Cabestany, Commémoration du 11 novembre 1918 au Monument aux Morts pour la France.

by

11nov16-20Tout à l’heure, en ce 11 novembre 2016, à Cabestany

Tout à l’heure, à 11 heures oo, au Monument aux Morts de Cabestany, avait lieu la Commémoration du 11 novembre 1918, qui s’avère également être le centenaire de la bataille de Verdun.

Les Anciens Combattants, leurs familles, les citoyens, les enseignants et leurs élèves, le Maire et ses adjoints, les élus de la commune, dont Colette Appert et Patrick Sperring, étaient tous réunis pour une cérémonie pluvieuse.

Après le dépôt de gerbes, et les discours, étaient énoncés les patronymes des victimes Cabestanyenques dont le nom est gravé sur le monument. A l’appel de chaque nom, un élève allait déposer une rose rouge sur le monument.

Notre ami le photographe Jean Tramsenne, des Éditions du même nom, a mis en ligne les photos de la cérémonie où l’on peut voir les élèves déposer leur fleur au monument. Il vous suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :
Les photos de la commémoration du 11 novembre 2016 à Cabestany avec les enfants des écoles.

Sous Linux, nous, on réussit à télécharger ces photos. Sous Windows 7,8,10 ou Mac, on n’en sait rien. Et peut être voulez vous qu’une photo soit retirée ? Ce qu’on peut demander au photographe de faire durant le week end.

Pour tout problème contactez nous

llorenc.maripos@orange.fr

-o-

Le 11 novembre 2016 à Verdun.

 En ce 11 novembre 1916, nous sommes un vendredi, comme 100 ans après, aujourd’hui. Deux grandes batailles sont en train d’être menées. La bataille de la Somme où les français ont à leurs côtés les alliés. La bataille de Verdun où ce sont très majoritairement les français qui se retrouvent bien seuls face aux allemands. La guerre dure depuis deux ans. Jusque là, elle a déjà fait plusieurs centaines de milliers de victimes de chaque côté mais l’état major allemand considère que l’on a mené jusqu’ici une guerre de tranchées, une guerre défensive,  qui pourrait bien durer encore une décennie et finir par basculer à son désavantage. Il est temps de passer aux choses sérieuses et d’en finir avec à la clef une victoire totale. La forte supériorité en matériel de l’armée allemande, au début de la guerre, pourrait bien être rattrapée par les efforts de guerre des alliés en matière de fabrication de canons, d’obus, de matériel roulant, et des pertes humaines compensées. La bataille de Verdun a commencé en février et va se poursuivre jusqu’à Noël 1916. Même si les nombres de combattants est à peu près identique des deux côtés, l’état Major allemand croit à sa supériorité en artillerie qui est bien réelle puisqu’à certains endroits elle est dix fois supérieure.  Ce même État Major grâce à l’observation aérienne connaît chaque pouce du terrain occupé par les français, ce qui est loin d’être réciproque. Il faudra encore patienter pour que les avions français, en infériorité numérique, aient le dessus sur l’aviation allemande et mettent un terme à cette supériorité allemande en matière d’observation. Enfin l’état major allemand croit que sa science en matière de stratégie pour mener une guerre est sans égale et que le soldat allemand est bien meilleur que le soldat français. Les allemands décident de passer d’une guerre d’usure – tout est relatif – à une guerre offensive. Les régiments allemands qui seront engagés dans un combat offensif sont désignés par ce même état major en partant du postulat qu’ils seront sans doute sacrifiés à plus de 90% mais que les pertes françaises seront infiniment supérieures et déterminantes pour les mettre hors jeu, jeter toutes les forces disponibles contre les alliés, et gagner rapidement la guerre. Les choses se passent ainsi au début de cette bataille de Verdun que les allemands pensent gagner en quelques jours, puis en quelques semaines, et qui va durer presqu’une année. Après que les français ont été rapidement enfoncés, débordés, encerclés, leurs forts conquis et qu’ils subissent un déluge d’obus sans aucune pause, les français vont s’organiser, résister, tenir puis regagner le terrain perdu. Lentement mais avec courage et détermination. Les pertes terribles sont à peu près égales puisqu’on parle de 300 000 victimes – minimum – de chaque côté dont un tiers de disparus. La tactique française aura consisté à faire tourner rapidement les régiments français sur le front pour que les pertes paraissent psychologiquement plus supportables. Du côté des allemands l’anéantissement de régiments complets a un effet dévastateur sur le moral des troupes mais aussi sur les familles des soldats engagés dans ces unités qui ont compris qu’on envoyait les leurs au sacrifice de façon cynique et délibérée. La population allemande qui pensait que la guerre serait gagnée rapidement en est ébranlée. La guerre n’en est qu’à mi parcours et va encore durer deux longues années. Du côté français malgré cet hécatombe on glorifie le courage, la vaillance, l’honneur de nos combattants et on fait passer pour la postérité que Verdun aura été une victoire française. Elle aura été à coup sûr un important revers allemand. A l’issue de cette bataille les positions des uns et des autres seront redevenues presqu’identiques par rapport à 1915 mais les français auront tenus. Pour ce qui est du moral des troupes et de la Nation, à l’issue de cette bataille de Verdun appelée par certains « la mère des batailles », le découragement aura changé de camp et l’engagement toujours plus important des alliés, et un armement et des approvisionnements suffisants finiront par mettre un terme à cette guerre qui va encore durer jusqu’au 11 novembre 1918 qu’on commémore aujourd’hui.

-o-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :