« Continuez à vous battre pour NOS idées », nous écrit Gersende !

by

Gersende dit :  je vous envoie ma prose, comme promis mais avec quelques jours de retard. J’avais  …… la grippe !

Postmaster répond : la grippe ! Au 21ème siècle, on peut encore avoir la grippe ? 

-o-

marie-olympe-de-gougesOlympe de Gouges

Gersende écrit :

«  » Chers amis, bonne année à vous tous de la rédaction de Blog-Cabestany, bonne année à nos élus de la Droite Républicaine et leurs amis,  bonne année à tous vos lecteurs et à tous mes concitoyens de Cabestany où je regrette de ne pouvoir venir plus souvent, l’actualité politique étant intense en ce début d’année 2017 avec une Primaire et des élections diverses. Une Primaire que je m’étonne un peu que vous passiez sous silence ! Mais vous avez sans doute vos raisons.

L’année 2016 restera pour moi une année « horrible », l’année des attentats qui ont endeuillé Nice, qui ont vu ce prêtre assassiné de façon odieuse par des individus qui ne peuvent pas prétendre appartenir à l’espèce humaine, ni même se réclamer d’une quelconque religion dont ils ne font que la faire haïr de tous et stigmatiser ceux de la même origine qu’eux.

J’ai suivi avec intérêt, amusement, interrogation, réflexion votre opération « Crèches de Noël » dont vous ne m’aviez pas parlé, et qui en effet ne semblait pas préméditée. Et qui a été suivie aux quatre coins de l’hexagone par des gens qui ont découvert en même temps que vous existiez. Que Cabestany existait. Et qu’il y avait des gens qui pensaient comme eux ! J’ai parcouru les mails que vous avez bien voulu me faire parvenir. Des mails qui commentaient votre mise en ligne d’image de crèches et « bondieuseries » parfois malicieuses et j’ai été parcourue de frissons à la lecture de certains commentaires de la part de personnes prétendant être des Cabestanyencs défenseurs de la démocratie. Des mails qui frisaient parfois l’hystérie.

Alors comment passer sous silence cette affaire de crèche installée par un Maire dans un petit village de notre France rurale. Une crèche fabriquée avec des petits bouts de tissus, de bois, de papier et carton de récupération, par des handicapés. Une crèche installée pour que le citoyen donne quelque obole à ceux qui avaient fabriqué cette crèche. Et il aura fallu que des imbéciles appartenant à une association de défense de « je ne sais quoi », fassent condamner le maire à une amende. Ce même Maire aura demandé à l’association qui l’a fait condamner si le montant de l’amende qu’il a tenu à payer de ses propres deniers serait reversé aux handicapés. Il attend encore. Pendant que l’association doit surement sabler le champagne pour fêter cette bien lamentable victoire. Voilà où le dogmatisme de certains peut conduire dans notre belle France si on n’y prend garde et si on laisse des coupeurs de tête faire la loi au nom de la République.

N’oublions pas que nous sommes à Cabestany où depuis 40 ans se sont agglutinés tous les bolcheviques des P.O. qui y vivent de façon communautariste comme en cercle fermé. Les urnes en témoignent. Alors qu’à Canet ou Saint Cyprien vous n’auriez pas eu les mêmes réactions épidermiques comme celle de gens à Cabestany dont l’espèce est en voie de disparition. Et d’ailleurs j’ai lu ce commentaire d’un citoyen de Saleilles qui vous dit que vous avez beaucoup de courage, que vos élus sont des gens qui se bougent et font le job. Vous m’avez transmise aussi des mails d’encouragement. Cela devrait vous inciter à continuer votre combat pour nos idées.

Et puis à Cabestany, il n’y a pas que des bouffeurs de curé, des obsédés d’un concept de laïcité qui prouvent qu’ils n’ont jamais lu la loi de 1905 ou qu’ils n’ont rien compris. Dites vous que dans certaines villes du 9.3 on aurait déjà mis le feu à ce qui vous sert de local car il est des zones de non-droit où la république a baissé les bras et laissé faire. Il ne faut pas que cela arrive un jour dans notre ville. Je crois savoir que Monsieur le Maire de Cabestany, et ce serait plutôt à vous de m’en dire davantage, lorsqu’il est besoin de restaurer notre église, y contribue avec les deniers publics sans trop rechigner.

Et dites vous que ce monde n’est pas parfait. Rien que cette pseudo « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » de 1789 qui est une imposture lorsqu’on découvre que ceux qui l’ont rédigé n’ont jamais considéré que le mot Homme recouvrait l’espèce humaine et donc des hommes aussi bien que des femmes. Ceux qui ont écrit cette déclaration des Droits de l’Homme l’ont écrite pour les hommes seuls, les mâles. Les femmes, des femelles pour les révolutionnaires, étant juste bonne à procréer, et faire la cuisine, et ne pas se mêler de politique. Et il aura fallu attendre le Général de Gaulle en 1944 pour donner le droit de vote aux femmes.

La Droite Républicaine, emmenée par Colette Appert, aurait bien voulu que l’on donne le nom d’ « Olympe de Gouges » à l’une de nos rues. Cette Olympe était une femme révolutionnaire, féministe, qui se battait pour les libertés, pour l’égalité entre les hommes et les femmes. A l’époque, à l’Assemblée, les femmes n’étaient admises qu’en spectatrices. On les appelait de façon péjorative, les « tricoteuses » qui n’avaient pas le droit de manifester, même pour éventuellement applaudir, de tousser, d’éternuer, et de faire du bruit à part celui de leurs aiguilles à tricoter. Et jamais on n’admettra à l’époque qu’une femme monte à la tribune pour défendre ses idées, même pour dire qu’elle était d’accord.  Marie Gouze, femme du peuple, dont le nom « Olympe de Gouges » était le nom d’actrice, n’avait aucune lignée aristocratique. Elle combattit entre autres et peut être plus que tout, l’esclavage. A la tête d’une petit troupe de théâtre elle montait des saynètes jouées de façon improvisées dans les rues, sur des places, dans des jardins et autres lieux publics pour faire avancer les libertés individuelles. Elle dénonça l’autoritarisme dictatorial de Robespierre, psychopathe syphilitique, atteint de troubles de démence liés à sa maladie, ce qui lui aura valu – à lui – le droit d’avoir sa rue. Robespierre qui enverra des milliers de citoyens innocents, jusqu’à des religieuses à la guillotine, et réservera le même sort à Olympe qui finira aussi sur l’échafaud. La dernière parole de cette Olympe aura été pour dire : « Les femmes sont les égales des hommes pour se faire couper la tête. Pas pour s’exprimer en montant à la Tribune ».

Et c’est sur cette pseudo Déclaration des droits de l’Homme,  datant de la période Révolutionnaire, machiste, injuste, inégalitaire, discriminatoire,  que certains s’appuient pour se glorifier d’appartenir à des associations anti racistes, anti tout et anti n’importe quoi, qui ne sont le plus souvent que des paravents pour endormir le bon peuple et lui faire rentrer dans le crane des idées gauchisantes. A Cabestany on dirait : « Progressistes ».

Mais dans ce pays, tous ces bien-pensants sont davantage préoccupés par cet « immense » problème des crèches plutôt que – par exemple –  la lutte contre la pauvreté. Que des SDF meurent tous les jours dans la rue n’est pas un problème suffisamment valorisant au regard de la supposée grandeur de leur idées philosophiques. «  »

Bon dimanche

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.


%d blogueurs aiment cette page :