Archive for 12 décembre 2018

« Pauvre pays » écrit Maxime !

12 décembre 2018

Ce matin, notre ami Maxime Tandonnet donne le ton sur son Blog. Comme pour Blog-Cabestany, c’est le temps de la tristesse et de l’indignation concernant un individu, dont le parcours est strictement le même à chaque fois qu’il y a un acte terroriste. On l’a fiché sur un beau tableau qui ne sert apparemment à RIEN. Et à chaque fois on y va de nos lamentations devant ce qui n’était pas prévisible, du moins de la part de nos hautes autorités mais que faut il encore attendre d’eux ? Et on devrait en plus avoir honte. Parce qu’on nous rabâche qu’il serait « Français ». Comme si cela expliquait tout ?! Comme si cela c’était notre faute !!!!!  Mais le temps de la polémique n’est pas d’actualité.

On en était resté au message du Président Macron, dont un retraité, dans une « lettre ouverte », écrit : « dés la première image, il était clair que par son attitude, il n’avait pas quitté son piédestal. Yeux perçants et durs d’un rapace qui guette une nouvelle proie, des mâchoires de marbre, un teint pâle, un visage sans aucun signe de compréhension, d’empathie ou de négociation envers les gilets jaunes. » (sic)

Et puis maintenant et de nouveau cette tragédie à Strasbourg. Un terrorisme auquel beaucoup ne pensaient plus, car on tourne vite la page. Alors, OUI, avant de mettre dans les « souffrances sociales » le citoyen, par des initiatives plus ou moins intelligentes, puis arriver avec un air hautain pour jouer à celui qui vient à point nommé pour les sauver. Lorsqu’on on est le premier responsable de leur malheur, la définition même du « pompier pyromane », déjà faudrait il assurer à ce citoyen qu’il est en « sécurité physique ». Par des mesures concrètes. Avant de vouloir réformer « ce qui marche » en  sachant qu’on ne va pas s’attaquer à « ce qui ne marche pas », ce qui est la « marque de fabrique » de notre Président. Et si celui-ci s’occupait un peu plus du danger terroriste qui pèse sur nos têtes. Fut il « Français », enfoncez ça bien dans votre petit crane de gaulois ! Mais n’est ce pas encore plus terriblement inquiétant ?

Alors comment comprendre qu’on laisse des casseurs venant des banlieues arriver jusqu’à Paris pour après ne plus savoir les distinguer des citoyens qui sont venus manifester de façon pacifique ? Comment comprendre qu’on laisse des individus condamnés des dizaines de fois, déambuler en toute tranquillité pour après se lamenter lorsqu’ils passent à l’acte ?

Mais ce ne sont pas non plus les déclarations des responsables politiques, ce matin, quel que soit leur appartenance à tel ou tel parti, qui nous rassurent.

Et puis on a vu, toujours ce matin au Sénat, le marchandage digne d’un marchand de tapis dans un souk, pour savoir comment on va donner ces « 100 euros » aux salariés payés au SMIC. « Je te prend 70 euros sur la Sécurité Sociale », sur le budget de la ministère de la Santé. Pourvu que ce ne soit pas sur les EPHAD. « Et puis je te prend 10 euros sur la Défense…..  mais je te les rendrai à Pâques » ou à la Trinité. On ferait mieux de ne pas téléviser ce genre de pitrerie ! 

Dans le pays qui a le plus fort prélèvement fiscal en Europe, voir les C.R.S. obligés de s’acheter des protège-tibias à leur compte est lamentable. Que le citoyen n’ait plus confiance dans ses élites pour le protéger est grave.  Et un pouvoir qui ne sait pas gérer sans ponctionner toujours un peu plus, les plus faibles est plus que pitoyable. « Pauvre France ». 

Maxime Tandonnet écrit :

Que faire d’autre que d’exprimer une infinie tristesse pour la France, pour Strasbourg, pour ce malheureux touriste venu d’Asie en toute confiance avec sa femme découvrir les richesses de la notre pays, l’une de ses deux ou trois plus belles villes, et qui y a perdu la vie. La terreur est de retour. Après quatre samedi consécutifs de violences, de saccages, de destructions, d’arrestations qui ont tourné en boucle sur les télévisions du monde entier, voici la France de nouveau ensanglantée sur le marché de Noël de Strasbourg. Le temps n’est pas aux leçons ni à la recherche des responsabilités alors que nous ne savons encore presque rien et que l’auteur est encore en fuite. Le cauchemar peut-il un jour prendre fin? Dans l’instant, nous percevons mal les grandes tendances de l’histoire dans lesquelles nous sommes enserrés. La France est dans le malheur. Et ce n’est pas en s’en remettant lâchement et bêtement entre les mains de tel ou tel bonimenteur, de l’extrême gauche à l’extrême droite, qu’un redressement peut survenir. Il ne viendra que des profondeurs du pays, d’une prise de conscience collective et massive de l’enjeu crucial de la reconstruction de la démocratie française.

Maxime TANDONNET

https://maximetandonnet.wordpress.com/2018/12/12/pauvre-pays-2/