Jacques nous rappelle TOUS à un peu plus de dignité. Macron compris. En écrivant à Blog-Cabestany.

by

Le mail de Jacques à Cabestany

 » J’étais présent hier le 5 décembre devant le monument aux morts de Cabestany et une tramontane de pensées me venaient  à l’esprit :

Non, nous ne regrettons pas que des français aient débarqué il y a presque deux siècles sur les côtes d’Afrique du nord où il n’y avait nul état, nul pays, mais seulement des tribus disparates qui vivaient sous le joug de l’occupant turc,

Arabes et Français, ensemble, nous avons défriché au milieu des cailloux, planté, semé, construit des routes, des hôpitaux. Nous ne le regrettons pas.

Nous regrettons de ne pas avoir construit plus d ‘écoles mais comme chacun sait le colonisateur n’aime pas que le colonisé soit trop instruit. Oui, ça nous le regrettons. Et aussi de ne pas avoir donné davantage la parole aux populations qui étaient sur la terre de leur ancêtres. Ce n’était pas la démocratie telle que je la conçois à titre personnel.

Oui, nous regrettons cette guerre où il y a eu trop de morts des deux côtés. Des jeunes français du contingent ont payé de leur vie une illusion. Des jeunes algériens sont morts pour avoir leur patrie : comme nous, nous l’aurions sans doute fait à leur place.

Nous ne regrettons pas que les algériens nous aient incité à revenir en métropole. Chacun son pays. Ils avaient droit d’avoir leur pays. Nous le nôtre. Devenir les maitres dans leur pays. Nous l’être dans le nôtre.

Mais nous regrettons amèrement la manière dont ils l’ont fait. Pour tant de français installés là bas l’alternative n’aura été que la valise ou le cercueil. Que les algériens n’oublient pas que les souffrances n’ont pas été que de leur côté et que si des hommes de bonne volonté peuvent pardonner, oublier est plus difficile. Que les Algériens ne ramènent pas tout à eux.

Nous regrettons d’avoir mal reçu les quelques harkis qui ont réussi à s’échapper d’Algérie plutôt contre le gré de notre gouvernement de l’époque. Nous regrettons plus encore d’avoir abandonné tous les autres – des milliers et des milliers – de ces harkis sur les quais d’Algérie. Ils furent massacrés par leurs soi-disant frères qui n’ont nul raison de s’en glorifier. Ce sont peut être les auteurs de ces forfaits que nous avons ensuite mieux accueilli en France qu’on ne l’avait fait avec leurs victimes. Seule l’Histoire pourra juger.

Nous regrettons que le Président Macron nous abuse et nous présente une vision erronée, hypocrite, fallacieuse des événements algériens. Qu’il veuille réécrire l’histoire pour son seul avantage est un travers bien connu chez les politiques.  Ce serait bien plus grave si ses convictions profondes étaient que nous sommes coupables et redevables comme il l’a dit de manière imbécile et criminelle  lors de sa dernière visite en Algérie.

De sa part cela ne serait que de la duplicité coupable, inexcusable.

Monsieur Macron redressez la France, on vous y engage et on vous soutient mais pour ce qui est de commenter ce que NOUS, nous avons vécu, et pas VOUS, n’en faites pas trop !!!

Les français n’ont AUCUNE dette vis à vis des jeunes algériens qui vivent en France. Ils peuvent rester chez nous s’ils s’adaptent aux lois, us et coutumes de notre pays. S’ils considèrent que la France est leur pays et ne font pas passer religion ou appartenance en premier avant la République.  Ils peuvent aussi partir à leur guise et aller s’installer dans la patrie de leurs aieux, et construire un pays qui aurait bien besoin d’eux si vraiment ils préfèrent l’Algérie à la France. Ce qui est leur droit.

Tout comme notre droit est de défendre notre pays, protéger nos valeurs, préserver nos racines.

Monsieur Macron, ne nous trahissez pas, ne soyez pas un traitre à votre propre pays. Si vraiment vous l’aimez ?! Il y a des choses que l’on ne pourrait JAMAIS vous pardonner si vous franchissiez la ligne.

Quand à vous les algériens qui êtes en France et pourriez, du moins pour certains,  considérer que vous êtes chez vous, et que nous nous ne le serions plus, on vous demande juste un peu de dignité.

Ce sont vos parents qui ont viré les nôtres de votre pays. Ce sont vos parents qui ont viré les pieds noirs. Admettons que vos parents avaient raison et voulaient une patrie. Nous, on vous a pardonné. Et ce n’était pas facile. Que vous ne soyez pas là bas pour construire votre pays mais installés bien au chaud chez nous à nous réclamer des droits que vous n’avez pas ne ressemble en rien à de la dignité telle que nous la concevons. Plutôt même à de la provocation.

Alors s’il vous plait, n’en faites pas trop !!!!!

Et quant à ces Français dégoulinant de repentance, on préfèrent ne pas les qualifier «  »

Jacques

POSTMASTER : « c’est vous qui le dites ». Et notre premier devoir est de défendre votre Liberté d’expression. Merci Jacques pour ce mail que vous nous avez adressé hier mardi après midi. Nous en avons reçu d’autres. Pas aussi clairs et souvent bien plus enflammés d’où notre choix de mettre le vôtre en ligne. Saviez vous – on suppose que oui – que notre Président serait en Algérie aujourd’hui mercredi lorsque notre article sortirait. Et on peut supposer que vous aller aussi nous écrire à ce sujet aujourd’hui, demain, plus tard. 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :