Pour la paix ! Du Bronx à Bethléem. De Tribeca à Ramallah !

by

Nostalgie d’un soir de Noël hors du temps : Pierre raconte

« for you », Achinoam, prénom biblique, surnommée Noa,  jeune et jolie étudiante américaine pleine d’espoir, d’origine Yéménite mais de confession juive, rencontrée ou plutôt croisée il y a un peu plus de 30 ans, chez ces regrettés amis Franco-Libanais de Manhattan dans leur immense loft sur Riverside Drive, surplombant « la rivière ». Qui adoraient s’entourer d’amis et les recevoir comme il se doit. Il y avait des Américains chrétiens, mormons, mais aussi des Maronites, des Juifs, des Musulmans à cette soirée. Achinoam, inconnue et perdue – elle est la camarade de classe de la petite fille de nos hôtes – très entourée pour sa fraicheur et sa jeunesse, disait concernant sa vie future, ne penser qu’à chanter et seulement « pour la paix ». Elle le fera et chantera quelques années plus tard cet « ave maria » au Vatican devant le pape. Ce soir de Noël à New  York la neige s’était mise à tomber et en deux heures il y avait plus de 40 centimètres sur la chaussée. Plus de circulation. Plus de transports, plus de taxis. Plus de bruit. Et plus de visibilité sur l’Hudson. Une lumière glauque dans les rues désertes. Une atmosphère étrange, pesante, irréelle. L’obligation de rester là entre amis jusqu’au petit matin en attendant que les déneigeuses entrent en action. Et pour couronner le tout une coupure de courant et l’obligation de sortir des bougies mais avec de quoi ne pas se laisser dépérir sur le buffet. Et pour certains New-Yorkais, la peur, inconnue en France à cette époque, mais bien présente dans les esprits outre-atlantique, de la fin de leur existence sous le feu nucléaire. Le mur à Berlin est encore debout. La psychose régne  dans la Grande Pomme. Pour l’une des invitées, de la panique calmée au Jack Daniels. La frêle Achinoam avait alors fait résonner sa voix claire et cristalline. Une grande partie de la nuit. La sérénité est retrouvée.   Un ange descendu du ciel.  Émotion. Nuit magique intemporelle. Un souvenir qui ne s’efface jamais d’un moment de grâce exceptionnelle. Aujourd’hui, la paix n’est pas encore  là. Mais Achinoam aura fait beaucoup pour faire se  rapprocher « les hommes et les femmes  de bonne volonté ». Et c’est aussi cela la magie de Noël ! 

Pierre

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.


%d blogueurs aiment cette page :