« Violences, deux poids, deux mesures », écrit l’ami Maxime !

by

« c’est vous qui le dites » – « Liberté d’Expression »

Maxime Tandonnet

 

Maxime Tandonnet écrit :

« En France, il est des violences dont on parle beaucoup, et d’autres qui n’intéressent presque personne. Au cours de l’été, une vingtaine de permanences des députés LREM ont été taguées notamment en protestation contre le CETA. Ce phénomène a déclenché un tollé dans les médias et la classe politique: « voies de fait », « exactions », « atteinte à la République et à la démocratie », voire même « attentat »… Salir des murs, déposer du fumier voire saccager des locaux de parlementaires, c’est mal, inadmissible, voire scandaleux, évidemment. Mais comment dire? C’est quand même beaucoup moins dramatique que tout le reste dans l’ordre de la violence qui empoisonne le pays: policiers, médecins, pompiers, maires molestés, notamment dans les cités, pères ou mère de familles lynchés devant leurs enfants, adolescents torturés à mort dans des caves, personnes âgées dépouillées, tabassées et laissées pour mortes dans la rue… bref, la routine. Au premier trimestre 2019, le nombre de viols s’est accru de 20% et celui des meurtres ou règlements de compte, de 12% (près de 300), une augmentation sans précédent. A-t-on vu beaucoup de prises de parole publique sur ce thème, des communiqués de presse, ou propositions de loi? Depuis 2012 et la fin du quinquennat Sarkozy, tel n’est plus le sujet. Pourtant, au regard du cortège de peur, de souffrance, de deuil que subit la France profonde, surtout celle des banlieues populaires, que pèse vraiment la vingtaine de permanences taguées? Cette question n’est pas l’expression d’un ressenti antiparlementaire: à mes yeux, rien n’est plus désastreux pour la démocratie française que l’effacement de l’autorité parlementaire, désormais engloutie dans la grande exubérance élyséenne.  Mais une même logique ne cesse de prévaloir, celle d’un feu d’artifice d’indignation pour des murs tagués, comme voile pudique recouvrant l’abaissement quotidien de la démocratie française. La France supposée d’en haut, celle de la classe politico-médiatique, s’intéresse décidément à ses intérêts d’abord avant de penser au pays et aux citoyens qu’elle est censée servir. Un égotisme propice à toutes les révoltes. »

Maxime TANDONNET

retrouver cet article par un simple clic sur le blog de l’auteur :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2019/08/19/violences-deux-poids-deux-mesures/

BLOG-CABESTANY : Cet article est re-publié car nous avons l’accord de l’auteur pour le faire.

Nous connaissons bien Maxime qui est un grand humaniste, et nous savons combien il est contre toute forme de  violence physique ou psychologique. Et tout comme nous, il ne légitime aucune violence, aucune dégradation quelle qu’elle soit, et à l’encontre de qui que ce soit. Et quel qu’en puisse être le motif. Mais, tout comme nous, il s’inquiète de certaines formes d’atteintes sournoises à la Liberté d’Expression qui semblaient avoir disparu mais resurgissent depuis quelques mois, sans qu’on se mette à pointer du doigt, avec hystérie,  les coupables. Mais on les connait. On les dénonce. Sans que cela semble aider le simple citoyen à prendre conscience que c’est lui qui est concerné et qu’il s’agit avant tout de SA Liberté !

Une Réponse to “« Violences, deux poids, deux mesures », écrit l’ami Maxime !”

  1. michel43 Says:

    Mais cher Maxime ,les permanences RN et PS sont aussi taguée ,on connais les auteurs ,qui s’affiche ,franchement ,l’Etat ne veut pas entrer en conflit avec eux ,et laisse faire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :