Peut être le dernier billet de « Gersende » ?

by

Gersende, stagiaire à l’Élysée en 2007

Peut être le dernier article de notre amie Gersende, politologue à Paris, qui prend à dater du 1er juin prochain, la Direction de la Communication, au plan national, d’une grande association d’utilité publique.

Gersende écrit :

 » Chacun connait ce matin les résultats des élections Européennes de dimanche.

Une question m’obsède : comment se fait il que depuis le début de la semaine dernière, les tendances haussières ou baissières de certains mouvements politiques étaient parfaitement anticipées. Comment se fait il que dans les sondages que nous – les politologues – avions à notre disposition, dès mercredi soir, les résultats de dimanche étaient parfaitement prévus. Alors que jeudi et vendredi, on aura oser servir à une opinion publique naïve et formatée, des sondages que les spécialistes savaient ou supposaient être faux. Amateurisme, prudence, manque d’honnêteté ou manipulation. Comment savoir ? A croire que l’on en est arrivé au point où l’on se sert des sondages pour orienter le vote des électeurs.

Mes amis des P.O. étaient effondrés de voir le Rassemblement National faire 30% dans leur département. Certains médias allant jusqu’à dire qu’il s’agissait du département où la Droite de la Droite avait fait le score le plus élevé. Pourquoi encore ce mensonge ? Lorsque chez mes amis des Ardennes, ce même mouvement à fait 36% (35,88% pour être précis). Ce mouvement populiste a même atteint fréquemment 40% dans certains territoires, voire ici ou là, même si c’était anecdotique près de 50%.

Les Verts auront été les seuls à faire une véritable campagne et à être crédibles, même s’il faut se méfier d’un décor de théatre derrière lequel la réalité est surement bien plus sombre.

Et à Paris, les Républicains ont obtenu davantage de voix que le Rassemblement National. Cherchez l’erreur.

Là est sans doute la clef de ce scrutin. Cet ex Front National a fait un tabac dans ces régions où l’on a laissé les usines partir. Où l’on a laissé les emplois disparaître. On l’on a fermé la Poste et laissé partir le dernier médecin en retraite sans le remplacer. Où il n’y a plus de boulanger. A Paris je viens d’obtenir un rendez vous chez mon ophtalmo pour la semaine prochaine. Dans certains coins de province il va falloir attendre 2020 et faire 150 kilomètres aller et retour. Lorsqu’une usine disparait, autrefois, les salariés abandonnés se seraient tournés vers la C.G.T., quand ce syndicat qui n’a pas su évoluer n’inspire plus aucune confiance. Autrefois, les ouvriers et employés spoliés se seraient tournés vers le Front de Gauche, aujourd’hui explosé, ou vers le Parti Socialiste qui les a trahis. Aujourd’hui, ils mettent les espérances en Marine. L’avenir dira s’ils ont raison ou tort, mais je n’ai guère d’illusion.

Et que dire de ces micro territoires, proches de nos frontières, dans les P.O. , à la frontière italienne, la frontière allemande ou belge, où le citoyen voit passer des groupes de migrants venant d’un autre pays d’Europe. Car nos migrants n’arrivent pas de Libye ou du Soudan. Ils ont déjà posé une première fois le pied en Italie, en Grèce et en Espagne. Et ils circulent, au Boulou, jusque devant la gare de Perpignan, à Menton, à Cappelle la Grande , à Wasigny, et dans bien d’autres endroits sans que cela semble concerner les pouvoirs publics. Comment un groupe de 25 migrants pourrait il ne pas attirer l’attention en passant une frontière lorsqu’il devient difficile de passer une cartouche de cigarettes. Que personne ne me fasse croire qu’il n’y a pas une complicite, et même une volonté de ce pouvoir de laisser les portes et les fenetres de la France, grande ouvertes. Le résultat est sous nos yeux. La stratégie de Macron de faire comme Mitterrand et de faire monter le R.N. pour écraser les autres partis, lui reviendra dans la tronche comme un boomerang. Mais c’est nous qui serons les victimes.

Il serait injuste m’écrivez vous, de tout mettre sur le dos de Macron qui n’a juste fait que de faire empirer une situation qui existait avant qu’il arrive. Mais il est des gouttes d’eau qui suffisent à faire déborder le vase. Et avec ce Président, ce ne sont pas des gouttelettes d’eau mais des seaux entiers.

Aujourd’hui, il y a la France des territoires oubliés et celles des trottoirs des grandes métropoles. A Paris on circule en vélo pour faire 500 mètres, en trottinette (sans permis, sans assurance) pour juste aller acheter les croissants, on a les bus, le métro, et quelle chance on a d’avoir UBER !  Dans les P.O., dans les Ardennes, en Bretagne il faut un véhicule pour aller travailler, pour trouver un médecin, et le pouvoir ne sait rien faire d’autre que de nous écraser de taxes, et de piquer la CSG aux vieux. Ces gens qui vivent dans les territoires oubliés de la République, qui se sentent méprisés, exclus, voient en Marine leur salut car ils sont prêts à croire n’importe qui.

Très bientôt, dans ma vie professionnelle,  je vais passer à autre chose. Mais je reste – comme vous – bien pessimiste.

Affectueusement à tous

Gersende, à Paris, le 27 mai 2019

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :