Le dernier mort de la guerre 14/18. Pour une bataille de trop !

by

« c’est vous qui le dites » – « Nos lecteurs ont la parole » « no comment »

Le texte envoyé par Josyane :

Les plénipotentiaires Français et Allemands sont déjà réunis dans la foret de Compiègne pour discuter des modalités de l’Armistice. Nous sommes à seulement quelques heures de cette signature historique. Mais à cent cinquante kilomètres de là, des officiers Français pleins de zèle ont décidé de mener une opération. Qu’on appellera « La bataille de trop ». Une opération mal planifiée,  sans renfort d’artillerie. Peut être avec l’accord de l’État-major mais ça on ne le saura ps.

Un baroud d’honneur inutile mené par des Français qui sont certains, sur une toute petite portion de terrain sans nom,  de remporter une victoire écrasante sur une poignée d’allemands en nombre largement inférieur. Et de passer à la postérité non sans avoir décroché un lot de médailles.

Une charge suicidaire contre une tranchée où l’ennemi se terre mais est en position de défendre sa peau et n’a nulle envie de s’exposer pour une hypothétique gloire. Prés de 100 soldats français y perdront la vie. Des pères, des fils, des maris, morts peut-être plus encore que les autres pour rien. Nombreux seront ceux qui perdront la vie le 11 novembre même, à moins de 5 minutes de la cessation des combats. On leur fera des actes de décès falsifiés à la date du 9 et du 10 novembre pour préserver leurs familles. Et si aujourd’hui, on honorait des généraux, des maréchaux, qui ne respectaient pas la vie de leurs soldats et les envoyaient à la mort comme du bétail ?  Sans chercher à économiser des vies ! Quand eux ne risquaient rien dans leur casemate à l’arrière du front. Lorsqu’on les honore c’est à nos Ainés et leur sacrifice que nous pensons.

D’autres, ailleurs, moins nombreux, tomberont également en ce jour du 11 novembre. Certains prétendront que cela arrivera encore quelques minutes après l’armistice parce que l’information n’ était pas parvenue en temps et heure. Cela non plus, on ne le saura jamais.

Lorsque le clairons sonne, à 11 h 00, en ce 11 novembre, on entend ici ou là des « hourrah ». Parfois des soldats américains, anglais, canadiens, vont sortir des tranchées et échanger des poignées de main avec les allemands. Ou un casque. Une gourde. On se congratulerait presque. Mais du côté Français on reste plutôt hébété. Accablé. On pense au calvaire vécu depuis quatre longues années, aux parents, amis, tombés, blessés. On se méfie même. On garde son fusil chargé et on guette. On est sur le qui-vive. Pour le cas où l’information ne serait pas parvenue en face. Autant rester sur ses gardes. La haine n’est pas prête de retomber. Pour des décennies !

Les historiens chercheront à identifier le dernier soldat tombé. Ils ne seront pas d’accord entre eux. Mais qu’est ce que cela change ? On finira par s’entendre sur un nom. Comme on s’entendra pour décider du soldat inconnu. Des histoires qui ne concernent que des vivants !!!

Juste avant 11 h 00, non loin de là où il se trouve, un poilu verra trois de ses camarades sortir de leur tranchée. Sans armes. Sans doute pour récupérer le corps de l’un de leurs camarades. Mais c’est quelques instants trop tôt. Il verra l’un d’eux tomber. Après 11 h oo, il sortira à son tour pour récupérer le corps de ce soldat. Mais on ne retrouvera jamais !

On trainera dans la boue, cinquante ans plus tard, un rescapé des deux guerres qui écrira dans ses mémoires : « Quelle absurdité que la guerre qui pousse les hommes à s’entretuer à tirer une dernière rafale une dernière salve d’obus seulement quelques minutes avant la fin de la guerre comme si cela allait changer quelque chose ». Il ne cherchera même pas à se justifier. On découvrira qu’il avait toujours fait son devoir et avait accompli des actes héroïques. Mais pour les jeunes d’aujourd’hui, qu’est ce que cela signifie ? Sans doute rien, ou pas grand’ chose. 

Nos provinces de l’Est ou du Nord de la France ont été durement touchées. Des villages ont disparu, engloutis dans la boue, écrasés par les obus. L’Allemagne est intacte même si elle a perdu aussi énormément d’hommes. Mais les soldats allemands en rentrant chez eux seront accueillis en vainqueurs. L’Armistice ne veut pas dire que l’on a été vaincu. Et puis selon le point de vue allemand, dans la propagande largement déversée sur le peuple, on lui a tellement expliqué que c’était les Français, les agresseurs !?  Et qu’il y aura une revanche !

La deuxième manche se prépare déjà pour 1939.

La rédaction : Merci Josyane pour ce texte qui arrive à point nommé. On a reçu beaucoup de mails chez Blog-Cabestany pour critiquer le Président de la République sur ce mélange de commémorations, de petites phrases sur Pétain ou autre, de contacts avec les français sur fond de hausse de carburants. Une semaine fourre-tout. Un bric à brac. Dont rien de positif ne restera et c’est dommage. Mais pour nous  le moment n’était pas à la polémique. Il reviendra mais un peu plus tard. Bon dimanche et bonne commémoration.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :