Archive for the ‘Cabestany’ Category

Chez Blog-Cabestany on a toujours le même plaisir à vous lire ! Continuez à nous écrire ! On vous aime !

27 avril 2020

COURRIER DES LECTEURS

Et en cette période de confinement, ce ne sont pas les commentaires de nos internautes qui manquent. Ils nous envoient des liens vers des sites internet, vers des articles divers. Ils nous envoient des blagues qui ne sont pas toujours de grande classe, des photos de toutes sortes, des Power Point, des PDF, des RSS, du Youtube jusqu’à plus soif. Jusqu’à leurs propres compositions musicales ou des vidéos dont l’une sur laquelle on reconnait des Cabestanyencs qui font de la batterie en tapant sur des boites de conserves, casseroles, objets plutôt insolites. Mais qui souhaitent la réserver à seulement leurs amis dont on ferait donc partie !? Merci quand même à vous tous !

Dans vos mails, vous nous parlez de tout et de rien. Mais cela tourne autour de cet injuste mal qui nous frappe. Et qui ôte la vie à des gens que nous ne connaissons pas, mais parfois aussi à des amis. A Paris, à Evreux, à Pau, ou dans des endroits peu fréquentés en ce moment de notre beau département. Protégeons nos proches, protégeons nous !

Alors bien sur, nous nous sentons obligés de lire tout et n’importe quoi en ce moment sur internet. Et on n’est pas vraiment capables de faire le tri. Capables de faire la différence entre le vrai et le faux !

On a quand même écouté avec intérêt, en américain, dans ses mots originaux, l’interview de cet éminent Prix Nobel français de Biologie et de Médecine dont la réputation ne semble pas devoir être mise en cause. Pour lui, il n’y a pas l’ombre d’un doute, aucune hésitation possible, ce virus est une fabrication de biologistes compétents qui se sont appuyés sur les moyens de l’intelligence artificielle au travers de gigantesques calculateurs informatiques que l’on compte au monde sur les doigts des deux mains, et qui ne sont évidemment pas à la portée de tous. Des travaux autorisés par un État à son plus haut niveau. C’est donc l’homme qui a fabriqué cette saloperie. Pour lui :  une certitude lorsqu’on a son savoir et ses connaissances en la matière !

On fabrique ici ou là, sur la planète, des armes chimiques, des armes bactériologiques. En Chine peut être plus qu’ailleurs, mais également aux États Unis et même dans nos vieux pays d’Europe. De peur sans doute que le réchauffement climatique épargne certains d’entre nous. Ainsi, à l’aide d’armes nucléaires, de gaz mortels, de mines, de virus, le travail sera complet et la terre redeviendra une planète sans êtres humains. Relisons l’ouvrage de Théodore Monod : « Si l’aventure humaine devait échouer ».

Quant à savoir pourquoi le virus est sorti d’un laboratoire ? L’oeuvre d’un gouvernement de tarés qui estiment que l’Occident est par trop arrogant ou bien la manipulation d’opposants voulant faire tomber ce régime de dictateurs communistes ? Mais rien que dans ce mot de « communiste » tout est dit sur l’absence de considération que des dirigeants peuvent avoir vis à vis de ceux qu’ils dominent et traitent en esclaves….. !!!  Ou encore un accident industriel ou la folie d’un savant qui se prenait pour une sorte de Docteur Folamour, en référence à ce film de Stanley Kubrick, qui date de 1964. Était ce même dans le cadre de la recherche d’une arme létale ou simplement de la recherche scientifique pure ? Même s’il devient probablement de plus en plus rare qu’on dépense des sommes astronomiques pour faire de la recherche sans savoir dans quel but on la fait.

Alors ne vous étonnez plus si en ce moment on a pas vraiment envie d’en écrire  davantage dans ce Blog. Car si c’est pour copier-coller ce que d’autres écrivent déjà, et on le fait parfois, quel en serait l’intérêt ?

Pour taper sur le pouvoir en place, sa communicante débile, le cafouillage de nos élus ? Quelle dérision. Nous sommes tous sur « le même bateau » disait Churchill  en 1941 lors de sa rencontre avec Roosevelt, sur un navire de guerre le « Prince of Wales », au large de Terre Neuve, en des temps historiques graves. Où le Premier Ministre anglais cherchait à rallier les Etats Unis à la défense de l’Occident contre les forces du Mal. Et nous, de Droite de Gauche, citoyens de ce pays, nous sommes tous également sur un même bateau et nous devrons nous serrer les coudes pour essayer de nous en sortir.

On écrit pour rendre hommage à nos soignants ? Oui évidemment. Et si vous avez des idées originales on les reprendra sur ce Blog ! Mais si c’est pour vous démoraliser, ce n’est pas nécessaire.

Alors on espère des jours meilleurs sans savoir quand, ni même s’ils viendront. Mais nos internautes auront constaté qu’on répond à leurs mails. Pas toujours dans la minute, ni dans l’heure. Cela peut prendre une semaine. On le fait surtout la nuit lorsque le sommeil ne vient pas. On accepte de parler aussi bien des élections municipales à Cabestany que sur des sujets de politique générale les plus divers ou d’actualité. Que ce soient trois mots pour accuser réception ou plus pour engager un dialogue, on répond à TOUS !!!

On essaie juste de ne pas rompre le contact avec vous. Car pas besoin de mettre un masque – qu’on a d’ailleurs pas – pour taper sur l’un des claviers de nos tablettes, ordinateurs, téléphones, ou autres. En se partageant entre nous un travail, qui n’en est d’ailleurs pas un. Plutôt un plaisir.

C’est aussi de cette manière qu’on peut ressentir ce que vous pensez, qu’on comprend vos priorités et vos inquiétudes. Les mêmes que les nôtres ! Qu’on sent battre le pouls de nos concitoyens !

C’est ainsi que modestement, on essaie de faire vivre la Liberté d’Expression à Cabestany. Une Liberté bien malmenée ! Lorsque le Chef de l’État fait des allusions au Comité National de la Résistance, nous on veut bien. En se demandant quand même s’il sait vraiment de quoi il parle. Car pour nous le mot « Résistance » semble avoir un tout autre sens que pour lui. Bonne semaine à tous, chers amis. Et continuez à nous écrire !

Postmaster

juste un clic sur le lien ci-dessous pour nous écrire. on s’en réjouit déjà :

blog.cabestany@gmail.com

« Encore un acte de délinquance à Cabestany » écrit une Citoyenne à Blog-Cabestany !

20 avril 2020

courrier des lecteurs – liberté d’expression

« Jeanne » écrit :

« encore une agression a cabestany mais ce qui est étrange c’est pour une fois on en parlent dans lindep. la censure municipale est elle à ce point confiné que de tels informations arrivent aux oreilles du grand public par le bié d’un journal départementale. je ne peut en dire trop sans m’exposée. des jeunes dont on se demande pourquoi on les libere a chaque fois. et ce sera sans doute a cause de la droite. qui veux des cameras inutiles des policiers municipaux inutile car il ne se passe rien a cabestany » (c’est vous qui le dites !)

Essayons d’expliquer mieux les choses : il est question d’une brave Mamie de Cabestany, agressée par deux jeunes de moins de 16 ans, pour – apparemment – la dépouiller, en raison de son état de grande faiblesse. Et l’Indépendant en a parlé. Et ils auraient été identifiés par les autorités. Et nous n’avons pas à interférer dans cette affaire. Laquelle quand même vous interpelle tout comme nous !

De plus, à aucun moment nous ne souhaiterions qu’on laisse supposer sur notre Blog que l’Indépendant pourrait se montrer sélectif  dans son information. Ou qu’ils n’auraient pas leur entière liberté de publication. Nous ne le pensons pas !

Précisons que c’est à notre demande que Jeanne, ou la personne qui pourrait éventuellement se cacher derrière ce pseudo, a écrit un second commentaire mis en ligne ci dessus. Mais avec ses mots à elle et à sa manière. Car elle nous avait, de façon spontanée, envoyé un premier commentaire où elle en disait trop. Nous l’avons passé à la moulinette. Notre choix. Elle y exposait les faits avec moults détails ou du moins « sa » version des faits. Elle nous communiquait l’identité, l’adresse de la victime, et d’autres choses encore. Et avec une foule de détails et de précisions, elle divulguait l’identité et le parcours des « présumés » auteurs des faits. Tout ce qu’on ne peut pas mettre en ligne, évidemment. Même si on regrette de ne pas pouvoir dire certaines choses qui nous révoltent. Car de tels agissements nous révoltent !

Et si un jour, écrit un autre,  vous vous faites casser la gueule dans la rue par quelqu’un que vous connaissez, il restera le « présumé » auteur des faits tant que la justice ne se sera pas prononcée. Et si il n’y a pas de témoins, on vous dira – peut être – que vous vous êtes vous même mangé la porte de votre armoire à glaces, en pleine tronche, en vous levant précipitamment la nuit ! Mais ça fait partie aussi de nos Libertés dont on ne laissera pas le monopole à d’autres !

Pour d’autres parmi nos lecteurs, les commentaires tournent davantage autour de sujets comme l’éducation, la morale, le civisme. On nous parle encore de laxisme. Ou d’impunité. Vaste débat ! Et vous nous reparlez de cette insécurité de nos rues à Cabestany que vous vivez mais qui pour certains ne seraient qu’un pur fantasme !

Durant la dernière campagne municipale, on nous l’a bien dit, bien répété, pour que ça nous rentre bien dans nos petits cranes à la cervelle rachitique. Il n’y a pas de délinquance à Cabestany. Alors que de la délinquance il y en a partout ailleurs et plus que le fait en lui même, c’est cette façon de nier les réalités qui vous insupporte. Au nom d’un dogmatisme éculé. Et il est toujours surprenant lorsqu’on interroge nos adversaires, de façon individuelle ou en groupe, de ne pas obtenir les mêmes réponses. Comme si on leur dictait ce qu’ils sont autorisés à dire.

Mais ailleurs, la délinquance, on tente de l’endiguer. On se bouge. On fait ce qu’on peut. Alors qu’à Cabestany ce serait inutile. A Cabestany où il n’y a pas de vente de farine à la sauvette, de vente de talc ou de feuilles d’eucalyptus là où vous savez. A Cabestany où il n’y a pas d’agressions, pas de cambriolages, pas de dégradations de voitures. Rien de tous cela ! Rien du tout, on vous dit ! RIEN ! Cabestany, qui fait partie du monde des Bisounours ! Oui, nous avons bien de la chance de vivre au pays de Candy !

On se souvient de cet homme politique communiste, paix à son âme, qui dans un meeting, en d’autres temps et d’autres lieux, nous expliquait que si on fermait les prisons, il n’y aurait plus de délinquants ! Il paraissait y croire lui même. Et c’est sans doute pour cela que nos gouvernants actuels ferment les hostos : « pour qu’il n’y ait plus de malades !!! » Encore fallait il y penser !

Mais alors, pourquoi – pour reprendre vos propos –  cette hystérie de la Droite à Cabestany qui voulait nous mettre des caméras de surveillance et renforcer la police municipale ? Puisqu’il ne se passe jamais rien à Cabestany ! Vous avez voté. Vous avez choisi. Mais maintenant, s’il vous plait,  ne venez pas vous plaindre si vous découvrez – trop tard – que vous avez fait le mauvais choix !!!

Et nous rendrons hommage à nos policiers et gendarmes. Qui tout au long de l’année ont bien du mérite. Il se trouve que nous connaissons parfaitement leurs difficultés, leur problèmes et leurs moyens en cette période de confinement. Et à nos yeux, du mérite, ils en ont encore davantage en ces temps difficiles ! Et on les soutient sans réserves !

Daniel, un Cabestanyenc use de son droit à la Liberté d’Expression pour Blog-Cabestany !

8 avril 2020

Courrier des lecteurs – C’est vous qui le dites – Nos lecteurs ont la parole

Daniel LE CHEVALIER, un fidèle internaute et un sympathique Cabestanyenc fait partie des nombreux lecteurs à avoir réagi, de façon très positive, à la reprise dans nos colonnes de l’article de Maxime TANDONNET, intitulé : « le calvaire de la France »

Daniel écrit :

Merci M. Maxime TANDONNET,
Nous ressentons les « choses » avec beaucoup de souffrance en nos cœurs lorsque notre Pays doit combattre un ennemi puissant, surtout lorsqu’il est invisible. En vérité, au sujet de l’immense traumatisme que fut l’incendie de Notre Dame, avons-nous trouvé les coupables ?
Depuis de nombreuses années la France est gouvernée par des « Irresponsables » incapables . Nous avons pourtant d’excellents ouvriers , techniciens, ingénieurs, médecins, et personnels soignants admirables , mais en politique , force est de constater qu’ils ne sont point à la hauteur, et de même suite, notre démocratie part en lambeaux par leur faute depuis l’arrivée d’une engeance indigne de gouverner la France. Il nous faut revenir à des valeurs morales perdues , et créer un autre système de gouvernance protectrice de l’Humain au service de la Nation.

Daniel, par notre intermédiaire, répond à notre ami Maxime, qui lira son commentaire avec le plus grand intérêt.

Mais Daniel ne s’adresse t’il pas en même temps  à nous tous ? Pour dire que dans quelques semaines ou quelques mois, il faudra que TOUS les citoyens puissent se faire entendre ! Et il nous y encourage. Et on aura bien besoin de citoyens tels que lui.

Car c’est le propre d’une Démocratie que de permettre à tous de s’exprimer. De refuser la pensée unique, le politiquement correct (qui ne veut d’ailleurs rien dire). C’est le propre d’une Démocratie que de donner la parole à ceux qui se sentent écrasés par ceux qui voudraient, sous prétexte d’être – peut être – un peu plus nombreux, nous museler et nous faire taire.

Qu’il s’agisse du plan national ou il encore autorisé de ne pas être en accord avec l’exécutif, qu’il s’agisse du plan local où l’opposition existe, chacun doit pouvoir défendre sa Liberté de penser. Et l’exprimer librement. 

A Cabestany, dans les conditions inacceptables d’un scrutin municipal qui n’aurait jamais du avoir lieu, nombreux sont les citoyens, qu’ils se soient ou non déplacés pour voter, à nous avoir assuré qu’ils nous faisaient confiance. A s’engager pour nous. On les en remercie. Mais rassurons les ! C’est maintenant à nous de porter, haut et fort,  leurs convictions et leurs idées. De les écouter. De les défendre. De les représenter.

Il ne s’agit pas pour nous de paraphraser qui que ce fut, mais réjouissons nous de constater qu’il reste encore des « Français Libres ». Des « Cabestanyencs Libres ».

Et si pour des raisons techniques, indépendantes de notre volonté, nous n’étions plus en mesure de mettre en ligne la Liberté d’Expression de nos concitoyens, cela ne signifierait pas que nos adversaires ont réussi – après autant d’efforts – à nous faire taire. Nous savons qu’au travers de nos élus, de nos amis, de nos soutiens, de nos sympathisants, de nos fidèles internautes, cette Liberté ne s’éteindra jamais à Cabestany. Nous savons que bien des Cabestanyencs ne sont plus disposés à supporter le diktat de ceux qui s’arrogent le droit de nous dire comment nous devons penser et qui voudraient de surcroit nous asservir.

Oui, à Cabestany, comme ailleurs, demain il faudra compter avec ces « Citoyens Libres ».

Jean Vila est il en train de transformer une simple échéance municipale en enjeu de politique politicienne de dimension nationale ?

7 mars 2020

COURRIER DES LECTEURS

xxx

LE TRACT DU PARTI COMMUNISTE. LE TRACT DE TROP ! LE TRACT QUI VOUS FOUT EN COLÈRE !

xxx

xxx

Est ce pour le Maire sortant, ou pour le Parti Communiste qu’on me propose de voter au 1er tour des Municipales à Cabestany, nous demandez vous ? Comme Janine, par exemple, qui s’adresse à Blog-Cabestany !

La « Belle endormie » qu’était Blog-Cabestany depuis plusieurs jours, semble se réveiller brutalement en ce samedi 7 mars 2020, à 8 jours du premier tour, sous un flot de mails qu’on ne s’attendait pas à avoir. Avec une sorte de colère sous jacente.

LA CAUSE ?

Un tract du Parti Communiste, et la venue de Pierre Laurent, Ancien Directeur de la Rédaction de L’Humanité, Secrétaire National du Parti communiste français de 2010 à 2018, Président du Parti de la Gauche Européenne de 2010 à 2016 et Sénateur PCF depuis 2012.

Est ce le fameux « grand coup » qu’on nous disait que Jean Vila préparait ? Ou plutôt la Gauche, une certaine Gauche, devrait t’on dire. Le « grand coup » que le soir des voeux du Maire à Cabestany, on évoquait dans les coulisses. Car ce soir là, au Centre Culturel Jean Ferrat, où l’affluence était plus conséquente qu’à l’habitude, et loin du podium où Monsieur le Maire récitait sa leçon, on y voyait – mais encore fallait t’il les connaître et les reconnaître – des gens qui gravitent plutôt à l’habitude autour du Conseil Régional de Carole Delga ou du Département d’Hermeline Malherbe. Des premiers et seconds couteaux qui sont des « politiques » à défaut – pour certains – d’être aussi des élus. Ces gens comme ceux qu’on trouve dans les coulisses de tous les appareils politiques nationaux, territoriaux, de gauche comme de droite et qui se creusent les méninges pour jouer à ce jeu détestable de préparer des stratégies hasardeuses à la « mormoil ». Des gens pour lesquels ce n’est pas la réélection du Maire sortant qui semblait leur importer (l’interessé appréciera) mais des gens pour lesquels Cabestany, ce bastion emblématique de la Gauche de la Gauche était comme un élément de la ligne Maginot. Et s’il devait tomber aux Municipales de 2020, devenir une brèche dans la ligne de retranchement d’une idéologie moribonde. Jean Vila paraissant devenir le jouet de forces qui le dépassent ! A l’insu de son plein gré ?

Si ce n’est pas faire de la « politique politicienne » que cela, mais qu’est que c’est ? Si ce n’est pas transformer un simple enjeu municipal en enjeu de politique politicienne de dimension nationale, mais qu’est que c’est ? Est ce le 49-3 qui fait irruption dans le débat local ? Ou la survie d’un parti en décomposition qui devrait être plus constructif, plus positif, pour conserver la réelle sympathie qu’il suscitait il y a encore quelques années ? Mais à qui la faute ?

Les Cabestanyencs sont t’ils pris en otage ? Vont t’il devoir se prononcer pour savoir si demain la voirie sera plus propre où pour savoir si le Parti Communiste peut encore se maintenir sur son iceberg qui fond un peu plus tous les jours ?

CAR C’EST CE QUE VOUS NOUS DITES !!!!!!!!!!!!!!!!

Pour Blog-Cabestany, l’affaiblissement d’un parti politique, LR, PS, PCF, ou quel qu’il soit, ne sert pas la Démocratie. Et augure des jours difficiles. Et nous ne nous en réjouirons jamais !

Mais revenons à ce simple mail de « Janine », un mail dont on s’attend – presque – à ce qu’on nous dise qu’on pourrait l’avoir écrit nous mêmes, mais pourquoi se donner cette peine !!!!

JANINE écrit :

« arrivée depuis peu à Cabestany et un peu perdue mes voisins me dise que le maire sortant est un homme synpathique. Mais que l’équipe qui est derrière et qui pourrez un jour arrivée au pouvoir est composé de personnes dogmatiques doctrinaires pour les quels l’idéologie communiste est bien plus importante que la vie municipale ».

Oui, Janine, on pourrait – presque – l’avoir écrit nous mêmes, tant vous nous écrivez ce qu’on pense aussi nous mêmes ! A savoir qu’on est en train de transformer une échéance locale qui concerne la vie de tous les jours de braves citoyens, en joute politique.

Ceci dit, il se trouve que nous connaissons Pierre Laurent (le fils de Paul Laurent ami de « jojo »), avec lequel on s’est « frités » parfois « virilement » (était ce en 1982 ?) et qui n’a rien d’une personne antipathique. On peut se respecter entre adversaires en s’échangeant des « gnons » sur la tronche ! On pourrait même dire qu’il peut être d’un commerce agréable si on perce la carapace d’un homme d’un abord qui semble froid. Mais nous n’avons certes pas les mêmes convictions, quoique…. par moments…. et sur certains points ! Le prétexte pour nous  parler uniquement d’une réforme des Retraites qu’on n’approuve pas non plus, est il sincère ??? Pierre va t’il nous parler du CCAS de Cabestany ? Mais comment y croire ? Nous on pense qu’il s’agit d’une fable pour nous parler de politique et rien d’autre ! Est ce vraiment le bon moment. Et ne cherche t’on pas à nous enfumer, la spécialité de l’équipe sortante ?

Colette Appert n’a pas fait de cette élection locale, municipale, un rendez vous politique. Colette Appert n’a pas fait une campagne de la Droite contre la Gauche. Pour opposer les citoyens les uns aux autres. Pour les diviser ! Pour exacerber les veilles rancunes, les vieilles oppositions. Car on n’en est plus là !!!! Sauf pour ceux qui n’ont pas su mettre leurs pendules à l’heure et appartiennent à un autre monde, usé, dépassé,  où un certain Mur à Berlin était un symbole que d’aucuns adoraient comme le Veau d’Or ! Et nous avons dans nos sympathisants des gens plus que respectables qui votent généralement à Gauche aux élections nationales. C’est Programme contre Programme que nous devrions pourvoir choisir notre avenir. Opter pour l’ALTERNANCE car, quel que soit la couleur politique du sortant, il est bon pour la Démocratie de changer de temps à autres !

CE QUI SE PASSE EN CE MOMENT A CABESTANY AVEC L’IRRUPTION DANS LA CAMPAGNE D’ENJEUX POLITICIENS QUI NOUS DÉPASSENT, NOUS EST INSUPPORTABLE ! !!

CELA NOUS PARAIT MÊME INTOLÉRABLE !

o-

DERNIERE MINUTE :

Beaucoup de nos ainés, population fragile par définition, à Cabestany ou ailleurs, nous écrivent qu’ils ne se déplaceront pas le 15 ou le 22 par peur d’un certain virus. Et que de ne pas reporter ces élections est une folie. Que leur répondre ?  Comment leur en vouloir ?  Nous on n’a pas la solution. On ne rentre pas dans cette polémique. Mais c’est votre Liberté d’Expression !!!  Et nous on pense que le résultat des élections pourrait ne pas être des plus sincères ! Mais cela nous dépasse ! Vous aurez toujours le droit de vous exprimer dans nos colonnes ! Et on pense qu’on a pas fini d’en parler. BON DIMANCHE A TOUS  !

Cabestany, le Programme de Colette Appert pour l’ALTERNANCE !

1 mars 2020

Cabestany, 10 000 habitants, dans l’Agglo de Perpignan :

Municipales du 15 mars 2020

le Programme de la candidate qui nous apportera – enfin – l’ALTERNANCE !!!

————————————————

———————————————————————–———————————————————-


——————————————————–

——————————————————–

——————————————–

———————————–

——————————

Retrouvez Colette Appert sur Facebook : Cabestanyaucoeur

 

« Amateurisme ou suffisance de soi ? ». La photo de groupe du « Candidat Jean Vila » poserait elle un problème ? C’est du moins ce que vous écrivez à Blog-Cabestany !!!

18 février 2020

« Courrier des lecteurs » – Liberté d’Expression – Démocratie

La photo de groupe d’un candidat qui n’est n’est pas au dessus des autres et qui utilise la photo de la Mairie et Marianne en arrière plan.

Au 21ème siècle, un candidat que le fait d’être le « sortant » ne place pas au dessus des autres, et parce qu’il a peur de perdre son fauteuil, peut il – légalement, moralement ou pour tellement d’autres raisons –  se servir encore de vieilles recettes éculées et utiliser certains symboles à son profit pour chercher à influencer de façon détournée les électeurs ? NOUS N’AVONS PAS LA RÉPONSE ! Mais telle est la question on ne peut plus claire et simple que vous vous posez. Nous sommes entrés dans une époque – bonne ou mauvaise –  que certains qui appartiennent au vieux monde, et qui n’ont pas été capables de mettre leur pendule à l’heure n’imaginaient pas être révolue. Mais en 2020, vous n’acceptez plus d’être dupés par ceux qui vous « auraient » embobiné durant autant d’années. Et nous, nous ne faisons que faire vivre VOTRE Liberté d’Expression.

Le Billet de la Rédaction de Blog-Cabestany

Le commentaire de l’un de nos internautes, laissé sur le site de Blog-Cabestany, en est la preuve. Il ou elle, écrit :

« Je n’ai jamais vécu, habité, voté à Cabestany. Déjà je ne m’intéresse pas aux Municipales bien trop surchargée par mon travail et de plus je suis en grève par la faute de ceux qui veulent nous spolier notre retraite. Et je n’avais aucune chance de tomber sur ce document de campagne mais il trainait sur le bureau de l’une des salariées de notre cabinet. Une collaboratrice qui vient de Cabestany. Sauf méprise de ma part, le candidat sortant de cette ville se fait photographier avec son équipe devant sa mairie et sous la statue de Marianne. Ça pourrait même être une photo montage ? Une démarche contraire à la déontologie électorale que l’on m’a enseignée il y a certes bien des années. Un point sur lequel mes collègues juristes sont tout à fait d’accord avec moi et qui pourrait de l’avis de certains faire l’objet d’un recours. Et j’aime la liberté de ton de votre blog qui ne semble pas être sous influence pour nous formater l’esprit ».

BLOG-CABESTANY répond :  Merci pour votre fidélité et merci pour cet éclairage sur une situation qui ne devrait même plus nous choquer tellement nous y sommes habitués depuis tant d’années. « Photomontage » dites vous ? Ou photo juste un peu retouchée aux entournures ? Ou pas ! Nous on laisse à nos lecteurs le soin d’en juger si c’est ce qu’ils pensent. Et d’ailleurs qu’importe ? Mais s’il s’agissait de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, il n’y aurait rien de nouveau. Un « amateurisme » pour beaucoup d’entre vous, dénoncé à chaque parution du Cabes’Infos. L’équipe de communication municipale ne démontre guère qu’elle maitrise vraiment son métier mais qu’elle est avant tout animée par un dogmatisme qui l’aveugle dans ses choix. Quant à cette « suffisance de soi » de la part de celui qui n’est qu’un simple candidat, comment s’en étonner. La photo cherchant – à votre avis – à faire passer dans l’esprit des électeurs un message subliminal : « j ‘y suis, j’y reste ». C’est cela qui vous est insupportable !

Le candidat sortant a encore largement le temps de rectifier son document. La balle est dans son camp. Car persister dans son choix serait le signe qu’il ne s’agit pas d’une faute de communication mais d’une manipulation réfléchie. Sauf s’il se croit être le propriétaire de la Mairie et de nos suffrages. Sauf s’il croit pouvoir utiliser certains symboles pour son seul profit. Sauf s’il croit que la Démocratie peut s’accommoder de petits arrangements, ce qu’il aura déjà démontré à maintes reprises, ne serait ce qu’en censurant l’Opposition dans le journal municipal.

Mais Colette Appert, telle que nous pensons bien la connaître n’est en rien une procédurière, une « Plaideuse » façon Racine ou Aristophane. Elle est droite, loyale, sincère et pour elle (sauf si l’élection se jouait à une poignée de voix) c’est le choix des électeurs qui lui importera. Car ce n’est pas cette arrogance des sortants qui devrait faire changer en profondeur les résultats. Du moins l’espérons nous. Et nous sommes encore capables de raison garder et de ne pas nous enflammer devant des artifices d’un autre temps.

Mais cette façon bien symptomatique d’étaler cette suffisance de soi nous est chaque jour un peu plus intolérable et difficilement supportable. Voilà pourquoi nous mettons tous nos espoirs en Colette Appert. Voilà pourquoi nous espérons voir enfin arriver l’ALTERNANCE qui nous apportera un peu d’oxygène et le gage d’un changement attendu par tous ceux qui ne bénéficient pas du clientélisme qui sévit depuis trop longtemps à Cabestany. Pour le reste, nous ne maitrisons pas tout, hélas !

Et encore merci à tous ceux qui nous écrivent en ce moment mais la seule campagne à mener est la campagne officielle de la candidate que nous soutenons et pas celle que nous pourrions mener en parallèle en mettant en ligne vos écrits qui ne manquent pourtant pas de pertinence et d’intérêt. Mais ne mélangeons pas tout.

Et puisque vous avez des idées et que vous vous intéressez à ce que sera Cabestany demain, contactez directement la candidate Colette Appert et son équipe de campagne ou prenez rendez vous à sa permanence du centre du village pour la rencontrer en personne. Mais des membres de son équipe s’y trouvent le plus souvent !  Voilà en quoi vous pouvez être utiles. Voilà en quoi vous avez entre vos mains le pouvoir de faire changer les choses. On compte sur vous ! Et on y croit !!! Et ce n’est pas une gesticulation médiatique, vous semblant pour le moins douteuse et même contre productive, qui pourrait vous déstabiliser. C’est du moins le sens de votre expression écrite. Et en cela vous nous rassurez ! Continuez donc à nous écrire avec la même motivation. On vous aime, TOUTES et TOUS !

La Rédaction

Venez voir notre page Facebook à l’adresse suivante :

https://www.facebook.com/Cabestany-Au-Coeur-Colette2020-103009297778265/

Contactez nous par email : juste un clic ci-dessous

cabestanyaucoeur@gmail.com

Retrouvons nous à notre permanence au centre du village,

2 rue Celestin Freinet : téléphone 06 07 78 90 88

TAGS : Colette Appert – Cabestany au Coeur – Municipales du 15 mars 2020 à Cabestany dans les Pyrénées Orientales – Occitanie – France – Pour l’ALTERNANCE à Cabestany – Liberté d’Expression – Démocratie – Pour une fiscalité maitrisée – pour la sécurité des personnes et des biens – pour un développement durable intelligent – pour vivre mieux demain à Cabestany

Blog-Cabestany, les co-listiers de Colette Appert, les citoyens de bonne volonté de Cabestany rassemblés pour l’Alternance, n’ont pas oublié ce qui s’est passé en janvier 2015 à Charlie Hebdo !

13 janvier 2020

LIBERTE D’EXPRESSION

Peu nombreux semblent être les Français qui n’ont pas totalement oublié ou ne veulent plus penser à ce qui s’est passé à Charlie Hebdo en janvier 2015. Des médias ont rappelé sans trop s’appesantir dessus, cet événement tragique. Il en est de même de certains politiques qui prétendent que cela aurait changé leur vision du monde qui nous entoure. Non, nous n’avons rien oublié, disent ils !? Mais ajoutent  que c’était l’acte de déséquilibrés, ou une action isolée, ou un mauvais concours de circonstances,  qui ne seraient aucunement le reflet d’une transformation de notre pays. Et NOUS, nous nous demandons si leurs propos ne sont pas prononcés dans la perspective des prochaines élections locales.

Dans un pays où au sommet de l’État, on vous explique qu’il n’y a pas de « Culture Française » et où on vous incite, même si on est nés bien après 1968, à battre sa coulpe tous les matins et se repentir sur ce que dans les livres scolaires on n’enseigne même plus : la «  colonisation ».

Ce sont des hommes et des femmes de bonne volonté, comme nous, qui ont été lâchement assassinés en 2015 à Charlie Hebdo. Dont le copain de l’un des rédacteurs de notre Blog, à savoir « Oncle Bernard » ou Bernard Maris, un économiste dont on se demandait ce qu’il faisait dans l’équipe de Charlie-Hebdo, mais il était de ceux qui dénonçaient une mondialisation qui nous fait acheter, à l’insu de notre plein gré, des objets fabriqués par des enfants exploités, dans des usines qui s’effondrent un jour sur leur tête. Pour jeter encore plus vite ces produits de mauvaise qualité qui finiront par polluer nos océans. Et mettent tant de nos concitoyens au chômage !

Charlie-Hebdo ne faisait pas partie des revues, journaux, magazines auxquels Blog-Cabestany est abonné. Parce qu’on peut revendiquer avoir de l’humour sans pour autant se pâmer devant tout ce qu’on trouvait dans Charlie. Mais Charlie c’était la Liberté d’Expression, et elle en a pris un sérieux coup dans les gencives.

Dans l’équipe de Charlie, et au nombre de ceux qui furent massacrés sans raison, il y avait – entre autres – Cabu, Honoré, Tignous et Wolinsky, des dessinateurs de talent. Mais quand bien même on ne leur reconnaitrait aucun talent, cela changerait t’il quelque chose ? Il y avait la psy Elsa, Mustapha le correcteur qui maniait mieux la langue française que nous on ne le fera jamais. Un policier en charge de la protection du journal, celui qui préparait les casse-croutes et le café, un gardien de la paix musulman qui passait par là. Méritaient t’ils qu’on les abattent comme des chiens ? Pour certains, OUI !

Il y avait Charb, le leader affiché d’un collectif comme celui de notre Blog qui fonctionnait comme un groupe d’amis et n’avait pas réellement besoin de patron. Charb se disait lui même être un communiste pur et dur. Comment savoir ? Il avait des positions selon nous excessives. En quoi cela ferait t’il qu’il n’aurait pas eu le droit d’exprimer ses idées. Et on ne citera pas tous les noms des victimes comme on énoncerait une liste à la Prévert.

Et puis il y a ceux qui sont passés au travers des balles. Et on pense à Zineb El Rhazoui, la courageuse, dont je serais fière si j’étais un jour son amie. Mais il faudrait déjà que je la rencontre. Car ils se sera trouvé, en janvier 2015 et depuis lors, de sinistres individus, français ou non, musulmans ou non, pour justifier cette tuerie au nom d’idéologies douteuses. Et si je vous citais la liste de ces salopards qui me donnent envie de vomir et que vous voyez ou écoutez, pour certains, chaque jour ou presque sur BFM, le service public à la télé ou la radio, et ailleurs, vous en tomberiez de l’armoire.

Car peut on dire aujourd’hui que ces défenseurs de la Liberté d’Expression sont morts pour quelque chose ? Que leur sacrifice n’a pas été inutile. Quand des élus de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, en mal de se faire réélire, dans des banlieues abandonnées par la République, estiment que les journalistes de Charlie n’auraient peut être pas du franchir la ligne jaune. Quelle belle façon d’exprimer leur égoisme ! La peur au ventre de ne pas être réélus quitte à dire n’importe quoi. Des élus mus par leur seul clientèlisme. Quand ces élus nous font croire qu’ils auraient une certaine morale. Pour moi il s’agit plutôt d’une morale à la con !!!

Je crois qu’il y a quelque chose de pourri non pas au « Royaume de Danemark » si on reprend la phrase de Shakespeare, écrite il y a 400 ans, dans « Hamlet », mais plutôt au Royaume de France en 2020. Et je songe à Voltaire qui, s’il vivait de nos jours, serait trainé dans la boue. Ou pire, risquerait pour sa vie  !

Car au pays des Droits de l’Homme, le nôtre, il souffle un mauvais vent qui anesthésie les esprits et atrophie notre liberté de penser. Dans un pays où tout attentat est désormais l’oeuvre d’un détraqué et non plus d’un djihadiste ! Même s’il est désormais prouvé que fumer du cannabis à 18 ans risque fort de vous rendre complétement zinzin à 40 ans.

Car pour nos élites, nos moralisateurs, nos censeurs, critiquer l’islamisme équivaut à passer pour un raciste. Vouloir renvoyer chez eux, certains de ces migrants illégaux venant de pays en paix et vous passez pour un facho. Et on laisse crever de faim et de froid nos SDF dans nos rues, alors qu’on s’apitoie sur ceux qui sont venus chez nous toucher les allocs, quand ils auraient mieux fait de prendre les armes pour défendre leur pays. Et ce sont les fils de France qui vont se faire tuer dans leur pays. A leur place !

Et bien NOUS à Cabestany, nous prétendons que cette emprise sur nos esprits ressemble aux méthodes qui avaient cours en URSS, il n’y a pas si longtemps. Et bien NOUS à Cabestany nous prétendons que ceux qui cherchent à nous faire la morale sont les mêmes qui se targuent d’appartenir à la Gauche de la Gauche, de détenir le monopole de la solidarité, d’être les seuls capables de défendre nos acquis sociaux. Quand nous nous serions les défenseurs, à les écouter, de cette mondialisation de merde ! Ils cherchent à nous abuser par des discours enjôleurs dont il y a tout lieu de se méfier.

Alors que moi je prétends que quel que soit le parti politique auquel on appartient, et même si on ne se revendique d’aucun camp, il est temps d’envoyer par nos votes, Colette Appert s’occuper de nos affaires municipales.

Alicia

Cabestany Au Coeur !

11 janvier 2020

ÉLECTION MUNICIPALE DE MARS 2020

A CABESTANY (66330)

Colette Appert et son équipe vous souhaitent une Bonne et Heureuse Année 2020 !

Et retrouvez la candidate ou ses co-listiers à leur permanence électorale au centre du village, au 2 rue Celestin Freinet, durant les heures d’ouverture.

Renseignements, rendez vous : tél 06 07 78 90 88

(photo non contractuelle)

Tags : Colette Appert – Cabestany Au Coeur – Élection Municipale de Mars 2020 – Droite Républicaine – Rassemblement des Citoyens pour l’ALTERNANCE à Cabestany – Démocratie – Liberté d’expression – « Pour mieux vivre à Cabestany » – Rejoignez nous : 06 07 78 90 88

Avec « Trait-d’Union-Cabestany », signez la pétition de « France Nature Environnement » pour protéger nos points d’eau des pollueurs !

21 décembre 2019

« L’eau est l’un des nos biens les plus précieux » – « L’eau appartient à tous » – comment peut on laisser des pollueurs empoisonner « légalement » nos points d’eau ?

En 2018, un nouvel arrêté ministériel introduisait un grand flou concernant la surveillance, la classification des cours d’eau. Un amateurisme, voulu ou non, qui permettait de faire disparaître des cartes de nombreux cours et points d’eau. Pourquoi ? Pour donner davantage de liberté aux pollueurs d’utiliser ces poisons qui finissent dans nos rivières ? Pour ne plus ennuyer ces puissants dans leur sinistre besogne ? Des gens qui nous méprisent et font passer leur petits intérêts financiers avant notre santé (n’ont ils pas de famille?) Pour transformer des coupables en innocents légaux ? Dans un pays ou le terme de « polleur-payeur » semble être du pipeau !!!

Chez Trait-d’Union-Cabestany, une association militante mais sans gros moyens, il n’est pas question de faire davantage le procès de l’État, du gouvernement, plutôt que de l’Administration, des Syndicats Agricoles, ou de tel ou tel organisme corporatiste, de telle ou telle personne. Mais nous nous rendons compte chaque matin combien on cherche à nous maintenir dans une ignorance absolue en matière d’environnement. Alors nous nous documentons. Et nous apprenons. Nous progressons dans la compréhension des problèmes quand le chemin sera encore long. Car sans pour autant devenir des ayatollah de l’écologie, nous estimons qu’avoir un minimum de connaissances des problèmes de l’environnement qui nous entoure est une démarche Citoyenne. Au service de TOUS.

Voir l’article de la FNE : https://civicrm.fne.asso.fr/civicrm/mailing/view?reset=1&id=10714

Une façon de responsabiliser nos élus ! De les informer si besoin était. La meilleure façon de faire étant de travailler avec eux, à leurs côtés, en bonne intelligence. Et à Cabestany avec Colette Appert, nous avons trouvé une personne raisonnable et raisonnée. Qui sait raison garder. Qui ne risque pas de tomber dans les excès. Mais qui considère que l’environnement est à prendre en compte dans chaque décision. Et cela pour nos enfants, car  nous mêmes ne nous faisons plus beaucoup d’illusions et sommes sans doute dans ces « pisseurs de glyphosate » qu’on a empoisonnés à l’insu de notre plein gré. Mais si on pouvait éviter cela aux générations à venir.

Car nous avons l’utopie de croire que tout point d’eau devrait être protégé par une zone – à définir – de non traitement de pesticides et produits chimiques. Une zone supérieure aux 10 mètres que nous pensons que le gouvernement va décider. Ce qui serait pour nous une reculade face aux lobbies. Une soumission devant la finance. Quand il faudrait sans doute 150 mètres !

Des maires courageux (ça existe), des associations et citoyens se sont mobilisés. Plusieurs dizaines de maires ont édicté des arrêtés pour interdire l’épandage de pesticides à moins de 150 mètres des habitations dans leurs communes.

Demandez avec nous le droit de vraiment vivre #LoinDesPesticides. Signez la pétition en allant sur France Nature Environnement :

https://www.fne.asso.fr/actualites/p%C3%A9tition-interdisons-l%C3%A9pandage-de-pesticides-%C3%A0-c%C3%B4t%C3%A9-des-habitations?utm_source=mail&utm_campaign=mob_decembre

Tags : Trait-d’Union-Cabestany – Colette Appert – environnement – France Nature Environnement – pesticides et produits chimiques – mangeons bio – boycottons les fruits et légumes bourrés de saloperies qui nous tuent à petit feu –

 

« Pourquoi commémorer le 5 décembre ? », écrit Richard, le prof d’histoire !

7 décembre 2019

« Liberté d’Expression » – « C’est eux qui le disent »

« Appelés » en Algérie !

Richard est beaucoup publié, ici ou là, dans des magazines ou revues. Et il concocte pas mal d’émissions pour la télé. C’est un ancien professeur d’histoire à la Sorbonne.

Richard écrit :

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, ce que la France nommait « Son » Empire est secoué de violents soubresauts. De l’Indochine à Madagascar. Les pays d’Afrique Centrale dont les contours ont été dessinés de façon aléatoire et imbécile par la France vont se gérer eux mêmes. Le Maghreb n’est pas épargné. La Tunisie et le Maroc sous protectorat vont devenir libres. Mais pour l’Algérie il en ira autrement. En 1848, la Deuxième République, puis plus tard Napoléon III vont considérer que rattacher l’Algérie au territoire national est une nécessité pour asseoir le prestige d’une France qui entend rayonner sur le Monde. Même si l’Algérie est perçue depuis Paris par les rares  qui y ont mis un jour les pieds, comme une terre « avec beaucoup de cailloux, et seulement quelques chèvres ». Inutile d’évoquer les gens qui y habitent et qui ne semblent pas compter. On ne leur demandera d’ailleurs jamais leur avis.

Qu’on le croie ou non, les colonies n’auront jamais enrichi la France, mais seulement rendus immensément richissimes une poignée de Français.

On va engloutir d’énormes sommes d’argent en Algérie. Des montants ahurissants qui dépassent l’entendement. A fond perdu. Et mal. De l’argent qui réparti sur le sol français aurait peut être rendu notre état moins faiblard et n’en aurait sans doute pas fait cette proie facile, à trois reprises, pour l’envahisseur d’outre Rhin. Même si le raccourci n’est pas évident pour tous, s’obstiner à vouloir raccorder l’Algérie à la France, dilapider notre argent, entretenir une armée  au Maghreb, aboutira à ce qu’on perde l’Alsace et la Lorraine ? Quel gâchis ! Mais vous ne lirez jamais cela dans un manuel d’Histoire. Et personne n’en tirera les leçons. On a construit des ponts au Laos mais en 1914 on n’avait encore que les pétoires de 1870 pour se défendre. On a fait des routes qui menaient nulle part, partout dans la brousse, mais en 1939 on n’avait encore que les canons de 1914 !

Dans cet Empire, on aura tiré des fils électriques de quoi faire plusieurs fois le tour de la Terre. Mais pas construit trop d’écoles ! Un illustre de nos grands soldats, aujourd’hui disparu, raconte dans ses Mémoires : « Au fin fond de l’Algérie où j’ai servi longtemps on avait l’électricité. Dans ma ferme natale des Côtes d’Armor, en Bretagne, on aura du attendre 1953 pour être raccordé ». Et le téléphone fonctionnait mieux à Oran qu’à Lyon. Le Prestige imposait qu’on possédat un Empire quand les Français demandaient des salaires décents et des conditions de travail humaines. Ainsi, on aura eu le « Front Populaire », Munich, et la Guerre. Puis Dien Bien Phu. Et si on ne pouvait refaire le Phare d’Alexandrie, une des merveilles d’un monde ancien, on aura fait de la Poste d’Alger, le (presque) plus beau bâtiment du monde. Le sang des Français va couler devant cette Poste, rue d’Isly. A cause d’autres Français qui leur tiraient dessus !

Que les Algériens aient leur nation était sans doute légitime. Etait ce aussi légitime, que sitôt l’indépendance acquise, ils se précipitent vers la France plutot que de construire leur pays et en faire une démocratie. On voit le résultat aujourd’hui ! Quand les algériens parlent sur le sol français de leurs droits, ils semblent oublier que les pieds noirs aussi avaient des droits. Et on a accueilli ces Algériens qui nous ont foutu dehors comme des héros. On les aura naturalisés, pour qu’aujourd’hui ils se permettent de juger la France sans la moindre gratitude.

La France n’aura jamais voulu être comptable des milliers (ou dizaines de milliers) de supplétifs algériens massacrés par leur « frères » sur les quais en 1962 parce qu’on ne voulait pas d’eux en France. Pas plus que la France aura des remords pour tous ces pieds noirs massacrés après les accords d’Evian. Mais la France ne montre aucun remords  à avoir ouvert ses portes à des Algériens au nombre desquels il y avait – peut être – les égorgeurs de harkis ou pieds noirs. Alors qu’on n’avait pas vraiment accueilli comme on aurait du le faire,  les pieds noirs. Mais les pieds noirs on en parlera bientôt plus !

Trop de femmes et d’hommes, trop de civils ou militaires, quel que soit leur camp ont perdu la vie dans ce naufrage au Maghreb.

Une loi a décidé que le 5 décembre, officiellement et de façon légale, on rendrait hommage à toutes les victimes de ce qu’on mettra trop longtemps à appeler une guerre. Car il ne s’agit en rien de la commémoration d’une victoire mais de la reconnaissance par la France d’une tragédie autant pour les Français que pour les Maghrébins. Cette guerre, trop longtemps considérée comme une « opération de maintien de l’ordre ».

Laissons, ici ou là, des nostalgiques du bolchévisme, défendant une idéologie dépassée, continuer de partir en kermesse le 19 mars en tapant sur des tambours, en soufflant de façon pitoyable dans des zuzuzémas. Se réjouissent ils du malheur d’autres Français ? Car ces pieds noirs traités de colonialistes vivaient pour la plupart sous le seuil de pauvreté. Pour eux, c’était « la valise ou le cercueil ». Mais n’était ce pas ce que les dirigeants voulaient des deux côtés de la Méditerranée, en faisant abstraction de la souffrance des gens ?

En ce monde où nous vivons et où jamais les périls n’ont été aussi grands depuis des décennies, cela vaut la peine qu’on s’inquiète de l’avenir. Plutôt que de se focaliser sur des dates qu’on n’essaye même plus d’apprendre à nos élèves. L’Histoire ? Ils n’ont en plus rien à foutre ! Quand dans l’école primaire en face de chez moi, mixité oblige, un élève sur cinq ne croit même pas que le Terre soit ronde !!!!

Votre ami Richard

Blog-Cabestany : chacun a le droit d’exprimer sa pensée si l’on est toujours dans un pays de Liberté !

 

 

Ce matin 5 décembre, les Cabestanyencs de bonne volonté n’avaient pas oublié de venir commémorer les victimes des événements d’Afrique du Nord !

5 décembre 2019

« Honneur à nos Ainés »

Ce matin, nous étions le 5 décembre. Jour de grève générale. Les médias n’auront guère parlé de la Commémoration des Victimes d’Afrique du Nord, qu’une loi de la République a instituée pour que l’on se souvienne d’eux chaque 5 décembre.

Les Cabestanyencs n’oublient pas. Ils étaient presque une quarantaine, sous la pluie et dans le froid, devant le Monument aux Morts pour la France. Avant de partir, pour certains, manifester à Perpignan.

L’Association Trait-d’Union-Cabestany, association citoyenne s’il en est, avait battu le rappel mais seuls quelques étourdis avaient zappé la date.

On y voyait les représentants du Souvenir Français, des Anciens Combattants, Colette Appert et ses conseillers. D’autres brillaient par leur absence mais ils n’ont pas de quoi s’en vanter s’ils se considèrent vraiment comme des Français.

On aura chanté la Marseillaise et les Africains, un hymne qui résonne dans le cœur de tous ceux qui ont été touchés, d’une façon ou d’une autre, par ces événements tragiques.

Si Colette Appert est élue en Mars, le 5 octobre 2020, comme la loi le stipule, revêtira l’aspect d’une célébration officielle, avec drapeaux en haut des mats, et discours officiels.

Mais on n’empêchera pas ceux qui veulent célébrer le 19 mars de faire leur kermesse habituelle. Car nous ne sommes pas sectaires, contrairement à d’autres que nous ne nommerons pas. Mais qui n’ont plus que cela pour exister.

Et samedi, nous devrions mettre en ligne un document exceptionnel. L’article de l’un de nos amis, Richard, historien, qui nous donnera sa vision de ce qui s’est passé avec l’Algérie. Car nous sommes contre la pensée unique et le formatage des cerveaux, une spécialité de ceux qui sont encore à la Mairie pour quelques temps.

Et pour nos amis qui nous l’ont demandé :

« Hommage aux Fils de la France »

2 décembre 2019

« Courrier des lecteurs »

Nous sommes dans le temps de rendre l’hommage national à nos soldats Morts pour la France. Morts pour Nous !  Et pas dans le moment de polémiquer. Mais nous ne polémiquerons pas davantage demain.

Globalement, les lecteurs de Blog-Cabestany, comme nous mêmes, comprennent l’engagement de nos forces armées dans des Opérations Extérieures. Nos compatriotes risquent leur vie pour protéger la nôtre et ne pas le comprendre serait leur manquer de respect !

Bien sur quelques voix s’élèvent ici ou là, venant de personnes, dont on ne remet pas en cause le patriotisme, mais qui semblent avoir des positions obtuses et figées parce que correspondant à une idéologie gauchiste d’une autre époque. Qu’elles suivent par aveuglement et sans le moindre discernement. Mais c’est la ville de Cabestany qui appartient à une autre époque où depuis longtemps on a cessé de réfléchir, et où on laisse des petits maitres à penser nous dirent comment on devrait se comporter. « Il n’y a que l’esclave qui dise oui ! » écrivait Albert Camus. L’Historien ajoutera que ce sont les esclaves et eux seuls, qui se sont affranchis – par eux mêmes – de leur condition. Car il vaut mieux ne pas trop attendre des autres. Car il ne faut jamais donner la permission aux autres de guider son propre destin. 

Heureusement dans notre ville, il se trouve encore des forces qui ne demandent pas aux autres l’autorisation de penser ou de raisonner et le font selon leur libre arbitre. Et si vous êtes globalement d’accord avec l’engagement de nos militaires et comprenez le sens de leur sacrifice, vous y mettez parfois quelque bémol. Comme Elsa, l’une de nos fidèles lectrices d’une ville mitoyenne de la nôtre. Dont on ne remettra pas en cause les valeurs de patriotisme, de civisme et d’attachement à la Nation.

Elsa de Saint Nazaire écrit :

« petite fille de résistant fille d’un militaire de métier qui s’est battu partout pour notre pays et a été blessé mais va profitée de sa retraite bien méritée je n’ai aucun doute sur le fait qu’il faut continué de combattre le terorisme au sahel. J’ai de la tristese et des regrets de voir que les Fils de France vont mourir pour empechés les djiadistes du Mali de s’emparer de ce pays quant les Fils du Mali au lieu de se battre pour defendre leur pays se précipitent chez nous pour touchés les prestations sociales et nous gonfler en nous parlant de leurs droits. Quels droits ? Le droit des déserteurs qui vont envahir un autre pays que leur pays et crient qu’on leur envahient le leur en esperant qu’on va risquée notre peau pour eux. A chacun sa conception de l’honneur et du courage. Mais si nous en sommes la c’est que ceux qui nous dirigent depuis temps d’années ont perdus toute dignité et méprisent le sacrifice de nos ainés »

« C’est vous qui le dites »

Et quand bien même nous ne serions pas entièrement d’accord avec vous, nous défendrons votre Liberté d’Expression plus que tout.

Et puis pour répondre à un autre de nos lecteurs, nous partageons son dégout devant le dernier numéro de « Charlie-Hebdo ». Nous avons une pensée émue pour notre regretté ami « Oncle Bernard » ( Bernard Maris) assassiné lâchement avec ses amis en  janvier 2015. Comment dit on déjà ? « Ce sont les meilleurs qui partent en premier ! »

 

 

 

« A nos Morts pour la France ! »

26 novembre 2019

« Les lecteurs de Blog-Cabestany sont solidaires » – « Les Cabestanyencs témoignent de leur émotion »

Nombreux sont les messages de peine et de  soutien à nos militaires qui nous arrivent. Nous ne ferons pas de commentaires. Les mots ne peuvent pas toujours retransmettre les émotions profondes !

Tags : Nous, c’est Cabestany !

 

De pauvres gens inondés ! Mais à qui la faute ? écrit Seb à Blog-Cabestany

25 novembre 2019

« c’est vous qui le dites » – « Courrier des lecteurs »

Image fournie par un de nos lecteurs

De pauvres gens inondés ! Mais à qui la faute ? écrit Seb à Blog-Cabestany

Seb, un Cabestanyenc, qui voit sa mère vivre un cauchemar dans le Var, use de sa Liberté d’Expression.

« Ma mère veuve de mon père et institutrice 37 années à Toulouse n’avait vécu qu’en appartement. A la retraite elle décidait de s’acheter une petite maison deux faces sans jardinet dans un lotissement récent dans le Var. J’ai trouvé qu’elle se précipitait. Mais comment lui faire entendre raison. Une maison qui ne datait que de trois années et que le jeune couple muté ailleurs devait quitter rapidement. C’est peut être vrai. Et une bonne affaire en apparence au niveau du prix.

Début 2015 j’ai accompagné ma mère chez le notaire pour cette maison qui avait été construite en 2012. Personne ne nous aura dit que le terrain en 2010 deux ans avant de construire était sous un mètre cinquante d’eau.

A l’automne 2015 j’ai installé son frigo son lave linge sur des parpains ce qui a sauvé son electroménager. Ils y sont toujours. Sa chambre étant à l’étage. Depuis 3 jours elle a de nouveau les pieds dans 20 centimètres d’eau l’eau mais redoute un même épisode qu’en 2010 et elle ne trouvera jamais des pigeons pour lui racheter sa maison qui suinte l’humidité.

Qui est responsable ? Le maire de la commune le prefet le promoteur les acheteurs ? Ou le maire d’une autre commune en amont qui a fait n’importe quoi dont ses habitants ont les pieds au sec. Tous les actuers se renvoient la balle. Comment on a pu contruire en zone inondable. En parfaite connaissance des risques. Mais on continue. Et ca va pas s’arreté.

Parce que pour des maires qui ont trop ou mal dépensé l’arrivée de nouveaux habitants représentent un ballon d’oxygene. Il y a dix ans en arriere un maire qui contruisait avait des chances d’etre re-élu. Aujourdh’ui heuresement c’est le contraire. Mais il fallait faire des logements pour attirer des gens qui venaient d’autre commune. Faire des centre commerciaux qui font que le commerce de ville ferme ses portes.

Quand on voit la galerie carrefour avec autant d’emplacements vides et le mas guerido on se pose des questions sur la competence de nos maires pour gerer une ville. Sinon faire des installations grandioses comme l’archipel qui ne sera payé que dans 30 ans et jamais rentabilisé.

Qu’on cesse de nous explqié que c’est le rechauffement climatique qui existe bien mais qui a bon dos.

Mon père fonctionnaire travaillait pour le ministere de l’Equipement que Bruxelles commes les élus de tous bords se sont acharnés à faire disparaître. Pour récupérer les permis de construire pour mettre la main sur le pactole et faire que des pauvres gens ont les pieds dans l’eau. Et autour de nous lorsque je vois les projets de contruction en cours ou à venir je me dis qu’on est tombé sur la tête.

Je rêve qu’un candidat aux municipales me dise qu’il va soumettte chaque permis de construire à un expert avant de le signer. Qu’il va arreté le bétonnage. Ne plus faire des aménagements aux couts non controlés trop grands mal utilisés non rentables nons managés. Qu’il va remettre des petits commerces en centre ville. Qu’il va refaire les trottoirs la voirie. Que les citoyens vont redevenir le centre d’interet des élus. Mais ca coute rien de rever. »

 

Blog-Cabestany : Merci Seb pour ce long, long texte, qu’on a copié-collé tel quel. Qu’on s’est seulement autorisé à séparer en paragraphes pour plus de clarté et lisibilité.

Mais notre rôle n’est pas de faire, nous mêmes, des promesses électorales. A vous, de lire le programme des candidats, et de vous faire votre idée. Pour nous c’est clair. Il y aura le choix entre une situation que certains d’entre vous considèrent comme merveilleuse et qui doit perdurer encore 40 ans. Et l’Alternance. C’est chacun dans l’urne qui en décidera. Et assumera ses choix.

Quant au problème, sur le fond, on nous a évoqué, sans qu’on puisse le vérifier, le cas d’une Métropole à plusieurs centaines de kilomètres de Perpignan qui donnerait des avis défavorables pour des permis de construire en zones estimées à risques mais pour lesquels ce sont les Maires auxquels on donnerait la liberté de statuer en dernier ressort sur la foi d’un Plan de Prévention qu’ils ont fait eux mêmes. Cherchez l’erreur ! Et on connait une ville, qu’on ne citera pas, où on a édifié une grosse verrue, appelée Maison des Jeunes, dans un bassin de récupération des eaux. Mais c’est légal. Et l’humidité sur certains murs, dont on nous cause sans cesse, sans avoir eu l’occasion de la constater nous mêmes,  « serait » selon nos lecteurs, elle aussi….. légale !

Anniversaire de ce triste novembre 2015

13 novembre 2019

Courrier des lecteurs – sans commentaires

Paris martyrisé, le 13 novembre 2015

On ne fera pas de commentaires, et on à une pensée émue pour les victimes, leurs familles. Nous tous avons été touchés au plus profond de notre coeur.

Vous êtes plusieurs à nous parler de ce triste jour :

Claudine nous écrit ce matin : « Chers amis de Blog-Cabestany je ne veux pas faire de polémique. Nous sommes le mercredi 13 novembre 2019 anniversaire de ces odieux et sanglants attentats. Lorsque je pense qu’il y a seulement 3 jours dimanche dernier des français cyniques défilaient pour s’apitoyer sur nos bourreaux je voulais simplement dire mon mépris ma haine mon degout pour ces français indignes ! (c’est vous qui le dites)

Cérémonie du 11 novembre 2019 devant le Monument aux Morts de Cabestany !

8 novembre 2019

Courrier des lecteurs – Honneur à nos Aînés

Honneur à nos Aînés !

Tous les Cabestanyencs, femmes ou hommes de bonne volonté, se retrouveront lundi 11 novembre 2019, à 11 h 00 du matin précises , devant le Monument aux Morts de Cabestany, à côté du Centre Culturel,  pour la commémoration de la fin de la Grande Guerre.

Les Associations d’Anciens Combattants seront présentes pour cette cérémonie officielle.

A ceux d’entre vous, peu nombreux, qui sans remettre en cause cette cérémonie, se demandent, nous demandent, si elle est encore utile, 101 ans après, nous répondrons que tant qu’il ne sera pas institutionnalisée une Journée unique pour honorer tous ceux qui sont tombés pour notre Liberté, nous ne voyons pas pourquoi on ignorerait cette journée. Et ce n’est pas trop que de se déplacer trois fois dans l’année : les 8 mai, 11 novembre et 5 décembre, pour honorer nos Aînés et notre Patrie.

Il s’agit là d’un Devoir de Mémoire ! Qui pour nous revêt une extrême importance.

Et pour cette Cabestanyenque, qu’on apprécie, et qui nous écrit : « lundi matin, je serai devant le monument, pour honorer tous ceux de ma famille qui sont tombés pour la France, dans plusieurs des différentes guerres menées depuis un siècle pour la France, pour notre Liberté. Je chanterai, sans réserves,  « La Marseillaise » qui est l’hymne de mon pays. Mais si à la fin de cette cérémonie on pouvait nous passer « Les Africains » ! Mais je rêve sans doute ?  »

Chère amie, fidèle lectrice, vous rêvez en effet,  si vous pensez que l’on vous jouera « Les Africains » à la fin d’une cérémonie d’Anciens Combattants à Cabestany. Mais chez Blog-Cabestany, on s’octroie toutes les Libertés. Et si nous soutenons Colette Appert c’est pour « plus de liberté ».

Alors s’il n’y a que cela pour vous faire plaisir, chère lectrice de notre Blog, nous mettons en ligne ce que vous nous demandez.

Mais qu’il soit clair qu’il ne s’agit pas là pour nous d’une facétie. D’une forme d’humour ou de malice qui serait en cette occasion plus que discutable.  Nous sommes on ne peut plus sérieux ! Nous respectons nos amis Pieds Noirs et sommes solidaires de leurs souffrances. Nous respectons – aussi – tous ceux qui se sont battus en Afrique du Nord, appelés ou engagés, parce qu’un gouvernement les avait envoyés là-bas sans leur demander leur avis. Et tous ne sont pas revenus. Tout comme nous respectons ceux qui originaires de Syrie, du Levant, du Maghreb, de l’Afrique sub-saharienne, des territoires d’outre-Mer, et bien d’autres contrées,  durant la première ou la deuxième guerre mondiale, sont venus défendre la France, et ont versé souvent leur sang pour notre Liberté.

Honneur à nos Aînés, Honneur à tous les Anciens Combattants ! Et VIVE LA FRANCE !

 

Quand Colette Appert [et Jean Vila] font le buzz sur Blog-Cabestany !

5 novembre 2019

« Courrier des lecteurs » – « Municipales 2020 » – « c’est vous qui le dites »

Hier, lundi matin 4 novembre, peu avant 8 h 00 du matin, déjà au boulot mais mal réveillés et devant un pot de café noir, brûlant et un croissant qui a du être péché par le Capitaine Igloo au Pôle Nord car il y a encore un morceau de banquise à l’intérieur. Où sont les boulangers d’antan ? On écoute sur Radio Bleu Roussillon les interventions de Colette Appert et Jean Vila (en tout 11 minutes). On vous en avait déjà parlé. Et on essaie de les enregistrer. Sur une tablette, un premier mail arrive. Un fidèle et sympathique internaute nous écrit pour nous demander  : « j’ai un smartphone Samsung BX27. Est ce que par hasard vous sauriez comment je dois m’y prendre pour enregistrer la radio». Çà ne s’invente pas ! Un cas désespéré mais on lui répond aimablement qu’il devrait retrouver, en principe, l’intervention de Colette Appert sur notre Blog, au cours de la semaine.

La séquence radio est à peine terminée qu’on reçoit les premiers mails de nos habituels amis, quoique un peu collants,   » xz52…@gmail.com », « zy37…@yahoo.fr » et compagnie. Qui se cache donc derrière ces adresses bidon ? Ils tiennent à nous dire, (merci à eux) concernant l’intervention de Jean Vila, que Monsieur le Maire a été « fabuleux », « fantastique », et plus. Et surtout « égal à lui-même » (ça on veut bien). Et de nous égratigner avec deux fautes d’orthographe par mot. Une semaine qui commence le plus normalement du monde. Classique !!!

Culte de la personnalité exacerbé genre « Place Rouge » sur ce petit territoire Cabestanyenc qui ne fleure pas vraiment la « Perestroïka » et a un relent d’avant la chute du Mur de Berlin ou simple envie de nous exciter. Question d’habitude ! On a la sagesse de pencher quand même pour la deuxième solution et on est secoués par une franche crise de rigolade. Heureusement, peu après commencent à arriver d’autres mails pour estimer que Colette Appert a été claire, concise, et a dit le maximum de vérités en un minimum de temps. Ce qui valait mieux car son temps de parole était plus court que pour son adversaire. Mais il est évident que Colette Appert a marqué des points.

La journaliste de France Bleu, Anne-Natacha Bouillon, avait bien bossé sur son sujet. Elle posait les bonnes questions. A notre avis, Jean Vila, lui, ne donnait pas les bonnes réponses. Et pour ce qui est de la sincérité, tout cela sonnait faux et creux. Il n’avait surement pas bien anticipé les sujets qui seraient abordés et répondait à côté par manque de préparation.  Mais en cela il était bien « égal à lui-même ». Et il se prenait les pieds dans le tapis et s’enferrait sans s’en rendre compte dans cette histoire des « 24 logements », sur laquelle on n’a pas envie de communiquer. On aura reçu en pièces jointes, pas mal de documents ou commentaires divers, envoyés bien sur de façon anonyme. Sauf que Blog-Cabestany n’est pas le Canard Enchaîné. Et n’a pas les moyens de faire une contre-enquête journalistique. Les Cabestanyencs ne sont pas des doux rêveurs et savent surement mieux que nous à quoi s’en tenir sur ce sujet, comme sur bien d’autres ! On a bien sur notre idée sur le dossier. Mais qu’irions nous faire dans cette galère qui fait « eau de toutes parts » ? Sans jeu de mots, bien sur.

Colette Appert a son équipe de campagne. Nous, chez Blog-Cabestany on fait notre travail d’information. On vous propose ci-dessous, l’intervention de Colette Appert, seule, extraite de la séquence complète radiophonique. Mais on a décidé d’être transparents et de ne pas reprendre les mauvaises habitudes du Cabes’infos. On est prêts à vous envoyer par mail, dans des délais raisonnables, si bien sur vous nous le demandez, le fichier audio (qualité dégradée) de la séquence intégrale des deux candidats. C’est écoutable. Çà dure 11 minutes comme on l’a déjà dit ! Il nous a quand même fallu compresser le fichier au max pour qu’il ne soit pas trop lourd et être envoyé en pièce jointe. A vous de voir s’il vous intéresse.

On n’est quand même pas vraiment certains que l’intervention radiophonique de l’adversaire de Colette Appert plaide pour sa paroisse. Mais après tout, Chers Lecteurs, ce n’est pas à nous mais plutôt à vous, d’en juger !

Continuez à nous écrire. Juste un clic ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

-o-

 

Radio France Bleu Roussillon 101.6 FM : « Colette Appert communique ! »

1 novembre 2019

Municipales 2020

Colette Appert

Par l’équipe électorale de Colette Appert, à Cabestany

L’édito de début de campagne pour Blog-Cabestany

Colette Appert était interviewée très longuement ce matin, jeudi 31 octobre 2019, par France Bleu Roussillon, concernant les prochaines municipales à Cabestany. A la très sympathique journaliste Anne-Natacha Bouillon, qui la questionnait et qui paraissait plutôt bien connaitre son sujet sur la politique locale, Colette se livrait avec une absolue franchise et sans calcul ou arrière pensée. Répondant à des questions pertinentes et très directes.

Son intervention sur les ondes de cette radio locale qu’on apprécie, est prévue, en principe,  entre 8 h 30 et 9 h 00 h lundi prochain 4 novembre  mais on ne sait pas, à l’avance, le temps qu’on lui réservera à l’antenne. Sans doute pas l’entretien intégral, assez long,  pour des impératifs de programmation. Entendrons t’on les meilleurs moments ou seulement des morceaux choisis de ses déclarations : comment savoir ? Chaque média a la liberté de s’organiser comme il le souhaite et ce n’est pas nous qui irons contre ce principe. Mais c’est pour cela que nous nous autorisons à dire ce qu’on entendra peut être pas.

En attendant, ce matin, Colette a montré qu’elle était calme, mesurée, et surtout déterminée. Elle a remercié tous ceux qui avaient mis leur bulletin dans l’urne pour notre liste aux dernières élections municipales de 2014. Des Cabestanyencs qu’elle n’aura jamais déçue car elle s’est impliquée à fond comme opposante, ferme, lucide mais toujours constructive, tout au long de ce mandat qui finit. Un mandat qui ne laissera pas de bons souvenirs aux Cabestanyencs. Les promesses, en 2014, de ne pas augmenter les impôts, auront été bafouées. Alors que les Cabestanyencs qui y croyaient dur comme fer,  jurent qu’on ne les y reprendra plus !? Les explications fournies pour ces dérapages ressemblant trop à des boniments plutôt qu’à de la sincérité. Des bonnes résolutions  piétinées. Et tant d’autres choses encore qui font dire à nos concitoyens que c’était « le mandat de trop ».  L’opposition menée par Colette Appert a joué pleinement son rôle, marquant des points et faisant réfléchir plus d’une fois les conseillers de la majorité municipale qui n’étaient pas loin d’estimer que Colette Appert portait la voix de la raison. Sans pour autant hélas que cela se traduise dans leurs votes. Tant pis pour eux et pour tant d’occasions manquées. Et quel dommage pour Cabestany ! Mais nous avons enfoncé plus d’une fois un coin dans la soi-disante majorité qui se croyait inoxydable. Maintenant c’est l’avenir et non le passé qui nous intéresse.

A quatre mois de l’échéance, nombreux sont les soutiens de Colette  dans notre ville, qui ne raisonnent plus selon le clivage – gauche/droite – mais qui aspirent simplement  à l’Alternance. Non parce qu’ils auraient tous des griefs contre le Maire en place mais surtout parce qu’il apparait primordial à tous de vivre avec son temps et de faire enfin entrer Cabestany dans le 21ème siècle.

Pour qu’aussi on mette à plat les dossiers, qu’on regarde ce qu’il y a dans les tiroirs de la Mairie, qu’on fasse la transparence sur l’endettement de la ville. Peut être que la surprise sera moins amère que certains le pensent, et tant mieux ! Car nous détestons ceux qui n’ont que des préjugés négatifs. Mais il est malsain, à notre avis, et selon l’avis de beaucoup, que les affaires municipales soient entre les mains d’une même équipe de personnes, depuis tant d’années. Des gens que l’on ne cherche pas à dénigrer pour le plaisir de le faire, mais qui manifestement n’ont plus le réflexe de communiquer et de se justifier devant leurs électeurs. Une mauvaise habitude qu’on retrouve partout où une équipe s’accroche désespérément à son rocher comme un mollusque. Pratique une politique usée jusqu’à la corde. Telle n’est pas notre conception de la démocratie municipale et du respect qu’on devrait aux électeurs qui après tout payent leurs impôts à la sueur de leur front !

Et puis beaucoup de lecteurs de notre Blog nous écrivent en nous demandant pourquoi Monsieur le Maire a autant de fois déclaré qu’il voulait passer la main, depuis presque dix ans, et pourquoi il est encore là. Lui seul a la réponse. Mais il en est probablement à Cabestany comme souvent dans beaucoup d’autres villes. Lorsque dans une Majorité Municipale, nombreux sont les vizirs qui veulent prendre la place du calife, se battent entre eux pour lui piquer sa place, se déchirent sans vergogne et donnent un triste spectacle de la Démocratie, on comprend, ou disons qu’on admet que celui qui est en place n’aie pas tellement envie de voir lui succéder une situation chaotique. Mais n’est ce pas lui qui n’a pas su s’entourer ou qui a choisi son équipe en ne retenant que ceux qui ne risquaient pas de lui faire de l’ombre.   Et s’il est rare que l’on soit en accord avec Monsieur le Maire, mais qui donc – de compétent – dans son équipe aurait assez de charisme pour lui succéder ?

Et n’est ce pas aussi le rôle des élections que de faire émerger une ALTERNANCE grâce à une nouvelle équipe  qui un jour sera elle aussi remplacée. C’est dans l’ordre des choses. C’est ainsi que doit évoluer une démocratie, qui ne doit pas se retrouver confisquée par certains qui ne veulent plus rendre les clefs. Il est sain de faire de temps à autres l’audit des comptes d’une ville. Car soyons clairs. Il n’est pas question, de notre part,  de lancer des anathèmes, de créer un climat de suspicion, de faire des déclarations à l’emporte pièce qui ne reposeraient sur rien par pur électoralisme. Tout comme on entend aussi trop souvent, par bêtise ou par peur, des majorité en place dire que leurs oppositions n’auraient pas la compétence pour assurer la gestion de la Mairie. Pour leur succéder. Ou qu’un changement à la mairie serait aventureux. BALIVERNES dans la bouche de ceux qui ne savent que s’inventer des excuses pour ne pas passer la main !

Mais il convient aussi qu’une équipe qui se présente à des élections et cherche à obtenir nos suffrages, ait démontré qu’elle connaissait les dossiers, les problèmes d’une ville. Notre équipe, très affutée, le peut, à tout moment !

Et c’est aussi le privilège d’une Démocratie – à condition qu’on veuille la faire vivre, et c’est le choix des citoyens – que de savoir ce qu’on fait de nos impôts et de savoir si de façon mécanique, ceux ci ne vont pas augmenter, en raison d’investissements ou d’emprunts non raisonnés. Nous, les citoyens, voulant la transparence pour ne pas avoir à descendre dans la rue ou endosser un jour un gilet jaune pour faire valoir nos droits légitimes.

A Cabestany, nous souhaitons, nous voulons cette ALTERNANCE. Que Colette Appert est en mesure de nous apporter. Nous la soutenons sans réserves.

Et qu’il soit assuré pour tous, que notre campagne sera loyale vis à vis de nos adversaires. Mais qu’il soit aussi une évidence, que à nos yeux, si Monsieur le Maire se représentait, il serait pour nous un simple candidat, à égalité avec notre candidate, en souhaitant – c’est la loi – que celui qui aurait à sa disposition des moyens qui seraient disproportionnés par rapport aux nôtres, n’en profite pas de façon abusive ! Nous sommes bel et bien en campagne électorale ! Nous serons respectueux mais sans complaisance !

Et d’ici là, nous écouterons Colette Appert sur France Bleu Roussillon lundi matin, et bon dimanche à tous !

Blog-Cabestany : Merci à l’équipe de campagne de Colette. Que nous soutenons également !

Le dernier hommage à Jacques Chirac, le lundi 30 septembre 2019 !

1 octobre 2019

« Courrier des lecteurs »

Nous n’avions pas besoin de rajouter nos mots à tous ceux que l’on a entendus dans les médias.

Nous n’avions pas à commenter vos mails qui sont fort contradictoires. Certains d’entre vous avaient de la dévotion pour notre ancien Président. D’autres en contestaient le bilan. Mais pour nous en ce moment toute polémique parait vaine et superflue. Il est des moments où il faut respecter la disparition d’un homme qui a compté. Et qui vient d’entrer dans l’Histoire. 

Gersende, notre correspondante à Paris, politologue, qui était devenue stagiaire à l’Élysée en même temps que Nicolas Sarkozy arrivait  dans ce prestigieux palais, nous disait combien les collaborateurs, policiers, employés regrettaient Jacques Chirac. Devoir changer ses habitudes peut être parfois déroutant. Car Jacques Chirac, casanier, et qui n’avait pas d’appartement à Paris,  passait le plus clair de son temps à l’Elysée qui était « sa maison ». 

Nos amis du Cercle Gaulliste de Réflexion Politique et Sociale ne considéraient pas que Jacques Chirac était autant gaulliste que pouvaient l’être Philippe Seguin ou d’autres, mais il l’appréciaient « avec réserves ». Reconnaissant que le refus d’engager la France dans la guerre en Irak avait été une excellente chose.

Votre courrier n’est pas aussi abondant que d’autres semaines. Mais vos sujets de préoccupation méritent que l’on s’y arrête. On en reparlera donc très bientôt.

 

« J’ai croisé Colette Appert à Visa pour l’Image » écrit Alicia, rédactrice pour Blog-Cabestany. « Un moment fort avec une belle personne ! »

12 septembre 2019

La Culture est importante à nos yeux, à Cabestany ! Mais la Liberté d’Expression, la Liberté de la Presse, le Droit de Savoir le sont  tout autant !

Une des entrées des expositions de  Visa Pour l’Image

Alicia écrit :

« Bien sur, chez Blog-Cabestany, chaque année, l’un d’entre nous assiste à l’inauguration de Visa pour l’Image. Ce Festival International de Photojournalisme qui est connu sur toute la planète. Dont on nous parle peut être davantage à New York ou Berlin qu’à Perpignan. On en parle aussi beaucoup à Paris, avec un brin de jalousie !

Mais pour la plupart d’entre nous, le plaisir ou plutôt l’intérêt, car comment parler de plaisir en voyant des images le plus souvent dérangeantes, consiste à se rendre de la façon la plus anonyme qui soit, un jour de semaine, pour voir gratuitement les photos exposées. Car c’est gratuit.  Et ouvert jusqu’à la fin de la semaine. Et on vous laisse entrer avec un appareil photo contrairement à beaucoup d’autres expos du même genre. Et lorsqu’on sait qu’à Paris ou dans d’autres grandes villes de l’hexagone, on aimerait bien récupérer ce festival, on mesure la chance que l’on a de pouvoir le conserver à Perpignan. Et dans un cadre qui vous sort du béton.

J’avais prévu d’aller le voir avec Colette Appert, la semaine dernière, et puis un changement de planning m’a obligée à annuler au dernier moment et j’y suis allée cette semaine, à l’improviste…. pour croiser Colette Appert. Qui porte un grand intérêt à ce Festival, a assisté à beaucoup des événements de la programmation. Ce fut une très agréable surprise et une opportunité pour échanger en toute décontraction. Un chouette moment avec une personne très ouverte et d’une grande finesse d’esprit !

Colette Appert croisée dans une des expos de Visa pour l’Image 2019

Dans un cadre exceptionnel

Des photos parfois difficiles, lorsqu’on pense à ceux qui souffrent sur ces images. Et on ne peut que remercier les reporters, les journalistes, qui ont peut être risqué leur vie pour nous informer. Car c’est la Liberté d’informer, la Liberté d’Expression, le droit de savoir qui font l’intérêt de ces images. Et jamais le voyeurisme !

Pour mes petits camarades de Blog-Cabestany, pour nos lecteurs qui ne sont pas tous dans notre région, pour tous les amateurs, j’ai noté sur un petit carnet les noms de photographes qui auront exposé à cette 31ème édition de Visa pour l’Image 2019.

Ma satisfaction, car on ne peut utiliser le mot plaisir, c’est de m’installer dans mon vieux fauteuil qu’il faudrait surement rembourrer mais à moi,  il me convient comme cela. Je sors ma tablette, et je la synchronise – quant ça marche – avec mon écran de télé. Et ainsi je peux visionner tranquillement les photos de l’expo. Le temps qu’il faut à chaque image pour voir les détails. Et revenir sur celles qui me touchent le plus. Ou me font m’interroger sur ce monde dans lequel nous vivons. Quand je veux et à l’heure que je décide ! Est ce que je peux dire que j’en sors toujours  indemne ? Au moins ai je l’impression d’avoir les yeux ouverts sur ce que beaucoup ne veulent pas voir !

Je ne prétend pas avoir recopié les noms de TOUS les photographes et je suis peut être passée à côté de certains que je n’aurais pas du rater. Que l’on me pardonne. Et puis les liens n’ont pas tous fonctionné ou alors c’est que je m’y suis mal prise. Mais l’intérêt c’est aussi d’en savoir plus sur le ou la photographe, sur ces photos, le lieu, l’environnement, la situation souvent terrible. Et cette souffrance de personnes que je ne rencontrerai jamais mais qui me touche, dans mon petit confort et ma sécurité.   

Et j’ai été très heureuse de pouvoir échanger avec Colette qui a la même sensibilité que moi. Et avec laquelle j’ai parlé de bien d’autres choses mais si j’en dis plus sur ce Blog, ce sera une autre fois. 

Avertissement : Merci à tous ces photographes, dont je ne prétends pas avoir fait une liste exhaustive, recopié les bons liens,  et je n’ai pas cherché à faire un travail professionnel. Je ne suis qu’un petite amatrice, mais Chers Lecteurs de ce Blog, qui êtes à Cabestany ou à des milliers de kilomètres,  si seulement vous pouviez partager avec moi toutes les émotions que j’éprouve à voir et revoir ces photos :

Cyril Abad

dont les photos sont au Couvent des Minimes

http://www.cyrilabad.com/

Lyndsey Addario

dont les photos sont au Couvent des Minimes

http://www.lynseyaddario.com/

Guillermo Arias

dont les photos sont au Couvent des Minimes

https://www.guillermoarias.com/

Valerio Bispuri

dont les photos sont à l’église des Dominicains

http:// www. valeriobispuri.com

Patrick Chauvel

Couvent des Minimes

http://www.fonds-patrickchauvel.com/

Olivier Coret

Couvent des Minimes

http://www.divergence-images.com/olivier-coret/

Abdulmonam aessa

https://making-of.afp.com/abdulmonam-eassa

Ed Jones

Couvent des minimes

https://making-of.afp.com/ed-jones

Adriana Loureiro Fernandez

http://www.adrianaloureiro.com/personal-

Pascal Maitre

http://pascalmaitre.fr/

Louie Palu

https://louiepalu.photoshelter.com/index

Ivor Prickett

Atelier d’Urbanisme

https://www.ivorprickett.com/

Goran Tomasevic

https://widerimage.reuters.com/photographer/goran-tomasevic

Dar Yasin

http://www.apimages.com/search?query=Dar+Yasin&entitysearch=&st=kw&ss=10&allFilters=&toItem=15&orderBy=Newest

et j’essaierai de faire mieux la prochaine fois !

Tags : Visa pour l’Image – Colette Appert – Alternance à Cabestany en 2020 – Démocratie – Liberté – Liberté d’Expression – 265 RiverSide Drive NYC – Blog-Cabestany – Trait-d’Union-Cabestany – Nikon – Perpignan – Couvent des Minimes – Pyrénées Orientales – France – Mariposa Webmasters, Gérone – Kujiwara Data Center Montpellier – Linux – Qwant – WordPress – Automattic – We believe in journalism, and our commitment is greater than ever. International Festival of Photojournalism. Festival International de Photojournalisme – Festival Internacional de fotoperiodisme – 

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

Jean-François Leroy, General Manager of Visa says :

Mexico, Venezuela, Egypt, Libya, Algeria, North Korea, China, Russia, Syria, Bangladesh and Hungary are countries with a sad reputation for violations of freedom of the press, and unfortunately the list does not stop there. We could add Malta, and even Northern Ireland. Occasionally there has been some good news: Wa Lone and Kyaw Soe Oo, the two Reuters journalists arrested when investigating a massacre of ten Rohingya civilians, were released as part of a presidential amnesty. In Egypt, Shawkan was released, but with restrictive conditions applying. In Bangladesh, Shahidul Alam has been released, for the moment, on bail. Any number of other examples can be found of journalists killed, injured or imprisoned, and every year the figures are shocking. All their names deserve to be cited. Since the beginning of 2019, 20 journalists have been killed, and 341 are in prison. In France too we can see reporters targeted, attacked by demonstrators and police without any major public outcry. Causes and professional ethics must be defended; journalists’ sources must be protected. One day the European Union, or even the United Nations will have to reach agreement on the definition of a journalist. Conditions for issuing press cards change from country to country, and there should be a standardized approach so that all journalists have the same rights, which means, of course, that they have the same duties. But this is not the way things are going at the moment. Certain politicians, even in leading democracies, will readily criticize journalists for doing their job, particularly when reports might leave them in an awkward situation. The general public is increasingly skeptical and wary of the media. Everything needs to be reviewed; questions need to be asked for trust to be restored. The right to report on news stories and conduct investigations freely is a basic pillar of democracy. That should go without saying, yet it needs to be stated loud and clear, again and again. In Perpignan, we shall continue to present stories from around the world. We believe in journalism, and our commitment is greater than ever.

Jean-François Leroy, Perpignan, Occitanie, France, sept 2019

-o-

Colette Appert démontre qu’elle est à l’écoute de TOUS les Cabestanyencs !

6 septembre 2019

La tribune de l’opposition du dernier Cabes’infos. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

-o-

L’Editorial de rentrée d’Alicia

Colette Appert n’a pas besoin de Blog-Cabestany pour savoir quelles sont les préoccupations des Cabestanyencs. A notre connaissance, elle n’a pas pris de vacances cet été, et elle a rencontré, spontanément ou à leur demande, un grand nombre de nos concitoyens.

Mais c’est quand même la force de notre Blog, de pouvoir recevoir, par mails, vos avis, vos colères, vos attentes, vos espoirs. Lorsqu’il s’agit d’échanger sur les grands sujets de la politique nationale, on vous répond nous mêmes la plupart du temps. Et je ne suis pas la dernière pour le faire !

Lorsqu’il s’agit d’un problème concernant Cabestany, on n’a ni la légitimité, ni la connaissance nécessaire pour vous répondre. Et nous ne sommes pas là pour nous immiscer dans le débat municipal. Nous sommes davantage des journalistes, des lanceurs d’alerte, des facilitateurs de la Liberté d’Expression, plutôt que des acteurs politiques.

Pour vous répondre, laissons faire ceux  qui ont la connaissance du terrain, des problèmes de notre ville. ET LAISSONS LES AGIR !

Les problèmes que traite Colette Appert dans la Tribune de l’Opposition du dernier Cabes’infos sont totalement en accord avec les messages que nous recevons régulièrement. Colette, répétons le, n’attend pas après nous pour savoir ce que ressentent les Cabestanyencs et elle reçoit probablement – EN DIRECT – un nombre de messages sensiblement plus élevé que ceux que nous lui faisons passer. Mais parce que nous lisons les messages reçus au Blog avant de lui renvoyer, nous savons de quoi nous parlons !

A quelques mois des Municipales, les Cabestanyencs auraient tort de ne pas s’exprimer auprès de nous, auprès de Colette, pour se faire entendre et dire ce qu’ils souhaitent pour les six années à venir. A moins qu’ils ne considèrent que dans notre petite ville de Cabestany, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Qu’il n’y aurait aucun problème ayant besoin d’être résolu. A moins, que de façon aveugle, ils continuent à faire confiance à la même équipe, par habitude, peur du changement, lassitude pour la politique, ou du simple fait de son orientation politique, et en se foutant pas mal de son programme à venir. Ou de son absence légendaire de programme, d’anticipation, de prévision, de vision pour l’avenir de notre ville. On ne maitrise plus les budgets à Cabestany. On ne gère plus rien ! On se contente de dépenser sans compter, au jour le jour, et d’attendre de voir arriver les factures. Et pour les payer on augmente vos impôts pour couvrir les dépenses. Comme c’est tellement simple.  « En matière de gestion, c’est la politique de Gribouille ! » nous disait encore récemment l’un de nos lecteurs.

Car chez Blog-Cabestany, si nous ne sommes pas des politiques, nous sommes quand même avant tout des citoyens comme les autres. Et nous sommes toujours effarés en lisant dans le Cabes’infos le bulletin de Monsieur Maire.

On se demande si ce dernier vit vraiment à Cabestany. On se demande s’il sait ce qui s’y passe. Lorsqu’il parle de SA ville, on se demande si c’est la même que celle où nous vivons. Mais il doit encore regarder la télé en noir et blanc et s’éclairer à la bougie.

Nous appartenons à tous ces Cabestanyencs qui attendons l’ALTERNANCE. Mais elle ne viendra pas toute seule parce que deux, trois, voire quatre Cabestanyencs sans convictions, sans programme, sans parti, sans idées, se sont mis en tête d’essayer de constituer leur propre liste pour les prochaines municipales. Quand depuis des années la seule opposition à s’être manifestée et avoir fait le boulot, est la nôtre ! On souhaite à tous ces doux rêveurs qui partent en ordre dispersé, la fleur au fusil,  bien du plaisir. Des citoyens – honorables sans doute – qui ne connaissent ni les dossiers, ni les problématiques de Cabestany. Qui se réveillent à six mois des élections et dont le projet a toutes le chances de faire « Pschitt » ! A moins que secrètement, ils n’aient en tête de créer la division pour faire gagner nos adversaires.

Peut être aussi que des candidats plus sérieux se dévoileront plus tard. On sait de source sure que la question se pose dans les états majors des grands partis. Mais on sait aussi qu’on hésite et qu’on attend pour voir venir. Et que Perpignan est la priorité. Et on s’est tellement habitués à la situation actuelle ou Monsieur le Maire fait semblant de tirer à boulets rouges sur l’agglo. Mais le faire pour de vrai serait tellement préjudiciable aux intérêts de notre ville. 

  A Cabestany, on ressent quand même une frénésie tout à fait inhabituelle pour vouloir être à tout prix sur la ligne de départ en 2020. Est ce que cela serait le signe que certains considèrent que la réélection de Jean Vila est loin d’être acquise ? Que tout s’obtient sans combat ? Pour nous il s’agit de velléitaires ! Depuis des années, si Colette et son équipe n’avaient pas « mouillé le maillot »,  il n’y aurait pas eu d’opposition à Cabestany et voilà que soudain…..  Mais ayons aussi la sagesse de considérer que c’est aussi cela la Démocratie.  Et que les sortants ne sont que de simples candidats. Au même niveau que tous ceux qui briguent le poste.  Et on croit savoir – mais comment s’y retrouver dans ce déluge d’ informations ou de rumeurs – que du côté de la mairie on n’afficherait plus la sérénité d’antan, la même unité,  et que plusieurs stratégies s’opposeraient au point de créer la division.  Quoiqu’il en soit il ne faut jamais vendre la peau de l’Ours…. Une expression consacrée, qui ne cherche aucunement à être irrespectueuse pour qui que ce soit. Qui veut juste dire que de s’imaginer que les choses seraient si faciles est à nos yeux une profonde erreur.

La seule chose dont on puisse être certain est que Colette ira jusqu’au bout sans se préoccuper des présumées futures gesticulations diverses ou variées des uns ou des autres !

L’ALTERNANCE, si elle arrive, ne peut venir que de Colette Appert, mais elle a besoin aussi que tous les citoyens qui veulent le changement se rassemblent derrière elle, en laissant pour certains,  leur ego et leur trop plein de testostérone au vestiaire. Et c’est la raison pour laquelle nous la soutenons sans réserves et vous incitons à faire de même !!!

Bonne rentrée !

                          #ALICIA

notre adresse pour nous écrire en toute confidentialité : juste un clic sur le lien ci-dessous

blog.cabestany@gmail.com

-o-

Le « Bataillon Catalan » ou une histoire de la France Libre…. à Cabestany !

22 août 2019

75ème anniversaire de la Libération de la France

Insigne du 24ème R.I.C.

                                   Insigne du 24ème R.I.C.

A la demande de plusieurs de nos internautes, nous avons « ressorti » un article que nous avions déjà mis en ligne, il y a quelques années. Mais plus que jamais d’actualité.

-o-

Richard, Historien avait écrit :

LE RECIT

« Aux lendemains de la libération de notre ville de Perpignan, les 19 et 20 août 1944, il y est formé un bataillon de volontaires, venant de couches sociales et d’horizons les plus divers, anciens militaires, résistants, militants de divers mouvements, mais la plupart viennent à peine d’atteindre l’âge de porter les armes. (et pour certains sans doute pas encore mais personne n’a envie de le vérifier et ils ont tellement d’ardeur)

Tous ces Catalans ne veulent qu’une chose : participer à la victoire finale.

Ils sont envoyés, car on leur dit que cela leur servira en même temps d’entraînement, surveiller la frontière espagnole au dessus de Montlouis. Mais on n’a pas d’armes à leur confier. Et ils courent après les chèvres pour faire de l’exercice. Ils ont l’impression qu’on a pas besoin d’eux ou qu’on ne sait quoi en faire. Certains songent même à rentrer à la maison. Quelques uns le feront.

Tout le monde prédisait la fin de la guerre pour la fin de l’année 1944, mais les nazis défendent leur sol avec acharnement. Début 1945, le bataillon rejoint le théâtre des opérations dans le nord-est de la France, et il y participe activement à la libération de notre territoire sans se retrouver toutefois en première ligne.

En avril 1945, tout change : le bataillon est intégré à une unité de Français Libres qui se bat depuis 1940 et dont la plupart, des soldats de métier, ont l’expérience de durs combats en Syrie, en Libye, en Norvège. Beaucoup ont affronté les troupes d’élite de Rommel dans les sables de Tobrouk.

Il est assigné à cette unité composite, constituée pour l’occasion, la mission de réduire une poche allemande, une des toutes dernières sur le sol français, dans les alpes du sud à la frontière italienne au dessus de Nice. Le terrain est escarpé, encore en partie enneigé, et à plus de 1500 mètres d’altitude d’où ce choix d’intégrer des pyrénéens, auxquels on prête des qualités de montagnards – même s’ils sont Salanquais – au milieu de ces vétérans du désert. Au dire des Catalans, dans ce terrain pentu, même un mulet n’y serait pas monté. Les allemands sont retranchés dans plusieurs fortins ou casemates, avec vivres et munitions, et protégés par leurs murs de béton. Ils ont décidés de ne pas se rendre et de faire payer cher quiconque voudrait les déloger. En face d’eux, pour les Français, il n’y a nul monticule, ou rocher pour se protéger. Ils faut donner l’assaut, à découvert. Il faudra s’y reprendre à plusieurs fois, et principalement de nuit, les affrontements durant presque une semaine.

Les combats seront d’une rare violence, les pertes extrêmement lourdes – plusieurs centaines – dans les deux camps, avant que les français ne finissent par venir à bout des allemands.  Ceux ci, des fanatiques qui quelques jours avant, défendaient une enclave en Italie du Nord et sont particulièrement aguerris, s’accrochent. Ils auront tenu leur dérisoire promesse. Les français auront payés un lourd tribut en attaquant – à découvert et sans armes lourdes – les bastions occupés par les nazis. Bien des Catalans ne reverront jamais Perpignan alors que dans moins d’un mois, les armes se seront tues définitivement, et qu’on dansera sur la place de Catalogne. Fallait il faire perdre à la vie à tant d’hommes pour écourter cette longue guerre de quelques jours ? Mais tout le monde était pressé d’en finir !

Il sera accordé au « Bataillon Catalan des Français Libres » une citation qui leur donnera le droit de porter le brassard à « croix de lorraine », en hommage à leur courage et à leur sacrifice.

Peu après la libération, le « Bataillon Catalan » sera dissous. Certains accepteront la proposition d’intégrer l’armée française, et s’y distingueront sous d’autres cieux. Mais la plupart de ces catalans préférera retourner s’occuper des vignes, et de retrouver une vie normale, en héros anonymes. De grands blessés, lourdement handicapés,  ne reverront leurs terres du Roussillon qu’à la Noël 1945. Une compagnie du « Bataillon Catalan », qui faisait partie  du « 24ème régiment d’Infanterie Coloniale »  sera sélectionnée pour faire partie d’une revue militaire, à Paris, le 18 juin 1945. Les catalans auront l’insigne honneur de défiler devant le Général de Gaulle avec d’autres troupes dont la particularité était de s’être vaillamment comportées

Rares, sont sans doute, ceux du « Bataillon Catalan » a être encore parmi nous, mais avons une pensée pour eux, et pour leurs camarades disparus en avril 45, ou depuis.

 

Blog-Cabestany : Richard, l’auteur de ce texte, nous avait précisé avoir fait un travail de recherche minutieux, en dehors des livres d’histoire classiques, en passant plusieurs semaines dans des Centres d’Archives un peu partout en France mais plus particulièrement auprès du CAPM (Centre des Archives du Personnel Militaire) à Pau. Lors de la première parution de cet article nous avions eu le témoignage d’enfants de ces héros pour nous remercier de les sortir de l’oubli. Si certains veulent nous envoyer d’autres témoignages, nous les en remercions par avance. HONNEUR A NOS AINES !

-o-

 

 » Perpinya alliberada « 

20 août 2019

Perpignan Libéré-o-

Nous ne pouvions oublier la date du 20 août, à savoir la Commémoration de la Libération de Perpignan, en 1944. Qui aura couté la vie à plusieurs de nos aînés et concitoyens.

On vous rappelle ce livre « Perpignan Libéré » pour lequel Blog-Cabestany avait participé – en 2015 – à la souscription, car l’éditeur voulait être sur d’avoir suffisamment d’acheteurs avant de le mettre en fabrication. On a vu ce livre chez un libraire de Perpignan, cet hiver, qui nous a dit n’en avoir plus que de rares exemplaires, et encore suite sans doute, à un retirage.

Un très beau livre. Dans un étui cartonné personnalisé de qualité pour le protéger. Il est écrit en français et en catalan avec des images que seuls ont vu les lecteurs de l’Indép, il y a plusieurs décennies. Et que nous n’allons surement pas scanner. La propriété intellectuelle et culturelle est une valeur que nous défendons.

Un livre à posséder dans sa bibliothèque ! ou à emprunter à une bonne médiathèque.

En 2015,  il était édité chez « Mare Nostrum »,  1, rue des variétés à Perpignan. Leur site :

http://www.marenostrumedition.com

Bonne lecture !

-o-

et la vidéo ci-dessous provient de Youtube

 

le 20 août 2019, à Cabestany

Pourquoi le 15 août est il un jour férié ?

15 août 2019

COURRIER DES LECTEURS

Joyeux 15 Août 2019 à tous !

 

Gabrielle demande à Blog-Cabestany : « Pourquoi le 15 aout est il un jour férié ?« .

Fête religieuse, ou pas ? A l’origine, évidemment. Mais passée dans la culture française au point que beaucoup de français ne savent plus s’il s’agit d’une fête qui appartient désormais à la tradition ou s’il faut y voir encore un caractère sacré ?

Une étude dans les années 70 avait été menée pour savoir s’il fallait surtout conserver à cette date le caractère de jour Férié. Donc chômé et payé. Car là était l’enjeu et nulle part ailleurs  ! Le patronat plutôt classé comme pro-clergé voulait faire l’économie d’un jour de salaire quand la C.G.T. ne voulait pas qu’on touche à ce jour férié. Et cela à aucun prix !!!  Georges Marchais faisait partie de ceux qui s’opposaient le plus radicalement à la suppression de ce jour férié, et alors qu’un journaliste plutôt retors lui demandait s’il n’aurait pas été – par hasard – « enfant de coeur », il lui répond : « non, je ne l’ai jamais été, mais je n’aurais aucune réticence à le reconnaitre si cela était. Et s’il fallait  mettre sur la touche tous les « camarades » qui l’ont été, nos rangs seraient plutôt clairsemés ! ». Mettant les rieurs de son côté. Et jusqu’à une certaine Arlette Laguiller qui disait que le 15 août était le jour où ses militants qui distribuaient des tracts sur les plages étaient assurés de rencontrer le plus grand nombre de prolétaires en slip de bain !

Les Français se divisaient, à l’époque,  sur le caractère religieux ou pas, de ce fameux 15 aout, au point que tout le monde commençait à regretter d’avoir engagé une telle réflexion. Surtout que malgré des avis divergents tout le monde faisait consensus sur le fait qu’il ne fallait surtout pas toucher à ce jour férié. Qui tombait déjà pendant la période où la plupart des Français était en vacances. Pour les autres, cela occasionnait la possibilité de faire le pont. Et en 2019, la Préfecture des P.O. va jusqu’à fermer les services publics ce vendredi 16 aout ! Et puis pourquoi créer des problèmes là où il n’y en avait pas ? En France, on ne cherche jamais à résoudre ce qui ne marche pas mais on s’ingénie toujours à vouloir réformer ce qui ne pose pas de problèmes ! Un grand classique !

Mais l’Insee avait surtout découvert que dans les années 70, il s’agissait d’une journée où le chiffre d’affaires dans les hôtels, restaurants, bars, agences de voyages, parcs de loisirs, campings et autres activités touristiques, était le plus fort de l’année. Bien plus que tous les autres jours, Noël, Jour de l’An…. On parle bien d’une époque qui date de 40 années en arrière car on a pas de chiffres actualisés.

Même dans les villes de Gauche, ou de la Gauche de la Gauche, il était hors de question de ne pas laisser se dérouler dans les rues, une procession religieuse qui attirait les touristes. Il ne fallait pas indisposer les électeurs, croyants ou non. Et généralement, on tirait même un Feu d’Artifice ! Comme pour le 14 juillet.  Certains demandant que l’on déplace le Jour de Fête Nationale qui ne serait plus le 14 juillet mais le 15 aout.

Une demande pas aussi farfelue qu’on pourrait le penser. Cela n’aurait été qu’un simple retour en arrière. Car depuis 1637, sous Louis XIII, et jusqu’à la Révolution, le 15 août avait été, dans le royaume de France, la Fête Nationale. Honorée par toutes les religions, chrétiens, juifs, musulmans ou par les athées. Et par tous ceux qui avaient la fibre nationale sinon patriotique. Car c’était le jour où chacun invoquait le ciel ou autre chose,  selon ses croyances, pour que la France soit préservée des malheurs ou catastrophes et qu’elle demeure un pays uni et en paix. Et toucher à ce symbole aurait été pour beaucoup une atteinte à notre culture, à notre passé, à nos traditions. Un sacrilège impardonnable dépassant le caractère sacré ou religieux. Voire un mauvais présage, pour les superstitieux, de ceux qui vous attirent tous les malheurs sur la tête. Qui prendrait une si lourde responsabilité ?

Il vaut mieux bien connaitre l’Histoire pour comprendre les choses. Et c’est un prof d’Histoire de nos amis qui nous aura sorti du pétrin car on n’avait pas la réponse, chère Gabrielle ! Et quel besoin d’avoir été inventer les R.T.T.  que personne n’avait réclamés (mais qui sont devenus un acquit) si c’est pour s’en prendre à un jour férié qui date de quatre siècles ! Ce qui ne sera pas l’avis de certains sectaires qui préféreront quand même être à la plage aujourd’hui plutôt qu’au boulot  !

 

 

 

 

 

Il y a 75 ans, les « Pieds Noirs » débarquent en Provence pour libérer le sol national ! écrit Georges à Blog-Cabestany.

14 août 2019

Courrier des lecteurs

Georges, un « Pied-Noir » de nos amis se souvient du Débarquement de Provence », le 15 aout 1944. Et nous profitons de l’occasion pour dire que nous n’avons pas oublié notre tant regretté ami, Lucien Garcia, à Cabestany. Et qu’il nous manque beaucoup, pour son amitié, sa gentillesse, et il savait si bien raconter les histoires… l’Histoire. Et en bas de cet article, en un clic, vous retrouverez l’article écrit par l’un de nos rédacteur(trice)s en hommage à Lucien. C’était en 2016.

Georges nous écrit :

« Il était prévu que les débarquements en Normandie et en Provence soient simultanés. Mais on manquait de matériel et les bateaux ou péniches de débarquement utilisés le 6 juin en Normandie seront réacheminés en Afrique du Nord et en Italie pour préparer ce second débarquement qui ne sera prêt qu’à la mi-aout 1944.

Si en Normandie, début juin, les Français étaient très minoritaires, cette fois ci, ils composeront un peu plus de la moitié des effectifs. Métropolitains, Corses, Pieds-Noirs, Antillais, Réunionnais, Calédos, Maghrébins. Les « Pieds-Noirs » sont en très grand nombre, engagés souvent à moins de 18 ans, et certains ont déjà combattu en Libye, en Italie, avant de toucher le sol métropolitain, la plupart pour la toute première fois. Mais il y a également des Sénégalais, Ivoiriens, Malgaches, Vietnamiens et tous ceux qui viennent de ce que l’on appelle encore l’Empire Colonial de la France. Et beaucoup de Syriens qui, en 1944, considèrent la France comme leur seconde patrie et vont donner leur sang pour cette terre qu’ils n’ont jamais visitée. C’est ce rapport avec la Syrie qu’on semble avoir oublié aujourd’hui. Plus tard, dans les années 70, toutes les jeunes filles à Damas sont en mini-jupe et on y parle partout le français. Et ce coin de Syrie que je visite, planté d’arbres fruitiers et de fleurs est le Jardin d’Eden. Dès 1943, la Syrie aura été la plateforme de départ des Français Libres où les peuples Syriens, Libanais, Jordaniens, Égyptiens, quels que soient l’avis de leurs dirigeants,  étaient des amis indéfectibles du peuple de France.

Alors que plusieurs milliers de soldats ont été parachutés dans la nuit, dans l’arrière-pays, et cherchent leur chemin, en ce 15 septembre 1944, à l’aube, sur les côtes Varoises, ils sont près de 10 000 à se ruer sur les plages sous le feu Allemand. Les défenses ne sont pas partout de la même efficacité que ce qu’on a connu en Normandie. Certaines plages sont prises sans coup férir et sans tirer un coup de feu. Sur d’autres, on va se battre au corps à corps.  Les alliés seront 100 000 à débarquer le premier jour, une fois les plages prises, puis près d’un million en quelques semaines. Des Américains, des Canadiens, des Britanniques, des Australiens, mais on ne doit pas oublier la part prise par les Français et plus encore par les « Pieds-Noirs », en ce 15 aout 1944, débarqués avec la première vague ! Les premiers à fouler le sol national !

Ce sont plusieurs de mes propres copains, Oranais, qui se placent parmi les volontaires pour partir à l’escalade du Cap Nègre. Sans doute n’avais je pas leur courage si je suis encore là pour en parler !  Ils grimpent à mains nues, s’accrochent aux rochers, et ils vont escalader les 100 mètres de cette falaise abrupte avec comme objectif de  détruire une batterie allemande que l’on croit se trouver là. Les allemands leur tirent dessus, leur balancent des grenades, mais leur sacrifice n’aura pas été vain.  Cela crée une diversion qui permet à d’autres troupes amies arrivées par derrière de prendre l’ennemi en tenaille. J’irai fleurir la tombe, en Algérie,  de deux de ces copains qui n’auront foulé le sol de la métropole que quelques heures. Les dernières de leur vie. Je le ferai, chaque année, jusqu’en 1962 ….. Morts pour la France !

Ce débarquement permettra de libérer rapidement Marseille, Toulon, avant que les armées remontent vers Lyon. »

signé : Georges P.

Merci Georges !

-o-

Juste un clic :

https://blogcabestany.com/2016/07/19/au-revoir-lucien-garcia-notre-ami-a-cabestany/