Carole nous parle d’un livre qui l’aura beaucoup perturbée !

by

COURRIER DES LECTEURS

Carole, l’une de nos fidèles lectrices, nous parle d’un livre qui l’aura beaucoup perturbée. Où l’on parle de virus utilisés comme des armes bactériologiques !

Carole écrit :

Amaryllis Fox, si tel est son vrai nom, est une brillante étudiante américaine. Obtenant de brillants diplomes en 2000, à Washington, elle a étudié l’archéologie, l’ethnologie, les civilisations anciennes, les langues mortes ou anciennes et les dialectes du bassin méditerranéen dont l’arabe. Elle s’engage pour une ONG qui défend les Droits de l’Homme et part en Birmanie. Elle fera sortir du pays une interview clandestine de l’opposante Aung San Suu Kyi. Un acte dont elle ne mesure pas l’importance mais qui fera date.

Elle est repérée et recrutée par la CIA comme analyste. A brasser des quantités de documents. Paperasse et bureaucratie. Mais on ne veut pas que se renouvelle un « 11septembre 2001 » car on s’aperçoit avec effroi qu’on aurait pu détecter la préparation de cet attentat terroriste à de nombreux signes dans la masse trop fournie d’informations. On aurait pu ainsi éviter le drame.

En 2015 elle quitte la CIA pour fonder une famille et vivre comme n’importe qui. Et elle écrit un livre de souvenirs où elle parle davantage de son enfance, de sa vie personnelle, que de son métier d’espionne sur lequel elle ne peut pas trop s’étendre pour ne pas dévoiler de secrets.

Elle explique comment de nombreux analystes comme elle, jour et nuit, parcourent des tonnes de documents pour essayer de deviner des cibles, des lieux, des méthodes. Quelles sortes d’attaques terroristes (chimiques, bactériologiques, nucléaires ou autres) pourraient germer dans l’esprit de ceux qui veulent nous affaiblir ou nous abattre.

A la page 154 de son livre « Undercover » (Sous Couverture), elle énumère – parmi de nombreuses autres hypothèses – et plusieurs années avant le Coronavirus, la possibilité qu’un terroriste se fasse volontairement ou involontairement inoculer un virus mortel très dangereux. Et on recense des dizaines de ces virus dangereux, fabriqués dans des laboratoires, et qui peuvent devenir des armes bactériologiques. Dans son hypothèse de travail, ce terroriste – kamikaze ou victime inconsciente – sillonne le métro de New-York jusqu’à être terrassé par le virus qu’il porte en lui. Infectant le premier jour, quelques personnes qui infecteront elles mêmes quelques dizaines, puis centaines ou milliers les jours suivants. Jusqu’à déclencher une terrible pandémie.

De la fiction. Ou une prémonition ? Nombreux sont sans doute ses lecteurs qui auront pensé qu’il s’agissait d’une élucubration sortie de son imagination ?

Son livre, sorti aux États-Unis il y a plusieurs années, n’aura pas été un succès littéraire à l’époque. Il aura fallu attendre 2019 pour qu’un petit éditeur le traduise en français. Puis, on le redécouvre aujourd’hui. Mais en raison de son ancienne appartenance à la CIA on peut imaginer que bien des services secrets de nombreux pays l’auront lu avant nous, lors de sa parution.

Carole

Blog-Cabestany : Merci, Carole !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :