Notre Dames des Landes ? Peut être est il urgent de ne rien faire !

by

Aidez nous, on a plus d’essence et ils ont oublié de faire l’aéroport !

Par Jean-Louis, rédacteur en chef de Blog-Ardennes

1944. A Notre Dame des landes il n’y a nul aéroport, aérodrome, terrain d’aviation et pourtant l’endroit est couru par les aviateurs anglais qui y parachutent des armes pour les maquisards bretons ou se posent quelques minutes à la lueur des torches. Les allemands ne sont pas inactifs mais ils ne peuvent surveiller toutes les nuits toute la zone. Ils le font aléatoirement. Ça passe ou ça casse. Et souvent ça casse. Des résistants capturés, déportés, fusillés. Des pilotes anglais mais aussi français subissent le même sort. Pire quand leur avion se prend un coup au but en provenance d’un mortier des allemands. Avion et pilotes sont pulvérisés et tous ceux qui sont a proximité avec. Les allemands vont rentrer chez eux et les champs seront de nouveau cultivés et les vaches vont retrouver les prés.

Seules les petites grenouilles avaient traversé la guerre sans dommages. On ne parlait pas encore d’espèce protégée ou de zone humide à préserver. Mais aujourd’hui il n’y a plus de petites grenouilles…. Les zadistes, soi disant écolos, des nuisibles, les ont bouffées !

A la fin des années 1970 on considère que si un toulousain, un lyonnais ou autre provincial veut aller à New-York par avion il n’a qu’à se rendre à Paris et prendre un avion d’Air France. Ne vient on pas de mettre en exploitation la première tranche du nouvel aéroport de Roissy : Roissy 1. On est en à la 8ème tranche avec quatre pistes ! Mais les usagers se comportent autrement. Les Lyonnais vont à Genève, les Strasbourgeois à Francfort, les Toulousains à Barcelone. Et même pour un Parisien – car le transport aérien coûte cher – pour aller à Tokyo, Singapour, Los Angeles, il vaut mieux aller prendre son avion à Londres. Où l’on paye un aller retour moins cher qu’un aller simple au départ de Paris sur la compagnie nationale. Si d’ailleurs elle n’est pas en grève. Alors on bétonne. On construit un nouvel aéroport à Lyon. On ajoute des pistes ou on les rallonge à Nice, Lille, Toulouse. Et il y a juste cinquante ans, alors que notre nouveau Président n’est pas né, on parle déjà de Notre Dame des Landes. Un énarque imagine même que ce nouvel aéroport pourrait être dédié au Concorde, un avion bruyant. Comme si un Parisien pour gagner les États Unis en 1 heure de vol supersonique commençait déjà par se taper trois heures de train et devait attendre en plus trois autres heures que le brouillard se dissipe sur Nantes. Et puis, depuis quand est ce qu’un breton ça prend l’avion et ça sort de son village pense t’on à Paris. Pour aller vendre ses choux fleurs à Brooklyn ? Déjà on ne lui fera jamais d’autoroutes !!! Pour ses brouettes ?

A la fin des années 90 on fait le constat que presque 50% des marchandises arrivant par avion et destinées à la France atterrissent en Hollande, en Allemagne, en Espagne. En 2015 on parle de 65%.  Avec des milliers de camions qui passent nos frontières pour acheminer ce qu’on ne réussit pas à faire atterrir chez nous. A cause de ces vilains parisiens ou autres qui ne veulent pas être survolés jour et nuit. Le jour par des avions de passagers passe encore. Enfin tout juste. La nuit pas un avion qui transporte des collants féminins fabriqués en Thaïlande, pas question. Pour pouvoir mettre des bas  ou chaussettes dans les rayons des commerces du Languedoc-Roussillon,  on les fait atterrir à Amsterdam.  C’est du moins ce qu’on peut lire dans un rapport rendu public de 2005. D’autres produits pour des commerces du Nord ou l’Est de la France arrivent à Gérone,  acheminés par un transporteur roumain. Mieux, cette conserverie Brestoise qui exporte des produits semi-frais haut de gamme vers la Chine les fait décoller de Turin. Logique !  Alors un aéroport à Notre Dame des Landes ? Pourquoi faire ?

On repense à Notre Dame, accessible par la mer sans survoler d’agglomérations. Un aéroport international qui pourrait fonctionner 24 heures sur 24. Mais au lieu de dire la vérité aux citoyens on va lui raconter que l’aéroport de Nantes est devenu trop petit. Surtout depuis que sur une partie de sa surface on y a fait des HLM pour garantir la réélection de certains. Pour être bien certain – aussi – qu’on ne pourra plus y faire la deuxième piste prévue depuis belle lurette pour un coût modique. Alors roule pour l’Ayrault-port.

Le bouquet se situe en 2010. On confie la concession de ce futur aéroport fantôme à une société à laquelle on a déjà bradé les autoroutes. Qui va le construire et l’exploiter. Bruxelles adore ! Si l’aéroport se fait on ne sait pas combien il va coûter. Sûrement trois fois le prix du devis initial. Si l’aéroport ne se fait pas qu’importe, la société en question touchera un demi milliard d’euros d’indemnités. Moins cher que le scandale de l’écotaxe mais quand même.  Elle est pas belle la vie ?

Dégager quelques pauvres paysans n’est pas le problème.  » On leur enverra trois CRS qui les feront courir au cul de leurs vaches ». On préfère ne pas donner le nom de celui qui a osé le dire !  Mais depuis, des centaines de nuisibles qui vivent des allocation, du chômage, du RSA, s’y sont installés. Ils ont même viré une mamie et l’ont fait mettre à l’hospice pour lui piquer sa maison. Et pour les dégager personne n’ose prendre la décision. Courage fuyons ! Comme l’explique ce politique :  » si un agriculteur passe sous les roues de son tracteur ou si un policier est défiguré par un cocktail Molotov la France n’arrêtera pas de tourner. Mais imaginez qu’un nuisible se brûle lui même en lançant son projectile contre les flics. Ce serait une catastrophe nationale !!!! »

Si cet aéroport dédié principalement au fret se faisait il y aurait sûrement 15 000 emplois à la clef à échéance de 10 ans. Il vaudrait quand même mieux que ces milliers de tonnes de fret prennent plutôt le rail que des camions. Mais que valent des milliers d’emplois pour des pseudos écologistes qui ne sont en réalité que des marxistes attardés, déguisés en paysans pour tromper leur monde, et qui veulent « taper du flic ». Ils se moquent pas mal du nucléaire, des pesticides, mais ils ont trouvé un os à ronger. Quand aux députés ex-verts de Bretagne, entre Nantes et Paris, ils ont le discours à géométrie variable.

Certes, si on fait cet aéroport, on va détruire des zones humides, de la faune, de la flore. Et montrer le mauvais exemple au reste du monde. Pendant ce temps la France s’enfonce lentement et devient un pays du tiers monde. Il faut peser le pour et le contre et il est certain que cela mérite qu’on y réfléchisse loin de l’hystérie des pour ou des contre.

Mais si ce ce n’est « que » pour remplacer l’aéroport de Nantes, et faire plaisir à quelques élus irresponsables qui ne veulent pas prendre leur retraite, il serait plus urgent de ne rien faire.

Jean-Louis M. (Blog-Ardennes)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


%d blogueurs aiment cette page :