Archive for the ‘NON A LA CSG’ Category

Le Système Macron (4)

23 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir

 

Le « système » Macron (3)

22 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

NO COMMENT

la suite à venir

 

Le « système » Macron (2)

21 février 2018

Courtoisie des Républicains 66

images clikables pour les agrandir

NO COMMENT

La suite à venir dans les prochains jours !

 

 

Le « système » Macron (1)

20 février 2018

Courtoisie des Républicains des P.O.

Le Président des Républicains des P.O., François Lietta dit :

Depuis son élection en mai 2017, Emmanuel Macron a instauré 8 nouveaux impôts et taxes. Hausse de la CSG, augmentation du prix de l’essence et du fioul, détricotage de la politique familiale… C’est autant de pouvoir d’achat perdu par les Français.L’addition Macron, ce sont toujours les mêmes qui la paient : les classes moyennes, les retraités, les familles, la France rurale et périurbaine.

Il n’y a pas en France que des premiers de cordée. Emmanuel Macron sous-estime les conséquences injustes de sa politique fiscale et sociale.La droite que nous incarnons défend ceux qui ont travaillé toute leur vie et qui n’ont pas volé leur retraite.

La droite que nous incarnons défend cette majorité silencieuse sacrifiée par la politique du gouvernement.Nous lançons aujourd’hui une grande opération pour défendre le pouvoir d’achat des Français et dénoncer les mesures prises par Emmanuel Macron et son gouvernement.

Une page du site national est dédiée aux questions de pouvoir d’achat. Vous y trouverez des visuels, des argumentaires, un tract ou encore des témoignages de Français qui perdent aujourd’hui du pouvoir d’achat.

F.L.

La rédaction de Blog-Cabestany : nous allons relayer dans les jours à venir la communication des Républicains 66 sur le pouvoir d’achat. Nos lecteurs et nous mêmes partageons cette même colère vis à vis de l’acharnement de ce gouvernement contre les faibles, les retraités. De l’injustice sociale et rien d’autre. Nous ne sommes aucunement les porte paroles institutionnels du parti Les Républicains, de sa ligne politique dans son intégralité,  et de sa communication parisienne. Nous sommes des gens libres (et non « libres ») qui découvrons chaque jour que nous sommes loin d’être seuls.  Et nous ne relayons que ce qui nous convient…. et convient à nos lecteurs, nos amis, nos soutiens. Nous relayons donc ce que nous considérons comme étant NOTRE vérité. Nous nous reconnaissons dans cette Droite silencieuse, incarnée par un grand nombre de citoyens, dont parle notre ami François Lietta, respectable et respecté. Nous avons confiance dans le rétablissement de cette Droite. Quand, comment ?  « CALMOS » : rien ne nous oblige à nous bousculer pour monter dans le premier train qui passe en gare. Sans doute vaut il mieux avant de se précipiter, de lire sur le wagon la destination du train.  Le Futur vous appartient !!!!!

« c’est vous qui le dites » ou ce qui vous aura le plus marqué cette semaine !

16 février 2018

Certains d’entre vous nous auront parlé du Bac. D’autres du futur service militaire ou national, où faute de casernes chacun devrait rentrer chez soi le soir ! Alors fini les batailles de polochon dans les chambrées ? Mais ce sera mixte !   On reçoit aussi des mails sur l’actualité criminelle – triste-, l’actualité judiciaire où il permis de louer son appart via AIRBNB à Daech, ou sur le testament de Johnny. Mais, nous c’est d’abord la politique. Et avant tout Cabestany. Mais la politique à Paris et à Ajaccio vous intéresse aussi.

Ce qui vous incite toujours à nous écrire, pour manifester votre colère, est cette injuste CSG qui frappe les retraités. Car, vous les petits retraités, vous étiez certains que l’on ne toucherait pas à vos maigres retraites. L’ISF, vous ne l’avez jamais payé – vous auriez peut être bien aimé – mais vos modestes revenus ne risquaient pas que vous y soyez assujetti un jour. Et puis, en janvier, beaucoup d’entre vous n’ont pas vu de changement sur le montant de leur retraite. Normal, il vous paraissait impossible qu’on s’en prenne à vous qui avez du mal à finir le mois. Sauf que pour 80% d’entre vous, le premier prélèvement de la CSG démarre en février. PATATRAS ! Votre retraite de février arrive et vous vous apercevez qu’on vous a volé ! Que ce Président de la République est celui qui s’en prend le plus aux plus faibles depuis 25 ans. COLERE !

les retraités « en Marche »

«La qualité d’une société, je dirais d’une civilisation, se juge à la manière dont les personnes âgées sont traitées et à la place qui leur est réservée dans la vie commune» a très justement déclaré l’ancien pape Benoît XVI.

Toutes les sociétés ne sont pas égales s’agissant du traitement réservé à leurs retraités. Alors que certaines les chérissent, d’autres ont peu de scrupules à les laisser dépérir. Force est malheureusement de constater que la nôtre tend de plus en plus à rejoindre cette deuxième catégorie, dès lors que les mesures adoptées par ce gouvernement de donneurs de leçons accentue la précarisation de nos retraités. Matraquage des pensions, remboursement moindre des frais de santé… Sans parler du scandale des Ehpad. Ou de ces SDF âgés qu’on laisse crever dans nos rues. Mais on parle de plus en plus de payer aux vieux des cours gratuits de parachutisme, en remplaçant le parachute par un simple sac à dos.

Tout cela est indigne d’une société comme la nôtre qui, comble d’une désinformation politicarde et mensongère,  prétend venir en aide aux plus défavorisés !

-o-

 

« Président Macron, si vous étiez un homme honnête, vous rendriez l’argent que vous prenez de façon scélérate, incohérente et injuste, aux retraités ! » écrit la rédac de Chanteclerc.

9 février 2018

Article reproduit sans ajout ni retrait  avec l’aimable autorisation de « Chanteclerc »  » wanted « 

L’article reproduit :

Président Macron, si vous étiez un homme honnête, et un honnête homme, vous rendriez l’argent que vous prenez de façon scélérate, incohérente et injuste, aux retraités !

Tristement, les uns après les autres, beaucoup de retraités commencent à constater les dégâts en recevant leurs premières pensions de retraites de cette année 2018.

Une majoration de 1,70% de leurs prélèvements qui pour certains est catastrophique et représente une véritable confiscation du peu avec lequel ils doivent se contenter de vivre pour finir – sans dignité – une vie de labeur qui tourne mal à cause de l’imbécillité de ce gouvernement de théoriciens aveugles et sourds à la souffrance des petits gens.

La CSG sur un plan comptable passe de 6,60% à 8,30% représentant un alourdissement de cette taxe de 25,8% !

On vous épargnera les savants calculs mais pour le plus grand nombre des retraités, le trou creusé par la majoration non compensée de la CSG entraîne en réalité une baisse supérieure du montant net de leur pension, la plus importante enregistrée depuis 25 ans. On dira qu’on est plus près des 2% de baisse de pouvoir d’achat quand tout augmente : transports, énergie, assurances, mutuelles. Une injustice. Ou alors un acte volontaire pour diviser la société. Faire s’affronter les uns contre les autres. Montrer que les vieux sont de trop dans cette société orientée vers une admiration pour les jeunes et les riches.

Ce surcroît de taxe, un véritable racket, sera déduit du montant imposable nous expliquent les politiques de ce parti opportuniste et malveillant qu’est cette République en Marche qui nous donne envie de vomir, qui sait à qui s’en prendre, et pour commencer aux vieux et aux faibles. Mais on nous répéte que ce qu’on nous prend ne sera plus à déclarer en fin d’année. Encore heureux qu’on ne paye pas deux fois la même chose et cette explication n’est rien d’autre qu’une façon de se foutre du monde. Pour nous du mépris.

Des chiffres ont circulé à plusieurs reprises comme quoi serait exonéré tout retraité, dont le total des pensions mensuelles n’excéderait pas 1 250 €. Sauf que c’est le revenu fiscal de référence qui est pris réellement en compte. Mais quel est donc précisément ce « revenu de référence » ?

Sur le site du Ministère des finances on vous explique : « Le revenu fiscal de référence est calculé par l’administration à partir du montant net de vos revenus et plus-values retenus pour le calcul de l’impôt sur le revenu de l’année précédente ». Pourquoi faire simple ?

Pour déclencher cette augmentation il faut dépasser un plafond annuel de € 14 404 pour un retraité vivant seul. Sauf que pour deux personnes le plafond n’est pas du double comme on pourrait s’y attendre mais de € 22 096 pour un ménage de retraités sans personne à charge. Parce que Madame mange sûrement moins et en accomplissant les taches ménagères, la lessive, elle fait faire des économies au couple. Économies qu’il faut  taxer.  Scandaleux et mesquin.

On rappellera que le seuil de pauvreté s’établit actuellement à 1 015 € par mois pour une personne seule. Si on divise le plafond annuel de référence de 14 404 € par douze mois, on obtient 1 200 € par mois. Donc, en dessous de 1015 € c’est la pauvreté. Et au dessus de 1 200 € c’est l’opulence et la richesse ! Lamentable ! Et comme pour un couple on prend la sommes des revenus, qu’importe qu’un conjoint ne gagne que 300.€ euros par mois, on va lui en piquer une partie. Dégueulasse.

Ceci montre bien pourtant que cette réforme n’est pas seulement injuste et inégalitaire, mais qu’elle est incohérente et témoigne ainsi de la haute faculté d’innovation fiscale de nos élites et de leur capacité de nuisance.

Alors on nous enfume. Et on nous parle de cette éventuelle baisse de la taxe d’habitation. C’est évidemment de la manipulation pure et simple et on voit que la communication Macronienne ne recule devant aucune mystification, puisque nos lecteurs sont suffisamment avertis pour savoir qu’il n’existe aucune relation directe entre la CSG et la taxe d’habitation, dont les assujettis, l’assiette, l’objet et les taux sont totalement différents. Nombre de retraités assujettis à la majoration de CSG savent parfaitement qu’ils ne bénéficieront en rien de la réduction de la taxe d’habitation. On retrouve bien là cette habitude qu’ont nos élites de nous prendre pour des débiles profonds.

Pendant ce temps il existe une caste de haut fonctionnaires qui s’engraissent. Il n’y a pas d’argent pour les EHPAD, on supprime des lits en gériatrie, mais on soigne les copains.

On constate une ambition présidentielle à peine dissimulée de privilégier les jeunes et les actifs en dépouillant les vieux, dépeints pour les besoins de la cause comme d’insatiables nantis et taxés en terme à peine voilés de parasitisme.

L’’euthanasie financière des retraités est bien lancée : elle est maintenant « en marche » et il n’y a rigoureusement aucune raison pour qu’elle s’arrête d’elle-même. On a même exclu les représentants des retraités des organismes qui traitent du problème des retraites, comme le Conseil d’Orientation des Retraites ou du Comité de Suivi des retraites. Infâme ! Ils n’étaient plus les bienvenus. Évidemment car ils auraient « osé » défendre leur cause, indéfendable au yeux de ce pouvoir inique. Être vieux pour Macron est une tare. Mais comme dit l’un de nos amis, un psy : « et si cette détestation des vieux avait un rapport avec son histoire personnelle ! »

Reste la possibilité pour les retraités qui seront encore en vie lors ses prochaines élections de mettre un bulletin dans l’urne pour contester ce pouvoir, mais de cela on est même pas assurés tant nos gouvernants actuels sont passés maitres dans l’art de mentir au peuple.

#Chanteclerc : je chante haut et clair, les deux pieds dans la m….

Hier samedi, l’un de nos amis Cabestanyencs assistait, à la Mutualité, à Paris, au Conseil National du parti « Les Républicains »

28 janvier 2018

Un mail reçu autour de minuit :

«  William écrit : « hier samedi, j’ai assisté à Paris, à la Maison de la Mutualité, au premier Conseil National du parti « les Républicains », depuis l’élection de son Président Laurent Wauquiez.

Je suis un sympathisant de la Droite Municipale de Colette Appert. Depuis bien des années, je suis également un sympathisant de la Droite Républicaine en France.

Je me suis abstenu lors de l’élection Présidentielle pour ne pas voter pour le Front National. Pas plus que pour un candidat venant de la gauche et qui a remporté cette élection contre toute attente car les planètes lui étaient favorables mais sans vraiment convaincre.

Depuis plusieurs mois je suis dans l’expectative avec ce Président qui semble avoir viré sa cuti à Droite mais qui a fait entrer dans son gouvernement des socialos parmi les plus sectaires. Comment lui faire confiance lorsqu’on a l’impression qu’il trompe tout le monde, à commencer par son propre camp.

Un Président « en même temps » qui flatte les riches et agresse les retraités avec sa CSG qui est un véritable scandale.

Dire que tout ce que j’ai entendu aujourd’hui chez mes amis Républicains me convient serait mensonger. La Présidente de la Région Ile de France, habituée de longue date à louvoyer, et chercher avant tout son propre intérêt, aura été sifflée. Et pourtant, si elle avait raison ? Et on peut lui reprocher bien des choses mais elle n’aura pas quitté ses amis, comme bien des dirigeants de ce Parti qui se sont vendus à Macron – avec succès ou non – pour avoir un ministère ou une place au soleil. Des Judas !  Quel bien triste et bien piètre exemple.

J’ai apprécié l’intervention de Virginie Calmels, adjointe au Maire d’Alain Juppé à Bordeaux, et Vice Présidente de ce parti. Et si j’ai raté l’intervention du Président Wauqiez…. c’est que j’avais un train à prendre.  Mais il a paraît il bien parlé. Sans toutefois aborder les sujets qui divisent encore ces Républicains.

Mais à cette convention j’ai rencontré des français qui pensaient comme moi, qui réagissent comme moi, qui ont mes opinions et mes certitudes, et je sais que je ne suis pas seul. Je sais que bien des gens partagent mes idées. Qu’il faut rester vigilant et ne pas se laisser endormir par cette bande de mercenaires qui au gouvernement est prête à tout pour garder le pouvoir. La C.S.G., Notre Dames des Landes, les prisons. Ils ne sont pas meilleurs que les autres. Sauf pour donner des leçons et parler d’un monde nouveau qui sent la naphtaline ! Que se faire happer par la Macronie serait aller contre ses propres idées. Contre soi-même. Contre moi même !

De quoi demain sera fait, je n’en sais foutre rien. Ce soir je suis fier de me revendiquer de la Droite Républicaine. Amitiés à mes amis qui lisent Blog-Cabestany et me liront…. si vous me mettez en ligne !

BLOG-CABESTANY : Merci ami fidèle et sincère dans ses convictions. On ne fera aucun commentaire. Et on ajoutera simplement « Bon dimanche »

 

Retrouvailles chaleureuses pour l’Association Trait-d’Union-Cabestany, samedi dernier à la Germanor.

22 janvier 2018

Les adhérents de l’Association Trait-d’Union-Cabestany ne s’étaient pas retrouvés ensemble pour un déjeuner depuis le printemps dernier, en une période électorale qui faisait s’interroger bien des citoyens de notre commune sur l’avenir. Avec l’échec du candidat de la Droite Républicaine. Un échec prévu, programmé qui ne prenait personne par surprise. Et il fallait choisir, ou pas, entre un parti extrême et un candidat sorti de nulle part paraissant à beaucoup d’entre nous bien peu crédible. Heureusement avions nous échappé à cette France Insoumise qui nous aurait plongés dans une terrible période de glaciation d’un communisme barbare à laquelle on ne pouvait que s’attendre.

Ce samedi de janvier, on voyait sur le visage de chacun le plaisir de se retrouver, de se souhaiter une bonne année.

Bien sur, l’association s’était réunie plusieurs fois, en tout petit comité de travail, durant l’automne, pour parler de problèmes divers,  d’environnement, d’urbanisme, mais le repas de ce samedi aura rarement été aussi chaleureux et convivial. Comme si la famille se recomposait et se retrouvait.

Colette Appert prenait le micro pour accueillir les convives et présenter aux nouveaux adhérents, dont des jeunes,  les membres du Conseil d’Administration de l’Association, et les conseillers municipaux de la Droite Municipale. Elle annonçait qu’elle ne ferait pas de discours, que le buffet apéritif était ouvert, et qu’elle était à la disposition de tous pour répondre, elle, les responsables de l’association, ou les conseillers municipaux, aux questions qu’on voudrait sans doute leur poser à l’issue du repas.

Emilienne Lens, de l’Association, Colette Appert, Philippe Gleizes, Nadia Ferhani, du Conseil Municipal

Le repas s’avérait succulent, les convives se déplaçaient de table en table pour retrouver tel ou tel autre ami. Une ambiance très sympathique.

Le repas du samedi 20 janvier 2018

A la fin du repas, Colette annonçait que l’Association se portait bien et avait accueilli de nouveaux adhérents, des primo-arrivants, qui se disaient étonnés qu’à Cabestany on n’accueille pas les gens qui viennent s’y installer ! Mais l’association remplit aussi ce rôle.

Colette Appert disait que l’association avait ajouté à sa palette un intérêt pour l’environnement, la ressource en eau. On parlait de la GEMAPI cette taxe que pourrait avoir à payer le contribuable concernant le transfert de compétences de l’état vers les collectivités, en matière de protection contre les inondations, l’entretien de digues. Un invité, affilié à France Nature Environnement expliquait que cela pendait au nez des Collectivités. Lorsqu’on est un élu communal, on ne peut dans un même temps donner des permis de construire en zone inondable et ensuite demander à l’état d’assurer la protection des pauvres gens qu’on a piégés. Mais Trait-d’Union-Cabestany ne déposera pas des recours en justice. Il est simplement important de se tenir informés,  tenir au courant le citoyen et de rester vigilants.

En matière de politique, Colette Appert expliquait que désormais la Droite à Cabestany s’identifierait le plus souvent sous le vocable de Droite Municipale. Sans aucunement renier notre famille politique. Mais en cette année 2018 où il n’y aura pas d’élections et à trois ans des prochaines municipales, il n’y avait pas lieu de se retrouver inféodé à tel ou tel parti.

A un convive qui s’étranglait du racket que représente la hausse de la CSG pour les retraités, Colette Appert confirmait que la Droite se positionnait clairement dans une opposition attentive vis à vis du nouveau Président de la République. Mais la Droite Municipale qui pratique une opposition constructive au conseil municipal va – plus encore – se recentrer essentiellement sur les problèmes divers, nombreux, et parfois inquiétants et préoccupants de notre commune. Ce sera encore et toujours : « Cabestany d’abord ».

Un adhérent aura expliqué qu’il était très circonspect sur la suppression de la taxe d’habitation. Il est certain que beaucoup de maires, et il ne citait personne mais on comprenait à qui il s’adressait, avaient eu la main trop lourde depuis quelques années sur les impôts locaux. Et qu’au lieu de gérer en « bon père de famille » les finances locales, il était tellement plus facile de taxer le citoyen. Mais les communes ont besoin de cet impôt et on ne sait pas par quoi il va être remplacé, disait il. Un sentiment qui paraissait être partagé de tous car personne n’est content de payer des impôts mais lorsqu’on nous explique qu’il n’y en aura pas de nouvel impôt, on ne nous assure pas qu’on ne vas pas alourdir ceux qui existent. Et on sait déjà que contrairement à ses déclarations, le nouveau Président va alourdir la fiscalité et qu’il nous raconte des bobards.  Un autre adhérent  expliquait être allé sur un site du gouvernement pour savoir s’il faisait partie de ceux qui allaient bénéficier d’un dégrèvement de cette taxe d’habitation. Après avoir passé dix minutes à rentrer une dizaines de chiffres, le site lui avait répondu cette réponse fabuleuse : « il n’est pas impossible que vous puissiez bénéficier d’une réduction de votre taxe d’habitation dont on ne peut vous préciser ni le montant ni quand elle pourrait intervenir ». RIRES

Personne n’avait envie que l’on passe l’après midi à discuter. Il n’y avait plus de questions. Colette Appert disait qu’on était là pour passer un moment convivial ensemble et qu’elle était satisfaite que tout le monde soit content. Elle était très applaudie. C’était le signe du départ. Sauf qu’il restait de très appétissants gâteaux dont tout le monde devine qui les avait confectionnés. Ils nous faisaient trop envie et on leur jetait un sort. Tant pis pour la ligne. On s’embrassait, on se quittait à regrets, en espérant se retrouver bientôt. On avait passé une journée formidable.

C’est un  convive qui trouvait le moyen d’avoir le dernier mot en déclarant  : Trait-d’Union-Cabestany est une association citoyenne qui est vraiment le « trait d’union »  entre les Cabestanyencs !!!  (lui aussi était applaudi)

-o-

Notre Dame des Landes : l' »Ayrault-port » devient l' »Ayrault-porc ». Pas grave, on est déjà dans le pâté ! Et notre République n’est elle pas devenue celle des bouffons ?

18 janvier 2018

L’ÉDITO POLITIQUE SPÉCIAL NOTRE DAME DES LANDES D’ÉLECTRON LIBRE

 

Le Président Macron, pour lequel je n’ai pas une sympathie débordante, aura pris, sans aucun doute, la seule décision possible dans l’état où il a trouvé le dossier laissé par son prédécesseur.

La faute, après des décennies d’atermoiements à des collectivités territoriales, qui ont pompé l’argent du contribuable, dilapidé ces fonds dans des études hasardeuses confiées à des experts qui n’en étaient pas, laissé s’installer des nuisibles avec une certaine complaisance pour bloquer les routes, mettre des chicanes, défier l’autorité de l’État.

La faute à des élus, dont l’un portant le projet quasiment à titre personnel, devenu Premier Ministre, se montra d’une incompétence notoire, la même nullité que pour diriger le gouvernement du pays. Et à peine remplacé, il s’empressait de faire pression sur son successeur pour que ce dernier fasse ce que lui s’était montré incapable de faire.

Sans compter sur ces zadistes, qui avaient la sympathie du dernier Président de la république. Des individus vivant de l’assistanat, dont on se demande si leurs enfants recevaient le minimum de soins, étaient éduqués. Certains vivant sous des huttes, dans un mode de vie équivalent à de la clochardisation. Mais cultivant des plantations bien odorantes !

Quand tous ces responsables locaux, aujourd’hui, jettent la pierre sur l’Exécutif, ils passent aux yeux de tous, pour des rigolos. Il est tellement facile de reprocher aux autres de ne pas faire ce qu’on a pas été capable de faire soi même.

Et ces nuisibles partiront ils un jour ? Qu’un policier soit blessé, il est payé pour cela pense t’on au gouvernement. Mais qu’un nuisible perde ses doigts qui lui servent à rouler son pétard serait une catastrophe nationale. 

 Quant à l’extension de l’aéroport de Nantes, après qu’on ait bien bétonné partout pour justement la rendre impossible, on n’est pas près de la voir. Où l’état n’y mettrait d’ailleurs pas un kopeck. Mais le Ministre des Affaires Étrangères est partant pour qu’on lui agrandisse son aéroport de Rennes !

Sommes nous encore en démocratie ? Ou ne sommes nous pas en train de nous enfoncer dans la chienlit ?

Le lait contaminé, l’ode au glyphosate, des prisons où l’on frappe les gardiens, des rues où l’on massacre des policiers, des urgences dignes d’un pays du tiers monde, des frontières ouvertes à tous vents, des migrants sur lesquels on voudrait nous faire pleurer lorsqu’on laisse crever nos SDF dans la rue en leur supprimant de la capacité d’accueil qu’on réserve à d’autres , des déserts médicaux, des zones rurales sans services publics, sans trains, des agriculteurs qui n’ont comme avenir que le suicide, des hommes politiques loin d’être irréprochables : tout cela n’est il pas le signe d’une décadence de l’État ?

On confie des projets d’aménagement publics, dans des appels d’offre douteux, à des sociétés qui installent leur siège en Pologne ou ailleurs et font travailler des français sous le régime de travailleurs déplacés. On laisse sur nos routes, pour transporter nos marchandises, des camions de Roumanie ou d’ailleurs, avec des chauffeurs qui roulent 60 heures pas semaine sans qu’on sache même s’ils sont assurés. On laisse travailler des migrants sans papier, construire nos appartements quand tant d’entre nous sommes au chômage.

Mais tout va bien, Madame la Marquise !

Alors comment s’étonner que la France s’enfonce dans le marasme ? Comment s’étonner que tant de soi disant fraudeurs qui ne veulent que du boulot, se bousculent à Pole Emploi ?

En rackettant les retraités et les classes moyennes, en creusant les déficits, on peut espérer retarder encore un peu un naufrage programmé.

Notre Dame des Landes n’est que l’arbre qui cache la forêt ! Un hochet qu’on nous agite sous le nez pour que l’on ne voie pas le reste. On aurait tort de se focaliser sur cet événement qui n’en est pas un mais qui en cache de bien plus graves.

Notre République n’est elle pas devenue celle des bouffons ?

« SALOPARD », écrit Henriette dans un mail à Blog-Cabestany !

28 septembre 2017

NON A LA CSG !

Ce n’est pas souvent qu’on trouve des invectives sur Blog-Cabestany. Cela ne correspond pas à l’éthique que l’on s’est donnée comme ligne directrice.

Alors, de façon sans doute hypocrite, on ne dira pas à qui s’adresse cette expression de la part d’Henriette, l’une de nos internautes qui fulmine. Alors que nous pouvons témoigner qu’Henriette est une gentille personne qui a le cœur sur la main. Mais tout le monde aura sans doute reconnu à qui elle s’adresse !

Henriette, une sympathique internaute, retraitée, qui a travaillé dur et n’a pas connu les trente cinq heures, pas plus que le compte pénibilité. Une internaute qui n’a jamais pris de congé parental, n’a jamais abusé du système en se faisant porter pâle le lundi matin, car si elle avait été malade un seul jour elle aurait perdu son salaire et la vie n’a pas toujours été clémente pour elle. Une internaute qui ayant commencé à travailler à 14 ans a explosé le nombre de ses annuités de travail sans que cela lui rapporte un centime de plus. Une internaute qui a élevé ses deux petits enfants lorsque son fils a eu un grave accident qui l’a laissé handicapé et que sa belle fille travaillait la nuit à l’hôpital à plus de deux cent kilomètres. « je n’ai rien fait d’autre que mon devoir » dit elle. Mais n’ai je pas droit au respect ?

On va la ponctionner au niveau de la CSG car c’est la nouvelle mode que de s’en prendre aux retraités. « il faudrait sans doute nous piquer, nous les vieux, comme on le ferait avec un vieux chien ! » dit Henriette.

« Je n’ai jamais payé l’ISF, je n’ai pas d’actions, d’assurance vie. Tout juste 300 euros sur mon livret A à 0,75%. On se fout de notre gueule. »

Lorsque nos dirigeants, municipaux, locaux, nationaux qui ne savent pas gérer un budget ont un problème, ils piquent dans la poche des français moyens. QUEL COURAGE ! On en a marre dites vous un peu tous.

L’un d’entre vous dit : « J’ai déjà fait la liste de ce que je vais commencer par supprimer dans ma consommation courante. Puisque tel semble être le résultat recherché par ceux qui pensent que diminuer la consommation va faire reculer le chômage. Locataire d’un HLM je ne risque pas de partir m’installer au Portugal mais tant que je pourrais conduire, j’irais dorénavant faire mes courses au delà de la frontière espagnole ! »

« Quant au mépris que ce triste individu nous porte, s’il savait ce qu’on pense de lui !!!!! »

POSTMATER : Merci pour ce témoignage, Henriette. Merci à tous les autres, et vous êtes nombreux, à être très en colère contre ce Président. Gersende, notre politologue nous expliquait récemment que ce Président, conseillé par de bien malfaisantes personnes qui au niveau de leur vie personnelle sont loin d’être irréprochables, a décidé de faire s’opposer les français les uns aux autres pour asseoir son pouvoir. Et qu’il va se « venger » des catégories sociales qui n’ont peut être voté pour lui. TOUT UN PROGRAMME ! Mais guère une preuve d’intelligence.