« ce pouvoir laisse les casseurs détruire pour discréditer ceux qui ont des fins de mois difficiles », écrit Justine

by

« c’est politique » – « Liberté d’expression » – « c’est vous qui le dites » – nos lecteurs sont en colère »

Samedi 16 mars 2019 à Paris

Vous êtes plusieurs à nous écrire que ce que vous avez vu toute la journée à la télévision vous choquait. Il y a peu, une ou deux, ou trois semaines, alors que sur la partie gauche de l’écran on voyait que tout était calme dans une manifestation de gilets jaunes, on pouvait lire que nos rues étaient en proie aux violences. Aujourd’hui, alors que ce qu’on voyait sur une partie de nos écrans ressemblait bien à de la violence, ou pire encore, en regardant l’autre côté de ces mêmes écrans, on pouvait se demander si on parlait du même événement.

Car pour Justine qui a passé sa journée devant la télé, quand nous on est allés profiter du soleil à Canet, la cause est entendue :

«Pendant que notre Président est dans nos chères Pyrénées, à faire du ski sur une piste jaune,  on a envoyé des quantité de gaz sur les gilets jaunes pendant qu’on laissait détruire le Fouquet’s par les casseurs sans leur opposer la moindre résistance. Si Sarko avait réservé la table 12 pour inviter Carlita ce soir, il n’a plus qu’a se rabattre sur un Mac Burger. C’est apparemment la seule réponse que ce pouvoir semble avoir, pour les discréditer, face aux gens comme moi qui n’arrivent pas à finir le mois. Et je doute que tout ce bla-bla du grand débat change la politique de ce gouvernement »

On ne sait que vous répondre chère Justine sur ces événements qui nous désolent, qui font passer la France pour un pays sans capitaine aux yeux du monde, alors que le pouvoir veut nous donner des leçons, comme au reste de l’Europe.  Des Parisiens dans leur appartement ont été brulés, des policiers ont été blessés. Quel gâchis. Quant à nos forces de l’ordre elles ne font que ce que le pouvoir politique leur dit de faire. Ou de ne pas faire lorsqu’il entrevoit sans doute une façon d’exploiter les événements à des fins politiques. C’est du moins votre avis. C’est la Liberté d’expression que de pouvoir le dire quel que fut notre avis.

Nous aussi, on fait de la politique, et notre approche est parfois différente de celles de nombre de concitoyens. Mais on défend nos policiers et nos gendarmes. Et on se demande à quoi cela aura servi de voter une loi anti-casseurs il y a seulement quelques jours, pour regarder, sans intervenir,  ceux qui s’en prennent à notre démocratie. Car si une chose est certaine, c’est que ces casseurs n’ont pas de revendications sinon la volonté de détruire. De taper sur des flics, comme sur des syndicalistes. De s’en prendre à des magasins de luxe comme à des véhicules appartenant à de modestes employés ou ouvriers. C’est notre système qu’ils veulent détruire et dont le pouvoir semble – en apparence – sinon être leur complice,  plutôt se servir d’eux.

Chez Blog-Cabestany, parmi nos rédacteurs et rédactrices qui lisent beaucoup de choses dans la presse, certains se souviennent de l’ambiance de la campagne présidentielle de 2017. Un jeune de banlieue qu’on ne défend pas par ailleurs avait été matraqué. L’ancien Président, celui de l’ancien monde, allant à son chevet alors que celui ci n’était pas allé au chevet des policiers brulés peu avant par des délinquant.

Le Président a changé. Le nouveau, qui à l’époque n’était pas encore à l’Elysée  n’était qu’un candidat parmi les autres. Il avait déclaré : « je dénonce les violences policières et la force illégitime de l’État.  Nos policiers ne représentent pas seulement l’État. Ils sont l’État. Leur uniforme les oblige plus que tout autre fonctionnaire à être irréprochables ». Comme si les policiers n’étaient pas des exécutants obéissant à des ordres.

Ce pouvoir en 2019, l’est il lui irréprochable ?

Et on conseillerait bien à notre Président un restau pour ce soir à la Mongie, mais nous ne faisons pas de publicité. Nous subissons juste celle que notre hébergeur fait de temps à autres en échange de la gratuité de notre mise en ligne. Normal. Bon dimanche !

La rédaction écrit dimanche à midi  :

« Rassurez vous Justine, seul votre prénom apparait sur notre Blog. Ni votre nom, ni l’endroit d’où vous nous écrivez. Votre mail et votre adresse email ont d’ores et  déjà été détruits  dans notre broyeuse électronique. En respect avec les préconisations de la CNIL. Rien ni personne ne pourrait nous obliger à rompre votre anonymat. Et aucun moyen moyen technique n’y parviendrait. Cela reste notre engagement absolu. Bon dimanche, encore merci à vous et bien cordialement ».

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :