Archive for the ‘c’est eux qui le disent’ Category

La Loi Avia rejetée par le Conseil Constitutionnel : une occasion manquée par le fait d’amateurs de ce gouvernement ! dit Gersende

19 juin 2020

Ils n’écrivent pas que pour nous mais nous autorisent à les publier !

Gersende, politologue, ex Sciences Po, ex stagiaire à l’Élysée en 2008, écrit :

Qui peut se réjouir de voir les professeurs de ses enfants, être insultés sur les réseaux sociaux ?

Qui peut se réjouir de voir ses propres enfants, menacés par leurs camarades sur Internet de se faire massacrer à la récré ?

Qui peut se complaire de cette haine, de ces vidéos insupportables, de cette violence, de cette dégradation des femmes sur notre ordinateur ?

Qui peut défendre les pédophiles, et la pédopornographie ?

Internet existe depuis bientôt 40 ans. Beaucoup d’entre nous sommes connectés depuis 30 ans, et adeptes des réseaux sociaux depuis une vingtaine d’années.

Comme on aurait aimé voir nos politiques s’attaquer au problème, depuis bien longtemps, qu’ils soient de Droite ou de Gauche ?

Et lorsque la Macronie veut s’intéresser au problème on applaudit des deux mains !

N’y a t’il pas dans notre pays des Juristes capables de rédiger une Loi de façon intelligente et efficace ?

Lorsqu’on confie le soin de faire une Loi à des gens qui ne paraissent pas en avoir les compétences on ne peut qu’être déçus. Et lorsque sous couvert de s’attaquer à la violence ou à la haine, on s’aperçoit qu’on vous a concocté une Loi qui rétablit la censure politique. Une Loi interdisant à un Blog comme le vôtre de dire ce qu’il pense. Une loi qui muselle la « Gilet Jaune » ou la soignante qui veut s’exprimer, je le dis.

Y a t’il des millions d’amateurs de pédopornographie, racistes, et adeptes de la violence en France ?  On ose espérer que NON.

Mais il y a des millions de citoyens qui sont attachés à la Liberté d’expression !!!

Alors lorsque la Loi Avia est retoquée par le Conseil Constitutionnel, on ne peut que se dire qu’il s’agit là d’une occasion manquée. L’occasion de réguler les réseaux sociaux avec des mesures applicables. Dénuées d’arrière pensées politiciennes !

A moins que ce gouvernement de velléitaires n’ait choisi de s’y prendre d’une telle façon qu’il était certain à l’avance que sa Loi serait rejetée. Pitoyable !

Gersende

Blog-Cabestany : Merci Gersende qu’on avait pas lue depuis un certain temps ! On s’est engagé à ne pas commenter les écrits des personnes qui nous autorisent à les publier. On n’en pense pas moins !

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

« Hallucination » écrit Maxime Tandonnet

15 juin 2020

Hallucination

Message d’un ancien serviteur de l’État:

« Je me vois victime d’une hallucination lorsque je lis sous la signature d’un ancien Premier Ministre la demande faite au président de l Assemblée Nationale de débaptiser la salle Colbert où se tiennent des séances de commissions, et aux ministres en charge de l’Économie et des Comptes Publics de débaptiser de même celui des deux corps de bâtiment de l’ensemble immobilier de Bercy (Colbert et Turgot) portant le nom du grand argentier de Louis XIV.

Penser que les responsabilités éminentes qu’emporte la fonction de Premier Ministre aient pu être confiées à un homme capable d’une telle absence de discernement et d’une telle puérilité, mu par le seul souci de suivre une fraction de l’opinion manipulée et instrumentalisée, inspire le sentiment que notre malheureux pays a peu de chances de ne pas tomber au dernier rang des Nations.

Ayant longtemps travaillé à la Direction du Budget ,sous la conduite de ministres tels que Michel Debré , Valéry Giscard d’Estaing , François Xavier Ortoli , Raymond Barre…, je n’aurais jamais imaginé que l’un de leurs successeurs puisse faire l’objet d’une demande aussi extravagante de la part d’un personnage consulaire.

Si d’aventure MM. Lemaire et Darmanin ne se déclaraient pas profondément offusqués par cette démarche , a fortiori s’ils y satisfaisaient , ils se montreraient à mes yeux indignes de leurs fonctions . Et il est probable que nombre de hauts fonctionnaires se détourneraient de leur département ministériel dont le prestige serait gravement terni »

Maxime Tandonnet

Blog-Cabestany : Bien sur, on s’est engagé vis à vis de ceux qui nous autorisent à reprendre leurs écrits, à ne pas y ajouter nos propres commentaires. Mais on vous aime, on vous connait, et on sait qu’à l’instant même où cet article va apparaitre en ligne on va recevoir dix, vingt, voire cinquante mails pour nous demander de quel Premier Ministre l’ami Maxime Tandonnet veut parler sans le citer. On connait évidemment la réponse. Mais si on ne veut pas non plus le citer tout en vous mettant sur la voie, on vous dira juste qu’il aura été le premier des Premiers Ministres de François Hollande, qu’il est de Nantes, et que dans un hebdomadaire qui se veut satirique à défaut de nous faire vraiment rire, il avait le surnom de « janmarquezéro » !

« C’est vous qui le dites » – Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

10 juin 2020

Le commentaire des internautes de Blog-Cabestany

 » Pierre 66000″, de Perpignan écrit :

« La Police a toujours eu une bonne réputation dans le cœur des français.Et puis il y a eu les gilests jaunes, le résultat du mépris de l’éxécutif envers les défavorisés, les soutiers de l’expansion, les petits gens, les précaires, les femmes de ménage, coursiers, caissières, et la liste serait longue. Sous d’autres présidents qui n’étaient pas avares de bonnes paroles même s’ils ne faisaient pas grand chose cela passait. Pas avec ce président méprisant arrogant. La façon dont on a obligé les fonctionnaires de la sécurité publique à se montrer cléments avec les fachos black blocs qui cassaient tout et qu’on laissait casser pour discréditer les gilets jaunes. La façon dont on a traité les gilets jaunes avec des balles de caoutchouc tirées vers le visage. Bombes lacrymo et autres. Et après on s’étonne que la Police ait perdu tout crédit. La responsabilité est à la tête du pouvoir. Fustiger les fonctionnaires de police qui essayent d’arrêter un présumé coupable qui résiste est intolérable. Surtout s’il a un casier judiciaire long comme le bras. Le refus d’obtempérer est dans la loi mais pas appliqué. la plupart de victimes de bavures policieres auraient du etre derriere les barreaux mais relach2s plus vite qu’ils n4avaient été arrete ; Faudra t’il que les policiers dégainent leurs armes pour pouvoir faire un simple contrôle. Ce ministre ancien joueur de poker qui dirige aujourd’hui la police est responsable et lorsqu’il s’érige en juge il est pitoyable. Je vous autorise à reprendre mes paroles. »

« Bernadette », fonctionnaire en activité écrit :

« Lorsqu’un pouvoir est contesté par le peuple. Lorsqu’il ne se maintient que parce que sa police lui obéit, contrainte e forcée, et lorsque ce pouvoir crache sur sa police il se met en difficulté lui même et le pire peut arriver. »

Eric, Officier Supérieur de la Gendarmerie, retraité, précise :

« Rien n’interdit à un fonctionnaire des forces de l’ordre de dégainer son  arme de service s’il pressent un quelconque danger. S’en servir est autre chose. Il se met en retrait et intime l’ordre au suspect à interpeller de rester tranquille. C’est généralement suffisant pour que celui se laisse menotter et embarquer. Quelle est cette nouvelle méthode qui ne correspond pas au Code de Procédure et qui consiste à se jeter à plusieurs policiers sur un suspect, se rouler par terre, risquer d’être blessé soi-même ou de blesser l’individu à interpeller. Comme si sortir son arme de service était un sacrilège. En 35 ans de Gendarmerie, nul sous mes ordres n’a été blessé, ni fonctionnaire, ni suspect. Et n’a eu à remplir un rapport de dix pages pour avoir sorti son arme sans s’en servir ! Mais son utilisation à de rares occasions a sauvé des vies humaines. Nous ne sommes pas des cow-boys, des catcheurs, des sumos. Est ce la hiérarchie de la Police qui interdit à ses subordonnés de ne pas sortir leur arme, par peur pour son propre avancement ? Et au pire, une balle dans le bras, si la situation le justifie, ne provoquera pas la mort d’un suspect par étouffement, et calmera ceux qui seraient disposés à venir en aide à l’interpellé. Ou alors désarmons les policiers et donnons leur des gants de boxe ! ou des confettis à lancer sur les suspects en soufflant dans un mirliton ! 

Blog-Cabestany : sans commentaires de notre part. Et on dirait que la Gendarmerie et la Police ont des méthodes de fonctionnement différentes !? Mais quasiment tous les commentaires que nous recevons sont en faveur de la Police, quand bien même vous tenez à préciser que chaque citoyen, fonctionnaire ou non, doit être responsable de ses actes et qu’il ne peut y avoir de passe-droit. Et que le racisme n’est en rien excusable. Mais si au lieu de courir sans arrêt après les mêmes délinquants, condamnés, qui devraient être derrière les barreaux, et qui résistent mettant leur vie et ceux des policiers en danger, les policiers avaient le temps de faire de la prévention, tout irait mieux. Mais si on en arrive à écoeurer la police  qui préférera rester derrière un bureau plutôt que d’aller se mettre en danger pour faire son boulot, le pire peut arriver. Et les électeurs voteront pour des populistes, ce que cherche peut être ce pouvoir qui fait tout de travers. Et on va finir par penser qu’il le fait volontairement.

continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Police/Souvenir : le billet de Maxime Tandonnet

9 juin 2020

Courrier des lecteurs – Liberté d’expression

Nous ne reproduisons pas tous les articles de Maxime Tandonnet, mais celui ci, paru ce matin, aujourd’hui a attiré l’attention de plusieurs de nos lecteurs, dont certains qui se sentent concernés par leurs activités professionnelles actuelles ou passées.

Police/souvenir

La sortie du confinement mental – deux mois et demi sans parler d’autre chose que du covid19 – s’effectue en fanfare avec un zoom géant concernant les accusations de « racisme dans la police ». Mais la nouvelle scène de matraquage médiatique est à sens unique. Certes, des actes inadmissibles s’y produisent, comme dans toutes les institutions, mais il faudrait les chiffrer pour montrer à quel point ils sont ultra-minoritaires. De même il serait utile de rappeler les mesures prises, les enquêtes et les sanctions sévères qui tombent (le nombre de révocations annuelles, plus élevé dans la police que tout autre corps de fonctionnaires.). Il faudrait surtout rappeler quelle est la réalité de la vie d’un policier: en région parisienne, un sur dix est blessé en service, le plus souvent à la suite d’une agression. Et encore ne parle-t-on pas des insultes, des crachats et jets de pierres qu’ils subissent. Cela n’excuse rien évidemment, mais quitte à parler de la réalité, il faut la dire en entier. Voici une petite anecdote, dont je certifie sur mon honneur qu’elle est authentique. C’était il y a trois ou quatre ans, un peu plus peut-être, je discute avec une toute jeune femme en uniforme, affectée dans un quartier dit sensible de la région parisienne. Nous sommes à part, hors présence de ses collègues ou de la hiérarchie. Les yeux sont rougis. « Vous ne pouvez pas savoir ce qu’est ma vie. Il n’y a pas un jour, pas une nuit où je ne suis insultée, traitée de sale pute et menacée de viol ou de meurtre, de viol surtout, et où je n’essuie des crachats. Vous ne savez pas ce que c’est, vous, que de vivre la peur au ventre, du matin au soir ».  Au commissariat voisin, trois policiers s’étaient suicidés, en moins de 18 mois. Attention, je ne dis pas que cela justifie, excuse quoi que ce soit de comportements marginaux qui sont évidemment inadmissibles et sanctionnés. Je dis simplement que quitte à aborder un sujet, il faut l’appréhender dans sa globalité.

(Les sites d’information ou politiques autres que ceux figurant au blogroll ci-joint ne sont pas autorisés à reprendre ce billet)

Maxime TANDONNET

nous ne sommes pas autorisés à surcommenter les articles que nous n’écrivons pas nous mêmes, mais

 continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Migrants étrangers – gens du voyage français : le « deux poids, deux mesures » ! écrit Jacques.

5 juin 2020

Liberté d’expression – c’est vous qui le dites – courrier des lecteurs –

C’est l’époque des grandes migrations au travers de notre pays des « gens du voyage »

Jacques est retraité, ancien Professeur de Droit Public à Montpellier !

L’ami Jacques écrit depuis une petite commune de la région PACA concernant un problème qui touche sa ville, comme tellement d’autres partout en France :

« Tout  existe déjà dans la loi, et il est parfaitement inutile d’en empiler de nouvelles sur les anciennes. Mais encore faut il les appliquer correctement et pas de manière sélective.

Mes propos n’ont rien d’anti-migrants, et surement pas racistes. Mais s’apitoyer, comme on le fait à gauche, sur certains migrants, étrangers, d’une autre culture, qui n’apportent rien à la France, est à la mode. Par des Français qui se disent plus bienveillants que vous mais ne les hébergeraient jamais chez eux. Toujours prompts à dénoncer leurs concitoyens au nom d’opinions politiques réchauffées. Pour démontrer qu’à gauche on a du cœur. Des bons sentiments. On va même jusqu’à demander de régulariser 300 000 sans papiers. On n’a pas de travail à leur donner (sinon les faire travailler au black pendant qu’on envoie des français qualifiés à Pole Emploi). On n’a pas de logements, pas de structures. Quant à la Droite, on dirait qu’elle est rentrée dans son terrier.

Il y aurait entre 200 000 et 500 000 de ces gens dit « du voyage », car il y a ceux qui vivent à longueur d’année dans une maison sur roulettes, et les autres, vos voisins de palier, qui partent sillonner la France dès les beaux jours. Vous n’imagineriez jamais qu’ils font partie de la communauté du voyage et veulent se retrouver entre eux à certaines occasion.  La quasi totalité de ces citoyens est française, et ils itinérent depuis plus d’un siècle en France, au gré des saisons, de leurs occupations. Ils ont des maisons : leur caravane. Ils préviennent des mois à l’avance de leurs déplacements et de leurs étapes souhaitées. Sont prêts à s’organiser avec les autorités. Souvent prêts à payer pour qu’on les reçoivent correctement.

Les « gens du voyage » ne demandent pas la lune. Sinon un bout de terrain, un raccordement électrique, de l’eau, un égout, des containers à ordures. Combien de fonctionnaires, haut fonctionnaires, bureaux, centre de rétention, indemnités aux demandeurs d’asile qu’on ne reconduit jamais à nos frontières. Dont le cout est exorbitant comparé à un bout de terrain inculte. Les gens du voyage ne réclament pas une mosquée ou un temple, un gymnase, ou une Maison du Peuple. Ils ne demandent pas une piscine ou des courts de tennis. Un feu d’artifice ou des pièces de théâtre minables dans une salle inconfortable pour ceux qui croient encore que c’est cela la Culture !   Ils ne viennent pas faire la queue devant une ONG pour qu’on leur délivre un repas gratuit mais préparé selon leurs coutumes. Comme certains de nos migrants, qui ont parfaitement le droit de vivre en paix et que nous nous devons d’accueillir correctement. Mais comme on aimerait que ces étrangers nous manifestent un peu plus de reconnaissance alors qu’on a trop souvent l’impression qu’ils n’ont rien à foutre de nos coutumes. Qu’ils n’ont pas envie de  s’intégrer dans notre communauté nationale.Qui oserait comparer l’intégration des gens du voyage, des français, et ces vagues de migrants qui déferlent par centaines de milliers chaque année en métropole.

Les gens du voyage ne cherchent pas à nous imposer « leurs » croyances. Et lorsqu’ils veulent assister à la messe, se marier, honorer leurs défunts, leur pasteur installe une tente ou un chapiteau. Mais ils ne chercheront pas à vouloir nous imposer leur culture.

Les « gens du voyage » touchent des prestations sociales. Comme les autres français dont ils font partie. Comme aussi beaucoup de ces étrangers qui viennent s’installer en France, mais dont on est en droit de se demander s’ils ne viennent pas chez nous rien que pour nos aides sociales. La plupart des gens du voyage travaillent. Peut être pas tous, direz vous ? Et certains sont « défavorablement » connus comme dirait l’autre.

C’est le prof de Droit qui parle, jusqu’à récemment, les gens du voyage n’étaient pas vraiment considérés par la loi comme des Français à part entière. L’Europe nous l’a rappelé. L’Europe nous a demandé d’appliquer les lois qu’au « nom du peuple français » nos parlementaires ont voté, sans qu’on ne leur demande rien. Mais avaient ils la volonté de les faire respecter un jour ?  Beaucoup des règles qu’on imposait à ces nomades étaient similaires à celles qu’on était censé imposer jadis aux étrangers sur le sol français. Mais qu’on ne leur appliquait pas ! Sauf qu’on s’était mis en tête de le faire pour les gens du voyage qui ne sont pas des étrangers ! Toujours « deux poids, deux mesures ». Mais mon propos n’est pas de me comporter en avocat de cette communauté !!!

Croit on qu’en stigmatisant ces Français qui ont la bougeotte dans leur ADN, on va régler le problème ? Les faire disparaître de la carte. Hitler le voulait. Est ce cela notre référence absolue ?

Les gens du voyage ne respectent pas la loi parce que nous ne la respectons pas. Ne soyons pas naïfs. Ils en profitent au delà du raisonnable et c’est une évidence. Et même ça les arrange car leur loi c’est eux qui la font.  Beaucoup d’élus s’énervent « par devant » de leur occupation illégale de terrains mais les accueillent « en douce » par derrière. Un double langage. Une hypocrisie sans nom.

Nos élus dépensent un « pognon de dingue », le nôtre, pour des équipements inutiles qui les feront réélire la prochaine fois. La loi prévoit qu’on doive consacrer une modique somme d’argent pour faire de grands espaces aménagés pour accueillir les gens du voyage. La loi va jusqu’à dire qu’on peut consigner de l’argent des communes, agglos, pour réaliser ces équipements souvent inexistants. Mais on ne le fait pas. C’est au Préfet de réglementer tout cela. Mais parce que le Préfet n’a pas été choisi par le peuple, la plupart de nos élus, qui se rengorgent d’avoir été désignés par une poignée – souvent non représentative d’électeurs comme le 15 mars 2020 – lui contestent son autorité. L’état ? Nous sommes devenus une République bananière !

Ne montez pas votre mur de clôture de 20 centimètres trop haut sinon vous allez encourir les foudres des services techniques de votre commune qui vont venir vous emmerder, surtout si vous n’êtes pas catalogués comme votant pour la municipalité en place. De l’enfilage de mouches ! Dans ma petite commune où il y plus de résidences secondaires que d’habitants à l’année, c’est devenu le sport national pour la mairie,  sauf si le propriétaire de la maison de 14 pièces passe sur BFM ou qu’il fait du RAP. Et s’il vend des disques ou anime une émission de télé, il peut ériger des murs qui font 4 mètres de haut (pour se protéger des paparazzi). Mais moi, ils veulent me faire casser mon mur de clôture pour un parpaing en trop. Toujours cette différence dans l’application des lois – à la gueule du client – alors que je racontais autrefois à mes élèves que « la loi c’est l’ordre. Mais aussi l’Egalité »

Et c’est comment chez vous ? Dans ma commune il n’y a pas d’espace pour accueillir une aire de gens du voyage, mais il y a une décharge sauvage qui s’étend sur des hectares,  qui pue, qui pollue. Que personne ne surveille. ON NE FAIT RIEN !

Alors continuons de nier le problème. De faire semblant de découvrir qu’un beau matin, comme chaque année, les caravanes sont revenues. Les gens du voyage ont beau jeu de dire que la loi n’est pas respectée et que eux n’ont pas non plus à le faire. Respecter la loi et ensuite les obliger à la respecter eux mêmes serait plus intelligent. Mais pas Français !

Continuons à nous lamenter sur ces migrants que des pays nous envoient par chantage et calcul géopolitique, contre le gré de ces malheureux, car ils préféreraient pour beaucoup rester chez eux et simplement qu’on les respecte. Et que la France ne vende plus des armes à leurs dictateurs pour mieux les écrabouiller. Continuons à vouloir nous montrer humains envers ces migrants qui viennent en France, pour le bonheur des cocos-bobos-écolos. Des étrangers qui ne chercheront pas à apprendre le français et nos coutumes,  qui méprisent notre culture et nos institutions. Leurs enfants seront prêts un jour à défiler pour dénoncer les violences d’un flic auxquels l’un des leurs a refusé d’obtempérer. Mais ont ils défilé pour dénoncer ceux qui ont tué des innocents au Bataclan ? Le problème des « français du voyage » n’est surement le plus difficile que nous ayons à résoudre !!!

Et tout ce cinéma lorsque les gens du voyage s’installent n’importe où, avec certaines complicités de ceux là mêmes qui dénoncent leur invasion. Refaire la pelouse du stade chaque année après leur départ coute plus cher que si on leur aménageait un terrain. Mais je connais des élus de tous bords, qui n’auraient plus l’opportunité de se taper sur le torse comme de grands primates quand les caravanes arrivent ! Bonobos de tous bords, c’est la « lutte finale ».

Nous sommes des citoyens qu’on enfume, auxquels on ne veut faire croire que des âneries. Et ça marche ! Mais ne sommes nous pas les artisans de notre propre malheur ? »

Jacques

Blog-Cabestany : Merci Jacques, qui nous a adressé en copie des dizaines de pages de Lois diverses et variées où on ne s’y reconnait plus mais dont on vous dispensera la lecture. Et nous avons mis Jacques en ligne parce qu’il a bien précisé qu’il n’était ni anti-migrants, ni raciste, ce qui l’aurait disqualifié à nos yeux. Mais s’il avait raison ? A vous de nous le dire.

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

Les nominations…….. [expliquées par Maxime Tandonnet]

3 juin 2020

Ils nous autorisent à les relayer ! – Liberté d’Expression – Courrier des lecteurs –

Vous avez dit : « copinage » ?

M. Pierre Moscovici, est une personnalité politique clé de ces dix ou quinze dernières années, membre du parti socialiste, longtemps ministre de l’économie et des finances puis commissaire européen. Il devient premier président de la Cours des Comptes.

Le pouvoir de nomination aux plus hauts postes de l’Etat est un pouvoir que les présidents de la République considèrent comme sacré. En effet, ils ont beaucoup perdu de leurs leviers sur le cours des choses: leur rôle d’arbitrage monétaire avec l’euro, celui d’orienter les réformes dès lors qu’en vérité, le pouvoir normatif est largement passé à l’Union européenne et pour ce qu’il en reste, étroitement contrôlé par le Conseil Constitutionnel. C’est la raison pour laquelle, en compensation, ils parlent et s’agitent autant. Cependant, ils gardent le pouvoir de nommer aux plus hautes fonctions de l’Etat, un pouvoir qu’ils vénèrent car le dernier outil concret de leur puissance. Pour autant, l’usage qui en est fait soulève des questions.

Nous avons des hommes politiques qui sont élus pour représenter la Nation et le cas échéant, agir en son nom. En quoi une carrière politique, de parlementaire ou ministre, de 10, 15 ou 20 ans ou plus, justifie-t-elle, comme un prolongement, la désignation à des fonctions prestigieuses de l’appareil d’Etat? Quelle garantie d’impartialité attendre de dirigeants politiques essentiels, ayant fondé leur vie sur un engagement politique et idéologique? Comment attendre de leur part un jugement impartial de leur propre politique, celle qu’ils ont inspirée, ou qu’ils ont fustigée? Seuls la compétence, le mérite mais aussi les garanties d’impartialité devraient être pris en compte dans l’affectation à de tels postes.

Rien n’est pire pour la démocratie que le sentiment de copinage, c’est-à-dire la classe politique qui se sert elle-même. Le fait du prince, dans ce domaine, dès lors qu’un usage contestable en est fait, perd tout son sens et dans une démocratie, les nominations mériteraient d’être placées sous le contrôle démocratique.

Maxime TANDONNET

Blog-Cabestany : Nous avons pris l’engagement de ne pas commenter les publications écrites par d’autres que nous. Mais rien ne vous interdit de NOUS envoyer VOS commentaires ! Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

 

Courrier des lecteurs de Blog-Cabestany – Liberté d’Expression !!!

1 juin 2020

Courrier des lecteurs

Lorsqu’il se dit que ces médailles seraient remises aux soignants mais aussi aux administratifs de l’hôpital qui étaient en télé-travail !?!?

Ce dessin humoristique envoyé par l’un de nos fidèles lecteurs, qui ne précise pas où il l’a trouvé est signé du dessinateur Frédéric Deligne :

http://deligne.fr/

le dessin provient probablement du site Urtikan.net :

https://www.urtikan.net/dessin-du-jour/

Nous recevons régulièrement des liens de la part de plusieurs d’entre vous qui pointent vers le site :

http://lagauchematuer.fr/

ou encore cet article signé « Nanouche » qui provient d’un site qui se nomme « Observatoire du mensonge » :

La Macronie n’est plus qu’un bateau ivre.

Nous n’avons pas de rapports avec ces sites comme nous en avons avec d’autres qui nous autorisent à les publier. Et vous communiquer ces  liens ne nous engage en rien.  C’est la Liberté d’Expression. Et si vous nous envoyez d’autres liens, nous les mettrons en ligne, sous réserve qu’ils correspondent à notre éthique. Qu’ils ne soient pas vulgaires, orduriers,  racistes, diffamatoires, et qu’ils correspondent aux engagements que ce Blog a pris par écrit auprès de la C.N.I.L. La « Liberté d’expression » ne doit pas s’opposer à la « Liberté ».

Mais nous commençons a ressentir les effets de la loi « Avia » sur les médias. « La censure a t’elle été rétablie par le pouvoir ? » se demande l’un de nos amis et correspondants, journaliste à Paris. Sur Facebook, sur les réseaux sociaux, on ne voit pas la différence depuis que cette loi est passée alors qu’elle paraissait initialement comme prévue pour débarrasser Internet de bien des « saloperies ». Qu’elle aura été présentée ainsi mais semble avoir été détournée à des fins de basse et détestable politique politicienne.

Que cette loi que certains d’entre vous qualifient de « scélérate », puisse s’appliquer à la Liberté d’Expression en matière d’idées, d’opinions, de convictions politiques, est une grave régression et une atteinte à nos Libertés publiques ! C’est vous qui le dites mais nous pensons la même chose !

et continuez à nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

 

« On espère qu’on aura une vidéo des débats [du Conseil] » écrit Josyane !

24 mai 2020

Courrier des lecteurs – c’est vous qui le dites – Démocratie – Liberté d’expression

Josyane écrit : « On espère qu’on aura une vidéo des débats après coup. Déjà qu’on nous a volé cette élection………. »

Alicia vous répond : Vous êtes plusieurs à soudainement vouloir vous intéresser à ce qui se passe au Conseil Municipal. On est surpris car on a pas le souvenir que les spectateurs aient jamais été tellement nombreux pour assister à ces séances publiques où tout le monde peut venir. Où certes on est assis de façon inconfortable, où la sono est mauvaise, les diapos indéchiffrables, et où on a comme l’impression que les choses sont décidées avant et que les conseillers qui lèvent la main le font de façon automatique sans rien y comprendre. Mais n’est ce pas ainsi depuis tant d’années ?

Il ne semble pas difficile en effet de faire une vidéo des débats et la mettre sur Youtube !!! Nous le faisons fréquemment nous mêmes pour bien d’autres choses, et ça ne coute rien. Question de volonté et d’envie de transparence ! Mais la transparence est elle un mot qui signifie encore quelque chose à Cabestany ?

On comprend que vous ayez le sentiment qu’on vous a volé cette élection qui n’aurait pas du être maintenue dans le contexte de ce virus « communiste » et « chinois » (ce sont vos mots !). « C’est vous qui le dites ». L’ex URSS communiste envoyait ses chars en Hongrie ou ailleurs pour dominer le monde. Les communistes chinois ont d’autres armes, invisibles, mais bien plus efficaces, dites vous  ! Et un communiste restera toujours un communiste ! Ce sont vos mots ! Pas les nôtres..

Encore heureux, lisais je récemment, sous la plume de ce  journaliste de CNN et du Washington Post, que les américains ne sachent pas que ce laboratoire chinois d’où s’est – peut être – échappé ce virus aurait été construit par les Français et que leur conseiller aurait été le mari de celle qui était encore il y a peu notre Ministre de la Santé. Qui semblait n’être au courant de rien !? Mais que comprenons nous à tout cela sinon que nous perdons de façon injuste des amis ? Et qu’à l’arrivée, personne ne sera coupable, comme toujours !

Et puis, on n’a pas une réelle admiration pour ce Président amateur qui est à la tête de notre Etat, mais rendons à César ce qui appartient à César, car ce sont bien les dirigeants de nos différents partis politiques qui ont insisté pour que ce premier tour ait lieu à la date prévue. On comprend que – comme beaucoup d’entre nous – vous ne vous soyez pas déplacés et que maintenant vous en ressentiez la frustration.

Et que vous vouliez savoir qui sera le ou la maire de Cabestany pour les 6 ans à venir.

Nous, on ne refera pas le match. Et beaucoup de choses dépendent de qui sera le Président de l’Agglo.

Mais ayons l’honnêteté de reconnaitre que parmi les supporters de Jean Vila, vous êtes nombreux à regretter que l’on ait pas décidé d’installer des caméras de vidéo-surveillance à Cabestany. Et ce n’est pas par dogmatisme qu’on ne le fait pas, nous dites vous. Mais par un entêtement incompréhensible à vos yeux de certains qui ferait mieux de passer la main. Et vous êtes nombreux à gauche à prétendre vouloir plus de transparence, plus d’information, plus de communication en provenance de vos propres amis à la mairie. Alors, si c’est vous qui dites ce genre de choses !

Qui sait, les choses vont peut être changer à Cabestany ? On n’y croit guère mais évitons les procès d’intention. On verra bien !

Alicia vous souhaite un bon dimanche !

et continuez à nous écrire :

 

blog.cabestany@gmail.com

 

 

 

Convocation du Conseil Municipal de Cabestany, lundi 25 mai, au Centre Culturel

23 mai 2020

Comme nos lecteurs le pressentaient, et paraissaient informés avant nous mêmes, une réunion du Conseil Municipal aura bien lieu dans la Salle Pere Cerda, au Centre Culturel de Cabestany, le lundi 25 mai 2020 à 18 h 00.

En raisons des recommandations gouvernementales la séance se tiendra SANS public.

Contrairement à ce qui paraissait avoir été arrêté, mais sans qu’on puisse prétendre en avoir jamais eu la confirmation officielle, il semblerait que les débats que l’on croyait devoir être enregistrés en vidéo, et diffusés en direct sur des écrans à l’extérieur du Centre Culturel et/ou  sur certaines plateformes internet, applications de video-conference (Zoom, Google Meet, Jitsi Meet, Microsoft Teams…), réseaux sociaux, ou autres moyens très largement utilisés durant cette période, ne le seraient pas ou ne le seraient plus !?

A vrai dire, on ne sait rien de plus !

Ou plutôt on ne sait pas grand’ chose, sinon qu’officiellement, et à l’instant où nous mettons cet article en ligne, il « serait » seulement et simplement prévu une retransmission sonore des débats, à l’extérieur de la salle !?

Il semble établi que chaque élu puisse détenir deux pouvoirs chacun au lieu d’un seul, et que le quorum serait atteint à partir du moment où seulement un tiers des membres en exercice seraient effectivement présents.

Nous demandons à nos lecteurs qui nous pressent de questions et voudraient de plus amples renseignements de se rapprocher des Service de la Mairie – s’ils le souhaitent – car nous ne pouvons leur dire ce que nous ignorons nous mêmes !

Quant à ceux qui estiment qu’en 2020, il serait peut être temps qu’une municipalité qui se prétend à la page, se dote de moyens modernes d’information et de communication, nous leur laissons la responsabilité de leurs déclarations et n’ajouterons rien de plus à cette polémique.

-o-

Nous pouvons par contre leur communiquer l’Ordre du Jour :

  • ÉLECTION DU MAIRE
  • FIXATION DU NOMBRE DES ADJOINTS
  • ÉLECTION DES ADJOINTS
  • lecture de la Charte de l’Élu Local

-o-

Et enfin pour ceux qui par avance, savent – ou croient savoir – que ce Conseil Municipal  de lundi pourrait être le théâtre de bien des surprises, nous nous en tiendrons aux faits, une fois le Conseil terminé et n’avons pas de boule de cristal.

BON WEEK END A TOUS !

-o-

 

 

Les lecteurs de Blog-Cabestany vous suggèrent de signer la pétition pour défendre la Liberté d’Expression !

9 mai 2020

COURRIER DES LECTEURS -LIBERTE D’EXPRESSION – SANS COMMENTAIRES – C’EST VOUS QUI LE DITES

Nous relayons – sans rature ni rajout – la demande de nombreux de nos lecteurs :

Objet: Loi Avia : une arme de censure massive

Chère Madame, cher Monsieur,

Si la loi Avia est définitivement adoptée, tout ce que vous pourrez lire, écrire et regarder sur les réseaux sociaux sera strictement contrôlé…

… et automatiquement censuré.

Le vote définitif de la loi Avia aura lieu le 13 mai 2020.

Il n’y a pas de temps à perdre.

Pour défendre votre liberté d’expression et d’information, s’il vous plaît, signez la pétition :

Contre la censure généralisée sur Internet !

La loi Avia obligera les réseaux sociaux à supprimer, en moins de 24 heures, tous les contenus « manifestement illicites »… ou supposés tels.

Et elle contient un mécanisme de « signalement » qui en fera une arme de censure massive :

– Un média partage un article ou une vidéo sur les réseaux sociaux.

– Un internaute quelconque, qui n’est pas d’accord ou qui est indisposé, décrète qu’à son avis, c’est un contenu « illicite », et il le « signale » en cliquant simplement sur un bouton.

– Aussitôt, le compte à rebours est enclenché : les réseaux sociaux ont 24 heures pour traiter la plainte du délateur, sous peine de lourdes sanctions financières.

Le « signalement », c’est l’outil favori de la bien-pensance, des activistes de l’indignation permanente et de la délation citoyenne.

Nul doute que les réseaux sociaux en recevront des milliers et des milliers tous les jours.

Nul doute, non plus, sur le résultat de cette avalanche de « signalements » impossibles à analyser en 24 heures : pour éviter tout risque de poursuites, les réseaux sociaux censureront à tour de bras, au moindre signalement, sans aucun discernement.

Et comme il suffira qu’UNE SEULE PERSONNE « signale » un article ou une vidéo pour enclencher le compte à rebours de la censure…

… le rouleau compresseur du politiquement correct écrasera tout sur les réseaux sociaux.

Les débats libres sur des sujets sensibles comme l’immigration et l’islam, la PMA et la GPA, seront automatiquement filtrés et censurés.

Et toute l’information que vous trouverez sur les réseaux sociaux sera complètement biaisée.

Contre cette censure généralisée sur Internet, nous devons absolument défendre, tous ensemble, la liberté d’expression et d’information des Français. Pour cela, s’il vous plaît, signez la pétition !

Dans un pays démocratique comme la France, une atteinte si grave à la liberté d’expression et d’information, c’est proprement effarant.

Cette fois-ci, le Gouvernement va tellement loin dans la censure, qu’il a mobilisé contre lui l’ONU, la Commission européenne, la Commission nationale consultative des droits de l’homme…

… et même des associations antiracistes et LGBT.

Cette loi liberticide fait l’unanimité contre elle !

Malgré tout, le président de la France s’obstine :

Après avoir imposé la loi dite « anti-fake-news » pour contrôler l’information,…

après avoir annoncé lors de ses voeux la possible révision de la loi de 1881, qui protège jusqu’à présent la liberté de la presse,…

… il s’attaque à Internet via les réseaux sociaux, où à des médias indépendants qui refusent la pensée unique.

Nous devons absolument susciter une gigantesque vague de protestation dans tout le pays contre la censure généralisée sur Internet, avant le vote définitif de la loi à l’Assemblée nationale le 13 mai.

Et pour mener à bien ce combat essentiel, votre soutien sera déterminant.

Nous avons déjà recueilli des dizaines de milliers de signatures contre la loi Avia. Il nous manque la vôtre. S’il vous plait aidez nous ! Aidez vous !

Si vous ne l’avez pas encore fait ailleurs, signez vite notre pétition :

https://mobilisations.boulevard-voltaire.fr/contre-censure-genralisee-sur-internet/

Jacques écrit à Blog-Cabestany : tous les jours nous recevons des vidéos envoyées par nos amis, qui les ont reçues eux mêmes de tierces personnes, et nous les renvoyons. Sans effacer les adresses reçues, sans mettre tout cela en « copie-cachée ». Blog-Cabestany, en mettant en ligne l’une de ces vidéos pourrait s’exposer à des problèmes incalculables.

Blog-Cabestany répond à Jacques : Merci du conseil. Nous ne mettons rien en ligne sans en citer les sources. Et tout ce qui circule sur Internet est parfois douteux. Mais nous recevons régulièrement des menaces en ne faisant que simplement reproduire des articles de journaux vérifiables ou des liens autorisés car pour certains il n’y a que LEUR vérité qui soit acceptable. Tout cela ressemble souvent à la mare aux crocodiles !

 

« Lorsqu’on élit des crétins…… » ou les meilleurs extraits d’une chronique de Christophe Paoli !

6 mai 2020

« c’est vous qui le dites » – « Ils n’écrivent pas que pour nous mais nous autorisent à reprendre leurs écrits » – « Liberté de la Presse « – « Liberté d’Expression »

 

Les meilleurs extraits :

Selon les statistiques officielles de l’OCDE, datant de 2018, la France disposait de TROIS lits réservés aux « soins aigus » par 1000 habitants, contre SIX pour l’Allemagne. Soit la moitié. Même si la notion de soins aigus reste floue et mal documentée….

….. Au début de la pandémie, l’Allemagne disposait de 28 000 lits de réanimation, de respirateurs, de tests de dépistages, de masques et d’un système de santé fonctionnant correctement. Et même  si les services d’infectiologie ont été rapidement saturés, jamais en Allemagne on aura cessé de procéder à des scanners, IRM, radios quand cela s’imposait. De soigner les autres malades et de pratiquer les actes chirurgicaux nécessaires ou urgents. La France ne disposait, elle, que de 5000 à 6000 lits (selon les sources) de réanimation, peu de respirateurs, pas de tests, pas de masques pour les soignants, un système déjà saturé où l’on manquait de lits…… Et on a bloqué le système en ne s’occupant plus que des malades infectés par le virus. Et pour le moment le système n’a tenu que grâce au courage des soignants. Le système D comme débrouille. Ou la méthode à Mimille. Un système qui ne repose que sur l’héroïsme des personnels parait bien fragile. On sait où nous a mené le courage sacrificiel de nos soldats en 40. Pour ce qui est des autres malades on ne sait pas ce qui est prévu, ni même s’il est prévu qu’on se réoccupe d’eux quelque jour ?  ……

…… A ce jour, on compte 5 fois plus de victimes du virus en France qu’en Allemagne. La France disposant de 5 fois moins de moyens que ce pays voisin qui est beaucoup plus industrialisé et réactif que nous.  Est ce là l’explication ?

….. En outre, contrairement à nous, l’Allemagne a choisi de baser son système de santé sur la prévention que l’on considère chez nous comme de l’argent jeté par les fenêtres !?  En Allemagne, dès qu’on détecte une maladie cardio-vasculaire, cancer, diabète ou autre on s’avise de la soigner de façon précoce. Avant que cela ne s’aggrave ! Avant que cela ne coute trop cher selon l’avis des responsables allemands de la Santé ! On essaie de garder le malade chez lui entouré d’une système d’infirmières libérales et de médecins de ville. S’il le faut on le transporte quelques jours dans un établissement de santé proche de chez lui. Puis on le ramène à son domicile. En France, on a supprimé les services de proximité. Lorsque le malade arrive aux urgences, à plus d’une heure de chez lui, il est déjà parfois très mal en point. Il faudrait des moyens colossaux, des personnels en abondance pour s’occuper de lui. Or on a même pas suffisamment de lits…..

….. Deux philosophies contradictoires. Chacun étant certain de détenir la vérité. En Allemagne, où les dépenses de santé sont absolument identiques à la France, pour 100 agents hospitaliers on compte 24 administratifs. En France 36. Ces 12 bureaucrates supplémentaires dans le système français sont 12 médecins ou infirmières en moins ! Et en Allemagne, le directeur de l’hôpital sera souvent un médecin épaulé par un comptable et des administratifs. En France on a donné directement le pouvoir aux comptables. Qui ne supportent pas l’interférence des médecins pour les conseiller. Mais on demande à ces médecins de remplir des formulaires administratifs de toute nature et à n’en plus finir et de passer leur temps à compter les seringues. Et pour faire des économies on pense à encore supprimer des lits en chargeant des énarques de s’en occuper. Le remède est pire que le mal …..

Mais en France, pour les nouveaux dirigeants politiques de cette nouvelle classe politique qui considère que tout ce qui appartient au passé, au « vieux monde », doit être balayé, le proverbe « Mieux vaut prévenir que guérir » est un non-sens. On ne parle plus que de « startup-nation », on vante la mondialisation, la finance. Tout le reste est devenu ringard. Il n’y a que les « fainéants », les « illettrés », « ceux qui « foutent le bordel » qui ne comprennent pas cet ordre nouveau.

….. Il en est de même si on traite le problème des migrants. En Allemagne on souhaite la bienvenue à ces migrants, on les héberge. Mais on les met au boulot et on leur explique que s’ils ne jouent pas le jeu, leur avenir pourrait s’assombrir. En France on fait comprendre au migrant qu’il n’est pas le bienvenu. Mais personne ne l’oblige à travailler. D’ailleurs a t’on du travail pour lui ? Sinon au noir, en fermant les yeux pour ne pas le voir. Mais on inonde le système d’aides sociales qui coûtent un pognon de dingue. Pourquoi le migrant se sentirait il obligé de s’intégrer ? De bosser. Ou d’aller ailleurs ? Ou serait il mieux ailleurs ? Nulle part. Surtout si on l’a déjà viré d’Allemagne. En remerciements, il méprise la main qui le nourrit. A ses yeux un aveu de notre faiblesse …..

….. En Allemagne, 30% du PIB provient de l’Industrie avec un tissu de petites et moyennes entreprises familiales qui n’existent plus chez nous. Des PME aidées et conseillées par des banques régionales. Des PME qui ont besoin de main d’oeuvre et ne songent nullement à délocaliser. En France, la part de l’industrie ne représente plus que 15%. Soit la moitié de l’Allemagne. Mais on compte sur la Chine pour fabriquer ce que nos chères multinationales qui payent moins d’impôts que les autres n’ont plus envie de produire sur notre sol, au nom de nos grands principes libéraux dont on est tellement fiers qu’on voudrait en plus les faire appliquer chez les autres…..

Vit t’on mieux en Allemagne qui n’avait pas encore la notion de SMIC il y a peu et où il y a de nombreux emplois précaires ? Surement davantage qu’en France. L’Allemagne où l’on doit travailler jusqu’à 68 ans en moyenne. C’est au citoyen d’en juger ! Et je ne cherche pas à démontrer quoi que soit. Simplement énoncer des faits vérifiables que chacun pourra interpréter comme il l’entend.  Moi même je ne saurai vivre loin de ma Corse natale. Pas même sur le continent !

La principale différence entre l’Allemagne et la France provient essentiellement du choix de ses citoyens pour désigner ses dirigeants. En France qu’il s’agisse du plan local, régional ou national, on choisit son candidat sur son étiquette politique et pas sur ses compétences. Si on est de gauche il n’y a que l’étiquette de gauche qui importe. A droite, idem. Pour finir par se laisser berner par celui qui n’est pas celui que l’on croyait qu’il était….  En France on élit des crétins. Nous sommes donc gouvernés par des crétins. Et dégoûtés, on reste à la maison lors de l’élection suivante et on se retrouve avec des dirigeants élus par défaut…….

…. En France si le citoyen avait davantage d’exigence dans le choix des personnes qu’il choisit. Si le citoyen avait davantage d’exigence quant à l’action de ses dirigeants, aux résultats obtenus, les choses seraient sans doute différentes. Mais que le Français ouvre enfin les yeux et comprenne qu’il est le seul responsable de son malheur !

Christophe Paoli, journaliste indépendant, Ajaccio

Blog-Cabestany : Nous ne ferons pas de commentaires. Nous nous y somme d’ailleurs formellement engagés auprès de l’auteur. Pour obtenir le droit de reproduire ces morceaux du texte d’un journaliste qui signe le plus souvent ses articles sous le nom de « Casabianca ».  En référence au nom de ce  sous marin des Forces Navales Françaises Libres qui participa à la Libération de la Corse à l’automne 1943 ? Qui sait ?

Mais vous pouvez nous envoyer vos commentaires :

blog.cabestany@gmail.com

 

 

 

Il y a 75 ans, on accordait aux Françaises le Droit de voter !

29 avril 2020

COURRIER DES LECTEURS

Image trouvée sur Internet

Nous sommes le 29 avril 1945. La seconde guerre mondiale est sur le point de se terminer mais on se bat encore à l’ouest, comme à l’est. Les Russes sont encore en Tchécoslovaquie. Les alliés pas encore à Berlin. Le « serment de Koufra » à savoir la promesse du Général Leclerc de délivrer Strasbourg ne s’est réalisé que fin novembre 44, même si Paris a été libéré en Aout.

Ce 29 avril 1945, Hitler épouse sa maitresse Eva Braun et fait son testament. Il se suicidera le lendemain. Ce même jour le Colonel américain Sparks arrive à Dachau où les prisonniers arrachent des touffes d’herbe pour essayer de se nourrir. Il y a plus de 3 000 français mélangés avec d’autres nationalités. Les américains leur disent qu’ils sont « libres » mais ils ne sortiront que 15 jours après et tous ne survivront pas aux privations, à la maladie, aux mauvais traitements. Et leur retour n’aura pas été anticipé, comme si on avait déjà acté qu’ils ne devaient jamais revenir !

Auschwitz plus à l’est a déjà été libéré par les Russes. Qui ont découvert les mêmes atrocités. Fallait il mieux avoir été libérés par les Américains ou par l’Armée Rouge. Des Français, qui se croyaient déjà libres en voyant l’uniforme russe ne rejoindront – inexplicablement – le sol de la Patrie qu’un an, voire deux ans après !

En 1940, 1 500 000 soldats français avaient été fait prisonniers durant la brève campagne militaire qui avait débouché sur l’Armistice et qui avait quand même couté 100 000 victimes. Entre 1940 et 1945, à un moment ou à un autre, il y aura eu plus de  2 000 000 de  français, militaires ou non, des hommes mais également des femmes ou des enfants,  retenus prisonniers contre leur gré par les Allemands. Soit dans des camps de concentration, des camps de  prisonniers, ou  dans des camps de travail. On peut y ajouter un demi million de français enrôlé de force pour aller travailler en Allemagne. Et on ne peut oublier les victimes françaises – ou non – des camps d’extermination qui elles, et il s’agit de plusieurs millions, ne reviendront jamais. On a une pensée pour celle qui était l’une de nos proches, un modèle, déportée elle même à Ravensbruck, et qui se sera battue jusqu’à son dernier souffle pour les déshérités au travers de l’Association ATD Quart Monde, notre amie Geneviève (de Gaulle).

C’est dimanche dernier, 26 avril, Journée Nationale de la Déportation, qu’on aurait du honorer ces victimes dans l’espace public. Certains l’auront sans doute fait. Nous étions confinés. Cela ne nous aura pas empêché d’avoir une pensée pour ces malheureux, vivants ou disparus, et leurs familles !

Donc, ce 29 avril 1945, on vote partout en France pour les municipales et c’est la première fois que les femmes vont pouvoir s’exprimer. Et se présenter comme candidates. Mais elles sont bien peu nombreuses à faire ce choix. Et on devra attendre 1999 pour que ce soit une loi qui réaffirme ce principe d’égalité. Et on attendra encore 2013, pour que sur une liste municipale on trouve la parité complète.

Dans les pays nordiques, le droit de vote a été accordé aux femmes dès le début du 20ème siècle. C’est le 21 avril 1944, à Alger, que sur préconisation du Conseil National de la Résistance, le Général de Gaulle, au nom du gouvernement provisoire, prend une ordonnance qui accorde ce droit mais il ne pourra être appliqué qu’avec les premières élections libres de 1945.

Le texte de cette ordonnance précise de façon laconique :  « Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». Sans plus amples détails.

En Angleterre, en Espagne, les femmes n’ont acquis le droit de voter que depuis les années 30. L’Italie le fera en 1945. Le Portugal en 1976.

En France, jusqu’alors, le droit de vote était – et cela semblait naturel à tous – exclusivement réservé aux hommes. Pire, on considérait que les femmes, les domestiques et les pauvres, du fait de leur dépendance économique, n’étaient pas en situation d’exercer leur libre choix. On considérait également que les femmes n’avaient pas un même niveau de connaissance de l’environnement politique ou social. Pour certains, pas un même niveau d’intelligence !

Mais, historiquement,  ce n’est pas principalement sur ces critères qu’on considérait qu’il y avait une différence de citoyenneté entre hommes et femmes. On se basait surtout sur le fait que c’était aux hommes de défendre la patrie, de porter les armes, de verser leur sang. Ce qu’on dénommait la « citoyenneté active ». Et les hommes ne pouvaient exercer cette citoyenneté que durant la période limitée de leur vie où ils pouvaient être enrôlés sous les drapeaux. Les femmes quant à elles, ne pouvant être impliquées dans des guerres et des combats, puisque ne portant pas les armes. Sauf à être « cantinières » ou « infirmières » !

Et déjà on avait du attendre la loi du 5 mars 1848 pour déclarer le « suffrage universel ». Pour les hommes. Quand Olympe de Gouges ou Georges Sand avaient des revendications féministes de toutes natures, dont celui de pouvoir s’exprimer en pouvant voter. Mais ce n’était pas leur principale revendication. C’est l’Égalité hommes – femmes qu’elles réclamaient bien plus que le droit de mettre un papier dans une urne.

C’est entre les deux guerres que le législateur sera concrètement confronté à ce problème du vote à accorder ou non aux femmes. Un mouvement de « suffragettes », organisé et puissant, s’était élevé un peu partout en France. Mais on considérait – à l’Assemblée comme au Sénat – que par définition, les femmes étaient davantage hostiles au progrès que les hommes, paradoxalement peu réformistes, réticentes aux idées socialistes, trop attachées à l’idéal famille-enfants qui pour certains commençait déjà à être suranné. Et elles pouvaient être influencées – en confession – par  leur curé !!!  Et ce sera davantage un refus basé sur des concepts politiciens plutôt que sur une réelle discrimination sociale. Car les femmes avaient montré durant la première guerre qu’on pouvait compter sur elles pour travailler dans les usines ou dans les champs. Et faire tourner la France quand les hommes se faisaient massacrer dans les tranchées.   Et dans le gouvernement de « Front Populaire » de Léon Blum, en 1936, trois femmes deviennent ministres. Enfin pas tout à fait, on redéfinira plus ou moins pour l’occasion le statut de Secrétaire d’État. Une première semble t’il. Mais on leur donnera quand même du « Madame le Ministre ».

Durant la deuxième guerre, bien des femmes auront porté les armes, ou se seront impliquées dans la Résistance. Et c’est cela qui aura emporté la décision, toujours au nom de cette « citoyenneté active » qui voulait qu’on ne soit un citoyen à part entière que si on pouvait porter les armes !

Paradoxalement, les militaires étaient toujours exclus du droit de vote car on ne souhaitait pas qu’ils s’impliquent dans les affaires politiques. On prétend que c’est de là que l’armée aurait gagné le surnom de  « Grande Muette ». C’est seulement en aout 45, donc après les femmes, que les militaires obtiendront le droit de voter.

Peut on dire, en 2020, que la représentation au plan politique est la même pour les hommes et les femmes. On vous laissera le soin y répondre. Car on aura eue jusqu’alors qu’une seule femme Premier Ministre, et jamais encore de Présidente de la République. Mais les observateurs politiques nous annoncent que dans les prochaines années, il faudra peut être prendre des dispositions inverses pour qu’au Parlement, il n’y ait pas une disproportion trop importante d’élues femmes par rapport aux hommes !?

Nicolas

Tags : Droit de vote en France – Journée Nationale de la Déportation – Liberté d’Expression – Blog-Cabestany -Alicia –

« Les lecteurs de Blog-Cabestany sont en colère ! »

9 avril 2020

Courrier des lecteurs – nos lecteurs sont en colère – une vidéo qui fait le buzz – sans commentaires –

Liberté d’Expression

Blog-Cabestany est lu à Cabestany. Mais aussi à Paimpol, Menton ou en Correze. Et dans bien d’autres endroits si l’on en croit le rapport de notre hébergeur. On ne l’a pas cherché mais c’est ainsi. Et le nombre trop important de connexions nous pose même des problèmes pour pouvoir continuer à bénéficier de la gratuité de notre hébergement.

Nos lecteurs nous écrivent concernant une insupportable nouvelle, à savoir que le Directeur de l’Agence Régionale de Santé, la région où l’on meurt le plus du virus, aurait récemment déclaré qu’il avait l’intention de poursuivre son plan d’économie consistant à supprimer près de 600 soignants et plus de 70 lits dans sa région.

Une info qui a fait au départ l’objet d’une « Brève », une dépêche de presse de seulement quelques mots,  signée par notre ami journaliste : Électron Libre, de son pseudo.

Mais ce sont les équipes rédactionnelles d’investigation du magazine hebdomadaire Le Point, tient à préciser Électron Libre,  qui auraient réalisé l’enquête qu’ils ont mis en ligne et que nous avons pu consulter. Mais encore faut il être abonné au Point pour la voir. Et nous n’avons ni le droit, ni l’autorisation de la reproduire. Et cela n’est pas non plus dans notre éthique.

Toutefois, dans la mesure où il circule depuis quelques jours une vidéo sur le Net – sans piste sonore, et de qualité visuelle médiocre – mais dont les commentaires sont incrustés dans les images. Une vidéo qui fait le buzz et qui aurait déjà été vue des milliers de milliers de fois. Une vidéo que nous avons reçue simultanément de plusieurs sources, de plusieurs internautes, de plusieurs endroits dont la Corse, et de façon anonyme, comme des milliers d’autres personnes, et que vous trouverez ci-dessous :

 

 

Daniel, un Cabestanyenc use de son droit à la Liberté d’Expression pour Blog-Cabestany !

8 avril 2020

Courrier des lecteurs – C’est vous qui le dites – Nos lecteurs ont la parole

Daniel LE CHEVALIER, un fidèle internaute et un sympathique Cabestanyenc fait partie des nombreux lecteurs à avoir réagi, de façon très positive, à la reprise dans nos colonnes de l’article de Maxime TANDONNET, intitulé : « le calvaire de la France »

Daniel écrit :

Merci M. Maxime TANDONNET,
Nous ressentons les « choses » avec beaucoup de souffrance en nos cœurs lorsque notre Pays doit combattre un ennemi puissant, surtout lorsqu’il est invisible. En vérité, au sujet de l’immense traumatisme que fut l’incendie de Notre Dame, avons-nous trouvé les coupables ?
Depuis de nombreuses années la France est gouvernée par des « Irresponsables » incapables . Nous avons pourtant d’excellents ouvriers , techniciens, ingénieurs, médecins, et personnels soignants admirables , mais en politique , force est de constater qu’ils ne sont point à la hauteur, et de même suite, notre démocratie part en lambeaux par leur faute depuis l’arrivée d’une engeance indigne de gouverner la France. Il nous faut revenir à des valeurs morales perdues , et créer un autre système de gouvernance protectrice de l’Humain au service de la Nation.

Daniel, par notre intermédiaire, répond à notre ami Maxime, qui lira son commentaire avec le plus grand intérêt.

Mais Daniel ne s’adresse t’il pas en même temps  à nous tous ? Pour dire que dans quelques semaines ou quelques mois, il faudra que TOUS les citoyens puissent se faire entendre ! Et il nous y encourage. Et on aura bien besoin de citoyens tels que lui.

Car c’est le propre d’une Démocratie que de permettre à tous de s’exprimer. De refuser la pensée unique, le politiquement correct (qui ne veut d’ailleurs rien dire). C’est le propre d’une Démocratie que de donner la parole à ceux qui se sentent écrasés par ceux qui voudraient, sous prétexte d’être – peut être – un peu plus nombreux, nous museler et nous faire taire.

Qu’il s’agisse du plan national ou il encore autorisé de ne pas être en accord avec l’exécutif, qu’il s’agisse du plan local où l’opposition existe, chacun doit pouvoir défendre sa Liberté de penser. Et l’exprimer librement. 

A Cabestany, dans les conditions inacceptables d’un scrutin municipal qui n’aurait jamais du avoir lieu, nombreux sont les citoyens, qu’ils se soient ou non déplacés pour voter, à nous avoir assuré qu’ils nous faisaient confiance. A s’engager pour nous. On les en remercie. Mais rassurons les ! C’est maintenant à nous de porter, haut et fort,  leurs convictions et leurs idées. De les écouter. De les défendre. De les représenter.

Il ne s’agit pas pour nous de paraphraser qui que ce fut, mais réjouissons nous de constater qu’il reste encore des « Français Libres ». Des « Cabestanyencs Libres ».

Et si pour des raisons techniques, indépendantes de notre volonté, nous n’étions plus en mesure de mettre en ligne la Liberté d’Expression de nos concitoyens, cela ne signifierait pas que nos adversaires ont réussi – après autant d’efforts – à nous faire taire. Nous savons qu’au travers de nos élus, de nos amis, de nos soutiens, de nos sympathisants, de nos fidèles internautes, cette Liberté ne s’éteindra jamais à Cabestany. Nous savons que bien des Cabestanyencs ne sont plus disposés à supporter le diktat de ceux qui s’arrogent le droit de nous dire comment nous devons penser et qui voudraient de surcroit nous asservir.

Oui, à Cabestany, comme ailleurs, demain il faudra compter avec ces « Citoyens Libres ».

« Le calvaire de la France » écrit Maxime Tandonnet

6 avril 2020

Courrier des lecteurs – C’est eux qui le disent – Nous les relayons avec leur accord – Liberté d’Expression –

Image originale de l’article de Maxime Tandonnet

L’article : « Le calvaire de la France » du 5 avril 2020

          « Sommes-nous les derniers, nous la génération née du vivant du Général, à ressentir cette étrange et lancinante douleur? Une morsure de l’âme et de la chair qui ne tient pas à notre situation personnelle, mais à l’état du pays. Parmi les générations qui viennent après, la même douleur, la même brûlure se prolonge-t-elle? Voilà dix ans que la France accumule sans discontinuer les malheurs: cascades de scandales honteux (DSK, Cahuzac, etc.), vague d’attentats islamistes sanguinaires (260 tués), démocratie saccagée (présidentielles / législatives de 2017), un an de violences endémiques et destructions dues aux errements du pouvoir sur le taxe carbone (crise des Gilets jaunes), immense traumatisme que fut l’incendie de Notre-Dame, drame de la réforme des retraite et 40 jours de blocage du pays…

           Aujourd’hui, cet atroce virus et une faillite de l’équipe dirigeante sans précédent depuis 76 ans. Ils n’avaient rien préparé, rien anticipé, ni sur les fermetures de frontières, ni les masques, ni les tests de dépistages, ni les moyens de réanimation. Ils ont juré pendant des mois, la main sur le cœur, que ces outils étaient strictement inutiles. Maintenant, ils affirment tout le contraire. Et droits dans leurs bottes, sans l’ombre d’un remords, d’une excuse. Entre temps, faute de masques, faute de tests et de capacités hospitalières suffisantes, le confinement a amplifié la ruine de l’économie et anéanti la liberté d’aller et venir. Neuf-cents personnes âgées mortes dans les EHPAD ont été oubliées des statistiques.

           Et puis, comme un coup de grâce, la barbarie islamiste vient encore de frapper: à Roman-sur-Isère, un bourreau sanguinaire, réfugié soudanais, a lâchement et sournoisement tué deux hommes à coup de poignard et blessé cinq autres. Pourquoi ce crime atroce? Pour remercier la France, terre d’accueil? La terreur s’est rappelée à notre bon souvenir, accablant toujours un peu plus une nation humiliée et terrassée par les malheurs depuis dix ans.

          La démagogie extrémiste de droite comme de gauche, n’a jamais rien réglé dans l’histoire. C’est par les armes de la démocratie parlementaire et référendaire que la France doit tenter de s’arracher à la logique infernale qui l’emporte au fond de l’abîme, en sanctionnant au plus tôt les auteurs d’un abominable fiasco historique et en confiant son destin à une équipe, non pas de magiciens narcissiques ou demi-dieux infatués, mais d’hommes et de femmes responsables n’ayant d’autre perspective que le retour de la nation protectrice et le service de la France. »

Maxime TANDONNET

retrouvez cet article directement sur le Blog de l’auteur et découvrez ce qu’il écrit :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2020/04/05/le-calvaire-de-la-france/

Pour nous écrire :

blog.cabestany@gmail.com

-o-

Et bon courage à tous !

Jean Vila est il en train de transformer une simple échéance municipale en enjeu de politique politicienne de dimension nationale ?

7 mars 2020

COURRIER DES LECTEURS

xxx

LE TRACT DU PARTI COMMUNISTE. LE TRACT DE TROP ! LE TRACT QUI VOUS FOUT EN COLÈRE !

xxx

xxx

Est ce pour le Maire sortant, ou pour le Parti Communiste qu’on me propose de voter au 1er tour des Municipales à Cabestany, nous demandez vous ? Comme Janine, par exemple, qui s’adresse à Blog-Cabestany !

La « Belle endormie » qu’était Blog-Cabestany depuis plusieurs jours, semble se réveiller brutalement en ce samedi 7 mars 2020, à 8 jours du premier tour, sous un flot de mails qu’on ne s’attendait pas à avoir. Avec une sorte de colère sous jacente.

LA CAUSE ?

Un tract du Parti Communiste, et la venue de Pierre Laurent, Ancien Directeur de la Rédaction de L’Humanité, Secrétaire National du Parti communiste français de 2010 à 2018, Président du Parti de la Gauche Européenne de 2010 à 2016 et Sénateur PCF depuis 2012.

Est ce le fameux « grand coup » qu’on nous disait que Jean Vila préparait ? Ou plutôt la Gauche, une certaine Gauche, devrait t’on dire. Le « grand coup » que le soir des voeux du Maire à Cabestany, on évoquait dans les coulisses. Car ce soir là, au Centre Culturel Jean Ferrat, où l’affluence était plus conséquente qu’à l’habitude, et loin du podium où Monsieur le Maire récitait sa leçon, on y voyait – mais encore fallait t’il les connaître et les reconnaître – des gens qui gravitent plutôt à l’habitude autour du Conseil Régional de Carole Delga ou du Département d’Hermeline Malherbe. Des premiers et seconds couteaux qui sont des « politiques » à défaut – pour certains – d’être aussi des élus. Ces gens comme ceux qu’on trouve dans les coulisses de tous les appareils politiques nationaux, territoriaux, de gauche comme de droite et qui se creusent les méninges pour jouer à ce jeu détestable de préparer des stratégies hasardeuses à la « mormoil ». Des gens pour lesquels ce n’est pas la réélection du Maire sortant qui semblait leur importer (l’interessé appréciera) mais des gens pour lesquels Cabestany, ce bastion emblématique de la Gauche de la Gauche était comme un élément de la ligne Maginot. Et s’il devait tomber aux Municipales de 2020, devenir une brèche dans la ligne de retranchement d’une idéologie moribonde. Jean Vila paraissant devenir le jouet de forces qui le dépassent ! A l’insu de son plein gré ?

Si ce n’est pas faire de la « politique politicienne » que cela, mais qu’est que c’est ? Si ce n’est pas transformer un simple enjeu municipal en enjeu de politique politicienne de dimension nationale, mais qu’est que c’est ? Est ce le 49-3 qui fait irruption dans le débat local ? Ou la survie d’un parti en décomposition qui devrait être plus constructif, plus positif, pour conserver la réelle sympathie qu’il suscitait il y a encore quelques années ? Mais à qui la faute ?

Les Cabestanyencs sont t’ils pris en otage ? Vont t’il devoir se prononcer pour savoir si demain la voirie sera plus propre où pour savoir si le Parti Communiste peut encore se maintenir sur son iceberg qui fond un peu plus tous les jours ?

CAR C’EST CE QUE VOUS NOUS DITES !!!!!!!!!!!!!!!!

Pour Blog-Cabestany, l’affaiblissement d’un parti politique, LR, PS, PCF, ou quel qu’il soit, ne sert pas la Démocratie. Et augure des jours difficiles. Et nous ne nous en réjouirons jamais !

Mais revenons à ce simple mail de « Janine », un mail dont on s’attend – presque – à ce qu’on nous dise qu’on pourrait l’avoir écrit nous mêmes, mais pourquoi se donner cette peine !!!!

JANINE écrit :

« arrivée depuis peu à Cabestany et un peu perdue mes voisins me dise que le maire sortant est un homme synpathique. Mais que l’équipe qui est derrière et qui pourrez un jour arrivée au pouvoir est composé de personnes dogmatiques doctrinaires pour les quels l’idéologie communiste est bien plus importante que la vie municipale ».

Oui, Janine, on pourrait – presque – l’avoir écrit nous mêmes, tant vous nous écrivez ce qu’on pense aussi nous mêmes ! A savoir qu’on est en train de transformer une échéance locale qui concerne la vie de tous les jours de braves citoyens, en joute politique.

Ceci dit, il se trouve que nous connaissons Pierre Laurent (le fils de Paul Laurent ami de « jojo »), avec lequel on s’est « frités » parfois « virilement » (était ce en 1982 ?) et qui n’a rien d’une personne antipathique. On peut se respecter entre adversaires en s’échangeant des « gnons » sur la tronche ! On pourrait même dire qu’il peut être d’un commerce agréable si on perce la carapace d’un homme d’un abord qui semble froid. Mais nous n’avons certes pas les mêmes convictions, quoique…. par moments…. et sur certains points ! Le prétexte pour nous  parler uniquement d’une réforme des Retraites qu’on n’approuve pas non plus, est il sincère ??? Pierre va t’il nous parler du CCAS de Cabestany ? Mais comment y croire ? Nous on pense qu’il s’agit d’une fable pour nous parler de politique et rien d’autre ! Est ce vraiment le bon moment. Et ne cherche t’on pas à nous enfumer, la spécialité de l’équipe sortante ?

Colette Appert n’a pas fait de cette élection locale, municipale, un rendez vous politique. Colette Appert n’a pas fait une campagne de la Droite contre la Gauche. Pour opposer les citoyens les uns aux autres. Pour les diviser ! Pour exacerber les veilles rancunes, les vieilles oppositions. Car on n’en est plus là !!!! Sauf pour ceux qui n’ont pas su mettre leurs pendules à l’heure et appartiennent à un autre monde, usé, dépassé,  où un certain Mur à Berlin était un symbole que d’aucuns adoraient comme le Veau d’Or ! Et nous avons dans nos sympathisants des gens plus que respectables qui votent généralement à Gauche aux élections nationales. C’est Programme contre Programme que nous devrions pourvoir choisir notre avenir. Opter pour l’ALTERNANCE car, quel que soit la couleur politique du sortant, il est bon pour la Démocratie de changer de temps à autres !

CE QUI SE PASSE EN CE MOMENT A CABESTANY AVEC L’IRRUPTION DANS LA CAMPAGNE D’ENJEUX POLITICIENS QUI NOUS DÉPASSENT, NOUS EST INSUPPORTABLE ! !!

CELA NOUS PARAIT MÊME INTOLÉRABLE !

o-

DERNIERE MINUTE :

Beaucoup de nos ainés, population fragile par définition, à Cabestany ou ailleurs, nous écrivent qu’ils ne se déplaceront pas le 15 ou le 22 par peur d’un certain virus. Et que de ne pas reporter ces élections est une folie. Que leur répondre ?  Comment leur en vouloir ?  Nous on n’a pas la solution. On ne rentre pas dans cette polémique. Mais c’est votre Liberté d’Expression !!!  Et nous on pense que le résultat des élections pourrait ne pas être des plus sincères ! Mais cela nous dépasse ! Vous aurez toujours le droit de vous exprimer dans nos colonnes ! Et on pense qu’on a pas fini d’en parler. BON DIMANCHE A TOUS  !

« Amateurisme ou suffisance de soi ? ». La photo de groupe du « Candidat Jean Vila » poserait elle un problème ? C’est du moins ce que vous écrivez à Blog-Cabestany !!!

18 février 2020

« Courrier des lecteurs » – Liberté d’Expression – Démocratie

La photo de groupe d’un candidat qui n’est n’est pas au dessus des autres et qui utilise la photo de la Mairie et Marianne en arrière plan.

Au 21ème siècle, un candidat que le fait d’être le « sortant » ne place pas au dessus des autres, et parce qu’il a peur de perdre son fauteuil, peut il – légalement, moralement ou pour tellement d’autres raisons –  se servir encore de vieilles recettes éculées et utiliser certains symboles à son profit pour chercher à influencer de façon détournée les électeurs ? NOUS N’AVONS PAS LA RÉPONSE ! Mais telle est la question on ne peut plus claire et simple que vous vous posez. Nous sommes entrés dans une époque – bonne ou mauvaise –  que certains qui appartiennent au vieux monde, et qui n’ont pas été capables de mettre leur pendule à l’heure n’imaginaient pas être révolue. Mais en 2020, vous n’acceptez plus d’être dupés par ceux qui vous « auraient » embobiné durant autant d’années. Et nous, nous ne faisons que faire vivre VOTRE Liberté d’Expression.

Le Billet de la Rédaction de Blog-Cabestany

Le commentaire de l’un de nos internautes, laissé sur le site de Blog-Cabestany, en est la preuve. Il ou elle, écrit :

« Je n’ai jamais vécu, habité, voté à Cabestany. Déjà je ne m’intéresse pas aux Municipales bien trop surchargée par mon travail et de plus je suis en grève par la faute de ceux qui veulent nous spolier notre retraite. Et je n’avais aucune chance de tomber sur ce document de campagne mais il trainait sur le bureau de l’une des salariées de notre cabinet. Une collaboratrice qui vient de Cabestany. Sauf méprise de ma part, le candidat sortant de cette ville se fait photographier avec son équipe devant sa mairie et sous la statue de Marianne. Ça pourrait même être une photo montage ? Une démarche contraire à la déontologie électorale que l’on m’a enseignée il y a certes bien des années. Un point sur lequel mes collègues juristes sont tout à fait d’accord avec moi et qui pourrait de l’avis de certains faire l’objet d’un recours. Et j’aime la liberté de ton de votre blog qui ne semble pas être sous influence pour nous formater l’esprit ».

BLOG-CABESTANY répond :  Merci pour votre fidélité et merci pour cet éclairage sur une situation qui ne devrait même plus nous choquer tellement nous y sommes habitués depuis tant d’années. « Photomontage » dites vous ? Ou photo juste un peu retouchée aux entournures ? Ou pas ! Nous on laisse à nos lecteurs le soin d’en juger si c’est ce qu’ils pensent. Et d’ailleurs qu’importe ? Mais s’il s’agissait de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, il n’y aurait rien de nouveau. Un « amateurisme » pour beaucoup d’entre vous, dénoncé à chaque parution du Cabes’Infos. L’équipe de communication municipale ne démontre guère qu’elle maitrise vraiment son métier mais qu’elle est avant tout animée par un dogmatisme qui l’aveugle dans ses choix. Quant à cette « suffisance de soi » de la part de celui qui n’est qu’un simple candidat, comment s’en étonner. La photo cherchant – à votre avis – à faire passer dans l’esprit des électeurs un message subliminal : « j ‘y suis, j’y reste ». C’est cela qui vous est insupportable !

Le candidat sortant a encore largement le temps de rectifier son document. La balle est dans son camp. Car persister dans son choix serait le signe qu’il ne s’agit pas d’une faute de communication mais d’une manipulation réfléchie. Sauf s’il se croit être le propriétaire de la Mairie et de nos suffrages. Sauf s’il croit pouvoir utiliser certains symboles pour son seul profit. Sauf s’il croit que la Démocratie peut s’accommoder de petits arrangements, ce qu’il aura déjà démontré à maintes reprises, ne serait ce qu’en censurant l’Opposition dans le journal municipal.

Mais Colette Appert, telle que nous pensons bien la connaître n’est en rien une procédurière, une « Plaideuse » façon Racine ou Aristophane. Elle est droite, loyale, sincère et pour elle (sauf si l’élection se jouait à une poignée de voix) c’est le choix des électeurs qui lui importera. Car ce n’est pas cette arrogance des sortants qui devrait faire changer en profondeur les résultats. Du moins l’espérons nous. Et nous sommes encore capables de raison garder et de ne pas nous enflammer devant des artifices d’un autre temps.

Mais cette façon bien symptomatique d’étaler cette suffisance de soi nous est chaque jour un peu plus intolérable et difficilement supportable. Voilà pourquoi nous mettons tous nos espoirs en Colette Appert. Voilà pourquoi nous espérons voir enfin arriver l’ALTERNANCE qui nous apportera un peu d’oxygène et le gage d’un changement attendu par tous ceux qui ne bénéficient pas du clientélisme qui sévit depuis trop longtemps à Cabestany. Pour le reste, nous ne maitrisons pas tout, hélas !

Et encore merci à tous ceux qui nous écrivent en ce moment mais la seule campagne à mener est la campagne officielle de la candidate que nous soutenons et pas celle que nous pourrions mener en parallèle en mettant en ligne vos écrits qui ne manquent pourtant pas de pertinence et d’intérêt. Mais ne mélangeons pas tout.

Et puisque vous avez des idées et que vous vous intéressez à ce que sera Cabestany demain, contactez directement la candidate Colette Appert et son équipe de campagne ou prenez rendez vous à sa permanence du centre du village pour la rencontrer en personne. Mais des membres de son équipe s’y trouvent le plus souvent !  Voilà en quoi vous pouvez être utiles. Voilà en quoi vous avez entre vos mains le pouvoir de faire changer les choses. On compte sur vous ! Et on y croit !!! Et ce n’est pas une gesticulation médiatique, vous semblant pour le moins douteuse et même contre productive, qui pourrait vous déstabiliser. C’est du moins le sens de votre expression écrite. Et en cela vous nous rassurez ! Continuez donc à nous écrire avec la même motivation. On vous aime, TOUTES et TOUS !

La Rédaction

Venez voir notre page Facebook à l’adresse suivante :

https://www.facebook.com/Cabestany-Au-Coeur-Colette2020-103009297778265/

Contactez nous par email : juste un clic ci-dessous

cabestanyaucoeur@gmail.com

Retrouvons nous à notre permanence au centre du village,

2 rue Celestin Freinet : téléphone 06 07 78 90 88

TAGS : Colette Appert – Cabestany au Coeur – Municipales du 15 mars 2020 à Cabestany dans les Pyrénées Orientales – Occitanie – France – Pour l’ALTERNANCE à Cabestany – Liberté d’Expression – Démocratie – Pour une fiscalité maitrisée – pour la sécurité des personnes et des biens – pour un développement durable intelligent – pour vivre mieux demain à Cabestany

Avec « Trait-d’Union-Cabestany », signez la pétition de « France Nature Environnement » pour protéger nos points d’eau des pollueurs !

21 décembre 2019

« L’eau est l’un des nos biens les plus précieux » – « L’eau appartient à tous » – comment peut on laisser des pollueurs empoisonner « légalement » nos points d’eau ?

En 2018, un nouvel arrêté ministériel introduisait un grand flou concernant la surveillance, la classification des cours d’eau. Un amateurisme, voulu ou non, qui permettait de faire disparaître des cartes de nombreux cours et points d’eau. Pourquoi ? Pour donner davantage de liberté aux pollueurs d’utiliser ces poisons qui finissent dans nos rivières ? Pour ne plus ennuyer ces puissants dans leur sinistre besogne ? Des gens qui nous méprisent et font passer leur petits intérêts financiers avant notre santé (n’ont ils pas de famille?) Pour transformer des coupables en innocents légaux ? Dans un pays ou le terme de « polleur-payeur » semble être du pipeau !!!

Chez Trait-d’Union-Cabestany, une association militante mais sans gros moyens, il n’est pas question de faire davantage le procès de l’État, du gouvernement, plutôt que de l’Administration, des Syndicats Agricoles, ou de tel ou tel organisme corporatiste, de telle ou telle personne. Mais nous nous rendons compte chaque matin combien on cherche à nous maintenir dans une ignorance absolue en matière d’environnement. Alors nous nous documentons. Et nous apprenons. Nous progressons dans la compréhension des problèmes quand le chemin sera encore long. Car sans pour autant devenir des ayatollah de l’écologie, nous estimons qu’avoir un minimum de connaissances des problèmes de l’environnement qui nous entoure est une démarche Citoyenne. Au service de TOUS.

Voir l’article de la FNE : https://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=10714

Une façon de responsabiliser nos élus ! De les informer si besoin était. La meilleure façon de faire étant de travailler avec eux, à leurs côtés, en bonne intelligence. Et à Cabestany avec Colette Appert, nous avons trouvé une personne raisonnable et raisonnée. Qui sait raison garder. Qui ne risque pas de tomber dans les excès. Mais qui considère que l’environnement est à prendre en compte dans chaque décision. Et cela pour nos enfants, car  nous mêmes ne nous faisons plus beaucoup d’illusions et sommes sans doute dans ces « pisseurs de glyphosate » qu’on a empoisonnés à l’insu de notre plein gré. Mais si on pouvait éviter cela aux générations à venir.

Car nous avons l’utopie de croire que tout point d’eau devrait être protégé par une zone – à définir – de non traitement de pesticides et produits chimiques. Une zone supérieure aux 10 mètres que nous pensons que le gouvernement va décider. Ce qui serait pour nous une reculade face aux lobbies. Une soumission devant la finance. Quand il faudrait sans doute 150 mètres !

Des maires courageux (ça existe), des associations et citoyens se sont mobilisés. Plusieurs dizaines de maires ont édicté des arrêtés pour interdire l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations dans leurs communes.

Demandez avec nous le droit de vraiment vivre #LoinDesPesticides. Signez la pétition en allant sur France Nature Environnement :

https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition-interdisons-l%C3%A9pandage-de-pesticides-%C3%A0-c%C3%B4t%C3%A9-des-habitations?utm_source=mail&utm_campaign=mob_decembre

Tags : Trait-d’Union-Cabestany – Colette Appert – environnement – France Nature Environnement – pesticides et produits chimiques – mangeons bio – boycottons les fruits et légumes bourrés de saloperies qui nous tuent à petit feu –

 

« Pourquoi commémorer le 5 décembre ? », écrit Richard, le prof d’histoire !

7 décembre 2019

« Liberté d’Expression » – « C’est eux qui le disent »

« Appelés » en Algérie !

Richard est beaucoup publié, ici ou là, dans des magazines ou revues. Et il concocte pas mal d’émissions pour la télé. C’est un ancien professeur d’histoire à la Sorbonne.

Richard écrit :

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, ce que la France nommait « Son » Empire est secoué de violents soubresauts. De l’Indochine à Madagascar. Les pays d’Afrique Centrale dont les contours ont été dessinés de façon aléatoire et imbécile par la France vont se gérer eux mêmes. Le Maghreb n’est pas épargné. La Tunisie et le Maroc sous protectorat vont devenir libres. Mais pour l’Algérie il en ira autrement. En 1848, la Deuxième République, puis plus tard Napoléon III vont considérer que rattacher l’Algérie au territoire national est une nécessité pour asseoir le prestige d’une France qui entend rayonner sur le Monde. Même si l’Algérie est perçue depuis Paris par les rares  qui y ont mis un jour les pieds, comme une terre « avec beaucoup de cailloux, et seulement quelques chèvres ». Inutile d’évoquer les gens qui y habitent et qui ne semblent pas compter. On ne leur demandera d’ailleurs jamais leur avis.

Qu’on le croie ou non, les colonies n’auront jamais enrichi la France, mais seulement rendus immensément richissimes une poignée de Français.

On va engloutir d’énormes sommes d’argent en Algérie. Des montants ahurissants qui dépassent l’entendement. A fond perdu. Et mal. De l’argent qui réparti sur le sol français aurait peut être rendu notre état moins faiblard et n’en aurait sans doute pas fait cette proie facile, à trois reprises, pour l’envahisseur d’outre Rhin. Même si le raccourci n’est pas évident pour tous, s’obstiner à vouloir raccorder l’Algérie à la France, dilapider notre argent, entretenir une armée  au Maghreb, aboutira à ce qu’on perde l’Alsace et la Lorraine ? Quel gâchis ! Mais vous ne lirez jamais cela dans un manuel d’Histoire. Et personne n’en tirera les leçons. On a construit des ponts au Laos mais en 1914 on n’avait encore que les pétoires de 1870 pour se défendre. On a fait des routes qui menaient nulle part, partout dans la brousse, mais en 1939 on n’avait encore que les canons de 1914 !

Dans cet Empire, on aura tiré des fils électriques de quoi faire plusieurs fois le tour de la Terre. Mais pas construit trop d’écoles ! Un illustre de nos grands soldats, aujourd’hui disparu, raconte dans ses Mémoires : « Au fin fond de l’Algérie où j’ai servi longtemps on avait l’électricité. Dans ma ferme natale des Côtes d’Armor, en Bretagne, on aura du attendre 1953 pour être raccordé ». Et le téléphone fonctionnait mieux à Oran qu’à Lyon. Le Prestige imposait qu’on possédat un Empire quand les Français demandaient des salaires décents et des conditions de travail humaines. Ainsi, on aura eu le « Front Populaire », Munich, et la Guerre. Puis Dien Bien Phu. Et si on ne pouvait refaire le Phare d’Alexandrie, une des merveilles d’un monde ancien, on aura fait de la Poste d’Alger, le (presque) plus beau bâtiment du monde. Le sang des Français va couler devant cette Poste, rue d’Isly. A cause d’autres Français qui leur tiraient dessus !

Que les Algériens aient leur nation était sans doute légitime. Etait ce aussi légitime, que sitôt l’indépendance acquise, ils se précipitent vers la France plutot que de construire leur pays et en faire une démocratie. On voit le résultat aujourd’hui ! Quand les algériens parlent sur le sol français de leurs droits, ils semblent oublier que les pieds noirs aussi avaient des droits. Et on a accueilli ces Algériens qui nous ont foutu dehors comme des héros. On les aura naturalisés, pour qu’aujourd’hui ils se permettent de juger la France sans la moindre gratitude.

La France n’aura jamais voulu être comptable des milliers (ou dizaines de milliers) de supplétifs algériens massacrés par leur « frères » sur les quais en 1962 parce qu’on ne voulait pas d’eux en France. Pas plus que la France aura des remords pour tous ces pieds noirs massacrés après les accords d’Evian. Mais la France ne montre aucun remords  à avoir ouvert ses portes à des Algériens au nombre desquels il y avait – peut être – les égorgeurs de harkis ou pieds noirs. Alors qu’on n’avait pas vraiment accueilli comme on aurait du le faire,  les pieds noirs. Mais les pieds noirs on en parlera bientôt plus !

Trop de femmes et d’hommes, trop de civils ou militaires, quel que soit leur camp ont perdu la vie dans ce naufrage au Maghreb.

Une loi a décidé que le 5 décembre, officiellement et de façon légale, on rendrait hommage à toutes les victimes de ce qu’on mettra trop longtemps à appeler une guerre. Car il ne s’agit en rien de la commémoration d’une victoire mais de la reconnaissance par la France d’une tragédie autant pour les Français que pour les Maghrébins. Cette guerre, trop longtemps considérée comme une « opération de maintien de l’ordre ».

Laissons, ici ou là, des nostalgiques du bolchévisme, défendant une idéologie dépassée, continuer de partir en kermesse le 19 mars en tapant sur des tambours, en soufflant de façon pitoyable dans des zuzuzémas. Se réjouissent ils du malheur d’autres Français ? Car ces pieds noirs traités de colonialistes vivaient pour la plupart sous le seuil de pauvreté. Pour eux, c’était « la valise ou le cercueil ». Mais n’était ce pas ce que les dirigeants voulaient des deux côtés de la Méditerranée, en faisant abstraction de la souffrance des gens ?

En ce monde où nous vivons et où jamais les périls n’ont été aussi grands depuis des décennies, cela vaut la peine qu’on s’inquiète de l’avenir. Plutôt que de se focaliser sur des dates qu’on n’essaye même plus d’apprendre à nos élèves. L’Histoire ? Ils n’ont en plus rien à foutre ! Quand dans l’école primaire en face de chez moi, mixité oblige, un élève sur cinq ne croit même pas que le Terre soit ronde !!!!

Votre ami Richard

Blog-Cabestany : chacun a le droit d’exprimer sa pensée si l’on est toujours dans un pays de Liberté !

 

 

Ce matin 5 décembre, les Cabestanyencs de bonne volonté n’avaient pas oublié de venir commémorer les victimes des événements d’Afrique du Nord !

5 décembre 2019

« Honneur à nos Ainés »

Ce matin, nous étions le 5 décembre. Jour de grève générale. Les médias n’auront guère parlé de la Commémoration des Victimes d’Afrique du Nord, qu’une loi de la République a instituée pour que l’on se souvienne d’eux chaque 5 décembre.

Les Cabestanyencs n’oublient pas. Ils étaient presque une quarantaine, sous la pluie et dans le froid, devant le Monument aux Morts pour la France. Avant de partir, pour certains, manifester à Perpignan.

L’Association Trait-d’Union-Cabestany, association citoyenne s’il en est, avait battu le rappel mais seuls quelques étourdis avaient zappé la date.

On y voyait les représentants du Souvenir Français, des Anciens Combattants, Colette Appert et ses conseillers. D’autres brillaient par leur absence mais ils n’ont pas de quoi s’en vanter s’ils se considèrent vraiment comme des Français.

On aura chanté la Marseillaise et les Africains, un hymne qui résonne dans le cœur de tous ceux qui ont été touchés, d’une façon ou d’une autre, par ces événements tragiques.

Si Colette Appert est élue en Mars, le 5 octobre 2020, comme la loi le stipule, revêtira l’aspect d’une célébration officielle, avec drapeaux en haut des mats, et discours officiels.

Mais on n’empêchera pas ceux qui veulent célébrer le 19 mars de faire leur kermesse habituelle. Car nous ne sommes pas sectaires, contrairement à d’autres que nous ne nommerons pas. Mais qui n’ont plus que cela pour exister.

Et samedi, nous devrions mettre en ligne un document exceptionnel. L’article de l’un de nos amis, Richard, historien, qui nous donnera sa vision de ce qui s’est passé avec l’Algérie. Car nous sommes contre la pensée unique et le formatage des cerveaux, une spécialité de ceux qui sont encore à la Mairie pour quelques temps.

Et pour nos amis qui nous l’ont demandé :

« Hommage aux Fils de la France »

2 décembre 2019

« Courrier des lecteurs »

Nous sommes dans le temps de rendre l’hommage national à nos soldats Morts pour la France. Morts pour Nous !  Et pas dans le moment de polémiquer. Mais nous ne polémiquerons pas davantage demain.

Globalement, les lecteurs de Blog-Cabestany, comme nous mêmes, comprennent l’engagement de nos forces armées dans des Opérations Extérieures. Nos compatriotes risquent leur vie pour protéger la nôtre et ne pas le comprendre serait leur manquer de respect !

Bien sur quelques voix s’élèvent ici ou là, venant de personnes, dont on ne remet pas en cause le patriotisme, mais qui semblent avoir des positions obtuses et figées parce que correspondant à une idéologie gauchiste d’une autre époque. Qu’elles suivent par aveuglement et sans le moindre discernement. Mais c’est la ville de Cabestany qui appartient à une autre époque où depuis longtemps on a cessé de réfléchir, et où on laisse des petits maitres à penser nous dirent comment on devrait se comporter. « Il n’y a que l’esclave qui dise oui ! » écrivait Albert Camus. L’Historien ajoutera que ce sont les esclaves et eux seuls, qui se sont affranchis – par eux mêmes – de leur condition. Car il vaut mieux ne pas trop attendre des autres. Car il ne faut jamais donner la permission aux autres de guider son propre destin. 

Heureusement dans notre ville, il se trouve encore des forces qui ne demandent pas aux autres l’autorisation de penser ou de raisonner et le font selon leur libre arbitre. Et si vous êtes globalement d’accord avec l’engagement de nos militaires et comprenez le sens de leur sacrifice, vous y mettez parfois quelque bémol. Comme Elsa, l’une de nos fidèles lectrices d’une ville mitoyenne de la nôtre. Dont on ne remettra pas en cause les valeurs de patriotisme, de civisme et d’attachement à la Nation.

Elsa de Saint Nazaire écrit :

« petite fille de résistant fille d’un militaire de métier qui s’est battu partout pour notre pays et a été blessé mais va profitée de sa retraite bien méritée je n’ai aucun doute sur le fait qu’il faut continué de combattre le terorisme au sahel. J’ai de la tristese et des regrets de voir que les Fils de France vont mourir pour empechés les djiadistes du Mali de s’emparer de ce pays quant les Fils du Mali au lieu de se battre pour defendre leur pays se précipitent chez nous pour touchés les prestations sociales et nous gonfler en nous parlant de leurs droits. Quels droits ? Le droit des déserteurs qui vont envahir un autre pays que leur pays et crient qu’on leur envahient le leur en esperant qu’on va risquée notre peau pour eux. A chacun sa conception de l’honneur et du courage. Mais si nous en sommes la c’est que ceux qui nous dirigent depuis temps d’années ont perdus toute dignité et méprisent le sacrifice de nos ainés »

« C’est vous qui le dites »

Et quand bien même nous ne serions pas entièrement d’accord avec vous, nous défendrons votre Liberté d’Expression plus que tout.

Et puis pour répondre à un autre de nos lecteurs, nous partageons son dégout devant le dernier numéro de « Charlie-Hebdo ». Nous avons une pensée émue pour notre regretté ami « Oncle Bernard » ( Bernard Maris) assassiné lâchement avec ses amis en  janvier 2015. Comment dit on déjà ? « Ce sont les meilleurs qui partent en premier ! »

 

 

 

« A nos Morts pour la France ! »

26 novembre 2019

« Les lecteurs de Blog-Cabestany sont solidaires » – « Les Cabestanyencs témoignent de leur émotion »

Nombreux sont les messages de peine et de  soutien à nos militaires qui nous arrivent. Nous ne ferons pas de commentaires. Les mots ne peuvent pas toujours retransmettre les émotions profondes !

Tags : Nous, c’est Cabestany !

 

Gersende, pousse un « coup de gueule » sur ces assassinats de femmes qui ne font guère recette dans l’opinion !

14 novembre 2019

« Ils écrivent pour d’autres mais pour nous aussi »-« Liberté d’Expression’-« c’est eux qui le disent »

 

illustration envoyée récemment par un internaute

_

Gersende, notre amie, politologue à Paris, écrit :

           » Lorsque les médias n’ont plus rien à dire, car il est de plus en plus difficile de vendre du papier, ou de tenir l’antenne 24 heures sur 24. Lorsqu’il semble qu’on « aurait » menacé ces médias de censure, ou qu’ON leur aurait téléphoné pour leur dire de rester politiquement correct, il ne leur reste que le choix de nous noyer sous les statistiques pour essayer de faire de l’audience.

Avant on nous parlait beaucoup des accidents de voiture. Encore trop nombreux. Mais on tient maintenant le décompte des « féminicides ». On tient les compteurs à jour, à la minute, à la seconde près, comme au Téléthon : 129, 130, 131 femmes assassinées par leur compagnon depuis le début de l’année.  Plus on en parle et moins la situation des femmes martyres ne semble s’améliorer.

Avec l’aide (ou plutôt la « complicité » comme on me l’a expliquée) de petites mains qui travaillent pour la justice, et aussi grâce aux infos d’amis journalistes, j’ai voulu calculer la moyenne des peines infligées à ces criminels qui tuent leurs femmes comme on va à la chasse à la palombe.

J’ai relu, en ayant envie de vomir, des dizaines de compte-rendus de procès dans lesquels des avocats expliquaient que c’était leur client qui avait été agressé le premier par son épouse. Surtout lorsqu’il pesait 120 kilos et son épouse 50. Justifiant son mécontentement (au point de tuer sa femme) parce que la blanquette était trop cuite ou qu’il n’y avait plus de bouteille de pastis dans le placard.

Mais ma démarche n’aura pas été du gout de tout le monde, puisqu’on se sera cru obligé de m’expliquer,  en me considérant avec compassion comme une andouille,  que chaque accusé avait droit à une « personnalisation » de sa peine. A savoir que l’on ne condamne pas de la même manière les mêmes faits, selon que l’accusé aurait été ou non battu dans son enfance, se sentait brimé par son contremaitre ou son supérieur, surtout si c’était une femme,  ou que complètement alcoolisé ou shooté, son discernement pouvait avoir été plus ou moins aboli au moment du passage à l’acte.

Une façon de justifier que jusqu’à présent ces assassins s’en sortent plutôt bien. Sûrement mieux que leurs victimes pour lesquelles il n’y aura pas de seconde chance. Et du côté des médias, on m’a expliqué que mes chiffres était impubliables car sujet à d’éventuelles polémiques ou récupérations politiciennes, à une période où il faut faire profil bas et où tout le monde fait dans son froc,  terrorisé  que la moindre chose ne soit récupérée par les gilets jaunes.

Mais j’ai fait bien pire encore ! J’ai cherché à savoir où en étaient ceux des criminels reconnus coupables (car tous ne le sont pas) il y a seulement une dizaine d’années pour les mêmes faits. 

Je peux simplement dire que des assassins condamnés il y a dix ans pour avoir massacré leur épouse, il n’en reste pas des masses derrière les barreaux. Sitôt dehors, ils vont pouvoir se chercher une nouvelle gentille et dévouée épouse. Qui risque quand même d’être égorgée par son compagnon si elle oublie de passer la serpillière dans les chiottes !

Une revue qui aime à la folie les statistiques nous expliquait récemment que l’on avait davantage de chances (si on peut dire) de périr en traversant la rue, au feu rouge et sur un passage piéton, que de mourir dans un attentat. Qu’il y a plus de décès du sida qu’en avalant son dentier (ça ne s’invente pas). Et que ces femmes qui meurent sous les coups de leurs maris sont dix fois moins nombreuses à trépasser que des estivants qui perdent la vie par noyade.

Une façon de relativiser les choses quand justice et autorités n’ont pas pris la mesure du problème.

Quand je prétends, moi, pauvre conne, que ces actes odieux mériteraient comme sanction, la « peine de mort ».

Mais il s’agit là de ma Liberté d’Expression ! Et je vous autorise à n’être pas d’accord avec moi.

Gersende

Blog-Cabestany : Peu importe qu’on soit ou non d’accord avec vous. L’essentiel est que chacun puisse faire valoir sa Liberté d’Expression !  Merci

D’accord, pas d’accord ?

Dites le nous ! Continuez à nous écrire ! Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

-o-

 

 

Anniversaire de ce triste novembre 2015

13 novembre 2019

Courrier des lecteurs – sans commentaires

Paris martyrisé, le 13 novembre 2015

On ne fera pas de commentaires, et on à une pensée émue pour les victimes, leurs familles. Nous tous avons été touchés au plus profond de notre coeur.

Vous êtes plusieurs à nous parler de ce triste jour :

Claudine nous écrit ce matin : « Chers amis de Blog-Cabestany je ne veux pas faire de polémique. Nous sommes le mercredi 13 novembre 2019 anniversaire de ces odieux et sanglants attentats. Lorsque je pense qu’il y a seulement 3 jours dimanche dernier des français cyniques défilaient pour s’apitoyer sur nos bourreaux je voulais simplement dire mon mépris ma haine mon degout pour ces français indignes ! (c’est vous qui le dites)

Quand Colette Appert [et Jean Vila] font le buzz sur Blog-Cabestany !

5 novembre 2019

« Courrier des lecteurs » – « Municipales 2020 » – « c’est vous qui le dites »

Hier, lundi matin 4 novembre, peu avant 8 h 00 du matin, déjà au boulot mais mal réveillés et devant un pot de café noir, brûlant et un croissant qui a du être péché par le Capitaine Igloo au Pôle Nord car il y a encore un morceau de banquise à l’intérieur. Où sont les boulangers d’antan ? On écoute sur Radio Bleu Roussillon les interventions de Colette Appert et Jean Vila (en tout 11 minutes). On vous en avait déjà parlé. Et on essaie de les enregistrer. Sur une tablette, un premier mail arrive. Un fidèle et sympathique internaute nous écrit pour nous demander  : « j’ai un smartphone Samsung BX27. Est ce que par hasard vous sauriez comment je dois m’y prendre pour enregistrer la radio». Çà ne s’invente pas ! Un cas désespéré mais on lui répond aimablement qu’il devrait retrouver, en principe, l’intervention de Colette Appert sur notre Blog, au cours de la semaine.

La séquence radio est à peine terminée qu’on reçoit les premiers mails de nos habituels amis, quoique un peu collants,   » xz52…@gmail.com », « zy37…@yahoo.fr » et compagnie. Qui se cache donc derrière ces adresses bidon ? Ils tiennent à nous dire, (merci à eux) concernant l’intervention de Jean Vila, que Monsieur le Maire a été « fabuleux », « fantastique », et plus. Et surtout « égal à lui-même » (ça on veut bien). Et de nous égratigner avec deux fautes d’orthographe par mot. Une semaine qui commence le plus normalement du monde. Classique !!!

Culte de la personnalité exacerbé genre « Place Rouge » sur ce petit territoire Cabestanyenc qui ne fleure pas vraiment la « Perestroïka » et a un relent d’avant la chute du Mur de Berlin ou simple envie de nous exciter. Question d’habitude ! On a la sagesse de pencher quand même pour la deuxième solution et on est secoués par une franche crise de rigolade. Heureusement, peu après commencent à arriver d’autres mails pour estimer que Colette Appert a été claire, concise, et a dit le maximum de vérités en un minimum de temps. Ce qui valait mieux car son temps de parole était plus court que pour son adversaire. Mais il est évident que Colette Appert a marqué des points.

La journaliste de France Bleu, Anne-Natacha Bouillon, avait bien bossé sur son sujet. Elle posait les bonnes questions. A notre avis, Jean Vila, lui, ne donnait pas les bonnes réponses. Et pour ce qui est de la sincérité, tout cela sonnait faux et creux. Il n’avait surement pas bien anticipé les sujets qui seraient abordés et répondait à côté par manque de préparation.  Mais en cela il était bien « égal à lui-même ». Et il se prenait les pieds dans le tapis et s’enferrait sans s’en rendre compte dans cette histoire des « 24 logements », sur laquelle on n’a pas envie de communiquer. On aura reçu en pièces jointes, pas mal de documents ou commentaires divers, envoyés bien sur de façon anonyme. Sauf que Blog-Cabestany n’est pas le Canard Enchaîné. Et n’a pas les moyens de faire une contre-enquête journalistique. Les Cabestanyencs ne sont pas des doux rêveurs et savent surement mieux que nous à quoi s’en tenir sur ce sujet, comme sur bien d’autres ! On a bien sur notre idée sur le dossier. Mais qu’irions nous faire dans cette galère qui fait « eau de toutes parts » ? Sans jeu de mots, bien sur.

Colette Appert a son équipe de campagne. Nous, chez Blog-Cabestany on fait notre travail d’information. On vous propose ci-dessous, l’intervention de Colette Appert, seule, extraite de la séquence complète radiophonique. Mais on a décidé d’être transparents et de ne pas reprendre les mauvaises habitudes du Cabes’infos. On est prêts à vous envoyer par mail, dans des délais raisonnables, si bien sur vous nous le demandez, le fichier audio (qualité dégradée) de la séquence intégrale des deux candidats. C’est écoutable. Çà dure 11 minutes comme on l’a déjà dit ! Il nous a quand même fallu compresser le fichier au max pour qu’il ne soit pas trop lourd et être envoyé en pièce jointe. A vous de voir s’il vous intéresse.

On n’est quand même pas vraiment certains que l’intervention radiophonique de l’adversaire de Colette Appert plaide pour sa paroisse. Mais après tout, Chers Lecteurs, ce n’est pas à nous mais plutôt à vous, d’en juger !

Continuez à nous écrire. Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

-o-