Archive for août 2016

« l’insouciance » de Karine Tuil : le meilleur roman qu’il m’a été donnée de lire cette année, dit l’une de nos amies à Cabestany !

28 août 2016

l'insouciancescan de la couverture

-o-

Commenter un livre politique, on sait faire, écrire une critique sur un roman, on sait moins faire, quoique ce roman se passe dans les milieux politiques et que certains personnages nous font penser, curieusement, à des personnages connus. Mais toute ressemblance ……….

Ce roman, nous l’avons adoré nous mêmes et s’il est un peu corné c’est que nous nous le sommes passés de main en main cet été et qu’il y a même une trace de crème solaire récoltée sous un parasol à Canet.

Notre ami Maxime Tandonnet en a parlé dans un article sur son blog début aout :

https://maximetandonnet.wordpress.com/2016/08/09/lecture-linsouciance-par-karine-tuil-gallimard/

Il écrit cette critique qu’on partage pleinement avec lui. Que ne partage t’on pas, d’ailleurs, avec lui lorsqu’il nous parle de politique et nous aurons surement l’occasion de reprendre ces écrits lors de la campagne pour les primaires de la Droite, lui qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy à l’Elysée mais en garde un souvenir plutôt mitigé.

Maxime Tandonnet écrit :  «  » Dans son roman L’insouciance, publié par Gallimard, Karine Tuil esquisse un étonnant portrait de la France d’en haut, et des élites parisianistes. Les destins de personnages plus vrais que nature s’y entrecroisent :  jeunes politiciens ambitieux, journalistes à la mode, officiers traumatisés de retour d’Afghanistan, conseillers élyséens déchus, représentants de la diversité… Ce monde étouffe sous les névroses et les tabous: carriérisme effréné, sexe et frustrations, hantise d’être traité de raciste. L’auteure m’a longuement interrogé sur la vie à l’Élysée avant d’écrire son livre. A cette occasion, j’ai découvert le travail méticuleux de documentation du romancier. Il est impossible de raconter une histoire aux rebondissements multiples mais j’en citerai un passage d’un parfait réalisme psychologique – qui me rappelle de lointains souvenirs: « Ce matin-là, il avait rendez-vous à l’Élysée pour récupérer ses derniers cartons. Il eut un choc en pénétrant dans son bureau: toutes ses affaires avaient été vidées et entreposées dans des caisses; c’était la deuxième fois en un mois que l’on déménageait ses effets personnels sans le prévenir. « Qui a donné l’autorisation de vider mon bureau? » […] Les caisses s’entassaient dans un coin, son nom mal orthographié inscrit dessus au marqueur. Il tenta de se réconforter en se persuadant qu’il n’aurait jamais pu travailler dans ce petit bureau où il avait été relégué après l’incident. » Un beau livre écrit avec une plume superbe, au style haletant et  d’un réalisme époustouflant…

Maxime TANDONNET

-o-

Pour l’un d’entre nous, à la rédaction, Karine Tuil n’est pas une inconnue puisqu’il aura eu le privilège de lui demander de dédicacer un de ses précédents romans – tous excellents – dans une librairie. Et qu’il guette la sortie de chacun de ses nouveaux romans.

On voulait juste faire partager à nos lecteurs ce coup de coeur qui nous éloigne – un peu – de tous les livres de campagne politique que nous avons déjà lus ou de ceux qui sont en attente sur la table basse de l’endroit où nous nous réunissons. Et on parie qu’on va en lire encore beaucoup d’autres jusqu’à cette élection interne de la Droite, fin novembre. Mais certains ou certaines d’entre nous n’ont pas peur de prendre un livre et de le finir…. dans la nuit.Et d’en reprendre un autre le lendemain.

cliquer sur l’image ci-dessous si vous voulez lire le pitch du livre

l'insouciance versoscan du verso du livre

Et qu’il vous reste ou non des jours de vacances, vous trouverez bien le temps de lire ce livre que vous ne reposerez pas une fois ouvert.

https://www.facebook.com/Karine-Tuil-35604294932/

Karine Tuil

-o-

L’esprit de « Visa pour l’image 2016 » préservé !

26 août 2016

 le Festival International du Photojournalisme 2016 Visa pour l’image aura lieu du samedi 27 août au 11 septembre 2016 à Perpignan

Semaine scolaire du 12 au 16 septembre

Soirées de projection du 29 août au 3 septembre

Semaine Professionnelle du 29 août au 4 septembre

 

Visa pour l'image 2016

Pour en savoir plus et accéder à l’info officielle :

http://www.visapourlimage.com/fr/index.do

-o-

on en parle sur FR3 :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/pyrenees-orientales/perpignan/visa-pour-l-image-2016-une-programmation-sans-concession-malgre-l-etat-d-urgence-1070527.html

-o-

et dans l’Indép :

http://www.lindependant.fr/culture-et-loisirs/visa-pour-l-image/

-o-

Il y a 72 ans, Paris libérée !

25 août 2016

ECUSSON 2ème DBÉcusson de la 2ème D.B. (collection Blog-Cabestany)

-o-

Quelques secondes du discours du 25 aout 1944 où l’on nous parle de la France Éternelle :

Paris ! Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! mais Paris libéré ! libéré par lui-même, libéré par son peuple avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France tout entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle.

 

mais pour retrouver des images, des vidéos, acheter des DVD de la Résistance, de la seconde guerre mondiale, une seule adresse. L’I.N.A. :

http://www.institut-national-audiovisuel.fr/nous-connaitre/entreprise/index.html

ou

http://www.ina.fr/

-o-

« le burkini, parlons en » écrit ce lecteur de Blog-Cabestany !

23 août 2016

liberte expression-o-

« c’est vous qui le dites »

le texte : 

«  » Septembre 2013. Premier jour de la rentrée des classes dans une école de notre beau département. A midi, avec une toute jeune collègue dont c’est la première rentrée nous surveillons un réfectoire de plus de 120 élèves. Nous déjeunons sur une petite table dans un petit coin. Mauvais plan. Le lendemain ma collègue (qui changera vite de métier) et moi même surveillerons en nous promenant au milieu des tables et déjeunerons d’un sandwich. Quand au directeur il nous dira qu’être deux pour surveiller 120 élèves est une norme confortable…..

Les femmes de services servent le plat principal : des nuggets de poulet avec de la ratatouille. Un garçonnet de 6 ans dont c’est la rentrée en CP se lève, monte sur sa chaise et jette son assiette rageusement sur le sol en hurlant « c’est pas hallal ». 50, 80 gamins se mettent à taper du pied et frappent les tables avec leurs couverts en hurlant « chéba-alale». Je hurle aussi. Peut être pas la meilleure méthode.

Qu’en sait il ce gamin qui a jeté sa nourriture au sol qu’elle n’est pas conforme à une religion qu’il ne connait surement qu’à peine . Et tous les autres gamins dont j’en ai vu plusieurs sortir du catéchisme le matin même que comprennent ils à tout cela en reprenant en choeur des mots qu’ils prononcent de travers ? Moi je comprends que ce gamin qui a jeté les seules protéines qu’il lui était peut être donné de consommer dans la journée a été instrumentalisé par peut être son père, son frère, au une autre personne qui distillent une sorte de haine par personne interposée en prenant leur gamin en otage.

Que ma voisine sur la plage se baigne toute habillée comme le faisait Sidonie mon arrière grand mère à Port Vendres il y a un siècle ne me gêne pas. Sauf qu’il pourrait bien s’agir de la sœur de ce gamin qui jetait son assiette par terre et que sa famille instrumentalise de la même manière. Elle est sans doute de bonne foi. Mais comprend elle la noirceur de ceux qui l’utilisent comme une marionnette pour des raisons dissimulées ?

Il y a les crèches qu’on veut interdire, les marchés de Noël qu’on veut débaptiser, les cloches qu’on voudrait empêcher de sonner, ces problèmes de plat de remplacement que le Maire de Perpignan a su traiter comme il se doit mais ce n’est pas le cas partout ailleurs. Quelle est la prochaine étape dans ce qui est à mes yeux une provocation pour nous empêcher de bien vivre ensemble lorsque de ma part  je n’avais pas du moins jusqu’à aujourd’hui des préjugés contre qui que ce soit.

Mais qui sont ceux qui font tout ce qu’ils peuvent pour nous exaspérer nous pousser à bout et pouvoir ainsi un jour mieux nous traiter de racistes ?

Albert Camus disait : « ne pas nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde ».  A un journaliste méprisant qui faisait semblant de ne pas en comprendre le sens, il répondit avec calme que c’était parce que sa phrase était incomplète et qu’il aurait du ajouter  « et les nier [les choses], c’est nier pour l’homme la part d’humain qui pourrait encore subsister en lui »

Frank Prévotat

-o-

POSTMASTER : Merci Frank. Un sujet traité de manière concise et en respectant notre éthique mais en disant les choses sans se voiler la face. Amis lecteurs, si vous voulez nous proposer un texte qui trouve l’approbation de la rédaction, à vos plumes. « C’est vous qui le dites »

Il y a 72 ans, Perpignan était libérée ! (Perpinya alliberada)

20 août 2016

Au bas de cet article : une vidéo youtube de 2015. Le lien nous a été envoyé par un Cabestanyenc que je connais pour avoir bu un jour, un café avec lui,  à Mas Guerido. Sous le nom qu’il m’a donné, et il est en tête – pour le moment – parmi ceux qui nous écrivent par le nombre conséquent de ses mails qu’il signe « Frank Prévotat », mais il est très discret. Un quadragénaire d’allure très sportive. Des commentaires sous forme de « brèves » : un sujet, un seul à la fois. 20 lignes maximum de façon concise sans s’embarquer dans les digressions hors sujet. On aime. Mais pas question de le copier. On le publiera sans doute de temps à autres …. mais en lui laissant la paternité de ses mots, et sous la forme exacte de ce qu’il écrit sans toucher à une seule virgule ou corriger une éventuelle faute de frappe.

-o-

La vidéo en question a été mise en ligne l’année dernière par le Journal Catalan

http://www.le-journal-catalan.com/

journal catalan-o-

Une vidéo faite à partir de photos dont beaucoup sont sans doute signées du photojournaliste Auguste Chauvin, mais on ne saurait l’affirmer. Merci à tous ces photojournalistes qu’on va honorer comme chaque année lors de VISA pour l’image de 2016.  Nous avions acheté en 2015, par souscription, ce livre de photos d’Auguste Chauvin, présentées par Eric Forcada. Est il encore en vente ? Le site internet est fermé. La page facebook également.

Nous en avions parlé, sur Blog-Cabestany,  il y a juste un an dans un article intitulé :  » Perpinya alliberada  » toujours disponible d’une clic :

https://blogcabestany.com/2015/09/01/perpinya-alliberada/

perpinya alliberadala couverture du livre

pour suivre Eric Forcada : https://twitter.com/ericforcada

et on parle de ce livre dur la page Facebook  d’Edith Llatas : https://www.facebook.com/230297540365750/photos/a.976673259061504.1073741853.230297540365750/976673365728160/

et place à la vidéo dont vous reconnaitrez la musique : els segadors

-o-

Blog-Cabestany accorde un droit à rectification à tous ceux qui estimeraient que nous avons commis des erreurs dans la présentation des livres, photos, articles, sources, vidéos. Blog-Cabestany est un blog vivant qui s’appuie le plus possible sur ses lecteurs. Et si vous n’interveniez que pour ajouter votre pierre à l’édifice, vous serez toujours les bienvenus.

Blog-Cabestany va rouler pour les Primaires de la Droite et du Centre de cette fin d’année 2016 !

19 août 2016

primaires—————–

MAIS A NOTRE FAÇON. D’ailleurs à t’on jamais fait les choses autrement qu’à notre façon, sans aucune contrainte, en toute indépendance, en toute liberté.  Mais en parfaite osmose avec nos élus avec lesquels le contact est permanent.

Chez Blog-Cabestany, si vous aviez compris que nous allions rouler pour tel ou tel candidat, vous ne nous avez pas vraiment compris. Même si vos mails, qui cherchent à  nous convaincre que le candidat de votre choix est le meilleur, et peut être l’est il, sont bien sympathiques. Mais nous ne changerons pas de cap. Par contre, nous pensons que notre mission est de faire ce que pouvons pour relayer l’information officielle et vous guider vers les sites, peut être des candidats, peut être des mouvements, peut être des clubs de réflexion ou de pensées,  et agitateurs d’idées, sur lesquels vous irez  – vous mêmes – chercher l’information. Et nous ne dévoilerons rien d’autre que ce qui est officiel. Mais si on peut aider à vous y retrouver !

Et si l’un de nos élus à Cabestany voulait se déclarer publiquement pour tel ou tel candidat, ce serait son choix personnel mais il n’en a aucunement l’obligation.

Prétendre que le vainqueur de ces primaires sera le prochain Président serait beaucoup s’avancer mais il sera en pôle position sur la ligne de départ. Qui sera à l’arrivée ? Peu importe mais on croit en ces primaires. Et on  soutiendra le gagnant des primaires sans réserves.

N’importe quel citoyen français (ou citoyenne) peut se présenter à ces primaires aux seules deux conditions d’avoir 18 ans ou plus et d’être de nationalité française. Mais pour être admis à cette primaire il lui faudra – en plus – et ce n’est pas le plus simple, avoir réuni un certain nombre de parrainages. A la fois de la part d’élus réunissant les critères exigés,  dont un quota de sénateurs, députés ou élus européens. De cela on vous épargnera les détails. Mais également les parrainages de deux mille cinq cents (2 500) militants à jour de leur cotisation, répartis de façon équilibrée géographiquement, donc peut être vous même.

Certains d’entre vous ont choisi, « c’est vous qui le dites », plutôt que d’adhérer à un grand parti, de devenir adhérent d’un mouvement, d’un courant de pensées, d’une organisation, que la Haute Autorité de ces primaires désigne comme des « groupements politiques ». Qui roulent pour un candidat quand d’autres se contentent de défendre des idées. Mais tous, vous aurez été dument informés que ce geste équivalait, de fait, à se réclamer adhérent d’un grand parti. On ne citera aucun de ces groupements politiques de peur d’en oublier ou d’en mettre d’autres en avant. Ils sont indispensables au débat, à la réflexion, à la liberté d’expression. Pourtant, ce n’est pas pour un mouvement, un courant de pensée que vous allez voter, mais pour une femme ou un homme, et un programme. Et ne pas être militant déclaré ou encarté d’un parti ne vous empêchera nullement de pouvoir aller voter à cette primaire.

Certains candidats ne se sont même pas encore déclarés ou attendent de pouvoir réunir leurs parrainages et commencent à désespérer. Pour quelques uns d’entre eux, il faudrait juste une toute petite poignée de ces parrainages pour franchir la barre et le temps presse. Si vous voulez aider l’un de ces candidats c’est le moment. En lui envoyant par courrier, ou en pièces jointes d’un mail, votre déclaration de parrainage accompagnée de la photocopie de votre carte d’identité recto-verso, pour qu’il puisse la recevoir, l’enregistrer et la déposer avant le 9 septembre. C’est tout, c’est peu, mais c’est urgent. La plus grande confidentialité vous est acquise car si les parrainages des élus seront rendus publics, ceux des citoyens ne le seront pas.

Calendrier : la liste officielle des candidats sortira fin septembre, celle des bureaux de vote fin octobre et l’élection aura lieu fin novembre.

D’ici là, on vous en dira plus. Selon le dernier sondage de l’I.F.O.P., le choix des militants devrait tourner autour de deux thèmes principaux : la sécurité et l’identité.

Mais les électeurs pour ces primaires ne seront pas  que les seuls militants. Elles sont largement ouvertes à tous les citoyens – sans aucune distinction – qui figurent sur la liste électorale de leur lieu d’habitation et qui prendront la décision d’y participer en se déplaçant pour voter. En revendiquant des idées de droite (ou simplement une opposition aux idées des autres). Et c’est déjà amplement suffisant. Et rien ne se fera par internet si vous résidez en métropole mais on vous expliquera donc, en temps utiles, où vous déplacer.

Pour plus d’informations, ou pour télécharger une déclaration de parrainage :

http://www.primaire2016.org/

Pour conclure, si vous vouliez parrainer un candidat qui n’a pas encore son quota, bougez vous !  C’est une affaire de jours. Non seulement ce parrainage ne vous engage en rien pour le futur mais  restera confidentiel.

Sinon, vous attendrez tranquillement la fin de la campagne, pour vous décider. Vous avez encore trois mois devant vous pour vous faire une idée… ou en changer !  Sans oublier de nous écrire ou de nous lire.

Et pour nos élus et nous mêmes, ce qui compte et comptera toujours le plus, c’est Cabestany !

-o-

-o-

le 15 août 2016 à Cabestany avec nos lecteurs !

15 août 2016

de ce lecteur de notre blog : « pour Jacqueline, Josette, Sybil, Charlotte, Patricia, Henri, René, Joachim ».

POSTMASTER : « et pour tous les autres qui nous lisent »

-o-

« A Cabestany, où est le mensonge ? » écrit Patrick Sperring dans son communiqué aux médias !

6 août 2016

patrickPatrick Sperring, Conseiller Municipal, Vice tête de liste de la Droite Républicaine à Cabestany, candidat suppléant aux cantonales.

Patrick Sperring, de part sa formation,  est chargé des finances dans l’équipe que Colette Appert a constitué autour d’elle  pour traiter des affaires municipales. Une équipe dont font partie les conseillers municipaux de la Droite, certains de ses co-listiers, et des citoyens de la société civile choisis en fonction de leur expertise et leur compétence dans différents domaines. Encartés ou non, ou même sans étiquette. Qui donnent beaucoup de leur temps.

Lors du dernier diner débat présidé par Jean Marc Pujol, à Cabestany, pour présenter la Communauté Urbaine, Patrick Sperring, dans son exposé accompagné d’une vidéo-projection, aura démontré sa parfaite connaissance : et des finances publiques, et du budget de Cabestany.

-o-

LE COMMUNIQUE DE PATRICK SPERRING

Je profite de notre blog [Blog-Cabestany] pour apporter un soutien indéfectible à Madame Colette Appert, notre tête de liste.

Les invectives formulées par une personne, Maire de son état depuis maintenant 39 ans , sont intolérables et inadmissibles venant de sa part,  mais il est vrai que seule la vérité blesse.

Je reviens sur les « recettes exceptionnelles » : terme utilisé à 9 reprises, par l’adjoint aux finances de la ville, lors de sa présentation :

  • 400 000 € : vente de l’ancienne Halle aux Sports,  au Conseil Départemental dont notre Maire était vice président.
  • 325 000 € : vente d’un terrain à TDF, à sa demande, situé derrière le cimetière ( 25 ans de loyer )
  • 800 000 € : vente  de terrain dans les lotissements communaux
  • 600 000 € de taxes sur la vente de Medipole.

Seule la vente de la Halle aux Sports qui tombe en ruines était dans le budget.

Où est le mensonge, où est l’incompétence, où est le ridicule, où est la plaie !!!!!!!!!

Hausse des impôts 2016  : + 200 000€ de recettes supplémentaires.

Perte de la D.G.F *. : 201 000 €. Estimation pour 2016

Où est le mensonge ?

Budget du « Concordia », pardon, du bâtiment dénommé Maison de la Jeunesse, un projet à 2 500 000 €.  A ce jour, nous en sommes à 3 200 000 €, sans compter la chaufferie

Où est le mensonge ?

Toutes les associations voient leurs subventions diminuées de 8 à 10 % sauf pour le Secours Populaire lui en hausse de plus de 20 %.

Où est le mensonge ?

Tous les ateliers voient leur tarif augmenter de 20 %, voire plus.

Où est le mensonge ?

Alors, Monsieur le Maire,  plutôt que de trainer dans la boue vos opposants, dites TOUTE LA VÉRITÉ à nos concitoyens  et pas seulement ce qui vous arrange.

Et nous vous attendons de pied ferme au prochain Conseil Municipal.

Quant à nos propositions…..,   si l’on regarde les vôtres réalisées en deux mandats  : un complexe sportif à 12 200 000 € et une pseudo maison des jeunes à près de 4 000 000€.

Où est le mensonge, où est l’incompétence, où est le ridicule, où est la plaie !!!!!!!!!

Signé : Patrick Sperring

-o-

Notes de la rédaction :

  • La dotation globale de fonctionnement (DGF) constitue de loin la principale dotation de fonctionnement de l’État aux collectivités territoriales
  • Pour répondre à plusieurs de nos internautes :  à aucun moment nos conseillers municipaux ne se « plaignent », comme vous nous l’écrivez,  que Cabestany engrange des « recettes exceptionnelles ». Nous n’entrerons pas dans un débat dans lequel nous n’avons aucune expertise. Nous, nous comprenons que le débat tourne, semble t’il, autour du fait que ces recettes exceptionnelles, (ou peut être une partie ?), étaient prévues mais « auraient » été volontairement omises dans le budget, alors que Monsieur le Maire expliquait que la situation exigeait qu’il augmente les impôts. Mais, de notre part, il ne s’agit en aucun cas d’une affirmation. C’est ce que nous en déduisons en lisant l’Indép.
  • Enfin, certains de nos internautes,  ne comprennent pas ce qu’on écrit, que ce soit volontaire ou non, ou alors parce que nous nous exprimons mal et c’est une éventualité que nous ne rejetons pas. Colette Appert, Patrick Sperring,  se proposent de vous expliquer leurs mots, leurs phrases, ou des intentions que vous leur prêtez et qui ne sont pas la réalité, si vous nous écrivez via ce Blog. Pour la Germanor, certains d’entre vous nous ont dit que nous étions « contre les sports », pour la Maison des Jeunes » que nous étions « contre les jeunes ». Bigre ! Et maintenant que nous regrettons que la ville ne soit pas en faillite ! On craint la prochaine étape ! LA VÉRITÉ EST SANS DOUTE AILLEURS,  ne croyez vous pas ?

Laissez vos commentaires en bas de cet article, nous les transmettrons aux intéressés.

Et si vous préférez nous écrire directement par mail, juste un clic, ci-dessous :

blog.cabestany@gmail.com

« On est là jusqu’en 2020, et on vous emm…. », nous écrit ce « présumé » Cabestanyenc qui se réclame de la gauche !

5 août 2016

liberte d'expression baillonnée

Pas de panique. Ce n’est pas la première fois qu’on reçoit ce genre de mail, et on en recevra sans doute bien d’autres du même tonneau.  Envoyé par un – ci-devant – citoyen qui se prétend être de Cabestany, et bien sûr de gauche et influent dans les affaires municipales, avec une adresse email plutôt « exotique ». De la provocation ? Comment savoir ? Mais le mail de celle ou celui qui cherche à cacher son identité est immédiatement rejeté. Alors que nous on garantit l’anonymat à celui qui se dévoile.

Chez Blog-Cabestany, on ne prend plus depuis bien longtemps ce type d’envoi pour argent comptant et on garde son calme.

En usant dans vos mails de mots heureusement plus mesurés, on déplore quand même que vous soyez quelques uns à abonder dans le sens de cet internaute en nous expliquant que la gauche est dans la place, que cela lui donne le droit de faire ce qu’elle veut, et nous celui de nous taire. Vous avez dit « démocratie » ? 

Quand des militants se réclamant du PCF se plaignent d’être discriminés injustement, ce n’est surement pas en réagissant de cette manière qu’ils arrangent leur cause.  Que l’on soit très à droite ou très à gauche, lorsque l’on se livre à de la surenchère, et cette affaire en est la démonstration, que l’on ne fasse pas l’étonné.  Mais il est si facile de critiquer les autres sans se regarder soi même.

Les lecteurs de Blog-Cabestany appartiennent apparemment à tous les camps, de la droite de la Droite à la gauche de la Gauche sans qu’il nous soit possible de le quantifier. Et c’est très bien comme cela. Mais cette passe d’armes montre que même en période de vacances vous êtes nombreux à vous intéresser à ce qui se passe à Cabestany. Et à Droite vous trouvez cet épisode déplorable quand Colette Appert ne se départit pas de son humour en trouvant tout cela risible.  Et que nous on manque surement d’humour.

On se réjouit que vous soyez un si grand nombre à soutenir NOS élus de Droite, à les remercier de ne pas avoir jeté les gants comme d’autres, en d’autres temps, et de faire le boulot. Un réel encouragement. On restera à l’écart des polémiques mais il en est quelques uns parmi vous, pour estimer qu’avant que Colette et son équipe ne soient élus, l’opposition ne s’opposait pas vraiment à Cabestany. Chez Blog-Cabestany on évitera de tomber dans la généralisation. Mais lorsque ce sont les conseillers de la majorité de gauche qui nous disent qu’avant nous, la politique à Cabestany était  un « si long fleuve tranquille »…, on a le droit de se poser des questions.

On ne fera pas de long discours. On dira simplement que nos élus sont là jusqu’en 2020 (au moins) et qu’ils respectent TOUS les citoyens, quels que soient leurs opinions ! Ils continueront à se dévouer, bénévolement, pour honorer leur mandat et travailler pour ceux qui ont voté pour eux, comme pour les autres, sans bénéficier d’aucune indemnité, pas même de quoi se payer un litre d’essence pour aller assister aux conseils de la Communauté Urbaine à Perpignan. Tant pis pour eux, si certains croient y voir une allusion.

Ces mêmes qui ne pensent qu’à eux mêmes, en oubliant de voir que nos concitoyens sont obligés de se serrer la ceinture ou ne plus pouvoir partir en vacances à cause de la fiscalité galopante de l’état, de la région, et plus encore de la commune. Mais qui donc augmente nos impôts, en prétendant que c’est avec notre accord ?

L’une de nos voisines, âgée, n’a pas de quoi faire réparer le toit de sa maison. Lorsqu’on l’emmène en voiture faire ses maigres commissions, on fait un détour  pour éviter de passer devant ce grand blockhaus qu’on construit à Cabestany avec ses maigres deniers de veuve de guerre.  Pour ne pas la démoraliser. Et lorsqu’elle aura froid cet en hiver pour économiser trois sous de chauffage, on lui fera croire – même si on est loin d’en être certains – que ce grand bâtiment est doté de plein de panneaux solaires pour  lui éviter encore une nouvelle hausse d’impôts l’année prochaine. Pauvre Mamie !   Soupirs !

On gardera nos autres commentaires (et aurait pu en écrire dix pages) pour la rentrée.

-o-

vu dans la presse cette semaine, envoyé par un de nos lecteurs. Cliquez dessus pour agrandir !

matraquage-o-

Cabestany : « le couteau dans la plaie »

4 août 2016

C’est le titre spirituel et humoristique de l’article de l’Indép, aujourd’hui, concernant la réponse de Colette Appert à Jean Vila, envoyée aux médias, suite à  ce qui ressemble fort à de l’intimidation de la part de Monsieur le Maire, à l’égard de notre élue.

Le communiqué de Colette Appert, repris par Blog-Cabestany hier nous a valu de nombreuses visites sur notre site. Les réseaux sociaux ont également bien fonctionné. On est surpris de voir le nombre de vacanciers, sur la plage à Canet, en train de consulter Internet via un téléphone portable ou une tablette.

Et puis il y a vos mails que nous recevons, que nous lisons, que nous trions, et dont il est prévu que l’on fasse une synthèse dans la soirée. Car vous réagissez, chacun à votre façon, chacun selon vos convictions, de façon positive ou négative, et avec vos mots qui ne sont pas toujours publiables. Chacun selon ce que vous avez compris ou non de cette affaire. Mais cela ne vous laisse pas indifférent. Et comme l’Indep est lu dans tout le département, on se fait des amis qui découvrent Blog-Cabestany à Claira, à Ortaffa….  Continuez à nous écrire. Juste quelques mots pour dire : j’aime ou j’aime pas. Je soutiens. On compte sur vous. Nos élus comptent sur vous. Nous on a besoin de vous. Merci.

indep 4 aout

A Cabestany, Colette Appert, conseillère municipale, répond à Jean Vila, le Maire !

3 août 2016

Ce matin, mercredi 3 aout 2016, dans le quotidien (7 sur 7) l’Indépendant Pays Catalan, et dans l’excellente et incontournable rubrique « Politicorama » on pouvait lire ce surprenant article.

indep 3 aout

Colette Appert, « élue du peuple », tout comme Monsieur le Maire, envoyait aussitôt aux médias locaux des P.O., (presse écrite, blogs, sites internets, et autres) sa réponse :

papyrus

Colette Appert communique à Cabestany

Monsieur le Maire, je suis très amusée de lire dans l’indépendant du 3 août que vous me considérez comme « une plaie ». Mission accomplie : une opposition est faite pour mettre le doigt là où cela fait mal quand il y a lieu de le faire. Vous refusez de diffuser ma Tribune de l’opposition car il n’y a que la vérité qui fâche.

Vous me qualifiez de ridicule et incapable !  Alors OUI,  je le suis, mais uniquement à vos yeux, et surement pas à ceux des Cabestanyencs….

SI je dis que nous sommes contre l’augmentation des impôts de 5 % pour la deuxième année consécutive,

SI je dis que vous diminuez les subventions aux associations de notre commune et ce, de façon conséquente,

SI je dis que vous augmentez les tarifs des ateliers municipaux pénalisant ainsi les plus démunis,

SI je dis que je constate que cela n’est JAMAIS de votre faute mais TOUJOURS celle des autres  : Communauté Urbaine, l’Etat, etc :  …..un peu de courage que diable !

Si je dis que la commune a perçu en 2015, et c’est tant mieux d’ailleurs,  2 millions d’€ de recettes exceptionnelles.

SI tout cela, dans ma seule exigence de vérité et de transparence,  fait de moi une « plaie », alors oui je signe des deux mains.

Qui donc de censé, pourrait voir dans cette démonstration des attaques personnelles ????

Sinon des esprits chagrins……

En revanche, je suis en droit de considérer qu’écrire  ou dire que je suis une « plaie » est une attaque personnelle…..

Je conclurai en me permettant d’ajouter : si pour vous  les investissements d’aujourd’hui sont les recettes de demain, pour nous, et c’est notre devise,  les investissements inconséquents et mal maitrisés d’aujourd’hui pourraient plutôt être les dépenses de demain !

Colette APPERT

-o-

LES COMMENTAIRES SONT OUVERTS EN BAS DE CET ARTICLE : C’EST VOUS QUI AVEZ LA PAROLE, « C’EST VOUS QUI LE DITES ».

ET SI VOUS NE PENSEZ PAS COMME NOUS ?

C’EST PARCE QUE TOUS NE PENSENT PAS COMME NOUS, CE QUI EST LEUR DROIT, MAIS QUE NOUS, NOUS NE SOMMES PAS DOGMATIQUES, QUE NOUS EXISTONS.

CHERS LECTEURS, QUOIQUE VOUS NOUS ÉCRIVIEZ, A NOS YEUX, VOUS NE SEREZ JAMAIS UNE PLAIE. A VOS PLUMES !

-o-