quand c’est notre Président qui lui même nous arrache le pain de la bouche, comment avoir de la considération pour lui et ne pas le mettre dans le même sac ?

 

« Président Macron, est il plus grave d’arriver par le TGV à Marseille avec dix minutes de retard que de crever dans le couloir des urgences à l’hôpital », écrit Bruno !!!!

6 avril 2018

xxxxxxxxxxxxxxx

Si on aborde le problème de cette manière, il est à supposer que tout le monde sera d’accord avec Bruno.

Mais, selon les différents mails reçus à la rédaction de Blog-Cabestany, vous êtes nombreux, commerçants, artisans, patrons de PME à nous écrire que lorsqu’on gère une entreprise on fait des priorités, des choix. Pour assurer la survie de l’entreprise. Il y a ce qui est urgent et ce qui devra attendre.

« Démagogie », « populisme », « enfilage de mouches ?!» sont des termes qu’on a trouvé dans vos écrits. Pour nous expliquer que ce Président se fait plaisir sans vouloir s’occuper par priorité  des problèmes les plus  graves.

Nos consultants extérieurs que nous avons sollicité pour nous envoyer un article à publier dans nos colonnes ont préféré se défiler et attendre. Attendre quoi ? Personne n’a l’air de savoir de quoi demain sera fait. Et nous alors ?

Ce n’est certes pas la faute du Président Macron si les trains arrivent en retard, s’il y a autant de chômeurs, et bien d’autres choses encore qui vont de travers. Mais s’il  ne fait rien pour nos EHPAD, pour nos hôpitaux, ce Président sera un criminel ! « c’est vous qui le dites ».

Il est certain que de se taper sur le poitrail comme un bonobo et d’affronter les cheminots peut vous faire croire être le roi du monde, quand une infirmière qui travaille la nuit gagne trois fois moins que le conducteur de votre train pour Canohès.

Et qu’on aurait pu se dispenser de faire des TGV qui s’arrêtent tous les 50 kilomètres pour faire descendre le frère du député machin. Mais il faudra prévoir trois mois à l’avance la disparition de la tante Berte si on veut éviter de payer le voyage de Paris à Bordeaux plus cher que pour aller à New-York.

Quant à cette réduction des élus au Parlement quelle idiotie ! Le budget des nos parlementaires est une goutte d’eau dans la mer. Rien à côté du clientélisme des collectivités territoriales qui embauchent les enfants des amis, des copains. Qui sont payés pour travailler deux jours par mois dites vous. Des effectifs pléthoriques. Et des milliers d’élus qu’on pourrait supprimer dans les conseils régionaux, départementaux. Mais si les territoires ne doivent plus être représentés à Paris, autant supprimer tous les députés et nommer notre Président à vie comme en Chine ou en Turquie.

Quant à nos conseillers municipaux, faut il en avoir autant, dites vous encore. Les conseillers municipaux de la majorité comme de l’opposition ne sont pas rémunérés. Seuls les adjoints au maire, touchent un petit quelque chose. Et malgré ce que vous appelez notre mauvaise foi permanent, nous osons dire que ce n’est pas l’indemnité de Monsieur le Maire qui va mettre la commune de Cabestany en déficit. On comprendrait d’ailleurs que les élus municipaux qui vont sur le terrain soient défrayés. Ne serait ce que lorsqu’on paye un café à un citoyen à la cafet’ d’Intermarché pour l’écouter nous raconter ce qu’il voudrait que la Mairie fasse pour lui. Ce dont tout le monde parait se foutre !

Alors ne comptez pas sur nous pour vous expliquer ce que vous devez penser. Même si on croit que présenter une bonne réforme doit s’accompagner d’une bonne explication. Mais comptez sur nous pour dire tout haut ce que le citoyen pense tout bas. A savoir  que le Président que vous avez élu vous paraît être un fantoche. Une déclaration sur laquelle tous sont prêts à revenir s’il s’avérait qu’il se montre efficace. Ce qui ne paraît pas être le cas pour le moment.

Fermons les prisons et on aura moins de prisonniers. Fermons les hôpitaux et on aura moins de malades. Et s’il fallait un visa pour aller de Perpignan à Paris, on aurait moins besoin de trains. Lorsqu’on élit un médiocre comme Hollande, dites vous, on ne se fait pas d’illusion et on n’est pas déçu. Mais il n’y a pire déception lorsqu’on croit en quelqu’un qui semble ne pas en valoir la peine. « c’est vous qui le dites ».

Et nous, sans vous, qu’aurions nous à dire ? Heureusement nous avons l’impression d’être utiles en reprenant votre parole. Une parole que personne n’écoute en haut lieu. « Perroquets du peuple » ? Voilà une attaque qui nous convient et qu’on ne prend pas pour une insulte.  Car nos élites, comme à l’habitude, savent ce qui est bon pour nous, mais ne daignent même pas nous l’expliquer ! Ils considèrent que nous sommes trop bêtes. Mais c’est bien cela qui vous met autant en colère en ce moment !!!!

-o-

Samedi 24 mai 2018. Quand cela va t’il s’arrêter ?

24 mars 2018

Samedi soir à la rédac’

Bien sur que nous pleurons aussi les morts civils dans l’Aude. Bien sur que notre message à la Gendarmerie n’avait pas d’exclusive. Et bien sur que ces actes odieux vous secouent, comme nous mêmes et vous ont incités à nous envoyer des mails que nous ne publierons pas car ils seraient taxés de « racisme ». Ce qu’on ne veut pas. Ce que l’on ne pense pas.

Bien sur que cette nouvelle loi Collomb est du domaine des Bisounours. Notre Président Tartarin Macron est fort pour parler de « crimes contre l’humanité » lorsqu’il est à Alger mais lorsque survient l’acte ignoble d’hier dans l’Aude cela n’est plus qu’un fait divers de l’actualité. Bien sur que nous ne nous sentons pas en sécurité avec un apprenti béat et dangereux comme lui.  Incapable de nous protéger mais juste capable de laisser les portes et fenêtres de notre pays, ouvertes à tous les vents.  Quant tout cela va t’il s’arrêter ? Quand est ce que ces politiques lâches et laxistes vont ils arrêter de venir pleurer devant le micro de BFM pour se mettre au boulot ? Voilà ce que vous nous dites aussi dans vos commentaires.

Mais nous n’allons pas faire de politique dans l’émotion !

Et vous avez bien parlé de « racisme » ?

Le mail de Jeanne, et ses paroles posées, mesurées résument sans doute la situation.

« Jeanne écrit « :

« Tant que les personnes d’une certaine communauté sur notre sol se livreront à des actes d’une barbarie qui mérite qu’on ne les considère pas comme des êtres humains,

Tant que les personnes de cette communauté que nous croisons tous les jours et au demeurant le plus souvent sympathiques mais d’une discrétion parfois suspecte ne prendront pas la parole pour condamner les actes commis par certains des leurs,

PIRE,

Tant que des jeunes de cette même communauté même peu nombreux se livreront à des manifestations de joie lorsqu’un pareil drame arrive,

le VIVRE ENSEMBLE est une utopie.

Lorsqu’on tolère que des jeunes, quelque soit leur origine, caillassent des pompiers ou des policiers, n’est ce pas la preuve que nos élites sont des couards et des baltringues ?

Et lorsque ce sont des personnes de cette communauté qui osent nous traiter de racistes ne font ils pas tout pour nous provoquer plutôt que de calmer le jeu et ne sont ils pas responsables de cette situation de par leur silence coupable qu’on considérera même si c’était à tort comme complice ?

JEANNE

« c’est vous qui le dites »

Blog-Cabestany : NO COMMENT

« Honneur à la Gendarmerie » et à ses femmes et ses hommes !

24 mars 2018

NO COMMENT