Archives d’un auteur

L’Association Citoyenne et Ecolo « Trait-d’Union-Cabestany » vous parle du « Train des primeurs » !

17 mai 2019

Merci aux deux lanceurs d’alerte qui, les premiers, ont commencé à prévenir les médias, dont  l’Indép qui a relayé l’info,  sur la possible suppression du « train des primeurs » qui relie chaque jour Perpignan à Rungis. Une suppression qui jetterait sur les routes 25 000 camions de plus chaque année. On espère qu’il s’agira de camions Polonais, conduits par des chauffeurs Roumains, et qu’ils feront le plein de gas oil en Espagne. Et on vous dira où vous acheter des masques à gaz.

Mardi soir, c’est la chaîne publique, le « 2 » qui s’en emparait dans le journal télévisé, alors que nombre de médias privés, écrits, radio, ou télé, à Paris, auraient refusé d’en parler : « pour éviter de déplaire au pouvoir » d’après notre ami journaliste, Électron Libre. Mais qu’est ce que le pouvoir aurait donc à voir dans ce problème ? Nous on n’avait pas fait le rapprochement. Serions nous des indécrottables naïfs ? Ou alors c’est qu’on nous enfumerait et qu’on nous cacherait quelquechose ! Car on en parle maintenant à Paris, et à quelques jours des élections ça ferait désordre, parait il !

Nous, on ne conclut rien. On vous laisse le soin de penser ce que vous voulez ! On est déjà suffisamment dans le collimateur de certains pour avoir l’audace, nous la Droite, d’oser parler d’Ecologie. Comme si c’était une valeur de Gauche !?  Rien d’autre que la dernière bouffonnerie ridicule et risible de ceux qui aiment à se complaire dans le grotesque.  Pour nous il n’y pas d’étiquette politique à mettre sur la défense de l’air que nous respirons, sur l’eau que nous buvons. Sur notre souhait de manger sain. De s’inquiéter pour les abeilles. Et sur le bétonnage de nos vignes que nous dénonçons. Mais si on tient à  nous faire ce genre de procès, nous y sommes prêts. Allons y ! Car à Cabestany c’est bien une Mairie de Gauche qui bétonne ! A moins qu’on ne comprenne pas que de rendre imperméable le sol est l’aboutissement de ce que certains se targuent de nommer, en faisant de grands effets de manche : le « progressisme » !

Concernant cette histoire de train bientôt fantôme, on veut nous expliquer ce qu’on a pas l’air de piger. Une histoire de « gros sous ». Des wagons fatigués. Et comble de l’ironie, la SNCF qui trouve subitement toutes les vertus à la privatisation.

On a quand même cherché à en savoir plus sur ces problèmes en interrogeant quelques amis qui sont dans la partie.

Savez vous qu’on est obligé d’importer du bio de l’étranger parce que les producteurs de l’hexagone ne peuvent suffire à la demande. Beaucoup souhaiteraient se mettre officiellement au bio mais certains qui devaient recevoir une prime à la conversion, l’attendent toujours depuis pour l’un, si on le croit …. 2014, et ils se sont remis entre temps à la culture traditionnelle, glyphosatiquement parlant. Sur le conseil de leur banquier, ou parait il sur les préconisations de certaines instances officielles  !

Et le gouvernement aurait trouvé la solution : pour le paysan qui souhaiterait passer au bio, pour avoir une aide ce sera le parcours du combattant. L’État se défaussant sur la Région. Comme cela, plus personne ne devrait attendre des années pour toucher ce qu’on ne lui aura jamais promis. Il y a quand même plusieurs agriculteurs – à Elne, Alenya, et même à Cabestany – qui se sont mis à une production plus vertueuse sur une partie de leurs légumes. Qui font des efforts pour ne pas nous empoisonner avec des tonnes de produits chimiques. Qui ne prétendent pas faire du « bio » à proprement parler. Mais qui bénéficient de la confiance de leurs clients. A nous de les aider en achetant plutôt chez eux ! En espérant que l’on ne confisquera pas demain leurs terres. Pour y faire un centre commercial. Ou construire des clapiers. Pour des lapins ? Non. Des clapiers pour nous les humains !

Mais si nos informations sont exactes, pourquoi envoie t’on des milliers de tonnes chaque année de fruits et légumes catalans, de qualité,  à Paris ? Alors que le marché local pourrait – nous dit t’on – facilement les absorber et nous satisfaire sans que ces produits fassent des centaines de kilomètres.

C’est tout simple : l’Europe qui est une passoire (on va bientôt voter je crois) laisse entrer par l’Espagne des milliers de tonnes de produits marocains sans droits ni taxes. (et quels sont les contrôles dont on parle peu ou pas assez ?). Et depuis quand, le Maroc fait il partie de l’Union Européenne ?  Les Espagnols qui consomment les produits marocains nous envoient ce qu’ils produisent eux mêmes en Espagne. Et nous les Catalans qui bouffons les produits espagnols, on envoie les fruits et légumes qu’on produit chez nous….  à Paris. Elle est pas belle, la vie ?

Et nos dirigeants de nous parler d’écologie. Et de nous taxer toujours plus. On nage en plein délire. Ou alors on se fout de nous !

Une suggestion : et si on envoyait les produits marocains et espagnols à Paris et qu’on gardait nos produits locaux pour nous mêmes ? Un responsable local dit que nous caricaturons !?  Peut être ? Est ce une raison pour nous considérer comme des fous lorsqu’on avance de telles choses ? Est ce tellement insensé ? On est pas prêts de s’en sortir. !!!!!

Collectif de votre Association « Trait-d’Union-Cabestany »