Archive for mai 2017

Projet contre Projet – Législatives 2017

31 mai 2017

Cliquez sur les images pour agrandir

Pour retrouver le document ci-dessus, téléchargeable, imprimable, transférable, archivable, sous forme de PDF :

juste un CLIC ci-dessous

document Législatives LR 148

 

La Tribune de Jean-Marc Pujol : « Moralité, quand tu nous tiens ! »

30 mai 2017
Jean-Marc Pujol dit :
Le premier Gouvernement du nouveau président de la République, Emmanuel Macron, doit affronter sa première polémique médiatico-judiciaire. Révélée la semaine dernière par l’hebdomadaire Le Canard Enchaîné, elle touche de plein fouet le ministre de la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand, accusé en quelque sorte d’être partie prenante dans une affaire immobilière douteuse, à cause d’un montage concernant l’attribution d’un bail à la SCI de sa compagne pour les locaux d’un nouveau centre de soins mutualiste à Brest, en 2011, alors que Richard Ferrand était à la fois conseiller régional et conseiller départemental de Bretagne, également Directeur général des Mutuelles de Bretagne…
Parmi les éléments troublants dans ce qu’il convient d’appeler désormais « l’Affaire Ferrand » (tant celle-ci choque et interpelle l’opinion), on notera l’extraordinaire rapidité, moins de quarante-huit heures, avec laquelle la Justice française, dont le Parquet National Financier (PNF), s’est dessaisie du dossier, se déclarant incompétente « à ce stade » dans la mesure où il n’est nullement question – à priori – d’argent public. Pourtant, dans ce dossier, il est bien question d’une Mutuelle… Mais, plus rassurant, nous apprenons aussi que le mot « compagne » ne signifie pas qu’on est « marié » ou « pacsé » ; les verbicrucistes apprécieront ces éléments de langage !
Autre élément troublant : le silence assourdissant au plus haut sommet de l’Etat : pour le Président de la République, comme pour son Premier ministre Edouard Philippe, « il n’y a rien d’illégal, les électeurs trancheront » ! Et tout est dit. Circulez, il n’y a plus rien à voir. Jusqu’au ministre de la Justice & Garde des Sceaux, François Bayrou, qui se tait. Lui d’habitude si bavard devant les caméras… C’est pourtant à lui qu’a été confiée la mission, la tâche, d’élaborer un projet de loi sur « la moralisation et la transparence de la vie politique française ». Cela démarre plutôt mal, car cette attitude s’apparente, sans vouloir plagier Jean de La Fontaine, à : selon que serez pro-Macron ou anti-Macron… C’est ainsi en tout cas que l’opinion pourrait interpréter le silence venu d’en-haut alors que les gens attendent l’exemplarité.
C’est Emmanuel Macron lui-même qui pendant toute la campagne électorale de la Présidentielle a souhaité vouloir « laver plus blanc que blanc », « moraliser les institutions »…
Alors que le soupçon de conflit d’intérêt semble se dessiner, jour après jour, les médias pointant du doigt un ministre de la République, l’Elysée et Matignon ne peuvent plus rester les yeux fermés et les bras croisés. Cette polémique, qui enfle tous les matins, met certes la solidité du gouvernement à rude épreuve, mais à l’épreuve de la vérité des faits et de la vraie morale publique !
 
Tribune de Jean-Marc PUJOL – Président de Perpignan Méditerranée Métropole
 –
 POSTMASTER (le nom du collectif de rédaction de Blog-Cabestany) dit : « nous ne ferons aucun commentaire » « C’est de l’info ».
SOURCE :  https://lesrepublicains66.net/author/lesrepublicains66/
Paul, un internaute écrit « Ah, s’il avait connu Bonux, ce Ferrand serait déjà maréchal » –
Tags : Droite Républicaine à Cabestany – « c’est vous qui le dites » – « c’est eux qui le disent » – Blogcabestany.com – Liberté – Liberté d’expression –
 

A Cabestany, nous sommes solidaires avec les Chrétiens d’Orient en ce dimanche 28 mai 2017

28 mai 2017

La Commission Européenne est elle en train de chercher à saboter l’interdiction des pesticides qui déciment les abeilles ?

27 mai 2017

COMMUNICATION CITOYENNE :  mise en ligne telle que l’un de nos concitoyens nous a demandé de bien vouloir le faire. Dont acte !

Une loi a été votée par le Parlement français en juillet dernier. (LOI n° 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages). Dont on attend les décrets depuis un an, l’administration française prétextant qu’on ne pourrait le faire sans l’accord de Bruxelles, car une loi votée chez nous, par nos élus, doit être autorisée par Bruxelles ! Et Bruxelles s’interroge. Ne va t’il pas falloir réétudier le problème quand  la France s’est – peut être – trop précipitée pour prendre une décision ?

Quels sont les lobbies qui s’arrogeraient le pouvoir de faire pression sur la Commission Européenne essayant de la faire revenir sur l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles ?

Qui sont les élus ou fonctionnaires non élus de cette Commission Européenne à Bruxelles qui seraient prêts à revenir sur la loi votée par la France, et piétiner notre souveraineté ? Alors que la France devrait être seul maître de son destin sur notre territoire national, et que nos gouvernants pourraient bien être en train de nous mentir.

Qui sont ceux qui seraient prêts à se vendre, à nous vendre à des lobbies et quel serait le prix de leur trahison ?

Qui sont les agriculteurs français, hautement corrompus, et dépendant d’un système agricole reposant à 100% sur la chimie, qui pourraient bien être prêts à trahir leur profession ?

Cette interdiction, annoncée comme une victoire définitive, a été arrachée de haute lutte par les associations, les apiculteurs et les citoyens, appuyés par quelques députés courageux, après des années de bataille au coude à coude contre les lobbies de l’industrie agrochimique, et malgré une pression gigantesque sur les institutions politiques et parlementaires.

Revenir en arrière serait une trahison insupportable de tous les principes démocratiques qui régissent notre pays, et une nouvelle preuve s’il en faut de la mainmise de l’industrie agrochimie sur les décisions européennes au détriment des abeilles, de la nature, de notre alimentation à tous et de notre santé.

Une preuve supplémentaire de la déliquescence de cette instance Européenne qui s’attribue le pouvoir d’être supranationale, et de notre impuissance nationale ou de notre complicité vis à vis de gens qui nous méprisent ?

On ne doit pas les laisser gagner cette ultime bataille !

Il faut faire pression sur notre nouveau Président pour lequel ce sera le test de son choix à défendre ses concitoyens ou les laisser se faire écraser par Bruxelles.  Il faut faire pression sur notre gouvernement, les responsables de la Santé, de l’Environnement, (Monsieur Hulot), de l’Agriculture, pour qu’ils résistent aux atermoiements de la Commission Européenne, et défendent la parole donnée aux citoyens et le vote du peuple français qui vaut plus qu’un chiffon de papier !

Sinon ce sont des années et des années de lutte acharnée contre les néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, et les efforts de citoyens courageux qui lui ont consacré leur vie qui partiront en fumée.

Sans les abeilles, ce sont plus de 80 % des fruits, légumes et plantes que nous consommons au quotidien qui disparaitront. Mais peut être a t’on déjà prévu de nous nourrir avec des aliments de synthèse ?

Pour signer la pétition de l’organisation [Pollinis] :

http://info.pollinis.org/fr/stop-neonics-decret/?utm_source=email26052017&utm_medium=email&utm_campaign=stop-neonics

AVERTISSEMENT : nous ne sommes pas partie prenante dans l’organisation qui est à la base de cette communication et la reproduisons telle qu’on nous l’a fait parvenir et telle qu’on  la retrouve déjà sur Internet, ici ou là. Nous n’avons guère d’informations sur le degré de gravité du problème évoqué qui est sans doute opportunément mis en avant en pleine campagne des Législatives. Sans qu’on en sache nous mêmes  beaucoup plus sur les tenants et les aboutissants.

MAIS LA PROTECTION DES ABEILLES, ET LA DÉFENSE DE LA SANTÉ DE NOS ENFANTS, ÉVIDEMMENT, NOUS SOMMES POUR !

Quand l’Agglo, elle même, semble s’intéresser au problème des pesticides et de ses résidus sur nos territoires !

 

.

 

 

 

La liste officielle de tous les candidats en France pour les prochaines Législatives 2017

26 mai 2017

Juste un clic – ci dessous -pour rejoindre le site officiel qui recense tous les candidats à cette élection

http://elections.interieur.gouv.fr/legislatives-2017/index.html

Jeudi 25 mai 2017, jour de l’Ascension ! Nos lecteurs ont la parole…..

25 mai 2017

Vitrail de Notre Dame des Anges (pas à Cabestany, mais à Los Angeles)

-o-

Pauline, une fidèle internaute nous  écrit : « pour moi qui ne suis pas croyante, mais qui a été baptisée et baignée dans cette culture chrétienne d’amour et de paix, ce jour de l’Ascension n’est pas un jour comme les autres. Il symbolise d’abord mes racines. Et qui n’est pas attachée à ses racines ? Il symbolise ma culture, ma terre d’origine, mes parents, mes amis. Mais cette Ascension est davantage qu’un symbole. Sans faire de jeu de mots, je souhaiterai qu’elle fut,  une ascension pour moi vers la Vérité, vers la Lumière, vers la Connaissance, vers l’Intelligence et vers l’Amour pour ma famille, pour tous ceux que j’aime et pour les autres. Quand certains qui se disent croyants assassinent des enfants, font le mal, cherchent à faire régresser les femmes, et veulent nous ramener vers l’obscurantisme, je préfère ne pas croire en une religion. Mais ce jour de l’Ascension reste pour moi un symbole fort, et je serais la première à me mettre en colère si quelque imbécile, abruti, crétin, voulait y toucher »

POSTMASTER vous répond  : merci Pauline, « c’est vous qui le dites ». On a relevé dans votre texte quatre fois le mot « symbole ». On apprécie votre mail qui témoigne de votre sincérité.

En 2014, une étude faisait de l’Ascension un jour apprécié des Français car tombant toujours un jeudi, et donc permettant de « faire le pont ». Une « idée reçue » puisque beaucoup de nos compatriotes, plus nombreux que vous ne le pensez,  travaillent ce jour là. Dans le commerce : avec des disparités salariales d’importance puisque vous nous expliquez que dans certaines enseignes, l’Ascension est considérée comme un jour normal, et qu’on ne choisit pas si on veut travailler ou non, quand d’autres enseignes la rémunèrent comme un jour Férié. Et qu’une certaine  loi Aubry sur les 35 heures, moins absurde qu’on ne le prétend si on l’avait appliquée sans la dénaturer, précise que l’employeur – même s’il est consentant – ne devra pas tolérer qu’un salarié accole un jour de RTT à un jour de repos hebdomadaire, à un jour férié, ou à un jour de congés.

Un ancien Premier Ministre voulait supprimer ce jour Férié en commençant par le secteur public qui devait montrer l’exemple. On voit le résultat. Quand ce sont les services Préfectoraux qui annoncent qu’ils seront fermés. Et on aura osé expliquer, dites vous, que c’était pour donner plus de ressources dans les EPHAD, Maisons de Retraite, et pour alimenter l’Allocation Personnalisée d’Autonomie. Nous on avait noté que c’était plutôt le jour de la Pentecôte dont il était question. Peu importe d’ailleurs.

Quand une majorité de Français ne va plus à la messe, ne fréquente plus les églises sauf pour accompagner un défunt, et se prétend croyant…. sans vraiment y croire, dit la même étude de 2014. C’est heureusement le droit de chacun, de croire ou ne pas croire en une religion, de la pratiquer ou non. Une Liberté individuelle à laquelle s’attaquent ceux parmi les politiques qui voudraient nous dire comment nous comporter. Ce qui est proprement insupportable.  Alors que ces mêmes Français qui peuvent avoir des origines Polonaise, Italiennes, Portugaises, ne veulent pas qu’on touche à ce qui leur semble être le socle de leurs racines et ils voient d’un œil mauvais ces « bouffons de la politique » qui font du combat pour davantage de Laïcité, un étendard pour masquer leur incompétence. « C’est vous qui le dites ».

Et il semblerait bien, dans ceux que vous dénoncez, qu’on trouve ce candidat à la magistrature suprême, qui  a assuré de façon indigne son élection….. en Algérie, dites vous.

Et il semblerait bien que vous mettiez dans le même sac, celui qu’il s’est adjoint, pour le seconder. Qui était le maire d’une grande ville. On prétend (mais est ce bien  la vérité ?) qu’il aurait fait jeter dans sa ville des centaines de dessert au chocolat destinés aux enfants scolarisés,  suite à la réclamation de trois écoliers encore en culotte courte,  remontés par des parents  dont il n’est pas besoin de se demander quelles étaient leurs motivations, mais devant lesquels tout le monde s’est vite empressé de se coucher. Élections obligent ! Et cette reculade n’aurait pas de conséquence sur la majorité des citoyens ? Pourquoi, croyez vous,  ne fait on plus confiance à ses élus lorsqu’ils se comportent de manière aussi affligeante  ?

Car vous ne supportez plus ces élus municipaux qui modifient de façon substantielle les menus dans leurs cantines, n’agissant ainsi que pour assurer – c’est toujours « vous qui le dites » –  à leur « gros cul » (!?) un siège électoral.

Des détails diront certains ? Vous semblez néanmoins excédés. Et on peut certifier que ceux qui nous le disent, et que l’on côtoie souvent, sont de braves citoyens qui n’en peuvent plus des compromissions de certains de nos femmes ou hommes  politiques. De braves gens qui n’ont strictement rien à voir, vraiment rien,  avec un quelconque parti extrémiste ! Mais dans l’urne que feront ils ? Et par la faute desquels ?

De cela on risque de reparler beaucoup dans les jours qui viennent concernant des candidats aux Législatives qui sont en train de faire de cette Laïcité une marque de fabrique. Quel est donc leur degré de sincérité ? Nous vivons une drôle d’époque !

Nous, chez Blog-Cabestany, nous vous lisons, avec toujours un immense plaisir, nous vous comprenons, nous vous écoutons. Nous sommes ou nous ne sommes pas d’accord avec vous  : mais là n’est pas le principal.  Nous ne sommes pas de grands penseurs, et n’avons pas de grandes idées. Nous sommes des «  petites gens »,  de bien modestes personnes,  témoins de notre temps. Mais qui comprenons sans doute mieux comment fonctionnent nos semblables lorsque ceux qui s’arrogent le titre de philosophe voudraient nous faire croire n’importe quoi et nous formater.

Ceux qui se revendiquent de la Droite Républicaine peuvent se revendiquer d’être encore des hommes Libres !

Nous vous souhaitons – A TOUS – et du fond du coeur, une bonne journée de jeudi de l’Ascension.

NOTRE projet pour les Législatives 2017 par Blog-Cabestany !

24 mai 2017

LE PROJET

Nous vous le présentons sous deux versions. D’abord la synthèse en 6 images cliquables, agrandissables. Puis en dessous le projet complet de 17 feuillets au format PDF.

ET LE PROJET COMPLET TÉLÉCHARGEABLE, ARCHIVABLE, IMPRIMABLE, TRANSFÉRABLE EN PIÈCE JOINTE D’UN MAIL,  APRÈS LUI AVOIR FAIT SUBIR UNE COMPRESSION.

  MAIS LA QUALITÉ NOUS SEMBLE CORRECTE.  JUSTE UN CLIC CI-DESSOUS :

le Projet de la Droite et du Centre pour les Législatives 2017  : document complet. PDF

 TAGS : MAJORITÉ POUR LA FRANCE – PROJET DE LA DROITE ET DU CENTRE POUR LES LÉGISLATIVES 2017 – BLOG-CABESTANY – LA DROITE RÉPUBLICAINE A CABESTANY – DANIEL MACH – CHRISTINE GAVALDA-MOULENAT – 1ere CIRCONSCRIPTION DES PYRÉNÉES-ORIENTALES – COLETTE APPERT – LE FUTUR VOUS APPARTIENT

Mardi 23 mai 2017 à Cabestany

23 mai 2017

Le discours de François Baroin hier soir, samedi à Paris, tel qu’envoyé à Blog-Cabestany

21 mai 2017

le texte du discours tel qu’il nous a été communiqué, mis en ligne dans la nuit. Tout en bas de cette page internet vous devriez trouver, dans une mise en page simplifiée,  le même texte sous des formats plus simples à télécharger, imprimer, archiver : word, PDF.  Bon dimanche

POUR LA DROITE ET LE CENTRE

DISCOURS DE FRANÇOIS BAROIN LE  20 MAI 2017

 

Nous sommes une fois de plus rassemblés pour cette campagne législative qui ne répond à aucune autre pour laquelle l’action collective est plus que jamais nécessaire. Merci à toi Valérie.

Merci à nos candidats qui incarnent parfaitement et de façon si talentueuse cette génération qui se lève qui demande un espoir et dont personne n’a ni le monopole ni le privilège.

Ils portent cette volonté d’engagement total au service de notre pays.

Ils sont le visage de la France. Une France construite sur ses racines et fière de son histoire.

Une France qui veut préparer son avenir sans renier son passé.

Une France confiante en elle-même et qui se bat pour chasser les doutes.

Une France qui préférera toujours la clarté à l’ambiguïté.

Ils sont de droite et du centre et ils en sont fiers.

Ils portent les couleurs de la Majorité pour la France et ils ne s’en excusent pas. Nos candidats n’ont rien à voir avec les caricatures grotesques et dérisoires que l’on veut nous imposer dans cet unanimisme illusoire et éphémère.

Ils sont ouverts et généreux.

Ils sont sensibles et attentifs.

Ils sont patriotes et à l’écoute du monde.

Ils aiment l’Europe à condition qu’elle soit juste et forte.

Ils aiment la liberté, la responsabilité et l’autorité.

Ils aiment l’égalité, l’égalité en droit, la belle et grande promesse républicaine.

Ils n’aiment pas l’égalité réelle qui nourrit l’égalitarisme tirant tout le monde vers le bas et ouvrant des trappes à pauvreté désespérant l’esprit d’entreprendre.

Ils n’en peuvent plus du matraquage fiscal qui ne résout rien et les étouffe.

Ils veulent la baisse des impôts pour que chacun puisse vivre dignement de son travail et ensuite profiter de sa retraite, ce qui ne sera pas le cas avec une augmentation spectaculaire de la CSG.

Ils n’aiment pas non plus l’égalité réelle nourrissant le communautarisme tournant le dos à la statue intérieure de ce qu’est la république.

Car en effet, le communautarisme voilà l’ennemi.

Ils aiment la Fraternité et ils savent eux ce que veut vraiment dire la main tendue.

Ils aiment la laïcité celle qui fait que nous vivons dans un pays où l’État se tient à égale distance des religions. Un pays où jamais on ne tolèrera de placer les lois de la religion au-dessus des lois de la République.

Ils sont nos candidats.

Ils portent nos espoirs.

Ils sont les candidats de la Majorité pour la France.

La campagne qui s’ouvre est très particulière.

C’est une campagne éclair et les enjeux sont immenses.

C’est au fond la mère des batailles, dans cette année de respiration démocratique qui ne répond à aucune autre. vous devez cliquer sur « lire la suite » …. (more…)

Législatives : Daniel Mach au Journal Télévisé de TV Sud, jeudi !

20 mai 2017

Jean, l’un de nos fidèles internautes nous envoie ce soir  un mail pour nous dire qu’il était à midi au Moulin Vent pour écouter Daniel Mach. Et il nous envoie une vidéo. Une vidéo de ce midi ? Non, il a simplement  enregistré le Journal Télévisé de jeudi de TV Sud et nous en envoie un extrait. On s’en contentera…. pour le moment. Merci quand même à Jean ou à d’autres. Ce genre de vidéos, on est toujours preneurs. Sachez le ! Et bon week end à tous !

Et on ne va pas reproduire le JT de TV Sud. Surtout qu’on ne leur a rien demandé et que l’extrait de la vidéo envoyée par un particulier provient de son site personnel où il stocke ses vidéo familiales.

Le JT de jeudi on l’a visionné : Jacques Cresta et jean Codognès s’expriment avant et après Daniel Mach.

Nous on ne donne pas de conseils à nos internautes. Juste des suggestions. Et si vous alliez faire un tour sur le site de TV Sud. Bien informé et très intéressant.

http://www.tvsud.fr/emissions/journal

Une Majorité pour la France, une majorité Républicaine !

19 mai 2017

Une Majorite Pour La France.PDF

Des « Femmes à la barre »….. sur l’eau, dimanche dernier à Argelès

18 mai 2017

      Un de ces grands bateaux qui régatait dimanche à Argelès

                                                                                      —————

Dimanche dernier, à l’initiative du Yacht Club Argelès et de ses sympathiques membres, se déroulait une régate intercommunale de grands voiliers habitables, de 30 à 40 pieds de long, (8 à 12 mètres de long) sur lesquels on trouve généralement entre 4 et 8 équipiers en plus du skipper.

De grands voiliers du Barcarès, de Canet, Saint Cyprien, Argelès, Port Vendres et quelques autres ports étaient sur la ligne de départ sur le magnifique plan d’eau d’Argelès.

Cette régate a une spécificité : de l’instant où sont larguées les amarres jusqu’au retour à poste dans le port, il ne peut y avoir qu’une personne du sexe féminin à la barre. Cette compétition s’appelle d’ailleurs : « une femme à la barre ». Sur certains bateaux, ce sera la même personne de bout en bout. Sur d’autres, les femmes se relaient. Ce qui n’interdit pas aux hommes d’être présents à bord des bateaux, car il faut aussi hisser les voiles, sortir le spi, raidir le pataras, tourner les manivelles…..  Dimanche certains équipages étaient mixtes, d’autres composés uniquement de femmes. On n’est plus au 19ème siècle, et on ne fait plus de différence entre femmes et hommes dans le milieu de la voile. Et voir une femme, puéricultrice durant la semaine, et le dimanche avec un clef à mollette et penchée sur le moteur n’étonne plus personne.

Le matin, le rituel est toujours le même : avant d’embarquer c’est le briefing pour tous les équipages. On prend connaissance du point météo, on découvre le parcours expliqué par les juges arbitres fédéraux de la Fédération Française de Voile (FFV), on enregistre tous les membres des équipages en vérifiant qu’ils sont bien à jour de leur licence, de leur cotisation et qu’ils ont un équipement vestimentaire adéquat pour naviguer. Puis de façon aléatoire, on vérifie sur un bateau pris au hasard, que les équipements de sécurité sont au complet. Ce qui ne pose jamais de problème. Mais tout cela relève d’un processus immuable qui démontre que pour les marins la sécurité prime sur tout le reste.

D’ailleurs à bord, quelque soit le temps, bottes, harnachement et gilet de sécurité sont obligatoires. Et on les porte bien sur. Et la première fois qu’on embarque comme novice sur un voilier, il faut prouver que l’on sait très bien nager en passant au moins une fois sous la quille ! A Paimpol, il y a quelques années, quand un équipier rechignait à plonger, on jetait dans l’eau un porte clefs en lui faisant croire qu’il s’agissait de ses clefs de voiture. S’il ne goutait pas la plaisanterie, on ne le revoyait plus. S’il plongeait avec le sourire, il avait passé avec succès la dernière épreuve initiatique qui garantissait de son intégration dans l’équipe.

Puis c’est la régate qui se déroule en plusieurs manches, avec un parcours où des bouées sont à respecter et à contourner, et les juges dans des canots pneumatiques apprécient les manœuvres, le respect des bouées, le respect des priorités car sur la mer il existe un code, et le comportement des barreurs car la régate ne doit pas se confondre avec la formule 1. Et prendre des risques et casser du matériel peut coûter cher à tous les équipiers car il n’existe pas d’assurance pour cela et on prend sur la caisse de bord.

Dimanche, les équipages, qui se connaissaient presque tous ont livré un combat acharné dans les règles de l’art jusqu’à l’arrivée. Mais il s’agit toujours d’un match amical. Et à peine descendus de son bateau on se congratule entre « voileux ».

Ce fut une belle régate pour notre plus grand plaisir car la vue de ces grands bateaux nous réjouit toujours.

Nulle surprise si c’est un bateau de Canet, appartenant au Président de son Yacht Club, qui en est sorti vainqueur. Car sur son bateau, il existe dans ses équipiers la parité entre hommes et femmes qui sont tous polyvalents et peuvent aussi bien tenir la barre, carguer la grand’ voile, tracer la route au compas sur la carte, se servir du sondeur, du GPS, répondre à la VHF, tenir le chronomètre, faire engouler le spi, ou grimper au sommet du mat pour décoincer l’éolienne. Et pour ces équipières, donc, parfaitement amarinées, ce dimanche il n’y avait aucune appréhension à se retrouver en responsabilité.

Puis c’était la remise des Prix, suivi du pot de l’amitié pour clôturer la journée. Mais lorsque la journée se prolonge par un barbecue, il n’est pas interdit aux équipières de se remettre prestement en jupe, robe de cocktail, et de faire valoir leur féminité. Et pour les hommes de mettre, s’ils le veulent, quoique cela devienne plus rare, une cravate. Avant de retourner les grillades, puis tous se mettre à faire la vaisselle  et empiler les chaises ! Sur un bateau une femme est l’égale de l’homme. Mais elle doit assurer le même rendement. Et surement pas se retrouver cantonnée à la cuisine.

Dimanche à Argelès, les équipages ne se sont guère attardés. Car pour beaucoup, une fois la régate terminée, il fallait ramener le bateau à son port d’attache. Pour certains, ce qui n’était pas le choix de tous, on pouvait enfin mettre en route le moteur, pour rentrer plus vite.

Élitiste, la voile ? Sûrement pas. Bien des bateaux sont en co-propriété. Ils peuvent appartenir à 3, 4, 5 propriétaires en même temps qui doivent s’entendre parfaitement et les équipiers participent selon leur possibilités financières aux frais d’entretien du bateau. Chaque année on fait un budget et tous les travaux qu’on peut faire soi même sont une économie. Dans les propriétaires ou équipiers on trouve des infirmier(e)s, employé(e)s, pompiers, chauffeurs routiers, policiers, cuisiniers, enseignants, comme un dentiste, un kiné, un architecte et plusieurs étudiants, et c’est un endroit d’une grande mixité sociale.

Et on navigue de 16 à plus de 80 ans. Mais on se perfectionne en permanence. Chaque année on participe à des conférences sur la météo, sur la sécurité, la réglementation. A des séminaires sur les moteurs diesel, ou l’art de préparer de la résine pour réparer le bateau. En hiver, durant plusieurs semaines, on met le bateau à sec et on passe ses weeks end  à le maintenir en bon état et on refait l’électricité, la plomberie ou l’accastillage. En été, pendant leurs congés annuels, des équipiers qui ont décroché au bout de 5 ou 6 années de théorie et de pratique, un monitorat de voile iront – bénévolement – encadrer des élèves, à Concarneau ou Bonifacio. Dans une association comme « Les Glénans » qui a formé presque tous les grands champions de voile, et qui a un centre pilote à Sète-Marseillan, bien connu de tous les marins de notre région. D’autres, s’ils ont le permis hauturier,  en échange d’un billet d’avion,  achemineront ou ramèneront de Grèce, d’Écosse, des Baléares,  un grand voilier de 50 ou 60 pieds avec des cabines,  sur lequel des croisiéristes ont acheté un séjour auprès de leur agence de voyages. Naviguer à la voile est une passion. La voile est un hobby qui vous prend tout votre temps et qu’il faut aimer mais qu’il vaut mieux partager avec son conjoint ou sa conjointe. Et le lundi matin tout le monde repart à son boulot, fatigué, mais l’esprit ouvert et jamais désemparé face à n’importe quelle situation de crise.

Porteuse de tradition ? La voile l’est sans aucune ambiguïté. On pense d’abord à la sécurité, la sienne et celles des autres. On regarde la météo, on s’enquiert des consignes, on obéit de façon réactive et immédiate et sans broncher au barreur, car il peut en dépendre de chavirer ou non. On a un comportement respectueux et toujours courtois envers tous et une attitude exemplaire. Une fois arrivés à bon port, on astique, on range, on participe à la cuisine, sans qu’on vous le demande, et on se rend utile et même indispensable. Et mal de mer s’abstenir !

Un dimanche de régate on peut se présenter au port pour essayer de trouver une place d’équipier ou d’équipière. Plutôt difficile et pourtant la plupart des équipiers ont commencé de cette manière. Mais un jour de régate, on ne monte jamais à bord de ces voiliers en touriste, pour « faire du lest », sans équipement et sans la volonté de s’intégrer en commençant par participer aux corvées, à la préparation du bateau. Parfois plus longue que la navigation.  Et toujours avec le sourire ! La plupart ne reviennent pas.

Et pour celui qui est venu sans une forte motivation et l’esprit de partage, si on se passe le mot entre bateaux,  la prochaine fois il restera sur le quai.

Le podium dimanche dernier à Argelès. Qui peut encore penser que la voile est un sport réservé uniquement aux hommes ?

Rassemblons nous samedi à Perpignan avec nos candidats, Daniel Mach et Christine Gavalda-Moulenat !

18 mai 2017

Samedi 20 mai à Perpignan

« Tous à la soupe » écrivent les internautes …… à Blog-Cabestany !

17 mai 2017

LE COIN DES INTERNAUTES CHEZ BLOG-CABESTANYLa soupe doit être bonne, écrit Jacques ! Mais pour un bol de soupe, jusqu’où certains de nos amis de Droite sont ils prêts à s’abaisser ?

L’un de nos fidèles internautes nous a ressorti un dessin qui date de 2012, qu’on avait oublié ou qu’il est plus vraisemblable qu’on ne connaissait pas. Le chef de cuisine change mais pour ceux qui ne songent qu’à  laper dans la gamelle, et se moquent de ceux qui les ont élus, où est la différence ? écrit René.

TOUT CHANGE ET RIEN NE CHANGE, écrirait Gersende. Ce sont les mêmes qui se précipitent à la soupe quelque soit le nouveau Président, le nouveau Premier Ministre, et quel que soit leur camp.

NON, pas les mêmes, écrit un autre !  En 2012 ce sont les socialos qui se sont précipités à la soupe et cela paraissait logique. Si maintenant ce sont des gens de Droite qui s’abaissent pour un poste, et une « caresse au chien », à aller flatter Macron. Quel déshonneur !

Pour Carole, qui parle des Pyrénées Orientales comme d’un territoire quasiment oublié de la République, et qui nous compare à ce qu’était une Colonie du temps de l’Empire Romain, sans doute sommes nous trop arriérés pour comprendre ce qui se passe à Paris ! Au moins Carole a t’elle de la culture, car en effet il n’y a pas de Via Domitia qui mène directement à Paris. Pas même un TGV. Mais au moins on a la gare !

Emilie, militante L.R.,  conçoit que l’on puisse s’allier durablement ou de façon ponctuelle avec la Majorité Présidentielle sur certains sujets une fois les Législatives passées. Mais ce ralliement à Macron de certains des politiques de notre camp, qui se précipitent dans les bras du nouveau Président, avant même les élections, et comme s’ils avaient la Tourista, me donne envie de gerber, dit elle. Pourquoi ne pas les exclure ?

POSTMASTER : La colère gronde chez les militants L.R. à Cabestany, Canet, Perpignan…, on dirait. « Si le parti est en train d’exploser c’est la faute de ses dirigeants et surement pas la nôtre dites vous ». Nous, nous disons qu’il ne faut pas faire d’amalgame entre ceux qui sont prêts à se vendre au plus offrant pour 30 deniers, et les autres qui continuent à avoir notre confiance !

L’exclusion est un aveu de faiblesse dit Alain Juppé qui soutiendra nos candidats de la Droite Républicaine. Et puis comment imaginer que certains politiques puissent s’exclure eux-mêmes ? Prêts à bouffer à tous les râteliers ! C’est à nous les militants de la Droite Républicaine pour ces prochaines élections de tenir bon le cap et de ne pas se laisser enjôler par le chant des sirènes. Et de ne pas se tromper dans l’urne. Et quelle que soit l’amitié, la sympathie qu’on puisse avoir pour certains, c’est à nous les électeurs de savoir ne pas se renier.

APRÈS ? il sera toujours temps de voir.

Si j’étais Président ….. par Blog-Cabestany

15 mai 2017

Notre souhait :

Mickey, premier ministre
Simplet à la culture
Tintin à la police et Picsou aux finances
Zorro à la justice et Minnie à la danse.

mais serons nous entendus ?

Les paroles de la chanson de Gérard Lenorman

Il était une fois à l’entrée des artistes

Un petit garçon blond au regard un peu triste

Il attendait de moi une phrase magique

Je lui dis simplement : Si j’étais Président

Si j’étais Président de la République

Jamais plus un enfant n’aurait de pensée triste

Je nommerais bien sur Mickey premier ministre

De mon gouvernement, si j’étais président

Simplet à la culture me semble une évidence

Tintin à la police et Picsou aux finances

Zorro à la justice et Minnie à la danse

Est c’que tu serais content si j’étais président ?

Tarzan serait ministre de l’écologie

Bécassine au commerce, Maya à l’industrie,

Je déclarerais publiques toutes les pâtisseries

Opposition néant, si j’étais Président

Si j’étais Président de la République

J’écrirais mes discours en vers et en musique

Et les jours de conseil on irait en pique-nique

On f’rait des trucs marrants si j’étais Président

Je recevrais la nuit le corps diplomatique

Dans une super disco à l’ambiance atomique

On se ferait la guerre à grands coups de rythmique

Rien ne serait comme avant, si j’étais président

Au bord des fontaines coulerait de l’orangeade

Coluche notre ministre de la rigolade

Imposerait des manèges sur toutes les esplanades

On s’éclaterait vraiment, si j’étais président !

{Choeur des enfants :}

Si t’étais Président de la République

Pour nous, tes p’tits copains, ça s’rait super pratique

On pourrait rigoler et chahuter sans risques

On serait bien contents si t’étais Président

Je s’rais jamais Président de la République

Vous les petits malins vous êtes bien sympathiques

Mais ne comptez pas sur moi pour faire de la politique

Pas besoin d’être Président, pour aimer les enfants.

la la la la la ……….