Archive for the ‘c’est vous qui le dites !’ Category

« C’est vous qui le dites » – Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

10 juin 2020

Le commentaire des internautes de Blog-Cabestany

 » Pierre 66000″, de Perpignan écrit :

« La Police a toujours eu une bonne réputation dans le cœur des français.Et puis il y a eu les gilests jaunes, le résultat du mépris de l’éxécutif envers les défavorisés, les soutiers de l’expansion, les petits gens, les précaires, les femmes de ménage, coursiers, caissières, et la liste serait longue. Sous d’autres présidents qui n’étaient pas avares de bonnes paroles même s’ils ne faisaient pas grand chose cela passait. Pas avec ce président méprisant arrogant. La façon dont on a obligé les fonctionnaires de la sécurité publique à se montrer cléments avec les fachos black blocs qui cassaient tout et qu’on laissait casser pour discréditer les gilets jaunes. La façon dont on a traité les gilets jaunes avec des balles de caoutchouc tirées vers le visage. Bombes lacrymo et autres. Et après on s’étonne que la Police ait perdu tout crédit. La responsabilité est à la tête du pouvoir. Fustiger les fonctionnaires de police qui essayent d’arrêter un présumé coupable qui résiste est intolérable. Surtout s’il a un casier judiciaire long comme le bras. Le refus d’obtempérer est dans la loi mais pas appliqué. la plupart de victimes de bavures policieres auraient du etre derriere les barreaux mais relach2s plus vite qu’ils n4avaient été arrete ; Faudra t’il que les policiers dégainent leurs armes pour pouvoir faire un simple contrôle. Ce ministre ancien joueur de poker qui dirige aujourd’hui la police est responsable et lorsqu’il s’érige en juge il est pitoyable. Je vous autorise à reprendre mes paroles. »

« Bernadette », fonctionnaire en activité écrit :

« Lorsqu’un pouvoir est contesté par le peuple. Lorsqu’il ne se maintient que parce que sa police lui obéit, contrainte e forcée, et lorsque ce pouvoir crache sur sa police il se met en difficulté lui même et le pire peut arriver. »

Eric, Officier Supérieur de la Gendarmerie, retraité, précise :

« Rien n’interdit à un fonctionnaire des forces de l’ordre de dégainer son  arme de service s’il pressent un quelconque danger. S’en servir est autre chose. Il se met en retrait et intime l’ordre au suspect à interpeller de rester tranquille. C’est généralement suffisant pour que celui se laisse menotter et embarquer. Quelle est cette nouvelle méthode qui ne correspond pas au Code de Procédure et qui consiste à se jeter à plusieurs policiers sur un suspect, se rouler par terre, risquer d’être blessé soi-même ou de blesser l’individu à interpeller. Comme si sortir son arme de service était un sacrilège. En 35 ans de Gendarmerie, nul sous mes ordres n’a été blessé, ni fonctionnaire, ni suspect. Et n’a eu à remplir un rapport de dix pages pour avoir sorti son arme sans s’en servir ! Mais son utilisation à de rares occasions a sauvé des vies humaines. Nous ne sommes pas des cow-boys, des catcheurs, des sumos. Est ce la hiérarchie de la Police qui interdit à ses subordonnés de ne pas sortir leur arme, par peur pour son propre avancement ? Et au pire, une balle dans le bras, si la situation le justifie, ne provoquera pas la mort d’un suspect par étouffement, et calmera ceux qui seraient disposés à venir en aide à l’interpellé. Ou alors désarmons les policiers et donnons leur des gants de boxe ! ou des confettis à lancer sur les suspects en soufflant dans un mirliton ! 

Blog-Cabestany : sans commentaires de notre part. Et on dirait que la Gendarmerie et la Police ont des méthodes de fonctionnement différentes !? Mais quasiment tous les commentaires que nous recevons sont en faveur de la Police, quand bien même vous tenez à préciser que chaque citoyen, fonctionnaire ou non, doit être responsable de ses actes et qu’il ne peut y avoir de passe-droit. Et que le racisme n’est en rien excusable. Mais si au lieu de courir sans arrêt après les mêmes délinquants, condamnés, qui devraient être derrière les barreaux, et qui résistent mettant leur vie et ceux des policiers en danger, les policiers avaient le temps de faire de la prévention, tout irait mieux. Mais si on en arrive à écoeurer la police  qui préférera rester derrière un bureau plutôt que d’aller se mettre en danger pour faire son boulot, le pire peut arriver. Et les électeurs voteront pour des populistes, ce que cherche peut être ce pouvoir qui fait tout de travers. Et on va finir par penser qu’il le fait volontairement.

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Police/Souvenir : le billet de Maxime Tandonnet

9 juin 2020

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

Nous ne reproduisons pas tous les articles de Maxime Tandonnet, mais celui ci, paru ce matin, aujourd’hui a attiré l’attention de plusieurs de nos lecteurs, dont certains qui se sentent concernés par leurs activités professionnelles actuelles ou passées.

Police/souvenir

La sortie du confinement mental – deux mois et demi sans parler d’autre chose que du covid19 – s’effectue en fanfare avec un zoom géant concernant les accusations de « racisme dans la police ». Mais la nouvelle scène de matraquage médiatique est à sens unique. Certes, des actes inadmissibles s’y produisent, comme dans toutes les institutions, mais il faudrait les chiffrer pour montrer à quel point ils sont ultra-minoritaires. De même il serait utile de rappeler les mesures prises, les enquêtes et les sanctions sévères qui tombent (le nombre de révocations annuelles, plus élevé dans la police que tout autre corps de fonctionnaires.). Il faudrait surtout rappeler quelle est la réalité de la vie d’un policier: en région parisienne, un sur dix est blessé en service, le plus souvent à la suite d’une agression. Et encore ne parle-t-on pas des insultes, des crachats et jets de pierres qu’ils subissent. Cela n’excuse rien évidemment, mais quitte à parler de la réalité, il faut la dire en entier. Voici une petite anecdote, dont je certifie sur mon honneur qu’elle est authentique. C’était il y a trois ou quatre ans, un peu plus peut-être, je discute avec une toute jeune femme en uniforme, affectée dans un quartier dit sensible de la région parisienne. Nous sommes à part, hors présence de ses collègues ou de la hiérarchie. Les yeux sont rougis. « Vous ne pouvez pas savoir ce qu’est ma vie. Il n’y a pas un jour, pas une nuit où je ne suis insultée, traitée de sale pute et menacée de viol ou de meurtre, de viol surtout, et où je n’essuie des crachats. Vous ne savez pas ce que c’est, vous, que de vivre la peur au ventre, du matin au soir ».  Au commissariat voisin, trois policiers s’étaient suicidés, en moins de 18 mois. Attention, je ne dis pas que cela justifie, excuse quoi que ce soit de comportements marginaux qui sont évidemment inadmissibles et sanctionnés. Je dis simplement que quitte à aborder un sujet, il faut l’appréhender dans sa globalité.

(Les sites d’information ou politiques autres que ceux figurant au blogroll ci-joint ne sont pas autorisés à reprendre ce billet)

Maxime TANDONNET

nous ne sommes pas autorisés à surcommenter les articles que nous n’écrivons pas nous mêmes, mais

 continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Migrants étrangers – gens du voyage français : le « deux poids, deux mesures » ! écrit Jacques.

5 juin 2020

Liberté d’expression – c’est vous qui le dites – courrier des lecteurs –

C’est l’époque des grandes migrations au travers de notre pays des « gens du voyage »

Jacques est retraité, ancien Professeur de Droit Public à Montpellier !

L’ami Jacques écrit depuis une petite commune de la région PACA concernant un problème qui touche sa ville, comme tellement d’autres partout en France :

« Tout  existe déjà dans la loi, et il est parfaitement inutile d’en empiler de nouvelles sur les anciennes. Mais encore faut il les appliquer correctement et pas de manière sélective.

Mes propos n’ont rien d’anti-migrants, et surement pas racistes. Mais s’apitoyer, comme on le fait à gauche, sur certains migrants, étrangers, d’une autre culture, qui n’apportent rien à la France, est à la mode. Par des Français qui se disent plus bienveillants que vous mais ne les hébergeraient jamais chez eux. Toujours prompts à dénoncer leurs concitoyens au nom d’opinions politiques réchauffées. Pour démontrer qu’à gauche on a du cœur. Des bons sentiments. On va même jusqu’à demander de régulariser 300 000 sans papiers. On n’a pas de travail à leur donner (sinon les faire travailler au black pendant qu’on envoie des français qualifiés à Pole Emploi). On n’a pas de logements, pas de structures. Quant à la Droite, on dirait qu’elle est rentrée dans son terrier.

Il y aurait entre 200 000 et 500 000 de ces gens dit « du voyage », car il y a ceux qui vivent à longueur d’année dans une maison sur roulettes, et les autres, vos voisins de palier, qui partent sillonner la France dès les beaux jours. Vous n’imagineriez jamais qu’ils font partie de la communauté du voyage et veulent se retrouver entre eux à certaines occasion.  La quasi totalité de ces citoyens est française, et ils itinérent depuis plus d’un siècle en France, au gré des saisons, de leurs occupations. Ils ont des maisons : leur caravane. Ils préviennent des mois à l’avance de leurs déplacements et de leurs étapes souhaitées. Sont prêts à s’organiser avec les autorités. Souvent prêts à payer pour qu’on les reçoivent correctement.

Les « gens du voyage » ne demandent pas la lune. Sinon un bout de terrain, un raccordement électrique, de l’eau, un égout, des containers à ordures. Combien de fonctionnaires, haut fonctionnaires, bureaux, centre de rétention, indemnités aux demandeurs d’asile qu’on ne reconduit jamais à nos frontières. Dont le cout est exorbitant comparé à un bout de terrain inculte. Les gens du voyage ne réclament pas une mosquée ou un temple, un gymnase, ou une Maison du Peuple. Ils ne demandent pas une piscine ou des courts de tennis. Un feu d’artifice ou des pièces de théâtre minables dans une salle inconfortable pour ceux qui croient encore que c’est cela la Culture !   Ils ne viennent pas faire la queue devant une ONG pour qu’on leur délivre un repas gratuit mais préparé selon leurs coutumes. Comme certains de nos migrants, qui ont parfaitement le droit de vivre en paix et que nous nous devons d’accueillir correctement. Mais comme on aimerait que ces étrangers nous manifestent un peu plus de reconnaissance alors qu’on a trop souvent l’impression qu’ils n’ont rien à foutre de nos coutumes. Qu’ils n’ont pas envie de  s’intégrer dans notre communauté nationale.Qui oserait comparer l’intégration des gens du voyage, des français, et ces vagues de migrants qui déferlent par centaines de milliers chaque année en métropole.

Les gens du voyage ne cherchent pas à nous imposer « leurs » croyances. Et lorsqu’ils veulent assister à la messe, se marier, honorer leurs défunts, leur pasteur installe une tente ou un chapiteau. Mais ils ne chercheront pas à vouloir nous imposer leur culture.

Les « gens du voyage » touchent des prestations sociales. Comme les autres français dont ils font partie. Comme aussi beaucoup de ces étrangers qui viennent s’installer en France, mais dont on est en droit de se demander s’ils ne viennent pas chez nous rien que pour nos aides sociales. La plupart des gens du voyage travaillent. Peut être pas tous, direz vous ? Et certains sont « défavorablement » connus comme dirait l’autre.

C’est le prof de Droit qui parle, jusqu’à récemment, les gens du voyage n’étaient pas vraiment considérés par la loi comme des Français à part entière. L’Europe nous l’a rappelé. L’Europe nous a demandé d’appliquer les lois qu’au « nom du peuple français » nos parlementaires ont voté, sans qu’on ne leur demande rien. Mais avaient ils la volonté de les faire respecter un jour ?  Beaucoup des règles qu’on imposait à ces nomades étaient similaires à celles qu’on était censé imposer jadis aux étrangers sur le sol français. Mais qu’on ne leur appliquait pas ! Sauf qu’on s’était mis en tête de le faire pour les gens du voyage qui ne sont pas des étrangers ! Toujours « deux poids, deux mesures ». Mais mon propos n’est pas de me comporter en avocat de cette communauté !!!

Croit on qu’en stigmatisant ces Français qui ont la bougeotte dans leur ADN, on va régler le problème ? Les faire disparaître de la carte. Hitler le voulait. Est ce cela notre référence absolue ?

Les gens du voyage ne respectent pas la loi parce que nous ne la respectons pas. Ne soyons pas naïfs. Ils en profitent au delà du raisonnable et c’est une évidence. Et même ça les arrange car leur loi c’est eux qui la font.  Beaucoup d’élus s’énervent « par devant » de leur occupation illégale de terrains mais les accueillent « en douce » par derrière. Un double langage. Une hypocrisie sans nom.

Nos élus dépensent un « pognon de dingue », le nôtre, pour des équipements inutiles qui les feront réélire la prochaine fois. La loi prévoit qu’on doive consacrer une modique somme d’argent pour faire de grands espaces aménagés pour accueillir les gens du voyage. La loi va jusqu’à dire qu’on peut consigner de l’argent des communes, agglos, pour réaliser ces équipements souvent inexistants. Mais on ne le fait pas. C’est au Préfet de réglementer tout cela. Mais parce que le Préfet n’a pas été choisi par le peuple, la plupart de nos élus, qui se rengorgent d’avoir été désignés par une poignée – souvent non représentative d’électeurs comme le 15 mars 2020 – lui contestent son autorité. L’état ? Nous sommes devenus une République bananière !

Ne montez pas votre mur de clôture de 20 centimètres trop haut sinon vous allez encourir les foudres des services techniques de votre commune qui vont venir vous emmerder, surtout si vous n’êtes pas catalogués comme votant pour la municipalité en place. De l’enfilage de mouches ! Dans ma petite commune où il y plus de résidences secondaires que d’habitants à l’année, c’est devenu le sport national pour la mairie,  sauf si le propriétaire de la maison de 14 pièces passe sur BFM ou qu’il fait du RAP. Et s’il vend des disques ou anime une émission de télé, il peut ériger des murs qui font 4 mètres de haut (pour se protéger des paparazzi). Mais moi, ils veulent me faire casser mon mur de clôture pour un parpaing en trop. Toujours cette différence dans l’application des lois – à la gueule du client – alors que je racontais autrefois à mes élèves que « la loi c’est l’ordre. Mais aussi l’Egalité »

Et c’est comment chez vous ? Dans ma commune il n’y a pas d’espace pour accueillir une aire de gens du voyage, mais il y a une décharge sauvage qui s’étend sur des hectares,  qui pue, qui pollue. Que personne ne surveille. ON NE FAIT RIEN !

Alors continuons de nier le problème. De faire semblant de découvrir qu’un beau matin, comme chaque année, les caravanes sont revenues. Les gens du voyage ont beau jeu de dire que la loi n’est pas respectée et que eux n’ont pas non plus à le faire. Respecter la loi et ensuite les obliger à la respecter eux mêmes serait plus intelligent. Mais pas Français !

Continuons à nous lamenter sur ces migrants que des pays nous envoient par chantage et calcul géopolitique, contre le gré de ces malheureux, car ils préféreraient pour beaucoup rester chez eux et simplement qu’on les respecte. Et que la France ne vende plus des armes à leurs dictateurs pour mieux les écrabouiller. Continuons à vouloir nous montrer humains envers ces migrants qui viennent en France, pour le bonheur des cocos-bobos-écolos. Des étrangers qui ne chercheront pas à apprendre le français et nos coutumes,  qui méprisent notre culture et nos institutions. Leurs enfants seront prêts un jour à défiler pour dénoncer les violences d’un flic auxquels l’un des leurs a refusé d’obtempérer. Mais ont ils défilé pour dénoncer ceux qui ont tué des innocents au Bataclan ? Le problème des « français du voyage » n’est surement le plus difficile que nous ayons à résoudre !!!

Et tout ce cinéma lorsque les gens du voyage s’installent n’importe où, avec certaines complicités de ceux là mêmes qui dénoncent leur invasion. Refaire la pelouse du stade chaque année après leur départ coute plus cher que si on leur aménageait un terrain. Mais je connais des élus de tous bords, qui n’auraient plus l’opportunité de se taper sur le torse comme de grands primates quand les caravanes arrivent ! Bonobos de tous bords, c’est la « lutte finale ».

Nous sommes des citoyens qu’on enfume, auxquels on ne veut faire croire que des âneries. Et ça marche ! Mais ne sommes nous pas les artisans de notre propre malheur ? »

Jacques

Blog-Cabestany : Merci Jacques, qui nous a adressé en copie des dizaines de pages de Lois diverses et variées où on ne s’y reconnait plus mais dont on vous dispensera la lecture. Et nous avons mis Jacques en ligne parce qu’il a bien précisé qu’il n’était ni anti-migrants, ni raciste, ce qui l’aurait disqualifié à nos yeux. Mais s’il avait raison ? A vous de nous le dire.

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Les nominations…….. [expliquées par Maxime Tandonnet]

3 juin 2020

Ils nous autorisent à les relayer ! – Liberté d’Expression – Courrier des lecteurs –

Vous avez dit : « copinage » ?

M. Pierre Moscovici, est une personnalité politique clé de ces dix ou quinze dernières années, membre du parti socialiste, longtemps ministre de l’économie et des finances puis commissaire européen. Il devient premier président de la Cours des Comptes.

Le pouvoir de nomination aux plus hauts postes de l’Etat est un pouvoir que les présidents de la République considèrent comme sacré. En effet, ils ont beaucoup perdu de leurs leviers sur le cours des choses: leur rôle d’arbitrage monétaire avec l’euro, celui d’orienter les réformes dès lors qu’en vérité, le pouvoir normatif est largement passé à l’Union européenne et pour ce qu’il en reste, étroitement contrôlé par le Conseil Constitutionnel. C’est la raison pour laquelle, en compensation, ils parlent et s’agitent autant. Cependant, ils gardent le pouvoir de nommer aux plus hautes fonctions de l’Etat, un pouvoir qu’ils vénèrent car le dernier outil concret de leur puissance. Pour autant, l’usage qui en est fait soulève des questions.

Nous avons des hommes politiques qui sont élus pour représenter la Nation et le cas échéant, agir en son nom. En quoi une carrière politique, de parlementaire ou ministre, de 10, 15 ou 20 ans ou plus, justifie-t-elle, comme un prolongement, la désignation à des fonctions prestigieuses de l’appareil d’Etat? Quelle garantie d’impartialité attendre de dirigeants politiques essentiels, ayant fondé leur vie sur un engagement politique et idéologique? Comment attendre de leur part un jugement impartial de leur propre politique, celle qu’ils ont inspirée, ou qu’ils ont fustigée? Seuls la compétence, le mérite mais aussi les garanties d’impartialité devraient être pris en compte dans l’affectation à de tels postes.

Rien n’est pire pour la démocratie que le sentiment de copinage, c’est-à-dire la classe politique qui se sert elle-même. Le fait du prince, dans ce domaine, dès lors qu’un usage contestable en est fait, perd tout son sens et dans une démocratie, les nominations mériteraient d’être placées sous le contrôle démocratique.

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : Nous avons pris l’engagement de ne pas commenter les publications écrites par d’autres que nous. Mais rien ne vous interdit de NOUS envoyer VOS commentaires ! Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

 

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany – Liberté d’Expression !!!

1 juin 2020

Courrier des lecteurs

Lorsqu’il se dit que ces médailles seraient remises aux soignants mais aussi aux administratifs de l’hôpital qui étaient en télé-travail !?!?

Ce dessin humoristique envoyé par l’un de nos fidèles lecteurs, qui ne précise pas où il l’a trouvé est signé du dessinateur Frédéric Deligne :

http://deligne.fr/

le dessin provient probablement du site Urtikan.net :

https://www.urtikan.net/dessin-du-jour/

Nous recevons régulièrement des liens de la part de plusieurs d’entre vous qui pointent vers le site :

http://lagauchematuer.fr/

ou encore cet article signé « Nanouche » qui provient d’un site qui se nomme « Observatoire du mensonge » :

La Macronie n’est plus qu’un bateau ivre.

Nous n’avons pas de rapports avec ces sites comme nous en avons avec d’autres qui nous autorisent à les publier. Et vous communiquer ces  liens ne nous engage en rien.  C’est la Liberté d’Expression. Et si vous nous envoyez d’autres liens, nous les mettrons en ligne, sous réserve qu’ils correspondent à notre éthique. Qu’ils ne soient pas vulgaires, orduriers,  racistes, diffamatoires, et qu’ils correspondent aux engagements que ce Blog a pris par écrit auprès de la C.N.I.L. La « Liberté d’expression » ne doit pas s’opposer à la « Liberté ».

Mais nous commençons a ressentir les effets de la loi « Avia » sur les médias. « La censure a t’elle été rétablie par le pouvoir ? » se demande l’un de nos amis et correspondants, journaliste à Paris. Sur Facebook, sur les réseaux sociaux, on ne voit pas la différence depuis que cette loi est passée alors qu’elle paraissait initialement comme prévue pour débarrasser Internet de bien des « saloperies ». Qu’elle aura été présentée ainsi mais semble avoir été détournée à des fins de basse et détestable politique politicienne.

Que cette loi que certains d’entre vous qualifient de « scélérate », puisse s’appliquer à la Liberté d’Expression en matière d’idées, d’opinions, de convictions politiques, est une grave régression et une atteinte à nos Libertés publiques ! C’est vous qui le dites mais nous pensons la même chose !

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Les lecteurs de Blog-Cabestany vous suggèrent de signer la pétition pour défendre la Liberté d’Expression !

9 mai 2020

COURRIER DES LECTEURS -LIBERTE D’EXPRESSION – SANS COMMENTAIRES – C’EST VOUS QUI LE DITES

Nous relayons – sans rature ni rajout – la demande de nombreux de nos lecteurs :

Objet: Loi Avia : une arme de censure massive

Chère Madame, cher Monsieur,

Si la loi Avia est définitivement adoptée, tout ce que vous pourrez lire, écrire et regarder sur les réseaux sociaux sera strictement contrôlé…

… et automatiquement censuré.

Le vote définitif de la loi Avia aura lieu le 13 mai 2020.

Il n’y a pas de temps à perdre.

Pour défendre votre liberté d’expression et d’information, s’il vous plaît, signez la pétition :

Contre la censure généralisée sur Internet !

La loi Avia obligera les réseaux sociaux à supprimer, en moins de 24 heures, tous les contenus « manifestement illicites »… ou supposés tels.

Et elle contient un mécanisme de « signalement » qui en fera une arme de censure massive :

– Un média partage un article ou une vidéo sur les réseaux sociaux.

– Un internaute quelconque, qui n’est pas d’accord ou qui est indisposé, décrète qu’à son avis, c’est un contenu « illicite », et il le « signale » en cliquant simplement sur un bouton.

– Aussitôt, le compte à rebours est enclenché : les réseaux sociaux ont 24 heures pour traiter la plainte du délateur, sous peine de lourdes sanctions financières.

Le « signalement », c’est l’outil favori de la bien-pensance, des activistes de l’indignation permanente et de la délation citoyenne.

Nul doute que les réseaux sociaux en recevront des milliers et des milliers tous les jours.

Nul doute, non plus, sur le résultat de cette avalanche de « signalements » impossibles à analyser en 24 heures : pour éviter tout risque de poursuites, les réseaux sociaux censureront à tour de bras, au moindre signalement, sans aucun discernement.

Et comme il suffira qu’UNE SEULE PERSONNE « signale » un article ou une vidéo pour enclencher le compte à rebours de la censure…

… le rouleau compresseur du politiquement correct écrasera tout sur les réseaux sociaux.

Les débats libres sur des sujets sensibles comme l’immigration et l’islam, la PMA et la GPA, seront automatiquement filtrés et censurés.

Et toute l’information que vous trouverez sur les réseaux sociaux sera complètement biaisée.

Contre cette censure généralisée sur Internet, nous devons absolument défendre, tous ensemble, la liberté d’expression et d’information des Français. Pour cela, s’il vous plaît, signez la pétition !

Dans un pays démocratique comme la France, une atteinte si grave à la liberté d’expression et d’information, c’est proprement effarant.

Cette fois-ci, le Gouvernement va tellement loin dans la censure, qu’il a mobilisé contre lui l’ONU, la Commission européenne, la Commission nationale consultative des droits de l’homme…

… et même des associations antiracistes et LGBT.

Cette loi liberticide fait l’unanimité contre elle !

Malgré tout, le président de la France s’obstine :

Après avoir imposé la loi dite « anti-fake-news » pour contrôler l’information,…

après avoir annoncé lors de ses voeux la possible révision de la loi de 1881, qui protège jusqu’à présent la liberté de la presse,…

… il s’attaque à Internet via les réseaux sociaux, où à des médias indépendants qui refusent la pensée unique.

Nous devons absolument susciter une gigantesque vague de protestation dans tout le pays contre la censure généralisée sur Internet, avant le vote définitif de la loi à l’Assemblée nationale le 13 mai.

Et pour mener à bien ce combat essentiel, votre soutien sera déterminant.

Nous avons déjà recueilli des dizaines de milliers de signatures contre la loi Avia. Il nous manque la vôtre. S’il vous plait aidez nous ! Aidez vous !

Si vous ne l’avez pas encore fait ailleurs, signez vite notre pétition :

https://mobilisations.boulevard-voltaire.fr/contre-censure-genralisee-sur-internet/

Jacques écrit à Blog-Cabestany : tous les jours nous recevons des vidéos envoyées par nos amis, qui les ont reçues eux mêmes de tierces personnes, et nous les renvoyons. Sans effacer les adresses reçues, sans mettre tout cela en « copie-cachée ». Blog-Cabestany, en mettant en ligne l’une de ces vidéos pourrait s’exposer à des problèmes incalculables.

Blog-Cabestany répond à Jacques : Merci du conseil. Nous ne mettons rien en ligne sans en citer les sources. Et tout ce qui circule sur Internet est parfois douteux. Mais nous recevons régulièrement des menaces en ne faisant que simplement reproduire des articles de journaux vérifiables ou des liens autorisés car pour certains il n’y a que LEUR vérité qui soit acceptable. Tout cela ressemble souvent à la mare aux crocodiles !

 

Chez Blog-Cabestany on a toujours le même plaisir à vous lire ! Continuez à nous écrire ! On vous aime !

27 avril 2020

COURRIER DES LECTEURS

Et en cette période de confinement, ce ne sont pas les commentaires de nos internautes qui manquent. Ils nous envoient des liens vers des sites internet, vers des articles divers. Ils nous envoient des blagues qui ne sont pas toujours de grande classe, des photos de toutes sortes, des Power Point, des PDF, des RSS, du Youtube jusqu’à plus soif. Jusqu’à leurs propres compositions musicales ou des vidéos dont l’une sur laquelle on reconnait des Cabestanyencs qui font de la batterie en tapant sur des boites de conserves, casseroles, objets plutôt insolites. Mais qui souhaitent la réserver à seulement leurs amis dont on ferait donc partie !? Merci quand même à vous tous !

Dans vos mails, vous nous parlez de tout et de rien. Mais cela tourne autour de cet injuste mal qui nous frappe. Et qui ôte la vie à des gens que nous ne connaissons pas, mais parfois aussi à des amis. A Paris, à Evreux, à Pau, ou dans des endroits peu fréquentés en ce moment de notre beau département. Protégeons nos proches, protégeons nous !

Alors bien sur, nous nous sentons obligés de lire tout et n’importe quoi en ce moment sur internet. Et on n’est pas vraiment capables de faire le tri. Capables de faire la différence entre le vrai et le faux !

On a quand même écouté avec intérêt, en américain, dans ses mots originaux, l’interview de cet éminent Prix Nobel français de Biologie et de Médecine dont la réputation ne semble pas devoir être mise en cause. Pour lui, il n’y a pas l’ombre d’un doute, aucune hésitation possible, ce virus est une fabrication de biologistes compétents qui se sont appuyés sur les moyens de l’intelligence artificielle au travers de gigantesques calculateurs informatiques que l’on compte au monde sur les doigts des deux mains, et qui ne sont évidemment pas à la portée de tous. Des travaux autorisés par un État à son plus haut niveau. C’est donc l’homme qui a fabriqué cette saloperie. Pour lui :  une certitude lorsqu’on a son savoir et ses connaissances en la matière !

On fabrique ici ou là, sur la planète, des armes chimiques, des armes bactériologiques. En Chine peut être plus qu’ailleurs, mais également aux États Unis et même dans nos vieux pays d’Europe. De peur sans doute que le réchauffement climatique épargne certains d’entre nous. Ainsi, à l’aide d’armes nucléaires, de gaz mortels, de mines, de virus, le travail sera complet et la terre redeviendra une planète sans êtres humains. Relisons l’ouvrage de Théodore Monod : « Si l’aventure humaine devait échouer ».

Quant à savoir pourquoi le virus est sorti d’un laboratoire ? L’oeuvre d’un gouvernement de tarés qui estiment que l’Occident est par trop arrogant ou bien la manipulation d’opposants voulant faire tomber ce régime de dictateurs communistes ? Mais rien que dans ce mot de « communiste » tout est dit sur l’absence de considération que des dirigeants peuvent avoir vis à vis de ceux qu’ils dominent et traitent en esclaves….. !!!  Ou encore un accident industriel ou la folie d’un savant qui se prenait pour une sorte de Docteur Folamour, en référence à ce film de Stanley Kubrick, qui date de 1964. Était ce même dans le cadre de la recherche d’une arme létale ou simplement de la recherche scientifique pure ? Même s’il devient probablement de plus en plus rare qu’on dépense des sommes astronomiques pour faire de la recherche sans savoir dans quel but on la fait.

Alors ne vous étonnez plus si en ce moment on a pas vraiment envie d’en écrire  davantage dans ce Blog. Car si c’est pour copier-coller ce que d’autres écrivent déjà, et on le fait parfois, quel en serait l’intérêt ?

Pour taper sur le pouvoir en place, sa communicante débile, le cafouillage de nos élus ? Quelle dérision. Nous sommes tous sur « le même bateau » disait Churchill  en 1941 lors de sa rencontre avec Roosevelt, sur un navire de guerre le « Prince of Wales », au large de Terre Neuve, en des temps historiques graves. Où le Premier Ministre anglais cherchait à rallier les Etats Unis à la défense de l’Occident contre les forces du Mal. Et nous, de Droite de Gauche, citoyens de ce pays, nous sommes tous également sur un même bateau et nous devrons nous serrer les coudes pour essayer de nous en sortir.

On écrit pour rendre hommage à nos soignants ? Oui évidemment. Et si vous avez des idées originales on les reprendra sur ce Blog ! Mais si c’est pour vous démoraliser, ce n’est pas nécessaire.

Alors on espère des jours meilleurs sans savoir quand, ni même s’ils viendront. Mais nos internautes auront constaté qu’on répond à leurs mails. Pas toujours dans la minute, ni dans l’heure. Cela peut prendre une semaine. On le fait surtout la nuit lorsque le sommeil ne vient pas. On accepte de parler aussi bien des élections municipales à Cabestany que sur des sujets de politique générale les plus divers ou d’actualité. Que ce soient trois mots pour accuser réception ou plus pour engager un dialogue, on répond à TOUS !!!

On essaie juste de ne pas rompre le contact avec vous. Car pas besoin de mettre un masque – qu’on a d’ailleurs pas – pour taper sur l’un des claviers de nos tablettes, ordinateurs, téléphones, ou autres. En se partageant entre nous un travail, qui n’en est d’ailleurs pas un. Plutôt un plaisir.

C’est aussi de cette manière qu’on peut ressentir ce que vous pensez, qu’on comprend vos priorités et vos inquiétudes. Les mêmes que les nôtres ! Qu’on sent battre le pouls de nos concitoyens !

C’est ainsi que modestement, on essaie de faire vivre la Liberté d’Expression à Cabestany. Une Liberté bien malmenée ! Lorsque le Chef de l’État fait des allusions au Comité National de la Résistance, nous on veut bien. En se demandant quand même s’il sait vraiment de quoi il parle. Car pour nous le mot « Résistance » semble avoir un tout autre sens que pour lui. Bonne semaine à tous, chers amis. Et continuez à nous écrire !

Postmaster

juste un clic sur le lien ci-dessous pour nous écrire. on s’en réjouit déjà :

blog.cabestany@gmail.com

Jean Vila est il en train de transformer une simple échéance municipale en enjeu de politique politicienne de dimension nationale ?

7 mars 2020

COURRIER DES LECTEURS

xxx

LE TRACT DU PARTI COMMUNISTE. LE TRACT DE TROP ! LE TRACT QUI VOUS FOUT EN COLÈRE !

xxx

xxx

Est ce pour le Maire sortant, ou pour le Parti Communiste qu’on me propose de voter au 1er tour des Municipales à Cabestany, nous demandez vous ? Comme Janine, par exemple, qui s’adresse à Blog-Cabestany !

La « Belle endormie » qu’était Blog-Cabestany depuis plusieurs jours, semble se réveiller brutalement en ce samedi 7 mars 2020, à 8 jours du premier tour, sous un flot de mails qu’on ne s’attendait pas à avoir. Avec une sorte de colère sous jacente.

LA CAUSE ?

Un tract du Parti Communiste, et la venue de Pierre Laurent, Ancien Directeur de la Rédaction de L’Humanité, Secrétaire National du Parti communiste français de 2010 à 2018, Président du Parti de la Gauche Européenne de 2010 à 2016 et Sénateur PCF depuis 2012.

Est ce le fameux « grand coup » qu’on nous disait que Jean Vila préparait ? Ou plutôt la Gauche, une certaine Gauche, devrait t’on dire. Le « grand coup » que le soir des voeux du Maire à Cabestany, on évoquait dans les coulisses. Car ce soir là, au Centre Culturel Jean Ferrat, où l’affluence était plus conséquente qu’à l’habitude, et loin du podium où Monsieur le Maire récitait sa leçon, on y voyait – mais encore fallait t’il les connaître et les reconnaître – des gens qui gravitent plutôt à l’habitude autour du Conseil Régional de Carole Delga ou du Département d’Hermeline Malherbe. Des premiers et seconds couteaux qui sont des « politiques » à défaut – pour certains – d’être aussi des élus. Ces gens comme ceux qu’on trouve dans les coulisses de tous les appareils politiques nationaux, territoriaux, de gauche comme de droite et qui se creusent les méninges pour jouer à ce jeu détestable de préparer des stratégies hasardeuses à la « mormoil ». Des gens pour lesquels ce n’est pas la réélection du Maire sortant qui semblait leur importer (l’interessé appréciera) mais des gens pour lesquels Cabestany, ce bastion emblématique de la Gauche de la Gauche était comme un élément de la ligne Maginot. Et s’il devait tomber aux Municipales de 2020, devenir une brèche dans la ligne de retranchement d’une idéologie moribonde. Jean Vila paraissant devenir le jouet de forces qui le dépassent ! A l’insu de son plein gré ?

Si ce n’est pas faire de la « politique politicienne » que cela, mais qu’est que c’est ? Si ce n’est pas transformer un simple enjeu municipal en enjeu de politique politicienne de dimension nationale, mais qu’est que c’est ? Est ce le 49-3 qui fait irruption dans le débat local ? Ou la survie d’un parti en décomposition qui devrait être plus constructif, plus positif, pour conserver la réelle sympathie qu’il suscitait il y a encore quelques années ? Mais à qui la faute ?

Les Cabestanyencs sont t’ils pris en otage ? Vont t’il devoir se prononcer pour savoir si demain la voirie sera plus propre où pour savoir si le Parti Communiste peut encore se maintenir sur son iceberg qui fond un peu plus tous les jours ?

CAR C’EST CE QUE VOUS NOUS DITES !!!!!!!!!!!!!!!!

Pour Blog-Cabestany, l’affaiblissement d’un parti politique, LR, PS, PCF, ou quel qu’il soit, ne sert pas la Démocratie. Et augure des jours difficiles. Et nous ne nous en réjouirons jamais !

Mais revenons à ce simple mail de « Janine », un mail dont on s’attend – presque – à ce qu’on nous dise qu’on pourrait l’avoir écrit nous mêmes, mais pourquoi se donner cette peine !!!!

JANINE écrit :

« arrivée depuis peu à Cabestany et un peu perdue mes voisins me dise que le maire sortant est un homme synpathique. Mais que l’équipe qui est derrière et qui pourrez un jour arrivée au pouvoir est composé de personnes dogmatiques doctrinaires pour les quels l’idéologie communiste est bien plus importante que la vie municipale ».

Oui, Janine, on pourrait – presque – l’avoir écrit nous mêmes, tant vous nous écrivez ce qu’on pense aussi nous mêmes ! A savoir qu’on est en train de transformer une échéance locale qui concerne la vie de tous les jours de braves citoyens, en joute politique.

Ceci dit, il se trouve que nous connaissons Pierre Laurent (le fils de Paul Laurent ami de « jojo »), avec lequel on s’est « frités » parfois « virilement » (était ce en 1982 ?) et qui n’a rien d’une personne antipathique. On peut se respecter entre adversaires en s’échangeant des « gnons » sur la tronche ! On pourrait même dire qu’il peut être d’un commerce agréable si on perce la carapace d’un homme d’un abord qui semble froid. Mais nous n’avons certes pas les mêmes convictions, quoique…. par moments…. et sur certains points ! Le prétexte pour nous  parler uniquement d’une réforme des Retraites qu’on n’approuve pas non plus, est il sincère ??? Pierre va t’il nous parler du CCAS de Cabestany ? Mais comment y croire ? Nous on pense qu’il s’agit d’une fable pour nous parler de politique et rien d’autre ! Est ce vraiment le bon moment. Et ne cherche t’on pas à nous enfumer, la spécialité de l’équipe sortante ?

Colette Appert n’a pas fait de cette élection locale, municipale, un rendez vous politique. Colette Appert n’a pas fait une campagne de la Droite contre la Gauche. Pour opposer les citoyens les uns aux autres. Pour les diviser ! Pour exacerber les veilles rancunes, les vieilles oppositions. Car on n’en est plus là !!!! Sauf pour ceux qui n’ont pas su mettre leurs pendules à l’heure et appartiennent à un autre monde, usé, dépassé,  où un certain Mur à Berlin était un symbole que d’aucuns adoraient comme le Veau d’Or ! Et nous avons dans nos sympathisants des gens plus que respectables qui votent généralement à Gauche aux élections nationales. C’est Programme contre Programme que nous devrions pourvoir choisir notre avenir. Opter pour l’ALTERNANCE car, quel que soit la couleur politique du sortant, il est bon pour la Démocratie de changer de temps à autres !

CE QUI SE PASSE EN CE MOMENT A CABESTANY AVEC L’IRRUPTION DANS LA CAMPAGNE D’ENJEUX POLITICIENS QUI NOUS DÉPASSENT, NOUS EST INSUPPORTABLE ! !!

CELA NOUS PARAIT MÊME INTOLÉRABLE !

o-

DERNIERE MINUTE :

Beaucoup de nos ainés, population fragile par définition, à Cabestany ou ailleurs, nous écrivent qu’ils ne se déplaceront pas le 15 ou le 22 par peur d’un certain virus. Et que de ne pas reporter ces élections est une folie. Que leur répondre ?  Comment leur en vouloir ?  Nous on n’a pas la solution. On ne rentre pas dans cette polémique. Mais c’est votre Liberté d’Expression !!!  Et nous on pense que le résultat des élections pourrait ne pas être des plus sincères ! Mais cela nous dépasse ! Vous aurez toujours le droit de vous exprimer dans nos colonnes ! Et on pense qu’on a pas fini d’en parler. BON DIMANCHE A TOUS  !

Vous aimez le Programme de Colette Appert pour Cabestany !

2 mars 2020

COURRIER DES LECTEURS

LE BILLET DE ALICIA, NOTRE REDACTRICE CHEZ BLOG-CABESTANY

Alicia écrit :

à la lecture des mails reçus ce dimanche il semblerait que vous aimiez le Programme de Colette Appert pour Cabestany. Mais je ne vais pas commencer à faire l’article et en rajouter. Car tel n’est pas mon rôle !

Vous écrivez :

« enfin un programme clair, compréhensible, qui prend en compte les besoins des gens. Tout y est. Rien de ce qu’on souhaitait y trouver ne manque à l’appel ! »

Que ce programme corresponde à vos souhaits n’est en rien une surprise puisqu’il a été élaboré selon les désirs, les observations des nombreux Cabestanyencs qui, même s’ils n’étaient pas de notre bord, ont voulu y participer. Cela aura même été une surprise que des gens qu’on aurait pensé être des opposants – comme quoi il faut se méfier des préjugés – soient venus nous voir en nous disant qu’il serait peut être temps de faire jouer la Démocratie et l’Alternance. Et nous faire des propositions !!!

Cela explique également que dans la Liste de Colette, on trouve cette diversité de citoyens de toutes les classes sociales, des jeunes, actifs, impliqués, comme des retraités, des « politisés » comme des « déçus de la politique ». Des « moi je m’abstiens d’habitude mais cette fois je veux participer à la vie de ma ville pour demain ». Tant mieux !

Reconnaissons humblement que plusieurs d’entre nous se réclamant de tel ou tel parti en ont pris plein la tronche. Et ça nous a fait sans doute du bien. Et on a parlé de Cabestany et rien que de Cabestany. Et Colette Appert a su intelligemment canaliser les ardeurs, les revendications, les espoirs de tous dans un programme abouti mais réfléchi. Ou rien ne s’apparente à des promesses non tenables. A des « demain, on rase gratis ».

Que de choses nous auront surpris durant cette avant campagne des Municipales. Ainsi aurons nous été obligés sur bien des points de faire table rase du passé mais rien de tel pour mieux préparer l’avenir. On s’attendait à ce que vous nous fassiez des compliments sur le fait que Colette Appert avait pleinement joué son rôle d’opposante depuis 2014. Laborieuse, assidue, positive et constructive. Certains auront préféré dire :  « après tout elle n’aura fait que son boulot et ce qu’on attendait d’elle ». Oui, vous avez aussi le droit de le dire ! C’est votre Liberté d’Expression.

Mais quand vous rajoutez  » on ne voit qu’elle pour incarner l’avenir et l’Alternance » on se dit que vous n’êtes peut être pas aussi insensibles qu’il y parait aux efforts qu’elle a déployés et  qui lui permettent aujourd’hui de vous présenter un programme aussi cohérent et porteur d’espoir. On a aussi bien compris que vous seriez attentifs et vigilants et que vous attendriez des résultats. Normal !

Je devrais écrire encore plusieurs pages si je voulais retranscrire tous vos écrits mais je ne peux passer à côté de ce qui m’aura le plus surpris. Quand vous nous dites, et vous être nombreux à le faire :

« J’ai une absolue confiance en Jean Vila. Je n’ai jamais hésité avant de mettre son bulletin dans l’urne. Mais cette fois ci, quand je vois l’équipe qu’il a derrière lui pour le remplacer, je m’inquiète et je pense qu’il est temps de changer son fusil d’épaule ».

Que dire de plus ? bonne semaine à tous. Et si vous souhaitez avoir le Programme de Colette Appert en PDF pour l’imprimer (mais vous l’aurez bientôt dan votre boite aux lettres) juste un clic ci-dessous.

Programme Colette Appert

« Amateurisme ou suffisance de soi ? ». La photo de groupe du « Candidat Jean Vila » poserait elle un problème ? C’est du moins ce que vous écrivez à Blog-Cabestany !!!

18 février 2020

« Courrier des lecteurs » – Liberté d’Expression – Démocratie

La photo de groupe d’un candidat qui n’est n’est pas au dessus des autres et qui utilise la photo de la Mairie et Marianne en arrière plan.

Au 21ème siècle, un candidat que le fait d’être le « sortant » ne place pas au dessus des autres, et parce qu’il a peur de perdre son fauteuil, peut il – légalement, moralement ou pour tellement d’autres raisons –  se servir encore de vieilles recettes éculées et utiliser certains symboles à son profit pour chercher à influencer de façon détournée les électeurs ? NOUS N’AVONS PAS LA RÉPONSE ! Mais telle est la question on ne peut plus claire et simple que vous vous posez. Nous sommes entrés dans une époque – bonne ou mauvaise –  que certains qui appartiennent au vieux monde, et qui n’ont pas été capables de mettre leur pendule à l’heure n’imaginaient pas être révolue. Mais en 2020, vous n’acceptez plus d’être dupés par ceux qui vous « auraient » embobiné durant autant d’années. Et nous, nous ne faisons que faire vivre VOTRE Liberté d’Expression.

Le Billet de la Rédaction de Blog-Cabestany

Le commentaire de l’un de nos internautes, laissé sur le site de Blog-Cabestany, en est la preuve. Il ou elle, écrit :

« Je n’ai jamais vécu, habité, voté à Cabestany. Déjà je ne m’intéresse pas aux Municipales bien trop surchargée par mon travail et de plus je suis en grève par la faute de ceux qui veulent nous spolier notre retraite. Et je n’avais aucune chance de tomber sur ce document de campagne mais il trainait sur le bureau de l’une des salariées de notre cabinet. Une collaboratrice qui vient de Cabestany. Sauf méprise de ma part, le candidat sortant de cette ville se fait photographier avec son équipe devant sa mairie et sous la statue de Marianne. Ça pourrait même être une photo montage ? Une démarche contraire à la déontologie électorale que l’on m’a enseignée il y a certes bien des années. Un point sur lequel mes collègues juristes sont tout à fait d’accord avec moi et qui pourrait de l’avis de certains faire l’objet d’un recours. Et j’aime la liberté de ton de votre blog qui ne semble pas être sous influence pour nous formater l’esprit ».

BLOG-CABESTANY répond :  Merci pour votre fidélité et merci pour cet éclairage sur une situation qui ne devrait même plus nous choquer tellement nous y sommes habitués depuis tant d’années. « Photomontage » dites vous ? Ou photo juste un peu retouchée aux entournures ? Ou pas ! Nous on laisse à nos lecteurs le soin d’en juger si c’est ce qu’ils pensent. Et d’ailleurs qu’importe ? Mais s’il s’agissait de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, il n’y aurait rien de nouveau. Un « amateurisme » pour beaucoup d’entre vous, dénoncé à chaque parution du Cabes’Infos. L’équipe de communication municipale ne démontre guère qu’elle maitrise vraiment son métier mais qu’elle est avant tout animée par un dogmatisme qui l’aveugle dans ses choix. Quant à cette « suffisance de soi » de la part de celui qui n’est qu’un simple candidat, comment s’en étonner. La photo cherchant – à votre avis – à faire passer dans l’esprit des électeurs un message subliminal : « j ‘y suis, j’y reste ». C’est cela qui vous est insupportable !

Le candidat sortant a encore largement le temps de rectifier son document. La balle est dans son camp. Car persister dans son choix serait le signe qu’il ne s’agit pas d’une faute de communication mais d’une manipulation réfléchie. Sauf s’il se croit être le propriétaire de la Mairie et de nos suffrages. Sauf s’il croit pouvoir utiliser certains symboles pour son seul profit. Sauf s’il croit que la Démocratie peut s’accommoder de petits arrangements, ce qu’il aura déjà démontré à maintes reprises, ne serait ce qu’en censurant l’Opposition dans le journal municipal.

Mais Colette Appert, telle que nous pensons bien la connaître n’est en rien une procédurière, une « Plaideuse » façon Racine ou Aristophane. Elle est droite, loyale, sincère et pour elle (sauf si l’élection se jouait à une poignée de voix) c’est le choix des électeurs qui lui importera. Car ce n’est pas cette arrogance des sortants qui devrait faire changer en profondeur les résultats. Du moins l’espérons nous. Et nous sommes encore capables de raison garder et de ne pas nous enflammer devant des artifices d’un autre temps.

Mais cette façon bien symptomatique d’étaler cette suffisance de soi nous est chaque jour un peu plus intolérable et difficilement supportable. Voilà pourquoi nous mettons tous nos espoirs en Colette Appert. Voilà pourquoi nous espérons voir enfin arriver l’ALTERNANCE qui nous apportera un peu d’oxygène et le gage d’un changement attendu par tous ceux qui ne bénéficient pas du clientélisme qui sévit depuis trop longtemps à Cabestany. Pour le reste, nous ne maitrisons pas tout, hélas !

Et encore merci à tous ceux qui nous écrivent en ce moment mais la seule campagne à mener est la campagne officielle de la candidate que nous soutenons et pas celle que nous pourrions mener en parallèle en mettant en ligne vos écrits qui ne manquent pourtant pas de pertinence et d’intérêt. Mais ne mélangeons pas tout.

Et puisque vous avez des idées et que vous vous intéressez à ce que sera Cabestany demain, contactez directement la candidate Colette Appert et son équipe de campagne ou prenez rendez vous à sa permanence du centre du village pour la rencontrer en personne. Mais des membres de son équipe s’y trouvent le plus souvent !  Voilà en quoi vous pouvez être utiles. Voilà en quoi vous avez entre vos mains le pouvoir de faire changer les choses. On compte sur vous ! Et on y croit !!! Et ce n’est pas une gesticulation médiatique, vous semblant pour le moins douteuse et même contre productive, qui pourrait vous déstabiliser. C’est du moins le sens de votre expression écrite. Et en cela vous nous rassurez ! Continuez donc à nous écrire avec la même motivation. On vous aime, TOUTES et TOUS !

La Rédaction

Venez voir notre page Facebook à l’adresse suivante :

https://www.facebook.com/Cabestany-Au-Coeur-Colette2020-103009297778265/

Contactez nous par email : juste un clic ci-dessous

cabestanyaucoeur@gmail.com

Retrouvons nous à notre permanence au centre du village,

2 rue Celestin Freinet : téléphone 06 07 78 90 88

TAGS : Colette Appert – Cabestany au Coeur – Municipales du 15 mars 2020 à Cabestany dans les Pyrénées Orientales – Occitanie – France – Pour l’ALTERNANCE à Cabestany – Liberté d’Expression – Démocratie – Pour une fiscalité maitrisée – pour la sécurité des personnes et des biens – pour un développement durable intelligent – pour vivre mieux demain à Cabestany

Avec « Trait-d’Union-Cabestany », signez la pétition de « France Nature Environnement » pour protéger nos points d’eau des pollueurs !

21 décembre 2019

« L’eau est l’un des nos biens les plus précieux » – « L’eau appartient à tous » – comment peut on laisser des pollueurs empoisonner « légalement » nos points d’eau ?

En 2018, un nouvel arrêté ministériel introduisait un grand flou concernant la surveillance, la classification des cours d’eau. Un amateurisme, voulu ou non, qui permettait de faire disparaître des cartes de nombreux cours et points d’eau. Pourquoi ? Pour donner davantage de liberté aux pollueurs d’utiliser ces poisons qui finissent dans nos rivières ? Pour ne plus ennuyer ces puissants dans leur sinistre besogne ? Des gens qui nous méprisent et font passer leur petits intérêts financiers avant notre santé (n’ont ils pas de famille?) Pour transformer des coupables en innocents légaux ? Dans un pays ou le terme de « polleur-payeur » semble être du pipeau !!!

Chez Trait-d’Union-Cabestany, une association militante mais sans gros moyens, il n’est pas question de faire davantage le procès de l’État, du gouvernement, plutôt que de l’Administration, des Syndicats Agricoles, ou de tel ou tel organisme corporatiste, de telle ou telle personne. Mais nous nous rendons compte chaque matin combien on cherche à nous maintenir dans une ignorance absolue en matière d’environnement. Alors nous nous documentons. Et nous apprenons. Nous progressons dans la compréhension des problèmes quand le chemin sera encore long. Car sans pour autant devenir des ayatollah de l’écologie, nous estimons qu’avoir un minimum de connaissances des problèmes de l’environnement qui nous entoure est une démarche Citoyenne. Au service de TOUS.

Voir l’article de la FNE : https://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=10714

Une façon de responsabiliser nos élus ! De les informer si besoin était. La meilleure façon de faire étant de travailler avec eux, à leurs côtés, en bonne intelligence. Et à Cabestany avec Colette Appert, nous avons trouvé une personne raisonnable et raisonnée. Qui sait raison garder. Qui ne risque pas de tomber dans les excès. Mais qui considère que l’environnement est à prendre en compte dans chaque décision. Et cela pour nos enfants, car  nous mêmes ne nous faisons plus beaucoup d’illusions et sommes sans doute dans ces « pisseurs de glyphosate » qu’on a empoisonnés à l’insu de notre plein gré. Mais si on pouvait éviter cela aux générations à venir.

Car nous avons l’utopie de croire que tout point d’eau devrait être protégé par une zone – à définir – de non traitement de pesticides et produits chimiques. Une zone supérieure aux 10 mètres que nous pensons que le gouvernement va décider. Ce qui serait pour nous une reculade face aux lobbies. Une soumission devant la finance. Quand il faudrait sans doute 150 mètres !

Des maires courageux (ça existe), des associations et citoyens se sont mobilisés. Plusieurs dizaines de maires ont édicté des arrêtés pour interdire l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations dans leurs communes.

Demandez avec nous le droit de vraiment vivre #LoinDesPesticides. Signez la pétition en allant sur France Nature Environnement :

https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition-interdisons-l%C3%A9pandage-de-pesticides-%C3%A0-c%C3%B4t%C3%A9-des-habitations?utm_source=mail&utm_campaign=mob_decembre

Tags : Trait-d’Union-Cabestany – Colette Appert – environnement – France Nature Environnement – pesticides et produits chimiques – mangeons bio – boycottons les fruits et légumes bourrés de saloperies qui nous tuent à petit feu –

 

« Pourquoi commémorer le 5 décembre ? », écrit Richard, le prof d’histoire !

7 décembre 2019

« Liberté d’Expression » – « C’est eux qui le disent »

« Appelés » en Algérie !

Richard est beaucoup publié, ici ou là, dans des magazines ou revues. Et il concocte pas mal d’émissions pour la télé. C’est un ancien professeur d’histoire à la Sorbonne.

Richard écrit :

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, ce que la France nommait « Son » Empire est secoué de violents soubresauts. De l’Indochine à Madagascar. Les pays d’Afrique Centrale dont les contours ont été dessinés de façon aléatoire et imbécile par la France vont se gérer eux mêmes. Le Maghreb n’est pas épargné. La Tunisie et le Maroc sous protectorat vont devenir libres. Mais pour l’Algérie il en ira autrement. En 1848, la Deuxième République, puis plus tard Napoléon III vont considérer que rattacher l’Algérie au territoire national est une nécessité pour asseoir le prestige d’une France qui entend rayonner sur le Monde. Même si l’Algérie est perçue depuis Paris par les rares  qui y ont mis un jour les pieds, comme une terre « avec beaucoup de cailloux, et seulement quelques chèvres ». Inutile d’évoquer les gens qui y habitent et qui ne semblent pas compter. On ne leur demandera d’ailleurs jamais leur avis.

Qu’on le croie ou non, les colonies n’auront jamais enrichi la France, mais seulement rendus immensément richissimes une poignée de Français.

On va engloutir d’énormes sommes d’argent en Algérie. Des montants ahurissants qui dépassent l’entendement. A fond perdu. Et mal. De l’argent qui réparti sur le sol français aurait peut être rendu notre état moins faiblard et n’en aurait sans doute pas fait cette proie facile, à trois reprises, pour l’envahisseur d’outre Rhin. Même si le raccourci n’est pas évident pour tous, s’obstiner à vouloir raccorder l’Algérie à la France, dilapider notre argent, entretenir une armée  au Maghreb, aboutira à ce qu’on perde l’Alsace et la Lorraine ? Quel gâchis ! Mais vous ne lirez jamais cela dans un manuel d’Histoire. Et personne n’en tirera les leçons. On a construit des ponts au Laos mais en 1914 on n’avait encore que les pétoires de 1870 pour se défendre. On a fait des routes qui menaient nulle part, partout dans la brousse, mais en 1939 on n’avait encore que les canons de 1914 !

Dans cet Empire, on aura tiré des fils électriques de quoi faire plusieurs fois le tour de la Terre. Mais pas construit trop d’écoles ! Un illustre de nos grands soldats, aujourd’hui disparu, raconte dans ses Mémoires : « Au fin fond de l’Algérie où j’ai servi longtemps on avait l’électricité. Dans ma ferme natale des Côtes d’Armor, en Bretagne, on aura du attendre 1953 pour être raccordé ». Et le téléphone fonctionnait mieux à Oran qu’à Lyon. Le Prestige imposait qu’on possédat un Empire quand les Français demandaient des salaires décents et des conditions de travail humaines. Ainsi, on aura eu le « Front Populaire », Munich, et la Guerre. Puis Dien Bien Phu. Et si on ne pouvait refaire le Phare d’Alexandrie, une des merveilles d’un monde ancien, on aura fait de la Poste d’Alger, le (presque) plus beau bâtiment du monde. Le sang des Français va couler devant cette Poste, rue d’Isly. A cause d’autres Français qui leur tiraient dessus !

Que les Algériens aient leur nation était sans doute légitime. Etait ce aussi légitime, que sitôt l’indépendance acquise, ils se précipitent vers la France plutot que de construire leur pays et en faire une démocratie. On voit le résultat aujourd’hui ! Quand les algériens parlent sur le sol français de leurs droits, ils semblent oublier que les pieds noirs aussi avaient des droits. Et on a accueilli ces Algériens qui nous ont foutu dehors comme des héros. On les aura naturalisés, pour qu’aujourd’hui ils se permettent de juger la France sans la moindre gratitude.

La France n’aura jamais voulu être comptable des milliers (ou dizaines de milliers) de supplétifs algériens massacrés par leur « frères » sur les quais en 1962 parce qu’on ne voulait pas d’eux en France. Pas plus que la France aura des remords pour tous ces pieds noirs massacrés après les accords d’Evian. Mais la France ne montre aucun remords  à avoir ouvert ses portes à des Algériens au nombre desquels il y avait – peut être – les égorgeurs de harkis ou pieds noirs. Alors qu’on n’avait pas vraiment accueilli comme on aurait du le faire,  les pieds noirs. Mais les pieds noirs on en parlera bientôt plus !

Trop de femmes et d’hommes, trop de civils ou militaires, quel que soit leur camp ont perdu la vie dans ce naufrage au Maghreb.

Une loi a décidé que le 5 décembre, officiellement et de façon légale, on rendrait hommage à toutes les victimes de ce qu’on mettra trop longtemps à appeler une guerre. Car il ne s’agit en rien de la commémoration d’une victoire mais de la reconnaissance par la France d’une tragédie autant pour les Français que pour les Maghrébins. Cette guerre, trop longtemps considérée comme une « opération de maintien de l’ordre ».

Laissons, ici ou là, des nostalgiques du bolchévisme, défendant une idéologie dépassée, continuer de partir en kermesse le 19 mars en tapant sur des tambours, en soufflant de façon pitoyable dans des zuzuzémas. Se réjouissent ils du malheur d’autres Français ? Car ces pieds noirs traités de colonialistes vivaient pour la plupart sous le seuil de pauvreté. Pour eux, c’était « la valise ou le cercueil ». Mais n’était ce pas ce que les dirigeants voulaient des deux côtés de la Méditerranée, en faisant abstraction de la souffrance des gens ?

En ce monde où nous vivons et où jamais les périls n’ont été aussi grands depuis des décennies, cela vaut la peine qu’on s’inquiète de l’avenir. Plutôt que de se focaliser sur des dates qu’on n’essaye même plus d’apprendre à nos élèves. L’Histoire ? Ils n’ont en plus rien à foutre ! Quand dans l’école primaire en face de chez moi, mixité oblige, un élève sur cinq ne croit même pas que le Terre soit ronde !!!!

Votre ami Richard

Blog-Cabestany : chacun a le droit d’exprimer sa pensée si l’on est toujours dans un pays de Liberté !

 

 

« Hommage aux Fils de la France »

2 décembre 2019

« Courrier des lecteurs »

Nous sommes dans le temps de rendre l’hommage national à nos soldats Morts pour la France. Morts pour Nous !  Et pas dans le moment de polémiquer. Mais nous ne polémiquerons pas davantage demain.

Globalement, les lecteurs de Blog-Cabestany, comme nous mêmes, comprennent l’engagement de nos forces armées dans des Opérations Extérieures. Nos compatriotes risquent leur vie pour protéger la nôtre et ne pas le comprendre serait leur manquer de respect !

Bien sur quelques voix s’élèvent ici ou là, venant de personnes, dont on ne remet pas en cause le patriotisme, mais qui semblent avoir des positions obtuses et figées parce que correspondant à une idéologie gauchiste d’une autre époque. Qu’elles suivent par aveuglement et sans le moindre discernement. Mais c’est la ville de Cabestany qui appartient à une autre époque où depuis longtemps on a cessé de réfléchir, et où on laisse des petits maitres à penser nous dirent comment on devrait se comporter. « Il n’y a que l’esclave qui dise oui ! » écrivait Albert Camus. L’Historien ajoutera que ce sont les esclaves et eux seuls, qui se sont affranchis – par eux mêmes – de leur condition. Car il vaut mieux ne pas trop attendre des autres. Car il ne faut jamais donner la permission aux autres de guider son propre destin. 

Heureusement dans notre ville, il se trouve encore des forces qui ne demandent pas aux autres l’autorisation de penser ou de raisonner et le font selon leur libre arbitre. Et si vous êtes globalement d’accord avec l’engagement de nos militaires et comprenez le sens de leur sacrifice, vous y mettez parfois quelque bémol. Comme Elsa, l’une de nos fidèles lectrices d’une ville mitoyenne de la nôtre. Dont on ne remettra pas en cause les valeurs de patriotisme, de civisme et d’attachement à la Nation.

Elsa de Saint Nazaire écrit :

« petite fille de résistant fille d’un militaire de métier qui s’est battu partout pour notre pays et a été blessé mais va profitée de sa retraite bien méritée je n’ai aucun doute sur le fait qu’il faut continué de combattre le terorisme au sahel. J’ai de la tristese et des regrets de voir que les Fils de France vont mourir pour empechés les djiadistes du Mali de s’emparer de ce pays quant les Fils du Mali au lieu de se battre pour defendre leur pays se précipitent chez nous pour touchés les prestations sociales et nous gonfler en nous parlant de leurs droits. Quels droits ? Le droit des déserteurs qui vont envahir un autre pays que leur pays et crient qu’on leur envahient le leur en esperant qu’on va risquée notre peau pour eux. A chacun sa conception de l’honneur et du courage. Mais si nous en sommes la c’est que ceux qui nous dirigent depuis temps d’années ont perdus toute dignité et méprisent le sacrifice de nos ainés »

« C’est vous qui le dites »

Et quand bien même nous ne serions pas entièrement d’accord avec vous, nous défendrons votre Liberté d’Expression plus que tout.

Et puis pour répondre à un autre de nos lecteurs, nous partageons son dégout devant le dernier numéro de « Charlie-Hebdo ». Nous avons une pensée émue pour notre regretté ami « Oncle Bernard » ( Bernard Maris) assassiné lâchement avec ses amis en  janvier 2015. Comment dit on déjà ? « Ce sont les meilleurs qui partent en premier ! »

 

 

 

De pauvres gens inondés ! Mais à qui la faute ? écrit Seb à Blog-Cabestany

25 novembre 2019

« c’est vous qui le dites » – « Courrier des lecteurs »

Image fournie par un de nos lecteurs

De pauvres gens inondés ! Mais à qui la faute ? écrit Seb à Blog-Cabestany

Seb, un Cabestanyenc, qui voit sa mère vivre un cauchemar dans le Var, use de sa Liberté d’Expression.

« Ma mère veuve de mon père et institutrice 37 années à Toulouse n’avait vécu qu’en appartement. A la retraite elle décidait de s’acheter une petite maison deux faces sans jardinet dans un lotissement récent dans le Var. J’ai trouvé qu’elle se précipitait. Mais comment lui faire entendre raison. Une maison qui ne datait que de trois années et que le jeune couple muté ailleurs devait quitter rapidement. C’est peut être vrai. Et une bonne affaire en apparence au niveau du prix.

Début 2015 j’ai accompagné ma mère chez le notaire pour cette maison qui avait été construite en 2012. Personne ne nous aura dit que le terrain en 2010 deux ans avant de construire était sous un mètre cinquante d’eau.

A l’automne 2015 j’ai installé son frigo son lave linge sur des parpains ce qui a sauvé son electroménager. Ils y sont toujours. Sa chambre étant à l’étage. Depuis 3 jours elle a de nouveau les pieds dans 20 centimètres d’eau l’eau mais redoute un même épisode qu’en 2010 et elle ne trouvera jamais des pigeons pour lui racheter sa maison qui suinte l’humidité.

Qui est responsable ? Le maire de la commune le prefet le promoteur les acheteurs ? Ou le maire d’une autre commune en amont qui a fait n’importe quoi dont ses habitants ont les pieds au sec. Tous les actuers se renvoient la balle. Comment on a pu contruire en zone inondable. En parfaite connaissance des risques. Mais on continue. Et ca va pas s’arreté.

Parce que pour des maires qui ont trop ou mal dépensé l’arrivée de nouveaux habitants représentent un ballon d’oxygene. Il y a dix ans en arriere un maire qui contruisait avait des chances d’etre re-élu. Aujourdh’ui heuresement c’est le contraire. Mais il fallait faire des logements pour attirer des gens qui venaient d’autre commune. Faire des centre commerciaux qui font que le commerce de ville ferme ses portes.

Quand on voit la galerie carrefour avec autant d’emplacements vides et le mas guerido on se pose des questions sur la competence de nos maires pour gerer une ville. Sinon faire des installations grandioses comme l’archipel qui ne sera payé que dans 30 ans et jamais rentabilisé.

Qu’on cesse de nous explqié que c’est le rechauffement climatique qui existe bien mais qui a bon dos.

Mon père fonctionnaire travaillait pour le ministere de l’Equipement que Bruxelles commes les élus de tous bords se sont acharnés à faire disparaître. Pour récupérer les permis de construire pour mettre la main sur le pactole et faire que des pauvres gens ont les pieds dans l’eau. Et autour de nous lorsque je vois les projets de contruction en cours ou à venir je me dis qu’on est tombé sur la tête.

Je rêve qu’un candidat aux municipales me dise qu’il va soumettte chaque permis de construire à un expert avant de le signer. Qu’il va arreté le bétonnage. Ne plus faire des aménagements aux couts non controlés trop grands mal utilisés non rentables nons managés. Qu’il va remettre des petits commerces en centre ville. Qu’il va refaire les trottoirs la voirie. Que les citoyens vont redevenir le centre d’interet des élus. Mais ca coute rien de rever. »

 

Blog-Cabestany : Merci Seb pour ce long, long texte, qu’on a copié-collé tel quel. Qu’on s’est seulement autorisé à séparer en paragraphes pour plus de clarté et lisibilité.

Mais notre rôle n’est pas de faire, nous mêmes, des promesses électorales. A vous, de lire le programme des candidats, et de vous faire votre idée. Pour nous c’est clair. Il y aura le choix entre une situation que certains d’entre vous considèrent comme merveilleuse et qui doit perdurer encore 40 ans. Et l’Alternance. C’est chacun dans l’urne qui en décidera. Et assumera ses choix.

Quant au problème, sur le fond, on nous a évoqué, sans qu’on puisse le vérifier, le cas d’une Métropole à plusieurs centaines de kilomètres de Perpignan qui donnerait des avis défavorables pour des permis de construire en zones estimées à risques mais pour lesquels ce sont les Maires auxquels on donnerait la liberté de statuer en dernier ressort sur la foi d’un Plan de Prévention qu’ils ont fait eux mêmes. Cherchez l’erreur ! Et on connait une ville, qu’on ne citera pas, où on a édifié une grosse verrue, appelée Maison des Jeunes, dans un bassin de récupération des eaux. Mais c’est légal. Et l’humidité sur certains murs, dont on nous cause sans cesse, sans avoir eu l’occasion de la constater nous mêmes,  « serait » selon nos lecteurs, elle aussi….. légale !

Anniversaire de ce triste novembre 2015

13 novembre 2019

Courrier des lecteurs – sans commentaires

Paris martyrisé, le 13 novembre 2015

On ne fera pas de commentaires, et on à une pensée émue pour les victimes, leurs familles. Nous tous avons été touchés au plus profond de notre coeur.

Vous êtes plusieurs à nous parler de ce triste jour :

Claudine nous écrit ce matin : « Chers amis de Blog-Cabestany je ne veux pas faire de polémique. Nous sommes le mercredi 13 novembre 2019 anniversaire de ces odieux et sanglants attentats. Lorsque je pense qu’il y a seulement 3 jours dimanche dernier des français cyniques défilaient pour s’apitoyer sur nos bourreaux je voulais simplement dire mon mépris ma haine mon degout pour ces français indignes ! (c’est vous qui le dites)

Cérémonie du 11 novembre 2019 devant le Monument aux Morts de Cabestany !

8 novembre 2019

Courrier des lecteurs – Honneur à nos Aînés

Honneur à nos Aînés !

Tous les Cabestanyencs, femmes ou hommes de bonne volonté, se retrouveront lundi 11 novembre 2019, à 11 h 00 du matin précises , devant le Monument aux Morts de Cabestany, à côté du Centre Culturel,  pour la commémoration de la fin de la Grande Guerre.

Les Associations d’Anciens Combattants seront présentes pour cette cérémonie officielle.

A ceux d’entre vous, peu nombreux, qui sans remettre en cause cette cérémonie, se demandent, nous demandent, si elle est encore utile, 101 ans après, nous répondrons que tant qu’il ne sera pas institutionnalisée une Journée unique pour honorer tous ceux qui sont tombés pour notre Liberté, nous ne voyons pas pourquoi on ignorerait cette journée. Et ce n’est pas trop que de se déplacer trois fois dans l’année : les 8 mai, 11 novembre et 5 décembre, pour honorer nos Aînés et notre Patrie.

Il s’agit là d’un Devoir de Mémoire ! Qui pour nous revêt une extrême importance.

Et pour cette Cabestanyenque, qu’on apprécie, et qui nous écrit : « lundi matin, je serai devant le monument, pour honorer tous ceux de ma famille qui sont tombés pour la France, dans plusieurs des différentes guerres menées depuis un siècle pour la France, pour notre Liberté. Je chanterai, sans réserves,  « La Marseillaise » qui est l’hymne de mon pays. Mais si à la fin de cette cérémonie on pouvait nous passer « Les Africains » ! Mais je rêve sans doute ?  »

Chère amie, fidèle lectrice, vous rêvez en effet,  si vous pensez que l’on vous jouera « Les Africains » à la fin d’une cérémonie d’Anciens Combattants à Cabestany. Mais chez Blog-Cabestany, on s’octroie toutes les Libertés. Et si nous soutenons Colette Appert c’est pour « plus de liberté ».

Alors s’il n’y a que cela pour vous faire plaisir, chère lectrice de notre Blog, nous mettons en ligne ce que vous nous demandez.

Mais qu’il soit clair qu’il ne s’agit pas là pour nous d’une facétie. D’une forme d’humour ou de malice qui serait en cette occasion plus que discutable.  Nous sommes on ne peut plus sérieux ! Nous respectons nos amis Pieds Noirs et sommes solidaires de leurs souffrances. Nous respectons – aussi – tous ceux qui se sont battus en Afrique du Nord, appelés ou engagés, parce qu’un gouvernement les avait envoyés là-bas sans leur demander leur avis. Et tous ne sont pas revenus. Tout comme nous respectons ceux qui originaires de Syrie, du Levant, du Maghreb, de l’Afrique sub-saharienne, des territoires d’outre-Mer, et bien d’autres contrées,  durant la première ou la deuxième guerre mondiale, sont venus défendre la France, et ont versé souvent leur sang pour notre Liberté.

Honneur à nos Aînés, Honneur à tous les Anciens Combattants ! Et VIVE LA FRANCE !

 

Quand Colette Appert [et Jean Vila] font le buzz sur Blog-Cabestany !

5 novembre 2019

« Courrier des lecteurs » – « Municipales 2020 » – « c’est vous qui le dites »

Hier, lundi matin 4 novembre, peu avant 8 h 00 du matin, déjà au boulot mais mal réveillés et devant un pot de café noir, brûlant et un croissant qui a du être péché par le Capitaine Igloo au Pôle Nord car il y a encore un morceau de banquise à l’intérieur. Où sont les boulangers d’antan ? On écoute sur Radio Bleu Roussillon les interventions de Colette Appert et Jean Vila (en tout 11 minutes). On vous en avait déjà parlé. Et on essaie de les enregistrer. Sur une tablette, un premier mail arrive. Un fidèle et sympathique internaute nous écrit pour nous demander  : « j’ai un smartphone Samsung BX27. Est ce que par hasard vous sauriez comment je dois m’y prendre pour enregistrer la radio». Çà ne s’invente pas ! Un cas désespéré mais on lui répond aimablement qu’il devrait retrouver, en principe, l’intervention de Colette Appert sur notre Blog, au cours de la semaine.

La séquence radio est à peine terminée qu’on reçoit les premiers mails de nos habituels amis, quoique un peu collants,   » xz52…@gmail.com », « zy37…@yahoo.fr » et compagnie. Qui se cache donc derrière ces adresses bidon ? Ils tiennent à nous dire, (merci à eux) concernant l’intervention de Jean Vila, que Monsieur le Maire a été « fabuleux », « fantastique », et plus. Et surtout « égal à lui-même » (ça on veut bien). Et de nous égratigner avec deux fautes d’orthographe par mot. Une semaine qui commence le plus normalement du monde. Classique !!!

Culte de la personnalité exacerbé genre « Place Rouge » sur ce petit territoire Cabestanyenc qui ne fleure pas vraiment la « Perestroïka » et a un relent d’avant la chute du Mur de Berlin ou simple envie de nous exciter. Question d’habitude ! On a la sagesse de pencher quand même pour la deuxième solution et on est secoués par une franche crise de rigolade. Heureusement, peu après commencent à arriver d’autres mails pour estimer que Colette Appert a été claire, concise, et a dit le maximum de vérités en un minimum de temps. Ce qui valait mieux car son temps de parole était plus court que pour son adversaire. Mais il est évident que Colette Appert a marqué des points.

La journaliste de France Bleu, Anne-Natacha Bouillon, avait bien bossé sur son sujet. Elle posait les bonnes questions. A notre avis, Jean Vila, lui, ne donnait pas les bonnes réponses. Et pour ce qui est de la sincérité, tout cela sonnait faux et creux. Il n’avait surement pas bien anticipé les sujets qui seraient abordés et répondait à côté par manque de préparation.  Mais en cela il était bien « égal à lui-même ». Et il se prenait les pieds dans le tapis et s’enferrait sans s’en rendre compte dans cette histoire des « 24 logements », sur laquelle on n’a pas envie de communiquer. On aura reçu en pièces jointes, pas mal de documents ou commentaires divers, envoyés bien sur de façon anonyme. Sauf que Blog-Cabestany n’est pas le Canard Enchaîné. Et n’a pas les moyens de faire une contre-enquête journalistique. Les Cabestanyencs ne sont pas des doux rêveurs et savent surement mieux que nous à quoi s’en tenir sur ce sujet, comme sur bien d’autres ! On a bien sur notre idée sur le dossier. Mais qu’irions nous faire dans cette galère qui fait « eau de toutes parts » ? Sans jeu de mots, bien sur.

Colette Appert a son équipe de campagne. Nous, chez Blog-Cabestany on fait notre travail d’information. On vous propose ci-dessous, l’intervention de Colette Appert, seule, extraite de la séquence complète radiophonique. Mais on a décidé d’être transparents et de ne pas reprendre les mauvaises habitudes du Cabes’infos. On est prêts à vous envoyer par mail, dans des délais raisonnables, si bien sur vous nous le demandez, le fichier audio (qualité dégradée) de la séquence intégrale des deux candidats. C’est écoutable. Çà dure 11 minutes comme on l’a déjà dit ! Il nous a quand même fallu compresser le fichier au max pour qu’il ne soit pas trop lourd et être envoyé en pièce jointe. A vous de voir s’il vous intéresse.

On n’est quand même pas vraiment certains que l’intervention radiophonique de l’adversaire de Colette Appert plaide pour sa paroisse. Mais après tout, Chers Lecteurs, ce n’est pas à nous mais plutôt à vous, d’en juger !

Continuez à nous écrire. Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

-o-

 

Colette Appert démontre qu’elle est à l’écoute de TOUS les Cabestanyencs !

6 septembre 2019

La tribune de l’opposition du dernier Cabes’infos. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

-o-

L’Editorial de rentrée d’Alicia

Colette Appert n’a pas besoin de Blog-Cabestany pour savoir quelles sont les préoccupations des Cabestanyencs. A notre connaissance, elle n’a pas pris de vacances cet été, et elle a rencontré, spontanément ou à leur demande, un grand nombre de nos concitoyens.

Mais c’est quand même la force de notre Blog, de pouvoir recevoir, par mails, vos avis, vos colères, vos attentes, vos espoirs. Lorsqu’il s’agit d’échanger sur les grands sujets de la politique nationale, on vous répond nous mêmes la plupart du temps. Et je ne suis pas la dernière pour le faire !

Lorsqu’il s’agit d’un problème concernant Cabestany, on n’a ni la légitimité, ni la connaissance nécessaire pour vous répondre. Et nous ne sommes pas là pour nous immiscer dans le débat municipal. Nous sommes davantage des journalistes, des lanceurs d’alerte, des facilitateurs de la Liberté d’Expression, plutôt que des acteurs politiques.

Pour vous répondre, laissons faire ceux  qui ont la connaissance du terrain, des problèmes de notre ville. ET LAISSONS LES AGIR !

Les problèmes que traite Colette Appert dans la Tribune de l’Opposition du dernier Cabes’infos sont totalement en accord avec les messages que nous recevons régulièrement. Colette, répétons le, n’attend pas après nous pour savoir ce que ressentent les Cabestanyencs et elle reçoit probablement – EN DIRECT – un nombre de messages sensiblement plus élevé que ceux que nous lui faisons passer. Mais parce que nous lisons les messages reçus au Blog avant de lui renvoyer, nous savons de quoi nous parlons !

A quelques mois des Municipales, les Cabestanyencs auraient tort de ne pas s’exprimer auprès de nous, auprès de Colette, pour se faire entendre et dire ce qu’ils souhaitent pour les six années à venir. A moins qu’ils ne considèrent que dans notre petite ville de Cabestany, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Qu’il n’y aurait aucun problème ayant besoin d’être résolu. A moins, que de façon aveugle, ils continuent à faire confiance à la même équipe, par habitude, peur du changement, lassitude pour la politique, ou du simple fait de son orientation politique, et en se foutant pas mal de son programme à venir. Ou de son absence légendaire de programme, d’anticipation, de prévision, de vision pour l’avenir de notre ville. On ne maitrise plus les budgets à Cabestany. On ne gère plus rien ! On se contente de dépenser sans compter, au jour le jour, et d’attendre de voir arriver les factures. Et pour les payer on augmente vos impôts pour couvrir les dépenses. Comme c’est tellement simple.  « En matière de gestion, c’est la politique de Gribouille ! » nous disait encore récemment l’un de nos lecteurs.

Car chez Blog-Cabestany, si nous ne sommes pas des politiques, nous sommes quand même avant tout des citoyens comme les autres. Et nous sommes toujours effarés en lisant dans le Cabes’infos le bulletin de Monsieur Maire.

On se demande si ce dernier vit vraiment à Cabestany. On se demande s’il sait ce qui s’y passe. Lorsqu’il parle de SA ville, on se demande si c’est la même que celle où nous vivons. Mais il doit encore regarder la télé en noir et blanc et s’éclairer à la bougie.

Nous appartenons à tous ces Cabestanyencs qui attendons l’ALTERNANCE. Mais elle ne viendra pas toute seule parce que deux, trois, voire quatre Cabestanyencs sans convictions, sans programme, sans parti, sans idées, se sont mis en tête d’essayer de constituer leur propre liste pour les prochaines municipales. Quand depuis des années la seule opposition à s’être manifestée et avoir fait le boulot, est la nôtre ! On souhaite à tous ces doux rêveurs qui partent en ordre dispersé, la fleur au fusil,  bien du plaisir. Des citoyens – honorables sans doute – qui ne connaissent ni les dossiers, ni les problématiques de Cabestany. Qui se réveillent à six mois des élections et dont le projet a toutes le chances de faire « Pschitt » ! A moins que secrètement, ils n’aient en tête de créer la division pour faire gagner nos adversaires.

Peut être aussi que des candidats plus sérieux se dévoileront plus tard. On sait de source sure que la question se pose dans les états majors des grands partis. Mais on sait aussi qu’on hésite et qu’on attend pour voir venir. Et que Perpignan est la priorité. Et on s’est tellement habitués à la situation actuelle ou Monsieur le Maire fait semblant de tirer à boulets rouges sur l’agglo. Mais le faire pour de vrai serait tellement préjudiciable aux intérêts de notre ville. 

  A Cabestany, on ressent quand même une frénésie tout à fait inhabituelle pour vouloir être à tout prix sur la ligne de départ en 2020. Est ce que cela serait le signe que certains considèrent que la réélection de Jean Vila est loin d’être acquise ? Que tout s’obtient sans combat ? Pour nous il s’agit de velléitaires ! Depuis des années, si Colette et son équipe n’avaient pas « mouillé le maillot »,  il n’y aurait pas eu d’opposition à Cabestany et voilà que soudain…..  Mais ayons aussi la sagesse de considérer que c’est aussi cela la Démocratie.  Et que les sortants ne sont que de simples candidats. Au même niveau que tous ceux qui briguent le poste.  Et on croit savoir – mais comment s’y retrouver dans ce déluge d’ informations ou de rumeurs – que du côté de la mairie on n’afficherait plus la sérénité d’antan, la même unité,  et que plusieurs stratégies s’opposeraient au point de créer la division.  Quoiqu’il en soit il ne faut jamais vendre la peau de l’Ours…. Une expression consacrée, qui ne cherche aucunement à être irrespectueuse pour qui que ce soit. Qui veut juste dire que de s’imaginer que les choses seraient si faciles est à nos yeux une profonde erreur.

La seule chose dont on puisse être certain est que Colette ira jusqu’au bout sans se préoccuper des présumées futures gesticulations diverses ou variées des uns ou des autres !

L’ALTERNANCE, si elle arrive, ne peut venir que de Colette Appert, mais elle a besoin aussi que tous les citoyens qui veulent le changement se rassemblent derrière elle, en laissant pour certains,  leur ego et leur trop plein de testostérone au vestiaire. Et c’est la raison pour laquelle nous la soutenons sans réserves et vous incitons à faire de même !!!

Bonne rentrée !

                          #ALICIA

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

« Honneur à nos Ainés ! Respect à nos anciens ! » nous écrit cet ami de Blog-Cabestany.

25 août 2019

« Courrier des lecteurs »

Cet ami de Blog-Cabestany nous écrit :

« Chaque jour, on nous fait comprendre que NOUS les vieux ne servons plus à rien. Nos parents ont combattu pour la Libération de la France. De plusieurs manières : comme soldats, comme Résistants armés, ou comme simples sympathisants qui au sein de la population faisaient passer des messages, observaient. Chaque petite pierre d’un édifice a son utilité. Et beaucoup y ont sacrifié leur vie !

Ma génération, qui n’a pas connu de biberon à la naissance car il n’y avait pas de lait, n’a pas connu le Nutella, les Haribo, mais c’est peut être aussi pour cela qu’on est patraques mais encore là.

On a bossé 60 heures pas semaine et on a apprécié le jour où dans les années 60, on est passé de 1 jour de repos hebdomadaire à 1 jour et demi et pas forcement accolés. Si vous saviez comme vous nous gonflez avec vos 35 heures, vos RTT. Et vos congés payés que nous on prenait dans la Creuse mais pour vous c’est Bangkok  ou les Seychelles. On s’est privé pour nos enfants. Nos petits enfants.

Vous les jeunes d’aujourd’hui vous aimeriez qu’on dégage. Pour toucher les trois francs six sous de notre vieille maison dont le toit fuit à chaque averse. Mais il vous faut le nouveau smartphone. Vous avez fait des Études mais ne savez pas écrire une ligne sans faire 5 fautes d’orthographe.  Vous nous contestez le moindre écu de notre maigre retraite. Vous augmentez la CSG, les impôts locaux, les taxes. A quand une vignette sur les déambulateurs ? D’autres, encore plus ignobles ferment des lits d’hôpitaux et font des EHPAD des mouroirs. Et comme c’est bizarre, il n’y a plus nos médicaments à la pharmacie du coin. Vous nous empoisonnez  au glyphosate mais vos enfants paieront l’addition. Et bientôt plus de paysans, les fermes françaises devenues des musées, le pain aux OGM venant de Sibérie, et ce qui ressemble mais de loin à de la viande, venant d’Amazonie.  Et vous en êtes sans doute fiers ! Et débordant d’arrogance ! Au point de vouloir nous donner des leçons !

De la manière dont vous élevez vos enfants, on verra comment ils vous traiteront quand vous aurez notre âge. Et quand je parle de vos enfants, peut être seront ils fabriqués dans une éprouvette ou par une mère porteuse. C’est vous qui l’aurez voulu et vous pensez que nous sommes de vieux cons de ne pas vivre avec notre temps. Il est des pays, en 2019,  où les femmes sont élevées en batterie comme des animaux chez nous. Des pays qui viennent se pavaner au G7. Du moment qu’on puisse leur vendre quelque Rafale ou missile.

Rassurez vous ! On va bientôt dégager. En attendant, si on doit tenir notre canne d’une main, il nous  reste une autre main pour vous coller une baffe si vous nous cherchez des noises. Et malgré l’immense affection qu’on a pour vous. Car on a vécu uniquement pour que votre vie soit meilleure que la nôtre. Mais tachez de vous en sortir par votre seul mérite.  Et laissez nous honorer nos Anciens  qui font qu’aujourd’hui nous sommes – mais pour combien de temps encore – en Démocratie. Et que vous êtes Libres …. ! Et le serez demain mais seulement si vous êtes capables de préserver ce qu’on vous a légué. 

 

Le « Bataillon Catalan » ou une histoire de la France Libre…. à Cabestany !

22 août 2019

75ème anniversaire de la Libération de la France

Insigne du 24ème R.I.C.

                                   Insigne du 24ème R.I.C.

A la demande de plusieurs de nos internautes, nous avons « ressorti » un article que nous avions déjà mis en ligne, il y a quelques années. Mais plus que jamais d’actualité.

-o-

Richard, Historien avait écrit :

LE RECIT

« Aux lendemains de la libération de notre ville de Perpignan, les 19 et 20 août 1944, il y est formé un bataillon de volontaires, venant de couches sociales et d’horizons les plus divers, anciens militaires, résistants, militants de divers mouvements, mais la plupart viennent à peine d’atteindre l’âge de porter les armes. (et pour certains sans doute pas encore mais personne n’a envie de le vérifier et ils ont tellement d’ardeur)

Tous ces Catalans ne veulent qu’une chose : participer à la victoire finale.

Ils sont envoyés, car on leur dit que cela leur servira en même temps d’entraînement, surveiller la frontière espagnole au dessus de Montlouis. Mais on n’a pas d’armes à leur confier. Et ils courent après les chèvres pour faire de l’exercice. Ils ont l’impression qu’on a pas besoin d’eux ou qu’on ne sait quoi en faire. Certains songent même à rentrer à la maison. Quelques uns le feront.

Tout le monde prédisait la fin de la guerre pour la fin de l’année 1944, mais les nazis défendent leur sol avec acharnement. Début 1945, le bataillon rejoint le théâtre des opérations dans le nord-est de la France, et il y participe activement à la libération de notre territoire sans se retrouver toutefois en première ligne.

En avril 1945, tout change : le bataillon est intégré à une unité de Français Libres qui se bat depuis 1940 et dont la plupart, des soldats de métier, ont l’expérience de durs combats en Syrie, en Libye, en Norvège. Beaucoup ont affronté les troupes d’élite de Rommel dans les sables de Tobrouk.

Il est assigné à cette unité composite, constituée pour l’occasion, la mission de réduire une poche allemande, une des toutes dernières sur le sol français, dans les alpes du sud à la frontière italienne au dessus de Nice. Le terrain est escarpé, encore en partie enneigé, et à plus de 1500 mètres d’altitude d’où ce choix d’intégrer des pyrénéens, auxquels on prête des qualités de montagnards – même s’ils sont Salanquais – au milieu de ces vétérans du désert. Au dire des Catalans, dans ce terrain pentu, même un mulet n’y serait pas monté. Les allemands sont retranchés dans plusieurs fortins ou casemates, avec vivres et munitions, et protégés par leurs murs de béton. Ils ont décidés de ne pas se rendre et de faire payer cher quiconque voudrait les déloger. En face d’eux, pour les Français, il n’y a nul monticule, ou rocher pour se protéger. Ils faut donner l’assaut, à découvert. Il faudra s’y reprendre à plusieurs fois, et principalement de nuit, les affrontements durant presque une semaine.

Les combats seront d’une rare violence, les pertes extrêmement lourdes – plusieurs centaines – dans les deux camps, avant que les français ne finissent par venir à bout des allemands.  Ceux ci, des fanatiques qui quelques jours avant, défendaient une enclave en Italie du Nord et sont particulièrement aguerris, s’accrochent. Ils auront tenu leur dérisoire promesse. Les français auront payés un lourd tribut en attaquant – à découvert et sans armes lourdes – les bastions occupés par les nazis. Bien des Catalans ne reverront jamais Perpignan alors que dans moins d’un mois, les armes se seront tues définitivement, et qu’on dansera sur la place de Catalogne. Fallait il faire perdre à la vie à tant d’hommes pour écourter cette longue guerre de quelques jours ? Mais tout le monde était pressé d’en finir !

Il sera accordé au « Bataillon Catalan des Français Libres » une citation qui leur donnera le droit de porter le brassard à « croix de lorraine », en hommage à leur courage et à leur sacrifice.

Peu après la libération, le « Bataillon Catalan » sera dissous. Certains accepteront la proposition d’intégrer l’armée française, et s’y distingueront sous d’autres cieux. Mais la plupart de ces catalans préférera retourner s’occuper des vignes, et de retrouver une vie normale, en héros anonymes. De grands blessés, lourdement handicapés,  ne reverront leurs terres du Roussillon qu’à la Noël 1945. Une compagnie du « Bataillon Catalan », qui faisait partie  du « 24ème régiment d’Infanterie Coloniale »  sera sélectionnée pour faire partie d’une revue militaire, à Paris, le 18 juin 1945. Les catalans auront l’insigne honneur de défiler devant le Général de Gaulle avec d’autres troupes dont la particularité était de s’être vaillamment comportées

Rares, sont sans doute, ceux du « Bataillon Catalan » a être encore parmi nous, mais avons une pensée pour eux, et pour leurs camarades disparus en avril 45, ou depuis.

 

Blog-Cabestany : Richard, l’auteur de ce texte, nous avait précisé avoir fait un travail de recherche minutieux, en dehors des livres d’histoire classiques, en passant plusieurs semaines dans des Centres d’Archives un peu partout en France mais plus particulièrement auprès du CAPM (Centre des Archives du Personnel Militaire) à Pau. Lors de la première parution de cet article nous avions eu le témoignage d’enfants de ces héros pour nous remercier de les sortir de l’oubli. Si certains veulent nous envoyer d’autres témoignages, nous les en remercions par avance. HONNEUR A NOS AINES !

-o-

 

Pourquoi le 15 août est il un jour férié ?

15 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

Joyeux 15 Août 2019 à tous !

 

Gabrielle demande à Blog-Cabestany : « Pourquoi le 15 aout est il un jour férié ?« .

Fête religieuse, ou pas ? A l’origine, évidemment. Mais passée dans la culture française au point que beaucoup de français ne savent plus s’il s’agit d’une fête qui appartient désormais à la tradition ou s’il faut y voir encore un caractère sacré ?

Une étude dans les années 70 avait été menée pour savoir s’il fallait surtout conserver à cette date le caractère de jour Férié. Donc chômé et payé. Car là était l’enjeu et nulle part ailleurs  ! Le patronat plutôt classé comme pro-clergé voulait faire l’économie d’un jour de salaire quand la C.G.T. ne voulait pas qu’on touche à ce jour férié. Et cela à aucun prix !!!  Georges Marchais faisait partie de ceux qui s’opposaient le plus radicalement à la suppression de ce jour férié, et alors qu’un journaliste plutôt retors lui demandait s’il n’aurait pas été – par hasard – « enfant de coeur », il lui répond : « non, je ne l’ai jamais été, mais je n’aurais aucune réticence à le reconnaitre si cela était. Et s’il fallait  mettre sur la touche tous les « camarades » qui l’ont été, nos rangs seraient plutôt clairsemés ! ». Mettant les rieurs de son côté. Et jusqu’à une certaine Arlette Laguiller qui disait que le 15 août était le jour où ses militants qui distribuaient des tracts sur les plages étaient assurés de rencontrer le plus grand nombre de prolétaires en slip de bain !

Les Français se divisaient, à l’époque,  sur le caractère religieux ou pas, de ce fameux 15 aout, au point que tout le monde commençait à regretter d’avoir engagé une telle réflexion. Surtout que malgré des avis divergents tout le monde faisait consensus sur le fait qu’il ne fallait surtout pas toucher à ce jour férié. Qui tombait déjà pendant la période où la plupart des Français était en vacances. Pour les autres, cela occasionnait la possibilité de faire le pont. Et en 2019, la Préfecture des P.O. va jusqu’à fermer les services publics ce vendredi 16 aout ! Et puis pourquoi créer des problèmes là où il n’y en avait pas ? En France, on ne cherche jamais à résoudre ce qui ne marche pas mais on s’ingénie toujours à vouloir réformer ce qui ne pose pas de problèmes ! Un grand classique !

Mais l’Insee avait surtout découvert que dans les années 70, il s’agissait d’une journée où le chiffre d’affaires dans les hôtels, restaurants, bars, agences de voyages, parcs de loisirs, campings et autres activités touristiques, était le plus fort de l’année. Bien plus que tous les autres jours, Noël, Jour de l’An…. On parle bien d’une époque qui date de 40 années en arrière car on a pas de chiffres actualisés.

Même dans les villes de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, il était hors de question de ne pas laisser se dérouler dans les rues, une procession religieuse qui attirait les touristes. Il ne fallait pas indisposer les électeurs, croyants ou non. Et généralement, on tirait même un Feu d’Artifice ! Comme pour le 14 juillet.  Certains demandant que l’on déplace le Jour de Fête Nationale qui ne serait plus le 14 juillet mais le 15 aout.

Une demande pas aussi farfelue qu’on pourrait le penser. Cela n’aurait été qu’un simple retour en arrière. Car depuis 1637, sous Louis XIII, et jusqu’à la Révolution, le 15 août avait été, dans le royaume de France, la Fête Nationale. Honorée par toutes les religions, chrétiens, juifs, musulmans ou par les athées. Et par tous ceux qui avaient la fibre nationale sinon patriotique. Car c’était le jour où chacun invoquait le ciel ou autre chose,  selon ses croyances, pour que la France soit préservée des malheurs ou catastrophes et qu’elle demeure un pays uni et en paix. Et toucher à ce symbole aurait été pour beaucoup une atteinte à notre culture, à notre passé, à nos traditions. Un sacrilège impardonnable dépassant le caractère sacré ou religieux. Voire un mauvais présage, pour les superstitieux, de ceux qui vous attirent tous les malheurs sur la tête. Qui prendrait une si lourde responsabilité ?

Il vaut mieux bien connaitre l’Histoire pour comprendre les choses. Et c’est un prof d’Histoire de nos amis qui nous aura sorti du pétrin car on n’avait pas la réponse, chère Gabrielle ! Et quel besoin d’avoir été inventer les R.T.T.  que personne n’avait réclamés (mais qui sont devenus un acquit) si c’est pour s’en prendre à un jour férié qui date de quatre siècles ! Ce qui ne sera pas l’avis de certains sectaires qui préféreront quand même être à la plage aujourd’hui plutôt qu’au boulot  !

 

 

 

 

 

Il y a 75 ans, les « Pieds Noirs » débarquent en Provence pour libérer le sol national ! écrit Georges à Blog-Cabestany.

14 août 2019

Courrier des lecteurs

Georges, un « Pied-Noir » de nos amis se souvient du Débarquement de Provence », le 15 aout 1944. Et nous profitons de l’occasion pour dire que nous n’avons pas oublié notre tant regretté ami, Lucien Garcia, à Cabestany. Et qu’il nous manque beaucoup, pour son amitié, sa gentillesse, et il savait si bien raconter les histoires… l’Histoire. Et en bas de cet article, en un clic, vous retrouverez l’article écrit par l’un de nos rédacteur(trice)s en hommage à Lucien. C’était en 2016.

Georges nous écrit :

« Il était prévu que les débarquements en Normandie et en Provence soient simultanés. Mais on manquait de matériel et les bateaux ou péniches de débarquement utilisés le 6 juin en Normandie seront réacheminés en Afrique du Nord et en Italie pour préparer ce second débarquement qui ne sera prêt qu’à la mi-aout 1944.

Si en Normandie, début juin, les Français étaient très minoritaires, cette fois ci, ils composeront un peu plus de la moitié des effectifs. Métropolitains, Corses, Pieds-Noirs, Antillais, Réunionnais, Calédos, Maghrébins. Les « Pieds-Noirs » sont en très grand nombre, engagés souvent à moins de 18 ans, et certains ont déjà combattu en Libye, en Italie, avant de toucher le sol métropolitain, la plupart pour la toute première fois. Mais il y a également des Sénégalais, Ivoiriens, Malgaches, Vietnamiens et tous ceux qui viennent de ce que l’on appelle encore l’Empire Colonial de la France. Et beaucoup de Syriens qui, en 1944, considèrent la France comme leur seconde patrie et vont donner leur sang pour cette terre qu’ils n’ont jamais visitée. C’est ce rapport avec la Syrie qu’on semble avoir oublié aujourd’hui. Plus tard, dans les années 70, toutes les jeunes filles à Damas sont en mini-jupe et on y parle partout le français. Et ce coin de Syrie que je visite, planté d’arbres fruitiers et de fleurs est le Jardin d’Eden. Dès 1943, la Syrie aura été la plateforme de départ des Français Libres où les peuples Syriens, Libanais, Jordaniens, Égyptiens, quels que soient l’avis de leurs dirigeants,  étaient des amis indéfectibles du peuple de France.

Alors que plusieurs milliers de soldats ont été parachutés dans la nuit, dans l’arrière-pays, et cherchent leur chemin, en ce 15 septembre 1944, à l’aube, sur les côtes Varoises, ils sont près de 10 000 à se ruer sur les plages sous le feu Allemand. Les défenses ne sont pas partout de la même efficacité que ce qu’on a connu en Normandie. Certaines plages sont prises sans coup férir et sans tirer un coup de feu. Sur d’autres, on va se battre au corps à corps.  Les alliés seront 100 000 à débarquer le premier jour, une fois les plages prises, puis près d’un million en quelques semaines. Des Américains, des Canadiens, des Britanniques, des Australiens, mais on ne doit pas oublier la part prise par les Français et plus encore par les « Pieds-Noirs », en ce 15 aout 1944, débarqués avec la première vague ! Les premiers à fouler le sol national !

Ce sont plusieurs de mes propres copains, Oranais, qui se placent parmi les volontaires pour partir à l’escalade du Cap Nègre. Sans doute n’avais je pas leur courage si je suis encore là pour en parler !  Ils grimpent à mains nues, s’accrochent aux rochers, et ils vont escalader les 100 mètres de cette falaise abrupte avec comme objectif de  détruire une batterie allemande que l’on croit se trouver là. Les allemands leur tirent dessus, leur balancent des grenades, mais leur sacrifice n’aura pas été vain.  Cela crée une diversion qui permet à d’autres troupes amies arrivées par derrière de prendre l’ennemi en tenaille. J’irai fleurir la tombe, en Algérie,  de deux de ces copains qui n’auront foulé le sol de la métropole que quelques heures. Les dernières de leur vie. Je le ferai, chaque année, jusqu’en 1962 ….. Morts pour la France !

Ce débarquement permettra de libérer rapidement Marseille, Toulon, avant que les armées remontent vers Lyon. »

signé : Georges P.

Merci Georges !

-o-

Juste un clic :

https://blogcabestany.com/2016/07/19/au-revoir-lucien-garcia-notre-ami-a-cabestany/

A Cabestany, vous êtes émus ou en colère par le décès de ce Maire du Var !

7 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

En cette période où l’on ne s’attendrait pas à ce que vous soyez plusieurs à nous écrire, on s’aperçoit que vous êtes émus ou en colère par le décès de ce Maire du Var.

On reprend vos propos, en vrac et dans le désordre, mais ce sont les propos de citoyens qui ont le droit d’exprimer des avis quels qu’ils soient. Parfois contradictoires. Dont nous assurons la confidentialité de leurs auteurs :

La fonction de Maire d’une petite ville n’est pas toujours une sinécure, dites vous ! Mais on n’a jamais prétendu le contraire, semble t’il.

Marre, dites vous encore, de cet affaiblissement de l’autorité dont sont coupables certains parents, enseignants, juges ou politiques, qui trouvent toujours de bonnes raisons pour minimiser des actes de délinquance qui se transforment dans leur bouche en « incivilités ». Qui trouvent toujours de bonnes raisons pour excuser les voyous mais s’intéressent si peu à leurs victimes. (l’opinion de l’un d’entre vous)

Marre de ces cambrioleurs, voleurs de colliers qui s’en prennent aux personnes âgées. Marre de ces vendeurs de drogue, de caïds qui font la loi dans les entrées d’immeubles. Marre des voleurs de cuivre, creveurs de pneus de voitures, briseurs de vitres pour voler dans votre voiture lorsque vous êtes à la plage. Marre de TOUS ces délinquants…..  mais sitôt qu’on parle d’installer une caméra on dirait qu’on s’attaque à la Liberté. Oui, à la leur !!!!  Alors que c’est la Révolution qui a donné le pouvoir de police aux Maires. Dont certains se comportent parfois comme des Ponce-Pilates. (c’est vous qui le dites »)

Marre (c’est toujours vous qui le dites!) de ces motards, sans casque, qui roulent à fond la caisse, au risque d’écraser un enfant, dans nos rues comme des abrutis. Mais s’il y a un accident on dira que c’était que la victime était au mauvais endroit au mauvais moment. Et l’un d’entre vous s’attend à ce qu’on dise bientôt que ce maire dans le Var est mort par accident, voire à la suite de son imprudence. A vomir. S’il était resté les doigts de pied en éventail derrière son burlingue il ne lui serait évidemment rien arrivé !

Marre de ces décharges sauvages, de cette saleté dans nos villes. Colette Appert en a fait des photos sur son site Facebook. Mais vous nous dites aussi que vous ne pouvez y accéder si vous n’êtes pas « amis » avec elle. On va le lui dire !

Marre que la morale ne soit pas respectée à la tête de l’état quand casser du « Gilet Jaune » semble devenir un sport national. Et que donner des leçons aux gens lorsqu’on fait bien pire qu’eux devient insupportable pour le citoyen qui va finir par se révolter pour de bon.

Vous êtes quand même quelques uns à nous dire – aussi – que l’affaire de ce pauvre garçon, tombé dans la Loire, frise l’hystérie et qu’il ne faudrait pas non plus se servir de tout et n’importe quoi pour taper sur la gendarmerie ou la police. Dont les fonctionnaires ne font qu’obéir à des ordres. Et au dessus à nos politiques.

Et que laisser des anarchistes tout casser pour mieux discréditer les citoyens qui ont l’audace de revendiquer pour quelques miettes, est « indigne d’un pouvoir qui ne respectant pas les autres ne se respecte pas lui-même ». (c’est votre avis).

Que l’on soit – ou non – en accord avec vous, lorsqu’une famille est en deuil, lorsque des gens sont dans le malheur, faire de la récupération politique serait de notre part plus qu’incongrue. On en restera donc là pour aujourd’hui. Vous pouvez continuer à nous envoyer vos commentaires mais on ne pourra pas passer non plus le reste du mois sur un même sujet.

A vous lire, il semblerait pourtant que vous ayez des choses à dire. Et beaucoup de choses.  Tant mieux ! On vous donnera donc la parole, à la condition que vous sachiez modérer vos propos, lorsque le moment sera venu. Car énoncer les choses a davantage de force, lorsqu’on les explique calmement et avec clarté, plutôt que ce qu’on reçoit trop souvent et dont on ne peut rien faire. Et Blog-Cabestany n’est pas un forum ou un espace pour s’invectiver entre citoyens.  Mais la Liberté d’Expression est la première de nos valeurs. Vous pourrez vous exprimer. On vous le promet !

« Solidaires »

6 août 2019

                   Solidaires !

L’Opposition Municipale, ses élus et conseillers, ses co-listiers, militants, sympathisant, mais sans aucun doute TOUS les Cabestanyencs de bonne volonté, seront solidaires de la famille, des élus, suite au  décès de ce Maire du Var, victime de son engagement pour empêcher des salopards, des criminels, des abrutis, ….. qui voulaient jeter des encombrants sur le domaine public.

On espère – sans y croire une seule seconde – que les auteurs de ces faits passeront de longues années derrière les barreaux. Même si on entend déjà des voix pour dire qu’il s’agissait d’un acte commis « à l’insu de leur plein gré » ou peut être même d’un accident, ou d’un moment où ils n’étaient pas conscients de leurs actes et par conséquent pas responsables. Ou encore que les punir sévèrement ne ramènera pas cet édile à la vie et qu’ils sont – sans doute – conscients de ne « pas avoir bien agi » !?  Quelle connerie dans la bouche de certains bien pensants.

Peut être que s’il y avait eu des caméras, cela aurait dissuadé des imbéciles de jeter leurs détritus n’importe où et de prendre le territoire de leur commune pour une décharge.

Peut être que si on punissait de façon plus juste les auteurs d’infractions diverses plutôt que de leur faire un « rappel à l’ordre », plutôt que de leur mettre un bracelet à la cheville dont ils sont tellement fiers que certains portent des shorts en hiver pour mieux frimer. Plutôt que de leur faire balayer la cour d’une Mairie comme travail d’intérêt général…. dont ils se foutent pas mal !

Peut être que si certains citoyens étaient davantage conscients que leurs actes délictueux pourrissent la vie de tous. Mais généraliser serait une grave erreur de jugement et une insulte pour ceux qui se comportent en bons citoyens et sont las de voir que leur voisin se comporte comme un sagouin et s’en félicite. Car la plupart du temps ceux qui se font prendre sont les moins futés qui ne font que reproduire des actes qu’ils ont vu commettre par d’autres qui le faisaient depuis longtemps en toute impunité. 

On ne doute pas une seconde que ceux qui sont en charge de la propreté à Cabestany font ce qu’ils peuvent et se décarcassent. Jusqu’à parfois se décourager, en voyant que leurs efforts ne payent pas. Et on le comprend. Et on les comprend.  Et on ne leur jette pas la pierre ! Et même plus, on les soutient !  Mais lorsqu’on voit le résultat on conçoit qu’ils puissent avoir parfois des moments de grande solitude !!!

Il y a de toute évidence,  les efforts, la bonne volonté, d’un côté. La méthode de l’autre.

Toute municipalité est confrontée à ces problèmes de propreté,ou d’autres problèmes du quotidien, et nous ne sommes pas  partisans d’en nourrir le débat politique à l’excès ou de se focaliser sur ce seul problème, quand d’autres sujets, bien plus graves,  doivent être mis bien plus en avant. Car,  c’est exactement ce que vous nous écrivez !

Sans doute !!!   SAUF,  si on mêle aux problèmes auxquels toute municipalité est confrontée une certaine doctrine politique, du dogme, des grands principes marxistes. Sauf si on considère – par exemple – que mettre des caméras dans des points chauds, surveiller nos rues, c’est s’attaquer aux Libertés. Car la Liberté des uns ne doit pas se faire au détriment des autres : des bons citoyens qui deviennent des victimes. C’est même écrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme. Inutile de s’en gargariser si on ne l’a pas lue ! Et inutile de donner des leçons de morale jusqu’à faire que le citoyen pacifique peut devenir un jour, enragé. L’actualité nous en donne chaque jour la démonstration.

Alors, on ne doit pas s’étonner si à Cabestany,  tout va de travers !!!

 

 

 

 

« Merci à nos pompiers ! » écrivez vous à Blog-Cabestany !

3 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

« Merci à nos pompiers, merci aux gendarmes, policiers, personnels de la Sécurité Civile, comme ce pilote victime du devoir. Merci également aux bénévoles, à condition qu’ils soient encadrés, qui se joignent aux professionnels (dont une grande partie est également bénévole) pour combattre les incendies que des criminels ont allumés. »

L’un de nos amis, retraité à Canet, ancien juge, nous explique :

« Lorsque j’ai entamé mes études de Droit, mettre volontairement le feu à une foret, et si jamais il y avait une victime, faisait encourir au pyromane la peine capitale. Personne, à ma connaissance, du temps où existait encore la peine de mort, n’a été exécuté pour ce motif. Il a suffit qu’on arrête l’auteur d’un feu de foret dans les Landes où plusieurs pompiers avaient péri et qu’on le condamne à une très lourde peine de plusieurs dizaines d’années de prison pour que les incendies d’origine criminelles cessent durant pas mal d’années. Dans ma gazette professionnelle, si je me réfère à un cas récent où certes il n’y avait pas eu de victime, l’auteur d’une « incivilité » qui a détruit des centaines d’hectares a été condamné à des travaux d’intérêt général et va porter un bracelet électronique quelques mois. Cherchez l’erreur !