La tribune artistique d’Electron Libre. Le dernier album de Bertrand Cantat : une affligeante tambouille musicale. Passez votre chemin et épargnez vos oreilles !

by

Copié-collé de la dernière tribune artistique d’Électron Libre

 

« Je viens de recevoir le dernier album de Bertrand Cantat sorti dans le commerce au début de ce mois de décembre 2017. Et je l’ai bien sur écouté… jusqu’au bout. Je m’insurge contre ceux qui font l’amalgame entre le passé, la personnalité de Bertrand Cantat et sa musique. Si on veut être honnête sur un plan artistique on doit faire abstraction de faits de sa vie antérieure qui lui valent bien des attaques. Même si les actes qui lui furent reprochés sont hautement condamnables. Je les condamne moi même sans restriction. Mais je ne comprends pas les journalistes ou présentateurs qui déclarent, trop haut et trop fort, qu’ils ont décidé de ne pas  parler de son dernier album. L’ont ils écouté ?  Dans tous les cas c’est  le meilleur moyen de lui faire de la publicité.

J’ai essayé d’écouter cet album en imaginant que cette musique était celle de quelqu’un qui m’était parfaitement inconnu. Ce qui me permet de dire que cette musique est d’une médiocrité inégalée et inégalable. Une insulte à la création artistique. Ceux qui refusent d’en parler auraient mieux fait de dire la vérité et auraient rendu service à ceux qui risquent de se faire pigeonner en achetant ce navet. Ce pourquoi j’écris ce billet en espérant rendre service à mes lecteurs.

Et j’espère, comble de ma grande naïveté, que le musicien ne compte pas justement sur sa réputation sulfureuse pour vendre malgré tout des disques invendables et en tirer ainsi de l’argent mal acquis.

Car il se trouve que Bertrand Cantat que je ne connais pas, que je ne juge pas, se plaît à se victimiser. Ses fans déclarent, selon ce que je lis sous la plume de certains de mes confrères, qu’ils iront envers et contre tous, acheter son disque non pas pour la musique mais pour lui montrer qu’ils soutiennent l’homme. Que de biens mauvaises raisons pour de la bien mauvaise musique. Quelle tristesse, si là réside la clef de son succès !

On dit que l’on reconnaît dans la musique d’un auteur ses sentiments du moments. Sans doute traverse t’il une bien mauvaise passe pour nous offrir cette daube et on ne peut que lui souhaiter des jours meilleurs car au bord du précipice où il semble être, si on en juge par sa musique, souhaitons lui de ne pas faire un pas de plus en avant. Et je lui conseille de changer vite de métier. N’importe lequel. Mais pas cuisinier. Car si jamais sa cuisine ressemblait à sa musique ce serait une infâme tambouille.

Passez votre chemin et épargnez vos oreilles. On se demande comment un producteur a pu faire sortir ce CD à moins de justement parier pour rentrer dans ses sous sur tout autre chose que la musique.

Mais en matière d’art, la critique, le gout, restent à l’appréciation de chacun. Ne jugez jamais autre chose que l’oeuvre en elle-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


%d blogueurs aiment cette page :