Archive for 6 octobre 2019

Des femmes des P.O. marchaient ce matin, dimanche, à Canet, engagées dans la lutte contre le cancer du sein !

6 octobre 2019

« Les Cabestanyencs sont des gens bien ! »

Dimanche 6 octobre 2019

Dimanche 6 octobre 2019, 13 h 00

Alicia écrit :

Hier soir samedi, au moment de me coucher, je reçois un texto envoyé par l’épouse de l’un de mes collègues à la Fac : « Alicia, demain on se retrouve, habillées léger, en short et baskets, place Méditerranée à Canet, à 9 h 00 précises, pour marcher sur le sable. J’ai payé ta cotis’, j’ai ton tee-shirt, si jamais tu trouves un bout de ruban rose dans ton placard. Je compte sur toi »

Ce matin dimanche, j’étais à Canet. Il y avait foule. Je reconnais une amie de St Esteve, une de Toulouges. Des élèves. Colette Appert fait sortir de sa voiture plusieurs de ses amies qu’elle a amenées de Cabestany. Mais elle nous dit que malheureusement elle ne peut pas rester car elle a un engagement ailleurs.

Il s’agit de marcher sur la plage de Canet, dans le cadre de la Journée de Lutte contre le Cancer du Sein. Qui pourrait ne pas se sentir concernée ?

Il y a des jeunes filles, des femmes jeunes, des mamies. On va marcher le long de l’eau pendant une heure. Certaines ont un maillot rose, d’autres un simple ruban rose. Quelques unes, une plume dans les cheveux !?

Mais le côté sympa est que plusieurs hommes vont marcher aussi avec nous. Pas à nos côtés sur le sable, mais en même temps que nous sur la promenade. Par solidarité ! Un mot qui n’est pas vide de sens.

Ma cotisation ira à une association dont je n’ai pas retenu le nom. Qu’importe. Un petit geste pour une grande cause ! J’en saurai plus ce soir en dinant chez mes amis. Mais lutter contre ce fléau, accompagner et être solidaire, m’a plu. Car il y a la recherche, le dépistage, les soins. Mais aussi l’accompagnement, le soutien moral. C’est aussi de la chaleur humaine dont ont tant besoin nos consœurs qui sont touchées par ce mal insidieux. Pas de la compassion mais du soutien !

En rentrant à Cabestany j’envoie un texto à Colette Appert. Je lui demande : l’année prochaine aura t’on une telle marche à Cabestany ? « Pourquoi pas, j’y songe sérieusement ».  « Mais l’année prochaine de toutes les manières je me rendrai libre pour être – au moins – avec vous à Canet. » dit Colette pour conclure.

Bon dimanche Colette ! Tu sais qu’en cette période, on attend beaucoup de toi… si tu comprends ce que cela veut dire !!!