Archive for the ‘« ils relaient nos articles nous relayons les leurs »’ Category

Gersende, politologue, nous parle des Élections Européennes de 2019 !

14 novembre 2018

« ils publient nos articles, nous publions les leurs »

La lettre d’information de Gersende

La totalité du Parlement Européen sera renouvelé en mars 2019. Actuellement 751 députés sortants.

Il y aura 70 députés en moins, les britanniques, à cause du Brexit, et on va créer, alors que ce n’était pas prévu, une trentaine de nouveaux sièges pour tenir compte des évolutions démographiques et d’un réajustement au demeurant fort peu transparent et totalement incompréhensible. La nouvelle assemblée sera pour être exact de 705 représentants, élus au suffrage universel dans l’ensemble des pays formant la Communauté Européenne. Le nombre de sièges continuera à être attribué à chaque pays en tenant compte du nombre de ses habitants. Il y aura 96 sièges pour l’Allemagne, environ 80 pour la France et autant pour l’Italie, et une prime aux petits pays qui ne sont censés avoir que 2 ou 3 députés mais en auront 6 comme par exemple Malte. Cela pour faire entendre leur voix.

Dans les semaines à venir, la plupart des partis européens vont chacun de leur côté tenir leur congrès pour redéfinir leur position et élaborer une stratégie en fonction du nouveau nombre de députés et d’une répartition politique qui devrait changer. Car tous s’accordent à s’inquiéter des probables bouleversements : à cause du départ des députés britanniques et de l’affaiblissement des principaux partis nationaux, comme en France, en Allemagne, ou d’une nouvelle donne comme en Italie.

En France, la participation à ces élections en 1994 était de presque 60%. Descendue en 2014 à 42%. En 2019 c’est l’inconnu car pour le moment de plus en plus de citoyens disent qu’il est inutile de se déplacer pour une Europe dans laquelle ils ne se reconnaissent pas et n’ont plus confiance. Quand d’autres ont décidé, pour la premier fois, de se déplacer. Pour montrer leur hostilité à cette Europe ou…. sanctionner le Président Macron. Mais ce n’est pas le moment de se démobiliser et de dire après « si on avait su ! ».

Aujourd’hui, deux grandes formations politiques dominent le parlement européen  : la Droite modérée qu’on appelle aussi « les conservateurs » et la Gauche modérée qu’on nomme les « sociaux-démocrates », même si ces partis ont des sigles. Respectivement : PPE et PSE. Deux grands partis fourre-tout qui à eux deux ont la majorité absolue. Où l’on retrouve parfois à droite des députés qui sont à gauche dans leur pays. Ou le contraire. Un bloc cohérent dominé hier par le trio : Allemagne, Angleterre, France. Car si l’Angleterre faisait entendre une voix discordante, elle était la première à voter dans le sens des deux autres. Le Brexit ayant été imaginé par des politicards anglais, Européens convaincus, mais ayant une telle soif de pouvoir à Londres qu’ils en sont arrivés à trahir leurs propres idéaux pour satisfaire leur envie de gouverner. En trompant leur population pour leurs sales petites ambitions. Une nouvelle façon de gouverner les peuples ?  Et à Bruxelles on obéissait aux directives des lobbies et aux injonctions gutturales de la chancelière Merkel. Car ces deux grands mouvements qui se combattaient parfois pour la galerie, finissaient par se mettre d’accord sans trop de problèmes. Laissant les autres partis faire de la figuration ou se joindre à eux pour ne pas se marginaliser.

Demain qu’en sera t’il si ces deux grandes formations se trouvent affaiblies, n’ont pas ensemble la majorité absolue et doivent trouver des alliances d’opportunité, au coup par coup. Ou si elles s’opposent pour la première fois en 30 ans. Surtout si le nouveau parlement est composé d’un émiettage de petites formations comme certains le pressentent. Et soyons attentifs, car beaucoup veulent détruire l’Europe. Moins par idéal que pour des raisons politiciennes dans leur propre pays !

En France, selon les derniers sondages datant des mois d’aout et septembre 2018, le parti du Président de la République est largement en tête. Entre 25% et 33% des intentions de vote. Il ramasserait entre 20 et 25 sièges. L’actuel dirigeant du parti « Les Républicains » a eu le tort à un moment donné de montrer son scepticisme pour l’Europe et il a du mal à rétropédaler et convaincre qu’il a fait machine arrière. Même s’il dit à juste titre sans réussir à trouver la bonne formule pour que l’on adhère à ses propos, ce que beaucoup pensent tout bas : à savoir que l’Europe est certes imparfaite mais qu’il vaudrait mieux l’améliorer plutôt que de la fracasser. Une partie de l’électorat de base de ces Républicains pourrait donc préférer voter pour une liste Macron aux Européennes. En trainant les pieds. Comme ils l’ont fait aux Présidentielles. Par défaut. Par stratégie contre les démolisseurs d’Europe.   Car le Président Macron, hypocritement mais cela parait être dans sa nature, surjoue sur les peurs. Il parle de fascisme. Il brandit la menace que le ciel pourrait nous tomber sur la tête. Ce Président, pour de bien mauvaises raisons, ne se livre à rien d’autre qu’une ringarde politique politicienne. Comme cela se pratiquait dans l' »ancien monde ».  Sa duplicité se révèle un peu plus chaque jour et il reste 4 mois avant les élections Européennes. On peut donc aussi imaginer que les français pourraient lui faire payer une fiscalité galopante et le mépris qu’il affiche pour les citoyens qui n’appartiennent pas aux couches supérieures. Il est chaque jour un peu plus le Président des riches, des intellectuels, de ceux qui ont réussi. Et de moins en moins celui des retraités, des étudiants, des ouvriers et des laissés pour compte. Quant aux chômeurs qui ne voient pas l’emploi revenir, on les taxe au travers de l’essence s’ils essayent d’aller chercher du boulot. Mais cela arrangerait tout le monde s’ils restaient sagement à la maison à attendre leurs allocs !

Et puis, on prête de plus en plus au Président Macron, à tort ou à raison, la volonté de ne pas se rallier à l’un ou l’autre des deux grands partis européens. Il pourrait essayer de créer une troisième formation en affaiblissant les deux autres. Pour peut être prendre le leadership de l’Europe ? Un jeu dangereux, qui a bien fonctionné en France, mais qui pourrait avoir des conséquences qu’on a du mal à anticiper pour l’Europe. Et sans doute prend t’il ses rêves pour des réalités.

Et puis il y a cette comédie qu’il nous joue en parlant d’opposer le « progressisme » au « nationalisme ». Deux mots qui n’ont pas la même signification pour les uns ou pour les autres. Ou qui ne veulent rien dire pour d’autres. Il se dit qu’il pourrait abandonner cet angle d’attaque qui risque de l’envoyer dans le mur.  Car entre « nationalisme » et « patriotisme » il faut au moins un philosophe pour nous expliquer la différence. Et le « progressisme » c’est quoi ? Un mot creux utilisé par ceux qui n’ont plus d’idées, et qui ont du mal à se sortir de l’immobilisme et voir que le monde a changé autour d’eux. Mais quand ils écrasent une mouche : c’est du « progressisme » !

Aujourd’hui, les députés du Front National sont quand même au nombre de 24, première force nationale à Bruxelles. Mais ils n’ont guère d’alliés. Et ne pèsent rien dans la balance. Demain ? Tous les partis traditionnels en France pourraient bien être laminés encore une fois par l’absence de leaders forts et crédibles dans l’opposition. Seule, Ségolène Royal si elle se présentait ferait un score honorable !? Mais à Bruxelles, être en nombre ne suffit pas. Seule l’union fait la force. Quitte à avoir des alliances improbables. Et on n’aura jamais connu cette situation ubuesque où, quatre mois avant d’aller voter, on ne connait pas encore les candidats et leurs têtes de liste. Quand, jadis, à cette époque, la campagne faisait rage et envahissait nos écrans du matin au soir. On en était saturé jusqu’au dégout. Là on a l’impression qu’on évite de nous en parler.

On peut donc craindre que dans la nouvelles assemblée à Bruxelles (ou à Strasbourg avec ces transports qui nous coutent un « pognon de dingue ») les alliances se fassent et se défassent au jour le jour sans ligne directrice cohérente. Pour la plus grande joie des lobbies ! Et une plus grande défiance encore des citoyens pour un parlement européen qui pourrait être ingérable. Mais le Président Macron n’a pas de vision d’avenir pour l’Europe. Il espère simplement tirer pour lui même les marrons du feu avec l’affaiblissement de la chancelière allemande. Et comment aurait il une vision pour l’Europe alors qu’il n’en a aucune pour la France ?

Et puis ces élections seront aussi un vote «  pour  » ou «  contre  » l’immigration. Et les mauvais arguments du Président qui agite la peur des années 30 pourraient bien se retourner contre lui. Alors que chaque jour ce sont des dizaines de migrants venant de pays en paix, qui passent nos frontières, dans les Alpes, dans les Pyrénées,  sans se faire remarquer. Ils ne se font pas connaitre ayant sans doute été déjà débouté du droit d’asile en Italie, en Espagne ou ailleurs. Ils cherchent plutôt à devenir invisibles.  Ils ne demandent rien, et s’entassent dans ces zones où la République n’ose plus entrer. Ils alimenteront les trafics, le travail au noir, et créeront des enclaves hors de tout contrôle. Et nos dirigeants, de façon sournoise, font semblant de regarder ailleurs.

La grande force des nouveaux députés en provenance de pays Européens hostiles à l’immigration sera sans doute de se fondre dans les partis européens modérés où ils pourront influencer les autres, plutôt que de chercher à former des groupes séparés qui seraient vite marginalisés. Et les grands partis Européens qui perdent l’appui des députés britanniques auraient tort de les repousser s’ils veulent continuer à exister.

Quant à savoir ce que seront les programmes électoraux des partis français qui peinent à trouver des têtes de listes, ce serait bien la première fois si on parlait du sujet qui nous préoccupe pour ces élections  : l’Europe.

Mais on s’éloigne encore un peu plus d’une harmonisation de la défense, d’une même politique extérieure, d’une vision économique planifiée, d’une fiscalité commune à tous les pays. La politique commune agricole a déjà explosée. La concurrence sur les produits que nous mangeons est plus intense entre pays de l’Europe qu’avec les autres pays. Et le glyphosate est roi. Et nos produits industriels sont souvent davantage en compétition avec les allemands qu’avec les chinois qui sont sur une autre gamme de qualité.  Il faut aussi s’attendre à une Europe qui ressemble à la Tour de Babel. Déjà que les nouveaux pays qui ont intégré l’Europe ne veulent se faire entendre que dans leur langue maternelle et mettent en avant leur culture traditionnelle. Jusqu’aux Catalans, Irlandais ou autres qui revendiquent qu’on traduise les textes de la Commission Européenne dans leur langue. A quand les décisions réécrites en Breton, Ch’tis ou Occitan ? Une Europe à 27 pays ou 500 régions ? Où l’on parlerait 50 langues et 80 dialectes. Une élucubration qui est pourtant le rêve de certains à Bruxelles.

Les verts, d’un peu tous les pays devraient voir leur poids augmenter. En s’alliant. Ils représenteraient une force importante. Ce seront peut être eux, la troisième voie. Ou les arbitres qui feront pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Sauf qu’on n’arrive pas à déterminer si ces verts obéissent à des idées écolo ou à une doctrine qui se rapproche plutôt de la gauche de la gauche, se foutant pas mal des problèmes d’environnement.

Pour beaucoup, l’Europe d’hier a vécu et c’est dommage et inquiétant, même si elle était loin d’être parfaite. 

Reste à préserver si on le peut encore ce qu’elle nous a apporté jusqu’alors : la PAIX.

Gersende, à Paris le 9 novembre 2018

(article écrit sur commande, pour le Cercle Gaulliste de réflexion politique et sociale, et destiné à être inséré dans la lettre à leurs adhérents)

-o-

Tags : Cercle Gaulliste de réflexion politique et sociale, Élections Européennes, Brexit, PSE, PPE, Bruxelles, Immigration, IFOP, Sciences-Po, Politique, populisme, Blog-Ardennes, Les Anciens de Sciences-Po, Place Vauban, Côte d’Émeraude, Le Vezinet, Salamanca Place, « quand ils écrasent une mouche : c’est du progressisme », 

 

 

 

 

Aude : pourquoi nos choix d’urbanisation sont tout aussi coupables que les orages, écrit Isabelle Thomas

16 octobre 2018

« c’est vous qui le dites » – « nous publions leurs articles » – « sans commentaires »

Mis en ligne le mardi 16 octobre 2018 par Trait-d’Union-Cabestany, chez Blog-Cabestany.

Blog-Cabestany ne fait plus mystère de ses relations étroites avec des correspondants franco-canadiens dont certains interviennent même parfois dans la rédaction de nos articles.

Isabelle Thomas, diplômée de la Sorbonne, est professeur d’Urbanisme à l’Université de Montréal, spécialiste des risques. Elle est intervenue aux États Unis lors de graves submersions marines dues à des cyclones et défend de nouvelles conceptions d’urbanisme pour s’adapter aux risques qui nous guettent demain, partout, avec le changement climatique.

Elle connait bien notre région, l’Aude, et les catastrophes qui s’abattent sur des villages qui parfois n’ont jamais connu d’inondations durant des décennies. Parce que d’autre, des inconscients, qui ne seront d’ailleurs peut être pas impactés eux mêmes, ont fait n’importe quoi, continuent de le faire en toute impunité, et les ont mis en danger par une urbanisation non maitrisée. Parce que ceux qui construisent, dans leurs propres villages ou villes ne sont déjà pas souvent capables de maitriser les risques chez eux. Quant aux risques qu’ils vont peut être faire courir aux autres……

Isabelle Thomas écrit (extraits) :

Le risque est constitué de deux éléments complémentaire, d’un côté l’aléa et de l’autre la vulnérabilité. L’aléa peut se traduire par exemple par un ouragan comme dans le cas de l’ouragan Katrina,  un tsunami, dernièrement destructeur en Indonésie,  ou encore des orages entrainant des pluies torrentielles comme la France vient de connaitre dans l’Aude. Ces évènements ne seraient pas si catastrophiques s’ils  ne s’accompagnaient pas d’une forte vulnérabilité accentuée par une concentration de la population et d’infrastructures de même qu’un aménagement irresponsable dans les territoires à risques.

Ainsi, l’urbanisation intense dans des espaces naturels fragiles participe amplement à la saturation des sols et l’aggravation des dommages. La région de Carcassonne souffre depuis longtemps des conséquences d’un l’étalement urbain non maitrisé. L’artificialisation et l’imperméabilisation du territoire, le mitage du littoral et de l’arrière-pays engendrent un accroissement du ruissellement sur l’ensemble du bassin versant dont les conséquences sont redoutables.  La crue actuelle de l’Aude aurait atteint un niveau qui rappelle celle de 1891 avec des hauteurs d’eau de plus de 7,90 m. La différence notable est que ce territoire comprend aujourd’hui des collectivités, des infrastructures essentielles plus nombreuses, et des citoyens manifestement peu préparés au risque. Le bilan humain très lourd est d’une tristesse sans nom sur ce territoire qui attire pourtant pour ses aménités….

L’adaptation aux changements climatiques apporte un nouveau paradigme : vivre avec l’eau….. À la lumière des derniers évènements, il convient non seulement de mener une réflexion stratégique sur l’adaptation des bâtiments et infrastructures existants, tout en assurant la prévention et la protection maximale par l’arrêt de toute nouvelle construction dans les secteurs les plus à risques.

Il est donc urgent de revoir les modalités d’aménagement du territoire et de mener des actions concrètes de stabilisation et reconstruction des écosystèmes à différentes échelles en tenant compte des particularités locales.

Isabelle Thomas, depuis Montréal

16 h 00 : Oui, comme vous nous l’écrivez, et comme l’écrit Isabelle Thomas dans son article, ces événements sont d’une tristesse sans nom !

Le dernier ouvrage d’Isabelle Thomas :

La ville résiliente, inondations, comment la construire (par Isabelle Thomas)

 

« Tromperie ? » Des Français appartenant à la classe moyenne payent déjà davantage de taxe d’habitation cette année ! Et si c’était terriblement pire l’année prochaine ?

11 octobre 2018

L’enquête d’Électron Libre

Tromperie, imposture ? Ou ce que vous devez savoir sur l’allégement de la taxe d’habitation promise par le Président de la République. Quelques contribuables appartenant aux classes moyennes vont déjà payer plus cette année qu’en 2017. Mais voilà, cela pourrait être terriblement pire pour la plupart d’entre nous, l’année prochaine !

Électron Libre écrit dans son enquête :

C’est le moment de vérité ? Non pas tout à fait !  Alors que les collectivités en sont encore à se demander, après 18 mois d’exercice du pouvoir, comment on va leur compenser cette taxe qui est essentielle pour l’équilibre de leur budget, certains citoyens ont déjà reçu dans leur boite aux lettres le dernier avis d’imposition concernant la taxe d’habitation de l’année en cours. S’ils sont mensualisés, on leur indique ce qui leur reste à payer ou l’argent qu’on devrait leur restituer – ou ne pas leur prendre – suite à cet allégement « brouillon » promis, comme « on crache en l’air », par ce bien piètre Président.

Selon ce qu’on lit ici ou là, cet allégement concernerait environ 20 millions de foyers fiscaux. Et il s’étalerait sur plusieurs années pour arriver à la disparition complète de cette taxe en 2021. En espérant que cela ne cache pas la pire duperie qu’un pouvoir ne nous a jamais réservée.

Mais qui donc est concerné et de combien ? Et est ce que cet allégement peut compenser la C.S.G. qu’on a rackettée aux retraités ? Une association de contribuables, relativement modérée, a calculé qu’un petit nombre de retraités, les plus chanceux, verront cet allégement compenser – au mieux – 20% de ce qu’on leur a pris avec l’augmentation de la CSG. Et elle refuse de s’engager pour 2019 ou la suite. Tout ça pour ça ?

Lorsqu’on pense qu’il y a encore des français qui se font des illusions sur les intentions de ce Président d’augmenter leur pouvoir d’achat, on a de la peine pour eux. Et pour nous !

On nous dit que 80% des contribuables assujettis à cette taxe, – mais moins de la moitié des Français – devraient voir apparaître un encart sur l’avis qu’ils vont recevoir. Où ils pourront lire  : « A la suite de la réforme nationale de la taxe d’habitation, et alors que vous auriez du payer la somme de : X. euros : vous êtes redevables de X, euros. Et si vous êtes bénéficiaire d’un dégrèvement celui ci sera augmenté l’année prochaine et encore un peu plus l’année suivante ». 

Et concernant les 20% (ou bien plus…. si nos comptes sont exacts) des foyers exclus de cette première réduction ? A savoir, les célibataires – de gros nantis –  gagnant 2 500 euros « bruts » et plus par mois ou les couples gagnant un peu moins du double, et encore à condition d’avoir un ou plusieurs enfants. Ceux là, Macron avait prévu de les oublier complétement ! Le Conseil Constitutionnel en a décidé autrement, considérant qu’il aurait été illégal de les laisser sur le bord de la route. Mais, il y a le fond et la forme. Et on laisse le soin au gouvernement de décider des modalités. Du moment que l’allégement soit d’au moins…… un euro, à l’horizon 2021, cela redevient légal !  C’est ce qu’on appelle la justice sociale ! On est vraiment dans un drôle de pays !

Et comme on est en France, et qu’on prend les citoyens pour des imbéciles, malgré le rabais dont ils bénéficient, certains contribuables qui s’attendaient donc à une baisse de leur impôt vont déjà payer, malgré tout…  un peu plus de taxe d’habitation que l’année dernière !

Comment cela est il possible ? Et bien, ce sont presque 6 000 maires « scélérats » qui auront pris les devants. Craignant de se faire posséder par Macron, ou profitant de l’aubaine, ou sachant que le citoyen n’y comprend rien,  ou parce qu’ils en ont rien à foutre, ils auront déjà alourdi – vaut mieux prévoir – la pression fiscale avant même de savoir si cela avait une utilité. En toute impunité.  Dans certaines communes, cela aura été de 5, 10, voire 15%. Mais est que ce ne sont pas TOUS les Maires qui – concernant l’avenir – y songent le matin en se rasant ! On redoute 2019. Et il se dit que c’est une entourloupe, perverse mais diaboliquement programmée par la Macronie, qui réduit les dotations de l’État aux collectivités, mais  va leur permettre de se renflouer « sur la bête » sans augmenter son propre déficit vis à vis de Bruxelles.

On interroge le Service Communication du Ministères des Finances. On s’entend répondre : « Les collectivités locales ont le droit de pratiquer les taux de fiscalité qu’ils veulent. Le gouvernement les a incité à modérer les impôts, à faire des économies, à ne pas continuer d’augmenter les recrutements (comme c’est bien dit) mais les collectivités sont indépendantes et n’ont de compte à rendre qu’à leurs électeurs». Un héritage de la Gauche. Quel drôle de pays, vraiment, où la France cumule la moitié des communes de la totalité de l’Europe (36 000 contre 8 000 en Allemagne et 60 en Angleterre). Où on fait payer l’impôt à la tête du client,  où certains peuvent vous déposséder en toute légalité du fruit de votre travail ou de votre retraite, pour en faire ce qu’ils en veulent, lorsqu’on poursuit une mère de famille qui aurait dérobé une baguette.  Et comment ose t’on  parler de réforme constitutionnelle pour supprimer quelques députés lorsqu’on ferait mieux de faire passer à la trappe plus de la moitié des élus communaux, départementaux ou régionaux qui nous coutent un « pognon de dingue » ! Cinq à dix fois plus nombreux, et jusqu’à vingt fois plus chers que dans des pays comparables au nôtre ! Mais le comble de l’hypocrisie est qu’ils sont les premiers à se lamenter et nous prendre à témoin. Et on marche dans leur combine ! On n’en sortira pas !

Lorsqu’on sait que dans certains villes de France, bien loin de la moitié qui est la moyenne nationale, c’est plutôt 70% ou plus des foyers qui ne payent pas d’impôts, autant dire que les 30% restant vont « passer à la casserole ». Et les 30%, comme c’est bizarre, c’est nous ! Comme tente de nous l’expliquer cet organisme de sondages qui fait autorité. Et qui nous dit encore que ce sont ces mêmes 30% qui auraient justement voté pour Macron. De quoi devenir fou. Quant à ce syndicaliste, il ironise :  « Il y a des doigts qui se perdent, et pas qu’aux Antilles ! ». On essaye encore de comprendre ce qu’il veut dire !

Alors, faut t’il s’attendre à une hausse généralisée des impôts locaux ?  La taxe d’habitation rapporte un peu plus de 20 milliards d’euros de recettes aux collectivités locales. Et l’État s’est engagé à compenser le manque à gagner. Mais comment ? Et comme au jeu de bonneteau, ne va t’il pas se sucrer au passage ? Surtout quand c’est une députée « en marche » qui le dit. Mais va t’on la virer ou en faire une ministre pour mieux la faire taire ?

A Bercy, un Directeur qui ose prendre la parole, à la condition de rester anonyme,  dit ne pas avoir la moindre idée de la manière dont on pourrait s’y prendre, alors que la plupart des collectivités sont déjà en train de fabriquer le budget de l’année prochaine. Comment cette promesse sera t’elle tenue ? Sinon comme le sapeur Camember obéissant au sergent Bitur. Pour boucher un trou, il suffit de creuser un autre trou et de se servir de la terre de ce dernier pour boucher le premier.

L’Association des Maires de France, elle même,  n’en saurait pas plus. Si on la croit. Il y aurait beaucoup à en dire ! Ceux qui cirent les pompes du Président disent : « on lui fait entièrement confiance ». Mais il en est parmi ceux là à avoir le plus augmenté les impôts chez eux !!! Cela ne les a guère incité à  modérer la pression fiscale ? Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Autant, les élections Européennes se joueront sur le problème de l’immigration, autant les prochaines municipales se joueront sur le fait qu’en matière de pression fiscale, on estime que le Maire prend ses administrés pour des abrutis, … ou non.

Il se murmure quand même qu’une loi est attendue pour avant les prochaines municipales, pour réformer les impôts locaux. Et qu’on n’augmentera plus le taux d’imposition comme on le faisait chaque années dans beaucoup de villes. Mais on augmentera la base !!!! Quelle imposture. Et d’autres paramètres seraient pris en compte !? Va t’on revenir aux années 60 où il y avait une taxe sur les chiens, ou les pianos ?

Alors il paraît qu’à Bercy, mais à tout hasard, on essaie de dresser des statistiques sur ce que possèdent les français et qui selon nos  élites seraient des « équipements de riches » : les portables, les congélateurs, les climatiseurs…. Les patinettes ?  On a connu l’époque, récente, où l’on avait un degrèvement d’impôts si on s’équipait d’une pompe à chaleur, qu’on faisait poser du double vitrage, ou qu’on entreprenait des travaux d’isolement chez soi. Mais çà c’était avant Ségolène, avant Hulot. Et avant ce Président qui n’a décidé de faire des cadeaux qu’aux très riches ! Et nous méprise un peu plus chaque jour.

Alors, pour certains « nantis » qui ont peut être une piscine, il n’est pas trop tard pour la vider et la remplir de charbon. Pour prévoir de pouvoir se chauffer ou faire la cuisine sans payer trop d’impôts. Cela pourra leur être utile lorsqu’ils voudront éviter la taxe sur les chaudières ou les plaques à induction ! Pour ce qui est des jambes de bois…..

ELECTRON LIBRE, écrit à Paris le 9 octobre 2018

 

Pour Maxime Tandonnet : « nous payons chèrement la stupidité d’un régime fondé sur l’illusion et la manipulation, au détriment de la raison »

5 octobre 2018

« Une République à refonder » est le titre de l’article de Maxime Tandonnet après la démission digne d’un vaudeville du Ministre de l’Intérieur. Nous en pense plutôt à « Guignol » cette marionnette qui a bercé notre enfance et qui fut crée au début du 19ème siècle, justement par un ouvrier Lyonnais, un « soyeux » ou un « canut », au choix. Un Ministre de l’Intérieur qui – au demeurant – était un homme agréable à côtoyer, qui a transformé sa ville pour la rendre plus agréable, comme Alain Juppé en a fait de même à Bordeaux. Ce qui ne va pas de soi lorsqu’on voit le naufrage de Paris et l’endettement financier de notre capitale où l’on y pratique une fiscalité cauchemardesque, mais une politique de la ville aberrante. A Paris, où les potions en plus d’être indigestes,  vont finir par faire passer le malade de vie à trépas avec un endettement ahurissant et dont on conçoit mal qu’il puisse être toléré par l’État sans que la ville ne soit mise sous tutelle. Mais la France est elle en meilleure santé ? Pauvres Parisiens. Pauvre Paris où l’on n’y met plus les pieds qu’à contre coeur, à « reculons », tellement la ville a changé, en mal, depuis une bonne dizaine d’années. Après avoir fermé les berges, rétréci les voies, se trouver dans un véhicule du SAMU vous expose à un avenir bien sombre quand il faut trois heures pour rejoindre un hôpital proche !  Quant à la pollution elle aurait plutôt augmenté à cause des embouteillages. Mais quand l’idéologie passe avant le sens pratique. Madame la Maire de Paris n’aura t’elle pas envie d’aller se présenter comme Manuel Valls, quelque part en Espagne ?

Et puis, Collomb, sans lequel Macron n’aurait jamais été roi, se permettait paternellement de donner des conseils à celui qu’il considérait comme son fils. Mais il est, comme partout, des fils indignes, tellement imbus de leur personne, qu’ils foutraient bien leurs parents dans un EHPAD, juste pour s’en débarrasser. Alors Gérard Collomb, surnommé de façon ironiquement méprisante, « son Altesse Sénillisime », par les jeunes foutriquets de la République en Marche qui n’ont montré jusqu’alors que leur incompétence crasse, sera bien mieux au milieu des Lyonnais qu’on salue ! (ils se reconnaitront !)

Mais laissons parler « Maxime Tandonnet » :

La crise politique actuelle, après la démission de deux piliers du gouvernement, M. Hulot et M. Colomb, était largement prévisible. Un système politique entièrement fondé sur le culte de la personnalité et son pendant, la courtisanerie, conduit inévitablement à la débâcle. Il repose sur l’image d’un individu. Quand celle-ci est au pinacle, la cour politique, médiatique, se prosterne devant elle. Mais quand vient la chute, inévitable, l’idolâtrie se transforme en lynchage. Une logique imparable frappe la France politique: émerveillement de l’élection et sublimation lamentable d’un homme, chute progressive dans la déception, fuite dans la communication narcissique et désastreux effondrement de l’image sur laquelle repose tout le système, entraînant dans sa chute l’ensemble du régime. Et dès lors, Nous payons chèrement la stupidité d’un régime fondé sur l’illusion et la manipulation, au détriment de la raison. La question essentielle n’est pas celle de l’acteur principal, mais celle de l’esprit public: les idées et la conscience du bien commun doivent prévaloir sur l’émotion collective autour d’un personnage. La France a besoin de refonder sa république, sa démocratie. Il faut en finir avec le culte de la personnalité, qui est l’apothéose de la stupidité et de la naïveté. Le président de la République a pour mission essentielle de représenter la République française sur la scène internationale. Son rôle n’est pas de frimer, de provoquer, de gesticuler et de parler ou de paraître du matin au soir médiatiquement pour compenser l’impuissance générale et l’absence de politique. Le Gouvernement a vocation à gouverner le pays, prendre des décisions, effectuer des choix et les assumer sous l’impulsion d’une majorité. La Parlement incarne la souveraineté, son rôle est d’exprimer la voix de la Nation, et de contrôler et sanctionner le gouvernement. Le peuple, dans une démocratie, doit être respecté. La classe politique, de l’Élysée au palais Bourbon, n’est rien d’autre que son humble serviteur, dans l’intérêt général. Le principe d’un système fondé sur la vanité et la frime conduit inexorablement au grotesque et à la catastrophe. La République est à refonder.

Maxime TANDONNET

https://maximetandonnet.wordpress.com/2018/10/03/une-republique-a-refonder/

-o-

Et on a honte pour lui lorsque le Président ose aller sur la tombe du Général, à Colombey. Mais le ridicule ne tue pas ! Heureusement pour lui. Et qu’il y prononce des phrases à double sens qu’on essaye de décrypter avec un esprit de modération car on espère qu’il s’agit d’une nouvelle maladresse et rien d’autre. Sinon, on aurait bien envie de lui rentrer dans le lard ! 

-o-

Pour le Président Macron, 3 fois 3 font = 11 ! C.Q.F.D. !

26 septembre 2018

Un article repris, avec son accord,  à partir du Blog de « Théophraste », élu municipal de Droite, dans l’opposition d’une petit ville de province, quelque part dans notre beau pays.

« Théophraste » écrit :

Pour le Président Macron, 3 fois 3 font 11 !?  Je vais vous l’expliquer. Presque la moitié des retraités n’ont jamais payé la C.S.G. Car ces nantis, ces riches, ceux qu’on désigne comme des profiteurs, sont au dessous ou à la limite du seuil de pauvreté. Nous sommes gouvernés par des gens qui nous méprisent. Et leur premier de cordée se trouve à l’Élysée. Par conséquent, cette augmentation scélérate de 25% de la C.S.G., en janvier dernier, ne les a pas concernés et ne les concernera pas davantage en 2019. Mais ils restent les meilleurs « clients » des « Restaurants du Coeur » !

Et puis il y a l’autre moitié : des plus riches encore. Dont la retraite avoisine peut être 50% du SMIC. Mais comment ces « pleins de fric » osent ils encore se regarder dans un miroir ? Lorsque Madame ou Monsieur, veuf, célibataire, a une retraite de 1 000 euros par mois, il n’aura pas vu sa C.S.G. augmenter. Mais si Monsieur a une retraite de 1 030 euros par mois et si son épouse perçoit 970. euros, soit 2 000 à eux d’eux, ces gros capitalistes auront été pris dans les mailles des filets de la Macronie. Par ce Président honni qui n’aime que les riches mais …. en millions ou en milliards. A vomir !

Et voilà que ce Président semble pris de remords. L’hypocrite. A quelques mois des Européennes mais c’est une pure coïncidence. Et il voudrait supprimer en 2019 cette augmentation (pas la C.S.G. mais le surplus) à une poignée de français. Au départ il pensait à 100 000. Mais ces 100 000 contribuables auxquels on pourrait supprimer 10 euros d’impôts chaque année, représentent bien peu. Le Président se sent mesquin. Quel Tartuffe ! Alors dans son incommensurable bonté, il envisage de l’accorder à 300 000 d’entre nous. Pas téméraire, il aura demandé aux fonctionnaires de Bercy de faire une simulation sur 260 000 assujettis. Après tout on peut bien arrondir à 300 000 dans la conversation. Sauf que le résultat est bien en dessous, bien loin des 350 000. millions d’allégement sur lesquels il s’était un peu vite avancé. Oui, mais il ne faudrait pas oublier la farine…… !

Que vient donc faire la farine dans cette histoire ? Eh bien, il s’avère que les boulangers payent la taxe sur la farine. Qu’on leur fasse payer la taxe sur l’huile de vidange des moteurs aurait été plus surprenant ! Et pourquoi cette taxe  sur la farine? Je ne saurai vous répondre. Et pourquoi la retirer ? Je sèche également. Mais tant mieux pour les boulangers. Et si jamais la baguette pouvait baisser de 1 centime d’euro….

Et on va supprimer également deux autres taxes. Sur les 270 existantes recensées officiellement. (Mais il se pourrait qu’il y en aie davantage). Et depuis l’arrivée du nouveau Président, il s’en sera rajouté seulement 17 !!!! Soit presque…une par mois.

Alors si on rajoute le manque à gagner de ces trois taxes supprimées, au « cadeau » sur la CSG pour ces « presque » 300 000 français, ne cherchez plus. J’ai ma calculette. Ça fait exactement 350 millions d’euros. Le chiffre annoncé concernant la C.S.G. Elle est pas belle la vie ? Et nous des citoyens qui nous faisons berner. Quand on mélange la CSG et la farine pour mieux nous enfumer. Ou nous « foutre dans le pétrin ». Mais peut être qu’on aime cela, après tout ?

Dans l’opposition au Maire de ma petite commune, je surveille chaque année, avec intérêt, le budget municipal. Là aussi, on y mélange sciemment les carottes et les chaussettes, les petits pois et l’essence de la balayeuse. On remue le tout dans un chapeau. Et on vous explique que vous verrez votre fiscalité communale augmenter de 5%. Et si vous ne comprenez rien c’est que vous êtes bêtes. Vous n’oserez pas la ramener. Mais n’est pas à cause de votre manque de courage  que tout dérape ? A réélire toujours les mêmes comme des moutons de Panurge ! Et c’est même vous qui fournissez le suppositoire !!!

Pauvre Maire qui ne comprend rien non plus à son budget mais qui a des collaborateurs affûtés pour vous sortir année après année un budget « insincère » mais qui paraît crédible. Qui permettra cette année de nous faire deux ronds points dans des endroits où aucune route n’arrive ! Du moins pas avant 2050 ? Mais ça pourrait aussi bien être un gymnase (pour y mettre des migrants), un foyer pour les jeunes ou pour les vieux. Pas obligatoirement inutile mais surdimensionné par rapport aux besoins des administrés. Et l’équipement aura dépassé allégrement le budget et coûté 3 fois le prix que cela valait.

Mais il est si gentil Monsieur le Maire qui ne rate pas une occasion pour nous offrir un « jaune » à la mairie, avec trois cacahuètes salées. Et parfois une rondelle de saucisson qu’il faut tenir à deux mains pour empêcher qu’elle ne s’envole tellement elle est fine. Et il en profite pour nous raconter n’importe quoi. Et on est assez c.. pour trinquer avec lui ! Mais avec le pastis tout passe. Surtout au 6ème verre quand l’eau commence à manquer et qu’on nous le sert quasiment pur. Et on a aussi un beau feu d’artifice. Et plein d’autres choses mais je crains de vous rendre jaloux. Et pour le repas des aînés, chez nous, on fait danser sur l’estrade « Mistinguett », charmante nonagénaire, pensionnaire des « Coquelicots ». On arrête de remplir son verre quand elle commence à nous raconter qu’elle était obligée de danser pour les « boches » en 43. Fernande, on t’aime !  Ailleurs, on trouvera des majorettes ou une autre attraction du même goût. Mais tant que le pinard est à volonté.

Dans moins de deux ans, ce seront les municipales. Monsieur le Maire se représentera sans même présenter de programme. Il en serait d’ailleurs incapable. Et tous les citoyens de ma ville, qu’il a grugés avec des budgets insincères, se précipiteront pour le réélire. Mais dans votre ville, ce n’est n’est sûrement pas comme cela que ça se passe !

Qu’il s’agisse de Macron, ou de nos élus municipaux, le citoyen n’est t’il pas responsable de ce qui lui arrive ? Un benêt qui est en admiration devant de soi-disantes élites qui ne pensent qu’à lui faire avaler des bobards et le plumer.

Le Général de Gaulle avait tout compris en disant : « les français sont des veaux ».

Théophraste

« ils reprennent nos articles, nous reprenons les leurs ! »

La rédaction de Blog-Cabestany écrit : « Non, cher Théophraste, chez nous ce n’est pas comme cela que ça se passe………… »  Alicia, arrête de rire ! 

Nos barrages hydrauliques bientôt bradés par la Macronie ! René nous écrit : « l’écolo git ».

10 septembre 2018

Georges L Zeter écrit sur AgoraVox :

«  Pendant 10 ans, la commission européenne a voulu que la France privatise ses principaux barrages et les vende à des compagnies privées. D’ici 2022, les 150 principaux barrages (de plus de 20 mètres de haut) seront vendus à la découpe.  6 pays sont en lice pour cette grande braderie, qui verra la France encore une fois de plus perdre de son indépendance, cette fois-ci, énergétique. »

« En plus hier, depuis le Luxembourg et c’est devenu une habitude de faire des annonces importantes de l’étranger, Macron par un tweet, écrit : « Nous allons fermer toutes les centrales thermiques en France. On sera le premier pays à le faire. Ma priorité : une écologie de l’action pour tenir nos engagements »  Comme on aurait dit dans l’autre siècle « d’un trait de crayon ». Le thermique, c’est 5% de l’électricité produite qui disparaîtrait. (Quand les barrages représentent 12 % de la production). Les centrales électriques thermiques dites « à flamme », sont surtout là pour compenser aux heures de pointes :  ça s’appelle « le lissage ». Quant à « l’écologie de l’action » !? »

Georges L Zeter écrit encore : « Quel est le but non avoué de Macron concernant la production d’énergie en France et donc de son indépendance comme entité nationale ? Car, cet homme est à la croisée de vente, ou de fermetures d’usines et ce depuis des années en ce qui concerne la production d’électricité, surtout non atomique. Quels sont les buts non avoués de se « débarrasser » des barrages, fermer les centrales thermiques, mettre des bâtons dans les roues à la production d’électricité propre telle les centrales hydroliennes, ou la fin de la production nationale de panneaux solaires au profit des chinois. »

« Acté dès l’automne 2014 par Emmanuel Macron alors tout récent ministre de l’économie. Au nom du gouvernement PS, il valide la vente de la branche énergie d’Alstom à l’américain General Electric. Tout y passe : turbines, réseaux, énergies renouvelables notamment marines où Alstom excelle, et même les éléments nécessaires aux sous-marins nucléaires français. Officiellement, l’État a défendu les intérêts nationaux en créant des « coentreprises » entre Alstom et General Electric et en obtenant des promesses de garanties de l’emploi… Et on sait ce qu’il en est advenues de ces promesses et des SES promesses…… »

Cet article a une suite, trop longue pour être insérée dans notre blog, et puis on ne va pas copier coller ce que vous pouvez lire sur le site original. Alors pour lire la suite suivez le lien ci-dessous :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/braderie-de-150-barrages-la-france-207456?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

L’un de nos consultants explique à Blog-Cabestany :

Non seulement la France est le seul pays dont l’Europe demande la privatisation des barrages mais en plus les chinois pourront répondre à l’appel d’offre alors qu’on imagine sans peine que demain EDF ne pourrait acheter un barrage en Chine. Des barrages dont par la suite EDF n’aura plus le droit de moduler la production. Devant payer aux propriétaires toute l’électricité fabriquée, qu’elle en ait ou non besoin. Et si notre facture augmente on nous dira que c’est à cause de ces méchants investisseurs qui ne pensent qu’au fric. Mais fallait il leur vendre ? Tout comme on parle de ces requins qui font payer les péages sur les autoroutes. Après qu’on leur a quasiment données ces mêmes autoroutes.  Et comme les taxes aéroportuaires de Roissy sont exorbitantes pour les compagnies aériennes, et surtout Air France le principal utilisateur, on va vendre l’aéroport au privé. Et après ce sera moins cher ???

Ce ne sont pas les idées politiques de l’auteur de cet article qui nous importent, mais le fait qu’on s’apprête à brader nos barrages… ou le reste ! Des barrages qui ne servent d’ailleurs pas tous à produire de l’électricité comme on pourrait rapidement faire la confusion. Mais, quel que soit leur usage, tous provoquent l’inquiétude de ceux de nos concitoyens qui habitent en aval de l’un de ces barrages. Des Français qui étaient déjà inquiets de ce qui pourrait arriver si on entretient ces édifices comme on le fait – mal – pour notre réseau ferré. L’un deux écrit : « prendriez vous encore le TGV si vous saviez  qu’on a vendu les voies sur lesquelles votre train roule à des financiers étrangers qui n’y connaissent rien et n’ont pour objectif qu’une rentabilité à très court terme ? »

Mais il y a pire. Ce sont des millions de mètres cubes qui sont fournis aux collectivités territoriales pour l’eau potable, l’irrigation. Et c’est bien plus que les barrages eux mêmes que l’on va vendre. C’est l’EAU, une ressource soi disant appartenant à tous mais qui sera aliénée par des intérêts privés !

« c’est vous qui le dites »

 

Colette Appert communique à Cabestany !

6 septembre 2018

 

 

Rubriques « Cabestany d’abord » et « Nous, c’est Cabestany »

Colette Appert dit :

Mes conseillers municipaux Phil Gleizes, Nadia Ferhani, Martine Asensio et moi même souhaitons une bonne rentrée à TOUS les Cabestanyenques et Cabestanyencs.

Colette sur sa page Facebook écrit :

https://fr-fr.facebook.com/colette.appertsaris

Et dans le dernier numéro du Cabes’infos, on retrouvera la Tribune de l’Opposition : cliquez sur le texte si vous avez besoin de l’agrandir

Blog-Cabestany écrit :

Avec Colette, avec ses conseillers, ses co-listiers, les militants de la Droite Municipale, nous aurons discuté cet été à plusieurs reprises des dossiers municipaux en cours, de ceux qui seront abordés lors des prochains conseils. On en reparlera très bientôt ……

On aura eu également des contacts avec l’association Trait-d’Union-Cabestany qui se sera rapprochée de plusieurs associations en France traitant d’écologie. Des militants associatifs qui ne se tiennent pas pour autant éloignés des problèmes de notre ville et de ses habitants. Mais qui découvrent, jour après jour, avec quelle hypocrisie on maintient le citoyen dans l’ignorance en matière d’environnement. De cela aussi, on reparlera très vite. Mais leur connaissance du sujet nous sera plus qu’utile !

Nous mêmes, qui avons pris quelques vacances, aurons trouvé du temps pour prendre contact avec des « politiques » à parfois des centaines de kilomètres de chez nous. Avec des élus ou ex-élus, des politologues, journalistes, blogueurs dont certains n’ont découvert l’existence de notre Blog que récemment, ou parce que nous les avons interpellés. Pas grave. Nous avons obtenu plusieurs autorisations pour reprendre tout ou partie de leurs écrits car sans leur accord on ne joue pas à ce jeu là.  Et nous avons échangé bien des idées et allons continuer à le faire.

Et nous avons définitivement compris que ce n’est pas sur TF1, FR2, BFM ou autres, pas plus que dans certains journaux que nous lisons tous les jours,  qu’il faut aller chercher l’info, la vraie, pour comprendre le monde qui nous entoure. A l’avenir, on parlera sans doute bien moins des sujets d’actualités du moment. Et on écrira peut être moins. Quel intérêt de se focaliser sur le prélèvement à la source dont tout le monde parle ? En savoir plus sur le « copain » de Macron qui, par dérision, est surnommé « M. Irréprochable », qui fait l’objet d’une plainte d’Anticor en date du 8 novembre 2017, et qui brigue la Présidence de l’Assemblée, nous parait plus susceptible d’intéresser nos lecteurs et d’oeuvrer pour la Démocratie. http://www.anticor.org/2017/11/09/affaire-ferrand-anticor-depose-une-plainte-avec-constitution-de-partie-civile/

On sera donc moins « politiquement correct ». Mais on n’aura aucune hésitation pour mettre les « pieds dans le plat » lorsqu’on le jugera nécessaire. En reprenant les écrits, les articles de certains qui dérangent mais à qui il faut donner une tribune pour les aider à s’exprimer, n’ayant pas, comme nous, la chance d’avoir des webmasters qui se décarcassent….. bénévolement…  pour qu’on soit même lu – parfois –  hors de France.   Entre la communication de ce pouvoir en place, et les réalités….. quel gouffre ! Mais pour paraphraser un ministre qui vient de démissionner : « arrêtons de nous mentir à nous mêmes !!!! »

Et puis, on n’oublie pas que la plupart du temps ce n’est pas nous qui faisons ce Blog mais VOUS, les lecteurs qui nous écrivez avec assiduité, discutez avec nous de tous les sujets. Que vous soyez ou non d’accord avec nous. C’est la « Liberté d’Expression ». La ligne éditoriale de ce Blog : c’est la vôtre ! Et pourtant il arrive que l’on se demande encore si on vous donne – suffisamment – la parole. On essaiera de faire toujours mieux !

On aurait encore beaucoup de choses à dire ! On les dira plus tard. C’est avec accablement, amertume, angoisse mais également de la colère qu’on aura écouté le Président de la République, ce matin, nous expliquer qu’il faisait des réformes pour que certains en aient « un peu plus dans leur poche ». Quel cynisme, quelle effronterie. Parce que ce qu’il prétend donner à d’autres, et le fera t’il, il le pique dans la poche des retraités. Vraiment, quel bel exemple de gouvernance de la France et d’une politique intelligente !!!  « Donnes moi ta montre, j’te donnerai l’heure ! »

Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ?

« plus tu cries, plus tu hurles, plus tu exiges…… » écrit Héraclite sur son Blog. Mais cela se passe en Suède, au nom de l »homogénéité » !!!

3 septembre 2018

« Ils parlent de nous, ils publient nos écrits. Nous publions les leurs »

                         Héraclite, philosophe grec de l’Antiquité

Héraclite sur son Blog, écrit :

Dans une dizaine de jours auront lieu des élections générales en Suède. Vous savez, la Suède, c’est ce pays d’Europe qui, à ce jour, aurait accueilli le plus de ces « nouveaux » migrants depuis 2014. En proportion de sa population, mais même en valeur absolue. Plus que la France depuis 5 ans !  Mais nous on avait pris tellement d’avance depuis 50 ans en matière d’immmigration. La Suède est un pays qui prône, en donneur de leçons, le multiculturalisme. Il y a même un mot en Suédois, imprononçable et sans équivalent en France, mais qu’on pourrait traduire par « homogénéité ». Homogénéité des peuples, des culture si vous n’aviez pas compris ou fait semblant de ne pas vouloir comprendre !

Le Suédois, c’est ce citoyen accueillant qui est prêt à ouvrir sa maison à un migrant. ET IL LE FAIT ! Le fait dormir sur le canapé, ou lui donne la chambre d’un enfant marié, et subvient le temps qu’il faut (ou qu’il le peut)  à tous ses besoins. Jusqu’à installer une parabole pour que le migrant visionne des programmes auxquels le Suédois ne comprend rien. Lui donner de l’argent pour qu’il aie des loisirs et ne s’ennuie pas. Et on trouve dans les magasins de décoration d’intérieur, des objets que le Suédois achète pour que le migrant accueilli se sente presque chez lui. «Homogénéité ».

Bien de ces beaux messieurs de Gauche, en France, sont POUR l’accueil des migrants. De là à lui donner leur lit……. !!!! Comme à droite, on trouve aussi à gauche des hypocrites et des fumistes. Toujours prêts à nous faire la morale. Pour ce qui des actes concrets…..

L’état Suédois, mais il en est d’autres en Europe du Nord, considère que le migrant n’est pas adaptable tant qu’il ne connaît pas parfaitement la langue du pays et ne se sent pas comme chez lui. Le plus urgent est donc de lui donner un appartement. (on a quand même créé des ghettos, comme en France, ce dont se défend le gouvernement Suédois). Le migrant  reçoit une allocation pour vivre plus que correctement. Le temps – parfois plusieurs années – pour qu’il possède la langue Suédoise. « Homogénéité » ! Ensuite, il pourra se mettre…. au chômage : le pourcentage de ces migrants acculturés qui se sont ensuite intégrés dans le monde du travail est selon une statistique officielle d’environ…. 7%. Il est interdit de rigoler. Mais le discours lui aussi officiel est qu’il faudra sans doute attendre la génération suivante.   Le migrant fera venir ses épouses et sa ribambelle de gosses qui n’attendent que cela. Et après on s’étonne qu’il y ait tant de candidats à l’immigration qui rêvent d’Europe. A qui la faute ? Elle est pas belle, la vie…. en Suède ? Sauf pour certains Suédois !

Dans dix jours, on s’attend donc à un raz de marée en Suède pour un certains parti nationaliste, anti immigrationniste, populiste (le vilain mot) qui a pris la dénomination de « Parti des Démocrates ». Raz de marée ? Relativisons. Peut être jusqu’à 20% des voix. Chez nous on en parlerait à peine. En Suède c’est le ciel qui risque de tomber sur la tête des Suédois. Un séisme. Et l’« homogénéité » qui est en danger à cause de mauvais Suédois ? Tout comme en France, en Suède, il y aurait donc de mauvais citoyens ?

Un parti politique que les mouvements de Droite en Suède qualifient d’extrême gauche. Ceux de Gauche d’extrême droite. Chez nous il serait complétement inclassable ! Une sorte de parti des « gaulois laissés pour compte ».  Un brin nationaliste (et populiste) quand même si on veut être de bonne foi.

Sauf que les électeurs de ce parti sorti de nulle part, ralliés depuis peu, indifférents depuis toujours à la politique, sont des citoyens Suédois qui seraient plutôt sous le seuil de pauvreté. Loin des joutes politiciennes et des petits arrangements. Simplement des Suédois qui galèrent et qui sont excédés. Déçus et amers. Qu’on les traite moins bien que des migrants mais c’est ce qui attend aussi les Français. Car il y a des pauvres en Suède comme en France. A qui l’État dit qu’il ne peut pas faire mieux pour eux et s’occuper « en même temps » des migrants. Vous avez dit « en même temps » ?  Le genre de discours que PERSONNE n’oserait tenir en France. Vous imaginez un Président avouant aux gaulois qu’ils sont considérés comme des citoyens de seconde zone ? Chez nous, on préfère faire les poches des vieux sans leur dire pourquoi. Ou plutôt en leur racontant n’importe quelle salade. Et le pire est qu’avec ce Président des Riches, en France, ça risque de « marcher »

Le Suédois finit par être excédé du comportement de ces migrants qui refusent de considérer que la femme est l’égale de l’homme. Qui hurlent pour avoir des menus correspondant à leur religion. Font changer les horaires des piscines et voudraient des bus qui leur soient réservés.  Qui considèrent que la loi de leur Dieu passe avant la loi Suédoise et qu’il faudrait aller jusqu’à modifier certaines lois de cette Suède, leur pays d’accueil pour les mettre en accord avec leur culture. Des migrants qui en veulent toujours plus ! Et dont les exactions font l’essentiel des rares journaux qui osent relater leurs viols, crimes et délits. Une délinquance qui est en augmentation inquiétante dans un pays où elle était auparavant l’une des plus basses d’Europe. Où certains parlaient même de supprimer les prisons. Mais on a du, par exemple,  embaucher des pompiers pour combattre une spécialité française qui s’est exportée en Suède : brûler des voitures. Et des psychologues en masse pour leur permettre d’endurer la terrible cohabitation qu’on leur impose à vivre à côté des Suédois ! (on pourrait peut être faire émigrer les Suédois ?) Et on subodore qu’il pourrait y avoir des migrants qui vendent de la drogue à la jeunesse Suédoise !!! Impensable. Mais si on se met à croire tout ce qu’on dit ! Tout cela se passe en Suède. Faire des comparaisons avec la France serait mal venu.

Une majorité de Suédois, éduquée dans la bien-pensance et la religion protestante estime encore qu’il n’est pas politiquement correct de parler des réalités. Et qu’il est particulièrement inconvenant (accrochez vous) que le citoyen Suédois exprime son mécontentement dans les urnes ! Mais où devrait il le faire quand il ne descend jamais dans la rue ?  Palsambleu, nous en France, serions donc d’irrécupérables Gaulois ? Des Foutraques ?  Quant à l’homogénéité à la Vercingétorix !

Avant de partir de leur pays qui n’est pas, le plus souvent, un pays en guerre, on a fait la leçon à ces migrants. « Plus tu cries, plus tu hurles, plus tu exiges, et plus l’Européen se soumettra devant toi. » Des propos qu’on découvre dans des journaux publiés en Suède. Écrits dans toutes les langues…. sauf le Suédois. Se moquant ironiquement de ces Droits de l’Homme que l’Européen observe comme une religion dans son pays mais qu’on n’appliquera jamais dans le pays d’origine d’où vient le migrant. Où on y brûle peut être les églises et où on y massacre peut être aussi les Chrétiens. Il y a en effet de quoi se foutre de la gueule de ceux qui vous accueillent les bras ouverts !!! On lit encore dans ces torchons que le gouvernement Suédois ne censure pas pour raison de Liberté d’Expression  : « On doit te donner tout ce que tu réclames ! Sinon, tu te sers et tu le prends toi même. Par la force s’il le faut. Il se trouvera toujours une majorité d’imbéciles pour prendre ta défense » !?

La France n’est pas la Suède, me direz vous ! Et je trouve – même si mon avis n’est pas partagé par tous – que dans notre classe politique entrée en décadence,  Jean Luc Mélenchon est l’un de nos hommes politiques les plus sympathiques et les plus crédibles du moment. Sauf qu’on se demande, lorsqu’il parle de son amour pour les migrants, s’il est sincère ou s’il ne voudrait pas juste que le citoyen renverse la table. Un citoyen qu’il veut désormais séduire par son soudain amour pour l’écologie. Mais un discours sacrément crédible.

N’allez quand même pas me raconter que nos élites ne savent pas ce qui se passe en Suède. Mais à part mon épouse, Suédoise qui vit à Paris depuis 50 ans, le citoyen lambda en France ne s’y intéresse pas. Et je parie que les journalistes français ne vous parlerons pas de ces élections en Suède. Sauf que le Français n’est pas comme le Suédois et qu’il risque de nous mettre un jour les fachos au pouvoir si on n’y prend pas garde.

Car cette immigration sans justifications sérieuses et complètement incontrôlée est un fléau, surtout quand beaucoup d’Européens sont assez crédules et stupides pour vouloir faire entrer chez eux ce Cheval de Troie. Pour se donner bonne conscience. Pour de supposées raisons morales de solidarité envers ces migrants quand « en même temps » ces bien-pensants se foutent pas mal de nos vieux qui crèvent dans les hospices. En France l’immigration sauvage ne met en joie que le MEDEF.

Des propos qui vous surprennent dans ma bouche d’anti-libéral qui s’assume ? Non, juste un avertissement sans frais. Avant qu’il ne soit trop tard. Si ce n’est pas déjà trop tard !

Héraclite

(Avis : texte recopié intégralement à la virgule près, sans modification ni retrait ou ajout, comme nous l’avions promis à l’auteur si nous voulions qu’il nous autorise à le reprendre ; nous nous étions également engagés à ne pas le commenter. Dont acte)

-o-o-

POSTMASTER : Le « Blog d’Héraclite » ? On en a trouvé trois sur le Net qui se disputent le nom, la légitimité, l’antériorité. Mais le véritable site de celui qui a écrit ce texte, ami de l’un de nos amis, n’est pas accessible sans abonnement. Des écrits d’une grande vivacité d’esprit. Courageux. Intelligents. Dérangeants pour d’autres.

Un Blog écrit par un intellectuel de gauche, octogénaire, ancien chroniqueur, essayiste, conseiller et proche du Président Mitterrand. Qui n’est plus dans la lumière. Et qui publie sous pseudo. Et qui aurait voté Sarkozy : une erreur dit il.  Blog-Cabestany en train de virer à gauche ? Pas vraiment. Mais pourquoi ne pas publier un texte sous prétexte qu’il ne serait pas « politiquement correct » ? Pour nous il reflète la sincérité de son auteur. Peut être la vérité ? Et un certain pluralisme. Après tout : « c’est vous qui le dites ».

Héraclite ? Le vrai ! Un philosophe grec non conformiste dans l’Antiquité. S’il revenait de nos jours on l’embaucherait tout de suite chez Blog-Cabestany !!!!   καλωσόρισμα

 

 

 

Le « Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale » vous souhaite une bonne rentrée !

31 août 2018

Le temps s’égrène, mois après mois, depuis l’élection Présidentielle de 2017. Mais où est le changement attendu et souhaité ?

En cette rentrée de septembre, les Français paraissent aussi mécontents, voire davantage qu’il y a un an. Des citoyens qui ne croyaient plus vraiment en l’avenir à la veille de cette importante élection qui date d’un an tout juste. Au point de faire quasiment disparaître la Gauche, de donner un avertissement sérieux à la Droite, sans pour autant – heureusement – croire aux chimères du F.N.

En votant Macron, certains auront voté tout simplement contre l’extrême droite. D’autres auront élu un président « par défaut » comme lorsqu’on rentre dans un magasin en sachant ce qu’on veut acheter et qu’on ressort avec n’importe quoi car on n’a pas trouvé ce qu’on cherchait.

Et puis il y a ceux qui y croyaient vraiment. Et ne leur jetons par la pierre car ils étaient sûrement sincères et pensaient que tout allait s’arranger, en brisant les barrières, en s’imaginant que l’herbe était plus verte à l’autre bout du champ. Dans un embouteillage vous avez toujours ceux qui se croient plut futés que les autres et qui, au risque de provoquer un accident, changent de file en s’imaginant que celle qu’ils ont choisi avance plus vite.  Du moins le pensent t’ils. Celui qui croit que c’est mieux de l’autre côté de la rue est le profil type du Macronien, arrogant, suffisant, qui s’imagine qu’il est plus intelligent que les autres et croit tout savoir !!!!

Serions nous, nous les Gaullistes, nostalgiques d’une époque que nous n’avons pas connue ? La plupart d’entre nous n’étions pas nés ou encore en barboteuse à la mort du Général. Mais nous nous revendiquons des idées du C.N.R., le Conseil National de la Résistance. Nous nous revendiquons des idées de l’U.D.T., l’Union Démocratique du Travail, l’un des deux mouvements gaullistes en 58.

Nous voulons seulement un état fort qui ne brade pas ses autoroutes pour enrichir des actionnaires, qui ne vende pas ses aéroports pour faire plaisir au citoyen chinois. Un état qui répare ses routes et ses voies ferrées. Un état avec des frontières pour empêcher de laisser entrer par camions entiers, drogues, médicaments frelatés, textiles fabriqués par des enfants, sans parler des sans papiers qu’on ne peut accueillir mais qu’on va laisser travailler « au noir » en regardant ailleurs.

Nous ne voulons pas d’un Président qui se couche devant Google, Facebook, Alibaba. Nous ne supportons plus ce Président qui prend ses ordres de Monsanto, concernant le glyphosate. Qui pense que tout va bien puisque demain tous les français auront du boulot….. chez Amazon.
La France était elle repliée sur elle même lorsqu’elle était garante de ses frontières ? Et n’est ce pas le Général de Gaulle, contre toute attente, qui a tendu la main le premier aux Allemands après la guerre, dans une vision d’avenir. Car il était tout sauf anti-européeen. Mais il redoutait que l’Europe devienne un jour ce qu’elle est aujourd’hui : une Europe des lobbies, des cartels, des pourvoyeurs de produits frelatés. Est ce l’Europe que nous voulions ?

La ligne politique du parti de nos amis du parti « Les Républicains », nous satisfait dans l’ensemble.

Ont ils choisi le meilleur leader ? C’est leur problème et pas le nôtre. Mais doivent ils tendre la main à une extrême droite qui veut les étouffer, ou au contraire s’allier à un centre qui s’est vendu comme une fille de joie à Macron. Vouloir à tous prix RASSEMBLER est un piège dans lequel le parti « Les Républicains » ne doit pas tomber. S’il le faisait, nous reprendrions notre indépendance Nous sommes des nostalgiques du R.P.R. Mais qu’on ne nous refasse pas le coup de l’U.M.P.  Un grand salmigondis dans lequel on trouvait tout et n’importe quoi comme dans une trop grande carte de restaurant où il y a tellement de choix qu’on est sur de ne manger que des produits surgelés ou frelatés.

Et fallait il vendre nos turbines nucléaires aux américains ? Brader le peu qui reste appartenant à l’état ? Notre Président, aura été le plus mauvais Ministre de l’Économie que nous ayons eu depuis des décennies. Comment pouvait il devenir un bon Président par un coup de baguette magique ?

Les français ont aujourd’hui compris que le nouveau monde d’Emmanuel Macron était une invention de la sphère médiatique. Ce nouveau monde n’existe pas. Rien que de la communication.  Sauf pour quelques bobos qui habitent le quartier du Marais à Paris, roulent en Smart, ont les moyens de se payer un I-Phone, quand nous avons tant besoin des agriculteurs, des paysans, pour nous nourrir. Qu’un jour nos voitures soient fabriqués par des robots est une certitude. Mais croire que les robots chinois ont besoin de la technologie européenne est une illusion.

Emmanuel Macron est un utopiste, prêt à liquider l’héritage de la France, sa culture, ses racines, s’il s’imagine que cela pourrait faire gagner deux points de croissance de PIB à la France. Et en plus , il est en train d’échouer. Il est prêt à brader l’autonomie énergétique de la France en matière de nucléaire. Importer des viandes bourrées d’antibiotiques. Faire de notre pays, une sorte de Grèce.

L’absence de discours sur l’islam d’Emmanuel Macron est la marque de son aveuglement face à l’influence politique grandissante d’un système religieux politique qui est parti comme une pieuvre à la conquête de l’Occident.

La seule opposition envisageable à cette déroute de nos valeurs est de revenir vers nos propres valeurs gaullistes.

CONSERVATISME, hurlent certains. Nous refusons en effet de nous laisser dominer par d’autres qui ne partagent pas nos valeurs. Défendons la langue française, nos écrivains, nos penseurs. Défendons nos traditions. Investissons dans l’enseignement et la recherche. Si c’est cela être conservateurs, soyons conservateurs ! Rétablissons l’ordre, la justice, la sécurité dans nos rues. Redevenons un pays où il n’existerait plus des zones de non-droit. Ce n’est nullement un repli sur nous mêmes que de vouloir exister, nous appuyer sur nos racines.

La France a besoin plus que jamais de conservatisme politique. Sur un plan culturel tout d’abord, pour maintenir, voire réhabiliter, nos traditions. Ce qui peut être un solide tremplin vers l’avenir. Sinon on bâtit sur du sable ! Notre Cercle Gaulliste est bien conscient qu’il ne pèse rien dans le monde politique, sinon au niveau de ses idées qui font de nouveaux adeptes tous les jours, et surtout depuis un an que nous avons élu pour diriger la France, un Président «  hors-sol ».

En cette rentrée, le Parti « les Républicains » qui a donné de la voix cet été avec Christian Jacob, Eric Ciotti, le Président Larcher, peut et doit jouer son rôle. Mais à lui de nous faire rêver. Qu’il s’en donne les moyens. S’il en a l’audace !

Bonne rentrée

 

L’affaire « Macron-Benalla » laissera « des traces profondes », estime Christian Jacob, selon l’article que nous reprenons d’après le site : « Groupe Gaulliste Sceaux »

31 juillet 2018

Rubrique : « ils relaient nos articles, nous relayons les leurs »

Un site – parmi d’autres – dont nous avons l’autorisation de reprendre un texte, à la condition de le publier sans modification, ni rajout. Et à la condition de publier notre source, ce qui nous parait être la moindre des choses.

Un site dont la devise est : « l’Opportunisme et le Lobbyisme sont incompatibles avec la philosophie Républicaine »

Le titre original : « L’affaire « Macron-Benalla » laissera « des traces profondes », estime Jacob »

Christian Jacob (Photo A.F.P.) le 31 juillet à l’Assemblée

Le texte : Le président du groupe LR, Christian Jacob, a jugé que l’affaire « Macron-Benalla », qui « touche l’État et son chef au cœur » et face à laquelle le gouvernement a « abdiqué », va laisser des « traces profondes », défendant les « contre-pouvoirs », Parlement en tête.

Cette affaire, « qui touche l’État et son chef au cœur », « alimentée par des zones d’ombre, des contradictions, des mensonges d’un grand nombre de protagonistes et de M. Macron lui-même, (…) ne fait que commencer et elle laissera des traces profondes. Des traces politiques et morales pour le chef de l’État et des traces institutionnelles dans l’organisation des pouvoirs publics », a-t-il clamé.

Pour le patron des députés LR, défenseur de la première motion de censure dans l’hémicycle, « les Français ont été et restent sidérés » et « constatent aujourd’hui – et c’est une trahison pour eux – que la République des copinages malsains, elle est de l’autre côté de la Seine, elle est à l’Élysée ».

« Des hauts fonctionnaires à la réputation jusqu’alors impeccable, un ministre de l’Intérieur, un président de la République ont préféré protéger un homme et ses dérives, plutôt que de faire honneur à leur rang », a déploré M. Jacob, pour lequel « l’éclosion d’une forme de police parallèle au service de l’Élysée n’a pu se produire sans le soutien du président de la République ».

Ce « scandale, c’est celui d’un chef de l’État – il l’a reconnu – qui a protégé, qui a privilégié un homme qui lui a rendu des services », « barbouze s’il en est », une formule à l’origine de protestations de la majorité.

« Votre gouvernement, tout particulièrement votre ministre de l’Intérieur, n’ont pas eu le cran de dire stop à une terrible dérive », a accusé cet élu de Seine-et-Marne. « Votre gouvernement (…) a failli par faiblesse, par lâcheté aussi » et « mérite, au-delà du désaveu et de la colère sourde des Français, la censure des députés », a-t-il ajouté, sous des claquements de pupitre de la majorité.

Considérant « urgent de résister à la tendance d’un pouvoir technocratique », M. Jacob a prévenu: « nous ne courberons pas l’échine face à ce projet de révision constitutionnelle qui a été ajourné et que vous seriez bien inspiré d’abandonner ».

« La France a besoin de contre-pouvoirs. L’Assemblée Nationale est le premier de ces contre-pouvoirs », et « l’histoire parlementaire de la Vème République retiendra que, durant 4 jours, au cœur du mois de juillet 2018, l’opposition, ici à l’Assemblée, a été à la hauteur de ses responsabilités », a-t-il vanté.

Et il a lancé à Édouard Philippe (ex-LR) qu’il espérait sa réponse « sans arrogance, sans mépris, en faisant abstraction de votre qualité de très haut fonctionnaire, de votre parcours personnel, d’une forme de sentiment de supériorité ».

Selon le texte du Groupe Gaulliste Sceaux

Mots-clés : , , , ,

Retrouvez l’article original directement sur leur site par un simple clic sur le lien ci-dessous :

https://groupegaullistesceaux.wordpress.com/2018/07/31/laffaire-macron-benalla-laissera-des-traces-profondes-estime-jacob/

« Irréprochables » ! Ou alors nous joue t’on le retour des « barbouzes » ?

19 juillet 2018

Les barbouzes à l’Elysée ? Tome 2 !

dans les rubriques « c’est vous qui le dites » et « sans commentaire »

Un article de notre ami parisien « Électron Libre »

L’humain reste l’humain. En tous temps, en tous lieux, dans toutes les couches de la société, dans toutes les professions, même les plus éminentes, il est , il y a eu, il y aura des brebis galeuses.

Qui cachent leur jeu. Qui trompent leur monde. Et ceux qui sont abusés ne doivent pas être considérés comme les coupables. Ce serait une double peine. Sauf si les victimes se montrent d’un laxisme coupable. Et deviennent complices de ceux qui les trompent.

Mais lorsqu’on est un individu équilibré et que l’on s’aperçoit qu’on a un proche qui n’est pas celui que l’on croyait, on prend des dispositions pour l’empêcher de vous nuire.

On ne citera pas de noms. Tous les Présidents de la République ont eu leur lot d’affaires. Amateurs de comptes en Suisse, de belles chaussures, de dames de petite vertu. Tous les pouvoirs en arrivant nous auront expliqué qu’avant eux, il n’y avait que des méchants, et qu’avec eux, ce sont les gentils qui arrivent. Le Président actuel l’avait promis pendant sa campagne. « Avec moi, cela n’arrivera pas ». De la naïveté ou de l’arrogance ! Nous, on opte pour le deuxième cas. Et si on pardonne la naïveté on pardonne plus difficilement l’arrogance.

Et il y a deux voies différentes à emprunter devant ces affaires douteuses concernant un collaborateur indésirable. Le première est de reconnaître que l’on s’est trompé. Que l’on a été trompé. La deuxième est de maquiller la vérité. Et dans l’entourage du Président, depuis son arrivée au pouvoir, d’autres affaires ont été mises à jour, sauf qu’on ait jamais vraiment senti une volonté du pouvoir actuel de désavouer les coupables ou présumés coupables.

La République restera la République. Il a 20 ans, jeune photographe pigiste, je couvrais une manifestation d’infirmières. Déjà. Qui campaient sous les fenêtres de leur ministre. Sous un gouvernement de gauche qui se voulait proche du peuple. Au cours de la manifestation, quelle n’avait pas été ma surprise de voir deux de mes meilleurs copains de fac, des amis, policiers de leur état, déguisés en casseurs, en tête de cortège. La suite on la devine. Tout partait en eau de boudin. Quelques infirmières, matraquées, deviendront des clientes dans le service d’urgence où elle officiaient d’habitude. On n’était plus vraiment, à mon avis, dans le simple fait divers mais dans une provocation organisée. Par qui ? pourquoi ? Je n’aurai jamais la réponse.  Mes amis policiers m’expliqueront seulement qu’ils étaient de congé ce jour là et passaient par là par hasard. Et ta sœur !

Dans l’affaire qui secoue la Présidence de la République en ce moment, peut être ne doit y voir qu’un simple fait divers, le débordement d’un individu au comportement douteux. On a connu par le passé de grosses affaires qui n’étaient en réalité qu’un différend personnel, une affaire de jalousie appartenant à la sphère privée. Qui faisaient « pschitt ». D’autres affaires passées inaperçues cachaient sans doute une plus horrible vérité. L’un de mes confrères journaliste, un ami, est tombé de son balcon. Un autre……

ALORS QU’EN EST IL DE CETTE AFFAIRE QUI TOUCHE AUJOURD’HUI UN PROCHE DU PRÉSIDENT ?

Moi, je suis journaliste, pas romancier. Je m’en tiens aux faits et pas aux supputations. Mais j’ai ma liberté de penser. Qui ne concerne que moi. Que personne ne pourra m’enlever ! Et si la vérité était ailleurs ?

Électron Libre

POSTMASTER : pour nous c’est « sans commentaires ».

Tags : ils relaient nos articles, nous relayons les leurs. Liberté d’Expression. Liberté de la Presse

« La guerre en Méditerranée » selon l’article de Maxime Tandonnet sur son blog !

28 juin 2018

« ils relaient nos articles, nous relayons les leurs »

-o-

Notre ami Maxime Tandonnet, haut fonctionnaire, gaulliste, conseiller politique à L’Élysée sous Nicolas Sarkozy est un expert dans les problèmes d’immigration.

Ecrivain, essayiste, il a également une Tribune au Figaro comme journaliste.

Sur son blog, l’un des plus lus de la blogosphère, il nous parle de ce qui se passe en Méditerranée en ce moment.

Nous avons relevé certains passages de l’un de ses derniers articles, mais en fin de page vous avez le lien vers son blog si vous avez envie de lire ce qu’il a écrit sur le sujet, de façon exhaustive.

Image issue du Blog de Maxime Tandonnet

 

Maxime Tandonnet écrit

Les dirigeants européens se trompent sur la nature des événements en Méditerranée. Ils les voient comme une affaire d’asile et d’immigration. Or, nous ne sommes plus dans cette logique…..

Nous sommes au contraire dans une logique de guerre pour le contrôle de la Méditerranée. Des réseaux esclavagistes puissamment organisés sont en train de déstabiliser à la fois l’Afrique et l’Europe. Ces mafias criminelles mettent à profit la situation du continent africain et le désarroi d’une partie de ses populations, prises en otage, pour accumuler de gigantesques fortunes…..

Et face à cette réalité, les dirigeants européens qui ne voient rien, n’entendent rien, ne comprennent rien, se montrent d’un aveuglement et d’une lâcheté qui a peu de précédents historiques. Plus ils se déchirent, s’insultent mutuellement et plus ils refusent, par lâcheté de prendre leurs responsabilités……

Plutôt que d’étaler leur impuissance et leur manque de courage face aux mafias esclavagistes, les grands Etats européens d’immigration devraient assumer leur responsabilité devant l’histoire en mettant en place une force navale et aérienne d’intervention collective pour frapper militairement et réprimer les réseaux esclavagistes qui saccagent le continent africain et déstabilisent l’Europe…..

Si rien n’est fait, l’Europe marche au désastre. L’histoire n’est-elle pas un éternel recommencement ?

Maxime TANDONNET

BLOG-CABESTANY : Vous retrouverez en dessous le lien vers l’article intégral de notre ami Maxime avec lequel nous avons un accord de réciprocité sur nos publications. Mais une différence dans le nombre de nos lecteurs, le nôtre étant d’environ 2 à 3 pour 100 du sien. Ce qui pour nous est déjà une réussite, à la constatation de notre audience dans les P.O., et de plus en plus au dehors. 

https://maximetandonnet.wordpress.com/2018/06/24/la-guerre-de-la-mediterranee/