Le groupe parlementaire de la « République en Marche », serait il le cheval de Troie de la démocratie ?

by

Mais il est bien d’autres élus appartenant à d’autres partis que ses décisions enchantent ! Et on ne va pas vous parler de pénurie de vin rosé. Pas grave. Mais, rassurez vous,  vous n’allez pas manquer de glyphosate. Vos enfants vont pouvoir en respirer à pleins poumons grâce au grand « mamamouchi » élyséen Glyphosaton 1er, son mime (il ne parle plus) Nicolas Hulot, son ministre de l’agriculture qui nous la fout en travers. Car la reculade semble être la marque de fabrique de cette nouvelle majorité présidentielle lorsque cela concerne notre santé ou notre environnement. Courageuse pour s’en prendre aux vieux, aux cheminots, aux fonctionnaires mais pour le reste…..

L’Association « Trait-d’Union-Cabestany », votre association citoyenne s’inquiète à la lecture de l’un des derniers communiqués que vient de lui adresser « France Nature Environnement » fédération française de plusieurs dizaines d’associations de protection de la nature et de l’environnement. Car tous ceux qui défendent l’environnement et dénoncent l’urbanisation non concertée doivent se sentir concernés. Une urbanisation sauvage qui ne s’occupe pas des problèmes de ressources en eau, qui détruit des espaces naturels, qui laissera à nos enfants un environnement invivable mais semble t’il souhaité par la Macronie. Mais pas seulement !

Alors de quoi s’agit il ?

Dans le cadre de l’examen du projet de loi portant sur l’Évolution du Logement, de l’Aménagement et du Numérique (ELAN), de nombreux amendements visant à déroger à la loi  viennent d’être adoptés subrepticement à l’Assemblée. A la loi littorale mais pas que. Des amendements présentés au tout dernier moment par le groupe parlementaire présidentiel qui favorisent l’urbanisation sous de faux prétextes et dans une précipitation interdisant toute réflexion. Des amendements qui ne sont pas autant improvisés qu’on voudrait nous le faire croire mais qui vont profiter à ceux ou aux amis de ceux qui les ont déposés. Ces parlementaires de la majorité sont à l’habitude bien discrets et entérinent sans broncher tout ce qu’on leur fait voter. Mais là l’instant est grave. 

Des amendements qui selon leurs auteurs sont destinés à préciser les contours d’une loi trop floue afin d’en éviter les excès. Sauf que ces amendements vont dans le sens contraire de ce qu’on attendait et ouvrent des boulevards à des élus qui seraient loin d’avoir en tête la seule  préservation de notre environnement.

Des élus, qui pour défendre leur périmètre électoral, lorsque celui ci se désagrège, ne reculent pas devant l’odieuse décision d’attirer des populations ne venant pas de leur zone de gouvernance,  en leur construisant des cages à lapin par pur clientélisme. On saura ensuite leur demander d’être reconnaissants et de bien voter à la prochaine élection. Et comme ces populations auront besoin de commerces et que l’on n’a rien à foutre des petits commerçants, on leur fera des centres commerciaux où ils trouveront tout ce qui leur est parfaitement inutile et vient de loin mais qui n’est pas cher. Et on gavera en même temps le citoyen bêlant de beaux discours sur la défense du prolétariat et on le gonflera en lui disant d’acheter français. Fais ce que je dis mais pas ce que je fais ! On critiquera ce « grand capital » qu’on aura accueilli par ailleurs avec le tapis rouge. Quelle duplicité.

Puis il faudra à ces populations,  des écoles, des stades, ….. pourquoi pas une piscine ? Car on marche sur la tête ! Et on ne peut pas bétonner sur nos vignes et s’attendre à y récolter du vin rosé.

Notre littoral est concerné. Mais pas uniquement. Chacun sait que nos territoires font l’objet de nombreuses convoitises, pressions foncières importantes, urbanisation accélérée, projets économiques soi disant axés sur le tourisme… le tout au détriment des activités agricoles ou maritimes, de la préservation des espaces verts, de la sauvegarde des espaces naturels riches de leur biodiversité.

Nous, nous voulons vivre dans un environnement acceptable qui ne soit pas détruit, détérioré par certains qui ont toujours de bonnes raisons pour faire n’importe quoi. Nous avons des responsabilités vis à vis de nos enfants et pas la courte vue de la durée d’un mandat électoral. Ces bétonneurs ont de plus l’audace de vouloir nous expliquer le bien fondé de leur démarche alors qu’il ne s’agit que de tromperie et de petits calculs. Mais comme le citoyen est prêt à avaler n’importe quoi. Sauf si une opposition est capable de lui ouvrir les yeux. Sauf si une association comme « Trait-d’Union-Cabestany » met les pieds dans le plat. Si on ne cherche pas à les faire taire !

Avec la loi « Littoral », la France avait préfiguré et donné à voir ce que pouvait être une politique concrète de développement durable avec ses dimensions économiques, sociales et environnementales.

Depuis plusieurs années on savait qu’il y avait des élus qui voulaient que la loi soit moins restrictive. Ils ont trouvé des défenseurs depuis un an dans des parlementaires appartenant au parti majoritaire de la « République en Marche » et de bien d’autres se réclamant de diverses tendances politiques. Mais tous ne cessent de prôner l’assouplissement de la loi. On a l’impression qu’ils chercheraient plutôt à la faire exploser tout en faisant semblant de dire qu’elle a le mérite d’exister. Quelle hypocrisie.

Telle est le scénario qui vient de se dérouler à l’Assemblée Nationale : des amendements de dernière minute, non concertés, sans étude d’impact, discutés hâtivement. L’exact contraire, au fond, de ce que devrait être une démocratie participative. A l’occasion de l’examen du projet de loi ELAN, la commission des affaires économiques a donc adopté des amendements, permettant d’ouvrir dans des espaces naturels et agricoles, des zones d’activités économiques, des projets d’urbanisation et même…. des décharges.

Nous saluons les efforts méritoires de France Nature Environnement, association lanceuse d’alerte, qui demande la suppression de toutes les nouvelles dispositions du projet de loi ELAN qui portent atteinte à l’environnement et font reculer la situation actuelle. Des dispositions qui ruinent trois décennies d’un militantisme écologique qui avait donné des résultats acceptables dans l’application de cette loi certes imparfaite mais qui tente entre autres de freiner l’urbanisation tous azimuts et dans des régions comme la nôtre essaie de préserver nos rivages.

« Trait-d’Union-Cabestany » s’associe à cette démarche et dénonce ceux qui bétonnent davantage pour leur survie électorale que pour de bonnes raisons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :