Souvenir de Buenos-Aires ! pour une personne qui se reconnaitra.

by

Invierno Porteño de Astor Piazzolla

« un hiver à Buenos-Aires »

Les Porteños sont les habitants de Buenos Aires, la capitale de l’Argentine appelée « Puerto de Nuestra Señora de los Buenos Aires » à savoir : le Havre de Notre Dame des vents salvateurs. 

 Merci à Mari Silje Samuelsen, violoniste Norvégienne de talent et à son compagnon au violoncelle. Merci à Astor Piazzolla qui vécut en exil à Paris plusieurs années, et a beaucoup composé inspiré par la culture française dont il était follement épris, sans jamais renier ses racines. Il disait que la France était sa deuxième patrie. Il était également un grand chef d’orchestre symphonique capable d’écrire et transposer une mélodie pour 30 instruments différents et il commence à être classé au rang des grands compositeurs classiques et non plus comme un simple joueur d’accordéon argentin, le bandonéon. Il prétendait avoir composé l’ébauche de ce morceau de musique, un soir d’hiver,  dans sa petite chambre sous les toits, près de la gare Saint Lazare,  en nostalgie de son pays : l’Argentine. Il écrira également, comme Vivaldi, ses « quatre saisons ». Des morceaux intitulés : un printemps, un été, un automne à Buenos Aires. Pour les amateurs c’est cet « Invierno Porteño » qui nous enchante le plus. Après « Adiós Nonino ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :