Charlie-Hebdo : il y a juste trois ans !

by

L’ÉDITO D’ÉLECTRON LIBRE

Il y a juste trois ans, deux individus dévoyés, délinquants, amateurs de sorties nocturnes en boite, se référant à une religion qu’ils ne pratiquaient pas, ne connaissaient pas, donnaient libre court à leur haine de nos valeurs occidentales, un défouloir, en assassinant onze journalistes de la rédaction de Charlie-Hebdo et un policier maghrébin … comme eux.

Charlie-Hebdo n’était pas – du moins pour moi – le journal qu’on se précipite pour acheter. Pas le journal qui me faisait vraiment rire. Il y avait des éclairs de génie et du remplissage. Moi je connaissais quelques uns de ces journalistes, hommes (ou femmes, je pense à Zined) de talent, dont l’un seul comptait au nombre de mes amis. Le citoyen lui ne les connaissait même pas ou que de nom. Peut être, pour les avoir vus à le télé. Certains étaient des communistes attardés, anti-cléricaux notoires qui n’épargnaient guère les catholiques, croyant encore à des balivernes comme la dictature du prolétariat ou faisant semblant d’y croire comme des étudiants rabâcheurs, à peine matures, n’ayant jamais atteint l’âge adulte, redoublant pour la douzième année. Je connaissais bien Bernard Maris, surnommé Oncle Bernard, qui était le crème des hommes de par sa gentillesse, sa bonté, l’amour de son prochain.

Trois ans après cet événement qui nous aura valu un battage médiatique sans précédent, une mobilisation historique parfaitement justifiée, la page s’est refermée et les français sont passés à autre chose. C’est bien triste mais on n’entend plus guère que ceux qui critiquaient la ligne éditoriale de ce journal. Il y a aussi ceux qui trouvent une justification dans cette acte barbare. Et, sans préjuger de ce que pense le Président de la République, il est de bon ton, dans son entourage proche ou chez ceux qui défendent ses idées de la République en Marche (en marche dans toutes les directions sauf la bonne) et sont ses référents, de clamer « je ne suis pas Charlie ». C’est absolument lamentable et consternant. Je ne pourrais que vous conseiller la lecture, cette semaine, de l’hebdomadaire « Valeurs Actuelles ».

Pourtant la Liberté d’Expression de Charlie Hebdo c’était notre Liberté à nous tous.

On s’inquiète de ces Droits de l ‘Homme achetés en kit à Bricorama. De cette laïcité tambouillée dans les vieux chaudrons de la gauche de la gauche et portées par ces laïcards qui veulent abattre nos croix mais défendent les prières de rues.

Le communisme qui a fait tant de victimes n’en finit pas d’agoniser mais réussit encore à tourner la tête de jeunes qui seraient prêts à intégrer n’importe quelle secte pour esprits faibles.

La remontée de bretelles, cette semaine à l’occasion de ses voeux,  du Président Macron qui voulait expliquer aux journalistes comment et quoi écrire est déplorable. Et insupportable. Car lui n’admet pas qu’on fasse notre métier de journalistes dans la pluralité des opinions si on ne partage pas les siennes ou pire qu’on lui donne des conseils. Quand il nous parle de ces fake-news, nous on se précipite pour lire le Gorafi. (http://www.legorafi.fr) . Heureusement pour lui, notre Président s’est trouvé un ami Turc, bon chic, bon genre, le beauf idéal et un modèle de vertu, dont on aura peut être bientôt la photo auprès de la sienne dans toutes les mairies.

La Turquie il y a encore 30 ans était un pays où il était agréable de passer une semaine de vacances. On n’était pas obligé de descendre à l’hôtel, prendre un circuit organisé. On pouvait, moyennant finances, mais pour un prix modique,  loger chez l’habitant et découvrir des gens charmants. On pouvait siroter son Ricard sur un transat en bord de mer en discutant avec des gens qui se comportaient en amis, qui étaient des amis, appréciaient qu’on leur amène des disques, des revues, et dont beaucoup comprenaient le français. C’est eux qui nous faisaient visiter leur beau pays. Aujourd’hui, ne pas loger à l’hôtel et vouloir se balader au gré de sa fantaisie serait plus que suspect pour un pouvoir dictatorial paranoïaque. Autant ne plus y aller.

En Turquie, les gens autrefois étaient chaleureux. Ils le sont sans doute toujours mais crèvent de peur devant une dictature qui s’appuie sur une religion prise en otage. Les femmes se voilent en espérant qu’un jour on ne leur imposera pas la burka. Et on emprisonne. Alors on respire en apprenant que ce n’est pas demain que la Turquie entrera dans l’Europe et y fera sa loi à Bruxelles. Mais il s’en est peut être fallu de peu.

Et aujourd’hui, nombreux sont ces Turcs à se glorifier encore du génocide des Arméniens. A venir s’installer en Europe. Un jour se faisant passer pour des réfugiés, opprimés dans leur pays, quand le lendemain ce sont exactement les mêmes, qui changeant de camp au gré de la météo,  brandissent la photo de leur dictateur en le couvrant de louanges. Et diffusent des idées communautaristes. Nous prennent ils pour des imbéciles ?

La Liberté d’Expression n’est pas à deux vitesses Monsieur Macron. On peut espérer – comme vous – que les choses s’améliorent en Turquie. Mais avant de vous occuper de ce qui se passe dans ce pays, occupez vous du comportement de certains ressortissants turcs dans le nôtre. Et n’accordez pas votre confiance au premier venu. On a de plus en plus l’impression que vous voulez régentez les autres, ailleurs, chez eux,  mais n’êtes  pas  conscients des problèmes en France.Commencez par balayer devant votre porte.

Et on aimerait que vous ayez deux mots pour commémorer la tragédie de Charlie Hebdo !  Sans oublier les victimes de cette supérette cacher !

Électron Libre

Tag : Liberté d’expression

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :